CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg"

Transcription

1 Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1

2 Contexte Développement de la culture de gestion des risques au sein de l établissement Mise en oeuvre et pérennisation des Crex Circulaire du 26 août 2009 relative à la mise en œuvre du programme national de prévention des infections nosocomiales

3 Choix de l événement indésirable Type : Absence de transmission du statut infectieux «ERG» (d un patient du service des urgences à un autre service d hospitalisation conventionnelle). Criticité : un événement indésirable grave avec une fréquence élevée 6 fois par an Gravité : évènement est porteur de risque potentiel infectieux 3

4 Objectif du Crex Pour les patients - prévenir la transmission croisée - éviter de nouveaux patients contact Pour les professionnels de santé : - donner du sens aux auteurs - promouvoir une démarche qualité et sécurité des soins - apprentissage à partir de l erreur, promotion du signalement interne 4

5 Objectif du Crex Pour l institution : - éviter une nouvelle épidémie - préserver la confiance de l institution Pour l EOH : - s approprier un des outils d analyse approfondie des évènements - s associer à la démarche Crex au sein de l établissement 5

6 Méthode choisie ALARM association of Ligation and risk management Méthode d analyse des risques à postériori adaptée au milieu hospitalier Elle permet d identifier les facteurs ayant favorisé la survenue des évènements indésirables 6

7 Méthode choisie S inscrit dans une démarche globale de gestion de risque Peut s inscrire dans le cadre d une RMM Permet une approche systémique des causes Classification des causes latentes 7

8 ALARM Les Étapes : - Recueil des données, chronologie des faits, synthèse - Identification des défauts de soins - Entretien structuré en groupe multidisciplinaire - Analyse des facteurs ayant favorisé la survenue des défauts - définition des actions correctives et/ou préventives - Suivi 8

9 Chronologie des faits Qu est-il arrivé? Comment est-ce arrivé? Organisation de la reconstitution chronologique : Rencontre et interrogatoire des différents acteurs 1 ère réunion avec le chef de service et les cadres du services Supports étudiés : dossiers informatique et papier 2 ème réunion : valider les écarts constatés et définition des actions correctives 9

10 Samedi am Chronologie des faits Dimanche matin Lundi matin Alarme URQUAL Retour du patient salle d attente Installation patient BOX (2) par IAO Interrogatoire et examen par le médecin Décision d hospitalis ation Chambre double dans le service Alerte de EOH porteur ERG Hôtesse d accueil Report ERG fiche admission Interrogatoire + constantes IAO IDE prend en charge le patient Prise en charge par le brancardier Fichier alerte cadre de garde hôtesse ne le met pas en Box seul IAO ne prends pas connaissance du statut IDE ne prend pas connaissance du statut Le médecin Interroge pas d ERG mentioné Brancardier ne demande pas le statut Le cadre ne vérifie pas le système d alerte 10 Barrières existantes Dysfonctionnements identifiés

11 Chronologie des faits Les écarts de soins immédiats constatés : - barrières mise en place non utilisées : alarme Urqual, cadre de garde, dossier du malade - fiche d admission, fiche de transfert de malade, fiche brancardier incomplètes - absence de transmission orale-écrite entre les différents professionnels de santé 11

12 Analyse des facteurs : défaillances latentes Type de facteurs Facteurs latents identifiés Défaillances Conséquences Liés au patient - patiente de langue étrangère (russe) - elle n a pas pensé à communiquer son statut ERG -incompréhension des consignes d hygiène Liés aux acteurs - fatigue fin am en week-end avec beaucoup de passages aux urgennces - formation compétences : signification abréviation ERG - le support d admission du patient n est pas consulté par les professionnels (IAO, infirmier, médecin) - personnel soignant présent ne pouvait pas assurer un rôle de conseil - Manque de compliance de certains professionels Liés à l équipe - élément ERG du dossier insuffisamment mis en évidence - utilisation abréviation - traçabilité inéfficace 12

13 Analyse des facteurs Liés aux tâches à accomplir - absence de protocole et de procédures pour la gestion du statut infectieux - la diffusion de l information sur les étapes à suivre pour un patient porteur est incomplète - Répartition des tâches non maîtrisée entre les professionnels présents (ERG) Liés à l environnement de travail - utilisation de 2 supports lors de l admission du patient : papier et informatique Liés à l organisation du travail Liés au contexte institutionnel - information du patient incomplète - interaction des urgences avec les services de soins est mal organisée (ERG) - problème d organisation du brancardage - surcharge inhabituelle de travail - gestion du risque infectieux ne semble pas une priorité dans le service - absence de transmission d information 13

14 En résumé Institution Organisation Environnement de travail Individu Équipe Tâches Patients Risque infectieux n est pas une priorité pour les urgences Transfert des malades mal organisé Supports d information multiples Connaissances insuffisantes Disparité des pratiques Lisibilité et disponibilité de protocoles Problème de compréhension 14

15 Mesures correctrices Type de facteurs Facteurs Barrières Actions Pilote Institution Risque infectieux non pris en compte Intégrer la gestion du risque aux pratiques : intervention auprès des médecins Chef de service Organisati on Transfert des malades ERG mal organisé Fiche de transfert Rappel utilisation des fiches disponibles Service informatique et Environne ment de travail Supports d information multiple Alarm urqual Informatisation dossier patients ips EOH Individu Connaissances Formations multiples Nouvelles formations Cadre de santé et EOH Equipe Disparité des pratiques Lisibilité de l information sur la fiche Cadre de santé Tâches Lisibilité et disponibilité de protocoles Rédaction procédure Chef de service et EOH Patients Problème de compréhension Statut connu par l EOH Aucune 15

16 Actions correctives Maîtrise du risque infections lors de l admission d un porteur ERG à l hôpital : - utilisation de l outil informatique (système bloquant) - Formation de l ensemble des catégories professionnels : infirmier, brancardier, internes - Re-sensibiliser les cadres et les médecins de garde à la thématique 16

17 Suivi Formations terminées en juillet 2013 Sensibilisation des équipes réalisées et répétées (mail, intervention staff médical) Déploiement IPS dans l établissement en cours Procédure prévue pour fin

18 Discussion Baisse de la fréquence de l événement indésirable (5 1) Satisfaction des professionnels : analyse objective de leur pratique Mais démarche chronophage 18

19 Conclusion Méthode qui permet de s interroger sur nos pratiques et les améliorer Réfléchir sur nos actes et cibler les écarts de soins 19

20 «Quand vous aurez admis que la compréhension humaine est imparfaite, vous admettrez qu il n y a pas de honte à faire des erreurs, mais il y en a à ne pas les corriger» Georges Soros 20

21 Bibliographie Circulaire n 176 du 29 mars 2004 relative aux recommandations pour la mise en place d un programme de gestion des risques dans les établissements de santé Haute Autorité de Santé HAS manuel de certification V2010 HAS Revue de mortalité et de morbidité RMM guide méthodologique Novembre 2009 Vincent C, Taylor-Adams S, Chapman EJ. Comment enquêter sur les incidents cliniques et les analyser : protocoles de l unité des risques cliniques et de l association de la gestion contentieux Gestion des risques Alain Desroches 21

Certification V2014. L audit de processus. «D une logique analytique à une logique systémique» 17/02/2015. CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1

Certification V2014. L audit de processus. «D une logique analytique à une logique systémique» 17/02/2015. CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Certification V2014 L audit de processus «D une logique analytique à une logique systémique» 17/02/2015 CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 «C est par le prisme de la gestion des risques a priori et a posteriori,

Plus en détail

Référent et management

Référent et management Référent et management Manager pour une efficacité de prévention Rôle, mission du référent et relais avec l encadrement Comment fédérer tous les acteurs de soins Référent et management Manager pour une

