ETUDE DU RÉFRIGÉRATEUR

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE DU RÉFRIGÉRATEUR"

Transcription

1 TP - L3 Physique-Plate-forme TTE - C.E.S.I.R.E. - Université Joseph Fourier - Grenoble ETUDE DU RÉFRIGÉRATEUR BUT DU T.P. L objet de ce TP, qui comprend deux parties, est de : comprendre le principe de fonctionnement d un réfrigérateur domestique, les idées de base concernant sa construction, son mode de fonctionnement et l origine des recommandations faites aux particuliers pour allonger sa durée de vie. Mettre en évidence les analogies et les différences avec une pompe à chaleur. La machine utilisée dans cette expérience simule le compartiment d un réfrigérateur domestique pouvant contenir des boissons, des légumes,... maintenus vers 3 à 4 C. Les réglages et contrôles en cours de manipulation devront veiller à éviter des températures négatives dans la partie de l appareil représentant la charge utile à refroidir. Dans ces conditions, dans le cas d un réfrigérateur domestique les bouteilles pourraient exploser. Sur la machine utilisée en TP, il se formerait de la glace dans l échangeur et la manipulation devrait être interrompue pour remettre en état les circuits ce qui peut prendre de 30 minutes à plusieurs jours suivant les dégâts occasionnés (sans parler du coût de la réparation!). La notation ( doc) signifie «Allez consultez le document annexe : classeur rouge à côté de chaque expériences». 1. SYSTÈME FERMÉ SYSTÈME EN ÉCOULEMENT On peut distinguer 2 types de système thermodynamique : - les systèmes fermés : ces systèmes peuvent échanger de l énergie (sous forme de chaleur ou de travail) avec l extérieur mais n échangent pas de matière. - les systèmes ouverts : ces systèmes peuvent échanger de l énergie (sous forme de chaleur ou de travail) avec l extérieur mais également de la matière. Parmi les systèmes ouverts, les systèmes en écoulement permanent sont particulièrement utilisés dans nombre de moteurs et machines thermiques. Les énoncés des deux premiers principes appliqués à ces deux types de système sont résumés dans le tableau suivant. Pour les démonstrations correspondantes doc. Système fermé Système en écoulement permanent Masse m constante Débit massique ṁ constant Premier principe U = W + Q ṁ H tot = Ẇ + Q U, W et Q Ẇ et Q sont des puissances (unité W) sont des énergies (unité J) H tot est une énergie massique (unité J/kg) Deuxième principe S = S ech + S irr ṁ S = Ṡech+ Ṡirr Exemple de machines Moteur à explosion à allumage commandé Turbopropulseur, turboréacteur (cycle de Joule) (moteur à essence-cycle de Beau de Centrale thermique Rochas ou Otto) (cycle de Rankine ou de Hirn) Moteur à explosion à allumage par compression Réfrigérateur, pompe à chaleur (Moteur Diesel-cycle de Diesel) (cycle de Hirn inversé) 2. RAPPEL SUR LES MACHINES THERMIQUES 2.1. Source froide, source chaude. Dans les ouvrages de thermodynamique, il existe 2 définitions équivalentes 1) La source chaude est la source qui cède de la chaleur, la source froide celle qui reçoit de la chaleur, au cours d un cycle. 1

2 2) La source chaude est la source qui se réchauffe (qui reçoit de la chaleur), la source froide est la source qui se refroidit (qui cède de la chaleur), au cours d un cycle. Dans l exemple du réfrigérateur, si l on utilise la définition 1, la source froide est la cuisine où se trouve le réfrigérateur, alors que l utilisation de la définition 2 implique que la source froide est l intérieur du réfrigérateur. Dans la suite du TP nous utiliserons la définition 2, plus proche du sens commun mais qui peut entrainer une confusion entre la notion de chaleur et celle de température Moteur thermique. Un moteur fournit du travail à l extérieur donc W est négatif. Il prélève une quantité de chaleur Q 2 à la source chaude et restitue une quantité de chaleur Q 1 à la source froide. Le cycle est décrit dans le sens horaire Machine thermique (réfrigérateur ou pompe à chaleur). Une telle machine consomme un travail mécanique W, prélève une quantité de chaleur Q 1 à la source froide et en restitue une quantité de chaleur Q 2 à la source chaude. Le cycle est décrit dans le sens trigonométrique (ou anti-horaire) Rendement. En pratique l une des sources est un "réservoir thermique" de grande inertie ; sa température d équilibre n est pas sensiblement modifiée par la quantité d énergie qu on lui cède ou qu on lui prélève. L autre source est une enceinte isolée de volume fini qui atteint une température d équilibre quand l énergie prélevée ou cédée par la machine est compensée par les pertes dues à l imperfection de l isolation. Dans une machine frigorifique, la source chaude est le réservoir thermique supposé infini (air de la pièce pour un réfrigérateur, circulation d eau d un climatiseur) et la source froide, le volume fini à refroidir (intérieur de l armoire et son contenu pour un réfrigérateur, pièce pour un climatiseur). Dans une pompe à chaleur, la source froide est le réservoir thermique supposé infini (rivière ou atmosphère) qui représente une source d énergie gratuite (pour le compte en banque!) et la source chaude le volume fini à réchauffer (habitation, piscine). Pour les moteurs, on peut définir le rendement comme le rapport de l énergie intéressante (travail W ) à l énergie qu il a fallu payer (chaleur prise à la source chaude Q 2 ). Ce rendement est toujours inférieur à 1 et vaut 1 T 1 /T 2 dans le cas idéal d un cycle de Carnot réversible. Pour les machines thermiques, on préfère définir un COefficient de Performance (COP) ou efficacité, comme le rapport de l énergie intéressante (chaleur prélevée à l évaporateur en machine frigorifique : Q 1 ; ou chaleur cédée au condenseur en pompe à chaleur : Q 2 ) à l énergie qu il a fallu payer (travail W ). Ce COP est la plupart du temps supérieur à 1, dans le cas des machines thermiques, et vaut T 1 /(T 2 T 1 ) pour un réfrigérateur dans le cas idéal d un cycle de Carnot réversible. En préparant ce TP, vous réfléchirez à la différence entre le coefficient de performance et le rendement thermodynamique (toujours inféieur à 1) habituellement présenté en cours Enthalpie. Les machines thermiques les plus simples, utilisent un fluide caloporteur en circuit fermé qui subit une succession de transformations ou cycle. Ce cycle permet de faire fonctionner la machine en continu. Ce type de machine s appelle machine à écoulement permanent et constitue un système ouvert. Pour les décrire correctement, considérons une petite partie du fluide caloporteur constituant un système fermé, condition nécessaire pour pouvoir appliquer le premier principe de la thermodynamique. Supposons que ce fluide passe d un état caratérisé par le volume V 1 et la pression P 1 à l état caractérisé par le volume V 2 et la pression P 2. 2

3 Dans un système fermé, la variation de l énergie interne de cette partie du fluide U 2 U 1 est égale à la somme du travail W et de la chaleur Q échangés pendant la transformation. Attention : W est la somme du travail fourni par l extérieur W ext (par exemple, par le compresseur) et du travail des forces de pression exercées sur le système considéré par le reste du fluide W reste. Ce travail W reste est égal à P 1 V 1 P 2 V 2 (c est-à-dire à la différence entre le travail qui doit être effectué pour faire sortir le fluide de volume V 1 à la pression P 1 et le travail qu il faut effectuer pour occuper le volume V 2 à la pression P 2 ( doc). Ainsi nous avons :U 2 U 1 = Q + W ext + P 1 V 1 P 2 V 2. En introduisant l enthalpie H = U + P V, on obtient finalement : H 2 H 1 = Q + W ext. C est pourquoi pour la description de ces machines (système ouvert), l enthalpie (et non l énergie interne) est la grandeur caractéristique du cycle ; on représente en pratique ce cycle sur le diagramme P-V ou T-S. Le choix de la pression comme deuxième variable est justifiée par le fait que l échange de chaleur avec les sources chaude et froide a lieu à pression constante. 3. CYCLE ET DIAGRAMME DE MOLLIER 3.1. Diagramme de Mollier. Le diagramme de Mollier du fluide considéré a pour axes la pression P et l enthalpie H (par unité de masse). Sur ce diagramme, des séries de courbes sont déjà tracées : isothermes, isentropiques, isochores (volume constant) ainsi que la courbe de saturation limitant le domaine de coexistence de deux phases (liquide et gaz). En assimilant le cycle à une succession de transformation quasi-statiques, le diagramme de Mollier permet de schématiser ce cycle en fonction des paramètres mesurés et d en déduire les autres variables d état en tout point du cycle. diagramme de Mollier du fluide R134a 3.2. Cycle. Le cycle théorique de base pour toutes les machines est le cycle de Carnot. Ce cycle comprend 2 transformations isothermes et 2 transformations adiabatiques ou isentropiques. Il s agit d un cycle à rendement maximum. Les cycles utilisés en pratique s écartent sensiblement, pour des raisons techniques, du cycle de Carnot. Les réfrigérateurs ( et pompe à chaleur) à compression utilisent le cycle de Hirn qui comprend 2 transformations isobares, une transformation adiabatique et une transformation isenthalpique. Un tel cycle est représenté de façon très simple dans un diagramme de Mollier. Le diagramme de Mollier du fluide considéré ( doc) a pour axes la pression P et l enthalpie H (par unité de masse). Sur ce diagramme, des séries de courbes sont déjà tracées : isothermes, isentropiques, isochores (volume constant) ainsi que la courbe de saturation limitant le domaine de coexistence de deux phases (liquide et gaz). En assimilant le cycle à une succession de transformations quasi-statiques, le diagramme de Mollier permet de schématiser ce cycle en fonction des paramètres mesurés et d en déduire les autres variables d état en tout point du cycle. 3

4 Le fluide gazeux (point A) est comprimé de façon adiabatique jusqu au point B. La vapeur, qui s est échauffée lors de la compression, cède de la chaleur à la source chaude en se refroidissant à pression constante puis en se liquéfiant (à pression et température constantes) dans le condenseur (trajet BC). En sortie du condenseur (point C), le fluide complètement liquide est détendu par une détente de Joule- Thomson (trajet CD). Le liquide se refroidit et se vaporise en partie. Il traverse ensuite l évaporateur où il se vaporise complètement (à pression et température constantes) en prélevant de la chaleur à la source froide (trajet DA). On montre facilement qu un fluide liquéfiable augmente l efficacité du cycle : au cours de la liquéfaction et de la vaporisation (isothermes), on tire profit de la chaleur latente de changement d état et l efficacité est d autant plus grande que le cycle se rapproche d un cycle de Carnot. Au voisinage de la température ambiante, les caractéristiques des fréons R12 (CCl 2 F 2 ) ou R22 (CHClF 2 ) (la protection de l environnement prévoit désormais l obligation d utiliser d autres fluides), du chlorure de méthyle (CH 3 Cl) ou de l ammoniaque (NH 3 ) répondent au souci industriel d efficacité. Le cycle réel décrit par le fluide dans la machine s écarte un peu, pour des raisons pratiques, du cycle de Hirn. Il a l allure représentée sur la figure suivante : La température du fluide en sortie de l évaporateur est généralement différente de celle de l évaporateur T vap et le point représentatif n est pas situé sur la courbe de saturation mais dans la zone vapeur du diagramme. Il y a surchauffe du gaz à la sortie de l évaporateur. Suivant le nombre de thermomètres utilisés, on peut obtenir deux points représentatifs A en sortie de l évaporateur et A en entrée du compresseur. Cette surchauffe permet d être certain que le fluide sera bien entièrement à l état de vapeur dans le compresseur (qui ne peut pas comprimer un mélange liquide-vapeur sous peine de casse!). En sortie du compresseur, on mesure une température correspondant au point B (remarquer qu il y a augmentation de l entropie au cours de la compression) différente de celle du point B correspondant à l entrée du condenseur. Si l on mesure la température en sortie du condenseur, on trouve un point C situé dans la 4

5 région "liquide" : on a sous-refoidi le liquide. Ce sous-refroidissement permet d être certain que le fluide sera bien à l état liquide à l entrée de la vanne de détente. Enfin, la mesure de la température après la vanne de détente donne en général un point D, également situé sur l isenthalpique, mais différent de D. 4. RÉALISATION PRATIQUE Attention il existe 2 machines thermiques : Machine A et Machine B légèrement différentes Dans ce T.P., la chaleur Q 1 (simulant la charge thermique à retirer des aliments d un réfrigérateur) est prélevée à un circuit d eau (évaporateur). Le travail est fourni au fluide par un compresseur hermétique (moteur et compresseur dans la même enceinte). Un deuxième échangeur transfère la chaleur Q 2 à la source chaude (second échangeur à eau simulant l air atmosphérique entourant un réfrigérateur). Le fluide caloporteur termine son cycle en revenant à la source froide après passage par un détendeur pressostatique. Le fluide caloporteur est un composé fluorocarboné couramment utilisé dans l industrie frigorifique, le R12 dans le cas de la machine B plus ancienne. Ce fluide n est plus autorisé pour les nouvelles machines. La machine A contient le Fréon R134a moins nocif pour la couche d ozone en cas de fuite. Machine A Machine B 5

6 Plusieurs thermomètres permettent de mesurer les températures du fréon en différents points du cycle : aux entrées et sorties de l évaporateur, du compresseur et du condenseur, et en cours de détente. Des manomètres, reliés à des prises de pression à l entrée et à la sortie du compresseur, mesurent les pressions dans l évaporateur et le condenseur. Un détendeur pressostatique à réglage manuel (détente de Joule- Thomson) permet de faire varier la basse pression donc le débit de fréon, dans le cas de la machine B uniquement. Un débitmètre, placé juste avant la vanne du détendeur donc en phase liquide, permet de mesurer ce débit. Pour le montage A nous n avons pas accès au débit de fréon. Le système est différent, le débit de fréon est contrôlé par la vanne d expension thermostatic (Machine A (4)) elle même régulée par la sonde de température 6. La différence de température entre les tubes d entrée et de sortie du vaporisateur sert de variable de contrôle. Si cette valeur tombe en dessous d une valeur consigne au niveau de la vanne d expansion- parce que l apport de chaleur au vaporisateur est trop bas - le débit de fréon est diminué. Dans chaque échangeur, le débit d eau est réglable à l aide d une vanne : il sera mesuré à l aide d un compteur et d un chronomètre. On mesurera également les températures d eau à l entrée et à la sortie des échangeurs "chaud" et "froid". L énergie électrique consommée est mesurée par un compteur électrique (manip B), par un joulemètre (manip A). 5. MANIPULATIONS ET ÉTUDE EN RÉFRIGÉRATEUR ATTENTION : Après identification de tous les composants de la machine, ouvrir la circulation d eau dans les échangeurs et régler les débits aux valeurs désirées ( doc). Mettre alors le compresseur en marche et fixer le débit de fréon à la première valeur ( doc). Le temps de mise en équilibre est typiquement de 30 à 45 minutes à la mise en route et de 15 à 20 minutes après modification d un paramètre de fonctionnement Analogies. Où se situent, sur la machine de TP, les points A, A, B, B, C et D du cycle? Pourquoi a-t-on placé plus de quatre thermomètres sur le circuit de fréon? Comparer la machine de TP et la «tripe» de réfrigérateur domestique. Dans ce réfrigérateur domestique, en quoi consistent les échangeurs, vanne de détente et compresseur? Où sont-ils placés? 5.2. Partie "théorique". On peut définir les COP suivants ( doc) : - pratique : la machine est considérée comme une «boîte noire» qui consomme de l énergie électrique et prélève de la chaleur dans une enceinte. La valeur du COP est obtenue à partir des mesures des puissances récupérée ou cédée dans les échangeurs à eau, et de la puissance électrique consommée. - de Mollier : il faut tracer le cycle décrit par le fluide sur un diagramme de Mollier puis évaluer le travail W et les quantités de chaleur Q 1 et Q 2 à partir des variations d enthalpie du fréon mesurées sur le cycle au cours des diverses transformations. - de Carnot : on peut trouver 2 transformations isothermes dans le cycle décrit par la machine et comparer ce COP au COP de Mollier. Ne pas oublier que le COP d un cycle de Carnot est le COP maximum maximorum Mesures au premier débit de fréon. Après mise en équilibre, effectuer toutes les mesures nécessaires : pression, températures, débit d eau, débit de fréon, puissance consommée (il y a en particulier 10 thermomètres et un compteur d énergie électrique consommée). 1. Tracer sur un diagramme de Mollier le cycle correspondant à vos mesures (attention à la lecture des manomètres). 2. Déterminer les COP de Mollier et pratique (attention à la position des thermomètres et à leur correspondance sur le cycle). Précisions. 3. Si on suppose que toute l énergie électrique sert à comprimer le fréon, calculez pour la machine B uniquement, dans cette hypothèse, l enthalpie H B du fréon (attention c est le débit massique de fréon qui nous intéresse). Que pouvez vous conclure sur le rendement du groupe compresseur? 4. Comparer les quantités de chaleur prises et cédées aux deux sources déduites d une part du diagramme tracé, d autre part des variations de température de l eau dans le condenseur et l évaporateur. Conclusion. Attention : le débitmètre de fréon est en litre/heure et mesure le débit en phase liquide ; 6

7 les graduations portées sur la partie gauche de la courbe d équilibre liquide-vapeur donnent le volume massique du fréon. 5. A partir du diagramme de Mollier, tracer le cycle décrit par le fréon dans un diagramme T-S (T en ordonnée). On fera attention aux diverses transformations subies par le fluide (veiller à bien placer tous les points caractéristiques du cycle!). 6. Sur ce diagramme, placer le cycle de Carnot fictif correspondant. 7. Comparer les COP à celui de ce cycle de Carnot fictif. Conclusions. 8. Comparer la valeur mesurée de W sur le diagramme de Mollier à la valeur que l on peut déduire du cycle en diagramme T-S (attention aux unités!). 9. Quelle est l origine de la différence à votre avis? 5.4. Machine B :Mesures à un autre débit de fréon. Régler la vanne de détente pour avoir une autre pression au condenseur et effectuer à nouveau les mesures lorsque la machine est à l équilibre. Tracer le deuxième cycle sur le diagramme précédent pour pouvoir effectuer des comparaisons. Effectuer les mêmes calculs de COP que ci-dessus à partir de ce deuxième cycle. Conclusions Machine A : Mesure à un autre débit d eau. Faites varier le débit d eau d un facteur 2 au niveau de l évaporateur. Les questions sont les mêmes qu au paragraphe ETUDE EN POMPE À CHALEUR Le principe de la pompe à chaleur (PAC) est ancien (Thomson 1852) mais il a fallu attendre 1927 pour voir la première PAC fonctionner en Ecosse. Le début de commercialisation (principalement aux Etats- Unis) date des années 50. L utilisation de la PAC comme moyen de chauffage domestique en France a démarré dans les années 70 à la suite du premier choc pétrolier. Dans un but d économies d énergie et pour écouler son trop-plein de production, E.d.F. lança une campagne de promotion du système PERCHE (Pompe En Relève de CHaudière Existante) couplant une PAC et une chaudière à mazout traditionnelle. Le grand public découvrait alors une machine miraculeuse qui restituait dans les radiateurs plus d énergie qu elle n en consommait. L intérêt pour de tels systèmes a diminué depuis cette date, en partie à cause d un manque de fiabilité des premiers matériels proposés et d un manque de formation des installateurs ; le coût des PAC limite également leur développement. Pour le physicien, la PAC n a rien d une machine miraculeuse. En effet, dans le cas d une pompe à chaleur, la source froide est le réservoir thermique supposé infini (rivière, atmosphère,...) ; c est une source d énergie gratuite (pour le compte en banque!). La source chaude est le volume à réchauffer (habitation, piscine,...) qui doit être fini. Dans son principe, c est donc la même machine qu un réfrigérateur : seules les "dimensions" des deux sources, chaude et froide, ont été échangées. 1. A l aide des mesures effectuées lors de la première manipulation en machine frigorifique, calculez le COP de Mollier et le COP pratique en pompe à chaleur. 2. Comparez ces valeurs de COP à celles obtenues en machine frigorifique. 3. Quelles raisons physiques simples pouvez-vous proposer pour expliquer les différences constatées? 7. CONSIDÉRATIONS PRATIQUES SUR VOTRE PROPRE RÉFRIGÉRATEUR Ces questions sont uniquement posées pour vous faire réfléchir. Dans votre réfrigérateur, à quelles températures se trouve le fluide caloporteur à la source froide et à la source chaude? Pourquoi? Pourquoi est-il recommandé de dégivrer régulièrement un réfrigérateur? Pourquoi faut-il régulièrement enlever la poussière s accumulant sur le radiateur externe d un réfrigérateur? Pourquoi faut-il éviter de le placer contre un mur sans aération? 7

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Cycle frigorifique Le principe de la pompe à chaleur est ancien (Thomson 1852), mais il a fallu attendre 1927 pour voir da première pompe à chaleur fonctionner

Plus en détail

LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE

LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE L expression cycle vient de la thermodynamique. En effet lorsqu une masse de fluide se retrouve après diverses transformations dans le même état (pression, volume, température)

Plus en détail

Étude d une pompe à chaleur

Étude d une pompe à chaleur TP N 15 Étude d une pompe à chaleur - page 89 - - T.P. N 14 - ÉTUDE D'UNE POMPE A CHALEUR 1. FONCTIONNEMENT THÉORIQUE Une pompe à chaleur est une machine thermique dans laquelle le fluide qui subit une

Plus en détail

III PRODUCTION DE FROID, POMPE A CHALEUR. Machine à gaz permanent (sans changement de phase) Fonctionne suivant un cycle de Joule inverse

III PRODUCTION DE FROID, POMPE A CHALEUR. Machine à gaz permanent (sans changement de phase) Fonctionne suivant un cycle de Joule inverse III PRODUCION DE FROID, POMPE A CHALEUR Un cycle frigorifique est un système thermodynamique qui permet de transférer de la chaleur d un milieu vers un autre à température plus élevée. D après le second

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Circuit fluidique d un climatiseur : (source Daikin).

Circuit fluidique d un climatiseur : (source Daikin). TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT D AIR Tâche T3.3 : câblage et raccordement électrique des appareils. Compétence C1.2 : s informer, décider, traiter. Thème :S2 : communication technique. Séquence

Plus en détail

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération GUIDE DU FROID Date : 01/2008 Rév. : 0 Par : PARTNERS 18, rue Nelson Mandela2045 L Aouina-Tunis Tél. : (00 216) 71 724 032/760

Plus en détail

Chapitre 4 : Les machines dynamothermiques (MF et PAC)

Chapitre 4 : Les machines dynamothermiques (MF et PAC) Objectifs Lahrouni, A. hap 4 Thermo 2 FSSM hapitre 4 : Les machines dynamothermiques (MF et PA) La connaissance du principe de fonctionnement des machines frigorifiques à compression et l application des

Plus en détail

1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques

1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques 1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques Pour l'air : r = R / M = 0,871 kj / (kg.k), avec M masse molaire c p =1,005 kj/kg K, c v = 0,718 kj/kg K = 1.93 kg / m 3 à 0 C et à 1013 mbars Pour un

Plus en détail

Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie

Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie Manipulation 1 Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie Consignes de sécurité Soyez prudent en utilisant le gaz naturel. Dans le cas d une odeur de gaz, fermez la

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

C4. La pompe à chaleur

C4. La pompe à chaleur C4. La pompe à chaleur I. BUT DE LA MANIPULATION Se familiariser avec le fonctionnement d'une pompe à chaleur et en déterminer le coefficient de performance sous différentes conditions d'utilisation. II.

Plus en détail

CAP FROID ET CLIMATISATION EP1 REALISATION ET TECHNOLOGIE

CAP FROID ET CLIMATISATION EP1 REALISATION ET TECHNOLOGIE CAP FROID ET CLIMATISATION EP1 REALISATION ET TECHNOLOGIE A : partie écrite EP1 A : Dossier de travail 1 ère partie : Etude de l installation 2 ème partie : Electrique 3 ème partie : Etude de l électrovanne

Plus en détail

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique :

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Maison BBC : Bâtiment Basse Consommation Lors de la vente ou

Plus en détail

C. E. S. I. R. E. Plateforme TTE

C. E. S. I. R. E. Plateforme TTE Université Joseph Fourier, Grenoble, MMXIV C. E. S. I. R. E. Plateforme TTE Ce document ne doit pas quitter la salle de TP. Ne pas détériorer : il doit servir à tout le monde 1 2 Principe Les échanges

Plus en détail

10 Cycles frigorifiques

10 Cycles frigorifiques 14 mars 2003 Introduction 277 10 10.1 Introduction Dans la section 9.1, on a considéré des machines thermiques constituées de quatre processus distincts, mettant en œuvre soit des dispositifs à circulation

Plus en détail

Thermodynamique des gaz parfaits

Thermodynamique des gaz parfaits Chapitre 24 Sciences Physiques - BTS Thermodynamique des gaz parfaits 1 Le modèle du gaz parfait 1.1 Définition On appelle gaz parfait un ensemble de molécules sans interaction entre elles en dehors des

Plus en détail

GÉOTHERMIQUE Jean-Marc Percebois

GÉOTHERMIQUE Jean-Marc Percebois LE GUIDE DU CHAUFFAGE GÉOTHERMIQUE Jean-Marc Percebois Deuxième édition 2011 2009, 2011 pour la présente édition, Groupe Eyrolles, ISBN : 978-2-212-13242-7 SOMMAIRE Z SOMMAIRE AVANT-PROPOS 5 ÉLÉMENTS DE

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR. SAT MARCHAND. Tous droits réservés SIRET : 796020105 00014. www.satmarchand.com

LA POMPE A CHALEUR. SAT MARCHAND. Tous droits réservés SIRET : 796020105 00014. www.satmarchand.com LA POMPE A CHALEUR Les pompes à chaleur ou PAC sont capables d'assurer seules, c'est-à-dire sans autre générateur d'appoint, la totalité du chauffage et de la production d'eau chaude d'un bâtiment. Elles

Plus en détail

MACHINES THERMIQUES (THERMO2)

MACHINES THERMIQUES (THERMO2) École Nationale d Ingénieurs de Tarbes MACHINES THERMIQUES (THERMO2) 1 ère année Semestre 2/2* EXERCICES - Rendement - Cycles Thermodynamiques - Écoulement en régime permanent Vous devez vous munir de

Plus en détail

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Exercice 1 - Influence du chemin de transformation. Une mole de

Plus en détail

Énergétique du bâtiment : Ventilation et quelques équipements 2

Énergétique du bâtiment : Ventilation et quelques équipements 2 1 Énergétique du bâtiment : Ventilation et quelques équipements 2 M. Pons CNRS-LIMSI, Rue J. von Neumann, BP133, 91403 Orsay Cedex http://perso.limsi.fr/mpons 1 Organisation Deuxième partie Notions de

Plus en détail

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 CONDUCTION DANS LES METAUX: L'espace est rapporté à un repère O muni d'une base cartésienne ( e, e, e ). Données numériques: - charge de l'électron: -e = - 1,6.10-19 C. -

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION

EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION DÉFINITIONS L exergie d un système dans des conditions (T, S, U ) données correspond au travail utile maximal que ce système pourrait fournir en

Plus en détail

Cycles frigorifiques

Cycles frigorifiques Cycles frigorifiques BTS Fluides Energies Environnement 2003 Une machine frigorifique à air est schématisée ci-après Elle est destinée à maintenir dans la chambre «froide» une température T 1. La pression

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques Solide, simple, intelligent. Fiabilité accrue de l air comprimé. facilité D ENTRETIEN facilité D ENTRETIEN Les atouts de notre gamme Installation simple - Conception peu

Plus en détail

Les Machines thermodynamiques

Les Machines thermodynamiques Les achines thermodynamiques Table des matières 1) DEFINITION 2 2) ENTROPIE : SECOND PRINCIPE DE LA THERODYNAIQUE 2 3) ACHINES ONOTHERES 2 4) ACHINES DITHERES 3 41) SCHEA DE PRINCIPE 3 42) INEGALITE DE

Plus en détail

COMPRESSEUR ALTERNATIF

COMPRESSEUR ALTERNATIF COMPRESSEUR ALTERNATIF 1. DIAGRAMME D'UN COMPRESSEUR A PISTON 1.1. Compresseur à un étage L'évolution théorique d'un fluide dans le cylindre d'un compresseur à piston est présentée sur la figure 1 en coordonnées

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UN THERMOMETRE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UN THERMOMETRE ECHANGES THERMIQUES 1. GENERALITES : 1.1. Notion de température : Cette notion est liée à la sensation de chaud et de froid (sensation subjective). Par contre elle est directement liée à l état thermique

Plus en détail

POMPE A CHALEUR A MELANGE DE FLUIDES

POMPE A CHALEUR A MELANGE DE FLUIDES POMPE A CHALEUR A MELANGE DE FLUIDES Cette note complète la présentation pédagogique allégée de la pompe à chaleur, en traitant du cas où le fluide thermodynamique est un mélange de vapeurs. C est notamment

Plus en détail

Les machines thermiques

Les machines thermiques Les machines thermiques II. Les machines thermiques Une machine thermique permet une conversion d'énergie. Pour fonctionner en régime permanent, elles effectuent des cycles. Très souvent, un fluide est

Plus en détail

Leçon N 1 : Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. transfert de l énergie.

Leçon N 1 : Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. transfert de l énergie. Leçon N 1 : Température et chaleur Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. Connaître l'existence des échelles de Etalonnage d'un thermomètre. Vérifier expérimentalement que lors d

Plus en détail

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Chauffer, refroidir. Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur»

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Chauffer, refroidir. Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» MODULE REACTEUR Chauffer, refroidir Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» 1 / 31 Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» SOMMAIRE Objectifs de la séance

Plus en détail

Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENERGIE THERMIQUE ENERGIE THERMIQUE

Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENERGIE THERMIQUE ENERGIE THERMIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENERGIE THERMIQUE 1 ère STI2D CI5 : Efficacité énergétique active TP1 EE ENERGIE THERMIQUE INSTRUCTIONS PERMANENTES DE SÉCURITÉ 1. Avant

Plus en détail

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE mini INTERROS de Prépas & Deug MPSI-PCSI-PTSI SUP-SPÉ Thermodynamique MP-MP*-PC-PC*-PT-PT* Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE pages 1. Introduction à la thermodynamique.......................

Plus en détail

Fascicule de Travaux Pratiques

Fascicule de Travaux Pratiques Ministère de l'enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université de Sousse Institut Supérieur des Sciences Appliquées et de Technologie de Sousse Fascicule de Travaux

Plus en détail

L ' E N E R G I E T H E R M I Q U E

L ' E N E R G I E T H E R M I Q U E L ' E N E R G I E T H E R M I Q U E Introduction : utilisation de l énergie thermique dans l hôtellerie et la restauration : Appareils producteurs de chaleur : Grill, Fours, Brûleurs, Radiateur, Chauffe-eau

Plus en détail

+ Engineering Equation Solver

+ Engineering Equation Solver + Engineering Equation Solver EES V. 15/10/12 Partie 2 Master 2 GSI Maitrise de l Energie Julien Réveillon, Prof. Université de Rouen Julien.Reveillon@coria.fr http://www.cfdandco.com + 2/ Exercice Cycle

Plus en détail

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale 1 Table des matières Page 1 : Binaire liquide-vapeur isotherme et isobare Page 2 : Page 3 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : intéressant facile facile sauf

Plus en détail

LA CLIMATISATION. Tout ce que vous devez savoir sur. Tout ce que vous devez savoir sur. www.peugeot.com.tn LE CONSEIL PEUGEOT LES AMORTISSEURS

LA CLIMATISATION. Tout ce que vous devez savoir sur. Tout ce que vous devez savoir sur. www.peugeot.com.tn LE CONSEIL PEUGEOT LES AMORTISSEURS LE CONSEIL PEUGEOT LES AMORTISSEURS LES BALAIS ESSUIE-VITRES LA BATTERIE LA CONTREFAÇON L ÉCHAPPEMENT L ÉCLAIRAGE LE FILTRE À PARTICULES LE FREINAGE LA GAMME PEUGEOT DE PIÈCES D ORIGINE LES LUBRIFIANTS

Plus en détail

Module Harmony SOMMAIRE

Module Harmony SOMMAIRE sd 201 1 NOTICE D'INSTALLATION ET D'EMPLOI Module Harmony SOMMAIRE page Présentation ------------------------------------------------ 3 Caractéristiques techniques ------------------------------ 3 Descriptif

Plus en détail

Split - Inverter - Bi-étagée Très haute température e-connectée AÉROTHERMIE CHANGEZ D ENERGIE SANS CONTRAINTES

Split - Inverter - Bi-étagée Très haute température e-connectée AÉROTHERMIE CHANGEZ D ENERGIE SANS CONTRAINTES AJP@C À CHALEUR Split - Inverter - Bi-étagée Très haute température e-connectée 80 CPOMPE AÉROTHERMIE CHANGEZ D ENERGIE SANS CONTRAINTES AJP@C UNE POMPE À CHALEUR TRES HAUTE TEMPERA POUR LE REMPLACEMENT

Plus en détail

Systèmes de chauffage thermodynamique

Systèmes de chauffage thermodynamique Systèmes de chauffage thermodynamique Un chauffage confortable respectueux de l environnement Le principe Un principe simple, bien pensé et performant Comparable au principe d'un réfrigérateur, le fonctionnement

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

Fascicule de Travaux Pratiques

Fascicule de Travaux Pratiques Ministère de l'enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université de Sousse Institut Supérieur des Sciences Appliquées et de Technologie de Sousse Fascicule de Travaux

Plus en détail

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 12 On s est principalement limité jusqu à présent à l étude des substances pures. Or, bon nombre de problèmes thermodynamiques font intervenir des

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

Schémas vus chez les installateurs : Doc 1

Schémas vus chez les installateurs : Doc 1 Chez Mr Y Chez Mr Z Chez Mr T Schémas vus chez les installateurs : Doc 1 Schémas vus chez les installateurs : Doc 2 Schémas vus chez les installateurs : Doc 3 1. Présentation générale 2. Présentation de

Plus en détail

Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22

Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22 Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22 1. Schéma de l installation 2. Critéres du bon fontionnement CONDENSEUR Valeurs de référence Valeurs mesurées Evaporateur à air/condenseur à air θ

Plus en détail

Le Moteur de Stirling. VIVET Nicolas et BOULANT Anthony Licence Physique, 2003, Université du Maine

Le Moteur de Stirling. VIVET Nicolas et BOULANT Anthony Licence Physique, 2003, Université du Maine Le Moteur de Stirling VIVET Nicolas et BOULANT Anthony Licence Physique, 2003, Université du Maine 1 Historique Moteur de Stirling Fonctionnement Notre Moteur Sommaire Pompe à chaleur de Stirling Fonctionnement

Plus en détail

Caractérisation des générateurs thermodynamiques électriques

Caractérisation des générateurs thermodynamiques électriques RT 01 Fiche d application : Caractérisation des générateurs thermodynamiques électriques Date Modification Version 01 1 4 février 015 Remaniement et compléments sur les PAC hautes températures 1/5 Préambule

Plus en détail

LN 2 - 1 - Raymond Le Diouron. Consommation LN 2 en l/heure pour 1 kwh d énergie. Cout en par kwh d énergie (prix LN2: 0,20 / kg)

LN 2 - 1 - Raymond Le Diouron. Consommation LN 2 en l/heure pour 1 kwh d énergie. Cout en par kwh d énergie (prix LN2: 0,20 / kg) IMPACT ENERGETIQUE cryogénie en simulation spatiale 25 20 5 0 5 0 Consommation en l/heure pour kwh d énergie P LN2 = 3 bara -00 Consommation en kg/heure pour kwh d énergie -200 O C -60-20 -80-40 0 40 80

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

1 Chambre froide : CORRECTION G.I.M. 2. Contrôle de thermodynamique du vendredi 30 janvier 2015

1 Chambre froide : CORRECTION G.I.M. 2. Contrôle de thermodynamique du vendredi 30 janvier 2015 IUT de Saint Denis Module THERM3 CORRECTION G.I.M. Contrôle de thermodynamique du vendredi 30 janvier 015 1 Chambre froide : 1. Les pressions d'évaporation et de condensation sont données par la table

Plus en détail

Epreuve de Physique B - Thermodynamique. Durée 2 h. L usage de calculatrices est interdit.

Epreuve de Physique B - Thermodynamique. Durée 2 h. L usage de calculatrices est interdit. 135 Epreuve de Physique B - Thermodynamique Durée 2 h Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être une erreur d énoncé, d une part il le signale au chef de salle, d autre part il

Plus en détail

Dépannage des installations Instruments de mesure REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING. Guide du monteur

Dépannage des installations Instruments de mesure REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING. Guide du monteur Dépannage des installations Instruments de mesure REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING Guide du monteur Contenu Page Instruments de mesure...2 Classification des instruments du mesure...2 Contrôle des instruments

Plus en détail

Thermopompes et systèmes de chauffage à résistance électrique

Thermopompes et systèmes de chauffage à résistance électrique Thermopompes et systèmes de chauffage à résistance électrique Les objectifs d'apprentissage : Être familiarisés avec les différents types de systèmes de chauffage à l électricité, Comprendre le fonctionnement

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Premier principe : bilans d énergie

Premier principe : bilans d énergie MPSI - Thermodynamique - Premier principe : bilans d énergie page 1/5 Premier principe : bilans d énergie Table des matières 1 De la mécanique à la thermodynamique : formes d énergie et échanges d énergie

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. * * *

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. * * * SESSION 004 EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PYSIQUE Durée : 4 heures Les calculatrices sont autorisées. N : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

ETUDE D UN THERMOELEMENT

ETUDE D UN THERMOELEMENT TP - L3 Physique - Plate-forme TTE - C.E.S.I.R.E. - Université Joseph Fourier - Grenoble ETUDE D UN THERMOELEMENT BUT DU T.P. Mettre en évidence et comprendre les effets thermoélectriques. On cherchera

Plus en détail

Schéma de principe hydraulique

Schéma de principe hydraulique 1. Schéma de fonctionnement Ces s de fonctionnement sont des solutions préférentielles et éprouvées fonctionnant sans problèmes et permettant une plus haute efficacité de l'installation de pompe à chaleur.

Plus en détail

11 mars 2003 228. 9 Cycles moteurs

11 mars 2003 228. 9 Cycles moteurs 11 mars 2003 228 9 Certains générateurs de puissance comme la centrale thermique à vapeur opèrent effectivement selon un cycle, c.-à-d. que le fluide actif retourne à son état initial après avoir subi

Plus en détail

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix Module Thermique avec ECS accumulée Logix Arrêté ministériel du 27 janvier 2015 Module Thermique d Appartement Logix avec affichage des consommations de chauffage et d eau chaude sanitaire Module de distribution

Plus en détail

I. BUT DE LA MANIPULATION II. INTRODUCTION ET PHENOMENOLOGIE T 2 T 1

I. BUT DE LA MANIPULATION II. INTRODUCTION ET PHENOMENOLOGIE T 2 T 1 C. Cycle de Stirling. BUT DE LA MANPULATON Etude du cycle thermodynamique de Stirling, relevés des cycles. Mesure du rendement d'un moteur à air chaud pour différents régimes de rotation. Etude des rendements

Plus en détail

Variantes du cycle à compression de vapeur

Variantes du cycle à compression de vapeur Variantes du cycle à compression de vapeur Froid indirect : circuit à frigoporteur Cycle mono étagé et alimentation par regorgement Cycle bi-étagé en cascade Froid direct et froid indirect Froid direct

Plus en détail

Mesure du rendement d une machine à vapeur.

Mesure du rendement d une machine à vapeur. Mesure du rendement d une machine à vapeur. Rappels : Le rendement N est le rapport entre l énergie utile (fournie par la machine ) et l énergie motrice (fournie à la machine). C est aussi le rapport entre

Plus en détail

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES PHYSIQUE DES FLUIDES 1 1. MASSE-UNITES DE FORCE Masse (m).la masse d un corps caractérise la quantité de matière de ce corps en Kilogrammes ( Kg - unité S.I) Le Poids (p) d un corps peut s exprimer par

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

JE CHOISIS. Radiateurs électriques

JE CHOISIS. Radiateurs électriques JE CHOISIS Radiateurs électriques JE CHOISIS Un radiateur électrique En matière de radiateurs électriques, trois technologies différentes s offrent à vous : l inertie, le panneau rayonnant et le convecteur.

Plus en détail

FICHE EXPLICATIVE Pompes à chaleur électriques

FICHE EXPLICATIVE Pompes à chaleur électriques Certificats d économies d énergie Fiche explicative n FE04 FICHE EXPLICATIVE Pompes à chaleur électriques Fiches d opérations standardisées concernées : Bâtiments résidentiels : BAR-TH-104 : Pompe à chaleur

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

L évolution du climat

L évolution du climat LIVING ENVIRONMENT SYSTEMS L évolution du climat Le premier système VRF hybride au monde pour le refroidissement et le chauffage simultanés avec récupération de la chaleur CATALOGUE PRODUITS POUR LE DÉCIDEUR

Plus en détail

Activité N 1 1 ère STI2D APPROCHE GLOBALE DU CLIMATISEUR

Activité N 1 1 ère STI2D APPROCHE GLOBALE DU CLIMATISEUR ERM AUTOMATISMES INDUSTRIELS 280 Rue Edouard Daladier 84973 CARPENTRAS Cedex Tél : 04 90 60 05 68 - Fax : 04 90 60 66 26 Site : http://www.erm-automatismes.com/ E-Mail : Contact@erm-automatismes.com FICHE

Plus en détail

RESUME DIAGRAMME ENTHALPIQUE ET FORMULAIRE. Construction du diagramme enthalpique ou de diagramme Mollier

RESUME DIAGRAMME ENTHALPIQUE ET FORMULAIRE. Construction du diagramme enthalpique ou de diagramme Mollier RESUME DIAGRAMME ENTHALPIQUE ET FORMULAIRE Construction du diagramme enthalpique ou de diagramme Mollier Un système frigorifique se définit toujours par rapport à ces températures de fonctionnement. La

Plus en détail

PLANS DU BÂTIMENT CALCULS Performances Energétiques du Bâtiment Niveau d étanchéité à l air du bâtiment à faire imposer dans le cahier des charges et à faire contrôler par un test Blower Door. Exemples

Plus en détail

Technical Information

Technical Information Date of last update: Oct 12 Ref: Application Engineering Europe REMPLACEMENT DE FLUIDE HFC R404A OU R507 PAR DU HFC R407F AVERTISSEMENT Utiliser uniquement les fluides frigorigènes et lubrifiants approuvés

Plus en détail

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état PLAN 1ère partie Chapitre 2 Changements d état 1 Généralités 1.1 Notion de phase 1.2 Passages d un état à l autre 1.3 Equilibre entre les phases 1.4 Chaleur latente de changement d état 2 Fusion-solidification

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

Tubes Vortex. Il existe une gamme complète de tubes Vortex. permettant de trouver une réponse à chaque problème de

Tubes Vortex. Il existe une gamme complète de tubes Vortex. permettant de trouver une réponse à chaque problème de 1 Tubes Vortex Il existe une gamme complète de tubes Vortex permettant de trouver une réponse à chaque problème de refroidissement localisé. La capacité de refroidissement des tubes Vortex est prévue pour

Plus en détail

Etude d une installation de cogénération industrielle

Etude d une installation de cogénération industrielle Etude d une installation de cogénération industrielle Objectif du TD : L objectif de ce TD est l étude et la modélisation sous Thermoptim d une installation de cogénération existante, et l influence des

Plus en détail

Fiche explicative détaillée #6 Appoints

Fiche explicative détaillée #6 Appoints Fiche explicative détaillée #6 Appoints 1 Objet et limites du document Ce document est intimement lié au CCTP type (cahier des clauses techniques particulières), spécifique aux systèmes de climatisation

Plus en détail

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Les objectifs d'apprentissage: Cet exposé vous informera au sujet de l utilisation de l énergie solaire afin de produire de l eau chaude domestique,

Plus en détail

Transformer L énergie

Transformer L énergie Chapitre IV : Les récepteurs hydrauliques. IV.1 Introduction : Les récepteurs hydrauliques transforment l énergie hydraulique en énergie mécanique. On distingue : - Les récepteurs pour mouvement de translation

Plus en détail

Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC)

Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC) Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC) Cette fiche décrit la façon de renseigner dans Clima-Win les éléments constitutifs d une installation solaire collective de production d ECS. Date 1 3/ 12/2012

Plus en détail

Conception des systèmes de chauffage par pompe à chaleur

Conception des systèmes de chauffage par pompe à chaleur Conception des systèmes de chauffage par pompe à chaleur NBN EN 15450:2008 Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI)

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) CESI signifie Chauffe-eau Solaire Individuel. L offre CESI est adaptée à tous les bâtiments qui ont des besoins en eau chaude sanitaire. L installation

Plus en détail

Guide du client. La Bi-énergie résidentielle

Guide du client. La Bi-énergie résidentielle Guide du client La Bi-énergie résidentielle Qu est ce qu un système de chauffage bi-énergie? C est un système de chauffage qui a recours à deux sources d énergie : l électricité comme source principale

Plus en détail

t thermostats E k r A cartographiques M r E It t u Af od E r L po AH f M In

t thermostats E k r A cartographiques M r E It t u Af od E r L po AH f M In MAHLE Aftermarket Info produit Thermostats cartographiques Régulation conventionnelle de la température : la sécurité avant tout Dans un moteur à explosion, la combustion se déroule de manière optimale

Plus en détail

BTS FLUIDES ÉNERGIES ENVIRONNEMENTS E.3 ÉTUDE DES INSTALLATIONS - OPTION C

BTS FLUIDES ÉNERGIES ENVIRONNEMENTS E.3 ÉTUDE DES INSTALLATIONS - OPTION C BTS FLUIDES ÉNERGIES ENVIRONNEMENTS E.3 ÉTUDE DES INSTALLATIONS - OPTION C Session : 2014 Durée : 4 heures Coefficient : 4 Matériel autorisé : Toutes les calculatrices de poche y compris les calculatrices

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

Thermodynamique Chapitre 6 : Les machines thermiques

Thermodynamique Chapitre 6 : Les machines thermiques Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 Thermodynamique Chapitre 6 : Les machines thermiques Nous arrivons à ce qui a véritablement motivé la fondation de la thermodynamique : l étude des machines

Plus en détail

Il s agit d identifier et de selectionner un type d émetteurs

Il s agit d identifier et de selectionner un type d émetteurs Objectif : Il s agit d identifier et de selectionner un type d émetteurs On donne : Un dossier ressource définissant : o Le rôle des radiateurs o Les différents types de radiateurs o Les règles de pose

Plus en détail

Les Chauffe-Eau Solaires Individuels (CESI)

Les Chauffe-Eau Solaires Individuels (CESI) Les Chauffe-Eau Solaires Individuels (CESI) Cette fiche décrit la façon de renseigner dans Clima-Win les éléments constitutifs de l installation solaire de production d ECS. Date 0 2 / 1 0 /2013 V ersion

Plus en détail

Régulation du varimat WR I.7.3. Description du système

Régulation du varimat WR I.7.3. Description du système Description du système En cas de combinaison de systèmes de chauffage par le sol et par radiateurs, les températures nécessaires pour le chauffage par le sol sont généralement plus faibles que celles nécessaires

Plus en détail

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Etude des machines thermiques. Olivier GRANIER

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Etude des machines thermiques. Olivier GRANIER PCSI - Physique Lycée Clemenceau PCSI (O.Granier) Etude des machines thermiques PCSI - Physique I Le moteur à explosion à 4 temps (Cycle de eau de Rochas, 86) Simulation java PCSI - Physique PCSI - Physique

Plus en détail