Le management énergétique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le management énergétique"

Transcription

1 sommaire Bonne pratique n 1 Nommer un Référent Énergie et le former Bonne pratique n 2 Mettre en place des méthodes & des outils de pilotage Bonne pratique n 3 Analyser ses factures et son contrat d approvisionnement Bonne pratique n 4 Organiser l éco-conduite des Remontées Mécaniques Bonne pratique n 5 Organiser l éco-production de la neige de culture Bonne pratique n 6 Limiter l énergie réactive Bonne pratique n 7 Réduire le talon de consommation Bonne pratique n 8 Intégrer la performance énergétique au cahier des charges des nouveaux projets Bonne pratique n 9 Optimiser les installations existantes LES OUTILS Le management énergétique Charte de bonnes pratiques SNTF - Alpespace / Bâtiment Annapurna 24 rue St Exupéry FRANCIN (F) Tél. : Fax : OCTOBRE 2012

2 Dans les sociétés d exploitation de remontées mécaniques et de domaines skiables, l énergie est le deuxième poste de dépense de fonctionnement après les salaires. L efficacité énergétique est donc une préoccupation d ordre économique, mais aussi écologique, pour atteindre notre objectif d assurer l exploitation durable de nos entreprises. La certification ISO obtenue par de nombreuses sociétés de la branche et les démarches en cours témoignent de notre volonté de concilier activité économique et F. Bompard Agence Zoom respect de l environnement, en veillant à maîtriser au plus près nos dépenses énergétiques et à économiser les ressources. La présente charte répond aussi à une préoccupation éthique, vis-à-vis de nos enfants et des générations futures, qui représente à mes yeux un enjeu tout aussi important. PIERRE LESTAS Président de Domaines Skiables de France EDF est un acteur historique de la montagne et a accompagné son développement, lors des investissements de production hydraulique et pour la fourniture de l énergie. Aujourd hui, dans un contexte en forte évolution, EDF a fait le choix de rester en proximité sur les territoires et auprès de ses acteurs majeurs. En particulier, EDF a mis en place un pôle «Montagne», basé à Annecy, qui apporte toute son expertise aux responsables des stations de sports d hiver. Partenaire depuis plusieurs années de Domaines Skiables de France, EDF fournit ses conseils et solutions, afin que les entreprises accroissent leur efficacité énergétique. FRANCIS PILLOT Directeur d EDF Collectivités Rhône-Alpes / Auvergne Pôle Montagne National

3 Charte de bonnes pratiques pour le management énergétique En 2012, Domaines Skiables de France et EDF s engagent dans un partenariat sur l efficacité énergétique, qui s inscrit dans le prolongement des partenariats précédents, avec un approfondissement de l ensemble des points. Il inclut : Un volet sur le management énergétique constitué : d une charte de bonnes pratiques ; de formations Domaines Skiables de France Formation / EDF ; d attestations d engagement dans la démarche de management énergétique. une séquence sur le management énergétique lors du congrès de Domaines Skiables de France. Objectifs de la charte La charte traite 10 thématiques, appelées bonnes pratiques, dont la mise en œuvre permet de maîtriser sa consommation électrique et les coûts associés. Elle a été rédigée, sous le pilotage d EDF et de Domaines Skiables de France, avec des «constructeurs électriques» intervenant dans les remontées mécaniques, SEMER et SEIREL, des «installateurs de neige de culture», Johnson Controls Neige et Snowstar, et des opérateurs de remontées mécaniques et de domaines skiables. La charte a vocation à s enrichir de nouvelles bonnes pratiques au fil des ans, en intégrant les actions innovantes mises en œuvre chez les opérateurs. Chaque bonne pratique est illustrée dans une fiche destinée à faciliter sa compréhension et sa mise en œuvre, au travers d exemples concrets d application. Les 10 bonnes pratiques N Intitulé 1 Nommer un référent «Energie» et le former 2 Mettre en place des méthodes et/ou des outils d observation et de pilotage pour maîtriser sa consommation d électricité. 3 Analyser ses factures et son contrat d approvisionnement électrique 4 Organiser l éco-conduite des remontées mécaniques 5 Organiser l éco-production de la neige de culture 6 Limiter l énergie réactive 7 Réduire le talon de consommation 8 Intégrer la performance énergétique au cahier des charges des nouveaux projets 9 Optimiser les installations existantes 10 Participer à l échange des bonnes pratiques avec la profession et dresser périodiquement le bilan des actions de maîtrise de l énergie mises en œuvre

4 Attestations Le management de la performance énergétique est source d économies importantes pour les entreprises, mais il nécessite une acculturation progressive et une évolution des mentalités. En effet, seule une remise en cause profonde de l organisation de l exploitation des remontées mécaniques et de la production de neige permet de tirer tous les bénéfices de la démarche. Au-delà de la publication de la charte de bonnes pratiques, il est apparu nécessaire d enclencher et d animer une démarche dans le temps, pour aider les entreprises à faire évoluer leurs processus dans le sens d une meilleure efficacité énergétique. Il est proposé de délivrer une attestation aux entreprises qui satisfont aux trois conditions d enclenchement d une démarche de management énergétique, à savoir : Désigner un référent «Energie» au sein de l entreprise ; Former ce référent ; Lui donner les méthodes et les outils d observation énergétique. Formations Domaines Skiables de France Formation, en collaboration avec EDF, propose deux modules de formation au management énergétique, à l attention des référents «Energie» désignés dans les entreprises. Le premier module s adresse à toute personne chargée de la réduction des coûts et désignée «référent énergie» dans l entreprise. Il permet d acquérir les connaissances de base nécessaires et suffisantes pour être capable d analyser ses contrats et ses factures d électricité et de prendre des mesures simples pour mieux consommer et moins consommer. Il a pour objectif d engager un changement comportemental par la prise de conscience et la sensibilisation aux questions énergétiques. Le second module s adresse aux référents énergie qui possèdent déjà les connaissances de base (par formation initiale, expérience ou par suivi du premier module). Il permet d aller plus loin dans l analyse de sa consommation et dans la mise en œuvre de solutions. Toutes les entreprises qui inscriront leur référent énergie à la formation DSF Formation-EDF et qui le doteront de méthodes et d outils d observation de la consommation d électricité seront éligibles pour recevoir l attestation, par laquelle Domaines Skiables de France et EDF reconnaîtront que l entreprise a satisfait aux conditions d enclenchement d une démarche de management énergétique.

5

6 Fiche technique de la Formation initiale «Maîtrise de l Energie» à destination des sociétés d exploitation de remontées mécaniques et de domaines skiables Identification du projet Maîtrise de l Energie Contexte et enjeux Réduire sa facture énergétique Prendre conscience des divers coûts énergétiques dans les domaines skiables Maîtriser ses consommations et ses dépenses Adopter de nouveaux comportements Objectifs de formation Acquérir la compréhension des différents mécanismes de la MDE Connaitre les leviers pour évaluer et agir Etre en capacité de définir un plan d action personnalisé Public cible et pré-requis Toute personne désignée «Référent Energie» et chargée de la réduction des coûts : électricien, responsable de service électrique, nivoculteur, directeur d exploitation, directeur financier, Capacité d analyse, capacité à agir sur la réduction des coûts Modalités pédagogiques Intervenant : Axel FERRET, Ingénieur EDF. Outils : Charte MDE, analyse de courbes de charges, grille de lecture, arbre des choix, études de cas, partage des pratiques, Thèmes clés de la formation 1)La facture énergétique : subir ou agir, il faut choisir 2)Bien comprendre son contrat et sa facture 3)Qualification des usages présents en station 4)Mise en œuvre de la MDE sur les installations existantes Evaluation : QCM, élaboration d un guide de bonnes pratiques, fiche de présence

7 Bonne Pratique n 2 : Mettre en place des méthodes & des outils de pilotage Objet : Proposition de méthodes et d outils de pilotage pour maîtriser sa consommation d électricité. 1)Outils de suivi de facturation Le suivi de la facturation peut être simplement assuré par l utilisation d un tableau de type excel regroupant les principales données de facturation : On pourra notamment y trouver l identification des compteurs et les volumes consommés mensuellement par poste horo-saisonnier, avec leurs valorisations HT et TTC. A minima, un document synthétique annuel de type «feuillet de gestion» est indispensable pour appréhender correctement les factures d électricité et optimiser les contrats. Ce document est généralement proposé par les fournisseurs. 2)Outils de suivi et de pilotage des consommations Ces outils ont pour principale utilité d apporter aux exploitants une visibilité plus fine sur les postes de livraison électrique disposant de la télérelève du compteur (information de la puissance atteinte sur chaque segment de durée 10 minutes). La compilation de ces données permet de créer la courbe de charge du poste concerné, qui est l outil indispensable pour la connaissance approfondie des consommations et, à terme, leur optimisation.