Plus en détail

La méthode ALARM : de l'analyse d'un cas à l'élaboration d'un REX

La méthode ALARM : de l'analyse d'un cas à l'élaboration d'un REX X e JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Jeudi 5 avril 2012 La méthode ALARM : de l'analyse d'un cas à l'élaboration d'un REX Vanina AMBROGI CCLIN Paris-Nord Méthode ALARM

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Programme de développement professionnel continu Date : juin 2013 Comité de Coordination de l Evaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine

Plus en détail

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry PRE-REQUIS DES BACHELIERS ST2S Pôle méthodologie : Comment les organisations sanitaires et sociales mettent en place un plan d action pour améliorer la santé ou le bien être social des populations? Notion

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact :

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Un nouvel outil pour les équipes d hygiène Xe JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Yann Ollivier 1 Contexte /

Plus en détail

Présentation de l établissement

Présentation de l établissement Méthode ALARM N. Grimaud Clinique Magdelaine 17 mai 2011 Journée inter-réseaux du CCLIN Sud-Ouest Présentation de l établissement Clinique chirurgicale de 15 lits et places (90 % ambulatoire) Installée

Plus en détail

Programme National pour la Sécurité des Patients

Programme National pour la Sécurité des Patients Programme National pour la Sécurité des Patients Isabelle Martin Marie-France Angelini Tibert Cellule de coordination des vigilances et des risques liés aux soins Nathalie Lugagne Delpon responsable pôle

Plus en détail

Ce cahier appartient à. Tuteur de. Du / / Au / / AGEFOS PME PACA 146 rue Paradis CS 30002 MARSEILLE CEDEX 06 1/

Ce cahier appartient à. Tuteur de. Du / / Au / / AGEFOS PME PACA 146 rue Paradis CS 30002 MARSEILLE CEDEX 06 1/ CAHIER DE SUIVI DU TUTEUR DANS LE CADRE DU CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION Ce cahier appartient à Tuteur de Du / / Au / / AGEFOS PME PACA 6 rue Paradis CS 000 MARSEILLE CEDEX 06 / INTRODUCTION QU EST-CE

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

Analyse des risques a priori

Analyse des risques a priori Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Analyse des risques a priori Elisabeth Laprugne-Garcia Cadre supérieur de santé en hygiène CClin Sud-Est

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Livret de suivi du parcours de développement des compétences Ce livret est obligatoire pour les contrats de professionnalisation conclus

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ PLAN Préambule Historique de la démarche Cartographie Organigramme Situation actuelle Constat Préambule OVE comprend : Un secteur social Un secteur médico-social

Plus en détail

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation Centre Hospitalier d Argenteuil (95) F. Lémann, PH-coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins Co-facilitateur

Plus en détail

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Dr Nelly LE REUN, DIU soignant en gérontologie, Brest, 9 mai 2012 11/05/2012 1 Formation initiale Formation continue: acquisition de nouvelles

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG

UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG MAGALI BERNARD Réseau des PH en hygiène 26.06.13 DEFINITION D UN EIG Evénement Indésirable Grave : Tout évènement indésirable à l origine du décès,

Plus en détail

Retour d expérience sur le partage d une personne ressource en qualité et gestion des risques

Retour d expérience sur le partage d une personne ressource en qualité et gestion des risques Retour d expérience sur le partage d une personne ressource en qualité et gestion des risques Mme S. El Bakri Centre Marie Curie / CH Montélimar Dr B. Fleury Centre Marie Curie / CH Montélimar Réunion

Plus en détail

Regards croisés sur la bientraitance. Évaluation

Regards croisés sur la bientraitance. Évaluation Regards croisés sur la bientraitance Évaluation Octobre 2012 Contexte national «bientraitance» «Posture professionnelle telle qu une manière d être, d agir et de dire, soucieuse de l autre, réactive à

Plus en détail

Utilisation de la méthode ALARM dans le cadre de la survenue d épidémie

Utilisation de la méthode ALARM dans le cadre de la survenue d épidémie Utilisation de la méthode ALARM dans le cadre de la survenue d épidémie Dr Karine BLANCKAERT Médecin Coordonateur Antenne Régionale Nord-Pas de Calais de lutte contre les Infections Nosocomiales CHRU de

Plus en détail

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible Plan qualité 2015-2016 pour Soins continus Bruyère Objectifs et initiatives d amélioration BUT Mesure Changement Initiatives prévues Dimension de la qualité Objectif Mesure/indicateur Unité/population

Plus en détail

Retour d expérience. Visite de certification V2010

Retour d expérience. Visite de certification V2010 Retour d expérience Visite de certification V2010 www.clinique-lorient.fr PLAN DE L INTERVENTION Organisation de l auto-évaluation Préparation de la visite de certification Programme d action du CLIN répondant

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 Le réseau de correspondants médicaux et paramédicaux en hygiène hospitalière - la coordination et l animation sont assurées par l EOHH (infirmier et/ou

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

Réduire les risques en santé

Réduire les risques en santé Réduire les risques en santé «Mieux vaut penser le changement que changer le pansement» Marie-Françoise Dumay, Garménick Leblanc, Marc Moulaire, Gilbert Mounier 1 Définition du risque «Possibilité de dommage»

Plus en détail

D une alerte en établissement de santé à un outil de gestion des risques

D une alerte en établissement de santé à un outil de gestion des risques Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins D une alerte en établissement de santé à un outil de gestion des risques E. Laprugne-Garcia Garcia,,

Plus en détail

La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé

La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé Thomas LE LUDEC Directeur délégué, Directeur de l'amélioration de la qualité

Plus en détail

La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville

La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville Groupe Oc Santé M R Daures Fortier - Semaine sécurité des patients Coordonnateur Gestion des Risques Pourquoi Objectifs: Garantir la sécurité

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte Réseau Bas-Normand / REQUA Octobre 2012 Haute Autorité de Santé 2012 Place de la charte dans le déploiement de la bientraitance La charte de bientraitance

Plus en détail

Projet gestion des risques et qualité 2015-2019. CME 9 décembre 2014 Amélie VERDIER

Projet gestion des risques et qualité 2015-2019. CME 9 décembre 2014 Amélie VERDIER Projet gestion des risques et qualité 2015-2019 CME 9 décembre 2014 Amélie VERDIER 1 L approche d élaboration Le projet gestion des risques et qualité aborde l ensemble des domaines (qualité/sécurité des

Plus en détail

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Pr. R. X. PERRIN COTONOU Objectifs d Apprentissage

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants. Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes

Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants. Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes Définition «Le DPC comporte l analyse par tous les professionnels de santé (PS) de leurs pratiques

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Itransport au CHR Metz-Thionville

Itransport au CHR Metz-Thionville 23 mai 2012 Metz 29 e Journées nationales d étude et de perfectionnement de l Unaibode Itransport au CHR Metz-Thionville Frédérique LESAGE Cadre de santé, masseur-kinésithérapeute CHR Metz-Thionville Quelques

Plus en détail

Analyse systémique d une infection du site opératoire, utilisation de la méthode ALARM

Analyse systémique d une infection du site opératoire, utilisation de la méthode ALARM Analyse systémique d une infection du site opératoire, utilisation de la méthode ALARM Dr Hélène Favre, DOQRU HCL Dr Jacqueline Grando, UHE GHE HCL JPRI 19 Novembre 2013 Contexte Démarche gestion des risques

Plus en détail

COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer

COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer La démarche qualité appliquée à l établissement «test» 1) Le contexte Dégradation des résultats

Plus en détail

Maîtrise des risques de soins par approche processus en Service de Chirurgie Ambulatoire

Maîtrise des risques de soins par approche processus en Service de Chirurgie Ambulatoire Maîtrise des risques de soins par approche processus en Service de Chirurgie Ambulatoire Pas à pas, en avant, marchons vers l objectif! Vincent BOUDERLIQUE PARIS 06-11-2012 A LA UNE METHODES et OUTILS

