Le domaine de l Audronnière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le domaine de l Audronnière"

Transcription

1 SOMMAIRE Le domaine de l Audronnière pages 26 à 33 Rencontre avec Monsieur et Madame Bourdain pages 34 & 35 Y a t il eu un meurtre à l Audronnière? page 36 25

2 «LE DOMAINE DE L AUDRONNIÈRE» (SON HISTOIRE AU FIL DES SIECLES) Au début, connu tout du moins, est cité «le Port de l Audronnière». Vers 1645 a lieu un procès opposant le sieur GUERIN et le Seigneur de la Pinonnerie à propos d un fossé intentionnellement mal placé sur un chemin menant d une métairie de l abbaye d Aigues Vives au Port de l Audronnière. Ce port était reconnu à cette époque le plus commode du Cher, à l activité considérable, lieu d embarquement de blés, vins, fruits et bois par un chemin de cinq toises de large (environ 10 m). C est dire l importance stratégique de ce chemin menant à l Audronnière pour la paroisse de Faverolles. Témoin, ce procès-verbal au 16 février 1649 relatant l assignation faite par un nommé Julien Bisson, laboureur de la paroisse de Faverolles, devant le Procureur du Roy, contre les religieux d Aigues Vives. Ceux-ci qui menaient en charrette leurs bois destinés à la marine (futurs mâts de bateaux) jusqu au port de «L Audronnière», étaient accusés d avoir défoncé le chemin entre leurs terres et celles de Monsieur Le Vayer, Seigneur de Faverolles, le seul chemin qui existait pour mener des bourgs et paroisse de Faverolles à St Georges, «Séré Peigné» et qui était devenu impraticable à cause d une forte pente et de profondes ornières (causées par le passage des lourdes charrettes) remplies d eau après quatre mois de pluie. Aussi «les religieux s étaient mis à traverser les terres dudit Bisson, pour voiturer des bois d une certaine longueur qui ne peuvent se replier à chaque détour et repli que le chemin fait». Se faisant «le nouveau chemin passant sur la pièce du laboureur formait un tort considérable aux blés, et à l orge qui y étaient ensemencés». Au cours du procès, il est répondu au sieur Bisson «qu il a d autant plus mauvaise grâce de se plaindre de ce que les charretiers qui mènent les bois de marine passent dans ses terres vu que c est lui-même qui y a tracé le chemin et ce, dans l aveu de faire amener tout le bois dans un chantier qu il a et qu il comptait louer mais il a été trompé dans ses espérances parce que les commissaires de la marine mettent leurs bois où bon leur semble sans rien payer, voilà ce qui a mis ledit Bisson de mauvaise humeur». Finalement, «les sieurs abbés et religieux de l abbaye seront tenus de remettre le chemin en état et de rendre praticable à leurs risques périls et fortunes, ainsi qu à apporter réparations, dommages et intérêts du dit Bisson». Toujours est il que la Révolution en 1789 dans la grande histoire en marche étant passée aussi sur Faverolles, il n est plus question des activités des religieux d Aigues Vives et du Port de l Audronnière, mais on retrouve par une lettre du 15 Fructidor An 9 une nouvelle affaire entre les citoyens Levayer de Vendoeuvre (autrefois Marquis de Faverolles) et Bisson acquéreur de domaines provenant de l Abbaye d Aigues Vives, tous les biens religieux et seigneuriaux étant devenus biens nationaux et vendus comme tels à des particuliers. Dans une correspondance adressée par le Préfet de Loir et Cher au «citoyen maire» de Montrichard, ( ) il est 26

3 reproché à celui-ci sa négligence et son peu d empressement à transmettre le procès-verbal d une «estimation faite fin 1790, début 1791, des domaines de l Audronnière et ses dépendances». Ainsi quarante années plus tard la contestation revendiquant est toujours de mise dans la famille Bisson! Est ce toujours le même Bisson de 1749, ou bien s agit il de son descendant? Quant au citoyen Levayer, il s agit de Jean Michel Christophe le Vayer, dernier descendant de cette famille seigneuriale très ancienne, marquis de Faverolles, grand sénéchal du Maine Seigneur de la Mothe à Faverolles. Est il question de départager des terres entre celles provenant de l Abbaye et celles de l ancien domaine seigneurial du citoyen Levayer? De quel domaine provenaient les terres de l Audronnière? A cette époque, Faverolles compte trois cent paroissiens et nous ne savons pas grand chose de ce qu il advint de ces terres de l Audronnière, pendant la restauration sous le règne de Louis XVIII et de Charles X. C est en 1835 que nous retrouvons la trace du domaine de l Audronnière, en l étude de Monsieur Lucien Baudier notaire à Montrichard, par un acte datant de 1842 où l on apprend que les époux Charlonnier vendent des terres et des vignes à Monsieur de l Isle : «Silvain Charlonnier et son épouse Silvine Marie Victoire Hugues, demeurant aux caves à Faverolles, vendent des terres et de la vigne au sieur Alfred Pierre Amédée de l Isle, propriétaire demeurant à l Audronnière» en un seul tenant «Monsieur de l Isle avait acquis le 15 mars 1835 ses propres terres à l Audronnière par la succession vacante de Monsieur Philippe Etienne Heme, négociant à Montrichard et sa femme Hélène Perpétue CLIVOT, le tout, en trois hectares, vingt ares, vingt-trois centiares, consistant en pré sur rivière, friche, pente au milieu, vignes au couchant, Ouest et Nord entre le Cher et le chemin de Montrichard à St Georges». Probablement, il s agit là du site actuel d implantation du Château de l Audronnière mais on ne sait pas si le château se bâtit à cette époque ou s il existait déjà. On comprend cependant que Monsieur de l Isle est en train d agrandir sa propriété, côté Est vers Boston, car suivent dans cette vente, certaines dispositions faisant obligation à Monsieur de l Isle de construire un mur de séparation à l Est, d avec la propriété des Charlonnier (mur qui existe toujours) et d autres dispositions concernant l utilisation et la jouissance du ruisseau de Faverolles qui traverse les deux propriétés. En 1868, au Second Empire, le propriétaire successeur de Monsieur de l Isle est Monsieur Philippe CHAUVI- TAUX, marié à Marie Thérèse Aglaé Demotier, dont nous ne savons pas grand chose, sinon qu il fut adjoint à la Mairie de Faverolles. Nous en connaissons beaucoup plus sur le propriétaire suivant de 1877 à 1884, Monsieur Pierre Parceint qui sera Maire de Faverolles, sous la Troisième République. La population à cette époque y est de 800 habitants. Ce monsieur Parceint négociant en grains, également conseiller général, avait défrayé la chronique locale et même au delà en s opposant violemment au président Mac Mahon, en plein déroulement des comices agricoles à Montrichard du 10 août 1877, ce qui lui valut de sérieux démêlés avec le Préfet par la suite. Sur le climat politique et les enjeux économiques et ruraux, à propos de cet épisode «Parceint», on lira avec intérêt dans le bulletin n 24 année 1991 des «Amis du Vieux Montrichard» un article consacré aux choix politiques des Montrichardais, de l avènement du suffrage universel au début de la première guerre mondiale et aussi dans le livre de Madame J.Suraud «Regard sur Faverolles» le chapitre «Des personnes ayant marqué leur passage». En 1885, la propriété de Monsieur Parceint est saisie, à la requête de Monsieur Simon Eugène Courtellement, propriétaire à Blandy les Tours - Seine et Marne. Pour quelles raisons? Nous n en savons rien. C est dans l acte de vente en 1918 du domaine de l Audronnière par Madame Bourard veuve Chevallier à la Syndicale des Cochers et Chauffeurs de la Seine en l étude de Maître Lucien Bézard, notaire à Montrichard, que nous apprenons cette mésaventure survenue à Monsieur Parceint et l évolution du domaine de l Audronnière. «Cette Madame Marie Louise Baurard, propriétaire rentière, épouse divorcée en premier mariage de Monsieur Albert Chevallier et veuve en secondes noces de Monsieur Edouard François Chevallier décédé en 1913 sans laisser d héritier, tenait cette propriété (domaine de l Audronnière de Monsieur Pierre dit Prosper Parceint et Madame Aurélie Bruyère, son épouse, propriété qui avait été saisie en 1885». Ensuite, suit une longue description des biens acquis pendant la communauté des époux Chevallier : 25 ares aux Courlis à St-Georges achetés à Lebreton André François, vigneron, et son épouse Marie Jeanne Floride Bauges, 74 ares de sapins aux Courlis à Monsieur Ernest Archambaux et Madame Marie Josèphe Bigot à St-Georges, 25 ares à Madame Geneviève Bonroy, veuve de Monsieur Joseph Victor Dangé à St-Georges, 25 ares à Madame Louise Ouvray sur Faverolles veuve de Monsieur André Crespou (ou Crespau), 14 ares à Madame Amélie Peltier, épouse de Monsieur Jean Bauchet à St-Georges, 22 ares à Madame Ester Marie Dugué, épouse de Monsieur Armand Alfred Delannoy, vigneron 27

4 au Domaine de la Rochette à Pouillé, qui appartient aujourd hui à François LECLAIR, médaillé régulièrement au Touraine Primeur, et enfin 36 ares à la Clémencerie, sur Faverolles aux héritiers de Madame Henriette Victoire Charbonnier, veuve de Monsieur Paul Alexandre Alliot. Nous avons là toute une liste de familles, qui pour certaines sont toujours présentes à Faverolles ou à St- Georges, ou dans le canton par leurs descendants. Qu est ce qui a poussé toutes ces familles à vendre leurs terres, en ces dernières années du 19ème siècle aux plus gros propriétaires terriens? En 1896, l Annuaire Almanach du Commerce de l Industrie de la Magistrature et de l Administration, répertorie l Audronnière comme grosse propriété appartenant à Monsieur Edouard Chevallier, lequel fut aussi maire de Faverolles de 1892 à 1904, aux côtés des propriétés d Aigues Vives de l Hermitage et de «la Milletière». C est en 1918 que bifurque la vocation du domaine de l Audronnière, à l instar d autres grands domaines terriens particuliers qui tombent dans l escarcelle enthousiaste de ces nouvelles sociétés à vocation d entraide et de solidarité : les syndicats, les coopératives et les mutuelles c est la Syndicale des Cochers et Chauffeurs de la Seine, société coopérative anonyme au capital et personnel variable qui fait l acquisition de ce «superbe domaine». On ne peut mieux illustrer notre propos à cet endroit qu avec ce numéro de l Illustration paru le 29 juin Voir l article extrait de l Illustration du 29 juin 1918 en page 32 28

5 A partir de cette période jusqu en 1935, nous connaissons quelques détails grâce à des photos anciennes et aussi à des histoires rapportées, par Monsieur Georges Marche, bien connu à Montrichard fils de Monsieur Marche, Régisseur intendant du Domaine pour la syndicale des cochets, né à l Audronnière et y ayant passé son enfance, se souvenait que le château et son domaine était réservé aux enfants et familles des cochers et chauffeurs syndiqués pour leurs vacances, loisirs, partie de pêche et même courses de taxis! Cette belle aventure prit fin en 1936 par la saisie du domaine pour des raisons que nous ignorons devant le Tribunal de première instance de Blois, puis par la vente, après bien des péripéties de surenchère à l Union des Syndicats ouvriers confédérés de la Région Parisienne siégeant rue de Châteaudun à Paris. En février 1937, le domaine dont prend possession l Union des Syndicats, s agrandit encore sur la commune de St-Georges par un petit bois de sapins et d acacias vendu par Monsieur et Madame Bouges Berthias, portant l ensemble du domaine, bâtiments compris à 34 hectares environ. A partir de cette année 1937, où l Union des Syndicats Ouvriers Confédérés fusionne avec l Union des Syndicats Unitaires pour former l Union des Syndicats Ouvriers de la Région Parisienne (U.S.O.R.P.) c est le personnage de Gaston Monmousseau ( ) né en 1883 à Azay sur Cher, secrétaire national de la CGT et directeur du Journal «La Vie Ouvrière» qui est fondamentalement attaché au domaine de l Audronnière. Il appréciait particulièrement les parties de pêche à l Audronnière, au bord du Cher, et tenait une chronique dans le journal de la «VO» «la musette de Jean Brécot» la dite musette renfermait plus d une histoire sorte de petit conte moral et politique dont le héros principal, un personnage imaginaire nommé Jean Brécot était planté dans un décor naturel et social bien réel celui-là, les bords du Cher et le domaine de l Audronnière. Cependant, malgré les espoirs immenses soulevés en 1936 pour ceux qui vivent de leur travail, c est la deuxième guerre mondiale qui s avance avec ses dramatiques prémices de la guerre d Espagne. «Fidèle à sa tradition de solidarité, de soutien aux peuples en souffrance dans leur combat antifasciste», l Audronnière accueillera des réfugiés espagnols avant que ceux-ci ne soient «parqués» dans un camp à Pontlevoy par décision préfectorale. En 1939 la CGT est dissoute ainsi que tous ses biens dévolus. Au début de la guerre, le Cher qui borde le domaine de l Audronnière est la ligne de démarcation, mais les bâtiments et les terres seront confisqués par le gouvernement de Vichy. Pour quelle utilisation pendant les années de guerre? Nous ne le savons pas. En 1940, une très grosse crue du Cher met le château les pieds dans l eau jusqu à un mètre environ de hauteur. Depuis à ce jour, il n a jamais connu d inondation aussi importante. A la libération, l USORP récupère ses biens, et c est pour accueillir des enfants de déportés disparus ou revenus de déportation, et des enfants des familles de militants syndicaux, résistants, éprouvés par la guerre. C est en 1947 qu y est crée un aérium, pour les enfants victimes de la tuberculose et plus généralement, de mauvaises conditions sanitaires et sociales, séquelles de la guerre. Cet aérium voit le jour grâce à la création des caisses de sécurité sociale issues du programme du Conseil National de la Résistance, tout naturellement, il prend le nom de Gaston Monmousseau, et des constructions nouvelles sont ajoutées au château. 29

6 Il s adresse à tous les enfants des familles relevant de ces régimes tout neufs d assurance sociale et non plus seulement aux enfants de syndiqués. Il aura un «frère jumeau» dans le Cher, près de Vouzeron crée par le Syndicat des Métallurgistes, qui prendra le nom de Jean Pierre Timbault, en mémoire de ce responsable syndical fusillé à la carrière de Chateaubriant avec le jeune Guy Mocquet et les vingt cinq autres otages. La première signature du Livre d Or de l aérium de l Audronnière, qui date du 10 août 1949, est celle de Gaston Monmousseau, suivie de celle de Benoit Frachon, éminent dirigeant de la Résistance et Secrétaire général de la CGT et de Marcel Cachin en mai 1950, directeur du journal l Humanité, puis d autres signatures célèbres au gré de la vie de l aérium et des ses transformations successives, toujours au service de la solidarité envers les enfants et leurs familles, celle de Jack Ralite le 24 avril 1982, ministre de la Santé accompagné ce jour de Madame Yvette Chassagne, première femme préfet en France, Préfet de Loir et Cher, et puis celles de Cécile et Henri Rol Tanguy demeurant non loin à Monteaux, répondant le 7 juillet 1987 à une invitation amicale à l Audronnière. On y trouve aussi les signatures de Marcelle et André Faraud parmi les premiers directeurs de l Audronnière, remerciant les 1710 enfants qu ils ont connu entre janvier 1948 et décembre 1951 ainsi que celles de jeunes instituteurs stagiaires de l Ecole Normale qui rendent hommage avec enthousiasme à la «véritable pédagogie nouvelle». Cette école du peuple où des méthodes nouvelles permettent à des enfants «d apprendre à connaître et à comprendre et grâce à quoi, se forment de futurs bâtisseurs du socialisme». On trouve aussi «Ici pas d écoliers, mais des modeleurs, des sculpteurs, des arpenteurs, des journalistes qui poussent et vivent». L inspiration éclairée par Freinet et sa nouvelle pédagogie n est pas étrangère à cette «éducation intelligente et démocratique» dispensée à l aérium et qui, en passant par les conifères, le plâtre, et les marionnettes, s adresse à des «enfants heureux dans la fraternité, la joie et la confiance en l avenir». Solidarité et Entraide sont les mots qui reviennent le plus souvent dans le Livre d Or avec la mémoire de ceux qui ont consacré et aussi sacrifié leur vie pour que perdure, cette belle invention humaine qu est la solidarité. A méditer aujourd hui sans restriction et sans modération, non plus à l ombre du grand cèdre plus que centenaire du parc, planté par les premiers propriétaires du domaine, malheureusement terrassé par la tornade de juillet 1988, mais au pied de l Arbre de Vie, fresque murale réalisée par Jacques Bardet que l on peut encore regarder à loisir en entrant au château de l Audronnière. 30

7 Le grand cèdre centenaire L Arbre de Vie 31

8 Le château des chauffeurs de taxis Article extrait de l Illustration du 29 juin 1918 Ils avaient déjà, à Levallois, leur maison de ville, maison commune comportant salles de réunion, de restaurant, de spectacle, coopérative et bureau d administration ; ils avaient aussi, à Bezons, une usine de benzol. Aces importantes propriétés, les chauffeurs de taxi-autos viennent d ajouter un superbe château situé dans une des plus belles régions de France, à dix lieues à peine de Tours. Et voilà qui prouve une fois de plus que, à côté des défauts qu on leur attribue, les syndicats ont au moins le mérite, quand ils sont bien administrés, de savoir réaliser des économies st de faire de bonnes affaires. Car c est une bonne, une excellente affaire que vient de conclure le syndicat des cochers-chauffeurs parisiens, si nous en croyons ce que disent les habitants de Montrichard, la coquette ville du département de Loir-et-Cher, de qui dépend l «Audronnière», la propriété en question. Ce domaine, dont les syndiqués ne prendront d ailleurs possession que le 1er novembre prochain, ne mesure pas moins de 32 hectares, dont 12 ou 13 plantés de vigne. Il aurait été cédé par ses propriétaires actuels pour la somme de francs. La guerre et son cortège de deuils étant venu briser le lien qui attachait la famille à la vieille demeure, on a voulu fuir les lieux témoins de la quiétude et des joies à jamais perdues... et les chauffeurs ont profité de l occasion. Sur la rive gauche du Cher qui, pendant 600 mètres environ, borde la propriété, l Audronnière est admirablement située, au flanc d un côteau où s étale le vignoble, ayant en face d elle, au delà de la rivière, les hauteurs mamelonnées que couronnent d un bourrelet sombre les lisières de la superbe forêt d Amboise. Massifs d arbres séculaires, prairies grasses, pièces d eau, ombrages touffus, perspectives lointaines forment le premier plan du parc qui s étend devant la maison d habitation composée d un principal corps de bâtiment auquel sont venus s ajouter successivement différents pavillons, groupant, sans se nuire entre eux, leurs architectures différentes. Et cet ensemble se prêtera magnifiquement car la place n y manque pas aux projets que l on prête aux syndiqués, d y installer une colonie scolaire pour les enfants de leurs adhérents, un sanatorium pour convalescents, un lieu de retraite pour les invalides du volant. Mais on ne les réalisera qu après la guerre alors que les temps normaux auront rendu leur valeur réelle aux objets usuels ; car, qu elles que puissent être les économies de la coopérative, l achat du château y a fait une large brèche et l on attendra de prochains bénéfices pour acquérir le mobilier nécessaire aux installations projetées. Ces premiers bénéfices on les devra sans doute au vignoble lui-même dont le vin doré rivaliserait volontiers avec le célèbre Vouvray, son proche voisin ; et nous verrons peut-être, quelques jours, sur les cartes de nos meilleurs restaurants, le «clos-taxi» en bonne place. Pour loger la récolte, les communs sont vastes et, suivant l usage des bords du Cher et de la Loire, caves et celliers sont creusés dans le côteau ; certains ont jusqu à 45 mètres de profondeur. N oublions pas d ajouter qu il sera loisible aux nouveaux propriétaires de tirer, dans les vignes, grives et merles friands de leurs raisins, ou, encore, préférant un sport plus paisible, de pêcher de savoureuses fritures dans le Cher poissonneux. 32

9 A partir de la création de l aérium en 1947, comme on le voit au fil du Livre d Or, le domaine et le château de l Audronnière n a pas cessé de connaître de riches heures et de riches activités pendant un demisiècle, jusqu à ce jour. du Cher par l acquisition de deux immeubles en ville à Montrichard. Cette richesse, essentiellement humaine, lui provient des générations d enfants et d accompagnants qui se sont succédés sans interruption, animant les vieux murs, les vignes, les champs et les bois, les bords du Cher, de leurs jeux, de leurs rires, de leurs aventures, quelques fois de leurs larmes, et aussi de leur travail et de leur imagination. Beaucoup d enfants devenus adultes, conservent un souvenir enchanteur ou simplement nostalgique de leur séjour dans ce petit coin de Faverolles au bord du Cher et il n est pas rare de recevoir leurs visites pendant l été. Ce sont les engagements personnels dans la volonté collective, qui font perdurer l œuvre au service des enfants malades, puis handicapés, venus au monde avec leur petite musette pour la vie au contenu plus ou moins inégal, pour reprendre l image du Ministre Jack Ralite, qui ont imprimé la vocation historique de l Audronnière devant ce demi-siècle. Avec les syndicats CGT de l Ile de France, l aérium s est reconverti en maison d enfants à caractère sanitaire pour troubles tromato-psychologiques, puis en 1984 en Institut de Rééducation pour enfants souffrant de troubles du comportement. Puis ce sont les Mutuelles d Ile de France qui ont, à leur tour, succédé vers les années 1990 au syndicat CGT, en devenant propriétaires et gestionnaires de l établissement, toujours dans son château et son domaine, et même un peu au-delà, de l autre côté Quant au domaine agricole, surtout planté de vignes, agrémenté du petit bois sur Saint-Georges-sur-Cher, «La Sapinnière» et d un potager avec des serres à l ancienne, il se contentera de produire Côt ou Merlot, un petit vin local, Gamay, Cabernet, Sauvignon, d élever quelques cochons, d aligner de belles rangées de légumes pour le plus grand bénéfice de la santé dans l assiette des petits pensionnaires. Si les vignes, trop vieilles, ont disparu du paysage de l Audronnière vers les années 1980, les terres ne furent pas pour autant mises en jachère. Elles continueront de vivre leur vie avec les bons soins de la famille Mahoudeau Gérard et Patrick, voisins à la Haute- Clémencerie. Tout dernièrement, une petite parcelle du domaine de l Audronnière vient d être vendue le long de la route de la Clémencerie et permet l installation de quatre nouvelles familles sur notre commune de Faverolles. Et la vie continue... Recherches réalisées par Madame Annick MENWEG, Directrice de l Audronnière. 33

10 RENCONTRE AVEC MONSIEUR ET MADAME BOURDAIN L Aérium c était un établissement de repos au grand air pour les enfants qui étaient très disposés à la tuberculose. Il fallait les réalimenter, les soigner et les sortir de leur milieu social qui était bien souvent très difficile. Et vous Monsieur Bourdain, quand êtes vous arrivé à l Audronnière et avez vous connu l Aérium? Oui, quand je suis arrivé, l établissement était toujours un Aérium, mais je suis d abord arrivé comme comptable en A cette époque il y avait des classes mais elles dépendaient de l Académie de Paris. Tous ces enfants qui arrivaient à Faverolles, comment ont ils été orientés sur l Audronnière? Monsieur Bourdain ayant été Directeur de l Audronnière et Madame Bourdain ayant occupé plusieurs fonctions au sein de cet établissement (monitrice, éducatrice, responsable infirmerie ). Merci de nous recevoir afin de nous faire part de vos souvenirs en tant qu acteurs principaux durant de nombreuses années au sein de ce lieu qu est «l Audronnière». Avant d évoquer une période qui n est pas si ancienne, avez vous des informations sur ces locaux? Le corps principal de ce bâtiment était un ancien relais de chasse qui se situe entre Amboise et Montpoupon. Il a été acheté aux alentours de 1923 par le Syndicat des Cochers de Paris qui est devenu beaucoup plus tard le Syndicat des Cochers et Chauffeurs de Taxis Parisiens. Il a été acquis afin de réaliser une maison de vacances pour les adhérents et leurs familles. Ensuite, nous pensons qu ils n avaient pas les moyens de garder le château, il a donc été repris par l Union des Syndicats de la Seine CGT, pour réaliser une colonie de vacances. Nous n avons pas d information sur la date, mais nous pensons que cela s est fait avant guerre, puisque de 1935 à 1938, les locaux ont servi à accueillir des réfugiés espagnols. Sous Vichy, les locaux ont été réquisitionnés il y a même eu la milice qui a occupé le château sous le régime de Pétain. Ce bâtiment a été rendu à la CGT à la libération et juste après, en 1948, cette institution a été agréée par la Sécurité Sociale. C était l époque de l Aérium. Pourriez vous nous expliquer quel était le rôle de l Aérium que l on ne rencontre plus à notre époque? Il y avait des demandes qui étaient formulées auprès des Caisses d Assurance Sociale, elles étaient ensuite examinées par un médecin conseil qui déterminait si l enfant avait besoin de sortir de son milieu, la plupart des enfants arrivaient pour trois mois, quelquefois cela était prolongé. Le choix appartenait au médecin de la Sécurité Sociale qui venait tous les mois et décidait de la poursuite ou non du séjour. Au fur et à mesure des années, la tuberculose a reculé, nous nous sommes donc retrouvés avec des enfants en grande difficulté sociale, ce qui était complètement différent. C est là qu il a fallu faire tous ces travaux, nous sommes passés de deux classes à cinq classes assez rapidement. Vous avez donc réalisé d importantes transformations? Oui, à cette époque, il a fallu réaliser plus de quatre cent millions de travaux durant quatre ans, mais cela a mis de nombreuses années à voir le jour, nos premières réflexions se situant juste après l élection de Monsieur POMPIDOU, en Cela n a pas été facile, il a fallu à plusieurs reprises se déplacer dans les ministères pour faire avancer ces gros dossiers, qui ont même été perdus à une certaine époque. Vous savez, à cette période nous avons du nous battre pour sauvegarder l emploi, nous devions recevoir énormément d enfants l été pour compenser la défection tout au long de l année et cela posait de gros problèmes de sécurité. Nous avons à cette époque, rencontré tous les maires du canton, les députés, les sénateurs, pour défendre cette maison et éviter qu elle ne soit transformée en centre de vacances ouvert seulement deux mois en juillet et août. 34

11 Dans les années 1970, nous avons eu beaucoup de mal à expliquer notre situation. Et comment avez vous eu l idée de transformer cela en école spécialisée ou centre d accueil? Cela ne s est pas fait du jour au lendemain, il a fallu réfléchir à un vrai projet d aménagement et aussi à un projet éducatif. Nous avons dû faire appel à un éducateur d Orléans qui a structuré notre projet, que nous avons pu mener au bout, les bâtiments ayant été inaugurés en 1981 et c est à cette période que j ai pris ma retraite. Avant toutes ces transformations, vous accueilliez beaucoup d enfants? L hiver nous pouvions accueillir quinze enfants et passer à plus de deux cent durant les mois d été. C était une époque très dure où nous avions beaucoup de mal à boucler nos budgets et surtout à payer nos factures, il n était pas rare que les commerçants de Montrichard nous fassent crédit plusieurs mois. J ai même payé le fioul un hiver avec mon argent, je ne pouvais laisser les enfants dans le froid et quelquefois les soucis de gestion financière m empêchaient de dormir. Mais quand je suis parti, tout marchait bien. Et après tous ces travaux qui clôturent l ère de l Aérium, comment était défini cet établissement? On appelait cela maison à caractère somato-psychologique, cela regroupait les malades dits «imaginaires», comme on disait dans le temps et les vrais malades, mais nous n accueillions que des enfants de moins de quatorze ans. Vous habitiez donc sur place? Nous étions durant de nombreuses années pratiquement vingt-quatre heures sur vingt-quatre à la disposition de nos pensionnaires. Il fallait toujours être là pour accompagner un enfant malade, ou pour autre chose. En fin de carrière, nous étions fatigués, nous avions besoin de partir le dimanche pour faire une coupure. Et avez vous revu d anciens pensionnaires? Oui, nous en avons revu, l un d eux quelques années après son passage qui s était installé comme plombier. Ah celui-là c était mon chouchou, il était arrivé entre deux gendarmes, il volait dans les étalages. Ses parents étaient partis, il ne savait pas où ils étaient, c étaient les grands-parents qui l avait recueilli. Sa grand-mère était infirme et en permanence sur un lit et son grand-père tout le temps ivre mort. Il volait car il avait faim. Et tu te rappelles pour le faire manger on l avait fait monter chez nous dans le couloir, il ne voulait pas manger. Il n avait jamais couché dans des draps, et bien on l a sauvé et quand il est revenu avec sa femme et ses enfants nous étions drôlement contents. Nous avons même eu une fille d un cadre supérieur de la SNCF, ses parents lui cédaient tout. Il me l ont amené et j ai été dur avec les parents je leur ai demandé de ne pas la revoir durant un mois. Cela a été dur pour tout le monde, mais nous avons pu la remettre sur de «bons rails»! Heureusement qu il y a de très bons souvenirs. Nous avions quelquefois des enfants qui étaient mêlés à des meurtres. Et nous avons même été embêtés avec Mesrine, j ai eu la P.J. durant deux jours à l Audronnière, qui faisait des recherches sur son adjoint qui était venu enfant à l Audronnière. Mesrine avait volé un bateau pour traverser le Cher et les gendarmes le recherchait activement, ils croyaient qu il allait passer à l Audronnière. Ils ont fouillé tous les bâtiments. Ils pensaient que son adjoint l avait renseigné sur les lieux. Nous n y pouvions rien, mais nous avons quand même été embêtés. Vous aviez des moments de joie et quelquefois de nombreux soucis? Je me souviens, nous avons eu deux enfants qui fuguaient nous devions bien sûr prévenir sans tarder la gendarmerie. Mais ces deux enfants étaient perchés dans un arbre au-dessus du chenil et durant toute la journée, ils se sont bien marrés à regarder les gendarmes les rechercher avec l hélicoptère. La plupart du temps je me suis aperçu que ce qui manquait à ces enfants c était un point de repère et surtout quelqu un en qui ils puissent avoir confiance dans leur famille. La plupart du temps leurs parents avaient démissionné et les avaient abandonnés à eux-mêmes. Merci à vous Monsieur et Madame Bourdain de votre témoignage riche en souvenirs et plein de passion. Vous venez de découvrir ou de redécouvrir une partie de l histoire du patrimoine Faverollais, grâce à la collaboration spontanée de Monsieur Louis BOURDAIN, de son épouse, et de Madame Annick MENWEG, directrice de l Audronnière depuis 1982, qui nous a fait une rétrospective de l histoire de cette propriété, à partir de documents d archives et d anecdotes. Nous les remercions vivement. Le montage de ce document a été réalisé par : Olivier RACAULT et Marie-France MAURY 35

12 Y A T IL EU UN MEURTRE A L AUDRONNIERE? Très souvent, lorsque l on se documente sur un lieu, nous nous prenons de passion et l envie de découverte est très forte, elle devient le moteur de notre enquête. Mais dans le cas présent, ce que nous allons vous conter constitue une véritable «énigme», qui nous l espérons, passionnera nos habitants et nous permettra sans aucun doute de vous apporter dans un prochain bulletin, des réponses aux multiples questions auxquelles nous avons été confrontés. Introduction : Il y a à peu près cinq mois, alors que nous débutions nos recherches sur l Audronnière, Madame SURAUD, membre des Amis du Vieux Montrichard et historienne de notre commune, nous fait part de l existence d un document surprenant et plein de promesses. En effet, la «chance» existe lorsque l on lit les quelques lignes qui suivent. L ami du fils d un habitant de Montrichard a fait l acquisition d un ensemble de vieux documents lors d une brocante à Orléans. Celui-ci découvre un plan dans lequel il relève la Commune de Faverolles sur Cher, proche de Montrichard, sans tarder, le document se retrouve à Montrichard où il est remis à l association des Amis du Vieux Montrichard et c est avec beaucoup de plaisir qu une copie de ce document nous est confiée par Madame SURAUD, qui va naturellement, nous aider à réaliser sa lecture. Les faits : Sur ce document dont l original a été réalisé à l encre et en couleur, nous découvrons un relevé d enquête suite à la disparition du Père Richard. C est avec une précision exceptionnelle et à l échelle que l ensemble du relevé a été minutieusement décrit et expliqué point par point. Nous découvrons sur les terres de l Audronnière, qu en ce lundi 26 janvier les plaintes du Père Richard ont été entendues à la Clémenserie. Dans la pièce de terre, proche de l Audronnière ont été découverts des pas d homme et de chien ainsi que le sabot du Père Richard. Sur une autre pièce de terre, appartenant à Monsieur PECOUL, on a reconnu une place foulée sur laquelle étaient imprimées l empreinte de genou et d un coude, à quelques pas de là, le chapeau du Père Richard a été trouvé au bord de l eau à environ vingt pas de la place foulée. L enquête : A la lecture de ce document, de multiples questions se posent : A t on retrouvé le Père Richard, a t il été jeté à l eau? Sans tarder, nous consultons les tables de la Commune, mais aucun décès n est enregistré au nom du Père Richard, nous décidons de poursuivre et grâce aux précieux indices de Madame SURAUD, nous découvrons que l Audronnière était habitée par les closiers de Monsieur PECOUL de l Audronnière ce qui nous permet d en déduire que cet événement s est déroulé avant que Monsieur PARCEINT ne devienne propriétaire. En recherchant tous les lundi 26 janvier, nous supposons que cet événement s est produit en A cette époque, pas question de réaliser des photos, il était coutume et d usage qu un enquêteur du tribunal ou de toute autre juridiction constitue un relevé minutieux afin de poursuivre les investigations. On pourra bien sûr remarquer à la lecture des relevés que les terres n étaient pas gelées, au vu des marques dans le sol et qu à cette époque la traversée du ruisseau de Faverolles sur le chemin de Montrichard à St-Georges (actuelle N le 76) se faisait sur une planche. Epilogue : Beaucoup de questions restent en suspens et de nombreux passionnés à l heure de cette publication recherchent aux archives départementales un indice qui pourrait élucider la disparition du Père Richard sur les terres de l Audronnière. N hésitez surtout pas à nous adresser le résultat de vos enquêtes. 36

La maison de ma grand-mère

La maison de ma grand-mère La maison de ma grand-mère Voici une belle histoire de recherches survenue dernièrement concernant des gens qui ont vécu à Ste-Marie. Cette petite aventure a débuté sur le site Facebook dans le Groupe

Plus en détail

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays!

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Guide du citoyen L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Sommaire p 4 p 5 p 8 p 12 p 16 p 20 p 24 p 28 Préambule Nos noms dans la République Les grands moments de l existence Acte de

Plus en détail

«Nous avions huit vaches et cent poules»

«Nous avions huit vaches et cent poules» «Nous avions huit vaches et cent poules» Portrait Mme HINSCHBERGER Marie Et si on vous demandait de vous présenter «J ai perdu ma maman à l âge de 3 ans et 8 mois. Elle a eu une grippe et une pneumonie.

Plus en détail

SITE INTERNET Mémoire de Magny AVRIL 2015 Portrait. Louise Lecarpentier, 100 ans, 40 ans de vie à Magny

SITE INTERNET Mémoire de Magny AVRIL 2015 Portrait. Louise Lecarpentier, 100 ans, 40 ans de vie à Magny SITE INTERNET Mémoire de Magny AVRIL 2015 Portrait Louise Lecarpentier, 100 ans, 40 ans de vie à Magny En janvier dernier, Louise Lecarpentier soufflait ses 100 bougies. Elle vit encore dans sa maison

Plus en détail

RAPPORT DE LA MARCHE DE PENITENCE DES JEUNES DE L ASSOCIATION HUMANITAIRE CATHOLIQUE DES JCM TOGO.

RAPPORT DE LA MARCHE DE PENITENCE DES JEUNES DE L ASSOCIATION HUMANITAIRE CATHOLIQUE DES JCM TOGO. RAPPORT DE LA MARCHE DE PENITENCE DES JEUNES DE L ASSOCIATION HUMANITAIRE CATHOLIQUE DES JCM TOGO. Objectif du pèlerinage Nous avons décidé de faire un pèlerinage de pénitence au mois d Aout 2010 depuis

Plus en détail

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL Voici les conditions idéales pour faire le test : 50 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûrs. Ne devinez pas par de dictionnaire, ni

Plus en détail

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers et de l action touristique locale Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers dans la presse en 2006 Presse nationale : Nevers est très peu citée dans la presse nationale sauf

Plus en détail

A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l

A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l Lettres à un auteur Madame, A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l que vous nous avez accordée. J ai beaucoup

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

Monsieur l Ambassadeur, chers amis,

Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Je suis très honorée par la haute distinction dont vous venez de me remettre les insignes. Et je vous remercie de vos paroles particulièrement chaleureuses. Je suis

Plus en détail

Écoutez, j ai 65 dossiers comme elle à gérer, j ai peu de temps pour chacun,

Écoutez, j ai 65 dossiers comme elle à gérer, j ai peu de temps pour chacun, Auxiliaires de Vie? Lorsque j ai commencé à soigner Joséphine, elle était déjà sous tutelle. La mise sous tutelle est là pour protéger et représenter juridiquement une personne, quand celle-ci n est plus

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

Cela lui donna des envies de meurtre. «Ploucomobile!» pensa-t-il. Il sourit en se disant qu il pourrait déposer une marque avec çà.

Cela lui donna des envies de meurtre. «Ploucomobile!» pensa-t-il. Il sourit en se disant qu il pourrait déposer une marque avec çà. I C était son habitude de compter trop large ses trajets. Il finissait toujours par être en avance à ses rendez-vous. Telle était la marque d Henri Trappénil. Celui-ci n avait pas failli à la coutume.

Plus en détail

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni Carnet de voyage Dina Prokic Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni 3 juillet 2011 C est ma première fois en France. Je suis venue

Plus en détail

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Allocution prononcée le dimanche 1 er juin 2008 par Son Excellence Monsieur Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes, lors

Plus en détail

Les trois brigands partie1. Les trois brigands partie1

Les trois brigands partie1. Les trois brigands partie1 Les trois brigands partie1 Il était une fois trois vilains brigands, avec de grands manteaux noirs et de hauts chapeaux noirs. Le premier avait un tromblon, le deuxième un soufflet qui lançait du poivre,

Plus en détail

Liturgie pour enfants

Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Semaine québécoise des familles du 11 au 18 mai 2014 Nous vous proposons deux liturgies de la Parole selon les textes des Évangiles du dimanche choisi. On évoquera

Plus en détail

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir.

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. 2 Dieu vous aime et il tient ses promesses. Depuis que Dieu a fait le monde, il a promis de prendre

Plus en détail

que vous êtes devenu avocat et que vous avez consacré votre vie à la justice. Discours pour Maître Roux

que vous êtes devenu avocat et que vous avez consacré votre vie à la justice. Discours pour Maître Roux Discours pour Maître Roux Maître Roux, Cher François Mesdames et Messieurs, Chers amis, Nous sommes réunis ce soir pour rendre hommage à la personne exceptionnelle que vous êtes, exceptionnelle par votre

Plus en détail

Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014. Stage de formation au recrutement et au placement de personnel

Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014. Stage de formation au recrutement et au placement de personnel IPAG Business School Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014 LALLEMAND Thibault Groupe : 2S81 Stage de formation au recrutement et au placement de personnel Adecco

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Louis et Zélie Martin

Louis et Zélie Martin Louis et Zélie Martin Qu ont-ils fait de si extraordinaire pour être béatifiés le 19 octobre 2015? Sommaire : 1. Les époux Martin, qui sont-ils? 2. Texte à trou / texte à trou réponses 3. Création d un

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com 1 AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY

TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY Le 30 octobre 2006 TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY Monsieur le maire. Lors de mes interventions au Conseil, vous m avez indiquez que je mélangeait les choses que je ne comprenais

Plus en détail

Ecole Saint-Bernard de Courbevoie Lettre aux Parents, Amis et bienfaiteurs

Ecole Saint-Bernard de Courbevoie Lettre aux Parents, Amis et bienfaiteurs Ecole Saint-Bernard de Courbevoie Lettre aux Parents, Amis et bienfaiteurs Une nouvelle école! Après 22 années de recherche, d espoirs, de déceptions, d échecs et d attente, nous avons enfin trouvé et

Plus en détail

Investissements déraisonnables

Investissements déraisonnables Chapitre 47 Investissements déraisonnables Il y a quelques semaines, alors que j assistais au camp-meeting de San Jose [1905], certains de nos frères me présentèrent ce qu ils considéraient comme une occasion

Plus en détail

La rue Jean Bart à Hellemmes...

La rue Jean Bart à Hellemmes... La rue Jean Bart à Hellemmes... Au n 118, une maison sans prétention. Pourtant elle porte témoignage d un parcours d humanité qui mérite une attention particulière. UN PEU D HISTOIRE La rue Jean Bart et

Plus en détail

Denis Cyr : la trajectoire d un homme heureux

Denis Cyr : la trajectoire d un homme heureux Denis Cyr : la trajectoire d un homme heureux Entre un Denis Savard qui avait certaines ambitions et un Denis Tremblay qui n a pas eu beaucoup de chance, Denis Cyr n avait pas, contrairement à ses deux

Plus en détail

French Beginners (Section I Listening)

French Beginners (Section I Listening) 2008 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE SPECIMEN EXAMINATION French Beginners (Section I Listening) Transcript Question 1 Les jeunes d aujourd hui deviennent de plus en plus obèses. Lorsqu ils rentrent chez eux

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

PROTOCOLE DE PARTENARIAT

PROTOCOLE DE PARTENARIAT DISPOSITIF EXPÉRIMENTAL POUR LA PRISE EN CHARGE DES ENFANTS MINEURS LORS D UN FÉMINICIDE OU D UN HOMICIDE AU SEIN DU COUPLE PROTOCOLE DE PARTENARIAT entre le Conseil général, via l Observatoire des violences

Plus en détail

Les trois brigands Episode 2. Les trois brigands Episode 2

Les trois brigands Episode 2. Les trois brigands Episode 2 Episode 1 Il était une fois trois vilains brigands, avec de grands manteaux noirs et de hauts chapeaux noirs. Les trois brigands Episode 1 Il était une fois trois vilains brigands, avec de grands manteaux

Plus en détail

bénévole à la paroisse où elle sert la messe, fait des lectures, distribue la communion.

bénévole à la paroisse où elle sert la messe, fait des lectures, distribue la communion. Rencontre Notre secteur AREQ vient de fêter son 25 e anniversaire d existence. En 1986, sous la présidence de Rita Fortin, quarante membres se sont réunis. Deux ans plus tard, Anne-Marie Roy Coulombe était

Plus en détail

Nantas. Fleurs d encre 3 e Chapitre 1. Petites histoires à lire entre les lignes SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : NANTAS 1 / 5

Nantas. Fleurs d encre 3 e Chapitre 1. Petites histoires à lire entre les lignes SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : NANTAS 1 / 5 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : NANTAS 1 / 5 Nantas Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges La chambre que Nantas habitait depuis son arrivée de Marseille se trouvait

Plus en détail

Aux origines : rigueur morale, simplicité, nature. Marius Berliet, l industriel qui aimait la nature, Chapitre 1

Aux origines : rigueur morale, simplicité, nature. Marius Berliet, l industriel qui aimait la nature, Chapitre 1 Aux origines : rigueur morale, Marius Berliet, l industriel qui aimait la nature, Chapitre 1 simplicité, nature. Dessins de Marius Berliet, v.1880 Marius Berliet en 1889 «Famille d origine terrienne :

Plus en détail

Guide. pour mieux comprendre ma mesure de protection juridique

Guide. pour mieux comprendre ma mesure de protection juridique Guide pour mieux comprendre ma mesure de protection juridique Je m appelle Christel Prado. Je suis présidente de l Unapei. L Unapei est une association nationale qui défend, les droits des personnes handicapées

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

RAPPORT DE MISSION au TOGO. Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE

RAPPORT DE MISSION au TOGO. Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE RAPPORT DE MISSION au TOGO Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE Du 1 er au 31 Juillet 2o12 I) INTRODUCTION Etudiante en Ecole d Ingénieur en Biologie industrielle, il

Plus en détail

Procès-verbal du Conseil d administration. Domaine Bel-Air. Le jeudi 17 juillet 2014

Procès-verbal du Conseil d administration. Domaine Bel-Air. Le jeudi 17 juillet 2014 Procès-verbal du Conseil d administration Domaine Bel-Air Le jeudi 17 juillet 2014 Rédigé par Mélanie Turgeon le 17 juillet 2014 Étaient présents : Mesdames Holly Fortier Mélanie Turgeon Messieurs Daniel

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Une nuit magique dans l hiver

Une nuit magique dans l hiver Patrick ALLEN Une nuit magique dans l hiver A magic night in Winter Conte pour le temps de Noël 2009 ne nuit magiqu dans l hive 1 Il était une fois, dans une lointaine province située au nord d un immense

Plus en détail

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place?

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place? Université à l étranger: Université Nationale de La Plata Semestre/Année de séjour : Semestre 1/ 2012/2013 Domaine d études : Etudes européennes L accueil : QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT Comment avez-vous

Plus en détail

Discours d Abdel Achache Adjoint aux sport. représentant Thierry Philip, Maire du 3 e arrondissement. Samedi 14 novembre 2009

Discours d Abdel Achache Adjoint aux sport. représentant Thierry Philip, Maire du 3 e arrondissement. Samedi 14 novembre 2009 Discours d Abdel Achache Adjoint aux sport représentant Thierry Philip, Maire du 3 e arrondissement Samedi 14 novembre 2009 Congrès départemental du Comité du Rhône de la Fédération sportive et culturelle

Plus en détail

Une histoire de Letizia Lambert

Une histoire de Letizia Lambert Une histoire de Letizia Lambert Voix off : Aujourd hui c est dimanche. Bonne nouvelle, c est le jour du cinéma. Voix off : Gabriel aime ce moment car... Voix off :...c est très ennuyeux l hôpital. Voix

Plus en détail

Synopsis «Cent Jours»

Synopsis «Cent Jours» Synopsis «Cent Jours» Résumé Cette œuvre est un fidèle reflet de la réalité, puisqu il peut s assimiler à un journal intime, un polaroïd de ma réflexion de femme de 33 ans, mariée et enceinte de son troisième

Plus en détail

Avant d être des notions abstraites faisant l objet d analyses savantes, la gestion et le leadership relèvent d actions foncièrement humaines.

Avant d être des notions abstraites faisant l objet d analyses savantes, la gestion et le leadership relèvent d actions foncièrement humaines. Préface «On m a parfois défini comme un entrepreneur ou un leader culturel. Il est vrai que j aime entreprendre, convaincre, entraîner et diriger. Pour ce qui est du qualificatif culturel, je l assume

Plus en détail

Avec l expérience, tu peux parfois deviner ce qui va se passer. Interviews Julia Fassbender, photographe Page 1/5

Avec l expérience, tu peux parfois deviner ce qui va se passer. Interviews Julia Fassbender, photographe Page 1/5 Une interview avec la photographe et directrice artistique de la Chancelière allemande, Julia Fassbender Avec l expérience, tu peux parfois deviner ce qui va se passer Le Grand méchant loup s est rendu

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012)

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) La semaine des mathématiques a été l occasion de présenter aux élèves des parcours de mathématiciennes

Plus en détail

Le lycée Jules Verne, un bel outil dont nous sommes fiers dans le quartier

Le lycée Jules Verne, un bel outil dont nous sommes fiers dans le quartier Mai 2008 Le lycée Jules Verne, un bel outil dont nous sommes fiers dans le quartier La plupart des riverains connaissent le lycée, à l occasion des portes ouvertes ou du repas annuel de l Association.

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

Bulletin d'informations N 7 bis Janvier 2010

Bulletin d'informations N 7 bis Janvier 2010 Bulletin d'informations N 7 bis Janvier 2010 AMICALE DES ANCIENS C.A.M. 64 Cher Adhérent, Soucieux d aider tous nos adhérents, notre Amicale vous propose un dossier d aide pour accomplir les formalités

Plus en détail

Seul le prononcé fait foi

Seul le prononcé fait foi Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Inauguration du Village Répit familles Fondettes Lundi 21 septembre 2015 Monsieur le Préfet Mesdames

Plus en détail

OUVERTURE DE LA FOIRE AGRICOLE 2013 24 OCTOBRE 2013 10H00 DISCOURS DE MONSIEUR LE HAUT-COMMISSAIRE DE LA REPUBLIQUE

OUVERTURE DE LA FOIRE AGRICOLE 2013 24 OCTOBRE 2013 10H00 DISCOURS DE MONSIEUR LE HAUT-COMMISSAIRE DE LA REPUBLIQUE OUVERTURE DE LA FOIRE AGRICOLE 2013 24 OCTOBRE 2013 10H00 DISCOURS DE MONSIEUR LE HAUT-COMMISSAIRE DE LA REPUBLIQUE Monsieur le Ministre, Madame la Présidente du Comité organisateur, Mesdames et Messieurs,

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 Discours de M. Eric WOERTH Messieurs les Ministres, Madame et Messieurs

Plus en détail

Indications pédagogiques

Indications pédagogiques 900 entraînements à la communication professionnelle Indications pédagogiques D2 / 31 Objectif général D : REALISER UN MESSAGE A L'ECRIT Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire 3 Rédiger un message

Plus en détail

De l Aide aux Suisses à l étranger à la Fondation pour les enfants suisses à l étranger Rétrospective sur 90 ans d une oeuvre d entraide en mutation

De l Aide aux Suisses à l étranger à la Fondation pour les enfants suisses à l étranger Rétrospective sur 90 ans d une oeuvre d entraide en mutation De l Aide aux Suisses à l étranger à la Fondation pour les enfants suisses à l étranger Rétrospective sur 90 ans d une oeuvre d entraide en mutation Depuis plus de 90 ans, la Fondation pour les enfants

Plus en détail

En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel

En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel de Martonne à Laval. Plusieurs clubs Lecture de la

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014

SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014 SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014 COMMISSION CULTURE Présenté par Anaïs GUILLEMET et Paul NANNARONE Dès notre 1 ère commission, nous avons été sollicités pour participer à l action «1914-1944, D une guerre

Plus en détail

CONFERENCE SUR L ELABORATION DU PLAN LOCAL D URBANISME

CONFERENCE SUR L ELABORATION DU PLAN LOCAL D URBANISME CONFERENCE SUR L ELABORATION DU PLAN LOCAL D URBANISME MERCREDI 6 OCTOBRE 2010 Compte-rendu de la conférence qui s est tenue en public, en salle des fêtes de l Hôtel de Ville, le 6 octobre en présence

Plus en détail

Au cœur des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le Bleuet de France, Fleur Française du Souvenir renaît pour redonner de l espoir!

Au cœur des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le Bleuet de France, Fleur Française du Souvenir renaît pour redonner de l espoir! DOSSIER DE PRESSE Au cœur des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le Bleuet de France, Fleur Française du Souvenir renaît pour redonner de l espoir! 11 novembre 1934 11 novembre 2014 80 ans

Plus en détail

Militants Droits Devant!

Militants Droits Devant! DOSSIER DE PRESSE Militants Droits Devant! Du 18 janvier au 19 janvier 2014 Au lycée La Joliverie à Saint Sébastien/Loire SOMMAIRE «DroitS Devant!» avec la JOC... p 3 Une nouvelle campagne d année... p

Plus en détail

Monsieur le Président, Excellences, Monsieur le Directeur Général, Mesdames et Messieurs, Chers amis,

Monsieur le Président, Excellences, Monsieur le Directeur Général, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Allocution de S.A.S. le Prince Centenaire de l Institut Océanographique de Paris 21 juin 2011 Monsieur le Président, Excellences, Monsieur le Directeur Général, Mesdames et Messieurs, Chers amis, C est

Plus en détail

Professeur André Ouezzin Coulibaly, chirurgien cardiologue : La Médipole de Sya reste un projet valable Lundi, 11 Juin 2007 16:11

Professeur André Ouezzin Coulibaly, chirurgien cardiologue : La Médipole de Sya reste un projet valable Lundi, 11 Juin 2007 16:11 Depuis 1993, le Professeur André Ouezzin Coulibaly, célèbre chirurgien cardiologue et fils de feu Daniel Ouezzin Coulibaly, a élaboré le projet du Centre international de soins de Sya (CISSYA), baptisé

Plus en détail

Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV

Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV Déroulé : 14h30 : Accueil du Ministre de la Défense 15h00 : Allocution de J Y Le Drian morts 15h45 : Dépôt de gerbe au Monument aux 18h30 : concert 20h30

Plus en détail

Rapport de stage Echange IFMSA

Rapport de stage Echange IFMSA Rapport de stage Echange IFMSA La Pologne La Pologne est un pays chargé d histoire, c est principalement pour cette raison que j ai postulé pour y partir. Je voulais connaître l histoire de l Europe de

Plus en détail

Le calendrier de votre grossesse

Le calendrier de votre grossesse Le calendrier de votre grossesse Béatrice Knoepfler Avec la participation du Dr Jean-Philippe Bault, 2010 ISBN : 978-2-212-54524-1 Sommaire Préface Remerciements Introduction Calculez la date de votre

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

Les vingt demandes. d'un enfant de parents séparés

Les vingt demandes. d'un enfant de parents séparés Éducateur spécialisé, famille, parent, enfant, ado, Les vingt demandes adolescent, difficultés, éducatif, éducative, soutien parental, soutien à la parentalité, problèmes scolaires, relationnel, troubles

Plus en détail

Lettre d info n 11 page 2

Lettre d info n 11 page 2 FEDERATION DEPARTEMENTALE FAMILLES RURALES CHARENTE MARITIME LETTRE D INFOS De Septembre à Décembre 2011 Editorial: Edition N 11 Chers amis 2011 s est éteinte dans la nuit du 31 décembre, 2012 lui succède

Plus en détail

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur.

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur. Hansel et Gretel Première scène Il était une fois, dans un petit village, un bûcheron et ses deux enfants, Hansel et Gretel. Un jour, il n'y avait plus de manger dans la maison alors le bûcheron demandait

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

Par alliance : Armando Perez

Par alliance : Armando Perez Par alliance : Armando Perez Thèmes France, francophonie et langue française Concept D origine cubaine, Armando Perez nous emmène dans les lieux qu il fréquente à Miami pour nous parler de lui-même, de

Plus en détail

Etranges disparitions

Etranges disparitions Etranges disparitions Nina était une lycéenne de quinze ans qui vivait dans un appartement à Paris avec sa mère et son chien Médor. Sa mère était avocate et elle rentrait très tard le soir. Nina était

Plus en détail

J ai aidé à préparer et à servir et les gens ont été très sympathiques avec moi. C est fatigant, mais avec des horaires normaux.

J ai aidé à préparer et à servir et les gens ont été très sympathiques avec moi. C est fatigant, mais avec des horaires normaux. Témoignage 1 Voici le témoignage de Kevin : J ai passé une semaine d observation au restaurant d entreprise d une grosse société qui travaille pour l espace et fabrique des satellites. Tous les midis,

Plus en détail

Lire et Ecrire a changé toute ma vie

Lire et Ecrire a changé toute ma vie Lire et Ecrire a changé toute ma vie Fabienne VANDERMIÈGE Responsable de l association L illettrisme Osons en parler Agente de sensibilisation à Lire et Ecrire Verviers Avant de venir t inscrire à Lire

Plus en détail

I. Introduction II. Avancer III. Un héritage

I. Introduction II. Avancer III. Un héritage Remarques de S.E. Kaoru Ishikawa Gala / Assemblée générale annuelle de la Croix-Rouge canadienne Loews Le Concorde Hotel, Québec Le 18 juin 2011 19 h Dîner Gala I. Introduction II. Avancer III. Un héritage

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

«Jean-Claude Cunin est directeur des actions revendicatives

«Jean-Claude Cunin est directeur des actions revendicatives Interview JEAN-CLAUDE CUNIN «Jean-Claude Cunin est directeur des actions revendicatives de l association française contre les myopathies, organisatrice depuis 1987 du Téléthon. Sa longue expérience du

Plus en détail

Rapport de fin de séjour à Bruxelles

Rapport de fin de séjour à Bruxelles Rapport de fin de séjour à Bruxelles Introduction Durant l année de mon master 2 Histoire-Histoire de l art à l Université Pierre Mendes France de Grenoble je devais réaliser un stage de 2 mois minimum.

Plus en détail

Kim Thúy de passage à Sherbrooke

Kim Thúy de passage à Sherbrooke Bulletin spécial Mai 2014 Kim Thúy de passage à Sherbrooke Pour célébrer avec nous le Mois du patrimoine asiatique La très talentueuse et sympathique écrivaine Kim Thúy a tout de suite répondu par l affirmative

Plus en détail

2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE : Heureusement que nous sommes très en avance. Tu as vu cette queue?

Plus en détail

Mon mémento Page 3. 1/ Pourquoi ce mémento? Page 4. 2/ Pourquoi s évaluer? Page 4. 3/ Comment utiliser ce mémento? Page 5

Mon mémento Page 3. 1/ Pourquoi ce mémento? Page 4. 2/ Pourquoi s évaluer? Page 4. 3/ Comment utiliser ce mémento? Page 5 «STAJ PRATIC BAFA» KIT PEDAGOGIQUE «STAJ PRATIC BAFA» MEMENTO ANIMATEUR Sommaire : Mon mémento Page 3 1/ Pourquoi ce mémento? Page 4 2/ Pourquoi s évaluer? Page 4 3/ Comment utiliser ce mémento? Page 5

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

Assemblée Générale de l Association pour la Sauvegarde de Domme et de ses Remparts

Assemblée Générale de l Association pour la Sauvegarde de Domme et de ses Remparts Assemblée Générale de l Association pour la Sauvegarde de Domme et de ses Remparts L assemblée générale 2013 de l ASBDR s est tenue le 10 janvier 2014 à 20 heures à Domme Le nombre d adhérents au 31 décembre

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Dans le célèbre conte populaire, il n y a pas de père. Ce n est pas un oubli. Il y a une petite fille, une mère, une grand-mère et le loup, bien sûr. Joël Pommerat laisse aux enfants la liberté

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 septembre 2012 N de pourvoi: 11-20756 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Le Griel, SCP Thouin-Palat et Boucard,

Plus en détail

De Brouage à Québec, en passant par La Rochelle : Le parcours d une famille de marchands Samantha Rompillon 12-07-2004

De Brouage à Québec, en passant par La Rochelle : Le parcours d une famille de marchands Samantha Rompillon 12-07-2004 De Brouage à Québec, en passant par La Rochelle : Le parcours d une famille de marchands Samantha Rompillon 12-07-2004 Lier des espaces séparés par l Atlantique est l un des objectifs de l Inventaire.

Plus en détail

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES EXERCICIOS AUTOAVALIABLES 1.- Transforme les phrases au passé récent a) Il a changé de travail b) Nous avons pris une décision importante c) Elle a téléphoné à Jean d) J ai envoyé un SMS à ma collègue

Plus en détail

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire BTS CI 2 ème année CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger Sommaire 1 Introduction I/ Plan de marchéage A. Services B. Prix C. Distribution D. Communication

Plus en détail

ALBERT LABERGE. Les Noces d or. Les Revenants

ALBERT LABERGE. Les Noces d or. Les Revenants Les Noces d or Les Revenants Albert Laberge (1871-1960) dessin par Émile Vézina, vers 1920 ada À Claude-Henri Grignon Il y aurait bientôt cinquante ans que les époux Mattier, fermiers dans le rang du Carcan,

Plus en détail

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL Répondez aux questions suivantes : 1. Où habitez-vous? 2. Quand êtes-vous arrivé à Paris? 3. Quelle est votre profession? Complétez les phrases : 1. Je ne (être) pas français. 2. Je (parler) un peu le

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail