2 Traité de gestion bancaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2 Traité de gestion bancaire"

Transcription

1 INTRODUCTION Le paysage bancaire canadien s'est profondément modifié depuis les changements apportés à la Loi sur les banques en Autrefois, les fameux «quatre piliers» dominaient le paysage financier : les banques, les fiducies, les compagnies d'assurances et les maisons de courtage. Des cloisons somme toute assez étanches séparaient ces catégories d'institutions. Depuis 1987, ces cloisons ont sauté et les banques conquièrent progressivement tous les autres types d ' institutions financières. Elles se sont portées acquéreurs des principales maisons de courtage et sociétés de fiducie. Et elles s'apprêtent à s'implanter fermement dans le secteur de l'assurance. Sur la toile de fond de ces développements, écrire un manuel ayant trait à la gestion bancaire n ' est point une sinécure. C ' est pourtant à ce sujet que nous nous attaquons et nous espérons fournir aux étudiants en gestion bancaire, aux gestionnaires de banques, et de caisses populaires et à toute personne manifestant un intérêt pour le monde des institutions de dépôt, un volume de référence aussi complet que possible sur les divers aspects de la gestion bancaire. Le premier chapitre de ce traité s'intéresse à la description des principales activités des banques canadiennes. On y aborde les grandes composantes des actifs, des passifs et de l'avoir des actionnaires et on y étudie les principaux ratios financiers se rapportant au bilan bancaire. La croissance historique des différents éléments des actifs et des passifs bancaires est également observée. Le chapitre 2 est consacré à l'analyse de l'évolution des résultats financiers des banques depuis Nous serons à même de constater que les divers ratios financiers attenant à ces résultats se sont

2 2 Traité de gestion bancaire beaucoup modifiés depuis plus de trente ans, attestant des changements structurels dans l'industrie bancaire. Les revenus autres que d'intérêts sont en effet en voie de sup-planter la marge bénéficiaire (spread d'intérêts) comme principale source des revenus bancaires. Les banques ont également dû s'adapter aux nouveautés électroniques, ce qui a exercé des pressions sur le ratio de leurs frais d'exploitation. Ce chapitre fait ressortir à quel point les banques vivent sur une marge de profit très vulnérable, quoi qu'en disent les critiques des profits bancaires, et à quel point une rationalisation de leurs activités s'impose encore. Le chapitre 3 se penche sur l'épineuse question de la déréglementation dans le secteur bancaire canadien. Jusqu'au milieu des années 1960, ce secteur était très réglementé, le législateur mettant de l'avant la protection absolue des déposants. Une banque classique n'était-elle pas une institution qui reçoit des dépôts à court terme et qui les investit dans des prêts commerciaux garantis par les stocks des entreprises (self-liquidating loans)? C ' était du moins autrefois la définition légale d'une banque. Mais sous la pression d'une concurrence qui s'exacerbait dans le milieu financier, les banques ont dû se soumettre à de profondes mutations. Dans le milieu bancaire, ce sont les banques elles-mêmes qui forçaient la main du législateur de telle sorte que la loi bancaire s'adaptât aux nouveaux enjeux de la scène financière. C'est ainsi que les banques ont pu s'approprier les secteurs du courtage et de la fiducie. Mais, de façon concomitante, les règles ayant trait à la capitalisation des banques ont été durcies de façon à ce qu'elles aient un garde-fou contre les «nouveaux» risques qu'elles assument. Le chapitre 4 s'intéresse à la gestion des liquidités bancaires. Les banques doivent en effet déterminer leur encaisse optimale. Elles doivent également voir à se procurer des liquidités au moindre coût possible. C ' est là l'objet de ce chapitre. Le chapitre 5 examine l'importante question de l'appariement des actifs et des passifs bancaires. Au cours des années 1980, un grand nombre d'institutions financières sises en Amérique du Nord ont dû déposer leur bilan, car les échéanciers de leurs actifs et de leurs passifs, constitués majoritairement de dépôts, étaient mal appariés. Les techniques de l'appariement des actifs et des passifs, que celui-ci s'effectue par les échéanciers ou les durées, sont analysées à l'intérieur de ce chapitre. Ce faisant, nous montrons comment le recours à certains produits dérivés, tels les

3 Introduction 3 swaps sur taux d'intérêt, peut amoindrir le problème de désappariement d'une institution financière. Ces dernières années, de nouvelles mesures du risque ont dû être développées, les mesures classiques étant de moins en moins adaptées aux nouvelles dimensions des produits financiers. Le chapitre 6 se voue à l'analyse d'une mesure du risque de plus en plus populaire dans le secteur bancaire : la VAR (Value at Risk). Celle-ci s ' est imposée progressivement au point de devenir la norme en matière de risque pour la Banque des règlements internationaux, qui recommande les principaux ratios en matière de capitalisation bancaire. L ' une des questions qui préoccupent le plus en plus les banques est la rentabilité de leurs diverses activités. Le chapitre 7 propose certaines techniques pour calculer cette rentabilité. On essaie d'y déterminer la marge de profit de chacune des activités d'une banque. Le chapitre 8 regroupe, pour sa part, les diverses techniques de gestion des actifs et des passifs bancaires. Nous accordons une attention toute spéciale à la gestion des sources de financement d'une banque, qui met en cause les grands théorèmes de la finance corporative moderne. Le chapitre 9 examine la panoplie des produits dérivés que les banques offrent à leurs clients corporatifs pour gérer les risques financiers auxquels ils font face. Il prend également acte des divers modèles ayant trait à la fixation des prix de ces produits. Finalement, le chapitre 10 traite d ' une catégorie de risque de première importance à laquelle sont confrontées quotidiennement les banques : le risque de crédit. Incidemment, les produits dérivés orientés vers la gestion du risque de crédit ont vu le jour ces dernières années et ont connu une croissance exponentielle. Dans un monde bancaire en pleine évolution, le gestionnaire doit disposer d'une formation de pointe en gestion bancaire. Les chapitres de ce manuel lui seront d'une grande utilité pour maîtriser les principes de base en cette matière. Notre traité repose sur notre expérience étoffée à titre de cadre dans l'industrie des institutions de dépôt québécoises, sur nos travaux de consultation pour la Fédération des caisses populaires Desjardins de Montréal et de l'ouest-du-québec et sur nos consultations récentes pour le compte du ministère des Finances du Québec à l'intérieur des travaux sur l'amélioration de la position de Montréal comme centre financier. En publiant ce livre, nous faisons partager à nos lecteurs cette expérience de travail.

4

5 CHAPITRE 1 LE SECTEUR BANCAIRE CANADIEN UNE PRÉSENTATION Les banques à charte, qui prennent une très large place dans l ' économie canadienne, occupent le haut du pavé dans le secteur de l'intermédiation financière au Canada. Obtenant des législateurs des pouvoirs toujours accrus dont elles se prévalent promptement, les banques sont maintenant engagées dans toutes les sphères de l ' intermédiation financière : prêts, fiducie, courtage et assurances. Et dire qu'il n'y a pas encore 20 ans, elles se cantonnaient dans les activités bancaires strictes : les prêts et les dépôts. En dressant le bilan de l'ensemble des banques à charte canadiennes et en présentant l'état de leur engagement dans les différentes sphères du crédit, nous serons à même de constater la position clé qu ' elles occupent sur les marchés financiers canadiens. 1. APERÇU DU BILAN BANCAIRE À la fin de 1997, le bilan simplifié de l'ensemble des banques canadiennes montre que leurs actifs globaux excèdent milliards de dollars (tableau 1.1). Les actifs bancaires se subdivisent en actifs en dollars canadiens (58 %) et en actifs en devises (42 %). Comme on peut le constater, le levier bancaire (actif / avoir) est très important (de l'ordre de 24).

6 6 Traité de gestion bancaire TABLEAU 1.1 Bilan simplifié des banques à charte canadiennes Décembre 1997 (en millions de dollars) Actifs $ CAN Passifs $ CAN Actifs devises Passifs devises Avoir propre Actif total Passif et avoir Les actifs en dollars Considérons d'abord les composantes des actifs en dollars canadiens. Elles comprennent, grosso modo, des liquidités et des prêts. Les liquidités : des pièces et des billets de la Banque du Canada ; des dépôts à la Banque du Canada ; des titres émis ou garantis par le gouvernement canadien ; des prêts à vue ou à court terme ; d'autres avoirs liquides. Les prêts : prêts personnels ; prêts hypothécaires ; prêts commerciaux. Les liquidités L'encaisse des banques est constituée de billets de banque et de dépôts à la Banque du Canada. Afin de pouvoir compenser les chèques qu'elles reçoivent du public, les banques détiennent des dépôts à la Banque du Canada s. Jusqu'en 1992, la Loi sur les banques fixait le coefficient 1. Par exemple, supposons que la Banque Royale reçoive, une certaine journée, un chèque tiré sur la Banque Toronto-Dominion. À la fin de la journée, la Banque Royale verra son dépôt à la Banque du Canada crédité du montant du chèque et

7 Le secteur bancaire canadien : une présentation 7 obligatoire de réserve qu'une banque devait détenir. Cette règle a été abolie depuis. Les titres émis ou garantis par le gouvernement canadien comprennent des bons du Trésor, dont l'échéance n'excède pas un an, et des obligations. Les bons du Trésor sont émis par adjudication chaque semaine. Par ailleurs, les prêts à vue, ou à court terme, sont des prêts à très courte échéance que les banques consentent aux courtiers en valeurs mobilières. Les prêts TABLEAU 1.2 Principaux prêts bancaires Décembre 1997 (en millions de dollars) Niveau En % du total Prêts personnels ,4 % Prêts hypothécaires ,8 % Prêts aux entreprises ,8 % Total ,0 % Les prêts personnels, consentis par les banques aux particuliers pour l'achat de biens durables, notamment des véhicules automobiles, représentent 18 % du total des prêts bancaires alors que les prêts hypothécaires, consentis à ces mêmes particuliers pour l'achat d'une résidence, représentent une part beaucoup plus importante des prêts bancaires, soit 44 %. Les banques étant traditionnellement les institutions qui consentent le plus de prêts aux entreprises, la part de cette catégorie de prêts dans l'ensemble des prêts bancaires se chiffre à près de 38 %. la Banque Toronto-Dominion verra, pour sa part, son compte à la Banque du Canada débité du même montant. Les dépôts des banques à la Banque du Canada sont donc leur compte-chèques.

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2014

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2014 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2014 Le présent Rapport annuel de la direction sur le rendement du Fonds monétaire FMOQ (le «Fonds») contient les

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

ORDRE RÉGIONAL DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU SAGUENAY-LAC-ST-JEAN/NORD-DU-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS. au 31 mars 2014

ORDRE RÉGIONAL DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU SAGUENAY-LAC-ST-JEAN/NORD-DU-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS. au 31 mars 2014 ÉTATS FINANCIERS au 31 mars 2014 Page Rapport de l'auditeur indépendant 1-2 Résultats 3 Évolution des actifs nets 4 Flux de trésorerie 5 Bilan 6 Notes aux états financiers 7-9 1 RAPPORT DE L'AUDITEUR INDÉPENDANT

Plus en détail

FONDATION QUÉBÉCOISE POUR LE PROGRÈS DE LA MÉDECINE INTERNE

FONDATION QUÉBÉCOISE POUR LE PROGRÈS DE LA MÉDECINE INTERNE FONDATION QUÉBÉCOISE POUR LE PROGRÈS DE LA MÉDECINE INTERNE ÉTATS FINANCIERS 2 RAPPORT DE L'AUDITEUR INDÉPENDANT À l'attention des membres de Fondation Québécoise pour le progrès de la médecine interne

Plus en détail

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 64

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 64 Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2 Section K Division 64 64 ACTIVITÉS DES SERVICES FINANCIERS, HORS ASSURANCE ET CAISSES DE RETRAITE Cette division comprend les activités de collecte et de redistribution

Plus en détail

Les fonds propres de la société (en millions de dollars) déterminés selon les exigences de Bâle III sont :

Les fonds propres de la société (en millions de dollars) déterminés selon les exigences de Bâle III sont : Divulgation du 3 e pilier de Bâle au 30 juin 2015 Introduction L Industrielle Alliance, Fiducie inc. («IA Fiducie» ou «la société») est une société de fiducie et de prêt assujettie à la Loi sur les sociétés

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Annexe 31-103A1 Calcul de l excédent du fonds de roulement

Annexe 31-103A1 Calcul de l excédent du fonds de roulement Annexe 31-103A1 Calcul de l excédent du fonds de roulement Nom de la société Calcul de l excédent du fonds de roulement (au, par comparaison au ) Élément Période en cours Période antérieure 1. Actif courant

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions La monnaie, les banques et les taux Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires financiers

Plus en détail

Liste de vérification de la politique de gestion du risque de liquidité Onglet 5 2010

Liste de vérification de la politique de gestion du risque de liquidité Onglet 5 2010 Liste de vérification Partie A Exigences législatives en matière de politique sur les liquidités La caisse a t elle établi une politique relative à ses liquidités? Par. 85(1) de la Loi. La politique sur

Plus en détail

CLUB SOCIAL DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (C.S.S.A.A.Q.) INC. RAPPORT DE MISSION D'EXAMEN ET ÉTATS FINANCIERS 31 AOÛT 2012

CLUB SOCIAL DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (C.S.S.A.A.Q.) INC. RAPPORT DE MISSION D'EXAMEN ET ÉTATS FINANCIERS 31 AOÛT 2012 AUTOMOBILE DU QUÉBEC (C.S.S.A.A.Q.) INC. RAPPORT DE MISSION D'EXAMEN ET ÉTATS FINANCIERS AUTOMOBILE DU QUÉBEC (C.S.S.A.A.Q.) INC. ÉTATS FINANCIERS TABLE DES MATIÈRES Rapport de mission d'examen 3 Résultats

Plus en détail

LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE

LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE Une économie nationale est confrontée en permanence au problème du financement de l activité de tous les agents qui la composent. Son fonctionnement

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Gestion de Placements TD. FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel

Gestion de Placements TD. FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel Gestion de Placements TD FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel Période close le 30 juin 2015 Table des matières Responsabilité de la direction en matière d information financière.................................

Plus en détail

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr États-Unis Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

Institutions de dépôts - Recueil d'instructions Bureau du surintendant des institutions financières

Institutions de dépôts - Recueil d'instructions Bureau du surintendant des institutions financières PASSIF-DÉPÔTS OBJET Le présent relevé fournit la ventilation détaillée du passif-dépôts des institutions de dépôts. FONDEMENT LÉGISLATIF Les articles 628 et 600 de la Loi sur les banques et l'article 495

Plus en détail

Politique de placement des fonds collectifs

Politique de placement des fonds collectifs Page 1 de 8 Le Curateur public a l entière responsabilité d élaborer la, conformément à la Loi sur le curateur public. 1. Objet La politique de placement permet de dégager les principes de gestion des

Plus en détail

POLITIQUE DE FINANCEMENT À COURT TERME

POLITIQUE DE FINANCEMENT À COURT TERME POLITIQUE DE FINANCEMENT À COURT TERME DU COMITÉ DE GESTION DE LA TAXE SCOLAIRE DE L ÎLE DE MONTRÉAL (Adoptée le 16 décembre 2004 par la résolution 24 par le Comité de gestion de la taxe scolaire de l

Plus en détail

Vos dépôts sont protégés, c est garanti! Au Québec, l Autorité des marchés financiers protège vos dépôts jusqu à 100 000 $

Vos dépôts sont protégés, c est garanti! Au Québec, l Autorité des marchés financiers protège vos dépôts jusqu à 100 000 $ Vos dépôts sont protégés, c est garanti! Au Québec, l Autorité des marchés financiers protège vos dépôts jusqu à La garantie de base sur vos dépôts Quels dépôts sont garantis par l assurance-dépôts? L

Plus en détail

ASSOCIATION DES BANQUIERS CANADIENS STATISTIQUES EN BREF 2009

ASSOCIATION DES BANQUIERS CANADIENS STATISTIQUES EN BREF 2009 ASSOCIATION DES BANQUIERS CANADIENS STATISTIQUES EN BREF AU CANADA SEULEMENT (sauf indication contraire) Période (au, sauf indication contraire) Institutions financières incluses Disponibles par province

Plus en détail

Welch LLP. É T A T S F I N A N C I E R S Pour la FONDATION DE L'ASSOCIATION DES TRANSPORTS DU CANADA Pour l'exercice clos le 31 DÉCEMBRE 2014

Welch LLP. É T A T S F I N A N C I E R S Pour la FONDATION DE L'ASSOCIATION DES TRANSPORTS DU CANADA Pour l'exercice clos le 31 DÉCEMBRE 2014 É T A T S F I N A N C I E R S Pour la FONDATION DE L'ASSOCIATION DES TRANSPORTS DU CANADA Pour l'exercice clos le 31 DÉCEMBRE 2014 RAPPORT DE L'AUDITEUR INDÉPENDANT Aux administrateurs de la FONDATION

Plus en détail

Raymond McManus. Présentation aux investisseurs. Président et chef de la direction Banque Laurentienne du Canada

Raymond McManus. Présentation aux investisseurs. Président et chef de la direction Banque Laurentienne du Canada Financière Banque Nationale Présentation à la conférence des chefs de la direction des banques canadiennes Présentation aux investisseurs Raymond McManus Président et chef de la direction Banque Laurentienne

Plus en détail

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage Alerte aux investisseurs : information à l intention des clients des sociétés réglementées par l OCRCVM si jamais une société de courtage devait mettre fin à ses activités Compte tenu de la turbulence

Plus en détail

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Toronto-Dominion Centre Toronto (Ontario) Canada M5K 1A2 Le 28 février 2001 Avis de distribution Le présent document doit être accompagné d un exemplaire de tous

Plus en détail

Un survol des marchés de valeurs de placement

Un survol des marchés de valeurs de placement 2 Chapitre2 Un survol des marchés de valeurs de placement D ans le présent chapitre, nous survolerons les principaux marchés offrant des produits d épargne et des valeurs de placement. Après avoir effectué

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Praxii}/ MEMBER ' GLOBAL ALLIANCE OF INOEPENOENT FIRMS MAZARS SOUS-TRAITANCE INDUSTRIELLE, QUÉBEC (STIQ) RAPPORT FINANCIER 31 DÉCEMBRE 2014

Praxii}/ MEMBER ' GLOBAL ALLIANCE OF INOEPENOENT FIRMS MAZARS SOUS-TRAITANCE INDUSTRIELLE, QUÉBEC (STIQ) RAPPORT FINANCIER 31 DÉCEMBRE 2014 MAZARS SOUS-TRAITANCE INDUSTRIELLE, QUÉBEC (STIQ) RAPPORT FINANCIER MAZARS HAREL DROUIN, S.E.N.C.R.L 215, RUE SAINT-jACQUES- BUREAU 1200- MONTRÉAL- QUÉBEC- CANADA- H2Y 1M6 TÉLÉPHONE: 514 845 9253- TÉLÉCOPIEUR:

Plus en détail

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9 MÉMOIRE DÉPOSÉ AUPRÈS DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PORTANT SUR LA SUPPRESSION PROGRESSIVE DES CRÉDITS D IMPÔT ATTACHÉS AUX FONDS DE TRAVAILLEURS CAP finance appuie les fonds

Plus en détail

Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) États financiers au 30 juin 2015

Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) États financiers au 30 juin 2015 Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) États financiers Rapport de l'auditeur indépendant 2-3 États financiers Résultats 4 Évolution de l'actif net 5 Flux de trésorerie 6 Situation financière 7 Notes

Plus en détail

Services aux investisseurs et trésorerie

Services aux investisseurs et trésorerie Résultats des secteurs d exploitation Résultats par secteur d exploitation Le tableau suivant présente un sommaire de nos résultats par secteur d exploitation. (en millions de dollars canadiens, sauf les

Plus en détail

APERÇU DU SECTEUR. au 1T11. des caisses populaires et credit unions de l Ontario. Mai 2011 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3

APERÇU DU SECTEUR. au 1T11. des caisses populaires et credit unions de l Ontario. Mai 2011 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3 Mai 2011 APERÇU DU SECTEUR des caisses populaires et credit unions de l Ontario au 1T11 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3 Faits saillants financiers Page 5 États financiers sectoriels

Plus en détail

CHAPITRE V : SYSTEME BANCAIRE, ET INTERMEDIATION

CHAPITRE V : SYSTEME BANCAIRE, ET INTERMEDIATION CHAPITRE V : SYSTEME BANCAIRE, ET INTERMEDIATION Le cadre légal de l'activité bancaire, conforté par l'ordonnance n 03-11 du 26 août 2003 relative à la monnaie et au crédit, a permis l'émergence progressive

Plus en détail

Rapport financier annuel 2006

Rapport financier annuel 2006 Rapport financier annuel 2006 PORTEFEUILLES GÉRÉS ET INDICIELS TD Programme de gestion d actifs TD PORTEFEUILLE GÉRÉ ET INDICIEL TD REVENU Le 31 décembre 2006 Programme de gestion d actifs TD RAPPORT FINANCIER

Plus en détail

FÉDÉRATION DES CAISSES POPULAIRES HAÏTIENNES LE LEVIER. États financiers le 30 septembre 2009

FÉDÉRATION DES CAISSES POPULAIRES HAÏTIENNES LE LEVIER. États financiers le 30 septembre 2009 LE LEVIER États financiers le 30 septembre Table des matières Rapport des vérificateurs 2 Bilan 3 Résultats 4 État de la répartition 5 Flux de trésorerie 6 Notes aux états financiers 7 Frais d'exploitation

Plus en détail

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 %

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 % Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

PREMIER TRIMESTRE 2015

PREMIER TRIMESTRE 2015 PREMIER TRIMESTRE 2015 INFORMATIONS ADDITIONNELLES LA PÉRIODE CLOSE LE 31 JANVIER 2015 Faits saillants Page 1 Bilan consolidé Page 2 État du résultat consolidé Page 3 État du résultat global consolidé

Plus en détail

RAPPORT DE L'AUDITEUR INDÉPENDANT 1

RAPPORT DE L'AUDITEUR INDÉPENDANT 1 ÉTATS FINANCIERS 30 JUIN 2015 RAPPORT DE L'AUDITEUR INDÉPENDANT 1 ÉTATS FINANCIERS Résultats 2 Évolution de l'actif net 3 Bilan 4 Flux de trésorerie 5 Notes complémentaires 6 Renseignements complémentaires

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Politique de gestion de la trésorerie

Politique de gestion de la trésorerie Politique de gestion de la trésorerie Mise à jour : Le 13 février 2009 HEC Montréal Politique de gestion de la trésorerie Table des matières 1. Portée... 1 2. Principes... 1 3. Placements.... 1 4. Financement.......

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE PROGRAMME DE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE NOTE AU LECTEUR Le Programme de financement de l agriculture est entré en vigueur le 15 octobre 2001 (2001, G.O. 1, 1113). La présente version du programme intègre

Plus en détail

PORTEFEUILLES GÉRÉS ET INDICIELS TD

PORTEFEUILLES GÉRÉS ET INDICIELS TD ÉTATS FINANCIERS ANNUELS PORTEFEUILLES GÉRÉS ET INDICIELS TD PORTEFEUILLE GÉRÉ ET INDICIEL TD - 31 décembre 2000 * PORTEFEUILLE GÉRÉ ET INDICIEL TD - ÉTAT DU PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS AU 31 DÉCEMBRE 2000

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT 2015 www.iccrc-crcic.ca Version : 2015-002 Dernière modification : 3 juillet 2015 Page 2 de 13 Table des matières MODIFICATIONS DE SECTIONS... 4 Section 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers Rapport de l'auditeur indépendant 1 États financiers Bilan 3 État des résultats 4 État de l'évolution de l actif net 6 État des flux de

Plus en détail

Renseignements. Additionnels

Renseignements. Additionnels Renseignements Additionnels au Rapport annuel 2007 Renseignements additionnels au Rapport annuel 2007 I. Tableaux des rendements 1 Rapport des vérificateurs... 1 2 Notes générales... 2 3 Valeurs à court

Plus en détail

OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL

OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL Renseignements et documents exigés Novembre 2008 Ouvrir un compte personnel TABLE DES MATIÈRES I. À PROPOS DE L OCRCVM 1 II. OUVERTURE D UN COMPTE 1 III. DEMANDE D OUVERTURE

Plus en détail

Politique de placement de l encaisse

Politique de placement de l encaisse Politique de placement de l encaisse SERVICE DES FINANCES Division du budget et de la planification financière Date d approbation : N o de résolution : 2013-05-21 CA-2013-0188 Date de modification : N

Plus en détail

Rapport Analyse Financière

Rapport Analyse Financière BLANC Michaël DEBYSER Antoine L3 Promo 2008 Groupe C Rapport Analyse Financière 1. Bilan de la société LAFIN : Le bilan décrit l état et la répartition du patrimoine de l entreprise à une date donnée.

Plus en détail

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada Bienvenue chez desjardins le premier groupe financier coopératif au canada 04 Vous accueillir. Vous accompagner. Vous simplifier la vie. desjardins souhaite faciliter votre intégration au pays. dans cette

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III En date du 30 septembre 2014 Table des matières 1. Champ d application... 2 Entité faisant la déclaration... 2 Cadre de travail pour

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE 6 juin 2000 (00-2236) Conseil du commerce des services CANADA Liste d engagements spécifiques Supplément 4 Révision (Seuls les textes français et anglais font foi) CANADA

Plus en détail

Les états financiers prévisionnels

Les états financiers prévisionnels Les états financiers prévisionnels 1. La nature et les raisons d*être des états financiers prévisionnels Les états financiers prévisionnels sont des représentations de la situation et des résultats financiers

Plus en détail

Politique...2 Procédures...2 Limites...3 Approbation...3 Communication de l'information au Bureau...4 Annexe...5

Politique...2 Procédures...2 Limites...3 Approbation...3 Communication de l'information au Bureau...4 Annexe...5 Bureau du surintendant des institutions financières Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL. Capital Desjardins inc.

RAPPORT ANNUEL. Capital Desjardins inc. RAPPORT ANNUEL Capital Desjardins inc. RAPPORT ANNUEL ANALYSE PAR LA DIRECTION Nous avons le plaisir de vous livrer le rapport financier de l'exercice terminé le 31 décembre. Capital Desjardins inc., filiale

Plus en détail

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie.

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie. PricewaterhouseCoopers s.r.l. Comptables agréés Place de la Cité, Tour Cominar 2640, boulevard Laurier, bureau 1700 Sainte-Foy (Québec) Canada G1V 5C2 Téléphone +1 (418) 522 7001 Télécopieur +1 (418) 522

Plus en détail

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT PROGRAMME «DEVELOPPEMENT ET AMELIORATION DE L OFFRE DE LOGEMENT» QUESTION N DL 21 Libellé de la

Plus en détail

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014 BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION 31 décembre 2014 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2 Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS, Bilan consolidé condensé (en millions de dollars canadiens) 04 03 0 0 ACTIF Trésorerie et autres 46 554 $ 3 64 $ 5 8 $ 4 $ Prêts, valeurs mobilières

Plus en détail

Groupe Banque Scotia Liste des produits de dépôt

Groupe Banque Scotia Liste des produits de dépôt Groupe Banque Scotia Liste des produits de dépôt Le Groupe Banque Scotia compte cinq institutions membres de la SADC, dont chacune offre une protection distincte au titre de la SADC. La Banque de Nouvelle-Écosse

Plus en détail

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer Compter et gérer 1 / 9 Compter et gérer I. LA NECESSITE D'UNE COMPTABILITE Au-delà des obligations légales qui imposent aux entreprises de tenir une comptabilité, avoir un système comptable au sein de

Plus en détail

BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois

BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique

Plus en détail

ATTENDU qu il y a lieu de déterminer les personnes autorisées à effectuer et à approuver ce type d opérations ;

ATTENDU qu il y a lieu de déterminer les personnes autorisées à effectuer et à approuver ce type d opérations ; CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT R-139 (tel que modifié par le R-139-2) RÈGLEMENT DÉLÉGUANT À CERTAINS EMPLOYÉS LE POUVOIR D EFFECTUER DES OPÉRATIONS DE TRÉSORERIE ET DE SIGNER TOUT DOCUMENT REQUIS

Plus en détail

Limites régissant les engagements importants

Limites régissant les engagements importants Bureau du surintendant des Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 Ligne directrice Objet :

Plus en détail

MAISON D'INTERVENTION VIVRE RAPPORT FINANCIER ANNUEL AU 31 MARS 2015

MAISON D'INTERVENTION VIVRE RAPPORT FINANCIER ANNUEL AU 31 MARS 2015 RAPPORT FINANCIER ANNUEL SOMMAIRE RAPPORT DE L'AUDITEUR INDÉPENDANT 1 ÉTATS FINANCIERS État des résultats 2 État de l'évolution des actifs nets 3 Bilan 4 Flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers

Plus en détail

Campagne internationale Action Climat. États financiers. au 31 décembre 2011

Campagne internationale Action Climat. États financiers. au 31 décembre 2011 États financiers Rapport de l'auditeur indépendant 2-3 États financiers Résultats et actifs nets 4 Flux de trésorerie 5 Bilan 6 Notes complémentaires 7-11 Renseignements supplémentaires 12 Rapport de l'auditeur

Plus en détail

Comprendre les états financiers

Comprendre les états financiers Comprendre les états financiers comprendre Comprendre les états financiers Cette brochure est aussi disponible en format électronique. Visitez la section «Publications» de notre site au www.ocaq.qc.ca.

Plus en détail

Énoncé des politiques et des méthodes de placement

Énoncé des politiques et des méthodes de placement Société canadienne du cancer Énoncé des politiques et des méthodes de placement Contexte La Société souhaite investir ses fonds avec prudence, en accordant toute l attention nécessaire à la gestion des

Plus en détail

Rapport annuel 2014 AVRIL 2015. Renseignements financiers au 31 décembre 2014 FONDS DE PLACEMENT GARANTI DSF

Rapport annuel 2014 AVRIL 2015. Renseignements financiers au 31 décembre 2014 FONDS DE PLACEMENT GARANTI DSF FONDS DE PLACEMENT GARANTI DSF AVRIL 2015 Rapport annuel 2014 Renseignements financiers au 31 décembre 2014 Les Fonds de placement garanti DSF sont établis par Desjardins Sécurité financière, compagnie

Plus en détail

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE Un seul investissement, tout le raffinement que vous recherchez Vous menez une vie active, riche de projets que vous souhaitez réaliser. Vous

Plus en détail

Ligne directrice. N o : B-4 Date : Septembre 1996

Ligne directrice. N o : B-4 Date : Septembre 1996 Bureau du surintendant des Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 Ligne directrice Objet :

Plus en détail

... Praxity : MAZARS SOUS-TRAITANCE INDUSTRIELLE, QUÉBEC (STIQ) RAPPORT FINANCIER 31 DÉCEMBRE 2013 MEMBER GLOBAL ALLIANCE OF INDEPENOENT FIRMS

... Praxity : MAZARS SOUS-TRAITANCE INDUSTRIELLE, QUÉBEC (STIQ) RAPPORT FINANCIER 31 DÉCEMBRE 2013 MEMBER GLOBAL ALLIANCE OF INDEPENOENT FIRMS MAZARS SOUS-TRAITANCE INDUSTRIELLE, QUÉBEC (STIQ) RAPPORT FINANCIER MAZARS H AREL DROUIN, S.E.N.C.R.L. 215, RUE SAINT-jACQUES- BuREAU 1200- MoNTRtAL- QutsEc- CANADA- H 2Y 1M6 Tt LtPHONE: 514 845 9253-

Plus en détail

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III En date du 30 juin 2015 Table des matières 1. Champ d application... 2 Entité faisant la déclaration... 2 Cadre de travail pour la gestion

Plus en détail

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier Le système bancaire et financier français I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. January the 6th 2009 1 I. La loi bancaire

Plus en détail

ENTRAIDE SAINTE-FOY ÉTATS FINANCIERS AU 31 MARS 2015. Table des matières. Rapport de l'auditeur indépendant 2. Résultats 4

ENTRAIDE SAINTE-FOY ÉTATS FINANCIERS AU 31 MARS 2015. Table des matières. Rapport de l'auditeur indépendant 2. Résultats 4 ÉTATS FINANCIERS AU 31 MARS 2015 Table des matières Pages Rapport de l'auditeur indépendant 2 Résultats 4 Evolution des actifs nets non affectés 5 Bilan 6 Flux de trésorerie 7 Notes complémentaires 8 Aux

Plus en détail

Opérations bancaires et investissements

Opérations bancaires et investissements Opérations bancaires et Publication : 1 avril 2003 Révision : TABLE DES MATIÈRES But et portée... 1 Principes... 1 Glossaire... 2 Directive exécutoire... 3 Résumé des responsabilités... 4 Collèges... 4

Plus en détail

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie Le budget de trésorerie Dans la première section, nous verrons les principes généraux de construction d'un budget de trésorerie. Dans la deuxième, nous appliquerons ces principes à un cas particulier et

Plus en détail

Recueil des règles de conservation des documents des établissements universitaires québécois 03 RESSOURCES FINANCIÈRES

Recueil des règles de conservation des documents des établissements universitaires québécois 03 RESSOURCES FINANCIÈRES 03 RESSOURCES FINANCIÈRES 03 - RESSOURCES FINANCIÈRES / FINANCEMENT 03.01 Règles budgétaires et calcul des subventions de fonctionnement Documents relatifs au calcul des subventions de fonctionnement

Plus en détail

Évolutions récentes du système financier belge

Évolutions récentes du système financier belge Évolutions récentes du système financier belge Juin 2007 Cette publication semestrielle donne un aperçu statistique des évolutions récentes du système financier belge, sous la forme d'une série de tableaux

Plus en détail

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE 9.1 LE SYSTÈME BANCAIRE AMÉRICAIN Contrairement aux banques de plusieurs pays, les banques américaines ne sont ni détenues ni gérées par le gouvernement. Elles offrent des

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 COMMUNIQUÉ PREMIER TRIMESTRE 2014 La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

Devis de Construction Canada

Devis de Construction Canada États financiers Pour l'exercice terminé le 31 mars 2011 Table des matières Rapport de l'auditeur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État de l'évolution des actifs nets 4 État des résultats 5 États

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

PARTICIPANTS AUTORISÉS À UNE SYNDICATION DE PRÊT

PARTICIPANTS AUTORISÉS À UNE SYNDICATION DE PRÊT AVIS RELATIF AUX PRÊTS N o 2 Octobre 2011 PARTICIPANTS AUTORISÉS À UNE SYNDICATION DE PRÊT Contexte Le présent avis décrit les restrictions énoncées dans la Loi de 1994 sur les caisses populaires et les

Plus en détail

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 66

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 66 Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2 Section K Division 66 66 ACTIVITÉS AUXILIAIRES DE SERVICES FINANCIERS ET D'ASSURANCE Cette division comprend la prestation de services connexes des services financiers

Plus en détail

Contexte de la présentation

Contexte de la présentation L épargne des ménages québécois au service de la démocratie actionnariale Une présentation du Contexte de la présentation «Le capital accumulé par les travailleurs, que ce soit dans les régimes de retraite

Plus en détail

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Annexe C. Éléments d'analyse financière 143 ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Résumé Cette annexe présente quelques éléments comptables qui peuvent servir à l'analyse financière des entreprises.

Plus en détail

La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat

La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat L'information comptable de synthèse prend la forme d'un bilan (Section 1) et d'un état de résultat (Section 2), deux états de synthèse

Plus en détail

Régime de réinvestissement des dividendes et d achat d actions

Régime de réinvestissement des dividendes et d achat d actions Régime de réinvestissement des dividendes et d achat d actions Modifié et reormulé le Septembre 2005 table des matières introduction/sommaire.....................................2 renseignements complémentaires.............................5

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec)

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) États financiers Au 31 décembre 2014 Accompagnés du rapport de l'auditeur indépendant Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail