C O U R S DESTINES AUX FONCTIONNAIRES COMMUNAUX SE PREPARANT AUX EXAMENS D ADMISSION DEFINITIVE ET DE PROMOTION DU SECTEUR ADMINISTRATIF

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "C O U R S DESTINES AUX FONCTIONNAIRES COMMUNAUX SE PREPARANT AUX EXAMENS D ADMISSION DEFINITIVE ET DE PROMOTION DU SECTEUR ADMINISTRATIF"

Transcription

1 C O U R S DESTINES AUX FONCTIONNAIRES COMMUNAUX SE PREPARANT AUX EXAMENS D ADMISSION DEFINITIVE ET DE PROMOTION DU SECTEUR ADMINISTRATIF COMPTABILITE COMMERCIALE DES SYNDICATS COMMUNAUX N.B. Le cours n est à apprendre que par les fonctionnaires occupés par des syndicats intercommunaux dotés d une comptabilité commerciale

2 INDEX DES CHAPITRES INDEX DES CHAPITRES...1 1) INTRODUCTION...2 2) LE BUDGET ET LE BUDGET RECTIFIE...2 3) COMPTES ANNUELS, BILANS, COMPTES DE PROFITS ET PERTES, MUTATION DU RECEVEUR...4 CHAPITRE I: CHAMP D'APPLICATION...4 CHAPITRE II: ETABLISSEMENT DES COMPTES ANNUELS...4 CHAPITRE III: STRUCTURE DU BILAN ET DU COMPTE DE PROFITS ET PERTES...5 CHAPITRE IV: DISPOSITIONS PARTICULIERES A CERTAINS POSTES DU BILAN...5 CHAPITRE V: DISPOSITIONS PARTICULIERES A CERTAINS POSTES DU COMPTE DE PROFITS ET PERTES...6 CHAPITRE VI: REGLES D'EVALUATION....6 CHAPITRE VII: CONTENU DE L'ANNEXE AUX COMPTES ANNUELS...7 CHAPITRE VIII: PIECES JUSTIFICATIVES DE LA COMPTABILITE...8 CHAPITRE IX: MUTATION DU RECEVEUR...8 CHAPITRE X: LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE...8 ANNEXES 9 EXEMPLE DE CALCUL 12 CIRCULAIRE BUDGETAIRE 15 1

3 1) Introduction Conformément à l article 172 de la loi communale, le Ministre de l Intérieur désigne les établissements publics placés sous la surveillance des communes et les syndicats intercommunaux qui doivent tenir leur comptabilité suivant les principes de la comptabilité commerciale. Ces établissements et syndicats établissent annuellement un budget répondant aux mêmes règles que les budgets des administrations communales; règles telles qu elles ont été exposées dans le cours sur le budget communal. La règle spécifique suivante (non valable pour les administrations communales) est toutefois à relever: La gestion commerciale des établissements et syndicats soumis à une comptabilité commerciale ne doit pas être gênée par une trop grande rigidité budgétaire. Une certaine souplesse des formalités administratives est également requise. C est pourquoi les crédits pour la gestion ordinaire (le budget d exploitation) sont tous non limitatifs, en raison d une part de l imprévisibilité de certaines dépenses et d autre part parce qu il est indispensable de garantir la continuité du service rendu par certains syndicats (fourniture d eau potable, épuration des eaux, fournitures de soins aux malades, élimination de déchêts, transport de personnes,...); en effet, il est inconcevable qu une telle «entreprise» cesserait de fonctionner pour cause d absence d un crédit budgétaire ordinaire d exploitation courante à la suite de conditions d exploitations nouvelles et impossibles à prévoir en temps utile. Il en découle que les crédits ordinaires peuvent être dépassés sans autres formalités en cas de besoin : le vote d un crédit supplémentaire n est pas requis. Il reste bien entendu que les crédits extraordinaires (investissements) sont par contre limitatifs et restent soumis aux formalités des modifications budgétaires prévues également pour le budget des administrations communales. 2) Le budget et le budget rectifié Point A.- Le budget du syndicat et de l'établissement répond aux mêmes règles que le budget des communes excepté les dispositions particulières faisant l'objet du présent cours. Point B.- Le syndicat et l'établissement sont tenus d'établir annuellement un budget qui est soumis au vote de l organe directeur au plus tard le 15 novembre précédant l'exercice du budget, ensemble avec le budget rectifié de l'exercice en cours. Point C.- La structure du chapitre ordinaire du budget répond au schéma B prévu par le point 6 du présent cours. Pour les syndicats et établissements à vocation multiple le budget est organisé suivant une présentation fonctionnelle par centres de coûts. Point D.- Le point de départ du budget rectifié est calculé de la façon suivante: 1) le report à inscrire au service ordinaire du budget rectifié de l année N par exemple est constitué par le résultat du compte de profits et pertes de l exercice N -1 (qui constitue en fait le résultat du service ordinaire du compte de N - 1), 2

4 2) le report à inscrire au service extraordinaire du budget rectifié de l année N se basera sur la situation de trésorerie indiquée par le bilan au N - 1; il en sera déduit le résultat sub (a) au cas où celui-ci est positif. Le calcul afférent est le suivant: + avoirs en banques, en comptes chèques postaux et en caisse + clients et autres créances à court terme + frais payés d avance - comptes courants débiteurs - fournisseurs et autres dettes à court terme - frais restant à payer à la fin de l exercice N boni du compte de profits et pertes reporté au service ordinaire du budget rectifié de N (ou + mali) = report à inscrire au service extraordinaire du budget rectifié N (à titre d exemple, voir l annexe D du présent cours) Point E.- Les dotations aux amortissements sont inscrits aux budgets tant en dépense ordinaire qu en recette extraordinaire. Il en est de même des dotations au fonds de compensation, à des provisions ou à d autres fonds de réserve extraordinaire. Point F.- L éventuel recours fait par le syndicat ou autre établissement au fonds de compensation ou bien à des provisions inscrites au bilan établi au N - 1 comportera l inscription conjointe d une recette ordinaire et d une dépense extraordinaire aux budgets. Point G.- Le recours à un fonds de renouvellement ou à un autre fonds de réserve extraordinaire se présente autrement. Il ne peut pas avoir lieu puisqu il comporterait l inscription conjointe d une recette extraordinaire et d une dépense extraordinaire aux budgets: il aurait donc un effet égal à zéro! Ces fonds ne constituent pas en eux-mêmes des ressources de financement supplémentaires. Ils représentent des capitaux (réserves) à long terme figurant au passif du bilan en contrepartie des montants inscrits à l actif du bilan. Pour autant que ces capitaux n ont pas encore été investis (c est-àdire que leur contrepartie figure dans l actif immobilisé du bilan), ils se retrouvent dans la trésorerie disponible à court terme (qui figure également à l actif du bilan) et ont été inscrits comme report au service extraordinaire du budget rectifié de N (voir point E ci-dessus). Point H.- -> Cas spécial <- Pour ce qui est des syndicats et établissements publics gérant un établissement hospitalier, il y a lieu de soulever qu ils sont soumis par la loi à la convention etablie entre l Entente des hôpitaux et l Union des caisses de maladie (UCM) et doivent présenter leurs budgets dans la forme prévue par ladite convention. Leurs budgets devront être accompagnés lors de l envoi au Ministère de l Intérieur aux fins d approbation ministérielle par le protocole d accord arrêté conformément à l article 4 de la convention entre l UCM et l hôpital en question. Le protocole d accord sert de pièce justificative à l appui du document budgétaire. Le budget devra renseigner également un plan de financement indiquant les voies et moyens de financement des dépenses non admises par l UCM (c est-à-dire au financement desquelles l UCM ne participe pas), mais maintenues par l hôpital. Il va sans dire que le principe de l équilibre du budget devra être garanti impérativement et que les budgets sont à soumettre à l autorité supérieure pour approbation avant le premier janvier. Si le protocole d accord de l UCM fait défaut à cette date, un deuxième budget complémentaire avec en annexe le protocole d accord alors disponible est à présenter ultérieurement ; notamment pour réajuster éventuellement l équilibre budgétaire ou pour prévoir des sources de financement complémentaires en cas de besoins. 3

5 Pour les syndicats ayant pour objet de construire, d exploiter et d entretenir un hôpital, le recours à l emprunt se limite à la somme garantie par l Union des Caisses de Maladie ( art. 23 de la loi du 23 février 2001 concernant les syndicats de communes ). Point I.- ( Taxes sur la valeur ajoutée : voir point 26 du chapitre X ci-après ) 2) Comptes annuels, bilans, comptes de profits et pertes, mutation du receveur Chapitre I: Champ d'application Point 1.- La présente s'applique aux syndicats de communes, et aux établissements publics placés sous la surveillance des communes, qui par décision du ministre de l'intérieur, doivent tenir leur comptabilité selon les principes de la comptabilité commerciale. Il ne s'applique pas aux syndicats et établissements pour autant que ceux-ci sont soumis à la loi du 27 juillet 1992 portant réforme de l'assurance maladie et du secteur de la santé et au règlement grandducal du 28 février 1994 fixant un schéma de présentation uniforme des comptes annuels des hôpitaux. Chapitre II: Etablissement des comptes annuels Point 2.- Les comptes annuels sont établis au 31 décembre de chaque année. Ils comprennent le bilan, le compte de profits et pertes ainsi que l'annexe aux comptes annuels: ces documents forment un tout. Point 3.- Les comptes annuels doivent être établis avec clarté et donner une image fidèle du patrimoine, de la situation financière ainsi que des résultats du syndicat et de l'établissement. Point 4.- La structure du bilan et celle du compte de profits et pertes, spécialement quant à la forme retenue pour leur présentation, ne peuvent pas être modifiées d'un exercice à l'autre, sauf dans des cas exceptionnels dûment mentionnés et motivés. Chacun des postes du bilan et du compte de profits et pertes doit comporter l'indication du chiffre relatif au poste correspondant de l'exercice précédent. L'absence de comparabilité des chiffres d'un exercice à l'autre doit être signalée et dûment commentée. Sauf s'il existe un poste correspondant de l'exercice précédent, un poste du bilan ou du compte de profits et pertes qui ne comporte aucun chiffre n'est pas indiqué. Point 5.- Toute compensation entre des postes d'actif et de passif, ou entre des postes de charges et de produits, est interdite. 4

6 Chapitre III: Structure du bilan et du compte de profits et pertes Point 6.- La présentation du bilan et du compte de profits et pertes s'effectue suivant les schémas A et B joints. Les différents postes du bilan et du compte de profits et pertes peuvent être détaillés suivant les besoins spécifiques du syndicat et de l'établissement. Point 7.- Pour les syndicats et établissements à vocation multiple la présentation du compte de profits et pertes prescrite par le point 6 doit être doublée d'une présentation fonctionnelle par centres de coûts. Chapitre IV: Dispositions particulières à certains postes du bilan Point 8.- L'actif immobilisé comprend les éléments du patrimoine qui sont destinés à servir de façon durable à l'activité du syndicat et de l'établissement. Les mouvements des divers postes de l'actif immobilisé sont à indiquer dans un tableau suivant le schéma C joint. Point 9.- Les acquisitions et travaux en cours d'achèvement sont comptabilisés au poste "Immobilisations en cours" jusqu'à leur mise en service. A ce moment ils sont reportés aux postes concernés des immobilisations. La mise en service déclenche l'amortissement. Le décompte des projets de travaux, faisant suite à la réception définitive des travaux, est soumis à l approbation de l organe directeur. Il est joint au bilan pour servir, lors de son apurement par l autorité supérieure, de document justificatif à l appui des dépenses y inscrites. A défaut de décompte, les immobilisations ne sont admises qu à titre provisoire. Point 10.- Au poste "Comptes de régularisation" doivent figurer à l'actif les charges comptabilisées d'avance pendant l'exercice mais concernant un exercice ultérieur et, au passif, les produits perçus avant la clôture du bilan mais imputables à un exercice ultérieur. Point 11.- Les provisions pour risques et charges ont pour objet de couvrir des pertes, dettes ou charges qui sont nettement circonscrites quant à leur nature mais, à la date de clôture du bilan, sont ou probables ou certaines mais indéterminées quant à leur montant ou quant à la date de leur survenance. Il peut être constitué des provisions pour grosses réparations en cas de charges de réparation importantes et prévisibles ne pouvant être supportées par le seul exercice au cours duquel elles seront engagées. Les provisions pour risques et charges ne peuvent pas avoir pour objet de corriger les valeurs des éléments de l actif. Le montant des provisions pour risques et charges ne peut pas dépasser les besoins. L organe directeur arrête les provisions à inscrire au bilan par une décision motivée et suivant les modalités à prescrire par le ministre de l'intérieur. 5

7 Point 12.- Les syndicats et établissements peuvent se doter de fonds de réserves et notamment d'un fonds de compensation et d'un fonds de renouvellement suivant les modalités à prescrire par le ministre de l'intérieur. Le fonds de compensation a pour but de garantir l'équilibre pluriannuel du compte de profits et pertes. Le fonds de renouvellement a pour but de procurer au syndicat et à l'établissement les moyens de financement supplémentaires nécessaires lors du remplacement des immobilisations. Point 13.- Lors de l'arrêté provisoire des comptes annuels, l'organe directeur décide l'affectation du bénéfice à des fonds de réserve et au capital. Chapitre V: Dispositions particulières à certains postes du compte de profits et pertes. Point 14.- L'organe directeur décide de la décharge totale ou partielle à accorder à un débiteur. Elle est comptabilisée à titre de charge de gestion courante sous la rubrique "Autres charges d'exploitation". Point 15.- Aux postes "Produits exceptionnels" ou "Charges exceptionnelles" doivent figurer les produits ou charges ne provenant pas des activités ordinaires du syndicat et de l'établissement. Chapitre VI: Règles d'évaluation. Point 16.- Pour l'évaluation des postes figurant dans les comptes annuels il est fait application des principes généraux suivants: 1. le syndicat et l'établissement sont présumés continuer leurs activités ; 2. les modes d'évaluation ne peuvent pas être modifiés d'un exercice à l'autre ; 3. le principe de prudence doit en tout cas être observé: a) seuls les bénéfices réalisés à la date de clôture du bilan peuvent y être inscrits; b) il doit être tenu compte de tous les risques prévisibles et pertes éventuelles qui ont pris naissance au cours de l'exercice ou d'un exercice antérieur, même si ces risques ou pertes ne sont connus qu'entre la date de clôture du bilan et la date à laquelle il est établi; c) il doit être tenu compte des dépréciations, que l'exercice se solde par une perte ou par un bénéfice; 4. il doit être tenu compte des charges et produits afférents à l'exercice auquel les comptes se rapportent, sans considération de la date de paiement ou d'encaissement de ces charges ou produits; 5. les éléments des postes de l'actif et du passif doivent être évalués séparément; 6. le bilan d'ouverture d'un exercice doit correspondre au bilan de clôture de l'exercice précédent. Point 17.- Les éléments de l'actif immobilisé doivent être évalués au prix d'acquisition ou au coût de revient. Le prix d'acquisition s'obtient en ajoutant les frais accessoires au prix d'achat. 6

8 Le coût de revient s'obtient en ajoutant au prix d'acquisition des matières premières et consommables les coûts directement imputables au produit considéré. Le prix d'acquisition ou le coût de revient des éléments de l'actif immobilisé dont l'utilisation est limitée dans le temps doit être diminué des corrections de valeur calculées de manière à amortir systématiquement la valeur de ces éléments pendant leur durée d'utilisation. Que leur utilisation soit ou non limitée dans le temps, les éléments de l'actif immobilisé doivent faire l'objet de corrections de valeur afin de donner à ces éléments la valeur inférieure qui est à leur attribuer à la date de clôture du bilan, si l'on prévoit que la dépréciation sera durable. Les corrections de valeur doivent être portées au compte de profits et pertes. Point 18.- L'amortissement de l'actif immobilisé est annuel et linéaire. La première annuité d'amortissement est à calculer en mois entiers à partir de la mise en service de l'immobilisé. Les taux d'amortissement sont fixés par le ministre de l'intérieur sur la base de la durée normale d'utilisation des éléments à amortir. Point 19.- Peuvent être portés à l'actif en tant que frais d'établissement les frais qui sont en relation avec la création ou l'extension du syndicat et de l'établissement, par opposition aux frais résultant de la gestion courante. Les frais d'établissement doivent être amortis dans un délai maximum de cinq ans. Point 20.- Les stocks et en cours doivent être évalués au prix d'acquisition ou au coût de revient à moins que ces éléments ne fassent l'objet de corrections de valeur pour leur donner la valeur inférieure du marché, ou dans des circonstances particulières une autre valeur inférieure. Point 21.- Les subsides d'investissement doivent être réduits au rythme de l'amortissement du bien pour lequel le subside a été alloué, sauf décision contraire du ministre de l'intérieur. Chapitre VII: Contenu de l'annexe aux comptes annuels Point 22.- L'annexe aux comptes annuels dont question au point 2 comprend 1. le rapport de gestion: Le rapport de gestion doit contenir un exposé fidèle sur l'évolution des affaires et la situation du syndicat et de l'établissement avec des indications sur les événements importants survenus après la clôture de l'exercice et sur l'évolution prévisible du syndicat et de l'établissement 2. le tableau sur l'évolution de l'immobilisé suivant le schéma C en annexe 3. le tableau sur l évolution des subsides d investissement reçus 4. le tableau sur l exécution du budget extraordinaire 5. le relevé détaillé a) des créances b) des dettes c) des comptes de régularisation 6. la balance des comptes 7. toute autre information jugée utile par le ministre de l'intérieur. 7

9 Chapitre VIII: Pièces justificatives de la comptabilité Point 23.- Tout enregistrement comptable doit être étayé d'une pièce justificative - facture, déclaration, contrat ou autre - accompagnée d'un mandat de paiement ou d'un titre de recette individuels ou collectifs. Les enregistrements comptables n'ayant pas pour objet un encaissement ou un décaissement sont à étayer d'une ordonnance d'écriture signée par le bureau. Les pièces justificatives sont classées chronologiquement par articles du budget. Chapitre IX: Mutation du receveur Point 24.- Le receveur qui quitte ses fonctions est tenu d'établir un bilan et un compte de profits et pertes intermédiaires à la date de la cessation de ses fonctions. Les bilan et compte de profits et pertes intermédiaires ne comprennent pas les dotations aux amortissements et aux provisions de l exercice en cours. L annexe aux comptes est constituée par les seuls documents numéros 4, 5 et 6 du point 22 ci-avant. Point 25.- Le nouveau receveur établit au 31 décembre un bilan et un compte de profits et pertes portant sur la totalité de l'exercice. Chapitre X: La taxe sur la valeur ajoutée ( TVA ) Point 26.- Le syndicat et l établissement qui sont assujettis à la taxe sur la valeur ajoutée établissent leurs budgets et leurs comptes hors taxe sur la valeur ajoutée. A.- Sont assujettis à la TVA les syndicats et les établissements publics qui s occupent : - de la fourniture d eau potable ( loi du ) - de gaz - d électricité - du transport de personnes ou de biens - de la construction et de la gestion d une piscine La TVA est alors comptabilisée sur des comptes intermédiaires de la classe 4 «TVA en aval» ( Dépenses ) et «TVA en amont» ( Recettes ), puis elle est transférée à un compte «Décompte TVA» pour figurer finalement au bilan de fin d exercice ( Actif s il s agit d une recette à recevoir ou Passif s il s agit d une dette envers l Etat ). La TVA ne passe pas par le compte de profits et pertes. B.- Ne sont pas assujettis à la TVA les activités suivantes : - enseignement - crèches - abattoirs - ordures - épuration des eaux Pour ces activités le budget et le compte de fin d exercice sont établis de la même façon qu auprès d une administration communale avec la TVA incluse : la TVA est comptabilisée à l article budgétaire avec la recette ou la dépense afférente. Elle figure donc aussi dans l actif immobilisé respectivement au compte de pertes et profits suivant qu il s agit d une dépense / recette extraordinaire ou ordinaire. 8

Annexes PREAMBULE. L'exercice social clos le 31/12/2014 a une durée de 12 mois. L'exercice précédent clos le 31/12/2013 avait une durée de 12 mois.

Annexes PREAMBULE. L'exercice social clos le 31/12/2014 a une durée de 12 mois. L'exercice précédent clos le 31/12/2013 avait une durée de 12 mois. Annexes PREAMBULE L'exercice social clos le 31/12/2014 a une durée de 12 mois. L'exercice précédent clos le 31/12/2013 avait une durée de 12 mois. Le total du bilan de l'exercice avant affectation du résultat

Plus en détail

Lecture simplifiée de la loi 9-88 telle qu elle a été modifiée par la loi 44-03

Lecture simplifiée de la loi 9-88 telle qu elle a été modifiée par la loi 44-03 1 2 3 - Le commerçant doit tenir une comptabilité ; - Le commerçant doit procéder à l'enregistrement comptable des mouvements affectant les actifs et les passifs de son commerce ; - Les mouvements sont

Plus en détail

LOI N 9-88 RELATIVE AUX OBLIGATIONS COMPTABLES DES COMMERÇANTS

LOI N 9-88 RELATIVE AUX OBLIGATIONS COMPTABLES DES COMMERÇANTS LOI N 9-88 RELATIVE AUX OBLIGATIONS COMPTABLES DES COMMERÇANTS 1 Article premier : obligations relatives aux enregistrements comptables Toute personne physique ou morale ayant la qualité de commerçant

Plus en détail

Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants

Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants Dahir n 1-92-138 (30 joumada II 1413) portant promulgation de la loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants (B.O. 30 décembre

Plus en détail

Document de Synthèse 23/05/2014 SYNDICAT CFDT DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES 2013. Produits

Document de Synthèse 23/05/2014 SYNDICAT CFDT DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES 2013. Produits SYNDICAT CFDT DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES 2013 Compte de résultat Charges 2013 Charges d'exploitation (I) 55 331,12 Achats 397,66 Autres charges externes 3 020,16 Autres services extérieurs 51

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES

CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES LIVRE VI DISPOSITIONS FINANCIÈRES ET COMPTABLES TITRE UNIQUE CHAPITRE II ADOPTION ET EXECUTION DES

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

Module 1 : Comptabilité Générale

Module 1 : Comptabilité Générale Module 1 : Comptabilité Générale - Découvrir le bilan, le compte de résultat et l'organisation comptable. - Utiliser le plan comptable général et déterminer l'imputation comptable. - Comptabiliser des

Plus en détail

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE La comptabilité financière d une entreprise s organise de la façon suivante : PIECES JUSTIFICATIVES Factures, pièce de caisse, livre de paye,

Plus en détail

Médecins Sans Frontières Luxembourg (a.s.b.l.)

Médecins Sans Frontières Luxembourg (a.s.b.l.) Médecins Sans Frontières Luxembourg (a.s.b.l.) Comptes annuels révisés au 31 décembre 2013 68, rue de Gasperich L-1617 Luxembourg R.C.S. Luxembourg : F4090 Bilan au 31 décembre 2013 (exprimé en Euros)

Plus en détail

Document de Synthèse 02/09/2015. Produits

Document de Synthèse 02/09/2015. Produits Compte de résultat SYNDICAT CFDT SERVICES DE LA NIEVRE 2014 Charges 2014 2013 Charges d'exploitation (I) 25 677,84 46 717,40 Achats 129,90 0,00 Autres charges externes 1 225,76 16 110,11 Autres services

Plus en détail

AGEFOS-PME GUADELOUPE ANNEXE DES COMPTES ANNUELS 2006

AGEFOS-PME GUADELOUPE ANNEXE DES COMPTES ANNUELS 2006 AGEFOSPME Guadeloupe EXERCICE 2006 AGEFOSPME GUADELOUPE ANNEXE DES COMPTES ANNUELS 2006 I. EVENEMENTS SIGNIFICATIFS DE L EXERCICE Un nouveau logiciel comptable a été mis en place en 2006 «Qualiac Fonctionnement»

Plus en détail

B I L A N EXERCICE 2004. Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10 Immobilisations corporelles

B I L A N EXERCICE 2004. Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10 Immobilisations corporelles B I L A N A C T I F EXERCICE 2004 EXERCICE 2003 BRUT Amortissements NET NET et provisions (à déduire) ACTIF IMMOBILISE Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10

Plus en détail

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité Principes et définitions Titre I - Objet et principes de la comptabilité Chapitre I - Champ d'application 110-1. Les dispositions du présent règlement s appliquent à toute personne physique ou morale soumise

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

Document de Synthèse 23/04/2015. Produits

Document de Synthèse 23/04/2015. Produits Compte de résultat SYNDICAT SGEN CFDT PICARDIE 2014 Charges 2014 Charges d'exploitation (I) 38 153,87 Achats 2 472,35 Autres charges externes 8 907,47 Autres services extérieurs 26 774,05 Impôts et Taxes

Plus en détail

Document de Synthèse 29/04/2014. Produits

Document de Synthèse 29/04/2014. Produits Compte de résultat SGEN CFDT AQUITAINE 2013 Charges 2013 Charges d'exploitation (I) 54 638,99 Achats 2 536,22 Autres charges externes 2 627,52 Autres services extérieurs 39 541,32 Impôts et Taxes 0,00

Plus en détail

Document de Synthèse 03/07/2015. Produits

Document de Synthèse 03/07/2015. Produits Compte de résultat SGEN CFDT DE L'ETRANGER 2014 Charges 2014 2013 Charges d'exploitation (I) 25 664,94 0,00 Achats 795,93 0,00 Autres charges externes 4 731,75 0,00 Autres services extérieurs 17 708,20

Plus en détail

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

Document de Synthèse 20/08/2015. Produits

Document de Synthèse 20/08/2015. Produits Compte de résultat SYNDICAT CFDT INTERCO MOSELLE 2014 Charges 2014 2013 Charges d'exploitation (I) 51 157,13 0,00 Achats 1 307,72 0,00 Autres charges externes 22 457,15 0,00 Autres services extérieurs

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires

Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-17 du 22 octobre 2002 Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires Le Conseil national de la comptabilité a été

Plus en détail

Fiche 41. C est le seul document budgétaire au sens strict qui soit obligatoire.

Fiche 41. C est le seul document budgétaire au sens strict qui soit obligatoire. Fiche 41 otions clés sur les documents budgétaires Deux sortes de documents peuvent être distingués : d une part, ceux qui prévoient et autorisent, ce sont les budgets au sens strict et d autre part, les

Plus en détail

Document de Synthèse 20/09/2015. Produits

Document de Synthèse 20/09/2015. Produits Compte de résultat FEP-CFDT DES COTES D ARMOR 2014 Charges 2014 Charges d'exploitation (I) 17 613,38 Achats 2 682,93 Autres charges externes 3 886,94 Autres services extérieurs 8 677,68 Impôts et Taxes

Plus en détail

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 I L ENTREPRISE ET LA FAMILLE La famille est une entreprise La famille dépend de l entreprise La famille et l entreprise se gèrent de la même manière mais indépendamment

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET BUDGETAIRE. CDA - Finances CPAS 1

GESTION FINANCIERE ET BUDGETAIRE. CDA - Finances CPAS 1 GESTION FINANCIERE ET BUDGETAIRE CDA - Finances CPAS 1 GESTION FINANCIERE ET BUDGETAIRE DEUXIEME PARTIE : TENUE DE LA COMPTABILITE CDA - Finances CPAS 2 Principes Inventaire du patrimoine Processus de

Plus en détail

COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014. FPE TT 14, Rue Riquet 75019 PARIS

COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014. FPE TT 14, Rue Riquet 75019 PARIS COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 FPE TT 14, Rue Riquet 75019 PARIS SOMMAIRE NOTES ET COMMENTAIRES Notes et commentaires ------------------------------------------------------------------ 1 à 2 LE BILAN

Plus en détail

Association LANDANA CADA 21 RUE HENRI DUPARC

Association LANDANA CADA 21 RUE HENRI DUPARC 21 RUE HENRI DUPARC Dossier financier de l'eercice en Euros Période du 01/01/2013 au 31/12/2013 Activité principale de l'association : Autres hébergements sociau Nous vous présentons ci-après le dossier

Plus en détail

204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E

204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E CENTRE SOCIAL DE CHAMPVERT 204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E NOTE SUR LES COMPTES ANNUELS 1 BILAN 2 3 COMPTE DE RESULTAT 4 5 ANNEXE Informations

Plus en détail

I. Comptabilité générale

I. Comptabilité générale I. Comptabilité générale I.A. Documents de la comptabilité générale : Le bilan Le bilan est un document de synthèse qui récapitule à un moment donné le total des emplois et le total des ressources. Selon

Plus en détail

Comptabilité générale

Comptabilité générale Comptabilité générale Opérations de fin d exercice Numéro des comptes ACTIF PASSIF Immobilisés Classe 2 Capitaux permanents Classe 1 Stocks Classe 3 Créances Classe 4 Disponible Classe 5 Dettes à court

Plus en détail

ADASP 78. 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES

ADASP 78. 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES Comptes annuels au 31/12/2014 Sommaire Documents liminaires Attestation Documents de synthèse Bilan Compte de résultat Annexe DESIGNATION Principes, règles et méthodes

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE Arrêté du 14 mars 2005 relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires NOR : SOCU0412535A Le

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

Règles et Méthodes Comptables

Règles et Méthodes Comptables Page : 1 ANNEXE - Elément 1 Règles et Méthodes Comptables Les comptes annuels de l'exercice ont été élaborés et présentés conformément aux règles générales applicables en la matière et dans le respect

Plus en détail

INITIATION A LA COMPTABILITE GENERALE

INITIATION A LA COMPTABILITE GENERALE INITIATION A LA COMPTABILITE GENERALE SOMMAIRE... 5 Première partie : LES FONDEMENTS DU SYSTEME COMPTABLE Chapitre 1 : LE BILAN DE L'ENTREPRISE 9 I. L'ENTREPRISE... 9 II. LE PATRIMOINE... 10 1. Définition...

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

Etats Comptables et Fiscaux

Etats Comptables et Fiscaux 62 rue Oberkampf 75011 PARIS Etats Comptables et Fiscaux 31/12/2014 107 COURS DE VINCENNES 75020 PARIS Téléphone : 0146594400 Bilan Bilan Actif RUBRIQUES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES Frais d'établissement

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 Relatif aux règles comptables applicables aux établissements et services privés sociaux et médico-sociaux relevant de l article R. 314-1

Plus en détail

ASSOCIATION DU CHEVAL ARABE 83 BOULEVARD VINCENT AURIOL

ASSOCIATION DU CHEVAL ARABE 83 BOULEVARD VINCENT AURIOL 83 BOULEVARD VINCENT AURIOL Dossier financier de l'exercice en Euros Période du 01/01/2014 au 31/12/2014 Activité principale de l'association : ELEVAGE DE CHEVAUX ET D'AUTRES EQUIDES Nous vous présentons

Plus en détail

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site.

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site. COMPTES ANNUELS - Date de comptabilisation des indemnités d'assurance suite à un incendie - Provision pour charges liées à la reconstruction du bâtiment appartenant à une SCI - EC 2010-28 Mots clés Comptes

Plus en détail

DOSSIER 1 OPÉRATIONS COURANTES

DOSSIER 1 OPÉRATIONS COURANTES Session 2012 - INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ Corrigé indicatif Ce corrigé n est qu indicatif et peut contenir des erreurs. DOSSIER 1 OPÉRATIONS COURANTES Partie A - Opérations liées aux achats et aux

Plus en détail

Chapitre 15 La détermination du résultat et l établissement des comptes annuels

Chapitre 15 La détermination du résultat et l établissement des comptes annuels Chapitre 15 La détermination du résultat et l établissement des comptes annuels Introduction La mise en situation comprend 2 parties : I La détermination et l imposition du résultat II Les comptes de synthèse

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

Explications concernant les types de crédits

Explications concernant les types de crédits Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Explications concernant les types de crédits Types de crédits et plafonds de dépenses L Assemblée fédérale dispose de différents

Plus en détail

Guide comptable. Les inscriptions comptables

Guide comptable. Les inscriptions comptables Guide comptable Les inscriptions comptables les ressources d emprunt Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique ou d'un ensemble

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

UNITÉ 3 THÈME 4. Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et produits. Cned Site de Lyon Page 1 / 9

UNITÉ 3 THÈME 4. Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et produits. Cned Site de Lyon Page 1 / 9 UNITÉ 3 THÈME 4 Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et produits Cned Site de Lyon Page 1 / 9 Thème 4 Unité 3 Thème 4 UNITÉ 3 THÈME 4...1 Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et

Plus en détail

COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2008

COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2008 4 rue Paul Cabet COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2008 Page - Bilan actif-passif 1 et 2 - Compte de résultat 3 et 4 - Détail bilan 5 et 6 - Détail Compte de résultat 7 et 8 - Annexe 9 à 12 Page : 1 BILAN

Plus en détail

LE CADRE COMPTABLE GENERAL

LE CADRE COMPTABLE GENERAL LE CADRE COMPTABLE GENERAL Chaque plateforme est dans l obligation d établir des comptes annuels (bilan, compte de résultat et annexe) et de se référer au Plan Comptable Général. Quels sont les principes

Plus en détail

- 02 - ANALYSE ECONOMIQUE DU TABLEAU DE RESULTAT

- 02 - ANALYSE ECONOMIQUE DU TABLEAU DE RESULTAT - 02 - ANALYSE ECONOMIQUE DU TABLEAU DE RESULTAT Objectif(s) : o o Pré-requis : o Modalités : Passage des S.I.G. selon le P.C.G. (analyse juridique) aux S.I.G. selon la Centrale de Bilans de la Banque

Plus en détail

ASSOC. AQUAORBI Chez M. HOUDART Eric 6, Square du Trocadéro 75116 PARIS

ASSOC. AQUAORBI Chez M. HOUDART Eric 6, Square du Trocadéro 75116 PARIS Chez M. HOUDART Eric 6, Square du Trocadéro Dossier financier de l'exercice en Euros Période du 01/01/2011 au 31/12/2011 Activité principale de l'entreprise : Nous vous présentons ciaprès le dossier financier

Plus en détail

MUSIQUE ENSEMBLE 20EME

MUSIQUE ENSEMBLE 20EME 32 Rue du Capitaine Marchal 75020 PARIS Association COMPTES ANNUELS au 31 août 2010 SOMMAIRE PRESENTATION Présentation de l'association I COMPTES ANNUELS Attestation Bilan Compte de résultat Annexe 1 3

Plus en détail

ASSOCIATION FFESSM COMITE PROVENCE 46 BOULEVARD FENOUIL BP 28 13467 MARSEILLE CEDEX 16

ASSOCIATION FFESSM COMITE PROVENCE 46 BOULEVARD FENOUIL BP 28 13467 MARSEILLE CEDEX 16 46 BOULEVARD FENOUIL BP 28 Dossier financier de l'exercice en Euros Période du 01/01/2011 au 31/12/2011 Activité principale de l'association : PROMOTION SPORTIVE ET ASSOCIATIVE Nous vous présentons ci-après

Plus en détail

COURS 470 Série 19. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 19. Comptabilité Générale COURS 470 Série 19 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS

LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS Objectif(s) : o Traitement comptable des régularisations des charges et des produits. Pré-requis : o Principes généraux de la comptabilité,

Plus en détail

Comptes annuels au 31 décembre 2014 et rapport du Réviseur d Entreprises Agréé

Comptes annuels au 31 décembre 2014 et rapport du Réviseur d Entreprises Agréé SERVIOR Établissement Public «Centres, Foyers et Services Comptes annuels et rapport du Réviseur d Entreprises Agréé Bilan ACTIF Notes 2014 2013 Actif immobilisé Immobilisations incorporelles 2,

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/6 - Traitement comptable de l achat d or et d œuvres d art. Avis du 16 mars 2011

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/6 - Traitement comptable de l achat d or et d œuvres d art. Avis du 16 mars 2011 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2011/6 - Traitement comptable de l achat d or et d œuvres d art I. Introduction Avis du 16 mars 2011 Les entreprises qui achètent de l or ou des œuvres d art sont

Plus en détail

AGENCE COMPTABLE RAPPORT DE PRESENTATION COMPTE FINANCIER

AGENCE COMPTABLE RAPPORT DE PRESENTATION COMPTE FINANCIER AGENCE COMPTABLE RAPPORT DE PRESENTATION du COMPTE FINANCIER 2014 Conseil d administration du 27 MARS 2015 . SOMMAIRE Pages Exécution du budget 2014 1 Comparaison budget / compte financier 2 Produits 2014

Plus en détail

AVICOM. 1, rue Miollis 75015 PARIS. Etats financiers au 20/09/2014. Dernier exercice de 9 mois et 20 jours

AVICOM. 1, rue Miollis 75015 PARIS. Etats financiers au 20/09/2014. Dernier exercice de 9 mois et 20 jours AVICOM 1, rue Miollis 75015 PARIS Etats financiers au 20/09/2014 Dernier exercice de 9 mois et 20 jours Etats financiers 20 septembre 2014 Page 1 sur 9 Sommaire 1) Bilan 4 2) Compte de résultat 6 3) Annexes

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER BILAN AU 31-12-2014. ETAT DE RESULTAT. ETAT DE FLUX DE TRESORERIE. NOTES AUX ETATS FINANCIERS.

RAPPORT FINANCIER BILAN AU 31-12-2014. ETAT DE RESULTAT. ETAT DE FLUX DE TRESORERIE. NOTES AUX ETATS FINANCIERS. Rapport Rapport morale financier et financier Exercice 2015 2014 RAPPORT FINANCIER BILAN AU 31-12-2014. ETAT DE RESULTAT. ETAT DE FLUX DE TRESORERIE. NOTES AUX ETATS FINANCIERS. TABLEAU DES IMMOBILISATIONS

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

COMPTES DE GESTION DE L'EXERCICE 2014

COMPTES DE GESTION DE L'EXERCICE 2014 CHAMBRE DEPARTEMENTALE DE METIERS ET DE L'ARTISANAT DES BOUCHES DU RHONE COMPTES DE GESTION DE L'EXERCICE 2014 COMPTES ANNUELS EXERCICE 2014 Chambre Départementale de Métiers et de l'artisanat des Bouches

Plus en détail

COURS 470 Série 09. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 09. Comptabilité Générale COURS 470 Série 09 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION

Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION 1. Notion du Compte: Nous avons vu que le Bilan donne une vue d'ensemble de la situation de l'entreprise à une date

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi, du travail et de la cohésion sociale

Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi, du travail et de la cohésion sociale J.O n 65 du 18 mars 2005 page 4575 texte n 7 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi, du travail et de la cohésion sociale Décret n 2005-240 du 14 mars 2005 relatif aux comptes

Plus en détail

RÈGLEMENT sur la comptabilité des communes (RCCom)

RÈGLEMENT sur la comptabilité des communes (RCCom) 75.3. RÈGLEMENT sur la comptabilité des communes (RCCom) du 4 décembre 979 (état: 0.03.006) LE CONSEIL D'ÉTAT DU CANTON DE VAUD vu l'article 93a de la loi du 8 février 956 sur les communes A vu le préavis

Plus en détail

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004)

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) RÈGLEMENT FINANCIER (Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) Article 1 er Objet 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion comptable et financière de la Fédération. Il vise

Plus en détail

PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS

PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS I LE BILAN Il décrit l ensemble des éléments composant le patrimoine de l association, ce qu elle possède, ses créances moins ses dettes, à une date donnée (en général,

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DES OFFICES DE TOURISME EN EPIC 4 ET 5 FEVRIER 2010 1 . LE FONCTIONNEMENT D UN ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL 2 DEUX MODES DE GESTION COMPTABLE

Plus en détail

LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS

LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS R Cordier LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS 1 ) Le bouclage de la construction budgétaire Chaque entreprise se doit d'anticiper ses flux financiers afin d'assurer sa solvabilité

Plus en détail

Barème global sur 140 points. DOSSIER 1 ANALYSE DE LA SITUATION DE L ENTREPRISE (53 points) Première partie

Barème global sur 140 points. DOSSIER 1 ANALYSE DE LA SITUATION DE L ENTREPRISE (53 points) Première partie BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE - SESSION 2011 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA GESTION ÉPREUVE ÉCRITE DE LA SPÉCIALITÉ : COMPTABILITÉ ET FINANCE D'ENTREPRISE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier

Plus en détail

La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise.

La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise. COMPTABILITE La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise. Toutes les entreprises dont l activité

Plus en détail

Les observations retenues à titre définitif sont détaillées en cinq pages jointes à la présente lettre de transmission.

Les observations retenues à titre définitif sont détaillées en cinq pages jointes à la présente lettre de transmission. Par lettre du 2 mars 2001, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la gestion des exercices 1994 et suivants de votre établissement, conformément

Plus en détail

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Direction générale des collectivités

Plus en détail

ASSOCIATION ACT UP PARIS

ASSOCIATION ACT UP PARIS ASSOCIATION ACT UP PARIS Comptes annuels de l exercice clos le 31 decembre 2010 40 bis rue Cardinet 75017 PARIS Société à Responsabilité Limitée inscrite à l ordre des Experts Comptables, membre de la

Plus en détail

Fiche 8 - La nouvelle comptabilité communale

Fiche 8 - La nouvelle comptabilité communale Fiche 8 - La nouvelle comptabilité communale 1. Généralités Trois documents d importance fondent l essentiel des règles applicables en matière de confection du budget, de gestion financière quotidienne

Plus en détail

LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT

LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT Jean-Paul Milot Patrick Soury Lionel Vareille 2003 - DRB [Minéfi] La nouvelle architecture du budget de l État Une structuration en trois niveaux Discussion

Plus en détail

L INVESTISSEMENT. 1-Les différents types d investissements. On distingue 4 types d investissements :

L INVESTISSEMENT. 1-Les différents types d investissements. On distingue 4 types d investissements : L INVESTISSEMENT L investissement est le placement de sommes importantes par rapport à l activité courante d exploitation, dans un but d en retirer des bénéfices ou des économies. L investissement se distingue

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur,

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur, MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction du Trésor Direction de la Comptabilité publique Direction générale des collectivités

Plus en détail

UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif

UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif DCG session 2009 UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif 1. Définir la normalisation comptable. DOSSIER 1 - Normalisation comptable La normalisation comptable consiste à : - produire des normes

Plus en détail

DOSSIER 1 RÉPARTITION DE BÉNÉFICES

DOSSIER 1 RÉPARTITION DE BÉNÉFICES DCG session 2012 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 RÉPARTITION DE BÉNÉFICES 1. Expliquer la raison pour laquelle la constitution d une réserve légale est obligatoire et rappeler

Plus en détail

S.A W T ~~~~~~ PLAQUETTE DES COMPTES AU 31/03/2011

S.A W T ~~~~~~ PLAQUETTE DES COMPTES AU 31/03/2011 S.A W T ~~~~~~ PLAQUETTE DES COMPTES AU 31/03/2011 S.A W T 16 avenue Charles DE GAULLE 31130 BALMA Sommaire BILAN ET COMPTE DE RESULTAT 2 SOLDES INTERMEDIAIRES DE GESTION 16 ANNEXE 18 LIASSE FISCALE 26

Plus en détail

Arrêté du 14 mars 2005 relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires

Arrêté du 14 mars 2005 relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires Ministère de l'emploi, du travail et de la cohésion sociale Arrêté du 14 mars 2005 relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires NOR: SOCU0412535A Le ministre de l'emploi, du travail et de la cohésion

Plus en détail

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E CONCOURS D'ADMINISTRATEUR DU SÉNAT 2012 DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA FORMATION Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

Modèle comptable harmonisé pour les structures d accueil extrafamilial de jour MCH-StE

Modèle comptable harmonisé pour les structures d accueil extrafamilial de jour MCH-StE Direktion für Gesundheit und Soziales GSD Route des Cliniques 17, 1701 Fribourg T +41 26 305 29 04, F +41 26 305 29 09 www.fr.ch/dsas Réf: NO Courriel: dsas@fr.ch Fribourg, le 31 octobre 2012 Modèle comptable

Plus en détail

CONVENTION. entre. la VILLE de ROUEN L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT

CONVENTION. entre. la VILLE de ROUEN L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT CONVENTION entre la VILLE de ROUEN et L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT Entre les soussignés : La Ville de ROUEN représentée par Mme Emmanuèle JEANDET-MENGUAL, Adjointe au Maire, en vertu d un

Plus en détail

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables Objectifs 01. La divulgation des informations financières repose sur les caractéristiques qualitatives prévues par le cadre conceptuel, notamment,

Plus en détail

Section 3 Les brevets, les marques et les logiciels...45 1 Aspects comptables...45 A Au moment de l entrée en comptabilité...45

Section 3 Les brevets, les marques et les logiciels...45 1 Aspects comptables...45 A Au moment de l entrée en comptabilité...45 3 SOMMAIRE Introduction : Des origines de la comptabilité...17 Partie I les sources du droit comptable luxembourgeois...19 Chapitre 1 Les sources légales...21 Section 1 Les sources internationales...21

Plus en détail

CHAPITRE I : LES PRINCIPES GENERAUX DE LA LIQUIDATION SECTION 1 : DÉFINITION DE LA LIQUIDATION :

CHAPITRE I : LES PRINCIPES GENERAUX DE LA LIQUIDATION SECTION 1 : DÉFINITION DE LA LIQUIDATION : INTRODUCTION : Dans la vie économique nous avons marqué des nombreuses annonces de dissolution d entreprises, que notre choix s est porté, pour l élaboration de mon sixième rapport qui est son titre «la

Plus en détail

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO)

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LA PÉRIODE ALLANT DU 1ER AVRIL 2015 AU 31 MARS 2016 1 PROGRAMME

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE POSTE COMPTABLE : SERVICE PUBLIC LOCAL M49 BUDGET PRIMITIF. BUDGET Assainissement VILLEBRET

REPUBLIQUE FRANCAISE POSTE COMPTABLE : SERVICE PUBLIC LOCAL M49 BUDGET PRIMITIF. BUDGET Assainissement VILLEBRET REPUBLIQUE FRANCAISE 21030314500044 Assainissement VILLEBRET POSTE COMPTABLE : SERVICE PUBLIC LOCAL M49 BUDGET PRIMITIF BUDGET Assainissement VILLEBRET ANNEE 2015 SOMMAIRE Pages I. Informations générales

Plus en détail

Fiche n 11. Les ressources affectées

Fiche n 11. Les ressources affectées DGOS / DGFiP BureauPF1 / CL1B Mise à jour Septembre 2013 Fiche n 11 Les ressources affectées Objet de la fiche La présente fiche a pour objet : de définir la notion de ressources affectées. Cette définition

Plus en détail

Les nouvelles normes comptables : les actifs

Les nouvelles normes comptables : les actifs Les nouvelles normes comptables : les actifs Les objectifs de la mesure Maintenir la conformité de la comptabilité des SPIC locaux au plan comptable général, prescrite par le CGCT. Affiner la détermination

Plus en détail