La conception d'une architecture et d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La conception d'une architecture et d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen"

Transcription

1 La conception d'une architecture d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen Milieu vie, mo vie Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n pages Artic avaib on line / Artic disponib en ligne à l adresse : To cite this artic / Pour citer c artic La conception d' une architecture d' un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen. Milieu vie, mo vie. Paris : CIHEAM, p (Options Méditerranéennes; n. 13)

2 l (*> I conception d'une architecture 1 d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen I PRINCIPES GÉNÉRAUX I I t HISTORIQUE l () a été mem- : - généraux : Enseignant à - Historique. - Orientations s recherches : à Luminy. - processus contrô l'ensoilment : J.-L. - Quelques réfxions b propos s calculs types chauffage en régfon méditerranéenne : LONG, Etudiant 3" cyc - d'un habitat adapté au milieu méditerranéen : J.-L. Etudiant 3' cyc - barrières à vent dans un grand ensemb : - Quelques principes pour construction cadre vie adapté à l'homme, nature à certains impératifs économiques : Les qui se sont établies milieu physique mo vie font l'obj dies s impntés locament. ont été conites nents spécialistes cte nion que l'on s'en tels que : d'émiqui l'opisous - climat doux ensoillé ; - ; - ; - svilges accueilnte. Ce que l'on souvent, ce sont au : - s excès olimatiques : vents vionts, - s dûs à colonisation s Angis, pges Languedoc) in- (Fos), - tés (La Anges, c.) s pastiches inadaptés ; - d'un sol à fai- ces constatations, l'étu ce milieu,vient plus subti, donc diffici : à fois ux climats, continental en acumu en eff excès, à sa putation. C'est à blème posé milieu aux hommes qui l'habitent que se 3" cyc Ambiances Luminy. dans volonté d'un chitectes s spécificités milieu tant physique qu'humain. 1965, une phénomènes Cte au sein l'uni (l), en compte à mévince l'inadaptation sconsaux conditions mi- lieu. Afin s,etus d'aménagement s à une étu l'habitat. Les se limitaient pas aux données milieu physique, mais envisageaient aussi s influences économiques, techniques que façon ficiel un suj aussi vaste, s sabs l'étu fait climatique plus ment l'ensoilment (2). que, dans ce domaine, l'habitat vait à une doub exigence : On peut y choix site ; mais simp s modès sous climats se multiplication Ouest-Est aboutit à s effs L'étu mtait aussi l'accent l'inadaptation conçus en données climatiques (1) Annas s travaux , docu- 249 p. (2) - caractéristiques généras urbanisme m&- - 6 fascicus sous Options Méditerranéennes Juin 1972

3 sienne, bases été fixées s étus à Uccs, titu 51 O, à quel on assimilé cel L'essentiel mise au point d'une tant l'ensemb s données milieu façon à à s à à exigences. l'établissement d'un 3" cyc à l'éco (1969), ux enseignants, un un spécialisé dans l'ambiance bioclimatique. Les dans s locaux l'éco, bâtiment neuf, établi en pi où s bâti climat local étaient évints s : excès d'ensoilment sals, insuffisance chauffage dans acoustique défectueuse, dûs au vent Sud-Est. A ces éléments, s gées été dégaspécialisés. s cas, il faut système absdonnée que l'on entend étu- La phase d'analyse exige que l'on jusqu'aux ce, spés fluis, Acoustique appliquée) impntés dans Ensuite est solution connaissances acquises s l'élément en question, qu'il faut peu dans l'ensemb d'où l'on est Ceci à phase mentation ; on en s implications s données ; vent à cte occasion Cependant, cel-ci ne se dévecontexte économique gional : s solutions étudiées doivent compte s faits suivants : - poids l'investissement - majos ménages, - pfonnement au logement, comme l'a une étu -! l'équipement été développés au sein selon cte méthodologique : l'ensoilment vent. l'étu s'est faite dans ux : une équipe a étudié plus ce qui a au site aux dispositions à l'exposition, une s'est penchée s dispositifs s plutôt l'utilisation ments En ce qui b vent, ment a abouti à dispositifs sultats cte : sous thème l'ensoilment : - Site dispositions : l'ensoilment. - : u) à s calculs types chauffage en b) étu d'un habitat adapté au milizu ; optimisation s ap- vent : - à vent dans ensemb. l'enseignement sont déjà appa s obtenus en compte s - - années, thème tion méthos s climatiques milieu physique but s inà conception d'un habitat optimisé aussi bien au niveau l'homme, qu'à celui c habitat s milieux Ces à l'ensoilment sont effectués une équipe constituée d'inse limitent, fait à l'évaluation quantitative aussi bien globa que s bins d'ensoilment dans un aménagement donné en vue d'une solution avancée sa modification en conséquence. A ce nos effotts se sont d'un mo d'analyse bâti compatib avec celui qui est utilisé définition s positions soil. Options

4 C'est ainsi que cte analyse spatia a une métho tement systématique G masques >> qui, aux soil, ont façon tinente l'évolution au née, l'année, l'ensoil1,ement dans un espace habitab donc qualité s climats qui y d'un tel une est à gamme simutions possibs solution plus mante au niveau s expositions s impntations d'une,niveau solution l'étu, mise au point s'est effectuée à définis ont été affectés simultanément une titu un compte tenu d'une connue (faça d'un bâtiment exemp) son exposition, nous une bin el-même. Ce bin peut établi non seument dans cas d'un obstac, mais aussi une exemp, ce qui une fondie s zones affectées Le chacune s zones définit une l'exposition choisie peut en flux lumineux disponib, soit en flux connu. La solution posée est tation avec issue imposé au volume habitab. La uxième nos qui actuelment fait l'obj d'une mise au point, consiste en sins d'obstacs ou qu'il faut tout d'une zone à quel on a affecté un ensoilment donné. à ce cas, à vise s enveloppes dans squels doivent pce s dispositifs à s En ce qui l'habitat, occupation au niveau l'ensoilment s volumes dits habitabs >> un domaine plus qui à l'échel ces mêmes volumes ct juxtaposition dans un ment 1 : d'utilisation tabau l pour analyser l',ensoilment au travers d'une ouverture tel que hauteur = longueur = 5 orientation = azirnut Juin 1972 '

5 2. - vue en pn pièce d'habitation située à l'arrière l'ouverture précémment décrite (fis. 1). montre en ariière l'ensentb s zones ensoillées tout au lorzg 171 e jour l'année indique notarnment quels sont s surfaces qrti 1:eçoivent respecfiivement s heures d'ensoilment 2 h, 3 h, 4 h, 5 h, 6 h, 7 h. O h soil : 1 h soil : 2 h soil : 3 h soil : 4 h soil : 5 h soil : 6 h soil : 7 h soil : 8 h soil : 9 h soil : 10 h soil : 11 soil : 12 h soil : O O O O masque soil se à 6 h, 7 h, 8, 9 h, 10 h 11 h. Options'

6 2 l l QUELQUES RÉFLEXIONS A PROPOS DES CALCULS TYPES DE CHAUFFAGE EN RÉGION MÉDITERRANÉENNE Chaque année, on dépense 10 se Si on ce aux 20 milà logements pendant on peutse pce chauffage. plus, on bâtiments å qui impliquent une climatisation poussée, notamment dans s immeubs Quand on sait que,ux fois plus que on peut sans se pense ux fois dans s années å (L'exemp s U.S.A. où on que ne doit suivi.) l'ensoilment s calculs Les soil an, dont plus pendant s 6 mois mi-saison. Ces sont Ouest, Celui-ci en baisse sensib temaccompagnée d'un sec. C'est s å un maximum d'ensoilment se moyen 600 C'est froid - ensoilnzerzt cause officiel base -5 "C, en compte s calculs fiques. En eff, cte est mesusous ne tient donc pas compte l'ensoilment. localisation s station témoin donnant s minimum maximum s étus chauffage, ainsi que nomd'ensoilment, est cel Cte station est mal pcée, dans diminuant temps d'ensoilment c134 h en 148 à Toulon). plus, temps anticyclonique, il s'y s en pines, ce qui augmente notabment s (372 en 288 à Toulon). = n min-l-t max 2 n = chauffage donnée. T min = moyenne T mm = moyenne (Ces calculées une 30 ans), 18 "C étant souhaitée. plus, s dûes au vent convection dans ce diminuent aussi tempétemps On que choix ces conditions défectueuses est Ce n'a pas été fait dans ce but, mais seument s données tout pays. est, comme nous l'avonsdéjàdit, s on ne tient compte, dans s calculs, que ce qui Options Méditerranéennes Juin 1972

7 ou continue moyen En fait, ce n'est pas vab dans il sinusoïda tempédont l'amplitu est minimum sous soil. On que ce dans s immeubs à ou dans ceux dont ont une faib capacité En définitive, on peut que : - s utilisées dans s cal- culs - ; - localisation s stations base aux a C'est aux l'impntation ces stations ; - s calculs chauffage doivent faits au moment donc que spécialiste cipe à conception bâtiment ; ; il faut - compte s moyennes SOUS est une que l'on doit s sous maximum au soil ; - nécessité capacité s est Thomason à Washington (USA), cel à cel déjà plus évoluée à (USA). tous s aspects ces que tels que : facilité d'exploitation, vient, esthétique..., c., ont été, à peu donc dans nou- LEG%RX :i i vel conception l'héliotechnique qui ne se contente plus s d'un s plus maximum en vue s consmais plutôt ces aux phénomènes dès conception ainsi à un moins évé. conjointe s blèmes dans sens l'économie déjà mentionnée. s'agit en fait constamment une optinzimtiun économique dans conception s bâtiments. 1 l AU p-. - /- i - LOURDE.P./' '\ 3E La a constaté que d'une s 'modès étaient inadaptés en pn climatique, que s mentasspéciamentétudiées étaient compxe, fait que avaient voulu choses à fois. En eff, mon suj u chauffage so- )> ont abouti à s satisfaisantes que Nous à Oillo cel '--. \ I Juin 1972

8 .. ventilé s échanges convection, d'une 1 s échanges FA : scmms L'utilisation s se f,ait, simultanément, ux façons : - d'une façon paf' s baies convenabment exposées.... (au Sud), - d'une façon à fois 2:<< à sa capacité.bitoh 50 cm / h :.l 2 plus La seu innovation technologique consiste en un système mes zontas qui sence soil se absence. Les faces son ces mes sont comme s qu'en position constituent s mes anti-convective. Le est en béton son est 30 cm. Sa capacité ca flux béton est 0,s) avec 7 å 8 une amplitu mais étalée dans temps. Le essentiel cte est donc a >> s ambiant en utilisant s sensibs dûs à non sont utilisées en été où ventition s vis d'abais s ambiance plus à à l'inté- Notons aussi que d'une tel habitation ne aux systèmes chauffage ditionnels : on sait maintenant que s ou panneaux a basse un plus avec une Ce doit l'obj d'une expé- Cte optimisation aboutit à ce : s i- Utilisation s = pollutions toutes d'augmentations coûts d'exploitations, La totaux nés'obtient choix maà bonne capacité en sibilités d'échange ces maau moyen d'un vi non l'influence l'élément humain constitué l'habitant ses ainsi que s bins globaux favoque s estimations actuels issent annuels 80 % s besoins En conclusion, il faut en question conception l'habitat dont tion au feste dont en face s excès ce climat sont fait tendance galopante à l'allègement ment s bâtiments. est égaà un coût coût ploitation dont d'ex- ou non, on sans se second, ce qui aboutit finament å une e coût global >> Juin 1972

9 ANNEXE : HIVER Combs non =ì- nui t jour Mur Comb non aéré _ ,. m: ' E T E Juin 101

10 ~ CIHEAM - Options Mediterraneennes A VENT Avec l'ensoilment, s vent est un climat au puisqu'il souff en moyenne 16 fois 5 fois Sud-Est 30 Sa vitesse atteint souvent 50, 100 même 150 km à La ventition a s effs l'homme, s psychophysiques, étouffements, sensation sion, mais ce vent mécaniques a aussi s effs gênants : déc... Les obstacs en ment bâtiments, l'écous sa vitesse ; c'est l'eff vil. Sachant ce, dans cte l'impntation vils vilges, s anciens choisissaient,s vent, tout spéciament )>. La disposition s bâtiments, s Est-Ouest, mono-exposition au Sud s pièces s maté- (tuis), scellés fixés, utilisés, s étaient tous adaptés à ce.climat, sans l'unification s ce phénomène, d'où une notamment dans s choix s impntations. En l'habitat social est sou- vent situé s sites exposés. Conscient ce 5 ses Segonzac, étu en a mandé à une maqute au La s Flui,s Vansi, son ensemb à Saint-Antoine L'étu a dispositions, notamment somm s faças bâtiments s plus exposés afin s aval ces bâtiments. Ainsi, s espaces publics, pces, jeux d'enfants, sont tégés s vents dominants, Sud-Est. atténuation 80 % Les à vent sont connues mon où il y a vent, habitations. 102 On peut en dans l'accostage espaces publics étus en à s ; tel est cas d'ensembs plus à à est souhaitab que cte dans conception s ensembs d'habitations qui lisés dans cte r- l A EN A ET A quelques années d'étus fondies dans s domaines climat, social l'économie,ainsi que une étu smodès l'évolution technologique dans bâtiment, nous sommes en quelques qui peuvent contestés au nom tel ou tel1.e idéologie mais sont incontestabs quant à : - tous s Cléments conception sous cc )> (cf l'étu en à ce moment-là l'inspécialistes s ingé- ; sinon s soit plus sibs, soit faib - Le choix s sites,l'impntation l'habitat, disposition s bâtiments, choix conscieat s aux dispositifs, d'ambiance, un plus efficace - s coûts d'exploitation. - L'économie l'habitation sont, s exigences conciliabs dans à condition au maximum s avantages climat plutôt que s ambiances - L'optimisation s en dans l'habitat vue lumineux en toutes saisons est une nécessité l'économie pollution. - La en compte, s effs vent est un fac l'habitat, en l'accès s espaces Juin 1972

Pour une problématique de l'environnement

Pour une problématique de l'environnement Pr une problématique l'environnement Labattut J.L. La maîtrise s ressrces naturel Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 17 1973 pages 27-32 Artic avaib on line / Artic disponib en ligne à l adresse

Plus en détail

Vitrages isolants hautes performances

Vitrages isolants hautes performances RIOU Glass Infos Vitrages isolants hautes performances Les vitrages isolants fonctionnels peuvent être 2 à 3 fois plus performants que des vitrages isolants standards, en termes d isolation thermique ou

Plus en détail

Lesbasesde la therm ique

Lesbasesde la therm ique Lesbasesde la therm ique 22 Les enjeux Le confort des occupants en toute saison L hygiène et la santé (besoin en oxygène odeurs fumées) Pérennité du bâtiment (condensation, gel) Economie d énergie Préservation

Plus en détail

Construire bioclimatique

Construire bioclimatique Définitions 1 L architecture est un mode de conception qui consiste à trouver le meilleur équilibre entre un bâtiment, le climat environnant et le confort de l habitant. Une construction est un bâtiment

Plus en détail

La formation agronomique au Liban

La formation agronomique au Liban La formation agronomique au Liban Hamze M. in Hervieu B. (ed.). La formation agronomique dans s pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes Série Etus; n. 1987-II 1987 pages

Plus en détail

En cas de remplacement ou d installation de radiateurs électriques (du type convecteur, radiant, etc.) ou à accumulation.

En cas de remplacement ou d installation de radiateurs électriques (du type convecteur, radiant, etc.) ou à accumulation. En cas de remplacement ou d installation de radiateurs électriques (du type convecteur, radiant, etc.) ou à accumulation. Ils doivent être régulés par un dispositif électronique intégré performant, ils

Plus en détail

Qu est ce qu un projet performant?

Qu est ce qu un projet performant? S2: Les clés de la performance Qu est ce qu un projet performant? Un projet avec beaucoup d énergies renouvelables Un projet très isolé Un projet dont le % de vitrage est d environ 1/6 de de surface habitable

Plus en détail

GESEC Siège Social - Rénovation des bureaux

GESEC Siège Social - Rénovation des bureaux GESEC Siège Social - Rénovation des bureaux Les Besoins Gestion des Apports Solaires Les Systèmes La Synthèse Site Climat & Ressources Ventilation QAI Typologie Bâtiment & les usages Isolation Thermique

Plus en détail

L essentiel de La Rt 2012

L essentiel de La Rt 2012 L essentiel de la RT 2012 Philippe Leblond L essentiel de la RT 2012 Obligations et mise en œuvre de la réglementation thermique 2 e édition À tous ceux qui m ont soutenu, sans les citer pour n oublier

Plus en détail

Version 1 / Septembre 2012 BEOPAN ET LA RT 2012

Version 1 / Septembre 2012 BEOPAN ET LA RT 2012 Version 1 / Septembre 2012 BEOPAN ET LA RT 2012 LE PLUS IMPORTANT: RESPECT DE LA RT 2012. Pour les permis déposés à partir du 01/01/2013 1 / Lors du dépôt de permis de construire il faudra fournir une

Plus en détail

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3 La notion de flux thermique La conductance La résistance La convection Principe physique L'effet thermosiphon Nicolas.ixier@grenoble.archi.fr Architectes

Plus en détail

Les volets rétractables ALVIA sont fabriqués sur mesure procurant finesse et distiction à votre propriété. // www.alvia.ca

Les volets rétractables ALVIA sont fabriqués sur mesure procurant finesse et distiction à votre propriété. // www.alvia.ca Les volets rétractables ALVIA sont fabriqués sur mesure procurant finesse et distiction à votre propriété. // www.alvia.ca Interior designart 2013 // INNOVER AUTREMENT. ALVIA redéfinit l espace avec des

Plus en détail

Les indices d une révolution

Les indices d une révolution RT 2012 Les indices d une révolution ÉRIC FeLICE [1] La RT 2012, en rendant obligatoire la conception bioclimatique des bâtiments, bouleverse les règles de construction. Le recours aux énergies renouvelables

Plus en détail

Contexte et méthodologie de l étude

Contexte et méthodologie de l étude Contexte et méthodologie de l étude Bâtiments étudiés : Pavillon propriété Martin et Varin Aléas toxique (Fai) et thermique (M+) Etablissement Intermarché aléa Toxique (Fai) PHASE 1 Synthèse des phénomènes

Plus en détail

Conférence consultative RT 2102. 20 Octobre 2010. Méthode et impact sur la conception. J.R. Millet CSTB PAGE 1

Conférence consultative RT 2102. 20 Octobre 2010. Méthode et impact sur la conception. J.R. Millet CSTB PAGE 1 Conférence consultative RT 2102 20 Octobre 2010 Méthode et impact sur la conception J.R. Millet CSTB PAGE 1 Exigences et méthode Exigences sur le bâti (Bbio), les consommations (Cep) le confort thermique

Plus en détail

PLU Grenelle : Fiches pratiques

PLU Grenelle : Fiches pratiques PLU Grenelle : Fiches pratiques 4. Performances environnementales. Fiche :Performances environnementales renforcées Fiche alimentée par le travail réalisé dans le cadre d une démarche engagée avec Saint-Etienne-

Plus en détail

Calculs et bilan des déperditions thermiques

Calculs et bilan des déperditions thermiques Calculs et bilan des déperditions thermiques Calculer les déperditions thermiques c'est déterminer la quantité de chaleur à fournir pour le chauffage d'une pièce à température donnée. Cette chaleur fournie

Plus en détail

THEME. Solaire passif en construction neuve

THEME. Solaire passif en construction neuve THEME Solaire passif en construction neuve THEME Solaire passif CATEGORIES constructions neuves O. Sidler La quantité d'énergie reçue sur Terre par le rayonnement solaire toutes les 45 minutes suffit à

Plus en détail

La nouvelle génération de climatiseurs

La nouvelle génération de climatiseurs La nouvelle génération de climatiseurs 2 3 Nouveau concept de climatisation pour les particuliers Panasonic a été l'un des premiers à se soucier de la pureté de l'air ambiant chez les particuliers. Nous

Plus en détail

Le Projet Sémiramis à Fribourg

Le Projet Sémiramis à Fribourg Le Projet Sémiramis à Fribourg Dominique Chuard Architecte EPFZ, Sorane SA, Lausanne Situation initiale Cette note présente le processus d'optimisation énergétique menée lors du développement du projet

Plus en détail

Ventilation naturelle de confort thermique

Ventilation naturelle de confort thermique d habitation Fiche d application : Ventilation naturelle de confort thermique Date Modification Version 04/02/2010 Document de travail pour la réunion de consultation des professionnels du 05/02/10 à St

Plus en détail

ETAT DE LA VENTILATION DANS LES LOGEMENTS FRANÇAIS

ETAT DE LA VENTILATION DANS LES LOGEMENTS FRANÇAIS ETAT DE LA VENTILATION DANS LES LOGEMENTS FRANÇAIS Paris, le 16 juin 2008 Après la publication en novembre 2006, de l état de la pollution dans les logements, l Observatoire de la Qualité de l Air Intérieur

Plus en détail

Systèmes d admission. Une admission d air frais idéale pour chaque poulailler

Systèmes d admission. Une admission d air frais idéale pour chaque poulailler Systèmes d admission Une admission d air frais idéale pour chaque poulailler Systèmes d admission - la bonne solution pour chaque bâtiment! Pour vous garantir une admission d air performante, Big Dutchman

Plus en détail

Le tourisme international : un état de fait colonial

Le tourisme international : un état de fait colonial Le tourisme international : un état fait colonial Zarka C. Tourisme et mon rural Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 3 1970 pages 26-29 Artic availab on line / Artic disponib en ligne l adresse

Plus en détail

Fiche d application Aération. Ventilation d hygiène des pièces de service BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération

Fiche d application Aération. Ventilation d hygiène des pièces de service BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération Réglementations Thermique Acoustique Aération Fiche d application Aération Départements d Outre-Mer Version 1.0 Ventilation d hygiène des pièces de service BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS Ministère de l'écologie,

Plus en détail

énergie pour le bâtiment

énergie pour le bâtiment Paris Val de Seine 1 ère année/2012-2013 AMBIANCES.D.D.DECOUVERTE b Enseignante Ljubica Mudri POUR UNE ARCHITECTURE DURABLE AMBIANCE THERMIQUE Notions de base & étude des déperditions des parois POUR UNE

Plus en détail

MC FRANCE PARTENAIRE DE GREEN OFFICE : UNE NOUVELLE GENERATION DE MENUISERIES 100 % ECO-PERFORMANTES

MC FRANCE PARTENAIRE DE GREEN OFFICE : UNE NOUVELLE GENERATION DE MENUISERIES 100 % ECO-PERFORMANTES Communiqué de Presse juin 2011 MC FRANCE PARTENAIRE DE GREEN OFFICE : UNE NOUVELLE GENERATION DE MENUISERIES 100 % ECO-PERFORMANTES Signé par Ion Enescu du Cabinet A115 pour Bouygues Immobilier, Green

Plus en détail

Construction habitation individuelle bio-climatique Projet CALCAGNO Didier

Construction habitation individuelle bio-climatique Projet CALCAGNO Didier Construction habitation individuelle bio-climatique Projet CALCAGNO Didier Dossier de présentation Août 2012 Introduction L'objectif de ce dossier est de présenter mon projet d habitation individuelle

Plus en détail

Verre et isolation thermique

Verre et isolation thermique Verre et isolation thermique 2004 1 INTRODUCTION...2 2 LES DIFFÉRENTS TYPES DE RAYONNEMENT...3 3 TRANSMISSION DE CHALEUR À TRAVERS UN VITRAGE...3 3.1 INTRODUCTION...3 3.2 TRANSMISION AU TRAVERS D'UN VITRAGE...4

Plus en détail

L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment

L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment Travaux Dirigés 05 Le chauffe-eau solaire Filière Scientifique - Option Sciences de l Ingénieur LYCEE PAPE-CLEMENT - PESSAC 1 Lycée Pape CLEMENT

Plus en détail

www.energies-solidaires.org

www.energies-solidaires.org www.energies-solidaires.org Changement climatique Précarité énergétique Éco-Construction Thermographies aériennes Burkina-Faso Efficacité énergétique Solidarité internationale LE PREMIER POSTE DE DÉPENSE

Plus en détail

Liste des produits Terminaux à air pour un climat intérieur confortable. lindab we simplify construction

Liste des produits Terminaux à air pour un climat intérieur confortable. lindab we simplify construction Liste des produits Terminaux à air pour un climat intérieur confortable lindab we simplify construction Terminaux à air pour un climat intérieur confortable Nous simplifions la construction Nous simplifions

Plus en détail

Construction et Isolation. 20 MINUTES pour vous assurer que votre future maison sera un investissement rentable dans 10, 15, 20 ans!

Construction et Isolation. 20 MINUTES pour vous assurer que votre future maison sera un investissement rentable dans 10, 15, 20 ans! Construction et Isolation 20 MINUTES pour vous assurer que votre future maison sera un investissement rentable dans 10, 15, 20 ans! Achèteriez-vous aujourd hui une maison de classe énergie E? Bien évidemment

Plus en détail

Les bouquets sont classés par ordre croissant d ambition, sous les appellations suivantes : - premium - premium+ - medium - optimum

Les bouquets sont classés par ordre croissant d ambition, sous les appellations suivantes : - premium - premium+ - medium - optimum Présentation des s de travaux et des Gains en économies d énergie générés par la réalisation des travaux préconisés, en logement ancien de taille moyenne La définition de bouquets de travaux a pour objectif

Plus en détail

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages Concilier confort acoustique et santé des occupants Choix des vitrages 2010 1 Le verre : ses spécificités Le verre : permet la vision vers l extérieur laisse pénétrer, dans les bâtiments, la lumière naturelle.

Plus en détail

Ventilations d habitations, présentation et comparaison

Ventilations d habitations, présentation et comparaison DOSSIER VENTILATION Page 1 / 7 Ventilations d habitations, présentation et comparaison INTRODUCTION Nous passons 90 % de notre temps chez nous, dans des bureaux ou des usines, des moyens de transports,

Plus en détail

Le Syndicat National des Patinoires

Le Syndicat National des Patinoires Le Syndicat National des Patinoires Atelier : Installation frigorifique et Développement Gilles DELCROS Directeur Technique Sommaire de l atelier - Présentation générale et historique de la démarche HQE,

Plus en détail

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse)

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse) LA POPAGATION DE LA HALE A TAVES NE PAOI ne paroi séparant deux ambiances de températures différentes, constitue un obstacle plus ou moins efficace, au flux de chaleur qui va s'établir de la chaude vers

Plus en détail

Solutions durables et innovantes pour maisons bois

Solutions durables et innovantes pour maisons bois Concept Solutions durables et innovantes pour maisons bois Des solutions techniques et performantes pour l univers de la construction Construire plus naturellement, c est concevoir des maisons saines et

Plus en détail

Construction d une maison individuelle. Le Clos de Coat Carric. 22310 Plestin les grèves. Maitres d ouvrage : Marie Kaminski et Thierry HAMON

Construction d une maison individuelle. Le Clos de Coat Carric. 22310 Plestin les grèves. Maitres d ouvrage : Marie Kaminski et Thierry HAMON Construction d une maison individuelle Le Clos de Coat Carric 22310 Plestin les grèves Maitres d ouvrage : Marie Kaminski et Thierry HAMON Introduction : Le projet «Ty Wakan» est un projet développé par

Plus en détail

Les mauvaises pratiques en matière de chauffage. Projet de 3 ème année A. Amardeil, J. Challet, J. Drillaud, A. Felt, J. Nguyen

Les mauvaises pratiques en matière de chauffage. Projet de 3 ème année A. Amardeil, J. Challet, J. Drillaud, A. Felt, J. Nguyen Les mauvaises pratiques en matière de chauffage Projet de 3 ème année A. Amardeil, J. Challet, J. Drillaud, A. Felt, J. Nguyen Plan I. Le chauffage II. L isolation III. Sensibilisation IV. Le diagnostic

Plus en détail

La Rénovation. N 3 Octobre-Novembre 2008 Information Presse. Les Fondamentaux. pour améliorer la performance énergétique

La Rénovation. N 3 Octobre-Novembre 2008 Information Presse. Les Fondamentaux. pour améliorer la performance énergétique La Rénovation pour améliorer la performance énergétique Les Fondamentaux N 3 Octobre-Novembre 2008 Information Presse La Rénovation pour améliorer la performance énergétique La Rénovation pour améliorer

Plus en détail

Réglementation thermique 2012. 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1

Réglementation thermique 2012. 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1 Réglementation thermique 2012 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1 La règlementation thermique 2012 (RT2012) - Plan 1 RT2012 : Généralisation des principes

Plus en détail

INT 2. Consortium INT 2 Mars 2007 INT 2. Vers un bureau à INTelligence. Vers un bureau énergétique et bioclimatique INTégr

INT 2. Consortium INT 2 Mars 2007 INT 2. Vers un bureau à INTelligence. Vers un bureau énergétique et bioclimatique INTégr Vers un bureau à INTelligence Consortium Mars 2007 1 Projet de recherche Un consortium de 3 partenaires, pour concevoir et développer d le 1 er concept de Bureau à INTelligence : un projet de recherche

Plus en détail

Concours architectural. Habiter avec la mer

Concours architectural. Habiter avec la mer DOSSIER DE PRESSE Concours architectural La commune de Noirmoutier-en-l Ile a proposé aux étudiants et aux professionnels de l architecture un concours d idées Concours imaginez d idées l'habitat noirmoutrin

Plus en détail

Conduction à travers un mur plan homogène

Conduction à travers un mur plan homogène Conduction à travers un mur plan homogène I- Exemple d application: Calculer le flux traversant une vitre de 1 m² de surface et de 3,5 mm d épaisseur. La température de la face interne de la vitre est

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

NOS VALEURS UNE SIGNATURE QUI RIME AVEC L EXCELLENCE

NOS VALEURS UNE SIGNATURE QUI RIME AVEC L EXCELLENCE UNE SIGNATURE QUI RIME AVEC L EXCELLENCE Perla Immobilier est aujourd hui un acteur majeur dans l immobilier, secteur clé de l économie nationale. Le groupe s appuie sur une expertise et une expérience

Plus en détail

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Orateurs : ICESOL: CONCEPT 1. POUR UN INNOVANT Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Le projet «La Cigale», terminé en mars 2014 est la rénovation Minergie la plus

Plus en détail

FENETRES A TRIPLE VITRAGE EFFICACITE ENERGETIQUE REELLE EN FRANCE?

FENETRES A TRIPLE VITRAGE EFFICACITE ENERGETIQUE REELLE EN FRANCE? FENETRES A TRIPLE VITRAGE EFFICACITE ENERGETIQUE REELLE EN FRANCE? Le fait d intégrer un triple vitrage dans une fenêtre est de plus en plus souvent présenté comme la seule amélioration possible de sa

Plus en détail

BILAN GESTION DE LA DETTE 2012

BILAN GESTION DE LA DETTE 2012 BILAN GESTION DE LA DETTE 2012 Conformément à la délibération du 15 février 2012 relative à la délégation du Conseil Municipal à Monsieur le Maire en matière de gestion de la dette, il est prévu de présenter

Plus en détail

MINISTERE DE L EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT

MINISTERE DE L EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT MINISTERE DE L INTERIEUR ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES MINISTERE DE L EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET

Plus en détail

Eau chaude sanitaire solaire

Eau chaude sanitaire solaire Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.1 Fiche d application Thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS Ministère de l'écologie, du développement durable et de l énergie

Plus en détail

TEXI-SOFT GAINE TEXTILE 05/06/2013. Diffusion totale ou partielle par porosité du tissu

TEXI-SOFT GAINE TEXTILE 05/06/2013. Diffusion totale ou partielle par porosité du tissu Diffusion totale ou partielle par porosité du tissu 05/06/2013 SOUS RÉSERVE DE MODIFICATION SANS PRÉAVIS AÉRAULIQUE THERMIQUE INDUSTRIE BÂTIMENT 13 rue Gustave Eiffel BP 28103 44981 S te Luce/Loire Cedex

Plus en détail

NOTE D INFORMATION TECHNIQUE

NOTE D INFORMATION TECHNIQUE NOTE D INFORMATION TECHNIQUE Concernant l installation des vérandas concernées par la RT 2012 en maisons individuelles Cette note a été établie à partir des textes réglementaires suivant : - Arrêté du

Plus en détail

Sommaire PARC NATUREL RÉGIONAL LOIRE-ANJOU-TOURAINE. Notre patrimoine a de l avenir

Sommaire PARC NATUREL RÉGIONAL LOIRE-ANJOU-TOURAINE. Notre patrimoine a de l avenir PARC NATUREL RÉGIONAL LOIRE-ANJOU-TOURAINE Notre patrimoine a de l avenir Carnet de santé de ma maison! Sommaire Identifiez votre projet!... 2-3 Ma santé... les points clefs de mon logement... 8-9 Je construis

Plus en détail

ATEx Système n 1387 * ELEAVIVRE. Plancher chauffant électrique avec câble auto-régulant Système sec, sans dalle d enrobage. Présentation du système

ATEx Système n 1387 * ELEAVIVRE. Plancher chauffant électrique avec câble auto-régulant Système sec, sans dalle d enrobage. Présentation du système ATEx Système n 1387 * ELEAVIVRE Plancher chauffant électrique avec câble auto-régulant Système sec, sans dalle d enrobage Plancher chauffant électrique De nombreux avantages pour l utilisateur Le système

Plus en détail

Les vitrages zénithaux de faible inclinaison : couverture transparente de vérandas, fenêtres de toit aménagées dans des combles.

Les vitrages zénithaux de faible inclinaison : couverture transparente de vérandas, fenêtres de toit aménagées dans des combles. 2-2.2. Expositions solaires 2-2.2.1. Pathologies à éviter Si les parois d enveloppe sont isolées thermiquement, les conséquences de l exposition solaire ne dépendent que des ouvertures et de leur protection

Plus en détail

Etude expérimentale du séchage convectif de feuilles de laurier dans un séchoir solaire indirect muni d un appoint électrique

Etude expérimentale du séchage convectif de feuilles de laurier dans un séchoir solaire indirect muni d un appoint électrique Revue des Energies Renouvelables SMSTS 08 Alger (2008) 187 192 Etude expérimentale du séchage convectif de feuilles de laurier dans un séchoir solaire indirect muni d un appoint électrique A. Abdedou 1,

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack ÉTUDE DE CAS Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack Aperçu du projet La présente étude de cas a été réalisée à partir d une étude plus large portant sur la

Plus en détail

Isolation, se poser les bonnes questions dans le cadre d une rénovation 7.5.2013

Isolation, se poser les bonnes questions dans le cadre d une rénovation 7.5.2013 Isolation, se poser les bonnes questions dans le cadre d une rénovation 7.5.2013 Manuel Bauer Estia SA Thèmes abordés! Le diagnostic énergétique des anciens bâtiments! Exigences et solutions constructives

Plus en détail

DESIGN & SERVICES TECHNIQUES

DESIGN & SERVICES TECHNIQUES DESIGN & SERVICES TECHNIQUES Les standards Techniques Accor Optimisation de notre empreinte environnementale 18 novembre 2010 SOMMAIRE Les standards Techniques Accor Optimisation de notre empreinte environnementale

Plus en détail

Groupe scolaire de Jougne (25) : Utilisation du bois local

Groupe scolaire de Jougne (25) : Utilisation du bois local Groupe scolaire de Jougne S. Rochet/P. Paillard 1 Groupe scolaire de Jougne (25) : Utilisation du bois local Sylvain Rochet Teckicea-Bureau d'études structures Bois FR-Pontarlier Philippe Paillard Atelier

Plus en détail

Eduquer à l environnement urbain: le bruit, l air, l architecture, l énergie et l éco mobilité Béatrice Couturier 21 Novembre 2011

Eduquer à l environnement urbain: le bruit, l air, l architecture, l énergie et l éco mobilité Béatrice Couturier 21 Novembre 2011 Eduquer à l environnement urbain: le bruit, l air, l architecture, l énergie et l éco mobilité Béatrice Couturier 21 Novembre 2011 Comment l urbanisme durable prend en compte le cadre et les modes de vie?

Plus en détail

L analyse bioclimatique du site et des projets : prise en compte des paramètres solaire et aérodynamique

L analyse bioclimatique du site et des projets : prise en compte des paramètres solaire et aérodynamique L analyse bioclimatique du site et des projets : prise en compte des paramètres solaire et aérodynamique Grand Projet de Ville Malakoff Pré Gauchet à Nantes SITUATION INITIALE ET FINALE État initial Projet

Plus en détail

Radiateurs à Gaz G 014-01

Radiateurs à Gaz G 014-01 Radiateurs à Gaz 0051 G 014-01 FR Le radiateur à gaz GAZELLE TECHNO se présente sous son nouvel habillage et totalement rénové autant sur le plan esthétique que technologique. GAZELLE TECHNO possède toutes

Plus en détail

Observatoire Régional pour l Habitat et le Logement. Les orientations de la RT2012. Une RT2012 pour quels bâtiments?

Observatoire Régional pour l Habitat et le Logement. Les orientations de la RT2012. Une RT2012 pour quels bâtiments? Observatoire Régional pour l Habitat et le Logement Hôtel de la Région Rhône-Alpes Sylvain Charlot 27 avril 2012 Une RT2012 pour quels bâtiments? Les orientations de la RT2012 Les bâtiments visés Tous

Plus en détail

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation»

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Mercredi de l info du 22 février 2012 Conseil et Réseaux Bureau d études Bâtiment et Process «Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Vincent DUBAR Chef de projets

Plus en détail

Systèmes sylvopastoraux. Pour un environnement, une agriculture et une économie durables

Systèmes sylvopastoraux. Pour un environnement, une agriculture et une économie durables Caractérisation morphobiologique écologique d'une espèce pastorale de Tunisie présaharienne (Periploca angustifolia Labill.). Implications pour l'amélioration pastorale Ferchichi A. Systèmes sylvopastoraux.

Plus en détail

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012 Réglementation thermique Avec Maison DTT Avec Maisons CTVL www.maison-dtt.fr La réglementation

Plus en détail

RÉNOVATION PASSIVE ET BASSE ÉNERGIE

RÉNOVATION PASSIVE ET BASSE ÉNERGIE RÉNOVATION PASSIVE ET BASSE ÉNERGIE Caroline KINTS & Marc OPDEBEECK 10-11 septembre 2011 1 Contenu de l exposé État des lieux Pourquoi rénover Confort thermique isolation, étanchéité Rénovation énergétique

Plus en détail

Eau chaude sanitaire solaire

Eau chaude sanitaire solaire Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.0 Fiche d application Thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports

Plus en détail

Vivexpo. rencontres «Liège et écoconstruction» Vendredi 15 juin 2012 à Vivès

Vivexpo. rencontres «Liège et écoconstruction» Vendredi 15 juin 2012 à Vivès Vivexpo rencontres «Liège et écoconstruction» Vendredi 15 juin 2012 à Vivès Résidence du Four à Cieux, Roland Schweitzer, Architecte ntroduction à l Architecture Bioclimatique Croissance démographique

Plus en détail

Réglementation Thermique 2012

Réglementation Thermique 2012 TECHNIQUE CONSTRUCTION PARIS ILE-DE-FRANCE 15 novembre 2010 Réglementation Thermique 2012 Ce qu il faut retenir La nouvelle réglementation thermique RT 2012 s appliquera à partir de la fin de l année 2011.

Plus en détail

Version n 3 du 11 décembre 2009

Version n 3 du 11 décembre 2009 SYNTHESE de l étude thermique Projet de Maison Individuelle Basse Consommation Maîtres d ouvrage : M. et Mme Enjolras Lieu : La Bâtie Divisin (38) Version n 3 du 11 décembre 2009 SOMMAIRE : 1. Hypothèses

Plus en détail

Les règles de l isolation

Les règles de l isolation 3 Les règles de l isolation Étape 1 : assurer une excellente isolation thermique des parois vitrées et opaques. En plus de jouer un rôle de barrière contre les déperditions thermiques, l isolation des

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Chauffage et eau chaude sanitaire: conception et régulation Bruxelles Environnement Flux énergétiques dans le système de chauffage/ecs sur base de trois exemples Jonathan FRONHOFFS

Plus en détail

Bâtiments Collectifs Maisons Individuelles

Bâtiments Collectifs Maisons Individuelles MÉMO THERMIQUE SOMMAIRE 1. Environnements d application 2. Comment s y retrouver? 3. Qu est ce que R =(m²k/w)? 4. Qu est ce que U =(W/m²K)? 5. Qu est ce que RSE & RSI =(m²k/w)? 6. Qu est ce que Ψ =(W/mK)?

Plus en détail

L éco-maison. Faibles coûts de fabrication. Basse consommation d énergie. Caractéristiques d un logement classique en 2009

L éco-maison. Faibles coûts de fabrication. Basse consommation d énergie. Caractéristiques d un logement classique en 2009 L éco-maison Faibles coûts fabrication Basse consommation d énergie Données bases : -Occupants: famille quatre membres -Surface l habitation: 100 m² -Situation géographique: g Poitou-Charentes Caractéristiques

Plus en détail

Chauffage et Climatisation par Géothermie en Kabylie

Chauffage et Climatisation par Géothermie en Kabylie 82 ème CONGRES de L ACFAS du 12 au 16 Mai 2014 Université Concordia Québec Chauffage et Climatisation par Géothermie en Kabylie Hakim MOHELLEBI Maitre assistant A, Université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou

Plus en détail

Physique du bâtiment. Bases de planification. Conception de la structure. Exécution des travaux. Physique du bâtiment

Physique du bâtiment. Bases de planification. Conception de la structure. Exécution des travaux. Physique du bâtiment Conception de la structure Exécution des travaux 7 Schöck Isokorb R Protection thermique Réhabilitation énergétique En raison des exigences de plus en plus strictes en matière d économie d énergie, une

Plus en détail

Définition et évaluation d un système de ventilation innovant pour l habitat

Définition et évaluation d un système de ventilation innovant pour l habitat Définition et évaluation d un système de ventilation innovant pour l habitat Journée Thématique «Équipements Énergétiques du Bâtiment» Paris, Qualité énergétique, environnementale et sanitaire : préparer

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LA VENTILATION HYGIÉNIQUE François LECLERCQ et Thomas LECLERCQ MATRIciel sa Bilan énergétique

Plus en détail

Réglementation Thermique 2012

Réglementation Thermique 2012 Réglementation Thermique 2012 Cadre standard de présentation du «Récapitulatif Standardisé d'etude Thermique simplifié» Opération : Maison Mr Dubois Etude thermique du : 27/03/2013 Logiciel et version

Plus en détail

Titre 1 : Dispositions applicables aux zones naturelles

Titre 1 : Dispositions applicables aux zones naturelles COMMUNE DE LOUISFERT Règlement du PLU PLAN LOCAL D URBANISME approuvé le 1 er juillet 2008 et modifié le 15 juin 2010 Titre 1 : Dispositions applicables aux zones naturelles La zone N est une zone naturelle

Plus en détail

Un atout pour la RT 2012!

Un atout pour la RT 2012! LE COFFRE DE VOLET-ROULANT, Un atout pour la RT 2012! LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES LES CARACTÉRISTIQUES THERMIQUES DES COFFRES POURQUOI UN COFFRE EST INDISPENSABLE EN BBC? LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES

Plus en détail

Villes, climat et Changement Climatique. Valéry Masson Centre National de Recherches Météorologiques

Villes, climat et Changement Climatique. Valéry Masson Centre National de Recherches Météorologiques Villes, climat et Changement Climatique Valéry Masson Centre National de Recherches Météorologiques Villes et changement climatique Des impacts divers et variés d'une ville à l'autre : Hausse du niveau

Plus en détail

Bienvenue dans votre logement BBC

Bienvenue dans votre logement BBC Bienvenue dans votre logement Ce guide est là pour vous aider à bien utiliser votre appartement. Conservez le précieusement, afin de pouvoir le consulter en cas de doute. SOMMAIRE les points clés L isolation

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Bilan thermique d une climatisation Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Bilan thermique d une climatisation Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T1.2 : Analyser les plans d une installation Compétence C1.1 : Collecter, identifier, lister, relever des données Thème : S4 : Approche scientifique

Plus en détail

L'ARCHITECTURE BIOCLIMATIQUE conférence-débat du 14 novembre 2007

L'ARCHITECTURE BIOCLIMATIQUE conférence-débat du 14 novembre 2007 PREAMBULE 1. Définition de l'architecture bioclimatique 2. Évolution de l'habitat 3. Confort 4. Les bases de l'architecture bioclimatique 5. L'enveloppe thermique 6. Les techniques bioclimatiques 7. Investissement/écologie

Plus en détail

Rénovation des fenêtres

Rénovation des fenêtres Enjeux : (Energétique / patrimoniaux) Rénovation des fenêtres Le changement des fenêtres (ou vitrages), réduit les consommations de chauffage, fait diminuer l effet paroi froide et les condensations, améliore

Plus en détail

Indice de révision n 5 Date : 04/03/2013 INSTRUCTION 04

Indice de révision n 5 Date : 04/03/2013 INSTRUCTION 04 REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE DPE D HABITATIONS INDIVIDUELLES ET DE LOTS DANS LES BATIMENTS A USAGE PRINCIPAL D HABITATION. ATTESTATION DE PRISE EN COMPTE DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

Revue de presse Académie de Rennes

Revue de presse Académie de Rennes Revue de presse Académie de Rennes Académie de Rennes Presse généraliste LE TELEGRAMME (10 JUIN 15) OUEST FRANCE (09 JUIN 15) Lycée de l'élorn. Un projet récompensé au concours Batissiel Lycée de l'élorn.

Plus en détail

L idée est simple : un bâtiment doit, par sa conception, se protéger du froid et des intempéries mais également du soleil et de la chaleur.

L idée est simple : un bâtiment doit, par sa conception, se protéger du froid et des intempéries mais également du soleil et de la chaleur. Une maison bio climatique L idée est simple : un bâtiment doit, par sa conception, se protéger du froid et des intempéries mais également du soleil et de la chaleur. Analyse de l environnement de la maison

Plus en détail

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Contact technique Thibault Boulanger Contact facturation Julien Thiry ELIOSYS sa ELIOSYS sa Boulevard

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Maisons Individuelles THPE et BBC. Les solutions avec les produits manufacturés en béton.

Maisons Individuelles THPE et BBC. Les solutions avec les produits manufacturés en béton. Maisons Individuelles THPE et BBC Les solutions avec les produits manufacturés en béton. Principes des solutions étudiées dans le cadre de la Réglementation Thermique concernant les prestations courantes

Plus en détail

Linke, mon habitat intelligent

Linke, mon habitat intelligent Dossier presse 2015 Linke, mon habitat intelligent Une application mobile pour maîtriser les consommations d'énergie et d'eau 02 Entièrement gratuite, Linke est une application pour mobile qui aide les

Plus en détail

Méthodologie de suivi et d analyse. Myriam Humbert, CETE de l Ouest

Méthodologie de suivi et d analyse. Myriam Humbert, CETE de l Ouest Méthodologie de suivi et d analyse Myriam Humbert, CETE de l Ouest BÂTIMENTS EXEMPLAIRES BASSE CONSOMMATION : QUELLES PERFORMANCES RÉELLES? - PARIS, LE 29 NOVEMBRE 2013 Sommaire 2 Objectif de l analyse

Plus en détail

L INTEGRATION DES ECO-MATERIAUX ET DES SOLUTIONS ECOLOGIQUES DANS LE LOGEMENT SOCIAL Vincent Rigassi, architecte

L INTEGRATION DES ECO-MATERIAUX ET DES SOLUTIONS ECOLOGIQUES DANS LE LOGEMENT SOCIAL Vincent Rigassi, architecte Vendredi 1 er /07/2011 Cycle «Les rendez-vous du logement social durable» soutenu par le programme européen Life+ L INTEGRATION DES ECO-MATERIAUX ET DES SOLUTIONS ECOLOGIQUES DANS LE LOGEMENT SOCIAL Vincent

Plus en détail