FICHES ENVIRONNEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FICHES ENVIRONNEMENT"

Transcription

1 FICHES ENVIRONNEMENT Amiante Bijouterie Boucherie Charcuterie Boulangerie Pâtisserie Carrosserie Climatisation Frigoriste Coiffure Déménagement Dératisation Désinfection Désinsectisation Détermitage Encadrement Esthétique Fleuriste Imprimerie Sérigraphie Maçonnerie Plâtrerie 1 16/06/2008

2 FICHES ENVIRONNEMENT Mécanique automobile Mécanique industrielle Métallerie Serrurerie Métiers du bâtiment Métiers du bois Miroiterie Vitrerie Nettoyage Peintre en bâtiment Photographie Plomberie Chauffage Poissonnerie Pressing Prothésiste dentaire Restauration 2 16/06/2008 Taxi Thanatopraxie Toilettage animaux

3 Amiante QU'EST CE QUE L'AMIANTE? 1. DEFINITION Le terme amiante sert à désigner une série de substances minérales naturelles fibreuses dont les plus courantes sont: le chrysolite ou amiante blanc, les amphiboles comme, en particulier : la crocidolite ou amiante bleu, l amosite ou amiante brun, le trémolite et l actinolite. La structure filamenteuse ainsi que la composition chimique des fibres confèrent à l amiante des propriétés physicochimiques remarquables : incombustibilité, résistance aux hautes températures et aux substances chimiques agressives, résistances à la traction et à l usure, performances acoustiques élevées 2. UTILISATIONS L'amiante a été utilisée sous de nombreuses formes : Amiante en vrac : flocages, calorifugeages Amiante en plaques : isolation thermique, faux plafonds, clapets coupe-feu, cloisons légères, joints Amiante tressé : couvertures de protection anti-feu, portes de fours, de chaudières, joints, filtres à air, à gaz, rubans d'isolement électrique Amiante ciment : plaques ondulés, tuyaux, canalisations Autres éléments amiantés : dalles vinyles, colles, mastics, mousses, panneaux isolants, enduits, mortiers, bitumes 3. RISQUES L'amiante : est à l'origine de l'asbestose, maladie pulmonaire analogue à la silicose des mineurs : il s'agit d'une fibrose des poumons, entraînant des difficultés à respirer et pouvant conduire à l'insuffisance respiratoire. peut entraîner des lésions bénignes de la plèvre, membrane qui recouvre les poumons : en s'épaississant, elle perturbe le fonctionnement respiratoire normal. augmente le risque d'apparition du cancer du poumon et de la plèvre. 4. REGLEMENTATION En France, depuis le 1er janvier 1997, la fabrication, la transformation, la vente, l'importation, la cession à titre gratuit ou payant de toutes variétés de fibres d'amiante, et de tout produit en contenant sont interdites. (Décret n du 24/12/96 relatif à l'interdiction de l'amiante.) Chambres de Métiers et de l'artisanat d'ile-de-france Septembre 2007 Page 1

4 Amiante QUELLES OBLIGATIONS EN TANT QUE PROPRIETAIRE? Références : Décret du 7 février 1996 modifié par les décrets du 12 septembre 1997, du 13 septembre 2001, du 3 mai LE DIAGNOSTIC DES FLOCAGES, CALORIFUGEAGES ET FAUX PLAFONDS CONTENANT DE L'AMIANTE FRIABLE Objectif : Rechercher ces matériaux et, le cas échéant, évaluer leur état de conservation afin de définir les actions à engager : surveillance périodique (3 ans), travaux de retrait ou de confinement en cas de matériaux dégradés Immeubles concernés : Tous les immeubles dont le permis de construire a été délivré avant le 1er juillet 1997, à l'exception des maisons individuelles. Des travaux strictement encadrés : Seuil d'empoussièrement déclenchant une obligation de travaux fixé à 5 fibres d'amiante par litre d'air (5 f/l); Obligation d'achever les travaux de retrait ou de confinement dans un délai de 3 ans ; Obligation de mise en œuvre de mesures conservatoires pendant toute la période précédent les travaux ; Contrôle visuel des surfaces traitées à l'issue des travaux ; Nouveau contrôle dans les trois ans en cas de confinement ; Mise à disposition des résultats des contrôles dans un dossier technique tenu à la disposition des occupants de l'immeuble et communiqué aux personnes appelées à y effectuer des travaux 2. AUTRES OBLIGATIONS Les propriétaires doivent faire face à d'autres obligations : Le repérage étendu Le dossier technique " amiante " Le repérage avant démolition 3. LES TECHNICIENS ET LES LABORATOIRES REALISANT LES REPERAGES Vous devez faire appel à un contrôleur technique agréé ou à un technicien de la construction ayant contracté une assurance professionnelle spécifique pour procéder à la recherche d amiante, vérifier son état de conservation et procéder le cas échéant à des prélèvements. Ces opérateurs doivent détenir une attestation de compétence. La liste des personnes ayant obtenu cette attestation de compétence est disponible auprès de la Direction Départementale de l Equipement. Les laboratoires habilités à procéder aux mesures de la concentration en poussières d amiante des immeubles bâtis doivent être accrédités par le Comité français d accréditation (COFRAC) ou par tout autre organisme d accréditation européen et agréés par le ministère chargé de la santé. Une liste d'organismes agréés pour le contrôle de l'amiante est disponible à la Chambre de Métiers et de l'artisanat et téléchargeable sur Chambres de Métiers et de l'artisanat d'ile-de-france Septembre 2007 Page 2

5 Amiante QUELLES OBLIGATIONS SUR UN CHANTIER DE DESAMIANTAGE? 1. INTERVENTIONS SUR UN CHANTIER DE DESAMIANTAGE a. Intervention sur un site en déflocage Vous devez : présenter une "habilitation" : être certifié "Qualibat" (www.qualibat.com) ou "AFAQ" (www.afaq.org) pour un déflocage. Sinon, l'entreprise doit être habilitée après une formation : OPBBTP, AFAQ ou APAVE avoir suivi, vous et vos employés, une formation appropriée sur l'amiante fournir des protections individuelles pour chaque salarié faire suivre l'ensemble des salariés par un médecin du travail La liste des entreprises qualifiées pour le retrait ou le confinement de l'amiante friable est disponible sur b. Retrait d amiante non friable le décret du 30 juin 2006 "relatif à la protection des travailleurs contre les risques liés à l'inhalation de poussières d'amiante" concerne «toutes les entreprises susceptibles d'intervenir sur des matériaux amiantés lors d'opérations d'entretien et de maintenance». Cette nouvelle réglementation, applicable au 1er mars 2008, concerne les matériaux intérieurs des bâtiments (cloisons, dalles de sol, gaines). Elle ne s applique pas aux matériaux situés«à l extérieur» (toitures, bardages). Ce décret prévoit : l'obligation de posséder un certificat de qualification auprès des organismes accrédités à cet effet qui évaluent leurs capacités à effectuer de tels travaux, l obligation de former ses salariés par des organismes de formation certifiés, la transmission d un mode opératoire à la médecine du travail pour toutes les activités d'entretien et de maintenance, enfin, le texte renforce les obligations des maîtres d'ouvrage. Ils sont dorénavant tenus de transmettre aux entreprises intervenant sur les bâtiments les résultats des repérages des matériaux amiantés réalisés par les propriétaires". c. Intervention sur des matériaux susceptibles d'émettre des fibres d'amiante Il est de la responsabilité du chef d'entreprise d'évaluer le niveau de risque auquel les employés sont exposés et de leur fournir les équipements de protection individuels adaptés. On distingue principalement 3 niveaux de risque: Premier niveau Deuxième niveau Troisième Niveau Exemples de situation Manutention de plaques d'amiante ciment Découpe ou perçage d'amiante ciment avec des outils manuels Déplacement de quelques éléments d'un faux plafond contenant des cartons d'amiante Travaux à proximité d'un flocage Découpe de plaques de carton d'amiante Perçage dans des flocages ou calorifugeages (pendant une courte durée) Découpe et usinage répétés dans un local fermé sur des matériaux friables ou non, avec des outils rotatifs à Vitesse élevée Intervention directe sur des matériaux friables Mesures de protection minimales Protection respiratoire avec un demi masque filtrant jetable FFP3 Pulvérisation à chaque fois que cela est possible Sac à déchets à proximité immédiate Nettoyage du chantier avec une éponge ou un chiffon humide si nécessaire Balisage de la zone Protection respiratoire avec un masque filtrant P3 Vêtement de protection jetable Pulvérisation à chaque fois que cela est possible Nettoyage du chantier avec un aspirateur à filtre absolu Imprégnation locale du matériau avec une solution mouillante avant l'intervention Isolement de la zone de travail de manière étanche Protection respiratoire avec un masque complet TMP3 Afin de promouvoir l'utilisation d'outils plus sûrs par les entreprises du bâtiment, la Caisse Nationale d'assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS), subventionne une partie de l'achat de certains équipements pour les travaux d'entretien et de maintenance sur des matériaux ou produits contenant de l'amiante (aspirateurs d amiante, casques ou masques à ventilation assistée). Pour connaître les modalités de réalisation et de financement, adressez vous à la Caisse Régionale d'assurance Maladie Ile-de-France (CRAM). Chambres de Métiers et de l'artisanat d'ile-de-france Septembre 2007 Page 3

6 Amiante 2. GESTION DES DECHETS Quel que soit leur type et leur conditionnement, les déchets doivent être étiquetés "amiante" : fond rouge pour l'amiante, orange pour l'amiante-ciment (le marquage doit avoir une hauteur 5 cm et d'une largeur 2.5 cm). Lors de la manipulation des déchets d'amiante, toutes les précautions doivent être prises pour protéger les personnes qui risquent d'inhaler des poussières d'amiante. L'élimination doit être accompagnée de deux types de documents : Un certificat d'acceptation préalable des déchets Un Bordereau de Suivi des Déchets contenant de l'amiante (BSDA) à conserver pendant 3ans. Type de déchets Conditionnement et transport Elimination Limiter l'envol de poussières Placer les déchets dans une double enveloppe étanche Déchets d'amiante friable Déchets d'amiante ciment Autres déchets contenant de l'amiante non friable associé à Déchets dangereux: à éliminer dans un Centre de stockage (CET) de classe 1 ou Etablissement d'un BSDA obligatoire unité de vitrification Pour les déchets sous forme de fragments, poussières de nettoyage, les EPl : voir liste précédente Pour les déchets sous forme de plaques : Placer les Centre de Stockage de classe 2 ou de déchets dans des bennes, sur des palettes ou des racks de classe 3 si disposant d'alvéoles Etablissement d'un BSDA obligatoire spécifiques Des matériaux inertes voir Iiste précédente Des matériaux assimilés à des Déchets Banals Déchet Banal (ex : dalle en amiante vinyl) Des matériaux assimilés à des Déchets Dangereux Déchet Dangereux. Chambres de Métiers et de l'artisanat d'ile-de-france Septembre 2007 Page 4

7 Amiante QUELLES OBLIGATIONS SUR LES VEHICULES CONTENANT DE L'AMIANTE? 1. OBLIGATIONS Depuis le 1er janvier 2003, la vente de véhicules d occasion immatriculés avant le 1er janvier 1997 et contenant des pièces en amiante (embrayage, garnitures de frein ) est interdite : pour pouvoir être vendus, toutes les pièces contenant de l amiante doivent êtres retirées. Les professionnels sont concernés lorsqu ils réalisent des opérations d entretien sur ces pièces : Réparation ou remplacement de freins de poids lourds ou d automobiles Remplacement de l embrayage La réalisation de ces différents types de travaux expose le professionnel à un niveau de risque relativement faible : ce niveau de risque doit être évalué par le chef d'entreprise pour pouvoir choisir des mesures de protection en rapport avec ce risque. 2. PROTECTION Le tableau suivant présente les opérations de préparation et les moyens de protection à mettre en œuvre pour la réparation des freins : Opération Moyens de protection Commentaires Dépose de la roue (véhicules légers uniquement) Nettoyage préalable au jet d'eau chaude + détergents à basse pression (technique à valider) Déboulonnage à air comprimé : exposition forte probable Déboulonneuse à échappement d'air postérieur nécessaire Prévoir bac de récupération Démontage du tambour Démontage des mâchoires garnies Entretien des flasques (poids lourds uniquement) Ouvertures des emballages Usinage des tambours Nettoyage préalable au jet d'eau chaude + détergents à basse pression de la surface du tambour Aspiration de l'intérieur du tambour ouvert Nettoyage préalable Nettoyage au jet d'eau chaude Sous aspiration Tour avec captage à la source Prévoir bac de récupération Complément de nettoyage possible dans machine à laver les pièces ou au nettoyeur haute pression sur l'aire de lavage Nécessité d'un aspirateur à filtration à double étage et filtre absolu Prévoir bac de récupération Prévoir bac de récupération Le transport des garnitures neuves occasionne la production de poussières dans l'emballage Risque amiante annulé si nettoyage correct effectué Risque sidérose si opérateur à proximité Sources : L amiante dans les bâtiments Réglementation 2001 "- plaquette et brochure Ministère de l Equipement / Ministère de l Emploi et de la Solidarité Note technique "amiante" Institut supérieur des Métiers RENSEIGNEMENTS Des fiches métiers vous permettront de trouver des exemples de solutions techniques à mettre en œuvre. Ces fiches sont disponibles sur les sites de l INRS : et de la CRAM : rubrique documentation/entreprises/amiante. Centre d Information sur le Désamiantage - 22 rue de la Pépinière Paris - Tél : Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics (OPPBTP) - 1, rue Heyrault Boulogne-Billancourt Cedex Tél : Caisse Régionale Assurance maladie Ile-de-France - 17avenue de Flandre Paris Tel : Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) : Le conseiller environnement de la Chambre de Métiers et de l'artisanat est à votre disposition pour plus d information : Clément JEROME - 9 rue des Cordeliers, MEAUX CEDEX Tél : (ou ) / Fax : (ou ) Cette fiche est indicative. Les renseignements qu elle contient peuvent ne pas être exhaustifs et sont susceptibles d être mis à jour. Chambres de Métiers et de l'artisanat d'ile-de-france Septembre 2007 Page 5

8 Bijouterie - Horlogerie Vous voulez démarrer une activité de bijoutier - horloger. Cette fiche rassemble l essentiel de la réglementation en matière d'environnement et de sécurité et quelques conseils importants pour être en conformité dès le début. QUELLES OBLIGATIONS EN ENVIRONNEMENT? 1. LES DECHETS Les déchets issus de vos activités peuvent être classés en deux catégories : Les déchets non dangereux (dits banals). Ils peuvent dégrader l environnement s ils ne sont pas éliminés convenablement. Les déchets dangereux. Ils présentent des risques importants pour la santé et l environnement Tout déchet non dangereux mélangé avec un déchet dangereux devient un déchet dangereux. Déchets non dangereux Déchets dangereux Papiers Cartons Plastiques Métaux Acides, bases Colles Trichloréthylène Emballages souillés Type de déchet Néons Matériel électrique et électronique Solutions d élimination Ordures ménagères* ou collecte spécifique Réutilisation Prestataire pour recyclage Ferrailleur Retour fournisseur Distributeur / installateur Point de collecte des éco-organismes agréés * Si votre volume de déchets d'emballages dépasse 1,1 m 3 par semaine, vous devez les trier et les valoriser. Votre commune peut éventuellement se charger de leur collecte, comme pour les ordures ménagères. ** Vérifier que votre déchèterie accepte les déchets des professionnels. Il est important de noter qu en tant que détenteur ou producteur de déchets, vous en êtes responsable jusqu à leur élimination finale. Attention : la commune n'a pas obligation de collecter les déchets issus de votre activité. Elle est tenue de mettre en place une redevance spéciale pour les entreprises si elle propose ce service. Les déchets dangereux ne peuvent être confiés à la collecte de la commune. Vous devez faire appel à des prestataires spécialisés. Lorsque vous travaillez avec des prestataires pour la collecte de vos déchets dangereux, assurez-vous de leur déclaration en préfecture et demandez-leur des BSDD (Bordereaux de Suivi des Déchets Dangereux) qui justifieront de l'élimination conforme de vos déchets en cas de contrôle (à conserver pendant 5 ans). Pour vos déchets non dangereux, veillez à bien conserver les factures et bons d'enlèvement. Il est interdit de brûler vos déchets ou de les abandonner dans le milieu naturel (décharges sauvage, rivière ). Un déchet qui n est pas produit ne coûte rien! Chambres de Métiers et de l'artisanat d'île-de-france Septembre 2007 Page 1

9 Bijouterie - Horlogerie 2. L'EAU a. Rejets d eaux usées Le rejet sans traitement préalable dans le milieu naturel est interdit. Pour le rejet dans le réseau, vous devez demander une autorisation de rejet auprès de votre collectivité. Il est interdit de déverser les déchets liquides à l'égout. b. Stockage de vos produits et déchets dangereux Pour éviter tout rejet accidentel, stockez vos liquides dangereux sur rétention. Le volume de rétention doit être au moins égal à la plus grande des deux valeurs suivantes : 100% de la capacité du plus grand réservoir. 50% de la capacité globale des réservoirs associés. 3. LE BRUIT Le bruit fait partie des pollutions et nuisances. La loi fixe les seuils à ne pas dépasser : En interne : des protections doivent être mises à disposition des employés dès que le bruit dépasse 80dB. En externe : limites variables selon l'emplacement de l'entreprise (rue calme, grande avenue ). En général, le bruit de l'entreprise ne doit pas entraîner une augmentation du bruit général de plus de 5dB le jour (entre 7h et 22h) et 3dB la nuit (entre 22h à 7 h). 4. L'ENERGIE Les différentes énergies que vous utilisez contribuent aux phénomènes de réchauffement de la planète, et entraînent des coûts importants. Quelles solutions pour économiser? Production : Choix de matériel économe en énergie (même s'il est plus cher à l achat : raisonner en coût d investissement et de fonctionnement). Chauffage : isolation des bâtiments (jusqu à 30 % d économie). Eclairage : privilégiez les tubes fluorescents haut rendement et les ballasts électroniques (jusqu'à 40 % d'économies) gain financier, gain de confort pour vos employés, gain environnemental. Chambres de Métiers et de l'artisanat d'île-de-france Septembre 2007 Page 2

10 Bijouterie - Horlogerie QUELLES OBLIGATIONS EN SECURITE? Les risques dans l'entreprise sont nombreux et peuvent être à l'origine de maladies professionnelles ou d'accidents du travail. Dans votre activité, vous rencontrez des risques communs à de nombreux secteurs de l'artisanat (chute, risque incendie ), et d'autres spécifiques à votre activité. 1. LES RISQUES La liste des risques décrits n est pas exhaustive. Vous pouvez consulter les guides réalisés par l'inrs (Institut National de Recherche et de Sécurité) téléchargeables sur Risques physiques (1) Dangers : mauvaises postures causées par la nécessité d'une bonne vision des objets à travailler Dommages : tendinites, lombalgies Prévention : adaptation du siège, de l'établi, formation sur les bonnes positions Risques physiques (2) Dangers : outils, machines, utilisation de produits chimiques, fonte des métaux Dommages : coupures, brûlures thermiques et chimiques, écrasements Prévention : Mise à la disposition des employés de protections individuelles (gants, lunettes, tablier ) c. Risque oculaire Dangers : accommodation continue de l'œil à l'objet, fatigue visuelle Dommages : perte d'acuité visuelle Prévention : utilisation d'une loupe adaptée, éclairage suffisant d. Risque psychologique Dangers : risque de hold-up Dommages : stress, angoisse Prévention : toutes mesures améliorant la sécurité de l'atelier et du magasin e. Risque chimique Dangers : mélange accidentel de cyanure et d'acide, manipulation de solvants (trichloréthylène), plomb, cadmium Dommages : intoxication cyanhydriques, manifestations toxiques Prévention : Remplacement des produits toxiques par des produits de substitution non toxiques ou moins toxiques, ventilation suffisante des locaux, éloignement des postes d'électrolyse par bains cyanurés des postes où les acides sont utilisés. Vous utilisez peut-être encore de l'amiante : plaque ou pâte isolante, gants en amiante, tablier en cuir et en amiante Des produits de substitution existent pour éviter les dangers liés aux poussières d'amiante. (Cf. Fiche Amiante) 2. LA PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Le chef d'entreprise a l obligation : D'assurer la sécurité et protéger la santé de ses salariés. Tous les salariés sont concernés, qu'ils soient à temps plein ou partiel, temporaires, apprentis, conjoints salariés Former ses salariés à la sécurité pour assurer leur propre sécurité et celle des autres et en cas d accident du personnel ou de sinistre. D'évaluer les risques auxquels sont exposés ses salariés et prendre des mesures pour les éviter. Chambres de Métiers et de l'artisanat d'île-de-france Septembre 2007 Page 3

11 Bijouterie - Horlogerie Le document unique doit contenir le résultat de cette évaluation des risques professionnels. C'est un document écrit obligatoire pour chaque entreprise employant un ou plusieurs salariés (mis à jour une fois par an et à chaque changement important.) L'évaluation comporte 3 étapes principales : Identifier les risques : pour chaque unité de travail, déterminer les dangers. Hiérarchiser les risques : estimer les risques : gravité, probabilité d'apparition, fréquence d'exposition des travailleurs à ce risque. Ce classement sert à établir les priorités du plan d'actions. Planifier les actions de prévention. Des Equipements de Protection Individuelle (EPI) doivent être mis à la disposition des travailleurs par l employeur lorsque toutes les mesures de protection collective possibles ont été mises en œuvre. 3. AMENAGEMENT DES LOCAUX ET EQUIPEMENTS DE TRAVAIL Les lieux de travail doivent être régulièrement entretenus et aménagés pour assurer la sécurité et la santé des travailleurs (aération, éclairage, signalisation, prévention des incendies ). Ils doivent disposer de toilettes, vestiaires, ( ) et douches le cas échéant. Des instructions obligatoires sur l'interdiction de fumer, les moyens de secours, les coordonnées utiles doivent être affichées visiblement. Pour les machines achetées neuves l acquéreur doit faire attention aux 3 points suivants: Certificat de conformité, Notice en français, Marquage "CE" sur l équipement. Pour l achat de matériel d occasion un certificat de conformité doit être fourni à l acquéreur. (Décret 93/40). Des vérifications périodiques sont obligatoires : Désignation Fréquence de vérification Références réglementaires Installations électriques Annuelle (reporté à 2 ans si le rapport précédent ne présente aucune observation) Arrêté du 10 oct Extincteurs Annuelle R. 232 du code du travail Installations de ventilation Annuelle Arrêté du 8 oct Le chef d'entreprise doit consigner dans un registre de sécurité tous les éléments concernant les vérifications périodiques des locaux, machines et équipements de sécurité Le code du travail établit les règles de sécurité pour toutes les entreprises. Toutefois il peut être complété le cas échéant par les demandes des assurances ou la convention collective, le règlement intérieur 4. ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC Les entreprises recevant du public comme les boulangeries, boucheries, pressings, cordonneries sont soumises à la réglementation des Etablissements Recevant du Public (ERP). Ces entreprises doivent prendre des mesures de prévention contre l'incendie et faciliter l'évacuation du public, être accessibles aux personnes handicapées (avant le 1er janvier 2015), et avoir réalisé un Dossier Technique Amiante (depuis le 31 décembre 2005). RENSEIGNEMENTS Le conseiller environnement de la Chambre de Métiers et de l'artisanat est à votre disposition pour plus d'informations : Clément JEROME 9 rue des Cordeliers MEAUX CEDEX Tél : (ou ) Fax : (ou ) Cette fiche est indicative. Les renseignements qu elle contient peuvent ne pas être exhaustifs et sont susceptibles d être mis à jour. Chambres de Métiers et de l'artisanat d'île-de-france Septembre 2007 Page 4

12 Boucherie - Charcuterie - Traiteur Vous voulez démarrer une activité de boucherie, charcuterie, traiteur. Cette fiche rassemble la réglementation en matière d'environnement, d hygiène et de sécurité et quelques conseils importants pour être en conformité dès le début. Ce symbole vous indique qu'une ou plusieurs fiches spécifiques sont disponibles sur demande ou en téléchargement QUELLES OBLIGATIONS EN ENVIRONNEMENT? 1. LES DECHETS Les déchets issus de votre activité peuvent être classés en deux catégories : Les déchets non dangereux (dits banals). Ils peuvent dégrader l environnement s ils ne sont pas éliminés convenablement. Les déchets dangereux qui présentent des risques importants pour la santé et l environnement. Attention : les déchets alimentaires sont aussi appelés "eaux grasses", alors que ces déchets sont solides et n'ont rien à voir avec les eaux usées chargées en graisse. Tout déchet non dangereux mélangé avec un déchet dangereux devient un déchet dangereux. Type de déchet Solutions d élimination Déchets non dangereux Déchets dangereux Papier / carton Gros emballages plastiques et polystyrène Verre, emballages, conserves Cagettes en bois Boîtes de conserve métalliques Déchets biodégradables (légumes, épluchures, déchets végétaux) Os et suifs, déchets de tissus animaux Huiles alimentaires (de friture, de cuisson ), et graisses Boues du bac à graisse Matériaux à Risques spécifiés MRS (moelle et cerveaux) Appareil frigorifique Fluides frigorigènes Néons et piles Matériel électrique et électronique Ordures ménagères* ou collecte spécifique Réutilisation Prestataire pour recyclage Ordures ménagères Compostage individuel ou centre de compostage Collecte obligatoire par un prestataire agréée Stockage en chambre froide dans des conteneurs hermétiques nettoyés tous les jours. (récupération et stockage séparément des autres déchets) Déchèterie* (interdiction de rejet dans le réseau) Prestataire agréé Réglementation particulière : collecteurs agréés spécifiques! Enlèvement porte-à-porte Reprise par un frigoriste agréé Distributeur / installateur Point de collecte des éco-organismes agréés * Si votre volume de déchets d'emballages dépasse 1,1 m 3 par semaine, vous devez les trier et les valoriser. Votre commune peut éventuellement se charger de leur collecte, comme pour les ordures ménagères. ** Vérifier que votre déchèterie accepte les déchets des professionnels. Il est important de noter qu en tant que détenteur ou producteur de déchets, vous en êtes responsable jusqu à leur élimination finale. Attention : la commune n'a pas obligation de collecter les déchets issus de votre activité. Elle est tenue de mettre en place une redevance spéciale pour les entreprises si elle propose ce service. Les déchets dangereux ne peuvent être confiés à la collecte de la commune. Vous devez faire appel à des prestataires spécialisés. Lorsque vous travaillez avec des prestataires pour la collecte de vos déchets dangereux, assurez-vous de leur déclaration en préfecture et demandez-leur des BSDD (Bordereaux de Suivi des Déchets Dangereux) qui justifieront de l'élimination conforme de vos déchets en cas de contrôle (à conserver pendant 5 ans). Pour vos déchets non dangereux, veillez à bien conserver les factures et bons d'enlèvement. Il est interdit de brûler vos déchets ou de les abandonner dans le milieu naturel (décharges sauvage, rivière ). Un déchet qui n est pas produit ne coûte rien! Chambres de Métiers et de l'artisanat d'île-de-france Septembre 2007 Page 1

13 Boucherie - Charcuterie - Traiteur 2. L'EAU a. Consommation Vous pouvez facilement réduire votre consommation d'eau par : Des bonnes pratiques de nettoyage et de désinfection Le choix d'équipements économes en eau (économiseurs d'eau). Attention aux machines d'occasion b. Rejets d'eaux usées Le rejet sans traitement préalable dans le milieu naturel est interdit. Pour le rejet dans le réseau, vous devez demander une autorisation de rejet auprès de votre collectivité. Il est interdit de déverser des déchets liquides (graisses, huiles de friture ) à l'égout. Si vos eaux usées sont fortement chargées en matière organique, vous devez les prétraiter avant le rejet dans le réseau. L'installation d'un bac dégraisseur-déshuileur est alors indispensable. Il peut vous être demandé par la commune. Attention : pour être efficace, ce bac doit être vidangé régulièrement et les graisses traitées par des prestataires spécialisés. 3. L'AIR L activité peut être source de nuisances olfactives. Vous devez mettre en place un système de ventilation adapté à vos besoins. Vous devez procéder à un nettoyage régulier des filtres et faire réaliser, une fois par an, le nettoyage des conduites d extraction. Certains fluides frigorigènes (les CFC (chlorofluorocarbones) et les HCFC (hydrochlorofluorocarbones)), contenus dans vos installations frigorifiques, contribuent fortement à la dégradation de la couche d ozone s ils sont rejetés dans l atmosphère. Leur production est interdite mais pas leur utilisation. Vous devez faire contrôler l étanchéité de vos installations par une entreprise qualifiée (1 fois/an). Sinon, privilégiez les machines utilisant des HFC (hydrofluorocarbures) moins nocifs pour l'environnement. Voir la fiche Fluides Frigorigènes 4. LE BRUIT Le bruit fait partie des pollutions et nuisances. La la loi fixe les seuils à ne pas dépasser : En interne : des protections doivent être mises à disposition des employés dès que le bruit dépasse 80dB. En externe : limites variables selon l'emplacement de l'entreprise (rue calme, grande avenue ). En général, le bruit de l'entreprise ne doit pas entraîner une augmentation du bruit général de plus de 5dB le jour (entre 7h et 22h) et 3dB la nuit (entre 22h à 7 h). 5. L'ENERGIE Les différentes énergies que vous utilisez contribuent aux phénomènes de réchauffement de la planète, et entraînent des coûts importants : 1000 par an et par actif 1! Quels sont les coûts et quelles économies réaliser? Fabrication : 49.5 % Choix de matériel économe en énergie (raisonner en coût d investissement et de fonctionnement), entretien du matériel Production de froid : 29 % entretien régulier pour garantir la durée de vie de l'appareil (de 7 à 10 ans pour un appareil entretenu contre 3 à 5 ans sinon), bonne isolation des chambres froides, changement régulier du filtre déshydrateur Chauffage eau chaude sanitaire : 10 % isolation des bâtiments (jusqu à 30 % d économie) QUELLES OBLIGATIONS EN HYGIENE? 1. LA REGLEMENTATION Le règlement 178/2002 constitue la base de la nouvelle réglementation européenne en matière de sécurité alimentaire. Il pose les grands principes de la législation notamment la responsabilité des chefs d'entreprise, 1 Etude CNIDEP (Centre National d Innovation pour le Développement Durable et l Environnement dans les Petites Entreprises) en Chiffres boucheriecharcuterie-traiteur Chambres de Métiers et de l'artisanat d'île-de-france Septembre 2007 Page 2

14 Boucherie - Charcuterie - Traiteur l'obligation de ne vendre que des denrées saines, l'obligation de traçabilité et la coopération avec les autorités en cas de problème sanitaire. A ce règlement s'ajoute le "paquet hygiène", qui est un ensemble de règlements européens. Le principal texte est le règlement CE 852/2004. Il établit les règles générales en matière d'hygiène : Responsabilité de l'exploitant Application de procédures fondées sur les principes de l'haccp Utilisation des guides de bonnes pratiques d'hygiène Maintien de la chaîne du froid Respect des critères microbiologiques Il impose désormais l'enregistrement de toutes les entreprises du secteur alimentaire. Les exploitants qui ont une clientèle professionnelle sont soumis au règlement 853/2004. Il impose l'agrément de ces établissements. Il établit des règles pour chaque type de denrée d'origine animale. Pour les conditions d'hygiène spécifiques aux sites mobiles et/ou provisoires, se référer au chapitre III de l'annexe I du règlement CE 852/2004 cité ci-dessus. 2. LE SYSTEME HACCP Le système HACCP (Analyse des risques points critiques pour leur maîtrise) a pour objectif d'identifier tout aspect de l'activité qui est déterminant pour la sécurité des produits et de veiller à ce que des procédures de sécurité appropriées soient établies et mises en œuvre pour éviter ces risques. La mise en place d'un tel système est obligatoire. Pour faciliter votre démarche, vous pouvez utiliser les guides de bonnes pratiques d'hygiène. L'application des recommandations de ce guide exonère l'exploitant de mettre en place un système HACCP, sauf s il est soumis à agrément. Vous pouvez les commander à la documentation française (référence boucher : 5906, charcutier : 5920, traiteur : 5907) ou auprès des organisations professionnelles (version pédagogique). 3. LA TRAÇABILITE Depuis le 1 er janvier 2005, le professionnel a une obligation de traçabilité sur les produits qu'il met en vente. C'est à dire qu'il doit être en mesure de retrouver le fournisseur des matières premières qu'il a utilisées et également, pour ses clients professionnels, de savoir quels produits ont été livrés à quels clients. Cette obligation vise à faciliter le rappel des produits en cas de problème sanitaire (traçabilité avale clients) et de connaître l'origine du problème (traçabilité amont fournisseur). QUELLES OBLIGATIONS EN SECURITE? Les risques dans l'entreprise sont nombreux et peuvent être à l'origine de maladies professionnelles ou d'accidents du travail. Dans votre activité, vous rencontrez des risques communs à de nombreux secteurs de l'artisanat (chute, risque incendie ), et d'autres spécifiques à votre activité (lumbagos lors de la manutention de charges lourdes, coupures lors de la découpe ) 1. LA PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Le chef d'entreprise a l obligation : D'assurer la sécurité et protéger la santé de ses salariés. Tous les salariés sont concernés, qu'ils soient à temps plein ou partiel, temporaires, apprentis, conjoints salariés Former ses salariés à la sécurité pour assurer leur propre sécurité et celle des autres et en cas d accident du personnel ou de sinistre. D'évaluer les risques auxquels sont exposés ses salariés et prendre des mesures pour les éviter. Le document unique doit contenir le résultat de cette évaluation des risques professionnels. C'est un document écrit obligatoire pour chaque entreprise employant un ou plusieurs salariés (mis à jour une fois par an et à chaque changement important.) L'évaluation comporte 3 étapes principales : Chambres de Métiers et de l'artisanat d'île-de-france Septembre 2007 Page 3

15 Boucherie - Charcuterie - Traiteur Identifier les risques : pour chaque unité de travail, déterminer les dangers Hiérarchiser les risques : estimer les risques : gravité, probabilité d'apparition, fréquence d'exposition des travailleurs à ce risque. Ce classement sert à établir les priorités du plan d'actions. Planifier les actions de prévention Des Equipements de Protection Individuelle (EPI) doivent être mis à la disposition des travailleurs par l employeur lorsque toutes les mesures de protection collective possibles ont été mises en œuvre. 2. AMENAGEMENT DES LOCAUX ET EQUIPEMENTS DE TRAVAIL Les lieux de travail doivent être régulièrement entretenus et aménagés pour assurer la sécurité et la santé des travailleurs (aération, éclairage, signalisation, prévention des incendies ). Ils doivent disposer de toilettes, vestiaires et douches le cas échéant. Des instructions obligatoires sur l'interdiction de fumer, les moyens de secours, les coordonnées utiles doivent être affichées visiblement. Pour les machines achetées neuves l acquéreur doit faire attention aux 3 points suivants: Certificat de conformité, Notice en français, Marquage "CE" sur l équipement. Pour l achat de matériel d occasion un certificat de conformité doit être fourni à l acquéreur. (Décret 93/40) Des vérifications périodiques sont obligatoires : Désignation Fréquence de vérification Références réglementaires Installations électriques Annuelle (reporté à 2 ans si le rapport précédent ne présente aucune observation) Arrêté du 10 oct Extincteurs Annuelle R. 232 du code du travail Installations de ventilation Annuelle Arrêté du 8 oct Installations frigorifiques Annuelle au minimum Décret du 7 décembre 1992 Fours à combustible Mensuelle pour le système d'évacuation des fumées et thermostats liquide ou gazeux Semestrielle pour le brûleur et canalisations Arrêté du 9 juin 1993 modifié Monte-charge Entretien mensuel des organes mécaniques Décret du 10 juillet 1913 Vérification semestrielle des organes de levage Arrêté du 11 mars 1977 Essai annuel des organes de sécurité Le chef d'entreprise doit consigner dans un registre de sécurité tous les éléments concernant les vérifications périodiques des locaux, machines et équipements de sécurité Le code du travail établit les règles de sécurité pour toutes les entreprises. Toutefois il peut être complété le cas échéant par les demandes des assurances ou la convention collective, le règlement intérieur, 3. ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC Les entreprises recevant du public comme les boulangeries, boucheries, pressings, cordonneries sont soumises à la réglementation des Etablissements Recevant du Public (ERP). Ces entreprises doivent prendre des mesures de prévention contre l'incendie et faciliter l'évacuation du public, être accessibles aux personnes handicapées (avant le 1er janvier 2015), et avoir réalisé un Dossier Technique Amiante (depuis le 31 décembre 2005). RENSEIGNEMENTS Le conseiller environnement de la Chambre de Métiers et de l'artisanat est à votre disposition pour plus d'informations : Clément JEROME 9 rue des Cordeliers MEAUX CEDEX Tél : (ou ) Fax : (ou ) Cette fiche est indicative. Les renseignements qu elle contient peuvent ne pas être exhaustifs et sont susceptibles d être mis à jour. Chambres de Métiers et de l'artisanat d'île-de-france Septembre 2007 Page 4

16 Boulangerie Pâtisserie Vous voulez démarrer une activité de boulangerie-pâtisserie. Cette fiche rassemble l essentiel de la réglementation en matière d'environnement, d hygiène et de sécurité ainsi quelques conseils importants pour être en conformité dès le début. Ce symbole vous indique qu'une ou plusieurs fiches spécifiques sont disponibles sur demande ou en téléchargement QUELLES OBLIGATIONS EN ENVIRONNEMENT? 1. LES DECHETS Les déchets issus de vos activités peuvent être classés en deux catégories : Les déchets non dangereux (dits banals). Ils peuvent dégrader l environnement s ils ne sont pas éliminés convenablement. Les déchets dangereux. Ils présentent des risques importants pour la santé et l environnement Tout déchet non dangereux mélangé avec un déchet dangereux devient un déchet dangereux. Déchets non dangereux Déchets dangereux Type de déchet Papier / carton Gros emballages plastiques et polystyrène Cagettes en bois Boîtes de conserve métalliques Verre, emballages, conserves Sacs de farine Végétaline durcie Huiles alimentaires (de friture, de cuisson ), et graisses Déchets biodégradables (légumes, épluchures, ) Restes de détergents, détergents purs, emballages souillés Néons et piles Matériel électrique et électronique Appareil frigorifique Fluides frigorigènes Solutions d élimination Réutilisation Ordures ménagères ou collecte spécifique* Prestataire pour recyclage Réutilisation Ordures ménagères Ordures ménagères Prestataire (récupération et stockage séparément des autres déchets) (interdiction de rejet dans le réseau) Ordures ménagères Compostage individuel ou centre de compostage (déchets végétaux uniquement) Reprise fournisseur Distributeur / installateur Point de collecte des éco-organismes agréés Enlèvement porte-à-porte Reprise par un frigoriste agréé * Si votre volume de déchets d'emballages dépasse 1,1 m 3 par semaine, vous devez les trier et les valoriser. Votre commune peut éventuellement se charger de leur collecte, comme pour les ordures ménagères. ** Vérifier que votre déchèterie accepte les déchets des professionnels. Il est important de noter qu en tant que détenteur ou producteur de déchets, vous en êtes responsable jusqu à leur élimination finale. Attention : la commune n'a pas obligation de collecter les déchets issus de votre activité. Elle est tenue de mettre en place une redevance spéciale pour les entreprises si elle propose ce service. Les déchets dangereux ne peuvent être confiés à la collecte de la commune. Vous devez faire appel à des prestataires spécialisés. Lorsque vous travaillez avec des prestataires pour la collecte de vos déchets dangereux, assurez-vous de leur déclaration en préfecture et demandez-leur des BSDD (Bordereaux de Suivi des Déchets Dangereux) qui justifieront de l'élimination conforme de vos déchets en cas de contrôle (à conserver pendant 5 ans). Pour vos déchets non dangereux, veillez à bien conserver les factures et bons d'enlèvement. Il est interdit de brûler vos déchets ou de les abandonner dans le milieu naturel (décharges sauvage, rivière ). Chambres de Métiers et de l'artisanat d'île-de-france Septembre 2007 Page 1

