LEGIONELLA Comment prévenir la contamination

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LEGIONELLA Comment prévenir la contamination"

Transcription

1 LEGIONELLA Comment prévenir la contamination Daniel Bonnotte Ingénieur CHU de Nice 29/10/03 CHU 1

2 LEGIONELLA Légionella - bactérie pathogène opportuniste milieu colonisé, niveau de concentration suffisant, personne réceptrice maladies associées fièvre de Pontiac pneumonies 29/10/03 CHU 2

3 LEGIONELLA Groupe le plus incriminé légionella pneumophila Mode de contamination aérosolisation (ECS, EF, tours aéroréfrigérantes, etc.) micro-aspiration après ingestion instillation directe 29/10/03 CHU 3

4 Principaux textes réglementaires Arrêté du 19 juin 2000 relatif aux établissements thermaux, Guides des bonnes pratiques de gestion des tours aéroréfrigérantes - août 2001, Circulaire DGS n 98/771 du 31/12/98 relative à la mise en œuvre de bonnes pratiques d entretien des réseaux d eau dans les établissements de santé et aux moyens de préventions du risque lié aux légionelles dans les installations à risque des bâtiments recevant du public Circulaire DGS n 2002/243 du 22 avril 2002 relative à la prévention du risque lié au légionelles dans les établissements de santé 29/10/03 CHU 4

5 Principaux textes réglementaires Circulaire DGS n 2003/306 du 26 juin 2003 relative à la prévention du risque légionellose dans les tours aéroréfrigérantes dans les établissements de santé textes départementaux: note de la DDASS du 27 septembre 1999 concernant la prévention du risque légionelles dans les établissements recevant du public note du Conseil Général des Alpes Maritimes du 04 juin 2002 concernant la lutte contre la légionellle 29/10/03 CHU 5

6 Circulaire DGS 2002/243 du 22/04/2002 La circulaire vise en particulier à : améliorer la gestion des installations à risque dans les établissements de santé, améliorer la prise en compte du risque lié aux légionelles dans les activités de soins, proposer des modalités de mise en œuvre des dispositions précédentes par les établissements de santé. 29/10/03 CHU 6

7 Circulaire DGS 2002/243 du 22/04/2002 Modalité de mise en œuvre les mesures préconisées dans la circulaire doivent faire l objet d un programme d actions à définir et mettre en œuvre dans chaque établissement, avec échéancier d application tenant compte des spécificités des établissements. un programme d actions, avec échéancier devra être défini avant le 31/12/ /10/03 CHU 7

8 Circulaire DGS 2002/243 du 22/04/2002 Objectifs visés par le programme d actions 1) expertise des installations de distribution, 2) définition d un protocole et d un calendrier de surveillance de ces installations, 3) définition d un protocole d entretien et de maintenance, 4) définition d une planification de travaux, 5) mise en place d un carnet sanitaire, 6) consignes d intervention lors d un diagnostic de cas ou de teneur forte en légionelles. 29/10/03 CHU 8

9 Circulaire DGS 2003/306 du 22/06/2003 Rappel l existence du guide des bonnes pratiques «légionella et tours aéroréfrigérantes», demande un recensement de toutes les tours aéroréfrigérantes (dans l ensemble des établissements hospitaliers) en vérifiant qu elles sont déclarées (50 < P < 500 KW), ou autorisées par le préfet (P > 500 KW), Précise certaines périodicités de vérification et de surveillance 29/10/03 CHU 9

10 Circulaire DGS 2002/243 du 22/04/2002 Fiche 4 : actions préconisées Niveau cible < 10 3 UFC/l Niveau d alerte > 10 3 UFC/l Entretien régulier des réseaux Surveillance Informer (services, ) Mettre en œuvre les mesures nécessaires 29/10/03 CHU 10

11 MAINTENANCE DES TOURS AEROREFRIGERANTES Niveau de concentration dans les tours aéroréfrigérantes Niveaux Concentrations Actions Niveau d alerte 10 3 UFC / l - mesures nécessaires pour abaisser la concentration Niveau d action 10 5 UFC / l - mise à l arrêt - information de la DDASS - vidange, nettoyage, désinfection 29/10/03 CHU 11

12 LEGIONELLA CONCEPTION et ENTRETIEN des RESEAUX D EAU & de CLIMATISATION 29/10/03 CHU 12

13 LEGIONELLA Conditions de développement 25 C < Température < 50 C eau stagnante milieu «nourrissant» - bio film (tartre, corrosion,.) 29/10/03 CHU 13

14 Comment maîtriser le risque Bonne conception et bonne connaissance des installations Diagnostic des installations (existant) Mise en œuvre de Bonnes pratiques «d entretien et de maintenance» protocoles adaptés (fondamental) documents de suivi formation 29/10/03 CHU 14

15 Circulaire DGS 2002/243 du 22/04/2002 Fiche 1 : expertise des installations Actions à 3 niveaux 1) éviter la stagnation (purge,bouclage, ), 2) lutter contre l entartrage et la corrosion 3) maîtriser la température avec, * préférence à la production instantanée * si production avec stockage alors - T ballon > 55 C - élévation quotidienne > 60 C -T réseau > 50 C -T eau délivrée < 50 C RAPPEL: la désinfection en continu est à éviter 29/10/03 CHU 15

16 Conception d un réseau Réseau Matériaux limitant le développement de bio film (galva fortement déconseillé) Conception simple et limitant les bras morts si nécessaire traitement anti tartre Organes de contrôles et de surveillances Maintenabilité aisée de l installation Bouclage en tête de colonne (si possible) pour maintenir une température > 50 C sur la majorité du réseau avec un retour de boucle en aval du réchauffeur ou du ballon Bouclage jusqu au point de puisage déconseillé. 29/10/03 CHU 16

17 Installation d E.C.S. type purgeurs Manchette témoin isolation thermomètre Vannes d équilibrage chasse Trou d homme Vannes 29/10/03 CHU d isolement 17

18 Installations existantes Connaissance des installations Connaissance des procédures de maintenance et d utilisation Identification des points critiques Sécurisation / remèdes (travaux) Elaboration de bonnes pratiques de maintenance (CS) 29/10/03 CHU 18

19 Principaux éléments critiques Températures production / distribution conception du réseau mauvais bouclage, bouclage inexistant, matériaux corrodés, entartrés, électrolyse, bras morts de conception et d utilisation Procédures de maintenance et d entretien chasse des ballons, purges des bras morts,... 29/10/03 CHU 19

20 Sécurisation / remèdes Définition des actions à mener à court terme (donner la priorité au «traitement» de la production et des bras morts) à moyen terme (remise à niveau du réseau si nécessaire) le plan d action doit intégrer les projets de travaux et de réhabilitation pluriannuels et les contraintes de l établissement 29/10/03 CHU 20

21 Bonnes pratiques d entretien et de maintenance Le Carnet Sanitaire permet: De définir a priori les mesures de prévention et de réduction des risques (avant) Gérer les situations critiques (pendant) D assurer une traçabilité de toute les actions menées sur des réseaux d eaux et/ou d air (analyses, maintenance, travaux, ) (après) Outil de maîtrise du risque sanitaire 29/10/03 CHU 21

22 Contenu du Carnet Sanitaire Présentation de l établissement (avec schéma du réseau) Suivi du préventif Suivi des purges des points peu utilisés Suivi du correctif Suivi des travaux Suivi des températures et des consommations Suivi des analyses bactériologiques et physico-chimiques Procédures d entretien et de maintenance Procédure de désinfection Protocoles de conduite à tenir en cas d alerte ou de taux en légionelles élevé 29/10/03 CHU 22

23 SUIVI DES VISITES PREVENTIVES TABLEAU MENSUEL Nom du référent : SECTEUR ou BAT. : PRESTATAIRE : MOIS de : EQUIPEMENTS Page 1/2 PERIODI A vérif. CITES (n Pro. Désinf) ENSEMBLE de PROTECTION ANTIPOLLUTION (EM1) Disconnecteurs à pression contrôlable 1 an ce mois Nb Equip. VERIFIE le par signature REMARQUES RESEAUX D EAU EF/ECS (EM2) Contrôles température point de puisage Chasse aux points bas du réseau Manœuvre vannes et robinetterie Vérif. fonctionnement pompe recirculation Vérif. purgeurs, dégazeurs, Vérif. anti-béliers Observation tubes témoins Contôle de l état des calorifuges Rlevé des compteurs ECS et EF GTC + manuel tous les 6mois 6 mois à 1 an 6 mois à 1 an Hebdomadaire 1 an 1 an 1 an 1 an 1 mois Entretien robinetterie & access. raccordés (DES 2) PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE (EM4) Chasse au point bas des ballons de Mensuelle stockage Contrôle temp. Départ et retour boucle GTC +manuel tous les 6 mois 29/10/03 CHU 23

24 Points peu utilisés (fixes & fluctuants) Points fixes: identification précise points fluctuants (très difficile): identification avec «mise à jour permanente» sensibilisation du personnel (information du risque et du principe de lutte) protocole de purge simple, clair et adapté (ex: 2 fois par semaine pendant.) attribuer la tache 29/10/03 CHU 24

25 PROCEDURES D ENTRETIEN ET DE MAINTENANCE Nom du référent : N procédure : EM3 Installation : production d ECS Méthod.e Périodicité - chasse prolongée au point bas du ballon ouverture en grand de la vanne de purge pendant un minimum de 3 minutes. - contrôle des températures départ et retour bouclage : a l aide d une sonde thermométrique étalonnée, vérifier que la température de production d ECS dans le ballon atteigne 60 C en tout point. Vérifier que la température de sortie du ballon avant mitigeage atteigne 60 C minimum et que le retour de boucle soit proche de 50 C 1 mois 6 mois - manœuvre et contrôle des vannes et des organes de sécurité - Manœuvre et rinçage des by-pass - contrôle du dispositif de régulation de température en départ de distribution 3 mois 29/10/03 CHU 25

26 Circulaire DGS 2002/243 du 22/04/2002 Fiche 2 : nettoyage & désinfection des réseaux Donne les principaux types de traitements de nettoyage et de désinfection utilisables et leur compatibilité avec les matériaux. Ce qu il faut retenir : l utilisation de désinfectants en continu est à éviter autant que possible 29/10/03 CHU 26

27 Systèmes de traitements Produits Curatif Préventif Observation Tours ECS Tours ECS Chloration X X X (X) déconseillée très corrosif - adaptation? en continu potabilité? - PH Bromation X X X (X)autorisation corrosif - potabilité? à demander adaptation? Cuivre/argent X X X (X) possible avec potabilité? - corrosif nouvelle norme faible rémanence - chlorite CIO2 X X X X côut elevé pour ECS adaptation? Ozone X X X X faible rémanence - coût très corrosif - adaptation? Bactéricides X X X non potabilité de l'eau de synthèse adaptatation? Electrolyse X X X X faible corrosion adaptation? Biodispersant X X X complément aux autres techniques UV X X aucun effet rémanent Filtration X X durée des filtres? Température (X) (X) difficile et X très bonne rémanence dangereux produits bio X X à venir (HQE) 29/10/03 CHU 27

28 Maintenance des tours aéroréfrigérantes 29/10/03 CHU 28

29 MAINTENANCE DES TOURS AEROREFRIGERANTES Dévésiculeur ou séparateur de gouttelette Air chaud et humide Extracteur Système de distribution de l eau Échangeur air eau Échangeur ou packing Air froid Air froid pompe Bac de réception 29/10/03 CHU 29

30 MAINTENANCE DES TOURS AEROREFRIGERANTES Guide des Bonnes Pratiques (extrait) le Carnet de suivi contient : - propriétaire de l installation - entreprises intervenantes - identification et descriptions des installations - journal d intervention - consommations d eau - fiches de prélèvements et résultats d analyses - fiches de traitement d eau - procédure de nettoyage et désinfection 29/10/03 CHU 30

31 MAINTENANCE DES TOURS AEROREFRIGERANTES Tours à fonctionnement saisonnier A la mise à l arrêt en fin de saison - vidanger, nettoyer et détartrer la tour - faire un traitement anti-corrosion si nécessaire Avant la remise en route - nettoyer, détartrer et désinfecter la tour 29/10/03 CHU 31

32 MAINTENANCE DES TOURS AEROREFRIGERANTES Tours fonctionnant toute l année mise à l arrêt de la tour une fois par an avec : - nettoyage, détartrage et désinfection complet prévoir un arrêt de 24h mini, 48h de préférence mise à l arrêt de préférence avant la saison chaude 29/10/03 CHU 32

33 MAINTENANCE DES TOURS AEROREFRIGERANTES Quelque soit le type de fonctionnement, il est préconisé: traitement en continu avec: - anti-algues - anti-tartre - anti-légionelles (bromation,chloration,.). ce traitement peut être en discontinu - éventuellement anti-corrosion selon le type d installations Rem: de nouveaux produits sont en attentes (HQE) 29/10/03 CHU 33

34 MAINTENANCE DES TOURS AEROREFRIGERANTES Circulaire n 2003/306 du 26 juin 2003 Quelques soit le type de fonctionnement, il est préconisé: Analyses: - quelques jours après la remise en route ou après le nettoyage précédent la période d été - surveillance périodique et au moins 2 fois entre juin et septembre (légionelle, conso., température, qualité de l eau, etc ). Les paramètres enregistrables le sont en continu. Les prélèvements se font en amont de la pulvérisation ou à défaut dans le bassin de réception des eaux de ruissellement 29/10/03 CHU 34

35 CONCLUSION Une conception des installations adaptée, mais surtout des bonnes pratiques de maintenance simples et adaptées au fonctionnement et au contraintes de l établissement, et une bonne maîtrise de la température permettent, de lutter efficacement contre la légionelle à coût limité, d éviter souvent l installation d un système de traitement ou de supprimer celui existant, de maintenir une installation en bonne état le système de traitement n affranchi pas des purges, les purges peuvent affranchir du système de traitement des bonnes pratiques «irréalistes» sont pires que pas assez de maintenance 29/10/03 CHU 35

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques Légionelles Présence dans les milieux aquatiques naturels ou artificiels Conditions favorables

Plus en détail

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Risques sanitaires liés aux légionelles Infections de type grippal Infections respiratoires graves Légionelloses - Symptômes : 2 à 10

Plus en détail

COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1

COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1 COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1 Plan de l intervention Un préalable : bien connaître son installation Les 3 principes

Plus en détail

LE RISQUE LEGIONELLOSE DANS L INDUSTRIE

LE RISQUE LEGIONELLOSE DANS L INDUSTRIE LE RISQUE LEGIONELLOSE DANS L INDUSTRIE Qu est-ce que la légionellose? La légionellose est une infection respiratoire provoquée par des bactéries appelées «legionella pneumophila» ou «légionelles». Ces

Plus en détail

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement Légionelles Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement La bactérie: évaluation des dangers Bacille gram - : 50 espèces, 64 sérogroupes naturellement présentes dans

Plus en détail

Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé?

Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé? Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé? AM Rogues Hygiène Hospitalière CHU de Bordeaux En moyenne 750 litres d eau par jour et par lit Soit la consommation de 5 habitants

Plus en détail

CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D'EAU

CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D'EAU CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D'EAU (Indiquer le nom de l installation) Directions Régionale et Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales du Nord-Pas-de-Calais Ministère de l emploi,

Plus en détail

A propos d un cas de légionellose nosocomiale

A propos d un cas de légionellose nosocomiale A propos d un cas de légionellose nosocomiale Dr. Mathé médecin hygiéniste HPGM (91) C. Houmaire, Ingénieur d Etudes Sanitaires (ARS DT 91) Prévention du risque infection en EHPAD 02 avril 2015 1 Légionellose

Plus en détail

CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D EAU

CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D EAU CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D EAU Indiquer le nom de l établissement Agence Régionale de Santé Nord - Pas-de-Calais Qu est ce que le carnet sanitaire? Le carnet sanitaire constitue le référentiel

Plus en détail

ANTENNE REGIONALE AQUITAINE

ANTENNE REGIONALE AQUITAINE ANTENNE REGIONALE AQUITAINE GESTION DU RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS LES EHPAD MANUEL D EVALUATION 2011 SOMMAIRE Liste des abréviations... 3 Objectif du manuel d évaluation... 4 Fiche établissement...

Plus en détail

II - L EXPOSITION AUX LÉGIONELLES... suite III - LES MOYENS DE PRÉVENTION. 1. Bien concevoir les réseaux d eau Bâtiments neufs

II - L EXPOSITION AUX LÉGIONELLES... suite III - LES MOYENS DE PRÉVENTION. 1. Bien concevoir les réseaux d eau Bâtiments neufs FICHE 9 Les Légionelles Environnement intérieur - EAU I - LES DANGERS LIÉS AUX LÉGIONELLES La légionelle (nom scientifique Legionella) est une bactérie qui se développe dans l eau et les milieux humides

Plus en détail

Fiche d information Prévention des Risques Professionnels Septembre 2013. - Prévention des Risques professionnels - Les risques liés aux légionelles

Fiche d information Prévention des Risques Professionnels Septembre 2013. - Prévention des Risques professionnels - Les risques liés aux légionelles Fiche d information Prévention des Risques Professionnels Septembre 2013 - Prévention des Risques professionnels - Les risques liés aux légionelles La présente fiche rappelle les différentes mesures concernant

Plus en détail

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie Page : 1 / 9 Page : 2 / 9 Généralités - Définitions Legionella et risques : Legionella est un bacille intracellulaire Gram négatif qui est responsable de 0,5 à 5% des pneumonies communautaires nécessitant

Plus en détail

SYSTEM O. Contrôler la température sur l ensemble de votre réseau...

SYSTEM O. Contrôler la température sur l ensemble de votre réseau... SYSTEM O Contrôler la température sur l ensemble de votre réseau... Contexte réglementaire La prévention des risques sanitaires est une priorité pour les maitres d ouvrage en particulier dans les Etablissements

Plus en détail

Procédure de maintenance. des réseaux d eau. Centre Hospitalier de Hyères HYGIENE /GDR Nombre de page : 5

Procédure de maintenance. des réseaux d eau. Centre Hospitalier de Hyères HYGIENE /GDR Nombre de page : 5 Procédure de maintenance des réseaux d eau Référence BM : Environnement Ref. Service : Eau Version : 0 Centre Hospitalier de Hyères HYGIENE /GDR Nombre de page : 5 1. OBJET Cette procédure vise, dans le

Plus en détail

Guide méthodologique destiné aux Etablissements d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes

Guide méthodologique destiné aux Etablissements d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes Guide méthodologique destiné aux Etablissements d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes SERVICE D HYGIENE ET D EPIDEMIOLOGIE SECTEUR EHPAD Juin 2009 Ce guide décrit l ensemble des dispositions

Plus en détail

La production d eau chaude à partir de l énergie solaire

La production d eau chaude à partir de l énergie solaire La production d eau chaude à partir de l énergie solaire Prévenir les risques sanitaires en Etablissements de santé Etablissements sociaux et médico-sociaux d hébergement pour personnes âgées Eau et santé

Plus en détail

RAPPORT RESIDENCE PIONCHON. 5 Bis Place de La Ferrandière 69003 LYON

RAPPORT RESIDENCE PIONCHON. 5 Bis Place de La Ferrandière 69003 LYON RAPPORT Expertise sur les «Réseaux d eau» 5 Bis Place de La Ferrandière 69003 LYON ELORA 20 Chemin Louis Chirpaz Bâtiment B 1 er étage 69130 ECULLY E-Mail :Rhone_Alpes@elora.fr Tél: 04.78.33.29.45 Fax:

Plus en détail

des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires w w w. s o g o b a. c o m

des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires w w w. s o g o b a. c o m Equilibrage & Maintenance des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires G R K N E T E v o l u t i o n La solution

Plus en détail

La légionellose : approche du risque et prévention

La légionellose : approche du risque et prévention La légionellose : approche du risque et prévention Mélanie BARRAULT - Bio hygiéniste - CHM Eric TRICOT - Cadre hygiéniste coordonnateur - CHM - Réseau LUTIN 72 Journée des correspondants paramédicaux en

Plus en détail

Le ministre de la santé et des solidarités, le ministre délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées

Le ministre de la santé et des solidarités, le ministre délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées Circulaire DGS/SD7A-DHOS/E4-DGAS/SD2 n o 2005-493 du 28 octobre 2005 relative à la prévention du risque lié aux légionelles dans les établissements sociaux et médicosociaux d hébergement pour personnes

Plus en détail

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Juin 2006: Réseau National Biofilm Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Les légionelles: quelques rappels Bactéries Gram -, origine naturelle hydrotellurique,

Plus en détail

Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage

Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage Le contrat d exploitation de chauffage en copropriété La lecture d un contrat d exploitation de chauffage reste un exercice

Plus en détail

Réseaux d eau froide et d eau chaude Prévention du risque légionelle

Réseaux d eau froide et d eau chaude Prévention du risque légionelle DIAGNOSTIC TECHNIQUE SANITAIRE Réseaux d eau froide et d eau chaude Prévention du risque légionelle DOSSIER N 3452-128554 Visite du site les 03 et 16 février 2011 ETABLISSEMENT : 1289 avenue Edouard Herriot

Plus en détail

Dénomination de l installation : Adresse du système de refroidissement :

Dénomination de l installation : Adresse du système de refroidissement : 1 Carnet de suivi du système de refroidissement Dénomination de l installation : Adresse du système de refroidissement : 2 Mode d emploi du carnet de suivi Le carnet de suivi du système de refroidissement

Plus en détail

Guide de gestion du risque lié aux légionelles en EHPAD - 0 -

Guide de gestion du risque lié aux légionelles en EHPAD - 0 - Guide de gestion du risque lié aux légionelles en EHPAD - 0 - SOMMAIRE GLOSSAIRE CONTEXTE SANITAIRE EPIDEMIOLOGIE PROBLEMATIQUE DES RESEAUX D'EAU CHAUDE SANITAIRE RESPONSABILITE DES ETABLISSEMENTS PARTIE

Plus en détail

Risque lié aux légionelles

Risque lié aux légionelles fiche n 1 DDASS-DRASS Midi-Pyrénées Février 2007 Risque lié aux légionelles QU EST-CE QU UNE LÉGIONELLOSE? La légionellose est une infection provoquée par des bactéries vivant dans l eau du genre Legionella,

Plus en détail

ANNEXE 2 Plan d'action Sanitaire dans les Lycées Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE Centre International de Valbonne

ANNEXE 2 Plan d'action Sanitaire dans les Lycées Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE Centre International de Valbonne ANNEXE 2 Plan d'action Sanitaire dans les Lycées Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE Adresse : 190 rue Frédéric Mistral Code Postal : 06 560... Ville : VALBONNE Abréviation Désignation AO Appel

Plus en détail

Plan d'action Sanitaire dans les Lycées. Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE. Lycée les Alpilles

Plan d'action Sanitaire dans les Lycées. Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE. Lycée les Alpilles Plan d'action Sanitaire dans les Lycées Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE Lycée les Alpilles Adresse : 91 avenue Edouard Herriot Code Postal : 13 210... Ville : Saint Rémy de Provence Abréviation

Plus en détail

AES du 29 septembre L entretien du réseau et de ses équipements : un moyen de prévention indispensable

AES du 29 septembre L entretien du réseau et de ses équipements : un moyen de prévention indispensable AES du 29 septembre L entretien du réseau et de ses équipements : un moyen de prévention indispensable Prise en charge (1) Analyse du type de réseau sanitaire: HT avec mitigeurs locaux, HT avec mitigeurs

Plus en détail

Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits

Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe spécialisé n 19 Traitement des Eaux Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits Cahier des Prescriptions Techniques

Plus en détail

Contexte général. Contenu de la mission d expertise

Contexte général. Contenu de la mission d expertise Cahier des charges type à l usage des établissements sociaux et médico-sociaux, pour la réalisation d un audit hydraulique des installations de distribution d ECS Contexte général Il est prévu au sein

Plus en détail

Actions de prévention de la légionellose en EHPAD

Actions de prévention de la légionellose en EHPAD Actions de prévention de la légionellose en EHPAD 16 décembre 2014 Corinne CHANTEPERDRIX DD26 Audrey COMTE DD01 2ème rencontre des Equipes Mobiles d Hygiène - Centre hospitalier Lyon Sud LES MISSIONS DES

Plus en détail

La Légionelle à la centrale thermique de Dégrad Des Cannes

La Légionelle à la centrale thermique de Dégrad Des Cannes à la centrale thermique de Dégrad Des Cannes Historique Situation avant 1ères analyses : - obligation préfectorale de surveillance annuelle depuis 07/03 - traitement anti corrosion fer et cuivre en continu

Plus en détail

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Constats Présence régulière de légionelles dans les installations de distribution d eau intérieure

Plus en détail

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau olivier.correc@cstb.fr Nouveaux Documents Techniques Unifiés DTU 60.1 Plomberie sanitaire pour

Plus en détail

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Thierry POLATO Agence Régionale de Santé Pays de la Loire Délégation territoriale de Maine-et-Loire

Plus en détail

Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010

Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010 Établissements de Santé et Environnement Jeudi 31 Mai 2012 Béatrice Bresson Ingénieur Biomédical Direction Qualité Performance Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010 Plan d intervention

Plus en détail

VANNE D ÉQUILIBRAGE POUR RÉSEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE. Manuelle. Motorisée. Prévention et lutte. contre les légionelles

VANNE D ÉQUILIBRAGE POUR RÉSEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE. Manuelle. Motorisée. Prévention et lutte. contre les légionelles VANNE D ÉQUILIBRAGE POUR RÉSEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE Manuelle Motorisée Prévention et lutte contre les légionelles GRK NET PRÉVENTION ET LUTTE CONTRE LES LÉGIONELLES LA SOLUTION POUR LA MAINTENANCE DES

Plus en détail

Inspection sanitaire des EHPAD. 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD

Inspection sanitaire des EHPAD. 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD Inspection sanitaire des EHPAD 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 17/11/2011 Contexte L inspection s inscrit dans le volet

Plus en détail

PROLIFERATION DE LEGIONELLES DANS LE RESEAU D EAU D SANITAIRE DE LA MAISON DE RETRAITE DU C.H. DE MENDE 2009-2012

PROLIFERATION DE LEGIONELLES DANS LE RESEAU D EAU D SANITAIRE DE LA MAISON DE RETRAITE DU C.H. DE MENDE 2009-2012 PROLIFERATION DE LEGIONELLES DANS LE RESEAU D EAU D CHAUDE SANITAIRE DE LA MAISON DE RETRAITE DU C.H. DE MENDE 2009-2012 Valérie Boyer : Infirmière Hygiéniste Catherine Foucou : Praticien en Hygiène PROLIFERATION

Plus en détail

Objectif. CCLIN Sud-Est juillet 2012 1/8

Objectif. CCLIN Sud-Est juillet 2012 1/8 FFi icchhee Prraat tiqquuee Outil de suivi et d''évaluation de la qualité du réseau Objectif Pour éviter le développement de Pseudomonas aeruginosa dans l eau froide des réseaux alimentant les établissements

Plus en détail

Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques

Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques Sommaire Les problèmes rencontrés Le tartre et ses conséquences La corrosion et ses conséquences

Plus en détail

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Délégation territoriale du Val-d Oise Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Maîtriser la température de l eau chaude sanitaire L exploitant d un réseau d eau

Plus en détail

LE RISQUE DE CONTAMINATION A PSEUDOMONAS AERUGINOSA A L OUVERTURE D UN ETABLISSEMENT DE SANTE

LE RISQUE DE CONTAMINATION A PSEUDOMONAS AERUGINOSA A L OUVERTURE D UN ETABLISSEMENT DE SANTE H LE RISQUE DE CONTAMINATION A PSEUDOMONAS AERUGINOSA A L OUVERTURE D UN ETABLISSEMENT DE SANTE Architecture BERNET C, LAPRUGNE-GARCIA E, SAINT GENIS LAVAL Juillet 2009 Pseudomonas aeruginosa ou bacille

Plus en détail

Fluid distribution and regulation systems for buildings

Fluid distribution and regulation systems for buildings Fluid distribution and regulation systems for buildings DOSSIER: LIMITER LE RISQUE LEGIONELLES DANS LES CIRCUITS D EAU SANITAIRE IND.B - AVR 09 1/ GENERALITES De nombreuses recherches démontrent qu un

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

CARNET SANITAIRE EHPAD La Bastide

CARNET SANITAIRE EHPAD La Bastide GR-CS-PR-01 CARNET SANITAIRE EHPAD La Bastide Nom de l établissement : EHPAD La Bastide Adresse : Lieu-dit «Le Pré Commun «31 360 BEAUCHALOT Nom du Responsable : Mme Sylvie LACOSTE-MANS Téléphone : 05.61.97.83.00.

Plus en détail

Gestion du risque légionelle

Gestion du risque légionelle Les légionelles dans les établissements de santé et les établissements d hébergement pour personnes âgées Maîtrise du risque dans les réseaux d eau sanitaire Expérience du centre hospitalier du Pays d

Plus en détail

CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC RELATIVE A L EXPLOITATION ET A L ENTRETIEN DU RESEAU DE CHAUFFAGE URBAIN DU MIRAIL VILLE DE TOULOUSE

CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC RELATIVE A L EXPLOITATION ET A L ENTRETIEN DU RESEAU DE CHAUFFAGE URBAIN DU MIRAIL VILLE DE TOULOUSE CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC RELATIVE A L EXPLOITATION ET A L ENTRETIEN DU RESEAU DE CHAUFFAGE URBAIN DU MIRAIL VILLE DE TOULOUSE Modèle de Police d Abonnement annexe 1 au Règlement de Service

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale

Fonction Publique Territoriale Fonction Publique Territoriale CONCOURS D'ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2EME CLASSE DES ETABLISSEMENTS D'ENSEIGNEMENT SPECIALITE: INSTALLATIONS ELECTRIQUES, SANITAIRES ET THERMIQUES MERCREDI

Plus en détail

Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004

Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004 Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004 09/11/04 DSDS DE GUYANE 1 sommaire 1/ présentation de la légionelle et historique des épidémies de

Plus en détail

La légionellose DOSSIER

La légionellose DOSSIER Référence : La légionellose DOSSIER Sommaire : 1. Quand parle-t-on de légionellose? 2. Comment diagnostique-t-on l infection? 3. Existe-t-il un traitement? 4. Y a-t-il des mesures de prévention à prendre

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE A N N E X E

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE A N N E X E A N N E E GUIDE D INFORMATION POUR LES GESTIONNAIRES D ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIONS DE L ARRÊTÉ DU 1 er FÉVRIER 2010 RELATIF À LA SURVEILLANCE DES LÉGIONELLES

Plus en détail

Mise en service d un réseau neuf

Mise en service d un réseau neuf Gestion des risques liés à l eau lors de l ouverture d un bâtiment Aile Ouest Aile Est Aile SUD ICASS ARROJA Marie-Agnès, cadre hygiéniste ICS MOREAU Nathalie, infirmière hygiéniste Mise en service d un

Plus en détail

Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique

Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique Congrès de la SF2H - 9 Juin 2011 S. Coudrais Biohygiéniste Unité d Hygiène et Epidémiologie - Groupement

Plus en détail

Légionelles et circuits de refroidissement : La contribution du projet ECOTEC pour l écologie industrielle

Légionelles et circuits de refroidissement : La contribution du projet ECOTEC pour l écologie industrielle Légionelles et circuits de refroidissement : La contribution du projet ECOTEC pour l écologie industrielle une société novatrice et indépendante en FLUIDES, ENERGIE et ENVIRONNEMENT ARIONIC CA x2 2012/2011

Plus en détail

CONCEPTION CONCEPTION CONCEPTION. Diagramme général pour la réalisation de réseaux d eaux sanitaires. Réseau d eau chaude sanitaire ATTENTION

CONCEPTION CONCEPTION CONCEPTION. Diagramme général pour la réalisation de réseaux d eaux sanitaires. Réseau d eau chaude sanitaire ATTENTION Diagramme général pour la réalisation de réseaux d eaux sanitaires Rédaction cahier des clauses techniques particulières (CCTP) Phase Travaux Opération préalable à la réception des installations (OPR)

Plus en détail

CHAPITRE 1 - GENERALITES - Mission exécution Ens 1 CHAPITRE 2 - BASES DES CALCULS. ens 2 0 - Tube PEHD en tranchée 0 DN50 ml 10 0

CHAPITRE 1 - GENERALITES - Mission exécution Ens 1 CHAPITRE 2 - BASES DES CALCULS. ens 2 0 - Tube PEHD en tranchée 0 DN50 ml 10 0 629 Logements ROBERTY DECAUVILLE 8413 LE PONTET Références au descriptif U Quantités Prix Produits Les quantités sont obligatoirement à vérifier sous la responsabilité de l'entreprise. CHAPITRE 1 GENERALITES

Plus en détail

DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS DIRECTION GENERALE DE LA SANTE

DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA SANTE Sous-direction de la gestion des risques des milieux DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements

Plus en détail

DIAGNOSTIC DES RESEAUX ET DE LA QUALITE DE L EAU POTABLE

DIAGNOSTIC DES RESEAUX ET DE LA QUALITE DE L EAU POTABLE PLAN D ACTION SANITAIRE DANS LES LYCEES LYCEE : LYCEE F. PETRARQUE - AVIGNON LOT N 3 DIAGNOSTIC DES RESEAUX ET DE LA QUALITE DE L EAU POTABLE Etablissement : LYA F. PETRARQUE Adresse : Route de Marseille

Plus en détail

Piscines : point réglementaire

Piscines : point réglementaire Piscines : point réglementaire 02octobre 2012 Principales références juridiques: Articles L1332-1 à L1332-9, articles D1332-1 à D1332-13, et annexe 13-6 (installations sanitaires) du code de la santé publique.

Plus en détail

ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU

ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU Sommaire ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU 1. Réseau d eau... 2 2. Rapport d analyse Qualité sanitaire de l eau... 3 3. Eaux pluviales... 6 4. Revêtements spéciaux... 7 5. Analyse de l eau... 7 5.1 Arrêté

Plus en détail

L'eau chaude du futur PASTORMASTER. Système de destruction permanente des légionelles. Fabrication Française

L'eau chaude du futur PASTORMASTER. Système de destruction permanente des légionelles. Fabrication Française L'eau chaude du futur PASTORMASTER Fabrication Française Système de destruction permanente des légionelles PASTORMASTER Système de Production et de Pasteurisation en continu de l eau chaude sanitaire généralité

Plus en détail

Les usages de l eau. Les modes de contamination. Les risques infectieux. Les eaux destinée à la consommation humaine. Critères de qualité des eaux

Les usages de l eau. Les modes de contamination. Les risques infectieux. Les eaux destinée à la consommation humaine. Critères de qualité des eaux Etablissements de santé : recommandations actuelles sur la qualité de l eau Docteur Fabien SQUINAZI Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Les usages de l eau alimentation : boisson, préparation des

Plus en détail

Rénovation du système de production et de distribution d eau chaude sanitaire GROUPE THOAS

Rénovation du système de production et de distribution d eau chaude sanitaire GROUPE THOAS Rénovation du système de production et de distribution d eau chaude sanitaire Installation ECS existante Production d eau chaude: Trois cumulus de 1500 l dans chaque sous-station: Deux cumulus HS dans

Plus en détail

ANNEXE 1. LEGIONELLES ET LEGIONELLOSE. 1.1. Contexte sanitaire - Epidémiologie

ANNEXE 1. LEGIONELLES ET LEGIONELLOSE. 1.1. Contexte sanitaire - Epidémiologie ANNEXE GUIDE D INFORMATION POUR LES GESTIONNAIRES D ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIONS DE L ARRETE DU 1 ER FEVRIER 2010 RELATIF A LA SURVEILLANCE DES LEGIONELLES

Plus en détail

Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments

Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments Olivier CORREC Mél : olivier.correc@cstb.fr Contexte des réseaux d eau sanitaire Exigences générales : o Sécuriser la consommation

Plus en détail

L importance de la conception des réseaux d eau sanitaire dans la lutte contre les légionelles

L importance de la conception des réseaux d eau sanitaire dans la lutte contre les légionelles L importance de la conception des réseaux d eau sanitaire dans la lutte contre les légionelles INTRODUCTION Les facteurs de risques Installation surdimensionnée Circuit de grande taille Complexité des

Plus en détail

Manuel d installation et d utilisation. Ballon tampon PS V 1.0

Manuel d installation et d utilisation. Ballon tampon PS V 1.0 Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon PS V 1.0 TABLE DES MATIERES 1. Description du produit... 2 1.1 Type... 2 1.2 Isolation thermique... 2 1.3 Spécifications... 2 2. Généralités... 2 3.

Plus en détail

Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception

Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception Les réseaux bouclés Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception 91/204 La distribution d eau chaude sanitaire Bouclage

Plus en détail

Lutte contre les légionelles

Lutte contre les légionelles GUIDE MÉTHODOLOGIQUE À L ATTENTION DES ÉTABLISSEMENTS D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES Lutte contre les légionelles Maîtrise des réseaux d eau chaude sanitaire MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE ET

Plus en détail

Guide méthodologique

Guide méthodologique Guide méthodologique pour la réalisation d une analyse de risque de prolifération de légionelles dans les installations de refroidissement par dispersion d eau dans un flux d air PRÉSENTATION L objectif

Plus en détail

RESEAUX D EAU SANITAIRE

RESEAUX D EAU SANITAIRE PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE INSTANTANEE AVEC STOCKAGE PRIMAIRE RESEAUX D EAU SANITAIRE La présente fiche, destinée aux professionnels doit être adaptée suivant chaque application. L utilisation du

Plus en détail

Réseaux d eau chaude sanitaire : risques liés aux Légionelles

Réseaux d eau chaude sanitaire : risques liés aux Légionelles Réseaux d eau chaude sanitaire : risques liés aux Légionelles Formation organisée par l ARS DtD des Alpes-Maritimes 29 juin 2012 Philippe HARMANT, Laurent KIENE AQUAf luence Conseil, études et formations

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET DES SYSTEMES DE CLIMATISATION

CENTRE HOSPITALIER CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET DES SYSTEMES DE CLIMATISATION CENTRE HOSPITALIER 1, rue du Docteur Paul Martinais 37600 LOCHES 02 47 91 33 33 02 47 91 32 00 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MISE EN CONCURRENCE PORTANT SUR MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET

Plus en détail

PISCINE DE REEDUCATION ET HYGIENE CENTRE HOSPITALIER CENTRE BRETAGNE (Centre de Rééducation de Plémet) PLAN Généralités L eau circuit traitement maintenance contrôles Le baigneur Les locaux architecture

Plus en détail

COLLOQUE «SOLAIRE THERMIQUE et HABITAT COLLECTIF»

COLLOQUE «SOLAIRE THERMIQUE et HABITAT COLLECTIF» COLLOQUE «SOLAIRE THERMIQUE et HABITAT COLLECTIF» LE MONITORING AU SERVICE DE LA MAINTENANCE Michel BOURLOUX 06/03/2013) LE MONITORING AU SERVICE DE LA MAINTENANCE Sommaire 1. Préambule 1.1 Les Besoins

Plus en détail

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

Plan de l intervention

Plan de l intervention Récupération de l eau de pluie : Quels rôles pour la collectivité? 1. Suivi & contrôle des installations privatives, 1.1. Les prescriptions techniques, Plan de l intervention 1.2. Le contrôle des installations

Plus en détail

La légionellose est une infection provoquée par des bactéries vivant dans l'eau (les légionelles), dans la plupart des cas «Legionella pneumophila».

La légionellose est une infection provoquée par des bactéries vivant dans l'eau (les légionelles), dans la plupart des cas «Legionella pneumophila». ATN Diffusion LPF SA Conditionnement d'eau professionnel Route des Rez 20, 1667 Enney www.atn-diffusion-lpf.com info@atn-diffusion-lpf.com Tél. 026 921 29 12 Risque Légionelles Détection et gestion des

Plus en détail

Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de particules

Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de particules Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe spécialisé n 19 Traitement des Eaux Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de

Plus en détail

LA LEGIONELLOSE : UN RISQUE POTENTIEL EN MILIEU INDUSTRIEL FICHE DE SYNTHESE

LA LEGIONELLOSE : UN RISQUE POTENTIEL EN MILIEU INDUSTRIEL FICHE DE SYNTHESE LA LEGIONELLOSE : UN RISQUE POTENTIEL EN MILIEU INDUSTRIEL FICHE DE SYNTHESE LA SITUATION En France, la légionellose est une maladie à déclaration obligatoire depuis 1987. En 2008, 1243 cas de légionellose

Plus en détail

Rencontre technique Eau chaude solaire collective

Rencontre technique Eau chaude solaire collective PLAEFORME DE FORMAION SOLAIRE & BAIMEN Rencontre technique Eau chaude solaire collective guillaume.pradier@ines-solaire.org 17 décembre 2014 1 Programme Présentation INES Dispositif élésuiweb et prestations

Plus en détail

Avenir des refroidisseurs d eau atmosphériques

Avenir des refroidisseurs d eau atmosphériques Avenir des refroidisseurs d eau atmosphériques Product Report L actualité de ces derniers mois a régulièrement mis en avant les tours de refroidissement et les risques associés dûs à la présence de la

Plus en détail

Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. «Aquastrom T plus»

Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. «Aquastrom T plus» Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. Information technique Descriptif du cahier des charges: Robinet thermostatique Oventrop à préréglage pour conduites de circulation

Plus en détail

Evolution rubrique 2921

Evolution rubrique 2921 Association Française des Professionnels pour la maîtrise des risques Cliquez sanitaires pour des modifier réseaux le d'eau style du titre légionelles, Pseudomonas, bactéries aérobies revivifiables. iifibl

Plus en détail

Nos références sur le canton de Genève : SIG chauffage à distance CAD, Bureau d ingénieurs, chauffagistes.

Nos références sur le canton de Genève : SIG chauffage à distance CAD, Bureau d ingénieurs, chauffagistes. BIO-DESEMBOUAGE 100% biologique pour pompes à chaleur, chauffage sol, circuits fermés de chauffage, climatisation et refroidissement. Un procédé physique et naturel Plus de consommable Pas d intervention

Plus en détail

La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier. Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers

La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier. Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers 1 Colloque annuel du comité énergie et gestion technique, 22 mars 2013 Votre partenaire

Plus en détail

Avis Technique 19/11-110. Probio

Avis Technique 19/11-110. Probio Avis Technique 19/11-110 Annule et remplace l Avis Technique 19/06-76 Procédé de traitement sanitaire des eaux chaudes sanitaires par addition de produits Procédé de lutte contre la prolifération des légionelles

Plus en détail

PARTIE 2 : MISE EN SERVICE PARTIE 1 : CONCEPTION PARTIE 3 : ENTRETIEN PARTIE 4 : EN SAVOIR PLUS METTRE EN SERVICE L INSTALLATION...

PARTIE 2 : MISE EN SERVICE PARTIE 1 : CONCEPTION PARTIE 3 : ENTRETIEN PARTIE 4 : EN SAVOIR PLUS METTRE EN SERVICE L INSTALLATION... SOMMAIRE PARTIE 1 : REGLER LES TEMPERATURES DE PRODUCTION ET DE DISTRIBUTION... 4 PREVENIR LE RISQUE LEGIONELLE... 5 CHOISIR UNE SOLUTION PRODUCTION D ECS INDIVIDUELLE... 10 CHOISIR UNE SOLUTION DE PRODUCTION

Plus en détail

Délégation Territoriale de L Essonne

Délégation Territoriale de L Essonne Délégation Territoriale de L Essonne 18/07/2013 ; Page 1 sur 30 SOMMAIRE 1 Introduction... 4 2 Définitions et cadres réglementaires... 5 2.1 Définitions... 5 2.1.1 Légionellose... 5 2.1.2 Définition du

Plus en détail

Les clés de la réussite d'un projet solaire thermique

Les clés de la réussite d'un projet solaire thermique PAEFORME DE FORMAION SOAIRE & BAIMEN es 5 à 7 de l écoconstruction es clés de la réussite d'un projet solaire thermique guillaume.pradier@ines-solaire.org 29 janvier 2015 1 Programme Présentation INES

Plus en détail

La production d ECS Solaire Thermique Collective Centralisée Intervenant : Hervé SEBASTIA

La production d ECS Solaire Thermique Collective Centralisée Intervenant : Hervé SEBASTIA La production d ECS Solaire Thermique Collective Centralisée Intervenant : Hervé SEBASTIA 04/04/13 Production d ECS Solaire Thermique Collective Centralisée 1 SCC : principe de fonctionnement Capteurs

Plus en détail

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz FICHE TECHNIQUE Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz 2 4 5 CONNAÎTRE > Réseau d eau froide > Réseau d eau chaude > Réseau de gaz REGARDER > Réseau d eau ENTRETENIR - AMÉLIORER > Contrat d entretien

Plus en détail

Contrôle de chlore sur tours de refroidissement. Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide. Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries

Contrôle de chlore sur tours de refroidissement. Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide. Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries Contrôle de chlore sur tours de refroidissement Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide LA LEGIONELLOSE Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries La légionelle vit dans l eau. Elle est

Plus en détail

LOT N 13 : CHAUFFAGE VENTILATION - PLOMBERIE

LOT N 13 : CHAUFFAGE VENTILATION - PLOMBERIE Lot N 13 : CHAUFFAGE GAZ- VENTILATION - PLOMBERIE SANITAIRE - DPGF - page 1 LOT N 13 : CHAUFFAGE VENTILATION - PLOMBERIE 1 PRODUCTION D'EAU CHAUDE SOLAIRE 2 COMPTAGE 3 VENTILATION 4 PLOMBERIE SANITAIRE

Plus en détail

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire Sommaire 1. Généralités 7 2. Réseaux d alimentation d eau dans les bâtiments 8 2.1 Généralités 8 2.2 Dimensionnement du réseau d alimentation - Méthode générale 8 2.2.1 Principes généraux 8 2.2.2 Données

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation Bureau de la qualité des eaux Personne

Plus en détail

Une réglementation spécifique, issue de la

Une réglementation spécifique, issue de la EAU Par Armelle SANDRIN Avocat à la Cour Shearman & Sterling LLP BDEI 404 Prévenir le risque légionelle Les bactéries «légionelles» se développent dans l eau, et peuvent causer des infections pulmonaires

Plus en détail