SOMMAIRE 1- PRESENTATION SOMMAIRE DE L OPERATION 2- LES SYSTEMES DE VENTILATION DIT «CLASSIQUES» 3- LES SYSTEMES INNOVANTS AUTOUR DU PATIO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE 1- PRESENTATION SOMMAIRE DE L OPERATION 2- LES SYSTEMES DE VENTILATION DIT «CLASSIQUES» 3- LES SYSTEMES INNOVANTS AUTOUR DU PATIO"

Transcription

1 SOMMAIRE 1- PRESENTATION SOMMAIRE DE L OPERATION 2- LES SYSTEMES DE VENTILATION DIT «CLASSIQUES» 3- LES SYSTEMES INNOVANTS AUTOUR DU PATIO

2 PRESENTATION DE L OPERATION L OPERATION EN QUELQUES CHIFFRES: IMMEUBLE DE BUREAUX R+3 DE 5 365M2 SHON Montant H.T. des travaux : AVEC LES CARACTERISTIQUES SUIVANTES - CONCEPTION BIO CLIMATIQUE - GRAND CONFORT VISUEL - BATIMENT BASSE CONSOMMATION D ENERGIE - TOITURE PHOTOVOLTAIQUE - RECUPERATION DES EAUX DE PLUIES - GESTION TECHNIQUE DU BATIMENT BATIMENT DURABLE MEDITERRANEEN VALIDEE OR EN PHASE CONCEPTION

3 NOS AXES DE NOTRE REFLEXION 1 BATIMENT PERFORMANT 1 kwh gagné c est celui qu on ne consomme pas DES SYSTEMES TECHNIQUES SIMPLES EPPROUVES EFFICACES AVEC DES AUXILIAIRES REDUITS Solutions choisies avec le souci d identifier et de réduire les consommations des auxiliaires des équipements envisagés ET UNE MAINTENANCE FAIBLE Maintenance préventive: des éléments simples pour une maintenance aisée Maintenance curative: une maintenance identifiée et constante dans la durée

4 Bâtiment performant Une façade très isolée en fibre de bois de 20 cm avec bardage extérieur bois déphasage de 14 h +durabilité du système 1- ENVELOPPE DU BATIMENT Menuiserie triple vitrage 4/16/4/16/4 (façade nord) Remplissage argon Menuiseries bois double 6/16/6 (façade sud) Remplissage argon Une isolation forte en toiture et en plancher Une forte inertie Coefficient de déperditions moyennes de l enveloppe TRES PERFORMANT Gain de 51.39% U<0.5 W/m2.K + de 2 X mieux isolé qu un bâtiment de référence (et en plus dans la durée )

5 2-SYSTEMES TECHNIQUES CHOISIES Une production centralisée BUREAUX très performante Produit industrialisé -COP=4.18 minoré de 10% soit EER=2.89 certifié Un système d émission confortable avec peu de maintenance Une ventilation double flux maîtrisée permettant: -La récupération d énergie par échange rotatif sur l air extrait -Un fonctionnement sur détection de présence ou de qualité d air suivant les locaux GAIN en Cep 86% où 62 % au sens du label BBC (limitation PV) Un éclairage naturel performant et des équipements très efficaces Une production photovoltaïque en toiture pour 661m2 orientés sud en shed

6 3-LES AUTRES ELEMENTS DE CONCEPTION Sur toiture en été pour diminuer les T C de toiture et améliorer les COP des PAC QUE LA REGLEMENTATION NE PREND PAS EN COMPTE la brumisation en été dans les atriums UN BATIMENT BASSE CONSOMMATION D ENERGIE ( DE REFERENCE AU SENS DU LABEL) VISANT DES CONSOMMATIONS REELLES ENCORE PLUS FAIBLES ET UN CONFORT MAXIMAL POUR LES OCCUPANTS Puits provençaux sur les deux patios la présence des bassins et des éléments végétaux améliorant le confort d été par évaporation la présence des éléments végétaux améliorant la qualité de l air

7 LA VENTILATION 1-VENTILATION MECANIQUE CLASSIQUE 2-PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES BUREAUX 3-SYSTEMES INNOVANTS AUTOUR DES PATIOS

8 1-VENTILATION MECANIQUE CLASSIQUE VMC dans les blocs sanitaires et les locaux de ménage: fonctionnement sur horloge Débit total 750 m3/h Choix de ventilateurs basse consommation: Pe totale 250 W

9 2-PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES BUREAUX Double flux avec récupérateur rotatif CTA sud et CTA nord: fonctionnement sur horloge + détecteur de présence dans les bureaux et sur sonde Co dans les salles de réunions /Débits 25 m3/h par personne (4050 et 4800 m3/h au sud et au nord) Coefficient d échange 69 % Choix de ventilateurs basse consommation: Pe totale 5880W

10 3-SYSTEMES INNOVANTS AUTOUR DES PATIOS FONCTIONNEMENT HIVER : Patios fermés et chauffés sur les cheminements et les zones d attente au droit des ascenseurs. Ventilation double flux avec récupérateur rotatif (coefficient d échange 73 %): débit 900 m3/h sur patio ouest et 600 m3/h sur patio est Pe=1680 W FONCTIONNEMENT ETE : Ventilation naturelle Patios largement ventilés en partie basse et haute section libre 3 m² à l ouest et 2 m2 à l est par des ouvrants motorisés asservis suivant le principe suivant Text > 20 C et si Tint> 24 C Ventilation double flux avec récupérateur rotatif (coefficient d échange 73 %): débit 900 m3/h sur patio ouest et 600 m3/h sur patio est Pe=1680 W Système d occultation extérieure à ouverture mécanisée à commande manuelle prévu afin de bénéficier des apports lumineux en été tout en occultant les apports solaires directs. Plancher réversible dans les zones d attentes et de circulation autour des patios Système de brumisation au droit des végétaux mis en route lorsque la température intérieure dépassera 26 C avec une régulation sur une consigne d hygrométrie de 60% dans les espaces Puits provençaux sous le bâtiment

11 1- THERMIQUE HIVER / PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES PATIOS ET DES BUREAUX Gaines vers Local Technique CTA SUD Gaines vers Local Technique CTA NORD Soufflage Reprise Plancher Chauffant Détection de présence Détection de présence Soufflage Reprise Plancher Chauffant Air Neuf Puit Puit Provençal Air Neuf Soufflage vers CTA DETENTE /HALL CTA Air Neuf Plancher Chauffant Soufflage depuis CTA DETENTE/HALL

12 1-THERMIQUE ETE / PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES PATIOS ET DES BUREAUX Protection Solaire Gaines vers Local Technique CTA SUD Gaines vers Local Technique CTA NORD Soufflage Reprise Plancher Rafraîchissant Détection de présence Détection de présence Soufflage Reprise Plancher Rafraîchissant Air Neuf Puit Puit Provençal Air Neuf Soufflage vers CTA DETENTE /HALL CTA Air Neuf Plancher Rafraîchissant Soufflage depuis CTA DETENTE/HALL

13 3-SYSTEMES INNOVANTS AUTOUR DES PATIOS Puits provençal surface sous le bâtiment au sud 700 m3 de terre offre une masse thermique directement utilisable pour un investissement faible: 3x30 ml polypropylène en DN x24 ml en DN 200 (collecteurs en 400) pente 0.5 % enfouissement à 2.3 ml de profondeur Après simulation sur une journée très chaude ou très froide, nous avons montré que le fait de passer par ce puits le débit d air neuf insufflé dans les patios au niveau des halls de détente, nous permettait un gain d énergie Le graphe suivant montre la température sortie de puits.

14 3-SYSTEMES INNOVANTS AUTOUR DES PATIOS Brumisation système d atomisation haute pression pour le rafraîchissement adiabatique direct en ambiance avec brumisation d eau de Ville traitée dans les patios 1 et 2 réalisée par des têtes de brumisation ventilées situées aux étages intermédiaires R+2 et R+3. Patio 1: 16 kg/h sur un étage d une cassette ventilée de 4 buses Patio 2: 22 kg/h sur un étage de 16 d une cassette ventilée de 4 buses et un étage de 6 kg/h Sureté hygiénique garantie grâce au strict respect des mêmes dispositifs appliqués sur les installations de traitement d air en centrale suivant VDI 6022 Alimentation en eau provenant d un traitement par osmose inverse obligatoire Système fonctionnant sans recyclage d eau Système de vidange intégrale et de cycles de rinçages entièrement paramétrables Conditions d enclenchement : T extérieure>22 C et T intérieure>26 C Ensuite, régulation sur hygrométrie relative avec une valeur haute fixée à 60% +/- 5%

La gestion intelligente des bâtiments

La gestion intelligente des bâtiments La gestion intelligente des bâtiments Les différentes possibilités pour rendre les bâtiments plus efficaces énergétiquement Mardi 1 avril 2014 Sommaire 0/ Le contexte général 1/ Le jeu de rôle de la construction

Plus en détail

L enjeu de la ventilation

L enjeu de la ventilation L enjeu de la ventilation Laurent Cabau France Air L enjeu de la ventilation Sous deux aspects: Réglementaire et Sanitaire Besoins, débits Techniquement et réglementaire Simple flux autoréglable Simple

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Retours d expériences: le suivi de bureaux Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Sommaire 2 L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse

Plus en détail

SYNOPTIQUE GTB Architecture Générale

SYNOPTIQUE GTB Architecture Générale STATION METEO TERMINAL EXPLOITATION (local technique) POSTE SUPERVISION (local pôle maintenance) AFFICHAGE PEDAGOGIQUE (Accueil) ACCES WEB GESTION CVC LOCAL TECHNIQUE GESTION EAU GESTION SERRE GESTION

Plus en détail

GESEC Siège Social - Rénovation des bureaux

GESEC Siège Social - Rénovation des bureaux GESEC Siège Social - Rénovation des bureaux Les Besoins Gestion des Apports Solaires Les Systèmes La Synthèse Site Climat & Ressources Ventilation QAI Typologie Bâtiment & les usages Isolation Thermique

Plus en détail

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation»

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Mercredi de l info du 22 février 2012 Conseil et Réseaux Bureau d études Bâtiment et Process «Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Vincent DUBAR Chef de projets

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

DERBI 2008 Perpignan. Hervé GILLI. Responsable du Pôle Habitat Grand Sud

DERBI 2008 Perpignan. Hervé GILLI. Responsable du Pôle Habitat Grand Sud DERBI 2008 Perpignan Hervé GILLI Responsable du Pôle Habitat Grand Sud Premières conclusions du Grenelle de l Environnement (COMOP 1) : Dès 2010 : niveau d exigence du label «Très Haute Performance Énergétique»

Plus en détail

Label Bâtiment Basse Consommation

Label Bâtiment Basse Consommation JUMELAGE Eco-Construction Label Bâtiment Basse Consommation CETE Mediterranée Nicolas Cabassud Bruno Cornen TUNIS 30-31 Janvier 2012 SOMMAIRE 1 Présentation du label Bâtiment Basse Consommation 2 Maitrise

Plus en détail

l offre économie d énergie France Air

l offre économie d énergie France Air l offre économie d énergie France Air les solutions à énergie renouvelable Le secteur du bâtiment est le premier consommateur d énergie en France. Il représente 43 % de l énergie consommée, et 25 % des

Plus en détail

OPTIMISATION THERMIQUE PAR SIMULATION DYNAMIQUE

OPTIMISATION THERMIQUE PAR SIMULATION DYNAMIQUE OPTIMISATION THERMIQUE PAR SIMULATION DYNAMIQUE 1 OBJET L objet du présent document est l analyse et l optimisation de la thermique d'hiver d un projet de construction de maison individuelle à ossature

Plus en détail

Le bâtiment à énergie positive

Le bâtiment à énergie positive Alain Garnier Le bâtiment à énergie positive Comment maîtriser l énergie dans l habitat? Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13243-4 Sommaire Avant-propos Partie 1 BBC neuf et rénovation, BEPAS, BEPOS

Plus en détail

Maîtriser la consommation d énergie des bâtiments ILLUSTRATIONS DE PRINCIPES GENERAUX DE CONCEPTION ARCHITECTURALE

Maîtriser la consommation d énergie des bâtiments ILLUSTRATIONS DE PRINCIPES GENERAUX DE CONCEPTION ARCHITECTURALE Maîtriser la consommation d énergie des bâtiments ILLUSTRATIONS DE PRINCIPES GENERAUX DE CONCEPTION ARCHITECTURALE Une philosophie : des solutions simples et du bon sens + Cibler les choix L approche Architecturale

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

Vers les bâtiments à énergie positive. Comment travailler ensemble?

Vers les bâtiments à énergie positive. Comment travailler ensemble? Vers les bâtiments à énergie positive. Comment travailler ensemble? 1 AUJOURD HUI Tout concourt à des solutions efficientes de confort, à faible impact environnemental et au développement durable. 2 La

Plus en détail

RT 2012 et RT existant

RT 2012 et RT existant RT 2012 et RT existant RéglemenTaTion TheRmique et efficacité énergétique Dimitri molle et Pierre-manuel Patry ÊG roupeêe yrolles,ê2 011,ÊI SBNÊ:Ê9 78-2-212-12979-3 Sommaire Avant-propos... 1 Partie 1

Plus en détail

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 ENERGY BREAKFAST Le chauffage de votre entreprise 2 TABLE DES MATIERES Le chauffage : C EST IMPORTANT! Diverses techniques de chauffage Nouvelles techniques de chauffe La

Plus en détail

Centre d Accueil des Heures Claires. AGRANDISSEMENT DE LA RESIDENCE LEON D ANDRIMONT à LIMBOURG. Présentation, le 24 janvier 2013

Centre d Accueil des Heures Claires. AGRANDISSEMENT DE LA RESIDENCE LEON D ANDRIMONT à LIMBOURG. Présentation, le 24 janvier 2013 Centre d Accueil des Heures Claires. AGRANDISSEMENT DE LA RESIDENCE LEON D ANDRIMONT à LIMBOURG. Présentation, le 24 janvier 2013 SITUATION EXISTANTE SITUATION EXISTANTE SITUATION EXISTANTE SITUATION EXISTANTE

Plus en détail

Suivi d une crèche à Redon. Constance LANCELLE Dter Ouest / DLRCA

Suivi d une crèche à Redon. Constance LANCELLE Dter Ouest / DLRCA Suivi d une crèche à Redon Constance LANCELLE Dter Ouest / DLRCA 22 Avril 2014 Sommaire Présentation de l opération Le chantier et l instrumentation Résultats Consommations brutes et recalculées Confort

Plus en détail

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES MountEE - Efficacité énergétique et construction durable dans les communes européennes de montagne EIE/11/007/SI2.615937 BONNES PRATIQUES CONCERNANT LA CONSTRUCTION ET LA REHABILITATION DURABLE DES BÂTIMENTS

Plus en détail

Cycle de formation énergie environnement 2015-2016

Cycle de formation énergie environnement 2015-2016 Cycle de formation énergie environnement 2015-2016 Ventilation générale des bâtiments : concepts techniques et applications pratiques dans les immeubles de logements Martial Götz Présentation du : 19.11.2015

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Troisième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «GLOBALE» Champ d application Principes Exigences Exemples

Troisième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «GLOBALE» Champ d application Principes Exigences Exemples Troisième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «GLOBALE» Arrêté relatif à la performance énergétique des bâtiments existants de surface supérieure à 1000 m², lorsqu ils font

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL

AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL Montreuil, le 10 mars 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL Réunion Intermédiaire Florent LOUSSOUARN DES TEXTES RÉGLEMENTAIRES Bâtiments avant 1974 1 er choc pétrolier RT 74 Décret affichage

Plus en détail

Exemples de solutions techniques pour économiser l énergie

Exemples de solutions techniques pour économiser l énergie Exemples de solutions techniques pour économiser l énergie Sylvie FEUGA LQE sylvie.feuga@lqe.fr Tél : 03 83 31 09 88 1 [ Priorités en rénovation ] Déperditions énergétiques moyennes d une maison individuelle

Plus en détail

OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS

OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS Michel Perrin Directeur opérationnel CNDB Un marché en pleine expansion Plus de 10 000 maisons et logements bois/an Une demande potentielle

Plus en détail

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton 1 Maison BBC en béton : 2 grands principes, 5 règles d or Une conception pensée en amont Une conception «bioclimatique»

Plus en détail

La pierre massive : nouvelles exigences, nouveaux outils - 27 juin 2013. concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants.

La pierre massive : nouvelles exigences, nouveaux outils - 27 juin 2013. concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants. RT2012 concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants.fr Sommaire RT2012, informations essentielles «On vient d où?» Visualisation bilan énergétique, rappels RT RT 2012 «C est

Plus en détail

récupération d énergie > bâtiments tertiaires > récupérateurs avec rafraîchissement intégré Récupérateur haute performance avec PAC intégrée Nouveau

récupération d énergie > bâtiments tertiaires > récupérateurs avec rafraîchissement intégré Récupérateur haute performance avec PAC intégrée Nouveau Nouveau Récupérateur haute performance avec PAC intégrée ÆÆTarifs p. 1142 ÆÆPièces détachées p. 1947 échangeur Contre-flux Moteur Basse consommation ECM RAFRAICHISSEMENT PAC intégrée InsTAllation Intérieur

Plus en détail

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION RT 2012 : Le cas du logement collectif Ulrich ROCHARD Ingénieur génie climatique / thermicien POUGETS Consultants, Paris Mardi 8 novembre 2011 La RT 2012 : le départ est donné

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction

Plus en détail

Le BBC et son Label ZAC du Centre Ville Ilot Stalingrad Résidence Mosaïque Samedi 22 juin 2013 Le Label BBC - effinergie Pour les constructions neuves : c est concevoir et réaliser des bâtiments dont la

Plus en détail

1) Campagnes de mesures

1) Campagnes de mesures campagnes de mesures 1) Campagnes de mesures P.1... - Mesures sur 1 an et 3 mois d assistance à la mise au point des installations CVC sur 30 logement à Joues les Tours (37) P.2... - Mesures sur 3 mois

Plus en détail

Bâtiments démonstratifs au fonctionnement maîtrisé. 21 mars 2006

Bâtiments démonstratifs au fonctionnement maîtrisé. 21 mars 2006 Bâtiments démonstratifs au fonctionnement maîtrisé 21 mars 2006 kwh/ m².an 160 140 120 100 80 60 40 20 0 Réalisation de bâtiments RT2000 autonomes en énergie RT2005 projets de démonstration Cible 2020

Plus en détail

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement Cadre réglementaire Rappel : délai d application

Plus en détail

Projet soutenu par. 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be

Projet soutenu par. 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be Projet soutenu par 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be L équipe de recherche BEMS Le concept de maison E+ VallEnergie : action 3 simulation de maisons à énergie

Plus en détail

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 M. Delorme 1 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Marc Delorme Inter Forêt-Bois 42 FR-Saint Etienne 2 3 ème Forum

Plus en détail

Construction d un bâtiment industriel/tertiaire plus un logement au standard passif à Schlierbach

Construction d un bâtiment industriel/tertiaire plus un logement au standard passif à Schlierbach > Architecte / Bureau d'études Appel à projets bâtiments économes en énergie Cette fiche a été réalisée dans le cadre du deuxième appel à projets «bâtiments économes en énergie» lancé début 2009 par l

Plus en détail

LE GUIDE DE LA MAISON ENVIRONNEMENTALE

LE GUIDE DE LA MAISON ENVIRONNEMENTALE Des procédés durables, écologiques et à faible consommation d énergie Pierre Etoile s engage à respecter l environnement au travers de la construction de ses résidences. Terra Natura s inscrit dans cette

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat 1 - Td 3-1 Etude des déperditions d un pavillon F3 On étudie le pavillon F3, situé à Blois (41) dont le plan de masse est donné ci-dessous. La ventilation de ce pavillon est

Plus en détail

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien Congrès Besançon 2015 Outils de mesure de la consommation du BATI ANCIEN Selon la consommation réelle mesurée (étude BATAN 2007) Logiciels thermiques

Plus en détail

Performance thermique des enveloppes à ossature en bois

Performance thermique des enveloppes à ossature en bois Performance thermique des enveloppes à ossature en bois MANDRARA Zaratiana Institut technologique FCBA www.fcba.fr Marché de la construction Bois 5% 12% Bois empilé CLT Poteaux poutres Ossature bois Autres

Plus en détail

La qualité de l'air intérieur... Pourquoi? Comment? Avec Qui? Qualité de l'air : les enjeux

La qualité de l'air intérieur... Pourquoi? Comment? Avec Qui? Qualité de l'air : les enjeux La qualité de l'air intérieur... Pourquoi? Comment? Avec Qui? Nicolas BLONDET, Prescripteur habitat ALDES représentant UNICLIMA Qualité de l'air : les enjeux 4 juillet 2013 Toulouse Attestation acoustique

Plus en détail

La ventilation des bâtiments tertiaires: problématiques

La ventilation des bâtiments tertiaires: problématiques La ventilation des bâtiments tertiaires: problématiques CETE Méditerranée Jean-Alain Bouchet 10 mars 2011 Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée www.cete-mediterranee.fr Plan de l exposé

Plus en détail

FICHE CALCULS THERMIQUES "AVANT ET APRES TRAVAUX" INFORMATIONS GENERALES SOCIETE AGENCE CODE CITE ADRESSE CITE

FICHE CALCULS THERMIQUES AVANT ET APRES TRAVAUX INFORMATIONS GENERALES SOCIETE AGENCE CODE CITE ADRESSE CITE FICHE CALCULS THERMIQUES "AVANT ET APRES TRAVAUX" INFORMATIONS GENERALES SOCIETE AGENCE CODE CITE ADRESSE CITE TYPE DE LOGEMENT (collectif/individuel) MODE DE CHAUFFAGE (collectif/individuel) ENERGIE DE

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Quelques rappels sur la RT2012 et le projet de RT2020. RT2012 et RT2020 :

Plus en détail

Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz

Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz VILLE DE METZ JUIN 2011 Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz Notice réalisée par le groupement S2E UBIQUE dans le cadre de sa mission d assistance à maîtrise d ouvrage. SOMMAIRE

Plus en détail

Etude thermique réglementaire RT 2012 sur une extension d habitation Phénix

Etude thermique réglementaire RT 2012 sur une extension d habitation Phénix Etude thermique réglementaire RT 2012 sur une extension d habitation Phénix Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina 1 I. Objet de l étude L étude consiste en la réalisation

Plus en détail

De la conception à la réalisation

De la conception à la réalisation De la conception à la réalisation d une maison BBC, à énergie positive Gaël LHENRY et Hélène SINGEZ 09 avril 2010 Un pôle de compétences au service des maîtres d ouvrage publics et privés CAeP, versdes

Plus en détail

La maison zéro énergie (ou énergie positive)

La maison zéro énergie (ou énergie positive) La maison zéro énergie (ou énergie positive) Maison qui consomme pas ou peu d énergie Utilise des énergies renouvelables Respectueuse de l'environnement Avantages : - Diminution du bilan carbone (moins

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements. Intégration Chantier

Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements. Intégration Chantier Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements Intégration Chantier Confort et santé Entretien et gestion Consommation Analyse du cycle de vie

Plus en détail

CARACTERISTIQUES du BATIMENT

CARACTERISTIQUES du BATIMENT CARACTERISTIQUES du BATIMENT Type de bâtiment : Maison individuelle Année de construction : Entre 1948 et 1974 Forme du bâtiment : Avec décrochement Longueur : 1 m Largeur : 1 m Surface Shon : 202,40 m²

Plus en détail

EC O N F O R M. La référence en ventilation auto-modulée

EC O N F O R M. La référence en ventilation auto-modulée RT A LA RT 2005 EC O N F O R M La référence en ventilation auto-modulée LA VENTILATION AUTO-MODULÉE, UNE RÉFÉRENCE DANS LA RT 2005 Pour tout bâtiment neuf, la réglementation thermique 2005 doit être respectée.

Plus en détail

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur.

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur. La ventilation en rénovation r : Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur Octobre 2010 Introduction Il s agit de présenter ici le point de vue d un maître

Plus en détail

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE Didier ROSPIDE - Sandra RIPEAU 15/03/12 Présentation Bâtiments passifs CCI Plan de la conférence Présentation du concept Passif Le 1ère

Plus en détail

Retour d expérience : Hélianthe

Retour d expérience : Hélianthe Retour d expérience : Hélianthe Présentation de M. Vianney FULLHARDT, Eiffage Construction Dans le cadre de la matinée technique IFPEB CSTB du 28 novembre 2012. 28/11/2012 1 HELIANTHE à Lyon Confluence

Plus en détail

Réglementation thermique 2012. 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1

Réglementation thermique 2012. 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1 Réglementation thermique 2012 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1 La règlementation thermique 2012 (RT2012) - Plan 1 RT2012 : Généralisation des principes

Plus en détail

Bureaux Surface nette : 1850 m²

Bureaux Surface nette : 1850 m² - Concours restreint, 3 participants - Rénovation de bureaux - Début 2007 - Maître de l Ouvrage: CREDIBE - Logement - Démarche environnementale Bureaux Surface nette : 1850 m² Concept architectural Fonction

Plus en détail

vendredi 21 novembre 2014 Hôtel Radio CHAMALIÈRES

vendredi 21 novembre 2014 Hôtel Radio CHAMALIÈRES vendredi 21 novembre 2014 Hôtel Radio CHAMALIÈRES Pascal VALLADONT Directeur d HDL Rénovation basse consommation d un bâtiment existant : Espace Jean Jaurès à Besançon La basse énergie appliquée à la réhabilitation

Plus en détail

Version n 3 du 11 décembre 2009

Version n 3 du 11 décembre 2009 SYNTHESE de l étude thermique Projet de Maison Individuelle Basse Consommation Maîtres d ouvrage : M. et Mme Enjolras Lieu : La Bâtie Divisin (38) Version n 3 du 11 décembre 2009 SOMMAIRE : 1. Hypothèses

Plus en détail

Oze mai 2012. Le fonctionnement thermique d un bâtiment. Le coût d un bâtiment. RT 2012 / Passivhaus

Oze mai 2012. Le fonctionnement thermique d un bâtiment. Le coût d un bâtiment. RT 2012 / Passivhaus Le fonctionnement thermique d un bâtiment Le coût d un bâtiment RT 2012 / Passivhaus Le concept du Passivhaus La conception L outil de calculs Les contrôles Les mesures (garantir les consommations) La

Plus en détail

De nombreux locaux de bâtiments tertiaires sont utilisés à la fois de manière intermittente et par des nombres de personnes très variables.

De nombreux locaux de bâtiments tertiaires sont utilisés à la fois de manière intermittente et par des nombres de personnes très variables. 1 FICHE OX «GESTION DE L AIR PERFORMANTE DANS LES LOCAUX A USAGE INTERMITTENT (NEUF OU EXISTANT) PAR AUTOMATISATION DES DEBITS EN FONCTION DE LA PRESENCE OU DU TAUX DE CO 2» 1/ Contexte et Enjeux De nombreux

Plus en détail

MEDIACOM 3 Immeuble de bureaux à Saint-Denis. JOURDA Architectes Paris

MEDIACOM 3 Immeuble de bureaux à Saint-Denis. JOURDA Architectes Paris MEDIACOM 3 Immeuble de bureaux à Saint-Denis Densifier la ville Construire un volume compact, et un maximum de plateaux afin de densifier la ville. Remplir l objectif de densification et de valorisation

Plus en détail

Score BDM en Réalisation : 84 points = niveau Or. «L ensoleillée» : 4 immeubles de bureaux, Aix en Pce

Score BDM en Réalisation : 84 points = niveau Or. «L ensoleillée» : 4 immeubles de bureaux, Aix en Pce «L ensoleillée» : 4 immeubles de bureaux, Aix en Pce 1 Fiche d identité Maître d Ouvrage Architecte BE thermique AMO QEB NEXITY Ywood Business TANGRAM ARCHITECTURES BG21 (EnR Concept) (Fluide et QEB) Timber

Plus en détail

PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX.

PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX. PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX. source Helios Le puits canadien ou provençal, comme la ventilation mécanique double flux, s inscrivent dans la nouvelle politique de construction. Le premier est très

Plus en détail

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages Concilier confort acoustique et santé des occupants Choix des vitrages 2010 1 Le verre : ses spécificités Le verre : permet la vision vers l extérieur laisse pénétrer, dans les bâtiments, la lumière naturelle.

Plus en détail

Le triple vitrage. Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris. Bruno Carrel

Le triple vitrage. Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris. Bruno Carrel Le triple vitrage Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris Bruno Carrel 1. Rappels 2. Parois vitrées et parois opaques 3. Vitrer plus large 4. SGG PLANITHERM LUX 5. Conclusion Le rayonnement

Plus en détail

ANNEXE : UNE VILLA TOURNEE VERS L ECOLOGIE

ANNEXE : UNE VILLA TOURNEE VERS L ECOLOGIE ANNEXE : UNE VILLA TOURNEE VERS L ECOLOGIE Juin 2012 SERVICE PRESSE : Elodie HERNANDEZ 06.73.04.54.05 press@villa-luxe-sarlat.com PROPRIETAIRE : Yves BLAVIGNAT 06.78.85.64.25 www.villa-luxe-sarlat.com

Plus en détail

Cette maison avait pour but d être la moins énergivore possible et aller au-delà en devenant une maison à énergie positive.

Cette maison avait pour but d être la moins énergivore possible et aller au-delà en devenant une maison à énergie positive. Mardi 20 Novembre 2012 Démarche du projet Cette maison est un projet personnel, pour accueillir 4 personnes. Le choix du lieu d implantation a été important par rapport au lieu de travail afin de diminuer

Plus en détail

Méthodologie de suivi et d analyse. Myriam Humbert, CETE de l Ouest

Méthodologie de suivi et d analyse. Myriam Humbert, CETE de l Ouest Méthodologie de suivi et d analyse Myriam Humbert, CETE de l Ouest BÂTIMENTS EXEMPLAIRES BASSE CONSOMMATION : QUELLES PERFORMANCES RÉELLES? - PARIS, LE 29 NOVEMBRE 2013 Sommaire 2 Objectif de l analyse

Plus en détail

Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie

Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie Fiche d opération Armapa -2011 cd2e- Page 1 Introduction L évolution du prix de l énergie encourage nos concitoyens à changer d exigences

Plus en détail

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l éco-construction ---------------------------- 50 modules de formation

Plus en détail

L EFFICIENCE ÉNERGÉTIQUE POUR LE BÂTIMENT MÉDITERRANÉEN

L EFFICIENCE ÉNERGÉTIQUE POUR LE BÂTIMENT MÉDITERRANÉEN L EFFICIENCE ÉNERGÉTIQUE POUR LE BÂTIMENT MÉDITERRANÉEN Rencontres CEA INDUSTRIE en région PACA N 1 La cité des énergies Cadarache K. Zunino 12/12/2012 Référence Présentation jj mmm aaaa PLAN 1. L énergie

Plus en détail

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 Stéphane GIRAULT Études de conception en génie climatique et électricité Audits énergétiques Études

Plus en détail

LE JARDIN DE JULES ZAC des Maisons Neuves VILLEURBANNE (Rhône)

LE JARDIN DE JULES ZAC des Maisons Neuves VILLEURBANNE (Rhône) LE JARDIN DE JULES ZAC des Maisons Neuves VILLEURBANNE (Rhône) Innovation environnementale 1 Le Jardin de Jules : plan de situation 2 Le contexte : Le Jardin de Jules : le contexte Au sein de la ZAC des

Plus en détail

Maisons Individuelles THPE et BBC. Les solutions avec les produits manufacturés en béton.

Maisons Individuelles THPE et BBC. Les solutions avec les produits manufacturés en béton. Maisons Individuelles THPE et BBC Les solutions avec les produits manufacturés en béton. Principes des solutions étudiées dans le cadre de la Réglementation Thermique concernant les prestations courantes

Plus en détail

Inertie dans les bâtiments passifs constante de temps. PECOURT Alexandre

Inertie dans les bâtiments passifs constante de temps. PECOURT Alexandre Inertie dans les bâtiments passifs constante de temps PECOURT Alexandre Sommaire 1. Constante de temps = couple isolation / inertie 2. Influences de la constante de temps 3. Conclusions et proposition

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

Les jeudis de l immobilier

Les jeudis de l immobilier 1 Les jeudis de l immobilier Performance énergétique des bâtiments existants Direction de l Expertise Immobilière Présentateurs : CAIRE Yoann MESSAOUDI Mustapha Juin 2012 Sommaire 2 1- Contexte et enjeux

Plus en détail

Mise en place d une énergie renouvelable obligatoire en maison(s) individuelle et groupées

Mise en place d une énergie renouvelable obligatoire en maison(s) individuelle et groupées Besoin bioclimatique inférieur au Bbio max Attestation à remettre au permis de construire Consommation d énergie primaire inférieure au Cep max Etude à finaliser avant le début de la construction Température

Plus en détail

Newsletter Label Promotelec Performance

Newsletter Label Promotelec Performance OCTOBRE 2013 Certification, visites sur site et écarts récurrents sur les installations de VMC 1. Certification, visites sur site et écarts récurrents Fort de 130000 logements neufs visités à ce jour,

Plus en détail

MAISON BBC TD1 VENTILATION DANS UNE HABITATION (VMC DOUBLE FLUX) BAC PRO Electrotechnique, énergie, équipements communicants TD 1

MAISON BBC TD1 VENTILATION DANS UNE HABITATION (VMC DOUBLE FLUX) BAC PRO Electrotechnique, énergie, équipements communicants TD 1 MAISON BBC TD1 VENTILATION DANS UNE HABITATION (VMC DOUBLE FLUX) Page : 1/9 Fonction du métier : F0 Etude Tâches mises en œuvre : T03 Prendre en compte les enjeux environnementaux, la maîtrise de la consommation

Plus en détail

Construction d une maison individuelle. Le Clos de Coat Carric. 22310 Plestin les grèves. Maitres d ouvrage : Marie Kaminski et Thierry HAMON

Construction d une maison individuelle. Le Clos de Coat Carric. 22310 Plestin les grèves. Maitres d ouvrage : Marie Kaminski et Thierry HAMON Construction d une maison individuelle Le Clos de Coat Carric 22310 Plestin les grèves Maitres d ouvrage : Marie Kaminski et Thierry HAMON Introduction : Le projet «Ty Wakan» est un projet développé par

Plus en détail

1. Bureau d études thermiques et aérauliques

1. Bureau d études thermiques et aérauliques Créé en 1999 14 collaborateurs CA 2008 : 1,2 M HT Qualité environnementale du bâtiment 1. Bureau d études thermiques et aérauliques TRNSYS : consommations d énergie et confort thermique, par simulations

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 La Réglementation Thermique 2012 Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 1 Introduction Depuis le 1 er janvier 2013, une nouvelle réglementation thermique s applique à

Plus en détail

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE COMPLEXE CINEMATOGRAPHIQUE DU PLATEAU DE LA BRIE PROJET DE CINEMA SUR LE TERRITOIRE DE COULOMMIERS NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE MAITRE D OUVRAGE: COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA BRIE DES

Plus en détail

LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE LE BESOIN BIOCLIMATIQUE

LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE LE BESOIN BIOCLIMATIQUE LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE Des équipements performants pour une consommation d énergie réduite Ventilation performante (naturelle, naturelle assistée, simple flux, double flux...) Energies

Plus en détail

DOSSIER D ETUDE THERMIQUE REGLEMENTAIRE RT 2005

DOSSIER D ETUDE THERMIQUE REGLEMENTAIRE RT 2005 DOSSIER D ETUDE THERMIQUE REGLEMENTAIRE RT 2005 Projet de maison individuelle de Monsieur et Madame LORRAIN située à MONTLAUR 31450 Descriptif général L étude suivante a pour objet de présenter les calculs

Plus en détail

Les règles de l isolation

Les règles de l isolation 3 Les règles de l isolation Étape 1 : assurer une excellente isolation thermique des parois vitrées et opaques. En plus de jouer un rôle de barrière contre les déperditions thermiques, l isolation des

Plus en détail

modulys ta compo Nos gammes de CTA pour traiter vos locaux intègrent aussi de la récupération d énergie www.france-air.com RT 2012

modulys ta compo Nos gammes de CTA pour traiter vos locaux intègrent aussi de la récupération d énergie www.france-air.com RT 2012 Nos gammes de CTA pour traiter vos locaux intègrent aussi de la récupération d énergie modulys ta compo RT 2012 Rue des Barronnières Beynost 01708 Miribel Cedex Fax : +33 [0]4 78 55 25 63 Accueil Clients

Plus en détail

Nouvelle usine éco-responsable

Nouvelle usine éco-responsable Nouvelle usine éco-responsable Bibal investit dans un bâtiment d avenir Pour gérer sa croissance tout en respectant l environnement, Philippe BERTRAND, PDG des Cafés BIBAL, a pris le parti de construire

Plus en détail

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Conçu et équipé pour s adapter aux méthodes de travail et aux exigences de communications des nouvelles technologies, le nouvel immeuble

Plus en détail

VENTILATION ) 01 46 83 60 80. CESC, organisme de formation déclaré sous le n 52 85 01378 85 Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l Etat

VENTILATION ) 01 46 83 60 80. CESC, organisme de formation déclaré sous le n 52 85 01378 85 Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l Etat VENTILATION 102 ) 01 46 83 60 80 CESC, organisme de formation déclaré sous le n 52 85 01378 85 Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l Etat VENTILATION CLIMATISATION ET VENTILATION Guide de choix

Plus en détail

Qu est ce qu un projet performant?

Qu est ce qu un projet performant? S2: Les clés de la performance Qu est ce qu un projet performant? Un projet avec beaucoup d énergies renouvelables Un projet très isolé Un projet dont le % de vitrage est d environ 1/6 de de surface habitable

Plus en détail

Niveau de prise en compte de la cible

Niveau de prise en compte de la cible Caractéristiques environnementales du bâtiment (selon les cibles HQE) Niveau de prise en compte de la cible Objectif fixé lors de la phase de conception 1. Relation harmonieuse du bâtiment avec son environnement

Plus en détail