Le domaine de l Audronnière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le domaine de l Audronnière"

Transcription

1 SOMMAIRE Le domaine de l Audronnière pages 26 à 33 Rencontre avec Monsieur et Madame Bourdain pages 34 & 35 Y a t il eu un meurtre à l Audronnière? page 36 25

2 «LE DOMAINE DE L AUDRONNIÈRE» (SON HISTOIRE AU FIL DES SIECLES) Au début, connu tout du moins, est cité «le Port de l Audronnière». Vers 1645 a lieu un procès opposant le sieur GUERIN et le Seigneur de la Pinonnerie à propos d un fossé intentionnellement mal placé sur un chemin menant d une métairie de l abbaye d Aigues Vives au Port de l Audronnière. Ce port était reconnu à cette époque le plus commode du Cher, à l activité considérable, lieu d embarquement de blés, vins, fruits et bois par un chemin de cinq toises de large (environ 10 m). C est dire l importance stratégique de ce chemin menant à l Audronnière pour la paroisse de Faverolles. Témoin, ce procès-verbal au 16 février 1649 relatant l assignation faite par un nommé Julien Bisson, laboureur de la paroisse de Faverolles, devant le Procureur du Roy, contre les religieux d Aigues Vives. Ceux-ci qui menaient en charrette leurs bois destinés à la marine (futurs mâts de bateaux) jusqu au port de «L Audronnière», étaient accusés d avoir défoncé le chemin entre leurs terres et celles de Monsieur Le Vayer, Seigneur de Faverolles, le seul chemin qui existait pour mener des bourgs et paroisse de Faverolles à St Georges, «Séré Peigné» et qui était devenu impraticable à cause d une forte pente et de profondes ornières (causées par le passage des lourdes charrettes) remplies d eau après quatre mois de pluie. Aussi «les religieux s étaient mis à traverser les terres dudit Bisson, pour voiturer des bois d une certaine longueur qui ne peuvent se replier à chaque détour et repli que le chemin fait». Se faisant «le nouveau chemin passant sur la pièce du laboureur formait un tort considérable aux blés, et à l orge qui y étaient ensemencés». Au cours du procès, il est répondu au sieur Bisson «qu il a d autant plus mauvaise grâce de se plaindre de ce que les charretiers qui mènent les bois de marine passent dans ses terres vu que c est lui-même qui y a tracé le chemin et ce, dans l aveu de faire amener tout le bois dans un chantier qu il a et qu il comptait louer mais il a été trompé dans ses espérances parce que les commissaires de la marine mettent leurs bois où bon leur semble sans rien payer, voilà ce qui a mis ledit Bisson de mauvaise humeur». Finalement, «les sieurs abbés et religieux de l abbaye seront tenus de remettre le chemin en état et de rendre praticable à leurs risques périls et fortunes, ainsi qu à apporter réparations, dommages et intérêts du dit Bisson». Toujours est il que la Révolution en 1789 dans la grande histoire en marche étant passée aussi sur Faverolles, il n est plus question des activités des religieux d Aigues Vives et du Port de l Audronnière, mais on retrouve par une lettre du 15 Fructidor An 9 une nouvelle affaire entre les citoyens Levayer de Vendoeuvre (autrefois Marquis de Faverolles) et Bisson acquéreur de domaines provenant de l Abbaye d Aigues Vives, tous les biens religieux et seigneuriaux étant devenus biens nationaux et vendus comme tels à des particuliers. Dans une correspondance adressée par le Préfet de Loir et Cher au «citoyen maire» de Montrichard, ( ) il est 26

3 reproché à celui-ci sa négligence et son peu d empressement à transmettre le procès-verbal d une «estimation faite fin 1790, début 1791, des domaines de l Audronnière et ses dépendances». Ainsi quarante années plus tard la contestation revendiquant est toujours de mise dans la famille Bisson! Est ce toujours le même Bisson de 1749, ou bien s agit il de son descendant? Quant au citoyen Levayer, il s agit de Jean Michel Christophe le Vayer, dernier descendant de cette famille seigneuriale très ancienne, marquis de Faverolles, grand sénéchal du Maine Seigneur de la Mothe à Faverolles. Est il question de départager des terres entre celles provenant de l Abbaye et celles de l ancien domaine seigneurial du citoyen Levayer? De quel domaine provenaient les terres de l Audronnière? A cette époque, Faverolles compte trois cent paroissiens et nous ne savons pas grand chose de ce qu il advint de ces terres de l Audronnière, pendant la restauration sous le règne de Louis XVIII et de Charles X. C est en 1835 que nous retrouvons la trace du domaine de l Audronnière, en l étude de Monsieur Lucien Baudier notaire à Montrichard, par un acte datant de 1842 où l on apprend que les époux Charlonnier vendent des terres et des vignes à Monsieur de l Isle : «Silvain Charlonnier et son épouse Silvine Marie Victoire Hugues, demeurant aux caves à Faverolles, vendent des terres et de la vigne au sieur Alfred Pierre Amédée de l Isle, propriétaire demeurant à l Audronnière» en un seul tenant «Monsieur de l Isle avait acquis le 15 mars 1835 ses propres terres à l Audronnière par la succession vacante de Monsieur Philippe Etienne Heme, négociant à Montrichard et sa femme Hélène Perpétue CLIVOT, le tout, en trois hectares, vingt ares, vingt-trois centiares, consistant en pré sur rivière, friche, pente au milieu, vignes au couchant, Ouest et Nord entre le Cher et le chemin de Montrichard à St Georges». Probablement, il s agit là du site actuel d implantation du Château de l Audronnière mais on ne sait pas si le château se bâtit à cette époque ou s il existait déjà. On comprend cependant que Monsieur de l Isle est en train d agrandir sa propriété, côté Est vers Boston, car suivent dans cette vente, certaines dispositions faisant obligation à Monsieur de l Isle de construire un mur de séparation à l Est, d avec la propriété des Charlonnier (mur qui existe toujours) et d autres dispositions concernant l utilisation et la jouissance du ruisseau de Faverolles qui traverse les deux propriétés. En 1868, au Second Empire, le propriétaire successeur de Monsieur de l Isle est Monsieur Philippe CHAUVI- TAUX, marié à Marie Thérèse Aglaé Demotier, dont nous ne savons pas grand chose, sinon qu il fut adjoint à la Mairie de Faverolles. Nous en connaissons beaucoup plus sur le propriétaire suivant de 1877 à 1884, Monsieur Pierre Parceint qui sera Maire de Faverolles, sous la Troisième République. La population à cette époque y est de 800 habitants. Ce monsieur Parceint négociant en grains, également conseiller général, avait défrayé la chronique locale et même au delà en s opposant violemment au président Mac Mahon, en plein déroulement des comices agricoles à Montrichard du 10 août 1877, ce qui lui valut de sérieux démêlés avec le Préfet par la suite. Sur le climat politique et les enjeux économiques et ruraux, à propos de cet épisode «Parceint», on lira avec intérêt dans le bulletin n 24 année 1991 des «Amis du Vieux Montrichard» un article consacré aux choix politiques des Montrichardais, de l avènement du suffrage universel au début de la première guerre mondiale et aussi dans le livre de Madame J.Suraud «Regard sur Faverolles» le chapitre «Des personnes ayant marqué leur passage». En 1885, la propriété de Monsieur Parceint est saisie, à la requête de Monsieur Simon Eugène Courtellement, propriétaire à Blandy les Tours - Seine et Marne. Pour quelles raisons? Nous n en savons rien. C est dans l acte de vente en 1918 du domaine de l Audronnière par Madame Bourard veuve Chevallier à la Syndicale des Cochers et Chauffeurs de la Seine en l étude de Maître Lucien Bézard, notaire à Montrichard, que nous apprenons cette mésaventure survenue à Monsieur Parceint et l évolution du domaine de l Audronnière. «Cette Madame Marie Louise Baurard, propriétaire rentière, épouse divorcée en premier mariage de Monsieur Albert Chevallier et veuve en secondes noces de Monsieur Edouard François Chevallier décédé en 1913 sans laisser d héritier, tenait cette propriété (domaine de l Audronnière de Monsieur Pierre dit Prosper Parceint et Madame Aurélie Bruyère, son épouse, propriété qui avait été saisie en 1885». Ensuite, suit une longue description des biens acquis pendant la communauté des époux Chevallier : 25 ares aux Courlis à St-Georges achetés à Lebreton André François, vigneron, et son épouse Marie Jeanne Floride Bauges, 74 ares de sapins aux Courlis à Monsieur Ernest Archambaux et Madame Marie Josèphe Bigot à St-Georges, 25 ares à Madame Geneviève Bonroy, veuve de Monsieur Joseph Victor Dangé à St-Georges, 25 ares à Madame Louise Ouvray sur Faverolles veuve de Monsieur André Crespou (ou Crespau), 14 ares à Madame Amélie Peltier, épouse de Monsieur Jean Bauchet à St-Georges, 22 ares à Madame Ester Marie Dugué, épouse de Monsieur Armand Alfred Delannoy, vigneron 27

4 au Domaine de la Rochette à Pouillé, qui appartient aujourd hui à François LECLAIR, médaillé régulièrement au Touraine Primeur, et enfin 36 ares à la Clémencerie, sur Faverolles aux héritiers de Madame Henriette Victoire Charbonnier, veuve de Monsieur Paul Alexandre Alliot. Nous avons là toute une liste de familles, qui pour certaines sont toujours présentes à Faverolles ou à St- Georges, ou dans le canton par leurs descendants. Qu est ce qui a poussé toutes ces familles à vendre leurs terres, en ces dernières années du 19ème siècle aux plus gros propriétaires terriens? En 1896, l Annuaire Almanach du Commerce de l Industrie de la Magistrature et de l Administration, répertorie l Audronnière comme grosse propriété appartenant à Monsieur Edouard Chevallier, lequel fut aussi maire de Faverolles de 1892 à 1904, aux côtés des propriétés d Aigues Vives de l Hermitage et de «la Milletière». C est en 1918 que bifurque la vocation du domaine de l Audronnière, à l instar d autres grands domaines terriens particuliers qui tombent dans l escarcelle enthousiaste de ces nouvelles sociétés à vocation d entraide et de solidarité : les syndicats, les coopératives et les mutuelles c est la Syndicale des Cochers et Chauffeurs de la Seine, société coopérative anonyme au capital et personnel variable qui fait l acquisition de ce «superbe domaine». On ne peut mieux illustrer notre propos à cet endroit qu avec ce numéro de l Illustration paru le 29 juin Voir l article extrait de l Illustration du 29 juin 1918 en page 32 28

5 A partir de cette période jusqu en 1935, nous connaissons quelques détails grâce à des photos anciennes et aussi à des histoires rapportées, par Monsieur Georges Marche, bien connu à Montrichard fils de Monsieur Marche, Régisseur intendant du Domaine pour la syndicale des cochets, né à l Audronnière et y ayant passé son enfance, se souvenait que le château et son domaine était réservé aux enfants et familles des cochers et chauffeurs syndiqués pour leurs vacances, loisirs, partie de pêche et même courses de taxis! Cette belle aventure prit fin en 1936 par la saisie du domaine pour des raisons que nous ignorons devant le Tribunal de première instance de Blois, puis par la vente, après bien des péripéties de surenchère à l Union des Syndicats ouvriers confédérés de la Région Parisienne siégeant rue de Châteaudun à Paris. En février 1937, le domaine dont prend possession l Union des Syndicats, s agrandit encore sur la commune de St-Georges par un petit bois de sapins et d acacias vendu par Monsieur et Madame Bouges Berthias, portant l ensemble du domaine, bâtiments compris à 34 hectares environ. A partir de cette année 1937, où l Union des Syndicats Ouvriers Confédérés fusionne avec l Union des Syndicats Unitaires pour former l Union des Syndicats Ouvriers de la Région Parisienne (U.S.O.R.P.) c est le personnage de Gaston Monmousseau ( ) né en 1883 à Azay sur Cher, secrétaire national de la CGT et directeur du Journal «La Vie Ouvrière» qui est fondamentalement attaché au domaine de l Audronnière. Il appréciait particulièrement les parties de pêche à l Audronnière, au bord du Cher, et tenait une chronique dans le journal de la «VO» «la musette de Jean Brécot» la dite musette renfermait plus d une histoire sorte de petit conte moral et politique dont le héros principal, un personnage imaginaire nommé Jean Brécot était planté dans un décor naturel et social bien réel celui-là, les bords du Cher et le domaine de l Audronnière. Cependant, malgré les espoirs immenses soulevés en 1936 pour ceux qui vivent de leur travail, c est la deuxième guerre mondiale qui s avance avec ses dramatiques prémices de la guerre d Espagne. «Fidèle à sa tradition de solidarité, de soutien aux peuples en souffrance dans leur combat antifasciste», l Audronnière accueillera des réfugiés espagnols avant que ceux-ci ne soient «parqués» dans un camp à Pontlevoy par décision préfectorale. En 1939 la CGT est dissoute ainsi que tous ses biens dévolus. Au début de la guerre, le Cher qui borde le domaine de l Audronnière est la ligne de démarcation, mais les bâtiments et les terres seront confisqués par le gouvernement de Vichy. Pour quelle utilisation pendant les années de guerre? Nous ne le savons pas. En 1940, une très grosse crue du Cher met le château les pieds dans l eau jusqu à un mètre environ de hauteur. Depuis à ce jour, il n a jamais connu d inondation aussi importante. A la libération, l USORP récupère ses biens, et c est pour accueillir des enfants de déportés disparus ou revenus de déportation, et des enfants des familles de militants syndicaux, résistants, éprouvés par la guerre. C est en 1947 qu y est crée un aérium, pour les enfants victimes de la tuberculose et plus généralement, de mauvaises conditions sanitaires et sociales, séquelles de la guerre. Cet aérium voit le jour grâce à la création des caisses de sécurité sociale issues du programme du Conseil National de la Résistance, tout naturellement, il prend le nom de Gaston Monmousseau, et des constructions nouvelles sont ajoutées au château. 29

6 Il s adresse à tous les enfants des familles relevant de ces régimes tout neufs d assurance sociale et non plus seulement aux enfants de syndiqués. Il aura un «frère jumeau» dans le Cher, près de Vouzeron crée par le Syndicat des Métallurgistes, qui prendra le nom de Jean Pierre Timbault, en mémoire de ce responsable syndical fusillé à la carrière de Chateaubriant avec le jeune Guy Mocquet et les vingt cinq autres otages. La première signature du Livre d Or de l aérium de l Audronnière, qui date du 10 août 1949, est celle de Gaston Monmousseau, suivie de celle de Benoit Frachon, éminent dirigeant de la Résistance et Secrétaire général de la CGT et de Marcel Cachin en mai 1950, directeur du journal l Humanité, puis d autres signatures célèbres au gré de la vie de l aérium et des ses transformations successives, toujours au service de la solidarité envers les enfants et leurs familles, celle de Jack Ralite le 24 avril 1982, ministre de la Santé accompagné ce jour de Madame Yvette Chassagne, première femme préfet en France, Préfet de Loir et Cher, et puis celles de Cécile et Henri Rol Tanguy demeurant non loin à Monteaux, répondant le 7 juillet 1987 à une invitation amicale à l Audronnière. On y trouve aussi les signatures de Marcelle et André Faraud parmi les premiers directeurs de l Audronnière, remerciant les 1710 enfants qu ils ont connu entre janvier 1948 et décembre 1951 ainsi que celles de jeunes instituteurs stagiaires de l Ecole Normale qui rendent hommage avec enthousiasme à la «véritable pédagogie nouvelle». Cette école du peuple où des méthodes nouvelles permettent à des enfants «d apprendre à connaître et à comprendre et grâce à quoi, se forment de futurs bâtisseurs du socialisme». On trouve aussi «Ici pas d écoliers, mais des modeleurs, des sculpteurs, des arpenteurs, des journalistes qui poussent et vivent». L inspiration éclairée par Freinet et sa nouvelle pédagogie n est pas étrangère à cette «éducation intelligente et démocratique» dispensée à l aérium et qui, en passant par les conifères, le plâtre, et les marionnettes, s adresse à des «enfants heureux dans la fraternité, la joie et la confiance en l avenir». Solidarité et Entraide sont les mots qui reviennent le plus souvent dans le Livre d Or avec la mémoire de ceux qui ont consacré et aussi sacrifié leur vie pour que perdure, cette belle invention humaine qu est la solidarité. A méditer aujourd hui sans restriction et sans modération, non plus à l ombre du grand cèdre plus que centenaire du parc, planté par les premiers propriétaires du domaine, malheureusement terrassé par la tornade de juillet 1988, mais au pied de l Arbre de Vie, fresque murale réalisée par Jacques Bardet que l on peut encore regarder à loisir en entrant au château de l Audronnière. 30

