Scripts et APIs pour la gestion de serveurs SIP

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Scripts et APIs pour la gestion de serveurs SIP"

Transcription

1 Scripts et APIs pour la gestion de serveurs SIP Schweizer Laurent Date : 23/12/2001 Diplôme SIP & mobility

2 Table des matières : 1 Introduction Call Processing Language Introduction Que peut faire CPL? Création des scriptes Fonctionnement des scripts Exécution des scripts Conclusion sur CPL Common Gateway Interface, CGI Introduction Possibilité des sip-cgi Création des scripts Comparaison cgi-sip et cgi-bin Conclusion SIP Servlets API Introduction Architecture Choix de la servlet lors de l arrivée d un message Que peuvent faire les servlets SIP? Fonctionnement des servlets Création de servlets SIP Conclusion The JAIN APIs Introduction : But Architecture Les différentes APIs de JAIN JAIN et SIP JAIN Call Control Introduction Les différents modules Les composants de base

3 5.6.4 Interaction entre les applications et l API Evénements Java Core Package...23 JcpProvider...23 Etat d un provider...23 JcpCall...24 JcpConnection...24 JcpAddress Java Call Control...25 JccProvider...25 JccCall...26 JccConnection...26 Evènements et évènements bloquent...28 JccAddress...29 Event Filter Relation entre JCC, JCP et JTAPI JAIN Service Logic Execution Environment (JAIN SLEE) JAIN Service Creation Enviroment (JAIN SCE) JAIN et PARLAY Conclusion de Jain Conclusion Bibliographie

4 1 Introduction Il y a bien longtemps que l ont sait téléphoner et actuellement ceci ne nous suffit plus, en effet le monde moderne est très demandeur de nouveaux services, plusieurs de ces services peuvent et doivent être implémenté dans les terminaux ( téléphone ou client PC) ainsi ils restent sous le contrôle des utilisateurs, ils peuvent ainsi les modifier, les personnaliser ou les développer selon leurs besoins. Traditionnellement, les services de téléphonie basés réseau sont développés et gérés par des providers, typiquement créés pour des interfaces propriétaires avec des outils restreint et propriétaires, il en résulte que l utilisateur final ne peut pas ou que très peu personnaliser ces services, en ce qui concerne le développement de service spécifique, cette possibilité n existe pas. Dans l environnement d Internet ceci est différent, le but est de laisser à l utilisateur final la possibilité de créer, personnaliser, modifier ces services selon ses besoins. Pour avoir cette même souplesse dans la téléphonie VoIP, il est important de posséder des interfaces normalisées (API). Ce document a pour but de présenter quelques-unes une de ces interfaces, d expliquer leurs possibilités et leurs avantages. 4

5 2 Call Processing Language 2.1 Introduction CPL est un langage utilisé pour décrire et contrôler des services de téléphonie basée sur Internet. Ce langage basé sur du XML est de haut niveau il fait donc abstraction du protocole de signalisation utilisé. 2.2 Que peut faire CPL? Ce langage a été créé pour décrire un grand nombre de services tel que déviation en cas de non-réponse ou d occupation, ex déviation sur un répondeur en cas de non-réponse distribution intelligente des appels, ex. en fonction de l heure, l appel va être redirigé au bureau, sur un portable ou sur un répondeur renvoi d information sous la forme d une page web ex. une entreprise possède un numéro de téléphone général pour des éventuels clients. Si une personne appelle pendant les heures de bureau elle obtiendra alors sous la forme d une page web la liste des interlocuteurs disponibles avec une indication de leur secteur d activité. Dans le cas ou l appel a lieu en dehors des heures de bureau, elle obtiendra un page avec les heures durant lesquelles elle peut téléphoner. cependant il n est pas possible de tout faire, afin de garantire une certaine sécurité (pour le provider) l utilisateur ne peut que décrire un service de téléphonie, ainsi, ce langage ne dispose pas de variables, de boucles et il lui est impossible d exécuter des programmes extérieurs. 2.3 Création des scriptes Le CPL est basé sur du XML, ce langage très simple peut être créé, généré de plusieurs manières, un peut comme du HTML. A la main, Les scripts peuvent être créer avec un simple éditeur de texte par des utilisateurs avertit, la syntaxe n est pas très compliquée. Avec un script, Ces scripts peuvent être générés par d autres scripts de manière automatique Avec un outil graphique, Comme ce langage est très simple il est possible d utiliser des outils graphiques pour générer ces scripts, il est bien évident que cette solution est la plus intéressante si l on désire mettre ce service à disposition de personnes ne sachant pas programmer. 5

6 2.4 Fonctionnement des scripts Le service que l on va créer est décrit par une collection de nœuds qui indiquent les opérations ou les choix à effectuer, un nœud peut avoir plusieurs paramètres et plusieurs sorties, elle sera choisie en fonction du résultat de l action ou du résultat de la décision. La figure 1 est une représentation graphique d un script CPL L on peut voir que ce script possède un point d entrée, il s exécute ensuite jusqu a ce qu il arrive sur un nœud sans sorties (proxy ou redirect, le proxy possède bien des sorties mais uniquement dans le cas d un timeout). Durant son déroulement, chaque action contenue dans les nœuds parcourus sera exécutée. Figure 1, représentation graphique d un script CPL 6

7 La figure n 2 est le code de cette représentation graphique ( sans la partie Voic ) Figure 2, code CPL 2.5 Exécution des scripts Généralement les scripts CPL sont associés avec une adresse ( n de téléphone ). Quand un appel arrive au serveur CPL il recherche dans sa base de données le script à exécuter en fonction de l adresse source et de la destination. 2.6 Conclusion sur CPL Ce langage peut être utilisé pour créer de nombreux services de bases, toutefois il a une limitation importante puisqu il ne peut obtenir des données extérieures ( base de données, fichiers ) Cette limitation à été imposée afin d obtenir un maximum de sécurité pour le provider, il faut bien comprendre que le but est que chaque utilisateur puisse créer sont propre script et le télécharger sur le serveur. Avec du CPL le provider sait qu il prend peut de risque car l utilisateur ne peut que traiter des appels qu ils lui sont destinés et il ne peut pas endommager, surcharger ou détruire les données du serveur. Un autre avantage du CPL est qui peut être facilement généré à partir d outils graphiques, il est donc utilisable pour un grand nombre de personnes, ce langage se place donc en excellente position pour devenir un outil de développement pour la création de petit service de téléphonie 7

8 3 Common Gateway Interface, CGI 3.1 Introduction Les scripts sip-cgi sont là pour étendre les possibilités des proxy ou serveur de redirection SIP sans devoir changer le code du serveur. En effet ces scripts ont un contrôle total sur les messages SIP (header et body) 3.2 Possibilité des sip-cgi Contrairement au CPL, les scripts SIP-CGI n ont pas de limitation, ils peuvent obtenir des données de l extérieur ( base de données, fichiers etc.), de plus ils ont un contrôle total sur les messages SIP. les CGI peuvent être utilisés pour : La détection de boucles L authentification Dévier (occupé / pas de réponse) Le passage de firewall ( demande d ouverture d un port RTP) Les déviations intelligentes La distribution des appels ( mise en queue) Thrid-party registration, control Etc Contrairement aux scripts CPL qui sont exécuté lors d un nouvel appel, les CGI le sont à chaque message ( sauf pour ACK et CANCEL), ils peuvent ainsi retransmettre, répondre ou générer des nouveaux messages 3.3 Création des scripts Le langage utilisé pour créer ces scripts est libre ( perl, c, c++, vb script). 3.4 Comparaison cgi-sip et cgi-bin Les scripts SIP-CGI sont similaires aux scripts CGI-BIN, tous deux ne définissent pas le langage dans lequel le script est implémenté et on a un contrôle total sur les entêtes/messages, cependant il y a bien quelques différences, en effet dans le modèle HTTP la réception d un message provoque l émission d une réponse sans ce préoccuper de ce qui avait fait auparavant, avec SIP ceci n est plus possible. Il a donc fallu introduire un model de persistance de manière à pouvoir garder une trace de ce qui a été fait et de réagire en fonction des évènements passés. Ceci a été fait en ajoutant des cookies au message SIP, il s agit de 8

9 lignes qui sont ajoutées à la fin du message SIP, elles ne sont pas traitées par le serveur (il les recopie uniquement dans les réponses qu il émet ) Une autre différence importante, avec les CGI-BIN, une demande donnait lieu à une réponse, dans notre cas une demande peut induire plusieurs messages en sorties. 3.5 Conclusion Les sip-cgi sont nettement moins limitatif que les CPL mais ceci se paye au niveau de la sécurité, elle n est pas nulle mais doit être très soigneusement paramétrée au niveau de l OS. Ces scripts seront utilisés pour étendre les possibilités des serveurs, ils sont réservés à des utilisateurs sachant programmer plus particulièrement au provider. 9

10 4 SIP Servlets API 4.1 Introduction Cette api est une extension java pour les serveurs SIP, similaire au servlets HTTP elles sont prévues pour développer tout type de services. Elles peuvent interagire avec d autres sources de données tout en garantissant une bonne sécurité, il est en effet possible de confiner les servlets à n utiliser que les ressources de la machine virtuelle. 4.2 Architecture L architecture est propre à chaque serveur, si on prend celle du serveur de HP, la couche SIP se situe juste en dessus des couches Proxy et Registrar ( figure n 3) alors que dynamicsoft la place en seconde API, après Jain (figure n 4) Figure 3, architecture du serveur HP 10

11 Figure 4, architecture selon dynamicsoft 4.3 Choix de la servlet lors de l arrivée d un message Lorsque des messages SIP arrivent le serveur (redirection, proxy ) va exécuter une servlet, pour cela il dispose de règles qui lui permettent en fonction du type message SIP, de l appelant, de l appeler, de déterminer la servlet à exécuter. Figure 5, choix de la servlet 11

12 4.4 Que peuvent faire les servlets SIP? L API donne le contrôle total aux servlets SIP sur les messages (header et body), elles peuvent retransmettre, rediriger, répondre ou rejeter un message, les servlets ont aussi la possibilité d initier des requêtes. Tout comme les SIP-CGI, elles peuvent accéder à des données extérieurs par l intermédiaire des mécanismes standard de java, exemple: JDBC, pour l accès aux bases de données JNDI, pour les bases LDAP JMF, pour la manipulation de media, ex. Codecs, RTP The speech API JavaMail... Cependant la sécurité est bien meilleure qu avec les CGI, en effet on peut confiner l exécution du programme java dans l environnement de la machine virtuelle. 4.5 Fonctionnement des servlets Lors de l arrivée d un message, celui-ci est décomposé lors de son passage à travers le stack SIP, puis en fonction des règles ( voir figure 5), le message décomposé sera transmis à une des servlets, elle pourra, répondre à ce message, le transférer ou effectuer toute autre manipulation sur celui-ci. Figure 6, architecture simplifiée 12

13 Dans cet exemple figure 7, la servlet est utilisée comme proxy, elle doit donc déterminer l adresse actuelle des agents (ex. base de données avec JDBC) et transférer les messages vers celui-ci. Figure 7, servlet utilisée comme serveur de redirection / proxy Dans l exemple de la figure 8, la servlet reçoit le flux RTP, elle fait donc office d agent SIP avec la particularité de ne pas forcément rediriger le flux voie vers des haut-parleur, en effet elle pourrait traiter ce flux avec une reconnaissance vocale. Figure 8, servlet utilisée comme agent SIP 13

14 4.6 Création de servlets SIP Les servlets SIP sont basées sur une interface en java, elles devront donc être développées dans ce même langage, bien entendu il est possible de réutiliser des outils standard de développement pour java. Le développement des servlets SIP est similaire au développement de servlets HTTP, la principale différence est comme pour les CGI, le fait que pour SIP on doit maintenir un historique de ce qui a été fait. 4.7 Conclusion Les servlets SIP ont un avenir très prometteur, en effet il est possible de développer un grand nombre de services avec des accès aux sources de données extérieures tout en garantissant une bonne sécurité mais contrairement au CPL, ce type d outils pour la programmation de service reste réservé à des personnes sachant programmer (en java). Un autre avantage non négligeable est que les services développés avec cet outil sont totalement portables puisqu il ne dépend pas du serveur mais de l interface qui est implémentée par celui-ci. 14

15 5 The JAIN APIs 5.1 Introduction : JAIN est un ensemble d APIs qui permettent de développer rapidement des nouveaux services. Ces APIs ont pour but d offrire des nouveaux niveaux d abstraction, en effet avec cette ensemble d APIs il est possible de créer un service sans que l on connaisse le serveur (HP, VOVIDA, CISCO ) ou le protocole de signalisation( TCAP, SIP, MGCP) utilisée par celui-ci. Le but de JAIN n est pas seulement d intégrer les systèmes de communication basés paquets (IP, ATM) mais bien pour tous les systèmes de communication comme, les réseaux sans fil, PSTN ou paquet. Ceci peut être constaté sur la figure 9 qui donne un premier aperçu de l architecture de JAIN Figure 9, architecture de JAIN 15

16 5.2 But Actuellement les solutions viennent d un vendeur qui fournit dans une grande boite totalement propriétaire le matériel et le logiciel du serveur ainsi que les services. Les clients dépendent donc de ce vendeur, il en résulte des coûts d extensions et de maintenances élevés. Avec JAIN on obtient une solution ou les différentes parties du serveur proviennent de vendeurs différents, le client peut ainsi choisir les différentes parties en fonction de ces besoins Figure 10, transfert d'architecture 5.3 Architecture Le but de JAIN est de créer des services de nouvelles générations pouvant intégrer des communications par paquets (IP, ATM ), PSTN et WIRELESS. Il a donc été nécessaire de définir un environnement d exécution indépendant du protocole de signalisation. Pour cela, plusieurs couches d abstraction ont été créées ( voir figure n 11), il définit aussi une librairie de composant, des outils de développement et un environnement de création de services Comme nous l avons dit, JAIN définit des couches d abstractions, elles sont au nombre de trois : Network layer: Il s agit d une couche définissant le protocole de communication choisit. Télécommunication : Réseaux intelligent (AIN/IN) ou SS7 avec beaucoup de protocole ISUP,TCAP,INAP Wireless : SS7 avec des applications mobiles (MAP) VoIP : SIP, MGCP, Megaco, H

17 Signaling layer: Il s agit d une couche représentant les logiciels chargés de la gestion des communications Télécommunication : Signaling Service Point (SSP) Wireless : Mobile Switching Centers (MSC) VoIP : Proxy, redirect serveur, H 323 gatekeeper, media gateway controllers Service layer : Il s agit d une couche représentant les services de base. Télécommunication : Service Contrôle Points (SCP) Wireless : Base Station Controllers (BSC), Home Location Registers (HLR) VoIP : Serveur d applications internet Figure 11, architecture de JAIN 17

18 5.4 Les différentes APIs de JAIN L interfaçage des différentes couches d abstraction est faite au moyen d APIs La 1 er est une interface au niveau du protocole, elle définit ce que doivent fournir les stacks de signalisation. Ces interfaces sont propres à chaque protocole, sont but est de fournir une indépendance du vendeur, il est ainsi possible d acheter un stack SIP chez CISCO, DYNAMICSOFT ou Pour que celui-ci soit compatible il suffit qu il implémente l interface JAIN La 2 ème API est la JAIN JCC/JCAT, l objectif de cette API est de fournir une abstraction du protocole de signalisation utilisé. Elle fournit les mécanismes pour la gestion, le traitement et le contrôle des communications. JCC et JCAT fournissent les outils pour pouvoir observer, initier, répondre, traiter et manipuler des appels contenant des sessions multimédia. JCC contient les mécanismes de base de JTAPI mais peut être étendu pour fournir des traitements d appel plus complexes. JCAT gère la coordination et les transactions entre les différents services, il offre des nouvelles possibilités pour pouvoir exécuter des applications avant, pendant et après le traitement d un appel, il est typiquement utilisé pour des nouveaux services tel que la gestion de firewall La 3 ème interface fournit une abstraction de l opérateur pour la création de nouveau service 5.5 JAIN et SIP Trois API ont été définies pour SIP : JAIN SIP, il s agit d une API de bas niveau basée sur le RFC 2543 elle se situe juste en dessus du stack SIP JAIN SIP Lite, il s agit d une API haut niveau fournissant une abstraction du stack SIP, elle peut être utilisée pour créer un agent SIP JAIN SIP Servelts, voir la partie consacrée au servlet Actuellement seul la spécification de JAIN SIP est disponible, elle est fournie avec une bonne documentation qui décrit toutes les méthodes de l interface. ( javadoc) La figure n 12 montre leur imbrication dans un stack SIP, comme on peut le voir, elles ne sont pas concurrentes mais fournissent des abstractions et services différents. 18

19 Figure 12, les différentes API SIP 5.6 JAIN Call Control Introduction Cette API a été développée pour fournir un modèle d appel générique, elle reprend les aspects essentiels des modèles d appel déjà existants. Cette interface donne au programmateur une bonne abstraction pour qu il puisse facilement manipuler des appels et gérer les interactions entre ceux-ci et d autres applications. Cette interface permet de créer, gérer, manipuler, terminer des appels pour des réseaux PSTN, paquets et sans fils. Elle supporte le first-party tout comme le third-party, il est aussi possible d exécuter des applications durant les sessions, ce qui permet d appeler des services intelligents. 19

20 5.6.2 Les différents modules Cette API est spécifiée par un ensemble d objets qui modélisent différents éléments physiques et logiques impliqués dans une session. Les applications interagissent avec cette API en utilisant le modèle des l LISTNER. L API est divisée en 3 paquetages : Elementary Call Control : Java Core Package (JCP) fournit les services basiques pour initier et répondre à un appel, il est probable que ces services ne son pas assez avancés pour être utilisés pour la création de nouveaux services, néanmoins ce module représente un concept important pour l unification de JTAPI, et de JAIN. Core Call Control : JCC fournit les services pour pouvoir observer, créer, manipuler, traiter et terminer des appels, il permet aussi d exécuter des applications durant une session. Quand nous parlons d appel il faut bien comprendre qu il s agit pas que de voix, mais aussi de données et ou des sessions multimédia. Il existe encore le paquetage JCAT qui étend les possibilités du Call Control, actuellement sa spécification n est pas encore terminée elle n as donc pas encore été rendue publique. Remarque: ces différents paquetages doivent s exécuter sur la plate-forme de communication ( ex. Call agent ou softswitch) Figure 13, relation entre JCP et JCC Java Call Processing (JCP) Java Call Control (JCC) 20

21 5.6.3 Les composants de base Pour JCC et JCP l API est composée d interface, de classes, d opérations, d événements, etc L API fournit 4 éléments qui sont commun à JCP, JCC et d autres paquetages plus avancés, il s agit du : Provider : cet objet est une abstraction représentant le fournisseur de services. Il dissimule les aspects spécifiques au service du sous système et permet aux applications java d interagire avec celui-ci est ce indépendamment du protocole et de l implémentation utilisée. Call : cet objet représente un appel (voix, data ou multimédia), il représente aussi une connexion dynamique entre les entités physiques et logiques. Address : cet objet représente l adresse logique d un terminal (ex. n de téléphone, adresse IP) Connection : cet objet représente la liaison dynamique entre l objet Address et l objet Call La figure n 14 montre la relation entre les différents objets pour une relation entre 2 terminaux. Figure 14, model d'objet utilisé pour une connexion entre 2 terminaux Provider Call Connection Connection Address Address 21

22 5.6.4 Interaction entre les applications et l API Les applications qui se situent en dessus de l API font des appels synchrones aux méthodes de celle-ci. La plate-forme qui implémente l API peut informer les applications que un événement c est produit (exemple, nouvel appel ) en utilisant les événements JAVA, pour cela les applications doivent fournir des listeners correspondant aux événements qui les intéresses. Figure 15, interaction entre logiciel et API Provider Listener Call Listener Connection Listener Provider Call Synchronous method calls Java Events Connection Connection JCC API Network or Platform Evénements Différents objets peuvent générer des événements, ceux-ci peuvent être interceptés par différents Listners. La figure n 16 montre l organisation des objets Event et Listener, l objet ProviderEvent indique tout changement d état intervenu dans le JcpProvider, CallEvent indique tout changement intervenu dans l objet JcpCall et ConnectionEvent indique tout changement dans JcpConnection. Ces événements sont alors transmis à leur Listener respectif soit ProviderEvent à ListenerEvent, CallEvent à CallListener, ConnectionEvent à ConnectionListener. Figure 16, organisation des objets Events et Listners Event Events Listener Listeners Call Event Provider Event Call Listener Provider Listener Connection Event Connection Listener 22

23 5.6.6 Java Core Package Nous allons maintenant décrire les composants basic de JCP, Il s agit d un paquetage élémentaire qui est utilisé par des paquetages plus avancés. Il fournit des méthodes pour pouvoir placer et arrêter des appels. JcpProvider JcpProvider représente l entité logiciel d un central téléphonique avec ces interfaces et un sous système de téléphonie. Le système de téléphonie peut être un PBX relié à un serveur, une carte téléphone / fax dans un PC ou un central basé sur les réseaux informatique (VoIP). Etat d un provider Les providers possèdent trois états : IN_SERVICE : cet état indique que le provider et actuellement en fonctionnement et qu il est disponible OUT_OF_SERVICE : cet état indique que le provider n est actuellement pas disponible, beaucoup de méthodes du provider sont incorrectes lorsqu il se trouve dans cet état. Il peut à tout moment revenir dans l état IN_SERVICE, mais l application ne peut prendre aucune mesure directe pour causer ce changement SHUTDOWN : cet état indique que le provider n est pas disponible. La plupart des méthodes du provider sont incorrectes lorsqu il se trouve dans cet état. Les applications ont accès à une méthode pour mettre celui-ci dans cet état. Figure 17, état d'un provider IN_SERVICE SHUTDOWN OUT_OF_SERVICE Une application ne peut pas créer un provider, elle peut uniquement en obtenir un avec la méthode getprovider(). 23

24 JcpCall Cet objet représente une communication entre deux (ou plus) participants. Pour un appel sortant (que l on émet), cet objet est créé en invoquant la méthode createcall() du provider. Pour un appel entrant (que l on reçoit), cet objet est créer par la plate-forme. L objet call possède une référence sur son provider, elle est initialisé lors de la création de l appel est ne change pas durant toute la durée de celui-ci. La provider associé peut être obtenu avec la méthode getprovider() de l objet call L objet call possède plusieurs état : IDLE : c est l état initial de tout call. Dans cet état il ne possède aucune connexion. ACTIVE : un call avec une activité se trouve dans cet état. Dans cet état un call doit posséder une ou plusieurs connexions. INVALID : Il s agit de l état final d un call. Dans cet état il ne possède plus aucune connexion associée. Un call dans cet état ne peut plus être utilisé pour des actions futures. Figure 18, état des objets call IDLE ACTIVE INVALID JcpConnection Un objet connection représente un lien entre un objet call et un objet adresse, un objet connection est créé pour chaque nouvelle connexion d un call. Chaque JcpConnection possède une machine d état qui décrit la relation actuelle entre le call et l adresse. Le diagramme ci dessous décrit les différents états possibles d une connexion. Comme vous pourrez le voir, il est similaire au diagramme d état d un objet connection JTAPI. IDLE : il s agit de l état initial pour toute nouvelle connexion, les connexions qui sont dans cet état ne font pas partie d un call mais les références sur l objet call et l objet address sont correctes. Les connexions ne restent pas longtemps dans cet état. DISCONNECTED : il indique que la connexion ne fait plus parti d un appel. INPROGRESS : il indique que l objet connection a été contacté par un appel ou que l objet connection contacte actuellement le destinataire. ALERTING : cet état indique que l adresse c est fait notifier un appel entrant. CONNECTED :cet état indique que les objet connection et address font partit d un appel, donc 2 (ou plus) personnes sont en communication. UNKNOWN : cet état indique qu il est impossible de déterminer l état actuel de la connexion. FAILED : il indique que la liaison a échoué pour une quelconque raison. Ex. l appelé est occupé. 24

25 Figure 19, état des objets connection UNKNOWN * except FAILED or DISCONNECTED FAILED IDLE IN- PROGRESS ALERTING CONNECTED DIS- CONNECTED JcpAddress Un objet address représente un terminal dans une communication. Cela peut être un numéro de téléphone, une adresse , etc. Chaque objet address doit posséder un nom représenté par une chaîne de caractères. Durant une communication l objet address et mit en relation avec un appel par l intermédiaire de l objet connection. L état de celui-ci décrit la relation actuelle entre l objet call et l objet address. Il existe 2 types d objet address, local et distant. Une adresse est considérée comme local si elle appartient au domaine du provider, dans le cas contraire elle est considérée comme distante Java Call Control L API JCC a les 4 même objets que JCP, soit le Provider, Call, Connection et Address. Comme JCC hérite de JCP, chaque objet possède donc les mêmes méthodes de base, de plus des nouvelles méthodes peuvent leur être ajoutées. Indication : les objets obtiennent maintenant le préfix Jcc, cela donne donc JccCall, JccProvider JccProvider L interface JccProvider hérite de JcpProvider, une importante nouvelle possibilité fournie par JccProvider est qu il peut fonctionner comme un créateur d objet EventFilter. La fonction des objets EventFilter et d offrir un mécanisme de filtre pour les événements. ( voir: EventFilter ) Une autre méthode fournie par JccProvider et de pouvoir ajouter des listeners sur les Objets Call afin de détecter les changements d état. 25

26 JccCall JccCall hérite de JcpCall, le diagramme d états est identique pour les deux interfaces, mais JccCall possède en plus une nouvelle transition possible entre l état IDLE et INVALID ( voir figure n 20) JccCall possède aussi des nouvelles méthodes: createconnection () : cette méthode va créer un nouvel objet de type JccConection routecall() : cette méthode ne va pas juste créer un objet JccConection, elle a aussi pour conséquence l initiation de la signalisation dans le réseaux vers le point final d appel. Si cette méthode est invoquée avec succès, cela indique que l appel à été correctement routé jusqu au terminal. Elle peut être utilisée pour le First party, le Third party, la translation de numéro (ex ), la redirection, etc. release(): Cette méthode à pour but de terminer un appel et de libérer les ressources. Figure 20, états des objets JccCall IDLE ACTIVE INVALID Dans JCC comme dans JCP, une application qui veut initier un appel doit tout d abord créer un objet call, pour cela elle utilise la méthode createcall(), cette methode est fournie par l interface JccProvider. Remarque : la méthode JccProvider.createCall() retourne un objet de type JcpCall qui doit ensuite être converti en un objet de type JccCall. La prochaine étape consiste à créer une connexion, ceci se fait en invoquant la méthode createconnection () de l objet JccCall, l adresse de l objet JccTerminal à associer avec cet appel doit être donnée. JccConnection L interface JccConnection hérite de l interface JcpConnection, les méthodes importantes de JccConnection sont : routeconnection( ) : est utilisé pour router une connexion vers un terminal answer( ) : est utilisé pour répondre à un appel release( ) : est utilisé pour déconnecté un terminal continueprocessing( ) : cette méthode indique à la plate-forme de continuer le traitement des appels ( ex. après un événement ) getxxxadress( ) getmoredigits ( ) : indique à la plate-forme de collecter des informations supplémentaires sur le numéro composé ( lettre ou nombre) selectroute() :Cette méthode est utilisée pour la translation d adresse, exemple, lors de la composition d un numéro gratuit (0800.), celui-ci doit être convertir en un numéro routable ( ) 26

27 La machine d état de JccConnection n est pas identique à celle de JcpConnection, il faut voir qu il s agit d un raffinement par l addition de transition et la séparation d état en état multiple. Pour être plus précis, les changements se situent pour les états INPROGRESS et CONNECTED qui sont divisés en plusieurs états. IDLE : il s agit de l état initial pour toute nouvelle connexion, les connexions qui sont dans cet état ne font pas partie d un call mais les références sur l objet call et l objet address sont correct. Les connexions ne restent pas longtemps dans cet état. AUTHORIZE_CALL_ATTEMPT : cet état implique que l appelant et l appelé doivent être autorisés à émettre et recevoir cet appel. ADDRESS_COLLECT : dans cet état, les informations (numéro composé) en provenance de l appelant sont collectées et analysées selon le plan de numérotation afin de déterminer la fin de l information d adressage ADDRESS_ANALYSE : pour entrer dans cet état il faut que le numéro composé en provenance de l appelant soit complet. Ce numéro est analysé et/ou translaté selon le plan de numérotation afin de déterminer l adresse de routage ainsi que le type d appel. CALL_DELIVERY : du côté de l appelant, cet état implique la sélection de la route et indique au numéro appelé que l on désire établir une communication. Du côté de l appelé, cet état implique qu il doit tester que le terminal n est pas déjà occupé, il doit aussi informer celui-ci de l arrivée d un appel. ALERTING :cet état indique que le terminal ce fait actuellement notifier un appel entrant. CONNECTED : cet état indique que cette connexion et une adresse prennent part à un appel SUSPENDED : cela indique que cette connexion a été suspendue de l appel, elle garde ces références sur l appel et sur l adresse DISCONNECTED : il indique que la connexion ne fait plus parti d un appel. UNKNOWN : cet état indique qu il est impossible de déterminer l état actuel de la connexion. FAILED : il indique que la liaison a échoué pour une quelconque raison. Ex. l appelé est occupé. 27

Projet CCTI VoIP&Mobility. Auteurs: Laurent Schweizer Nicolas Anagnostopoulos. Prof : Stefano Ventura

Projet CCTI VoIP&Mobility. Auteurs: Laurent Schweizer Nicolas Anagnostopoulos. Prof : Stefano Ventura Projet CCTI VoIP&Mobility Auteurs: Laurent Schweizer Nicolas Anagnostopoulos Prof : Stefano Ventura Société Mandataire du projet TCOM/EIVD TCOM/EIVD Titre Nom du fichier Date 9 février 2005 Version 1 Statut

Plus en détail

Programmation de services en téléphonie sur IP

Programmation de services en téléphonie sur IP Programmation de services en téléphonie sur IP Présentation de projet mémoire Grégory Estienne Sous la supervision du Dr. Luigi Logrippo Introduction La téléphonie sur IP comme support à la programmation

Plus en détail

Eléments essentiels de NGN. Kamel HJAIEJ SUP COM

Eléments essentiels de NGN. Kamel HJAIEJ SUP COM Kamel HJAIEJ SUP COM Eléments essentiels de NGN Un cœur de réseau unique et mutualisé dont l architecture est en 3 couches : Transport, Contrôle et Services. Une évolution du transport en mode paquet (IP,

Plus en détail

LA SOLUTION MODULAIRE DE MESSAGERIE QUI PERMET DE COMMUNIQUER AVEC LE MONDE ENTIER

LA SOLUTION MODULAIRE DE MESSAGERIE QUI PERMET DE COMMUNIQUER AVEC LE MONDE ENTIER LA SOLUTION MODULAIRE DE MESSAGERIE QUI PERMET DE COMMUNIQUER AVEC LE MONDE ENTIER ixware permet aux utilisateurs d envoyer et de recevoir des messages depuis leur poste de travail ou même leurs applications

Plus en détail

Guide de configuration de la Voix sur IP

Guide de configuration de la Voix sur IP Le serveur Icewarp Guide de configuration de la Voix sur IP Version 11 Mai 2014 i Sommaire Guide de configuration VoIP 1 Présentation... 1 Configuration... 1 Configuration réseau... 1 Configuration du

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

SIP. Sommaire. Internet Multimédia

SIP. Sommaire. Internet Multimédia Internet Multimédia Le Protocole SIP 2011 André Aoun - Internet Multimédia SIP - 1 Sommaire 1. Présentation 2. Entités SIP 3. Méthodes et réponses 4. User Agent 5. Registrar 6. Proxy 7. Redirect Server

Plus en détail

Configuration du driver SIP dans ALERT. V2

Configuration du driver SIP dans ALERT. V2 Micromedia International Etude technique Configuration d Alert pour SIP Auteur : Pierre Chevrier Société : Micromedia International Date : 26/08/2013 Nombre de pages : 19 Configuration du driver SIP dans

Plus en détail

Introduction de la Voix sur IP

Introduction de la Voix sur IP Voix sur IP (VoIP) Introduction de la Voix sur IP La Voix sur IP, aussi connue sous le nom de téléphonie Internet, est une technologie qui vous permet de téléphoner via un réseau d ordinateurs basé sur

Plus en détail

SIP. 2007 A. Aoun - La Visioconférence SIP - 1

SIP. 2007 A. Aoun - La Visioconférence SIP - 1 Internet Multimédia Le Protocole SIP 2007 A. Aoun - La Visioconférence SIP - 1 Présentation (1) Session Initiation Protocol (dont le sigle est SIP) est un protocole récent (1999), normalisé et standardisé

Plus en détail

Application Note. NAT et Redirection de ports

Application Note. NAT et Redirection de ports Application Note NAT et Redirection de ports Table des matières 1 Le NAPT ou NAT dynamique... 4 2 Le 1-to-1 NAT ou NAT statique... 5 3 La redirection de ports... 9 Cette fiche applicative présente les

Plus en détail

Stéphanie Lacerte. Document technique. Connextek. 31 mai 2013. Cloudtel

Stéphanie Lacerte. Document technique. Connextek. 31 mai 2013. Cloudtel Stéphanie Lacerte Document technique Connextek 31 mai 2013 Cloudtel Introduction Le logiciel Cloudtel a été conçu dans le langage de programmation Java. Ce logiciel utilisant la voix sur IP, communique

Plus en détail

Méthode de Test. Pour WIKIROUTE. Rapport concernant les méthodes de tests à mettre en place pour assurer la fiabilité de notre projet annuel.

Méthode de Test. Pour WIKIROUTE. Rapport concernant les méthodes de tests à mettre en place pour assurer la fiabilité de notre projet annuel. Méthode de Test Pour WIKIROUTE Rapport concernant les méthodes de tests à mettre en place pour assurer la fiabilité de notre projet annuel. [Tapez le nom de l'auteur] 10/06/2009 Sommaire I. Introduction...

Plus en détail

Mise en œuvre des serveurs d application

Mise en œuvre des serveurs d application Nancy-Université Mise en œuvre des serveurs d application UE 203d Master 1 IST-IE Printemps 2008 Master 1 IST-IE : Mise en œuvre des serveurs d application 1/54 Ces transparents, ainsi que les énoncés

Plus en détail

RTE Technologies. RTE Geoloc. Configuration avec Proxy ou Firewall

RTE Technologies. RTE Geoloc. Configuration avec Proxy ou Firewall RTE Technologies RTE Geoloc Configuration avec Proxy ou Firewall 2 Septembre 2010 Table des matières Introduction... 3 Présentation de RTE Geoloc... 3 Configuration des paramètres de sécurité... 3 Configuration

Plus en détail

La VoIP et ToIP. - Les constructeurs de réseaux : Anciens : Alcatel, Ericsson, Nortel, Siemens, Lucent, NEC Nouveaux venus : NetCentrex, Cirpack

La VoIP et ToIP. - Les constructeurs de réseaux : Anciens : Alcatel, Ericsson, Nortel, Siemens, Lucent, NEC Nouveaux venus : NetCentrex, Cirpack La VoIP et ToIP Introduction En 2002, le projet Asterisk sort au grand jour et fait son entrée dans un marché encore naissant. C est un PBX (Private Branch exchange) : auto commutateur matériel ou logiciel

Plus en détail

Environnements de Développement

Environnements de Développement Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Mahdia Unité d Enseignement: Environnements de Développement Mme BEN ABDELJELIL HASSINE Mouna m.bnaj@yahoo.fr Développement des systèmes d Information Syllabus

Plus en détail

RAPPORT DE CONCEPTION UML :

RAPPORT DE CONCEPTION UML : Carlo Abi Chahine Sylvain Archenault Yves Houpert Martine Wang RAPPORT DE CONCEPTION UML : Bamboo Ch@t Projet GM4 Juin 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du logiciel 3 2.1 Précisions

Plus en détail

GUIDE D'UTILISATION DU SYSTEME TELEPHONIQUE POLYCOM

GUIDE D'UTILISATION DU SYSTEME TELEPHONIQUE POLYCOM GUIDE D'UTILISATION DU SYSTEME TELEPHONIQUE POLYCOM : 550 330 Créé par CISM Modifié le : 2010-08-06 Table des matières Personnalisation du Polycom IP 550... 1 Type de sonnerie:... 1 Volume:... 2 Ligne

Plus en détail

Principe de fonctionnement de l'outil 'AdisTlsAddUpDyn.exe'

Principe de fonctionnement de l'outil 'AdisTlsAddUpDyn.exe' Fiche technique AppliDis Principe de fonctionnement de l'outil Fiche IS00365 Version document : 1.01 Diffusion limitée : Systancia, membres du programme Partenaires AppliDis et clients ou prospects de

Plus en détail

Guide d intégration. Protection de logiciels LABVIEW avec CopyMinder. Contact Commercial : Tél. : 02 47 35 70 35 Email : com@aplika.

Guide d intégration. Protection de logiciels LABVIEW avec CopyMinder. Contact Commercial : Tél. : 02 47 35 70 35 Email : com@aplika. Guide d intégration Protection de logiciels LABVIEW avec CopyMinder Contact Commercial : Tél. : 02 47 35 70 35 Email : com@aplika.fr Contact Technique : Tél. : 02 47 35 53 36 Email : support@aplika.fr

Plus en détail

Intérêt du NAT (Network Address Translation) Administration Réseau Niveau routage. Exemple d Intranet. Principe NAT

Intérêt du NAT (Network Address Translation) Administration Réseau Niveau routage. Exemple d Intranet. Principe NAT Administration Réseau Niveau routage Intérêt du NAT (Network Address Translation) Possibilité d utilisation d adresses privées dans l 4 2 1 Transport Réseau Liaison Physique Protocole de Transport Frontière

Plus en détail

Page 1 2 La présente invention concerne le domaine des architectures informatiques, et en particulier un procédé pour le développement d applications destiné à un fonctionnement en réseau, par exemple

Plus en détail

G en om3: Building middleware-independent robotic components. Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS

G en om3: Building middleware-independent robotic components. Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS G en om3: Building middleware-independent robotic components Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS Pablo Rauzy 15 février 2011 Table des matières 1 G en om3 :

Plus en détail

PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES

PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES DÉCOUVREZ DES POSSIBILITÉS ILLIMITÉES GRÂCE A L INTÉGRATION À DES SYSTÈMES D ENTREPRISE EXISTANTS FONCTIONNALITÉS Connectivité des systèmes

Plus en détail

Internet. PC / Réseau

Internet. PC / Réseau Internet PC / Réseau Objectif Cette présentation reprend les notions de base : Objectif, environnement de l Internet Connexion, fournisseurs d accès Services Web, consultation, protocoles Modèle en couches,

Plus en détail

Monter un site Intranet

Monter un site Intranet Monter un site Intranet S il n est pas difficile de créer un site Web basique grâce à IIS, ceux d entre vous qui ne sont pas initiés aux langages de développement Web auront du mal à satisfaire les besoins

Plus en détail

Applications Internet riches fonctionnant en mode connecté et déconnecté

Applications Internet riches fonctionnant en mode connecté et déconnecté Applications Internet riches fonctionnant en mode connecté et déconnecté Success story client : développement d applications Web avec mode déconnecté Depuis quatre ans, les applications de guichet pour

Plus en détail

Manuel d installation et d utilisation du logiciel GigaRunner

Manuel d installation et d utilisation du logiciel GigaRunner Manuel d installation et d utilisation du logiciel GigaRunner Manuel Version : V1.6 du 12 juillet 2011 Pour plus d informations, vous pouvez consulter notre site web : www.gigarunner.com Table des matières

Plus en détail

Editeurs de logiciels. Votre guide SMS

Editeurs de logiciels. Votre guide SMS Votre guide SMS SMS et logiciels Les éditeurs de logiciels intègrent de plus en plus le SMS dans leurs produits, notamment pour permettre l envoi d alertes, de rappels de rendez-vous ou encore de notifications.

Plus en détail

Dossier Technique. Détail des modifications apportées à GRR. Détail des modifications apportées à GRR Le 17/07/2008. Page 1/10

Dossier Technique. Détail des modifications apportées à GRR. Détail des modifications apportées à GRR Le 17/07/2008. Page 1/10 Dossier Technique Page 1/10 Sommaire : 1. REPONSE TECHNIQUE A LA DEMANDE 3 1.1. Prise en compte de la dernière version de phpcas 3 1.2. Gestion de la connexion à GRR 3 1.2.1. Récupération des attributs

Plus en détail

Le filtrage de niveau IP

Le filtrage de niveau IP 2ème année 2008-2009 Le filtrage de niveau IP Novembre 2008 Objectifs Filtrage : Le filtrage permet de choisir un comportement à adopter vis à vis des différents paquets émis ou reçus par une station.

Plus en détail

DOCGATE POUR IXWARE :

DOCGATE POUR IXWARE : DOCGATE POUR IXWARE : L INTERFACE «HOST» POUR ENVOYER DES FAX, DES MAILS ET DES MESSAGES SMS. ECHANGEZ L INFORMATION Docgate est l interface «Host» (et en particulier des ordinateurs IBM AS/400 et iseries)

Plus en détail

S18 PHP pour des tâches batch sous IBM i

S18 PHP pour des tâches batch sous IBM i Modernisation, développement d applications et DB2 sous IBM i Technologies, outils et nouveautés 2013-2014 13 et 14 mai 2014 IBM Client Center Paris, Bois-Colombes S18 PHP pour des tâches batch sous IBM

Plus en détail

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+ Guide de formation avec exercices pratiques Configuration et dépannage de PC Préparation à la certification A+ Sophie Lange Troisième édition : couvre Windows 2000, Windows XP et Windows Vista Les Guides

Plus en détail

SIEMENS LX / Cloud OpenIP

SIEMENS LX / Cloud OpenIP Sommaire Sommaire... 2 Pré requis / capacités... 3 Techniques... 3 Versions... 3 Mise en place de la solution SIEMENS LX virtualisée...4 Avec l offre Concentrateur MPLS...4 Avec l offre Concentrateur VPN

Plus en détail

ACCEDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE

ACCEDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE Pour garder le contact avec leur entreprise, de plus en plus de collaborateurs ont besoin d accéder à leurs emails lorsqu ils sont en déplacement ou à domicile. Cet accès distant est facilité si la messagerie

Plus en détail

Les formations. Développeur Logiciel. ENI Ecole Informatique

Les formations. Développeur Logiciel. ENI Ecole Informatique page 1/5 Titre professionnel : Reconnu par l Etat de niveau III (Bac), inscrit au RNCP (arrêté du 12/10/07, J.O. n 246 du 23/10/07) (32 semaines) Unité 1 : Structurer une application 6 semaines Module

Plus en détail

Introduction aux systèmes d exploitation

Introduction aux systèmes d exploitation Introduction aux systèmes d exploitation Le système d exploitation est un ensemble de logiciels qui pilotent la partie matérielle d un ordinateur. Les principales ressources gérées par un système d exploitation

Plus en détail

ACCÉDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE

ACCÉDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE ACCÉDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE Lorraine Pour garder le contact avec leur entreprise, de plus en plus de collaborateurs ont besoin d accéder à leurs emails lorsqu ils sont en déplacement ou à domicile.

Plus en détail

Tout pour monter son site Web. IUFM de Bourgogne

Tout pour monter son site Web. IUFM de Bourgogne Tout pour monter son site Web IUFM de Bourgogne Pourquoi utiliser les technologies Web? Visible par toutes les plates-formes (PC, Mac, Unix ) Technologies simples et descriptives Contenu principalement

Plus en détail

Office Business Entry Office Business Plus

Office Business Entry Office Business Plus Office Business Entry Office Business Plus Notice d Utilisation Version 2.0 ou supérieure SOMMAIRE 1- STANDARD AUTOMATIQUE... 2 1.1 Description des Fonctions...2 1.2 Accès à la Messagerie...4 1.3 Caractéristiques

Plus en détail

WWW - Intérêts du Web

WWW - Intérêts du Web WWW - Intérêts du Web client universel facilité d'emploi standards ouverts intégration des autres services Internet extensibilité du système faibles coûts logiciel et réseau utilisation au sein d'une entreprise

Plus en détail

LINQ to SQL. Version 1.1

LINQ to SQL. Version 1.1 LINQ to SQL Version 1.1 2 Chapitre 03 - LINQ to SQL Sommaire 1 Introduction... 3 1.1 Rappels à propos de LINQ... 3 1.2 LINQ to SQL... 3 2 LINQ to SQL... 3 2.1 Importer des tables... 3 2.1.1 Le concepteur

Plus en détail

Contexte PPE GSB CR. Analyse. Projet réalisé :

Contexte PPE GSB CR. Analyse. Projet réalisé : Contexte PPE GSB CR Le laboratoire est issu de la fusion entre le géant américain Galaxy et le conglomérat Swiss Bourdin. Cette fusion a eu pour but de moderniser l activité de visite médicale et de réaliser

Plus en détail

Utilisation des ressources informatiques de l N7 à distance

Utilisation des ressources informatiques de l N7 à distance Utilisation des ressources informatiques de l N7 à distance Romain Pignard - Net7/INP-Net 27 mars 2010 Résumé Ce document non officiel explique comment utiliser les ressources informatiques de l école

Plus en détail

Sommaire. Le 04/10/2013 Réf : Annexe-Presentation Solution XiVO

Sommaire. Le 04/10/2013 Réf : Annexe-Presentation Solution XiVO Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 Introduction Fonctionnalités téléphoniques L interface d administration et de supervision Le poste opérateur L application bureautique XIVO Client Push Mail des Messages

Plus en détail

Le Web: les machines parlent aux machines

Le Web: les machines parlent aux machines Le Web: les machines parlent aux machines Historique Année 70 : ARPA (Advanced Research Project Agency). Relier les centres de recherche : ARPANET. 1972 : Premières spécifications TCP/IP (IP internet Protocol)

Plus en détail

TP 2 : ANALYSE DE TRAMES VOIP

TP 2 : ANALYSE DE TRAMES VOIP TP 2 : ANALYSE DE TRAMES VOIP I REPRÉSENTER SON RÉSEAU Remettez en état votre petit réseau VOIP et réalisez-en le schéma (avec Vision 2010 éventuellement) II PEAUFINER LE PARAMÉTRAGE Pour activer la messagerie

Plus en détail

Développement d applications Internet et réseaux avec LabVIEW. Alexandre STANURSKI National Instruments France

Développement d applications Internet et réseaux avec LabVIEW. Alexandre STANURSKI National Instruments France Développement d applications Internet et réseaux avec LabVIEW Alexandre STANURSKI National Instruments France Quelles sont les possibilités? Publication de données Génération de rapports et de documents

Plus en détail

Conception et Implémentation

Conception et Implémentation I. INTRODUCTION Dans ce chapitre on va définir la conception de notre site web dynamique et nous expliquons les étapes de réalisation, les outils utilisés et l interface principale ainsi que les différentes

Plus en détail

Auto-évaluation Aperçu de l architecture Java EE

Auto-évaluation Aperçu de l architecture Java EE Auto-évaluation Aperçu de l architecture Java EE Document: f1218test.fm 22/03/2012 ABIS Training & Consulting P.O. Box 220 B-3000 Leuven Belgium TRAINING & CONSULTING INTRODUCTION AUTO-ÉVALUATION APERÇU

Plus en détail

Découvrez la nouvelle version de HelpDesk! HelpDesk 3.4. www.artologik.com. De nouvelles fonctions, plus de contrôle, mais toujours aussi simple!

Découvrez la nouvelle version de HelpDesk! HelpDesk 3.4. www.artologik.com. De nouvelles fonctions, plus de contrôle, mais toujours aussi simple! Une gestion effective et puissante des tickets en interne comme en externe! HelpDesk 3.4 www.artologik.com Découvrez la nouvelle version de HelpDesk! De nouvelles fonctions, plus de contrôle, mais toujours

Plus en détail

C2 ATOM Guide de démarrage

C2 ATOM Guide de démarrage C2 ATOM Guide de démarrage Créé par : C2 Innovations Version : 1.0 Dernière modification : 30/03/2015 FOURNISSEUR DE SOLUTIONS COMPLÈTES DE GESTION DE SERVICES FOURNISSEUR DE SOLUTIONS COMPLÈTES DE GESTION

Plus en détail

IPBX SATURNE. Spécifications Techniques

IPBX SATURNE. Spécifications Techniques IPBX SATURNE Spécifications Techniques Référence : SPE-AMP-4521-30/01/11 AMPLITUDE Réseaux et Systèmes SIRET : 454 01116400026 N de TVA Intra-communautaire :FR50454011164 Mail : technique@amplitude-rs.com

Plus en détail

s Pourquoi un PBX IP?

s Pourquoi un PBX IP? s Pourquoi un PBX IP? La VoIP est en pleine évolution, c est pourquoi on trouve de PBX IP comme pbxnsip offrant plus de valeur ajoutée et de fonctionnalités qu un système de centrale téléphonique traditionnel.

Plus en détail

1 Certificats - 3 points

1 Certificats - 3 points Université de CAEN Année 2008-2009 U.F.R. de Sciences le 23 mars 2009 Master professionnel RADIS UE4 - module réseaux - Spécialisation Durée : 2h. - Tous documents autorisés 1 Certificats - 3 points Lors

Plus en détail

Administration via l'explorateur WebSphere MQ

Administration via l'explorateur WebSphere MQ Ce document présente l utilisation de l Explorateur WebSphere MQ, et en particulier sa capacité à administrer des Queue Manager distants. Il aborde également les problèmes de sécurité liés à l administration

Plus en détail

Découvrez la nouvelle version de HelpDesk! HelpDesk 3.4. www.artologik.com. De nouvelles fonctions, plus de contrôle, mais toujours aussi simple!

Découvrez la nouvelle version de HelpDesk! HelpDesk 3.4. www.artologik.com. De nouvelles fonctions, plus de contrôle, mais toujours aussi simple! Une gestion effective et puissante des tickets en interne comme en externe! HelpDesk 3.4 www.artologik.com Découvrez la nouvelle version de HelpDesk! De nouvelles fonctions, plus de contrôle, mais toujours

Plus en détail

UNE SOLUTION DE TÉLÉPHONIE HÉBERGÉ DANS LE NUAGE

UNE SOLUTION DE TÉLÉPHONIE HÉBERGÉ DANS LE NUAGE UNE SOLUTION DE TÉLÉPHONIE HÉBERGÉ DANS LE NUAGE VoxSun Télécom Bureau VoxSun Télécom Bureau s adresse tout particulièrement aux entreprises et aux professionnels mobiles. En prenant le service VoxSun

Plus en détail

objectif : plan : Java, CORBA et RMI A. Le Grand,1997 1 JAVA, CORBA et RMI

objectif : plan : Java, CORBA et RMI A. Le Grand,1997 1 JAVA, CORBA et RMI JAVA, CORBA et RMI objectif : développer des applications client/serveur incluant des objets répartis Java / CORBA : client/serveur hétérogènes Java / RMI : client/serveur homogènes plan : l architecture

Plus en détail

Système Principal (hôte) 2008 Enterprise x64

Système Principal (hôte) 2008 Enterprise x64 Network Shutdown Module V3 Extension du Manuel Utilisateur pour architecture Virtualisée avec : Hyper-V 6.0 Manager Hyper-V Server (R1&R2) de Microsoft Hyper-V 6.0 Network Shutdown Module Système Principal

Plus en détail

Installation des modems ISDN CAPI

Installation des modems ISDN CAPI Micromedia International Etude technique ALERT et modems CAPI Auteur : Pierre Chevrier Société : Micromedia International Date : 17/03/2009 Nombre de pages : 10 Installation des modems ISDN CAPI Réf. :

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD3 Exercices Exercice 1 Enumérez les sept étapes du processus consistant à convertir les communications de l utilisateur en données. 1. L utilisateur entre les données via une interface matérielle.

Plus en détail

Apache Tomcat 8 Guide d'administration du serveur Java EE 7 sous Windows et Linux

Apache Tomcat 8 Guide d'administration du serveur Java EE 7 sous Windows et Linux Avant-propos 1. À qui s adresse ce livre? 11 2. Les pré-requis 12 Préambule 1. Rappel sur les architectures Internet/Intranet/Extranet 13 1.1 Le protocole HTTP 14 1.1.1 Les méthodes HTTP 16 1.1.2 Les codes

Plus en détail

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application Architecture Multi-Tier Traditionnellement une application informatique est un programme exécutable sur une machine qui représente la logique de traitement des données manipulées par l application. Ces

Plus en détail

Manuel du revendeur. version 2.0-r1

Manuel du revendeur. version 2.0-r1 Manuel du revendeur version 2.0-r1 Table des matières 1 Explication des termes 3 2 Sections du tableau d administration dédié au revendeur 3 3 Généralités 4 3.1 Aperçu............................... 4

Plus en détail

Exemple : Lecture d un registre, à l offset 4, sur l équipement d ID 9, qui renvoie la valeur 5 :

Exemple : Lecture d un registre, à l offset 4, sur l équipement d ID 9, qui renvoie la valeur 5 : 1 Ethernet TCP/IP Protocole Modbus TCP 2 Ethernet TCP/IP - Protocole Modbus TCP Codage des Données Type de représentation des adresse et données utilisé par Modbus : big-endian, soit :lorsqu une quantité

Plus en détail

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Oussama ELKACHOINDI Wajdi MEHENNI RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Sommaire I. Préliminaire : Notice d exécution et mode opératoire...4 II. Architecture globale de l application...5

Plus en détail

TP 7 : Configuration des fonctions NAT et PAT Matière: RESEAUX LOCAUX

TP 7 : Configuration des fonctions NAT et PAT Matière: RESEAUX LOCAUX TP 7 : Configuration des fonctions NAT et PAT Matière: RESEAUX LOCAUX Enseignant: Ramzi BELLAZREG Configuration de la fonction DHCP d un routeur Router(config)#ip dhcp pool nom_liste Router(dhcp-config)#network

Plus en détail

Serveur d intégration continue Jenkins et d analyse de code Sonar couplés à la forge logiciel SourceSup

Serveur d intégration continue Jenkins et d analyse de code Sonar couplés à la forge logiciel SourceSup Serveur d intégration continue Jenkins et d analyse de code Sonar couplés à la forge logiciel SourceSup Sébastien MEDARD GIP RENATER 263 avenue du Général Leclerc CS 74205 35042 Rennes Cedex Résumé L intégration

Plus en détail

Plateforme AnaXagora. Guide d utilisation

Plateforme AnaXagora. Guide d utilisation Table des matières 1. PRESENTATION DE LA PLATE-FORME D APPRENTISSAGE ANAXAGORA... 3 2. ARCHITECTURE FONCTIONNELLE... 4 3. L APPRENTISSAGE... 5 3.1. L ESPACE DE TRAVAIL... 5 3.1.1. Le calendrier... 5 4.

Plus en détail

La technologie Java Card TM

La technologie Java Card TM Présentation interne au CESTI La technologie Java Card TM sauveron@labri.u-bordeaux.fr http://dept-info.labri.u-bordeaux.fr/~sauveron 8 novembre 2002 Plan Qu est ce que Java Card? Historique Les avantages

Plus en détail

Fonctionnalités du Front Office pour l utilisateur final

Fonctionnalités du Front Office pour l utilisateur final Simple, pas cher Efficace! Fonctionnalités du Front Office pour l utilisateur final Index Introduction Page d'accueil Page des tarifs Compte client Gestion du compte Contacts Envoyer un fax Mail to fax

Plus en détail

Gestion multi-stocks

Gestion multi-stocks Gestion multi-stocks Dans l architecture initiale du logiciel IDH-STOCK, 11 champs obligatoires sont constitués. Ces champs ne peuvent être supprimés. Ils constituent l ossature de base de la base de données

Plus en détail

Network Shutdown Module V3 Extension du Manuel Utilisateur pour architecture Virtualisée Virtual Server de Microsoft

Network Shutdown Module V3 Extension du Manuel Utilisateur pour architecture Virtualisée Virtual Server de Microsoft Network Shutdown Module V3 Extension du Manuel Utilisateur pour architecture Virtualisée Virtual Server de Microsoft Virtual Server 2005 R2 Network Shutdown Module Système Principal (hôte) Virtual Server

Plus en détail

SERVICE CONTACT INSTANTANÉ GUIDE D UTILISATEUR

SERVICE CONTACT INSTANTANÉ GUIDE D UTILISATEUR SERVICE CONTACT INSTANTANÉ GUIDE D UTILISATEUR Table des matières Introduction... 3 Client Office Communicator 2007 R2 pour ordinateur... 4 Configuration manuelle d Office Communicator... 4 Dépannage...

Plus en détail

Guide administrateur AMSP

Guide administrateur AMSP Guide administrateur AMSP Alinto Version Auteur Date Remarque V1.0 Nicolas Polin 19/10/2015 - Lyon Paris Köln Madrid Table des matières 1. Introduction... 3 2. Se connecter à Factory... 3 3. Gestion des

Plus en détail

Paiements via Asterisk

Paiements via Asterisk Paiements via Asterisk Jérome FRANCILLON - Émeric LAROCHE - Frédérick MEYER - Mathieu SELARIES - Emmanuel REYNAUD 11th February 2006 1 Les solutions de paiement Il existe différentes méthodes permettant

Plus en détail

GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE

GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE PROFITEZ DU RÉSEAU. maintenant. Glossaire Glossaire de la technologie mobile 3G Accès distant Adaptateur Client sans fil ADSL AVVID Carte réseau Convergence GPRS Haut

Plus en détail

Guide de l'utilisateur

Guide de l'utilisateur Guide de l'utilisateur Version 1.0 Mars 2013 1 / 19 Table des matières Envoyer ma première Newsletter avec Hydremail Connexion au service Téléchargement de votre base de données Création de votre segment

Plus en détail

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer 1 Bases de Données Objectifs Maîtriser les concepts d un SGBD relationnel Les modèles de représentations de données Les modèles de représentations de données La conception d une base de données Pratiquer

Plus en détail

Ingénierie des réseaux

Ingénierie des réseaux Ingénierie des réseaux Projet Socket-calculatrice Yorly ORELLANOS Mathieu CASTETS Thibault ETIENNE Conception Pour réaliser cette application, nous avons commencé par imaginer le comportement désiré. Ceci

Plus en détail

Ch4 Interconnexion des postes dans un Lan Ethernet : protocoles des couches 3 à 7 du modèle OSI Dernière maj : lundi 2 avril 2007

Ch4 Interconnexion des postes dans un Lan Ethernet : protocoles des couches 3 à 7 du modèle OSI Dernière maj : lundi 2 avril 2007 Ch4 Interconnexion des postes dans un Lan Ethernet : protocoles des couches 3 à 7 du modèle OSI Dernière maj : lundi 2 avril 2007 I. RAPPEL : ADRESSAGE PHYSIQUE : (OSI 2)... 1 A. L ADRESSAGE DANS UN RESEAU

Plus en détail

Conseils + Centraux téléphoniques + Téléphones + Helpdesk + Maintenance + Garantie

Conseils + Centraux téléphoniques + Téléphones + Helpdesk + Maintenance + Garantie Conseils + Centraux téléphoniques + Téléphones + Helpdesk + Maintenance + Garantie Présentation Pulsar VoIP? Nous sommes un fabricant de centrales téléphoniques en VoIP (Voice Over Internet Protocol),

Plus en détail

SAS BI DASHBOARD 4.3 : POUR LE MEILLEUR ET POUR LE FILTRE

SAS BI DASHBOARD 4.3 : POUR LE MEILLEUR ET POUR LE FILTRE SAS BI DASHBOARD 4.3 : POUR LE MEILLEUR ET POUR LE FILTRE En tant qu outils d aide à la décision, les tableaux de bord doivent répondre rapidement. Pour participer à cet effort de réactivité en termes

Plus en détail

Serveur FTP. 20 décembre. Windows Server 2008R2

Serveur FTP. 20 décembre. Windows Server 2008R2 Serveur FTP 20 décembre 2012 Dans ce document vous trouverez une explication détaillé étapes par étapes de l installation du serveur FTP sous Windows Server 2008R2, cette présentation peut être utilisée

Plus en détail

Analyse des besoins logiciels

Analyse des besoins logiciels Analyse des besoins logiciels Encadrement et supervision Annie Danzart Jean-Claude Moissinac Equipe de développement Mohamed Anouar Benaissa anouar@benaissa.net Anthony Rabiaza rabiaza@enst.fr Déva Pajaniaye

Plus en détail

Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM)

Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM) LA BOITE A OUTILS DE L ACHETEUR DE BPM Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM) La boîte à outils de l acheteur de solution BPM -

Plus en détail

Axe International Offre Produits & Services. Paris, le 11 juin 2012

Axe International Offre Produits & Services. Paris, le 11 juin 2012 Axe International Offre Produits & Services Paris, le 11 juin 2012 Axe International En bref Spécialiste des technologies VoIP Indépendant des constructeurs et éditeurs, Environnement Open Source, R&D

Plus en détail

GENERALITES. COURS TCP/IP Niveau 1

GENERALITES. COURS TCP/IP Niveau 1 GENERALITES TCP/IP est un protocole inventé par les créateurs d Unix. (Transfer Control Protocol / Internet Protocole). TCP/IP est basé sur le repérage de chaque ordinateur par une adresse appelée adresse

Plus en détail

Introduction à Eclipse

Introduction à Eclipse Introduction à Eclipse Eclipse IDE est un environnement de développement intégré libre (le terme Eclipse désigne également le projet correspondant, lancé par IBM) extensible, universel et polyvalent, permettant

Plus en détail

Les données d un jeu sous Shadow Manager

Les données d un jeu sous Shadow Manager Les données d un jeu sous Shadow Manager Sous Shadow Manager, les données d un jeu quelconque sont enregistrées dans un fichier de Jeu (à extension.sm5) qui contient : 1. Les Paramètres du scénario, qui

Plus en détail

Cahier de charges (Source : "Java EE - Guide de développement d'applications web en Java" par Jérôme Lafosse) Module. Site Web dynamique JSP / Servlet

Cahier de charges (Source : Java EE - Guide de développement d'applications web en Java par Jérôme Lafosse) Module. Site Web dynamique JSP / Servlet Cahier de charges (Source : "Java EE - Guide de développement d'applications web en Java" par Jérôme Lafosse) Module Site Web dynamique JSP / Servlet Sujet : betaboutique Soutenance le 04 / 01 /2013 &

Plus en détail

LOSLIER Mathieu IR1 31 Mai 2011. Rapport TP Firewall

LOSLIER Mathieu IR1 31 Mai 2011. Rapport TP Firewall Rapport TP Firewall 1 Table des matières Rapport TP Firewall... 1 Introduction... 3 1. Plate-forme de sécurité étudiée... 3 2. Routage classique... 3 2.1 Mise en œuvre du routage classique... 4 2.2 Configuration

Plus en détail

GED MARKETING. Page 1 sur 18

GED MARKETING. Page 1 sur 18 GED MARKETING I. Présentation du produit... 2 II. Page principale de l application... 3 L arbre... 3 Le menu... 4 La fenêtre de navigation... 4 III. La recherche de documents... 4 Rechercher tous les documents...

Plus en détail

Architecture Orientée Service, JSON et API REST

Architecture Orientée Service, JSON et API REST UPMC 3 février 2015 Précedemment, en LI328 Architecture générale du projet Programmation serveur Servlet/TOMCAT Aujourd hui Quelques mots sur les SOA API - REST Le format JSON API - REST et Servlet API

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACTIVITE ACTIVITE N 4. Identification (objectif) de l'activité. Contexte dans lequel le projet s'inscrit

COMPTE RENDU D ACTIVITE ACTIVITE N 4. Identification (objectif) de l'activité. Contexte dans lequel le projet s'inscrit BTS INFORMATIQUE DE GESTION Option Administrateur de réseaux Développeur d applications COMPTE RENDU D ACTIVITE ACTIVITE N 4 Nom et Prénom : BUISSON Pierre-Adrien EPSI Lyon 107 rue de Marseille 69 007

Plus en détail

Transfert de fichiers EFIDEM

Transfert de fichiers EFIDEM Transfert de fichiers EFIDEM Traitement XML Format de fichier/message XML pour l envoi de SMS en mode transfert de fichiers/messages 26/10/2011 Contenu EFIDEM...2 Principe...2 Transfert de fichiers...3

Plus en détail

Cisco Unified Business Attendant Console

Cisco Unified Business Attendant Console Cisco Unified Business Attendant Console Cisco Unified Communications est un système étendu de communications IP, d applications et de produits voix, vidéo, données et mobilité. Il rend les communications

Plus en détail