17 Boulangerie Pâtisserie Un déchet qui n est pas produit ne coûte rien! 2. L'EAU a) Consommation Vous pouvez facilement réduire votre consommation d'eau par : Des bonnes pratiques de nettoyage et de désinfection Le choix d'équipements économes en eau (économiseurs d'eau). Attention aux machines d'occasion! b) Rejets d'eaux usées Le rejet sans traitement préalable dans le milieu naturel est interdit. Pour le rejet dans le réseau, vous devez demander une autorisation de rejet auprès de votre collectivité. Il est interdit de déverser de déchets liquides (graisses ou huiles de friture) à l'égout. Si vos eaux usées sont fortement chargées en matière organique, vous devez les prétraiter avant le rejet dans le réseau. L'installation d'un bac dégraisseur-déshuileur est alors indispensable. Il peut vous être demandé par la commune. Attention : pour être efficace, ce bac doit être vidangé régulièrement et les boues collectées et traitées par des prestataires spécialisés. 3. L'AIR L activité peut être source de nuisances olfactives. Vous devez mettre en place un système de ventilation adapté à vos besoins. Vous devez procéder à un nettoyage régulier des filtres et faire réaliser, une fois par an, le nettoyage des conduites d extraction. Certains fluides frigorigènes, contenus dans vos installations frigorifiques, contribuent fortement à la dégradation de la couche d ozone s ils sont rejetés dans l atmosphère. Les appareils utilisant des CFC ne peuvent plus être rechargés et ceux utilisant des HCFC sont interdits à la vente, mais peuvent encore être rechargés (jusqu'à 2015). Privilégiez les machines utilisant des HFC (hydrofluorocarbures) moins nocifs pour l'environnement. Voir la fiche Fluides Frigorigènes. 4. LE BRUIT Le bruit fait partie des pollutions et nuisances. La loi fixe les seuils à ne pas dépasser : En interne : des protections doivent être mises à disposition des employés dès que le bruit dépasse 80dB. En externe : limites variables selon l'emplacement de l'entreprise (rue calme, grande avenue ). En général, le bruit de l'entreprise ne doit pas entraîner une augmentation du bruit général de plus de 5dB le jour (entre 7h et 22h) et 3dB la nuit (entre 22h à 7 h) 5. L'ENERGIE Les différentes énergies que vous utilisez contribuent aux phénomènes de réchauffement de la planète, et entraînent des coûts importants : 1200 par an et par actif (Etude CNIDEP : Centre National d Innovation pour le Développement Durable et l Environnement dans les Petites Entreprises, en Chiffres boulangerie pâtisserie chocolaterie)! Quels sont les coûts et quelles économies réaliser? Fabrication : 71 % du coût total (dont 80 % pour la cuisson) Choix de matériel économe en énergie (raisonner en coût d investissement et de fonctionnement ex : four à pain chauffé au gaz ou au fioul 10 à 15 % plus cher à l'achat qu'un four à pain électrique mais 20 % de coût de fonctionnement en moins), entretien du matériel Production de froid : 15 % entretien régulier essentiel pour garantir la durée de vie de l'appareil (de 7 à 10 ans pour un appareil entretenu contre 3 à 5 ans sinon), bonne isolation des chambres froides, changement régulier du filtre déshydrateur Chauffage eau chaude sanitaire : 6 % isolation des bâtiments (jusqu à 30 % d économie) Chambres de Métiers et de l'artisanat d'île-de-france Septembre 2007 Page 2

18 Boulangerie Pâtisserie QUELLES OBLIGATIONS EN HYGIENE? 1. LA REGLEMENTATION Le règlement 178/2002 constitue la base de la nouvelle réglementation européenne en matière de sécurité alimentaire. Il pose les grands principes de la législation notamment la responsabilité du chef d'entreprise, l'obligation de ne vendre que des denrées saines, l'obligation de traçabilité et la coopération avec les autorités en cas de problème sanitaire. A ce règlement s'ajoute le "paquet hygiène", qui est un ensemble de règlements européens. Le principal texte applicable aux boulangers pâtissiers est le règlement CE 852/2004. Il établit les règles générales en matière d'hygiène : - Responsabilité de l'exploitant - Application de procédures fondées sur les principes de l'haccp - Utilisation des guides de bonnes pratiques d'hygiène - Maintien de la chaîne du froid - Respect des critères microbiologiques Il impose désormais l'enregistrement de toutes les entreprises du secteur alimentaire. Pour les conditions d'hygiène spécifiques aux sites mobiles et/ou provisoires, se référer au chapitre III de l'annexe I du règlement CE 852/2004 cité ci-dessus. 2. LE SYSTEME HACCP Le système HACCP (Analyse des risques points critiques pour leur maîtrise) a pour objectif d'identifier tout aspect de l'activité qui est déterminant pour la sécurité des produits et de veiller à ce que des procédures de sécurité appropriées soient établies et mises en œuvre pour éviter ces risques. La mise en place d'un tel système est obligatoire. Pour faciliter votre démarche, un guide de bonnes pratiques d'hygiène en pâtisserie a été élaboré par les organisations professionnelles et validé au niveau national. L'application des recommandations de ce guide exonère l'exploitant de mettre en place un système HACCP. Vous pouvez le commander au journal officiel (référence 5902) ou le télécharger à l'adresse internet suivante : 3. LA TRAÇABILITE Depuis le 1er janvier 2005, le professionnel a une obligation de traçabilité sur les produits qu'il met en vente. C'est à dire qu'il doit être en mesure de retrouver le fournisseur des matières premières qu'il a utilisées et également, pour ses clients professionnels, de savoir quels produits ont été livrés à quels clients. Cette obligation vise à faciliter le rappel des produits en cas de problème sanitaire (traçabilité avale clients) et de connaître l'origine du problème (traçabilité amont fournisseur). QUELLES OBLIGATIONS EN SECURITE? Les risques dans l'entreprise sont nombreux et peuvent être à l'origine de maladies professionnelles ou d'accidents du travail. Dans votre activité, vous rencontrez des risques communs à de nombreux secteurs de l'artisanat (chute, risque incendie ), et d'autres spécifiques à votre activité (allergies et gènes respiratoires dues aux farines, lumbagos lors de la manutention de charges, écrasement des membres dans les pétrins ) 1. LA PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Le chef d'entreprise a l obligation : D'assurer la sécurité et protéger la santé de ses salariés. Tous les salariés sont concernés, qu'ils soient à temps plein ou partiel, temporaires, apprentis, conjoints salariés Former ses salariés à la sécurité pour assurer leur propre sécurité et celle des autres et en cas d accident du personnel ou de sinistre. D'évaluer les risques auxquels sont exposés ses salariés et prendre des mesures pour les éviter. Le document unique doit contenir le résultat de cette évaluation des risques professionnels. C'est un document écrit obligatoire pour chaque entreprise employant un ou plusieurs salariés (mis à jour une fois par an et à chaque changement important.) Chambres de Métiers et de l'artisanat d'île-de-france Septembre 2007 Page 3

19 Boulangerie Pâtisserie L'évaluation comporte 3 étapes principales : Identifier les risques : pour chaque unité de travail, déterminer les dangers Hiérarchiser les risques : estimer les risques : gravité, probabilité d'apparition, fréquence d'exposition des travailleurs à ce risque. Ce classement sert à établir les priorités du plan d'actions. Planifier les actions de prévention Des Equipements de Protection Individuelle (EPI) doivent être mis à la disposition des travailleurs par l employeur lorsque toutes les mesures de protection collective possibles ont été mises en œuvre. 2. AMENAGEMENT DES LOCAUX ET EQUIPEMENTS DE TRAVAIL Les lieux de travail doivent être régulièrement entretenus et aménagés pour assurer la sécurité et la santé des travailleurs (aération, éclairage, signalisation, prévention des incendies ). Ils doivent disposer de toilettes, vestiaires et douches le cas échéant. Des instructions obligatoires sur l'interdiction de fumer, les moyens de secours, les coordonnées utiles doivent être affichées visiblement. Pour les machines achetées neuves l acquéreur doit faire attention aux 3 points suivants: Certificat de conformité, Notice en français, Marquage "CE" sur l équipement. Pour l achat de matériel d occasion un certificat de conformité doit être fourni à l acquéreur. (Décret 93/40) Des vérifications périodiques sont obligatoires : Désignation Fréquence de vérification Références réglementaires Installations électriques Annuelle (reporté à 2 ans si le rapport précédent ne présente aucune observation) Arrêté du 10 oct Extincteurs Annuelle R. 232 du code du travail Installations de ventilation Annuelle Arrêté du 8 oct Installations frigorifiques Annuelle au minimum Décret du 7 décembre 1992 Fours à combustible Mensuelle pour le système d'évacuation des fumées et thermostats liquide ou gazeux Semestrielle pour les brûleurs et canalisations Arrêté du 9 juin 1993 modifié Monte-charge Entretien mensuel des organes mécaniques Décret du 10 juillet 1913 Vérification semestrielle des organes de levage Arrêté du 11 mars 1977 Essai annuel des organes de sécurité Le chef d'entreprise doit consigner dans un registre de sécurité tous les éléments concernant les vérifications périodiques des locaux, machines et équipements de sécurité Le code du travail établit les règles de sécurité pour toutes les entreprises. Toutefois il peut être complété le cas échéant par les demandes des assurances ou la convention collective, le règlement intérieur 3. ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC Les entreprises recevant du public comme les boulangeries, boucheries, pressings, cordonneries sont soumises à la réglementation des Etablissements Recevant du Public (ERP). Elles doivent prendre des mesures de prévention contre l'incendie et faciliter l'évacuation du public, être accessibles aux personnes handicapées (avant le 1er janvier 2015), et avoir réalisé un Dossier Technique Amiante (depuis le 31 décembre 2005). RENSEIGNEMENTS La conseillère environnement de la Chambre de Métiers et de l'artisanat est à votre disposition pour plus d'informations : Clément JEROME 9 rue des Cordeliers MEAUX CEDEX Tél : (ou ) Fax : (ou ) Cette fiche est indicative. Les renseignements qu elle contient peuvent ne pas être exhaustifs et sont susceptibles d être mis à jour. Chambres de Métiers et de l'artisanat d'île-de-france Septembre 2007 Page 4

20 Carrosserie automobile Vous voulez démarrer une activité de carrosserie automobile. Cette fiche rassemble l essentiel de la réglementation en matière d'environnement et de sécurité et quelques conseils importants pour être en conformité dès le début. Ce symbole vous indique qu'une ou plusieurs fiches spécifiques sont disponibles sur demande ou en téléchargement 1. LES DECHETS QUELLES OBLIGATIONS EN ENVIRONNEMENT? Les déchets issus de votre activité peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (non dangereux). Ils peuvent dégrader l environnement s ils ne sont pas éliminés convenablement. Les déchets dangereux. Ils présentent des risques importants pour la santé et l environnement. Tout déchet non dangereux mélangé avec un déchet dangereux devient un déchet dangereux. Type de déchet Solutions d élimination Emballages (carton, plastiques) Prestataire pour recyclage Ordures ménagères ou collecte spécifique* Prestataire pour recyclage Pare-brise et verre Réemploi (reprise par fournisseur ou constructeur) Pare-chocs et pièces en plastiques Prestataire pour recyclage Réemploi de certaines pièces (reprise fournisseur ou constructeur) Ferrailleur Tôles et ferrailles Pneumatiques usagés Voir paragraphe b. les pneumatiques usagés Emballages vides ayant contenu des produits dangereux Solvants Réutilisation ou reprise fournisseur Obligation de reprise gratuite des particuliers si vous êtes distributeur Batteries Déchets non dangereux Déchets dangereux Colles, pâte à joint Aérosols Restes de peinture - Boues de peinture Filtres d'extraction des cabines de peinture Produits de protection de la carrosserie et du soubassement Pots catalytiques Chiffons souillés Matières de vidange du débourbeur-déshuileur Matériaux contenant de l'amiante (plaquettes ) (voir fiche amiante pour plus de renseignements ) Ferrailleur Fournisseur Prestataire de location pour nettoyage Prestataire pour élimination Déchèterie ** Prestataire pour incinération en centre spécialisé et agréé * Si votre volume de déchets d'emballages dépasse 1,1 m 3 par semaine, vous devez les trier et les valoriser. Votre commune peut éventuellement se charger de leur collecte, comme pour les ordures ménagères. ** Vérifier que votre déchèterie accepte les déchets des professionnels. a. Règles générales Il est important de noter qu en tant que détenteur ou producteur de déchets, vous en êtes responsable jusqu à leur élimination finale. Attention : la commune n'a pas obligation de collecter les déchets issus de votre activité. Elle est tenue de mettre en place une redevance spéciale pour les entreprises si elle propose ce service. Chambres de Métiers et de l'artisanat d'île-de-france Septembre 2007 Page 1

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Restauration

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Restauration Vous voulez démarrer une activité de restauration ambulante ou sédentaire. Cette fiche rassemble l essentiel de la réglementation en matière d'environnement, d hygiène et de sécurité ainsi que quelques

Plus en détail

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Poissonnerie

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Poissonnerie Vous voulez démarrer une activité de poissonnerie. Cette fiche rassemble l essentiel de la réglementation en matière d'environnement d hygiène et de sécurité et quelques conseils importants pour être en

Plus en détail

Boulangerie Pâtisserie

Boulangerie Pâtisserie Vous voulez démarrer une activité de boulangerie, pâtisserie. Cette fiche rassemble la réglementation en matière d'environnement, d hygiène et de sécurité et quelques conseils importants pour être en conformité.

Plus en détail

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Déménagement

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Déménagement Vous voulez démarrer une activité de déménagement. Cette fiche rassemble l essentiel de la réglementation en matière d'environnement et de sécurité et quelques conseils importants pour être en conformité

Plus en détail

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Plomberie Chauffage

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Plomberie Chauffage Vous voulez démarrer une activité de plombier chauffagiste. Cette fiche rassemble l essentiel de la réglementation en matière d'environnement et de sécurité et quelques conseils importants pour être en

Plus en détail

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS)

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS) Si vous réalisez également des activités de démontage des voitures ou des travaux sur la carrosserie, reportez-vous également aux fiches correspondantes. 1 Les déchets Les déchets issus de votre activité

Plus en détail

L amiante, en prévenir les risques

L amiante, en prévenir les risques L amiante, en prévenir les risques dans l éducation nationale L amiante, en prévenir les risques Afin de sensibiliser les personnels sur les dangers d une exposition à l amiante, lors de leur activité

Plus en détail

VDIAGNOSTICS IMMOBILIER 9 rue Henri Matisse 76120 GRAND QUEVILLY Télécopie : 09 55 32 26 60 Portable : 06 18 60 62 96 Email : vdiagimmo@free.

VDIAGNOSTICS IMMOBILIER 9 rue Henri Matisse 76120 GRAND QUEVILLY Télécopie : 09 55 32 26 60 Portable : 06 18 60 62 96 Email : vdiagimmo@free. VDIAGNOSTICS IMMOBILIER 9 rue Henri Matisse 76120 GRAND QUEVILLY Télécopie : 09 55 32 26 60 Portable : 06 18 60 62 96 Email : vdiagimmo@free.fr RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES MATERIAUX ET PRODUITS

Plus en détail

L amiante. http://www.ism.asso.fr http://www.infometiers.org

L amiante. http://www.ism.asso.fr http://www.infometiers.org Les Notes Techniques L amiante http://www.ism.asso.fr http://www.infometiers.org L'amiante est un matériau qui a été largement utilisé depuis 1950 jusqu à la fin des années 1980 en raison de ses nombreuses

Plus en détail

Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment

Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment SERVICE ENVIRONNEMENT - NOTE DE VEILLE REGLEMENTAIRE N 3 2009 Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment Rédacteur : A.CHEVILLARD Date : 08/12/2009 PREAMBULE : Cette note

Plus en détail

L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT

L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT PLOMBERIE / CHAUFFAGE COMMENT ELIMINER VOS DECHETS? Le Code de l Environnement stipule que tout producteur ou détenteur de déchets est responsable de l élimination de ses

Plus en détail

Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est)

Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est) GUIDE DES DÉCHETS Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est) Référence : 10QSE1103 mise à jour Novembre 2010 PRÉAMBULE L aspect gestion des déchets, (Papier, Cartons, Cartouches d encres, Piles,

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

Code de la Santé Publique et Arrêté du 22 août 2002

Code de la Santé Publique et Arrêté du 22 août 2002 Code de la Santé Publique et Arrêté du 22 août 2002 En tant que propriétaire de votre bâtiment (qu il soit à usage commercial, professionnel ou d habitation collective), vous devez, par l intermédiaire

Plus en détail

levenok.com Identification du lot sur le document four ni par le demandeur

levenok.com Identification du lot sur le document four ni par le demandeur levenok.com Architectes D.P.L.G. RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE des matériaux et produits contenant de l'amiante pour l'établissement du constat établi à l'occasion de la vente d'un immeuble bâti REFERENCES

Plus en détail

Amiante. On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention

Amiante. On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention Amiante On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention Le Québec est un important producteur et exportateur d amiante, un minerai reconnu pour ses

Plus en détail

Préambule. Précisions supplémentaires

Préambule. Précisions supplémentaires Préambule Les prescriptions de sécurité préconisées dans ces fiches ne concernent que les risques liés à la présence d amiante non friable. Elles visent uniquement les matériaux non dégradés dans lesquels

Plus en détail

AMIANTE REGLEMENTATION AMIANTE ET SECOND ŒUVRE DU BATIMENT

AMIANTE REGLEMENTATION AMIANTE ET SECOND ŒUVRE DU BATIMENT REGLEMENTATION AMIANTE ET SECOND ŒUVRE DU BATIMENT Evaluer les risques avant toute intervention, notamment le risque amiante par tout moyen approprié Informer et former le personnel d encadrement et opérateurs

Plus en détail

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : (1) Stockage en classe III, recyclage, 17 01 01 Béton (armé ou non) 17 01 02 Briques (1) Stockage

Plus en détail

Métallerie / Serrurerie

Métallerie / Serrurerie Votre activité peut être liée à celles de traitement de surface/polissage et de décapage. Si vous êtes dans ce cas, reportezvous aux fiches correspondantes. 1 Les déchets Les déchets issus de votre activité

Plus en détail

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique Téléchargez l'intégralité des supports du programme technique du congrès 2007 sur www.experts-comptables.org/62/ De l'0rdre des Experts-Comptables Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Plus en détail

Matinée de la prévention AMIANTE. Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre?

Matinée de la prévention AMIANTE. Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre? Matinée de la prévention AMIANTE Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre? Matinées de la prévention 2015 Programme Les conséquences pour la santé Quelques

Plus en détail

L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT

L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT FABRICATION ET CONDITIONNEMENT DE BOISSONS QUELLE DEMARCHES ADMINISTRATIVES EFFECTUER? 1. Vous devez déclarer votre activité à la Direction de la Protection des Populations.

