La conception d'une architecture et d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La conception d'une architecture et d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen"

Transcription

1 La conception d'une architecture d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen Milieu vie, mo vie Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n pages Artic avaib on line / Artic disponib en ligne à l adresse : To cite this artic / Pour citer c artic La conception d' une architecture d' un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen. Milieu vie, mo vie. Paris : CIHEAM, p (Options Méditerranéennes; n. 13)

2 l (*> I conception d'une architecture 1 d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen I PRINCIPES GÉNÉRAUX I I t HISTORIQUE l () a été mem- : - généraux : Enseignant à - Historique. - Orientations s recherches : à Luminy. - processus contrô l'ensoilment : J.-L. - Quelques réfxions b propos s calculs types chauffage en régfon méditerranéenne : LONG, Etudiant 3" cyc - d'un habitat adapté au milieu méditerranéen : J.-L. Etudiant 3' cyc - barrières à vent dans un grand ensemb : - Quelques principes pour construction cadre vie adapté à l'homme, nature à certains impératifs économiques : Les qui se sont établies milieu physique mo vie font l'obj dies s impntés locament. ont été conites nents spécialistes cte nion que l'on s'en tels que : d'émiqui l'opisous - climat doux ensoillé ; - ; - ; - svilges accueilnte. Ce que l'on souvent, ce sont au : - s excès olimatiques : vents vionts, - s dûs à colonisation s Angis, pges Languedoc) in- (Fos), - tés (La Anges, c.) s pastiches inadaptés ; - d'un sol à fai- ces constatations, l'étu ce milieu,vient plus subti, donc diffici : à fois ux climats, continental en acumu en eff excès, à sa putation. C'est à blème posé milieu aux hommes qui l'habitent que se 3" cyc Ambiances Luminy. dans volonté d'un chitectes s spécificités milieu tant physique qu'humain. 1965, une phénomènes Cte au sein l'uni (l), en compte à mévince l'inadaptation sconsaux conditions mi- lieu. Afin s,etus d'aménagement s à une étu l'habitat. Les se limitaient pas aux données milieu physique, mais envisageaient aussi s influences économiques, techniques que façon ficiel un suj aussi vaste, s sabs l'étu fait climatique plus ment l'ensoilment (2). que, dans ce domaine, l'habitat vait à une doub exigence : On peut y choix site ; mais simp s modès sous climats se multiplication Ouest-Est aboutit à s effs L'étu mtait aussi l'accent l'inadaptation conçus en données climatiques (1) Annas s travaux , docu- 249 p. (2) - caractéristiques généras urbanisme m&- - 6 fascicus sous Options Méditerranéennes Juin 1972

3 sienne, bases été fixées s étus à Uccs, titu 51 O, à quel on assimilé cel L'essentiel mise au point d'une tant l'ensemb s données milieu façon à à s à à exigences. l'établissement d'un 3" cyc à l'éco (1969), ux enseignants, un un spécialisé dans l'ambiance bioclimatique. Les dans s locaux l'éco, bâtiment neuf, établi en pi où s bâti climat local étaient évints s : excès d'ensoilment sals, insuffisance chauffage dans acoustique défectueuse, dûs au vent Sud-Est. A ces éléments, s gées été dégaspécialisés. s cas, il faut système absdonnée que l'on entend étu- La phase d'analyse exige que l'on jusqu'aux ce, spés fluis, Acoustique appliquée) impntés dans Ensuite est solution connaissances acquises s l'élément en question, qu'il faut peu dans l'ensemb d'où l'on est Ceci à phase mentation ; on en s implications s données ; vent à cte occasion Cependant, cel-ci ne se dévecontexte économique gional : s solutions étudiées doivent compte s faits suivants : - poids l'investissement - majos ménages, - pfonnement au logement, comme l'a une étu -! l'équipement été développés au sein selon cte méthodologique : l'ensoilment vent. l'étu s'est faite dans ux : une équipe a étudié plus ce qui a au site aux dispositions à l'exposition, une s'est penchée s dispositifs s plutôt l'utilisation ments En ce qui b vent, ment a abouti à dispositifs sultats cte : sous thème l'ensoilment : - Site dispositions : l'ensoilment. - : u) à s calculs types chauffage en b) étu d'un habitat adapté au milizu ; optimisation s ap- vent : - à vent dans ensemb. l'enseignement sont déjà appa s obtenus en compte s - - années, thème tion méthos s climatiques milieu physique but s inà conception d'un habitat optimisé aussi bien au niveau l'homme, qu'à celui c habitat s milieux Ces à l'ensoilment sont effectués une équipe constituée d'inse limitent, fait à l'évaluation quantitative aussi bien globa que s bins d'ensoilment dans un aménagement donné en vue d'une solution avancée sa modification en conséquence. A ce nos effotts se sont d'un mo d'analyse bâti compatib avec celui qui est utilisé définition s positions soil. Options

4 C'est ainsi que cte analyse spatia a une métho tement systématique G masques >> qui, aux soil, ont façon tinente l'évolution au née, l'année, l'ensoil1,ement dans un espace habitab donc qualité s climats qui y d'un tel une est à gamme simutions possibs solution plus mante au niveau s expositions s impntations d'une,niveau solution l'étu, mise au point s'est effectuée à définis ont été affectés simultanément une titu un compte tenu d'une connue (faça d'un bâtiment exemp) son exposition, nous une bin el-même. Ce bin peut établi non seument dans cas d'un obstac, mais aussi une exemp, ce qui une fondie s zones affectées Le chacune s zones définit une l'exposition choisie peut en flux lumineux disponib, soit en flux connu. La solution posée est tation avec issue imposé au volume habitab. La uxième nos qui actuelment fait l'obj d'une mise au point, consiste en sins d'obstacs ou qu'il faut tout d'une zone à quel on a affecté un ensoilment donné. à ce cas, à vise s enveloppes dans squels doivent pce s dispositifs à s En ce qui l'habitat, occupation au niveau l'ensoilment s volumes dits habitabs >> un domaine plus qui à l'échel ces mêmes volumes ct juxtaposition dans un ment 1 : d'utilisation tabau l pour analyser l',ensoilment au travers d'une ouverture tel que hauteur = longueur = 5 orientation = azirnut Juin 1972 '

5 2. - vue en pn pièce d'habitation située à l'arrière l'ouverture précémment décrite (fis. 1). montre en ariière l'ensentb s zones ensoillées tout au lorzg 171 e jour l'année indique notarnment quels sont s surfaces qrti 1:eçoivent respecfiivement s heures d'ensoilment 2 h, 3 h, 4 h, 5 h, 6 h, 7 h. O h soil : 1 h soil : 2 h soil : 3 h soil : 4 h soil : 5 h soil : 6 h soil : 7 h soil : 8 h soil : 9 h soil : 10 h soil : 11 soil : 12 h soil : O O O O masque soil se à 6 h, 7 h, 8, 9 h, 10 h 11 h. Options'

6 2 l l QUELQUES RÉFLEXIONS A PROPOS DES CALCULS TYPES DE CHAUFFAGE EN RÉGION MÉDITERRANÉENNE Chaque année, on dépense 10 se Si on ce aux 20 milà logements pendant on peutse pce chauffage. plus, on bâtiments å qui impliquent une climatisation poussée, notamment dans s immeubs Quand on sait que,ux fois plus que on peut sans se pense ux fois dans s années å (L'exemp s U.S.A. où on que ne doit suivi.) l'ensoilment s calculs Les soil an, dont plus pendant s 6 mois mi-saison. Ces sont Ouest, Celui-ci en baisse sensib temaccompagnée d'un sec. C'est s å un maximum d'ensoilment se moyen 600 C'est froid - ensoilnzerzt cause officiel base -5 "C, en compte s calculs fiques. En eff, cte est mesusous ne tient donc pas compte l'ensoilment. localisation s station témoin donnant s minimum maximum s étus chauffage, ainsi que nomd'ensoilment, est cel Cte station est mal pcée, dans diminuant temps d'ensoilment c134 h en 148 à Toulon). plus, temps anticyclonique, il s'y s en pines, ce qui augmente notabment s (372 en 288 à Toulon). = n min-l-t max 2 n = chauffage donnée. T min = moyenne T mm = moyenne (Ces calculées une 30 ans), 18 "C étant souhaitée. plus, s dûes au vent convection dans ce diminuent aussi tempétemps On que choix ces conditions défectueuses est Ce n'a pas été fait dans ce but, mais seument s données tout pays. est, comme nous l'avonsdéjàdit, s on ne tient compte, dans s calculs, que ce qui Options Méditerranéennes Juin 1972

