Énergie renouvelable et efficacité énergétique en Tunisie : emploi, qualification et effets économiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Énergie renouvelable et efficacité énergétique en Tunisie : emploi, qualification et effets économiques"

Transcription

1 Énergie renouvelable et efficacité énergétique en Tunisie : emploi, qualification et effets économiques

2 mentions légales À son titre d entreprise fédérale, la GIZ soutient le gouvernement allemand dans la realisation de ses objectifs de coopération internationale pour le développement durable. Publié par Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH Sièges de la société Bonn et Eschborn, Allemagne T (Bonn) T (Eschborn) Friedrich-Ebert-Allee Bonn, Allemagne T F E I Dag-Hammarskjöld-Weg Eschborn, Allemagne T F E I Bureau de la GIZ à Tunis Le Grand Boulevard de la Corniche Immeuble le Grand Boulevard Les Berges du Lac II Tunis Tunisie T F E I Responsable Ulrich Laumanns (GIZ) Projet «Promotion des energies renouvelables et de l efficacité énergétique en Tunisie» Auteurs Ulrike Lehr (GWS) Anke Mönnig (GWS) Rafik Missaoui (Alcor) Sami Marrouki (Alcor) Conception MediaCompany GmbH Photos Page de garde: Fotolia.com / kotoyamagami Autre: GIZ Impression Das Druckhaus GmbH Printed on 100 % recycled paper, certified to FSC standards Lieu et date de publication Tunis, décembre 2012

3 Énergie renouvelable et efficacité énergétique en Tunisie : emploi, qualification et effets économiques

4 Sommaire Résumé exécutif 4 Introduction 6 Partie I : Les expériences internationales avec la création d emploi dans le domaine des énergies renouvelables et de l efficacité énergétique 7 1 Introduction 8 2 mesurer l emploi concepts et définitions Emploi brut, net, direct et indirect Méthodes Approche de l étude 11 3 Résultats internationaux Estimations mondiales Estimations européennes Études de pays Espagne France Italie Portugal Chine Allemagne Obstacles et motivations du secteur des énergies renouvelables 23 4 Impacts de l efficacité énergétique Expériences internationales Expérience allemande 26 5 Conclusions 28 Partie II : L expérience tunisienne en matière d efficacité énergétique et d énergie renouvelable : impacts sur l emploi 29 1 Introduction 30 2 Situation énergétique nationale Profil de la demande énergétique la politique tunisienne de maîtrise de l énergie 32 3 les programmes de maîtrise de l énergie en Tunisie Le programme triennal ( ) Le programme quadriennal ( ) Perspective de la maîtrise de l énergie : le Plan solaire tunisien 34 4 Bilan des réalisations Réalisations dans le domaine des énergies renouvelables L éolien Le solaire thermique Le solaire photovoltaïque Réalisations dans le domaine de l efficacité énergétique Les contrats-programmes La cogénération Les lampes à basse consommation L efficacité énergétique des bâtiments Les autres domaines d efficacité énergétique 39 5 Évaluation du marché des biens et services relatifs aux programmes de maîtrise de l énergie Le marché du solaire thermique Le marché du photovoltaïque Le marché de l éolien le marché des audits et contratprogrammes (CP) Le marché de la cogénération le marché de l efficacité énergétique dans les bâtiments Le marché des bancs de diagnostic moteurs le marché des équipements économes en énergie 44

5 6 Évaluation des emplois créés Approche méthodologique Caractérisation des emplois directs Évaluation des emplois directs dans le domaine des énergies renouvelables et de l efficacité énergétique La filière solaire thermique La filière solaire photovoltaïque La filière éolienne Les audits énergétiques et les contrats-programmes Les autres programmes d efficacité énergétique Le secteur du bâtiment Les établissements de services énergétiques (ESE) Le programme des bancs de diagnostic La cogénération Le marché des équipements électroménagers efficaces en énergie Le marché des lampes à basse consommation (LBC) Les appareils électroménagers synthèse de l évaluation des emplois directs dans le domaine des énergies renouvelables et de l efficacité énergétique 54 7 identification et évaluation des principaux acteurs d appui Enseignement et formation Formation universitaire Formation professionnelle Formation continue et renforcement des capacités nationales Essais et Recherche & Développement Promotion et encadrement 57 8 identification des entreprises opérant dans le domaine de la maîtrise de l énergie en Tunisie Au niveau des énergies renouvelables Le solaire thermique Le solaire photovoltaïque L éolien Au niveau de l efficacité énergétique 58 9 Synthèse 59 Partie III : Perspectives pour la création d emploi dans le domaine des Énergies renouvelables et de l efficacité énergétique en Tunisie 61 1 Approche globale Emploi le long de la chaîne de valeur 62 2 scenario pour les énergies renouvelables et l efficacité énergétique en Tunisie quantification de la capacité installée, énergie économisée et investissement Exploitation et maintenance Les hypothèses Importations Exportations Présentation rapide du scénario 71 3 Effets sur l emploi leviers et défis 72 4 Résultats 73 5 analyse de sensibilité Combien d emplois 100 millions dinars tunisiens peuvent-ils créer? Emplois créés par les investissements dans l énergie éolienne Emplois créés par les investissements dans la production de l électricité photovoltaïque Emplois créés par les investissements dans la production de l électricité à partir de l énergie solaire à concentration Emplois créés par les investissements dans la production de chauffe-eau solaires Emplois créés par les investissements dans les bâtiments de basse consommation d energie analyse de sensibilité faisant apparaître des exportations plus élevées 84 6 Résumé et recommandations Aperçu Qualification Politique de soutien et financement des énergies renouvelables 86 Bibliographie 87

6 Énergie renouvelable et efficacité énergétique en Tunisie Résumé exécutif En Tunisie, le développement des énergies renouvelables et de l efficacité énergétique selon le Plan solaire tunisien actuel et au-delà (2030) pourraient générer entre et emplois supplémentaires. L investissement total serait de l ordre de 8,28 milliards TND 1 pour les énergies renouvelables et 1,5 milliard TND pour l efficacité énergétique. La capacité totale installée d énergie renouvelable pour la production d électricité sera d environ MW et la capacité additionnelle de chauffe-eau solaires d environ 700 MW. L économie totale d énergie d ici à 2030 sera de GWh. À ce jour, environ personnes sont employées dans des activités liées aux énergies renouvelables et à l efficacité énergétique. Sur ce nombre, travaillent dans le domaine des énergies renouvelables, 930 dans celui de l efficacité énergétique et environ 975 dans les activités transversales, à savoir la recherche et développement, la consultance et la promotion de la maîtrise de l énergie. Compte tenu de la structure de production actuelle en Tunisie, sur le court terme, la plupart des emplois créés concerneront les activités d installation, de fonctionnement et d entretien des capacités d énergies renouvelables ainsi que celles qui sont liées à l amélioration de l efficacité énergétique dans les bâtiments. Sur le long terme, il est envisagé d accélérer l intégration industrielle et d exporter des installations photovoltaïques (PV) et des chauffe-eau solaires. Dans le secteur des énergies renouvelables, on constate une évolution des compétences correspondant essentiellement à des spécialisations des compétences existantes : les électriciens se spécialisent dans le PV, les plombiers dans les chauffeeau solaires, etc. L emploi additionnel, en fonction du scénario export/import, se situera entre 0,2 % et 0,5 % de l emploi actuel. C est dans le secteur de la construction et dans celui de la production de machines et de matériel électrique qu il progressera le plus (en pourcentage). Globalement, dans ces deux secteurs, les emplois créés feront augmenter la force de travail d environ 1,4 % en 2016 comparativement à aujourd hui. 1 Dinars tunisiens. 1 TND = 0,49 EUR (octobre 2012). Si on compare le nombre d emplois créés pour 100 millions de dinars investis, c est l efficacité énergétique dans les bâtiments qui arrive au premier rang, devant la fabrication de chauffe-eau solaires et les installations photovoltaïques. Viennent ensuite l énergie éolienne et l énergie solaire à concentration (ESC). Bien qu il soit facile d importer et de mettre en œuvre des installations de production photovoltaïque dans n importe quel pays, la mise en place de nouvelles capacités de production ne semble pas souhaitable à grande échelle dans la phase de consolidation en cours sur les marchés internationaux du PV. La Tunisie devrait bénéficier de la baisse des prix du PV et tirer profit des possibilités d emploi dans l installation et dans la production de composants électriques et électroniques de systèmes photovoltaïques. L énergie éolienne ne contribue pas à la création d emplois autant que les trois premières technologies mais elle offre également des chances de développement technologique car la fabrication de composants entraîne une demande supplémentaire dans d autres secteurs de production. En outre, l énergie éolienne nécessite des emplois dans les services d enseignement. Pour réussir sur les marchés internationaux, les produits doivent être certifiés et doivent respecter des normes de qualité. Pour les procédures de certification, de nouvelles qualifications sont nécessaires dans le secteur des services, conformément à des normes internationales telles que la certification Solar Keymark. Cela ouvre de nouvelles opportunités pour la qualification dans le secteur des services. En plus du soutien financier du FNME (Fonds national de maîtrise de l énergie), le Plan solaire tunisien devrait être cofinancé et soutenu financièrement par les institutions financières internationales, l Union européenne, la coopération bilatérale, les fonds liés au changement climatique, etc. Par conséquent, les effets d éviction sur les investissements alternatifs n ont pas été analysés dans le présent travail. Les investissements dans la production de chauffe-eau solaires, dans les mesures d isolation des bâtiments et dans les installations photovoltaïques pour le résidentiel peuvent s amortir dans un délai raisonnable (5-10 ans). L isolation des bâtiments et les installations photovoltaïques peuvent considérablement faire baisser les coûts de la climatisation en raison de la diminution du besoin de refroidissement d une part et de l augmentation du coût marginal d électricité au moment des pics de la demande d électricité. Cependant, l intérêt pour le consommateur dépendra des prix futurs de l électricité. Produire de l électricité photovoltaïque aux heures de pointe vers le milieu de la journée permettra également de contribuer à équilibrer la charge sur le réseau. Cela peut, dans une certaine mesure, inciter la Société Tunisienne d Electricité et du Gaz (STEG) à soutenir le développement du PV résidentiel. Ces trois technologies ont besoin de soutien pour l investissement initial à des conditions raisonnables, à l image du programme 4

7 PROSOL qui existe pour les chauffe-eau solaires ou du programme PROMO-ISOL qui a été suggéré pour l isolation des toitures. Une politique volontariste et continue d appui aux énergies renouvelables améliore les perspectives d emploi. L expérience internationale montre qu un cadre politique stable et des mécanismes de soutien transparents sont les conditions préalables les plus importantes pour la réussite du développement des énergies renouvelables. Les grands projets d infrastructure tels que les parcs éoliens conduisent souvent à des investissements discontinus. En termes d emploi, les stratégies de qualification ont besoin d un développement continu, sinon elles sont inefficaces et peuvent décevoir la force de travail qualifiée. Le deuxième pilier du Plan solaire tunisien, l efficacité énergétique, a besoin de stratégies d information pour les ménages, les entreprises et les services. Les avantages à long terme des appareils économes en énergie doivent être expliqués aux consommateurs. Des conseils en énergie, l étiquetage et les campagnes de publicité sur l efficacité énergétique sont le minimum requis pour la réussite de cette composante. Encore une fois, les gains futurs de l efficacité énergétique dépendent du système de tarification de l énergie. Globalement, le fait d accroître l efficacité énergétique, d augmenter les capacités d énergie renouvelable de sorte qu elles représentent 30 % de la production d électricité et de faire passer à 700 MW la puissance du parc de chauffe-eau solaires aura un impact positif sur l économie. Le PIB augmentera de près de 0,4 %, l investissement progressera de 1,4 % de plus que dans le cas de référence. Malgré l augmentation des importations, les effets globaux sont positifs. Les exportations augmenteront de 0,1 % et l emploi de 0,2 %. 5

8 Énergie renouvelable et efficacité énergétique en Tunisie Introduction Les stratégies visant à augmenter la contribution des énergies renouvelables dans l offre énergétique et à améliorer l efficacité énergétique dans les différents secteurs économiques sont à l ordre du jour de plusieurs pays. En plus de raisons évidentes telles que la réduction des gaz à effet de serre et la protection des ressources, ces activités sont souvent liées à une volonté de développement économique et de création d emplois. Plusieurs études montrent que, sous réserve de l appui politique nécessaire et d un bouquet d instruments appropriés, des effets positifs sur le marché du travail, la qualification et l innovation peuvent être observés. Ces études ont été faites principalement dans le contexte de pays industrialisés pour évaluer les effets des différentes politiques de soutien des énergies renouvelables et de l efficacité énergétique. Pour les pays en développement, les effets des applications décentralisées telles que l énergie photovoltaïque en Inde ou l efficacité énergétique dans les zones rurales comme, par exemple, les foyers améliorés en Afrique, ont été analysés. Ces études sont spécifiques à certains projets dans le contexte de certaines politiques de développement. Dans le contexte des marchés émergents (en Tunisie, par exemple), les effets n ont pas été examinés en profondeur. Récemment et depuis l intérêt porté à des projets tels que DESERTEC et le Plan solaire méditerranéen, ces activités font l objet d une attention accrue. Par ailleurs, les activités nationales telles que le Plan solaire tunisien (PST) offrent la possibilité de créer des emplois hautement qualifiés dans la production, l exploitation et la maintenance, qui revêtent une grande importance, notamment dans le contexte des changements récents enregistrés dans la région. Dans ce contexte, la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ), dans le cadre du projet «Promotion des énergies renouvelables et de l efficacité énergétique en Tunisie» qui est financé par le Ministère Fédéral Allemand de la Coopération Economique et du Développement (BMZ), a chargé le consortium composé par GWS (Osnabrück) et Alcor (Tunis) de réaliser une étude sur l impact des énergies renouvelables et de l efficacité énergétique sur l emploi en Tunisie dans le passé, le présent et le futur. L objectif de l étude est par conséquent : au niveau de l analyse politique, des prérequis et des cadres pour une bonne mise en œuvre du Plan solaire tunisien sont développés sur la base d une comparaison avec les études de cas internationales (Partie I) ; au niveau de l analyse du marché du travail et de la macroéconomie, les expériences précédentes avec les programmes tunisiens de maîtrise de l énergie (Partie II) et les nouvelles opportunités offertes par le PST et d autres mesures ont été analysées (Partie III). La méthode a été développée de telle sorte qu elle puisse être utilisée par les autorités tunisiennes ; en termes de développement des compétences, l Agence Nationale pour la Maîtrise de l Energie (ANME) a été formée à l outil de simulations afin de pouvoir ajuster les estimations de nouvelles informations et données. 6

9 Partie I : Les expériences internationales avec la création d emploi dans le domaine des énergies renouvelables et de l efficacité énergétique I

10 Énergie renouvelable et efficacité énergétique en Tunisie Partie I : Les expériences internationales avec la création d emploi dans le domaine des énergies renouvelables et de l efficacité énergétique 1INTRODUCTION 2 MESURER L emploi CONCEPTS ET DEFINITIONS L augmentation de la part des énergies renouvelables (ER) dans le bouquet énergétique mondial s explique par plusieurs raisons et motivations. Les inquiétudes concernant les émissions de gaz à effet de serre des combustibles fossiles, la rareté des ressources et des réserves de pétrole, de gaz et même de charbon, ou les questions relatives à la sécurité énergétique en relation avec les conflits nationaux ou internationaux dans les zones du monde riches en ressources (guerres du Golfe, crise du gaz entre l Ukraine et la Russie, crise qu a connue la Libye au cours du printemps et de l été 2011) sont d importants facteurs ayant contribué à un changement d attitude vis-à-vis de la production de chaleur et d électricité et du transport à base de combustibles fossiles. Les impacts économiques d une stratégie d énergie renouvelable viennent d être examinés en détail pour certains pays et certaines régions. Le nombre et la qualité des «emplois verts» dans ce nouveau secteur économique suscitent un intérêt particulier auprès des pays industrialisés, des pays émergents et des pays en développement. Toutefois, les chiffres annoncés semblent suivre différents concepts de mesures et sont donc parfois contradictoires. Les estimations mondiales semblent être inférieures à la somme des estimations de l Europe et de la Chine, par exemple. De plus, la définition du terme «emploi vert» manque souvent de cohérence. Néanmoins, l accroissement de l utilisation des énergies renouvelables a, sur l emploi, un impact auquel les pays en développement et les économies émergentes accordent de plus en plus d intérêt. En Tunisie, le Plan solaire tunisien (PST) constitue un cadre visant à accroître l énergie renouvelable et l efficacité énergétique à l horizon de 2016 et au-delà. En se basant sur cet historique, la première partie de ce rapport présentera les résultats de l examen des plus importants concepts utilisés dans d autres pays en s appuyant sur des publications ou des statistiques internationales. La section suivante aborde les définitions de base alors que la section 3 souligne les concepts internationaux les plus importants en les illustrant d exemples d études de cas et de pays. La section 4 explore l impact des mesures d efficacité énergétique sur l emploi alors que la section 5 est réservée à la conclusion. 2.1 Emploi brut, net, direct et indirect Pour mieux comprendre l incidence des stratégies en matière d énergies renouvelables (ER) et d efficacité énergétique sur l emploi il faut commencer par connaître certaines définitions. Dans les publications, nous rencontrons des termes tels qu emploi direct et indirect (induit) ainsi qu effet brut et net. L emploi direct est la notion la plus facile à mesurer et à comprendre. L emploi direct d un secteur économique, comme par exemple l industrie éolienne, comprend toutes les personnes employées dans la planification, la production, l exploitation et la maintenance des installations d ER. Le défi principal de cette approche se situe au niveau de la définition du système à analyser, à savoir, quelles technologies inclure. Évidemment, l énergie éolienne, la production d électricité photovoltaïque, la production héliothermique de chaleur et d électricité, la production de chaleur et d électricité à partir de la biomasse moderne ainsi que l énergie géothermique et maritime font partie des principales sources d énergie renouvelable. L énergie hydro-électrique à grande échelle est contestée parce que, d un côté, elle n est pas «nouvelle» et que, d un autre côté, elle présente un potentiel de dégradation environnementale. L hydrogène n est souvent pris en considération que lorsque l énergie nécessaire à sa production est également couverte par des sources renouvelables. L énergie provenant de l incinération des déchets et les gaz de décharge peut être inclus dans le calcul. Les définitions sont très différentes, ce qui rend souvent la comparabilité transnationale très difficile. L emploi direct repose sur les industries du pays en matière de technologie ER et leur capacité à créer des emplois au niveau de la production, et/ou sur les chiffres du pays en matière d exploitation et de maintenance de ses installations ER. L Allemagne possède, par exemple, l industrie ER la plus importante d Europe et a donc un emploi élevé au niveau de la production. En outre, elle présente des chiffres élevés en matière d installations éoliennes et solaires et l emploi dans le secteur de l exploitation et de la maintenance est en augmentation. L emploi indirect concerne toutes les personnes qui travaillent dans les secteurs d apport industriel pour la production, l exploitation et la maintenance des technologies ER. Tout processus industriel nécessite des intrants de la part d autres processus industriels ou sous forme de matières premières. Ces intrants ont également besoin d autres intrants le long de la chaîne de valeur. L emploi indirect comprend toutes les personnes employées dans les autres secteurs tout au long de la chaîne de valeur. L avantage de cette approche se situe au niveau de son caractère exhaustif. Les effets de l emploi indirect traduisent les impacts économiques de la progression des énergies renouvelables sur tous les secteurs économiques. Par exemple, en Allemagne, plus de personnes sont employées 8

11 Partie I : 2 MESURER L EMPLOI CONCEPTS ET DEFINITIONS Figure 1 : Les éléments de l emploi brut Demande/Investissement Demande pour entrants industriels le long de la chaîne de valeur que dans les secteurs mêmes d énergie renouvelable, ce qui signifie que l emploi indirect est plus important que l emploi direct. Pour estimer les effets indirects, il faut avoir des connaissances sur les chaînes de valeur dans les industries ER. Fort heureusement, la structure des intrants est similaire à travers le monde puisque la plupart des technologies sont nouvelles et innovantes. Ainsi, l information supplémentaire spécifique au pays dont on a besoin se limite à des informations sur la productivité dans différents secteurs économiques (voir figure 1). La somme de l emploi direct et indirect dans la production, l exploitation et la maintenance des technologies ER ainsi que dans l installation et la production des technologies d efficacité énergétique est souvent appelée emploi brut. Cette somme est la réponse à la question suivante : dans un pays donné, combien de personnes trouvent un emploi dans le secteur des énergies renouvelables/de l efficacité énergétique sur la base de la demande mondiale en matière de produits et de technologies ER et sur la base du besoin de main-d œuvre pour l installation, l exploitation et la maintenance des systèmes basés sur les ER? Toujours est-il que la part grandissante des ER dans le bouquet énergétique national mène aussi vers des effets économiques négatifs causés par la perte des emplois dans les autres industries à base de combustibles fossiles et vers des manques à gagner au niveau des budgets privés (compte tenu de la hausse continue du prix de l énergie) et du budget public (en raison, par exemple, des allègements fiscaux). Afin d évaluer l impact net des énergies renouvelables sur la création d emplois, nous devons calculer les effets de deux scénarios (voir chapitre suivant). Un scénario sert de cas de référence avec un marché ordinaire ou ne bénéficiant d aucun appui et l augmentation de l énergie renouvelable dans le bouquet énergétique. Le deuxième scénario donne l évolution future des énergies renouvelables avec une part croissante des ER dans le bouquet énergétique et une part décroissante des technologies de combustibles fossiles. Il peut même comprendre des exportations de composants ER vers d autres pays de la région ou en Europe. La comparaison des indicateurs économiques tels que l emploi entre les deux scénarios donne un résultat sous forme d impact net. Pour ce type d analyse, des modèles tenant compte de tous les aspects économiques doivent être appliqués. 2.2 Méthodes Il n existe à ce jour aucune base de données complète sur les effets socio-économiques de l augmentation des énergies renouvelables et de l efficacité énergétique. L Agence internationale de l énergie (AIE) finance actuellement une étude dans laquelle des lignes directrices seront élaborées pour l analyse Production Emploi direct Emploi brut Production des entrants Emploi indirect future de l emploi lié aux énergies renouvelables dans les pays membres de l AIE. L Agence internationale des énergies renouvelables (IRENA) entend conduire un projet de recherche avec des directives pour les pays en développement. Les résultats de ces deux projets seront présentés en 2012/2013 et ne comprendront pas les technologies d efficacité énergétique. Jusque-là, l expérience internationale doit être puisée dans les publications et les études stratégiques. L estimation de l emploi dans le secteur des énergies renouvelables est particulièrement difficile parce qu aucun système international de classification ne connaît ce secteur. Certaines parties de ce secteur sont les machines, d autres appartiennent à l industrie des semi-conducteurs et certaines au secteur de la construction, pour ne citer que ces exemples. Le seul moyen d obtenir des informations sur le secteur consiste à glaner des données sur des entreprises individuelles. Ainsi, l emploi dans l industrie des énergies renouvelables n est pas mentionné dans les statistiques internationales (par exemple, celles de l Organisation internationale du travail ou d Eurostat) ou dans une quelconque statistique nationale. En raison de la congruence des technologies ER avec la production de l énergie à travers le monde, l intérêt porté aux impacts économiques et à la possibilité de créer, dans le futur, des emplois nécessitant des compétences et des qualifications, a grandi. C est pour cette raison que les estimations des emplois verts doivent choisir parmi une des méthodes suivantes suggérées dans les documents. On peut globalement distinguer trois méthodologies principales : l approche du facteur emploi (AFE), les analyses des intrants-résultats (AIR) et les modèles entiers. L approche du facteur emploi est populaire parce qu elle semble facile à appliquer. L idée essentielle consiste à trouver les facteurs emploi par MW de capacité installée pour pouvoir combiner les installations avec l emploi respectif. Les facteurs emploi proviennent normalement des études et informations industrielles et des analyses documentaires. L emploi par mégawatt installé diffère selon la technologie. Par exemple, la production d une éolienne nécessite plus de travailleurs que la production d un système de chauffage solaire thermique. 9

12 Énergie renouvelable et efficacité énergétique en Tunisie Figure 2 : Calcul des facteurs emploi Methodoloy Overview Manufacturing (for domestic use) Manufacturing (for export) = MW installed per year X = MW exported per year X Construction = MW installed per year X Operation and maintenance Fuel supply (Nuclear, oil, diesel, biomass) Fuel supply (coal) Fuel supply (gas) = Cumulative capacity X = Electricity generation X = = Electricity generation + net coal imports Electricity generation + net gas imports X X Manufacturing employment factor Manufacturing employment factor Construction employment factor O&M employment factor Fuel employment factor Regional fuel employment factor Fuel employment factor X Regional job multiplier X X X X X X Regional job multiplier Regional job multiplier Regional job multiplier Regional job multiplier Regional job multiplier X Regional job multiplier X % of local manufacturing % of local production Jobs in region = Manufacturing + Construction + Operation and maintenance + fuel supply Jobs in region 2010 = Jobs in region Jobs in region 2020 = Jobs in region X Technology decline factor_10 Number of years after 2010 Jobs in region 2030 = Jobs in region X Technology decline factor_20 Number of years after 2020 Source : Rutovitz et Usher (2009). Cette approche varie également d un pays à l autre (parce que certains sont plus productifs que d autres) et dans le temps sous l effet d un accroissement d efficacité de la production dû aux effets d échelle ou à l avancement technologique en général. La documentation présente souvent différentes définitions pour les effets de l emploi direct et indirect. Étant donné que l approche du facteur emploi cible l emploi direct, il faut faire attention à ne pas confondre les différents concepts. L emploi direct est souvent compris comme étant l emploi «directement lié à l installation» (construction, planification ou développement, par exemple). D autres définitions ciblent les industries manufacturières et considèrent la construction comme un intrant et un effet indirect. À titre d exemple, la figure 2 illustre la façon de calculer les facteurs emploi dans la fabrication, l exploitation et la maintenance ainsi que l approvisionnement en combustibles. Les auteurs ont appliqué cette approche aux scénarios d évolution énergétique élaborés pour Greenpeace. Étant donné qu à ce jour la plupart des études ont été réalisées pour les pays développées, la méthode du facteur emploi a besoin d être adaptée pour pouvoir être appliquée aux pays en développement. Les coûts de l emploi sont souvent beaucoup plus faibles dans les pays en développement, ce qui peut donner lieu à un emploi plus important par MW ou à des bénéfices plus élevés pour les entreprises. La productivité du travail varie d un pays à l autre et est considérablement moindre dans les pays en développement. Rutovitz et Usher (2009) suggèrent des facteurs régionaux pour tenir compte de ces faits. L industrie renouvelable elle-même change rapidement au fil du temps. Les courbes d apprentissage peuvent être utilisées pour modéliser les réductions de coût dans les technologies ER. Néanmoins, la vitesse selon laquelle les industries subissent ces courbes d apprentissage est difficile à prédire : les coûts de l énergie photovoltaïque ont chuté de 50 % sur les 5 dernières années. L analyse économique des intrants-résultats (Eurostat 2008) combine la compréhension de la théorie économique et le développement de l emploi sectoriel avec des informations technologiques sur les systèmes d énergie renouvelable. À partir de la théorie économique, nous savons comment la demande d un certain produit ou d une certaine marchandise peut être «traduite» en impact de plein emploi dans l économie. La demande grandissante de chauffe-eau solaires est, par exemple, satisfaite par les producteurs de chauffe-eau. Ces chauffe-eau sont fabriqués avec plusieurs types d intrants (le travail, bien évidemment, mais aussi les capitaux et les intrants industriels). Ces intrants industriels (et le capital, c est-à-dire les machines) sont encore une fois produits grâce au travail mais également avec des capitaux et d autres intrants industriels. L impact de tout investissement sur l économie est donc plus grand que le simple effet primaire de la production des biens d investissement. L analyse intrants-résultats permet de tenir compte de tous les effets primaires et secondaires. Cette méthode s appuie essentiellement sur le tableau intrants-résultats qui relie tous les secteurs industriels entre eux. Les investissements dans les technologies ER créent une demande supplémentaire de biens d investissement, d intrants intermédiaires et d intrants le long 10

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 23.7.2014 COM(2014) 520 final ANNEXES 1 to 3 ANNEXES à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL L'efficacité énergétique: quelle contribution

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Les émissions de gaz carbonique (CO2)

Les émissions de gaz carbonique (CO2) Fiche 21 Les émissions de gaz carbonique (CO2) 1. Quelles émissions pour les différentes énergies fossiles? La quantité de CO2 produit par la combustion d une tep de combustible fossile dépend de sa composition

Plus en détail

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Cahier des charges «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Avertissement : les méthodes et ratios utilisés dans ce cahier des charges

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Consultation Tourisme. Questionnaire pour l industrie

Consultation Tourisme. Questionnaire pour l industrie Consultation Tourisme Questionnaire pour l industrie Identification de l entreprise (choisissez une seule option parmi les questions a f) a) Où se trouve le siège de votre entreprise (pays de résidence)?..

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 DIRECTION DE L'EXPANSION ECONOMIQUE DIVISION DES STATISTIQUES ET DES ETUDES ECONOMIQUES SOMMAIRE Pages PREAMBULE 1 CHAPITRE n 1 - LES RESULTATS ANNUELS 3

Plus en détail

Production d électricité

Production d électricité Global Chance Petit mémento énergétique de l Union Européenne Fiche 16 Production d électricité 1. Évolution de la production d électricité en UE-27 1.1 Évolution par source de production La production

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

Projet DMS. Le Marché Solaire en Tunisie Portail d information en ligne. Atelier «Concours : Concepts pour l établissement d un site-web»

Projet DMS. Le Marché Solaire en Tunisie Portail d information en ligne. Atelier «Concours : Concepts pour l établissement d un site-web» En coopération avec: Projet DMS Développement du Marché Solaire en Tunisie Le Marché Solaire en Tunisie Portail d information en ligne Atelier «Concours : Concepts pour l établissement d un site-web» Seite

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 461 Novembre 2013 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2012 OBRVION ET STISTIQU ÉNERG En 2012, le prix du gaz a augmenté

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Agence Nationale pour le Développement des Energies Renouvelables et de l Efficacité Energétique

Agence Nationale pour le Développement des Energies Renouvelables et de l Efficacité Energétique Agence Nationale pour le Développement des Energies Renouvelables et de l Efficacité Energétique LES ENERGIES RENOUVELABLES ET L EFFICACITE ENERGETIQUE AU CŒUR DE LA STRATEGIE ENERGETIQUE NATIONALE Hajjaji

Plus en détail

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros)

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros) 116/2015-26 juin 2015 Sommet Union européenne Chine Hausse significative du commerce de biens et de services de l UE avec la Chine en 2014 Déficit de l UE pour les échanges de biens, excédent pour les

Plus en détail

Erasmus pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels

Erasmus pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels COMMISSION EUROPEENNE COMMUNIQUE DE PRESSE pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels Bruxelles, le 23 novembre 2011 Jusqu à cinq millions de personnes (soit presque deux fois plus qu actuellement)

Plus en détail

Comprendre... Les Effacements

Comprendre... Les Effacements Comprendre... Les Effacements Un effacement est une diminution temporaire de Qu est-ce la consommation d électricité par rapport à une consommation initialement prévue. Cette diminution que c est? est

Plus en détail

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies Panorama des bioénergies en Europe Panorama des bioénergies en Europe Synthèse des informations existantes sur le sujet des bioénergies en Europe Sources : législation : Europa, portail de l Union européenne

Plus en détail

Tunisie : une politique nationale d efficacité énergétique

Tunisie : une politique nationale d efficacité énergétique Tunisie : une politique nationale d efficacité énergétique NEJIB OSMAN/JUILLET 2012 Nejib Osman est directeur Études et Planifications à l Agence Nationale pour la Maîtrise d Energie (ANME) en Tunisie.

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI Général au développement durable n 683 Octobre 2015 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2014 OBRVION ET STISTIQU énergie En 2014, le prix du gaz a baissé

Plus en détail

Présentation générale du secteur des énergies renouvelables en Roumanie

Présentation générale du secteur des énergies renouvelables en Roumanie Présentation générale du secteur des énergies renouvelables en Roumanie La Roumanie se trouve au centre géographique de l Europe (dans le sud-ouest de l Europe centrale). Le pays compte 1,5 millions d

Plus en détail

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

22 e Assemblée annuelle du MEDELEC Politique de l'efficacité Energétique en Tunisie Tunis 15 Avril 2014

22 e Assemblée annuelle du MEDELEC Politique de l'efficacité Energétique en Tunisie Tunis 15 Avril 2014 22 e Assemblée annuelle du MEDELEC Politique de l'efficacité Energétique en Tunisie Tunis 15 Avril 2014 Fethi HANCHI Directeur de l Utilisation Rationnelle de l Energie Agence Nationale pour la Maîtrise

Plus en détail

Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros dans les caisses de l'état.

Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros dans les caisses de l'état. Page 1 sur 5 COMMUNIQUE DE PRESSE Augmentation des accises du tabac : plus de revenus et moins de fumeurs Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros

Plus en détail

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004 Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (RDT): 1998-2002 Inspection générale de l administration de

Plus en détail

Transition énergétique et mécanismes de capacité. Une contribution au débat européen sur les perspectives à 2030. Synthèse

Transition énergétique et mécanismes de capacité. Une contribution au débat européen sur les perspectives à 2030. Synthèse Étude Franco-Allemande Transition énergétique et mécanismes de capacité Une contribution au débat européen sur les perspectives à 2030 Synthèse UN PARTENARIAT INDUSTRIEL FRANCO- ALLEMAND POUR PRÉPARER

Plus en détail

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Février 2008 0. Préambule...2 1. Kyoto : où en est-on aujourd hui en Belgique?...3 2. La Belgique en bonne voie pour remplir ses engagements?...5

Plus en détail

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 249 Septembre 2011 Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2010, le prix du gaz a diminué dans l Union européenne

Plus en détail

Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait

Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait Daniel Büchel, Vice-directeur, directeur du programme SuisseEnergie Politique énergétique: de quoi s agit-il? Sécurité de l approvisionnement Sécurité technique

Plus en détail

La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie. Journée PEXE 20 novembre 2013

La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie. Journée PEXE 20 novembre 2013 La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie Journée PEXE 20 novembre 2013 MEUR 3 axes Stratégie et Activités sur l Energie de l AFD (2007-2011) Energie sobre (renouvelable, efficace et économe

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Bruxelles, le 14 avril 2014 En 2013, les autorités nationales chargées des questions de consommation

Plus en détail

Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017

Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017 Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017 VERBATIM Présentation à l IGNES 27 Juin 2013 Une proposition d étude du cabinet CODA Strategies Octobre 2012 CODA STRATEGIES - 4 rue Galvani

Plus en détail

La transition énergétique, comment les réseaux sociaux en débattent sur internet?

La transition énergétique, comment les réseaux sociaux en débattent sur internet? La transition énergétique, comment les réseaux sociaux en débattent sur internet? Quels enseignements en tirer pour la conduite des plans d actions engagés? L expression spontanée sur internet via les

Plus en détail

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada»

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» CGC HC-FIN-CTE/2007 «Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» Présentation au Comité des finances de la Chambre des communes Consultations

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013

Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013 Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013 Pour la 7 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

Les instruments économiques de protection de l environnement. Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr. Sorbonne Université

Les instruments économiques de protection de l environnement. Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr. Sorbonne Université Les instruments économiques de protection de l environnement Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr Sorbonne Université 1. Introduction 2 «Command and control» Cette approche s appuie sur des

Plus en détail

La Concurrence dans le secteur de l Énergie en Tunisie

La Concurrence dans le secteur de l Énergie en Tunisie Réunion du Group d'experts Intergouvernemental du Droit et de la Politique de la concurrence Genève, 17-19 juillet 2007 La Concurrence dans le secteur de l Énergie en Tunisie Par Tunisie The views expressed

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Le marché européen des ballons de sports (équitables et durables)

Le marché européen des ballons de sports (équitables et durables) Le marché européen des ballons de sports (équitables et durables) Résumé en français INTRODUCTION L étude du Trade for Development Centre décrit le marché des ballons de sport dans l Union européenne (UE),

Plus en détail

Pourtant, les économies pourraient représenter le quart de la demande actuelle en eau

Pourtant, les économies pourraient représenter le quart de la demande actuelle en eau Eau et énergie Énergie et CO2 PLAN Changement climatique Un scénario alternatif est possible L Union Pour la Méditerranée Le Plan Solaire pour la Méditerranée IMEDER Beyrouth, Forum de l Energie, 30 septembre-1

Plus en détail

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT Introduction Remarque préliminaire: Le document suivant a été élaboré par les services

Plus en détail

La transition énergétique en France et en Allemagne

La transition énergétique en France et en Allemagne La transition énergétique en France et en Allemagne Regards croisés sur les politiques nationales de transition énergétique 19/03/2013 A. Rüdinger - IDDRI / Dr. C. Hey - SRU 1 Conseil d Experts pour l

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe

Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe «Quelles perspectives pour l investissement de production» Assaad SAAB - EDF RESEAU Buenos-Aires MONDER 23-26 novembre

Plus en détail

Tendances 2014 Tendances 2014

Tendances 2014 Tendances 2014 1 Pour plus d informations : oreges.rhonealpes.fr oreges@rhonealpes.fr Structures techniques de l Observatoire de l énergie et des gaz à effet de serre de Rhône-Alpes : Tendances 2014 Tendances 2014 Consommation

Plus en détail

POLITIQUE D EFFICACITE ENERGETIQUE CAS DE LA TUNISIE

POLITIQUE D EFFICACITE ENERGETIQUE CAS DE LA TUNISIE POLITIQUE D EFFICACITE ENERGETIQUE CAS DE LA TUNISIE Geneva, 18-21 th April 2011 1 Sommaire I- Situation énergétique de la Tunisie II- Stratégie Nationale de la Maîtrise de l Energie 2-1 Présentation 2-2

Plus en détail

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Pour la 8 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

Étude sur les «Pratiques énergétiques des PME»

Étude sur les «Pratiques énergétiques des PME» Étude sur les «Pratiques énergétiques des PME» 1. Données sur l entreprise a) Pays : FRANCE b) Nombre d employés : 0 9 10 49 50-99 100-249 250 c) Chiffre d affaires annuel en millions d EUROS : < 2 2-5

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

LA FILIERE ENERGIES RENOUVELABLES. Du 16 au 19 octobre 2012 Fiche mémo

LA FILIERE ENERGIES RENOUVELABLES. Du 16 au 19 octobre 2012 Fiche mémo LA FILIERE ENERGIES RENOUVELABLES Du 16 au 19 octobre 2012 Fiche mémo 1 Etat des lieux : les énergies renouvelables, une mine d activités en devenir Dans un contexte de lutte contre le changement climatique,

Plus en détail

Le crédit d impôt développement durable

Le crédit d impôt développement durable Le crédit d impôt développement durable Le crédit d impôt dédié au développement durable en vigueur concerne les dépenses de travaux payées à compter du 1er janvier 2014 (dispositions issues de l article

Plus en détail

Les outils de la transition énergétique ISO 50001

Les outils de la transition énergétique ISO 50001 Les outils de la transition énergétique ISO 50001 26 mars 2013 Michel HIRAUX +32 496 58 12 04 Le Management énergétique dans son contexte Management et Système de Management Objectif d un EnMS Facteurs

Plus en détail

Stratégie Nationale sur le Changement Climatique

Stratégie Nationale sur le Changement Climatique Publié par la En collaboration avec le Ministère de l Equipement, de l Aménagement du Territoire et du Développement Durable Stratégie Nationale sur le Changement Climatique Synthèse Publié par Bureau

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

Supporting deployment of low-carbon technologies in the ETC and SEMED regions

Supporting deployment of low-carbon technologies in the ETC and SEMED regions Supporting deployment of low-carbon technologies in the ETC and SEMED regions Mohamed Amine NAHALI Ministry of Industry, Energy and Mining - TUNISIA Istanbul, 15-16 juin 2015 Consommation M tep Croissance

Plus en détail

Conférence Régionale de l Energie

Conférence Régionale de l Energie Conférence Régionale de l Energie 19/11/2014 En Guyane, la Transition Energétique est en marche GENERG- Groupement des Entreprises en Energies Renouvelables et Efficacité Energétique de Guyane www.generg.fr

Plus en détail

[R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE

[R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE [R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE Perspectives énergétiques pour un monde plus durable Synthèse du rapport 2015 image : Gemasolar, tour solaire de 15 MW, Espagne. CONTEXTE Cette année, la lutte contre les changements

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

Energies Renouvelables Au Sénégal. Evaluation et Résultats politiques

Energies Renouvelables Au Sénégal. Evaluation et Résultats politiques Energies Renouvelables Au Sénégal Evaluation et Résultats politiques Monsieur Louis Seck, Sénégal Ancien ministre des Energies Renouvelables Lseck2@yahoo.fr FICHE D IDENTITE DU SENEGAL PLAN DE L EXPOSE

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Bilan économique pour la collectivité

Bilan économique pour la collectivité Programme TSP sur la performance énergétique des bâtiments Note d analyse complémentaire Bilan économique pour la collectivité Le Programme TSP pour la rénovation thermique des bâtiments vise à structurer

Plus en détail

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007 6 Le tourisme international en France 99 Le tourisme international en France 6 Touristes non-résidents en France Dans ce chapitre sont présentées : les arrivées en France des touristes non-résidents (toute

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

VERS LE MIX ELECTRIQUE

VERS LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE PRODUIRE EN TEMPS REEL CHOISIR LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE De la centrale au consommateur L électricité qui arrive au bout de la prise

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Lumière sur l énergie électrique du Québec

Lumière sur l énergie électrique du Québec Plan de la présentation Lumière sur l énergie électrique du Québec Le 14 novembre 2013 Production d électricité Structure d Hydro-Québec Préoccupations environnementales L électricité du Québec et ses

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

LA TRANSITION VERS UNE CROISSANCE BASSE- TENEUR CARBONE EN MEDITERRANEE

LA TRANSITION VERS UNE CROISSANCE BASSE- TENEUR CARBONE EN MEDITERRANEE LA TRANSITION VERS UNE CROISSANCE BASSE- TENEUR CARBONE EN MEDITERRANEE PARTAGE DU SAVOIR EN MEDITERRANEE 8 La transition énergétique en Europe et dans le monde Dr Silvia Pariente-David, Rabat, 9 mai 2013

Plus en détail

LA POLITIQUE D INNOVATION CHINOISE FACE AU DÉFI DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : LE CAS DES INDUSTRIES PHOTOVOLTAÏQUE ET ÉOLIENNE

LA POLITIQUE D INNOVATION CHINOISE FACE AU DÉFI DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : LE CAS DES INDUSTRIES PHOTOVOLTAÏQUE ET ÉOLIENNE LA POLITIQUE D INNOVATION CHINOISE FACE AU DÉFI DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : LE CAS DES INDUSTRIES PHOTOVOLTAÏQUE ET ÉOLIENNE Ecole d été RRI 2013 - Belfort, 28 août 2013 Zeting Liu Clersé / Réseau de

Plus en détail

25/2015-9 février 2015. Consommation intérieure brute d énergie dans l UE (en millions de tonnes équivalent pétrole, Mtep)

25/2015-9 février 2015. Consommation intérieure brute d énergie dans l UE (en millions de tonnes équivalent pétrole, Mtep) 25/2015-9 février 2015 Production et consommation d énergie en 2013 La consommation d énergie dans l UE est revenue à son niveau du début des années 1990 Dépendance énergétique de l UE à 53% En 2013, la

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

Energies renouvelables

Energies renouvelables Zoom n Energies renouvelables Energies renouvelables - Comment investir dans le sens du vent? - Jens RASCHKE Adrien MATHIEU Zoom n Energies Renouvelables Sommaire Les énergies renouvelables sont au cœur

Plus en détail

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013?

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? ACTUALITÉS EUROPÉENNES n 49 janvier 2012 UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? par Pierre Verluise, Directeur de recherche à l IRIS, Directeur du site géopolitique www.diploweb.com

Plus en détail

Le prix du pétrole dans 10 ans : 380 dollars/baril

Le prix du pétrole dans 10 ans : 380 dollars/baril avril N - Le prix du pétrole dans ans : dollars/baril Les observateurs et les institutions internationales font des hypothèses très conservatrices en ce qui concerne le prix du pétrole dans les dix prochaines

Plus en détail

LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE. Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011

LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE. Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011 LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011 Le processus d investissement Organismes /Agences Analyse

Plus en détail

Le système d éducation secondaire luxembourgeois : une analyse coûts/bénéfices

Le système d éducation secondaire luxembourgeois : une analyse coûts/bénéfices CHAMBRE DE COMMERCE LUXEMBOURG Actualité & tendances n 16 Le système d éducation secondaire luxembourgeois : une analyse coûts/bénéfices 20 octobre 2014 1 CHAMBRE DE COMMERCE LUXEMBOURG Sommaire 1. Actualité

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne La Société Française d Energie Nucléaire (SFEN) est le carrefour français des connaissances

Plus en détail