Plus en détail

L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION

L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION Dernière révision du document : juillet 2012 L'amiante (asbeste) est à l origine une roche naturelle composée de minéraux fibreux. Pour ses nombreuses propriétés, dont la résistance

Plus en détail

L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT

L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT METALLERIE / SERRURERIE / CHAUDRONNERIE QUELLE DEMARCHES ADMINISTRATIVES EFFECTUER? Votre entreprise peut être soumise à des formalités particulières, notamment à la législation

Plus en détail

Amiante : risques, prévention et formation

Amiante : risques, prévention et formation Entreprises artisanales de plomberie-chauffage Amiante : risques, prévention et formation L amiante c est quoi? L amiante est un matériau : Naturel Minéral Fibreux Utilisé massivement pendant plus de 130

Plus en détail

MATÉRIAUX AMIANTÉS. Travailler en présence de matériaux amiantés SANS PRÉCAUTION peut entraîner des maladies respiratoires très graves :

MATÉRIAUX AMIANTÉS. Travailler en présence de matériaux amiantés SANS PRÉCAUTION peut entraîner des maladies respiratoires très graves : MÉMO SANTÉ Chef d entreprise artisanale SERRURIERS MÉTALLIERS MATÉRIAUX AMIANTÉS Travailler en présence de matériaux amiantés SANS PRÉCAUTION peut entraîner des maladies respiratoires très graves : Cancer

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition de l emploi Le titulaire de la spécialité gestion des pollutions et protection de l environnement de baccalauréat professionnel est un professionnel

Plus en détail

LES CABINES DE PEINTURE : RÉGLEMENTATION

LES CABINES DE PEINTURE : RÉGLEMENTATION LES CABINES DE PEINTURE : RÉGLEMENTATION Dernière révision du document : juillet 2012 RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES Arrêté du Gouvernement wallon du 25 septembre 2008 déterminant les conditions sectorielles

Plus en détail

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33 PAE 1/15 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des établissements classés; Annexe Nomenclature des établissements classés : N 33 Ateliers et garages de réparation

Plus en détail

REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE

REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE SERVICE ENVIRONNEMENT - NOTE DE VEILLE REGLEMENTAIRE N 1 2009 REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE Rédacteur : A.CHEVILLARD Date : 22/04/09 1) Nomenclature

Plus en détail

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE CODE DE LA SANTE PUBLIQUE Section 2 : Exposition à l'amiante dans les immeubles bâtis Sous-section 1 : Immeubles construits avant le 1er janvier 1980 Article R1334-14 : Les articles de la présente sous-section

Plus en détail

AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER

AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER Où trouve-t-on de l amiante? Interdit en France depuis 1997, l'amiante est toujours présente dans les bâtiments construits avant cette date. Des dizaines de millions de mètres

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique Téléchargez l'intégralité des supports du programme technique du congrès 2007 sur www.experts-comptables.org/62/ De l'0rdre des Experts-Comptables Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Plus en détail

DA - PP DIAGNOSTIC AMIANTE - PARTIES PRIVATIVES

DA - PP DIAGNOSTIC AMIANTE - PARTIES PRIVATIVES ETABLI EN REFERENCE A LA NORME NFX 46020 Décret n 2011-629 du 3 juin 2011 article R.1334-29-4 du code de la santé publique DA - PP DIAGNOSTIC AMIANTE - PARTIES PRIVATIVES La présente mission consiste à

Plus en détail

LA GESTION DES DECHETS

LA GESTION DES DECHETS LA GESTION DES DECHETS AML BATIMENT Ensemble contribuons à protéger l environnement AML Bâtiment Page 1 LA GESTION DES DECHETS SUR LES CHANTIERS AML BATIMENT AML Bâtiment Page 2 SOMMAIRE POURQUOI CONNAITRE

Plus en détail

Gestion des déchets dangereux dans les entreprises

Gestion des déchets dangereux dans les entreprises Actualités Gestion des déchets dangereux dans les entreprises Avril 2012 - Fiche n 1 Rédigée par Margot Liatard CCIR Champagne-Ardenne Qu est ce qu un déchet dangereux? Les déchets dangereux sont des déchets

Plus en détail

L APSAM APSAM L AMIANTE : dangers et mesures de prévention ATTENTION. L APSAM Spécial amiante

L APSAM APSAM L AMIANTE : dangers et mesures de prévention ATTENTION. L APSAM Spécial amiante Travaux à risque élevé : friables, sauf si un sac à gants est utilisé ou si le volume de débris n excède pas 1 pi pour chaque rénovation mineure nettoyage ou enlèvement d un système de ventilation dans

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Isolation de conduites à base d'amiante

Isolation de conduites à base d'amiante *F01 Cordons, anneaux d'étanchéité et bandes d'isolation électrique en amiante Des cordons à haute teneur en amiante ont souvent été utilisés comme joints anti feu dans des poêles à mazout ou en aïence,

Plus en détail

HUMI-BLOCK - TOUPRET

HUMI-BLOCK - TOUPRET FICHE DE DONNEES DE SECURITE Révision antérieure : (Selon l annexe II du Règlement REACH de l UE 1907/2006) Mise à jour : 19 janvier 2010 Version : 1 HUMI-BLOCK - TOUPRET 1-IDENTIFICATION DU PRODUIT ET

Plus en détail

ENGAGEMENTS ISO 14001 ET GESTION DES DECHETS. L exemple de l agence 13/84. Service Hygiène et Sécurité Agence 13/84

ENGAGEMENTS ISO 14001 ET GESTION DES DECHETS. L exemple de l agence 13/84. Service Hygiène et Sécurité Agence 13/84 ENGAGEMENTS ISO 14001 ET GESTION DES DECHETS L exemple de l agence 13/84 Service Hygiène et Sécurité Agence 13/84 Présentation Rappel de l engagement ISO 14001 de l ONF Quelques généralités sur la gestion

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL SOMMAIRE 1. CONSTRUCTION... 3 1.1 MESURES D HYGIENE... 3 1.1.1 Eclairage Art. R.4213-2 et suivants / Art. R.4223-1 et suivants... 3 1.1.2 Aération - assainissement

Plus en détail

L amiante Désamiantage Gestion des déchets Sécurité/santé

L amiante Désamiantage Gestion des déchets Sécurité/santé CCW_DD02 L amiante Désamiantage Gestion des déchets Sécurité/santé De nombreuses entreprises sont confrontées à des matériaux amiantés lors de rénovations ou de démolition de bâtiments. Ces matériaux,

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

Les experts et l amiante

Les experts et l amiante Serge Mestre, Frédéric Guilleux L utilisation d amiante entraîne aujourd hui une crise sanitaire d ampleur. Nous avons vu, dans un premier article (L Expert n 90), le risque «amiante» et l aspect sécurité

Plus en détail

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique Téléchargez l'intégralité des supports du programme technique du congrès 2007 sur www.experts-comptables.org/62/ De l'0rdre des Experts-Comptables Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PREFET DES PYRENEES-ATLANTIQUES Direction Départementale de la Protection des Populations des Pyrénées-Altantiques SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS Quelques règles à respecter, secteur de la remise directe

Plus en détail

Diagnostic Immobilier

Diagnostic Immobilier Diagnostic Immobilier Numéro de dossier : Date du repérage : 14/IMO/41052/DPI 04/09/2014 Désignation du ou des bâtiments Localisation du ou des bâtiments : Département :... Drôme Adresse :... 7 Avenue

Plus en détail

Risque amiante. La Sécurité sociale au service de la prévention R 387

Risque amiante. La Sécurité sociale au service de la prévention R 387 La Sécurité sociale au service de la prévention R 387 Risque amiante Caisse nationale de l assurance maladie des travailleurs salariés - Département prévention des accidents du travail - Tour Maine Montparnasse

Plus en détail

RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES MATERIAUX ET PRODUITS CONTENANT DE L AMIANTE AVANT DEMOLITION

RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES MATERIAUX ET PRODUITS CONTENANT DE L AMIANTE AVANT DEMOLITION RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES MATERIAU ET PRODUITS CONTENANT DE L AMIANTE AVANT DEMOLITION Code de la Santé Publique Chapitre IV section 2 articles R1334-14 à R1334-29 et annexe 13-9 Code de la Santé

Plus en détail

Guide de prévention du risque amiante. dans la gestion des bâtiments

Guide de prévention du risque amiante. dans la gestion des bâtiments Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments SOMMAIRE GESTION COURANTE DU BATIMENT... 5 Dossier technique amiante (DTA)... 5 Contenu du DTA et de la fiche récapitulative... 6 Mise

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 EPAC1 / LV Création : 20/02/08 Edition n 01 du 20/02/08 1. IDENTIFICATION 1.1 Désignation Nom

Plus en détail

Professionnels de la peinture, Agissons ensemble pour notre environnement LES BONS GESTES ET LES AIDES À L'INVESTISSEMENT

Professionnels de la peinture, Agissons ensemble pour notre environnement LES BONS GESTES ET LES AIDES À L'INVESTISSEMENT Professionnels de la peinture, Agissons ensemble pour notre environnement LES BONS GESTES ET LES AIDES À L'INVESTISSEMENT 3 types de peinture Peintures solvantées Composées de liants alkydes, vinyls, acryliques,

Plus en détail

SECTEUR D ACTIVITE : GARAGE

SECTEUR D ACTIVITE : GARAGE SECTEUR D ACTIVITE : GARAGE Que dit la loi? Règlementation : - Article L.1331-1 du Code de la Santé Publique «Les immeubles non raccordés au réseau public de collecte des eaux usées sont équipés d'une

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Dominique Marié diagnostics immobilier

Dominique Marié diagnostics immobilier Dominique Marié diagnostics immobilier RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES MATERIAUX ET PRODUITS CONTENANT DE L AMIANTE ETABLI A L OCCASION DE LA VENTE D UN IMMEUBLE BATI N 2012-09-014RINGUET Art. R 1334-14

Plus en détail

FICHE DE DONNEE SECURITE

FICHE DE DONNEE SECURITE Degy Anti-fourmis 28/03/12 page1/6 FICHE DE DONNEE SECURITE 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DU FOURNISSEUR Désignation commerciale: DEGY ANTI-FOURMIS Utilisation de la préparation : Produit

Plus en détail

w w w. c r a m -l r. f r LES RISQUES DANS UNE CARROSSERIE L identification des risques pour la santé est la

w w w. c r a m -l r. f r LES RISQUES DANS UNE CARROSSERIE L identification des risques pour la santé est la Les risques professionnels en Languedoc-Roussillon w w w. c r a m -l r. f r DÉCOUVRIR LES RISQUES DANS UNE CARROSSERIE L identification des risques pour la santé est la principale difficulté dans l élaboration

Plus en détail

Restauration d entreprise

Restauration d entreprise A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Restauration d entreprise L article R. 4228-19 du Code

Plus en détail

Les devoirs du Détenteur d équipements

Les devoirs du Détenteur d équipements P o u r u n e u t i l i s a t i o n r e s p o n s a b l e d e s f l u i d e s f r i g o r i g è n e s AFCE - Association loi 1901, créée en 1995 : Groupement des industriels et utilisateurs du Froid et

Plus en détail

Risques spécifiques Création : 17/03/1994. ocif

Risques spécifiques Création : 17/03/1994. ocif COMPAGNIE GENERALE DES INSECTICIDES 9 rue Louis Armand ST OUEN L'AUMONE 95315 CERGY PONTOISE Cedex Tél: 01.34.64.11.73 Fax: 01.30.37.15.90. FICHE DE DO EES SECURITE Réf. : GUEP2 Risques spécifiques Création

Plus en détail

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Prévention et Sécurité au Travail Fiche Santé et Travail n 111 Date : 01/09/2014 "Un homme averti en vaut deux" Ce proverbe souligne que l on est plus

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 1907/2006/CE, Article 31

Fiche de données de sécurité selon 1907/2006/CE, Article 31 Page : 1/5 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/l'entreprise Identificateur de produit Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du mélange et utilisations déconseillées

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010

CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010 CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010 Objet : Utilisation des fluides frigorigènes dans les installations de réfrigération A l'attention de(s) : Pour information : Monsieur l'administrateur général de l'administration

Plus en détail

CHANTIER PROPRE. cahier de. recommandations. Le Havre, agissons durablement

CHANTIER PROPRE. cahier de. recommandations. Le Havre, agissons durablement CHANTIER PROPRE cahier de recommandations Le Havre, agissons durablement cahier de recommandations Sommaire Article 1: Définition des objectifs 4 Article 2: Engagements des signataires 4 Article 3: Organisation

Plus en détail

Page 1. Le Plan de Prévention

Page 1. Le Plan de Prévention Page 1 Le Plan de Prévention 01 LA REGLEMENTATION Rappel : Le document Unique d Evaluation des Risques Dans toute entreprise, le chef d entreprise a pour obligation d assurer la sécurité et la santé de

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Introduction

Hygiène alimentaire. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Hygiène alimentaire Introduction Le temps de travail ne permet pas souvent aux salariés de déjeuner chez eux

Plus en détail

Partie C1 «Déchets de boues et autres déchets organiques non dangereux produits en 2008»

Partie C1 «Déchets de boues et autres déchets organiques non dangereux produits en 2008» - Centre de tri ou déchèterie : catégorie à utiliser seulement si la destination finale n'est pas connue. Il s'agit en pratique d'une étape intermédiaire de collecte des déchets. Cette catégorie comprend

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES DECEMBRE 2006 1. OBJET DE LA PRESTATION L activité du centre

Plus en détail

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique Téléchargez l'intégralité des supports du programme technique du congrès 2007 sur www.experts-comptables.org/62/ De l'0rdre des Experts-Comptables Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Plus en détail

1. Identification de la substance/ préparation et de la société/ entreprise

1. Identification de la substance/ préparation et de la société/ entreprise Mise à jour: 05.11.2010 Version 2 / Page 1 de 5 1. Identification de la substance/ préparation et de la société/ entreprise Identification de la substance ou de la préparation Nom commercial du produit:

Plus en détail

MAINTENANCE PREVENTIVE ET CORRECTIVE DES INSTALLATIONS D EAUX USEES ET PLUVIALES ET DES INSTALLATIONS ATTENANTES DU CENTRE HOSPITALIER DE MEAUX

MAINTENANCE PREVENTIVE ET CORRECTIVE DES INSTALLATIONS D EAUX USEES ET PLUVIALES ET DES INSTALLATIONS ATTENANTES DU CENTRE HOSPITALIER DE MEAUX . MAINTENANCE PREVENTIVE ET CORRECTIVE DES INSTALLATIONS D EAUX USEES ET PLUVIALES ET DES INSTALLATIONS ATTENANTES DU CENTRE HOSPITALIER DE MEAUX NOMENCLATURE : 81-17 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL > Santé et sécurité au travail : obligations et responsabilités de l'employeur LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL L'ÉVALUATION DES RISQUES DANS L'ENTREPRISE...

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B

REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B Les déchetteries intercommunales de la CCVD s inscrivent dans le rôle des collectivités

Plus en détail

4-DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX (DIS) HORS ACTIVITES SCIENTIFIQUES

4-DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX (DIS) HORS ACTIVITES SCIENTIFIQUES 4-DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX (DIS) HORS ACTIVITES SCIENTIFIQUES Cette partie regroupe l'ensemble des déchets pouvant être générés par les activités courantes d'un établissement d'enseignement supérieur

Plus en détail

Vulcano Pièges Fourmis

Vulcano Pièges Fourmis FDS Conforme au règlement 1907/2006/CE et 1272/2008/CE 16-12-10- Page 1/5 FICHES DE DONNEES DE SECURITE 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Produit : Utilisation : Fournisseur : Vulcano Pièges

Plus en détail

C A H I E R D E S C H A R G E S C H A N T I E R P R O P R E

C A H I E R D E S C H A R G E S C H A N T I E R P R O P R E C A H I E R D E S C H A R G E S C H A N T I E R P R O P R E La SIEMP, en accord avec la Ville de Paris, s est engagée dans une démarche de Développement Durable dans ses opérations de construction ou de

Plus en détail

MEMOIRE TECHNIQUE & METHODOLOGIQUE

MEMOIRE TECHNIQUE & METHODOLOGIQUE République Française Institut National de la Recherche Agronomique Centre de Recherche de Clermont-Ferrand Theix Lyon MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX MEMOIRE TECHNIQUE & METHODOLOGIQUE Document à remplir et

Plus en détail

Guide pratique Détenteurs Professionnels. Les lampes usagées ne se jettent plus: elles doivent être recyclées! Et vous qu en faites-vous?

Guide pratique Détenteurs Professionnels. Les lampes usagées ne se jettent plus: elles doivent être recyclées! Et vous qu en faites-vous? Guide pratique Détenteurs Professionnels Les lampes usagées ne se jettent plus: elles doivent être recyclées! Et vous qu en faites-vous? Plusieurs solutions existent : Les faire enlever gratuitement par

Plus en détail

Fénelon pour contribuer au tri sélectif et à la valorisation des déchets que nous produisons?

Fénelon pour contribuer au tri sélectif et à la valorisation des déchets que nous produisons? LYCEE FENELON : démarche Qualycée en cours Quels sont les efforts réalisés à Fénelon pour contribuer au tri sélectif et à la valorisation des déchets que nous produisons? 16/03/2015 tri sélectif à Fénelon

Plus en détail

Décret n 2003-727 du 1 er août 2003 relatif à la construction des véhicules et à l'élimination des véhicules hors d'usage.

Décret n 2003-727 du 1 er août 2003 relatif à la construction des véhicules et à l'élimination des véhicules hors d'usage. Décret n 2003-727 du 1 er août 2003 relatif à la construction des véhicules et à l'élimination des véhicules hors d'usage. Service Economique Chambre de Métiers et de l Artisanat de la Côte d Or 65-69,

Plus en détail

Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d emplois correspondant au poste, la durée de travail, etc

Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d emplois correspondant au poste, la durée de travail, etc MODELE DE FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE : AGENT POLYVALENT DES SERVICES TECHNIQUES OBJECTIF PRINCIPAL DU POSTE : Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d

Plus en détail

Guide pratique de la Collectivité Locale

Guide pratique de la Collectivité Locale Guide pratique de la Collectivité Locale Objet Ce Guide édité par Récylum* présente : - la procédure de contractualisation (via l Organisme Coordonnateur); - les modalités de mise à disposition et d enlèvement

Plus en détail

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS DE LA BRANCHE AUTOMOBILE

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS DE LA BRANCHE AUTOMOBILE DEPARTEMENT DE LA SECURITE ET DE L ENVIRONNEMENT DCPE 550 SERVICE DES EAUX, SOLS ET ASSAINISSEMENT DECEMBRE 2012 DIRECTIVE CANTONALE GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS DE LA BRANCHE

Plus en détail

AMIANTE Page 1 sur 5 GENERALITES SERPENTINE AMPHIBOLE EFFET SUR LA SANTE ASPECT JURIDIQUE

AMIANTE Page 1 sur 5 GENERALITES SERPENTINE AMPHIBOLE EFFET SUR LA SANTE ASPECT JURIDIQUE AMIANTE Page 1 sur 5 GENERALITES L amiante, du grec amiantos (incorruptible) est une roche naturelle métamorphique. Son utilisation est déjà connue à l antiquité. Le nombre de matériaux naturel en contenant

Plus en détail

Re-Certification 2012 Programme complet > 8 modules

Re-Certification 2012 Programme complet > 8 modules Re-Certification 2012 Programme complet > 8 modules Amiante : Formation répondant aux critères de compétence obligatoires dans le cadre de la certification (NF EN ISO 17024) D P E : Formation répondant

Plus en détail

chantier & environnement Guide pratique DÉMARCHE ISO 14001

chantier & environnement Guide pratique DÉMARCHE ISO 14001 chantier & environnement Guide pratique DÉMARCHE ISO 14001 Introduction Les principales nuisances susceptibles d être rencontrées sur un chantier proviennent de la gestion des déchets, du bruit et des

Plus en détail

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Prothésistes dentaires Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Carsat Centre Ouest Assurance des risques professionnels 37, avenue du Président René Coty 87048 LIMOGES CEDEX LOCAUX DE TRAVAIL

Plus en détail

Évolution réglementaire amiante, conséquences pour les gestionnaires immeubles

Évolution réglementaire amiante, conséquences pour les gestionnaires immeubles Évolution réglementaire amiante, conséquences pour les gestionnaires immeubles DIRECCTE Midi-Pyrénées 17 décembre 2012 Etat des connaissances Amiante est cancérogène Amiante est interdit depuis 1 er janvier

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER Adoptée par le Comité Technique National des industries de la Métallurgie (CTN A) le 09 octobre 2012,

Plus en détail

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation Présenté par l'ars de Poitou-Charentes UFC Que Choisir le 17 février 2011 L évolution de la société et la volonté d assurer un haut niveau

Plus en détail

Prévention des intoxications Entretien des chaudières

Prévention des intoxications Entretien des chaudières Journée Information «Monoxyde de Carbone» 18 juin 2012 Clermont-Ferrand Prévention des intoxications Entretien des chaudières Textes réglementaires et pratiques des professionnels Ministère de l'écologie,

Plus en détail

Qu est-ce qu un logement décent?

Qu est-ce qu un logement décent? direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction Guide d évaluation Qu est-ce qu un logement décent? Que vous soyez propriétaire ou locataire Quelques éléments de réponse... Octobre

Plus en détail