Code of Conduct. H+ Les Hôpitaux de Suisse CODE OF CONDUCT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Code of Conduct. H+ Les Hôpitaux de Suisse CODE OF CONDUCT"

Transcription

1 CODE OF CONDUCT Collaboration du personnel des hôpitaux, cliniques et institutions de soins suisses avec les entreprises de l industrie des produits thérapeutiques 1/12

2 1 Situation de départ 1.1 Bases légales Loi sur les produits thérapeutiques La loi sur les produits thérapeutiques (art. 33 LPTh) interdit aux entreprises de l industrie des produits thérapeutiques de proposer des avantages financiers, tels que par exemple, des superboni, voyages, invitations, cadeaux, etc. Elle interdit également aux acheteurs et prescripteurs, ainsi qu aux organisations qui emploient de telles personnes, d exiger de tels avantages. Diverses publications de Swissmedic 1 précisent ce qui est autorisé et ce qui ne l est pas. Toutefois, la LPTh autorise les remises commerciales usuelles et les remises économiquement justifiées qui se répercutent directement sur le prix Loi sur l assurance-maladie La loi sur l assurance-maladie (art. 56 al. 3 LAMal) exige des fournisseurs de prestations qu ils répercutent sur le débiteur d une prestation les avantages directs ou indirects qui leur ont été accordés à l achat de médicaments et de moyens ou appareils Ordonnance sur la publicité des médicaments L ordonnance sur la publicité des médicaments de la loi sur les produits thérapeutiques fixe les conditions-cadre pour la remise d échantillons (art. 10 OPMéd) et le soutien de congrès scientifiques et de manifestations de promotion (art. 11). Diverses publications de Swissmedic 2 précisent cette disposition de l ordonnance Sanctions La LAMal (art. 92) et la LPTh (art. 87) prévoient des sanctions sous forme de peines pécuniaires, d arrêts et d amendes allant jusqu à Fr. 50'000 pour toute personne qui violerait intentionnellement les dispositions mentionnées. 1.2 Etendue et objectifs du Code of Conduct Une collaboration entre les hôpitaux et les entreprises de l industrie des produits thérapeutiques est indispensable au développement de nouvelles formes thérapeutiques pour le traitement des patients et contribue à améliorer l application des thérapies déjà existantes. Cette collaboration sert les intérêts de la santé publique et ceux des entreprises de l industrie des produits thérapeutiques. Toutefois, la forme de cette collaboration doit garantir, dans tous les cas, une 1 https://www.swissmedic.ch/marktueberwachung/00135/00136/00140/00142/00143/00988/index.html?l ang=fr 2 https://www.swissmedic.ch/marktueberwachung/00135/00136/00140/00142/00143/00986/index.html?l ang=fr 2/12

3 indépendance réciproque indubitable, ce qui implique, en particulier, une grande transparence. Ce Code of Conduct pour les hôpitaux, cliniques et institutions de soins a été élaboré en dans le cadre d une Table Ronde avec des représentants des pouvoirs publics (OFAS, OFSP, Swissmedic, Surveillant des prix, Commission de la concurrence), des associations professionnelles (FMH, pharmasuisse, GSASA), de l industrie des produits thérapeutiques (scienceindustries, Interpharma, VIPS), des assureurs-maladie (représentés par santésuisse) et des hôpitaux (représentés par H+). En juin 2014, le Code of Conduct a été actualisé en tenant compte des nouveaux codes de l industrie des produits thérapeutiques 3 qui sont entrés en vigueur le 1 er janvier Il convient en outre de tenir compte des règles applicables aux entreprises de technologie médicale. 4 L objectif du Code of Conduct consiste à définir des lignes directrices pour les personnes chargées de l achat ou de la prescription de médicaments au nom d établissements hospitaliers. Le Code of Conduct comporte les domaines suivants: achat, sélection des médicaments pour l admission sur la liste des médicaments de l hôpital, critères pour le soutien de la formation professionnelle, du perfectionnement et de la formation continue, sponsoring, publicité et cadeaux. On peut également se référer aux directives et recommandations de l Académie suisse des sciences médicales (ASSM) 5 pour la mise en œuvre du Code of Conduct /12

4 2 Achat 2.1 Généralités Transparence L achat de médicaments doit s effectuer avec transparence. Toutes les transactions financières, en particulier, seront effectuées sur les comptes officiels de l hôpital et soumises à la surveillance de la direction hospitalière. Tout incitatif pécuniaire et tout avantage pour une personne donnée sont à exclure Séparation de l achat et du sponsoring L achat doit être strictement séparé des actions de sponsoring de l industrie des produits thérapeutiques. Le soutien financier apporté à des projets, à la formation continue ou à l achat d appareils ne doit pas être indirectement compensé par l augmentation des prix d achat, ni être subordonné à l achat de médicaments. 2.2 Remises Le Code of Conduct ne réglemente pas les remises lors de l achat de médicaments et de produits médicaux. Il formule des recommandations sur les pratiques à adopter par rapport à la législation fédérale sur les produits thérapeutiques et sur l assurancemaladie Définition Par remise le Code of Conduct entend toute remise de facturation de tout type contribuant à une baisse directe des prix d achat des hôpitaux, telle que: Remise de facturation (déduction en pourcentage sur le prix de vente habituel, sur le prix ex-factory pour les produits de la Liste des spécialités LS); Prix nets (prix inférieurs au prix de vente habituel ou au prix ex-factory); Ristournes annuelles (notes de crédit en fonction du volume financier de la marchandise fournie) Remises du point de vue légal En vertu de la LPTh (art. 33 al. 3 let. b), les remises commerciales et économiquement justifiées sont autorisées pour l achat. La LAMal (art. 56 al. 3 let. b) exige que les remises sur les prestations LAMal soient répercutées sur le débiteur de ces prestations. Les remises font partie du bon fonctionnement du marché et sont globalement avantageuses pour la santé publique d un point de vue financier Remises du point de vue des «acheteurs» L exigence et l octroi de remises liées au volume et à la valeur de l achat (remises commerciales usuelles) et/ou à titre de rémunération pour des prestations fournies par un hôpital à l industrie des produits thérapeutiques et à des fournisseurs (remises économiques) sont admises et encouragées par les organisations hospitalières, la CDS (Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé) et les assureurs-maladie, lorsque les conditions-cadre suivantes sont remplies: 4/12

5 La primauté de l efficacité et de l adéquation des produits n est pas remise en cause (cf. chapitre 2.5); Les coûts de réalisation de la prestation s en trouvent diminués; La réduction des coûts profite aux débiteurs des prestations; Pour les médicaments dont la forme originale figure dans la LS, tout rabais, qui s écarte de la pratique commerciale usuelle pour des dosages et formes comparables, doit être proscrit Répercussion des remises Selon l art. 56 al. 3 LAMal, les remises doivent être répercutées sur le débiteur des prestations (en règle générale l assureur maladie). Dans les hôpitaux, cette disposition est garantie intégralement et efficacement sur le plan administratif, par l intégration directe dans les comptes d exploitation des coûts effectifs des médicaments soumis à la LAMal, en vertu de l art. 49 LAMal. Il en résulte une baisse des coûts d exploitation, soit une baisse des forfaits pour les débiteurs des prestations. 2.3 Prestations économiques d un hôpital en faveur de l industrie des produits thérapeutiques et des fournisseurs On entend par prestations économiques les prestations de service qui sont contenues dans le prix ex-factory et qui sont fournies à l industrie par l hôpital. Il s agit de: L information interne sur les médicaments (information efficace des utilisateurs, formation continue, instruction et contrôle de leur application et utilisation, information sur les interactions, restrictions d application, intervention en cas de problèmes d application); Introduction et utilisations sous surveillance, en particulier de médicaments (personnel spécialement qualifié, saisie des données d utilisation ou d effets secondaires); Achat optimisé et stockage (stock d urgence, paiement efficace des factures (escomptes), schémas standardisés de livraison, transmission de données sur la consommation; etc. 2.4 Avantages financiers Définition Par avantage financier, le Code of Conduct entend tous les avantages réels et financiers accordés à l établissement acheteur Répercussions d avantages financiers Les avantages financiers doivent directement profiter au compte d exploitation de l hôpital. Des avantages ainsi comptabilisés profitent aux débiteurs de la prestation selon l art. 56 LAMal et font baisser les coûts de réalisation de la prestation. Ils sont 5/12

6 autorisés, dans la mesure où ils ne remettent pas en cause la primauté de l efficacité et de l adéquation des médicaments (cf. chapitre 2.5) Avantages financiers personnels Les avantages financiers personnels de valeur modique doivent présenter un intérêt pour la pratique médicale et/ou pharmaceutique (art. 33 al. 3 let. a LPTh). Il n existe aucun droit à de tels avantages et ils ne peuvent pas être exigés par le personnel hospitalier auprès des entreprises de l industrie des produits thérapeutiques(art. 33 al. 2 LPTh). 6/12

7 2.5 Admission de médicaments sur la liste des médicaments d un hôpital Principe Les décisions d achat dans les hôpitaux, cliniques et institutions de soins ne doivent pas reposer sur des avantages pécuniaires Instance de décision La responsabilité pour l évaluation des médicaments et les décisions concernant l admission sur la liste des médicaments d un hôpital ne doit si possible pas incomber à une seule personne, mais à un groupe de médecins et pharmaciens hospitaliers. Ce groupe (commission des médicaments) doit être constitué de façon équilibrée. Tous les membres du groupe doivent veiller à conserver une grande indépendance vis-à-vis des entreprises de l industrie des produits thérapeutiques (cf. chapitre 3) Efficacité, adéquation et économicité Selon l art. 32 LAMal, les prestations sont prises en charge par l assurance-maladie obligatoire, lorsqu elles remplissent les critères d efficacité, d adéquation et d économicité, l efficacité devant être prouvée scientifiquement. L admission de médicaments sur la liste des médicaments d un hôpital doit donc satisfaire à ces mêmes critères, dans l ordre de préférence suivant: L appréciation de l efficacité se fait selon des critères cliniques, qui ne doivent évaluer, pour des médicaments enregistrés, que les indications officiellement autorisées. Cette appréciation a lieu selon les principes de la Evidence Based Medicine. Les programmes Compassionate-Use et les médicaments pour études cliniques doivent être appréciés en fonction des dispositions légales correspondantes. L adéquation d un médicament est appréciée quant à son effet, sa composition et sa présentation, selon des critères pharmacologiques cliniques et pharmaceutiques ainsi que sur la base du profil d effets indésirables. L appréciation de l économicité doit se faire, au sens d une appréciation des rapports coûts/bénéfices ou coûts/risques avec des prix officiels. Les prix officiels sont les prix indiqués dans la LS de l OFSP, les prix ex-factory ou, si ces deux prix ne sont pas disponibles, les prix courants pour ces classes de médicaments. Les prix résultant d offres spéciales doivent être pris en compte dans l appréciation économique uniquement si l analyse pharmaco-économique s avère positive pour les coûts socio-économiques. La décision définitive doit en particulier prendre impérativement en compte comme critère l effet sur l évolution des coûts dans le domaine ambulatoire, en particulier pour les préparations dont le marché principal est extérieur à l hôpital. 7/12

8 2.5.4 Directives d utilisation Sur la base de l évaluation des médicaments, l instance de décision peut établir des directives sur la manière et auprès de quels patients les médicaments mentionnés dans la liste hospitalière doivent être utiliser Documentation des décisions Les décisions doivent être protocollées et documentées au niveau interne. Chaque établissement est libre d appliquer des critères supplémentaires qui lui sont propres et qui tiennent compte de sa situation spécifique. Il n existe aucune obligation active de renseignement vis-à-vis des tiers, en particulier des entreprises de l industrie des produits thérapeutiques. Par contre, les pouvoirs publics compétents ont, sur demande, un droit d accès à la documentation si elles ont un doute sur la conformité légale des choix et de l utilisation des médicaments. 8/12

9 3 Soutien de formation professionnelle, spécialisation, formation continue, sponsoring, publicité, cadeaux et primes par l industrie des produits thérapeutiques 3.1 Généralités Les bases légales pour les activités de promotion dans le domaine des médicaments sont stipulées dans la loi sur les produits thérapeutiques (LPTh) et dans l ordonnance d exécution sur la publicité des médicaments (OPM). En principe, le soutien apporté en matière de formation professionnelle, de spécialisation et de formation continue du personnel des hôpitaux, ainsi que le sponsoring, la publicité et la remise de cadeaux ou de primes, doivent se faire s ils sont autorisés légalement de manière transparente. Aucun avantage pécuniaire personnel ne peut être accepté. Toutes les contributions d entreprises de l industrie des produits thérapeutiques doivent être comptabilisées sur les comptes officiels de l hôpital et sont soumises au contrôle de la direction de l hôpital. On entend par personnel hospitalier, l ensemble des collaborateurs, y compris les médecins travaillant à l hôpital, quel que soit le taux d occupation L ensemble du personnel des hôpitaux, cliniques et institutions de soins doit veiller au respect des directives suivantes au sein de l institution. 3.2 Soutien de meetings de formation professionnelle, de perfectionnement, de formation continue et autres manifestations Une entreprise de l industrie des produits thérapeutiques peut participer en tant qu organisateur, co-organisateur ou sponsor à des manifestations scientifiques ou professionnelles du personnel hospitalier. Toute offre d entreprises à des personnes individuelles doit être soumise par voie hiérarchique à la connaissance et à l approbation de la direction de l hôpital. Des entreprises de l industrie des produits thérapeutiques peuvent être sollicitées comme sponsors pour les meetings organisés par le personnel hospitalier à l intention d autres collaborateurs hospitaliers ou d autres personnes, Lors d une manifestation, il doit être clairement indiqué quelles entreprises soutiennent et qui organise la manifestation et dans quels buts. Dans tous les cas où une entreprise est sponsor ou organisatrice, le lieu de la manifestation doit être choisi selon des critères pratiques, professionnels et financiers. Les invitations à des manifestations à l étranger ne peuvent être acceptées que si les critères professionnels sont déterminants. Les participants doivent fournir une contribution équitable aux coûts et fixée contractuellement. Dans le cadre de l organisation de meetings, des entreprises de l industrie des produits thérapeutiques peuvent être sollicitées pour la prise en charge des coûts 9/12

10 des locaux, des intervenants, de la documentation et autres éléments similaires nécessaires à la formation concernant des activités professionnelles. Une personne individuelle ne doit accepter aucun soutien financier pour des meetings et d autres manifestations, mais elle doit le transmettre à l institution organisatrice. Le soutien apporté doit toujours être en relation avec l objectif fixé. Des honoraires pour des conférences peuvent être acceptés directement par la personne concernée. La planification et la définition des contenus des manifestations et des cours, organisés par le personnel hospitalier à l attention d autres collaborateurs hospitaliers ou autres groupes de personnes, doivent se faire indépendamment du soutien financier. L organisateur du cours est responsable du contenu, des intervenants, des méthodes utilisées, etc. Les sommes prévues pour les collaborateurs hospitaliers à titre d intervenants, doivent être en relation avec le travail fourni et en relation directe avec les exposés. 3.3 Sponsoring de repas et d hospitalité dans les meetings et manifestations Dans l organisation de meetings, le sponsoring de repas, rafraîchissements et autres avantages présentant un caractère de subsistance ne doit avoir lieu que dans le cadre de manifestations à caractère scientifique ou professionnel. Ce soutien ne peut être fourni qu aux personnes participant au meeting. Les soutiens octroyés en matière d hébergement dans les cours et manifestations doivent être en relation raisonnable avec les coûts et la durée ainsi que le contenu professionnel ou scientifique de l événement. Les soutiens pour des activités non-professionnelles telles que représentations théâtrales, excursions et autres sorties, même liées à une manifestation scientifique, doivent être refusés. Le personnel hospitalier ne peut exiger aucun avantage personnel. 3.4 Sponsoring des personnes accompagnantes Aucun soutien ne peut être accepté ni sollicité pour la prise en charge des coûts de participation des personnes accompagnantes à des meetings ou manifestations. Aucun cadeau ou autre avantage financier ne peut être accepté pour ces personnes. Si des collaborateurs hospitaliers se font accompagner à une manifestation, aucun coût supplémentaire ne doit en résulter pour les entreprises de l industrie des produits pharmaceutiques qui soutiennent l événement. 3.5 Annonce de meetings et de manifestations Les collaborateurs hospitaliers qui bénéficient d un soutien pour un meeting ou une manifestation doivent l annoncer avant ou au plus tard au moment de l octroi du soutien à la direction de l hôpital en communiquant l objectif, le type et la durée de la manifestation. 10/12

11 Les contributions accordées doivent également être communiquées à la direction de l hôpital et être comptabilisées, en règle générale, sur les comptes internes de l établissement. Les organisateurs de manifestations, externes à l hôpital, doivent également s engager à respecter les règles de ce Code et à le mentionner. 3.6 Publicité Le marketing et les activités publicitaires au cours des manifestations doivent être clairement séparés du contenu professionnel. Lors de meetings et de cours organisés par le personnel hospitalier à l intention d autres collaborateurs hospitaliers ou d autres personnes, des entreprises de l industrie des produits thérapeutiques peuvent être autorisées à exposer des produits, faire de la publicité ou montrer des films, etc., si les conditions y compris financières pour de telles activités ont été réglées auparavant avec clarté et transparence. 3.7 Cadeaux, primes et autres avantages financiers Le personnel hospitalier n a droit à aucun cadeau, aucune prime ou autre avantage financier offert par des entreprises de l industrie des produits thérapeutiques, quel qu en soit l objectif, et ne peut ni en exiger, ni en accepter (cf. chapitre 2.4.3). Les avantages financiers de valeur modeste sont autorisés s ils ont un rapport avec la pratique de la médecine ou de la pharmacie ou avec les activités hospitalières. 11/12

12 4 Observation du Code of Conduct Par leur affiliation à, les hôpitaux, cliniques et institutions de soins s engagent à respecter ce Code of Conduct. Le contrôle du respect de ce Code of Conduct incombe aux propriétaires de chaque hôpital, clinique et institution de soins. Berne, le 12 juin /12

Loi fédérale sur l assurance-maladie

Loi fédérale sur l assurance-maladie Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) (Financement hospitalier) Modification du 21 décembre 2007 L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses. Informations de base pour les professionnels de la santé

Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses. Informations de base pour les professionnels de la santé Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses Informations de base pour les professionnels de la santé Qu est-ce que SwissDRG? SwissDRG (Swiss Diagnosis Related Groups) est le nouveau système tarifaire

Plus en détail

Tarif et modifications tarifaires dans la loi sur l assurance-maladie (LAMal)

Tarif et modifications tarifaires dans la loi sur l assurance-maladie (LAMal) Tarif et modifications tarifaires dans la loi sur l assurance-maladie (LAMal) Extrait d un exposé du Dr Willy Oggier, Gesundheitsökonomische Beratungen AG, Küsnacht Structure Comment les négociations tarifaires

Plus en détail

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Conférence de presse 2 juillet 2007 Conseiller d Etat Dr Markus Dürr, président de la

Plus en détail

Créé le : 24.11.2004 En vigueur à partir du : 02.11.2004

Créé le : 24.11.2004 En vigueur à partir du : 02.11.2004 1. Objet Nombre de pages: 1/6 La présente directive fixe les modalités de la gestion administrative et financière des études cliniques conduites dans les HUG dans un souci de transparence, notamment financière.

Plus en détail

Ordonnance du 27 juin 1995 sur l assurance-maladie (OAMal)

Ordonnance du 27 juin 1995 sur l assurance-maladie (OAMal) Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Assurance maladie et accidents Ordonnance du 27 juin 1995 sur l assurance-maladie (OAMal) Modifications

Plus en détail

15.020 n LAMal. Pilotage du domaine ambulatoire

15.020 n LAMal. Pilotage du domaine ambulatoire Conseil national Session d'automne 05 e-parl 08.09.05 09:5 - - 5.00 n LAMal. Pilotage du domaine ambulatoire Droit en vigueur Projet du Conseil fédéral du 8 février 05 Décision du Conseil national du 7

Plus en détail

Programme de formation continue FPH dans le domaine de la pharmacie hospitalière

Programme de formation continue FPH dans le domaine de la pharmacie hospitalière Programme de formation continue FPH dans le domaine de la pharmacie hospitalière Programme de formation continue FPH dans le domaine de la pharmacie hospitalière du 7 novembre 2001 Révisions 2008 / 2015

Plus en détail

04.062 é Loi sur l'assurance-maladie. Révision partielle (Managed Care)

04.062 é Loi sur l'assurance-maladie. Révision partielle (Managed Care) e-parl 0..008 7:04 04.06 é Loi sur l'assurance-maladie. Révision partielle (Managed Care) Projet du Décision du Propositions de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national

Plus en détail

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE) 418.01 du 28 novembre 2014 (Etat le 1 er janvier 2015) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

La carte d assuré nationale: droits et avantages dont vous disposez. Informations destinées aux patients

La carte d assuré nationale: droits et avantages dont vous disposez. Informations destinées aux patients La carte d assuré nationale: droits et avantages dont vous disposez Informations destinées aux patients Vos droits...votre carte d assuré vous permet d accéder aux prestations médicales....vous êtes soignés

Plus en détail

Aperçu de la session Printemps 2015

Aperçu de la session Printemps 2015 Aperçu de la session Printemps 2015 Recommandations de santésuisse Conseil des Etats Date Projet Recommandation de santésuisse Observations de santésuisse 2.3.15 13.080 LAMal. Compensation des risques;

Plus en détail

Règles de gestion des données

Règles de gestion des données Règles de gestion des données Date : 0 janvier 010 Approbation : comité directeur de l ANQ ANQ : règles de gestion des données 0 janvier 010 Page sur 9 Préambule... 3 Art. 1 But... 3 Art. Champ d application...

Plus en détail

Politique globale concernant. les interactions avec les professionnels de la santé

Politique globale concernant. les interactions avec les professionnels de la santé Politique globale concernant p les interactions avec les professionnels de la santé Politique globale concernant les interactions avec les professionnels de la santé P fizer est résolu à collaborer avec

Plus en détail

Programme de formation complémentaire FPH en assistance pharmaceutique d institutions du système de santé

Programme de formation complémentaire FPH en assistance pharmaceutique d institutions du système de santé Programme de formation complémentaire FPH en assistance pharmaceutique d institutions du système de santé Programme de formation complémentaire FPH en assistance pharmaceutique d institutions du système

Plus en détail

Programme de formation complémentaire FPH de pharmacien consultant pour la prescription en ambulatoire

Programme de formation complémentaire FPH de pharmacien consultant pour la prescription en ambulatoire Programme de formation complémentaire FPH de pharmacien consultant pour la prescription en ambulatoire Programme de formation complémentaire FPH de pharmacien consultant pour la prescription en ambulatoire

Plus en détail

Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse d allergologie et d immunologie clinique (SGAI/SSAI)

Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse d allergologie et d immunologie clinique (SGAI/SSAI) Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse d allergologie et d immunologie clinique (SGAI/SSAI) en vigueur à partir du 1 er janvier 2010 1. Bases légales et réglementaires Le présent règlement

Plus en détail

par les hôpitaux et les établissements médico-sociaux dans l assurance-maladie

par les hôpitaux et les établissements médico-sociaux dans l assurance-maladie Ordonnance sur le calcul des coûts et le classement des prestations par les hôpitaux et les établissements médico-sociaux dans l assurance-maladie (OCP) Modification du 22 octobre 2008 Le Conseil fédéral

Plus en détail

Fiche d information sur la politique de la santé

Fiche d information sur la politique de la santé Fiche d information sur la politique de la santé V. Questions et réponses concernant la compensation des risques dans l assurance-maladie Etat: juillet 2012 Chères lectrices, chers lecteurs, Dans l assurance

Plus en détail

pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse

pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse GUIDE PRATIQUE pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse Edition du 11 juin 2014 But Le présent guide pratique est un simple instrument

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. Les conditions de mise en œuvre de la recherche biomédicale

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. Les conditions de mise en œuvre de la recherche biomédicale Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : Les conditions de mise en œuvre de la recherche biomédicale Code de la santé publique Dispositions

Plus en détail

Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse de de gynécologie et obstétrique (SSGO)

Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse de de gynécologie et obstétrique (SSGO) Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse de de gynécologie et obstétrique (SSGO) 1. Bases légales et réglementaires Le présent règlement a pour base la Réglementation pour la formation

Plus en détail

Tarification dans le domaine du sauvetage

Tarification dans le domaine du sauvetage Tarification dans le domaine du sauvetage Décision du Conseil fédéral du 26 mai 2004 (santésuisse Ticino contre le Conseil d Etat du canton du Tessin et la Federazione Cantonale Ticinese Servizi Ambulanze,

Plus en détail

Relevé fédéral SOMED des établissements médico-sociaux Explications et références

Relevé fédéral SOMED des établissements médico-sociaux Explications et références Relevé fédéral SOMED des établissements médico-sociaux 1. CONTRÔLE DES DONNÉES ET REMARQUES DES ÉTABLISSEMENTS... 2 2. CHOIX DE L INSTRUMENT D ÉVALUATION DES SOINS REQUIS (VARIABLE A28)... 2 3. PLACES

Plus en détail

09.053 ns LAMal. Mesures pour endiguer l évolution des coûts

09.053 ns LAMal. Mesures pour endiguer l évolution des coûts Conseil national Session d'été 010 e-parl 18.06.010 - - 15:4 09.053 ns LAMal. Mesures pour endiguer l évolution des coûts Droit en vigueur Projet du Conseil fédéral Décision du Conseil national Projet

Plus en détail

Recommandations au sujet de la collaboration entre le 1 médecin et l établissement médico-social

Recommandations au sujet de la collaboration entre le 1 médecin et l établissement médico-social AERZTE GESELLSCHAFT DES KANTONS BERN SOCIÉTÉ DES MÉDECINS DU CANTON DE BERNE Bolligenstrasse 52 Schlossweg 12 3001 Bern 3132 Riggisberg Tel 031 330 90 00 Fon 031 808 70 70 Fax 031 330 90 03 Fax 031 808

Plus en détail

Durée du contrat Durée de validité et résiliation du contrat 6

Durée du contrat Durée de validité et résiliation du contrat 6 Digne de confiance Édition 2007 Assurance-hospitalisation LIBERO Conditions complémentaires d assurance (CCA) Art. I. Généralités Objet de l assurance 1 Dispositions applicables 2 Possibilités d assurance

Plus en détail

Programme de formation continue (PFC) de la Société Suisse d Angiologie

Programme de formation continue (PFC) de la Société Suisse d Angiologie Programme de formation continue (PFC) de la Société Suisse d Angiologie Version 24.05.2013 1. Bases légales et réglementaires Le présent règlement a pour base la Réglementation pour la formation continue

Plus en détail

Circulaire Projet de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes du xxx Sommaire Objet... 2 Champ d application...

Circulaire Projet de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes du xxx Sommaire Objet... 2 Champ d application... Circulaire de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes Projet du xxx Sommaire 1 Objet... 2 2 Champ d application... 2 3 Conseil d administration... 2 3.1 Indépendance des membres

Plus en détail

Assurance ACCIDENT HIRSLANDEN Assurance complémentaire pour les traitements stationnaires

Assurance ACCIDENT HIRSLANDEN Assurance complémentaire pour les traitements stationnaires Assurance ACCIDENT HIRSLANDEN Assurance complémentaire pour les traitements stationnaires Conditions complémentaires (CC) Sanitas Corporate Private Care Edition de janvier 2007 (version 2013) Table des

Plus en détail

CHAPITRE PREMIER Généralités

CHAPITRE PREMIER Généralités Règlement d'introduction de la loi fédérale sur le nouveau régime de financement des soins Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel, vu la loi fédérale sur l'assurance-maladie (LAMal),

Plus en détail

Révision de la LAMal, financement hospitalier éléments principaux

Révision de la LAMal, financement hospitalier éléments principaux Révision de la LAMal, financement hospitalier éléments principaux 28 mars 2014 Sommaire 1. Bases 2. Nouvelles règles et principes du financement hospitalier 3. Forfaits liés aux prestations 4. Planification

Plus en détail

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (Règlement interne SCH) du xx décembre 2014 L administration de la SCH, vu l art. 10 de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

Etendue de la compensation des risques. livrer les données nécessaires à la compensation des risques.

Etendue de la compensation des risques. livrer les données nécessaires à la compensation des risques. Ordonnance sur la compensation des risques dans l assurance-maladie (OCoR 1 ) 832.112.1 du 12 avril 1995 (Etat le 1 er janvier 2014) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 18, al. 3 et 6, de la loi fédérale

Plus en détail

d application de la loi fédérale sur le nouveau régime de financement des soins

d application de la loi fédérale sur le nouveau régime de financement des soins Loi du 9 décembre 2010 Entrée en vigueur :... d application de la loi fédérale sur le nouveau régime de financement des soins Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la loi fédérale du 13 juin 2008 sur

Plus en détail

09.053 ns LAMal. Mesures pour endiguer l évolution des coûts

09.053 ns LAMal. Mesures pour endiguer l évolution des coûts Session d'automne 009 e-parl.09.009 :0 - - 09.05 ns LAMal. Mesures pour endiguer l évolution des coûts Projet du du 9 mai 009 Décision du du 9 septembre 009 Adhésion au projet, sauf observation contraire

Plus en détail

Programme de formation continue de la Société Suisse de Neurochirurgie (SSNC) pour les médecins ayant une activité professionnelle en neurochirurgie

Programme de formation continue de la Société Suisse de Neurochirurgie (SSNC) pour les médecins ayant une activité professionnelle en neurochirurgie Programme de formation continue de la Société Suisse de Neurochirurgie (SSNC) pour les médecins ayant une activité professionnelle en neurochirurgie I. Principes Généraux Ce programme de formation continue

Plus en détail

Conditions supplémentaires d assurance (CSA) de l assurance d hospitalisation CLINICA selon la LCA. Edition 01. 10

Conditions supplémentaires d assurance (CSA) de l assurance d hospitalisation CLINICA selon la LCA. Edition 01. 10 (CSA) de l assurance d hospitalisation CLINICA selon la LCA Edition 01. 10 Sommaire :: I. Généralités 3 Art. 1. Bases juridiques 3 Art. 2. But 3 Art. 3. Offre d assurance 3 Art. 4. Conclusion d assurance

Plus en détail

Conférence de presse du 11.09.2007 sondage santé 2007. Conséquences politiques tirées du sondage Revendications de santésuisse

Conférence de presse du 11.09.2007 sondage santé 2007. Conséquences politiques tirées du sondage Revendications de santésuisse Conférence de presse du 11.09.2007 sondage santé 2007 Conséquences politiques tirées du sondage Revendications de santésuisse Fritz Britt Directeur de santésuisse Projet: sondage santé 2007 Date: 11.09.2007

Plus en détail

Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations

Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations Département fédéral des finances DFF Office fédéral des assurances privées OFAP Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations Etat : 20 mai 2008 1. Situation initiale Par l introduction

Plus en détail

Avis de droit du 28 mars 2008. relatif à la transmission des données des patients aux assureurs maladie. à l attention de H+ Les Hôpitaux de Suisse

Avis de droit du 28 mars 2008. relatif à la transmission des données des patients aux assureurs maladie. à l attention de H+ Les Hôpitaux de Suisse MIOTTI_HUMBEL_KERSTEN_LANG Avocats 5201 Broug, case postale 460 Avis de droit du 28 mars 2008 relatif à la transmission des données des patients aux assureurs maladie à l attention de H+ Les Hôpitaux de

Plus en détail

Conditions Complémentaires d Assurance EGK-Care Assurance Managed Care conformément à la Loi sur l assurancemaladie (CCA / LAMal EGK-Care)

Conditions Complémentaires d Assurance EGK-Care Assurance Managed Care conformément à la Loi sur l assurancemaladie (CCA / LAMal EGK-Care) Conditions Complémentaires d Assurance EGK-Care Assurance Managed Care conformément à la Loi sur l assurancemaladie (CCA / LAMal EGK-Care) Édition du 1.1.2011 www.egk.ch Conditions Complémentaires d Assurance

Plus en détail

Programme de formation continue en Chirurgie Orthopédique et Traumatologie de l Appareil Moteur

Programme de formation continue en Chirurgie Orthopédique et Traumatologie de l Appareil Moteur Programme de formation continue en Chirurgie Orthopédique et Traumatologie de l Appareil Moteur - 1. Bases légales et réglementaires Le présent règlement a pour base la loi fédérale sur les professions

Plus en détail

Programme de la Formation Continue (PFC) de la Société Suisse en Médecine Interne Générale (SSMI)

Programme de la Formation Continue (PFC) de la Société Suisse en Médecine Interne Générale (SSMI) Programme de la Formation Continue (PFC) de la Société Suisse en Médecine Interne Générale (SSMI) 1 er janvier 2011 Table des matières 1. Bases légales et réglementaires... 2 2. Personnes soumises au devoir

Plus en détail

EDITION 2015. Conditions de participation au système de bonus BENEVITA. POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES.

EDITION 2015. Conditions de participation au système de bonus BENEVITA. POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. EDITION 2015 Conditions de participation au système de bonus BENEVITA. POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. Système de bonus BENEVITA: Informations destinées aux clients. Les informations ci-après vous donneront

Plus en détail

14.040 n Loi sur l'assurance suisse contre les risques à l'exportation (LASRE). Modification

14.040 n Loi sur l'assurance suisse contre les risques à l'exportation (LASRE). Modification Session d'automne 04 e-parl 8.09.04 4:4 - - 4.040 n Loi sur l'assurance suisse contre les risques à l'exportation (LASRE). Modification Projet du Décision du du mai 04 du 8 septembre 04 Adhésion au projet

Plus en détail

(OCP) du 3 juillet 2002 (Etat le 17 septembre 2002)

(OCP) du 3 juillet 2002 (Etat le 17 septembre 2002) Ordonnance sur le calcul des coûts et le classement des prestations par les hôpitaux et les établissements médico-sociaux dans l assurance-maladie (OCP) du 3 juillet 2002 (Etat le 17 septembre 2002) Le

Plus en détail

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (Règlement interne de la SCH) du 26 février 2015 Approuvé par le Conseil fédéral le 18 février 2015 L administration de la Société suisse de crédit

Plus en détail

DIRECTIVES DU DEPARTEMENT DE LA SANTE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE L ENERGIE CONCERNANT LES CONDITIONS A REMPLIR PAR

DIRECTIVES DU DEPARTEMENT DE LA SANTE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE L ENERGIE CONCERNANT LES CONDITIONS A REMPLIR PAR DIRECTIVES DU DEPARTEMENT DE LA SANTE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE L ENERGIE CONCERNANT LES CONDITIONS A REMPLIR PAR LES ETABLISSEMENTS MEDICO-SOCIAUX POUR PERSONNES AGEES EN VUE DE L OBTENTION D UNE AUTORISATION

Plus en détail

Comparatif Complementa Extra - Complementa Maxi - Complementa Plus

Comparatif Complementa Extra - Complementa Maxi - Complementa Plus Comparatif Complementa Extra - Complementa Maxi - Complementa Plus Prestations Hospitalisation Traitement et séjour hospitalier Couverture intégrale des frais en division générale de l ensemble des hôpitaux

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Convention nationale sur les modalités d application complémentaires dans le cadre de l introduction de la structure tarifaire SwissDRG

Convention nationale sur les modalités d application complémentaires dans le cadre de l introduction de la structure tarifaire SwissDRG Convention nationale sur les modalités d application complémentaires dans le cadre de l introduction de la structure tarifaire SwissDRG entre H+ Les Hôpitaux de Suisse (ci-après «les hôpitaux») et santésuisse

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE

REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE Toutes les désignations de personnes utilisées dans ce règlement sont applicables par analogie aussi bien aux personnes de sexe masculin que féminin. Le

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Directives du Conseil des EPF concernant la gestion des risques des EPF et des établissements de recherche

Directives du Conseil des EPF concernant la gestion des risques des EPF et des établissements de recherche Directives du Conseil des EPF concernant la gestion des risques des EPF et des établissements de recherche du juillet 006 la version allemande fait foi Le Conseil des écoles polytechniques fédérales (Conseil

Plus en détail

0.832.194.541 Echange de lettres des 6 février/13 octobre 2006

0.832.194.541 Echange de lettres des 6 février/13 octobre 2006 Echange de lettres des 6 février/13 octobre 2006 entre l Office fédéral des assurances sociales et le Ministère italien de la santé concernant l octroi des prestations médicales en Suisse en faveur des

Plus en détail

Loi fédérale sur le dossier électronique du patient*

Loi fédérale sur le dossier électronique du patient* Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Loi fédérale sur le dossier électronique du patient* (LDEP) du 19 juin 2015 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 95, al.

Plus en détail

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission romande des examens

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission romande des examens FEAS Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission romande des examens Examen professionnel pour l obtention du brevet en assurances sociales Session d automne 2007 à Lausanne Examen

Plus en détail

concernant les fournisseurs de soins (OFS) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg

concernant les fournisseurs de soins (OFS) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Ordonnance du 9 mars 00 concernant les fournisseurs de soins (OFS) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 6 novembre 999 sur la santé ; Sur la proposition de la Direction de la santé et des

Plus en détail

Transparence en assurance

Transparence en assurance The European Federation of Insurance Intermediaries La Fédération européenne des intermédiaires d assurances PRINCIPES DU BIPAR Transparence en assurance Bruxelles, juin 2008 Le BIPAR, la Fédération européenne

Plus en détail

Le Grand Conseil du canton de Fribourg

Le Grand Conseil du canton de Fribourg 8.. Loi du mars 999 sur l Hôpital cantonal Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat du er décembre 998 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE PREMIER Dispositions

Plus en détail

Directives pour les contributions à des. événements sportifs internationaux en Suisse

Directives pour les contributions à des. événements sportifs internationaux en Suisse Swiss Olympic Case postale 606 CH-3000 Berne 22 Tél +41 31 359 71 11 Fax +41 31 359 71 71 info@swissolympic.ch www.swissolympic.ch Siège Maison du Sport Talgutzentrum 27 CH-3063 Ittigen près de Berne 1.

Plus en détail

Programme pour la formation continue de la Société Suisse de Chirurgie (SSC) et de ses sociétés approfondies

Programme pour la formation continue de la Société Suisse de Chirurgie (SSC) et de ses sociétés approfondies Programme pour la formation continue de la Société Suisse de Chirurgie (SSC) et de ses sociétés approfondies 1. Bases légales et réglementaires Le présent règlement a pour base la loi fédérale sur les

Plus en détail

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif Commentaires explicatifs concernant les documents de base Examen professionnel d Assistant/e spécialisé/e en soins de longue durée et accompagnement (Projet du 27.9.2012) 1 Objectif des commentaires explicatifs

Plus en détail

Règlement relatif à la publicité Swiss Athletics

Règlement relatif à la publicité Swiss Athletics Règlement relatif à la publicité Swiss Athletics Valable pour tous les meetings d athlétisme et championnats soumis à une autorisation obligatoire de Swiss Athletics. Pour les courses et championnats hors

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

Directives de la CHS PP D 05/2014

Directives de la CHS PP D 05/2014 Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la CHS PP D 05/2014 français Octroi de prêts hypothécaires («hypothèques sur son propre immeuble») Edition du: 28

Plus en détail

Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1

Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1 Soins infirmiers indépendants Berne, en avril 2013 Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1 Vue d ensemble Sur la base des conventions signées par l ASI, les infirmières

Plus en détail

Ordonnance sur la carte d assuré pour l assurance obligatoire des soins

Ordonnance sur la carte d assuré pour l assurance obligatoire des soins Ordonnance sur la carte d assuré pour l assurance obligatoire des soins (OCA) du Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 42a de la loi fédérale du 18 mars 1994 sur l assurance-maladie (LAMal) 1, arrête: Section

Plus en détail

NOVARTIS. L assurance-maladie Suisse Offre réservée au personnel de NOVARTIS. POUR LA MEILLEURE DES MéDECINES. AUJOURD HUI ET DEMAIN.

NOVARTIS. L assurance-maladie Suisse Offre réservée au personnel de NOVARTIS. POUR LA MEILLEURE DES MéDECINES. AUJOURD HUI ET DEMAIN. NOVARTIS L assurance-maladie Suisse Offre réservée au personnel de NOVARTIS POUR LA MEILLEURE DES MéDECINES. AUJOURD HUI ET DEMAIN. Assurance de base L assurance-maladie obligatoire en Suisse. Dans le

Plus en détail

Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG

Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG Règlement de dépôt ancien (12.2011) Règlement de dépôt nouveau (12.2013) Règlement de dépôt Dispositions générales Art. 1 Champ d

Plus en détail

Spécialiste en assurance maladie avec brevet fédéral

Spécialiste en assurance maladie avec brevet fédéral Guide Edition 2001 Valable dès juin 2001 concernant l'examen professionnel Spécialiste en assurance maladie avec brevet fédéral et l'examen professionnel supérieur Expert(e) diplômé(e) en assurance maladie

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE ACHATS

CHARTE ETHIQUE ACHATS Page : 1/5 CHARTE ETHIQUE ACHATS LES ENJEUX Les conflits d intérêts sont aujourd hui un thème essentiel du débat de société. Il convient de garantir l intégrité des achats et la saine concurrence entre

Plus en détail

Loi fédérale sur le commerce des boissons alcooliques

Loi fédérale sur le commerce des boissons alcooliques Loi fédérale sur le commerce des boissons alcooliques (Loi sur le commerce de l alcool, LCal) Projet du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 95, al. 1, 105 et 118, al. 2, let. a,

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Conseil d administration MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

Conseil d administration MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Conseil d administration MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Le Comité des ressources humaines et de la rémunération Les règlements de Suncor Énergie Inc. (Suncor) stipulent

Plus en détail

Conférence de presse du 18 novembre 2015

Conférence de presse du 18 novembre 2015 Conférence de presse du 18 novembre 2015 Le comparateur des hôpitaux de santésuisse Une plate-forme en ligne pour accroître la transparence dans le système hospitalier suisse hostofinder.ch Date: 18.11.2015

Plus en détail

Aide-mémoire. Le présent aide-mémoire vous donne un aperçu de l application des dispositions relatives à la taxe spéciale.

Aide-mémoire. Le présent aide-mémoire vous donne un aperçu de l application des dispositions relatives à la taxe spéciale. Janvier 2015 Aide-mémoire relatif à l obligation de s acquitter de la taxe spéciale pour les requérants d asile, les personnes admises à titre provisoire et les personnes à protéger Le présent aide-mémoire

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE)

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE) Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE) du Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 7, al. 3, deuxième phrase, 8, al. 4, 10,

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION Le conseil d administration a mis sur pied le comité de la gestion des ressources en personnel de direction

Plus en détail

occupent en Suisse des travailleurs à domicile.

occupent en Suisse des travailleurs à domicile. Loi fédérale sur le travail à domicile (Loi sur le travail à domicile, LTrD) 1 822.31 du 20 mars 1981 (Etat le 1 er janvier 2009) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 34 ter et

Plus en détail

Formation Repreneurs MODULE DEVIS ET FACTURE

Formation Repreneurs MODULE DEVIS ET FACTURE Formation Repreneurs MODULE DEVIS ET FACTURE SOMMAIRE I. DEVIS 1. Définition 2. Forme II. FACTURE 1. Facturation entre professionnels 2. Facturation de professionnel à particulier 3. Forme III. CONDITIONS

Plus en détail

04.062 é Loi sur l'assurance-maladie. Révision partielle (Managed Care)

04.062 é Loi sur l'assurance-maladie. Révision partielle (Managed Care) Conseil national Session d'hiver 007 0.06 é Loi sur l'assurance-maladie. Révision partielle (Managed Care) Extrait du projet du (voir aussi le message du du 5 septembre 00 pour information) Décision du

Plus en détail

Département fédéral de l intérieur DFI. Office fédéral de la santé publique (OFSP) Décembre 2014. Rapport explicatif

Département fédéral de l intérieur DFI. Office fédéral de la santé publique (OFSP) Décembre 2014. Rapport explicatif Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la santé publique (OFSP) Décembre 2014 Rapport explicatif concernant la mise en œuvre de la motion Eder 13.3393 «Faire de l autorisation accordée

Plus en détail

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion ~ ~ Superviser la gestion de l entreprise et des affaires de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Nous assurons la surveillance nécessaire

Plus en détail

sur la gestion de l informatique et des télécommunications dans l administration cantonale

sur la gestion de l informatique et des télécommunications dans l administration cantonale Ordonnance du 3 novembre 2015 Entrée en vigueur : immédiate sur la gestion de l informatique et des télécommunications dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Sur la proposition

Plus en détail

Convention entre la Confédération et les cantons sur l échange de géodonnées et de géoinformations entre autorités

Convention entre la Confédération et les cantons sur l échange de géodonnées et de géoinformations entre autorités Version -0 du 4 mai 0 Résultat des travaux du projet CIGEO 0-0 à la date du 4 mai 0 Convention entre la Confédération et les cantons sur l échange de géodonnées et de géoinformations entre autorités du

Plus en détail

CAISSE-MALADIE. Assurance de base

CAISSE-MALADIE. Assurance de base CAISSE-MALADIE Assurance de base Toute personne domiciliée en Suisse a l obligation de s assurer contre la maladie et les accidents, quels que soient son âge, son origine ou le statut de son séjour. L

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Adopté le 07.05.2008, entrée en vigueur le 01.01.2008 - Etat au 01.01.2012 (en vigueur)

Adopté le 07.05.2008, entrée en vigueur le 01.01.2008 - Etat au 01.01.2012 (en vigueur) Adopté le 07.05.2008, entrée en vigueur le 01.01.2008 - Etat au 01.01.2012 (en vigueur) RÈGLEMENT 810.05.1 fixant les normes relatives à la comptabilité, au système d information, à la révision du reporting

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIERES 2014

INFORMATIONS FINANCIERES 2014 Les Martinets RESIDENCE MEDICALISEE POUR PERSONNES AGEES ANNEXE 2 INFORMATIONS FINANCIERES 2014 Par ordonnance du 20 décembre 2011, le Conseil d Etat du Canton de Fribourg a décidé de modifier l arrêté

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE.

CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE. CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE. ARTICLE 1 : DEFINITIONS Liste Cadeaux : Ensemble d au moins un produit identifié par le Bénéficiaire de liste comme cadeau

Plus en détail

L OBLIGATION DE FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC)

L OBLIGATION DE FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) L OBLIGATION DE FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) HISTORIQUE, ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES Conseil national de la FMC des praticiens hospitaliers CN FMCH SOMMAIRE Le lien entre formation médicale initiale

Plus en détail

Espaces publicitaires - conditions générales de vente 1

Espaces publicitaires - conditions générales de vente 1 Espaces publicitaires - conditions générales de vente 1 Espaces publicitaires - conditions générales de vente 2 Introduction Conclusion des mandats de publicité Les présentes Conditions générales de vente

Plus en détail

Guest Care. Une protection complète pour vos hôtes

Guest Care. Une protection complète pour vos hôtes Une protection complète pour vos hôtes Guest Care Guest Care, c est l assurance flexible pour vos hôtes de l étranger. Grâce aux prestations pour les frais de soins sans limite de coûts et à la protection

Plus en détail

916.402. Dispositions générales. du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin 2012)

916.402. Dispositions générales. du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin 2012) Ordonnance concernant la formation de base, la formation qualifiante et la formation continue des personnes travaillant dans le secteur vétérinaire public 916.402 du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin

Plus en détail