AVANT-PROPOS PRESENTATION DE L ACTION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AVANT-PROPOS PRESENTATION DE L ACTION"

Transcription

1

2 PRESENTATION DE L ACTION AVANT-PROPOS L Association de Santé et de Médecine du Travail de Tarbes a souhaité mettre en place pour l année 2011 un plan d action collective sur l évaluation des risques professionnels dans l hôtellerie Lourdaise. L évaluation des risques professionnels est difficile dans ce type d activité. En effet l absence de spécialistes de la prévention en leur sein à l égard d une démarche qui peut sembler complexe, la multiplication des tâches auxquelles doivent faire face leurs dirigeants, l accueil d une clientèle très spécifique (étrangère, parfois porteuse d handicap), nombreuse et pour des séjours très courts, sont autant de causes expliquant un déficit de réalisation de l évaluation des risques professionnels. Dans bien des cas, l ASMT est la seule structure ayant un contact régulier avec ce type d établissements du fait de la surveillance médicale des salariés. Les médecins du travail ont un rôle évident de conseil auprès des chefs d établissements pour les aider dans cette évaluation des risques S il est apparu peu réaliste d envisager des interventions pluridisciplinaires pour chacune de ces entreprises, la mutualisation de cette action, c'est-à-dire la mise en commun du potentiel médical et technique de l ASMT (Médecins du travail et IPRP) avec le Docteur OSDOIT responsable du projet et du soutien pluridisciplinaire (ASTI) avec Danielle THORENT Ingénieur prévention, permet d envisager la conduite d interventions transversales à plusieurs établissements partageant les mêmes préoccupations vis-à-vis de la mise en œuvre de l évaluation des risques professionnels. Les objectifs de cette action ont été les suivants : - s adresser à des établissements de taille variable (établissements de petite taille et de taille plus importante). - réaliser des analyses de situations de travail sur le terrain et identifiées par le groupe afin d apporter des éléments pour la construction du guide. - construire un guide méthodologique à l évaluation des risques professionnels prenant en compte les déterminants de ce type d établissements à destination des décideurs. - Il ne s agissait pas d élaborer un document type mais un outil opérationnel d aide à la réalisation de l évaluation des risques et du document unique. 2

3 INTRODUCTION L OUTIL D AIDE A L EVALUATION DES RISQUES DANS L HOTELLERIE LOURDAISE ET A LA FORMALISATION DU DOCUMENT UNIQUE La prévention des risques consiste à prendre les mesures nécessaires pour préserver la santé et la sécurité des travailleurs. Pour agir il est indispensable de réaliser en amont une évaluation des risques professionnels, c està-dire établir un diagnostic des risques en entreprise. Il sera ensuite nécessaire de mettre en œuvre les mesures de prévention résultant des choix et des priorités et inscrites dans un plan d action. Pour vous aider dans cette démarche, ce guide propose aux employeurs dans l hôtellerie Lourdaise une méthode d évaluation des risques et une aide à la formalisation du document unique prévu par la réglementation. La méthode proposée concerne toutes les activités habituelles que l on peut retrouver dans l hôtellerie : accueil clientèle, gestion administrative, activités de restauration et de service en salle, activités liées à l hébergement (entretien des chambres et parties communes, entretien du linge). La méthode ne prétend pas d être exhaustive dans l appréhension de l ensemble des facteurs des risques mais elle permet de focaliser l attention sur ceux les plus fréquemment rencontrés et de rechercher ceux qui sont spécifiques à chaque établissement. Les objectifs de cet outil sont : - Faciliter la conduite d évaluation des risques dans l hôtellerie Lourdaise - Aider à résoudre un certain nombre de difficultés dans cette démarche - Donner des éléments permettant aux établissements de s engager dans un politique de prévention à long terme Ce guide se décompose en deux parties distinctes : - 1 ère partie : Un guide méthodologique explicatif sur la démarche d évaluation et des fiches techniques complémentaires à consulter en complément d information sur la légionellose, le travail de nuit, les produits chimiques, les risques psychosociaux. - 2 ème partie : Un guide pratique comprenant des fiches outils à utiliser pour l analyse, la formalisation du document unique et la construction du plan d actions. 3

4 SOMMAIRE Avant-propos Présentation de l action 2 L évaluation des risques : des notions à connaître La démarche d évaluation proposée Qu est ce qu un risques professionnel? 5 6 Phase préparatoire 8 Définir les Unités de travail 9 Un exemple de liste d unités de travail 10 Phase d identification et d analyse des risques 11 Classement des risques 12 Formalisation du document unique et plan d actions 13 Un exemple de formalisation 14 Plan d action 15 Un exemple de plan d actions 16 Les fiches techniques La légionellose 18 Le travail de nuit 21 Les produits chimiques 24 Les risques psychosociaux 32 Pour en savoir plus 36 4

5 DES NOTIONS A CONNAITRE L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS : DES NOTIONS A CONNAITRE Qu est-ce qu un risque professionnel? Le risque est inhérent à l homme et toute entreprise humaine comporte des risques. Toutefois, la notion de «risque» doit être distinguée de la notion de «danger». Notion de danger : le danger est la propriété ou capacité intrinsèque d un équipement, d une méthode ou d une substance à causer un dommage pour la santé ou la sécurité de l homme. Ex : Plats chauds sortant du four Fil de l aspirateur au sol Produits chimiques Notion de risque : le risque est la probabilité de voir se manifester un dommage. Plus précisément, le risque est la combinaison de la probabilité et de la (des) conséquence(s) de la survenance d'un événement dangereux spécifié. Cette définition met en évidence les deux voies possibles pour limiter un risque : agir sur sa probabilité d occurrence (en la diminuant par des mesures de prévention) ou sur sa gravité (en mettant en place des systèmes de protection destinés à réduire les conséquences). Ex : Risque de brûlure des mains en saisissant un plat chaud sortant du four Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de leur santé qui peut se traduire par une maladie ou un accident. Notion de facteur de risque : c est un élément présent dans la situation de travail susceptible de causer un risque, c est-à-dire la survenance de l accident ou d une atteinte à la santé Ex : le fait d utiliser une chaise pour épousseter le dessus d une armoire peut provoquer une chute pour la femme de chambre Notion de maîtrise des risques dans une entreprise : Il appartient à l employeur de supprimer ou de réduire ces risques afin d assurer la sécurité des salariés et de protéger leur santé physique et mentale. Il s agit avant tout de mettre en place un environnement de travail garantissant le bien-être, la santé et la sécurité des salariés et créer un cadre favorable au développement de la performance de l entreprise. La maîtrise du risque professionnel doit donc se concevoir et s intégrer dans la gestion et le management. 5

6

7

8

9 UNE DEMARCHE D EVALUATION Définir les unités de travail L identification des unités de travail constitue la clé de voûte pour mener à bien l analyse des risques. L activité réelle du travailleur ou d un collectif de travail sert d ancrage pour opérer ce découpage. Afin de tenir compte des situations très diverses d organisations du travail, il revient à chaque entreprise de procéder à un tel découpage selon son organisation, ses activités, ses ressources et ses moyens techniques. Selon la circulaire n 6 de la Direction des relations du Travail du 18 avril 2002, une unité de travail est à considérer comme une famille de risques auxquels un salarié se trouve exposé. Il peut être utilisé la méthode «Quoi? Qui? Où? Quand? Comment?» Afin de recouvrir toutes ces situations de travail : - Quelle est l activité réelle des travailleurs? - Qui l exerce? - Où et quand est-elle exercée? - Comment (avec quels moyens)? De ce questionnement peuvent résulter des regroupements de situations de travail présentant des caractéristiques voisines sans pour autant occulter les particularités de certaines expositions individuelles. L identification des UNITES DE TRAVAIL doit permettre une identification exhaustive des risques en prenant en compte l ensemble des situations de travail de l entreprise. L évaluation des risques doit couvrir la totalité des salariés. A titre d exemple, pour un hôtel restaurant, le découpage peut être réalisé ainsi : UNITE ADMINISTRATIVE : Regroupant les activités de gestion (tenue de caisse, facturation, commandes, activité comptable), la gestion des réservations, la gestion quotidienne auprès de la clientèle (information tarifs et horaires des transports, gestion des réclamations et des incidents) Regroupant les activités d accueil UNITE D HEBERGEMENT : Regroupant les services d étages (entretien des chambres, des parties communes, entretien du linge UNITE DE RESTAURATION : Comprenant les activités d approvisionnement, la préparation des repas, les services en salle, les activités de bar, les activités de plonge et de nettoyage (cuisine, salle) 9

10 Le découpage réalisé dans le tableau ci-dessous n est donné qu à titre indicatif ; l identification des unités de travail et les situations de travail qui s y réfèrent doivent être réalisées selon les spécificités de chaque établissement. LISTE DES UNITES DE TRAVAIL Année 20xx INTITULE DES UNITES DE TRAVAIL Situations de travail concernées Effectif UNITE ADMINISTRATIVE UNITE HEBERGEMENT UNITE DE RESTAURATION Gestion des réservations (en direct, par téléphone, par voyagistes ) Affectation chambre (provisoire et définitive) Accueil clientèle Opérations de facturation, encaissement, gestion des clés (ou des badges) Renseignements divers (fonctionnement de l hôtel, horaires transports, informations locales ) Gestion des réclamations et/ou incidents Mission complémentaire la nuit : veille à la sécurité des biens et des personnes Services à l étage : entretien des chambres, des parties communes, entretien du linge Activités d approvisionnement Préparation des repas Service en salle Activités de bar Activités de plonge et de nettoyage - Il est important que les travailleurs extérieurs (sous-traitants, livreurs, réparateurs. Soient pris en compte dans ce découpage de l entreprise en unités de travail. Il est également possible de les regrouper en une unité dite «ENTREPRISES EXTERIEURES» 10

11

12

13

14 La formalisation des résultats de l évaluation des risques peut être réalisée sous la forme suivante : UNITE XXXX Année 20XX Description de la situation de travail concernée Dangers Modalités d exposition Risques estimés Fréquence d exposition Gravité des risques Niveau de priorité Mesures de prévention existantes Pistes de solutions liste des dangers présents dans la situation de travail considérée Exemples : Port de charges Gestes répétitifs les modalités d exposition qui correspondent à la description des conditions d exposition des salariés à ces dangers Exemples Port manuel de bagages lourds et encombrants jusqu à la bagagerie En correspondance, il est mentionné les risques pour les salariés que représente chacun des dangers Exemples : Lombalgies Douleurs Fatigue Fréquence d exposition des salariés à la situation qui génère le risque Situation exceptionnelle (inattendue et peu fréquente) Situation rare (prévisible mais peu fréquente) Situation habituelle (survient au moins une fois sur deux) Situation permanente : survient dans tous les cas Le risque est également évalué selon la gravité des dommages susceptibles d être causés aux salariés Risque faible (1) : accident ou maladie sans arrêt de travail Risque moyen (2) : accident ou maladie avec arrêt de travail Risque grave (3) : accident ou maladie avec incapacité partielle permanente partielle (séquelles) Risque très grave (4) : Incapacité permanente totale, décès Le niveau de priorité devra être déterminé avec le tableau (cidessous) après report de la fréquence d exposition et de la gravité des risques Priorité faible (1) Priorité moyenne (2) Priorité urgente (3) Cette colonne permet de mentionner les mesures de prévention existantes qui peuvent être éventuellement complétées par d autres propositions Cette colonne faite apparaître les solutions proposées pour une meilleure maîtrise des risques professionnels 14

15 FORMALISATION DU DOCUMENT UNIQUE ET PLAN D ACTIONS POURQUOI REALISER UN PLAN D ACTIONS? La circulaire impose l élaboration d un plan d actions pour traiter les risques dans l entreprise. Pour autant le plan d actions ne doit pas se résumer à une simple liste de risques à traiter en fonction d une cotation. L employeur va devoir opérer des choix et mettre au point une stratégie, en respectant : les principes généraux de prévention Suppression des risques Mise en œuvre de mesures de prévention Mise en œuvre de moyens de protections collectives Prise de mesures de protection individuelle En tenant compte des facteurs organisationnels, techniques et humains En définissant les moyens humains et financiers (coûts, opportunités, investissements) En fixant un calendrier précis selon les priorités issues de l évaluation des risques et en respectant les obligations réglementaires du Code du travail. 15

16 EXEMPLE PLAN ACTIONS DE PREVENTION UNITE ADMINISTRATIVE Situation de travail (description) tâches administratives, tenues de comptes Date de l évaluation : xx/xx/2012 Mesures de prévention retenues Résultats attendus Délai d exécution Personne chargée de l action Coût Date de réalisation Observations Moyens affectés Installation lampe d appoint Amélioration de l éclairage au poste de travail informatique 1 semaine Mr M mars 2012 Interroger les hôtesses d accueil après l installation Dotation chariot pour bagages Limiter le port des charges (bagages) 1 mois Mr M mars 2012 Mme Y chargée demande de devis Demander avis modèle choisi auprès des hôtesses Maintenance et assistance informatique Répondre rapidement aux dysfonctionnement s (bugs informatiques) Si possible au cours de la saison 2012 Mr M En attente de devis Attente de devis Contact avec autres propriétaires hôteliers Réseau 16

17 Les fiches techniques A consulter pour complément d informations. Elles concernent : - la Légionellose - le travail de nuit - les produits chimiques - les risques psychosociaux 17

18 FICHE TECHNIQUE LA LEGIONELLOSE QU EST CE QU UNE LEGIONELLOSE? La Légionellose est une infection provoquée par des bactéries vivant dans l eau du genre Legionella. La contamination de l homme se fait par inhalation d aérosols (micro-gouttelettes de l eau) contaminés, notamment à l occasion des douches. OU TROUVE-T-ON LES LEGIONELLES? Les légionelles sont des bactéries présentes naturellement dans l eau et les sols humides. A partir du milieu naturel, ces bactéries peuvent facilement coloniser des sites hybrides artificiels et s y multiplier lorsque les conditions sont favorables en particulier dans les circuits intérieurs d eau (eau chaude sanitaire) ou dans les tours aéroréfrigérantes, notamment en cas de défauts de conception ou de maintenance : - T comprise entre 25 et 43 C, - Lorsque l eau coule peu dans ces circuits (stagnation ou faible utilisation) - Lorsqu il y a présence de facteurs associés : tartre, corrosion - Lorsqu il y a présence de micro-organismes (algues, protozoaires) LA LEGIONELLOSE EST-ELLE UNE MALADIE GRAVE? Il existe une forme bénigne de la maladie appelée «fièvre de Pontiac», analogue à un syndrome grippal. La guérison est habituellement spontanée en 2 à 5 jours. La forme grave, appelée maladie du légionnaire, survient le plus souvent sur des personnes fragilisées. Elle se caractérise par une pneumopathie (infection pulmonaire) aigüe pouvant entraîner le décès dans 15% des cas. Le traitement nécessite l administration d antibiotiques adaptés dont l efficacité sera d autant meilleure que leur administration sera précoce. QUELLES SONT LES INSTALLATIONS A RISQUES? Les sources de contamination incriminées sont les installations qui favorisent la multiplication des légionelles dans l eau et les dispersent sous forme d aérosols : réseaux d eau chaude alimentant les douches et les douchettes, les tours aéroréfrigérantes à voie humide, les bains à remous ou à jets, les fontaines décoratives, certains dispositifs de traitement de l air avec apport d eau Ces installations à risque se retrouvent notamment à l intérieur ou à l extérieur des structures pouvant accueillir du public dont les hôtels. Les hôtels et résidences de tourisme et les campings présentent des risques liés aux légionelles spécifiques compte tenu notamment : du fonctionnement saisonnier ou intermittent des réseaux d eau chaude sanitaire collectifs ou individuels qui favorise la prolifération des légionelles dans les installations et de l exploitation croissante d espaces aqualudiques et notamment de bains à remous (spas) qui constituent des installations à risque. 18

19 COMMENT REDUIRE LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES? Pour les réseaux d eau chaude, la réduction du risque lié aux légionnelles repose sur 3 points : - Assurer une bonne circulation de l eau chaude - Limiter l entartrage et la corrosion dans les réseaux (canalisations, pommes de douches) - Maintenir l eau à une T à une T élevée dans les installations (supérieure à 55 c). Pour limiter le risque de brûlures la T de l eau du robinet ne doit pas dépasser 50 C. LES OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES L arrêté du 1 er février 2010 impose aux responsables d établissements recevant du public (ERP) et en particulier les hôtels et résidences de tourisme à partir du 1 janvier 2011, de mettre en œuvre une surveillance des installations collectives d eau chaude sanitaire. Cette surveillance comprend des mesures de la T de l eau et des campagnes d analyses de légionnelles dans chacun des réseaux d eau chaude sanitaire à des fréquences de contrôle minimales (Rf tableau ci-dessous) MESURES T DE L EAU ET DES CAMPAGNES D ANALYSE DE LEGIONELLES Mesure T de l eau en sortie de la/des productions d eau chaude sanitaire (mise en distribution) : 1 fois par mois Analyses de légionelles au niveau du fond de ballon (s) de production et de stockage d eau chaude sanitaire : 1 fois par an. Les mesures doivent être effectuées dans le dernier ballon si les ballons sont installés en série ou dans l un d entre eux si les ballons sont installés en parallèle. Au niveau du(des) point(s) d usage à risque le(s) plus représentatifs(s) du réseau ou à défaut le(s) point(s) d usage le(s) plus éloigné(s) de la production d eau chaude sanitaire : - analyses légionnelles 1 fois par an - T de l eau : 1 fois par mois Au niveau du retour en boucle (retour général) le cas échéant : - Analyses de légionelles : 1 fois par an - T de l eau : 1 fois par mois au niveau de chaque bouche. LE CHOIX DES LABORATOIRES Le responsable des installations devra impérativement faire réaliser les prélèvements d eau et analyses des légionnelles (depuis le 1 er janvier 2012) par un laboratoires accrédité par le Comité Français d Accréditation ou tout autre organisme d accréditation équivalent européen signataire de l accord multilatéral pris dans le cadre de la coordination européenne des organismes d accréditation. 19

20 CAS PARTICULIERS Dans le cas où les réseaux d eau chaude sanitaire (ensemble des installations collectives de production, de stockage et de distribution d eau chaude sanitaire, qu elles soient alimentées par un ou plusieurs systèmes de production d eau chaude sanitaire centralisés), ne sont pas utilisés pendant plusieurs semaines, des prélèvements pour l analyse de légionelles sont réalisés après la purge des réseaux et dans les deux semaines qui précèdent l accueil du public. LA TRACABILITE DE LA SURVEILLANCE DES INSTALLATIONS Le responsable des installations doit assurer la traçabilité de cette surveillance. Il doit consigner les modalités et les résultats de cette surveillance avec les éléments descriptifs des réseaux d eau chaude sanitaire et ceux relatifs à leur maintenance dans un fichier sanitaire des installations, qui est tenu à la disposition des autorités sanitaires. Cette surveillance doit être renforcée par le responsable des installations à la demande du directeur général de l agence régionale de santé, notamment lorsque la qualité de l eau ne respecte pas les objectifs cibles (dénombrements de Legionella pneumophila inférieurs à unités formant colonie par litre, au niveau de tous les points d usage à risque) ou lorsqu un signalement de cas de légionellose est mis en relation avec l usage de l eau distribuée 20

21 FICHE TECHNIQUE TRAVAIL DE NUIT DANS LES METIERS DE L HOTELLERIE ET DE LA RESTAURATION Le fait de travailler la nuit n est ni naturel, au regard des rythmes chrono biologiques, ni sans risques, sur une longue période pour la santé des travailleurs ou la qualité de leurs conditions de vie. La progression du travail de nuit au cours des dernières décennies s observe même dans les secteurs ayant traditionnellement recours au travail de nuit du fait de la nature de leur activité (dont les hôtels restaurants). Autre évolution, les nouvelles générations n ont pas le même rapport au travail et semblent moins attachées à une organisation classique. Le travail de nuit offre l opportunité d une plus grande disponibilité le jour, au profit de leur vie personnelle, familiale et sociale. Les effets du travail de nuit Il existe une abondante littérature épidémiologique qui démontre l impact négatif à plus ou moins long terme du travail de nuit sur la santé. Le simple fait de veiller quelques nuits par an ne présente pas de risques particuliers et certaines personnes supportent même assez longtemps des horaires atypiques. Si l adaptation du travailleur à ces contraintes horaires est possible, le travail prolongé de nuit présente toutefois, des risques pour la santé des salariés et entraîne des perturbations de la vie sociale et familiale. A court terme, les principaux effets sur la santé du travail de nuit sont les troubles du sommeil liés à des facteurs chronobiologiques et une dette chronique du sommeil. Le sommeil diurne est moins réparateur car plus court, perturbé par des éléments extérieurs, morcelé et caractérisé par l absence du sommeil paradoxal. La consommation de médicaments pour aider au sommeil ou rester éveillé est plus élevée chez les salariés de nuit, variant en fonction de l âge et de l ancienneté dans l entreprise. Le travail de nuit entraîne également un déséquilibre nutritionnel des salariés de nuit et des troubles digestifs, résultant non seulement d un facteur comportemental alimentaire (alimentation pauvre en fibres, plats industriels, consommation excessive de thé ou de café) mais aussi de facteurs chronobiologiques. Les effets à long terme sont plus difficiles à prouver. Outre le volontariat, l auto-sélection par la santé est en effet importante pour l accès à un poste de nuit puis pour le maintien sur ce poste. A terme, ces conditions de travail produisent néanmoins des effets indéniables sur la santé sans qu il soit possible de fixer avec précision un seuil limite d exposition. De nombreux paramètres : conditions de travail, tâches effectuées, mode de vie, âge, ancienneté, viennent aggraver ou atténuer les conséquences de l exposition au travail de nuit. Nous pouvons citer, les troubles cardiovasculaires qui sont accrus, le travail de nuit favorisant certains facteurs néfastes directement (stress secondaire à la dette de sommeil ou au sentiment d isolement) ou indirectement (hypertension artérielle, troubles du rythme cardiaque, surpoids, tabagisme). 21

22 Plus globalement, le travail de nuit est à l origine d une sur-fatigue provoquant à long terme une usure prématurée de l organisme et une dégradation accusée de l état de santé. Les effets irréversibles et incapacitants du travail de nuit peuvent se faire sentir au-delà de la vie professionnelle. Des effets contrastés sur les conditions de travail Les répercussions sur les conditions de travail sont plus contrastées. Les appréciations variant selon qu il résulte d un choix individuel ou d une contrainte économique. En général le travail de nuit permet de disposer de plus de temps libre en journée. Surtout, l horaire atypique s accompagne habituellement de différentes compensations expliquant qu un salarié puisse choisir de travailler la nuit (supplément de salaire, meilleure ambiance de travail et plus grande solidarité dans les équipes, présence hiérarchique plus réduite et une plus grande autonomie. Mais globalement le travail de nuit cumule souvent de nombreuses autres contraintes horaires (travail le dimanche, durées de travail quotidiennes et hebdomadaires souvent plus longues) auxquelles s ajoutent des contraintes organisationnelles, les salariés de nuit étant davantage exposés à des pénibilités physiques ou soumis à des contraintes de vigilance. En outre, l accès à certains services (médecins du travail, activités sociales ) s avère matériellement plus compliqué. Les horaires de nuit peuvent entraîner un sentiment d isolement par un manque de communication et d information entre les équipes de jour et celles de nuit. L insuffisance de liens entre le jour et la nuit, ajoutée à celle d effectifs plus réduits la nuit, soulève la question de l isolement et du manque de reconnaissance professionnelle. L évolution professionnelle des salariés de nuit peut se trouver freinée du fait en particulier d un accès moins aisé aux actions de formation professionnelle, préjudiciable à l actualisation de leurs compétences initiales et au développement de nouvelles aptitudes. Les perturbations de la vie sociale et familiale Les salariés de nuit rencontrent des difficultés à gérer les décalages entre vie personnelle et familiale. L articulation entre travail et vie personnelle est rendue plus difficile en raison de la discordance entre ces horaires et les moments de disponibilité requis pour partager ses activités hors travail avec la famille et les amis. Le déphasage est en effet important par rapport aux rythmes généraux de la vie sociale et particulièrement aux rythmes scolaires. A la longue, ces discordances dans les emplois du temps tendent à s accompagner d une altération de la qualité des relations familiales et sociales. La question des transports représente également une difficulté encore plus prégnante pour les travailleurs de nuit souvent contraints à utiliser leur véhicule personnel avec un risque accru d accidents du fait du manque de vigilance induit par la fatigue à la sortie de leur poste de travail. 22

23 A TITRE D EXEMPLES, DES MESURES A METTRE EN OEUVRE Restreindre le travail permanent de nuit Compte tenu des répercussions néfastes sur la santé, le recours au travail de nuit permanent (sans alternance avec des horaires de jour) ne devrait être fondé que sur des raisons impératives qui engagent la viabilité économique de l entreprise Créer un repos compensateur Dans le cas de salariés travaillant de façon permanente la nuit, l idéal serait d instituer un repos compensateur Accompagnement au retour sur un poste de jour Pour faciliter le retour à un poste de jour, il peut être proposé un accompagnement spécifique des travailleurs de nuit, s inscrivant dans un parcours de formation et d évolution professionnelle (la baisse de rémunération est souvent un frein au retour à des horaires de jour Renforcement de la surveillance médicale Le travail de nuit est une véritable question de santé publique. Dans le dispositif de suivi médical individuel, le médecin du travail occupe une place prépondérante en évaluant les conséquences éventuelles du travail de nuit pour la santé des travailleurs de nuit du fait des modifications des rythmes chronobiologiques. Par ailleurs le médecin du travail établit une fiche d aptitude attestant de la capacité du travailleur à exercer un travail de nuit et prescrit des examens complémentaires s il le juge nécessaire. Il étudie les postes et les conditions de travail permettant ainsi de conseiller l employeur sur l organisation du travail de nuit en fonction des activités. Assurer une traçabilité de l exposition aux risques Dans le souci d une meilleure compréhension des risques sanitaires liés au travail de nuit, il est indispensable d assurer la traçabilité de l exposition aux risques pour les travailleurs de nuit. 23

24 FICHE TECHNIQUE LES PRODUITS CHIMIQUES DANS LES METIERS DE L HOTELLERIE ET DE LA RESTAURATION UN PROBLEME COMPLEXE Lorsque l on évoque les produits chimiques on pense qu ils ne sont pas très présents dans les métiers de l hôtellerie et de la restauration et pourtant, ils sont utilisés quotidiennement et parfois sans grande attention et pourtant. Un produit chimique est utilisé en fonction de ses aptitudes à résoudre les problèmes professionnels (enlever une tache sur la moquette d une chambre, détartrer les sanitaires, nettoyer le piano de cuisson.) : ce sont les effets bénéfiques. Par contre ce même produit peut présenter des effets secondaires, indésirables, liés aux conditions de son utilisation : ce sont les effets néfastes. Ils vont apparaître dans le temps, à bas bruit et peuvent évoluer vers une maladie professionnelle. Il s agit d un risque différé et invisible. Il est souvent fait une sous-estimation des expositions : «Cela fait 20 ans que je l utilise et il ne m est jamais rien arrivé S ils les vendent c est qu ils ne sont pas dangereux. J utilise de petites quantités.» Et des moyens de s en prémunir : «Je ne vais pas mettre une paire de gants, j en ai pour une minute» LES VOIES DE PENETRATION DANS L ORGANISME Produits dégraissants, désinfectants, détergents, liquides lessiviels, de rinçage, déboucheurs, détartrants sont largement utilisés dans les métiers de l hôtellerie-restauration. Ils peuvent être utilisés en tant que substances (pures) ou plus fréquemment en tant que mélanges : opérations de nettoyage des locaux, des surfaces Ils peuvent être émis par une activité ou un procédé (combustion, dégradation ) sous forme de poussières, fumées, vapeurs, gaz ou brouillards. Le risque chimique peut se manifester par pénétration dans l organisme selon trois voies : - La voie respiratoire : c est la principale voie d entrée des toxique dans l organisme (inhalation de gaz de combustion, de fumées, d aérosols ) - La voie cutanée : la peau représente une barrière naturelle mais celle-ci est incomplète et sélective (peau «abimée» par des produits chimiques ou lésée : plaies). Certains produits génèrent des lésions à l endroit de contact, d autres traversent la peau et provoque divers troubles. - La voie digestive : elle n est pas une voie habituelle de pénétration sauf cas d absorption accidentelle (produit chimique dans contenant alimentaire) ou d ingestion due aux souillures des mains. 24

25 LES PRINCIPAUX DANGERS Les produits chimiques qui entrent en contact avec le corps humain (par les voies respiratoires, la peau ou la bouche) peuvent perturber le fonctionnement de l organisme. Ils peuvent provoquer : - des intoxications aiguës avec des effets plus ou moins graves, - des intoxications chroniques : le contact répété avec certains agents chimiques, même à de faibles doses, peut alors porter atteinte aux poumons, aux nerfs, au cerveau, aux reins Les produits chimiques sont, en outre, parfois à l origine d incendie et d explosion et peuvent avoir des répercussions au-delà de l entreprise sur l environnement, en cas notamment de dysfonctionnements (renversement ou déversement accidentel, rupture de confinement, fuites ). LES SOURCES D INFORMATION Il existe deux principales sources d information : - l étiquette - la fiche de données de sécurité L étiquette L étiquetage est la première source d information essentielle et concise, fournie à l utilisateur sur les dangers des produits et sur les précautions à prendre lors de l utilisation. Les emballages des produits chimiques comportent une étiquette «standardisée» mentionnant : - l identification du produit - l identité et coordonnées du fournisseur - les pictogrammes de danger (ou symboles) - les risques particuliers du produit (ex : toxique par contact avec la peau et par ingestion, provoque de graves brûlures) - les conseils de prudence, et en particulier les précautions que l on doit prendre pour se protéger (ex : porter un vêtement de protection approprié) - la conduite à tenir en cas d accident. 25

26 Source INRS EXEMPLES DE PRODUITS CHIMIQUES UTILISES DANS L HOTELLERIE-RESTAURATION TYPE DE PRODUIT PICTOGRAMME EFFETS SUR LA SANTE ET LA SECURITE détergent sanitaire Provoque la destruction de tissus vivants (peau, muqueuse) par contact ou inhalation, corrode les matériaux Eau de javel C-Corrosif Irrite la peau, les yeux, les voies respiratoires Alcool 90 (alcool à brûler) Xi Irritant F inflammable Les vapeurs s enflamment en présence d une flamme, d une étincelle à température ambiante Irrite la peau, les yeux, les voies respiratoires Pastilles chlorées Xi Irritant Provoque des lésions en cas d absorption Produit de lavage (lave vaisselle) Liquide détartrage matériel (lavage vaisselle et linge) Détergent vitre Xn Nocif C-Corrosif C-Corrosif Provoque la destruction des tissus vivants (muqueuses, peau) par contact ou inhalation, corrode les matériaux Provoque la destruction des tissus vivants (muqueuses, peau) par contact ou inhalation, corrode les matériaux Irrite la peau, les yeux, les voies respiratoires Xi irritant 26

27

28

29

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Les facteurs de pénibilité applicables au 1 er janvier 2015 T R A V A I L D E N U I T T R A V A I L E N É Q U I P E S S U C C E S S I V

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE. 5 avril 2012

FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE. 5 avril 2012 PAUSE-CAFE FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE 5 avril 2012 Plan de la réunion Missions de votre service de santé au travail Pourquoi ce thème? L exposition aux risques et les préconisations Conclusion

Plus en détail

Vous utilisez des produits chimiques? Vous êtes concerné!

Vous utilisez des produits chimiques? Vous êtes concerné! 0 Vous utilisez des produits chimiques? Vous êtes concerné! À votre travail, vous utilisez des peintures, colles, graisses, encres, solvants, désherbants, ce sont des produits chimiques. Ils se présentent

Plus en détail

HUMI-BLOCK - TOUPRET

HUMI-BLOCK - TOUPRET FICHE DE DONNEES DE SECURITE Révision antérieure : (Selon l annexe II du Règlement REACH de l UE 1907/2006) Mise à jour : 19 janvier 2010 Version : 1 HUMI-BLOCK - TOUPRET 1-IDENTIFICATION DU PRODUIT ET

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

Classification et étiquetage des produits chimiques

Classification et étiquetage des produits chimiques Classification et étiquetage des produits chimiques 2013 PREAMBULE Le danger inhérent à un produit chimique doit être identifié et porté à la connaissance de toute personne susceptible d être en contact

Plus en détail

Comment détecter les risques psychosociaux en entreprise?

Comment détecter les risques psychosociaux en entreprise? Pourquoi identifier les risques psychosociaux en entreprise? Pour respecter l obligation de préserver la santé des salariés. Pour diminuer les accidents du travail, les maladies professionnelles, l absentéisme

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G KR-G Page 1 de 5 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE 1.1 Identificateur de produit : Nom du produit : KR-G 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

lu ~~ FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE Référence: DB

lu ~~ FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE Référence: DB FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE lu ~~ Référence: DB Objet: Nouvelles fiches de saisine du Comité Technique Paritaire Circulaire sur le stress

Plus en détail

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et

Plus en détail

BRICOLAGE. Les précautions à prendre

BRICOLAGE. Les précautions à prendre BRICOLAGE Les précautions à prendre Chaque année, près de 300 000 personnes arrivent aux Urgences à la suite d un accident de bricolage et/ou de jardinage. Respecter quelques règles simples de prévention

Plus en détail

Performance des organisations Santé au travail

Performance des organisations Santé au travail LA PRÉVENTION DES TMS ET DES ACCIDENTS DE TRAVAIL LIÉS A LA MANUTENTION DE CHARGES Centre de Gestion du Tarn et Garonne Le 4 octobre 2012 Performance des organisations Santé au travail SOMMAIRE Performance

Plus en détail

Protégez-vous des risques à l'origine des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) Information prévention

Protégez-vous des risques à l'origine des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) Information prévention Information prévention agir pour votre santé au travail Vous occupez un poste de mise en rayon dans une grande ou moyenne surface? Protégez-vous des risques à l'origine des Troubles Musculo-Squelettiques

Plus en détail

SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 -

SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 - SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 - OBJECTIF DE L ETUDE L objectif de cette étude est de répertorier tous les risques professionnels dans un pressing (base de l évaluation des

Plus en détail

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6 Acides et bases Acides et bases Page 1 sur 6 Introduction Sont réputés acides et bases au sens des règles de sécurité en vigueur en Suisse, les solides ou liquides qui ont une réaction acide ou alcaline

Plus en détail

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES Compétence du socle : Compétence 6 : Les compétences sociales et civiques. Contribution attendue : Utiliser un produit chimique

Plus en détail

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE Tous les jours, des milliers de Néo-Brunswickois travaillent près de produits chimiques dangereux. Même si

Plus en détail

Cahier des bonnes pratiques pour un nettoyage écologique des locaux du Conseil Général de la Gironde

Cahier des bonnes pratiques pour un nettoyage écologique des locaux du Conseil Général de la Gironde Le Conseil Général ménage votre santé! Cahier des bonnes pratiques pour un nettoyage écologique des locaux du Conseil Général de la Gironde Sommaire 1. Pourquoi créer ce cahier pratique du nettoyage écologique?

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL La FGTB a mené une enquête auprès de 4947 personnes (réponses valides) entre le 10 mars et le 3 avril sur la base d un questionnaire établi

Plus en détail

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 EPAC1 / LV Création : 20/02/08 Edition n 01 du 20/02/08 1. IDENTIFICATION 1.1 Désignation Nom

Plus en détail

Les risques professionnels dans les CAFES - HOTELS - RESTAURANTS - DISCOTHEQUES

Les risques professionnels dans les CAFES - HOTELS - RESTAURANTS - DISCOTHEQUES Personnel concerné Chef de bar, man (restaurant, hôtel, café, brasserie, discothèque) Propose à la clientèle les consommations Confectionne les cocktails commandés en salle Gère l approvisionnement de

Plus en détail

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 1 28/07/2011 08:28:01 & BONNES S TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES Le guide Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 2 28/07/2011 08:28:02 SOULEVER UN OBJET LOURD OU UNE PERSONNE

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

Le risque TMS chez les intervenants à domicile

Le risque TMS chez les intervenants à domicile Le risque TMS chez les intervenants à domicile Quelques chiffres accident est dû aux manutentions manuelles Quelques chiffres + de 85% des maladies professionnelles sont des T.M.S. 5 tableaux de maladies

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit TRANSOIL 140 Page 1/6 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Non concerné 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF PROGRAMMES VSP / PSE CAP Légende : Couleur bleue : contenus similaires Couleur rouge: Nouveautés Couleur verte : supprimé?

TABLEAU COMPARATIF PROGRAMMES VSP / PSE CAP Légende : Couleur bleue : contenus similaires Couleur rouge: Nouveautés Couleur verte : supprimé? TABLEAU COMPARATIF PROGRAMMES VSP / PSE CAP Légende : Couleur bleue : contenus similaires Couleur rouge: Nouveautés Couleur verte : supprimé? PROGRAMME VSP Programme 2002 S organise en 5 modules de formation

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012

les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012 PAUSE-CAFE les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012 Plan de la réunion Missions de votre service de santé au travail L élaboration du Document Unique Les risques du métier de comptable Conclusion et échanges

Plus en détail

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470 RECO DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES ACTIVITES DE SERVICES 1 Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques Yves Cousson - INRS Pour vous aider à : réduire le bruit

Plus en détail

FICHE METIER et PASSERELLES AGENT POLYVALENT DE RESTAURATION

FICHE METIER et PASSERELLES AGENT POLYVALENT DE RESTAURATION FICHE METIER et PASSERELLES AGENT POLYVALENT DE RESTAURATION Domaines : Services à la population Sous domaine : Restauration collective Code fiche du répertoire des métiers territoriaux : 11/D/24 AGENT

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Les produits d usage domestique comprennent les produits de nettoyage (p. ex., les nettoie-vitres et les produits de nettoyage

Plus en détail

FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC

FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC 1/5 FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC Identification de la préparation 1. Identification de la préparation de l entreprise Nom commercial: FUMESAAT 500 SC Identification Produit : éthofumésate 500 SC Substance

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

Solvants au Travail. Guide pour travailler en sécurité avec les solvants.

Solvants au Travail. Guide pour travailler en sécurité avec les solvants. Solvants au Travail Guide pour travailler en sécurité avec les solvants. Qu est-ce qu un solvant? De nombreux produits chimiques utilisés pour dissoudre ou diluer d autres produits ou matériaux sont appelés

Plus en détail

Risques psychosociaux et petites entreprises Outil "Faire le point"

Risques psychosociaux et petites entreprises Outil Faire le point Risques psychosociaux et petites entreprises Outil "Faire le point" 1 L entreprise est-elle confrontée à un problème récurent d absentéisme? tout à fait Plutôt oui Plutôt non pas du tout 2 L entreprise

Plus en détail

Les risques professionnels en EHPAD Carsat-am, juin 2013

Les risques professionnels en EHPAD Carsat-am, juin 2013 Les risques professionnels en EHPAD Carsat-am, juin 2013 Principaux risques professionnels Risques liés aux manutentions /mobilisation de personnes, lombalgie, TMS Déplacements, mobilisation de personnes

Plus en détail

Démarche de prévention de la pénibilité : Aide à la mise en œuvre

Démarche de prévention de la pénibilité : Aide à la mise en œuvre Démarche de prévention de la pénibilité : Aide à la mise en œuvre dans les TPE-PME T e m p é r a t u r e Produits chimiques Horaires décalés Manutention de la pénibilité dans les TPE-PME 1 Préambule Suite

Plus en détail

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer.

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Plan Canicule Fiche 3.2 : Les travailleurs En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Facteurs environnementaux Ensoleillement

Plus en détail

Agent d entretien des locaux

Agent d entretien des locaux Agent d entretien des locaux L entretien des locaux (bureaux, écoles, salles polyvalentes, structures sanitaires, gymnases ) nécessite l emploi de techniques, de produits et de matériels spécifiques qui

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE Cette évaluation doit être systématique, quelle que soit l activité de l entreprise, même s il n y a pas d exposition a priori du fait des activités de travail. L'objectif

Plus en détail

1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE

1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE FICHE DE DONNEES DE SECURITE ULTIMEG 2002T DATE DE RÉVISION : 03/02/2005 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE NOM DE PRODUIT ULTIMEG 2002T NO DE PRODUIT : U2002T DISTRIBUTEUR

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SECURITÉ Demand CS

FICHE DE DONNÉES DE SECURITÉ Demand CS 01. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIÉTÉ Nom commercial Code produit Usage envisagé LAMB97201 A UTILISER COMME INSECTICIDE UNIQUEMENT Le produit doit être utilisé conformément à l'étiquette Apparence

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie. ERP et IGH de Type O

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie. ERP et IGH de Type O Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 31/01/2012 N : 04.12 Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie ERP et IGH de Type O L arrêté du 25 octobre 2011 portant

Plus en détail

Préambule. Obligations des employeurs. La Fiche d Entreprise (revisitée) Missions des SSTi*

Préambule. Obligations des employeurs. La Fiche d Entreprise (revisitée) Missions des SSTi* Dr CROUZET 12/10/2012 SMTMP / RESACT Préambule Le chainon manquant Missions des SSTi* La Fiche d Entreprise (revisitée) Obligations des employeurs? Page 6 de la circulaire du Document Unique, du 18 avril

Plus en détail

Risques spécifiques Création : 17/03/1994. ocif

Risques spécifiques Création : 17/03/1994. ocif COMPAGNIE GENERALE DES INSECTICIDES 9 rue Louis Armand ST OUEN L'AUMONE 95315 CERGY PONTOISE Cedex Tél: 01.34.64.11.73 Fax: 01.30.37.15.90. FICHE DE DO EES SECURITE Réf. : GUEP2 Risques spécifiques Création

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

Exemples d ingrédients de Base et de logos «label bio ménage»

Exemples d ingrédients de Base et de logos «label bio ménage» Exemples d ingrédients de Base et de logos «label bio ménage» Exemples d utilisation Avantage des produits «BIO» et des ECOLABEL 1) Caractéristiques certifiées (label européen): les liquides vaisselles

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Introduction

Hygiène alimentaire. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Hygiène alimentaire Introduction Le temps de travail ne permet pas souvent aux salariés de déjeuner chez eux

Plus en détail

Référence nr 92526 Date d édition 16/02/11. Edition nr 1 Date de modification 29/10/10

Référence nr 92526 Date d édition 16/02/11. Edition nr 1 Date de modification 29/10/10 Page 1 de 7 1. Identification de la préparation et de l entreprise. 1.1. Identification de la préparation : Ref : 92526 1.2. Utilisation de la préparation : Efficacité immédiate et de longue durée contre

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3292 Convention collective nationale IDCC : 1979. HÔTELS, CAFÉS, RESTAURANTS

Plus en détail

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45 MYTHIC 10 SC Préparation biocide (TP18) pour lutter contre les fourmis et les punaises des lits Suspension concentrée (SC) contenant : 106 g/l de chlorfenapyr (N CAS : 122453-73-0) MYTHIC 10 SC - (chlorfénapyr

Plus en détail

Le Système Général Harmonisé : vers un nouvel étiquetage des produits chimiques dangereux

Le Système Général Harmonisé : vers un nouvel étiquetage des produits chimiques dangereux Le Système Général Harmonisé : vers un nouvel étiquetage des produits chimiques dangereux Annabel MAISON Institut National de Recherche et de Sécurité Département Expertise et Conseil Technique Quelques

Plus en détail

w w w. c r a m -l r. f r LES RISQUES DANS UNE CARROSSERIE L identification des risques pour la santé est la

w w w. c r a m -l r. f r LES RISQUES DANS UNE CARROSSERIE L identification des risques pour la santé est la Les risques professionnels en Languedoc-Roussillon w w w. c r a m -l r. f r DÉCOUVRIR LES RISQUES DANS UNE CARROSSERIE L identification des risques pour la santé est la principale difficulté dans l élaboration

Plus en détail

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail.

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail. Introduction Les troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs concernent tous les intervenants de l entreprise : dangerosité du salarié pour lui-même et pour autrui, risque de désorganisation de l activité

Plus en détail

Ce qu il faut savoir en matière d habitat et de santé, de plomberie et d installations de chauffage ou d eau chaude sanitaire

Ce qu il faut savoir en matière d habitat et de santé, de plomberie et d installations de chauffage ou d eau chaude sanitaire Ce qu il faut savoir en matière d habitat et de santé, de plomberie et d installations de chauffage ou d eau chaude sanitaire Quels sont les risques en matière de santé pour ces rénovations? Avant travaux

Plus en détail

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS)

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS) Repères Les troubles musculo-squelettiques (TMS) rassemblent un ensemble large de pathologies qui affectent les muscles, les tendons et les nerfs des membres supérieurs et inférieurs au niveau du poignet,

Plus en détail

Des produits chimiques dangereux dans mon secteur d activité? Aucun! Pourquoi?

Des produits chimiques dangereux dans mon secteur d activité? Aucun! Pourquoi? Des produits chimiques dangereux dans mon secteur d activité? Aucun! Pourquoi? Sommaire 1 : L étiquetage d un produit 2 : Comment lire une Fiche de Données de Sécurité? 3 : Les principales substances utilisées

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ selon le règlement (CE) 453/2010 modifiant le règlement (CE) 1907/2006 (REACH)

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ selon le règlement (CE) 453/2010 modifiant le règlement (CE) 1907/2006 (REACH) FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ selon le règlement (CE) 453/2010 modifiant le règlement (CE) 1907/2006 (REACH) EAU DE JAVEL CONCENTRÉE A 9,6 % DE CHLORE ACTIF 1- IDENTIFICATION DU MÉLANGE ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE

Plus en détail

Pénibilité au travail

Pénibilité au travail PENIBILITE ACTE II Pénibilité : quelques chiffres (Enquête DARES, suite à l étude SUMER 2010) 40 % des salariés exposés à au moins un facteur de pénibilité 10 % exposés à 3 facteurs au moins 70 % des ouvriers

Plus en détail

EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS DANS LES HÔTELS - RESTAURANTS

EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS DANS LES HÔTELS - RESTAURANTS EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS DANS LES HÔTELS - RESTAURANTS INTRODUCTION En vertu d un décret du 5 novembre 2001, l employeur doit transcrire et mettre à jour, dans un document unique, les résultats

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes

Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes Rappel: définitions Accident: - événement soudain Permet de distinguer l accident de la maladie, et en particulier de la maladie professionnelle

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une

Plus en détail

Fiche de données de sécurité Selon l Ochim (ordonn. produits chim.) du18.05.2005, paragr.3

Fiche de données de sécurité Selon l Ochim (ordonn. produits chim.) du18.05.2005, paragr.3 Nr. Article- Produit : 48785 Page: Page 1 En cas d urgence appeler le Centre Suisse d information toxicologique, Freiestr. 16, 8032 Zürich; Tél. des Urgences: ( jour et nuit) 145 ou +41 (0)44 251 51 51.

Plus en détail

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Page : 1/8 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Identification de la préparation Utilisation de la préparation Identification de la Société / Entreprise Adresse : Eosine

Plus en détail

Produit : TYTIN FC FDS n 201580/201590/202000 Date de création : 26/11/01 Date de mise à jour : 09/08/2013

Produit : TYTIN FC FDS n 201580/201590/202000 Date de création : 26/11/01 Date de mise à jour : 09/08/2013 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / MELANGE ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE 1.1 Identification de PRODUIT TYTIN FC 400 / 600 / 800 MG 1.2 Utilisation pertinentes de la substance 1.3 Renseignement concernant

Plus en détail

Fiche résumée : AIDE À DOMICILE

Fiche résumée : AIDE À DOMICILE Fiche résumée : AIDE À DOMICILE Aide ménagère Auxiliaire de vie Auxiliaire de vie sociale Auxiliaire familiale Employé familial Assistant de vie aux familles Assistant de vie dépendance Aide aux personnes

Plus en détail

Quand le stress nous rend malade

Quand le stress nous rend malade Yuri Arcurs Quand le stress nous rend malade Tous concernés! De quoi s agit-il? Le stress stimule notre organisme pour qu'il s'adapte à une nouvelle situation, bonne ou mauvaise. Deux hormones sont alors

Plus en détail

Inspection sanitaire des EHPAD. 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD

Inspection sanitaire des EHPAD. 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD Inspection sanitaire des EHPAD 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 17/11/2011 Contexte L inspection s inscrit dans le volet

Plus en détail

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Carrefour ARRAS Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Page / 4 Site : Carrefour ARRAS Expertise Identité complète Responsable : M. Bidon Paul rue des Sachets 600 ARRAS Date d'audit : 06/05/00 Consultant

Plus en détail

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Le mot des Présidents Le décret du 5 novembre 2001 impose une nouvelle obligation aux entreprises : formaliser les risques de l entreprise sur un document unique.

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Ergonomie et Prévention des risques professionnels

Ergonomie et Prévention des risques professionnels Ergonomie et Prévention des risques professionnels Catalogue des formations AVISErgonomique Laurent AVISSE Laurent AVISSE Ergonome Consultant 29, Rue de Montbazon 37 300 JOUE-LES-TOURS Tél : 06 09 44 30

Plus en détail

Laine de roche et Santé

Laine de roche et Santé Laine de roche et Santé La laine de roche ROCKWOOL et la santé La laine de roche de ROCKWOOL bénéficie de l exonération de la classification cancérogène, en application de la note Q de la directive 97/69/CE

Plus en détail

Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier

Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier Santé, Sécurité, Environnement Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier Formation initiale AP Formation ACMO 2010 Le risque routier : un risque professionnel majeur Les accidents de la

Plus en détail

COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÉCURITÉ DES CONDITIONS DE TRAVAIL RÉUNION TRIMESTRIELLE DU 16 MARS 2015 DE L ÉTABLISSEMENT LYONNAIS

COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÉCURITÉ DES CONDITIONS DE TRAVAIL RÉUNION TRIMESTRIELLE DU 16 MARS 2015 DE L ÉTABLISSEMENT LYONNAIS COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÉCURITÉ DES CONDITIONS DE TRAVAIL RÉUNION TRIMESTRIELLE DU 16 MARS 2015 DE L ÉTABLISSEMENT LYONNAIS Membres du CHSCT présents : Monsieur CHAPON Président du CHSCT Lyonnais Madame

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Nom commercial : Argon N FDS : G004 Formule chimique : Ar 2. COMPOSITION / INFORMATIONS

Plus en détail

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Délégation territoriale du Val-d Oise Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Maîtriser la température de l eau chaude sanitaire L exploitant d un réseau d eau

Plus en détail

T r a v a i l d e s j e u n e s

T r a v a i l d e s j e u n e s Situation : juillet 2008 T r a v a i l d e s j e u n e s AIDE- MEMOIRE www.sse-sbv-ssic.ch L'ordonnance sur la protection des jeunes travailleurs qui est entrée en vigueur le 1 er janvier 2008 a abaissé

Plus en détail

SANTE AU TRAVAIL. Risques Psycho-Sociaux & Document Unique, démarche intégrée? Mardi 17 janvier Citédes Entreprises 8h30-10h30

SANTE AU TRAVAIL. Risques Psycho-Sociaux & Document Unique, démarche intégrée? Mardi 17 janvier Citédes Entreprises 8h30-10h30 SANTE AU TRAVAIL Risques Psycho-Sociaux & Document Unique, démarche intégrée? Mardi 17 janvier Citédes Entreprises 8h30-10h30 Le management des RPS dans son entreprise RPS, de quoi parle-t-on? Quelle démarche

Plus en détail

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER henri MONDOR d AURILLAC 1er congrès de l AFGRIS METHODE D ANALYSE ET DE PREVENTION DES RISQUES ET CERTIFICATION ISO 9002 Un couple pertinent pour les services techniques

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux Livret 5 MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 5 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une liste non exhaustive d indicateurs

Plus en détail

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 RAISON SOCIALE JOHNSONDIVERSEY FICHE DE DONNEES DE SECURITE RISQUES SPECIFIQUES NON CLASSE 1 IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE - NOM DU PRODUIT RAID PIEGES ANTI-FOURMIS

Plus en détail

Légionellose: danger de contamination sur les chantiers souterrains

Légionellose: danger de contamination sur les chantiers souterrains Division médecine du travail suva Version août 2011 Factsheet Légionellose: danger de contamination sur les chantiers souterrains Irène Kunz, Marcel Jost Agent pathogène La legionella pneumophila est l'agent

Plus en détail

Système Général Harmonisé de Classification et d étiquetage des produits chimiques

Système Général Harmonisé de Classification et d étiquetage des produits chimiques Système Général Harmonisé de Classification et d étiquetage des produits chimiques Dr Jean Grondin Lætitia Davezat Stéphane Castex Septembre 2009 - R2 Sommaire Contexte règlementaire Le SGH REACH Les changements

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité 1 Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise 1.1. - Identification de la substance ou de la préparation FREECAN 1.2.- Emploi de la substance : déboucheur Concentrations utilisées:

Plus en détail