Politique de rémunération de BGL BNP Paribas

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Politique de rémunération de BGL BNP Paribas"

Transcription

1 Politique de rémunération de BGL BNP Paribas (version avisée favorablement par - le Comité de Direction en date du 13 mai le Comité de Rémunération et de Nomination en date du 12 juin le Conseil d administration en date du 27 juin 2013) Sommaire 0. Préambule 1. Objectifs de la Politique 2. Gouvernance 2.1. Rôle du Conseil d administration 2.2. Rôle du Comité de direction 2.3. Rôle des fonctions de contrôle 3. Champ d application Personnes visées 4. Le processus et les rémunérations 4.1. Processus 4.2. Rémunérations Salaires fixes Rémunérations variables : détermination des montants Comité de direction Acteurs de marché Responsables de Fonctions de Support et de Contrôle Rémunérations variables : modalités de paiement 4.3. Clauses particulières Indemnités contractuelles en lien avec la résiliation d un contrat de travail Autres paiements contractuels Annexes : - principes de rémunération et politique de rémunération des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque de l entreprise (Groupe BNP Paribas) (Document DCS+) - formulaire de fixation d objectifs et d évaluation de performance (cadres)

2 Politique de rémunération de BGL BNP Paribas 0. Préambule La politique de rémunération de BGL BNP Paribas relative aux collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque de l entreprise (qualifiés de «collaborateurs régulés») s appuie sur la politique et les mécanismes mis en place au niveau du groupe BNP Paribas dans le cadre des obligations liées aux nouvelles dispositions réglementaires en matière de rémunération. Les principes de rémunération et politique de rémunération (des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque de l entreprise) du groupe BNP Paribas sont documentés dans des règlements émis et régulièrement mis à jour par le groupe (dernière version: DCS+ 2013). Une copie est annexée au présent document. BGL BNP Paribas appliquera ces principes et politique de rémunération tout en se réservant la faculté de définir des modalités complémentaires pour certains collaborateurs - qui n ont pas, sur base individuelle ou collective, d impact significatif sur le profil de risque du Groupe, mais pour lesquels BGL BNP Paribas considère que leurs activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de l entreprise BGL BNP Paribas - et/ou comme devant faire l objet d une régulation adaptée pour des raisons de conformité locale. A ce titre, BGL BNP Paribas considère que l ensemble des membres de son Comité de Direction doit faire l objet localement d une régulation de plein droit. Raisonnable, favorisant une prise de risques mesurée et raisonnée, et préférant une profitabilité durable et saine à des gains de courte durée, elle respecte intégralement les recommandations et règlementations émises tant par la CRD 3, le G20, la CSSF et la loi du 28 octobre

3 1. Objectifs de la Politique S articulant autour de 7 principes, la politique de rémunération de BGL BNP Paribas est conçue de façon à: 1 promouvoir des prises de décision, des résultats et des comportements conformes à la stratégie long-terme de l entreprise ; 2 offrir une rémunération de base suffisante, attractive et compétitive sur les divers marchés d emploi sur lesquels la Banque est active (salaire fixe) ; 3 encourager l engagement et la performance des employés, cadres et dirigeants (rémunération variable) ; 4 faire participer les employés, cadres et dirigeants aux résultats obtenus par la Banque (rémunération variable) ; 5 respecter toutes les règles déontologiques, comptables, et fiscales en vigueur ; 6 permettre un contrôle des coûts et une prévisibilité de leur évolution ; 7 intégrer les valeurs de l entreprise, les aspects de Responsabilité Sociale, et les intérêts des clients. Conforme aux exigences de la circulaire CSSF 10/496, cette politique de rémunération est élaborée dans le cadre d un mode de gouvernance transparent. 2. Gouvernance 2.1 Rôle du Conseil d Administration Le Conseil d Administration de BGL BNP Paribas, sur avis ou proposition du Comité de Rémunération et de Nomination, établit les principes généraux gouvernant la politique de rémunération de l entreprise. Pour ce faire, le Conseil se fondant sur la politique en vigueur dans le groupe BNP : - approuve les procédures et modalités pratiques qui régissent la politique de rémunération (telles que proposées par le CD) ; - approuve, pour chaque exercice, la constitution d une provision pour rémunérations variables relatives à l exercice en cours ; 3

4 - propose à l assemblée générale, le montant des tantièmes à verser aux administrateurs au titre de l exercice antérieur ; - décide des jetons de présence à allouer aux administrateurs. Le Conseil d Administration de BGL BNP Paribas délègue au Comité de Rémunération et de Nomination, la détermination de l ensemble des rémunérations des membres du Comité de Direction dans le respect des principes généraux et des procédures adoptés par le Conseil. Sur demande du Comité de Rémunération et de Nomination, un Comité CRIF (Conformité, Risque, Finance) a été établi. Il émet, préalablement au Comité de Rémunération et de Nomination fixant les rémunérations individuelles, un rapport sur l adéquation des comportements des collaborateurs régulés ainsi que sur l adéquation des fonds propres de l entreprise par rapport aux montants de rémunération variable proposés. Le Comité de Rémunération et de Nomination comprend un Président, membre du C. A. ainsi qu au moins deux administrateurs non-exécutifs. Il se réunit autant de fois que de besoin, et au moins 2 fois par an. En outre, le Comité écoutera, pour chaque exercice et conformément aux exigences de la circulaire CSSF 10/496, le rapport des fonctions de contrôle quant à l application de la politique de rémunération. 2.2 Rôle du Comité de Direction Le Comité de Direction - informe les personnes concernées, de la politique de rémunération arrêtée par le Conseil d Administration. A cet effet, il sera remis à chaque personne concernée, un exemplaire de la présente politique ; - surveille sa mise en œuvre selon le principe des «4 yeux», et en établissant les procédures et modalités pratiques de son application ; - approuve, ensemble avec les responsables des Pôles et des Métiers / Fonctions respectifs les rémunérations fixes et variables des salariés. 4

5 2.3. Rôle des fonctions de contrôle Conformément aux exigences des circulaires, les fonctions de Contrôle (Inspection Générale, Compliance, Risk Management) effectueront annuellement un examen interne de la mise en œuvre de la politique générale des rémunérations. Elles rédigeront un rapport qui sera présenté au Comité de Rémunération et de Nomination du Conseil d Administration. 5

6 2. Champ d Application Personnes visées Le tableau suivant indique le champ d application / les personnes visées par la circulaire 10/496: Catégorie Administrateurs Composantes de rémunération fondées sur les responsabilités assumées Tantièmes & Jetons de présence Salaire fixe Indemnité de fonction (1) Pension extralégale Voiture de service N.A. N.A. N.A. N.A. N.A. N.A. LTI (2) Rémunération fondée sur les Performances individuelle et collective (+plafond en % du salaire fixe annuel) Rémunération variable (3) Comité de Direction Acteurs de Marché (y inclus les membres N.A. (100%) N.A. 100% (selon (selon catégorie) catégorie) du C.D. en charge des activités de marché) Autre Personnel (4) (susceptibles d avoir une influence N.A. N.A. (selon catégorie) significative sur les risques de l entreprise) N.B. La Banque s assure que les filiales dans son périmètre de contrôle respectent les réglementations locales en la matière. 6

7 (1) Une Indemnité de fonction est une rémunération fixe additionnelle liée à l exercice d une fonction (ou responsabilité) déterminée. Elle est spécifiquement liée à cette fonction et devient donc caduque de plein droit si l employé bénéficiaire ne l exerce plus. Elle n est ni indexée, ni pensionnable. (2) LTI = Long Term Incentives : constitué de plans d actions et /ou d options et/ou de cash différé, distribués par le groupe dans le cadre d une autorisation que l Assemblée Générale BNP Paribas a donné au Conseil d Administration de BNP Paribas et selon des modalités adoptées par la Direction Générale du Groupe, et qui seront communiquées au Comité de Rémunération et de Nomination de BGL BNP Paribas pour les décisions à prendre sur le périmètre le concernant. (3) : 25 administrateurs, dont - 1 président - 1 vice-président - Le président du Comité de Direction - 8 représentants du personnel Les Comités du Conseil sont : - Bureau du Conseil - Comité de Rémunération et de Nomination - Comité du Contrôle Interne et des Risques. (4) : certains membres du Personnel sont appelés, de par leur fonction, à participer à des prises de décision impliquant certains risques. Toutefois, ces décisions sont prises conformément aux principes d organisation et de séparation des pouvoirs du groupe y inclus le principe des 4 yeux. Leur rémunération variable est par conséquent indépendante d une quelconque atteinte d objectifs commerciaux ou financiers qu une prise de risque accrue permettrait d atteindre. Ils n entrent donc pas dans le champ de cette politique de rémunération. Commentaire additionnel : Une rémunération variable spéciale peut être allouée pour des mérites non financiers et tout à fait exceptionnels (exemples : prime de fold-in réussi ; prime de remplacement ; ). Ces cas sont toutefois liés à des éléments non prévisibles ni influençables par l éventuel bénéficiaire, non répétitifs, entièrement discrétionnaires, et payés à posteriori de l événement les ayant occasionnés, après approbation par le Comité de Rémunération et de Nomination. 7

8 Si le paiement de cette rémunération spéciale additionnelle amenait la rémunération variable totale à un montant supérieur aux plafonds indiqués, ou était en contradiction avec les résultats de l entreprise, le paiement ne se ferait qu après concertation du régulateur. Le paiement ne pourra pas avoir d impact matériel sur le profil de risque de l entreprise. 8

9 4. Le processus et les rémunérations 4.1 Processus Fixation commune des Objectifs (année n-1) Evaluation de la performance par le resp. hiérarchique + fonctionnel Calcul des Enveloppes RV par les métiers Vérification et Benchmarking des Propositions par le Pôle éventuel Validation par RH Groupe Approbation des Enveloppes par le CA Retour aux métiers (via Pôle) qui font des propositions individuelles Remontée des propositions individuelles (via Pôle et RH Groupe) à la DG Approbation finale par le CA Oct No v Dec Jan Fev Etant donné que la fonction d administrateur n ouvre pas droit à une rémunération variable, ce processus ne leur est pas applicable. 4.2 Rémunérations Salaires fixes La fixation initiale et l évolution des salaires fixes s inscrivent dans la politique de rémunération des entreprises du groupe (v. plus haut). Elles reflètent le niveau de responsabilités assumées, l évolution des compétences, et sont régulièrement soumises à des analyses compétitives de marché. Il convient de noter que certains bénéfices additionnels (régime de pension complémentaire, voiture de service, ) reposent sur le niveau de responsabilités assumées (et le salaire fixe y correspondant), et ne sont donc pas, si applicables, corrélés au résultat financier de l individu. 9

10 Rémunérations variables : détermination des montants Le supérieur hiérarchique établit annuellement, ensemble avec l employé concerné, les objectifs qualitatifs et quantitatifs à atteindre au courant de l exercice. Ces objectifs découlent de la stratégie longterme de l entreprise et du métier qui elle-même se base sur les valeurs et objectifs du groupe, dont le contrôle du risque fait partie intégrante. Le supérieur hiérarchique effectue annuellement, une évaluation de la performance de l employé. Elle se base sur les objectifs fixés en début d exercice et intègre d éventuels éléments imprévus ou exogènes survenus au courant de l exercice. L évaluation tiendra également compte d éléments comportementaux tels que - le suivi et le contrôle des règles professionnelles, y compris le contrôle des risques liés à son activité - l application des principes managériaux / valeurs du groupe - l esprit d équipe, - le respect des règles d éthique et de déontologie. Les objectifs qualitatifs («comportementaux») et quantitatifs («performance») sont pondérés de façon égale (50% - 50%) pour tous les cadres. Il est toutefois entendu que l atteinte des objectifs d une catégorie n ouvre droit au paiement d une rémunération variable que si l atteinte des objectifs de l autre catégorie n est pas insuffisante et reste par ailleurs soumis aux critères de performance et de contrôle des risques de l entité / du métier. Le modèle (actuel) de fixation d objectifs et d évaluation de la performance est annexé Comité de Direction Les éventuelles rémunérations variables ne constituent pas un droit acquis. La décision finale sur le montant de la rémunération variable des membres du CD de BGL BNP Paribas revient au Comité de Rémunération et de Nomination de la Banque, et ce sur base d une proposition émanant du président du Comité de Direction de BGL BNP Paribas établie en concertation avec les Responsables Groupe des Métiers et Fonctions, et présentée aux différentes Instances impliquées du 10

11 Groupe (RH Pôles, RH Groupe, Directeur Général de BNP Paribas) selon les règles et délégations établies. Pour le Président du Comité de Direction, la proposition présentée aux Instances Groupe est faite par le Responsable Domestic Markets,, Vice-Président du Conseil d Administration, et Président du Comité de Rémunération et de Nomination de BGL BNP Paribas. Les propositions individuelles sont faites en variation par rapport à l exercice précédent, en fonction de l évolution des performances du Groupe, du Pôle éventuel, du Métier, et de la Banque, tout en modulant celles-ci, à la hausse comme à la baisse. Elles intègrent l examen de la performance qualitative et quantitative de l individu (v. plus haut) avec une attention particulière accordée à la contribution de l intéressé à la maîtrise des risques Acteurs de Marché (Fixed Income, Global Equity & Commodity Derivatives, Trésorerie Groupe) En raison de la nature et de la complexité des activités de marché, il est établi que les collaborateurs de ces activités, même lorsqu ils ne disposent pas d un niveau de délégation, de séniorité ou de responsabilité leur permettant d avoir individuellement une incidence significative sur le profil de risque de l entreprise, sont susceptibles néanmoins, par exception et en tant que membres d un desk ou d une équipe, d avoir une telle incidence. Pour cette raison, et compte tenu de la volonté du Groupe de retenir l approche la plus prudente et la plus rigoureuse en matière de rémunération, les collaborateurs de ces activités sont collectivement inclus dans la population régulée (collaborateurs régulés sur base collective). Les éventuelles rémunérations variables ne constituent pas un droit acquis. Calcul des Enveloppes globales de Bonus a. Métiers/ Activités Fixed Income, Global Equity & Commodity Derivatives (hors Equity Cash) Les enveloppes de bonus sont calculées pour chacun des Métiers par application d un taux de participation (p%) fixé chaque année en fonction, a) de la performance du métier par rapport aux attentes et aux concurrents (corrélation positive), b) du niveau de risque porté par le portefeuille (corrélation négative) et c) des conditions du marché et du benchmark, 11

12 à une assiette représentative des résultats du métier incluant : le revenu direct, net des coûts directs, les coûts indirects alloués au métier, le coût du refinancement facturé en interne (y compris coût réel de la liquidité), la charge du risque générée par le métier, le coût des fonds propres alloués au cours de l année le coût du capital (c%) est fixé chaque année à un niveau d autant plus élevé que la performance du métier et le niveau du risque porté par le portefeuille sont élevés. selon la formule : B = (R c % x K) x p %, où K est le montant des capitaux alloués et R est le résultat net après coûts directs et coûts alloués, coût de la liquidité et coût du risque. Chaque année, le Responsable de CIB pourra décider, en accord avec la Direction Générale, qu'une fraction, inférieure ou égale à 20% (la Retenue de Solidarité), soit prélevée sur le montant "B" d un ou plusieurs métiers de CIB afin notamment d'abonder l'enveloppe d'un ou plusieurs autres métiers de CIB, ou éventuellement pour accroître la contribution de CIB aux résultats du Groupe. b. Trésorerie Groupe Les enveloppes de rémunération variable des Equipes sont déterminées par application d un taux de variation par rapport à l exercice précédent, fixé en fonction notamment de l évolution des performances du Groupe ou du métier dans son ensemble, ainsi que des pratiques du marché. Allocation par ligne d activité des métiers/ activités Fixed Income, Global Equity & Commodity Derivatives Les enveloppes attribuées aux métiers et équipes sont réparties entre les différentes lignes d activité en fonction de critères adaptés aux caractéristiques propres à chaque métier ou équipe, définis chaque année, et qui doivent en tout état de cause se fonder sur : - la mesure de performance quantitative (y compris la création et le développement d avantages compétitifs de long terme pour le Groupe) - la mesure du risque sous-jacent - la valeur de marché des équipes concernées ainsi que la situation concurrentielle. 12

13 Ces éléments doivent être pondérés par des éléments factuels permettant de mesurer le comportement collectif des équipes, - en matière de contrôle permanent, de réactivité et de respect des procédures - en termes de cross-selling et d esprit d équipe au sein du Métier. Les critères retenus s appuient sur des indicateurs quantitatifs ou des éléments factuels, dont la nature est définie chaque année lors du lancement du processus de rémunération. Attributions individuelles L attribution individuelle est effectuée discrétionnairement (pas de formule contractuelle individuelle) sur la base : des performances de l équipe à laquelle appartient l intéressé et de ses performances individuelles (la performance est mesurée en fonction du niveau de résultat et du niveau de risque associé à ce résultat), des évaluations (évaluation individuelle annuelle obligatoire réalisée par le responsable hiérarchique) qui apprécient à la fois : a) les réalisations qualitatives par rapport aux objectifs fixés, b) le comportement professionnel au regard des valeurs, de la déontologie et des procédures du Groupe, c) la contribution à la maîtrise des risques, y compris du risque opérationnel et d) le cas échéant le comportement managérial de l intéressé. Indépendamment des éventuelles procédures disciplinaires, le non respect des règles et procédures applicables, ou les manquements caractérisés à la déontologie ou à l éthique entraînent réduction ou suppression du bonus. Un bonus ne peut être garanti sauf, par exception, dans un contexte d embauche (hors mutations intra-groupe), pour permettre le recrutement d une compétence clé (v. pt ci-dessous). Un bonus de rétention peut être attribué dans les conditions définies par la Direction générale pour retenir un collaborateur clé sur le point d être embauché par un concurrent ayant proposé un bonus garanti. Il suit au minimum les mêmes règles que les autres bonus (différé, conditionnalités, indexation, période de blocage) et, le cas échéant, des règles spécifiques liées à sa vocation propre (par exemple un différé supplémentaire non conditionnel destiné à assurer la rétention). Son montant s impute sur l enveloppe de bonus du métier et de l exercice au cours duquel il a été versé. 13

14 Responsables de Fonctions de Support et de Contrôle Les Responsables de Fonctions de Support (Juridique, RH, IT, ) et de Contrôle (Compliance, Audit, GRM, Finance, ) ne sont pas rémunérés sur base des résultats réalisés par les métiers qu ils servent et contrôlent Rémunérations variables : modalités de paiement a. Part différée/part non différée Les bonus dont les bénéficiaires sont des régulés collectifs comportent, au-delà d un seuil «de minimis» fixé chaque année, une partie non différée et une partie différée. Un seuil «de minimis» a été instauré par les instances du groupe afin d exclure de la procédure de report et d indexation (ou de certaines de ses applications), les bénéficiaires d une rémunération variable dont le montant réduit ne justifierait pas la subdivision en 8 paiements distincts. (Ce seuil a été fixé à 3.000, tant pour le Bonus Numéraire Différé, que pour le Cash Indexé. Si les montants sont inférieurs ou égaux à ce seuil, les versements respectifs se feront intégralement aux mois de septembre resp. mars de l année suivante). La part différée est d autant plus importante que le montant du bonus est élevé, selon une grille fixée chaque année par la Direction en conformité avec les directives générales du Groupe, de telle manière que la part différée des bonus attribués aux collaborateurs régulés représente au moins 40% des bonus attribués. Les membres du Comité de Direction, régulés individuellement, ne bénéficient pas d un seuil «de minimis». b. La partie non différée La partie non différée du bonus est payée dans des conditions définies chaque année: pour moitié en numéraire à la date d attribution pour moitié en parts indexées sur l action BNP Paribas, payée en numéraire, au terme d une période de blocage. c. La partie différée La partie différée est attribuée : pour moitié en numéraire, pour moitié en parts indexées sur l action BNP Paribas, 14

15 Elle est acquise par tiers sur les 3 années suivant celle de l attribution, sous réserve de la réalisation de conditions définies lors de l attribution. La partie différée du bonus, une fois acquise au terme de chacune des 3 années, est payée dans des conditions définies chaque année : en numéraire à la date d acquisition, pour la partie qui avait été attribuée en numéraire en parts indexées sur l action BNP Paribas, payée en numéraire, au terme d une période de blocage, pour la partie qui avait été attribuée en parts indexées sur l action BNP Paribas. La structure des paiements peut être illustrée de la façon suivante (à l exemple du Bonus de l année N, alloué en l année N+1) : Bonus discrétionnaire Upfront N + 1 Bonus Différé N + 1 Bonus numéraire Upfront N + 1 Cash indexé Upfront N + 1 Bonus numéraire Différé Cash indexé Différe N + 1 N + 1 Parts DCS+ Upfront N + 1 Parts DCS+ N + 1 Différées (DCS+ = Deferred Compensation Scheme Plus) L acquisition de chaque fraction annuelle est conditionnée à la constatation, à chaque terme, de la réalisation des conditions définies lors de l attribution initiale. En cas de non réalisation des conditions au cours d un exercice, la fraction annuelle différée est perdue («Malus»). La faute d un collaborateur ayant entraîné son licenciement, notamment lorsqu elle consiste en un manquement aux règles relatives aux risques ou à la déontologie, ou encore une dissimulation ou une action ayant eu pour effet de fausser les conditions de fixations de bonus antérieurement alloués implique la perte des droits aux éléments différés des bonus précédemment alloués. 15

16 Les collaborateurs ayant effectué une mobilité au sein du Groupe, ou dont l emploi a été supprimé, ou partant à la retraite ou étant décédés ou étant en incapacité de travail ou ayant quitté le groupe en plein accord avec celui-ci continuent en principe à bénéficier du/des versement(s) de la partie différée dès lors que les conditions initialement prévues sont remplies. Le schéma suivant illustre les modalités de paiement d une rémunération variable de (à titre indicatif) d un employé tombant sous la circulaire (sans application d un seuil «de minimis») pour l exercice 2012: Mars 2013 Sept 2013 Mars 2014 Sept 2014 Mars 2015 Sept 2015 Mars 2016 Sept 2016 cash initial cash bloqué indexé cash différé cash différé indexé TOTAL Les montants en italique indiquent les montants dont le paiement final est lié à l évolution du cours de l action BNP Paribas. Les bénéficiaires ont l interdiction de recourir à des stratégies de couverture ou d assurance des montants reportés ou différés. En cas de départ de l entreprise, les parties différées de la rémunération variable deviennent nulles (sous réserve du paragraphe y relatif v. plus haut). Sans préjudice des principes généraux du droit du travail national, BGL BNP Paribas peut exiger des bénéficiaires de la rémunération variable, le remboursement partiel ou intégral de celle-ci s il s avérait par la suite - que les résultats sur base desquels le paiement a eu lieu, avaient été établis de façon frauduleuse - que des risques excessifs avaient été pris - que la performance financière de l entité à laquelle appartient l employé devenait négative à cause de décisions auxquelles l employé a été associé. 16

17 4.3. Clauses particulières Indemnités contractuelles en lien avec la résiliation d un contrat de travail Conformément à l exigence que des indemnités de résiliation de contrat de travail ne servent pas à récompenser un éventuel échec, la présente politique interdit la rédaction de contrats de travail incluant une indemnité forfaitaire payable en cas de résiliation anticipée d un contrat de travail. Pour le seul contrat de travail existant contenant une telle clause (et datant de l époque pré-2008), le bénéficiaire a déclaré être d accord pour renoncer à cette clause. Il est d entendement exprès qu une clause de reconnaissance d ancienneté antérieure à l entrée en service, n est pas considérée comme contraire à la politique Autres Paiements contractuels Il peut s avérer nécessaire, dans des cas exceptionnels et lors du recrutement de spécialistes expérimentés, de dédommager le candidat retenu, pour des pertes de revenus futurs ou différés auprès de l ancien employeur. Ces paiements additionnels, qui se feront au plus tard une (1) année après l entrée en service, seront fixés préalablement à l entrée en service, et sont indépendants de la performance de l employé concerné. Approuvé par le Conseil d Administration en sa réunion du 27 juin

18 - ~ - ~-:----,. I II, Ces Conditions particulieres doivent etre lues en relation avec les conditions generales des plans de remuneration differee de mars 2013 ("Conditions generales"). flies regissent l'attribution des bonus discretionnaires recompensant les Beneficiaires pour /'annee de performance fn cas de divergence entre Ie contenu de ces Conditions particulieres et /es Conditions generales, il convient de se ff5jerer aux Conditions generales. Bonus Numtrair! Upfr'()nt BONUS OISCR~TlONNAIRE BONUS UPFRONT onul Nume-ralr. Indexe - BONUS OIFFERE Bonus Hutllilrairw Oifttr! -- Bonus Numerain Indue Ortrm ----, PlI.It.lt L ",ws (JulMIlttt ~klirbl.361m1le eitlard'ler d6 p3 ;&tnilri dell "'m~ li l)'l\onble ~r~ell!ldl1l:lle!lift~de PBIt...~ +DM.teme:.trt6 Conditions partlcul: eres - Deffrreo Compensatton Scheme Plus 2013 (DC S ~ 2013)

19 2 R,~ m d > c1~ta l r, lr Ii I Eligibilite Conformement aux dispositions reglementalres en vi gueuf, Le DeS ("le Plan") est destine aux salaries et mandatai res socl aux da nt les activites professionnelles ant une incidence significat ive sur le profll de risque du Groupe, les collaborateurs concernes par ces dis positions ant ett~ determines par le Groupe et se sent vus notlfler dans La lettre d'attrib ut.ion DU d'etat des drolts leur ellglbili te au DCS «< Les Beneficiaires») Bonus total Taux de dilfero du Bonus total Minimum Maximum Up(ront 2013 Up(ront 2013 Methode de calcul du Bonus Differe** Bonus Total.500 OOOf 40% Bonus TotaL > 500 OOot 60% 300 OOot 400 OOot Bonus Upfront et Differe Le Bonus Upji-on t et Ie Bonus Differ. sont chacun d,vises en deux parties egales : U.1 mon tant numeraire, un montant nu meraire Index!? sur la performance de ['action BN P Pari bas SA, converti en parts - Benus upjront ' Bonus :-Jumeral re Upfront mars*" 2013 Bonus Numera"e Indexe Upfront ' septembre 2013 Calendrier de Paiement Periode de Retention Valeur Nomin ale In itiale VaLeur NominaLe Finale Conditions de Performance - Bonus Differe : Bonus Numeraire Differe :./ 1/3 en mars* 2014; -I' 113 en mars' 2015: -I' 111 en mars" 2016, Bonus Numera"e Indexe Differe : -I' 113 des Parts en septemore 2014, -I' 113 des Parts en septembre 2015, -I' 1/3 des Parts en septembre ehaque echeance en Bonus Numeralre Indexe est sujelte 2 une Periode de Retenti on entre mars'" et septembre d'une an nee don nee. Moyenne arlth metiq ue du cours meyen pondere par les vo lumes rywap) de l'acticln BNP Pari bas S.A sur 25 jours de cotati on commen~ant le 15 fevrier 2013 (Perlode de Reference Ini tiale) Moyenne ari:l1metlque du cours moye n po ndere par les volumes (VWAP) de ['action BNP Pan bas S A sur 40 Jours de cotatlon commenr;ant le I er juillet de l'annee de paiement concernee (Pe riode de Reference Finale) les Cor.drtions de Performance sont precis~ es en Annexe * Mars ou avri L en general, selon Ie Calendrier de Paiemen t de la remuneration variable annuelle de(s) Entlte(s) de Pa ieme nt Pour evlte r to ute confusion un bon us discretion nalre de 650 OOO sera reparti comm e sui t: un Bon us Upfront de (100%-60%) x , mais Mi n Upfront 0 un Bonus Dlffere egal a650 OOO OO O OOO 300 OOO done 300 OOO Con dllions partlc ul1eres - Deferred Compensatio n Scheme Plus 2013 (DCS-I- 2013) 2

20 ANNFXE r'. Nf)l IONS DE "rpformancl La reduction sur le montan t du Bo nus Dlffere payable aux Dates de Paie ment detaillees ci- dessus do it etre ca lcule e de La man iere suivante sur la base des donnees financleres de l'annee precedant le paiemen t : Bon us Diffe re (An", N) apres prise en compte des conditions de perform an ce = Bonus Diffe re (ao,', N) avant prise en com pte des conditions de performance x (loo% -X% -Y%-Z %), au : X% es t le taux de reduction si Le ResuLtat Net Avant Impilt (w," N' l) du metier es t < 0, Y% est le taux de reduction si Le ResuLtat Net Avant Impilt (ao,,', N.l) du Dom ain e d'activi te/e ntite Operatlo nnelle (<< EO») est < 0, Z% est le taux de reducti on si Le Resultat Net Avant ImpOt (aoo," N.l) du Grou pe est < 0 au si Le Resu ltat d'exploitation (OO"' N l) du Grou pe est < O. Tau x de reduction applicables. I,ll"'; dt rt't!lirlttju f4nai c ll lhh ll irllorr l..llllf' It.lrlt'll'f'/I41 IlNAI "" It fill kl A "0 1}(llfT II"' [im"pr x% Y% Z% ALMlTreasury 313 Corporate Banking CIB 1!3 Coverage, Corporate Finance. VPG 2/3 CIB 1/3 Fixe d Income 113 1!3 cm 1/3 GEeD 1/3 ClB 1/3 Fonctions Groupe 3/3 Fonctions de 00 maine d'activlte 3/3 IS 1!3 113 IS 113 Retai l Banking 1i2 EO 1/2 Exemples avec Les taux de reduction pour un Beneficiaire, avec des condition s de performance sur Ie metie r, Ie Domaine d'ac tivite et Le Groupe (soit X%=Y%=Z%=1/3) f,ni\i' +t-.r11 II c 0 ('HI HNM I HU'''''' I) 1111 If NAi' ~~rlllf'u ( K('mp'fS III x' 1111'11".1) <0 l out Mtihpi (J01n ' d'd rl lvil l'/[o Ii' (,fi"'lif RNAI (" '~ ~N-l. ) :>{) <0 <0 Paiement de 1/3 du Bonus Exemple 1 et REX (il/",ee,h ) >0 X%oll3 Y%=1/3 Differe (imm N) Z%=O ~ NAI (.,n ', ~e N.I) >0 Exemp le 2 et REX (2~'~P " I ) >0 >0 >0 Paiement de 100% du x%=o Y%oO Z%=o Bonus Dmere (,.,, -,~t roi) RNAI (Wltl! ri-l; :>0 and <0 <0 Aucun paiement de Bonus Exemple 3 REX (~ rje rol - l; <0 X%=113 Y%=113 Differe (~~ 11:<>~) Z%01l3 1 RNAI des igne le Resultat Net Avan t ImpOt L REX deslgne le Resullat d' ExplOI [ation

I. Gouvernance 1/8. B- Comité Direction Générale

I. Gouvernance 1/8. B- Comité Direction Générale Rémunération au titre de l exercice 2012 des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque du Groupe Les principes de rémunération du Groupe

Plus en détail

1/10. 1 European Banking Authority, Autorité Bancaire Européenne 2 Regulatory Technical Standards

1/10. 1 European Banking Authority, Autorité Bancaire Européenne 2 Regulatory Technical Standards Rémunération au titre de l exercice 2013 des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque du Groupe Les principes de rémunération du Groupe

Plus en détail

Politique de Rémunération

Politique de Rémunération Rémunération au titre de l exercice 2011 des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque de Natixis Le présent document a été établi en application

Plus en détail

Politique de Rémunération

Politique de Rémunération Rémunération au titre de l exercice 2013 des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque de Natixis Le présent document a été établi en application

Plus en détail

Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit.

Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit. Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit. Politique et pratiques de rémunération des collaborateurs dont les activités

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2010 SUR LA POLITIQUE DE REMUNERATION DE LA SOCIETE EUROLAND FINANCE

RAPPORT ANNUEL 2010 SUR LA POLITIQUE DE REMUNERATION DE LA SOCIETE EUROLAND FINANCE RAPPORT ANNUEL 2010 SUR LA POLITIQUE DE REMUNERATION DE LA SOCIETE EUROLAND FINANCE Préambule Le présent document a été établi en application des articles 43.1 et 43.2 du règlement n 97-02 relatif au contrôle

Plus en détail

Rémunérations des mandataires

Rémunérations des mandataires Gouvernement d entreprise 2 Rémunérations des mandataires sociaux CONSEIL D ADMINISTRATION Jetons de présence 2011 Les montants de jetons de présence perçus par les membres du Conseil d administration

Plus en détail

BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION

BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION 1 1. INTRODUCTION Le présent document constitue la politique générale de rémunération de Banque Degroof SA (la Politique de Rémunération). 1.1 Champ d application

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION

RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION (Article 43.1 du Règlement CRBF n 97-02 modifié par l arrêté du 13 décembre 2010) EXTRAIT DU RAPPORT CONSOLIDE DU GROUPE

Plus en détail

RAPPORT SUR LES POLITIQUES ET PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION 2012

RAPPORT SUR LES POLITIQUES ET PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION 2012 RAPPORT SUR LES POLITIQUES ET PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION 2012 SYNTHESE La politique de rémunération menée par le Groupe a pour objectif de garantir l attraction, l engagement et la fidélisation sur le long

Plus en détail

Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3)

Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3) Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3) La Banque Laurentienne a préparé la présente publication conformément aux exigences de Bâle II Pilier

Plus en détail

HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013

HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013 HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013 Janvier 2014 Ce guide a pour objet de préciser l interprétation

Plus en détail

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Année 2014. Le présent rapport est établi conformément à l'article 450 du règlement (UE) N 575/2013 du 26 juin 2013.

Crédit Agricole CIB. Année 2014. Le présent rapport est établi conformément à l'article 450 du règlement (UE) N 575/2013 du 26 juin 2013. Crédit Agricole CIB Rapport annuel relatif à la politique et aux pratiques rémunération s personnes définies à l article L. 511-71 du co monétaire et financier et en application du règlement délégué (UE)

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T)

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) NOTE D INFORMATION CV Réf. : II-6-1-14 Pôle des services 1 er avril 2011 Tel : 05 63 60 16 66 1-3 Temps de travail Mail : services@cdg81.fr COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) Décret n 2004-878 du 26 août 2004

Plus en détail

RAPPORT SUR LES POLITIQUES ET PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION 2014

RAPPORT SUR LES POLITIQUES ET PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION 2014 RAPPORT SUR LES POLITIQUES ET PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION 2014 SYNTHESE La politique de rémunération menée par le Groupe a pour objectif de garantir l attraction, l engagement et la fidélisation sur le long

Plus en détail

Inside Secure. (Assemblée générale du 26 juin 2014 Résolution n 21)

Inside Secure. (Assemblée générale du 26 juin 2014 Résolution n 21) Rapport des commissaires aux comptes sur l émission et l attribution réservée de bons de souscription d actions avec suppression du droit préférentiel de souscription (Assemblée générale du 26 juin 2014

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

Rapport prévu à l article 43-1 du Règlement 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit

Rapport prévu à l article 43-1 du Règlement 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit Le 16 mai 2012 Rapport prévu à l article 43-1 du Règlement 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit Politique et pratiques de rémunération (membres de l organe exécutif et

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières ( CCAP )

Cahier des Clauses Administratives Particulières ( CCAP ) PREFET DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE, PREFET DE PARIS Direction de la Modernisation et de l Administration Mission des moyens généraux Bureau des marchés et de la logistique, 75911 PARIS CEDEX 15 pref-marches75@paris.gouv.fr

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014)

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014) REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO (avril 2014) PREAMBULE REGLEMENT FINANCIER DE L AGIRC L Association générale des institutions de retraite des cadres (Agirc) a pour objet la mise en œuvre

Plus en détail

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 197 481 206.82 EUR 552 008 443 R.C.S.

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 197 481 206.82 EUR 552 008 443 R.C.S. Page 1 sur 8 SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 197 481 206.82 EUR 552 008 443 R.C.S. Nanterre Note d information émise par SOCIÉTÉ BIC en

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente charte

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

Codes des banques 9 septembre 2009

Codes des banques 9 septembre 2009 Codes des banques 9 septembre 2009 1/16 PREAMBULE Le Code des banques a été établi par l Association des banques néerlandaises (NVB) en réponse au rapport intitulé Naar herstel van vertrouwen (vers le

Plus en détail

GROUPE KUDELSKI RAPPORT DE RÉMUNÉRATION 2014

GROUPE KUDELSKI RAPPORT DE RÉMUNÉRATION 2014 GROUPE KUDELSKI RAPPORT DE 2014 GROUPE KUDELSKI RAPPORT ANNUEL 2014 1. INTRODUCTION 2 Le présent rapport est établi en conformité avec les dispositions en vigueur, notamment les règles du chapitre sur

Plus en détail

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices 1. Contexte Les travaux du groupe de travail de place constitué au début de l année 2009 à la demande des pouvoirs publics ont

Plus en détail

Présentation des dispositifs d épargne retraite individuelle et collective

Présentation des dispositifs d épargne retraite individuelle et collective CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Présentation des dispositifs

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2015-68 septembre 2015 Les composantes de la rémunération des cadres Les salaires des cadres en poste Les salaires proposés dans les offres d emploi Les fiches salaires par

Plus en détail

3.4 RÉMUNÉRATIONS ET AVANTAGES GOUVERNEMENT D ENTREPRISE ET RÉMUNÉRATIONS 3.4.1 RÉMUNÉRATIONS VERSÉES AUX ADMINISTRATEURS JETONS DE PRÉSENCE

3.4 RÉMUNÉRATIONS ET AVANTAGES GOUVERNEMENT D ENTREPRISE ET RÉMUNÉRATIONS 3.4.1 RÉMUNÉRATIONS VERSÉES AUX ADMINISTRATEURS JETONS DE PRÉSENCE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE ET RÉMUNÉRATIONS 3.4 RÉMUNÉRATIONS ET AVANTAGES 3.4.1 RÉMUNÉRATIONS VERSÉES AUX ADMINISTRATEURS JETONS DE PRÉSENCE La rémunération au titre de l exercice 2012 des administrateurs

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS Entre la Direction Générale de la société Herakles, représentée par Philippe BOULAN, en sa qualité de Directeur des Ressources Humaines, D une part, Et les organisations

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs n 7 > 4 avril 2014 info Sommaire > Droit fiscal : déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 - opérations particulières concernant les coopérateurs ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration

Plus en détail

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS Société Générale Exercice clos le 31 décembre 2014 Aux Actionnaires, En exécution de la mission qui nous a été confiée par votre assemblée générale,

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

Épargne salariale et actionnariat salarié : des outils de rémunération globale

Épargne salariale et actionnariat salarié : des outils de rémunération globale INTRODUCTION Épargne salariale et actionnariat salarié : des outils de rémunération globale 1 Les différents dispositifs d épargne salariale sont généralement présentés en plusieurs strates, auquel il

Plus en détail

ÉPARGNE TEMPS DÉCRET CIRCULAIRE DECRET

ÉPARGNE TEMPS DÉCRET CIRCULAIRE DECRET LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS DÉCRET N 2004-878 DU 26 AOÛT 2004 MODIFIE CIRCULAIRE DU 31 MAI 2010 SUR LA REFORME DU CET DANS LA FONCTION PUBLIQUE DECRET 2010-531 DU 21 MAI 2010 Le compte épargne temps (CET)

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien. Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014

Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien. Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014 Objet Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014 Le comité de rémunération est créé par le Conseil

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

Le Conseil supérieur de la Fonction publique d Etat a émis un avis positif sur un nouveau décret modifiant le Compte épargne temps.

Le Conseil supérieur de la Fonction publique d Etat a émis un avis positif sur un nouveau décret modifiant le Compte épargne temps. Fonctions publiques et Assimilées Paris, le 16 avril 2009 Compte Epargne Temps : Une escroquerie à temps plein. Le Conseil supérieur de la Fonction publique d Etat a émis un avis positif sur un nouveau

Plus en détail

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours.

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours. LE NOUVEAU RÉGIME DU COMPTE ÉPARGNE-TEMPS Paris, le 13 décembre 2012 Pour analyser le décret relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique hospitalière, paru au Journal officiel du 8 décembre

Plus en détail

Principales dispositions du projet de règlement

Principales dispositions du projet de règlement Principales dispositions du projet de règlement (TEXTE VOTÉ PAR LA COMMISSION JURI LE 21 JANVIER 2014) Février 2014 1 Honoraires d audit (article 9) (1/3) Limitation des services non audit Si un contrôleur

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE RETRAITE COLLECTIVE LA DIRECTION DU MARCHÉ DES ENTREPRISES 1

LES DISPOSITIFS DE RETRAITE COLLECTIVE LA DIRECTION DU MARCHÉ DES ENTREPRISES 1 LES DISPOSITIFS DE RETRAITE COLLECTIVE 1 Des solutions simples pour répondre à différents besoins Droits individualisés (compte individuel ouvert au nom de chaque salarié de l entreprise) 3 Contrat de

Plus en détail

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement,

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement, Ministère de l emploi, du travail et de la santé Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat Ministère de l agriculture, de l alimentation, de la pêche,

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC.

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. CONTEXTE : Alcoa Inc. («Alcoa») et sa direction se sont engagés à mener toutes leurs activités dans le monde entier, avec éthique et en conformité

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

LIVRET D EPARGNE SALARIALE, Livret individuel à l entrée dans l entreprise

LIVRET D EPARGNE SALARIALE, Livret individuel à l entrée dans l entreprise LIVRET D EPARGNE SALARIALE, Livret individuel à l entrée dans l entreprise ARTICLE L.3341-6 DU CODE DU TRAVAIL Conformément à l'article L. 3341-6 du Code du travail «Tout salarié d'une entreprise proposant

Plus en détail

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18)

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) Le présent document est une version refondue des Statuts du Régime de pension complémentaire de la Banque

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 13 juin 2013 portant orientations sur le cadre de régulation du système de comptage évolué de GrDF Participaient à la séance : Olivier

Plus en détail

Différents instruments de l actionnariat salarié

Différents instruments de l actionnariat salarié onnectedthinking Différents instruments de l actionnariat salarié Aspects fiscaux et sociaux 20 avril 2004 Nicolas de Limbourg Introduction Options sur actions Plans d achat d actions Promesses d attribution

Plus en détail

Code AFEP-MEDEF Un an après les nouvelles dispositions

Code AFEP-MEDEF Un an après les nouvelles dispositions Code AFEP-MEDEF Un an après les nouvelles dispositions Mai 2014 Sommaire 1. Les évolutions de juin 2013 2 1.1 L origine de l évolution 1.2 Sociétés concernées 1.3 Principales évolutions du code 2. Les

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

TRANSFERTS DES CONTRATS D ASSURANCE GROUPE EN CAS DE VIE LIES A LA CESSATION D ACTIVITE PROFESSIONNELLE

TRANSFERTS DES CONTRATS D ASSURANCE GROUPE EN CAS DE VIE LIES A LA CESSATION D ACTIVITE PROFESSIONNELLE TRANSFERTS DES CONTRATS D ASSURANCE GROUPE EN CAS DE VIE LIES A LA CESSATION D ACTIVITE PROFESSIONNELLE En vertu de l article L132-23 du Code des assurances les droits individuels résultant des contrats

Plus en détail

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015 Flash du RSI Bretagne aux experts comptables Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent à partir du 15 décembre 2014 l

Plus en détail

EPARGNE SELECT RENDEMENT

EPARGNE SELECT RENDEMENT EPARGNE SELECT RENDEMENT Instrument financier non garanti en capital 1 Durée d investissement conseillée : 6 ans (en l absence d activation automatique du mécanisme de remboursement anticipé) Ce produit

Plus en détail

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ LAVAL

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ LAVAL RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ LAVAL SOMMAIRE DES DISPOSITIONS TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 ADMISSIBILITÉ ET ADHÉSION AU RÉGIME... 4 COTISATIONS... 5 PARTICIPATION VOLONTAIRE...

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT 51-102 SUR LES OBLIGATIONS D INFORMATION CONTINUE

RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT 51-102 SUR LES OBLIGATIONS D INFORMATION CONTINUE RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT 51-102 SUR LES OBLIGATIONS D INFORMATION CONTINUE Loi sur les valeurs mobilières (LRQ, c V-11, a 3311, par 1, 3, 8, 9, 19, 20 et 34 ; 2007, c 15) 1 Le Règlement 51-102

Plus en détail

MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP)

MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP) MAPPP/12-16 FICHE : CRISTALLISATION DES TAUX MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP) Introduction Cette note examine les différentes modalités de couverture du risque

Plus en détail

Le plan d épargne entreprise (ou PEE)

Le plan d épargne entreprise (ou PEE) Pégase 3 Le plan d épargne entreprise (ou PEE) Dernière révision le 18/05/2009 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Versement des participants... 4 Versement de l intéressement sur le

Plus en détail

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec Présentation Présenté

Plus en détail

641/644 Rémunérations du personnel

641/644 Rémunérations du personnel comptes, des rémunérations versées aux 5 ou 10 personnes les mieux rémunérées. Toutefois, le montant global des rémunérations versées à ces personnes les mieux rémunérées n a pas à être communiqué lorsque

Plus en détail

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 Chapitre Ier : Créer de nouveaux droits pour les salariés Section 1 : De nouveaux droits individuels

Plus en détail

STATE STREET BANQUE SA. Rapport sur les pratiques et politiques de rémunération pour l année 2014 STATE STREET BANQUE SA 1

STATE STREET BANQUE SA. Rapport sur les pratiques et politiques de rémunération pour l année 2014 STATE STREET BANQUE SA 1 STATE STREET BANQUE SA Rapport sur les pratiques et politiques de rémunération pour l année 2014 STATE STREET BANQUE SA 1 Obligations réglementaires Politique de State Street Gouvernance Article 15 Arrêté

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 9 DÉCEMBRE

Plus en détail

DESCRIPTIF DU DOCUMENT. Déploiement Nouveau système de rémunération au 01.01.2009-13 ème salaire

DESCRIPTIF DU DOCUMENT. Déploiement Nouveau système de rémunération au 01.01.2009-13 ème salaire 13 EME SALAIRE 13 EME SALAIRE - ETAT DE GENEVE Confidentiel Etat de Genève 23/01/2009 DESCRIPTIF DU DOCUMENT Phase du projet Domaine État du document Version actuelle Déploiement Nouveau système de rémunération

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds Texte de référence : article L. 214-24, I du code monétaire et financier. L AMF applique l ensemble

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement L'intéressement Textes de référence : Loi n 2001-152 du 19 /02/2001 Lettre circulaire Acoss n 2001-056 du 10 avril 2001 rappelant les modifications apportées aux mécanismes de l épargne salariale Circulaire

Plus en détail

FICHE PRATIQUE N 4. Plan d Epargne pour la Retraite COllective (PERCO)

FICHE PRATIQUE N 4. Plan d Epargne pour la Retraite COllective (PERCO) FICHE PRATIQUE N 4 Plan d Epargne pour la Retraite COllective (PERCO) Principes Grâce à l adhésion à un dispositif facultatif, le PERCO offre la possibilité aux salariés de Thales de se constituer un capital

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

Contrats d assurance vie avec droits acquis

Contrats d assurance vie avec droits acquis Contrats d assurance vie avec droits acquis Introduction Le budget fédéral de novembre 1981 proposait des modifications fondamentales à l égard du traitement fiscal avantageux accordé aux contrats d assurance

Plus en détail

EOS IMAGING PLAN D OPTIONS DE SOUSCRIPTION OU D ACHAT D ACTIONS 2012

EOS IMAGING PLAN D OPTIONS DE SOUSCRIPTION OU D ACHAT D ACTIONS 2012 EOS IMAGING PLAN D OPTIONS DE SOUSCRIPTION OU D ACHAT D ACTIONS 2012 Se fondant sur l autorisation consentie par l assemblée extraordinaire du 16 janvier 2012, le conseil d administration a décidé, le

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

Politique de rémunération des cadres

Politique de rémunération des cadres Politique de rémunération des cadres Adoptée par le comité exécutif le 29 septembre 2010 Résolution CE10 1546 Amendée par le directeur général le 15 novembre 2011 Décision DG110395004 Amendée par le directeur

Plus en détail

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS Paiement des cotisations : précisions sur les nouvelles modalités de calcul et d appel de cotisations des indépendants Circulaire RSI n 2007-91 du 20 juillet

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

info DROIT SOCIAL Egalité de traitement et avantages catégoriels

info DROIT SOCIAL Egalité de traitement et avantages catégoriels n 4 > 4 mars 2015 info ACTUALITÉ JURIDIQUE Sommaire Droit social Egalité de traitement et avantages catégoriels Clauses de non concurrence Droit d accès aux SMS non personnels par l employeur Droit fiscal

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur.

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. DCG - UE03 DROIT SOCIAL - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. I ÉTUDE DE SITUATIONS PRATIQUES (13 points) Dossier 1 Rappeler les

Plus en détail

POLITIQUE DE VOTE SYCOMORE ASSET MANAGEMENT. Saison des votes 2014 SYCOMORE ASSET MANAGEMENT. Agrément AMF n GP01030

POLITIQUE DE VOTE SYCOMORE ASSET MANAGEMENT. Saison des votes 2014 SYCOMORE ASSET MANAGEMENT. Agrément AMF n GP01030 POLITIQUE DE VOTE SYCOMORE ASSET MANAGEMENT SYCOMORE ASSET MANAGEMENT Agrément AMF n GP01030 24-32 rue Jean Goujon 75008 Paris www.sycomore-am.com SOMMAIRE PREAMBULE... 3 1. EXERCICE DES DROITS DE VOTE...

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.)

LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.) CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA LOIRE LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.) Références - Décret n 2004-878 du 26 août 2004 modifié relatif au compte épargne temps dans la fonction

Plus en détail

Rapport de rémunération

Rapport de rémunération 48 // GROUPE DELHAIZE RAPPORT ANNUEL 11 Rapport de rémunération Le Groupe Delhaize souhaite faire preuve de transparence envers ses actionnaires et toutes les autres parties prenantes en leur fournissant

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire aux comptes

Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire aux comptes LES PRINCIPES DE BASE D UNE SOCIETE D EXERCICE LIBERAL A RESPONSABILITE LIMITEE (SELARL) Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire

Plus en détail

PLAN DE WARRANTS 2014 EMISSION ET CONDITIONS D EXERCICE

PLAN DE WARRANTS 2014 EMISSION ET CONDITIONS D EXERCICE PLAN DE WARRANTS 2014 EMISSION ET CONDITIONS D EXERCICE Offre de maximum 100.000 de droits de souscription ("Warrants") réservés aux Bénéficiaires du Plan de Warrants de la Société Les acceptations dans

Plus en détail

Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur

Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur Préambule Fondation privée reconnue d utilité publique à but non lucratif, l Institut Pasteur dispose de différents types de ressources

Plus en détail

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009. L.I.R. n 104/1

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009. L.I.R. n 104/1 Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009 L.I.R. n 104/1 Objet : Évaluation de certains avantages accordés par l employeur à ses salariés a) Mise à la disposition à

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail