CONCLUSIONS. Page 1 / 8

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONCLUSIONS. Page 1 / 8"

Transcription

1 Sommet International des Managers Certifiés et Managers professionnels en Sûreté de l Aviation Civile 2013 Partager notre expérience pour mieux protéger l aviation civile Quelles initiatives et stratégies pour renforcer la sûreté au niveau international? CONCLUSIONS Le Sommet International des Managers Certifiés et Managers Professionnels en Sûreté de l aviation civile s est déroulé du 16 au 17 septembre 2013 à l hôtel Radisson Blu de Dakar dans d excellentes conditions. Les participants ont eu à reconnaitre la réussite et le franc succès de cette importante manifestation aéronautique, première du genre organisée sur initiative privée par le cabinet Aviation Consulting International en partenariat avec le Ministère en charge des transports aériens du Sénégal et l Agence Nationale de l Aviation Civile et de la Météorologie (ANACIM). Le Sommet International avait pour objectifs primordial de réunir pour la première fois l ensemble des membres de la communauté des professionnels de la sûreté de l aviation civile certifiés par le programme de l Université Concordia et John Molson School of Business en partenariat avec l Organisation de l Aviation Civile Internationale (OACI) afin de partager leur expérience pour une meilleure protection l aviation civile et tenter de dégager à l issue de ces deux jours les axes de réflexion concernant la mise en œuvre d initiatives et de stratégies en vue du renforcement de la sûreté au niveau international? Ce programme initié depuis 2005 est internationalement reconnu comme la plus haute certification en management de la sûreté de l aviation civile et compte aujourd hui plus de 500 professionnels gradués à travers le monde. L objectif du Sommet était également de faire de cette importante manifestation aéronautique d envergure internationale une tribune de partage d'expériences et de diagnostics sur les récents développements et initiatives réalisés en sûreté de l'industrie aéronautique. Il s agissait aussi de réunir durant ces 2 jours, des experts et des spécialistes de renommée internationale en matière de sûreté l'aviation civile ainsi que de hauts responsables d organismes gouvernementaux pour discuter et échanger sur des questions majeures du transport aérien. D'éminents représentants d'organisations comme les autorités d aviation civile, les autorités aéroportuaires, les compagnies aériennes, les fournisseurs de services de navigation aérienne, les prestataires de services de sûreté aussi bien les personnels des organismes directement impliqués dans le transport aérien tels les prestataires de services aéroportuaires, les consultants, les organisations régionales et internationales étaient présents à ce Sommet au cours duquel un certain nombre de discussions en panel dynamique a eu lieu sur les grandes questions relatives à l'avenir de la sûreté de l aviation civile dans le monde. En terme de participation institutionnelle, ont pris part au sommet différents partenaires de Aviation Consulting International dont Air France-KLM, la Royal Air Maroc, l Etat Major de l Armée de l Air du Sénégal, la FAA, le Groupe Star Alliance, le cabinet Security Training International (STI) leader mondial dans la formation aux solutions IT en matière de sûreté, le cabinet AVS&C, la société VISIOM spécialisée en fourniture d équipements et de solutions en sûreté et présente en France et en Afrique, Senecartours et le Radisson Blu Hotel de Dakar pour soutenir l évènement. D éminentes personnalités de l aviation internationales étaient également présentes à la manifestation dont parmi elles MM. Sassy NDIAYE parrain d honneur du Sommet (ancien Directeur Régional de l IATA pour l Afrique), Charles Maurice DIOP (ancien membre du Conseil, Secrétaire Général de la CAFAC et fonctionnaire de l OACI), Adama DIAW (expert aéronautique et membre de Page 1 / 8

2 l Ordre des Experts du Sénégal), Madior DIACK (Expert en Navigation Aérienne), Mme Moira KEANE (Représentante de la FAA Airport Design & Planning Specialist). Depuis 2009, Aviation Consulting International a développé l ambition de promouvoir l aviation civile dans la poursuite de l'excellence visant à accompagner et à disposer l industrie aéronautique au Sénégal et en Afrique des meilleurs outils de gestion et pratiques de sécurité et de sûreté. La sûreté de l aviation est vitale pour la croissance et stabilité du transport aérien et il faut comprendre que sans sécurité, l aviation ne peut pas se développer. Le sommet devait permettre aux experts d identifier les problèmes à la source, de poser les vraies questions et d essayer de trouver de réelles solutions en renvoyant tous les acteurs concernés face à leurs responsabilités. Ce sommet restera un évènement fondamental et doit permettre à de grands experts africains et internationaux de discuter simultanément de la sûreté de l aviation en Afrique et pour essayer de sensibiliser tous les acteurs concernés sur la nécessité de travailler ensemble. C est donc un objectif primordial que de créer la synergie entre les professionnels du secteur de l aérien pour renforcer le niveau de sûreté de l aviation dans le monde et répondre ainsi aux objectifs essentiels de développement durable du transport aérien au plan international. Dans son discours d ouverture, M. Ibrahima GUEYE, Directeur de Aviation Consulting International et organisateur du Sommet International a fait remarquer la sensibilité et la confidentialité de la sûreté et la nécessité de précautions pour aborder de cette question hautement cruciale qui devrait être réservées à des voies beaucoup plus autorisées. Les récents développements concernant les objectifs stratégiques et les priorités du transport aérien mondial actuel en matière de sûreté ont amené nos réflexions sur une démarche innovatrice et holistique visant à la proposition d initiatives et de stratégies dans le cadre de la lutte contre le terrorisme international qui continue de menacer sérieusement le développement durable du transport aérien. C est pourquoi M. GUEYE, dans son allocution d ouverture estime que le partage de visions comme objectif de la sûreté et l adoption d une approche commune de recherche permanente des mesures de renforcement équilibrées pour la protection de l aviation civile qui est devenue désormais plus une question morale qu une simple exigence légale compte tenu du contexte de menace actuelle. En faisant le diagnostic, M. Ibrahima GUEYE a rappelé la tragédie du 11 septembre 2001 aux Etats- Unis avec le détournement de quatre avions de ligne américains, qui a fait pratiquement morts à New York et à Washington, et qui a amené à la nécessité de mesures de sûreté renforcées dans le secteur du transport aérien mondial. Cet évènement tragique et encore marqué dans nos mémoires a ainsi amené à une réflexion et à une réelle prise de conscience de tous les acteurs sur : les défis à relever et la nécessité d adoption de meilleures mesures de sûreté pour les aéroports et le fret aérien ainsi que les progrès réalisés par la Communauté internationale de l aviation civile notamment l OACI et les Etats, l IATA les compagnies aériennes et le Conseil International des Aéroports dans l élaboration d une démarche axée davantage vers les risques pour faire face à l évolution des menaces ; les défis que le secteur de l aviation doit relever, en se fondant sur les mesures proactives de la Communauté internationale dans ce domaine, afin d élaborer d autres mesures globales efficaces applicables a l ensemble de la chaîne logistique du fret aérien ; les tâches et priorités futures, alors que le transport aérien s efforce de trouver une solution à l harmonisation des postes de contrôle pour faire face plus efficacement à l évolution des menaces visant l aviation civile tout en respectant le confort et l espace privé des passagers ; Page 2 / 8

3 les technologies et les procédures mises en œuvre pour répondre aux besoins complémentaires d une sûreté accrue et d une amélioration du confort des passagers dans le contexte des aéroports ; l importance de la contribution de la technologie aussi bien de la part des fournisseurs d équipements que des constructeurs d aéronefs aux efforts actuels de la Communauté internationale de l aviation afin de mettre en place un cadre plus solide et plus proactif pour la sûreté du transport aérien sur une base véritablement mondiale ; l amendement 12 de l'annexe 17, ainsi que les normes IOSA qui réclament davantage l'accent sur le contrôle de la qualité des mesures de sûreté d aviation et comme élément central dans la planification et le fonctionnement du Système de Management de la Sûreté ; la question de la formation et de la certification concernant les compétences sur les concepts et principes de base de sûreté pour la protection et la sauvegarde des activités de la compagnie aérienne ainsi que du rôle de l aviation civile au niveau international, local ; la compréhension de la philosophie du Système de Management de la Sûreté ainsi que les nouvelles exigences réglementaires relevant de la responsabilité des organismes concernés pour la planification, la coordination et la mise en œuvre efficaces des normes de sûreté internationales. Ces évènements repères du 11 septembre 2001 et leurs répercussions dans le monde, la guerre du Golf, la crise au Proche-Orient et bien d autres formes de conflits politico-religieux, ethniques continuent de menacer le secteur du transport aérien dans le monde a fait observer M. GUEYE dans son analyse. La présence d Al Qaida dans le monde, d AQMI en Afrique avec d autres groupes se revendiquant de ce mouvement et ses actions terroristes récemment constatées constituent une réelle menace pour le transport aérien mondial, d où la nécessité absolue de mise en œuvre de mesures de renforcement globale des systèmes de régulation et de supervision, des standards et pratiques dans les aéroports et les compagnies aériennes. En prenant pour exemple pratique le cas du continent africain marqué depuis plusieurs mois par un certain nombre d évènements, nous assistons à plusieurs changements et bouleversements également source d inquiétude et d instabilité. C est notamment le cas des "révolutions" dans un certain nombre de pays du Maghreb et particulièrement du conflit en Libye dont l onde de choc qui s en est suivie a été l un des vecteurs, particulièrement dans la bande sahélo-saharienne. Plus récemment encore la crise au Mali, conjuguée à la nouvelle rébellion touareg qui s était déclarée dans le Nord-Mali en début 2012 et qui a parachevé le glissement de la région dans une zone de turbulence. Ces circonstances s inscrivent (et viennent même l aggraver dans une certaine mesure) dans un environnement géopolitique déjà marqué par une accentuation de la menace terroriste en Afrique, avec notamment la multiplication et le renforcement des groupes terroristes, profitant de zones échappant à tout contrôle étatique, et les liens (opérationnels, idéologiques et financiers) de plus en plus étroits qu ils développent. En évoquant certains des faits récemment constates dans l environnement hostile auquel l aviation fait face, il a mis en évidence la menace contre l aviation civile que représentent les systèmes portatifs de défense antiaérienne ou MANPADS constituant par conséquent un risque réel. Avec ces armes, et en l absence de systèmes de contre-mesures, les aéronefs civils sont particulièrement vulnérables, notamment lors des phases de décollage et d atterrissage. Un certain nombre de risques et de tentatives d attentats terroristes révélés ont mis en évidence le facteur humain et notamment la menace que pourraient représenter des employés de plateformes aéroportuaires ou plus globalement du secteur aérien, particulièrement ceux en charge d assurer sa sécurité et sa sûreté ou ayant accès à des endroits sensibles (comme les zones où se traitent le fret Page 3 / 8

4 aérien ou les bagages). L humain reposant au cœur de la plupart des dispositifs de sécurité et de sûreté aériens, tout risque d infiltration par des terroristes ou personnes radicalisées représente par conséquent une menace à ne pas négliger. Les installations aéroportuaires (aérogare, zone de fret et de traitement des bagages, aires de stationnement, d atterrissage/décollage) représentent également des cibles et des points vulnérables à des attaques et projets terroristes. Leur sécurisation, ainsi que celle de leurs différents accès, représente par conséquent un enjeu majeur. Les procédures de contrôle des passagers et autres usagers constituent également des domaines particulièrement sensibles, au niveau desquels toute défaillance peut offrir aux mouvements terroristes l opportunité de planifier et de mettre en œuvre des actions (introduction de matériaux dangereux pouvant servir au détournement ou à la destruction d aéronefs: armes, objets illicites, explosifs, etc.). En guise de conclusion de son propos, il affirme que l aviation civile dans le monde, notamment en Afrique, demeure une cible, bien que pas spécifique, du terrorisme. Le peu d indications claires, précises et crédibles attestant pour l heure du fait que ce secteur soit une cible et le risque faible, quoique réel, ne doit toutefois pas conduire à écarter la possibilité d attaques. Cela est d autant plus vrai que la menace terroriste en général, plus particulièrement lorsqu elle concerne un secteur aussi sensible que le transport aérien, et en l absence du travail de renseignements adéquats, est sournoise et difficile à appréhender, voire à anticiper, avec certitude. Sous la conduite magistrale de M. Sassy NDIAYE, la conférence a accueilli différents présentateurs durant ces deux jours et a donné suite à plusieurs interventions en panels dynamiques, débats et réflexions sur des questions essentielles de la sûreté de l aviation civile dans le monde. Monsieur Dominique Antonini, représentant le cabinet AVS&C expert consultant en sûreté et par ailleurs Chef de la sûreté de l aéroport de Genève et initiateur du PM, a après une brève présentation du programme PMC, axé son intervention sur le diagnostic de la problématique et l évolution de la sûreté d l aviation civile. Monsieur Moussa NDIAYE Chef du Département FAL/SEC à l ANACIM, a abordé dans le sens des menaces émergentes pour la sûreté du transport aérien et les multiples défis et autres enjeux permanents dont est confrontée le secteur de l aviation. Sur la question des défis des nouvelles exigences réglementaires de sûreté, M. SOBHI Nourreddine, Responsable de la Direction Qualité, Sûreté et Sécurité a la Royal Air Maroc a tenu à faire observer la nécessité d une approche commune pour une application plus efficace des mesures de sûreté dans les aéroports. Le Colonel Papa Loum, représentant l Etat Major de l Armée de l Air sénégalaise a fait un brillant exposé sur la complexité et sensibilité de la sûreté de l'aviation en décrivant la variété de nouvelles menaces, les multiples défis amenant la communauté internationale a entreprendre des initiatives urgentes et des stratégies plus adaptées au contexte de risques émergents pour lutter plus efficacement contre le terrorisme international. Un panel dynamique a suivi la session de cette première journée sur la coopération et les stratégies communes pour améliorer la sûreté au niveau international. Selon les experts, la nécessité de stratégies et initiatives pratiques pour le maintien d un niveau optimal de sûreté dans les aéroports et les compagnies aériennes dans un contexte aéronautique mondial en mutation rapide est indispensable. Mme Marina DIOP, Responsable de Commission Projets et Développement de l ODPAS en retournant aux travaux de la seconde session, a fait la présentation de l association ODPAS regroupant des compétences sénégalaises dans le domaine aéronautique et évoluant en France et e Europe et qui a pour vocation le regroupement des synergies de la diaspora de techniciens sénégalais au bénéfice du développement de l aéronautique au Sénégal et en Afrique. Page 4 / 8

5 M. Charles YVINEC, Directeur de la Sûreté d Air France a décrit dans sa présentation les menaces émergentes pour la sûreté du transport aérien accompagnées de défis et enjeux permanents en particuliers pour les compagnies aériennes et de ce qui doit être des stratégies et mesures en termes de responsabilités venant d elles-mêmes. La nécessité ou l exigence du partenariat des acteurs du transport aérien avec les services de l État impliqués dans l'aviation a permis à M. Moussa NDIAYE, Chef Dept. FALSEC/ANACIM de revenir sur la question de la coopération et l échange de données pour anticiper sur le risque et autres menaces associées. Ce point a ouvert le panel sur la nécessité de mises en œuvre urgente de stratégies de renforcement de la sûreté grâce à un partenariat entre tous les acteurs. La prise en compte de la sûreté dans la conception des aéroports en tant que élément fondamental du Security Management Systems (SeMS) est exposée par M. Ibrahima GUEYE dans sa présentation des principes du SeMS. Il a laissé entendre dans son intervention que la démarche qualité de l OACI et de l IATA dans leur approche commune, insiste d avantage la nécessite d une mise en place de système de veille permanente sur le degré d application des mesures de sûreté afin de mieux contrôler et garantir l efficacité de la mise en œuvre. Concernant les mesures de sûreté pour les liquides, gels et aérosols, selon M. D. Antonini, l'adoption de règles supplémentaires concernant la sûreté de l'aviation pour faire face aux risques et menaces nouvellement identifiés est plus que nécessaires. Ces présentations ont été suivies d un panel dont les débats ont principalement porté sur le Système de Management de la Sécurité dans le Programme National de Sécurité et Pourquoi la sûreté et les Marchandises Dangereuses ne sont-elles pas intégrées dans le Programme National de Sécurité? S agissant des nouveaux règlements ACC3 sur le transport de fret aérien ou d articles postaux dans l'union européenne à partir d'un aéroport d un pays tiers, M. Lionel MONPTRE de Global Business Strategic Solutions a fait une brillante présentation sur le thème suivi d une excellente contribution de M. Robert Salzwedel de la compagnie Security Training International sur la Politique de sûreté du fret pour les autres pays, dont la norme est plus élevée que les exigences internationales. Le rôle des constructeurs d équipements dans le renforcement de la sûreté et les progrès technologiques ont été abordés par M. Georges FRANCIS de la société VISIOM pour parler de : «L'utilisation pratique des nouvelles technologies pour l inspection filtrage des passagers, des bagages de cabine et en soute, et du fret aérien» visant a renforcer la sûreté dans les aéroports. Un dernier panel est venu clôturer la seconde journée sur les Perspectives de l OACI et de l IATA pour une approche commune et la voie à suivre en matière de sûreté. M. Ibrahima GUEYE, DG ACI est revenu sur le rôle de la société civile dans la lutte contre le terrorisme avec cette fois-ci en mettant l accent sur les comportements que doivent adopter cette catégorie de la population dans la chaine de valeur du système de protection des individus et des biens. Il propose une sensibilisation plus marquée du grand public sur la réalité de la menace en vue de les encourager à des attitudes participatives dans la lutte contre le terrorisme. Ceci ne être possible que par la mise en place de mécanismes éducatifs, de communication, et de citoyenneté. S agissant des questions émergentes pour les aéroports et pour les fournisseurs de services sur la question de la Sûreté de l'aviation : savons nous bien faire les choses, et faisons nous les bonnes choses? Page 5 / 8

6 D autres questions continuent encore à se poser concernant la sûreté du transport aérien en Afrique notamment : o o o Quels ont été les résultats du programme d'audit de la sûreté de l'oaci, et sont-ils en voie d amélioration? Comment les conventions internationales et les accords bilatéraux existants s adressent aux actes d'intervention illicite, et sont-ils équipés pour traiter le problème? Comment les pays en développement financent et construisent l infrastructure nécessaire et la capacité institutionnelle? Il a été lors des travaux du sommet, l occasion d inviter les autorités et les parties prenantes du système du transport aérien à adopter et à encourager la voie d un cadre propice de discussions de ce genre et élargi aux professionnels de ce secteur à la fois complexe et sensible où la compétition est forte et où la sécurité et la sûreté de fonctionnement sont des éléments cruciaux, où les exigences en matière de qualité passent au 1 er plan et où également la viabilité repose forcément sur des valeurs fermes basées sur le respect des normes internationales, la planification, la communication, la coordination et les compétences. Enfin, le Sommet vient confirmer le besoin croissant de nos Etats de bénéficier de formations et des compétences dans tous les domaines de la sûreté et de renforcement de nos capacités en planification conjoncturelle en vue de faire face aux risques et menaces émergents. Recommandations : Une évaluation de cette dernière s impose comme un impératif; ainsi qu une veille permanente afin d en suivre et d appréhender les différentes évolutions et mutations. Pour ce faire, la prise en compte des spécificités propres au contexte et à l environnement géopolitique, interne et externe, de chaque pays et particulièrement la présence ou pas d une quelconque menace terroriste, sa nature et son ampleur s avèrera une démarche nécessaire afin d obtenir l appréciation la plus juste et pertinente possible. Cette attitude de vigilance nécessitera également des autorités sécuritaires et en charge de l aviation civile des pays les plus exposés une évaluation approfondie des vulnérabilités de ce secteur, notamment celles spécifiques à la menace terroriste sous toutes ses formes et de toute nature et portant sur la sûreté du transport aérien (sécurisation des installations aéroportuaires, contrôle des passagers, etc.). Bien qu il n y ait pour l heure pas de menaces précises de groupes terroristes présents sur le continent africain contre l aviation civile, ce secteur demeure une cible possible. L absence d indications claires et crédibles attestant du fait que ce secteur soit une cible explicite et le risque faible, quoique réel, ne doit toutefois pas conduire à écarter toute possibilité d attaque. Une évaluation de la menace terroriste contre le transport aérien africain s impose par conséquent comme un impératif. L existence de la menace dicte également une vigilance et une veille permanente, se fondant notamment sur une prise en compte des spécificités propres au contexte et à l environnement géopolitique, interne et externe, de chaque pays et de chaque région afin de disposer d une connaissance aussi approfondie que possible de la présence éventuelle d une quelconque menace terroriste, de sa nature ainsi que de son ampleur. Cette vigilance incombe au premier chef aux autorités sécuritaires, particulièrement celles en charge du renseignement, ainsi qu à celles en charge de la sûreté de l aviation civile. Mesdames, messieurs, la communauté internationale de l aviation civile a toujours démontré par ses nombreuses et diverses initiatives des stratégies à la fois novatrices et proactives ainsi que d importants progrès et résultats qui continuent de placer universellement le transport aérien au 1 er rang parmi les systèmes de transport en terme de sûreté et de fiabilité. Notre diagnostic précédent ne devrait nullement remettre en cause cette incontestable performance, mais devrait plutôt Page 6 / 8

7 amener à d avantage de réflexion sur une vision et la nécessité de recherche de solutions du perfectible pour le renforcement en permanence de la sûreté de l aviation et également inciter tous les acteurs une approche commune et coordonnée de stratégies les plus appropriées et en adaptation à un contexte de risques et de menaces émergentes, imprévisibles et multiformes dont est malheureusement est et sera confrontée le secteur aérien mondial. Nous devons encourager et préconiser ensemble avec toutes les parties prenantes de l industrie aéronautique l application rigoureuse des normes internationales ainsi que la voie à suivre pour l adoption de stratégies et de meilleures pratiques en matière de mise en œuvre des mesures efficaces de sûreté pour vaincre le fléau du terrorisme international et ses conséquences pour le développement du transport aérien. Nous devons passer d un modèle classique de simple application des mesures vers une approche basée sur le risque et fondée sur les données afin de promouvoir une démarche à la fois proactive et holistique qui puisse assurer la garantie d une performance optimale du niveau de la sûreté de l aviation au plan international. Même si d emblée, la responsabilité de la sûreté continuera de relever exclusivement des États, elle exige la coopération de tous les intervenants de la chaîne de valeur et l harmonisation entre les acteurs qui constituent la constellation de l industrie du transport aérien. Deux facteurs accentuent le défi d une part d assurer la sûreté des activités aéronautiques, des infrastructures aéroportuaires, des passagers et des bagages, du fret aérien, et d autre part l importance du transport aérien pour le développement des secteurs socio-économiques au niveau national avec les effets de la croissance sans cesse du trafic aérien mondial qui continuera d augmenter selon les prévisions des observateurs. D autres points de recommandations sont ressortis des conclusions notamment : encourager ce type de rencontre pour favoriser des occasions d échange entre experts de l aviation civile sur les questions essentielles touchant à l avenir du transport aérien international, encourager les autorités à plus d implication et de soutien à ce genre d initiative, renforcer la coopération entre les différents acteurs de l aviation et œuvrer pour l adoption de stratégies communes de lutte contre le terrorisme, veiller à l application stricte et rigoureuse des normes de l Annexe 17 de l OACI pour la protection de l aviation civile, privilégier l élaboration, la planification, la coordination, la mise e œuvre et l évaluation des mesures et plans de sûreté au niveau régional, national et local (aéroportuaire), mettre en place un système qui puisse évaluer le niveau d application ainsi que le degré d efficacité des mesures applicables dans les aéroports, promouvoir la prise en compte de façon efficiente de la sûreté comme priorité parmi les objectifs stratégiques du transport aérien, renforcer les pouvoirs de décisions des autorités en charge des questions de sûreté dans les aéroports, renforcer les capacités des autorités de l aviation civile dans la supervision de la sûreté, placer des objectifs de sûreté avant les objectifs commerciaux ou d'exploitation, procéder en sorte que les coûts des services soient en adéquation avec les services rendus, former, informer, communiquer et motiver d avantage les agents de sûreté dans les aéroports, assurer une bonne formation pour tous les maillons de la chaîne du top management au personnel d exécution (autorités aéroportuaires, police, gendarmerie, douanes, compagnies aériennes, sociétés d'assistance en escale etc), sensibiliser les populations et la société civile sur les risques et menaces émergeants contre l aviation civile, concernant les redevances de sûreté, privilégier les concertations avec les usagers sans discrimination, Page 7 / 8

8 mettre en place des politiques efficientes en matière de recherche de financement de la sûreté en encouragement des mécanismes de collecte des redevances de sûreté et de redistribution des recettes dans les infrastructures aéroportuaires par un système transparent, contrôlé et équilibré, veiller à l efficacité et l efficience continues des mesures de sûreté applicables aux passagers, aux bagages, au fret aérien, la poste, le catering et autres biens à bord des aéronefs, renforcer les systèmes de contrôles et les mesures d accès aux infrastructures aéroportuaires, aux aéronefs, aux sites sensibles et fonctionnels dans les aéroports, renforcer la vigilance autour des alentours immédiats des aéroports. Rendez-vous a été pris pour un second Sommet International pour la Sûreté du Transport Aérien en octobre 2014, en élargissant le cadre des participants et en impliquant plus les États et les institutions au niveau régional afin de servir de base de projet à la création d une Association Internationale des Managers Certifiés et Managers Professionnels en Sûreté de l Aviation Civile réunissant tous les partenaires concernés et visant à garantir un développement sûr, efficace et durable du transport aérien dans le monde. Pour ce projet, il a été proposé de constituer une «Task Force» volontaire qui sera chargée de coordonner les statuts, orientations, objectifs et missions de la future association. Les participants ont visité le Monument de la Renaissance Africaine après la lecture des conclusions suivies de remerciements des participants ainsi que des organisations d appui du sommet dont la contribution a été hautement significative à la réussite de l évènement. Remerciements Sponsors : Partenaires : Ministère du Tourisme et des Transports Aériens du Sénégal Page 8 / 8

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

19 th ACI AFRICA REGION CONFERENCE SÛRETÉ DE L AVIATION EN AFRIQUE: RÔLE des Exploitants D AÉROPORTS ABUJA (NIGERIA), le 16 septembre 2010 Présentation faite par Barnabé METOHOUE, Expert OACI en Sûreté

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/5 15/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 1

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Première réunion 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Description: Ce document constitue les termes de référence du réseau régional pour la conformité et lʹapplication

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS 1. INTRODUCTION 1.1 Le transport aérien de passagers est étroitement associé au tourisme, lequel

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME INTÉGRÉ POUR LA GESTION DE LA SÉCURITÉ : CAS DE L ASECNA

MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME INTÉGRÉ POUR LA GESTION DE LA SÉCURITÉ : CAS DE L ASECNA Organisation de l aviation civile internationale NOTE D INFORMATION HLSC/15-IP/27 26/1/15 Anglais et français seulement 1 DEUXIÈME CONFÉRENCE DE HAUT NIVEAU SUR LA SÉCURITÉ (HLSC 2015) PLANIFIER L AMÉLIORATION

Plus en détail

Organisation. n de l aviation. ATConf/6-WP/80 1. Point 1 : 1.1 SOUVERAINETÉ. peut par contre. site web. Références : 1. CONTEXTE. un principe 1.

Organisation. n de l aviation. ATConf/6-WP/80 1. Point 1 : 1.1 SOUVERAINETÉ. peut par contre. site web. Références : 1. CONTEXTE. un principe 1. Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/80 1 4/ 3/13 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 1 : 1.1 Aperçu général des tendances

Plus en détail

RÉUNION SUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DU TRANSPORT AÉRIEN EN AFRIQUE

RÉUNION SUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DU TRANSPORT AÉRIEN EN AFRIQUE RÉUNION SUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DU TRANSPORT AÉRIEN EN AFRIQUE Antananarivo (Madagascar) 25 27 March 2015 Déclaration sur le développement durable du : étapes cruciales Le transport aérien est un

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI)

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL SP AFI/08-WP/45 17/10/08 RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Durban (Afrique du Sud), 24

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

Perspectives et stratégies sur le transport aérien

Perspectives et stratégies sur le transport aérien Perspectives et stratégies sur le transport aérien Présenté par Ravoniharoson Voahangy, Directeur des affaires juridiques et économiques de l Aviation civile de Madagascar Commission de l Océan Indien

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

CONSEIL SESSION SPÉCIALE DE SIMULATION

CONSEIL SESSION SPÉCIALE DE SIMULATION Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation du Conseil 5/12/14 CONSEIL SESSION SPÉCIALE DE SIMULATION PROPOSITION DE MISE EN OEUVRE DU PROGRAMME DES JEUNES PROFESSIONNELS

Plus en détail

15 séminaires De management et de droit aérien 74 journées / 444 heures

15 séminaires De management et de droit aérien 74 journées / 444 heures POLE TRANSPORTS INSTITUT DE FORMATION UNIVERSITAIRE ET DE RECHERCHE DU TRANSPORT AÉRIEN POUR ÊTRE COMPÉTITIF, PERFORMANT ET INNOVANT DANS LE TRANSPORT AÉRIEN AUJOURD HUI ET DEMAIN 15 séminaires De management

Plus en détail

Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service

Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service Mesdames, Messieurs, Je suis heureuse de vous accueillir aujourd hui pour le lancement d «Assurance

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE PLAN REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE COMPLET POUR LA SECURITE DE L AVIATION EN AFRIQUE (PLAN AFI) GROUPE 4 DOCUMENTATION LE CAP, AFRIQUE DU SUD 27-29 JUILLET

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Associer nos savoir-faire

Associer nos savoir-faire MAC-ERCI International, cabinet spécialisé en recrutement, évaluation et gestion des compétences, a été créé début 2007. En croissance depuis notre création, nous n avons de cesse de nous remettre en question

Plus en détail

victimes d accidents du travail. L ensemble du monde du travail doit redoubler d efforts pour éviter de nouveaux Rana Plaza.

victimes d accidents du travail. L ensemble du monde du travail doit redoubler d efforts pour éviter de nouveaux Rana Plaza. Allocution à l occasion de la journée mondiale pour la santé sécurité au travail Réception au Ministère du travail, Paris (hôtel du Chatelet) 28 avril 2015 Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Consensus sur les données en Afriques

Consensus sur les données en Afriques Consensus sur les données en Afriques Huitième Réunion annuelle conjointe du Comité technique spécialisé de l Union africaine sur les finances, les affaires monétaires, la planification économique et l

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action NATIONS UNIES DOCUMENT DE TRAVAIL POUR LE DIALOGUE MINISTERIEL SUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EP Conférence ministérielle africaine sur l environnement Version non éditée Distr.: Générale

Plus en détail

PROGRAMME BADGE VISION MANAGER

PROGRAMME BADGE VISION MANAGER PROGRAMME BADGE VISION MANAGER Vision Manager programme BADGE Ecole internationale de management, l ESC Rennes School of Business a pour vocation de former des managers immédiatement opérationnels. Pour

Plus en détail

«LES DEFIS DE LA SECURITE DE L AVIATION CIVILE EN AFRIQUE CENTRALE»:

«LES DEFIS DE LA SECURITE DE L AVIATION CIVILE EN AFRIQUE CENTRALE»: REUNION DES MINISTRES EN CHARGE DE L AVIATION CIVILE (Malabo, 19 juillet 2013) «LES DEFIS DE LA SECURITE DE L AVIATION CIVILE EN AFRIQUE CENTRALE»: La Supervision de la sécurité de l Aviation civile dans

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle 1 Contexte La Fédération pour la diversité culturelle regroupe 43 coalitions nationales, dont près du deux tiers se trouvent dans des pays

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation 5/12/14 CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL DÉFIS RELATIFS AUX PRÉVISIONS DE PÉNURIE DE PERSONNEL AÉRONAUTIQUE QUALIFIÉ

Plus en détail

Organisation de l Aviation Civile Internationale Bureau Afrique Orientale et Australe

Organisation de l Aviation Civile Internationale Bureau Afrique Orientale et Australe Organisation de l Aviation Civile Internationale Bureau Afrique Orientale et Australe Onzième Réunion du sous-groupe Services de la circulation Aérienne/Service d Information Aéronautique/ Recherches et

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8 6 LES DIX ANS LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde 8 7 LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde À l occasion du dixième anniversaire de sa création, l ACNUSA a réuni tous ses partenaires

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

CONFERENCE SOUS LE THEME

CONFERENCE SOUS LE THEME CONFERENCE SOUS LE THEME «Enjeux et modes opératoires de la délégation de la Centrale des Risques de Bank AL-Maghrib» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR LE GOUVERNEUR DE BANK AL-MAGHRIB Rabat lundi 26 Novembre

Plus en détail

POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales

POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales LE POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN (PCN) En 2009: Adhésion du Royaume du Maroc

Plus en détail

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET 109 Gestion de projet METHODOLOGIE ET PROJET Durée 3 jours Conduite de projet COND-PRO s Intégrer les conditions de réussite d une démarche de management par projet. Impliquer

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Synthèse des conclusions et recommandations Bamako les 14-15 et 16 février 2005 Page 1 sur 5 Les 14, 15 et 16 février 2005, a eu lieu à Bamako

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

RAPPORT DE SYNTHESE DU SEMINAIRE-ATELIER DE FORMATION SUR LE THEME INTRANET PARLEMENTAIRE : FONCTIONNEMENT ET AVANTAGES

RAPPORT DE SYNTHESE DU SEMINAIRE-ATELIER DE FORMATION SUR LE THEME INTRANET PARLEMENTAIRE : FONCTIONNEMENT ET AVANTAGES RAPPORT DE SYNTHESE DU SEMINAIRE-ATELIER DE FORMATION SUR LE THEME INTRANET PARLEMENTAIRE : FONCTIONNEMENT ET AVANTAGES Ouagadougou, LES 21 ET 22 NOVEMBRE 2013 novembre 2013 Les jeudi 21 et vendredi 22

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général Nations Unies A/65/63/Add.1 Assemblée générale Distr. générale 30 juillet 2010 Français Original : anglais Soixante-cinquième session Points 130 et 137 de l ordre du jour provisoire* Examen de l efficacité

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement Révisions ISO ISO 9001 Livre blanc Comprendre les changements Aborder le changement ISO 9001 en bref Comment fonctionne ISO 9001? ISO 9001 peut s appliquer à tous les types et tailles d organisations et

Plus en détail

ASSEMBLÉE 38 e SESSION

ASSEMBLÉE 38 e SESSION Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL A38-WP/11 EX/6 17/5/13 ASSEMBLÉE 38 e SESSION COMITÉ EXÉCUTIF Point 16 : Facilitation et documents de voyage lisibles à la machine PROPOSITION

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

11-12 et 13 Octobre 2015 Hôtel Hyatt Regency-Casablanca, Maroc

11-12 et 13 Octobre 2015 Hôtel Hyatt Regency-Casablanca, Maroc Les Rencontres de Casablanca Sécurité des frontières, des flux financiers et identité numérique 11-12 et 13 Octobre 2015 Hôtel Hyatt Regency-Casablanca, Maroc ORGANISATEURS : PARTENAIRES : L objectif d

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE PROJET DE RAPPORT DU COMITÉ SUR LE POINT 3 DE L ORDRE DU JOUR

DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE PROJET DE RAPPORT DU COMITÉ SUR LE POINT 3 DE L ORDRE DU JOUR 23/11/12 Révision 26/11/12 DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 19 30 novembre 2012 PROJET DE RAPPORT DU COMITÉ SUR LE POINT 3 DE L ORDRE DU JOUR Le projet ci-joint de rapport sur le point

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI F OMPI A/46/11 ORIGINAL : anglais DATE : 26 novembre 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI Quarante-sixième série de réunions Genève, 12

Plus en détail

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES Le présent plan n est pas un document indépendant. Il faut le considérer dans le contexte du Plan d urgence de la ville de Moncton. 1 Préambule Le

Plus en détail

Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde

Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde Faits saillants Étant donné que, d après les prévisions, la croissance du trafic aérien doublera au cours des 15 prochaines années, il faut s occuper proactivement

Plus en détail

Réf. : SD39/1-12/6 le 2 février 2012

Réf. : SD39/1-12/6 le 2 février 2012 International Civil Aviation Organization Organisation de l aviation civile internationale Organización de Aviación Civil Internacional Международная организация гражданской авиации Tél. : +1 514-954-8219,

Plus en détail

REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité

REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité MINISTERE D ETAT CHARGE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DES GUINEENS DE L ETRANGER ====== MINISTERE DELEGUE DES GUINEENS DE L ETRANGER INTERVENTION DE MADAME

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale CONFÉRENCE DE HAUT NIVEAU SUR LA SÛRETÉ DE L AVIATION (HLCAS) Montréal, 12 14 septembre 2012

Organisation de l aviation civile internationale CONFÉRENCE DE HAUT NIVEAU SUR LA SÛRETÉ DE L AVIATION (HLCAS) Montréal, 12 14 septembre 2012 Organisation de l aviation civile internationale HLCAS-IP/5 4/8/12 1 NOTE D INFORMATION CONFÉRENCE DE HAUT NIVEAU SUR LA SÛRETÉ DE L AVIATION (HLCAS) Montréal, 12 14 septembre 2012 Point de l ordre du

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport

Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport 1 Juin 2012 Position adoptée à l issue des échanges et travaux du réseau européen «Sport et Santé», créé et animé par Sport et

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 Les propositions et les programmes des différentes manifestations vous seront adressés par mail ou par courrier au plus tard un mois avant le début de la formation.

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de

Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de formation avancée sur les noms de domaines Advanced Registry

Plus en détail

LE MASTER IN HOSPITALITY MANAGEMENT

LE MASTER IN HOSPITALITY MANAGEMENT LE MASTER IN HOSPITALITY MANAGEMENT 1 semestre à Avignon : Validation des crédits ECTS Fin de la formation à l University Collège de Birmingham Délivrance du Master par l Université de Birmingham (Angleterre)

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

STRATEGIC SOLUTIONS 4 SELF SUCCESS SI VOUS POUVIEZ UTILISER PLEINEMENT LE POTENTIEL DE VOTRE ENTREPRISE, JUSQU OÙ IRIEZ-VOUS?

STRATEGIC SOLUTIONS 4 SELF SUCCESS SI VOUS POUVIEZ UTILISER PLEINEMENT LE POTENTIEL DE VOTRE ENTREPRISE, JUSQU OÙ IRIEZ-VOUS? STRATEGIC SOLUTIONS 4 SELF SUCCESS SI VOUS POUVIEZ UTILISER PLEINEMENT LE POTENTIEL DE VOTRE ENTREPRISE, JUSQU OÙ IRIEZ-VOUS? Vous savez OÙ, Nous savons COMMENT! Demandez à vos employés, cadres, managers

Plus en détail

Thème 4 : Changer le comportement des banques sur les territoires

Thème 4 : Changer le comportement des banques sur les territoires Page : 1 / 6 Introduction Dans le cadre des Etats généraux de l ESS en juin 2010, le Labo a coordonné la rédaction de plus de 400 cahiers d espérances. Ils sont des témoins de la vitalité de l ESS et de

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4)

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4) Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013 Epreuve de MGUC (U4) Analyse quantitative des résultats Moins de 8 8 note < 10 10 note < 12 12 note < 14 14 et plus Total Nombre 130 122

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

Plan d urgence d aérodromes. Nika Meheza MANZI, Regional Officer AGA ICAO, WACAF Office

Plan d urgence d aérodromes. Nika Meheza MANZI, Regional Officer AGA ICAO, WACAF Office Plan d urgence d aérodromes Nika Meheza MANZI, Regional Officer AGA ICAO, WACAF Office Généralités Cadre réglementaire Plan d urgence d aérodrome Facteurs clés de succès Sommaire Planification des mesures

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés Anthropie Expert CHSCT Exper&se CHSCT Notre expertise au service du CHSCT! Anthropie, cabinet de conseil en ergonomie, est agréé par le Ministère du Travail en tant qu expert CHSCT. Notre expertise nous

Plus en détail

Le but : développer la performance de l entreprise officinale en adéquation constante avec les obligations qualité inhérentes à la profession

Le but : développer la performance de l entreprise officinale en adéquation constante avec les obligations qualité inhérentes à la profession La qualité n'est pas une notion nouvelle dans le monde de la santé. Depuis un certain temps, des actions ont été engagées pour améliorer la qualité des prestations proposées dans ce domaine. Dans l'environnement

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail