Le management énergétique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le management énergétique"

Transcription

1 sommaire Bonne pratique n 1 Nommer un Référent Énergie et le former Bonne pratique n 2 Mettre en place des méthodes & des outils de pilotage Bonne pratique n 3 Analyser ses factures et son contrat d approvisionnement Bonne pratique n 4 Organiser l éco-conduite des Remontées Mécaniques Bonne pratique n 5 Organiser l éco-production de la neige de culture Bonne pratique n 6 Limiter l énergie réactive Bonne pratique n 7 Réduire le talon de consommation Bonne pratique n 8 Intégrer la performance énergétique au cahier des charges des nouveaux projets Bonne pratique n 9 Optimiser les installations existantes LES OUTILS Le management énergétique Charte de bonnes pratiques SNTF - Alpespace / Bâtiment Annapurna 24 rue St Exupéry FRANCIN (F) Tél. : Fax : OCTOBRE 2012

2 Dans les sociétés d exploitation de remontées mécaniques et de domaines skiables, l énergie est le deuxième poste de dépense de fonctionnement après les salaires. L efficacité énergétique est donc une préoccupation d ordre économique, mais aussi écologique, pour atteindre notre objectif d assurer l exploitation durable de nos entreprises. La certification ISO obtenue par de nombreuses sociétés de la branche et les démarches en cours témoignent de notre volonté de concilier activité économique et F. Bompard Agence Zoom respect de l environnement, en veillant à maîtriser au plus près nos dépenses énergétiques et à économiser les ressources. La présente charte répond aussi à une préoccupation éthique, vis-à-vis de nos enfants et des générations futures, qui représente à mes yeux un enjeu tout aussi important. PIERRE LESTAS Président de Domaines Skiables de France EDF est un acteur historique de la montagne et a accompagné son développement, lors des investissements de production hydraulique et pour la fourniture de l énergie. Aujourd hui, dans un contexte en forte évolution, EDF a fait le choix de rester en proximité sur les territoires et auprès de ses acteurs majeurs. En particulier, EDF a mis en place un pôle «Montagne», basé à Annecy, qui apporte toute son expertise aux responsables des stations de sports d hiver. Partenaire depuis plusieurs années de Domaines Skiables de France, EDF fournit ses conseils et solutions, afin que les entreprises accroissent leur efficacité énergétique. FRANCIS PILLOT Directeur d EDF Collectivités Rhône-Alpes / Auvergne Pôle Montagne National

3 Charte de bonnes pratiques pour le management énergétique En 2012, Domaines Skiables de France et EDF s engagent dans un partenariat sur l efficacité énergétique, qui s inscrit dans le prolongement des partenariats précédents, avec un approfondissement de l ensemble des points. Il inclut : Un volet sur le management énergétique constitué : d une charte de bonnes pratiques ; de formations Domaines Skiables de France Formation / EDF ; d attestations d engagement dans la démarche de management énergétique. une séquence sur le management énergétique lors du congrès de Domaines Skiables de France. Objectifs de la charte La charte traite 10 thématiques, appelées bonnes pratiques, dont la mise en œuvre permet de maîtriser sa consommation électrique et les coûts associés. Elle a été rédigée, sous le pilotage d EDF et de Domaines Skiables de France, avec des «constructeurs électriques» intervenant dans les remontées mécaniques, SEMER et SEIREL, des «installateurs de neige de culture», Johnson Controls Neige et Snowstar, et des opérateurs de remontées mécaniques et de domaines skiables. La charte a vocation à s enrichir de nouvelles bonnes pratiques au fil des ans, en intégrant les actions innovantes mises en œuvre chez les opérateurs. Chaque bonne pratique est illustrée dans une fiche destinée à faciliter sa compréhension et sa mise en œuvre, au travers d exemples concrets d application. Les 10 bonnes pratiques N Intitulé 1 Nommer un référent «Energie» et le former 2 Mettre en place des méthodes et/ou des outils d observation et de pilotage pour maîtriser sa consommation d électricité. 3 Analyser ses factures et son contrat d approvisionnement électrique 4 Organiser l éco-conduite des remontées mécaniques 5 Organiser l éco-production de la neige de culture 6 Limiter l énergie réactive 7 Réduire le talon de consommation 8 Intégrer la performance énergétique au cahier des charges des nouveaux projets 9 Optimiser les installations existantes 10 Participer à l échange des bonnes pratiques avec la profession et dresser périodiquement le bilan des actions de maîtrise de l énergie mises en œuvre

4 Attestations Le management de la performance énergétique est source d économies importantes pour les entreprises, mais il nécessite une acculturation progressive et une évolution des mentalités. En effet, seule une remise en cause profonde de l organisation de l exploitation des remontées mécaniques et de la production de neige permet de tirer tous les bénéfices de la démarche. Au-delà de la publication de la charte de bonnes pratiques, il est apparu nécessaire d enclencher et d animer une démarche dans le temps, pour aider les entreprises à faire évoluer leurs processus dans le sens d une meilleure efficacité énergétique. Il est proposé de délivrer une attestation aux entreprises qui satisfont aux trois conditions d enclenchement d une démarche de management énergétique, à savoir : Désigner un référent «Energie» au sein de l entreprise ; Former ce référent ; Lui donner les méthodes et les outils d observation énergétique. Formations Domaines Skiables de France Formation, en collaboration avec EDF, propose deux modules de formation au management énergétique, à l attention des référents «Energie» désignés dans les entreprises. Le premier module s adresse à toute personne chargée de la réduction des coûts et désignée «référent énergie» dans l entreprise. Il permet d acquérir les connaissances de base nécessaires et suffisantes pour être capable d analyser ses contrats et ses factures d électricité et de prendre des mesures simples pour mieux consommer et moins consommer. Il a pour objectif d engager un changement comportemental par la prise de conscience et la sensibilisation aux questions énergétiques. Le second module s adresse aux référents énergie qui possèdent déjà les connaissances de base (par formation initiale, expérience ou par suivi du premier module). Il permet d aller plus loin dans l analyse de sa consommation et dans la mise en œuvre de solutions. Toutes les entreprises qui inscriront leur référent énergie à la formation DSF Formation-EDF et qui le doteront de méthodes et d outils d observation de la consommation d électricité seront éligibles pour recevoir l attestation, par laquelle Domaines Skiables de France et EDF reconnaîtront que l entreprise a satisfait aux conditions d enclenchement d une démarche de management énergétique.

5

6 Fiche technique de la Formation initiale «Maîtrise de l Energie» à destination des sociétés d exploitation de remontées mécaniques et de domaines skiables Identification du projet Maîtrise de l Energie Contexte et enjeux Réduire sa facture énergétique Prendre conscience des divers coûts énergétiques dans les domaines skiables Maîtriser ses consommations et ses dépenses Adopter de nouveaux comportements Objectifs de formation Acquérir la compréhension des différents mécanismes de la MDE Connaitre les leviers pour évaluer et agir Etre en capacité de définir un plan d action personnalisé Public cible et pré-requis Toute personne désignée «Référent Energie» et chargée de la réduction des coûts : électricien, responsable de service électrique, nivoculteur, directeur d exploitation, directeur financier, Capacité d analyse, capacité à agir sur la réduction des coûts Modalités pédagogiques Intervenant : Axel FERRET, Ingénieur EDF. Outils : Charte MDE, analyse de courbes de charges, grille de lecture, arbre des choix, études de cas, partage des pratiques, Thèmes clés de la formation 1)La facture énergétique : subir ou agir, il faut choisir 2)Bien comprendre son contrat et sa facture 3)Qualification des usages présents en station 4)Mise en œuvre de la MDE sur les installations existantes Evaluation : QCM, élaboration d un guide de bonnes pratiques, fiche de présence

7 Bonne Pratique n 2 : Mettre en place des méthodes & des outils de pilotage Objet : Proposition de méthodes et d outils de pilotage pour maîtriser sa consommation d électricité. 1)Outils de suivi de facturation Le suivi de la facturation peut être simplement assuré par l utilisation d un tableau de type excel regroupant les principales données de facturation : On pourra notamment y trouver l identification des compteurs et les volumes consommés mensuellement par poste horo-saisonnier, avec leurs valorisations HT et TTC. A minima, un document synthétique annuel de type «feuillet de gestion» est indispensable pour appréhender correctement les factures d électricité et optimiser les contrats. Ce document est généralement proposé par les fournisseurs. 2)Outils de suivi et de pilotage des consommations Ces outils ont pour principale utilité d apporter aux exploitants une visibilité plus fine sur les postes de livraison électrique disposant de la télérelève du compteur (information de la puissance atteinte sur chaque segment de durée 10 minutes). La compilation de ces données permet de créer la courbe de charge du poste concerné, qui est l outil indispensable pour la connaissance approfondie des consommations et, à terme, leur optimisation.

8 De nombreux outils existent pour interroger les compteurs électroniques d ERDF. Leurs fonctionnalités permettent de tracer les courbes de charge, mais aussi de générer des alertes en cas de dépassement de puissance souscrite, de valoriser les factures, de réaliser des optimisations et de piloter les installations. Exemple d outil de télérelève des compteurs et d exploitation de la courbe de charge : Cas des exploitants disposant de réseaux HTA privés : Dans le cas des exploitants disposant de réseaux électriques internes, l utilisation de sous-compteurs (pouvant communiquer éventuellement via un réseau Ethernet) est fortement préconisée pour détailler les consommations des téléportés, usines à neige, garages et ateliers, restaurants d altitude,, regroupés derrière un poste de livraison général. Ces sous-compteurs peuvent être associés à un logiciel de supervision en ligne dans le but de réaliser des délestages ou des arbitrages lors de «surconsommation».

9 Bonne Pratique n 3 : Analyser ses factures et son contrat d approvisionnement Objet : présentation des connaissances essentielles des contrats de fourniture d énergie. 1)L ouverture du marché de l électricité Le marché de l électricité s est ouvert progressivement à la concurrence, principalement depuis 2003, pour la branche des remontées mécaniques. La loi NOME a fixé de nouvelles règles depuis le 1 er juillet 2011 : l Accès Régulé à l Energie Nucléaire Historique pour les clients sur le marché libre, permettant une diminution de leurs prix de kwh, la disparition des tarifs historiques jaunes et verts après 2015, la réversibilité «tarif historique» - «marché libre» sous conditions. Le principe de base reste le choix : rester au tarif régulé ou le quitter afin de négocier sur le marché «libre» les prix et les structures de ses contrats d électricité. En conclusion coexistent à ce jour les tarifs libres et les tarifs régulés. 2)Les contrats en tarif historique Ce tarif est intégré : il contient le prix de la fourniture et celui de son acheminement (contrairement au marché libre). A cela s ajoutent les taxes : CSPE, CTA, (cf. 4). Il se présente sous la forme d un «binôme horosaisonnalisé», c'est-à-dire : d un abonnement, proportionnel à la puissance souscrite, d un prix de kwh (fonction des heures et des saisons). Les prix sont fixés par l état et ne se négocient pas. Cependant, les contrats peuvent et doivent être optimisés, en respectant certaines règles. Découpage le plus courant en tarif vert pour les remontées mécaniques : Relation entre les primes et les prix de kwh et règles des puissances souscrites

10 Comment optimiser un contrat en tarif historique? en agissant sur les puissances souscrites dans chaque poste et sur les versions tarifaires. Un contrat bien optimisé est un contrat qui «dépasse» (ni trop, ni trop peu). )Les contrats en nouvelle offre Sur le marché libre, le tarif est dissocié selon : Acheminement, Fourniture, Taxes. Les prix de l acheminement sont régulés par le Tarif d Utilisation du Réseau Public d Electricité (TURPE). Ils ne se négocient donc pas mais s optimisent toujours selon les mêmes règles de base que le tarif historique. Les prix de fourniture se négocient, en structure (forme du contrat) et en valeur. Il existe deux possibilités de contrat, selon la puissance souscrite du site concerné : CU : contrat unique obligatoire pour tout site de puissance < 250 kw et, au choix, pour les sites de puissance >= 250 kw, CF : Contrat de Fourniture seule + Contrat d Accès au Réseau de Distribution (CARD) : au choix pour les sites télé relevés de puissance >= 250 kw. Les contrats CU regroupent sur une même facture la fourniture, l acheminement et les taxes ; Les contrats CF ne facturent que la fourniture ; Les contrats CARD ne facturent que l acheminement et les taxes, en appliquant le TURPE. Ce qu il faut retenir en nouvelle offre : négocier le prix de fourniture optimiser le coût de l acheminement (puissances, versions, regroupements) )Les taxes (pour aller plus loin La Contribution au Service Public de l Electricité : CSPE soit 10,5 /MWh en juillet La Contribution Tarifaire d Acheminement : CTA. Les taxes sur la consommation finale d électricité dont la TICFE. )Mesures concrètes Fixer un RDV annuel au minimum pour la revue des contrats avec son fournisseur. Contrôler la cohérence des données de comptage & de facturation. Toujours optimiser ses contrats, en définissant bien ses besoins pour l exploitation des remontées mécaniques et la production de neige de culture. Négocier ses contrats sur le marché libre. Surveiller ses dépassements de puissance et ajuster ses contrats en conséquence. Contrôler et traiter son énergie réactive (voir fiche MDE numéro 6). En cas de nouvelles installations ou de modification d installations existantes, adapter ses contrats avant le début de saison. Maîtriser ses courbes de charges et piloter ses installations avec un outil adapté.

11 Bonne Pratique n 4 : Organiser l éco-conduite des Remontées Mécaniques Objet : présentation des modes classiques de fonctionnement des téléportés et des incidences en termes énergétiques. Actions visant à «l éco-conduite». 1)La courbe de charge caractéristique d une remontée mécanique Appelée aussi «courbe en dos de chameau», elle présente quasi-systématiquement un creux méridien plus ou moins marqué, dont l amplitude mesure entre 15 et 30% de la puissance maximum atteinte. Exemple en hiver : TSD6 récent, moteur asynchrone de 780 kw de puissance nominale, à variateur de fréquence. La standardisation des moteurs conduit souvent à «sur-dimensionner» l installation par rapport au besoin réel de puissance. Le creux méridien est le reflet de l incidence de charge sur les puissances appelées. Retenons simplement qu en hiver, un appareil à vide ou faiblement chargé appelle 25% de puissance en moins que le même appareil en pleine charge, en grande vitesse. Notons aussi la présence d un talon permanent d environ 15 kw, principalement dû aux systèmes de chauffage, et susceptible de générer des coûts importants sur toute la durée de l hiver. Exemple en été pour le même appareil : appareil fonctionnant à vide et en vitesse réduite.

12 En conclusion et de manière simplifiée pour cet appareil appelant 400 kw au maximum : 100 kw pour rouler à vide et petite vitesse, 200 kw ponctuellement au démarrage, 300 kw pour rouler à vide en grande vitesse, 400 kw pour rouler en charge et à grande vitesse. )Paramètres influençant la puissance absorbée La charge, la vitesse et donc le débit influencent la puissance appelée, tout comme les frottements et les rendements cinématiques. Illustration des gains potentiels, en fonction de la vitesse et du débit (source : SEMER) : la réduction de la vitesse de 1 m/s induit une baisse de 18% de P la diminution du débit d 1/3 induit une baisse de 15% de P )Mesures concrètes Optimiser la conduite : réduire la vitesse lors de faible affluence, voire fermer des appareils en doublon ; adapter si possible le nombre de véhicules en ligne ; diminuer le nombre de moteurs en service sur les installations multiples. Optimiser dès la conception : maximiser les rendements des moteurs et minimiser les frottements (qualité des huiles de réducteurs) ; utiliser des transformateurs à haut rendement. Compenser l énergie réactive (voir fiche MDE n 6). Réduire les talons de consommation (voir fiche MDE n 7) : régler les thermostats des aérothermes ; installer des horloges ; remplacer les chauffages obsolètes. Réaliser un diagnostic énergétique des bâtiments et bien isoler. Changer les transformateurs surdimensionnés et les couper hors-saison. Equiper les éclairages de détecteurs de présence. Utiliser des systèmes de chauffage à infrarouges courts dans les garages et ateliers.

13 Bonne Pratique n 5 : Organiser l éco-production de la neige de culture Objet : présentation des modes classiques de fonctionnement des usines à neige et des incidences en termes énergétiques. Actions visant à «l éco-production de la neige de culture». 1)Les courbes de charge caractéristiques d usines à neige Différents cas de figurent existent suivant le type d alimentation : poste de transformation dédié à une usine à neige ou poste de livraison desservant plusieurs remontées mécaniques et usines à neige. Ex : usine à neige seule fonctionnant en «tout ou rien» Le bon fonctionnement de cette usine à neige, centré sur les heures creuses, ne doit pas faire oublier la présence d un talon de 40 kw environ, qui génère des coûts élevés sur toute la durée de l hiver. Ex : poste de livraison avec puissance neige prépondérante Outre le talon de puissance, toujours présent, on distingue aisément le fonctionnement de la neige, des remontées mécaniques et la somme des deux (sans réel foisonnement). Dans ce cas, une optimisation est possible.

14 Ex : poste de livraison avec puissance neige équivalente à puissance remontées mécaniques L alternance stricte des usages «neige» et «remontées» permet de maintenir la puissance souscrite à une valeur basse, diminuant ainsi la facture. Un talon important reste à traiter. 1)Fonctionnement des compresseurs Représentation graphique du mode de régulation d un compresseur : Le compresseur produit de l air jusqu à atteindre sa pression de régulation (7,5 bars par ex), puis se met en marche à vide et redémarre après avoir atteint un seuil bas (7 bars par ex). La puissance appelée à vide peut varier de 30% à 70% de la puissance nominale. Pour produire de l air avec un bon rendement énergétique, il est donc important d engager le compresseur adapté à la demande en air et d éviter les phases de régulation. 2)Mesures concrètes Pompage : utiliser les pompes au débit nominal ou mettre en place des variateurs de vitesse ; privilégier les réseaux gravitaires ; remplir les retenues en heures creuses. Compression : prévoir des unités de puissances différentes pour adapter les ressources aux besoins ; prioriser l engagement des compresseurs ; réparer les fuites ; optimiser le maintien en air, le pilotage des purges et la pression de régulation ; installer un variateur sur les grosses unités ; privilégier les enneigeurs consommant moins d air. Bullages : les asservir aux températures extérieures. Réduire les talons (cf. fiche n 7). Produire «juste» en visant un stock de neige de culture quasi nul en fin de saison. Par exemple, utiliser les sonars et GPS et exploiter les historiques ; appliquer un seuil de démarrage économique dès que la neige dite «vitale» est produite. D une manière générale : limiter les démarrages à température marginale ; limiter ou interdire la production pendant les heures de pointe.

15 Bonne Pratique n 6 : Limiter l énergie réactive Objet : présentation de l énergie réactive et des modes classiques de compensation. 1)Définition de l énergie réactive Tout système électrique utilisant le courant alternatif met en jeu deux formes d énergie, active et réactive. Dans les processus industriels, l énergie active est transformée en énergie mécanique, thermique, lumineuse,. L énergie réactive sert principalement à alimenter les circuits magnétiques des moteurs, transformateurs,. Les lignes de transport et de distribution d ERDF consomment également de l énergie réactive. Une analogie courante consiste à représenter ce phénomène par l image d un voilier soumis à l action du vent. La force s exerçant sur les voiles se décompose en : une force active qui pousse le voilier vers l avant une force réactive qui a tendance à le faire dériver (compensée par la dérive). L énergie réactive se mesure en kilo-volt-ampère-réactif-heure : kvarh. Au delà d un certain seuil en tarif vert (tan phi = 0,4), elle est facturée par EDF. On peut soit la payer, soit la produire sur place : c est la compensation. Les consommateurs d énergie réactive en montagne : les machines à courant continu équipées de variateurs à thyristors, les transformateurs fonctionnant à faible charge, les lampes à fluorescence ou à décharge, les moteurs asynchrones ordinaires à vide, les postes statiques monophasés de soudage à l arc, etc.

16 )Approximation simple d un besoin de compensation Le principe de base de la compensation consiste donc à rabaisser la tangente phi en dessous du seuil de 0,4. Il existe deux calculs simples pour un TSD permettant de déterminer la puissance réactive (Qr) nécessaire à cette compensation. Qr = Pmax x (tan phi 0,4) Qr = kvarh / 200 h en janvier, février ou mars (100 h en novembre, décembre par ex) Pour les 5 mois d hiver tarifaire, les données à rechercher sur les factures sont : la tangente phi, le volume facturé en kvarh, le montant facturé, la puissance maximale atteinte. D autres données techniques sont aussi nécessaires pour estimer le prix de la batterie de condensateurs et chiffrer le retour sur investissement. Exemple de calcul : idéalement, à faire sur les 3 derniers hivers Pour ce TSD6, un besoin de compensation d environ 220 kvar en 400 V serait nécessaire. L investissement représenterait environ 7500 euros HT, plus le coût de la pose de l armoire, des câbles et des TC. Dimensions caractéristiques pour ce type de batterie : 1000 X 600 X 2100 mm. Masse 450 kg. Dans le cas présent (pour 1835 euros d énergie réactive facturés par an), le retour sur investissement serait donc compris entre 4 et 5 ans. Retenons que le prix du kvar varie entre 35 et 40 en fonction de la tension (400 ou 500V) et qu un chiffrage précis est toujours nécessaire. )Mesures concrètes Compenser sans attendre, dès lors que le retour sur investissement est inférieur à 6 ans. Etudier la compensation en HTA pour les grands réseaux internes. Etudier la compensation en BT pour les tarifs verts, mais aussi pour les tarifs jaunes à puissance souscrite élevée. Ne jamais oublier la self anti-harmoniques renforcée, adaptée aux caractéristiques des réseaux de montagne. Contrôler la bonne marche des batteries en début et en cours de saison. Contrôler l absence de facturation d énergie réactive en hiver. Intégrer au cahier des charges d un nouveau projet le traitement de l énergie réactive.

17

18 2)Comment faire le vide dans les talons de consommation Au préalable, dresser un inventaire exhaustif des usages installés ; Préciser leurs puissances ; Identifier les usages réglables, pilotables et délestables ; Puis engager la «chasse au gaspi». Mesures concrètes de base concernant les systèmes de chauffage : Régler les thermostats des aérothermes, ainsi que leur niveau de puissance. Contrôler ces réglages en cours de saison en les adaptant aux conditions de température. Remplacer les chauffages obsolètes. Autres mesures : Installer des horloges (par exemple sur les convecteurs dans les abris) ; Réaliser un diagnostic énergétique des bâtiments et bien isoler ; Equiper les éclairages de détecteurs de présence ; Eviter les transformateurs surdimensionnés et les couper hors saison selon leur situation ; Mettre en œuvre la variation électronique de vitesse sur les moteurs de pompes et compresseurs ; Etudier l utilisation de systèmes de chauffage à infrarouges courts pour les garages et ateliers. Organiser l éco-conduite des remontées mécaniques (fiche n 4). Organiser l éco-production de la neige de culture (fiche n 5). Traiter l énergie réactive (fiche n 6). Pour atteindre l objectif, il est essentiel d agir sur les comportements au quotidien.

19 Bonne Pratique n 8 : Intégrer la performance énergétique au cahier des charges des nouveaux projets Objet : Les questions électriques à se poser avant un nouveau projet «RM ou Neige». 1)Les questions électriques à ne pas oublier dés l avant-projet Les contributions des bureaux d études, maîtres d œuvre, constructeurs et ERDF sont requises pour conduire efficacement cette réflexion, tandis que les exploitants conservent leurs prérogatives pour les choix finaux. Nouveau projet de Remontée Mécanique : Raccordement pour un appareil de type motrice amont / tension aval ou le contraire? Bien tenir compte des coûts parfois élevés de raccordement en HTA pour la gare motrice et généralement en BT pour la gare retour en fonction des réseaux existants. La loi SRU a fixé de nouvelles règles, et rallongé les délais de réalisation des réseaux publics. Le développement de réseaux HTA privés est parfois une alternative intéressante. Technologie «moteur à courant continu» ou «moteur asynchrone»? L obligation de traiter les perturbations harmoniques a fait émerger comme «nouveau référentiel technique» le moteur asynchrone à variateur de fréquence. Il faut être vigilant sur les caractéristiques et les performances des variateurs, ainsi que sur la tension nominale du moteur. Choix technologique Avantages Inconvénients Moteur à courant continu MCC 400V Eprouvé et robuste Comptage du poste au secondaire Compensation de l énergie réactive nécessaire Traitement des harmoniques Surdimensionnement du transformateur et des protections Choix technologique Avantages Inconvénients MCC 500V Eprouvé et robuste Comptage du poste au primaire Compensation de l énergie réactive nécessaire Traitement des harmoniques Surdimensionnement du transfo et des protections Bi-motorisation MCC en 400 ou 500V Traitement des perturbations par déphasage des transformateurs Comptage du poste au primaire Compensation de l énergie réactive nécessaire Surdimensionnement des transfos et des protections

20 Choix technologique Avantages Inconvénients Moteur Asynchrone MAs en 400V, variateur de fréquence 4Q à IGBT MAs en 700V, variateur de fréquence 4Q à IGBT Non émetteur de perturbations harmoniques Non consommateur d énergie réactive, comptage au secondaire Non émetteur de perturbations harmoniques Non consommateur d énergie réactive Nouvelles modalités d exploitation/conduite Peu de retour d expérience sur ces variateurs en RM Comptage du poste au primaire Nouvelles modalités d exploitation/conduite Peu de retour d expérience sur ces variateurs en RM Comment mieux isoler et chauffer les gares et les abris? Des trésors d économies sont en jeu. Et pour le contrat de fourniture? Anticiper les actions techniques obligatoires (coupures, modification des TC du comptage, réglage des protections HTA, renforcement du réseau public, etc.) et les actions contractuelles (nouvelle souscription de puissance ou période de puissance atteinte, optimisation, etc.). Nouveau projet d usine à neige : Toujours anticiper les problématiques de raccordement. La Variation Electronique de Vitesse tend à se systématiser pour les moteurs de pompes, et permet de réduire les consommations, protéger les moteurs et bénéficier de CEE (cf. 2). Des gisements d économies existent dans : l amélioration de l isolation des bâtiments «usines à neige» et la gestion des systèmes de chauffage ou leur remplacement, l optimisation des compresseurs, leur panachage si possible ou la mise en œuvre de VEV. 2) Les Certificats d Economie d Energie Existants depuis juillet 2006, ils concernent la mise en œuvre de VEV (principalement sur les pompages d usines à neige) et sont maintenant bien connus des exploitants et des fournisseurs. Les contraintes administratives s étant renforcées dans ce domaine, ne pas oublier de solliciter EDF pour bénéficier des aides financières dés l avant-projet. ANTICIPER

21 Bonne Pratique n 9 : Optimiser les installations existantes Objet : Synthèse des solutions à mettre en œuvre pour réduire les factures d électricité et limiter les consommations. 1- L optimisation tarifaire L optimisation est le pré-requis de toute démarche de management de l énergie. Réalisée à minima une fois par an avec le fournisseur (en exploitant les courbes de charges disponibles), cette action permet de contrôler ou corriger les paramètres des contrats (puissance, version) tout en tenant compte des évolutions des installations. La compensation de l énergie réactive est un aspect important de la démarche d optimisation tarifaire (cf. fiche n 6). Le regroupement contractuel permet d associer des courbes de charge complémentaires pour bénéficier du foisonnement des puissances, en contrepartie d une redevance de regroupement. La facturation est en effet réalisée sur la base de la courbe de charge "synchrone" ou "agrégée" des différents points regroupés. Le regroupement est possible pour tout site télé relevé (Puissance > 250 kw) : pour deux points de livraison ou plus en tarification historique (tarif vert), ou pour deux points de livraison ou plus en contrat CARD (marché libre). Il convient de noter que le regroupement contractuel permet dans certains cas de sécuriser les réseaux HTA privés couramment présents sur les domaines skiables. Enfin, il est essentiel de s informer régulièrement des conditions de prix du marché de l électricité et de ses évolutions réglementaires (cf. fiche n 3). 2- Le suivi et le contrôle des consommations par le référent énergie Quels que soient les outils et méthodes mis en place, cette action permet non seulement d éviter les dérives haussières de consommation et les dépassements de puissance excessifs mais aussi de valoriser les gains réalisés dans la maîtrise de l énergie (cf. fiche n 2).

La compensation de l énergie réactive

La compensation de l énergie réactive S N 16 - Novembre 2006 p.1 Présentation p.2 L énergie réactive : définitions et rappels essentiels p.4 La compensation de l énergie réactive p.5 L approche fonctionnelle p.6 La problématique de l énergie

Plus en détail

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Terminologie Les solutions pour le client Les marchés La prestation L évaluation des postes Les entreprises Durée

Plus en détail

SYNDICAT NATIONAL DES PATINOIRES

SYNDICAT NATIONAL DES PATINOIRES SYNDICAT NATIONAL DES PATINOIRES Le mardi 12 mai 2015 Toutes les clés pour bien acheter son électricité L EMPLOI 7éme employeur d Auvergne : 1700 salariés Un maillage du territoire : présence dans 34 communes

Plus en détail

Pôle Performance Industrielle Durable. Page 1 Rencontre SEE Le 20/05/2014 Lille. Innover

Pôle Performance Industrielle Durable. Page 1 Rencontre SEE Le 20/05/2014 Lille. Innover Page 1 Innover en mécanique Page 2 Rencontre Solutions Energie Entreprises Lille le 20 mai 2014 Atelier : «Audit énergétique obligatoire : quelles sont les entreprises concernées?» Eric SENECHAL-CETIM

Plus en détail

Chambre de Commerce et d Industrie du Jura

Chambre de Commerce et d Industrie du Jura Réunion d information du jeudi 12 Mars 2015 «Fin des tarifs réglementés de vente du gaz naturel et de l électricité : agir aujourd hui pour réduire les factures» Chambre de Commerce et d Industrie du Jura

Plus en détail

Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001

Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001 FICHE OPÉRATION INDUSTRIE Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001 CAS PRATIQUE Activité : produits et service dans le domaine de la filtration

Plus en détail

TARIF A5 OPTION BASE RECTO

TARIF A5 OPTION BASE RECTO TARIF A5 OPTION BASE RECTO 1- Numéro de facture : Mention du numéro de la présente facture (nécessaire pour toute demande d'explication) et de sa date d'édition. 2- Pour tout renseignement contacter :

Plus en détail

Pour franchir l étape de la suppression des tarifs règlementés de vente > 36 kva à compter du 01/01/2016,

Pour franchir l étape de la suppression des tarifs règlementés de vente > 36 kva à compter du 01/01/2016, Pour franchir l étape de la suppression des tarifs règlementés de vente > 36 kva à compter du 01/01/2016, EDF Entreprises vous accompagne et vous propose ses solutions CCI de France 4 Février 2014 EDF

Plus en détail

Réglementés d électricité

Réglementés d électricité Fin des Tarifs Réglementés d électricité Bienvenue dans un monde nouveau 7 RepÈres pour vous y retrouver sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Quels sont les sites concernés par la fin des tarifs? 1 Q uels sont les sites

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX ALFÉA HYBRID BAS NOX POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT FIOUL INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE

Plus en détail

Infrastructures de recharge pour véhicules électriques

Infrastructures de recharge pour véhicules électriques Infrastructures de recharge pour véhicules électriques (irve) recueil pratique éditorial Ce recueil a été rédigé par les professionnels de la filière électrique, pour aider les installateurs à proposer

Plus en détail

NO-BREAK KS. Système UPS dynamique PRÉSENTATION

NO-BREAK KS. Système UPS dynamique PRÉSENTATION NO-BREAK KS Système UPS dynamique PRÉSENTATION Table des matières Chapitre 1 : Description du système No-Break KS...3 Chapitre 2 : Fonctionnement lorsque le réseau est présent...4 Chapitre 3 : Fonctionnement

Plus en détail

TARIF BLEU - OPTION BASE ET OPTION HEURES CREUSES pour clients domestiques

TARIF BLEU - OPTION BASE ET OPTION HEURES CREUSES pour clients domestiques PAGE 1 TARIF BLEU - OPTION BASE ET OPTION HEURES CREUSES pour clients domestiques Option Base Code tarif. variante Réglage Abonnement Prix de l'énergie Puissance Souscrite disjoncteur annuel ( ch ) PS

Plus en détail

ERDF & Les entreprises Les professionnels

ERDF & Les entreprises Les professionnels CATALOGUE DES PRESTATIONS ERDF & Les entreprises Les professionnels PRODUCTEURS D ÉLECTRICITÉ CONSOMMATEURS & FOURNISSEURS D ÉLECTRICITÉ www.erdf.fr CATALOGUE DES PRESTATIONS ERDF & Les entreprises Les

Plus en détail

- EXPOSE PREALABLE - Les parties se sont en conséquence rapprochées et, ont arrêté et convenu ce qui suit.

- EXPOSE PREALABLE - Les parties se sont en conséquence rapprochées et, ont arrêté et convenu ce qui suit. ENTRE LES SOUSSIGNES Raison sociale.. Dont le siège social est.... N SIRET : Représentée par... Agissant en qualité de... Tél :.Fax :... E-mail :.. Ci-après désignée «Le mandant» D UNE PART ET MÉDÈS INTERMÉDIAIRE

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

Contrôle de l utilisation de l énergie électrique Maison 8 pièces, chauffage électrique

Contrôle de l utilisation de l énergie électrique Maison 8 pièces, chauffage électrique Contrôle de l utilisation de l énergie électrique Maison 8 pièces, chauffage électrique Après l isolation de la maison, l ECS solaire, la production photovoltaïque, la ventilation double flux, le split

Plus en détail

Gestion et entretien des Installations Electriques BT

Gestion et entretien des Installations Electriques BT Durée : 5 jours Gestion et entretien des Installations Electriques BT Réf : (TECH.01) ² Connaître les paramètres d une installation basse tension, apprendre les bonnes méthodes de gestion et entretien

Plus en détail

MESURES D'ÉNERGIE ÉLECTRICITÉ

MESURES D'ÉNERGIE ÉLECTRICITÉ P R O J E CENTRALISATION et EXPLOITATION des MESURES D'ÉNERGIE ÉLECTRICITÉ GAZ EAU T MISES EN JEU DANS LE LYCEE JEAN PROUVE Description du projet Mesure des énergies et fluide Les contraintes des milieux

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique Paris, le 15 juillet 2010 Consultation publique de la Commission de régulation de l énergie sur la structure des tarifs d utilisation des réseaux publics d électricité 1. Contexte

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

Catalogue des prestations du distributeur EDF proposées aux clients et fournisseurs d électricité

Catalogue des prestations du distributeur EDF proposées aux clients et fournisseurs d électricité Direction Clients-Fournisseurs Catalogue des prestations du distributeur EDF proposées aux clients et fournisseurs d électricité Identification : NOP-CF O5E Version : 3.0 Nombre de pages : 102 Version

Plus en détail

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014 ERDF et la Transition Energétique CESE Nice le 23 avril 2014 1. ERDF et la distribution d électricité en France 2. La transition énergétique 3. ERDF dans la transition énergétique 4. En synthèse 1 ERDF

Plus en détail

SOMMAIRE. Qu est-ce que le compteur électronique... page 1. Comment consulter les informations... page 1. Les différentes options tarifaires...

SOMMAIRE. Qu est-ce que le compteur électronique... page 1. Comment consulter les informations... page 1. Les différentes options tarifaires... Edition Édition 2008 Juillet 2000 SOMMAIRE Qu est-ce que le compteur électronique... page 1 Comment consulter les informations... page 1 Les différentes options tarifaires... page 1 a)option base... page

Plus en détail

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les futurs clients éligibles. 25 septembre 2002

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les futurs clients éligibles. 25 septembre 2002 Paris, le 17 octobre 2002 COMPTE RENDU Atelier-débat avec les futurs clients éligibles 25 septembre 2002 *** I La fourniture d électricité... 2 Les clients éligibles peuvent-ils acheter leur électricité

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

Installations de production d Eau Chaude Sanitaire Collective. La Garantie de Résultats Solaires (GRS)

Installations de production d Eau Chaude Sanitaire Collective. La Garantie de Résultats Solaires (GRS) Installations de production d Eau Chaude Sanitaire Collective La Garantie de Résultats Solaires (GRS) Document réalisé avec le soutien technique de la Introduction Les installations concernées par la Garantie

Plus en détail

Système ASC unitaire triphasé. PowerScale 10 50 kva Maximisez votre disponibilité avec PowerScale

Système ASC unitaire triphasé. PowerScale 10 50 kva Maximisez votre disponibilité avec PowerScale Système ASC unitaire triphasé 10 50 kva Maximisez votre disponibilité avec Protection de première qualité est un système ASC triphasé de taille moyenne qui offre une protection électrique remarquable pour

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

«L apport des réseaux électriques intelligents»

«L apport des réseaux électriques intelligents» ENR et intermittence : l intégration dans les réseaux de distribution en France 18 avril 2013 Michèle Bellon, Présidente du directoire d ERDF «L apport des réseaux électriques intelligents» Les réseaux

Plus en détail

Exemple de réalisation dans le cas de projets pilotes Smart Grids. sociétaux» 13 juin, Laas-CNRS Toulouse Jean Wild

Exemple de réalisation dans le cas de projets pilotes Smart Grids. sociétaux» 13 juin, Laas-CNRS Toulouse Jean Wild Exemple de réalisation dans le cas de projets pilotes Smart Grids «Smart grids au carrefour des enjeux technologiques et sociétaux» 13 juin, Laas-CNRS Toulouse Jean Wild l'essentiel Milliards d euros de

Plus en détail

électronique du tarif bleu

électronique du tarif bleu Le compteur MONOphasé électronique du tarif bleu Qu est- ce que le compteur Electrique? Destiné à mesurer les consommations, il possède quelques avantages : Il vous précise le tarif choisi et la tarification

Plus en détail

La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable.

La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable. 111 39 240 1812 906 La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable. La relève de chaudière, qu est ce que c est? On parle de relève de chaudière lorsqu on installe une pompe à

Plus en détail

1. Les différents types de postes de livraison On peut classer les postes HTA/BT en deux catégories.

1. Les différents types de postes de livraison On peut classer les postes HTA/BT en deux catégories. 2 Les postes HTA/BT Dès que la puissance demandée atteint 50 kva, les entreprises industrielles ou tertiaires sont alimentées en haute tension 20 kv (HTA). L étendue de leur site fait qu elles sont généralement

Plus en détail

DE NOUVEAUX SERVICES POUR LES ENTREPRENEURS

DE NOUVEAUX SERVICES POUR LES ENTREPRENEURS DE NOUVEAUX SERVICES POUR LES ENTREPRENEURS SOMMAIRE EDF ENTREPRISES, AU SERVICE DE LA PERFORMANCE DES ENTREPRENEURS Deux énergies, un interlocuteur unique Pages - Simplifier votre gestion Pages -7 Votre

Plus en détail

Equilibre offre-demande du système électrique : vers la naissance d un marché de capacités

Equilibre offre-demande du système électrique : vers la naissance d un marché de capacités DECRYPTAGE Equilibre offre-demande du système électrique : vers la naissance d un marché de capacités conseil en stratégie opérationnelle DECRYPTAGE Introduction Lorsqu un particulier allume son téléviseur

Plus en détail

La consommation énergétique des usines de dépollution est un poste de dépense important et l un des plus émetteurs de gaz à effet de serre.

La consommation énergétique des usines de dépollution est un poste de dépense important et l un des plus émetteurs de gaz à effet de serre. Contexte / Objectifs La consommation énergétique des usines de dépollution est un poste de dépense important et l un des plus émetteurs de gaz à effet de serre. A titre d exemple, pour compenser les émissions

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC

Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC Retour d expérience : Exemples concrets de mises en oeuvre de solutions suite à des audits énergétiques dont celui d une Pompe A Chaleur Haute Température

Plus en détail

Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles

Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles Martina Kost Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles B4E 80 rue Voltaire BP 17 93121 La Courneuve cedex Joseph Irani www.b4e.fr Tél: 01.48.36.04.10 Fax: 01.48.36.08.65 Réduire

Plus en détail

VITODATA VITOCOM. bien plus que la chaleur. Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet. Internet TeleControl

VITODATA VITOCOM. bien plus que la chaleur. Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet. Internet TeleControl bien plus que la chaleur VITODATA VITOCOM Internet TeleControl Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet Viessmann S.A. Z.I. - B.P. 59-57380 Faulquemont Tél. : 03 87 29

Plus en détail

27/31 Rue d Arras 92000 NANTERRE Tél. 33.(0)1.47.86.11.15 Fax. 33.(0)1.47.84.83.67

27/31 Rue d Arras 92000 NANTERRE Tél. 33.(0)1.47.86.11.15 Fax. 33.(0)1.47.84.83.67 Caractéristiques standards MODELE Puissance secours @ 50Hz Puissance prime @ 50Hz Moteur (MTU, 16V4000G61E ) Démarrage électrique, alternateur de charge 24 V, régulation Elec Alternateur (LEROY SOMER,

Plus en détail

LES SYSTEMES ELECTRIQUES INTELLIGENTS AU SERVICE DE LA VILLE NUMERIQUE ET DURABLE

LES SYSTEMES ELECTRIQUES INTELLIGENTS AU SERVICE DE LA VILLE NUMERIQUE ET DURABLE LES SYSTEMES ELECTRIQUES INTELLIGENTS AU SERVICE DE LA VILLE NUMERIQUE ET DURABLE Thomas VILLARD Directeur de projets Systèmes Electriques Intelligents Anne CHATILLON Chef de projets Ville Durable Sommaire

Plus en détail

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert?

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? Cet article a pour objectif de rappeler les notions principales relatives à la Gestion Technique Centralisée. Mais qu entend on par

Plus en détail

MINOR 11. *2701444_rev.6* Guide d installation et d utilisation MINOR 11. DELTA DORE - Bonnemain - 35270 COMBOURG E-mail : deltadore@deltadore.

MINOR 11. *2701444_rev.6* Guide d installation et d utilisation MINOR 11. DELTA DORE - Bonnemain - 35270 COMBOURG E-mail : deltadore@deltadore. Guide d installation et d utilisation MINOR 11 6151042 MINOR 11 DELTA DORE - Bonnemain - 35270 COMBOURG E-mail : deltadore@deltadore.com Appareil conforme aux exigences des directives : 2004/108/CE (Compatibilité

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production. Programme Energy Action pour l industrie

Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production. Programme Energy Action pour l industrie Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production Programme Energy Action pour l industrie Un programme d économies d énergie. Les solutions Energy Action de Schneider Electric. Des économies d énergie

Plus en détail

La transmission pour information du présent document dans sa présentation intégrale, le présent paragraphe compris, est autorisée.

La transmission pour information du présent document dans sa présentation intégrale, le présent paragraphe compris, est autorisée. ELECTRICITE DE STRASBOURG Référentiel Technique Proposition Technique et Financière pour le raccordement au réseau public de distribution d Électricité de Strasbourg d une installation consommateur HTA

Plus en détail

TURPE E..S.L. PRO NS 2014 81503 LAVAUR CEDEX. Historique. Version. Annule et remplace. Version 2014-1 2013-2. Version. Mise à jour Turpe 3 2013-1

TURPE E..S.L. PRO NS 2014 81503 LAVAUR CEDEX. Historique. Version. Annule et remplace. Version 2014-1 2013-2. Version. Mise à jour Turpe 3 2013-1 Prestations annexes au TURPE ENERGIESS SERVICES LAVAUR Pays de Cocagne 18 avenue Victor Hugo BP 89 81503 LAVAUR CEDEX CATALOGUE DES PRESTATION E..S.L. PRO NS 2014 DU DISTRIBUTEUR OPOSE AUX CLIENTS ET AUXX

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS CAHIER DES CHARGES RELATIF A UN AUDIT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DE L'INSTITUT FRANÇAIS DE MECANIQUE AVANCEE Date limite d envoi de l'offre : 30 avril

Plus en détail

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw COMMERCIALISATION 2 ÈME TRIMESTRE 2014 C O N F O R T Q U A L I T É D A I R O P T I M I S A T I O N É N E R G É T I Q U E PAC & CHAUDIÈRE GAZ AQUACIAT2 HYBRID Puissances frigorifiques et calorifiques de

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR :

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du XXXX relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : La ministre

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES RESTRUCTURATION PARTIELLE DU RESEAU CVC CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES EN APPLICATION DU CODE DES MARCHES PUBLICS DECRET N 2006-975 DU 1ER AOUT

Plus en détail

Énergie décentralisée : La micro-cogénération

Énergie décentralisée : La micro-cogénération Énergie décentralisée : La micro-cogénération Solution énergétique pour le résidentiel et le tertiaire Jean-Paul ONANA, Chargé d activités projet PRODÉLEC PRODuction et gestion de la production d ÉLECtricité

Plus en détail

Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 eau. La solution compacte & économique

Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 eau. La solution compacte & économique Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 eau La solution compacte & économique Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 Eau Easitemp définit un nouveau standard pour les thermorégulateurs. Un concept innovant,

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN QU EST-CE QUE LE CHAUFFAGE URBAIN? Tout simplement un chauffage central, mais à l échelle d un quartier! La chaufferie urbaine de Nemours assure la production et la

Plus en détail

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR COMMUNE DE LA VALLA EN GIER Le Bourg 42131 La Valla-en-Gier DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR Rapport de Phase III Juin 2012 ICA ENVIRONNEMENT 6 Rue Emile Noirot - 42300

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL TECHNIQUE

RÉFÉRENTIEL TECHNIQUE SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES INSULAIRES RÉFÉRENTIEL TECHNIQUE CONTRÔLES DES PERFORMANCES AVANT LA MISE EN EXPLOITATION DEFINITIVE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION D ÉNERGIE ÉLECTRIQUE RACCORDÉES EN HTB DANS LES

Plus en détail

V112-3,0 MW. Un monde, une éolienne. vestas.com

V112-3,0 MW. Un monde, une éolienne. vestas.com V112-3,0 MW Un monde, une éolienne vestas.com NOUS TENONS LES PROMESSES DE L ÉNERGIE ÉOLIENNE UNE ÉOLIENNE FIABLE ET PERFORMANTE POUR LE MONDE ENTIER Fiabilité et performances La V112-3,0 MW est une

Plus en détail

Génie Logiciel LA QUALITE 1/5 LA QUALITE 3/5 LA QUALITE 2/5 LA QUALITE 4/5 LA QUALITE 5/5

Génie Logiciel LA QUALITE 1/5 LA QUALITE 3/5 LA QUALITE 2/5 LA QUALITE 4/5 LA QUALITE 5/5 Noël NOVELLI ; Université d Aix-Marseille; LIF et Département d Informatique Case 901 ; 163 avenue de Luminy 13 288 MARSEILLE cedex 9 Génie Logiciel LA QUALITE 1/5 La gestion de la qualité Enjeux de la

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50 A DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.2) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêtés du 15 septembre 2006 INFORMATIONS GENERALES N de rapport

Plus en détail

Barème pour la facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité concédé à ERDF

Barème pour la facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité concédé à ERDF Direction technique Barème pour la facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité concédé à ERDF Identification : ERDF-PRO-RAC_03E Version : V.3 Nombre de pages : 65 Version

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives et Techniques Particulières (C.C.A.T.P.)

Cahier des Clauses Administratives et Techniques Particulières (C.C.A.T.P.) SYNDICAT DEPARTEMENTAL D ENERGIE DE LA SEINE-MARITIME ACCORD-CADRE AVEC MARCHES SUBSEQUENTS Pouvoir adjudicateur coordonnateur du groupement Syndicat Départemental d Energie de la Seine-Maritime () 5 boulevard

Plus en détail

VMT Mod : Ventilation modulée pour le tertiaire

VMT Mod : Ventilation modulée pour le tertiaire Notice de Montage VMT Mod : Ventilation modulée pour le tertiaire VC 100876 - D920_a - RCS 956 506 828 - Imprimé en France/Printed in France VMT Mod est un système de ventilation intelligent à destination

Plus en détail

SÉRIE RM Découpeuses-Cambreuses RM 40K / RM 40KS / RM 40P

SÉRIE RM Découpeuses-Cambreuses RM 40K / RM 40KS / RM 40P SÉRIE RM Découpeuses-Cambreuses RM 40K / RM 40KS / RM 40P Fabrication de grandes séries avec une efficacité accrue Augmentez la qualité de vos pièces de précision, réduisez vos coûts unitaires et fabriquez

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE DATE : 14/02/2011 N AFFAIRE : 003387/2255629/1/1 ANNEE DE CONSTRUCTION : NON COMMUNIQUE SURFACE UTILE : 489.44 TYPE DE BATIMENT : IMMEUBLE D HABITATION + BUREAUX TYPE D ACTIVITES : ADMINISTRATION - BUREAUX

Plus en détail

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004 Service de l Eau Potable Année 2004 1 Ville de VENELLES Comptes rendus d activités Techniques et financières du Service de l Eau Potable Destinataire : Monsieur le Maire de la commune de VENELLES (13770)

Plus en détail

MBR225. Le module a été conçu et réalisé conformément aux normes en vigueur portant sur la sûreté et la fiabilité des installations industrielles.

MBR225. Le module a été conçu et réalisé conformément aux normes en vigueur portant sur la sûreté et la fiabilité des installations industrielles. MBR225 Module de surveillance des chaînes cinématiques Le module est dédié à la surveillance du fonctionnement de machines dont la chaîne cinématique constitue un facteur important de sécurité : treuil,

Plus en détail

L efficience énergétique...

L efficience énergétique... ......Une technique intelligente de régulation au service Edgar Mayer Product Manager CentraLine c/o Honeywell GmbH 02 I 2009 Grâce aux techniques de régulation intelligentes d aujourd hui, il est possible

Plus en détail

TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE

TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE COMBINEZ VOTRE STATION INDIVIDUELLE Le module thermique d appartement TacoTherm Dual Piko s adapte parfaitement à toutes les configurations

Plus en détail

vous souhaitez identifier les actions à mettre en œuvre pour promouvoir les ÉNERGIES RENOUVELABLES

vous souhaitez identifier les actions à mettre en œuvre pour promouvoir les ÉNERGIES RENOUVELABLES Vous êtes une commune rurale ou semi urbaine vous vous sentez concernée par la protection de l environnement et les économies d énergies vous souhaitez mettre en œuvre des actions pour un développement

Plus en détail

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Préambule Venir chez SE2M, c est vous faire profiter de notre expertise de plus de 10 ans d expérience dans l exercice de notre

Plus en détail

DimNet Gradateurs Numériques Evolués Compulite. CompuDim 2000

DimNet Gradateurs Numériques Evolués Compulite. CompuDim 2000 DimNet Gradateurs Numériques Evolués Compulite La gamme des gradateurs Compulite est conçue autour des technologies les plus récentes et les plus évoluées que ces 20 dernières années ont vu apparaître.

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 13 juin 2013 portant proposition d approbation du lancement du déploiement généralisé du système de comptage évolué de GrDF Participaient

Plus en détail

1. Smart Energy Management System (SEMS)

1. Smart Energy Management System (SEMS) Stignergy SA Y-Parc Swiss Technopole Rue Galilée 7 CH 1400 Yverdon-les-Bains +41 76 223 53 15 +41 24 504 15 68 contact@stignergy.ch www.stignergy.ch 1. Smart Energy Management System (SEMS) La facturation

Plus en détail

DS 400 mobil Enregistreur à écran mobile à prix avantageux

DS 400 mobil Enregistreur à écran mobile à prix avantageux DS 400 mobil Enregistreur à écran mobile à prix avantageux Analyse énergétique - Mesure la consommation - Calcul s fuites dans les installations pneumatiques Consommation / Débit Pression / Vi Température

Plus en détail

FICHE DE COLLECTE. Demande de raccordement d'une installation de consommation de puissance supérieure à 250 kva au réseau public de distribution HTA

FICHE DE COLLECTE. Demande de raccordement d'une installation de consommation de puissance supérieure à 250 kva au réseau public de distribution HTA Demande de raccordement d'une installation de consommation de puissance supérieure à 250 kva au réseau public de distribution HTA FICHE DE COLLECTE www.erdfdistribution.fr Copyright ERDF 2008 ERDF SA à

Plus en détail

L évolution en niveau des tarifs réglementés s accompagne d évolutions de la structure des tarifs, sur l ensemble des couleurs tarifaires.

L évolution en niveau des tarifs réglementés s accompagne d évolutions de la structure des tarifs, sur l ensemble des couleurs tarifaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 25 juillet 2013 portant avis sur le projet d arrêté relatif aux tarifs réglementés de vente de l électricité Participaient à la

Plus en détail

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable Chauffe-eau thermodynamique pour le résidentiel Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable MAISONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER YUTAMPO u Idéal pour l eau chaude sanitaire Meilleur chauffe-eau

Plus en détail

ERDF prend le virage technologique des Smart Grids

ERDF prend le virage technologique des Smart Grids Smart Grids, nos clients au cœur du réseau de demain ERDF prend le virage technologique des Smart Grids Association Carbon AT, Nantes, le 16 avril 2013 Régis LE DREZEN Regis.le-drezen@erdf-grdf.fr Film

Plus en détail

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies Pompe à chaleur Air-Eau Confort et économies Le système de chauffage réversible de l avenir! Un pas en avant pour réduire les émissions de CO₂. L augmentation des émissions de CO₂ et autres gaz à effet

Plus en détail

NOTICE DE MISE EN SERVICE

NOTICE DE MISE EN SERVICE NOTICE DE MISE EN SERVICE Dispositif de Surpression à Variation, pompe de 2,2kW 1. GENERALITES Avant de procéder à l installation, lire attentivement cette notice de mise en service. CONTROLE PRELIMINAIRE

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

Note technique. Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe

Note technique. Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe Note technique Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe Version / Date Version 1.0 du 06/02/2012 Auteur David Chénier 2012, Amoès SAS. Toute utilisation, reproduction intégrale

Plus en détail

TARIF JAUNE - OPTION BASE. en métropole continentale. Prix de l'énergie (c /kwh) TARIF JAUNE - OPTION EJP. en métropole continentale

TARIF JAUNE - OPTION BASE. en métropole continentale. Prix de l'énergie (c /kwh) TARIF JAUNE - OPTION EJP. en métropole continentale TARIF JAUNE - OPTION BASE en métropole continentale Version ( /kva) HPH HCH HPE HCE JAUNE UL 43,44 9,164 9,164 6,542 4,259 3,017 OPTION BASE UM 30,72 10,628 7,434 4,296 3,061 UL 1,00 0,77 0,77 0,77 0,77

Plus en détail

BALISE GPS. Modèle EOLE. MANUEL INSTALLATEUR Version 3.4 GPS+GSM+SMS/GPRS

BALISE GPS. Modèle EOLE. MANUEL INSTALLATEUR Version 3.4 GPS+GSM+SMS/GPRS BALISE GPS GPS+GSM+SMS/GPRS Modèle EOLE MANUEL INSTALLATEUR Version 3.4 Vous venez de faire l acquisition de notre balise EOLE et nous vous remercions de votre confiance. EOLE est une balise utilisant

Plus en détail

SALON ENEO 15/02/2011 Retour d expd du quartier de la Caserne de Bonne E. HUARD, S. ORAIN, T. HEIMO

SALON ENEO 15/02/2011 Retour d expd du quartier de la Caserne de Bonne E. HUARD, S. ORAIN, T. HEIMO SALON ENEO 15/02/2011 Retour d expd expérience sur les cogénérations du quartier de la Caserne de Bonne E. HUARD, S. ORAIN, T. HEIMO GEG Profil d entreprise Une société anonyme d économie mixte locale

Plus en détail

AQUASNAP TOUT INTÉGRÉ RIEN À AJOUTER 30RY/30RYH REFROIDISSEURS DE LIQUIDE / POMPES À CHALEUR GAINABLES

AQUASNAP TOUT INTÉGRÉ RIEN À AJOUTER 30RY/30RYH REFROIDISSEURS DE LIQUIDE / POMPES À CHALEUR GAINABLES AQUASNAP TM REFROIDISSEURS DE LIQUIDE / POMPES À CHALEUR GAINABLES 30RY/30RYH TOUT INTÉGRÉ RIEN À AJOUTER S INTÉGRER SANS ÊTRE VU UN VÉRITABLE CONCEPT URBAIN INVISIBLE! Invisible, inaudible, discret, l

Plus en détail

GOL-MPPT- 24V-10A GOL-MPPT- 12V-15A

GOL-MPPT- 24V-10A GOL-MPPT- 12V-15A / En quelques mots Le régulateur de a pour fonction de réguler la de la batterie solaire afin d éviter son vieillissement prématuré. Nous proposons diverses gammes de régulateurs : Gamme standard 12V 24V

Plus en détail

Le Hive L amélioration énergétique d un bâtiment neuf

Le Hive L amélioration énergétique d un bâtiment neuf Le Hive L amélioration énergétique d un bâtiment neuf Présentation de Thierry DJAHEL, Schneider Electric Dans le cadre de la matinée technique IFPEB CSTB du 28 novembre 2012. 28/11/2012 1 En chiffres 35

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Solutions didactiques. Laboratoire de conception et d exploitation des réseaux électriques MT/BT

Solutions didactiques. Laboratoire de conception et d exploitation des réseaux électriques MT/BT Solutions didactiques Laboratoire de conception et d exploitation des réseaux électriques MT/BT Présentation Objectifs Le développement grandissant des réseaux de distribution électrique nécessite la formation

Plus en détail

SYNOPTIQUE GTB Architecture Générale

SYNOPTIQUE GTB Architecture Générale STATION METEO TERMINAL EXPLOITATION (local technique) POSTE SUPERVISION (local pôle maintenance) AFFICHAGE PEDAGOGIQUE (Accueil) ACCES WEB GESTION CVC LOCAL TECHNIQUE GESTION EAU GESTION SERRE GESTION

Plus en détail

MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES

MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES MESURER EN CONTINU TOUTES VOS CONSOMMATIONS D ÉNERGIE ET DE FLUIDES POUR PERMETTRE UNE OPTIMISATION DE VOS PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES Instrumenter vos immeubles à

Plus en détail