Assises de l édition francophone. mercredi 29 et jeudi 30 avril salon du livre et de la presse de Genève

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Assises de l édition francophone. mercredi 29 et jeudi 30 avril 2015 - salon du livre et de la presse de Genève"

Transcription

1 Assises de l édition francophone mercredi 29 et jeudi 30 avril salon du livre et de la presse de Genève

2 Le mot du Salon Le salon du livre et de la presse de Genève est heureux de présenter ce compte-rendu de la première édition des Assises de l édition francophone qui s est tenue les 29 et 30 avril 2015 dans le cadre du 29e Salon du livre et de la presse de Genève. Dès ses débuts en 1986, la principale manifestation littéraire et éditoriale de Suisse s est inscrite comme un carrefour de l édition francophone de tous continents et un lieu d échanges et de discussions privilégié entre acteurs du monde de l écrit. C est ainsi que le Salon du livre a notamment créé en 2003 en son sein le salon africain du livre, de la presse et de la culture, établi en 2012 une place suisse qui met en valeur le dynamisme de la scène littéraire romande, et initié en 2014 un pavillon des cultures et littératures arabes. En outre, le Salon accueille chaque printemps des représentants de l édition québécoise et wallonne, plaçant ainsi Genève au cœur de l aire francophone. Comment être lu à Montréal lorsqu on écrit à Dakar? Comment ne pas brider ses expressions romandes lorsqu on envoie son manuscrit à un éditeur parisien? Comment toucher les lecteurs du sud de la Méditerranée avec un livre numérique? Ces questions, et des réponses, ont été au centre des Assises de l édition francophone qui ont réuni une centaine de participants des auteurs, éditeurs, libraires et d autres acteurs et professionnels de l édition. Nous tenons à remercier chaleureusement les intervenants de leur participation à cette première édition, et vous donnons rendez-vous en 2016 à Genève pour de nouveaux échanges à la fois informels, sérieux et concrets, conçus pour favoriser l accès de tous à la diversité des écritures en langue française et contribuer à une meilleure diffusion de ses auteurs sur les cinq continents. Isabelle FALCONNIER et Adeline BEAUX Présidente et Directrice du salon du livre et de la presse de Genève 1

3 Mercredi 29 avril Les éditions Gallimard et la francophonie: un rôle en évolution Alban CERISIER, Secrétaire général, Editions Gallimard Selon Alban Cerisier, les éditions Gallimard abordent directement la francophonie à travers leur catalogue de littérature générale avec en filigrane la question : comment rendre compte de la langue telle qu on l écrit et la lit? Cette mission est essentielle, si l on considère le français comme une langue écrite qui se parle. La diffusion écrite de la langue française par la chaîne du livre dans son entier est primordiale pour rendre compte de l état de la langue, de ses évolutions et de ses modalités d appropriation telles qu elles se forment un peu partout dans le monde. Deux possibilités s offrent à l éditeur désireux de remplir ce rôle : proposer des collections dédiées, ou donner la place aux voix francophones dans toutes ses collections. Du côté des chiffres, les ventes à l exportation dans les marchés francophones est stable, même si on observe une progression en Afrique sub-saharienne qui reste toutefois encore marginale en termes de revenus par rapport au chiffre d affaires global. Cette évolution positive en Afrique suit la courbe de celle des locuteurs. Deux éléments sont déterminants dans le succès de la diffusion hors du territoire français : le nombre de librairies par rapport à la population et le prix de vente des livres, chaque éditeur adoptant une position spécifique avec la possibilité d adapter le prix aux conditions du marché en proposant, par exemple en Afrique, des offres spéciales. Le numérique peut être un levier pour la diffusion francophone. La question des droits d auteur n est pas un problème puisque les éditeurs les détiennent. Les difficultés sont plutôt d ordre juridique et technique : pour diffuser le numérique, il faut être capable de gérer correctement les questions de TVA, de devises et des droits des consommateurs du pays concerné. Ce sont des domaines complexes, surtout dans les cas où les libraires ou les distributeurs manquent de capacités pour gérer correctement l accès au catalogue. En attendant que les conditions d équipement des revendeurs et des consommateurs s améliorent, le prêt numérique, en partenariat avec les instituts et les bibliothèques, peut offrir des réponses intéressantes. Face à face entre un diffuseur de littérature africaine et un libraire suisse Isabelle GREMILLET, Directrice commerciale, L Oiseau Indigo diffusion Pascal VANDENBERGHE, Président-directeur général, Payot Le débat entre Isabelle Grémillet, Directrice commerciale du diffuseur L Oiseau Indigo, et Pascal Vandenberghe, Président Directeur Général de Payot Suisse, a relevé l importance pour les libraires de s ouvrir au monde, au-delà de la littérature. Pour Isabelle Grémillet, il est nécessaire de «trouver une forme efficiente et professionnelle pour que les livres circulent et arrivent dans les librairies, leur place naturelle». Cela demande de mettre en œuvre toute une chaîne de production et de diffusion. Pascal Vandenberghe souligne que les problèmes de diffusion et de visibilité ne sont pas l apanage des pays du Sud. Un auteur aura plus de chances s il est publié dans la collection d une grande maison que s il est publié par un éditeur du Sud, principalement pour des questions d encombrement et de «puissance de feu». Cependant, la mise en rayon ne suffit pas. Mieux vaut développer des espaces thématiques qui donnent un coup de projecteur sur une production, multi-éditeur en général. La biblio-diversité est essentielle. Payot compte près de références dont 60% des titres ne sont vendus qu entre 1 et 5 exemplaires sur l année dans l ensemble du réseau. Comme pour les éditeurs qui ont besoin de quelques best-sellers pour pouvoir publier des livres plus difficiles, les libraires doivent trouver le bon équilibre. Dans ses magasins, Payot organise des journées-rencontres au cours desquelles libraires et représentants de maisons d éditions, petites et grandes, se présentent, débattent et peuvent mettre ainsi en avant leurs ouvrages. Cela permet surtout aux éditeurs de défendre une ligne éditoriale qui sera ensuite relayée par des médiateurs que sont les libraires, les journalistes et les bibliothèques. Isabelle Grémillet abonde dans ce sens. Après les étapes techniques à mettre en place, il faut créer un «réseau de conviction.» Pour le lecteur-consommateur lambda, la marque a finalement assez peu d importance, ajoute le président de Payot. Le lecteur suit l écrivain qu il apprécie, et non pas la maison d édition. Au-delà des questions d édition et de diffusion, il y a aussi les problématiques liées aux conditions des libraires des pays du Sud. L AILF, l Association internationale des libraires francophones, dont Payot fait partie, a pour vocation de favoriser les liens entre les librairies des pays riches du Nord et des pays du Sud pour leur apporter un soutien. 2

4 Mercredi 29 avril La question de la diffusion vue d Afrique sub-saharienne Abdoulaye Fodé NDIONE, Président, Afrilivres Afrilivres est un collectif de 33 éditeurs de 13 pays d Afrique subsaharienne créé en Il a pour objectif de renforcer les capacités professionnelles de l édition et de la diffusion africaines francophones, encourager la création de politiques nationales du livre dans les pays concernés et renforcer les langues nationales. La diffusion pose problème sur le continent car elle est trop faible pour absorber la capacité éditoriale africaine. L améliorer est donc un défi fondamental à relever pour que l ensemble de la chaîne du livre évolue positivement. Des partenariats sont bien sûr créés pour permettre aux livres du Sud d arriver dans les pays du Nord. Mais les efforts doivent avant tout porter sur l amélioration de la diffusion entre les pays africains eux-mêmes, voire d une ville à l autre. L avenir de l édition dépend de la capacité à diffuser, donc à vendre, les ouvrages. Afrilivres est en recherche de solutions pour atteindre cet objectif. Et ce pour tous les membres du collectif, quelles que soient leur taille ou leur provenance. Les discussions se passent à divers niveaux : Peser sur les décisions gouvernementales, afin que des plans nationaux du livre soient engagés, ainsi que l instauration d une détaxe ; Rechercher des pistes avec l Organisation internationale de la Francophonie (OIF) ; Trouver de nouveaux partenaires de diffusion dans l hémisphère nord. Les éditeurs africains prennent également en compte le numérique qui doit encore se développer sur le continent. La question du livre africain doit être réglée en Afrique. Des formations sont mises en place pour renforcer la capacité de diffusion et encourager le développement d un secteur porteur. Quelle politique culturelle pour encourager la lecture et l écriture? Le cas marocain Mohammed Lotfi M RINI, Secrétaire Général, Ministère de la Culture du Maroc Mohammed Lotfi M rini, secrétaire général du Ministère de la Culture du Maroc commence son intervention en rappelant que la nouvelle constitution marocaine donne des droits culturels qui induisent la mise en œuvre d une politique dans les langues arabe, berbère et sahraouie. La démarche en cours doit tenir compte d un contexte précis en ce qui concerne le livre et la lecture. Le niveau d alphabétisation au Maroc atteint les deux tiers de la population. L oralité y reste très forte, et la société ballotte entre cet héritage et l attrait moderne pour l image. Le territoire est immense et parfois difficile d accès. Une classe moyenne émerge au Maroc. Presque 40% de la population a aujourd hui un pouvoir d achat qui lui permet un accès aux biens culturels et aux loisirs. 70 maisons d édition, très concentrées géographiquement, produisent environ livres par an qui sont vendus dans près de 350 librairies. Il était donc temps pour l Etat, d encourager le développement de ce secteur. En 2014, un appel à projets a été lancé, prévoyant divers soutiens financiers : aux résidences d auteurs pour écrire, aux éditeurs pour pouvoir publier, aux revues papier pour lancer des versions électroniques, à l organisation de salons du livre, à la création de librairies et à la publication de livres adaptés aux personnes handicapées. 300 projets ont ainsi été retenus en 2014, et presque autant pour le premier trimestre Ces efforts doivent permettre à la chaîne du livre de passer d une activité artisanale à un travail plus formalisé et créateur d emplois. Par ailleurs, afin de répondre au mandat constitutionnel garantissant l accès aux livres, le gouvernement apporte, en partenariat avec les régions, un soutien à la création de bibliothèques organisant, par exemple, des bibliobus dans les régions plus reculées. Deux conditions doivent être remplies pour que cette politique se déploie avec efficacité : l apprentissage de la lecture à l école et un rattrapage du retard pris par certaines collectivités locales dans l aménagement d infrastructures. 3

5 Mercredi 29 avril Table ronde : le français a t-il perdu la bataille de l international? Fathi DERDER, Conseiller national et Président de la délégation suisse auprès de l Assemblée parlementaire de la Francophonie Jean-Baptiste DUFOUR, Directeur de la diffusion, Servidis Jean-Frédéric JAUSLIN, Ambassadeur de Suisse auprès de l Organisation Internationale de la Francophonie et de l Organisation des Nations Unies pour l éducation et la culture Boniface MONGO-MBOUSSA, Auteur et critique littéraire Richard PRIEUR, Directeur Général, Association nationale des éditeurs de livres (Canada) Les participants à cette table ronde s accordent à dire qu il n y a pas lieu de parler de bataille. Selon Fathi Derder, conseiller national (membre du parlement fédéral) et président de la délégation suisse auprès de l Assemblée parlementaire de la Francophonie, «les langues ne se battent pas les unes contre les autres». Le représentant permanent de la Suisse auprès de l OIF et de l UNESCO, l ambassadeur Jean-Frédéric Jauslin, rejoint cet avis en précisant que «le français est une langue ouverte». Les perspectives de l OIF sont positives en ce qui concerne l évolution de la langue. Certaines projections estiment que, durant les trente prochaines années, le nombre de locuteurs du français pourrait tripler et atteindre 750 millions d individus. D autres perspectives disent qu au contraire le nombre de locuteurs diminuera. Tout dépendra de ceux qui pratiquent la langue qui est présente sur cinq continents. Il y a un énorme enjeu en Afrique où les jeunes peuvent abandonner le français et faire le choix de langues locales ou de l anglais parce qu il y aura de meilleures offres de formation supérieure. Une piste serait de proposer un maximum de cours en ligne en français pour permettre de suivre une formation complète de très haut niveau à distance à un coût réduit. Il faut donner envie aux jeunes d apprendre en français, par intérêt culturel mais aussi pour des raisons économiques. Jean-Baptiste Dufour, Directeur commercial du diffuseur suisse Servidis, note que le réseau de lycées français et de l Alliance française joue un rôle important dans le maintien de la francophonie, même dans des pays non francophones. Richard Prieur, directeur général de l Association nationale des éditeurs de livres, explique que le Québec est aujourd hui une terre d accueil pour la francophonie. Plusieurs lois adoptées au cours des 40 dernières années ont permis au français de reconquérir sa place prépondérante face à l anglais. Au Québec, on ne défend pas la culture française, mais la langue, le français nord-américain. Le lien avec la France a été interrompu il y a 3 siècles lorsque cette dernière a cédé la province aux Britanniques. Il n y a pas eu de décolonisation. Le Canada n est pas un pays bilingue, le Québec est francophone et le Canada est anglophone. Du côté de la francophonie en Afrique, Boniface Mongo- Mboussa, auteur, critique littéraire, estime que la langue française est devenue une langue africaine. Il ne faut toutefois pas oublier ni évacuer l histoire, sans quoi il y aura des ratés, des malentendus et un manque aux mémoires. Même en littérature, il arrive que les écrivains français ne se considèrent pas comme francophones. Selon Fathi Derder, l histoire est certes indispensable mais ne doit pas être réduite à la relation France-Afrique qui pèse sur le développement de la francophonie. Jean-Frédéric Jauslin relève qu au sein de l OIF, les dialogues ne sont plus bilatéraux mais multilatéraux. Le français officiel, souvent pensé comme celui de Paris (il est parfois difficile de faire admettre aux Parisiens que les classiques français ne sont plus limités aux écrivains français, note Jean-Baptiste Dufour) est d une grande diversité entre les divers pays parlant le français et au sein même d un pays. L enjeu est de s ouvrir au monde et développer la francophonie. 4

6 Mercredi 29 avril Face à face entre un critique littéraire et une éditrice belge Jean-Baptiste HARANG, Journaliste et Auteur Luce WILQUIN, Fondatrice, Editions Luce Wilquin Comment faire lorsqu on est un éditeur «non français» ou de province pour toucher le public français? Luce Wilquin a fait le choix d installer sa maison en campagne belge, «loin des centres un peu imposants», répétant que sa patrie «est la langue française, pas un pays ni même une région». Elle éprouve les mêmes difficultés pour faire connaître ses auteurs et ouvrages que les éditeurs de province. Jean-Baptiste Harang, critique littéraire pendant 20 ans à Libération, aujourd hui chroniqueur au Magazine littéraire et auteur lui-même, donne son explication : «mon métier n était pas de vendre des livres, mais de vendre un journal». Quand on doit attirer des lecteurs sur des articles, on doit aller au plus connu. Aujourd hui, le supplément de Libération compte huit pages, contre seize à vingt au départ. Moins de pages signifie souvent un accès encore plus difficile pour les éditeurs éloignés. Reste qu une couverture parisienne fait toujours office de validation de la valeur d un livre. Elle peut aussi avoir pour conséquence d amener un auteur à quitter son ancien éditeur pour rejoindre une grande maison établie dans la capitale. Il y a néanmoins un avenir pour les petites maisons d édition, en France et ailleurs, qui assument toujours un rôle de découvreur de talents, ce que de grandes maisons renoncent à faire, préférant «faire leur marché» chez les petits éditeurs. L impact d un article reste difficile à mesurer. En revanche, le bouche à oreille, gage de qualité pour le critique littéraire, reste une valeur sûre pour vendre un livre. Luce Wilquin acquiesce, y ajoutant un nouveau vecteur, les blogs littéraires où l on partage ses goûts. Serait-ce la fin de la critique littéraire au sens noble du terme qui décortique le processus de fabrication d un livre? Les deux intervenants le pensent. «La vraie critique se fait à l Université», précise Jean-Baptiste Harang. Face à face entre un diffuseur français et une éditrice Suisse Caroline COUTAU, Directrice, Editions Zoé Karima GAMGIT, Directrice Générale de Volumen et Loglibris Quelles sont les démarches à entreprendre pour que les petits éditeurs suisses se fassent entendre et que les gens ouvrent les livres qu ils publient? Volumen diffuse des éditeurs en langue française, peu importe leur origine. «Nous sommes diffuseurs, nos critères sont commerciaux et non pas financiers», explique Karima Gamgit, sa directrice générale. Le libraire doit repérer une maison d édition, et si cette dernière ne produit pas suffisamment, il y a un manque de visibilité. Le succès commercial passe aussi par une ligne éditoriale cohérente car les rayons des librairies sont segmentés. Le diffuseur n a pas de regard éditorial sur la production d un éditeur. Des réunions sont organisées avec les nouveaux éditeurs pour se faire connaître par les commerciaux. Une relation indispensable se développe, même si cela peut être plus compliqué à organiser lorsqu il y a une distance physique, par exemple avec un éditeur québécois ou belge. Caroline Coutau, directrice des éditions Zoé, relève qu il est plus aisé de traverser les frontières entre la Suisse alémanique et l Allemagne qu entre la Suisse romande et la France. Est-ce une frontière culturelle? Serait-ce dû aux lecteurs? Aux éditeurs? Reste qu il est important pour un éditeur romand de développer un réseau commercial et culturel avec la France. De nombreux moyens sont déployés pour attirer l attention des libraires sur les ouvrages. Une nouvelle profession a récemment vu le jour : la sur-diffusion. Ce métier n est ni éditeur, ni diffuseur mais entre les deux. Le sur-diffuseur connaît très bien les libraires et ne fait pas partie de la maison de diffusion. C est aussi devenu le travail de l éditeur d aller voir les libraires, notamment ceux qui réalisent les meilleures ventes. Le succès commercial d un livre dépend de plusieurs facteurs dont le travail de l éditeur et celui du diffuseur qui positionne le livre sur le marché et s efforce d être le bon relais au bon endroit et au bon moment. Ensuite, le livre fait son chemin. 5

7 Jeudi 30 avril Édition francophone: marché de la création ou marché de la demande? Alain KOUCK, Président, Editis Alain Kouck, président d Editis, observe que tout le monde veut écrire. Depuis toujours, l être humain cherche à transmettre, témoigner et partager. Le livre accompagne l individu, dès son plus jeune âge, tout au long de sa vie. L offre est multiple : en France, le nombre de titres a augmenté de 10% entre 2012 et 2013 et atteint aujourd hui par an. Fort de ce constat, Alain Kouck répond sans équivoque à la question initiale: «nous sommes aujourd hui dans un marché de la création, et donc dans un marché de l offre». Ne devrait-on pas plutôt se demander s il y a un risque d évoluer vers un marché de la demande? L apparition d internet a chamboulé le monde littéraire. Amazon, Google et Apple ont joué un rôle déterminant. Tous trois ont misé sur le livre comme produit culturel pour séduire les consommateurs, amenant le lecteur à devenir un consommateur. On peut aujourd hui commander en ligne et lire sur une tablette via internet. Au sein d Editis la vente en ligne continue de progresser. Livre papier et livre numérique ne s opposent pas pour autant : «Oui, il y a une vraie fracture. Le livre est un contenu, mais pas seulement. C est aussi un objet que l on aime, que l on collectionne et que l on range dans une bibliothèque et que l on prête. On ne le jette pas». Le rapport au livre numérique est différent. On consulte et on utilise un contenu, d où un côté éphémère. Alain Kouck relève également l influence croissante des réseaux sociaux dans leur rôle prescripteur. Les liseuses numériques, devenues plus abordables, se sont démocratisées. A cela s ajoute qu en version numérique le livre coûte entre 40 et 50% de moins que le livre papier. Si le lecteur est fidèle au livre, le consommateur est pluriel : il compare les offres et effectue ses choix sur des critères économiques et pratiques. La facilité et le confort sont des points critiques. Pour les gros lecteurs, même s ils sont attachés au livre papier, pouvoir lire deux livres au prix d un seul change la donne. Le monde de l édition évolue. Les consommateurs exercent une influence croissante sur les questions commerciales, de support et de diffusion, mais pas sur la création ni l édition. Alain Kouck illustre son propos avec le cas d Amazon qui souhaite devenir éditeur ce qui, selon lui, est une erreur. Amazon a beau connaître les envies de ses clients, ces derniers ne créent ni n inventent rien. Il note toutefois une plus grande fréquence de succès mondiaux. Faut-il y voir une uniformisation des goûts, ou une capacité améliorée de diffusion? Au vu de la volonté des nouveaux acteurs de transformer le marché, ces changements sont un risque pour les éditeurs. Est-ce une raison d avoir peur? Non, assure Alain Kouck. Les éditeurs francophones ont les ressources nécessaires pour faire face. Ils doivent accepter que le lecteur est aussi un consommateur qu ils doivent séduire en adoptant un degré d exigence toujours plus élevé en termes de contenu, mais aussi de graphisme et de qualité de papier, ainsi qu en offrant un prix compétitif. Un autre aspect capital est la question du droit d auteur, aujourd hui menacé, et qui doit être protégé. Alain Kouck réfute l idée que le droit d auteur freine la circulation des œuvres et rappelle que l auteur n est rémunéré que par son œuvre. Il ajoute que le réseau de prescription constitué par les libraires et points de ventes (plus de en France) doit aussi être défendu. Et de citer l exemple de deux métiers qui ont évolué vers un marché de la demande, la vidéo et la musique, qui ont vu la disparition des vidéos clubs et des disquaires. «On doit montrer qu on est moderne et que l on trouve des solutions pour laisser au consommateur le choix. Les libraires aujourd hui doivent pouvoir proposer une offre numérique, une offre de e-commerce et une offre physique.» La chaîne du livre doit se renforcer : «chaque faiblesse profite aux nouveaux acteurs. En Angleterre, 80% du marché numérique et du livre papier e-commerce est aujourd hui pris par Amazon». C est à l Union européenne de mettre en place des règles, notamment sur le plan fiscal, qui permettent à une concurrence libre et ouverte de s affronter sur un pied d égalité, et d éviter ainsi l émergence de monopoles. L édition francophone aime débats internes pendant que le monde change. Il faut veiller à ce que le métier d éditeur reste un métier de création conclut-il. 6

8 Jeudi 30 avril Table ronde : le français face aux langues françaises? Emmanuel KHERAD, Journaliste et producteur de «La librairie francophone», Radio Canada, RTBF, RTS, Radio France Venance KONAN, Auteur et Directeur général, Fraternité Matin Abdellatif LAABI, Auteur Marie LABERGE, Auteur Christine LE QUELLEC COTTIER, Maître d enseignement et de recherche, Université de Lausanne Table ronde enrichissante et débat nourri autour de la relation entre le «français de France» et les langues françaises: «se censure-t-on lorsqu on écrit à Lausanne, Bruxelles, Rabat ou Québec? Les auteurs adaptent-ils leur langue?» Selon Marie Laberge, auteur québécoise, les différences de la langue enrichissent le texte, elles le texturent et lui donnent sa vitalité. «On ne peut pas écrire comme on n est pas.» Abdellatif Laâbi, auteur marocain, acquiesce : si on s autocensure, on ne va pas au fond de soi-même, de ce qu on veut exprimer. La langue française est comme une grande maison commune que l on meuble à sa guise. Il y a des primo arrivants et ceux qui sont venus par la suite mais chacun a les mêmes droits sur cette maison qui appartient à tous. Les littératures francophones ont grandi. Il n y a plus de complexes. Emmanuel Khérad, journaliste et producteur, ajoute qu il faut se retrouver dans cette maison commune pour militer et défendre la langue française et la francophonie en général. Doit-on alors parler de langues françaises au pluriel? Les cas sont différents. En Romandie, c est une langue maternelle alors qu en Afrique c est le plus souvent une deuxième langue observe Christine le Quellec Cottier, maître d enseignement et de recherche à l Université de Lausanne. Un décentrement est en cours car tous ces français sont vivaces et découverts avec plaisir par les lecteurs. Le français s enrichit même si la langue est normée. Venance Konan, écrivain et journaliste, observe que même en Côte d ivoire on a la tentation d écrire en «bon français de France» plutôt qu en français ivoirien. Ahmadou Kourouma a ouvert une nouvelle voie en osant utiliser sa propre langue. Le terme de francophonie reflète-t-il encore la réalité d aujourd hui? La littérature est mondiale et il y a forcément des lecteurs éloignés de la réalité de l auteur. Ecrire signifie rester soi-même face à cette mondialisation en évitant une langue «passe-partout». La langue française bouge. La rigueur est dans l authenticité et l intégrité de l écriture, mais pas obligatoirement dans ce qu en pense l Académie française. 7

9 Jeudi 30 avril Table ronde : le numérique au service de l édition francophone Christian GALLIMARD, Fondateur et Directeur, Editions Calligram Vincent MONTAGNE, Président du Syndicat national de l édition (France) et Président Directeur Général de Média participations Jean PETTIGREW, Auteur et Directeur éditorial, Editions Alire Juan PIRLOT DE CORBION, Président Directeur Général, YouScribe Jean RICHARD, Directeur des Editions d En Bas et des Editions Réalités Sociales Le numérique est présent dans l industrie de l édition depuis plus de 40 ans. Aujourd hui, il ne concerne plus seulement la chaîne de production, mais aussi les lecteurs. Sous forme de vente ou de prêt, il offre des possibilités complémentaires au livre papier. Jean Pettigrew, directeur éditorial des Editions Alire (Canada), d ajouter que chacun peut produire et publier sur le web. Le matériau brut que les éditeurs ont toujours vu est maintenant dévoilé aux yeux du public. Ce qui change, selon Vincent Montagne, PDG de Média- Participations et président du Syndicat national de l édition (SNE), c est l accès direct des distributeurs numériques à la connaissance intime des choix culturels et des habitudes de lecture de chacun. En théorie, la richesse de l offre est exceptionnelle mais, en pratique, le catalogue est si vaste que le choix risque de se faire principalement sur des bouquets numériques ou des best-sellers, au détriment de la diversité éditoriale que peut présenter une librairie physique. La création éditoriale est menacée par l importance croissante de ces opérateurs dont le métier n est pas d assurer la rémunération des auteurs, mais au contraire d écraser les prix. Il faut donc veiller à ce que le prix d un livre ne soit pas déterminé par la valeur qu on attribue au fichier d un lecteur, dont la valeur sera exploitée économiquement pour d autres usages. Si la lecture reste la même, quel que soit le support, la valeur d un texte est déterminée par la qualité du travail de l auteur et de l éditeur. Quelle doit être cette valeur pour éviter les risques de piratage du numérique? L un des moyens les plus efficaces face au piratage est de proposer des produits interactifs qui nécessitent une connexion qui offre un meilleur contrôle. A cela s ajoute que le numérique s impose plus facilement sur de grands territoires où la diffusion est compliquée avec, parfois, des cadres juridiques faibles. Comment, dès lors, assurer une rémunération permettant aux créateurs de produire? Faut-il imaginer de nouveaux paramètres de rétribution de la création qui ne seraient plus uniquement basés sur un prix et des ventes? Reste que cela ne résout pas forcément la situation actuelle de «surproduction» où seulement 1% des manuscrits reçus par les éditeurs sont publiés. La question du temps de lecture vis-à-vis d autres offres de loisirs culturels est également capitale d après Juan Pirlot de Corbion, PDG de YouScribe, avec pour conséquence un temps moyen de lecture hebdomadaire en diminution. Jean Richard, Directeur des Editions d En Bas et des Editions Réalités Sociales, observe que lire et écrire ne sont pas des choses naturelles : on les apprend. Or, le développement cognitif fonctionne différemment selon que l on utilise un support numérique ou du papier. Il est primordial de cultiver le goût de la lecture, qu elle soit linéaire ou en hypertexte. Christian Gallimard, Directeur des Editions Calligram, voit le futur de l édition comme un centre de création qui met tout en base de données puis qui pilote la structuration des créations sur différents supports en fonction de la demande. Le numérique va devenir de plus en plus compétitif et il ne faut pas se cantonner à une conception éditoriale occidentale et francophone. Ce qui se passe en Chine ou ailleurs pourrait un jour modifier nos usages. 8

10 Jeudi 30 avril Face à face entre un auteur suisse et une éditrice française Thomas SANDOZ, Auteur Héloïse D ORMESSON, Fondatrice, Editions Héloïse d Ormesson Pourquoi un auteur hors France souhaite-t-il toujours être édité à Paris, certains poursuivant ce but comme le Graal? Et pour les éditeurs parisiens, éditer un auteur d un autre pays, est-ce une fleur qu ils lui font? Héloïse d Ormesson, fondatrice de la maison d édition éponyme, et Thomas Sandoz, auteur neuchâtelois, échangent sur cette relation. Pour Thomas Sandoz, qui a été publié par différentes maisons régionales, mais également parisiennes (PUF, Le Seuil, Grasset & Fasquelle), éditer ici ou à Paris est forcément différent. De par la taille des maisons, les mécanismes de sélection des manuscrits, le processus de fabrication, le service de presse, la réception en Romandie des ouvrages venus de France, et ainsi de suite. Malgré des expériences positives en Suisse romande, Thomas Sandoz avait à cœur d être publié à Paris, en précisant d emblée qu il y a aussi «plusieurs Paris», de nombreuses maisons, collections, genres, quartiers, avec une hiérarchie assez fine. Une des raisons de ce désir était pragmatique. Tout auteur a envie d être lu. Or il est très difficile, voire exceptionnel, pour un éditeur suisse de pouvoir passer la frontière. L inverse est par contre naturel. Être publié à Paris, c est donc pouvoir bénéficier d une diffusion et d une distribution optimale, y compris dans son propre pays. De plus, être édité par une maison parisienne reconnue donne plus facilement accès aux grands médias, en France comme en Suisse. Et puis, il faut aussi reconnaître qu être un auteur suisse édité à Paris donne un certain crédit symbolique. Cela peut à l occasion faciliter la quête de subventions auprès de fondations privées ou des pouvoirs publics, sensibles, à tort ou à raison, à cette validation. Selon Héloïse d Ormesson, ce qui compte c est le texte, pas l origine des auteurs dont elle découvre les écrits avant leur adresse. Lorsqu on aime un texte, on a à cœur de le porter et de le défendre. Ce n est pas forcément plus difficile de promouvoir un auteur non français. Parfois, cela peut même être un avantage grâce à l intérêt suscité. À la question de savoir si la langue pratiquée ailleurs qu en France est un obstacle, l éditrice répond par la négative. Tant que les mots utilisés ne déroutent pas le lecteur au point qu il arrête sa lecture, pas de problème. Quand c est le cas, Héloïse d Ormesson avertit l auteur et lui propose d adapter la langue. Mais c est lui seul qui choisit de le faire, ou non. Thomas Sandoz abonde dans ce sens. Il n est pas gêné par l idée d éviter, par exemple, certains helvétismes qui pourraient freiner la réception de son texte. C est une question d équilibre. «Ce qui m intéresse est de faire passer des émotions à travers des mots, quels qu ils soient». L édition francophone a-t-elle des leçons à tirer de l édition anglophone? Le cas du Canada Richard PRIEUR, Directeur Général, Association nationale des éditeurs de livres Pour Richard Prieur, directeur général de l Association nationale des éditeurs de livres, la bataille démographique est perdue avec 7 à 8 millions de francophones dans une mer de 300 millions d anglophones. De plus, au niveau du lectorat, le taux d analphabétisme fonctionnel (être à peine capable de lire et comprendre un article de journal) frise presque la moitié de la population, ce qui pose un sérieux problème lorsqu il s agit de littérature. Le Québec est une minorité encerclée par la culture anglosaxonne mais qui a réussi à conserver ses éditeurs alors que les auteurs anglophones au Canada passent en majorité par des entreprises américaines et britanniques. La situation particulière du Québec fait qu il s est doté de règlementations pour promouvoir la chaîne du livre, de bibliothèques publiques et d un réseau de librairies pour approvisionner le public et les collectivités. Le marché des collectivités publiques appartient d ailleurs à des librairies agréées qui ont l obligation de tenir un stock d ouvrages québécois. Les bibliothèques doivent s approvisionner dans les librairies de la région. Du coup, les librairies sont présentes partout. Il y a aussi une législation sur le français qui a fonctionné et protégé la langue. L édition québécoise peut sembler très subventionnée mais c est la condition de sa survie. Bon an mal an, elle publie près de titres par an. Sans protection, elle s éteindrait. A la base de ce soutien, il y a le puissant courant identitaire qui l anime encore. Le jour où ce courant s essoufflera, l édition québécoise s essoufflera elle aussi. Des efforts sont à faire du côté des exportations qui ne sont pas subventionnées. Tout ne passera pas uniquement par le numérique car il y a encore un désir profond du lecteur francophone partout de tenir dans ses mains un livre qui vient d ailleurs, avec ses québécismes et son glossaire. L édition francophone a-t-elle des leçons à tirer de l édition anglophone? «La réponse est oui, mais il s agit plutôt de ce qu il ne faut pas faire», conclut Richard Prieur. 9

11 Alban Cerisier Abdoulaye Fodé N dione

12 Fathi Derder et Jean-Baptiste Dufour Luce Wilquin Caroline Coutau et Karima Gamgit

13 Alain Kouck Vincent Montagne Richard Prieur

14 Abdellatif Laâbi, Venance Konan, Emmanuel Khérad, Christine Le Quellec Cottier et Marie Laberge Christian Gallimard, Vincent Montagne, Jean Pettigrew, Juan Pirlot de Corbion et Jean Richard

15 Photos Palexpo-Pierre Albouy Ces résumés sont basés sur des notes et peuvent ne pas refléter la totalité ou l exactitude des propos tenus par les intervenants lors des Assises de l édition francophone. Nous tenons à exprimer nos plus vifs remerciements aux modérateurs des sessions : Jean-Philippe Rapp (modérateur principal), David Brun Lambert, Isabelle Falconnier, Christophe Passer et Olivier Toublan Responsable des Assises de l édition francophone 2015 : Olivier Borie, Chargé de Projets, Palexpo SA

16 Avec le soutien de:

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Préambule Les pratiques culturelles des Français connaissent depuis plusieurs années déjà de profondes mutations 1.

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD

LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD 2 I Charte du livre EIBF La fédération européenne et internationale des libraires représente

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter Collecter de nouveaux Leads avec Twitter 05/05/2015 Comment générer de l intérêt pour votre marque sur Twitter? Comme tout autre réseau social, Twitter représente une bonne opportunité pour faire connaître

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE 2013 BISCARROSSE NUMERIQUE

ASSEMBLEE GENERALE 2013 BISCARROSSE NUMERIQUE ASSEMBLEE GENERALE 2013 BISCARROSSE NUMERIQUE LES OUTILS NUMERIQUES LES SMARTPHONES 33,4% d équipement en France en 2011 46,6% en 2012, la progression est rapide Source : Médiamétrie LES CHIFFRES DU SMARTPHONE

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Prix. mobiliser les acteurs et assurer le risque OCIRP. pour faire avancer la cause du handicap. Acteurs Economiques & Handicap

Prix. mobiliser les acteurs et assurer le risque OCIRP. pour faire avancer la cause du handicap. Acteurs Economiques & Handicap Prix OCIRP Acteurs Economiques & Handicap mobiliser les acteurs et assurer le risque pour faire avancer la cause du handicap Le Prix OCIRP Acteurs Économiques & Handicap Un prix référence un jury reconnu

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Loyauté entre acteurs économiques Thème de la journée de consultation : Loyauté

Plus en détail

Catalogue de formation 2012

Catalogue de formation 2012 Catalogue de formation 2012 www.h-conseil.com H comme Humain H Conseil est une société de conseil et de formation basée à Saint Nazaire et opérant partout, aussi bien en France qu à l étranger. La conviction

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

ésultats RÉ/USSISSEZ tous vos projets avec les courtiers les plus performants de l industrie!

ésultats RÉ/USSISSEZ tous vos projets avec les courtiers les plus performants de l industrie! RE/NOMMÉS pour leurs performances, leur efficacité et leur implication, les courtiers RE/MAX se distinguent également par leur connaissance approfondie du marché, et le grand nombre d outils et de ressources

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

CANAPE.Net QUALITE CREDIBILITE EXPERIENCE. «La meilleure publicité n est pas une publicité»

CANAPE.Net QUALITE CREDIBILITE EXPERIENCE. «La meilleure publicité n est pas une publicité» 1 CANAPE.Net L UNIQUE WEBZINE ET MEDIA VECTEUR D INFLUENCE AUTOUR DU CANAPE Les offres classiques de publicité peuvent être rejetées par les internautes, d où la difficulté à générer de l engagement. Nous

Plus en détail

La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges

La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges Corporate Creative Strategies (www.ccstrategies.be), une agence belge de communication spécialisée en communication corporate, a

Plus en détail

Profession PHOTOGRAPHE INDÉPENDANT. Éric Delamarre. Groupe Eyrolles, 2009, 2011, ISBN : 978-2-212-67338-8. 2 e édition

Profession PHOTOGRAPHE INDÉPENDANT. Éric Delamarre. Groupe Eyrolles, 2009, 2011, ISBN : 978-2-212-67338-8. 2 e édition Profession PHOTOGRAPHE INDÉPENDANT Éric Delamarre Groupe Eyrolles, 2009, 2011, ISBN : 978-2-212-67338-8 2 e édition Avant-propos Être photographe professionnel indépendant, c est avant tout concevoir,

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010)

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Les associations, souvent financées par des fonds publics doivent aujourd hui faire face à une diminution

Plus en détail

Faire avancer la cause du handicap, pour l OCIRP, c est être capable d en assurer aussi le risque et d en mobiliser les acteurs

Faire avancer la cause du handicap, pour l OCIRP, c est être capable d en assurer aussi le risque et d en mobiliser les acteurs Prix OCIRP Acteurs Économiques & Handicap Faire avancer la cause du handicap, pour l OCIRP, c est être capable d en assurer aussi le risque et d en mobiliser les acteurs Le Prix OCIRP Acteurs Économiques

Plus en détail

Salon du livre de Montréal 2014. Table ronde. «Les processus d achat des bibliothèques : nouveaux modèles d affaires, nouvelles façons de travailler»

Salon du livre de Montréal 2014. Table ronde. «Les processus d achat des bibliothèques : nouveaux modèles d affaires, nouvelles façons de travailler» Salon du livre de Montréal 2014 Table ronde «Les processus d achat des bibliothèques : nouveaux modèles d affaires, nouvelles façons de travailler» Journée des professionnels du livre 21 novembre 2014

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

mobiliser les acteurs et assurer le risque

mobiliser les acteurs et assurer le risque Prix OCIRP Acteurs Economiques & Handicap mobiliser les acteurs et assurer le risque pour faire avancer la cause du handicap Le Prix OCIRP Acteurs Économiques & Handicap Un prix référence un jury reconnu

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 27/03/12 Contact presse: Alexandre Billaud 06.72.87.32.15 - abillaud@bookly.fr

DOSSIER DE PRESSE 27/03/12 Contact presse: Alexandre Billaud 06.72.87.32.15 - abillaud@bookly.fr DOSSIER DE PRESSE 27/03/12 Contact presse: Alexandre Billaud 06.72.87.32.15 - abillaud@bookly.fr 2,5 millions de Français rêvent de se faire publier*! Un constat sans appel : Difficile d être édité, même

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2013-2015

Plan d action de développement durable 2013-2015 Plan d action de développement durable 2013-2015 Une production de l Institut national d excellence en santé et en services sociaux Le contenu de cette publication a été rédigé et édité par l INESSS. Ce

Plus en détail

Dossier de presse Animation Numérique de Territoire

Dossier de presse Animation Numérique de Territoire Dossier de presse Animation Numérique de Territoire Contact : Laure Dubois : contact@animateurnumeriquedeterritoire.com Site web : www.animateurnumeriquedeterritoire.com Offices de Tourisme de France Fédération

Plus en détail

Jeunes sur la piste du patrimoine mondial Programme de jumelage scolaire 2015-2016. Projet

Jeunes sur la piste du patrimoine mondial Programme de jumelage scolaire 2015-2016. Projet Jeunes sur la piste du patrimoine mondial Programme de jumelage scolaire 2015-2016 Projet LA DESCRIPTION DU PROJET Jeunes sur la piste du patrimoine mondial consiste à jumeler des écoles situées dans les

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Avis n 30 du Conseil du livre sur le projet de création d une «Banque du livre» en Communauté française Wallonie- Bruxelles

Avis n 30 du Conseil du livre sur le projet de création d une «Banque du livre» en Communauté française Wallonie- Bruxelles Avis n 30 du Conseil du livre sur le projet de création d une «Banque du livre» en Communauté française Wallonie- Bruxelles - Février 2002 - L Argumentaire sur la situation du livre et la lecture en Communauté

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Plus qu une entreprise... Un réseau

Plus qu une entreprise... Un réseau Société GRICS Plus qu une entreprise... Un réseau De par sa nature, la Société GRICS n est pas une entreprise comme les autres : elle est un regroupement, au centre d un réseau qui réunit l ensemble des

Plus en détail

DOSSIER DE PARTICIPATION

DOSSIER DE PARTICIPATION DOSSIER DE PARTICIPATION " Marquez une page de votre entreprise avec les Trophées de la performance environnementale 2014 " L ENVIRONNEMENT ET MON ENTREPRISE... Vous avez à cœur de développer votre activité

Plus en détail

Communiqué de presse. www.epim-mis.com. Une longueur d avance

Communiqué de presse. www.epim-mis.com. Une longueur d avance 13/02/2009 Communiqué de presse Vivre et pratiquer l international à Marseille, c est possible L Ecole Privée Internationale de Marseille organise le 1 er Salon des Acteurs de la Vie Internationale à Marseille

Plus en détail

CPIE Corte Centre Corse A Rinascita. Coordination régionale de la Fête de la Science. Guide. Appel à projets

CPIE Corte Centre Corse A Rinascita. Coordination régionale de la Fête de la Science. Guide. Appel à projets CPIE Corte Centre Corse A Rinascita Coordination régionale de la Fête de la Science Guide Appel à projets PREAMBULE LA FETE DE LA SCIENCE 2014 EN CORSE Depuis 3 ans le CPIE Corte Centre Corse, Pôle Territorial

Plus en détail

SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR LES BESOINS DES CONSEILS ET LES MOYENS D Y RÉPONDRE SYNTHÈSE DU SONDAGE ET RECOMMANDATIONS

SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR LES BESOINS DES CONSEILS ET LES MOYENS D Y RÉPONDRE SYNTHÈSE DU SONDAGE ET RECOMMANDATIONS SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR LES BESOINS DES CONSEILS ET LES MOYENS D Y RÉPONDRE SYNTHÈSE DU SONDAGE ET RECOMMANDATIONS Le 2 juin 2003 Landal inc. SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR

Plus en détail

L impact du programme de mentorat international sur les entrepreneurs Enablis Février 2015

L impact du programme de mentorat international sur les entrepreneurs Enablis Février 2015 L impact du programme de mentorat international sur les entrepreneurs Enablis Février 2015 Chers mentors, La Fondation Enablis est très fière de publier pour la première fois les résultats d une étude

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

Modalités de recrutement par département, aux Lycées International Montebello, Lille et Henry Wallon, Valenciennes

Modalités de recrutement par département, aux Lycées International Montebello, Lille et Henry Wallon, Valenciennes Modalités de recrutement par département, aux Lycées International Montebello, Lille et Henry Wallon, Valenciennes Les CHAIRS préparent et animent les débats lors de la conférence Ils travaillent à deux,

Plus en détail

Contacts presse Chef du service de presse : Cécilia Moussut-Duaygues Tél. : 01 41 06 59 10 / 06 60 55 59 07 - cecilia.moussut@studyrama.

Contacts presse Chef du service de presse : Cécilia Moussut-Duaygues Tél. : 01 41 06 59 10 / 06 60 55 59 07 - cecilia.moussut@studyrama. 2007 Contacts presse Chef du service de presse : Cécilia Moussut-Duaygues Tél. : 01 41 06 59 10 / 06 60 55 59 07 - cecilia.moussut@studyrama.com Attachées de presse : Stéphanie Aouini Tél : 01 41 06 59

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Des cours multimedia en ligne en méthodologie, un premier bilan

Des cours multimedia en ligne en méthodologie, un premier bilan Des cours multimedia en ligne en méthodologie, un premier bilan Présenté à la MATI, le 12 mars 2009, Par Claire Durand, Professeur titulaire, Département de sociologie, Université de Montréal Claire Durand,

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

CPIE Centre Corse A Rinascita. Coordination régionale de la Fête de la Science. Guide. Appel à projets

CPIE Centre Corse A Rinascita. Coordination régionale de la Fête de la Science. Guide. Appel à projets CPIE Centre Corse A Rinascita Coordination régionale de la Fête de la Science Guide Appel à projets PREAMBULE LA FETE DE LA SCIENCE 2015 EN CORSE Depuis 4 ans le CPIE Centre Corse A Rinascita, Coordination

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Le Marché Ethnique. Borislav Nicolov Directeur, Ethnique Media. Pourquoi sommes nous ici? Parce que le Québec change. Quelques généralités:

Le Marché Ethnique. Borislav Nicolov Directeur, Ethnique Media. Pourquoi sommes nous ici? Parce que le Québec change. Quelques généralités: Le Marché Ethnique Borislav Nicolov Directeur, Ethnique Media Pourquoi sommes nous ici? Parce que le Québec change. Quelques généralités: 7 millions d immigrants au Canada 250000 de nouveaux-arrivants

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

Table des matières. 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias. 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique

Table des matières. 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias. 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique Dossier de presse Table des matières 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique 2. Ina Global, la revue de tous les

Plus en détail

LES EXPOSITIONS DE L ÉCOLE DES LOISIRS

LES EXPOSITIONS DE L ÉCOLE DES LOISIRS GUIDE DE COMMUNICATION LES EXPOSITIONS DE L ÉCOLE DES LOISIRS l'école des loisirs. Illustration extraite de «C'est moi le plus beau» de Mario Ramos SOMMAIRE L INSTITUT FRANÇAIS ET L ÉCOLE DES LOISIRS...3

Plus en détail

L expertise Clever Age dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin.

L expertise Clever Age dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin. L expertise Clever Age dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin. Sommaire 1. POURQUOI? La transformation digitale des entreprises et des administrations est devenue une nécessité que nul ne peut

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Les 21 et 22 novembre 2014

Les 21 et 22 novembre 2014 Présentation du 1 er Salon virtuel des mobilités Contexte du projet Le Collectif Ville Campagne et Evid@nce (Marque Innov 3d) ont choisi d unir leurs compétences et ressources pour réaliser et animer le

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

formations 2015 http://lajoieparleslivres.bnf.fr

formations 2015 http://lajoieparleslivres.bnf.fr formations 2015 Le Centre national de la littérature pour la jeunesse est un service du département Littérature et art de la Bibliothèque nationale de France. Dans le cadre de sa mission d encouragement

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005. Objet : Position de la Société GRICS par rapport au logiciel libre.

PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005. Objet : Position de la Société GRICS par rapport au logiciel libre. Bureau du président-directeur général PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005 À TOUS LES DIRECTEURS GÉNÉRAUX, LES PRÉSIDENTS ET LES GESTIONNAIRES DES TECHNOLOGIES DES COMMISSIONS SCOLAIRES Objet : Position

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française Introduction 1 Introduction Cessons de croire que les réussites économiques sur Internet sont l apanage des seuls Américains! Il se crée aussi dans notre Hexagone des entreprises qui connaissent un grand

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Création de sites Internet Mise à jour de sites existants

Création de sites Internet Mise à jour de sites existants Création de sites Internet Mise à jour de sites existants Mise à jour de pages ponctuelles Applications iphone, ipad, Android Aide à l impression à la demande Correction de manuscrits Qu est-ce qu un site

Plus en détail

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière 1.1 Le Comité d Innovation Routes et Rues (CIRR) est

Plus en détail

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SESSION I : ÉLÉMENTS D UN SYSTÈME DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EFFICACE ET ÉQUILIBRÉ POUR FAVORISER L INNOVATION

Plus en détail

à destination de lecteurs de 10 ans et + souffrant de troubles cognitifs

à destination de lecteurs de 10 ans et + souffrant de troubles cognitifs Une nouvelle collection de livres faciles à lire et à comprendre à destination de lecteurs de 10 ans et + souffrant de troubles cognitifs Les éditions François Baudez ont créé une collection «facile à

Plus en détail

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance Bureau de Paris 18, boulevard Montmartre 75009 Paris Tel : (33) 1 42 77 76 17 Internet : www.sia-partners.com Paris Lyon Bruxelles Amsterdam Roma Milano Casablanca Dubaï New-York E-commerce B2B en France

Plus en détail

entreprendre à la puissance cisco

entreprendre à la puissance cisco entreprendre à la puissance cisco À un moment donné, vous avez vu quelque chose que personne d autre n avait vu. Il s agissait peut-être d une idée ou d une opportunité. Ce «quelque chose» vous a fait

Plus en détail

Assemblée Générale Mountain Bikers Foundation 9/12/13 à Voiron (38)

Assemblée Générale Mountain Bikers Foundation 9/12/13 à Voiron (38) Assemblée Générale Mountain Bikers Foundation 9/12/13 à Voiron (38) Bilan Moral 2013 L année 2013 était une année de transition, liée aux évolutions entre deux Conseils d Administrations. Les points important

Plus en détail

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF A l initiative du Secrétaire général parlementaire, M. Pascal Terrasse et sur proposition du, au terme d une consultation ayant associé

Plus en détail

Chap 6. Le marché : la demande globale

Chap 6. Le marché : la demande globale Chap 6 Le marché : la demande globale L entreprise commerciale doit adopter son offre aux attentes des consommateurs. Pour cela, elle doit parfaitement les connaître et s adapter à leurs spécificités.

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail

FICHE N 8 «Lire-écrire-publier» à partir des ressources en ligne de la BnF : un atelier éditorial Pascale Hellégouarc h, université Paris 13

FICHE N 8 «Lire-écrire-publier» à partir des ressources en ligne de la BnF : un atelier éditorial Pascale Hellégouarc h, université Paris 13 titre trop long FICHE N 8 «Lire-écrire-publier» à partir des ressources en ligne de la BnF : un atelier éditorial Pascale Hellégouarc h, université Paris 13 Niveau et thème de programme Terminale L, «Lire-écrire-publier»

Plus en détail

Mission Création et Internet Réponses de la CSDEM (Chambre Syndicale de l Edition musicale, représentant plus de 80 entreprises et 80% du marché 1 )

Mission Création et Internet Réponses de la CSDEM (Chambre Syndicale de l Edition musicale, représentant plus de 80 entreprises et 80% du marché 1 ) MissionCréationetInternet RéponsesdelaCSDEM (ChambreSyndicaledel Editionmusicale, représentantplusde80entrepriseset80%dumarché 1 ) Préambule:leséditeursdemusiquetiennentàrappelerleurprofondattachementaudroitexclusif

Plus en détail

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives 4 ème édition Paris, le 27 janvier 2012 3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives Les points clés Le régime de l auto-entrepreneur, un potentiel énorme de croissance

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ Compte-rendu Réunion du 22 octobre 2008 Cette réunion terminait un processus de 3 ans portant sur les cinq propositions pour une meilleure éducation au Québec. D entrée

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact : editoo@editoo.com

DOSSIER DE PRESSE. Contact : editoo@editoo.com DOSSIER DE PRESSE 2006 1 Quel bilan en 5 ans? L alliance de l édition classique et des nouvelles technologies au service de tous. Une centaine de livres papier déjà édités L édition et la diffusion d une

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les cabinets d avocats pour développer de nouvelles compétences professionnelles indispensables

Plus en détail

ARCHITECTE DE COMPÉTENCES E-LEARNING EXPO DU 24 AU 26 MARS 2015 À PARIS - PORTE DE VERSAILLES PAVILLON 4.1-4.2 STAND F40

ARCHITECTE DE COMPÉTENCES E-LEARNING EXPO DU 24 AU 26 MARS 2015 À PARIS - PORTE DE VERSAILLES PAVILLON 4.1-4.2 STAND F40 DOSSIER DE PRESSE Le Service Formation Continue de l Université de Strasbourg, ARCHITECTE DE COMPÉTENCES E-LEARNING EXPO DU 24 AU 26 MARS 2015 À PARIS - PORTE DE VERSAILLES PAVILLON 4.1-4.2 STAND F40 LE

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 UNE CAMPAGNE DE COMMUNICATION SUR LA LIBRAIRIE INDÉPENDANTE DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 BIENVENUE Chez mon libraire, La librairie est un lieu essentiel de partage, qui valorise la richesse de notre

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au. Comité sénatorial des transports et des communications

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au. Comité sénatorial des transports et des communications Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au Comité sénatorial des transports et des communications sur l étude sur la Société Radio-Canada 23 octobre 2014 Confédération des syndicats

Plus en détail

Amazon. 1) Activités d Amazon 2) Amazon et les réseaux 3) Forces et faiblesses d Amazon 4) Comparaison entre Google, ebay et Amazon

Amazon. 1) Activités d Amazon 2) Amazon et les réseaux 3) Forces et faiblesses d Amazon 4) Comparaison entre Google, ebay et Amazon Amazon 1) Activités d Amazon 2) Amazon et les réseaux 3) Forces et faiblesses d Amazon 4) Comparaison entre Google, ebay et Amazon 23 mai 2005 Meetup meeting 1 1) Activités d Amazon : missions Missions

Plus en détail