Plus en détail

Pose de Cathéter Veineux Périphérique (CVP) et manipulations des lignes veineuses

Pose de Cathéter Veineux Périphérique (CVP) et manipulations des lignes veineuses Evaluation des Pratiques Professionnelles Pose de Cathéter Veineux Périphérique (CVP) et manipulations des lignes veineuses Diffusion et communication de bonnes pratiques CHU_ Hôpitaux de Rouen - page

Plus en détail

Trivial Pursuit Hospitalier

Trivial Pursuit Hospitalier Trivial Pursuit Hospitalier 10 e Journée de rencontre du réseau des correspondants en Hygiène des Etablissements de Santé de Midi-Pyrénées 26 mars 2015 à Toulouse OUTIL D INTÉGRATION La journée d intégration

Plus en détail

Le projet technique S9

Le projet technique S9 Le projet technique S9 Définition du projet (annexe IIIc du référentiel) Le projet technique de seconde année a une double finalité: Compléter les acquis dans des situations particulières qui ont intérêt

Plus en détail

Étude ESPRIT Etude nationale en Soins PRImaires sur les événements indésirables

Étude ESPRIT Etude nationale en Soins PRImaires sur les événements indésirables Étude ESPRIT Etude nationale en Soins PRImaires sur les événements indésirables Ph Michel (HCL, Lyon), au nom du CCECQA (Bordeaux) Responsable des études ESPRIT, EVISA, ENEIS 2004, ENEIS 2009 et le groupe

Plus en détail

Journées d hygiène et qualité des soins 9 et 10 Décembre 2010

Journées d hygiène et qualité des soins 9 et 10 Décembre 2010 Journées d hygiène et qualité des soins 9 et 10 Décembre 2010 Groupe de travail: Centre Hospitalier Louis Daniel Beauperthuy Centre Hospitalier Maurice Selbonne ARLIN Guadeloupe L enjeu du programme national

Plus en détail

Développement Professionnel Continu (DPC)

Développement Professionnel Continu (DPC) Développement Professionnel Continu (DPC) Journée régionale de l ALIBODE Samedi 23 novembre 2013 Monique MONTAGNON Ancienne coordinatrice des soins de CHU Collaboratrice à la HAS Formatrice SOMMAIRE I

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

Formation sur la sécurisation du circuit du médicament

Formation sur la sécurisation du circuit du médicament Formation sur la sécurisation du circuit du médicament Virginie Roué, Ingénieur Qualité-Risques Réseau AQuaREL Santé Dr Brigitte Paulmier, Pharmacien coordonnateur de la gestion des risques CH Saumur CONTEXTE

Plus en détail

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 Claire ASTIER Pilote MAIA Paris Est 1 En2009,MAIAinitiéedansle PlannationalAlzheimer:unemaladiequitouche toutes les dimensions de la «santé» (OMS) où les réponses

Plus en détail

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème Safe. Il est prévu que les différents partenaires de l

Plus en détail

Sensibiliser les étudiants infirmiers aux bonnes pratiques!

Sensibiliser les étudiants infirmiers aux bonnes pratiques! Session Qualité, gestion des risques, vigilance Sensibiliser les étudiants infirmiers aux bonnes pratiques!, (communication n 18) V. Villeneuve 1, E. Ledouget 2, S. Lemaître 3, S. Bréchet 2, G. Cance 2,

Plus en détail

«Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire»

«Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire» «Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire» Lyon ICAR 2009 Dr Patrick Georges Yavordios Association ARRES ASSPRO Accredit Clinique Convert 62 avenue de Jasseron 01000 Bourg en Bresse patrick.georges.yavordios@wanadoo.fr

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

Journée d Echanges REQUAMIP. Atelier bientraitance. 9 février 2012

Journée d Echanges REQUAMIP. Atelier bientraitance. 9 février 2012 Journée d Echanges REQUAMIP Atelier bientraitance 9 février 2012 Sommaire Définition Textes de référence Engagement de la direction Information et sensibilisation Constitution d un groupe de travail Identification

Plus en détail

SYSTEMES DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ISO14001

SYSTEMES DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ISO14001 Quand le dernier arbre aura été abattu, Quand la dernière rivière aura été empoisonnée, Quand le dernier poisson aura été péché, Alors on saura que l argent ne se mange pas. Géronimo, chef apache SYSTEMES

Plus en détail

Défibrillateurs automatisés externes (DAE) : Bilan de l enquête téléphonique réalisée auprès des exploitants «grand public»

Défibrillateurs automatisés externes (DAE) : Bilan de l enquête téléphonique réalisée auprès des exploitants «grand public» Défibrillateurs automatisés externes (DAE) : Bilan de l enquête téléphonique réalisée auprès des exploitants «grand public» Juillet 2014 Défibrillateurs automatisés externes (DAE) : bilan de l enquête

Plus en détail

Certification HAS et Méthode du Patient traceur

Certification HAS et Méthode du Patient traceur Certification HAS et Méthode du Patient traceur Réseau des représentants des usagers de ES et du Conseil de vie sociale des EMS 26 septembre 2015 ARLIN Martinique Certification HAS: les évolutions Exigences

Plus en détail

La visite de certification(v2014)

La visite de certification(v2014) La visite de certification(v2014) Journée régionale CAPPS 12 juin 2015 Dr C. BOHEC UNICANCER Groupe des Centres de Lutte Contre le Cancer Le CLCC et la certification Rappel Centre de Lutte contre le cancer

Plus en détail

DPC «ACTION EN SECURITE TRANSFUSIONNELLE»

DPC «ACTION EN SECURITE TRANSFUSIONNELLE» Programme de DPC «ACTION EN SECURITE TRANSFUSIONNELLE» Séance cognitive DPC Samedi 20 juin 2015 Journée Régionale d Hémovigilance ARS IDF Généralités Unprogramme de DPC est un ensemble d activités d évaluation

Plus en détail

Prise en charge en ambulatoire en Imagerie Interventionnelle

Prise en charge en ambulatoire en Imagerie Interventionnelle «Analyse de parcours patient selon la méthode du patient-traceur» Prise en charge en ambulatoire en Imagerie Interventionnelle Soazig BOHUON Dr Isabelle ROGER 26 Avril 2016 OBJECTIFS Décrire la réalisation

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE DE READAPTATION FONCTIONNELLE DE QUINGEY. Route de Lyon B.P.

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE DE READAPTATION FONCTIONNELLE DE QUINGEY. Route de Lyon B.P. ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE DE READAPTATION FONCTIONNELLE DE QUINGEY Route de Lyon B.P. 5 25440 QUINGEY Juin 2011 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008. www.triadis.fr. Management des situations de crise. S organiser. Communiquer. Patrick PIZA

ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008. www.triadis.fr. Management des situations de crise. S organiser. Communiquer. Patrick PIZA ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008 Management des situations de crise www.triadis.fr S organiser Communiquer Patrick PIZA LES MISSIONS CONSEIL L ÉQUIPE TRIADIS 5 consultants seniors - 2 assistantes 3 consultants

Plus en détail

Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents.

Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents. Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents. Journée de Prévention du risque infectieux en Rhône-Alpes en FAM MAS et IME LYON 17/10/2013 Plan de la présentation Présentation

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

Audit de connaissance en hygiène hospitalière des professionnels médicaux et paramédicaux dans un hôpital SSR

Audit de connaissance en hygiène hospitalière des professionnels médicaux et paramédicaux dans un hôpital SSR XXIIème Congrès National de la Société Française d Hygiène Hospitalière Unité d'hygiène et d'epidémiologie Hospitalière Evaluation médicale Hôpital San Salvadour Audit de connaissance en hygiène hospitalière

Plus en détail

Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble.

Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble. 1 Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble. Une expérience de gestion intégrée de la qualité et des risques sanitaires. P François, MR Mallaret, J Shum, V Danel. PFrancois@chu-grenoble.fr

Plus en détail

L hygiène dans la gestion des risques. Formation : prévention des évènements indésirables liés aux soins

L hygiène dans la gestion des risques. Formation : prévention des évènements indésirables liés aux soins L hygiène dans la gestion des risques Exemple aux HCL Formation : prévention des évènements indésirables liés aux soins 19 mars 2015 F Bridet Contexte 2010 : analyse des évènements indésirables en Cellules

Plus en détail

du Commercial Profil d activités

du Commercial Profil d activités Activités des salariés permanents des agences d intérim Profil d activités du Commercial Activités type Développer et suivre le chiffre d affaire et la rentabilité du portefeuille confié par des actions

Plus en détail

Regards croisés sur la bientraitance. Auto-évaluation établissement

Regards croisés sur la bientraitance. Auto-évaluation établissement Regards croisés sur la bientraitance Auto-évaluation établissement Octobre 2012 Haute Autorité de Santé 2012 Une étude bientraitance est déployée au sein de votre établissement. Cette dernière est organisée

Plus en détail

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE 0 Page2 Sommaire Les droits rattachés au respect de la personne... 3 Le droit au respect de sa dignité... 3 Quelle est la signification de la dignité en droit de

Plus en détail

À partir d une chute Evaluation des pratiques professionnelles

À partir d une chute Evaluation des pratiques professionnelles À partir d une chute Evaluation des pratiques professionnelles Dr DELMAS Candida Médecin coordonnateur EHPAD USLD EHPAD Résidence Ronzier Joly Journée ARS 29 Novembre 2013 1 Définition EPP Analyse de la

Plus en détail

«Guide référentiel pour la formation continue en transfusion sanguine des professionnels dans les établissements de santé»

«Guide référentiel pour la formation continue en transfusion sanguine des professionnels dans les établissements de santé» Réseau Hémovigilance 4 ème Aquitaine-Limousin ème Journée - 23 novembre 2006 «Guide référentiel pour la formation continue en transfusion sanguine des professionnels dans les établissements de santé» Dr

Plus en détail

Organisation d une action de prévention collective en entreprise

Organisation d une action de prévention collective en entreprise Organisation d une action de prévention collective en entreprise Intérêt de la pluridisciplinarité Anne LE MAULT 15 mai 2014 L'éducation pour la santé une demande Quelqu un demande explicitement quelque

Plus en détail

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Cheffe de projet Brigitte itt Victor, infirmière iè responsable d unité, service de

Plus en détail

Les ateliers du CCECQA

Les ateliers du CCECQA Les ateliers du CCECQA Certification V2014 Retours d'expériences et premiers enseignements Outils d aide aux établissements : Travaux de la FORAP Jeudi 09 Avril 2015 Le Dr D.Veillard Aucun lien d intérêts

Plus en détail

HISTORIQUE FORMATION INITIALE EN HYGIENE HOSPITALIERE HISTORIQUE HISTORIQUE HISTORIQUE HISTORIQUE. Réunion inter-régionale en 1996 Constats

HISTORIQUE FORMATION INITIALE EN HYGIENE HOSPITALIERE HISTORIQUE HISTORIQUE HISTORIQUE HISTORIQUE. Réunion inter-régionale en 1996 Constats 1 FORMATION INITIALE EN HYGIENE HOSPITALIERE Anne BETTINGER Cadre de santé hygiéniste C-CLIN Est Réunion inter-régionale en 1996 Constats!Mise en évidence des écarts entre les théories enseignées en écoles

Plus en détail

Politique Qualité Gestion des Risques

Politique Qualité Gestion des Risques CENTRE HOSPITALIER CHARLES PERRENS Politique Qualité Gestion des Risques Intégrer la Qualité et la Gestion des Risques dans les pratiques professionnelles Centre Hospitalier Charles Perrens [septembre

Plus en détail

Articulation hygiène et gestion des risques

Articulation hygiène et gestion des risques Articulation hygiène et gestion des risques Prévention du risque infectieux et gestion des risques Marie-Françoise DUMAY SFHH SIIHH 5 juin 2008 Politique nationale (1) DHOS - DGS Recommandations : mise

Plus en détail

PROGRAMME DE LA FORMATION

PROGRAMME DE LA FORMATION PROGRAMME DE LA FORMATION Compétences du domaine professionnel Gestion de la relation avec la clientèle 1 Recherche de clientèle et contact - Organisation de la prospection et prospection clientèle - Détection,

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

Programme de formation

Programme de formation Formations sélectionnées et financées par le FAFIEC Programme de formation vendredi 25 juillet 2014 DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES MANAGERIALES - 1 jour Formation dispensée par PIERRE CHAMBE CONSEIL 2 juin

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE Septembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT

Plus en détail

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD)

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Enquête nationale sur les événements indésirables associés aux soins (ENEIS) Incidence des événements indésirables

Plus en détail

Respect des précautions standards au bloc opératoire

Respect des précautions standards au bloc opératoire Respect des précautions standards au bloc opératoire Diagnostic hygiène au Centre Hospitalier de Cornouaille 1 Le contexte 2 1 Eté 2006 Enquête épidémiologique Audit des pratiques d hygiène Observations

Plus en détail

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec Une initiative de la Direction Générale de la Santé mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie en collaboration avec Améliorer la qualité des pratiques professionnelles MOBIQUAL : MOBILISATION

Plus en détail

Livret de suivi du candidat(outil B)

Livret de suivi du candidat(outil B) A chaque étape du parcours CQP, son outil : Branche de la Miroiterie, Transformation et Négoce du Verre CQP Animateur d équipe de 1 er niveau Livret de suivi du candidat(outil B) Document à remplir par

Plus en détail

Secteur de la santé, le métier et la fonction L environnement territorial sanitaire et médico-social (liée au poste d affectation)

Secteur de la santé, le métier et la fonction L environnement territorial sanitaire et médico-social (liée au poste d affectation) Secrétaire Médicale - MEDICO-SOCIALE Titre enregistré par le Ministre au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) par arrêté publié au journal officiel de la République Française

Plus en détail

COMMENT FAIRE UNE FICHE PROJET POUR UNE ACTION D EPP?

COMMENT FAIRE UNE FICHE PROJET POUR UNE ACTION D EPP? COMMENT FAIRE UNE FICHE PROJET POUR UNE ACTION D EPP? Philippe SCHERPEREEL Consultant Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille 59037 LILLE 2007 p-scherpereel@chru-lille.fr 1 PRINCIPE DYNAMIQUE

Plus en détail

Autonomie du patient. via Internet. 18.11.10 - marie.leroy@student.uclouvain.be 1

Autonomie du patient. via Internet. 18.11.10 - marie.leroy@student.uclouvain.be 1 Autonomie du patient et accès s direct à son dossier médical m informatisé via Internet marie.leroy@student.uclouvain.be 1 Hypothèses de recherche «Certaines dimensions de l autonomie l du patient sont

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.)

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) Introduction L aboutissement à un usage rationnel des médicaments est le résultat d un programme exécuté par une chaîne

Plus en détail

LES MATINÉES DE L ARVISE

LES MATINÉES DE L ARVISE LES MATINÉES DE L ARVISE «Management de la Prévention des Risques Professionnels» Jeudi 2 Septembre 2010 Françoise FONTAINE & Gwénola KERLOCH 2 PROGRAMME DE LA MATINÉE 8h30 Accueil Café 8h45 Introduction

Plus en détail

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur 1 34 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Lyon 04 avril 2012 Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur Valérie PAGES Marie-Pierre FIZE Cadre Préparatrice Stérilisation CHU TOULOUSE

Plus en détail

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012 Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020 De la version 2005 à la version 2012 Plan de la présentation L intervention sera structurée suivant les 8 chapitres de la norme. Publiée le 1 er mars 2012, homologuée

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail