Argelia: Un Titanic a los pies de España

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Argelia: Un Titanic a los pies de España"

Transcription

1 1

2 Argelia: Un Titanic a los pies de España España puede ser la solución si Alemania y Europa del Este deciden disminuir su dependencia energética de Rusia o si las sanciones rusas les golpean de lleno. "(...) la respuesta a los problemas gasísticos de Europa está en España", aseveraba, a mediados de septiembre, el ministro de Industria, José Manuel Soria, en una entrevista con la revista estadounidense Foreign Policy. "España tiene capacidad en sus gaseoductos; terminales de regasificación (GNL), y también de almacenamiento y podemos suministrar entre y millones de metros cúbicos al año al resto de Europa", explicaba el ministro. "Es decir, la mitad del gas que llega a Europa a través de Ucrania", precisaba. A ojos de Soria solo subsiste una dificultad: "la ausencia de interconexión física con [la red gasística de] Francia". "Europa debe, en mi opinión, involucrarse más en el desarrollo de esa interconexión porque, en términos políticos, enviará así el mensaje de que tiene fuentes alternativas de abastecimiento", recalcó. El problema con Francia no es baladí. El embajador español en París, Ramón de Miguel, afirmó el 9 de septiembre ante la Comisión de Asuntos Exteriores del Congreso de los Diputados, que Francia tiene un "nulo deseo" de establecer conexiones energéticas con España para proteger de la competencia a sus monopolios eléctrico y gasístico. El Gobierno español confía ahora en que el recién nombrado comisario europeo de Energía, Miguel Arias Cañete, pueda espolear el proyecto de interconexión. "Su designación servirá para permitir vender gas argelino al resto de Europa a través de los Pirineos, lo que evitará a [una parte de] Europa depender exclusivamente de Rusia", aseguró Esteban González Pons, vicesecretario general del Partido Popular. Argelia es ya el primer proveedor energético de España. Le vende poco petróleo, pero mucho gas a través de los dos gasoductos que unen ambos países. Durante el primer semestre de este año el 58% del gas consumido en España era de origen argelino, muy por delante del noruego (11,3%). Podría hacer Argelia ese esfuerzo adicional para suministrar más gas a Europa como lo dan por descontado Soria o González Pons? Durante su visita a Argel, a principios de abril, el secretario de Estado norteamericano, John Kerry, ya preguntó a sus interlocutores si Argelia podría suplir parcialmente una disminución de las exportaciones de gas rusas a Europa. Ninguno se comprometió. De aquí a 15 años casi seguro que no lo podrá hacer. El propio primer ministro argelino, Abdelmalek Sellal, lo reconoció a finales de mayo. "Si las reservas se mantienen en 2030 a su actual nivel solo vamos a satisfacer el consumo nacional: quedará muy poco para la exportación", declaró. Las reservas ascienden a millones de barriles de petróleo y millardos de metros cúbicos de gas. Las reservas estimadas permanecen estancadas desde hace años, la producción cae desde 2006, el consumo nacional aumenta (9% al año) y las exportaciones disminuyen. El año pasado solo se elevaron a millones de metros cúbicos en lugar de los previstos. Es verdad que el asalto de un grupo terrorista a la planta gasística de In Amenas, en enero de 2013, supuso a él una reducción de la producción de millones. A las autoridades argelinas les queda la esperanza del gas pizarra, peronazim Zouiouèche, expresidente del mastodonte energético Sonatrach, vaticina que en el mejor de los casos solo servirá para "reducir en los próximos años el ritmo de la caída de la producción de gas convencional". El 97% de las exportaciones argelinas son hidrocarburos, un porcentaje similar al de hace 52 años, cuando el país accedió a la independencia. El 70% de los ingresos del Estado provienen de ese sector que genera el 37% del PIB, pero solo el 2% del empleo. Las subvenciones sociales, para tratar de aplacar el descontento de la población, equivalen al 30% del PIB. Si la producción se reduce y además el precio de los hidrocarburos tienda a la baja Argelia va a pasar por serios apuros. 2

3 Lo prevén todos los think-tanks que siguen de cerca al que es el país más poblado y la mayor economía del Magreb a tan solo 135 kilómetros de la costa de Almería. Un puñado de jóvenes economistas argelinos reagrupados en Nabni sostiene en su estudio de prospectiva "Argelia 2020"que "garantizar la estabilidad del país requiere cambiar rápidamente de orientación". "Perpetuar el inmovilismo (...) expone al país al riesgo de grandes dificultades y al peligro de la inestabilidad". Confía en sus conclusiones en que a la voz de alarma que ha dado "no le suceda lo mismo que a las advertencias telegráficas que recibió el Titanic la víspera de su naufragio: esos mensajes fueron ignorados por un tozudo puesto de mando que estaba convencido de que los icebergs anunciados no estaban tan cerca". "La evocación de ese magnífico transatlántico, cegado por su poderío, que se hundió tras chocar con un iceberg, solo puede recordarnos la actual situación de nuestro país", conlcuye. Además de nubarrones económicos en el iceberg que se cierne sobre Argelia sigue habiendo terrorismo. Más de dos décadas después de su irrupción, el país de África que más gasta en defensa y seguridad no ha logrado acabar con la violencia de los radicales islamistas. Su último zarpazo lo propinó el domingo cuando secuestraron a un turista francés en los montes de Cabilia. El secuestro reviste gravedad no solo porque hacía años que un extranjero no caía en manos de terroristas en el norte del país sino porque lo ha reivindicado el Estado Islámico que acaba de abrir sucursal en Argelia El Mundo 23 Septembre 2014 Relaciones comerciales con Argelia A pesar de compartir la misma cultura, Argelia no es un país homogéneo, ya que las diferentes regiones difieren mucho unas de otras. En la capital Argel, confluyen la cultura árabe y la occidental; Orán tiene la mayor influencia occidental; Kabil, en el norte, es más tradicionalista; y en Tamanrasset, en el sur (Sahara Central), las empresas son de carácter familiar. Argelia es, básicamente, un país monoproducto cuya economía se basa en el sector de hidrocarburos. Debido al incremento del precio de la energía así como a una cierta estabilidad política y a la proximidad geográfica con Europa, Argelia se ha convertido en un mercado de creciente atractivo para las empresas extranjeras. Aunque todavía mantiene ciertas incertidumbres económicas (un elevado nivel de paro, un sistema bancario ineficiente y un fuerte proteccionismo) a consecuencia de la elevada intervención del Estado, la economía es menos competitiva y abierta al exterior como sus vecinos Marruecos y Túnez. No obstante, se está produciendo una progresiva liberalización que culminará en el año 2017 cuando el Acuerdo de Libre Comercio con la UE sea totalmente efectivo. Para las empresas extranjeras las oportunidades de negocio se centran fundamentalmente en tres sectores: infraestructuras, maquinaria y alimentación. Francia tiene un papel preponderante que lo coloca en una posición ventajosa con respecto a Italia, Alemania y España, debido al idioma y a la importancia de su cultura. Para el exportador español es importante saber que puede utilizar agentes, distribuidores y socios para crear empresas conjuntas para introducir sus productos en Argelia. Es muy importante que las empresas españolas que decidan exportar a Argelia o establecer allí cualquier tipo de negocio, tengan presente que existen leyes comerciales y todo tipo de regulaciones que pueden ser bastante complejas. El gobierno argelino concede incentivos a la inversión bajo la forma de exoneración o reducción de tipos impositivos de determinados impuestos y de ventajas complementarias para las inversiones ubicadas en zonas francas. 3

4 En caso de proyectos de inversión de gran envergadura, el promotor puede negociar una serie de ventajas más específicas y favorables directamente con el gobierno argelino a través de la Agencia de Promoción y Apoyo a las Inversiones. La balanza comercial entre España y Argelia es todavía negativa, siendo la tecnología industrial y de la construcción los líderes actuales de las importaciones argelino-españolas. Como en todo país musulmán, resulta fundamental prestar atención a los aspectos comunes de la cultura islámica, como son el consumo de la carne de cerdo, el alcohol, la festividad del viernes o la celebración del Ramadán. En las conversaciones de negocios conviene evitar las comparaciones con otros países del Magreb, mencionar los conflictos sociales o de índole religiosa, así como la situación de la mujer. Temas favorables son la belleza de las ruinas de origen romano de las ciudades de Djemila y Tipaza y en deportes, el fútbol. A pesar de que la calidad del servicio se valora cada vez más, el precio y las condiciones de pago son dos aspectos esenciales en la negociación. Si no se está en condiciones de ofrecer la oferta económica más competitiva será difícil tener éxito. Una vez que se ha conseguido el acuerdo, es necesario estar muy pendiente de la operación y reconfirmar todos los aspectos. De esta forma se mantendrá un contacto continuado con el cliente, lo cual facilitará nuevas operaciones. Exportacondhl 23 Septembre 2014 Argelia, protagonista del último número de la revista Hesperia La revista Hesperia, Culturas del Mediterráneo, ha publicado en su número 18 un monográfico centrado en Argelia. Estado independiente desde 1962, ARGELIA disfruta de una economía en ascenso, sostenida por las potentes exportaciones de hidrocarburos (cuyos ingresos alcanzan el 45% del PIB). Es el país más grande de África, y su capital, Argel, está considerada como el más importante puerto norteafricano. Ha superado crisis político-religiosas, de fondo económico, y afrontado retos sociales. Dos artículos de este monográfico de Hesperia nos permiten acceder a análisis y situaciones sobre algunas situaciones políticas y sociales, profundamente planteadas por Caridad Ruiz de Almodóvar, tratando sobre la herencia en el Código Argelino, y por Rafael Bustos, en su recorrido sobre los desarrollos argelinos de estos últimos cincuenta años. Todas sus etapas y contenidos las han reflejado y siguen reflejando con llamativa intensidad sus escritores, además de una producción cinematográfica muy significativa y valorada, como suele ocurrir con los reflejos artísticos en períodos cruciales. La vitalidad admirable de esta literatura queda patente en el artículo de Adelaida Porras, sobre literatura argelina de expresión francesa, con exposiciones muy completas, y en el de Ignacio Gutiérrez de Terán, sobre narrativa actual y el compromiso integrador de Wasini al-a'rach, que, como suele ocurrir con las varias posibilidades de transcripción, también resulta: Waciny Laâredj, una de cuyas novelas está dedicada, precisamente, a Don Quijote en Argel : sí, Cervantes es otra reminiscenciapuente que no podía estar del todo ausente tratando de Argelia y España. Este volumen 18 Hesperia. Culturas del Mediterráneo, ofrece también sus otras habituales secciones: Entrevista, en este número a Eduardo López Busquets, actual Director General de Casa Árabe, que entre otras experiencias se refiere a su misión diplomática y vivencias en Argel dos años, justo al inicio de este siglo XXI, Y, 4

5 además de los artículos de la sección de Actualidad, entre las Reseñas, hay varias sobre cuestiones argelinas, entre ellas sobre el impresionante héroe espiritual y político argelino que fue el emir Abd al-qadir (Abd el-kader), que desde su siglo XIX ha mantenido su testimonio brillante, también sobre la apertura al Otro y el diálogo entre culturas, a lo cual tanto nos conforta e interesa contribuir. CASAARABE 24 Septembre 2014 Réalisation des structures des services des nouvelles villes Les promoteurs privés bientôt associés à l opération Le ministre de l'habitat, de l'urbanisme et de la Ville, Abdelmadjid Tebboune, a annoncé, jeudi à Alger, qu'un appel à participation sera lancé prochainement en direction des promoteurs privés intéressés par la réalisation de structures de services dans les villes nouvelles et les nouveaux pôles urbains. Un appel à participation sera lancé dans un ou deux mois pour la réalisation de structures de services, tels les salles de sport, les espaces de loisirs, les hôtels et bibliothèques, dans les nouveaux pôles urbains, a fait savoir le ministre qui répondait à une question orale au Conseil de la nation sur l'état des cités livrées dans le cadre des programmes publics. Il a indiqué que les promoteurs privés pouvaient soumettre leurs projets au ministère de l'habitat pour bénéficier de terrains dans le cadre des contrats de concession qui leur seront remis en contrepartie d'un cahier des charges à respecter. Le ministère prévoit la réalisation de cinq nouvelles villes à Sidi Abdallah (Alger), Bouinane (Blida), Bouguezoul (Médéa), Hassi-Messaoud (Ouargla), El-Menéa (Ghardaïa), outre de nouveaux pôles urbains dont celui de Draâ Erriche à Annaba. Cette démarche vise à associer le secteur privé à la réalisation de projets de logements intégrés et pourvus de structures nécessaires aux côtés des pouvoirs qui, eux, prennent en charge la réalisation des structures de base relatives aux secteurs de sûreté, de santé et d'éducation. Il a souligné la nécessité de cesser de construire des cités-dortoirs dépourvues des moindres commodités et où les fléaux sociaux trouvent un terrain propice à leur prolifération. M. Tebboune expliquera, dans ce contexte, le manque de structures dans les citées délivrées dans le cadre de l'aadl par le peu de moyens dont l'agence dispose et les difficultés rencontrées lors de la réalisation du premier programme, liées notamment au problème du foncier. Un tel scénario ne sera pas réédité et l'aadl ne livrera plus aucun projet avant la finalisation de toutes les structures nécessaires, a-t-il assuré. Concernant les capacités des sociétés de réalisation à prendre en charge les différents programmes de logements prévus, le ministre a précisé que la liste restreinte annoncée récemment était en mesure de satisfaire les besoins de toutes les wilayas du territoire. Le ministère de l'habitat a annoncé juillet dernier que 83 promoteurs nationaux et étrangers étaient retenus parmi les entreprises en mesure de réaliser des projets intégrés de 400 à unités. Cette liste vient s'ajouter à une première arrêtée en 2013 regroupant les grandes entreprises interessées par réalisation des agglomérations urbaines intégrées de à logements. Les promoteurs publics (OPGI et AADL) pourront recourir à ces listes pour choisir une des entreprises dans le cadre du gré à gré, cela facilitera le lancement des projets, a-t-il dit. Le ministère a eu recours à ces listes après l'échec de la formule du logement social participatif (LSP), laquelle reposait sur une relation directe entre promoteur et souscripteur, et un rôle limité pour les pouvoirs publics donnant lieu à de nombreux contentieux. La formule du LSP nous a amenés à nous retourner vers la vente par location (dans le cadre des programmes AADL), qui permet une gestion centralisée des programmes de logement et un meilleur contrôle des promoteurs, a encore soutenu M. Tebboune. 5 Liberté 27 Septembre 2014

6 Le secteur de la construction en ébullition Les chantiers ne doivent pas s arrêter Le secteur de la construction ne s offre plus de répit. Une explosion de la demande fait que le marché est en pleine ébullition.tous les chantiers et sites de construction manifestent des commandes en matières premières qu il faut satisfaire, faute de quoi, des perturbations risquent de retarder l achèvement des projets à temps. Dès lors, le ciment, aciers et équipements de revêtement deviennent la priorité pour les promoteurs dans un contexte marqué par la hausse des prix de ces ingrédients et leur manque de disponibilité. Pour accélérer la cadence, toutes les usines tournent à plein régime avec comme compensation les importations pour trouver le juste équilibre. Le marché de la construction s emballe. Les matériaux destinés aux chantiers et autres projets connaissent une situation alambiquée. Certains ingrédients se raréfient au point d une pénurie asphyxiante et d autres à l image du ciment connaissent une tendance de renchérissement des prix. Du coup, la crise risque de mettre dans l embarras les chantiers de la construction. La furie des entrepreneurs et promoteurs semble se justifier face aux aléas des matériaux de construction. Plusieurs affirment qu ils font face à des difficultés face au «manque de ciment et le rond à béton nécessaire pour poursuivre le calendrier des réalisations». Logements, projets de nouvelles usines ou d aménagement de sites de constructions seront quelque peu retardés cette année, si «la crise des prix ne trouve pas une issue solvable» selon l un des promoteurs d Alger contacté par nos soins. D ores et déjà, la cadence des réalisations reste visiblement satisfaisante dans l ensemble. Selon une enquête de l ONS, «l utilisation du potentiel de production a dépassé les 75% pour plus 48% des entreprises interrogées, contre moins de 50% pour 44% d entre-elles, selon les réponses des chefs d entreprises». Il faut dire qu à ce niveau, les milliers de PME du secteur et même les grosses cylindrées sont dépendantes des fluctuations du marché dont une bonne partie est assurée par l importation. Aussi, indique-t-on dans ce registre «la hausse est constatée dans livraison des nouvelles quantités de ciment». Pourtant, les usines de ciment qui tournent à plein régime dans les quatre coins du pays ne peuvent selon des responsables «couvrir la demande qui a explosé ces derniers temps». C est alors que les circuits d importation assurent le relais. «Tout porte à croire qu il n est pas question d une quelconque pénurie pouvant justifier la surenchère sur les prix. Il s agit tout simplement de spéculation que l Etat peine à enrayer» déplorent certains promoteurs privés. Quid alors du marché informel? Les réponses restent mitigées. Les uns accusent des entrepreneurs de détourner une bonne quantité au profit du marché parallèle alors que les autres veulent plus de contrôle des brigades de DCP (directions de la concurrence et des prix) pour abattre les circuits de l informel. Poursuivre la réalisation des chantiers coûte que coûte via la mobilisation de milliards de dinars pour ravitailler le marché et la création de nouvelles usines de production des matériaux (cimenteries, marbreries, rond à béton, polymères ) est déjà mise en branle. On s attend selon des analystes à «un bond de production assez conséquent en 2014» si du moins les perspectives de productions seraient améliorées. 6 Le Midi Libre 27 Septembre 2014

7 Des arrêtés de concession touristique attribués Mme Zerhouni a présidé une cérémonie d attribution des arrêtés de concession de terrains au profit d investisseurs pour la réalisation de projets touristiques à l intérieur de la ZET d Aokas et à d autres dans le cadre du Calpiref. Encourager l investissement touristique dans une wilaya qui a besoin de projets pour satisfaire la demande, dans une wilaya qui dispose de potentialités pour être une destination touristique privilégiée, créer de l emploi et assurer une dynamique de croissance pérenne, tel est le sens de la visite, hier, de la ministre du Tourisme et de l Artisanat, Nouria-Yamina Zerhouni, qui a choisi, à l occasion de la célébration de la Journée internationale du tourisme, la wilaya de Bejaïa, pour montrer tout l intérêt de son département au développement du secteur dans cette région. C est ainsi qu à l hôtel des Hammadites, Mme Zerhouni a présidé une cérémonie d attribution des arrêtés de concession de terrains au profit d investisseurs pour la réalisation de projets touristiques à l intérieur de la ZET d Aokas et à d autres dans le cadre du Calpiref. La ministre du Tourisme a également assisté à une présentation du programme de modernisation de l hôtel des Hammadites, qui devrait donner plus d allure à ce complexe touristique, et celle d une étude portant sur l aménagement des plages du littoral Est. La ministre s était rendue auparavant dans la commune de Souk El Tenine, lieu de la future ZET d Agrioune, qui devrait voir des projets plus conformes à sa valeur touristique réelle que les campings implantés sur le site. Treize investisseurs potentiels ont répondu à la manifestation d intérêt national et international et retiré le cahier des charges, et le soumissionnaire retenu sera connu au mois d octobre. La formule choisie est, en effet, d accorder la concession à un seul opérateur, pourvu qu il ait les moyens de son ambition, auquel cas, le plan B prévoit de confier les différents lots à plusieurs investisseurs. A l issue des travaux, lits seront disponibles, répartis entre hôtel, centre balnéaire, centre de loisirs et d hébergement et les ensembles résidentiels, tandis qu en matière d emploi, il est attendu la création de postes. L aménagement de la zone d expansion touristique d Aokas, où s est également rendue la ministre, devrait mettre à la disposition des touristes, nouveaux lits et créer emplois. Mme Zerhouni a également visité le centre artisanal d Aokas, le complexe hôtelier Sahel et le projet d extension en cours de l hôtel le Syphax, qui sera réceptionné en août 2015 et contribuera avec 180 nouveaux lits et 65 postes d emploi. Horizon 27 Septembre 2014 Les 820 projets d investissement touristique totalisent 324 milliards de dinars (3,4 milliards ) 400 de ces 820 projets sont en cours de réalisation ; leur livraison à terme est de nature à améliorer les capacités nationales d hébergement de l ordre de lits. 820 projets touristiques, d une capacité de lits sont inscrits à l indicatif du ministère du Tourisme et de l artisanat, a indiqué samedi à Bejaia, en marge des festivités célébrant la journée mondiale du tourisme, la ministre du Tourisme et de l artisanat, Mme Nouria Yamina Zerhouni. Dans cet investissement de 324 milliards de dinars, générateur de emplois, figurent 400 projets en cours de réalisation, dont la livraison à terme est de nature à améliorer les capacités nationales d hébergement de l ordre de lits et la création de postes de travail, a-t-elle précisé. 7

8 Dans ce contexte, la ministre a souligné que cet effort est patent dans beaucoup de wilayas, notamment à Bejaia où 46 projets sont en cours de réalisation, susceptibles à terme de générer 4024 lits supplémentaires. Par ailleurs, la ministre s est félicitée du succès de la saison estivale qui a vu "affluer sur les plages quelque 96,6 millions d estivants", indiquant par ailleurs, que le secteur regroupe 1182 établissements hôteliers et 1257 agences de voyage. Mme Zerhouni a exprimé, à cet égard, son optimisme quant à une résorption du déficit en matière d infrastructures d hébergements, arguant à ce titre du volume des investissements prévus en la matière. Il a également mis en en exergue, dans ce contexte, l effort fourni en matière de formation dans le secteur. Le Maghreb Emergeant 28 Septembre 2014 IAG commande 8 Airbus A pour Iberia Le groupe aérien IAG a annoncé cette semaine la commande ferme de huit Airbus longcourriers A pour la compagnie espagnole Iberia, un contrat d'une valeur de 1,480 milliard de dollars au prix catalogue. IAG, qui est basée à Londres et est aussi la maison mère de British Airways, a expliqué avoir décidé de convertir des options sur ces avions posées en Elle a précisé dans un communiqué que ces avions devraient lui être livrés entre 2015 et 2018, ajoutant avoir obtenu "une remise importante" de la part du constructeur d'avions européen. Ils seront équipés de réacteurs CF6 fabriqués par le conglomérat américain General Electric, a précisé Airbus dans un communiqué distinct. La flotte d'iberia, qui ne compte que des Airbus, comprend déjà huit A "Avec cet appareil, Iberia va bénéficier des performances optimisées offertes par la nouvelle version 242 tonnes (de l'a ), tout en maintenant les synergies entre les différents appareils d'une flotte tout- Airbus", a déclaré John Leahy, le directeur commercial de l'avionneur européen. La commande de ces A complète une autre commande d'avions long-courriers d'airbus passée par IAG pour le compte d'iberia début août, portant alors sur huit A , pour un prix catalogue de 2,3 milliards de dollars. Au total, ces 16 avions Airbus long-courriers vont remplacer dans la flotte d'iberia 16 A340, des quadriréacteurs vieillissants beaucoup plus gourmands en kérosène que les plus récents A330 et A350. Airbus a souligné que la famille A330, dont les appareils peuvent accueillir de 250 à 300 passagers, a enregistré jusqu'à présent plus de commandes. Plus d'un millier d'appareils de ce type sont d'ores et déjà exploités par plus d'une centaine utilisateurs dans le monde. Du côté d'iberia, cette nouvelle commande confirme, après celle des A350 début août, le retour de la compagnie espagnole au premier plan après une restructuration de plusieurs années pour redevenir rentable. Iberia a annoncé fin juillet avoir conclu un accord avec les syndicats pour le plan de départs volontaires devant toucher jusqu'à personnes chez les pilotes et le personnel au sol. Ce nouveau plan de départ s'ajoute à la suppression, annoncée en 2013, de emplois. Iberia, qui comptait employés au 31 décembre 2013, a accumulé 850 millions d'euros de pertes entre 2008 et 2012 à cause notamment de la hausse des prix des carburants et de la crise économique en Espagne. Sa maison mère IAG a annoncé début août avoir plus que doublé son bénéfice net, qui a atteint 280 millions d'euros lors du deuxième trimestre Le Quotidien 28 Septembre

9 Le terrorisme n entravera pas le développement des courants d affaires La huitième édition du Salon international Alger-Industries, qui s est tenu du 23 au 26 septembre 2014 au Palais des expositions (Safex) des Pins maritimes à Alger, a fermé ses portes vendredi dernier dans une ambiance quelque peu morose créée, on l a bien compris, par l assassinat en Algérie d un touriste français par des terroristes de la mouvance islamiste. Si l émotion était largement perceptible au niveau de tous les participants au salon, elle l était encore davantage sur les visages des exposants français venus encore plus nombreux cette année. Interrogés sur les conséquences possibles de ce drame sur l avenir des relations économiques algéro-françaises tous nos interlocuteurs français étaient unanimes à dire qu il faudrait réagir à contrario de ce qu attendaient les terroristes, en boostant du mieux possible les relations d affaires entre nos deux pays. C est également le point de vue du haut responsable à la coopération industrielle et technologique franco-algérienne, Jean-Louis Levet que nous avons interrogé sur la question en marge de la conférence qu il avait donné à l occasion du Salon Alger Industrie. «Nous sommes déterminés à renforcer encore davantage les courants d affaires multiformes qui existent déjà et à en créer de nouveaux dans toute une panoplie d activités. En plus de la quarantaine de sociétés qui ont fait le déplacement à Alger à l occasion de ce salon sous la conduite de la CCI Marseille-Provence, une centaine d autres viendront très prochainement à l initiative d UBI-France et d un réseau de Chambres de commerce et d industrie françaises, prospecter le marché algérien en vue d éventuels partenariats à vocations productifs, technologiques, scientifiques et pédagogiques». Un comité mixte algéro-français se réunit périodiquement pour s enquérir de l état d avancement des pourparlers relatifs aux affaires à lancer et à l effet d examiner la situation des projets en phase de réalisation. Ce comité se réunira très bientôt à Oran à l occasion de l inauguration de l usine Renault-Algérie, en présence de très hauts responsables algériens et français. «Rien ne pourra entraver cette dynamique de coopération entre nos deux pays que nos plus hautes autorités politiques ont décidé de renforcer» a tenu à souligner ce haut fonctionnaire de l Etat français. L incertitude qui affecte l industrie algérienne à la veille d une énième restructuration déjà annoncée, mais très mal explicitée constitue, avions nous constaté à l occasion de nos visites à une vingtaine de stands d entreprises publiques, une réelle source d inquiétude pour les cadres qui nous y avaient reçus. Il est en effet difficile pour les gestionnaires de ces entreprises en instance de restructuration de dresser des perspectives d avenir quand ils ne savent même pas à quel groupe industriel, ni à quelle tutelle ministérielle ils seront rattachés. Le manque de communication étatique sur des actions aussi importantes a, à l évidence, créé un profond malaise chez ces managers dont certains avaient déjà subi les conséquences négatives des précédents changements. Beaucoup plus à l abri des ingérences politico-administratives, les entreprises privées ont, quant à elles, fait pas mal de chemin dans toute une panoplie d activités de production et de services. Les stands d outillage, d équipements de chantiers, d appareillages électriques, de matériels et logiciels informatiques étaient de ce fait bien achalandés en articles de qualité, dont une quantité importante est, de surcroît, fabriquée en Algérie. Quelques exposants nationaux ont émis des réserves sur la qualité de certaines prestations et, notamment, l esthétique des stands et le déficit en publicité audiovisuelle. Interrogé sur la question, Raouf Stiti, un des principaux responsables de la société organisatrice (Batimatec Expo), reconnaît effectivement la difficulté de réaliser un saut qualitatif pour certains services que Batimatec Expo ne preste pas en totalité, la raison étant qu elle n est, pour l instant, pas en mesure d assumer à elle seule les nombreux métiers qui structurent de tels événements. 9

10 «Nous devons, affirme-t-il, faire chaque fois appel à un réseau de sous-traitants (standistes, imprimeurs, designers, agences de communication...) qui ne maîtrisent pas toujours leur métier, mais faute de concurrence, nous devons malheureusement faire avec ces intervenants. Il est temps que ces acteurs organisent leur corporation, ne serait-ce que pour se donner les moyens de progresser chacun dans son métier, le but étant de relever la qualité de la prise en charge des diverses prestations que nous sommes appelés à leur confier.» Comme autre cause du déficit de la qualité de prise en charge de ces grandes rencontres économiques, Raouf Stiti pointe également le doigt sur la saturation des palais des expositions, y compris la Foire d Alger, qui ne sont plus en mesure d abriter des événements de très grande envergure (Foire internationale d Alger, Salon Batimatec, etc.) ainsi que la vétusté de certains pavillons qui requièrent une rapide et profonde réhabilitation pour répondre ne serait-ce qu aux normes élémentaires d hygiène et de sécurité. «L Etat doit impérativement faire un effort dans ce sens», insiste notre interlocuteur. Les exposants étrangers étaient à l évidence moins regardants sur ces aspects esthétiques et organisationnels. Questionnés sur l intérêt qu ils trouvent à participer à ce type de salon, des opérateurs espagnols, français, italiens et polonais, se sont en effet montrés plutôt satisfaits des résultats obtenus en matière de promesses de ventes et d affaires à monter avec des partenaires algériens. C est ce qui a précisément motivé leur présence à Alger. Ils nous ont de ce fait assuré d être encore plus nombreux au prochain salon. A noter qu en marge du Salon trois journées techniques principalement étaient organisées, consacrées aux investissements productifs, aux zones industrielles, à l infrastructure, à la qualité au service de l industrie et à l ingénierie des matériaux de construction. Il ressort de ces conférences que l Etat algérien semble cette fois bien déterminé à sortir l industrie algérienne du marasme dans lequel elle se trouve, en programmant notamment la réalisation de 40 nouvelles zones industrielles en sus des opérations de réhabilitation de celles qui existent déjà, l amélioration du code des investissements appelé à être plus attrayant, la réorganisation du secteur public industriel et le renforcement des normes de qualité pour mieux préparer l adhésion de l Algérie à l OMC. El Watan 29 Septembre 2014 Les importations des matériaux de construction poursuivent leur hausse Les quantités du ciment importées durant les premiers huit mois de l année ont augmenté de près de 28%, passant de 3,2 millions de tonnes à 4 millions de tonnes. La facture des importations des matériaux de construction de l'algérie a atteint 2,25 milliards de dollars (mds usd) durant les huit premiers mois de 2014, contre près de 2,11 mds usd à la même période de l'année précédente, soit une hausse de 7%, a indiqué à l'aps le Centre national de l'informatique et des statistiques des douanes (Cnis). Les quantités importées des principaux matériaux de construction (ciments, rond à béton et bois) sont passées à 7,1 millions de tonnes entre janvier et août 2014 contre 6,3 millions de tonnes sur la même période de 2013, (hausse de 13,7%). Par catégorie de produits, la valeur des importations du ciment a grimpé de 31% avec une facture de 373,5 millions usd contre 285,3 millions usd à la même période de l'année dernière, précisent les chiffres provisoires du Cnis. Les quantités du ciment importées ont augmenté de près de 28%, passant de 3,2 millions de tonnes à 4 millions de tonnes. Concernant le bois, le Cnis a relevé que les importations de ce produit ont connu une augmentation de 20,4%, puisque la valeur des importations est passée de 488,3 millions usd à 588 millions usd. 10

11 Les quantités importées ont totalisé, durant les 8 mois de l'année en cours, un volume de 1,03 million de tonnes contre 0,96 million de tonnes à la même période en 2013 (hausse de 7,8%). Par ailleurs, il est constaté que malgré un recul de 3%, la facture des importations du rond à béton est la plus élevée puisqu'elle a atteint 1,29 milliard usd contre 1,33 milliard usd à la même période en 2013, tandis que les quantités importées ont connu, pratiquement, une stagnation à 2,01 millions de tonnes. En 2013, les importations de l'algérie des matériaux de construction avaient reculé de près de 2%, totalisant 2,98 milliards usd, malgré une hausse de plus de 20% des quantités qui ont atteint 8,66 millions de tonnes. Cette augmentation des quantités a été tirée essentiellement par la hausse des importations du ciment (55%) et du bois (5%), alors que celles de fer et de l'acier ont reculé de 11,4% durant Selon le ministère de l'industrie et des mines, l'algérie devrait cesser d'importer du ciment d'ici 3 à 4 ans, et ce, grâce au renforcement de ses capacités de production nationale avec le lancement d'une dizaine de projets de réalisation de cimenteries en Le déficit de l'algérie en ciment dépasse actuellement les 5 millions de tonnes/an, alors que la production nationale actuelle est de plus de 18 millions de tonnes/an. Le développement de la filière ciment figure parmi les priorités du gouvernement pour atteindre une production de 20 millions de tonnes/an à l'horizon 2016 et 29 millions de tonnes en Maghreb Emergeant 29 Septembre 2014 Etude sur le revenu mensuel des ménages DA, le minimum vital Un salaire minimum de DA est «nécessaire» pour subvenir aux besoins d une famille composée de cinq membres. Tel est le résultat d une enquête rendue publique par le Syndicat national autonome des personnels de l administration publique (Snapap, aile Malaoui). L étude traite de plusieurs volets : la nutrition, le logement, l énergie, l habillement, la santé, la scolarité et la communication. Cette consommation «minimale» s étale sur une période d un mois. Pour le volet «nutrition», l étude fixe une consommation moyenne de viande à 1400 DA et celle de poulet à 700 DA (soit un kilo de viande et deux petits poulets par mois). Pour l achat de 5 baguettes de pain par jour, le tarif mensuel est estimé à 1500 DA. Dans le détail, le Snapap évalue l achat de 4 litres d huile de table à 480 DA, 2 kg de tomates en conserve à 310 DA, 30 œufs à 335DA, 8 paquets de pâtes à 400 DA, des féculents à 700 DA, un sac de semoule de 25 kg à 1050 DA, 2 sachets de lait par jour à 1500 DA, un kilo de café à 580 DA, un kilo de thé à 120 DA, trois kilos de sucre à 270 DA, des produits laitiers à 540 DA, de l eau et des sodas à 1000 DA.La part belle des dépenses est consacrée aux légumes, qui absorbent 6000 DA mensuellement. En ce qui concerne le logement, l étude table sur une moyenne de DA le loyer par mois, et ce, pour un F3. C est une moyenne nationale. Cependant, il est utile de préciser que dans les grandes villes, telles qu Alger, Oran et Constantine, le loyer dépasse les DA. Dans la capitale, il peut atteindre les DA, toujours pour un F3. Pour l électricité et le gaz, la moyenne fixée est de 1500 DA par mois. Relevons que l étude n a pas inséré les dépenses de carburant. S agissant de l habillement, le prix d une tenue par personne, mais cette fois-ci par an, est fixé à 1166 DA, et pour les enfants entre 6000 et DA. L étude s étale sur le volet santé/soins. Elle évalue trois visites chez le médecin, par personne et par an, de 50 à 1000 DA, du secteur public au privé. Une visite chez le dentiste est estimée à 250 DA. 11

12 Le prix des médicaments dépasse les 1250 DA et les produits d hygiène 1500 DA. Quant à la scolarité, l achat des fournitures est évalué à 1000 DA. Là aussi, c est un référent national. Les frais de transports sont estimés à 3000 DA, la communication (téléphone de domicile et portable) à 2000 DA. En tout, l Algérien devrait percevoir au minimum un salaire de DA pour pouvoir répondre aux besoins élémentaires de la famille. Notons également que les auteurs de l étude n ont pas abordé le volet «loisirs». Abroger le décret n du 23 mars 1965 Le Snapap soutient que «si le calcul semble exagéré, puisque rares sont ceux qui bénéficient de cette entrée d argent, c est parce que les besoins théoriquement incompressibles sont réduits au strict minimum, alors que d autres besoins ne sont pas pris en compte vu la difficulté, sinon l impossibilité de les satisfaire (logement), sans parler du fait que les loisirs deviennent presque inabordables». Le syndicat estime que «devant ces éléments d informations, nous devons interpeller l opinion publique, la société civile et le pouvoir sur le décalage entre les besoins et la réponse fournie par ce système économique». Le Snapap appelle, par ailleurs, à l abrogation du décret exécutif n du 23 mars 1965 relatif aux indemnités à caractère familial. «Ce texte n est plus d actualité», soutient Fatmi Abdelkader, membre du conseil national du syndicat. Le décret stipule dans son article 1 que «le taux annuel de la majoration de l indemnité familiale et résidentielle, pour les enfants âgés de plus de 10 ans, est fixé conformément à 135 DA par enfant. Cette majoration ne peut s appliquer au-delà de trois enfants. Le troisième point indique que le taux annuel de l indemnité pour situation de famille est fixé à 66 DA». Enfin, le Snapap est convaincu que «ces problèmes sociaux doivent être quotidiennement rappelés». Et de conclure : «Nous devons répéter que les problèmes sont d ordre politique. Parallèlement à cette situation désastreuse qui touche la majorité, une minorité s accapare de toutes les richesses dans l ombre de la corruption financière. Si la dynamique syndicale a pu arracher des acquis, elle devra maintenant arracher des réponses qui permettent aux Algériens de sortir de ce cycle infernal en s appuyant sur cette dynamique syndicale et en s investissant personnellement pour construire une autre alternative économique.» Le sondage a été opéré auprès de salariés. «Chaque responsable syndicaliste a livré un questionnaire aux travailleurs, employés dans divers secteurs d activité. L échantillon concerne plus de 600 personnes. Les prix sont ceux affichés par les commerçants», explique M. Fatmi, l un des auteurs de l enquête. El Watan29 Septembre 2014 «Barcelo Hôtels & Resorts» fait son entrée en Algérie La Chaîne hôtelière espagnole «Barcelo Hôtels et Ressorts» a signé, hier, un accord avec l'entreprise algérienne «Rania Land Sarl», pour la gestion d'un hôtel urbain de 4 étoiles, à Skikda, et ce, durant 15 ans. Le choix de la ville de Skikda n'est pas fortuit, c'est la troisième ville pétrolière, la plus importante du pays. «Le Barcelo Skikda Bordj El Amine» est, actuellement, en construction, selon le propriétaire de l'hôtel, Mohamed Amine Benkeniou. «Le taux de réalisation est de 90 % et l'ouverture de l'hôtel de 178 chambres est prévue, pour le 2ème semestre 2015» a-t-il précisé, en marge de la signature de l'accord, à l'hôtel Sofitel'. La ministre du Tourisme et de l'artisanat, Nouria Yamina Zerhouni a mis l'accent sur la volonté de l'etat de développer, davantage, les partenariats dans le domaine du Tourisme. Bien évidement, en favorisant les opérations de partenariat qui porte sur le volet de la gestion des installations hôtelières, tout en se conformant aux standards internationaux. 12

13 Sur l'impact de l'enlèvement et l'exécution du touriste français, en Kabylie, par des groupes djihadistes et le risque sur l'attractivité des investissements étrangers, la ministre s'est dit persuadée que cet acte ne fera pas fuir les étrangers. Elle précise : «l'etat algérien est décidé, plus que jamais, à développer le secteur du Tourisme, en prenant en compte tous les aspects relatifs à son épanouissement». Et de poursuivre : «la signature d'un tel accord n'est qu'une preuve, de plus, pour aller de l'avant et la présence de l'ambassadeur d'espagne, en Algérie, lors de la signature de l'accord est une autre preuve sur l'engagement des étrangers à vouloir investir, en Algérie, et à vouloir développer, davantage, de partenariats», a-t-elle précisé. L'ambassadeur d'espagne en Algérie, Alejandro Polanco, a précisé, pour sa part, que les chaînes hôtelières espagnoles ont beaucoup d'expérience dans le domaine de la gestion des infrastructures hôtelières. Et de préciser que «Barcelo hôtels et Ressorts» compte aujourd'hui, 182 hôtels, à travers 32 pays. Il a affirmé que son pays est la troisième destination, dans le monde en matière de tourisme. «Nous avons enregistré, cette année, 60 millions de touristes, un chiffre jamais réalisé auparavant», a-t-il précisé, en confirmant l'intérêt de son pays à vouloir développer, davantage de partenariats, en Algérie, notamment dans la gestion des hôtels et villages touristiques. Le Quotidien d Oran 29 Septembre 2014 Oléïculture :Défaillances dans la mission de contrôle L oléiculture algérienne fait face à une grande question: Pourquoi la qualité n est pas au rendez-vous alors qu un consistant potentiel oléicole a été planté en l espace d une décennie (2 600 ha en 2004 et ha en 2014) et toujours avec l aide de l Etat, plusieurs huileries modernes ont été créées. «A l ouest du pays, prédomine la variété d olives dite Chemlal. Elle ne peut servir qu à la trituration donnant une huile à la couleur jaune clair et non pas verte comme en Kabylie. Mais surtout, elle a la particularité de figer à partir de - 6 en hiver, ce qui n est pas le cas de l huile d olive de Kabylie. D où, à partir de ces différences, les suspicions de mauvaise qualité», explique un oléifacteur à Aïn El Arba. Et pour lever d autres malentendus, notre interlocuteur énonce deux idées: «Vous savez, la qualité tient à plusieurs facteurs dont principalement la concurrence déloyale qui n est pas combattue et l absence de contrôle de la qualité de la part des organismes dits compétents. Par ailleurs, et sachant que la qualité, cela a un coût, ce n est même plus de la concurrence déloyale que soit vendu n importe quoi sous l appellation huile d olive à un prix dérisoire, cela s appelle de l escroquerie au détriment du consommateur! Donc le contrôle doit exister à tous les niveaux, à commencer par le lancement de la cueillette des olives qui doit être unifié. Comment se fait-il qu elle ait commencé à Témouchent alors que l olive n est pas encore arrivée à maturité et qu elle ne sera à terme que dans deux semaines environ? Pourquoi les services agricoles n imposent-ils pas une date de lancement comme cela se faisait pour les vendanges? Et puis, il y a le contrôle qui doit être effectué au niveau des huileries pour s assurer de l hygiène et du respect du process. Il y a enfin le contrôle au niveau du commerce! Il y a urgence effectivement d un contrôle au moins en amont pour commencer. En effet, des dizaines d oliviers, constituant des arbres d alignement le long des routes de la wilaya, sont actuellement maltraités par des jeunes qui, parce que pressés de cueillir le maximum d olives, en arrivent à leur arracher les rameaux. Benkrada Djamal, agent de sécurité du CFPA de Aïn el Arba, nous interpelle alors que nous photographions des jeunes à l œuvre. Il les avait empêchés de toucher aux beaux oliviers en façade de son institution. Il cueille une olive et nous la présente : «c est encore du bois, monsieur! Pressez, il n y a aucune mollesse. J ai alerté les services des forêts mais rien à faire!» Renseignements pris, ces arbres d alignement ont un statut juridique flou et sont sans protection administrative ou privée. 13

14 Les olives qui leur sont violemment arrachées sont vendues à des intermédiaires et ces derniers les cèdent comme olives de table sur les marchés hebdomadaires ou à travers le commerce après être devenues cancérigènes! En effet, achetées entre 30 et 50 DA le kg alors que la bonne olive l était en 2013 à 70 DA, elles sont saupoudrées de sulfate de fer, un produit chimique interdit qui permet leur noircissement artificiel. Après ce maquillage, elles passent à la potasse comme pour l olive «normale» et devenir un poison «comestible». El Watan29 Septembre 2014 La disposition sera prise en charge dans le cadre de la réglementation des activités La règle 51/49 ne figure pas dans le code des investissements Le ministre de l Industrie et des Mines précise que cette règle régissant les investissements étrangers en Algérie n est pas remise en cause. Elle est même élargie au commerce en gros et au détail. L Algérie veut, à la faveur de la relance de son développement industriel, prendre une part active dans les grandes actions structurantes à l œuvre dans l économie mondiale. C est du moins l ambition exposée par le ministre de l Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb, au sommet régional Europe, Mena and Eurasia du Forum économique mondial qui se tient depuis hier à Istanbul, en Turquie. Le ministre a présenté une communication sur la nouvelle vision économique de l Algérie, la stratégie industrielle en phase de mise en œuvre et les différentes réformes engagées. Le ministre a affirmé que l Algérie présente toutes les caractéristiques pour figurer dans un horizon proche parmi les pays émergents, soulignant l engagement d une dynamique pour parvenir à un régime d accumulation fondé sur des avantages comparatifs construits et non plus acquis et une croissance déconnectée du secteur des hydrocarbures avec pour objectif un taux de croissance de 7%. La réforme du code des investissements, qui est une pièce maîtresse, est vue comme un levier de repeuplement industriel. L objectif est de rendre le code des investissements beaucoup plus fluide et compétitif à l image de ce qui se fait dans le monde, explique M. Bouchouareb, précisant que cette réforme inclut une modulation des avantages en fonction des politiques de l État, un encouragement de l investissement étranger et, enfin, une facilitation. Le ministre réitère le fait que le principe du 51/49 n est pas remis en cause. Il est même élargi au commerce en gros et au détail. Cependant, le gouvernement a considéré inutile de faire figurer cette disposition dans le code des investissements. Elle sera prise en charge dans le cadre de la réglementation des activités. Plus globalement, l amélioration du climat des affaires est un objectif d importance dont le gouvernement prend toute la mesure et pour lequel il est résolu à agir efficacement. La matrice du Doing business est identifiée et les actions majeures sont en cours de définition et, pour certaines, de mise en œuvre, a assuré le ministre, en annonçant également que le gouvernement a engagé une révision de la loi d orientation de la PME et une réforme des agences chargées de soutenir les PME, l ANDPME et l Andi. M. Bouchouareb indique que le secteur industriel public a une place centrale dans la stratégie du gouvernement, il jouera un rôle d impulsion dans la croissance d orientation stratégique, mais aussi de régulation. Les entreprises publiques sont organisées par filières en groupes industriels capables de nouer des partenariats. Le ministre de l Industrie a assuré que l Algérie opte résolument pour une ouverture sur l économie mondiale, soulignant la grande importance qu il accorde au partenariat avec l Union européenne. 14

15 Il souhaite d ailleurs que le partenariat énergétique soit le déclencheur d une dynamique partenariale qualitativement nouvelle qui ouvrirait de réelles perspectives stratégiques à l industrie algérienne. La protection de la production nationale par le biais des tarifs n apparaît pas, aujourd hui, au ministre de l Industrie, pertinente ni adaptée aux réalités de l économie mondiale. Par ailleurs, M. Bouchouareb ne veut pas que l Algérie soit un pays de main-d œuvre low cost et nous limiter aux activités à forte intensité en main-d œuvre. Nous voulons entrer dans cette chaîne de valeur mondiale en recherchant les activités à haute intensité technologique, les activités de conception et de fabrication complexe, celles qui sont les moins substituables et celles qui exercent localement un effet de rayonnement et génèrent le plus de marge. 15 Liberté 29 Septembre 2014 Des opérateurs de l agroalimentaire dénoncent des entraves à l export Deux consortiums d exportation de produits agroalimentaires, GIPA et AAC, se sont constitués dans le cadre d un programme amorcé en février 2012 par le ministère de l industrie et ce, avec l assistance technique de l Organisation des nations unis pour le développement industriel (ONUDI). Mais, les exportateurs algériens ne sont pas au bout de leurs peines. Lors d une journée d information organisée par le ministère de l industrie et des mines ce mardi à la résidence de Djenane El Mithak, pour évaluer le projet de création de consortiums d exportation dédiés à l industrie alimentaire, des exportateurs présents ont profité de la tribune pour faire part des problèmes auxquelles ils font face au quotidien. «La philosophie en phase de l économie algérienne est celle de l importation et non pas de l exportation. Il y a beaucoup de contraintes qu il faudra sauter. Les choses doivent changer et nous sommes là justement pour les dénoncer. Exporter aujourd hui en Algérie, c est accepter d être humilier. Nous n avons pas commencé à exporter et nous sommes là pour cela», a martelé en préambule de sa présentation, Arezki Issiakhem, patron de la biscuiterie Isser Délice et président d Algerian Agro Cereals (AAC), consortium d exportation créé en 2013 et qui regroupe 9 entreprises. «Faire ensemble ce qu on ne peut faire seul» Selon Arezki Issiakhem, qui a dénoncé des pratiques bureaucratiques et le manque de coordination entre les administrations concernées par l exportation, AAC a commencé avec un noyau de six entreprises (Isser Délice, Couscous El Hadja, Maison Lahlou, Sosemie, le groupe Azzouz et les Moulins de l épi de blé «Moula Pâtes») avant d être rallié par trois autres (Belarôme, Arôme Algérie et Casbah). Le consortium est un Groupement d intérêt économique (GIE), une structure à but non lucratif qui vise selon président la promotion des produits de ses membres à l étranger. L autre consortium mis sur pied est le Groupement interprofessionnel des protéines animales (GIPA). Créé également en 2013, GIPA a la même forme juridique que l AAC et regroupe sept entreprises à savoir, Inalca Algérie, Prima Viandes, Simpex Afric, ONDPA, Gouraya, Radja Food, Sarl Haal et la laiterie Soummam. L objectif de ces consortiums est la mutualisation des ressources, notamment en matière de promotion et de marketing, pour la conquête des marchés internationaux. «Il s agit de faire ensemble ce qu on ne peut faire seuls», a expliqué le vice-président de GIPA, M. Omar Aouci, patron d ONDPA entreprises viables créées chaque année dans le secteur l agroalimentaire Le projet du ministère de l industrie soutenu par l ONUDI, s étalant sur trois années, en prévoit la création de trois. Or, précise-t-on, en plus de GIPA et AAC qui déjà été formellement constitués, un troisième consortium regroupant les producteurs de boissons et deux autres à vocation territoriales, à l ouest (Tlemcen et Oran) et à l Est (Bejaia) visant la promotion de produits de terroir, sont en cours de création. Selon les explications fournies à l occasion, le ministère de l industrie a choisi le secteur de l agroalimentaire pour l importance de son potentiel.

16 Le secteur compte entités économiques de différentes tailles, contribue à hauteur de 50 % au PIB industriel, représente 33 % de la valeur ajoutée du secteur industriel, soit 197 milliards de DA (2,5 milliards USD environ), emploie personnes, soit 40 % de la population active en industrie. C est un secteur qui connait une dynamique permanente, créant chaque année depuis 2010 un millier d entreprises viables et qui enregistre l émergence de groupes industriels. Cette dynamique a favorisé la création de consortiums comme outils de promotions d un nombre d entreprises mais, cela ne règlerait pas le problème auxquels sont confrontés les exportateurs algériens, selon Ali Bey Nasri, président de l association des exportateurs algériens (Anexal). «Les conditions ne sont pas réunies pour développer une économie exportatrice», a-t-il conclu. En 2013, les importations de produits alimentaires se sont élevées à 9,6 milliards USD contre des exportations qui n ont pas dépassé les 400 millions USD. Maghreb Emergeant 30 Septembre milliards de dinars pour le prochain quinquennal LE MINISTRE DE L'AGRICULTURE ET DU DÉVELOPPEMENT RURAL, ABDELOUAHAB NOURI, A ANNONCÉ, À PARTIR D AÏN DEFLA, QU'UNE ENVELOPPE DE 300 MILLIARDS DA PAR AN, SOIT 100 MILLIARDS DE PLUS QUE PAR LE PASSÉ, SERA CONSACRÉE À L AGRICULTURE AU TITRE DU PLAN QUINQUENNAL M. Nouri, qui s exprimait dans le cadre de la célébration de la Journée nationale de la vulgarisation agricole abritée officiellement, cette année, par la wilaya d Aïn Defla, a indiqué que «l importance de cette enveloppe dénote de l intérêt accordé au secteur de l agriculture». «L importance de cette enveloppe dénote également de la volonté des pouvoirs publics à oeuvrer pour la sécurité alimentaire du pays», a ajouté M. Nouri. Le ministre a, à cet égard, mis l accent sur le fait «qu il ne peut y avoir de réussite dans le domaine de l agriculture sans un vaste recours à la mécanisation des moyens utilisés ainsi qu aux fertilisants». L assurance agricole constitue une autre condition de la réussite du secteur de l agriculture, a souligné le ministre, qualifiant le peu de recours à ce volet de la part de nombre d agriculteurs de comportement d «irresponsable». Evoquant la santé animale, le ministre a rendu hommage aux vétérinaires pour la mobilisation et le surpassement dont ils ont fait preuve au lendemain de l apparition des premiers cas de fièvre aphteuse. A la fin de la cérémonie relative à la Journée nationale de vulgarisation agricole, des présents ont été offerts aux agriculteurs de la wilaya d Aïn Defla qui se sont distingués par leurs résultats dans le domaine de la production. Auparavant, M. Nouri, avait procédé à l'inauguration du Salon national des équipements et des produits agricoles et du froid. Une soixantaine d'entreprises prennent part à cette manifestation de trois jours, organisée au niveau de la salle omnisports de la ville d Aïn Defla. Accompagné par les autorités locales, dont les responsables du secteur de l'agriculture, le ministre a, à cette occasion, visité les différents stands de ce salon, où sont exposés divers produits et équipements agricoles. Tout en se félicitant de la qualité des produits exposés, le ministre a instruit les techniciens agricoles à «quitter leurs bureaux et à se rendre sur le terrain en vue de nouer un contact direct avec les agriculteurs». Il est à noter qu'au niveau de la ferme Zerouala, située dans la commune d Arib, M. Nouri, a procédé au lancement de la campagne agricole , coïncidant avec la célébration de la Journée nationale de la vulgarisation agricole. La Nouvelle République 30 Septembre

17 La pénalisation des actes de gestion, un alibi en béton pour des managers déphasés Les managers des entreprises publiques n ont pas eu leur mot à dire sur la réorganisation en cours du secteur industriel. Ce qui confirme leur faible poids dans la décision économique. Un nouveau système de rémunération va être mis en place au profit des gestionnaires des entreprises publiques, selon diverses sources proches du gouvernement. Celui-ci est prêt à faire un effort financier sur ce terrain, mais pas sur la vieille revendication concernant la dépénalisation des actes de gestion, confirmant que s il est prêt à brandir la carotte, il ne n est pas disposé à lâcher le bâton. Les gestionnaires, eux, restent discrets. Ils paraissent prêts à se contenter d une amélioration de leur revenu, sans modification des règles du jeu. Ils semblent aussi avoir admis que la décision au sein de l entreprise leur échappe. Ils n ont plus qu à négocier au mieux ce que le pouvoir est prêt à donner en contrepartie. Curieusement, la revendication concernant la rémunération des gestionnaires est brandie par des dirigeants syndicaux, non par les managers eux-mêmes. Amar Takdjout, responsable de la fédération textiles et cuirs de l UGTA, et proche du patron de l organisation, Abdelmadjid Sidi-Saïd, s est fait le porte-parole des managers. Comment veut-on des résultats avec des PDG rémunérés au niveau actuel, a t-il protesté. Salim Labatcha, président de la fédération des travailleurs de l agro-alimentaire, a pris le relais pour annoncer un nouveau système de rémunération pour bientôt, sans en donner les contours. Prédominances des réseaux Les dirigeants syndicaux ont affirmé que ce changement s impose notamment pour «harmoniser les salaires», après l abrogation de l article 87 bis du code du travail, qui va déboucher sur une augmentation importante des bas salaires. Il faut revoir l ensemble des rémunérations pour maintenir la cohérence des salaires et conserver les écarts nécessaires en vue de récompenser les diplômes et l expérience, a déclaré M. Labatcha. Le gouvernement est prêt à accéder à cette requête. C est lui qui, dans les faits, nomme les patrons d entreprises, selon les règles admises des réseaux et des clientèles. Derrière le discours concernant la compétitivité et l efficacité des entreprises, les choses se décident «au gré des intérêts des réseaux», affirme un ancien gestionnaire à Maghreb Emergent. «Etre compétent peut servir. Mais appartenir au réseau et être docile est plus important», dit-il.en tout état de cause, les patrons d entreprise n ont guère de pouvoir. Ils l ont admis, et beaucoup d entre eux ne font même plus semblant. Ainsi, le nouveau ministre de l industrie Abdesselam Bouchouareb a annoncé un nouveau plan d organisation des entreprises publiques, pour en ramener le nombre à une dizaine. Aucun chef d entreprise n a émis un avis différent. Seuls quelques zélateurs se sont exprimés pour saluer la nouvelle organisation, dans laquelle ils espèrent accéder à un poste en adéquation avec leur zèle. Les gestionnaires ignorés dans les grandes décisions La décision de réorganiser les entreprises a été annoncée sans débat public, et l exécution sera assurée par les mêmes gestionnaires qui ont appliqué la précédente réforme. Sans illusion, un ancien ministre parle de «démission» des gestionnaires. Ceux-ci «continuent de tenir un discours sur la dépénalisation des actes de gestion, mais en réalité, c est un simple alibi pour justifier leur position», dit-il. La plupart des managers des entreprises publiques évoquent en effet la possibilité d être poursuivi en justice pour justifier l immobilisme qui caractérise le secteur public. «Les managers sont apparemment dans une situation délicate, mais en réalité, elle est très confortable. Ils se contentent d appliquer les instructions», estime cet ancien ministre, qui leur reproche de «n assumer ni la gestion, ni ses conséquences». Il note toutefois quelques exceptions où, selon lui, «l indépendance du gestionnaire a donné de vrais résultats». Peur de représailles 17

18 A l appui de ce point de vue, à l opposé du discours dominant sur des managers prisonniers d un système qui les pénalise, cet ancien ministre cite les grandes affaires de corruption où les managers ont avalisé des décisions suspectes. «L affaire Chakib Khelil a montré que les managers des deux plus grandes entreprises du pays, Sonatrach et Sonelgaz, ne pouvaient ignorer certaines choses. Ils ont fermé les yeux». Par peur des représailles? Par complicité? «Peu importe, car le résultat est le même. Le préjudice est énorme pour l entreprise et pour l écconomie du pays».un banquier, installé à l étranger, va plus loin. «Une sélection s est faite au fil des années», dit-il. «Les managers les plus performants ont été poussés vers la sortie, au profit de bureaucrates dociles, qui se cachent derrière la menace» de poursuites pénales pour justifier leur immobilisme. Les autres ont baissé les bras, avec le sentiment que c était inutile» ; même si, concède cependant notre interlocuteur : «Le besoin de bien gérer certains secteurs a sauvé quelques bons techniciens qui restent dans le circuit Maghreb Emergent 30 septembre 2014 Ce que les importateurs doivent savoir Par ces amendements, l'algérie veut se mettre en conformité avec les règles de l'omc. Le nouveau système de licence d'importation prévu par le projet d'amendement de la loi relative aux opérations de commerce extérieur de marchandises n'est pas de nature restrictive, mais vise essentiellement à veiller sur la santé humaine et animale ainsi que la sécurité des produits conformément aux règles de l'omc, ont indiqué des responsables du ministère du Commerce. «A la différence du régime restrictif de licences appliqué auparavant en matière d'importations, ces prochaines licences sont définies comme des procédures administratives dans les règles de l'omc et visent à assurer une meilleure qualité et sécurité des produits afin de préserver la santé humaine, animale et végétale», explique le directeur général du commerce extérieur auprès du ministère, Chérif Zaâf. En effet, l'omc prévoit les licences d'importation qui sont des procédures administratives exigeant comme condition préalable à l'importation de marchandises, la présentation à l'organe administratif compétent d'une demande qui est distincte des documents requis aux fins douanières. Pour se mettre en conformité avec les règles exigées par l'omc, le ministère du Commerce a, donc, élaboré un projet d'amendement de l'ordonnance du 19 juillet 2003 relatif aux règles générales applicables aux opérations d'importation et d'exportation de marchandises, a ainsi fait savoir M.Zaâf. Ce projet de texte, a-t-il ajouté, a été soumis récemment au niveau du gouvernement pour adoption. «Les amendements vont nous permettre de mettre à niveau notre législation (par rapport aux règles de l'omc) car nos experts ont constaté des disparités dans les évaluations des licences actuelles», a-t-il expliqué. Actuellement, ce genre de licences existe, mais sous d'autres appellations telles que l'autorisation sanitaire ou phytosanitaire ou bien l'homologation. En fait, le nouveau mode de délivrance de licences, prévu par ce projet de loi, vise à simplifier et à rendre transparentes les procédures en vigueur d'octroi de licences d'importation pour s'assurer que l'attribution de ces documents «soit appliquée et administrée de manière juste et équitable», selon le même responsable. D'ailleurs, l'omc précise clairement que cela vise également à optimiser le processus utilisé dans l'octroi des licences d'importation afin que celui-ci n'entraîne pas une restriction ou une distorsion des importations. En conséquence, note le même responsable, la différence entre la nature du système des licences d'importation accordées dans les années 1970 et 1980 et celle prévue par le projet de loi est «claire». En effet, les licences attribuées au cours de ces années-là se traduisaient par un document établi selon un formulaire arrêté à l'avance par le gouvernement en coordination, soit avec l'entreprise qui avait le monopole d'importation, soit avec la Chambre de commerce, rappelle M.Zaâf qui relève qu'il s'agissait d'un document qui représentait carrément une autorisation pour importer. «L'Etat gérait, à ce moment-là, les ressources budgétaires du pays en fonction des besoins d'approvisionnement du marché national», ajoute-t-il. 18

19 Pour sa part, le directeur des relations avec l'omc au ministère du Commerce, M. El Hadi Belarima, relève que la différence entre cet ancien régime de licences et ce qui est prévu par le projet de loi se situe au niveau de l'objectif recherché. Si l'ancien régime avait pour but la répartition d'un montant de devises sur des importateurs, le projet de texte vise «à veiller sur la loyauté des transactions commerciales, et ce, que ce soit entre la communauté des commerçants eux-mêmes lorsqu'il font leurs échanges ou entre le détaillant et le consommateur», relève-t-il. Dans ce sens, il explicite encore que le contrôle fait par l'administration ne concerne que les aspects de la qualité et de la conformité et non pas les aspects commerciaux. L Expression 01 Octobre 2014 Les TIC valent 195 milliards de dollars en Afrique du Nord Le développement des technologies propres constitue un marché de 195 milliards de dollars dans la région Afrique du Nord et Moyen-Orient (Mena) sur un total mondial de milliards de dollars. C'est ce qu'indique un rapport de la Banque mondiale rapporté aujourd'hui par Algérie presse service, intitulé «Développer des industries vertes compétitives: l'aubaine des technologies climatiques propres pour les pays en développement». Selon ce document, les technologies propres, que sont l'énergie solaire, le recyclage des eaux usées et plus généralement l'hydraulique, sont prometteuses pour les PME de la région. «Les PME constituent un moteur essentiel de création d'emplois. De plus, les emplois créés dans ces technologies sont plutôt de meilleure qualité que ceux des autres secteurs puisqu'ils sont en moyenne plus qualifiés, plus sûrs et mieux rémunérés.» Regain d intérêt pour la filière apicole Des subventions à l attrait significatif L Expression 01 Octobre 2014 A l instar de nombreuses productions agricoles les plus adaptées aux zones de montagne, l apiculture connaît un regain d intérêt significatif ces dernières années. C est du moins le constat qui se dégage du rythme de croissance de cette activité depuis la mise en œuvre des mesures incitatives diverses et le renforcement des aides octroyées aux apiculteurs. La wilaya de Tizi Ouzou, une région dont le territoire est un relief montagneux dans sa grande majorité, confirme d année en année ses potentialités multiples dans le domaine de la production du miel et autres produits apicoles multiples. Lors de la 2ème édition du festival de «l abeille et le miel» qui s est tenu dans la région de Bouzguene, à l est du chef-lieu de la wilaya, des dizaines de producteurs apicoles, les responsables locaux du secteur agricole et autres spécialistes en la matière ont été nombreux à mettre en exergue les performances que la filière gagne de plus en plus. A titre illustratif, dans cette région du pays, la filière apicole a connu une extension de 60% entre 2000 et 2012, et ce, en termes de nombre de ruches exploitées qui est passé de à plus de durant la période de référence alors que la production de miel atteint la moyenne annuelle de quintaux, selon le bilan présenté par la direction des services agricoles de wilaya à l occasion de la manifestation qui a eu lieu du 15 au 17 août dernier. 19

20 L engouement pour la production de produits apicoles est, toutefois, l effet d entraînement du système de subventions mis en œuvre depuis le déploiement de la politique du Renouveau agricole et rural. Ainsi, les barèmes des subventions, redéfinis et appliqués depuis septembre 2013, laissent constater une nette hausse des aides octroyées pour l investissement dans l apiculture, ce qui renseigne sur la volonté des pouvoirs publics en charge du secteur agricole à rendre cette filière davantage attractive. Au chapitre intitulé développement de la production et la productivité apicoles, la nomenclature du ministère de l agriculture et du développement rural prévoit dinars pour toute acquisition d un nouveau module de dix (10) ruches avec un plafonnement de trois modules maximum. Pour l acquisition de matériels et équipements spécialisés d élevage, les aides de l Etat sont de 30% du prix d achat avec un plafonnement de DA. Au niveau de la phase récolte de miel, les services du ministère de tutelle prévoient des aides respectives de DA pour l acquisition d un extracteur, DA pour le matériel de maturation et des aides d un montant similaire pour l acquisition d une chaudière à cire et un désoperculateur. Cependant, les aides prévues pour la production des ruches et d essaims sont de l ordre de 30% avec un plafonnement à 1,5 million de dinars. Autant d aides qui incitent de plus en plus les porteurs de projets d investissement à s intéresser à l activité d apiculteur. En revanche, les embûches sont nombreuses à freiner l élan de la filière apicole. A cet égard, les apiculteurs rencontrés au festival du miel de Bouzguene (Tizi Ouzou) regrettent les lenteurs énormes dans l application des mesures d aide sur le terrain. C est le cas d un jeune agronome ayant opté pour l investissement dans la production de miel et de pollen et qui attend ses subventions pour la trentaine de ruches qu il a acquises ainsi qu un matériel d élevage alors que son projet est opérationnel depuis plus d une année. Les banques sont les premières à être pointées du doigt par ces dizaines de jeunes apiculteurs qui leur reprochent les retards énormes dans l exécution des ordres de paiement à leur profit émanant des services agricoles. En aval, les contraintes qui empêchent l avènement d une filière apicole performante et compétitive, se posent en matière de la régulation du marché des produits apicoles qui demeure sous la prédominance des pratiques informelles, ce qui favorise en conséquence la multiplication des cas de fraudes et de tricheries sur la qualité des produits proposés à la vente. Econews 02 Octobre 2014 Afin de lutter contre le détournement des terres agricoles : Une nouvelle circulaire contre le phénomène Une circulaire a été émise récemment par le ministère de l'agriculture et du Développement rural pour mettre en garde contre le détournement d'une manière effrénée des terres agricoles à des fins d'urbanisation et d'industrialisation. "Les bilans établis dans le cadre des opérations de déclassement des terres agricoles révèlent, d'une manière claire, une consommation effrénée et sans précèdent des terres agricoles à des fins d'urbanisation et d'industrialisation", lit-on dans la circulaire signée le 3 septembre par le ministre de l'agriculture et du Développement rural, M. Abdelwahab Nouri, a appris l'aps auprès de ce département ministériel. Le ministre avertit que si cette tendance venait à être maintenue, "la situation risque inévitablement de porter préjudice aux efforts déployés" par les autorités dans le domaine de 20

«L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE»

«L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE» Ministère de l Industrie de la PME et de la de la Promotion des Investissements Communication «L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE» Présentée par: Mr A.C. BOUDIA Madrid, Octobre 2012 Une importante position Géo-Stratégique

Plus en détail

Rencontre programme d aide à la création d entreprises innovantes en Méditerranée Paris, 6, 7 et 8 mars 2012

Rencontre programme d aide à la création d entreprises innovantes en Méditerranée Paris, 6, 7 et 8 mars 2012 Rencontre programme d aide à la création d entreprises innovantes en Méditerranée Paris, 6, 7 et 8 mars 2012 Investir en Algérie : Mode opératoire Ahmed BERRiCHI, Directeur d Etudes Agence Nationale de

Plus en détail

Meilleure appréhension des marchés et du positionnement de la PME :

Meilleure appréhension des marchés et du positionnement de la PME : I Mise à niveau des Petites et Moyennes Entreprises : La mise à niveau est un défi et un enjeu qui s inscrivent dans la démarche globale d amélioration de la compétitivité de l économie nationale en général

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire

République Algérienne Démocratique et Populaire République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction Générale de la Régulation et de l Organisation des Activités Direction des Etudes de la Prospective et de l Information Economique

Plus en détail

Le tourisme, un impératif national d avenir...

Le tourisme, un impératif national d avenir... Le tourisme, un impératif national d avenir... 2 Le développement du tourisme est consacré par le Schéma Directeur de l Aménagement Touristique SDAT qui vise une «mise en tourisme» de l Algérie à l horizon

Plus en détail

MERCI DE NOUS RENVOYER VOTRE TEST A : info@soft-formation.com TEST ESPAGNOL NOM DU STAGIAIRE : PRENOM DU STAGIAIRE :

MERCI DE NOUS RENVOYER VOTRE TEST A : info@soft-formation.com TEST ESPAGNOL NOM DU STAGIAIRE : PRENOM DU STAGIAIRE : MERCI DE NOUS RENVOYER VOTRE TEST A : info@soft-formation.com SOCIETE : RESPONSABLE FORMATION : TEST ESPAGNOL TELEPHONE : FAX : NOM DU STAGIAIRE : PRENOM DU STAGIAIRE : TELEPHONE : FAX : DATE DU TEST ECRIT

Plus en détail

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort Chiffres clés 1 207 emplois en moyenne sur l année 2011 dans le Territoire de Belfort*. Soit 850 emplois en équivalent temps plein (dont plus de 700 en zone urbaine). 2,4 % de l emploi total du département.

Plus en détail

Professeurs ESCP-EAP vers TEC Monterrey (Mexique)

Professeurs ESCP-EAP vers TEC Monterrey (Mexique) Professeurs ESCP-EAP vers TEC Monterrey (Mexique) Professeur Période Thématique traitée Cadre de l intervention Florence PINOT Novembre 2006 Inauguration de la Chaire ESCP- EAP et intervention au colloque

Plus en détail

DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES DANS LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION ET DE LA GESTION DES CENTRES COMMERCIAUX

DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES DANS LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION ET DE LA GESTION DES CENTRES COMMERCIAUX DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES DANS LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION ET DE LA GESTION DES CENTRES COMMERCIAUX Monsieur AIT ABDERRAHMANE Abdelaziz Directeur Général de la Régulation et de l Organisation

Plus en détail

Programme National Mise à Niveau des PME.

Programme National Mise à Niveau des PME. REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l Industrie, de la Petite et Moyenne Entreprise et de la Promotion de l Investissement AGENCE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA PME Programme

Plus en détail

N 417. Votre Revue de Presse Du 16/ 06 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015

N 417. Votre Revue de Presse Du 16/ 06 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 N 417 By Votre Revue de Presse Du 16/ 06 /2015 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 Mardi 16 Juin 2015 1 Site tunisien de l investissement Des handicaps qui persistent

Plus en détail

«Ensemble Osons l International»

«Ensemble Osons l International» MISSION DE PROSPECTION ALGERIE, ALGER DU 29 SEPTEMBRE AU 2 OCTOBRE 2014 «Ensemble Osons l International» 1 P a g e [ ALGERIE ] Chiffres clés Capitale : Alger Taux de croissance : 3,2% en 2014 (prévision)

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

ATELIER DE RESTITUTION DU 27 NOVEMBRE 2014 ETUDE SECTEUR AGROALIMENTAIRE PROGRAMME EDEC

ATELIER DE RESTITUTION DU 27 NOVEMBRE 2014 ETUDE SECTEUR AGROALIMENTAIRE PROGRAMME EDEC Ministère Chargé du Commerce Extérieur ATELIER DE RESTITUTION DU 27 NOVEMBRE 2014 ETUDE SECTEUR AGROALIMENTAIRE PROGRAMME EDEC Présentation du secteur agroalimentaire (IAA) Le secteur des industries agroalimentaires

Plus en détail

Lutte contre le changement climatique : que pouvons-nous faire ensemble?

Lutte contre le changement climatique : que pouvons-nous faire ensemble? 1 res Rencontres franco-espagnoles du développement durable Lutte contre le changement climatique : que pouvons-nous faire ensemble? Présidées par : Arnaud Leroy, député des Français établis hors de France

Plus en détail

Indicateurs macroéconomiques

Indicateurs macroéconomiques DEVELOPPEMENT DE L INVESTISSEMENT EN ALGERIE Atelier 2 Alger, le 11 Mai 2011 Indicateurs macroéconomiques Au vu des caractéristiques suivantes de l économie algérienne dépendante des hydrocarbures (Statistiques

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Plan d action national en faveur du commerce équitable

Plan d action national en faveur du commerce équitable préparé sous la coordination des MINISTRE DELEGUE CHARGE DU DEVELOPPEMENT MINISTRE DELEGUE CHARGE DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET DE LA CONSOMMATION Plan d action national en faveur du commerce équitable

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL

Pôle de compétitivité Aerospace Valley CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL Pôle de compétitivité Aerospace Valley Prestation de consultant Action Collective CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL Cahier des charges Accompagnement de PME à l international Réf. AV-2014-271 AEROSPACE VALLEY

Plus en détail

Dossier de presse. SIAL 2010 : Groupama Assurance-Crédit présente la nouvelle plaquette Défaillances d entreprises 2010-2011

Dossier de presse. SIAL 2010 : Groupama Assurance-Crédit présente la nouvelle plaquette Défaillances d entreprises 2010-2011 19 octobre 2010 Dossier de presse SIAL 2010 : Groupama Assurance-Crédit présente la nouvelle plaquette Défaillances d entreprises 2010-2011 «Les bilans des entreprises gardent les stigmates de la crise»

Plus en détail

Réunion d experts Financement du développement en Afrique du Nord Rabat, Maroc, 19-21 octobre 2010

Réunion d experts Financement du développement en Afrique du Nord Rabat, Maroc, 19-21 octobre 2010 CEA-AN/AH/FD/10/3 Nations Unies Commission économique pour l Afrique Bureau pour l Afrique du Nord Réunion d experts Financement du développement en Afrique du Nord Rabat, Maroc, 19-21 octobre 2010 LE

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

Principales aides financières au Développement Export

Principales aides financières au Développement Export Principales aides financières au Développement Export Retrouver en page 5 " L appui régional aux Projets Stratégiques d Entreprises" > Régionales Programme ASTREE / Aide Stratégique Régionale à l Entreprise

Plus en détail

Un impact fort, mais contrasté

Un impact fort, mais contrasté 6 TOURISME Le tourisme en chiffres Un impact fort, mais contrasté 13,6 milliards de chiffre d affaires, 2,7 milliards de valeur ajoutée. Il est toujours difficile de mesurer le poids économique de l activité

Plus en détail

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française Dossier de presse Octobre 2014 Après de trop longues années de crise, un léger vent d optimisme souffle enfin sur notre industrie automobile.

Plus en détail

TU NUEVA IDEA DE FARMACIA

TU NUEVA IDEA DE FARMACIA VOTRE NOUVELLE CONCEPTION DE PHARMACIE Solutions d ameublement pour le monde de la santé, du bien-être et de la beauté. TU NUEVA IDEA DE FARMACIA Soluciones de mobiliario comercial para el mundo de la

Plus en détail

Emmanuel MACRON, ministre de l Economie, de l Industrie et du Numérique

Emmanuel MACRON, ministre de l Economie, de l Industrie et du Numérique 3 Éditorial «Le numérique est aujourd hui dans tous les usages : les transports, les entreprises, les loisirs, les objets connectés, l accès à l information, les smartphones, etc. Mais il n est pas dans

Plus en détail

Régime de l utilisation de terres en Chine

Régime de l utilisation de terres en Chine Régime de l utilisation de terres en Chine La première Constitution chinoise en 1954 a stipulé qu en Chine le sol en milieu urbain appartient à l État, en milieu rural il appartient aux collectivités locales.

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR

OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR COMMUNIQUE DE PRESSE - Mercredi 1 er octobre 2014 OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR Présidée depuis mars 2014 par Jean- Michel LAVEDRINE,

Plus en détail

Travailler en réseau. Know Cities: un proyecto de red

Travailler en réseau. Know Cities: un proyecto de red Travailler en réseau Know Cities: un proyecto de red Tamara Guirao-Espiñeira Conférence des Villes de l Arc Atlantique CVAA- CAAC-CCAA coordinator@atlanticcities.eu Juillet 2013 Origen del proyecto El

Plus en détail

4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM

4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM 4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM Excellence, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement

Plus en détail

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste Appel à projets " Plan Climat Régional» Soutien de l investissement participatif dans les énergies renouvelables et la maîtrise de l énergie au bénéfice des territoires 1 Contexte : Les grands objectifs

Plus en détail

Préparé par : Mathieu Gagnon, BAA, MGP. 04 mars 2015 Document : 0315-MEM-STOLT-GM Révision 0

Préparé par : Mathieu Gagnon, BAA, MGP. 04 mars 2015 Document : 0315-MEM-STOLT-GM Révision 0 MÉMOIRE présenté au Bureau d audiences publiques sur l environnement dans le cadre du projet de construction d une installation de liquéfaction de gaz naturel à Préparé par : Mathieu Gagnon, BAA, MGP 04

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT?

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Le plan d investissement pour l Europe sera constitué d un ensemble de mesures visant à libérer au moins 315 milliards d euros d investissements publics et privés

Plus en détail

ALLIANCE ASSURANCES ENTAME LA SECONDE PHASE

ALLIANCE ASSURANCES ENTAME LA SECONDE PHASE ALLIANCE ASSURANCES ENTAME LA SECONDE PHASE DE L APPEL PUBLIC A L EPARGNE AVEC INTRODUCTION DE L ACTION A LA COTE OFFICIELLE DE LA BOURSE D ALGER Alger- le 31 octobre 2010. Le jeudi 28 Octobre, Alliance

Plus en détail

Monsieur le Préfet, j ai porté une grande attention sur le chapitre relatif à la sauvegarde de l emploi et au développement économique.

Monsieur le Préfet, j ai porté une grande attention sur le chapitre relatif à la sauvegarde de l emploi et au développement économique. Question de M. Michel PETIT, Conseiller Général du canton de Beaumetz-les-Loges, Président du groupe Union@ction.62, à M. Denis ROBIN, Préfet du Pas-de-Calais, sur les mesures en matière de soutien à l

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

N 362. Votre Revue de Presse Du 24/ 03 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015

N 362. Votre Revue de Presse Du 24/ 03 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 N 362 By Votre Revue de Presse Du 24/ 03 /2015 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 Création d entreprises Nouveaux promoteursle parcours d obstacles Les jeunes promoteurs

Plus en détail

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)»

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Investissements d avenir Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Appel à projets «Innovation et compétitivité des filières agricoles et agroalimentaires» Volet compétitif «Initiatives

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10 FIN-INTER-05 ANALYSE D UN CAS CONCRET : EADS Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 8 heures. Objectifs : o Utiliser les acquis des cours précédents sur un cas concret. Pré requis

Plus en détail

Collections Statistiques N 183 Série S : Statistiques Sociales. - Par - La Direction technique chargée des statistiques sociales et des revenus

Collections Statistiques N 183 Série S : Statistiques Sociales. - Par - La Direction technique chargée des statistiques sociales et des revenus Collections Statistiques N 183 Série S : Statistiques Sociales ENQUÊTE SUR LES DÉPENSES DE CONSOMMATION ET LE NIVEAU DE VIE DES MÉNAGES 2011 Dépenses de consommation des ménages algériens en 2011 - Par

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur.

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur. INVESTIR AU TCHAD POURQUOI INVESTIR AU TCHAD Des Potentialités Economiques Enormes Un Environnement Politique et Economique Favorable Une Activité Economique Réglementée Un Cadre Indicatif Favorable. DES

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE 2015 Résumé Le niveau et la dynamique de développement du transport aérien suisse sont analysés et évalués dans le cadre d un vaste monitoring

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

Révision du modèle d affaires en tourisme

Révision du modèle d affaires en tourisme Révision du modèle d affaires en tourisme La révision du modèle d affaires Le point de départ (1/2) Volonté du gouvernement de relancer l économie et l emploi rapidement; Investissements privés, innovation,

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Chiffre d affaires du 3 ème trimestre et des 9 premiers mois 2013 16 octobre 2013 Croissance organique des 9 premiers mois : +5,5% Tendances solides dans l ensemble du Groupe Impact

Plus en détail

M06/3/BUSMT/HP2/FRE/TZ0/XX+ COMMERCE ET Gestion. Mercredi 17 mai 2006 (matin) 2 heures 30 minutes

M06/3/BUSMT/HP2/FRE/TZ0/XX+ COMMERCE ET Gestion. Mercredi 17 mai 2006 (matin) 2 heures 30 minutes IB DIPLOMA PROGRAMME PROGRAMME DU DIPLÔME DU BI PROGRAMA DEL DIPLOMA DEL BI COMMERCE ET Gestion Niveau supérieur ÉPREUVE 2 22065024 Mercredi 17 mai 2006 (matin) 2 heures 30 minutes Instructions destinées

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social»

Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social» Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social» Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Compte rendu Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15 Compte rendu n 25 Audition, ouverte à la presse, de M. Patrice BÉGAY,

Plus en détail

MISSION D AFFAIRES PACA EN RUSSIE

MISSION D AFFAIRES PACA EN RUSSIE vous proposent, dans le cadre du programme consulaire régional, une : MISSION D AFFAIRES PACA EN RUSSIE du 23 au 29 Juin 2013 Prospections personnalisées à Moscou et/ou Saint-Pétersbourg Secteurs : agroalimentaire

Plus en détail

RECUEIL DES REFERENCES DES TEXTES REGLEMENTAIRES LIES A L ACTIVITE DU CONTROLE

RECUEIL DES REFERENCES DES TEXTES REGLEMENTAIRES LIES A L ACTIVITE DU CONTROLE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DU COMMERCE DIRECTION GENERALE DU CONTROLE ECONOMIQUE ET DE LA REPRESSION DES FRAUDES DIRECTION DU CONTROLE DE LA QUALITE ET DE LA REPRESSION

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS 1 L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS xz Sabrina TONNERRE Juriste Master II Droit des activités économiques Option Droit de l agroalimentaire Sous la direction de Maître

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

École Supérieure Algérienne des Affaires 2ième Rencontres du Consortium ESAA-entreprises Mutation digitale et conséquences sur l organisation de l entreprise et ses salariés ( 3 Juin 2015) La digitalisation

Plus en détail

Rencontres d affaires franco italiennes à l occasion du salon SOLAR EXPO de Milan (Milan, 08 09/05/2013) Un évènement de «The Innovation Cloud»

Rencontres d affaires franco italiennes à l occasion du salon SOLAR EXPO de Milan (Milan, 08 09/05/2013) Un évènement de «The Innovation Cloud» Rencontres d affaires franco italiennes à l occasion du salon SOLAR EXPO de Milan (Milan, 08 09/05/2013) Un évènement de «The Innovation Cloud» Votre contact UBIFRANCE : Davide Goruppi Infrastructures

Plus en détail

Newsletter presse n 27

Newsletter presse n 27 Direction des Relations avec les Médias N 26/DRM/2014 Newsletter presse n 27 Nos projets Leviers de développement économique Edition électronique Mars 2014 Manel AIT-MEKIDECHE Newsletter n 27 Mars 2014

Plus en détail

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Chiffre d affaires 1 2006 : 1 698 millions d euros, comparable à celui de l exercice précédent Chiffre d affaires du 4 ème trimestre

Plus en détail

L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire

L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Fatou Ndoye Virginie DATTLER enda Graf 2010 La crise économique et financière qui frappe le monde, est encore

Plus en détail

BULLETIN D INSCRIPTION 1 : STAGES ESPAGNE

BULLETIN D INSCRIPTION 1 : STAGES ESPAGNE BULLETIN D INSCRIPTION 1 : STAGES ESPAGNE 177, Boulevard de Créteil 94100 St Maur contact@centre-easylangues.com www.centre-easylangues.com 01 42 83 48 30 Pour vous inscrire, merci de nous retourner :

Plus en détail

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE :

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE : MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) 1ER - DE LA CRISE À LA GUERRE DE LA CRISE À LA GUERRE (1929-1945) L ÉCONOMIE EN CRISE DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE

Plus en détail

TESTS D ÉVALUATION DU FRANÇAIS POUR L ADMISSION AU MASTER

TESTS D ÉVALUATION DU FRANÇAIS POUR L ADMISSION AU MASTER TESTS D ÉVALUATION DU FRANÇAIS POUR L ADMISSION AU MASTER TEST Nr.2 Ière épreuve. ( /20 points) Définissez les termes en remettant en ordre les mots et les expressions suivants: 1. Marché financier : et

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

MISSION DE PROSPECTION COMMERCIALE SECTEURS SANTE ET COSMETIQUES (TECHNOLOGIES MEDICALES, NUTRITION, TIC SANTE, COSMETIQUES) TUNISIE (TUNIS)

MISSION DE PROSPECTION COMMERCIALE SECTEURS SANTE ET COSMETIQUES (TECHNOLOGIES MEDICALES, NUTRITION, TIC SANTE, COSMETIQUES) TUNISIE (TUNIS) SECTEURS SANTE ET COSMETIQUES (TECHNOLOGIES MEDICALES, NUTRITION, TIC SANTE, COSMETIQUES) Du 7 au 8 octobre 2013 Le secteur de la santé a toujours occupé une place privilégiée dans la politique économique

Plus en détail

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007.

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007. NOTE AU LECTEUR Fondée en 1961, l Association provinciale des constructeurs d habitations du Québec (APCHQ) est une référence en matière de construction et de rénovation résidentielles. Regroupant quelque

Plus en détail

CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION CONTEXTE GÉNERAL L optimisation de la logistique des flux de matériaux de construction est une

Plus en détail

«Le ras-le-bol d une profession»

«Le ras-le-bol d une profession» «Le ras-le-bol d une profession» Nous vous rappelons la position de l UMIH concernant les points suivants : I. Projet de loi REBSAMEN : Une usine à gaz pour nos TPE Nous sommes totalement opposés à toute

Plus en détail

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L HYDRAULIQUE RURALE ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE ------------ NOUVELLE ORIENTATION DE LA POLITIQUE AGRICOLE

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois Objectifs à atteindre à long terme (jusqu à 2017) - Assurer une couverture haut débit pour l ensemble des zones d activités retenues dans le cadre du schéma des ZAE - Augmenter le nombre de bénéficiaires

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

L Offre de Franchise des Menuisiers BKL 06/08/09

L Offre de Franchise des Menuisiers BKL 06/08/09 L Offre de Franchise des Menuisiers BKL 06/08/09 Les tendances du Marché Données d Entrée Les procédés de Construction modernes imposaient à travers les constructeurs industriels notamment étrangers l'utilisation

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»?

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Neuf questions pour les partis politiques : les réponses du Parti Québécois QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Depuis 2009, l immense majorité des contribuables québécois doivent

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Conditions Générales de Vente «Escap'18-30» pour l été 2015

Conditions Générales de Vente «Escap'18-30» pour l été 2015 Conditions Générales de Vente «Escap'18-30» pour l été 2015 Conditions d accès à l offre «Escap 18-30» pour l été 2013 : Offre promotionnelle exclusivement au bénéfice des militaires ou civils de la défense,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES : CERTIFICATION NF X 50 770 PEPINIERE D ENTREPRISES

CAHIER DES CHARGES : CERTIFICATION NF X 50 770 PEPINIERE D ENTREPRISES Communauté de Communes de la Lomagne Gersoise CAHIER DES CHARGES : CERTIFICATION NF X 50 770 PEPINIERE D ENTREPRISES 1 Février 2012 PRESENTATION MAITRE D OUVRAGE ET CONTEXTE Présentation Communauté de

Plus en détail

Enquête industrie Agroalimentaire

Enquête industrie Agroalimentaire [Texte] Enquête industrie Agroalimentaire La CCI de la Vendée a mené, courant 2013, une enquête auprès des entreprises industrielles vendéennes afin d analyser la structuration et l organisation de ces

Plus en détail

LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC

LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC Sommaire de la présentation MAROC EN CONSTANTE EVOLUTION DES RÉFORMES ET DES VISIONS STRATÉGIQUES TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: ENJEUX ET DÉFIS

Plus en détail

Investissement en capital dans la transformation alimentaire canadienne

Investissement en capital dans la transformation alimentaire canadienne PROGRAMME DE RECHERCHE SUR LE SECTEUR DE LA TRANSFORMATION ALIMENTAIRE PROGRAMME DE RECHERCHE DE LA TRANSFORMATION ALIMENTAIRE / PROJET 6A PROJET 6a : CONNAISSANCES EN MATIÈRE D INNOVATION Investissement

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

Lettre d introduction

Lettre d introduction Lettre d introduction A conserver chez vous Sophia Antipolis, le 4 février 2011. Madame, Monsieur, Vous avez manifesté de l intérêt pour notre établissement et nous vous en remercions. Veuillez trouver

Plus en détail

MATRICE ACTUALISÉE DE LA POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DES ARTS, DES MÉTIERS ET DE L ENTREPRISE

MATRICE ACTUALISÉE DE LA POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DES ARTS, DES MÉTIERS ET DE L ENTREPRISE MATRICE ACTUALISÉE DE LA POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DES ARTS, DES MÉTIERS ET DE L ENTREPRISE Axes Gran linges Actions stratégiques Actions détaillées A. Valorisation arts, métiers et professions selon

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique CE2 Synthèse du diagnostic territorial Stratégique Instance de concertation 14 mars 2013 Diapositive 1 CE2 Cabinet E.C.s.-AC; 06/12/2012 I DYNAMISME, VOLONTARISME ET AMBITION D UNE REGION ULTRA MARINE

Plus en détail