LEGIONELLA Comment prévenir la contamination

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LEGIONELLA Comment prévenir la contamination"

Transcription

1 LEGIONELLA Comment prévenir la contamination Daniel Bonnotte Ingénieur CHU de Nice 29/10/03 CHU 1

2 LEGIONELLA Légionella - bactérie pathogène opportuniste milieu colonisé, niveau de concentration suffisant, personne réceptrice maladies associées fièvre de Pontiac pneumonies 29/10/03 CHU 2

3 LEGIONELLA Groupe le plus incriminé légionella pneumophila Mode de contamination aérosolisation (ECS, EF, tours aéroréfrigérantes, etc.) micro-aspiration après ingestion instillation directe 29/10/03 CHU 3

4 Principaux textes réglementaires Arrêté du 19 juin 2000 relatif aux établissements thermaux, Guides des bonnes pratiques de gestion des tours aéroréfrigérantes - août 2001, Circulaire DGS n 98/771 du 31/12/98 relative à la mise en œuvre de bonnes pratiques d entretien des réseaux d eau dans les établissements de santé et aux moyens de préventions du risque lié aux légionelles dans les installations à risque des bâtiments recevant du public Circulaire DGS n 2002/243 du 22 avril 2002 relative à la prévention du risque lié au légionelles dans les établissements de santé 29/10/03 CHU 4

5 Principaux textes réglementaires Circulaire DGS n 2003/306 du 26 juin 2003 relative à la prévention du risque légionellose dans les tours aéroréfrigérantes dans les établissements de santé textes départementaux: note de la DDASS du 27 septembre 1999 concernant la prévention du risque légionelles dans les établissements recevant du public note du Conseil Général des Alpes Maritimes du 04 juin 2002 concernant la lutte contre la légionellle 29/10/03 CHU 5

6 Circulaire DGS 2002/243 du 22/04/2002 La circulaire vise en particulier à : améliorer la gestion des installations à risque dans les établissements de santé, améliorer la prise en compte du risque lié aux légionelles dans les activités de soins, proposer des modalités de mise en œuvre des dispositions précédentes par les établissements de santé. 29/10/03 CHU 6

7 Circulaire DGS 2002/243 du 22/04/2002 Modalité de mise en œuvre les mesures préconisées dans la circulaire doivent faire l objet d un programme d actions à définir et mettre en œuvre dans chaque établissement, avec échéancier d application tenant compte des spécificités des établissements. un programme d actions, avec échéancier devra être défini avant le 31/12/ /10/03 CHU 7

8 Circulaire DGS 2002/243 du 22/04/2002 Objectifs visés par le programme d actions 1) expertise des installations de distribution, 2) définition d un protocole et d un calendrier de surveillance de ces installations, 3) définition d un protocole d entretien et de maintenance, 4) définition d une planification de travaux, 5) mise en place d un carnet sanitaire, 6) consignes d intervention lors d un diagnostic de cas ou de teneur forte en légionelles. 29/10/03 CHU 8

9 Circulaire DGS 2003/306 du 22/06/2003 Rappel l existence du guide des bonnes pratiques «légionella et tours aéroréfrigérantes», demande un recensement de toutes les tours aéroréfrigérantes (dans l ensemble des établissements hospitaliers) en vérifiant qu elles sont déclarées (50 < P < 500 KW), ou autorisées par le préfet (P > 500 KW), Précise certaines périodicités de vérification et de surveillance 29/10/03 CHU 9

10 Circulaire DGS 2002/243 du 22/04/2002 Fiche 4 : actions préconisées Niveau cible < 10 3 UFC/l Niveau d alerte > 10 3 UFC/l Entretien régulier des réseaux Surveillance Informer (services, ) Mettre en œuvre les mesures nécessaires 29/10/03 CHU 10

11 MAINTENANCE DES TOURS AEROREFRIGERANTES Niveau de concentration dans les tours aéroréfrigérantes Niveaux Concentrations Actions Niveau d alerte 10 3 UFC / l - mesures nécessaires pour abaisser la concentration Niveau d action 10 5 UFC / l - mise à l arrêt - information de la DDASS - vidange, nettoyage, désinfection 29/10/03 CHU 11

12 LEGIONELLA CONCEPTION et ENTRETIEN des RESEAUX D EAU & de CLIMATISATION 29/10/03 CHU 12

13 LEGIONELLA Conditions de développement 25 C < Température < 50 C eau stagnante milieu «nourrissant» - bio film (tartre, corrosion,.) 29/10/03 CHU 13

14 Comment maîtriser le risque Bonne conception et bonne connaissance des installations Diagnostic des installations (existant) Mise en œuvre de Bonnes pratiques «d entretien et de maintenance» protocoles adaptés (fondamental) documents de suivi formation 29/10/03 CHU 14

15 Circulaire DGS 2002/243 du 22/04/2002 Fiche 1 : expertise des installations Actions à 3 niveaux 1) éviter la stagnation (purge,bouclage, ), 2) lutter contre l entartrage et la corrosion 3) maîtriser la température avec, * préférence à la production instantanée * si production avec stockage alors - T ballon > 55 C - élévation quotidienne > 60 C -T réseau > 50 C -T eau délivrée < 50 C RAPPEL: la désinfection en continu est à éviter 29/10/03 CHU 15

16 Conception d un réseau Réseau Matériaux limitant le développement de bio film (galva fortement déconseillé) Conception simple et limitant les bras morts si nécessaire traitement anti tartre Organes de contrôles et de surveillances Maintenabilité aisée de l installation Bouclage en tête de colonne (si possible) pour maintenir une température > 50 C sur la majorité du réseau avec un retour de boucle en aval du réchauffeur ou du ballon Bouclage jusqu au point de puisage déconseillé. 29/10/03 CHU 16

17 Installation d E.C.S. type purgeurs Manchette témoin isolation thermomètre Vannes d équilibrage chasse Trou d homme Vannes 29/10/03 CHU d isolement 17

18 Installations existantes Connaissance des installations Connaissance des procédures de maintenance et d utilisation Identification des points critiques Sécurisation / remèdes (travaux) Elaboration de bonnes pratiques de maintenance (CS) 29/10/03 CHU 18

19 Principaux éléments critiques Températures production / distribution conception du réseau mauvais bouclage, bouclage inexistant, matériaux corrodés, entartrés, électrolyse, bras morts de conception et d utilisation Procédures de maintenance et d entretien chasse des ballons, purges des bras morts,... 29/10/03 CHU 19

20 Sécurisation / remèdes Définition des actions à mener à court terme (donner la priorité au «traitement» de la production et des bras morts) à moyen terme (remise à niveau du réseau si nécessaire) le plan d action doit intégrer les projets de travaux et de réhabilitation pluriannuels et les contraintes de l établissement 29/10/03 CHU 20

21 Bonnes pratiques d entretien et de maintenance Le Carnet Sanitaire permet: De définir a priori les mesures de prévention et de réduction des risques (avant) Gérer les situations critiques (pendant) D assurer une traçabilité de toute les actions menées sur des réseaux d eaux et/ou d air (analyses, maintenance, travaux, ) (après) Outil de maîtrise du risque sanitaire 29/10/03 CHU 21

22 Contenu du Carnet Sanitaire Présentation de l établissement (avec schéma du réseau) Suivi du préventif Suivi des purges des points peu utilisés Suivi du correctif Suivi des travaux Suivi des températures et des consommations Suivi des analyses bactériologiques et physico-chimiques Procédures d entretien et de maintenance Procédure de désinfection Protocoles de conduite à tenir en cas d alerte ou de taux en légionelles élevé 29/10/03 CHU 22

23 SUIVI DES VISITES PREVENTIVES TABLEAU MENSUEL Nom du référent : SECTEUR ou BAT. : PRESTATAIRE : MOIS de : EQUIPEMENTS Page 1/2 PERIODI A vérif. CITES (n Pro. Désinf) ENSEMBLE de PROTECTION ANTIPOLLUTION (EM1) Disconnecteurs à pression contrôlable 1 an ce mois Nb Equip. VERIFIE le par signature REMARQUES RESEAUX D EAU EF/ECS (EM2) Contrôles température point de puisage Chasse aux points bas du réseau Manœuvre vannes et robinetterie Vérif. fonctionnement pompe recirculation Vérif. purgeurs, dégazeurs, Vérif. anti-béliers Observation tubes témoins Contôle de l état des calorifuges Rlevé des compteurs ECS et EF GTC + manuel tous les 6mois 6 mois à 1 an 6 mois à 1 an Hebdomadaire 1 an 1 an 1 an 1 an 1 mois Entretien robinetterie & access. raccordés (DES 2) PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE (EM4) Chasse au point bas des ballons de Mensuelle stockage Contrôle temp. Départ et retour boucle GTC +manuel tous les 6 mois 29/10/03 CHU 23

24 Points peu utilisés (fixes & fluctuants) Points fixes: identification précise points fluctuants (très difficile): identification avec «mise à jour permanente» sensibilisation du personnel (information du risque et du principe de lutte) protocole de purge simple, clair et adapté (ex: 2 fois par semaine pendant.) attribuer la tache 29/10/03 CHU 24

25 PROCEDURES D ENTRETIEN ET DE MAINTENANCE Nom du référent : N procédure : EM3 Installation : production d ECS Méthod.e Périodicité - chasse prolongée au point bas du ballon ouverture en grand de la vanne de purge pendant un minimum de 3 minutes. - contrôle des températures départ et retour bouclage : a l aide d une sonde thermométrique étalonnée, vérifier que la température de production d ECS dans le ballon atteigne 60 C en tout point. Vérifier que la température de sortie du ballon avant mitigeage atteigne 60 C minimum et que le retour de boucle soit proche de 50 C 1 mois 6 mois - manœuvre et contrôle des vannes et des organes de sécurité - Manœuvre et rinçage des by-pass - contrôle du dispositif de régulation de température en départ de distribution 3 mois 29/10/03 CHU 25

26 Circulaire DGS 2002/243 du 22/04/2002 Fiche 2 : nettoyage & désinfection des réseaux Donne les principaux types de traitements de nettoyage et de désinfection utilisables et leur compatibilité avec les matériaux. Ce qu il faut retenir : l utilisation de désinfectants en continu est à éviter autant que possible 29/10/03 CHU 26

27 Systèmes de traitements Produits Curatif Préventif Observation Tours ECS Tours ECS Chloration X X X (X) déconseillée très corrosif - adaptation? en continu potabilité? - PH Bromation X X X (X)autorisation corrosif - potabilité? à demander adaptation? Cuivre/argent X X X (X) possible avec potabilité? - corrosif nouvelle norme faible rémanence - chlorite CIO2 X X X X côut elevé pour ECS adaptation? Ozone X X X X faible rémanence - coût très corrosif - adaptation? Bactéricides X X X non potabilité de l'eau de synthèse adaptatation? Electrolyse X X X X faible corrosion adaptation? Biodispersant X X X complément aux autres techniques UV X X aucun effet rémanent Filtration X X durée des filtres? Température (X) (X) difficile et X très bonne rémanence dangereux produits bio X X à venir (HQE) 29/10/03 CHU 27

28 Maintenance des tours aéroréfrigérantes 29/10/03 CHU 28

29 MAINTENANCE DES TOURS AEROREFRIGERANTES Dévésiculeur ou séparateur de gouttelette Air chaud et humide Extracteur Système de distribution de l eau Échangeur air eau Échangeur ou packing Air froid Air froid pompe Bac de réception 29/10/03 CHU 29

30 MAINTENANCE DES TOURS AEROREFRIGERANTES Guide des Bonnes Pratiques (extrait) le Carnet de suivi contient : - propriétaire de l installation - entreprises intervenantes - identification et descriptions des installations - journal d intervention - consommations d eau - fiches de prélèvements et résultats d analyses - fiches de traitement d eau - procédure de nettoyage et désinfection 29/10/03 CHU 30

31 MAINTENANCE DES TOURS AEROREFRIGERANTES Tours à fonctionnement saisonnier A la mise à l arrêt en fin de saison - vidanger, nettoyer et détartrer la tour - faire un traitement anti-corrosion si nécessaire Avant la remise en route - nettoyer, détartrer et désinfecter la tour 29/10/03 CHU 31

32 MAINTENANCE DES TOURS AEROREFRIGERANTES Tours fonctionnant toute l année mise à l arrêt de la tour une fois par an avec : - nettoyage, détartrage et désinfection complet prévoir un arrêt de 24h mini, 48h de préférence mise à l arrêt de préférence avant la saison chaude 29/10/03 CHU 32

33 MAINTENANCE DES TOURS AEROREFRIGERANTES Quelque soit le type de fonctionnement, il est préconisé: traitement en continu avec: - anti-algues - anti-tartre - anti-légionelles (bromation,chloration,.). ce traitement peut être en discontinu - éventuellement anti-corrosion selon le type d installations Rem: de nouveaux produits sont en attentes (HQE) 29/10/03 CHU 33

34 MAINTENANCE DES TOURS AEROREFRIGERANTES Circulaire n 2003/306 du 26 juin 2003 Quelques soit le type de fonctionnement, il est préconisé: Analyses: - quelques jours après la remise en route ou après le nettoyage précédent la période d été - surveillance périodique et au moins 2 fois entre juin et septembre (légionelle, conso., température, qualité de l eau, etc ). Les paramètres enregistrables le sont en continu. Les prélèvements se font en amont de la pulvérisation ou à défaut dans le bassin de réception des eaux de ruissellement 29/10/03 CHU 34

35 CONCLUSION Une conception des installations adaptée, mais surtout des bonnes pratiques de maintenance simples et adaptées au fonctionnement et au contraintes de l établissement, et une bonne maîtrise de la température permettent, de lutter efficacement contre la légionelle à coût limité, d éviter souvent l installation d un système de traitement ou de supprimer celui existant, de maintenir une installation en bonne état le système de traitement n affranchi pas des purges, les purges peuvent affranchir du système de traitement des bonnes pratiques «irréalistes» sont pires que pas assez de maintenance 29/10/03 CHU 35

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Risques sanitaires liés aux légionelles Infections de type grippal Infections respiratoires graves Légionelloses - Symptômes : 2 à 10

Plus en détail

COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1

COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1 COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1 Plan de l intervention Un préalable : bien connaître son installation Les 3 principes

Plus en détail

CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D'EAU

CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D'EAU CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D'EAU (Indiquer le nom de l installation) Directions Régionale et Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales du Nord-Pas-de-Calais Ministère de l emploi,

Plus en détail

CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D EAU

CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D EAU CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D EAU Indiquer le nom de l établissement Agence Régionale de Santé Nord - Pas-de-Calais Qu est ce que le carnet sanitaire? Le carnet sanitaire constitue le référentiel

Plus en détail

RAPPORT RESIDENCE PIONCHON. 5 Bis Place de La Ferrandière 69003 LYON

RAPPORT RESIDENCE PIONCHON. 5 Bis Place de La Ferrandière 69003 LYON RAPPORT Expertise sur les «Réseaux d eau» 5 Bis Place de La Ferrandière 69003 LYON ELORA 20 Chemin Louis Chirpaz Bâtiment B 1 er étage 69130 ECULLY E-Mail :Rhone_Alpes@elora.fr Tél: 04.78.33.29.45 Fax:

Plus en détail

La production d eau chaude à partir de l énergie solaire

La production d eau chaude à partir de l énergie solaire La production d eau chaude à partir de l énergie solaire Prévenir les risques sanitaires en Etablissements de santé Etablissements sociaux et médico-sociaux d hébergement pour personnes âgées Eau et santé

Plus en détail

Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits

Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe spécialisé n 19 Traitement des Eaux Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits Cahier des Prescriptions Techniques

Plus en détail

des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires w w w. s o g o b a. c o m

des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires w w w. s o g o b a. c o m Equilibrage & Maintenance des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires G R K N E T E v o l u t i o n La solution

Plus en détail

SYSTEM O. Contrôler la température sur l ensemble de votre réseau...

SYSTEM O. Contrôler la température sur l ensemble de votre réseau... SYSTEM O Contrôler la température sur l ensemble de votre réseau... Contexte réglementaire La prévention des risques sanitaires est une priorité pour les maitres d ouvrage en particulier dans les Etablissements

Plus en détail

Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage

Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage Le contrat d exploitation de chauffage en copropriété La lecture d un contrat d exploitation de chauffage reste un exercice

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Contexte général. Contenu de la mission d expertise

Contexte général. Contenu de la mission d expertise Cahier des charges type à l usage des établissements sociaux et médico-sociaux, pour la réalisation d un audit hydraulique des installations de distribution d ECS Contexte général Il est prévu au sein

Plus en détail

Gestion du risque légionelle

Gestion du risque légionelle Les légionelles dans les établissements de santé et les établissements d hébergement pour personnes âgées Maîtrise du risque dans les réseaux d eau sanitaire Expérience du centre hospitalier du Pays d

Plus en détail

Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques

Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques Sommaire Les problèmes rencontrés Le tartre et ses conséquences La corrosion et ses conséquences

Plus en détail

Dénomination de l installation : Adresse du système de refroidissement :

Dénomination de l installation : Adresse du système de refroidissement : 1 Carnet de suivi du système de refroidissement Dénomination de l installation : Adresse du système de refroidissement : 2 Mode d emploi du carnet de suivi Le carnet de suivi du système de refroidissement

Plus en détail

VANNE D ÉQUILIBRAGE POUR RÉSEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE. Manuelle. Motorisée. Prévention et lutte. contre les légionelles

VANNE D ÉQUILIBRAGE POUR RÉSEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE. Manuelle. Motorisée. Prévention et lutte. contre les légionelles VANNE D ÉQUILIBRAGE POUR RÉSEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE Manuelle Motorisée Prévention et lutte contre les légionelles GRK NET PRÉVENTION ET LUTTE CONTRE LES LÉGIONELLES LA SOLUTION POUR LA MAINTENANCE DES

Plus en détail

Actions de prévention de la légionellose en EHPAD

Actions de prévention de la légionellose en EHPAD Actions de prévention de la légionellose en EHPAD 16 décembre 2014 Corinne CHANTEPERDRIX DD26 Audrey COMTE DD01 2ème rencontre des Equipes Mobiles d Hygiène - Centre hospitalier Lyon Sud LES MISSIONS DES

Plus en détail

Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception

Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception Les réseaux bouclés Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception 91/204 La distribution d eau chaude sanitaire Bouclage

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET DES SYSTEMES DE CLIMATISATION

CENTRE HOSPITALIER CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET DES SYSTEMES DE CLIMATISATION CENTRE HOSPITALIER 1, rue du Docteur Paul Martinais 37600 LOCHES 02 47 91 33 33 02 47 91 32 00 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MISE EN CONCURRENCE PORTANT SUR MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET

Plus en détail

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau Philippe BERTHELOT Unité d Hygiène inter-hospitalière Service des Maladies Infectieuses et laboratoire de microbiologie, CHU de Saint-Etienne Professeur

Plus en détail

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau olivier.correc@cstb.fr Nouveaux Documents Techniques Unifiés DTU 60.1 Plomberie sanitaire pour

Plus en détail

Piscines : point réglementaire

Piscines : point réglementaire Piscines : point réglementaire 02octobre 2012 Principales références juridiques: Articles L1332-1 à L1332-9, articles D1332-1 à D1332-13, et annexe 13-6 (installations sanitaires) du code de la santé publique.

Plus en détail

Inspection sanitaire des EHPAD. 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD

Inspection sanitaire des EHPAD. 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD Inspection sanitaire des EHPAD 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 17/11/2011 Contexte L inspection s inscrit dans le volet

Plus en détail

Mise en service d un réseau neuf

Mise en service d un réseau neuf Gestion des risques liés à l eau lors de l ouverture d un bâtiment Aile Ouest Aile Est Aile SUD ICASS ARROJA Marie-Agnès, cadre hygiéniste ICS MOREAU Nathalie, infirmière hygiéniste Mise en service d un

Plus en détail

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Délégation territoriale du Val-d Oise Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Maîtriser la température de l eau chaude sanitaire L exploitant d un réseau d eau

Plus en détail

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Thierry POLATO Agence Régionale de Santé Pays de la Loire Délégation territoriale de Maine-et-Loire

Plus en détail

Légionellose? 2 - Des fiches techniques directement opérationnelles.

Légionellose? 2 - Des fiches techniques directement opérationnelles. Chaque année, plusieurs épidémies de légionelloses sont identifiées : à Paris lors de la coupe du monde en 1998, à Rennes en décembre 2000 ou encore chez des patients de l hôpital européen Georges Pompidou

Plus en détail

PARTIE 2 : MISE EN SERVICE PARTIE 1 : CONCEPTION PARTIE 3 : ENTRETIEN PARTIE 4 : EN SAVOIR PLUS METTRE EN SERVICE L INSTALLATION...

PARTIE 2 : MISE EN SERVICE PARTIE 1 : CONCEPTION PARTIE 3 : ENTRETIEN PARTIE 4 : EN SAVOIR PLUS METTRE EN SERVICE L INSTALLATION... SOMMAIRE PARTIE 1 : REGLER LES TEMPERATURES DE PRODUCTION ET DE DISTRIBUTION... 4 PREVENIR LE RISQUE LEGIONELLE... 5 CHOISIR UNE SOLUTION PRODUCTION D ECS INDIVIDUELLE... 10 CHOISIR UNE SOLUTION DE PRODUCTION

Plus en détail

Légionellose: danger de contamination sur les chantiers souterrains

Légionellose: danger de contamination sur les chantiers souterrains Division médecine du travail suva Version août 2011 Factsheet Légionellose: danger de contamination sur les chantiers souterrains Irène Kunz, Marcel Jost Agent pathogène La legionella pneumophila est l'agent

Plus en détail

PISCINE DE REEDUCATION ET HYGIENE CENTRE HOSPITALIER CENTRE BRETAGNE (Centre de Rééducation de Plémet) PLAN Généralités L eau circuit traitement maintenance contrôles Le baigneur Les locaux architecture

Plus en détail

Règles sanitaires et techniques pour prévenir les risques liés aux Légionelles et aux Pseudomonas

Règles sanitaires et techniques pour prévenir les risques liés aux Légionelles et aux Pseudomonas Règles sanitaires et techniques pour prévenir les risques liés aux Légionelles et aux Pseudomonas Formation «plombiers» Organisée par la CAPEB et la DDASS du Var (26 novembre 2008) Laurent KIENE, Philippe

Plus en détail

La principale cause du développement

La principale cause du développement LES AUTRES thèmes LA MAÎTRISE DU RISQUE LEGIONELLES Gestion de la problématique Legionella dans les réseaux d eau chaude sanitaire : conception, maintenance et surveillance biologique Jacques Naitychia,

Plus en détail

DETAIL DES PRINCIPALES OPERATIONS DE MAINTENANCE ET CONTRÔLE

DETAIL DES PRINCIPALES OPERATIONS DE MAINTENANCE ET CONTRÔLE Ville de Charly Exploitation des installations thermiques des bâtiments communaux Annexe n 3 au CCTP DETAIL DES PRINCIPALES OPERATIONS DE MAINTENANCE ET CONTRÔLE 1 INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE 2 INSTALLATIONS

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale

Fonction Publique Territoriale Fonction Publique Territoriale CONCOURS D'ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2EME CLASSE DES ETABLISSEMENTS D'ENSEIGNEMENT SPECIALITE: INSTALLATIONS ELECTRIQUES, SANITAIRES ET THERMIQUES MERCREDI

Plus en détail

Carnet Sanitaire. consignant les opérations d entretien et de surveillance des installations intérieures d eau et d air.

Carnet Sanitaire. consignant les opérations d entretien et de surveillance des installations intérieures d eau et d air. CARNET SANITAIRE CARNET SANITAIRE 2 NOM DE CLIENT : ADRESSE : CODE POSTAL LOCALITE : Carnet Sanitaire consignant les opérations d entretien et de surveillance des installations intérieures d eau et d air.

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE. Maîtrise du risque de développement des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire. Maîtrise du risque de développement

GUIDE TECHNIQUE. Maîtrise du risque de développement des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire. Maîtrise du risque de développement Maîtrise du risque de développement des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire Ce document vise à apporter au chef d établissement ou au responsable gestionnaire, une meilleure lisibilité

Plus en détail

Principe de la désinfection de l eau par la ionisation Cuivre / Argent

Principe de la désinfection de l eau par la ionisation Cuivre / Argent Principe de la désinfection de l eau par la ionisation Cuivre / Argent Sachons préserver notre planète en liant efficacité, économies et écologie, sans utilisation de produit chimique. 1 Les Égyptiens

Plus en détail

Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique

Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique Congrès de la SF2H - 9 Juin 2011 S. Coudrais Biohygiéniste Unité d Hygiène et Epidémiologie - Groupement

Plus en détail

Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments

Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments Olivier CORREC Mél : olivier.correc@cstb.fr Contexte des réseaux d eau sanitaire Exigences générales : o Sécuriser la consommation

Plus en détail

HYDROGAZ Bi-énergie. BALLON SOLAIRE ECS (SOLAIRE-GAZ) 1 000 À 3 000 Litres

HYDROGAZ Bi-énergie. BALLON SOLAIRE ECS (SOLAIRE-GAZ) 1 000 À 3 000 Litres HYDROGAZ Bi-énergie BALLON SOLAIRE ECS (SOLAIRE-GAZ) 1 000 À 3 000 Litres Grâce à la combinaison d un réchauffeur tubulaire démontable et d un équipement gaz monobloc à haut rendement, les ballons HYDROGAZ

Plus en détail

DPGF - LOT 3 - CVC / PLOMBERIE

DPGF - LOT 3 - CVC / PLOMBERIE 4, rue Dolorès Ibarruri DPGF - LOT 3 - CVC / PLOMBERIE L entreprise a la responsabilité de prévoir les bonnes quantités de fourniture pour la réalisation des travaux : - faire les métrés et renseigner

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

CHAUFFE-EAU SOLAIRES COLLECTIFS AVEC STOCKAGE EN EAU MORTE

CHAUFFE-EAU SOLAIRES COLLECTIFS AVEC STOCKAGE EN EAU MORTE P R O G R A M M E D A C C O M P A G N E M E N T D E S P R O F E S S I O N N E L S www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr RAPPORT CHAUFFE-EAU SOLAIRES COLLECTIFS AVEC STOCKAGE EN EAU MORTE CONCEPTION

Plus en détail

Principe de la désinfection de l eau

Principe de la désinfection de l eau Principe de la désinfection de l eau par la ionisation Cuivre / Argent Sachons préserver notre planète en liant efficacité, économies et écologie et limitant l utilisation de produit chimique. 1 Des «Chypriotes»

Plus en détail

L'eau chaude du futur

L'eau chaude du futur L'eau chaude du futur ÉCHANGEURS ET PRÉPARATEURS E.C.S. Fabrication Française PRÉSENTATION - SOMMAIRE Spécialiste depuis plus de trente ans dans la fabrication d échangeurs pour l eau chaude sanitaire,

Plus en détail

Schémathèque MODULO. Modulonox Modulo Control Modulo K

Schémathèque MODULO. Modulonox Modulo Control Modulo K Schémathèque MODULO Modulonox Modulo Control Modulo K Version 2 Novembre 2004 2 Version 2 Novembre 2004 Sommaire Introduction 6 La qualité de l eau 8 Les équipements à prévoir en chaufferie 10 Légende

Plus en détail

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé 600/150-750/200-1000/220-1500/300 V 1.3 SOMMAIRE 1 Description du dispositif... 3 1.1 Série type... 3 1.2 Protection du

Plus en détail

Une chaudière VARINO, en version standard, module en puissance de façon autonome à partir d une consigne de température affichée sur son thermostat.

Une chaudière VARINO, en version standard, module en puissance de façon autonome à partir d une consigne de température affichée sur son thermostat. Gamme VARINO VARINO GRANDE La gamme se décline en trois versions : - les VARINO d allure verticale de 65 kw à 300 kw (huit modèles) - les VARINO GRANDE d allure horizontale de 350 kw à 600 kw (six modèles)

Plus en détail

Mitigeurs thermostatiques

Mitigeurs thermostatiques MIIGEURS HERMOSAIQUES (Sécurisation des réseaux d Eau Chaude Sanitaire...) Mitigeurs thermostatiques A propos de la légionellose 06 Qu'est-ce que la légionellose? Quels sont les risques? Réglementation

Plus en détail

Le confort de l eau chaude sanitaire. Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire

Le confort de l eau chaude sanitaire. Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire Le confort de l eau chaude sanitaire Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire Attestation de Conformité Sanitaire Afi n de réduire les quantités de matières toxiques pouvant

Plus en détail

Contrat de maintenance NOTICE D ENTRETIEN DE L INSTALLATION SOLAIRE Exemple type

Contrat de maintenance NOTICE D ENTRETIEN DE L INSTALLATION SOLAIRE Exemple type Contrat de maintenance NOTICE D ENTRETIEN DE L INSTALLATION SOLAIRE Exemple type 1 - PREAMBULE Cette notice s adresse au personnel qui aura à charge l entretien de l installation de production d eau chaude

Plus en détail

guide lot CVC Points de vigilance à l usage des conducteurs de travaux EG ENTREPRISES GÉNÉRALES DE FRANCE BTP

guide lot CVC Points de vigilance à l usage des conducteurs de travaux EG ENTREPRISES GÉNÉRALES DE FRANCE BTP ENTREPRISES GÉNÉRALES DE FRANCE BTP guide Points de vigilance à l usage des conducteurs de travaux EG lot CVC Avant-propos AVANT-PROPOS CHAUFFAGE... 1 CLIMATISATION... 2 GESTION TECHNIQUE CENTRALISÉE 3

Plus en détail

Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. «Aquastrom T plus»

Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. «Aquastrom T plus» Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. Information technique Descriptif du cahier des charges: Robinet thermostatique Oventrop à préréglage pour conduites de circulation

Plus en détail

Les risques sanitaires

Les risques sanitaires PRÉVENTION ET TRAITEMENT DE L HABITAT INDIGNE Les risques sanitaires fiche pratique N 6 LE MONOXYDE DE CARBONE Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz incolore, inodore mais mortel. L'intoxication aiguë

Plus en détail

Centre de formation hydraulique

Centre de formation hydraulique RÉF. H1 Dimensionnement des réseaux hydrauliques DURÉE : 2 jours echniciens de bureaux d études, Chargés d affaires d entreprises, Responsables techniques d installation de chauffage et de climatisation,

Plus en détail

LOT N 8 - CHAUFFAGE - VENTILATION - PLOMBERIE

LOT N 8 - CHAUFFAGE - VENTILATION - PLOMBERIE LOT N 8 - CHAUFFAGE-VENTILATION-PLOMBERIE 1 LOT N 8 - CHAUFFAGE - VENTILATION - PLOMBERIE 8-3 - CADRE DE DECOMPOSITION DU PRIX GLOBAL ET FORFAITAIRE 1 DEPOSE - Dépose et neutralisation des réseaux de chauffage,

Plus en détail

COMMENT DESINFECTER LES CIRCUITS D EAU? MYTHES ET REALITES

COMMENT DESINFECTER LES CIRCUITS D EAU? MYTHES ET REALITES COMMENT DESINFECTER LES CIRCUITS D EAU? MYTHES ET REALITES Actualités récentes : 6 cas de légionelloses dont 1 mortel à Rennes en janvier 2006 La + grande épidémie en France = 86 cas de légionelloses dont

Plus en détail

RÉSERVOIRS ET CHAUFFE-EAU TOUTE ÉNERGIE ACIER THERMO-LAQUÉ ACIER INOXYDABLE

RÉSERVOIRS ET CHAUFFE-EAU TOUTE ÉNERGIE ACIER THERMO-LAQUÉ ACIER INOXYDABLE RÉSERVOIRS ET CHAUFFE-EAU TOUTE ÉNERGIE ACIER THERMO-LAQUÉ ACIER INOXYDABLE PRÉSENTATION - SOMMAIRE CHAROT, premier constructeur français de réservoirs E.C.S. grande capacité destinés aux utilisations

Plus en détail

Prestations Plomberie Sanitaires

Prestations Plomberie Sanitaires Entretien et maintenance des installations techniques de l Hôtel tertiaire Numerica ZAC des Portes du Jura Prestations Plomberie Sanitaires Sommaire 1. OBJET ET ÉTENDUE... 2 1.1 Nature des prestations...

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

Installations de refroidissement Avantages/ Inconvénients

Installations de refroidissement Avantages/ Inconvénients Phote françoise Ricordel M. Merchat KoSAMTI Formations: «Légionelles et refroidissement : gestion du risque» Expertises et tierce expertise Appui technique du MEDDTL merchatm@yahoo.fr Climespace Responsable

Plus en détail

Les piscines à usage collectif Règles sanitaires. à usage collectif

Les piscines à usage collectif Règles sanitaires. à usage collectif Déclaration d ouverture La déclaration d ouverture d une piscine (accompagnée d un dossier justificatif) est à adresser en 3 exemplaires à la mairie d implantation de l établissement et un exemplaire en

Plus en détail

Les solutions produits recommandées. Nouvel arrêté du 30 novembre 2005 (Ministère de la Santé)

Les solutions produits recommandées. Nouvel arrêté du 30 novembre 2005 (Ministère de la Santé) Nouvelle réglementation Mitigeurs Thermostatiques Nouvel arrêté du 30 novembre 2005 (Ministère de la Santé) Guide des Applications Les solutions produits recommandées Légionellose et brûlures par eau chaude

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de particules

Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de particules Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe spécialisé n 19 Traitement des eaux Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de

Plus en détail

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation 300028223-001-03

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation 300028223-001-03 FR Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL Notice d utilisation 300028223-001-03 Sommaire 1 Consignes de sécurité et recommandations...4 1.1 Consignes de sécurité...4 1.2 Recommandations...4

Plus en détail

BP/BL 150 à 500, B 650 à 1000

BP/BL 150 à 500, B 650 à 1000 BP/BL à, B 6 à PRÉPARATEURS D EAU CHAUDE SANITAIRE INDÉPENDANTS BP Préparateurs ecs indépendants Performance, capacité de à litres BL Préparateurs ecs indépendants, capacité de à litres B Préparateurs

Plus en détail

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire SYSTEM O Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire CONCEPTION, CHOIX DES MATÉRIAUX ET MAINTENANCE : La sécurité des réseaux passe par une bonne conception,

Plus en détail

Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire

Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire Réhabilitation énergétique des copropriétés normandes construites entre 1948 et 1974 Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire Situation existante et enjeux Les différents diagnostics

Plus en détail

Chaudières traditionnelles

Chaudières traditionnelles Gamme Chaudières Traditionnelles et Récupérateur à condensation TOTALECO Chaudières traditionnelles ATLANTIC GUILLOT offre une large gamme de chaudières acier à équiper de brûleur gaz ou fioul pour une

Plus en détail

Hygiène de l eau potable avec Geberit Toujours en mouvement.

Hygiène de l eau potable avec Geberit Toujours en mouvement. Hygiène de l eau potable avec Geberit Toujours en mouvement. Pour un système d'eau potable fiable SIMPLEMENT BIEN APPROVISIONNÉ Un risque méconnu. Les légionnelles. Lorsqu'il s'agit des dangers de la douche,

Plus en détail

MARCHE DE SERVICE. Contrat d exploitation des installations collectives de chauffage (avec ou sans production d Eau Chaude Sanitaire)

MARCHE DE SERVICE. Contrat d exploitation des installations collectives de chauffage (avec ou sans production d Eau Chaude Sanitaire) MARCHE DE SERVICE Contrat d exploitation des installations collectives de chauffage (avec ou sans production d Eau Chaude Sanitaire) Contrat de type PFI + P3 Cahier des Clauses Techniques Particulières

Plus en détail

LES REGLES GENERALES DE CONCEPTION ET DE REALISATION DES INSTALLATIONS D'EAU

LES REGLES GENERALES DE CONCEPTION ET DE REALISATION DES INSTALLATIONS D'EAU LES REGLES GENERALES DE CONCEPTION ET DE REALISATION DES INSTALLATIONS D'EAU les documents et normes de référence Norme NF EN 806- partie généralités Norme NF EN 806 -partie conception Norme NF EN 806-

Plus en détail

Fiche commerciale. Pompes à chaleur. Arcoa duo Arcoa bi-bloc MT pompes a chaleur bi-bloc INNOVATION 2010. bi-bloc MT

Fiche commerciale. Pompes à chaleur. Arcoa duo Arcoa bi-bloc MT pompes a chaleur bi-bloc INNOVATION 2010. bi-bloc MT Fiche commerciale Pompes à chaleur Arcoa duo Arcoa bi-bloc MT pompes a chaleur bi-bloc INNOVATION 2010 bi-bloc MT INNOVATION 2010 Communiqué de presse Arcoa Nouvelle gamme de pompes à chaleur bi-bloc Des

Plus en détail

GRANDS SYSTEMES SOLAIRES THERMIQUES

GRANDS SYSTEMES SOLAIRES THERMIQUES Energie > Responsable technique/énergie GRANDS SYSTEMES SOLAIRES THERMIQUES Guide maintenance pour le responsable technique /énergie Version juin 2009 Plus d infos : www.bruxellesenvironnement.be > Professionnels

Plus en détail

Mutualité Sociale Agricole 17, avenue André Malraux 57000 METZ

Mutualité Sociale Agricole 17, avenue André Malraux 57000 METZ Monneren le 03/12/2014 Mutualité Sociale Agricole 17, avenue André Malraux 57000 METZ REAMENAGEMENT DES LOCAUX RDC ET R+4 METZ LOT N 8 CHAUFFAGE - VENTILATION - PLOMBERIE - SANITAIRES DÉCOMPOSITION DU

Plus en détail

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

Programme minimal d entretien des systèmes de climatisation. Manuel. Version juillet 2013

Programme minimal d entretien des systèmes de climatisation. Manuel. Version juillet 2013 Programme minimal d entretien des systèmes de climatisation Manuel Version juillet 2013 Plus d infos : www.bruxellesenvironnement.be Professionnels Performance Energétique des Bâtiments Installations techniques

Plus en détail

ECOLE NATIONALE DE VOILE ET DES SPORTS NAUTIQUES

ECOLE NATIONALE DE VOILE ET DES SPORTS NAUTIQUES ECOLE NATIONALE DE VOILE ET DES SPORTS NAUTIQUES BEG ROHU 56510 SAINT PIERRE QUIBERON RENOVATION DES VESTIAIRES-SANITAIRES CADRE DE DÉCOMPOSITION DU PRIX GLOBAL FORFAITAIRE C.D.P.G.F. LOT N 7 PLOMBERIE

Plus en détail

Géothermie CIAT : Ageo et Ageo caleo. Nouvelles performances nouveau nom Aurea devient Ageo. une gamme complète pour ceux qui veulent le meilleur

Géothermie CIAT : Ageo et Ageo caleo. Nouvelles performances nouveau nom Aurea devient Ageo. une gamme complète pour ceux qui veulent le meilleur 16 pompes à chaleur de 7 à 36 Géothermie CIAT : Nouvelles performances nouveau nom Aurea devient et caleo une gamme complète pour ceux qui veulent le meilleur Nouveau design Haute température pour la rénovation

Plus en détail

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire Sommaire 1. Généralités 7 2. Réseaux d alimentation d eau dans les bâtiments 8 2.1 Généralités 8 2.2 Dimensionnement du réseau d alimentation - Méthode générale 8 2.2.1 Principes généraux 8 2.2.2 Données

Plus en détail

octobre 2004 REVUE PÉRIODIQUE D INFORMATIONS TECHNIQUES ET INDUSTRIELLES DES THERMICIENS

octobre 2004 REVUE PÉRIODIQUE D INFORMATIONS TECHNIQUES ET INDUSTRIELLES DES THERMICIENS octobre 4 REVUE PÉRIODIQUE D INFORMATIONS TECHNIQUES ET INDUSTRIELLES DES THERMICIENS octobre 4 Tables des matières REVUE PÉRIODIQUE D INFORMATIONS TECHNIQUES ET INDUSTRIELLES DES THERMICIENS 3 Dossier

Plus en détail

Une Large gamme de citernes

Une Large gamme de citernes Edition 09-2009 Une Large gamme de citernes Citernes Polyéthylène HD Traité anti UV Hors sol Utilisation: Récupération et stockage d ea réclamer à votre vendeur les dif Pour la maison CITERNES horizontales

Plus en détail

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation M002867-B 300029621-001-02

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation M002867-B 300029621-001-02 FR Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 Notice d utilisation M002867-B 300029621-001-02 Sommaire 1 Introduction...4 1.1 Symboles utilisés...4 1.1.1 Symboles utilisés dans la notice...4 1.1.2

Plus en détail

CHAUDIÈRE MULTI ELEC COMPACTE. MAJ 05/2006 Code Notice : 560956

CHAUDIÈRE MULTI ELEC COMPACTE. MAJ 05/2006 Code Notice : 560956 CHAUDIÈRE MULTI ELEC COMPACTE MAJ 05/2006 Code Notice : 560956 Notice technique CHAUDIERE ELECTRIQUE «COMPACTE» 36kW à 72kW MAJ 05/2006 Code Notice : 560956 SOMMAIRE Page 1) DESCRIPTIF ET CARACTERISTIQUES

Plus en détail

Gestion du risque lié aux légionelles

Gestion du risque lié aux légionelles CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE Section des eaux Section des milieux de vie Section des maladies transmissibles Gestion du risque lié aux légionelles Novembre 2001 Gestion du risque lié

Plus en détail

PRÉPARATEURS D EAU CHAUDE SANITAIRE INDÉPENDANTS

PRÉPARATEURS D EAU CHAUDE SANITAIRE INDÉPENDANTS BPB-BLC /BEPC /B /FWS PRÉPARATEURS D EAU CHAUDE SANITAIRE INDÉPENDANTS BPB : Préparateurs ecs indépendants Performance, capacité de à litres BLC : Préparateurs ecs indépendants Confort, capacité de à litres

Plus en détail

COLLOQUE Solaire thermique & Habitat collectif. François GIBERT directeur EKLOR. Instrumentation et régulation : la vision d un fabricant

COLLOQUE Solaire thermique & Habitat collectif. François GIBERT directeur EKLOR. Instrumentation et régulation : la vision d un fabricant COLLOQUE Solaire thermique & Habitat collectif 20 FÉVRIER 2013 : EUREXPO SALON DES ENR François GIBERT directeur EKLOR Instrumentation et régulation : la vision d un fabricant 1 2 2 3 3 Les fonctions d

Plus en détail

Travaux d Aménagement de la Mairie

Travaux d Aménagement de la Mairie Maître d'ouvrage COMMNE DE FRESNAY L EVÊQE 3, Rue de la Mairie 28 310 FRESNAY L EVÊQE Travaux d Aménagement de la Mairie 3, Rue de la Mairie 28 310 Fresnay l Evêque Phase PRO - DCE Lot n 5 : CHAFFAGE VENTILATION

Plus en détail

2 Trucs et Astuces 2

2 Trucs et Astuces 2 Trucs et Astuces 2 2 Le chauffe-eau solaire 1.Les capteurs 2.Les circuits solaires 3.Le circuit sanitaire 4.Les systèmes d appoint 5.Fiches synthèse 6.Bon à savoir Trucs et Astuces 3 1 Les capteurs Trucs

Plus en détail

APPEL D OFFRES OUVERT Passé en application des articles 33, 57, 58 et 59 Du Code des Marchés Publics. Cahier des charges techniques particulières

APPEL D OFFRES OUVERT Passé en application des articles 33, 57, 58 et 59 Du Code des Marchés Publics. Cahier des charges techniques particulières Direction des Ressources Matérielles Maintenance des installations de chauffage, ventilation, plomberie (tranche ferme) du Centre Hospitalier et maintenance multiservice des installations du bâtiment de

Plus en détail

Eau chaude sanitaire

Eau chaude sanitaire 4 rue du maréchal FOCH, 68 460 LUTTERBACH 03 89 50 06 20 ou eie68@alteralsace.org La lettre d information d Alter Alsace Energies dans le cadre du défi des familles éco-engagées : N 8 Janvier 2013 Eau

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Rapport de la mission d'expertise sur la maîtrise du risque de légionnellose à l'hôpital Européen Georges Pompidou

Rapport de la mission d'expertise sur la maîtrise du risque de légionnellose à l'hôpital Européen Georges Pompidou Rapport de la mission d'expertise sur la maîtrise du risque de légionnellose à l'hôpital Européen Georges Pompidou Pascal ASTAGNEAU Jean Marc BOULANGER Christian PERRONNE Dominique TRICARD Rapport n 2001.043

Plus en détail

ENERGIS. CHAUDIÈRE ÉLECTRIQUE - EAU CHAUDE DE CHAUFFAGE 36 À 1 400 kw

ENERGIS. CHAUDIÈRE ÉLECTRIQUE - EAU CHAUDE DE CHAUFFAGE 36 À 1 400 kw NRGIS HUIÈR ÉLTRIQU - U HU HUFFG À 00 kw Souples d utilisation, fiables et performantes, les chaudières électriques eau chaude LZ NRGIS trouvent leurs applications dans de nombreux domaines. n fonctionnement

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS»

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS» FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS» Sources : CNIDEP et ADEME A. ETAT DE L ART 1. Caractéristiques générales Que demande t-on à une production d eau chaude sanitaire? Fournir une eau en

Plus en détail

Module Harmony SOMMAIRE

Module Harmony SOMMAIRE sd 201 1 NOTICE D'INSTALLATION ET D'EMPLOI Module Harmony SOMMAIRE page Présentation ------------------------------------------------ 3 Caractéristiques techniques ------------------------------ 3 Descriptif

Plus en détail

Nettoyage. Nettoyage interne des installations frigorifiques. Nettoyage interne des circuits frigoporteurs / caloporteurs

Nettoyage. Nettoyage interne des installations frigorifiques. Nettoyage interne des circuits frigoporteurs / caloporteurs Nettoyage interne des installations frigorifiques Nettoyage interne des circuits frigoporteurs / caloporteurs Traitement de l eau des circuits fermés de chauffage et de climatisation Nettoyage externe

Plus en détail

Robinetterie «haut de gamme» + Systèmes Robinetterie pour installations d eau potable «Aquastrom T plus» «Aquastrom C» «Aquastrom P»

Robinetterie «haut de gamme» + Systèmes Robinetterie pour installations d eau potable «Aquastrom T plus» «Aquastrom C» «Aquastrom P» Innovation + Qualité Robinetterie «haut de gamme» + Systèmes Robinetterie pour installations d eau potable «Aquastrom T plus» «Aquastrom C» «Aquastrom P» Gamme de produits Conditions générales et directives

Plus en détail

Le chauffe eau à accumulation électrique

Le chauffe eau à accumulation électrique Le chauffe eau à accumulation électrique I) Composition d un chauffe eau électrique Leurs constitutions sont sensiblement les mêmes entre chaque fabriquant : Habillage Départ eau chaude Isolant Cuve Anode

Plus en détail