8 De nombreux outils existent pour interroger les compteurs électroniques d ERDF. Leurs fonctionnalités permettent de tracer les courbes de charge, mais aussi de générer des alertes en cas de dépassement de puissance souscrite, de valoriser les factures, de réaliser des optimisations et de piloter les installations. Exemple d outil de télérelève des compteurs et d exploitation de la courbe de charge : Cas des exploitants disposant de réseaux HTA privés : Dans le cas des exploitants disposant de réseaux électriques internes, l utilisation de sous-compteurs (pouvant communiquer éventuellement via un réseau Ethernet) est fortement préconisée pour détailler les consommations des téléportés, usines à neige, garages et ateliers, restaurants d altitude,, regroupés derrière un poste de livraison général. Ces sous-compteurs peuvent être associés à un logiciel de supervision en ligne dans le but de réaliser des délestages ou des arbitrages lors de «surconsommation».

9 Bonne Pratique n 3 : Analyser ses factures et son contrat d approvisionnement Objet : présentation des connaissances essentielles des contrats de fourniture d énergie. 1)L ouverture du marché de l électricité Le marché de l électricité s est ouvert progressivement à la concurrence, principalement depuis 2003, pour la branche des remontées mécaniques. La loi NOME a fixé de nouvelles règles depuis le 1 er juillet 2011 : l Accès Régulé à l Energie Nucléaire Historique pour les clients sur le marché libre, permettant une diminution de leurs prix de kwh, la disparition des tarifs historiques jaunes et verts après 2015, la réversibilité «tarif historique» - «marché libre» sous conditions. Le principe de base reste le choix : rester au tarif régulé ou le quitter afin de négocier sur le marché «libre» les prix et les structures de ses contrats d électricité. En conclusion coexistent à ce jour les tarifs libres et les tarifs régulés. 2)Les contrats en tarif historique Ce tarif est intégré : il contient le prix de la fourniture et celui de son acheminement (contrairement au marché libre). A cela s ajoutent les taxes : CSPE, CTA, (cf. 4). Il se présente sous la forme d un «binôme horosaisonnalisé», c'est-à-dire : d un abonnement, proportionnel à la puissance souscrite, d un prix de kwh (fonction des heures et des saisons). Les prix sont fixés par l état et ne se négocient pas. Cependant, les contrats peuvent et doivent être optimisés, en respectant certaines règles. Découpage le plus courant en tarif vert pour les remontées mécaniques : Relation entre les primes et les prix de kwh et règles des puissances souscrites

10 Comment optimiser un contrat en tarif historique? en agissant sur les puissances souscrites dans chaque poste et sur les versions tarifaires. Un contrat bien optimisé est un contrat qui «dépasse» (ni trop, ni trop peu). )Les contrats en nouvelle offre Sur le marché libre, le tarif est dissocié selon : Acheminement, Fourniture, Taxes. Les prix de l acheminement sont régulés par le Tarif d Utilisation du Réseau Public d Electricité (TURPE). Ils ne se négocient donc pas mais s optimisent toujours selon les mêmes règles de base que le tarif historique. Les prix de fourniture se négocient, en structure (forme du contrat) et en valeur. Il existe deux possibilités de contrat, selon la puissance souscrite du site concerné : CU : contrat unique obligatoire pour tout site de puissance < 250 kw et, au choix, pour les sites de puissance >= 250 kw, CF : Contrat de Fourniture seule + Contrat d Accès au Réseau de Distribution (CARD) : au choix pour les sites télé relevés de puissance >= 250 kw. Les contrats CU regroupent sur une même facture la fourniture, l acheminement et les taxes ; Les contrats CF ne facturent que la fourniture ; Les contrats CARD ne facturent que l acheminement et les taxes, en appliquant le TURPE. Ce qu il faut retenir en nouvelle offre : négocier le prix de fourniture optimiser le coût de l acheminement (puissances, versions, regroupements) )Les taxes (pour aller plus loin La Contribution au Service Public de l Electricité : CSPE soit 10,5 /MWh en juillet La Contribution Tarifaire d Acheminement : CTA. Les taxes sur la consommation finale d électricité dont la TICFE. )Mesures concrètes Fixer un RDV annuel au minimum pour la revue des contrats avec son fournisseur. Contrôler la cohérence des données de comptage & de facturation. Toujours optimiser ses contrats, en définissant bien ses besoins pour l exploitation des remontées mécaniques et la production de neige de culture. Négocier ses contrats sur le marché libre. Surveiller ses dépassements de puissance et ajuster ses contrats en conséquence. Contrôler et traiter son énergie réactive (voir fiche MDE numéro 6). En cas de nouvelles installations ou de modification d installations existantes, adapter ses contrats avant le début de saison. Maîtriser ses courbes de charges et piloter ses installations avec un outil adapté.

11 Bonne Pratique n 4 : Organiser l éco-conduite des Remontées Mécaniques Objet : présentation des modes classiques de fonctionnement des téléportés et des incidences en termes énergétiques. Actions visant à «l éco-conduite». 1)La courbe de charge caractéristique d une remontée mécanique Appelée aussi «courbe en dos de chameau», elle présente quasi-systématiquement un creux méridien plus ou moins marqué, dont l amplitude mesure entre 15 et 30% de la puissance maximum atteinte. Exemple en hiver : TSD6 récent, moteur asynchrone de 780 kw de puissance nominale, à variateur de fréquence. La standardisation des moteurs conduit souvent à «sur-dimensionner» l installation par rapport au besoin réel de puissance. Le creux méridien est le reflet de l incidence de charge sur les puissances appelées. Retenons simplement qu en hiver, un appareil à vide ou faiblement chargé appelle 25% de puissance en moins que le même appareil en pleine charge, en grande vitesse. Notons aussi la présence d un talon permanent d environ 15 kw, principalement dû aux systèmes de chauffage, et susceptible de générer des coûts importants sur toute la durée de l hiver. Exemple en été pour le même appareil : appareil fonctionnant à vide et en vitesse réduite.

12 En conclusion et de manière simplifiée pour cet appareil appelant 400 kw au maximum : 100 kw pour rouler à vide et petite vitesse, 200 kw ponctuellement au démarrage, 300 kw pour rouler à vide en grande vitesse, 400 kw pour rouler en charge et à grande vitesse. )Paramètres influençant la puissance absorbée La charge, la vitesse et donc le débit influencent la puissance appelée, tout comme les frottements et les rendements cinématiques. Illustration des gains potentiels, en fonction de la vitesse et du débit (source : SEMER) : la réduction de la vitesse de 1 m/s induit une baisse de 18% de P la diminution du débit d 1/3 induit une baisse de 15% de P )Mesures concrètes Optimiser la conduite : réduire la vitesse lors de faible affluence, voire fermer des appareils en doublon ; adapter si possible le nombre de véhicules en ligne ; diminuer le nombre de moteurs en service sur les installations multiples. Optimiser dès la conception : maximiser les rendements des moteurs et minimiser les frottements (qualité des huiles de réducteurs) ; utiliser des transformateurs à haut rendement. Compenser l énergie réactive (voir fiche MDE n 6). Réduire les talons de consommation (voir fiche MDE n 7) : régler les thermostats des aérothermes ; installer des horloges ; remplacer les chauffages obsolètes. Réaliser un diagnostic énergétique des bâtiments et bien isoler. Changer les transformateurs surdimensionnés et les couper hors-saison. Equiper les éclairages de détecteurs de présence. Utiliser des systèmes de chauffage à infrarouges courts dans les garages et ateliers.

13 Bonne Pratique n 5 : Organiser l éco-production de la neige de culture Objet : présentation des modes classiques de fonctionnement des usines à neige et des incidences en termes énergétiques. Actions visant à «l éco-production de la neige de culture». 1)Les courbes de charge caractéristiques d usines à neige Différents cas de figurent existent suivant le type d alimentation : poste de transformation dédié à une usine à neige ou poste de livraison desservant plusieurs remontées mécaniques et usines à neige. Ex : usine à neige seule fonctionnant en «tout ou rien» Le bon fonctionnement de cette usine à neige, centré sur les heures creuses, ne doit pas faire oublier la présence d un talon de 40 kw environ, qui génère des coûts élevés sur toute la durée de l hiver. Ex : poste de livraison avec puissance neige prépondérante Outre le talon de puissance, toujours présent, on distingue aisément le fonctionnement de la neige, des remontées mécaniques et la somme des deux (sans réel foisonnement). Dans ce cas, une optimisation est possible.

14 Ex : poste de livraison avec puissance neige équivalente à puissance remontées mécaniques L alternance stricte des usages «neige» et «remontées» permet de maintenir la puissance souscrite à une valeur basse, diminuant ainsi la facture. Un talon important reste à traiter. 1)Fonctionnement des compresseurs Représentation graphique du mode de régulation d un compresseur : Le compresseur produit de l air jusqu à atteindre sa pression de régulation (7,5 bars par ex), puis se met en marche à vide et redémarre après avoir atteint un seuil bas (7 bars par ex). La puissance appelée à vide peut varier de 30% à 70% de la puissance nominale. Pour produire de l air avec un bon rendement énergétique, il est donc important d engager le compresseur adapté à la demande en air et d éviter les phases de régulation. 2)Mesures concrètes Pompage : utiliser les pompes au débit nominal ou mettre en place des variateurs de vitesse ; privilégier les réseaux gravitaires ; remplir les retenues en heures creuses. Compression : prévoir des unités de puissances différentes pour adapter les ressources aux besoins ; prioriser l engagement des compresseurs ; réparer les fuites ; optimiser le maintien en air, le pilotage des purges et la pression de régulation ; installer un variateur sur les grosses unités ; privilégier les enneigeurs consommant moins d air. Bullages : les asservir aux températures extérieures. Réduire les talons (cf. fiche n 7). Produire «juste» en visant un stock de neige de culture quasi nul en fin de saison. Par exemple, utiliser les sonars et GPS et exploiter les historiques ; appliquer un seuil de démarrage économique dès que la neige dite «vitale» est produite. D une manière générale : limiter les démarrages à température marginale ; limiter ou interdire la production pendant les heures de pointe.

15 Bonne Pratique n 6 : Limiter l énergie réactive Objet : présentation de l énergie réactive et des modes classiques de compensation. 1)Définition de l énergie réactive Tout système électrique utilisant le courant alternatif met en jeu deux formes d énergie, active et réactive. Dans les processus industriels, l énergie active est transformée en énergie mécanique, thermique, lumineuse,. L énergie réactive sert principalement à alimenter les circuits magnétiques des moteurs, transformateurs,. Les lignes de transport et de distribution d ERDF consomment également de l énergie réactive. Une analogie courante consiste à représenter ce phénomène par l image d un voilier soumis à l action du vent. La force s exerçant sur les voiles se décompose en : une force active qui pousse le voilier vers l avant une force réactive qui a tendance à le faire dériver (compensée par la dérive). L énergie réactive se mesure en kilo-volt-ampère-réactif-heure : kvarh. Au delà d un certain seuil en tarif vert (tan phi = 0,4), elle est facturée par EDF. On peut soit la payer, soit la produire sur place : c est la compensation. Les consommateurs d énergie réactive en montagne : les machines à courant continu équipées de variateurs à thyristors, les transformateurs fonctionnant à faible charge, les lampes à fluorescence ou à décharge, les moteurs asynchrones ordinaires à vide, les postes statiques monophasés de soudage à l arc, etc.

16 )Approximation simple d un besoin de compensation Le principe de base de la compensation consiste donc à rabaisser la tangente phi en dessous du seuil de 0,4. Il existe deux calculs simples pour un TSD permettant de déterminer la puissance réactive (Qr) nécessaire à cette compensation. Qr = Pmax x (tan phi 0,4) Qr = kvarh / 200 h en janvier, février ou mars (100 h en novembre, décembre par ex) Pour les 5 mois d hiver tarifaire, les données à rechercher sur les factures sont : la tangente phi, le volume facturé en kvarh, le montant facturé, la puissance maximale atteinte. D autres données techniques sont aussi nécessaires pour estimer le prix de la batterie de condensateurs et chiffrer le retour sur investissement. Exemple de calcul : idéalement, à faire sur les 3 derniers hivers Pour ce TSD6, un besoin de compensation d environ 220 kvar en 400 V serait nécessaire. L investissement représenterait environ 7500 euros HT, plus le coût de la pose de l armoire, des câbles et des TC. Dimensions caractéristiques pour ce type de batterie : 1000 X 600 X 2100 mm. Masse 450 kg. Dans le cas présent (pour 1835 euros d énergie réactive facturés par an), le retour sur investissement serait donc compris entre 4 et 5 ans. Retenons que le prix du kvar varie entre 35 et 40 en fonction de la tension (400 ou 500V) et qu un chiffrage précis est toujours nécessaire. )Mesures concrètes Compenser sans attendre, dès lors que le retour sur investissement est inférieur à 6 ans. Etudier la compensation en HTA pour les grands réseaux internes. Etudier la compensation en BT pour les tarifs verts, mais aussi pour les tarifs jaunes à puissance souscrite élevée. Ne jamais oublier la self anti-harmoniques renforcée, adaptée aux caractéristiques des réseaux de montagne. Contrôler la bonne marche des batteries en début et en cours de saison. Contrôler l absence de facturation d énergie réactive en hiver. Intégrer au cahier des charges d un nouveau projet le traitement de l énergie réactive.

17

18 2)Comment faire le vide dans les talons de consommation Au préalable, dresser un inventaire exhaustif des usages installés ; Préciser leurs puissances ; Identifier les usages réglables, pilotables et délestables ; Puis engager la «chasse au gaspi». Mesures concrètes de base concernant les systèmes de chauffage : Régler les thermostats des aérothermes, ainsi que leur niveau de puissance. Contrôler ces réglages en cours de saison en les adaptant aux conditions de température. Remplacer les chauffages obsolètes. Autres mesures : Installer des horloges (par exemple sur les convecteurs dans les abris) ; Réaliser un diagnostic énergétique des bâtiments et bien isoler ; Equiper les éclairages de détecteurs de présence ; Eviter les transformateurs surdimensionnés et les couper hors saison selon leur situation ; Mettre en œuvre la variation électronique de vitesse sur les moteurs de pompes et compresseurs ; Etudier l utilisation de systèmes de chauffage à infrarouges courts pour les garages et ateliers. Organiser l éco-conduite des remontées mécaniques (fiche n 4). Organiser l éco-production de la neige de culture (fiche n 5). Traiter l énergie réactive (fiche n 6). Pour atteindre l objectif, il est essentiel d agir sur les comportements au quotidien.

19 Bonne Pratique n 8 : Intégrer la performance énergétique au cahier des charges des nouveaux projets Objet : Les questions électriques à se poser avant un nouveau projet «RM ou Neige». 1)Les questions électriques à ne pas oublier dés l avant-projet Les contributions des bureaux d études, maîtres d œuvre, constructeurs et ERDF sont requises pour conduire efficacement cette réflexion, tandis que les exploitants conservent leurs prérogatives pour les choix finaux. Nouveau projet de Remontée Mécanique : Raccordement pour un appareil de type motrice amont / tension aval ou le contraire? Bien tenir compte des coûts parfois élevés de raccordement en HTA pour la gare motrice et généralement en BT pour la gare retour en fonction des réseaux existants. La loi SRU a fixé de nouvelles règles, et rallongé les délais de réalisation des réseaux publics. Le développement de réseaux HTA privés est parfois une alternative intéressante. Technologie «moteur à courant continu» ou «moteur asynchrone»? L obligation de traiter les perturbations harmoniques a fait émerger comme «nouveau référentiel technique» le moteur asynchrone à variateur de fréquence. Il faut être vigilant sur les caractéristiques et les performances des variateurs, ainsi que sur la tension nominale du moteur. Choix technologique Avantages Inconvénients Moteur à courant continu MCC 400V Eprouvé et robuste Comptage du poste au secondaire Compensation de l énergie réactive nécessaire Traitement des harmoniques Surdimensionnement du transformateur et des protections Choix technologique Avantages Inconvénients MCC 500V Eprouvé et robuste Comptage du poste au primaire Compensation de l énergie réactive nécessaire Traitement des harmoniques Surdimensionnement du transfo et des protections Bi-motorisation MCC en 400 ou 500V Traitement des perturbations par déphasage des transformateurs Comptage du poste au primaire Compensation de l énergie réactive nécessaire Surdimensionnement des transfos et des protections

20 Choix technologique Avantages Inconvénients Moteur Asynchrone MAs en 400V, variateur de fréquence 4Q à IGBT MAs en 700V, variateur de fréquence 4Q à IGBT Non émetteur de perturbations harmoniques Non consommateur d énergie réactive, comptage au secondaire Non émetteur de perturbations harmoniques Non consommateur d énergie réactive Nouvelles modalités d exploitation/conduite Peu de retour d expérience sur ces variateurs en RM Comptage du poste au primaire Nouvelles modalités d exploitation/conduite Peu de retour d expérience sur ces variateurs en RM Comment mieux isoler et chauffer les gares et les abris? Des trésors d économies sont en jeu. Et pour le contrat de fourniture? Anticiper les actions techniques obligatoires (coupures, modification des TC du comptage, réglage des protections HTA, renforcement du réseau public, etc.) et les actions contractuelles (nouvelle souscription de puissance ou période de puissance atteinte, optimisation, etc.). Nouveau projet d usine à neige : Toujours anticiper les problématiques de raccordement. La Variation Electronique de Vitesse tend à se systématiser pour les moteurs de pompes, et permet de réduire les consommations, protéger les moteurs et bénéficier de CEE (cf. 2). Des gisements d économies existent dans : l amélioration de l isolation des bâtiments «usines à neige» et la gestion des systèmes de chauffage ou leur remplacement, l optimisation des compresseurs, leur panachage si possible ou la mise en œuvre de VEV. 2) Les Certificats d Economie d Energie Existants depuis juillet 2006, ils concernent la mise en œuvre de VEV (principalement sur les pompages d usines à neige) et sont maintenant bien connus des exploitants et des fournisseurs. Les contraintes administratives s étant renforcées dans ce domaine, ne pas oublier de solliciter EDF pour bénéficier des aides financières dés l avant-projet. ANTICIPER

21 Bonne Pratique n 9 : Optimiser les installations existantes Objet : Synthèse des solutions à mettre en œuvre pour réduire les factures d électricité et limiter les consommations. 1- L optimisation tarifaire L optimisation est le pré-requis de toute démarche de management de l énergie. Réalisée à minima une fois par an avec le fournisseur (en exploitant les courbes de charges disponibles), cette action permet de contrôler ou corriger les paramètres des contrats (puissance, version) tout en tenant compte des évolutions des installations. La compensation de l énergie réactive est un aspect important de la démarche d optimisation tarifaire (cf. fiche n 6). Le regroupement contractuel permet d associer des courbes de charge complémentaires pour bénéficier du foisonnement des puissances, en contrepartie d une redevance de regroupement. La facturation est en effet réalisée sur la base de la courbe de charge "synchrone" ou "agrégée" des différents points regroupés. Le regroupement est possible pour tout site télé relevé (Puissance > 250 kw) : pour deux points de livraison ou plus en tarification historique (tarif vert), ou pour deux points de livraison ou plus en contrat CARD (marché libre). Il convient de noter que le regroupement contractuel permet dans certains cas de sécuriser les réseaux HTA privés couramment présents sur les domaines skiables. Enfin, il est essentiel de s informer régulièrement des conditions de prix du marché de l électricité et de ses évolutions réglementaires (cf. fiche n 3). 2- Le suivi et le contrôle des consommations par le référent énergie Quels que soient les outils et méthodes mis en place, cette action permet non seulement d éviter les dérives haussières de consommation et les dépassements de puissance excessifs mais aussi de valoriser les gains réalisés dans la maîtrise de l énergie (cf. fiche n 2).

Tarifs gaz & électricité

Tarifs gaz & électricité Tarifs gaz & électricité Ouverture du marché et enjeux CIMI 2015 1 Le marché de l électricité (source CRE) Le contrat au tarif réglementé de vente de l électricité que vous aviez avec votre fournisseur

Plus en détail

Christophe GRANGER G2E Sud-Est Tel 06.76.61.41.47 Email c.granger@g2e-sudest.fr

Christophe GRANGER G2E Sud-Est Tel 06.76.61.41.47 Email c.granger@g2e-sudest.fr ATELIER L op$misa$on de l abonnement et des factures d électricité, ce qu il faut savoir pour un tarif adapté à votre consomma$on. Christophe GRANGER G2E Sud-Est Tel 06.76.61.41.47 Email c.granger@g2e-sudest.fr

Plus en détail

ATELIER Fin des TRV Gaz et électricité: «Faire parler une facture» 8 octobre 2014 -Vannes

ATELIER Fin des TRV Gaz et électricité: «Faire parler une facture» 8 octobre 2014 -Vannes ATELIER Fin des TRV Gaz et électricité: «Faire parler une facture» 8 octobre 2014 -Vannes 1 SOMMAIRE 1. QUE PAYONS-NOUS? 2. LES TYPES DE TARIFICATION 3. LES ÉLÉMENTS D UNE FACTURE 4. POURQUOI ANALYSER

Plus en détail

Efficacité énergétique. Concilier performance économique et environnementale

Efficacité énergétique. Concilier performance économique et environnementale Efficacité énergétique Concilier performance économique et environnementale Points abordés Pourquoi économiser l énergie? Réglementation énergétique : contrainte ou opportunité? Engager une démarche de

Plus en détail

Chambre de Commerce et d Industrie de Rennes 1 rue Général Guillaudot, - 35 000 Rennes

Chambre de Commerce et d Industrie de Rennes 1 rue Général Guillaudot, - 35 000 Rennes Réunion d information du jeudi 13 novembre 2014 «Fin des tarifs réglementés de vente du gaz naturel et de l électricité : agir aujourd hui pour réduire les factures» Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

«Accompagner les entreprises pour la maîtrise des consommations et coûts énergétiques»

«Accompagner les entreprises pour la maîtrise des consommations et coûts énergétiques» Opération EDEL Energie Durable dans les Entreprises de la Loire «Accompagner les entreprises pour la maîtrise des consommations et coûts énergétiques» Un partenariat sur l ensemble du département 42 Soutenu

Plus en détail

Préparer la fin des tarifs réglementés électricité

Préparer la fin des tarifs réglementés électricité Préparer la fin des tarifs réglementés électricité Les solutions de GDF SUEZ Réunion Allizé plasturgie PACA, 2 Avril 2015 Sommaire GDF SUEZ, producteur d électricité Contexte actuel : la fin des TRV d

Plus en détail

Etude de la consommation électrique du lycée en vue de la réduction de la facture

Etude de la consommation électrique du lycée en vue de la réduction de la facture Lycée N.APPERT 44700 ORVAULT Essais de systèmes Etude de la consommation électrique du lycée en vue de la réduction de la facture Nom rédacteur : Observations : Date : Nom trinôme 2 : Prépa /5 CR /15 Déroul.

Plus en détail

La distribution publique d électricité

La distribution publique d électricité La distribution publique d électricité ERDF, une expertise nationale Pilotage du réseau à partir de 30 «tours de contrôle» Garantie des missions de service public de la distribution d électricité public

Plus en détail

Investissez dans les économies d énergie.

Investissez dans les économies d énergie. FICHE OUTIL MOTORISATION PERFORMANTE VENTILATEURS Investissez dans les économies d énergie. La variation électronique de vitesse sur ventilateurs. Vos installations comportent des ventilateurs entraînés

Plus en détail

Pôle Performance Industrielle Durable. Page 1 Rencontre SEE Le 20/05/2014 Lille. Innover

Pôle Performance Industrielle Durable. Page 1 Rencontre SEE Le 20/05/2014 Lille. Innover Page 1 Innover en mécanique Page 2 Rencontre Solutions Energie Entreprises Lille le 20 mai 2014 Atelier : «Audit énergétique obligatoire : quelles sont les entreprises concernées?» Eric SENECHAL-CETIM

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé»

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé» FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé» A. ETAT DE L ART 1. Caractéristiques générales De façon générale, tous secteurs d activités confondus, l air comprimé représente en moyenne 10 à 15 % de la facture

Plus en détail

I. Etapes de la fabrication et procédés utilisés

I. Etapes de la fabrication et procédés utilisés Mécanique Générale Les activités de la Mécanique Générale utilisent une quantité d'énergie non négligeable qui représente en moyenne 1,2 % du chiffre d'affaires. C'est aussi 22 000 kwh ou 1 200 HT par

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

Amélioration du rendement...

Amélioration du rendement... Amélioration du rendement...... grâce à des moteurs à vitesse variable avec variateurs de fréquence Tomi Ristimäki Responsable produit 08 I 2008 Compte tenu de l augmentation continue des prix de l énergie,

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

Fin des Tarifs Réglementés de Vente d'énergie

Fin des Tarifs Réglementés de Vente d'énergie Fin des Tarifs Réglementés de Vente d'énergie mai 2015 Fin des tarifs réglementés de vente d'énergie Disparition des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques - ayant une puissance souscrite

Plus en détail

vous avez souscrit un contrat unique avec un prix intégrant à la fois la part fourniture

vous avez souscrit un contrat unique avec un prix intégrant à la fois la part fourniture vous avez souscrit un contrat unique avec un prix intégrant à la fois la part fourniture 1/9 1. EDF Entreprises Coordonnées postales de l'entité d'edf qui assure la gestion de votre contrat. 2. Votre contact

Plus en détail

Groupement de Commandes ELECTRICITE. Présentation du Marché

Groupement de Commandes ELECTRICITE. Présentation du Marché Groupement de Commandes ELECTRICITE Présentation du Marché Contexte du Groupement de commandes ÉLECTRICITÉ Depuis le 1 er juillet 2007, le marché de l électricité est ouvert à la concurrence. L ensemble

Plus en détail

Etude de la consommation électrique du lycée en vue de la réduction de la facture

Etude de la consommation électrique du lycée en vue de la réduction de la facture Lycée N.APPERT 44700 ORVAULT Essais de systèmes Etude de la consommation électrique du lycée en vue de la réduction de la facture Nom rédacteur : Observations : Date : Nom trinôme 2 : Prépa /5 CR /15 Déroul.

Plus en détail

Perdez vos kw superflus

Perdez vos kw superflus Perdez vos kw superflus Newsletter Energie Depuis 2010 Réunions > 250 participants Energies renouvelables Visites Energie > 60 visites ISO 50001 Programme Perdez vos kw superflus Accompagnement Actions

Plus en détail

Aménagement responsable et performance énergétique : la distribution, un acteur engagé.

Aménagement responsable et performance énergétique : la distribution, un acteur engagé. Aménagement responsable et performance énergétique : la distribution, un acteur engagé. Mercredi 14 octobre 2015, 13 h 35 14 h 20 Espace Congrès: Rio de Janeiro 3 +11 TWh cumac générés depuis 2013 +100

Plus en détail

Lyon. eco 6. Solutions de compensation d énergie réactive. Ensemble nous pouvons faire la différence. eco 6 TECHNOLOGIES

Lyon. eco 6. Solutions de compensation d énergie réactive. Ensemble nous pouvons faire la différence. eco 6 TECHNOLOGIES FABRIQUÉ Lyon EN FRANCE eco 6 Solutions de compensation d énergie réactive Ensemble nous pouvons faire la différence eco 6 TECHNOLOGIES Vous cherchez à réduire votre facture d électricité sans changer

Plus en détail

Compensation d énergie réactive

Compensation d énergie réactive Compensation d énergie réactive Condensateurs et armoires de rephasage Panoramique de gamme Infos & conseils Aide au choix Compensation tarif jaune Gamme ENERCAPTJ Compensation tarif vert Gamme ENERPACK

Plus en détail

COMPTAGE / TARIFICATION

COMPTAGE / TARIFICATION S1.4 COMPTAGE / TARIFICATION 1) 2) 3) 4) Généralités Le tarif bleu Les autres tarifs Les compteurs Savoir S1.4 S3.1 S3.2 S6.1 Niveau de Maîtrise 1 4 3 2 3 page 1 / 27 FICHE CONTRAT Capacités Nom : TD COMPTAGE-TARIFICATION

Plus en détail

Table ronde : Nouveaux marchés, comment bien négocier son contrat d énergie?

Table ronde : Nouveaux marchés, comment bien négocier son contrat d énergie? Table ronde : Nouveaux marchés, comment bien négocier son contrat d énergie? Animation : Brigitte Sarazin H3C, Laurène Canova et Christophe Godelu CELERITE, Christine Borel AI France, Matthieu Bourgain

Plus en détail

ACHETER L ÉLECTRICITÉ SUR UN MARCHÉ EN ÉVOLUTION. AMG 28 avril 2015

ACHETER L ÉLECTRICITÉ SUR UN MARCHÉ EN ÉVOLUTION. AMG 28 avril 2015 ACHETER L ÉLECTRICITÉ SUR UN MARCHÉ EN ÉVOLUTION AMG 28 avril 2015 1. Le contexte réglementaire Historique de la réglementation : Européenne et Française Loi NOME : 7 décembre 2010 2003 : 2 e directive

Plus en détail

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03 1 «REDUCTION DES CONSOMMATIONS ELECTRIQUES DES PARTIES COMMUNES D IMMEUBLES COLLECTIFS ET DE BATIMENTS TERTIAIRES» Contexte et enjeux Les consommations d électricité des parties communes (éclairage des

Plus en détail

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LE CONTEXTE Un marché de l énergie fortement questionné Un marché de l énergie durablement haussier qui entraîne une perception nouvelle de l énergie l énergie est

Plus en détail

Réglementés d électricité

Réglementés d électricité Fin des Tarifs Réglementés d électricité Bienvenue dans un monde nouveau 7 RepÈres pour vous y retrouver sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Quels sont les sites concernés par la fin des tarifs? 1 Q uels sont les sites

Plus en détail

Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production. Programme Energy Action pour l industrie

Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production. Programme Energy Action pour l industrie Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production Programme Energy Action pour l industrie Un programme d économies d énergie. Les solutions Energy Action de Schneider Electric. Des économies d énergie

Plus en détail

Sommaire. Présentation du patrimoine bâti du Conseil Général de l Hérault et suivi énergétique Présentation de nos modes d achat de gaz naturel

Sommaire. Présentation du patrimoine bâti du Conseil Général de l Hérault et suivi énergétique Présentation de nos modes d achat de gaz naturel Bienvenue Sommaire Présentation du patrimoine bâti du Conseil Général de l Hérault et suivi énergétique Présentation de nos modes d achat de gaz naturel Choix d un fonctionnement Au travers du P1 des marchés

Plus en détail

ENGAGEMENTS DES FOURNISSEURS D ELECTRICITE

ENGAGEMENTS DES FOURNISSEURS D ELECTRICITE ENGAGEMENTS DES FOURNISSEURS D ELECTRICITE Septembre 2011 ENGAGEMENTS DES Une Des (y compris tarifs réglementés), notamment : HOROSAISONNALITÉ AU PLUS PRÈS DU PROFIL DE CHAQUE CLIENT FAVORISANT LA MAÎTRISE

Plus en détail

Application de la loi SRU à partir 1 er janvier 2009

Application de la loi SRU à partir 1 er janvier 2009 Application de la loi SRU à partir 1 er janvier 2009 Loi SRU (2000-1208) signifie loi Solidarité et Renouvellement Urbains. Cette loi est issue d un débat national lancé en 1999 ayant pour thème «habiter,

Plus en détail

TARIF A5 OPTION BASE RECTO

TARIF A5 OPTION BASE RECTO TARIF A5 OPTION BASE RECTO 1- Numéro de facture : Mention du numéro de la présente facture (nécessaire pour toute demande d'explication) et de sa date d'édition. 2- Pour tout renseignement contacter :

Plus en détail

DIAGNOSTIC ECLAIRAGE PUBLIC. Cahier des charges

DIAGNOSTIC ECLAIRAGE PUBLIC. Cahier des charges DIAGNOSTIC ECLAIRAGE PUBLIC Cahier des charges SOMMAIRE I Objet page 2 II Objectifs page 2 III Champs du diagnostic page 2 IV Inventaire technique page 2 V Inventaire financier page 3 VI Schéma directeur

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique Paris, le 15 juillet 2010 Consultation publique de la Commission de régulation de l énergie sur la structure des tarifs d utilisation des réseaux publics d électricité 1. Contexte

Plus en détail

LYCÉE JULES VIETTE MONTBELIARD. Choix d un tarif en vue de l implantation d une borne de recharge chez un particulier.

LYCÉE JULES VIETTE MONTBELIARD. Choix d un tarif en vue de l implantation d une borne de recharge chez un particulier. BTS ÉLECTROTECHNIQUE LYCÉE JULES VIETTE MONTBELIARD Choix d un tarif en vue de l implantation d une borne de recharge chez un particulier. BTS Electrotechnique Thème 8 : la gestion des coûts THEME 8 :

Plus en détail

Management de l énergie en scierie : une approche accessible à tous

Management de l énergie en scierie : une approche accessible à tous Management de l énergie en scierie : une approche accessible à tous Tifenn GUENNEC (FCBA) : tifenn.guennec@fcba.fr SOMMAIRE 1 Le contexte global, normatif et réglementaire 2 Les différentes étapes d un

Plus en détail

Présentation des démarches d économies d énergies

Présentation des démarches d économies d énergies Présentation des démarches d économies s Behr France Intervenant : Pascal RENOTTE Responsable Services Techniques Généraux et de l entreprise BEHR France 2 LE GROUPE BEHR Groupe d origine allemande, fondé

Plus en détail

La fin des tarifs réglementés du gaz et de l électricité : comment faire des économies. Mardi 23 septembre 2014 ARC

La fin des tarifs réglementés du gaz et de l électricité : comment faire des économies. Mardi 23 septembre 2014 ARC La fin des tarifs réglementés du gaz et de l électricité : comment faire des économies Mardi 23 septembre 2014 ARC 1 Ville de Saint-Mandé: les actions en direction des copropriétés Constat : 80% du parc

Plus en détail

Tarifs d Utilisation des Réseaux Publics d Electricité (TURPE)

Tarifs d Utilisation des Réseaux Publics d Electricité (TURPE) Page 1 ÉS Énergies Strasbourg au capital de 6 472 800 501 193 171 RCS Strasbourg. Edition août 2015. Document contractuel. Territoire desservi par ÉS INF-692 Tarifs d Utilisation des Réseaux Publics d

Plus en détail

Daniel BEJANNIN. Réduire la facture énergétique

Daniel BEJANNIN. Réduire la facture énergétique Daniel BEJANNIN Réduire la facture énergétique Consommations comparées en kwh/kg PIECE TECHNIQUE (Automobile Electro-ménager) PACKAGING Où agir sur une presse hydraulique Où agir sur une presse hydraulique

Plus en détail

L achat d électricité

L achat d électricité Bienvenue 1 L achat d électricité Journée d actualité du 17 avril 2014 Christian PONCELET Chargé de mission auprès de la Direction générale Responsable du groupement Achat Electricité (2004/2013) SIPPEREC

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

Suppression des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques

Suppression des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques Suppression des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques CCI Montpellier 16 septembre 2015 Sommaire 1. Préambule : les acteurs du marché 2. Fin des TRV : calendrier et dispositif d

Plus en détail

Industrie de la confection : La maîtrise des consommations d énergie

Industrie de la confection : La maîtrise des consommations d énergie www.ifth.org www.ademe.fr ETES-VOUS SÛR DE MAÎTRISER VOS DEPENSES EN ELECTRICITE? Industrie de la confection : La maîtrise des consommations d énergie Les études menées par l ADEME et l IFTH ont démontré

Plus en détail

Mini-Projet : choix d une version tarifaire pour son contrat d électricité en fonction de la recharge de son véhicule électrique

Mini-Projet : choix d une version tarifaire pour son contrat d électricité en fonction de la recharge de son véhicule électrique LYCÉE JULES VIETTE MONTBELIARD Spécialité Energie et Environnement Mini-Projet : choix d une version tarifaire pour son contrat d électricité en fonction de la recharge de son véhicule électrique Thème

Plus en détail

TITRE DE LA PRÉSENTATION

TITRE DE LA PRÉSENTATION PRÉSENTATION FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DIRECTION COMMUNICATION COMMERCE DE VENTE D ÉLECTRICITÉ POUR LES SITES DE PUISSANCE SUPERIEURE A 36 KVA CCI ST ETIENNE MONTBRISON 13/11/2015 TITRE DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier ACN achat public MODULE A Renforcer la stratégie achat de son établissement : atouts et clés de succès ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER 2013-15 module A Renforcer

Plus en détail

Bien connaître le tarif Vert

Bien connaître le tarif Vert Bien connaître le tarif Vert http://corse.edf.com Comment se présente le tarif vert A5 1 Plusieurs versions tarifaires Courtes utilisations Moyennes utilisations Longues utilisations mais une structure

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes à haut rendement équipées de moteurs à aimant permanent ou de «moteurs EC» (Electronic Commutation) sont jusqu à 3x plus efficientes

Plus en détail

6 ème Rencontre France Hydro Electricité - Grenoble 2013

6 ème Rencontre France Hydro Electricité - Grenoble 2013 6 ème Rencontre France Hydro Electricité - Grenoble 2013 Domaines d activité : Hydroélectricité, électricité industrielle, automatisme et maintenance d équipements électriques. CA: 3.5 M Effectif: 24 personnes

Plus en détail

Chaleur et confort sans gaspillage

Chaleur et confort sans gaspillage Chaleur et confort sans gaspillage ++ Régulation et programmation pilotent le chauffage. Sous leur contrôle, celui-ci fournit la bonne température quand il faut et où il faut, de façon constante et sans

Plus en détail

MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES

MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES MESURER EN CONTINU TOUTES VOS CONSOMMATIONS D ÉNERGIE ET DE FLUIDES POUR PERMETTRE UNE OPTIMISATION DE VOS PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES Instrumenter vos immeubles à

Plus en détail

Raccordement individuel neuf d une installation de consommation BT 36 kva

Raccordement individuel neuf d une installation de consommation BT 36 kva Raccordement individuel neuf d une installation de consommation BT 36 kva Travaux de raccordement Distance du point de livraison en limite de parcelle Ouvrage de raccordement à 250m poste existant >à 250m

Plus en détail

Devis type pour l installation d une pompe à chaleur

Devis type pour l installation d une pompe à chaleur Devis type pour l installation d une pompe à chaleur Ce document a pour but de faciliter l'analyse des propositions techniques de l'installateur. HESPUL ne peut être tenue pour responsable de la qualité

Plus en détail

Disparition des tarifs réglementés de vente pour les clients - ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité ; - non domestiques

Disparition des tarifs réglementés de vente pour les clients - ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité ; - non domestiques Disparition des tarifs réglementés de vente pour les clients - ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité ; - non domestiques ayant une consommation supérieure à 30 000 kwh par an

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Colloque Irrigation : 12/3/2015 Lycée agricole d Ondes (31) La fin des tarifs réglementés d électricité : Le nouveau contexte du marché de l'électricité ÉNERGIES : UN PROCESSUS DE DÉRÉGULATION LONG ET

Plus en détail

Maitrise de l énergie Connaître son profil énergétique d entreprise

Maitrise de l énergie Connaître son profil énergétique d entreprise Maitrise de l énergie Connaître son profil énergétique d entreprise SOMMAIRE Contexte énergétique La fin des Tarifs Régulés de Vente d Electricité et de Gaz S engager dans une démarche d économie d énergie

Plus en détail

Etude de la consommation électrique du lycée en vue de la réduction de la facture

Etude de la consommation électrique du lycée en vue de la réduction de la facture Lycée N.APPERT 44700 ORVAULT Essais de systèmes UF1-M3 Etude de la consommation électrique du lycée en vue de la réduction de la facture Nom rédacteur : Observations : Date : Nom trinôme 2 : Prépa /5 CR

Plus en détail

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014 ERDF et la Transition Energétique CESE Nice le 23 avril 2014 1. ERDF et la distribution d électricité en France 2. La transition énergétique 3. ERDF dans la transition énergétique 4. En synthèse 1 ERDF

Plus en détail

Fournisseur d'électricité et de gaz. Fournisseur d'électricité et de gaz

Fournisseur d'électricité et de gaz. Fournisseur d'électricité et de gaz Fournisseur d'électricité et de gaz Fournisseur d'électricité et de gaz Le marché de l énergie : mode d emploi Le marché de l énergie Un marché concurrentiel avec les garanties du Service Public L énergie

Plus en détail

L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique

L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique Initi@tive 2007 - Nice Building a New Electric World I. Le Développement Durable : l'affaire de tous II. L'Efficacité Energétique : défis

Plus en détail

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification ISO 50001 Le cadre réglementaire évolue incitant aujourd hui les Grandes Entreprises à s engager vers une meilleure efficience énergétique.

Plus en détail

Hager innove pour. l efficacité énergétique

Hager innove pour. l efficacité énergétique Hager innove pour l efficacité énergétique Le groupe Hager développe et commercialise des solutions accompagnées de multiples services pour la distribution sécurisée et intelligente de l énergie électrique

Plus en détail

Méthodologie de réalisation d'un audit énergétique industriel réglementaire

Méthodologie de réalisation d'un audit énergétique industriel réglementaire Méthodologie de réalisation d'un audit énergétique industriel réglementaire La présente méthodologie s'inspire des normes NF EN 16247-1 et NF EN 16247-3. Transparence et indépendance de la SARL SENS 4

Plus en détail

EFFICACITE ENERGETIQUE : COMMENT FAIRE BENEFICIER VOS ADHERENTS DE PRIMES CEE

EFFICACITE ENERGETIQUE : COMMENT FAIRE BENEFICIER VOS ADHERENTS DE PRIMES CEE EFFICACITE ENERGETIQUE : COMMENT FAIRE BENEFICIER VOS ADHERENTS DE PRIMES CEE 03/11/2011 Présentation CertiNergy 1 Sommaire Le partenariat entre la Fédération de la Plasturgie et CertiNergy Le dispositif

Plus en détail

Conférence RICS + ADI

Conférence RICS + ADI Conférence RICS + ADI Loi NOME et Immobilier 22/01/2015 Sommaire 1 Le marché de l Electricité 2 3 4 La loi NOME L achat sur le marché libre Les impacts sur l immobilier 5 Annexes Copyright Allianz SE 15-01-22

Plus en détail

Atelier 6 Quels sont les premiers retours d expériences sur l accès aux réseaux depuis juillet 2004?

Atelier 6 Quels sont les premiers retours d expériences sur l accès aux réseaux depuis juillet 2004? Atelier 6 Quels sont les premiers retours d expériences sur l accès aux réseaux depuis juillet 2004? Annie MOTTE, Syndicat Intercommunal d Energies et d Equipements du Calvados (SDEC) Quel coût et quelle

Plus en détail

METHODOLOGIE ET OBJECTIFS

METHODOLOGIE ET OBJECTIFS «REFERENT ENERGIE» Tour de table METHODOLOGIE ET OBJECTIFS Méthodologie OBSERVER COMPRENDRE REDUIRE Objectifs Acquérir une culture des économies d énergie et savoir la partager. Disposer de toutes les

Plus en détail

Contrat global performanciel d éclairage public

Contrat global performanciel d éclairage public Contrat global performanciel d éclairage public Mardi 27 janvier 2015 Assises de l'énergie, Bordeaux Stéphane Baly 1. Introduction Constat 2002: installations d éclairage public vétustes et surconsommatrices,

Plus en détail

Optimisation énergétique du réseau hydraulique regional du Languedoc Roussillon

Optimisation énergétique du réseau hydraulique regional du Languedoc Roussillon Optimisation énergétique du réseau hydraulique regional du Languedoc Roussillon Franck Maruéjols franck.maruejols@brl.fr Gaëtan Deffontaines gaetan.deffontaines@brl.fr 1 Plan de la Présentation 1. BRL

Plus en détail

Disparition des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques - ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité ; -

Disparition des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques - ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité ; - Disparition des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques - ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité ; - ayant une consommation supérieure à 30 000 kwh par an

Plus en détail

Le portail Web Eco Vision b.eco-manager UN ACCES PERSONNALISÉ

Le portail Web Eco Vision b.eco-manager UN ACCES PERSONNALISÉ UN ACCES PERSONNALISÉ Identifiants et mots de passe personnalisés et paramétrables différents niveaux d accès en fonction des besoins (Gestionnaire, Responsable technique d un ou plusieurs bâtiments, technicien

Plus en détail

Compte rendu Plateforme Climat n 7 Certificats d Economie d Energie

Compte rendu Plateforme Climat n 7 Certificats d Economie d Energie Compte rendu Plateforme Climat n 7 Certificats d Economie d Energie Compte rendu Capucine LECLERCQ 05/07/2013 Depuis le 1er Juillet 2006, un dispositif national permet aux collectivités territoriales de

Plus en détail

Le marché de l Electricité en France

Le marché de l Electricité en France Le marché de l Electricité en France Depuis le début de l année, de nombreux acteurs ont surement abordé avec vous la fin des tarifs réglementés en Electricité. Cette fiche a pour objectif de vous faire

Plus en détail

>> >> >> Hybris Power. L écogénérateur : chauffer et produire de l électricité

>> >> >> Hybris Power. L écogénérateur : chauffer et produire de l électricité solaire bois pompes à chaleur Condensation fioul/gaz Hybris Power Chaudière murale gaz à écogénération ADVANCE L écogénérateur : chauffer et produire de l électricité Facture d énergie globale réduite

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

Accompagnements pour les entreprises en matière d environnement et d énergie

Accompagnements pour les entreprises en matière d environnement et d énergie date Améliorer du jour votre Libellé performance énergétique : les dispositifs d accompagnement 4 novembre 2014 Accompagnements pour les entreprises en matière d environnement et d énergie Aline PIERRE

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

BERNARD & BONNEFOND est spécialisé dans la conception et la fabrication d alternateurs basse vitesse.

BERNARD & BONNEFOND est spécialisé dans la conception et la fabrication d alternateurs basse vitesse. 6 ème Rencontres France Hydro Electricité Grenoble 9 et 10 avril 2013 Présentation BERNARD & BONNEFOND est spécialisé dans la conception et la fabrication d alternateurs basse vitesse. Nous regroupons

Plus en détail

Conjuguer qualité de service et performance énergétique 18/11/2014

Conjuguer qualité de service et performance énergétique 18/11/2014 Conjuguer qualité de service et performance énergétique 18/11/2014 Sommaire 1. Mieux connaitre Bouygues Energies & Services 2. L offre CityBox 3. Nos services pour les établissements de santé 4. Les offres

Plus en détail

Les chemins commerciaux de l Electricité

Les chemins commerciaux de l Electricité Les chemins commerciaux de l Electricité L Electricité est Un produit à la fois comme un autre Il fait l objet d une concurrence entre fournisseurs Il nécessite des moyens de productions et des réseaux

Plus en détail

Un groupe mondial à votre service

Un groupe mondial à votre service Un groupe mondial à votre service Fort de ses 10 000 collaborateurs, Leroy-Somer a tissé un réseau international de 470 centres d expertise et de service capable de vous apporter l assistance commerciale

Plus en détail

Charte des fournisseurs d électricité

Charte des fournisseurs d électricité Charte des fournisseurs d électricité dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

STORAGE : LA SOLUTION POUR REDUIRE LA FACTURE ENERGETIQUE DES CONSOMMATEURS

STORAGE : LA SOLUTION POUR REDUIRE LA FACTURE ENERGETIQUE DES CONSOMMATEURS STORAGE : LA SOLUTION POUR REDUIRE LA FACTURE ENERGETIQUE DES CONSOMMATEURS Le stockage d énergie vu par Energy Pool Le fort développement des énergies renouvelables pose de nouveaux problèmes auxquels

Plus en détail

ACHAT PUBLIC PROMOUVOIR, CONSTRUIRE, PILOTER ET OPTIMISER UN PLAN D ACTION

ACHAT PUBLIC PROMOUVOIR, CONSTRUIRE, PILOTER ET OPTIMISER UN PLAN D ACTION ACN 2012 ACHAT PUBLIC PROMOUVOIR, CONSTRUIRE, PILOTER ET OPTIMISER UN PLAN D ACTION ACN ACHAT PUBLIC MODULE A RENFORCER LA STRATÉGIE ACHAT DE SON ÉTABLISSEMENT : ATOUTS ET CLÉS DE SUCCÈS MODULE A RENFORCER

Plus en détail

Le compteur bleu électronique TRIPHASÉ

Le compteur bleu électronique TRIPHASÉ Le compteur bleu électronique TRIPHASÉ Mode d'emploi Edition 2008 SOMMAIRE Qu est-ce que le compteur électronique? page 1 Comment consulter les informations disponibles? page 2 Informations disponibles

Plus en détail

Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy

Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy Service Développement Local et Appui aux Entreprises Industrielles 1 Chambre de Commerce et d Industrie de Moulins-Vichy Service Développement Local et

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes de circulation des sociétés membres d Europump portent le label volontaire «Energy», qui utilise le classement de A à G déjà bien

Plus en détail

Pour franchir l étape de la suppression des tarifs règlementés de vente > 36 kva à compter du 01/01/2016,

Pour franchir l étape de la suppression des tarifs règlementés de vente > 36 kva à compter du 01/01/2016, Pour franchir l étape de la suppression des tarifs règlementés de vente > 36 kva à compter du 01/01/2016, EDF Entreprises vous accompagne et vous propose ses solutions CCI de France 4 Février 2014 EDF

Plus en détail

Appel à projet 2014 Photovoltaïque en autoconsommation

Appel à projet 2014 Photovoltaïque en autoconsommation Appel à projet 2014 Photovoltaïque en autoconsommation Cahier des charges des études de faisabilité préalable Version 1 Mars 2014 1 1 - Rappel de l appel à projets... 3 1.1 - Objet... 3 1.2 - Bénéficiaires...

Plus en détail

Rénovation en copropriété. Le contrat d exploitation 1 er décembre 2015

Rénovation en copropriété. Le contrat d exploitation 1 er décembre 2015 Rénovation en copropriété Le contrat d exploitation 1 er décembre 2015 Conseils gratuits et indépendants Info Energie Maitrise de l énergie, efficacité énergétique et énergies renouvelables ADIL 31 Juridiques

Plus en détail

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw COMMERCIALISATION 2 ÈME TRIMESTRE 2014 C O N F O R T Q U A L I T É D A I R O P T I M I S A T I O N É N E R G É T I Q U E PAC & CHAUDIÈRE GAZ AQUACIAT2 HYBRID Puissances frigorifiques et calorifiques de

Plus en détail

Formation de dirigeant de PME

Formation de dirigeant de PME Formation Dirigeant de PME Public : Cette formation est centrée sur le chef d entreprise ou futur chef d entreprise qui a besoin de s approprier ou de perfectionner les outils du management global d entreprise

Plus en détail

Alezio. << easylife.dedietrich-thermique.fr >>

Alezio. << easylife.dedietrich-thermique.fr >> Pompe à chaleur air/eau Alezio EASYLIFE La performance en toute simplicité, c est dans l air! >> Un investissement gagnant >> Jusqu à 70 % d économies d énergie >> La planète préservée

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Le présent document vaut également Règlement de Consultation (RC)

CAHIER DES CHARGES Le présent document vaut également Règlement de Consultation (RC) CAHIER DES CHARGES Le présent document vaut également Règlement de Consultation (RC) Objet de la Consultation : PROCÉDURE ADAPTÉE (art. 28 du Code des Marchés Publics) Fourniture de gaz naturel et services

Plus en détail

REUNION ALIZE PLASTURGIE AIX LE 2 avril 2015. Bruno KERAMSI. Manager des Ventes Grandes Entreprises.

REUNION ALIZE PLASTURGIE AIX LE 2 avril 2015. Bruno KERAMSI. Manager des Ventes Grandes Entreprises. REUNION ALIZE PLASTURGIE AIX LE 2 avril 2015 Bruno KERAMSI Manager des Ventes Grandes Entreprises. < PARLER D ÉNERGIE, POURQUOI? EVOLUTION DU CONTEXTE Nouvelle étape de l ouverture des marchés de l énergie

Plus en détail

Devis-type pour l'installation d'une pompe à chaleur source APAVE Mise à jour : 21/09/10

Devis-type pour l'installation d'une pompe à chaleur source APAVE Mise à jour : 21/09/10 Devis-type pour l'installation d'une pompe à chaleur source APAVE Mise à jour : 21/09/10 Ce document a pour but de faciliter l'analyse des propositions techniques de l'installateur. L'AGEDEN ne peut être

Plus en détail