7 Le grand cèdre centenaire L Arbre de Vie 31

8 Le château des chauffeurs de taxis Article extrait de l Illustration du 29 juin 1918 Ils avaient déjà, à Levallois, leur maison de ville, maison commune comportant salles de réunion, de restaurant, de spectacle, coopérative et bureau d administration ; ils avaient aussi, à Bezons, une usine de benzol. Aces importantes propriétés, les chauffeurs de taxi-autos viennent d ajouter un superbe château situé dans une des plus belles régions de France, à dix lieues à peine de Tours. Et voilà qui prouve une fois de plus que, à côté des défauts qu on leur attribue, les syndicats ont au moins le mérite, quand ils sont bien administrés, de savoir réaliser des économies st de faire de bonnes affaires. Car c est une bonne, une excellente affaire que vient de conclure le syndicat des cochers-chauffeurs parisiens, si nous en croyons ce que disent les habitants de Montrichard, la coquette ville du département de Loir-et-Cher, de qui dépend l «Audronnière», la propriété en question. Ce domaine, dont les syndiqués ne prendront d ailleurs possession que le 1er novembre prochain, ne mesure pas moins de 32 hectares, dont 12 ou 13 plantés de vigne. Il aurait été cédé par ses propriétaires actuels pour la somme de francs. La guerre et son cortège de deuils étant venu briser le lien qui attachait la famille à la vieille demeure, on a voulu fuir les lieux témoins de la quiétude et des joies à jamais perdues... et les chauffeurs ont profité de l occasion. Sur la rive gauche du Cher qui, pendant 600 mètres environ, borde la propriété, l Audronnière est admirablement située, au flanc d un côteau où s étale le vignoble, ayant en face d elle, au delà de la rivière, les hauteurs mamelonnées que couronnent d un bourrelet sombre les lisières de la superbe forêt d Amboise. Massifs d arbres séculaires, prairies grasses, pièces d eau, ombrages touffus, perspectives lointaines forment le premier plan du parc qui s étend devant la maison d habitation composée d un principal corps de bâtiment auquel sont venus s ajouter successivement différents pavillons, groupant, sans se nuire entre eux, leurs architectures différentes. Et cet ensemble se prêtera magnifiquement car la place n y manque pas aux projets que l on prête aux syndiqués, d y installer une colonie scolaire pour les enfants de leurs adhérents, un sanatorium pour convalescents, un lieu de retraite pour les invalides du volant. Mais on ne les réalisera qu après la guerre alors que les temps normaux auront rendu leur valeur réelle aux objets usuels ; car, qu elles que puissent être les économies de la coopérative, l achat du château y a fait une large brèche et l on attendra de prochains bénéfices pour acquérir le mobilier nécessaire aux installations projetées. Ces premiers bénéfices on les devra sans doute au vignoble lui-même dont le vin doré rivaliserait volontiers avec le célèbre Vouvray, son proche voisin ; et nous verrons peut-être, quelques jours, sur les cartes de nos meilleurs restaurants, le «clos-taxi» en bonne place. Pour loger la récolte, les communs sont vastes et, suivant l usage des bords du Cher et de la Loire, caves et celliers sont creusés dans le côteau ; certains ont jusqu à 45 mètres de profondeur. N oublions pas d ajouter qu il sera loisible aux nouveaux propriétaires de tirer, dans les vignes, grives et merles friands de leurs raisins, ou, encore, préférant un sport plus paisible, de pêcher de savoureuses fritures dans le Cher poissonneux. 32

9 A partir de la création de l aérium en 1947, comme on le voit au fil du Livre d Or, le domaine et le château de l Audronnière n a pas cessé de connaître de riches heures et de riches activités pendant un demisiècle, jusqu à ce jour. du Cher par l acquisition de deux immeubles en ville à Montrichard. Cette richesse, essentiellement humaine, lui provient des générations d enfants et d accompagnants qui se sont succédés sans interruption, animant les vieux murs, les vignes, les champs et les bois, les bords du Cher, de leurs jeux, de leurs rires, de leurs aventures, quelques fois de leurs larmes, et aussi de leur travail et de leur imagination. Beaucoup d enfants devenus adultes, conservent un souvenir enchanteur ou simplement nostalgique de leur séjour dans ce petit coin de Faverolles au bord du Cher et il n est pas rare de recevoir leurs visites pendant l été. Ce sont les engagements personnels dans la volonté collective, qui font perdurer l œuvre au service des enfants malades, puis handicapés, venus au monde avec leur petite musette pour la vie au contenu plus ou moins inégal, pour reprendre l image du Ministre Jack Ralite, qui ont imprimé la vocation historique de l Audronnière devant ce demi-siècle. Avec les syndicats CGT de l Ile de France, l aérium s est reconverti en maison d enfants à caractère sanitaire pour troubles tromato-psychologiques, puis en 1984 en Institut de Rééducation pour enfants souffrant de troubles du comportement. Puis ce sont les Mutuelles d Ile de France qui ont, à leur tour, succédé vers les années 1990 au syndicat CGT, en devenant propriétaires et gestionnaires de l établissement, toujours dans son château et son domaine, et même un peu au-delà, de l autre côté Quant au domaine agricole, surtout planté de vignes, agrémenté du petit bois sur Saint-Georges-sur-Cher, «La Sapinnière» et d un potager avec des serres à l ancienne, il se contentera de produire Côt ou Merlot, un petit vin local, Gamay, Cabernet, Sauvignon, d élever quelques cochons, d aligner de belles rangées de légumes pour le plus grand bénéfice de la santé dans l assiette des petits pensionnaires. Si les vignes, trop vieilles, ont disparu du paysage de l Audronnière vers les années 1980, les terres ne furent pas pour autant mises en jachère. Elles continueront de vivre leur vie avec les bons soins de la famille Mahoudeau Gérard et Patrick, voisins à la Haute- Clémencerie. Tout dernièrement, une petite parcelle du domaine de l Audronnière vient d être vendue le long de la route de la Clémencerie et permet l installation de quatre nouvelles familles sur notre commune de Faverolles. Et la vie continue... Recherches réalisées par Madame Annick MENWEG, Directrice de l Audronnière. 33

10 RENCONTRE AVEC MONSIEUR ET MADAME BOURDAIN L Aérium c était un établissement de repos au grand air pour les enfants qui étaient très disposés à la tuberculose. Il fallait les réalimenter, les soigner et les sortir de leur milieu social qui était bien souvent très difficile. Et vous Monsieur Bourdain, quand êtes vous arrivé à l Audronnière et avez vous connu l Aérium? Oui, quand je suis arrivé, l établissement était toujours un Aérium, mais je suis d abord arrivé comme comptable en A cette époque il y avait des classes mais elles dépendaient de l Académie de Paris. Tous ces enfants qui arrivaient à Faverolles, comment ont ils été orientés sur l Audronnière? Monsieur Bourdain ayant été Directeur de l Audronnière et Madame Bourdain ayant occupé plusieurs fonctions au sein de cet établissement (monitrice, éducatrice, responsable infirmerie ). Merci de nous recevoir afin de nous faire part de vos souvenirs en tant qu acteurs principaux durant de nombreuses années au sein de ce lieu qu est «l Audronnière». Avant d évoquer une période qui n est pas si ancienne, avez vous des informations sur ces locaux? Le corps principal de ce bâtiment était un ancien relais de chasse qui se situe entre Amboise et Montpoupon. Il a été acheté aux alentours de 1923 par le Syndicat des Cochers de Paris qui est devenu beaucoup plus tard le Syndicat des Cochers et Chauffeurs de Taxis Parisiens. Il a été acquis afin de réaliser une maison de vacances pour les adhérents et leurs familles. Ensuite, nous pensons qu ils n avaient pas les moyens de garder le château, il a donc été repris par l Union des Syndicats de la Seine CGT, pour réaliser une colonie de vacances. Nous n avons pas d information sur la date, mais nous pensons que cela s est fait avant guerre, puisque de 1935 à 1938, les locaux ont servi à accueillir des réfugiés espagnols. Sous Vichy, les locaux ont été réquisitionnés il y a même eu la milice qui a occupé le château sous le régime de Pétain. Ce bâtiment a été rendu à la CGT à la libération et juste après, en 1948, cette institution a été agréée par la Sécurité Sociale. C était l époque de l Aérium. Pourriez vous nous expliquer quel était le rôle de l Aérium que l on ne rencontre plus à notre époque? Il y avait des demandes qui étaient formulées auprès des Caisses d Assurance Sociale, elles étaient ensuite examinées par un médecin conseil qui déterminait si l enfant avait besoin de sortir de son milieu, la plupart des enfants arrivaient pour trois mois, quelquefois cela était prolongé. Le choix appartenait au médecin de la Sécurité Sociale qui venait tous les mois et décidait de la poursuite ou non du séjour. Au fur et à mesure des années, la tuberculose a reculé, nous nous sommes donc retrouvés avec des enfants en grande difficulté sociale, ce qui était complètement différent. C est là qu il a fallu faire tous ces travaux, nous sommes passés de deux classes à cinq classes assez rapidement. Vous avez donc réalisé d importantes transformations? Oui, à cette époque, il a fallu réaliser plus de quatre cent millions de travaux durant quatre ans, mais cela a mis de nombreuses années à voir le jour, nos premières réflexions se situant juste après l élection de Monsieur POMPIDOU, en Cela n a pas été facile, il a fallu à plusieurs reprises se déplacer dans les ministères pour faire avancer ces gros dossiers, qui ont même été perdus à une certaine époque. Vous savez, à cette période nous avons du nous battre pour sauvegarder l emploi, nous devions recevoir énormément d enfants l été pour compenser la défection tout au long de l année et cela posait de gros problèmes de sécurité. Nous avons à cette époque, rencontré tous les maires du canton, les députés, les sénateurs, pour défendre cette maison et éviter qu elle ne soit transformée en centre de vacances ouvert seulement deux mois en juillet et août. 34

11 Dans les années 1970, nous avons eu beaucoup de mal à expliquer notre situation. Et comment avez vous eu l idée de transformer cela en école spécialisée ou centre d accueil? Cela ne s est pas fait du jour au lendemain, il a fallu réfléchir à un vrai projet d aménagement et aussi à un projet éducatif. Nous avons dû faire appel à un éducateur d Orléans qui a structuré notre projet, que nous avons pu mener au bout, les bâtiments ayant été inaugurés en 1981 et c est à cette période que j ai pris ma retraite. Avant toutes ces transformations, vous accueilliez beaucoup d enfants? L hiver nous pouvions accueillir quinze enfants et passer à plus de deux cent durant les mois d été. C était une époque très dure où nous avions beaucoup de mal à boucler nos budgets et surtout à payer nos factures, il n était pas rare que les commerçants de Montrichard nous fassent crédit plusieurs mois. J ai même payé le fioul un hiver avec mon argent, je ne pouvais laisser les enfants dans le froid et quelquefois les soucis de gestion financière m empêchaient de dormir. Mais quand je suis parti, tout marchait bien. Et après tous ces travaux qui clôturent l ère de l Aérium, comment était défini cet établissement? On appelait cela maison à caractère somato-psychologique, cela regroupait les malades dits «imaginaires», comme on disait dans le temps et les vrais malades, mais nous n accueillions que des enfants de moins de quatorze ans. Vous habitiez donc sur place? Nous étions durant de nombreuses années pratiquement vingt-quatre heures sur vingt-quatre à la disposition de nos pensionnaires. Il fallait toujours être là pour accompagner un enfant malade, ou pour autre chose. En fin de carrière, nous étions fatigués, nous avions besoin de partir le dimanche pour faire une coupure. Et avez vous revu d anciens pensionnaires? Oui, nous en avons revu, l un d eux quelques années après son passage qui s était installé comme plombier. Ah celui-là c était mon chouchou, il était arrivé entre deux gendarmes, il volait dans les étalages. Ses parents étaient partis, il ne savait pas où ils étaient, c étaient les grands-parents qui l avait recueilli. Sa grand-mère était infirme et en permanence sur un lit et son grand-père tout le temps ivre mort. Il volait car il avait faim. Et tu te rappelles pour le faire manger on l avait fait monter chez nous dans le couloir, il ne voulait pas manger. Il n avait jamais couché dans des draps, et bien on l a sauvé et quand il est revenu avec sa femme et ses enfants nous étions drôlement contents. Nous avons même eu une fille d un cadre supérieur de la SNCF, ses parents lui cédaient tout. Il me l ont amené et j ai été dur avec les parents je leur ai demandé de ne pas la revoir durant un mois. Cela a été dur pour tout le monde, mais nous avons pu la remettre sur de «bons rails»! Heureusement qu il y a de très bons souvenirs. Nous avions quelquefois des enfants qui étaient mêlés à des meurtres. Et nous avons même été embêtés avec Mesrine, j ai eu la P.J. durant deux jours à l Audronnière, qui faisait des recherches sur son adjoint qui était venu enfant à l Audronnière. Mesrine avait volé un bateau pour traverser le Cher et les gendarmes le recherchait activement, ils croyaient qu il allait passer à l Audronnière. Ils ont fouillé tous les bâtiments. Ils pensaient que son adjoint l avait renseigné sur les lieux. Nous n y pouvions rien, mais nous avons quand même été embêtés. Vous aviez des moments de joie et quelquefois de nombreux soucis? Je me souviens, nous avons eu deux enfants qui fuguaient nous devions bien sûr prévenir sans tarder la gendarmerie. Mais ces deux enfants étaient perchés dans un arbre au-dessus du chenil et durant toute la journée, ils se sont bien marrés à regarder les gendarmes les rechercher avec l hélicoptère. La plupart du temps je me suis aperçu que ce qui manquait à ces enfants c était un point de repère et surtout quelqu un en qui ils puissent avoir confiance dans leur famille. La plupart du temps leurs parents avaient démissionné et les avaient abandonnés à eux-mêmes. Merci à vous Monsieur et Madame Bourdain de votre témoignage riche en souvenirs et plein de passion. Vous venez de découvrir ou de redécouvrir une partie de l histoire du patrimoine Faverollais, grâce à la collaboration spontanée de Monsieur Louis BOURDAIN, de son épouse, et de Madame Annick MENWEG, directrice de l Audronnière depuis 1982, qui nous a fait une rétrospective de l histoire de cette propriété, à partir de documents d archives et d anecdotes. Nous les remercions vivement. Le montage de ce document a été réalisé par : Olivier RACAULT et Marie-France MAURY 35

12 Y A T IL EU UN MEURTRE A L AUDRONNIERE? Très souvent, lorsque l on se documente sur un lieu, nous nous prenons de passion et l envie de découverte est très forte, elle devient le moteur de notre enquête. Mais dans le cas présent, ce que nous allons vous conter constitue une véritable «énigme», qui nous l espérons, passionnera nos habitants et nous permettra sans aucun doute de vous apporter dans un prochain bulletin, des réponses aux multiples questions auxquelles nous avons été confrontés. Introduction : Il y a à peu près cinq mois, alors que nous débutions nos recherches sur l Audronnière, Madame SURAUD, membre des Amis du Vieux Montrichard et historienne de notre commune, nous fait part de l existence d un document surprenant et plein de promesses. En effet, la «chance» existe lorsque l on lit les quelques lignes qui suivent. L ami du fils d un habitant de Montrichard a fait l acquisition d un ensemble de vieux documents lors d une brocante à Orléans. Celui-ci découvre un plan dans lequel il relève la Commune de Faverolles sur Cher, proche de Montrichard, sans tarder, le document se retrouve à Montrichard où il est remis à l association des Amis du Vieux Montrichard et c est avec beaucoup de plaisir qu une copie de ce document nous est confiée par Madame SURAUD, qui va naturellement, nous aider à réaliser sa lecture. Les faits : Sur ce document dont l original a été réalisé à l encre et en couleur, nous découvrons un relevé d enquête suite à la disparition du Père Richard. C est avec une précision exceptionnelle et à l échelle que l ensemble du relevé a été minutieusement décrit et expliqué point par point. Nous découvrons sur les terres de l Audronnière, qu en ce lundi 26 janvier les plaintes du Père Richard ont été entendues à la Clémenserie. Dans la pièce de terre, proche de l Audronnière ont été découverts des pas d homme et de chien ainsi que le sabot du Père Richard. Sur une autre pièce de terre, appartenant à Monsieur PECOUL, on a reconnu une place foulée sur laquelle étaient imprimées l empreinte de genou et d un coude, à quelques pas de là, le chapeau du Père Richard a été trouvé au bord de l eau à environ vingt pas de la place foulée. L enquête : A la lecture de ce document, de multiples questions se posent : A t on retrouvé le Père Richard, a t il été jeté à l eau? Sans tarder, nous consultons les tables de la Commune, mais aucun décès n est enregistré au nom du Père Richard, nous décidons de poursuivre et grâce aux précieux indices de Madame SURAUD, nous découvrons que l Audronnière était habitée par les closiers de Monsieur PECOUL de l Audronnière ce qui nous permet d en déduire que cet événement s est déroulé avant que Monsieur PARCEINT ne devienne propriétaire. En recherchant tous les lundi 26 janvier, nous supposons que cet événement s est produit en A cette époque, pas question de réaliser des photos, il était coutume et d usage qu un enquêteur du tribunal ou de toute autre juridiction constitue un relevé minutieux afin de poursuivre les investigations. On pourra bien sûr remarquer à la lecture des relevés que les terres n étaient pas gelées, au vu des marques dans le sol et qu à cette époque la traversée du ruisseau de Faverolles sur le chemin de Montrichard à St-Georges (actuelle N le 76) se faisait sur une planche. Epilogue : Beaucoup de questions restent en suspens et de nombreux passionnés à l heure de cette publication recherchent aux archives départementales un indice qui pourrait élucider la disparition du Père Richard sur les terres de l Audronnière. N hésitez surtout pas à nous adresser le résultat de vos enquêtes. 36

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques»

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» «La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» Xavier Junique, Patricia Toucas et Richard Ribière Revue internationale de l'économie sociale : Recma, n 301,

Plus en détail

La maison de ma grand-mère

La maison de ma grand-mère La maison de ma grand-mère Voici une belle histoire de recherches survenue dernièrement concernant des gens qui ont vécu à Ste-Marie. Cette petite aventure a débuté sur le site Facebook dans le Groupe

Plus en détail

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays!

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Guide du citoyen L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Sommaire p 4 p 5 p 8 p 12 p 16 p 20 p 24 p 28 Préambule Nos noms dans la République Les grands moments de l existence Acte de

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Aux origines : rigueur morale, simplicité, nature. Marius Berliet, l industriel qui aimait la nature, Chapitre 1

Aux origines : rigueur morale, simplicité, nature. Marius Berliet, l industriel qui aimait la nature, Chapitre 1 Aux origines : rigueur morale, Marius Berliet, l industriel qui aimait la nature, Chapitre 1 simplicité, nature. Dessins de Marius Berliet, v.1880 Marius Berliet en 1889 «Famille d origine terrienne :

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013. Mme Micheline L.

Commentaire. Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013. Mme Micheline L. Commentaire Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013 Mme Micheline L. (Droits du conjoint survivant pour l attribution de la pension militaire d invalidité) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 avril

Plus en détail

Discours de M. Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon

Discours de M. Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon Discours de M. Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon A l occasion du 20 e anniversaire de la disparition de Jean Couty et de la présentation du livre «Jean Couty», de Lydia Harambourg, aux éditions Cercle

Plus en détail

SITE INTERNET Mémoire de Magny AVRIL 2015 Portrait. Louise Lecarpentier, 100 ans, 40 ans de vie à Magny

SITE INTERNET Mémoire de Magny AVRIL 2015 Portrait. Louise Lecarpentier, 100 ans, 40 ans de vie à Magny SITE INTERNET Mémoire de Magny AVRIL 2015 Portrait Louise Lecarpentier, 100 ans, 40 ans de vie à Magny En janvier dernier, Louise Lecarpentier soufflait ses 100 bougies. Elle vit encore dans sa maison

Plus en détail

Offrir du bonheur au delà de sa vie. Conseils en matière de testaments. Travail en dignité Agir pour le développement

Offrir du bonheur au delà de sa vie. Conseils en matière de testaments. Travail en dignité Agir pour le développement Offrir du bonheur au delà de sa vie Conseils en matière de testaments Travail en dignité Agir pour le développement Le bonheur d offrir Vous aimez faire plaisir à ceux qui vous entourent et aider des personnes

Plus en détail

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr Tous les enfants ont des droits! Tous les enfants du monde ont les mêmes droits, quels que soient le pays où ils vivent, la couleur de leur peau, leur religion, leur sexe Le droit d avoir un nom, une famille,

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

CONSEIL CANADIEN DES NORMES DE LA RADIOTÉLÉVISION CONSEIL RÉGIONAL DU QUÉBEC. Transcription partielle du reportage de J.E. diffusé le 7 novembre, 1997

CONSEIL CANADIEN DES NORMES DE LA RADIOTÉLÉVISION CONSEIL RÉGIONAL DU QUÉBEC. Transcription partielle du reportage de J.E. diffusé le 7 novembre, 1997 CONSEIL CANADIEN DES NORMES DE LA RADIOTÉLÉVISION CONSEIL RÉGIONAL DU QUÉBEC Annexe A CFTM-TV (TVA) au sujet de J.E. (Croisade pour un presbytère) (CBSC Decision 97/98-0555) Transcription partielle du

Plus en détail

Conversations au château hanté : Scène de ménage

Conversations au château hanté : Scène de ménage Séquence 34 - Sketch 1/5 Les verbes terminés par «-ant» sketches à imprimer, sketchs à imprimer, sketch à imprimer, sketches gratuits, sketchs gratuits, sketch métier, sketch à jouer, sketch fle, sketch

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Discours du Président de la République lors du Sommet des maires pour le climat Publié le 26 Mars 2015 Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Madame la Maire de Paris, chère Anne HILDALGO, Je voulais

Plus en détail

«Nous avions huit vaches et cent poules»

«Nous avions huit vaches et cent poules» «Nous avions huit vaches et cent poules» Portrait Mme HINSCHBERGER Marie Et si on vous demandait de vous présenter «J ai perdu ma maman à l âge de 3 ans et 8 mois. Elle a eu une grippe et une pneumonie.

Plus en détail

Septième Tradition. «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.»

Septième Tradition. «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.» Septième Tradition «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.» Des alcooliques qui subviennent à leurs besoins? A-t-on jamais entendu

Plus en détail

MESNIL-AMAR Jacqueline née PERQUEL (1909-1987)

MESNIL-AMAR Jacqueline née PERQUEL (1909-1987) 1 MESNIL-AMAR Jacqueline née PERQUEL (1909-1987) 1) Le témoin : Le témoin se nomme Jacqueline Perquel (nom de jeune fille). Elle est née le 23 avril 1909 à Paris. Elle est issue d une famille juive d origine

Plus en détail

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Une interview avec la direction de l'ofaj, Max Claudet et Eva Sabine Kuntz Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Le Grand méchant

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

POSITIONNEMENT DE SORTIE Page 1. Corrigé à titre indicatif. 1 ère PARTIE

POSITIONNEMENT DE SORTIE Page 1. Corrigé à titre indicatif. 1 ère PARTIE Page 1 1 ère PARTIE Vous avez vu une annonce pour une location d une semaine à la plage hors saison. Le mois d avril vous intéresse car vous avez 2 semaines de congé. Loc. vacances bon prix mars à mai.

Plus en détail

bénévole à la paroisse où elle sert la messe, fait des lectures, distribue la communion.

bénévole à la paroisse où elle sert la messe, fait des lectures, distribue la communion. Rencontre Notre secteur AREQ vient de fêter son 25 e anniversaire d existence. En 1986, sous la présidence de Rita Fortin, quarante membres se sont réunis. Deux ans plus tard, Anne-Marie Roy Coulombe était

Plus en détail

La rue Jean Bart à Hellemmes...

La rue Jean Bart à Hellemmes... La rue Jean Bart à Hellemmes... Au n 118, une maison sans prétention. Pourtant elle porte témoignage d un parcours d humanité qui mérite une attention particulière. UN PEU D HISTOIRE La rue Jean Bart et

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

Une histoire de Letizia Lambert

Une histoire de Letizia Lambert Une histoire de Letizia Lambert Voix off : Aujourd hui c est dimanche. Bonne nouvelle, c est le jour du cinéma. Voix off : Gabriel aime ce moment car... Voix off :...c est très ennuyeux l hôpital. Voix

Plus en détail

Monseigneur, Monsieur le recteur, chancelier des universités de Paris, Monsieur le ministre d Etat,

Monseigneur, Monsieur le recteur, chancelier des universités de Paris, Monsieur le ministre d Etat, Monseigneur, Monsieur le recteur, chancelier des universités de Paris, Monsieur le ministre d Etat, Excellences Mesdames et Messieurs les ambassadeurs, Madame la déléguée générale de la Cité, Madame la

Plus en détail

Alphonse, République démocratique du Congo. famille Slava, Estonie

Alphonse, République démocratique du Congo. famille Slava, Estonie Dorjaa, Mongolie J ai 19 ans. Mes parents ont décidé de me marier avec le fils d une famille du village voisin. Ma famille a donné son accord mais je ne connais pas mon futur mari. J ai dit à ma famille

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

Le Sénat et la Chambre des députés ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Le Sénat et la Chambre des députés ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : Loi du 15 décembre 1922 étendant aux exploitations agricoles la législation sur les accidents du travail 1 (Bulletin de l Inspection du travail et de l hygiène industrielle, 1922) Le Sénat et la Chambre

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Page 2/6. Diriger des résidences sociales dans le 93. [Témoignage recueilli par Pauline Miel.]

Page 2/6. Diriger des résidences sociales dans le 93. [Témoignage recueilli par Pauline Miel.] Page 1/6 Diriger des résidences sociales dans le 93. [Témoignage recueilli par Pauline Miel.] Je louais un appartement à Saint-Denis, dans le privé, et mon compagnon m a rejoint. Il est dans le transport

Plus en détail

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL Voici les conditions idéales pour faire le test : 50 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûrs. Ne devinez pas par de dictionnaire, ni

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Au fil des ans, l association a organisé des expositions : 2003 : «Une ville, des hommes : Petites histoires Jarnacaises».

Au fil des ans, l association a organisé des expositions : 2003 : «Une ville, des hommes : Petites histoires Jarnacaises». 1 Historique Depuis les élections municipales de 2014, les critiques ont fusé de toutes parts pour fustiger la gestion de l ancienne équipe de Jérôme Royer et plus particulièrement la cession de la Maison

Plus en détail

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Bruno Pompili Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Nous avions cru que c était vrai, et que les sculptures de Jean-Pierre Duprey étaient définitivement perdues. Un

Plus en détail

Et puisque ces documents sont de sources très différentes, j ai pu faire des analyses croisées qui donnent des résultats très instructifs.

Et puisque ces documents sont de sources très différentes, j ai pu faire des analyses croisées qui donnent des résultats très instructifs. Introduction À 65 ans, en 2004, j ai versé un cumul de plus de 1 million de Francs ou 160.000 Euro au titre de la prestation compensatoire sous forme de rente viagère suite à un divorce il y a 25 ans.

Plus en détail

à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier

à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier 30 trucs et astuces à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier Par Olivier Seban, auteur de : TOUT LE MONDE MERITE D ETRE RICHE Ou tout ce que vous n avez jamais appris à l école à propos

Plus en détail

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Mesdames, Messieurs, chers amis, Je vous remercie au nom de la MFP de votre présence à ce colloque sur la protection sociale des fonctionnaires. Merci à la MGEN

Plus en détail

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel Johan Theorin L Heure trouble ROMAN Traduit du suédois par Rémi Cassaigne Albin Michel Öland, septembre 1972 L E MUR de grosses pierres rondes couvertes de lichens gris était aussi haut que le petit garçon.

Plus en détail

Juin 2013. De gauche à droite: Liliane Leboeuf_Laurette Gagnon_Claude Drouin_Pauline Crevier _Marcel Audet et Michel Goulet.

Juin 2013. De gauche à droite: Liliane Leboeuf_Laurette Gagnon_Claude Drouin_Pauline Crevier _Marcel Audet et Michel Goulet. Infos de chez-nous! Juin 2013 Sommaire 1-Gala Reconnaissance -Années de fidélité 2-Des gens de chez-nous -Page centrale: Photos 3-Fête des bénévoles -Anniversaires du mois -Promotion 4-Recrutement -Formation

Plus en détail

LE SERVICE DEPARTEMENTAL DE L'OFFICE NATIONAL DES ANCIENS COMBATTANTS ET VICTIMES DE GUERRE des PYRENEES-ORIENTALES

LE SERVICE DEPARTEMENTAL DE L'OFFICE NATIONAL DES ANCIENS COMBATTANTS ET VICTIMES DE GUERRE des PYRENEES-ORIENTALES LE SERVICE DEPARTEMENTAL DE L'OFFICE NATIONAL DES ANCIENS COMBATTANTS ET VICTIMES DE GUERRE des PYRENEES-ORIENTALES NOS MISSIONS Ghislaine MARCO, directrice, et son équipe vous accueillent Caserne Mangin

Plus en détail

Circuit «Au fil de la Lézarde»

Circuit «Au fil de la Lézarde» Circuit «Au fil de la Lézarde» Carte d identité Départ : Parvis de l Office de Tourisme d Harfleur «La Forge» - Rue Fréderic Chopin - Harfleur Distance : 19,5 km Durée : 5h Feuille de route Prendre l impasse

Plus en détail

Discours de Mme Ségolène Royal. Vœux à la presse

Discours de Mme Ségolène Royal. Vœux à la presse Discours de Mme Ségolène Royal Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Vœux à la presse Paris, le jeudi 15 janvier 2015 Bonjour et bienvenue à toutes et à tous, que je suis heureuse

Plus en détail

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main!

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main! Pourquoi adhérer? Emploi, formation professionnelle, protection sociale, convention collective, statut toutes ces questions sont au cœur de votre vie quotidienne. Pour être efficace, il faut être informé,

Plus en détail

Militants Droits Devant!

Militants Droits Devant! DOSSIER DE PRESSE Militants Droits Devant! Du 18 janvier au 19 janvier 2014 Au lycée La Joliverie à Saint Sébastien/Loire SOMMAIRE «DroitS Devant!» avec la JOC... p 3 Une nouvelle campagne d année... p

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 10/09/2009 Cour Administrative d Appel de Marseille N 07MA02024 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre - formation à 3 M. DARRIEUTORT, président Mme Anne MENASSEYRE, rapporteur M. DUBOIS, commissaire

Plus en détail

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. De l Association «Les Fontaines - Abbé Pierre Marlé»

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. De l Association «Les Fontaines - Abbé Pierre Marlé» Siège Social & Administratif (Direction Générale Pôle Ressources) Centre polyvalent «Les Blanchères» - 40, rue Louise Damasse VERNON Tél. 02 32 64 35 70 Fax. 02 32 64 35 79 Courriel : siege.asso@lesfontaines.fr

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA Après ces projets dont notre Président nous permet d espérer la réalisation

Plus en détail

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni Carnet de voyage Dina Prokic Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni 3 juillet 2011 C est ma première fois en France. Je suis venue

Plus en détail

Cela lui donna des envies de meurtre. «Ploucomobile!» pensa-t-il. Il sourit en se disant qu il pourrait déposer une marque avec çà.

Cela lui donna des envies de meurtre. «Ploucomobile!» pensa-t-il. Il sourit en se disant qu il pourrait déposer une marque avec çà. I C était son habitude de compter trop large ses trajets. Il finissait toujours par être en avance à ses rendez-vous. Telle était la marque d Henri Trappénil. Celui-ci n avait pas failli à la coutume.

Plus en détail

Inauguration du Grand Pont

Inauguration du Grand Pont Inauguration du Grand Pont samedi 13 décembre 2008 Monsieur le Préfet, Messieurs les parlementaires : Jean- François C H O S S Y, Jean-Louis G A G N A I R E, Monsieur le Maire, cher Alain, Madame le député

Plus en détail

ATELIER SUR LE LOGEMENT. Présenté par René Guitard

ATELIER SUR LE LOGEMENT. Présenté par René Guitard ATELIER SUR LE LOGEMENT Présenté par René Guitard Logement droit des locataires Locataires Avant d y emménager : dépôt ou lettre de garantie Pendant: Loyer, Réparations Expulsion Avis de déménagement Logement

Plus en détail

2012 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

2012 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2012 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE : MALE : FEMALE : MALE : Heureusement que nous sommes très en avance.

Plus en détail

Histoires de choses...

Histoires de choses... Temps d Activites Periscolaires Année Scolaire 2013-2014 / 2ème trimestre École du Sacré Cœur Classe de CE 2, CM1,CM2 Les Ateliers Autour Du Livre avec Marie-Ange Nénot Après la lecture du conte «La paire

Plus en détail

Discours d inauguration du Président de l association Le Fil d Argent / janvier 2012

Discours d inauguration du Président de l association Le Fil d Argent / janvier 2012 Discours d inauguration du Président de l association Le Fil d Argent / janvier 2012 Madame le Ministre, Monsieur le Préfet, Mesdames et messieurs les députés et sénateurs, Mesdames et Messieurs les élus

Plus en détail

Réunion : la Diagonale des Fous

Réunion : la Diagonale des Fous J ai besoin de courir. Depuis toujours. Mes parents disent que j ai su trotter avant de marcher. J ai maintenant 32 ans et je viens de réaliser un vieux rêve : terminer la Diagonale des Fous, une course

Plus en détail

Écoutez, j ai 65 dossiers comme elle à gérer, j ai peu de temps pour chacun,

Écoutez, j ai 65 dossiers comme elle à gérer, j ai peu de temps pour chacun, Auxiliaires de Vie? Lorsque j ai commencé à soigner Joséphine, elle était déjà sous tutelle. La mise sous tutelle est là pour protéger et représenter juridiquement une personne, quand celle-ci n est plus

Plus en détail

victimes d accidents du travail. L ensemble du monde du travail doit redoubler d efforts pour éviter de nouveaux Rana Plaza.

victimes d accidents du travail. L ensemble du monde du travail doit redoubler d efforts pour éviter de nouveaux Rana Plaza. Allocution à l occasion de la journée mondiale pour la santé sécurité au travail Réception au Ministère du travail, Paris (hôtel du Chatelet) 28 avril 2015 Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers et de l action touristique locale Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers dans la presse en 2006 Presse nationale : Nevers est très peu citée dans la presse nationale sauf

Plus en détail

RAPPORT DE LA MARCHE DE PENITENCE DES JEUNES DE L ASSOCIATION HUMANITAIRE CATHOLIQUE DES JCM TOGO.

RAPPORT DE LA MARCHE DE PENITENCE DES JEUNES DE L ASSOCIATION HUMANITAIRE CATHOLIQUE DES JCM TOGO. RAPPORT DE LA MARCHE DE PENITENCE DES JEUNES DE L ASSOCIATION HUMANITAIRE CATHOLIQUE DES JCM TOGO. Objectif du pèlerinage Nous avons décidé de faire un pèlerinage de pénitence au mois d Aout 2010 depuis

Plus en détail

Zéralda aimait beaucoup faire la cuisine. A l âge de six ans, elle savait déjà faire friture et rôti, bouilli et farce, ragoût et grillade.

Zéralda aimait beaucoup faire la cuisine. A l âge de six ans, elle savait déjà faire friture et rôti, bouilli et farce, ragoût et grillade. Il était une fois un ogre, un vrai géant, qui vivait tout seul. Comme la plupart des ogres, il avait des dents pointues, une barbe piquante, un nez énorme et un grand couteau. Il était toujours de mauvaise

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

LISTES NOMINATIVES des RECENSEMENTS de 1866 et 1872. Commentaires.

LISTES NOMINATIVES des RECENSEMENTS de 1866 et 1872. Commentaires. LISTES NOMINATIVES des RECENSEMENTS de 1866 et 1872 Commentaires. Le site internet des Archives départementales de la Creuse permet d accéder aux résultats des recensements de 1866 à 1936. Ces recensements

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 septembre 2012 N de pourvoi: 11-20756 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Le Griel, SCP Thouin-Palat et Boucard,

Plus en détail

- agression ou voie de fait subie par l agent et en relation directe avec son travail. I - FORMALITES A REMPLIR ET CONSTITUTION DU DOSSIER

- agression ou voie de fait subie par l agent et en relation directe avec son travail. I - FORMALITES A REMPLIR ET CONSTITUTION DU DOSSIER Nice, le 02 février 2009 L Inspecteur d Académie Directeur des Services Départementaux de l Education Nationale à Mesdames et Messieurs les Directeurs I nspection Académique des Alpes-Maritimes Boulevard

Plus en détail

édition DU PRIX GEORGES TRUFFAUT TROIS ASSOCIATIONS EXEMPLAIRES RéCOMPENSéES LE VÉGÉTAL C EST LA VIE... LE PRIX GEORGES TRUFFAUT

édition DU PRIX GEORGES TRUFFAUT TROIS ASSOCIATIONS EXEMPLAIRES RéCOMPENSéES LE VÉGÉTAL C EST LA VIE... LE PRIX GEORGES TRUFFAUT Mai 2013 édition DU PRIX GEORGES TRUFFAUT TROIS ASSOCIATIONS EXEMPLAIRES RéCOMPENSéES LE VÉGÉTAL C EST LA VIE... Georges TRUFFAUT (1872 1948) La fondation s inspire tout naturellement du legs humaniste

Plus en détail

Au pays du non voyant

Au pays du non voyant Olivier Guiryanan Au pays du non voyant Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les

Plus en détail

Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre

Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre «Ile Maurice, 500 cartes postales anciennes» d André de Kervern et d Yvan Martial le vendredi 7 décembre 2012 à 17h00 Blue Penny

Plus en détail

26 février 1918. Marie,

26 février 1918. Marie, Commémoration du Centenaire de la Grande Guerre Lettres écrites par Julie, élève de 1L 26 février 1918 Je suis tellement heureux, ce temps maussade ne se finira jamais il me semble, maintenant. Mais je

Plus en détail

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Allocution prononcée le dimanche 1 er juin 2008 par Son Excellence Monsieur Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes, lors

Plus en détail

CABARA Bulletin Municipal n 2

CABARA Bulletin Municipal n 2 CABARA Bulletin Municipal n 2 La goélette "De Dageraad" amarrée au quai de Cabara Juillet 2001-1 - Une fête réussie Les conseillers municipaux et moi-même remercions chaleureusement les personnes qui ont

Plus en détail

Monmousseau. 2 automnes et 3 étés. Le bar Floréal. Mots et Regards. Photographies : Collecte de récits : Projet initié par Plaine Commune Habitat

Monmousseau. 2 automnes et 3 étés. Le bar Floréal. Mots et Regards. Photographies : Collecte de récits : Projet initié par Plaine Commune Habitat Monmousseau 2 automnes et 3 étés Photographies : Le bar Floréal Collecte de récits : Mots et Regards Projet initié par Plaine Commune Habitat conçue par le bar Floréal.photographie avec la complicité de

Plus en détail

Discours de Monsieur Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon

Discours de Monsieur Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon Discours de Monsieur Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon A l occasion de la cérémonie au cours de laquelle le Pasteur Jacques Maury a remis les insignes de Chevalier de la Légion d Honneur au Pasteur

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

Exercice 2001 - Société d Economie Mixte Micropolis - Rapport des administrateurs au Conseil Municipal

Exercice 2001 - Société d Economie Mixte Micropolis - Rapport des administrateurs au Conseil Municipal BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 1355 Exercice 2001 - Société d Economie Mixte Micropolis - Rapport des administrateurs au Conseil Municipal M. LE MAIRE, Rapporteur : L article L 1524.5 (7 ème

Plus en détail

G uide M éthodologique

G uide M éthodologique MESURES DE PROTECTION DES MINEURS Suivez le guide!!! AVRIL 2015 G uide M éthodologique Document actualisé le 07 avril 2015 par Le Service en charge des Mesures de Protection des Mineurs de l UDAF de la

Plus en détail

DISCOURS D OUVERTURE DU PRESIDENT Monsieur Gérard VARIN

DISCOURS D OUVERTURE DU PRESIDENT Monsieur Gérard VARIN Siège Social & Administratif (Direction Générale Pôle Ressources) Centre polyvalent «Les Blanchères» - 40, rue Louise Damasse VERNON Tél. 02 32 64 35 70 Fax. 02 32 64 35 79 Courriel : siege.asso@lesfontaines.fr

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS SERVICE POPULATION ET CITOYENNETE SECTEUR ETAT CIVIL INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Annexe du décret n 2002 1556 du 23 décembre 2002 Ce document est destiné

Plus en détail

Discours du Colonel Eric FAURE, Président de la FNSPF

Discours du Colonel Eric FAURE, Président de la FNSPF Discours du Colonel Eric FAURE, Président de la FNSPF Remise d insignes de Chevalier dans l Ordre National du Mérite - Capitaine Hubert DEGREMONT - GUEUX (51) jeudi 7 mai 2015 (prononcé) Monsieur le Député,

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

L ABBAYE DE FLOREFFE. Imprimé. L ABBAYE DE FLOREFFE, UN TABLEAU DU XVII e SIECLE. Au bout d un couloir, petit dialogue entre Priscus et Expeditus.

L ABBAYE DE FLOREFFE. Imprimé. L ABBAYE DE FLOREFFE, UN TABLEAU DU XVII e SIECLE. Au bout d un couloir, petit dialogue entre Priscus et Expeditus. Imprimé L ABBAYE, UN TABLEAU DU XVII e SIECLE L ABBAYE Au bout d un couloir, petit dialogue entre Priscus et Expeditus. E. C est un original ou une copie? P. Vous êtes souvent étonnés qu un «original»

Plus en détail

Expérience à l internationale

Expérience à l internationale Expérience à l internationale Semestre Erasmus Période effectuée de Février à Juin 2011 EET-UPC (Escola d Enginyeria de Terrassa Universitat Politecnica de Catalunya) Année : 2010/2011 Mélissa MELGIRE

Plus en détail

Synopsis «Cent Jours»

Synopsis «Cent Jours» Synopsis «Cent Jours» Résumé Cette œuvre est un fidèle reflet de la réalité, puisqu il peut s assimiler à un journal intime, un polaroïd de ma réflexion de femme de 33 ans, mariée et enceinte de son troisième

Plus en détail

aujourd hui, chez vous ; et je dirais presque, chez nous! 2/10

aujourd hui, chez vous ; et je dirais presque, chez nous! 2/10 Inauguration de l exposition «La Normandie des princes de Monaco. Du maréchal de Matignon au Prince Albert II» Saint-Lô, Musée des beaux-arts, 27 avril 2011 Monsieur le Préfet, Monsieur le Président du

Plus en détail

Ursulines de Québec, 1/N,3,11,1,2. Ursulines de Québec, 1/N,3,11,1,1.

Ursulines de Québec, 1/N,3,11,1,2. Ursulines de Québec, 1/N,3,11,1,1. a série Propriétés terriennes du Service des Archives du Monastère des Ursulines de Québec regorge de documents précieux et instructifs. Le premier article de l année établissait les fondements de la colonisation

Plus en détail

Le conditionnel présent

Le conditionnel présent Le conditionnel présent EMPLOIS On emploie généralement le conditionnel présent pour exprimer: une supposition, une hypothèse, une possibilité, une probabilité ( certitude); Ça m'étonnerait! J'ai entendu

Plus en détail

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La Discours de Frédérik BERNARD, Maire de Poissy Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation - dimanche 24 avril 2011 - Monsieur le Député (présence non confirmée), Monsieur le Vice-Président

Plus en détail

Pour la Commission départementale des retraité-e-s du SNUipp-FSU Pas de Calais Alain Dercourt

Pour la Commission départementale des retraité-e-s du SNUipp-FSU Pas de Calais Alain Dercourt Chère Collègue, Cher Collègue, Vous allez prendre votre retraite à la rentrée prochaine. Une décision pas toujours facile à prendre mais l espoir d une nouvelle vie qui commence. Permettez-nous en tout

Plus en détail

DECISION DCC 09-099 DU 27 AOÛT 2009

DECISION DCC 09-099 DU 27 AOÛT 2009 DECISION DCC 09-099 DU 27 AOÛT 2009 Date : 27 Aout 2009 Requérant : Sègla DEGBEGNI Contrôle de conformité Atteinte à l intégrité physique et morale Garde à vue Traitements cruels inhumains et dégradants

Plus en détail

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR LE NIVEAU ÉLÉMENTAIRE Avent Année B Une grande AVENTure Semaine 1 Seigneur Jésus, le temps de l Avent est un chemin, une aventure, que nous faisons en ta compagnie pour bien nous

Plus en détail

1738 2013 275 e ANNIVERSAIRE DE LA PAROISSE DE LA-VISITATION-DE-LA-SAINTE-VIERGE DE POINTE-DU-LAC

1738 2013 275 e ANNIVERSAIRE DE LA PAROISSE DE LA-VISITATION-DE-LA-SAINTE-VIERGE DE POINTE-DU-LAC 1738 2013 275 e ANNIVERSAIRE DE LA PAROISSE DE LA-VISITATION-DE-LA-SAINTE-VIERGE DE POINTE-DU-LAC HOMMAGE AU COUPLE BOLDUC-ROUETTE Mariette Bolduc Rouette. Mariette est aussi issue d une vieille famille

Plus en détail

Cérémonie d Hommage national aux Dissidents Antillais et Guyanais. Hôtel national des Invalides

Cérémonie d Hommage national aux Dissidents Antillais et Guyanais. Hôtel national des Invalides 1 Cérémonie d Hommage national aux Dissidents Antillais et Guyanais Hôtel national des Invalides Lundi 2 juin 2014 Monsieur le Secrétaire d État, Messieurs les Parlementaires, Monsieur le Gouverneur, Mesdames,

Plus en détail

Proposition de transmission du Puy-Batard

Proposition de transmission du Puy-Batard Proposition de transmission du Puy-Batard DE QUOI S AGIT-IL? Avec mon épouse et quelques amis, nous avons fondé en 1977, l association Le Puy Batard, (www.puybatard.org) qui organise des vacances pour

Plus en détail

Allocution à l occasion de la remise des prix. «La Main à la pâte»

Allocution à l occasion de la remise des prix. «La Main à la pâte» Luc CHATEL Ministre de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative Allocution à l occasion de la remise des prix «La Main à la pâte» Institut de France 1 er février 2011 1 Monsieur le

Plus en détail

Développement durable et Alimentation : Mieux consommer

Développement durable et Alimentation : Mieux consommer Développement durable et Alimentation : Mieux consommer RAPPORT DE PROJET n 4.14 Présenté par le groupe de travail «Développement Durable» du CONSEIL LILLOIS DE LA JEUNESSE à l Assemblée Plénière du 19

Plus en détail

Nous. Proclamons. nos intentions. de prières

Nous. Proclamons. nos intentions. de prières 142 Nous Proclamons nos intentions de prières 143 NOUS PROCLAMONS NOS NTENTONS DE PRÈRES Par la prière universelle, les croyants présentent à Dieu leur prière pour ceux qui viennent de se marier, pour

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail