Programme d études du cours de

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Programme d études du cours de"

Transcription

1 1 Programme d études du cours de Sciences économiques Option de base simple Deuxième et troisième degrés Humanités générales et technologiques 2e & 3e degrés Ville de Bruxelles Programme de français

2

3 TABLE DES MATIÈRES A. AVERTISSEMENT B. CONDITIONS MATÉRIELLES DE TRAVAIL C. CONSIDÉRATIONS DISCIPLINAIRES D. CONSIDÉRATIONS MÉTHODOLOGIQUES 1. Les compétences terminales et savoirs requis en sciences économiques 2. les compétences terminales et la démarche scientifique en sciences économiques 3. L enseignement des sciences économiques a. Les savoirs b. Les savoir-faire c. Les compétences 4. Les pratiques d évaluation 5. Le travail du professeur E. PLANIFICATION DES ACTIVITÉS Introduction 1. 3 e année 2. 4 e année 3. 5 e année 4. 6 e année F. ANNEXES 1. Annexe 1 : les principaux verbes dont l action est mise en œuvre dans le travail par compétences 2. Annexe 2 : un exemple de construction d une séquence d apprentissage ainsi que sa mise en œuvre en classe 3. Annexe 3 : un exemple d outil de planification des matières pour le professeur G. VOCABULAIRE MÉTHODOLOGIQUE 45 H. BIBLIOGRAPHIE 46 1

4 A. AVERTISSEMENT Ce programme de sciences économiques a été rédigé à partir du référentiel Compétences terminales et savoirs requis en sciences économiques et sciences sociales pour les humanités générales et technologiques publié par l Administration générale de l Enseignement et de la Recherche scientifique - Ministère de la Communauté française. Ce programme a été conçu pour les 2 e et 3 e degrés de l enseignement général, artistique et technique de transition. Le cours est donné dans chaque année à raison de quatre périodes par semaine. GENARD (A.), ODROVIC (M.), «Méthodologie de l enseignement des sciences économiques.» De Boeck Wesmael, Bruxelles, 1994 GOUJET (C.), RAULET (Christian) et RAULET (Christiane), «Comptabilité de gestion», éd. Dunot HEUZER (M.), PHILIPPE (B.), POLET (M.), VIATOUR (L.), «Art d éco», Van In, Bruxelles, 2011 JEANFILS (C.), ROLAND (V.), «La comptabilité à livre ouvert», Presse Universitaire de Namur, Cedes JURION (B.), «Économie politique», De Boeck, Bruxelles, 2006 KOTLER, DUBOIS «Markéting, management», Publi-Union, Paris, 2000 B. CONDITIONS MATÉRIELLES DE TRAVAIL L enseignement des sciences économiques par compétences exige l utilisation de nombreux documents divers. De plus, il est souhaitable que le professeur dispose d un rétroprojecteur ou d un appareil multimédia, d un accès à un local informatique équipé de logiciels utiles à l enseignement des sciences économiques ainsi que d un accès à internet. Les élèves doivent disposer : - d un cahier ou d une farde ; - d une machine à calculer. MANDOU (C.), «La comptabilité générale de l entreprise», De Boeck MANKIW (G.), «Principes de l économie», Economica, Paris, 1998 MAYSTADT (Ph.) & MINET-DERMINE (F.), "Comprendre l économie Le marché et l État à l heure de la mondialisation», Éditions Luc PIRE, MUSOLINI (M.), «L économie pour les nuls.», First, Paris, 2011 STIGLITZ (E.), WALSH, (K.), LAFAY (J-D.), Principes d économie moderne, De Boeck, Bruxelles 2007 Sites Internet statbel. fgov.be

5 C. CONSIDÉRATIONS DISCIPLINAIRES H. BIBLIOGRAPHIE ALEXANDER (Fr.), DELREE (C.), «Notions de droit civil», De Boeck, Bruxelles, 2007 ALEXANDER (Fr.), DELREE (C.), «Manuel de législation sociale», De Boeck, Bruxelles, 2005 ANTOINE (J.), CORNIL (J-P.), «Précis de comptabilisation», De Boeck, 1995, Bruxelles ANTOINE (J.), CORNIL (J-P.), «Lexique thématique de la comptabilité», De Boeck, 1998, Bruxelles BRUNEEL (J.-M.), «Principes de comptabilité», Labor éducation CAPUL (J.-Y.) & GARNIER (O.), «Dictionnaire d' Économie et de Sciences sociales», Hatier, Paris, CHAMBLAY (D.), MONTOUSSE (M.), «100 fiches pour comprendre les sciences économiques» Bréal, 1998 CEULEMANS (M.), «Apprendre la T.V.A.», edipro de WASSEIGE (Y.), "Comprendre l'économie politique", Couleur livres, Bruxelles, de WOLF (M.), «Éléments de droit commercial», Érasme Bruylant DEGRYSE (Ch.), «L économie en 100 et quelques mots d actualité», De Boeck, Bruxelles, 2005 Les sciences économiques modernes sont une science sociale qui étudie les problèmes de choix décisionnels pris par les entreprises, les pouvoirs publics, les ménages dans un univers de rareté des ressources. L économie est une science en ce sens qu elle étudie scientifiquement la problématique des choix décisionnels dans une société à partir d une exploration systémique qui passe aussi bien par la formulation de théories (fondées sur une série d hypothèses) que par l examen de données empiriques. Cependant, l économie n est pas une science exacte puisqu il lui est impossible de pratiquer l expérimentation en laboratoire. En effet, les faits et les évènements économiques décrits et analysés sont toujours des expériences uniques, car ils se produisent dans des contextes sociaux particuliers, dans des territoires spécifiques, à un moment donné de leur histoire. Les apprentissages en sciences économiques sont basés essentiellement sur des démarches de compréhension et d'analyse qui permettront aux élèves : - de mieux comprendre les grands faits ou évènements économiques ainsi que leurs conséquences, de les chiffrer, de les modéliser en y intégrant les aspects juridiques, philosophiques et institutionnels, - de prendre des décisions en connaissance de cause, - de devenir des citoyens responsables et engagés. Enfin, il est important pour les élèves d apprendre, au-delà de leurs représentations personnelles, à distinguer ce qui relève de l économie positive (chargée de représenter, de décrire la réalité), de ce qui relève de l économie normative (chargée de guider la décision des agents économiques). En effet, les théories qui résultent de l analyse des faits ou des évènements économiques sont toujours plus ou moins liées à une idéologie et sont donc de ce fait biaisées. DESCHANEL (J.-P.), «La Bourse en clair», Ellipses, Paris, 2007 GENARD (A.), «Économie générale: Approche microéconomique», De Boeck - Wesmael, Bruxelles, GENARD (A.), «Économie générale: Approche macroéconomique», De Boeck - Wesmael, Bruxelles,

6 D. CONSIDÉRATIONS MÉTHODOLOGIQUES 1. LES COMPÉTENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ÉCONOMIQUES Le Décret «Missions» 1 définit une compétence comme une aptitude à mettre en œuvre un ensemble organisé de savoirs, de savoir-faire et d attitudes permettant d accomplir un certain nombre de tâches. Savoirs : ensemble des connaissances ; Savoir-faire : ensemble des procédures permettant d utiliser les acquis antérieurs ; Attitude: état d esprit qui pousse à un comportement, à une action. Par exemple, être curieux s interroger Une attitude est identifiable par un verbe d action 2 tel que s interroger, analyser, critiquer, sélectionner, synthétiser, communiquer, etc. Le référentiel Compétences terminales et savoirs requis en sciences économiques et sciences sociales - Humanités générales et technologiques propose d une part une liste de compétences à développer et d autre part une liste d objets d enseignement. A. Les compétences 3 C1 : Maitriser les acquis théoriques de base ; C2 : Recueillir et traiter des informations en fonction d une recherche ; C3 : Analyser des informations ; C4 : Synthétiser des informations ; C5 : Appliquer des concepts, des modèles, des procédures (appris) ; C6 : Résoudre les problèmes par application des savoirs, concepts et procédures appris ; C7 : Résoudre des problèmes pour lesquels des savoirs, concepts et procédures supplémentaires doivent être élaborés ; C8 : Appréhender la multiplicité des théories relatives à une même problématique. 1 Article 5, 1 du décret «Missions» du 24 juillet Un tableau reprenant les principaux verbes dont l action est mise en œuvre dans le travail par compétences est G. VOCABULAIRE MÉTHODOLOGIQUE Ce glossaire ne reprend que le vocabulaire méthodologique utilisé dans ce programme. Il n est en rien exhaustif de la discipline. Source : Le nouveau Petit Robert 2009 Attitude = disposition, état d esprit à l égard de quelque chose ; ensemble de jugements et de tendances qui pousse à un comportement. État d esprit qui pousse à un comportement. Exemple, s interroger est une attitude qui pousse la personne à se poser des questions (savoir-faire). Compétence : aptitude à mettre en œuvre un ensemble organisé de savoirs, de savoir-faire et d attitudes permettant d accomplir un certain nombre de tâches. Problématique : questionnement sur un ensemble de problèmes. Problème : question qui doit être traitée par un raisonnement pour être résolue. Raisonnement : opération de la pensée qui va d une idée à une autre en passant par une ou plusieurs propositions et qui consiste à enchainer logiquement ces idées avec plus ou moins de rigueur pour en tirer une conclusion. Le raisonnement géographique cherche à identifier les structures spatiales d un espace géographique pour en comprendre l organisation et le fonctionnement. Séquence d apprentissage : un ou plusieurs cours consacré(s) à un apprentissage contextualisé. Situation d apprentissage : problématique (ou situation-problème) à résoudre dans des conditions données, avec un matériel et des outils appropriés, en mobilisant les savoirs et les compétences opportuns pour répondre à la consigne. Situation-problème : situation concrète qui pose problème. La problématique est donnée aux élèves et il leur est demandé de l expliquer. Synthèse : opération qui procède du simple au composé, de l élément au tout (formation d un tout au moyen d éléments). présenté en annexe 1. 3 Compétences terminales et savoirs requis en sciences économiques et sciences sociales - Humanités générales et technologiques. 4 45

7 Quatre familles de tâches 1 mettant en œuvre les compétences ont été identifiées. 7. L élève élimine les informations provenant de sources non fiables ou les informations non vérifiées. CRITIQUER 8. Éventuellement, en fonction de la consigne, l élève classe et/ou compare. CLASSER - COMPARER 9. L élève rassemble en une note préparatoire de travail (en une seule production) les informations sélectionnées en fonction de l objectif. SYNTHÉTISER 10. L élève présente une note préparatoire de travail lisible et soignée. COMMUNIQUER 11. Le professeur évalue la production réalisée par l élève à l aide d une grille d évaluation critériée. ÉVALUER 12. Le professeur récapitule les savoirs et les savoir-faire vus au cours de la séquence d apprentissage. Ce point peut être envisagé pendant la mise au travail des élèves ou après. C est au professeur à en décider. Il n est pas conseillé de débuter une séquence d apprentissage par les savoirs. RÉCAPITULATIF DES SAVOIRS ET DES SAVOIR-FAIRE 13. Le professeur pense à la possibilité d opérer, pour un autre travail, un transfert soit de la matière soit de la compétence exercée. TRANSFÉRER Famille de tâches F1 (appliquer = C1+C2+C3+C5 2 ) Appliquer des concepts, des modèles, des procédures appris à une situation économique, juridique ou sociale nouvelle. Famille de tâches F2 (confronter et résoudre = C1+C2+C3+C4+C5+C6+C8) Déterminer les enjeux et les limites d un concept, d un modèle, d une politique, d une théorie économique face à une problématique économique, juridique ou sociale. Famille de tâches F3 (argumenter = C1+C2+C3+C4+C6+C7+C8) Prendre une position argumentée face à un problème économique, juridique ou social. Famille de tâches F4 (synthétiser et communiquer = C1+C2+C3+C4) Communiquer un message fondé sur des concepts économiques, juridiques ou sociaux à un public précis. B. Les objets à croiser avec les compétences (par ordre alphabétique) 3 - approche classique et néo-classique de l économie ; - approche keynésienne de l économie ; - banque ; - bourse (des valeurs) ; - contrats ; - entreprise ; - finances publiques ; - formes concrètes d organisation économiques ; - indicateurs et mesure de l économie (comptabilité nationale) ; - monnaie ; - politiques économiques ; - relations économiques internationales ; - sécurité sociale ; - types de marché. 1 Les quatre familles de tâches ont été identifiées par le groupe de travail interréseaux en sciences économiques du Service de Pilotage de la Commission des Outils d Évaluation. Une famille de tâches se caractérise par la même finalité, par des compétences transversales identiques et par des critères d évaluation identiques. 2 La compétence en gras est considérée comme prioritaire. 3 Compétences terminales et savoirs requis en sciences économiques Ministère de la Communauté française. 44 5

8 2. LES COMPÉTENCES TERMINALES ET LA DÉMARCHE SCIENTIFIQUE EN SCIENCES ÉCONOMIQUES Les compétences transversales identifiées dans le référentiel Compétences terminales et savoirs requis en sciences économiques et sciences sociales sont mises en oeuvre dans la pratique de la démarche scientifique. Soit, il s agit de pratiquer une démarche déductive qui part de la théorie générale, de la règle ou du modèle pour arriver à l étude d un cas particulier concret. CONFRONTER LA PROBLÉMATIQUE AU CONCEPT/ AU MODÈLE/ À LA POLITIQUE/ À LA THÉORIE GÉNÉRALE. APPLIQUER À UNE PROBLÉMATIQUE CONCRÈTE INSTALLER UN CONCEPT/ UN MODÈLE/ UNE POLITIQUE/ UNE THÉORIE ÉCONOMIQUE Identifier les enjeux et les limites du concept/ du modèle/ de la politique/ de la théorie économique Décrire la problématique Appliquer le concept/ le modèle/ la politique/ la théorie économique à la problématique Comprendre un concept/ un modèle/ une politique/ une théorie économique COMPÉTENCES À EXERCER Critiquer, confronter, résoudre, argumenter Analyser S informer, analyser, critiquer, comparer, sélectionner, classer, synthétiser et communiquer Valider Communiquer Appliquer Comprendre appliquer confronter valider et/ou résoudre ANNEXE 3 UN EXEMPLE DE CONSTRUCTION D UNE SÉQUENCE D APPRENTISSAGE DE SYNTHÈSE AINSI QUE DE SA MISE EN ŒUVRE EN CLASSE N.B. Le processus de travail en classe, tel qu il est décrit ci-dessous, est un idéal à atteindre en fin de sixième secondaire. Chaque professeur le modulera en fonction de ses classes. 1. Le professeur détermine un objectif en termes de savoirs et de savoir-faire à sa séquence d apprentissage. Le choix de l objectif est déterminé par le référentiel et le programme. OBJECTIF : Appréhender un évènement ou un fait économique. 2. Le professeur rédige la consigne en spécifiant la production attendue Par exemple, CONSIGNE : À propos des mesures protectionnistes que certains États Européens se préparent à prendre pour faire face à la crise économique mondiale, la présidence tchèque de l Union Européenne te demande d élaborer une note préparatoire (A4 recto verso maximum) pour le prochain sommet européen, note qui sera transmise aux députés (en utilisant les modèles et les concepts vus en classe ainsi que l article qui t est donné). 3. Le professeur donne aux élèves les documents nécessaires à la réalisation la production. C est la forme de la production, la formulation de la consigne, le nombre de documents et la difficulté de lecture de ceux-ci qui font la différence entre le deuxième et le troisième degré. 4. En classe, le professeur aide les élèves à réaliser la production demandée. DOCUMENTS DISTRIBUÉS AUX ÉLÈVES : Article de journal par exemple 5. L élève identifie les informations présentes dans chaque document. ANALYSER 6. L élève trie les informations en fonction de l objectif et élimine les informations non pertinentes par rapport à l objectif. SÉLECTIONNER Texte par exemple Tableau de statistiques par exemple Graphique par exemple 6 43

9 ANNEXE 2 UN EXEMPLE D OUTIL DE PLANIFICATION DES MATIÈRES POUR LE PROFESSEUR Exemple à adapter L année scolaire s organise sur 32 semaines. Pour un cours à quatre périodes par semaine et en décomptant les sessions d examens, de révisions et les congés scolaires, il reste environ une centaine de périodes à la disposition des professeurs. Planification Périodes Programme Objectif de la séquence d apprentissage en termes de savoirs De septembre à décembre: environ 10 semaines de cours De janvier à avril : environ 10 semaines de cours De fin avril à juin : environ 6 semaines de cours Compétences ou Familles de tâches visées Modifications en cours d année Commentaires Soit, il s agit de pratiquer une démarche inductive qui part de l'analyse d'un ou de plusieurs cas particuliers concrets pour arriver à une théorie générale, une règle ou un modèle. OBJECTIF DÉCRIRE EXPLIQUER Expliquer la problématique en émettant et validant des hypothèses d explication Choisir une problématique Décrire le fait ou l évènement économique Comprendre un fait ou un évènement économique et Identifier les conséquences/enjeux COMPÉTENCES À EXERCER S interroger sur des hypothèses S interroger sur la problématique à expliquer Analyser, critiquer, sélectionner, comparer, classer Analyser, critiquer, sélectionner, compare, classer Synthétiser les observations Synthétiser Communiquer Communiquer S interroger s informer analyser synthétiser communiquer 42 7

10 3. L ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ÉCONOMIQUES LES SAVOIRS L enseignement des sciences économiques par compétences ne peut se faire sans faire appel à des savoirs (connaissances). Ceux-ci sont enseignés aux élèves de la manière que le professeur souhaite. Dans ce programme, les savoirs incontournables ont été identifiés sous forme de titres et sous-titres de chapitre. Ces savoirs doivent être vus au cours de l année et peuvent faire l objet d une évaluation. Les savoirs identifiés comme facultatifs dans ce programme ne peuvent être pris en compte dans la sanction des études et/ou la certification de l élève 1. Il est suggéré de présenter les savoirs sous forme de fiches savoir dans le cahier des élèves. LES SAVOIR-FAIRE Les savoir-faire sont l ensemble des procédures permettant d utiliser les acquis antérieurs. L enseignement par compétences ne peut s envisager sans faire appel à des savoir-faire. Comment demander aux élèves d analyser une fiche de paie si ceuxci n ont pas appris à lire une fiche de paie, par exemple? Ces savoir-faire doivent être vus au cours de l année et peuvent faire l objet d une évaluation. Les savoir-faire essentiels à enseigner en sciences économiques sont : Utiliser un ouvrage de référence (dictionnaire, manuel, atlas ) ; Lire un écrit informatif ou explicatif ; Lire un écrit à composante juridique (texte de Loi, jugement ) ; Lire et construire un graphique, un tableau, un schéma ; Utiliser à bon escient les outils de calcul (pourcentages, règle de trois ); RÉSOUDRE SÉLECTIONNER S INTERROGER S INFORMER SYNTHÉTISER Définition du verbe Petit Robert 2009 Action de découvrir la solution Action de choisir les informations qui conviennent le mieux Se poser des questions Recueillir des informations Action de procéder du simple au composé, de l élément au tout Comment vérifier dans la production de l élève l acquisition de la compétence? La démarche et le résultat obtenu sont corrects. Il n y a aucune information inutile par rapport à l objectif. La problématique, les hypothèses ou les enjeux sont correctement énoncé(s). Les informations récoltées sont nombreuses, pertinentes, actualisées et fiables. La production traduit correctement la réalité c'est-àdire qu il n y a pas d erreur qui fausse le sens. Les liens entre les informations sélectionnées sont pertinents. Il est suggéré de présenter les savoir-faire sous forme de fiches méthodologiques dans le cahier des élèves. 1 En d autres termes, aucune évaluation - éventuelle - de ces savoirs ne peut intervenir dans la note finale de l élève. 8 41

11 ANNEXE 1 : F. ANNEXES LES PRINCIPAUX VERBES DONT L ACTION EST MISE EN ŒUVRE DANS LE TRAVAIL PAR COMPÉTENCES DE L ÉLÈVE (liste présentée par ordre alphabétique) ANALYSER APPLIQUER ARGUMENTER CLASSER CONFRONTER COMMUNIQUER CRITIQUER DÉCIDER JUSTIFIER MÉMORISER Définition du verbe Petit Robert 2009 Action de décomposer un tout en ses éléments constituants Action d employer, d utiliser Présenter des arguments Diviser et répartir en classes, catégories Examiner point par point les rapports de différences et de ressemblances Faire connaitre quelque chose à quelqu un Action de juger un document quant à son contenu et à son origine Prendre une décision, choisir, opter, se prononcer Montrer comme vrai, juste, réel, par des arguments, des preuves Action de mettre des données en mémoire Comment vérifier dans la production de l élève l acquisition de la compétence? Toutes les informations nécessaires pour réaliser la consigne sont présentes dans la production. Le concept/le modèle/la procédure est correctement appliqué. Les arguments avancés sont pertinents. Le(s) critère(s) de classement sont bien choisis et respectés. Les éléments sont correctement classés. Les différences et/ou les ressemblances sont bien mises en évidence. La communication est correcte : titre, sources, soin, légende, structure du texte, orthographe, organisation du schéma fléché, clarté de l exposé oral Il n y a aucune information non vérifiée et/ou non fiable La décision prise est judicieuse par rapport au contexte. Les preuves avancées sont correctes et structurées. Les informations sont correctement restituées de mémoire. LES COMPÉTENCES Le Décret «Missions» 1 définit une compétence comme une aptitude à mettre en œuvre un ensemble organisé de savoirs, de savoir-faire et d attitudes permettant d accomplir un certain nombre de tâches. L enseignement par compétences invite les élèves à réaliser une tâche avec une consigne globale et un but à atteindre. Exemples de consignes 2, Famille de tâche (F1 : appliquer) Consigne : Tu disposes d une liasse de 20 pièces justificatives comptables de la Société X (la raison sociale sera précisée par le professeur), préalablement numérotées et classées. Il t est demandé de réaliser l imputation de ces documents comptables et d être en mesure de fournir les justifications demandées. Tâches à réaliser : compléter des tableaux et rédiger un texte Buts à atteindre : présenter une situation comptable Famille de tâche : (F2 : confronter et résoudre) Consigne : À propos des mesures protectionnistes que certains États européens se préparent à prendre pour faire face à la crise économique mondiale, la présidence tchèque de l Union Européenne te demande d élaborer une note préparatoire (A4 recto verso maximum) pour le prochain sommet européen, note qui sera transmise aux députés (en utilisant les modèles et les concepts vus en classe ainsi que l article qui t est donné). Tâche à réaliser : un texte (une note) Buts à atteindre : confronter des mesures mises en œuvre à des modèles Famille de tâche (F3 : argumenter) Consigne : Le 29 février 2011, alors qu elle effectuait ses achats au rayon fruits et légumes d une grande surface commerciale, Mme DURAND, âgée de 70 ans, glissa sur un grain de raisin, chuta lourdement et décéda des suites de cet accident. La famille de feue Mme DURAND a décidé de porter plainte en justice à l encontre de la grande surface. En te fondant sur la théorie étudiée qui s applique ici et en utilisant les termes juridiques précis : on te demande de formuler les arguments juridiques pour chacune des deux parties et de dire en justifiant ta réponse laquelle de ces deux positions te semble la plus plausible. Tâche à réaliser : un texte But à atteindre : argumenter et décider 1 Article 5, 1 du décret «Missions» du 24 juillet D après les exemples proposés par le groupe de travail interréseau de sciences économiques de la Commission des Outils d Évaluation (COE), Administration Générale de l Enseignement (AGERS) sur le site Enseignement.be 40 9

12 Famille de tâche (F4 : synthétiser et communiquer) Consigne : Ton école a mis en route un projet de radio destiné à tous les élèves de l établissement. Dans ce cadre, ta classe dispose chaque midi d un temps d antenne de 2 minutes pour effectuer une revue de presse économique, juridique ou sociale. Ton professeur propose à la classe de simuler cette revue de presse. Chacun des élèves de la classe est susceptible de jouer le rôle du journaliste qui enregistre sa revue de presse. Le reste de la classe joue le rôle d auditeur. Prépare ton intervention sur les sujets traités par Le Soir, La Libre Belgique et L Écho du jour choisi. Ton temps d antenne est limité à 2 minutes. Tâche à réaliser : un exposé oral But à atteindre : présenter une revue de presse économique En conclusion, Une consigne n est pas une question. Une consigne est un énoncé dans lequel la tâche demandée à l élève et donc la production attendue est clairement identifiée. La consigne donnée aux élèves doit être globale, car elle doit permettre à l élève de construire tout seul sa démarche pas de consignes détaillées qui induisent par leur ordre de présentation la démarche du professeur Les productions attendues en sciences économiques sont variées : - une argumentation ; - un exposé oral ; - un graphique ; - un plan financier, de stratégie commerciale ; - des solutions de problèmes numériques ; - une synthèse sous forme de texte, d organigramme, de carte, de tableau ; - etc. C est la nature de l objet de la recherche, le nombre de savoirs à mobiliser ainsi que le nombre de documents donnés aux élèves et la difficulté de lecture de ceux-ci qui déterminent le niveau de difficulté de la tâche à accomplir. À partir des documents émanant de l ONSS et des articles de presse suivants, réalise l organigramme de la sécurité sociale. (F4) Sécurité sociale des travailleurs salariés À l aide des informations suivantes, calcule les cotisations sociales mensuelles qu un travailleur percevant de rémunération brute doit verser à l ONSS. (F1) Relations sociales au sein de l entreprise À partir du texte ci-joint, réalise une ligne du temps qui retrace les grandes phases de la procédure d imposition. (F4) Droit fiscal À partir de données statistiques concernant les dépenses et les recettes de l État, démontre, dans un texte, la place de l impôt dans le financement des activités des pouvoirs publics. (F4) Impôts directs (impôt sur le revenu, impôt sur le capital, procédure d imposition, catégories de revenu, modalités d imposition, modalités de recouvrement) À partir de la situation financière de la famille Dupont détaillée ci-dessous, d un guide fiscal et en tenant compte de la procédure d imposition des personnes physiques, complète la déclaration fiscale ci-jointe et calcule le montant d impôt à payer ou à rembourser. (F1) Impôts indirects TVA (assujettis, mécanisme fiscal et taux) Droits d accises et autres impôts indirects 10 39

13 6 E ANNÉE MAITRISER LES OUTILS JURIDIQUES AU SERVICE DE L INDIVIDU ET DE L ÉCONOMIE Exemples de situations d apprentissage présentées sous forme de consignes de travail et familles de tâches rencontrées Les savoirs à aborder ne doivent pas tous être introduits nécessairement par des situations d apprentissage. Un minimum d une situation d apprentissage par famille de tâches est demandé sur l année. Savoirs obligatoires 1 Le professeur est libre de consacrer le temps qu il estime nécessaire à chaque savoir et de développer les savoirs qu il souhaite privilégier. À partir du contrat de travail en annexe, établis un tableau de classement qui identifie les droits et obligations des deux parties. (F4) Sur base du texte suivant, explique, dans un texte argumenté, le concept de période d essai ainsi que les avantages et inconvénients d inclure une période d essai dans le contrat de travail pour l employeur et le travailleur. (F3) Droit social Contrats de travail Relève dans les articles de loi suivants, les principales causes de suspension de l exécution d un contrat et donne un exemple concret pour chaque cas. Présente ta liste sous forme de tableau. (F4) Yasmina travaille chez un employeur B, dans le cadre d un contrat étudiant, pendant la période de janvier à juin avec un total de 21 samedis. Ce même employeur lui demande aussi de travailler 23 jours en aout et en septembre. Le même employeur l engage au mois de décembre durant les vacances de Noël avec un total de 5 jours. Dans un texte, explique ce qu il en est des cotisations ONSS? (F1) Monsieur Léonard voudrait engager une secrétaire pour effectuer toutes les tâches administratives. Il lui fixe une rémunération annuelle de Il lui demande de prester une période d essai de 14 mois. La secrétaire signe son contrat après 1 semaine de travail. Monsieur Léonard ne semble pas trop au courant des règles applicables en matière de législation sociale, explique dans un texte les erreurs qu il a commises. (F2) Mon épouse a accouché à la date prévue par son médecin. Notre enfant a donc vu le jour le 1er juillet Mon épouse a travaillé jusque 5 semaines avant la date prévue pour l accouchement. Ensuite, elle a pris les 2 semaines de congés annuels qui lui restaient et une semaine de maladie pour bronchite. Calcule après combien de semaines de congé elle devra reprendre son travail (F2) 1 Les savoirs obligatoires peuvent être enseignés dans l ordre que le professeur choisira. 4. LES PRATIQUES D ÉVALUATION 1. AU COURS DE L ANNÉE : LES ÉVALUATIONS Le professeur évalue régulièrement le travail de ses élèves. L évaluation doit porter sur des savoirs, des savoir-faire et le travail par compétences enseignés en classe. Les parts consacrées à l évaluation des savoirs, des savoir-faire et du travail par compétences doivent être pondérées de manière raisonnable. L évaluation peut être formative et sommative. 1. a. L évaluation formative C est une évaluation 1 «effectuée en cours d activité qui vise à apprécier le progrès accompli par l élève et à comprendre la nature des difficultés qu il rencontre lors d un apprentissage. Elle a pour but d améliorer, de corriger ou de réajuster le cheminement de l élève ; elle se fonde en partie sur l autoévaluation». Une évaluation est formative à partir du moment où le professeur a posé un diagnostic écrit en proposant éventuellement des activités de remédiation sur la copie de l élève (que cette copie soit cotée ou non) et/ou des activités de remédiation pour l ensemble de la classe. 1. b. L évaluation sommative C est une évaluation 2 basée sur des «épreuves situées à la fin d une séquence d apprentissage et visant à établir le bilan des acquis des élèves». Une évaluation sommative mène toujours à une note. Elle porte sur les savoirs, les savoir-faire et les compétences. L évaluation des compétences implique l utilisation d une grille d évaluation critériée 3. Le professeur est libre de construire la grille d évaluation qu il souhaite. Il peut s inspirer du tableau des verbes d action proposé en annexe 1. Au préalable, les élèves doivent être informés non seulement de la tâche qu ils ont à réaliser, mais également des compétences et critères sur lesquels ils seront évalués. Idéalement, une épreuve d évaluation de compétences devrait comporter les caractéristiques suivantes : 1 Article 5 du décret «Missions» 2 Article 5 du décret «Missions» 3 Le professeur peut s inspirer des exemples de grilles d évaluation proposées par la Commission des Outils d Évaluation

14 - La tâche est inédite, c est-à-dire que la tâche d évaluation proposée à l élève ne doit pas être la reproduction à l identique d une tâche effectuée en apprentissage (compétence n est pas synonyme de restitution). - La tâche est complexe, c'est-à-dire qu elle implique une réorganisation personnelle des savoirs, savoir-faire, attitudes et stratégies. Ainsi, il importe d amener l élève à les réorganiser en une démarche permettant la réalisation d une «tâche» différente, mais comparable. Il va de soi que les démarches attendues des élèves en évaluation ne doivent pas présenter un degré de complexité supérieur à celui des tâches d apprentissage. - La tâche est «adidactique», c'est-à-dire, selon les termes de DENYER et al. 1, qu elle implique que l énoncé de la consigne n induise pas la démarche à suivre et n indique pas les ressources pertinentes à sa résolution : à ce stade, la réponse doit être construite par l élève en acteur autonome, obligé de faire des choix, de prendre des décisions. Ce caractère adidactique constitue une condition sine qua non de la tâche d évaluation de compétences. Si l épreuve n est pas adidactique, c est-à-dire si elle est «étayée», ce ne sont pas des compétences que l on évalue, mais bien plutôt le respect de consignes explicites, l aptitude à reproduire une opération algorithmique, voire la simple exécution ou la restitution de savoirs. Pour préparer ces épreuves d évaluation, le professeur est invité à consulter les épreuves d évaluation interréseaux mises au point par le groupe de travail en sciences économiques du Service de Pilotage de la Commission des Outils d Évaluation (COE) 2. EN FIN D ANNÉE : SANCTION DES ÉTUDES ET/OU CERTIFICATION Selon l année d études 3, la sanction des études et/ou la certification est une décision prise dans le cadre du conseil de classe qui atteste que l élève a acquis ou non les savoirs, les savoir-faire et les compétences suffisants pour accéder à l année suivante. Pour obtenir le Certificat d Enseignement Secondaire Supérieur (C.E.S.S.), la certification se fonde sur l évaluation des compétences terminales et des savoirs requis. 1 M. DENYER, J. FURNEMONT, P. POULAIN & G. VAN LOUBBEECK, Les compétences, où en est-on?, Bruxelles, De Boeck, 2004, pp Pour consulter les outils d évaluation : 3 La certification concerne la 4 e année (Certificat d Enseignement Secondaire du Deuxième Degré) et la 6 e année de l Enseignement secondaire (Certificat d Enseignement Secondaire Supérieur). La sanction des études concerne la 3 e année et la 5 e année de l Enseignement Secondaire Supérieur. 6 E ANNÉE COMPRENDRE LE FONCTIONNEMENT DE L ENTREPRISE Exemples de situations d apprentissage présentées sous forme de consignes de travail et familles de tâches rencontrées Les savoirs à aborder ne doivent pas tous être introduits nécessairement par des situations d apprentissage. Un minimum d une situation d apprentissage par famille de tâches est demandé sur l année. Savoirs obligatoires 1 Le professeur est libre de consacrer le temps qu il estime nécessaire à chaque savoir et de développer les savoirs qu il souhaite privilégier. Notions de base de la comptabilité analytique Sur base des informations comptables qui te sont fournies, calcule le cout de revient du produit P1. (F1) Indication méthodologique : l objectif de chapitre est de faire comprendre le rôle de la comptabilité analytique par rapport à la comptabilité générale dans le processus décisionnel de l entreprise. Sur base du résultat de la comptabilité générale de l exercice et des informations fournies, répartis dans un tableau les charges entre les deux produits (P1 et P2) fabriqués par l entreprise X et calcule le résultat partiel de chacun. (F2) 1 Les savoirs obligatoires peuvent être enseignés dans l ordre que le professeur choisira

15 instruments utilisés par les pouvoirs publics pour favoriser l emploi et la croissance. Rédige un texte structuré dans lequel tu développeras les conséquences économiques pour les ménages, les entreprises et l État. (F4) Déséquilibres économiques et politique économique Tu es responsable politique et tu désires mettre en place une politique monétaire plus restrictive. Dresse la liste des instruments de politique économique que tu utiliseras pour atteindre un faible taux d inflation. (F4) Chômage, inflation, récession, déséquilibre de la balance des paiements La BCE envisage de réduire son taux d intérêt de 1,5 %. Rédige un texte dans lequel tu développeras les conséquences économiques positives et négatives pour chacun des agents. Dans le même texte, explique si cette mesure poursuit le même objectif que celle prise par le gouvernement belge de réduire de 25 % les charges patronales pour favoriser l emploi. (F4) Mécanismes correctifs (les instruments de politique économique) Recherche via Internet ou dans des publications économiques les informations nécessaires à la représentation graphique (pour une année déterminée et en référence au schéma de Kaldor) de la situation économique de la Belgique. (F4) Finances publiques (politique budgétaire, dette publique, politique fiscale) 5. LE TRAVAIL DU PROFESSEUR 1. Le professeur planifie les matières 1 à voir au cours de l année scolaire de telle façon que le programme soit respecté et qu il soit en continuité avec les matières vues les années précédentes. Une planification des matières permet : - d avoir une idée globale des savoirs et savoir-faire indiqués dans le programme ; - d organiser au mieux le travail par compétences ; - d aider le collègue remplaçant en cas d absence. 2. Le professeur prépare la séquence d apprentissage 2. - choisir la leçon en termes de savoirs, de savoir-faire et de compétences ; - identifier les savoirs à enseigner aux élèves ; - identifier les savoir-faire à expliquer aux élèves ; - rechercher des documents et élaborer la consigne de travail à donner aux élèves. 3. Le professeur évalue les compétences, les savoirs et savoir-faire acquis par les élèves. L évaluation doit impérativement porter sur des savoirs, des savoir-faire et sur le travail par compétences enseignés en classe. 4. Le professeur aide les élèves à construire leur cahier en proposant - une table des matières ; - une introduction reprenant les objectifs du cours et les compétences terminales ; - des fiches savoirs et des fiches méthodologiques ; - des documents lisibles et de qualité dont les sources sont indiquées ; - de garder des traces des productions réalisées en classe (brouillons, grilles d évaluation, etc.). 5. Le professeur aide les élèves à tenir leur journal de classe en ordre pour qu ils puissent organiser au mieux leur travail. 1 Un exemple de planification des matières est présenté en annexe 2. 2 Une séquence d apprentissage est un ou plusieurs cours consacré(s) à un apprentissage contextualisé. Un exemple de construction d une séquence d apprentissage ainsi que sa mise en œuvre est présenté en annexe

16 F. PLANIFICATION DES ACTIVITÉS Le programme a été élaboré à partir du référentiel Compétences terminales et savoirs requis en sciences économiques et sciences sociales pour les Humanités générales et technologiques publié par le Ministère de la Communauté française. Ce programme prend en considération les «objets à croiser avec les compétences» cités dans le référentiel. L objectif du programme du deuxième degré est de former de futurs citoyens responsables, au fait des problèmes économiques et juridiques essentiels, et non pas de former des économistes ou des juristes. Les contenus du programme du deuxième degré devront permettre à l élève de décider de son orientation future dans l enseignement secondaire en toute connaissance de cause. L objectif du programme du troisième degré est de former des citoyens responsables disposant d une formation spécifique à orientation économique et juridique. Les contenus du programme du troisième degré devront permettre à l élève de disposer des outils nécessaires à son orientation future dans l enseignement supérieur. 6 E ANNÉE COMPRENDRE L APPROCHE MACROÉCONOMIQUE DES MARCHÉS Exemples de situations d apprentissage présentées sous forme de consignes de travail et familles de tâches rencontrées Les savoirs à aborder ne doivent pas tous être introduits nécessairement par des situations d apprentissage. Un minimum d une situation d apprentissage par famille de tâches est demandé sur l année. Savoirs obligatoires 1 Le professeur est libre de consacrer le temps qu il estime nécessaire à chaque savoir et de développer les savoirs qu il souhaite privilégier. Sur base du texte ci-joint, relève les principales critiques à l égard de l indicateur économique, le PIB. Dans un court texte argumenté, propose un indicateur alternatif en tenant compte de ces critiques. (F3) Comptabilité nationale Mesure de l activité économique d une nation (Produit Intérieur Brut, PNB ) Limites des indicateurs de mesure Optiques du PIB (optique de la production, optique des dépenses et optique des revenus) Identité macroéconomique fondamentale Sur base de l ensemble documentaire ci-joint (tableaux, textes, graphiques ), rédige un texte de synthèse qui décrit les grandes tendances du commerce international et identifie les éléments qui ont permis de diminuer les obstacles aux échanges. (F4) Relations économiques internationales Globalisation de l économie Dans le cadre d un débat contradictoire, mets en évidence les avantages et inconvénients du libre-échange. (F3) Organisations Internationales Balance des paiements Déterminants de la compétitivité Sur base des mesures suivantes proposées par le gouvernement dans le cadre de son plan d action relève les 1 Les savoirs obligatoires peuvent être enseignés dans l ordre que le professeur choisira

17 Sur base du tableau chiffré ci-dessous, représente graphiquement les différents couts supportés par l entreprise via Excel. (F1) Au départ des couts totaux et des recettes totales d une entreprise pour différents niveaux de production, calcule les recettes et couts moyens ainsi que les recettes et couts marginaux. Représente-les graphiquement et détermine le résultat. (F1) Théorie des choix du producteur (hypothèses sur le comportement du producteur (maximisation du profit), l équilibre du producteur en longue période, choix de l assortiment des facteurs de production, critique de la théorie du producteur). Indication méthodologique : il est conseillé d aborder ces contenus en évitant l utilisation d outils mathématiques trop complexes. En te basant sur le dossier de presse annexé, construis un tableau comparatif de synthèse qui caractérise la concentration des entreprises (origine, types, avantages, inconvénients ). (F4) Intervenants en situation de concurrence imparfaite Monopole Concentration des entreprises Différenciation PLANIFICATION DES ACTIVITÉS EN 3 E ANNÉE Deux parties 1. Comprendre la place du citoyen dans son environnement économique. L accent sera mis autant que possible sur la maitrise du vocabulaire spécifique de base et la compréhension des concepts fondamentaux. Il est souhaitable que les aspects éthiques et environnementaux soient abordés autant que faire se peut. 2. Comprendre la relation du citoyen au Droit en Belgique: L accent sera mis autant que possible sur le rôle du Droit dans la société. Ce chapitre vise à introduire le cours de droit de quatrième. Le cours de droit peut donner l opportunité au professeur de s appuyer sur les préoccupations des élèves et/ou sur des questions d actualité. Situations d apprentissage Le programme propose des exemples de situations d apprentissage dans le but de faire comprendre l enseignement de sciences économiques par compétences. Chaque professeur est invité à les adapter et/ou à en produire d autres. Les savoirs abordés ne doivent pas tous être introduits par des situations d apprentissage. Le professeur est libre du choix de ses méthodes pédagogiques; il conviendra cependant de mettre en œuvre, au cours de l année, un minimum d une situation d apprentissage par famille de tâches, en se basant sur l approche par compétences. En troisième année, l accent sera mis sur les familles de tâches : F1 (appliquer) ; F4 (synthétiser et communiquer). Organisation du cours Le professeur dispose d environ 100 périodes qu il est libre de structurer comme il le souhaite 1. Les périodes libres 2 seront consacrées, selon le choix du professeur : - à un thème d actualité au choix ; - à l approfondissement d une des deux parties. La pondération à accorder à chacune des deux parties est donnée à titre indicatif, à savoir, 4/5 pour l économie et 1/5 pour le droit. 1 Ce qui signifie que les savoirs et les savoir-faire pourront être abordés dans l ordre qu il choisira. 2 Les périodes libres sont celles qui restent à la disposition du professeur après que tous les savoirs obligatoires ont été enseignés

18 3 E ANNÉE : COMPRENDRE LA PLACE DU CITOYEN DANS SON ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE Savoirs obligatoires 1 Le professeur est libre de consacrer le temps qu il estime nécessaire à chaque savoir et de développer les savoirs qu il souhaite privilégier. Exemples de situations d apprentissage présentées sous forme de consignes de travail et familles de tâches rencontrées Les savoirs à aborder ne doivent pas tous être introduits nécessairement par des situations d apprentissage. Un minimum d une situation d apprentissage par famille de tâches est demandé sur l année. Besoins Biens et services Sur base des différents types de besoins étudiés au cours, construis un tableau qui classe les besoins que tu auras identifiés dans le prospectus ci-joint. (F1) Agents économiques, circuit économique Sur base de la liste qui t est fournie, construis un tableau qui classe les entreprises selon la nature de leur activité. (F1) Budget des ménages Revenus du travail, du capital et transferts sociaux ; Consommation, épargne et endettement ; Notion d inflation. Indication méthodologique : il ne s agit pas de développer le mécanisme de l inflation mais de montrer l impact de ce phénomène sur le budget des ménages. Sur base des entrées et sorties d argent, établis le budget personnel de la famille x sous la forme d un tableau. Dans la cadre de ce budget, rédige un texte argumenté sur le bienfondé ou non de l achat d un ordinateur portable d une valeur de euros ou d une télé full HD d une valeur de euros. (F1 et F3) À partir de la bande dessinée suivante, dresse l inventaire des conséquences pour chaque agent économique d une augmentation des prix (notion d inflation). (F4) Monnaie Rôle, fonctions et formes de la monnaie ; Principaux moyens de paiement. Sur base du dossier documentaire suivant et des notions abordées au cours, réalise un classement chronologique sous la forme d une ligne du temps qui décrit l évolution des formes monétaires en Europe depuis la préhistoire jusqu à nos jours. (F4) 1 Les savoirs obligatoires peuvent être enseignés dans l ordre que le professeur choisira. 6 E ANNÉE - COMPRENDRE L APPROCHE MICROÉCONOMIQUE DES MARCHÉS Savoirs obligatoires 1 Le professeur est libre de consacrer le temps qu il estime nécessaire à chaque savoir et de développer les savoirs qu il souhaite privilégier. Exemples de situations d apprentissage présentées sous forme de consignes de travail et familles de tâches rencontrées Les savoirs à aborder ne doivent pas tous être introduits nécessairement par des situations d apprentissage. Un minimum d une situation d apprentissage par famille de tâches est demandé sur l année. Le marché des biens et services Notion de marché L Offre et la Demande Les différents types de marché Sur base du tableau ci-dessous (représentant les quantités demandées et les quantités offertes d oranges pour différents niveaux de prix), représente l Offre et la Demande sur un même graphique. Explique en une phrase à quoi correspond le point d intersection entre les 2 courbes. (F1) Sur base du texte ci-dessus, construis un tableau qui classe les différents marchés des produits et leurs spécificités en termes d offre et de demande. (F4) Intervenants en situation de concurrence parfaite Le comportement et les choix du consommateur (Axiomes de rationalité, théorie de l utilité marginale, théorie des courbes d indifférence, élasticité de la demande, critique de la théorie du consommateur). Indication méthodologique : il est conseillé d aborder ces contenus en évitant l utilisation d outils mathématiques trop complexes. Sur base des articles de presse ci-joints, dresse la liste des facteurs qui influencent les choix du consommateur. (F4) Le boulanger décide d augmenter le prix de ses fameuses tartes aux pommes. Ayant vendu 20 pièces la semaine dernière au prix unitaire de 7, il n en vend plus que 15 cette semaine au prix unitaire de 7,50. On te demande de calculer l élasticité prix de la demande et d interpréter le résultat obtenu. Cette information peut-elle servir le boulanger dans son activité? Explique. (F2) À l aide de tes connaissances théoriques sur le comportement du consommateur, rédige un texte argumenté dans lequel tu défends une position face à l expression suivante: «Le client recherche toujours le meilleur rapport qualité/prix». (F3) 1 Les savoirs obligatoires peuvent être enseignés dans l ordre que le professeur choisira

19 6 E ANNÉE COMPRENDRE LES GRANDS COURANTS DE L HISTOIRE DE LA PENSÉE ÉCONOMIQUE Savoirs obligatoires 1 Le professeur est libre de consacrer le temps qu il estime nécessaire à chaque savoir et de développer les savoirs qu il souhaite privilégier. Exemples de situations d apprentissage présentées sous forme de consignes de travail et familles de tâches rencontrées Les savoirs à aborder ne doivent pas tous être introduits nécessairement par des situations d apprentissage. Un minimum d une situation d apprentissage par famille de tâches est demandé sur l année. Les courants de la pensée économique Classiques Keynes Néoclassiques Indication méthodologique : le professeur reste libre d aborder également d autres pensées économiques. Sur base des textes d auteurs analysés en classe, des définitions tirées du dictionnaire de sciences économiques et sociales de M. Capul et Garnier ainsi que de tes recherches sur Internet, rédige un document de synthèse qui présente un courant de pensée économique destiné aux élèves de ta classe. Tu y expliqueras le contexte historique dans lequel le courant est apparu, les éléments caractéristiques du courant ainsi que ses figures clés. Tu présenteras ensuite pendant 30 minutes le courant devant ta classe en utilisant le data show comme support visuel de ton exposé. (F4) 1 Les savoirs obligatoires peuvent être enseignés dans l ordre que le professeur choisira. Aspects économiques de la construction européenne ; CECA ; Union Européenne. Indication méthodologique : il est conseillé de se concerter avec le professeur d histoire et le professeur de géographie. Sur base des documents suivants (texte identifiant les membres de l UE, texte identifiant les membres de la zone et atlas), construis une carte schématique de synthèse qui décrit la situation par rapport à la zone de chaque État membre de l UE. (F4) Etc. Savoirs facultatifs Ces savoirs ne peuvent être pris en compte dans la sanction des études et/ou la certification de l élève. Autres aspects de la construction européenne au choix. Saisie, cession de rémunérations. Recettes et dépenses de l État : Rôle de l impôt et grandes catégories de dépenses publiques

20 3 E ANNÉE : COMPRENDRE LA RELATION DU CITOYEN AU DROIT EN BELGIQUE Exemples de situations d apprentissage présentées sous forme de consignes de travail et familles de tâches rencontrées Les savoirs à aborder ne doivent pas tous être introduits nécessairement par des situations d apprentissage. Un minimum d une situation d apprentissage par famille de tâches est demandé sur l année. Savoirs obligatoires 1 Le professeur est libre de consacrer le temps qu il estime nécessaire à chaque savoir et de développer les savoirs qu il souhaite privilégier. Introduction au Droit Retrouve dans le texte suivant des indices qui montrent que les normes juridiques ont évolué en Belgique depuis le début du XX ème siècle. Utilise ces indices pour rédiger un texte argumenté illustrant l évolution de ces normes. (F3) Définition et évolution du Droit positif Construis un tableau synoptique qui associe aux documents ou situations suivants la source du Droit qui y correspond. (F1) Sources du Droit (Textes normatifs, coutume, jurisprudence et doctrine) Construis un tableau synoptique qui associe aux documents ou situations suivants la division du Droit qui y correspond. (F1) Divisions du Droit (Droit national, international, européen ; Droit privé et Droit public ; Droit civil, pénal, social, commercial, fiscal ). 1 Les savoirs obligatoires peuvent être enseignés dans l ordre que le professeur choisira. PLANIFICATION DES ACTIVITÉS EN 6 E ANNÉE Cinq parties 1. Comprendre les grands courants de l histoire de la pensée économique : L accent sera mis autant que possible sur l évolution constante de la pensée économique. 2. Comprendre l approche microéconomique des marchés : L accent sera mis autant que possible sur la compréhension des mécanismes décisionnels. 3. Comprendre l approche macroéconomique des marchés : L accent sera mis autant que possible sur l utilisation de données réelles et actualisées concernant la comptabilité nationale, les relations économiques internationales et les équilibres et déséquilibres économiques. 4. Comprendre le fonctionnement de l entreprise : L accent sera mis sur les notions de base de la comptabilité analytique. 5. Maitriser les outils juridiques au service de l individu et de l économie : L accent sera mis autant que possible sur les implications concrètes des notions abordées, en s appuyant sur le vécu des élèves. Situations d apprentissage Le programme propose des exemples de situations d apprentissage dans le but de faire comprendre l enseignement de sciences économiques par compétences. Chaque professeur est invité à les adapter et/ou à en produire d autres. Les savoirs abordés ne doivent pas tous être introduits par des situations d apprentissage. Le professeur est libre du choix de ses méthodes pédagogiques; il conviendra cependant de mettre en œuvre, au cours de l année, un minimum d une situation d apprentissage par famille de tâches, en se basant sur l approche par compétences. Au troisième degré, il convient d aborder les quatre familles de tâches de façon équivalente. Organisation du cours Le professeur dispose d environ 100 périodes qu il est libre de structurer comme il le souhaite 1. Les périodes libres 2 seront consacrées, selon le choix du professeur : - à un thème d actualité au choix ; - l approfondissement d une des cinq parties. 1 Ce qui signifie que les savoirs et les savoir-faire pourront être abordés dans l ordre qu il choisira. 2 Les périodes libres sont celles qui restent à la disposition du professeur après que tous les savoirs obligatoires ont été enseignés

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

L évaluation des compétences chez l apprenant. pratiques, méthodes et fondements

L évaluation des compétences chez l apprenant. pratiques, méthodes et fondements L évaluation des compétences chez l apprenant pratiques, méthodes et fondements Chapitre 10 Comment évaluer des compétences en classe d histoire? g Mathieu Bouhon, Catherine Dambroise et Jean-Louis Jadoulle

Plus en détail

Enseigner l'economie politique générale à un public non acquis à la matière dans le cadre d'un enseignement transmissif en 1 er Bac

Enseigner l'economie politique générale à un public non acquis à la matière dans le cadre d'un enseignement transmissif en 1 er Bac IFRES Enseigner l'economie politique générale à un public non acquis à la matière dans le cadre d'un enseignement transmissif en 1 er Bac Fabienne Fecher Françoise Fortemps 23 avril 2012 1. Les cours Premier

Plus en détail

Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES

Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES Objectif : Donner du sens aux Enseignements d Exploration en évaluant les compétences, placer les dispositifs d évaluation

Plus en détail

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES Ministère de la Communauté française COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES ET SCIENCES SOCIALES 2000 TABLE DES MATIÈRES Sciences économiques Compétences Objets pour l'enseignement

Plus en détail

LA VALORISATION DES SORTIES DE STOCK

LA VALORISATION DES SORTIES DE STOCK Faculté d Economie, de Gestion et de Sciences Sociales Agrégation en sciences économiques appliquées Leçon publique LA VALORISATION DES SORTIES DE STOCK SIMON Bruno Université de Liège Année académique

Plus en détail

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe II c Définition des épreuves

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe II c Définition des épreuves Annexe II c Définition des épreuves Épreuve EP.1 : Épreuve d étude d un projet de construction Unité UP 1 Coefficient : 4 1 - Contenu de l épreuve Cette épreuve recouvre tout ou partie des compétences

Plus en détail

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE

Plus en détail

BACCALAURÉATS PROFESSIONNELS INDUSTRIELS

BACCALAURÉATS PROFESSIONNELS INDUSTRIELS BACCALAURÉATS PROFESSIONNELS INDUSTRIELS S O M M A I R E 1. LA CERTIFICATION CONTRÔLE EN COURS DE FORMATION 2.1 Recommandations... page 1 2.2 La réglementation... page 2 2.3 Conditions générales d évaluation...

Plus en détail

LISTE DE COMPETENCES BACHELIER EN COMPTABILITE - ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ECONOMIQUE DE TYPE COURT

LISTE DE COMPETENCES BACHELIER EN COMPTABILITE - ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ECONOMIQUE DE TYPE COURT LISTE DE COMPETENCES BACHELIER EN COMPTABILITE - ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ECONOMIQUE DE TYPE COURT A. Compétences à démontrer en fin de formation DESCRIPTION ANALYTIQUE DU PROFIL PROFESSIONNEL EPREUVE INTEGREE

Plus en détail

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES DOSSIERS PÉDAGOGIQUES Les dossiers pédagogiques comprennent des outils pour faciliter la tâche d enseignement d un professeur. 1. PLANIFICATION PÉDAGOGIQUE Yvon Brunet, inf., M. Éd. Ce dossier pédagogique

Plus en détail

Épreuve EP1 : Préparation de la réalisation d une installation électrique Coefficient : 4 - UP1 Objectifs de l épreuve

Épreuve EP1 : Préparation de la réalisation d une installation électrique Coefficient : 4 - UP1 Objectifs de l épreuve Annexe II b Définition des épreuves Épreuve EP1 : Préparation de la réalisation d une installation électrique Coefficient : 4 - UP1 Objectifs de l épreuve Cette épreuve valide tout ou partie des compétences

Plus en détail

Comptabilité, finance et gestion des affaires

Comptabilité, finance et gestion des affaires Comptabilité, finance et gestion des affaires LCA.AX Information : (514) 376-1620, poste 388 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 40 unités 1/3.

Plus en détail

ANNEXE V : DÉFINITION DES ÉPREUVES PONCTUELLES ET DES SITUATIONS D'EVALUATION EN COURS DE FORMATION

ANNEXE V : DÉFINITION DES ÉPREUVES PONCTUELLES ET DES SITUATIONS D'EVALUATION EN COURS DE FORMATION ANNEXE V : DÉFINITION DES ÉPREUVES PONCTUELLES ET DES SITUATIONS D'EVALUATION EN COURS DE FORMATION E1 FRANÇAIS (Coef 3) U1 1. Objectif L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer

Plus en détail

Enseignant, mon nouveau métier dans l enseignement fondamental organisé par la Communauté française

Enseignant, mon nouveau métier dans l enseignement fondamental organisé par la Communauté française Enseignant, mon nouveau métier dans l enseignement fondamental organisé par la Communauté française PRÉPARER UNE ACTIVITÉ D APPRENTISSAGE ET L ÉVALUER DANS L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SPÉCIALISÉ Sommaire

Plus en détail

INFORMATIONS IMPORTANTES POUR L ANNEE SCOLAIRE 2015-2016. Septembre 2015

INFORMATIONS IMPORTANTES POUR L ANNEE SCOLAIRE 2015-2016. Septembre 2015 INFORMATIONS IMPORTANTES POUR L ANNEE SCOLAIRE 2015-2016 1 ART.1 Le Verseau ORGANISE DES HUMANITES GENERALES COMPORTANT TROIS DEGRES Le 1 er degré Commun a pour objectif, tout en respectant les programmes

Plus en détail

Dossier de Validation des Acquis de l expérience

Dossier de Validation des Acquis de l expérience Dossier de Validation des Acquis de l expérience Etape : 2 Guide de réalisation du dossier de présentation de V.A.E. Demande concernant le Diplôme de l Ipag Diplôme de Formation Supérieure au Management

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : économique et commerciale Option : Economique (ECE) Discipline : Economie, sociologie et histoire du monde contemporain (ESH)

Plus en détail

Projet Expairs. Institut Don Bosco Tournai 2013-2014. le 18 février 2014

Projet Expairs. Institut Don Bosco Tournai 2013-2014. le 18 février 2014 Projet Expairs Institut Don Bosco Tournai 2013-2014 le 18 février 2014 La mise en place du projet 2013-14: SAS: ouvert Carnet de liaison : ok Conseils de classes supplémentaires: obtention de l aménagement

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire Université Saint-Joseph Faculté des Sciences de l Éducation MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire 2014 2015 Faculté des Sciences de l Education, mis à jour 26 novembre 2014 TABLE

Plus en détail

LIVRET D EVALUATION CYCLE 3

LIVRET D EVALUATION CYCLE 3 LIVRET D EVALUATION CYCLE 3 NOM : PRENOM : DATE DE NAISSANCE : INFORMATIONS OBJECTIFS GENERAUX DU CYCLE 3 L e cycle 3 est le cycles des approfondissements. Ce cycle présente une spécificité affirmée. Il

Plus en détail

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE (Préparation : 5 heures -- Exposé et Questions : 1 heure) Rapport établi par : P.J. BARRE, E. JEAY, D. MARQUIS, P. RAY, A. THIMJO 1. PRESENTATION DE L EPREUVE 1.1.

Plus en détail

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Le mémoire de Master 2 doit permettre au lecteur d apprécier la maîtrise d ensemble des compétences pratiques et théoriques attendues d un(e) diplômé(e), et la

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EDUCATEUR:

Plus en détail

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES 51 Epreuve EP1 : ANALYSE ET COMMUNICATION TECHNOLOGIQUES UP1 Coefficient 4 Finalité et objectifs de l épreuve L épreuve vise à évaluer la capacité du candidat à mobiliser

Plus en détail

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Yves Lenoir, D. sociologie Professeur titulaire Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l intervention

Plus en détail

Coefficient. 1 ère année. 2 ème année. 3 ème année. 4 ème année. Volume horaire par semaine (Cours magistral)

Coefficient. 1 ère année. 2 ème année. 3 ème année. 4 ème année. Volume horaire par semaine (Cours magistral) 1 ère 2 ème 3 ème 4 ème Université Mouloud MAMMERI de Tizi-Ouzou Faculté des Sciences Economiques et de Gestion Département : Sciences de Gestion Programme des études Enseignements Volume horaire par semaine

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

La Formation au Jugement Professionnel dans l Enseignement de la Comptabilité : Approche Théorique et Application au Cas Tunisien

La Formation au Jugement Professionnel dans l Enseignement de la Comptabilité : Approche Théorique et Application au Cas Tunisien Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université de Sfax Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de Sfax Mémoire de Mastère en comptabilité Sujet

Plus en détail

ANNEXE IV DEFINITION DES EPREUVES

ANNEXE IV DEFINITION DES EPREUVES ANNEXE IV DEFINITION DES EPREUVES EP1 : TECHNIQUES ESTHETIQUES Epreuve pratique et écrite - Coefficient : 7 - Durée : 3h 30 + coefficient 1 pour l évaluation de la VSP L attestation de formation à l utilisation

Plus en détail

ARTS ET STYLES 2 : DE L ANTIQUITÉ À LA RENAISSANCE ARTS ET STYLES 3 : DE LOUIS XIII AU DÉBUT DU XX E SIÈCLE

ARTS ET STYLES 2 : DE L ANTIQUITÉ À LA RENAISSANCE ARTS ET STYLES 3 : DE LOUIS XIII AU DÉBUT DU XX E SIÈCLE DESCRIPTION DES COURS FORMATION SPÉCIFIQUE DESIGN D INTÉRIEUR Pour une description du programme d études (objectifs, conditions d admission, préalables des différents cours, etc.), consultez l annuaire,

Plus en détail

Préparation et révision

Préparation et révision 2 MÉTHODO Préparation et révision 1. Comment s organiser au cours de la période de formation? a) Bien connaître le programme et la nature de l épreuve Il faut évidemment lire attentivement le programme

Plus en détail

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 C O M P E T E N C E 7 : L A U T O N O M I E, L I N I T I A T I V E. D après Ph Meirieu. Année scolaire 2011/2012 http://www.meirieu.com/index.html

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation

Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation PLAN I. CREATION DE SEQUENCES : DIFFERENTES PHASES POSSIBLES... 3 Phase 1: Lecture des programmes et

Plus en détail

ÉlectrotechniqueÉnergie Équipements Communicants

ÉlectrotechniqueÉnergie Équipements Communicants Baccalauréat Professionnel ÉlectrotechniqueÉnergie Équipements Communicants Bac Pro EEEC Electro 1 Baccalauréat Professionnel électrotechnique énergie équipements communicants E1 - Epreuve scientifique

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

eduscol Former et évaluer par compétences dans le cadre des activités expérimentales Physique-chimie Grilles de compétences Mai 2010

eduscol Former et évaluer par compétences dans le cadre des activités expérimentales Physique-chimie Grilles de compétences Mai 2010 eduscol Physique-chimie Former et évaluer par compétences dans le cadre des activités expérimentales Grilles de compétences Mai 2010 MEN/DGESCO eduscol.education.fr/spc Former et Evaluer par s dans le

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

DOMAINE «ENVIRONNEMENT TECHNIQUE»

DOMAINE «ENVIRONNEMENT TECHNIQUE» DOMAINE «ENVIRONNEMENT» DOMAINE : ENVIRONNEMENT EMPLOI-REPERE : ACCOMPAGNATEUR(RICE) Organiser les modalités de réalisation de l intervention Les numéros d'urgence prioritaires Les modalités de réalisation

Plus en détail

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit.

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. I - AVANT-PROPOS II - DÉFINITION DE L ÉPREUVE DU BACCALAURÉAT III - QU EST-CE QUE DÉMONTRER

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE

MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE 1 MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE CURRICULUM D ECONOMIE GENERALE CLASSE DE TERMINALE G SOMMAIRE 1 Budget horaire 2 Calendrier annuel

Plus en détail

Annexe I (Modifiée par les arrêtés des 10 juin 2003 et 14 juin 2004) MATHÉMATIQUES ET INFORMATIQUE. Première année :

Annexe I (Modifiée par les arrêtés des 10 juin 2003 et 14 juin 2004) MATHÉMATIQUES ET INFORMATIQUE. Première année : Classes préparatoires - nature des classes composant les classes préparatoires économiques et commerciales aux grandes écoles Arrêté du 23-03-1995 http://mentor.adc.education.fr/exl-doc/scanbo/resk9500106a.pdf

Plus en détail

ARRÊTÉ du 8 avril 2009

ARRÊTÉ du 8 avril 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR :ESRS0906085A ARRÊTÉ du 8 avril 2009 modifiant l arrêté du 31 juillet 1996 modifié portant définition et fixant les conditions

Plus en détail

ORGANISATION DU CCF EN BTS ELECTROTECHNIQUE INSPECTION GENERALE DE LETTRES

ORGANISATION DU CCF EN BTS ELECTROTECHNIQUE INSPECTION GENERALE DE LETTRES ORGANISATION DU CCF EN BTS ELECTROTECHNIQUE INSPECTION GENERALE DE LETTRES 1. TEXTE DE REFERENCE Bulletin officiel du 17 février 2005 définissant les deux formes de validation (l épreuve ponctuelle et

Plus en détail

Sciences àl école, culture humaniste Construire des repères pour les élèves. Organisation de la journée. Rappel des textes officiels.

Sciences àl école, culture humaniste Construire des repères pour les élèves. Organisation de la journée. Rappel des textes officiels. Sciences àl école, culture humaniste Construire des repères pour les élèves Objectifs -Poser des repères pour confronter les élèves à la démarche scientifique, aux problèmes historiques et géographiques

Plus en détail

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN COMPTABILITE

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN COMPTABILITE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EPREUVE

Plus en détail

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école La FSMA (l Autorité des services et marchés financiers) est un organisme public autonome. Parmi les missions qui lui ont été confiées

Plus en détail

BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION

BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE SECTION BACHELIER EN INFORMATIQUE

Plus en détail

Quel profil pour les futurs professionnels de l'informatique? Le référentiel de compétences du master en sciences informatiques de l'ucl.

Quel profil pour les futurs professionnels de l'informatique? Le référentiel de compétences du master en sciences informatiques de l'ucl. université catholique de louvain louvain-la-neuve, belgique Quel profil pour les futurs professionnels de l'informatique? raisonner théorie appliquer apprendre examens concevoir bachelier référentiel universitaire

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR :ESRS0906085A ARRÊTÉ du 8 avril 2009 modifiant l arrêté du 31 juillet 1996 modifié portant définition et fixant les conditions

Plus en détail

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL I LES OBJECTIFS DE LA FORMATION 1. Objectifs généraux La licence d histoire est un enseignement généraliste et théorique fondé sur la recherche, qui peut faire place à des

Plus en détail

VISIOCONFÉRENCE : Guide de planification à l enseignement À l intention des enseignants et enseignantes

VISIOCONFÉRENCE : Guide de planification à l enseignement À l intention des enseignants et enseignantes VISIOCONFÉRENCE : Guide de planification à l enseignement À l intention des enseignants et enseignantes 2015 2 Rédaction Marie-Josée Tondreau Suzanne Paradis 3 Quand je planifie l ensemble du cours : Je

Plus en détail

OPTION CREATION D INTERIEURS

OPTION CREATION D INTERIEURS BACHELIER EN ARTS PLASTIQUES, VISUELS ET DE L ESPACE OPTION CREATION D INTERIEURS Les cours de «bachelor en arts plastiques, visuels et de l espace option création d intérieurs» sont susceptibles de se

Plus en détail

I- Programme : Filière : Sciences de Gestion Comptable Matière : Economie générale

I- Programme : Filière : Sciences de Gestion Comptable Matière : Economie générale + آتابة الدولة المكلفة بالتعليم المدرسي الا طار المرجعي للامتحان الموحد الوطني للبكالوريا شعبة العلوم الاقتصادية والتدبير: مسلك علوم التدبير المحاسباتي مادة الاقتصاد العام Filière : Sciences de Gestion

Plus en détail

Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Mai 2012 LE TIR A L ARC. (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs)

Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Mai 2012 LE TIR A L ARC. (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs) (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs) Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève... 5 1 Fiche professeur Niveaux et objectifs pédagogiques 5 e : introduction ou utilisation

Plus en détail

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09)

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09) Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09). PSYCHOLOGIE CLINIQUE : définition de base o Nature du domaine professionnel : la psychologie clinique est une discipline se souciant du bien-être

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION DU TITRE PROFESSIONNEL Formateur(trice) Professionnel(le) d'adultes Niveau III Site : http://www.emploi.gouv.fr REFERENTIEL DE CERTIFICATION D'UNE SPECIALITE DU TITRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

Gestion industrielle alternance études/stages

Gestion industrielle alternance études/stages Gestion industrielle alternance études/stages EJN18 Objectifs du programme Former des individus aptes à agir en tant que superviseur de la production ou contremaître ou technicien en gestion industrielle.

Plus en détail

Formation en CONTINUE EEA : Encadrant d Entreprise Artisanale niveau IV

Formation en CONTINUE EEA : Encadrant d Entreprise Artisanale niveau IV Formation en CONTINUE EEA : Encadrant d Entreprise Artisanale niveau IV Programme de Formation MODULE GESTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE D UNE ENTREPRISE ARTISANALE Durée totale : 84 heures Sur la base du

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

Les démarches en science et en technologie

Les démarches en science et en technologie Les démarches en science et en technologie (Sources LAMAP) La démarche scientifique est une démarche qui conduit à construire une procédure de résolution d'un problème en utilisant, de manière explicite,

Plus en détail

LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME

LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME 1 LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME CYCLES 2 ET 3 Circonscription de Grenoble 4 Evelyne TOUCHARD conseillère pédagogique Mots clé Démarche d enseignement - catégories de problèmes (typologie)- problème du jour-

Plus en détail

1- Une lettre de candidature, dûment datée et signée, au nom de Monsieur le Directeur Général du CIFODE COM ;

1- Une lettre de candidature, dûment datée et signée, au nom de Monsieur le Directeur Général du CIFODE COM ; Termes de référence Pour la réalisation d un cours au CIFODE COM Dans le cadre de son projet de Formation à distance, le CIFODE COM invite, par le présent avis, les enseignants intéressés à manifester

Plus en détail

Journée pédagogique des stagiaires 1 octobre 2014

Journée pédagogique des stagiaires 1 octobre 2014 Journée pédagogique des stagiaires 1 octobre 2014 LP Blaise Pascal COLMAR Retour d expériences Choisir 2 images qui témoignent de votre ressenti dans votre prise de fonction Restitution au groupe LE REFERENTIEL

Plus en détail

RÉUSSIR SES ÉTUDES D ÉCONOMIE-GESTION EN FRANÇAIS

RÉUSSIR SES ÉTUDES D ÉCONOMIE-GESTION EN FRANÇAIS Chantal Parpette et Julie Stauber RÉUSSIR SES ÉTUDES D ÉCONOMIE-GESTION EN FRANÇAIS Presses universitaires de Grenoble Avant-propos Chaque année, plusieurs dizaines de milliers d étudiants internationaux

Plus en détail

Calendrier et plan de suivi des recommandations des experts. Section marketing du département économique

Calendrier et plan de suivi des recommandations des experts. Section marketing du département économique Calendrier et plan de suivi des recommandations des experts Section marketing du département économique Décembre 2011 La démarche d évaluation effectuée tant en interne qu avec les experts de l agence

Plus en détail

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION CONNAISSANCES

Plus en détail

Annexe 1 : Illustration de la démarche :

Annexe 1 : Illustration de la démarche : Annexe 1 : Illustration de la démarche : ETAPE 1 : Travail sur les représentations des élèves. Capacités visées : Questionner un sujet, identifier une problématique, développer son esprit critique. Dossier

Plus en détail

CONSEILS METHODOLOGIQUES POUR LA REDACTION DU SUPPORT POWER POINT POUR L EPREUVE CPPC

CONSEILS METHODOLOGIQUES POUR LA REDACTION DU SUPPORT POWER POINT POUR L EPREUVE CPPC CONSEILS METHODOLOGIQUES POUR LA REDACTION DU SUPPORT POWER POINT POUR L EPREUVE CPPC I. Introduction Comme nous vous l avons expliqué dans le support «Déroulement de l épreuve de CPPC», vous devez produire

Plus en détail

Épreuves et modalités d évaluation du BTSA Option ACSE (analyse, conduite et stratégie de l entreprise agricole) (domaine professionnel)

Épreuves et modalités d évaluation du BTSA Option ACSE (analyse, conduite et stratégie de l entreprise agricole) (domaine professionnel) Épreuves et modalités d évaluation du BTSA Option ACSE (analyse, conduite et stratégie de l entreprise agricole) (domaine professionnel) Épreuve E7 : Cadre règlementaire NS DGER / N2014 Définition des

Plus en détail

Les quatrièmes et l histoire des arts

Les quatrièmes et l histoire des arts Les quatrièmes et l histoire des arts Objectifs documentaires Mettre en œuvre l ensemble des savoirs en recherche et maîtrise de l information pour réaliser un dossier documentaire. Objectifs disciplinaires

Plus en détail

Leempoels Valérie Ronchail Sarah ISPG. Scénario pédagogique en rapport avec les TIC Création d un livre de cuisine interactif

Leempoels Valérie Ronchail Sarah ISPG. Scénario pédagogique en rapport avec les TIC Création d un livre de cuisine interactif Leempoels Valérie Ronchail Sarah ISPG Scénario pédagogique en rapport avec les TIC Création d un livre de cuisine interactif Année scolaire : 2010-2011 Compétences spécifiques (n ) Compétences techniques

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

Programme détaillé. LES TABLEAUX DE BORD Formation en présentiel (21 h) accompagnée d un parcours e-learning Comptabilité Gestion (5 h)

Programme détaillé. LES TABLEAUX DE BORD Formation en présentiel (21 h) accompagnée d un parcours e-learning Comptabilité Gestion (5 h) Programme détaillé LES TABLEAUX DE BORD Formation en présentiel (21 h) accompagnée d un parcours e-learning Comptabilité Gestion (5 h) Public : Toute personne assurant ou participant à la gestion d une

Plus en détail

La projet technologique terminal

La projet technologique terminal La pédagogie de projet La projet technologique terminal Parce que les élèves apprennent mieux en étant actifs et créatifs 21 septembre 2012 D après «Séminaire national STI2D - L'épreuve de projet» 1 La

Plus en détail

1 Chapitre 5 Comment produire et combien produire? Objectifs du chapitre:

1 Chapitre 5 Comment produire et combien produire? Objectifs du chapitre: 1 Chapitre 5 Comment produire et combien produire? Objectifs du chapitre: A la fin de cette séquence dʼapprentissage, les élèves devront être capables de définir et caractériser les notions suivantes:

Plus en détail

Le référentiel de compétences à l'université, outil d'une politique Qualité : exemple en formation d ingénieurs.

Le référentiel de compétences à l'université, outil d'une politique Qualité : exemple en formation d ingénieurs. Le référentiel de compétences à l'université, outil d'une politique Qualité : exemple en formation d ingénieurs. Philippe Bouillard 1, Frédéric Robert 2, Nadine Postiaux 3 1 BATir (Building, Architecture

Plus en détail

Outils pour programmer les apprentissages

Outils pour programmer les apprentissages - Inspection de l Éducation Nationale de Vichy 1-14, Boulevard Carnot - BP 2932-03 209 Vichy Cedex Tél : 04.70.97.54.65 / Fax : 04.70.31.34.06 Site de circonscription : http://www3.ac-clermont.fr/ien-vichy1/

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

L unité U4 de Communication commerciale est validée par le contrôle de l acquisition des compétences suivantes du référentiel :

L unité U4 de Communication commerciale est validée par le contrôle de l acquisition des compétences suivantes du référentiel : E4 COMMUNICATION COMMERCIALE (coefficient 4) INTRODUCTION : FINALITES, OBJECTIFS L objectif visé est d apprécier l aptitude du candidat à analyser et maîtriser une situation de communication - négociation

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) Intitulé (cadre 1) Licence de droit, économie, gestion Mention Administration économique et sociale Autorité responsable de la certification

Plus en détail

Bachelier en gestion des ressources humaines

Bachelier en gestion des ressources humaines Haute École Louvain en Hainaut www.helha.be Année académique 2015-2016 Bachelier en gestion des ressources humaines HELHa Tournai 1 Rue Frinoise 12 7500 TOURNAI Tél : +32 (0) 69 89 05 06 Fax : +32 (0)

Plus en détail

UN EXEMPLE D EVALUATION DISCIPLINAIRE : EN ECONOMIE-GESTION (Droit)

UN EXEMPLE D EVALUATION DISCIPLINAIRE : EN ECONOMIE-GESTION (Droit) UN EXEMPLE D EVALUATION DISCIPLINAIRE : EN ECONOMIE-GESTION (Droit) Apportant un complément indispensable aux enseignements d'économie, de management des organisations et de sciences de gestion, l enseignement

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales Index Plan d'études Gymnase français de Bienne 69 2. Disciplines fondamentales sciences humaines géographie histoire introduction à l économie et au droit enseignement interdisciplinaire (EISH) Sciences

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions 0. La science économique n aborde pas directement Comment spéculer en bourse Comment démarrer sa propre entreprise Comment trouver un job bien payé Comment investir ou dépenser intelligemment La science

Plus en détail

EVS ORMATIONS EVS. Proposées par le Greta Est-Bretagne GEB (35)

EVS ORMATIONS EVS. Proposées par le Greta Est-Bretagne GEB (35) FORMATION ORMATIONS EVS EVS Proposées par le Greta Est-Bretagne GEB Des modules de deux jours pour valoriser des compétences et acquérir des connaissances complémentaires Compétences et métiers de l aide

Plus en détail