7 ou continue moyen En fait, ce n'est pas vab dans il sinusoïda tempédont l'amplitu est minimum sous soil. On que ce dans s immeubs à ou dans ceux dont ont une faib capacité En définitive, on peut que : - s utilisées dans s cal- culs - ; - localisation s stations base aux a C'est aux l'impntation ces stations ; - s calculs chauffage doivent faits au moment donc que spécialiste cipe à conception bâtiment ; ; il faut - compte s moyennes SOUS est une que l'on doit s sous maximum au soil ; - nécessité capacité s est Thomason à Washington (USA), cel à cel déjà plus évoluée à (USA). tous s aspects ces que tels que : facilité d'exploitation, vient, esthétique..., c., ont été, à peu donc dans nou- LEG%RX :i i vel conception l'héliotechnique qui ne se contente plus s d'un s plus maximum en vue s consmais plutôt ces aux phénomènes dès conception ainsi à un moins évé. conjointe s blèmes dans sens l'économie déjà mentionnée. s'agit en fait constamment une optinzimtiun économique dans conception s bâtiments. 1 l AU p-. - /- i - LOURDE.P./' '\ 3E La a constaté que d'une s 'modès étaient inadaptés en pn climatique, que s mentasspéciamentétudiées étaient compxe, fait que avaient voulu choses à fois. En eff, mon suj u chauffage so- )> ont abouti à s satisfaisantes que Nous à Oillo cel '--. \ I Juin 1972

8 .. ventilé s échanges convection, d'une 1 s échanges FA : scmms L'utilisation s se f,ait, simultanément, ux façons : - d'une façon paf' s baies convenabment exposées.... (au Sud), - d'une façon à fois 2:<< à sa capacité.bitoh 50 cm / h :.l 2 plus La seu innovation technologique consiste en un système mes zontas qui sence soil se absence. Les faces son ces mes sont comme s qu'en position constituent s mes anti-convective. Le est en béton son est 30 cm. Sa capacité ca flux béton est 0,s) avec 7 å 8 une amplitu mais étalée dans temps. Le essentiel cte est donc a >> s ambiant en utilisant s sensibs dûs à non sont utilisées en été où ventition s vis d'abais s ambiance plus à à l'inté- Notons aussi que d'une tel habitation ne aux systèmes chauffage ditionnels : on sait maintenant que s ou panneaux a basse un plus avec une Ce doit l'obj d'une expé- Cte optimisation aboutit à ce : s i- Utilisation s = pollutions toutes d'augmentations coûts d'exploitations, La totaux nés'obtient choix maà bonne capacité en sibilités d'échange ces maau moyen d'un vi non l'influence l'élément humain constitué l'habitant ses ainsi que s bins globaux favoque s estimations actuels issent annuels 80 % s besoins En conclusion, il faut en question conception l'habitat dont tion au feste dont en face s excès ce climat sont fait tendance galopante à l'allègement ment s bâtiments. est égaà un coût coût ploitation dont d'ex- ou non, on sans se second, ce qui aboutit finament å une e coût global >> Juin 1972

9 ANNEXE : HIVER Combs non =ì- nui t jour Mur Comb non aéré _ ,. m: ' E T E Juin 101

10 ~ CIHEAM - Options Mediterraneennes A VENT Avec l'ensoilment, s vent est un climat au puisqu'il souff en moyenne 16 fois 5 fois Sud-Est 30 Sa vitesse atteint souvent 50, 100 même 150 km à La ventition a s effs l'homme, s psychophysiques, étouffements, sensation sion, mais ce vent mécaniques a aussi s effs gênants : déc... Les obstacs en ment bâtiments, l'écous sa vitesse ; c'est l'eff vil. Sachant ce, dans cte l'impntation vils vilges, s anciens choisissaient,s vent, tout spéciament )>. La disposition s bâtiments, s Est-Ouest, mono-exposition au Sud s pièces s maté- (tuis), scellés fixés, utilisés, s étaient tous adaptés à ce.climat, sans l'unification s ce phénomène, d'où une notamment dans s choix s impntations. En l'habitat social est sou- vent situé s sites exposés. Conscient ce 5 ses Segonzac, étu en a mandé à une maqute au La s Flui,s Vansi, son ensemb à Saint-Antoine L'étu a dispositions, notamment somm s faças bâtiments s plus exposés afin s aval ces bâtiments. Ainsi, s espaces publics, pces, jeux d'enfants, sont tégés s vents dominants, Sud-Est. atténuation 80 % Les à vent sont connues mon où il y a vent, habitations. 102 On peut en dans l'accostage espaces publics étus en à s ; tel est cas d'ensembs plus à à est souhaitab que cte dans conception s ensembs d'habitations qui lisés dans cte r- l A EN A ET A quelques années d'étus fondies dans s domaines climat, social l'économie,ainsi que une étu smodès l'évolution technologique dans bâtiment, nous sommes en quelques qui peuvent contestés au nom tel ou tel1.e idéologie mais sont incontestabs quant à : - tous s Cléments conception sous cc )> (cf l'étu en à ce moment-là l'inspécialistes s ingé- ; sinon s soit plus sibs, soit faib - Le choix s sites,l'impntation l'habitat, disposition s bâtiments, choix conscieat s aux dispositifs, d'ambiance, un plus efficace - s coûts d'exploitation. - L'économie l'habitation sont, s exigences conciliabs dans à condition au maximum s avantages climat plutôt que s ambiances - L'optimisation s en dans l'habitat vue lumineux en toutes saisons est une nécessité l'économie pollution. - La en compte, s effs vent est un fac l'habitat, en l'accès s espaces Juin 1972

Pour une problématique de l'environnement

Pour une problématique de l'environnement Pr une problématique l'environnement Labattut J.L. La maîtrise s ressrces naturel Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 17 1973 pages 27-32 Artic avaib on line / Artic disponib en ligne à l adresse

Plus en détail

TACOS U FC. H. Mountassir LIFC, Université de Franche-Comté hmountassir@lifc.univ-fcomte.fr. Objectifs. Assemblage de composants digne de confiance

TACOS U FC. H. Mountassir LIFC, Université de Franche-Comté hmountassir@lifc.univ-fcomte.fr. Objectifs. Assemblage de composants digne de confiance LI TACOS Trustworthy Assembling of Componts: from requiremts to Specifications H. Mountassir LI, niversité Franche-Comté hmountassir@lifc.univ-fcomte.fr L I F C LI Objectifs Assembge s digne confiance

Plus en détail

Le logement dans tous ses états. Définition : le logement et l'habitat

Le logement dans tous ses états. Définition : le logement et l'habitat Le logement dans tous ses états 17/10/ 2012 Définition : le logement et l'habitat Le logement est un produit : une maison, un appartement, un type 3, un duplex L'habitat est un service : l'espace produit

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

VILLAS CONSTRUCTION DE SUPERBES MAISONS ET VILLAS EN CLT. 1. Une conception simple et une modularité dans le temps

VILLAS CONSTRUCTION DE SUPERBES MAISONS ET VILLAS EN CLT. 1. Une conception simple et une modularité dans le temps CONSTRUCTION DE SUPERBES MAISONS ET VILLAS EN CLT TimberTeam construit des superbes maisons et villas en panneaux bois massif contrecollés. Celles-ci peuvent avoir une architecture classique ou au contraire

Plus en détail

LE TRIPLE VITRAGE AVANTAGES

LE TRIPLE VITRAGE AVANTAGES ET LE TRIPLE VITRAGE AVANTAGES ET CONTRAINTES SOMMAIRE Caractéristiques des Triples vitrages p.3 Comparatif entre Doubles et Triples vitrages p.4 Bilan p.5 Conclusion p.6 Annexe 1 p.7 Méthodes Industrielles

Plus en détail

Systèmes sylvopastoraux. Pour un environnement, une agriculture et une économie durables

Systèmes sylvopastoraux. Pour un environnement, une agriculture et une économie durables Caractérisation morphobiologique écologique d'une espèce pastorale de Tunisie présaharienne (Periploca angustifolia Labill.). Implications pour l'amélioration pastorale Ferchichi A. Systèmes sylvopastoraux.

Plus en détail

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.1 Fiche d application Thermique Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE

VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE le climat et l'environnement du bâtiment Pourquoi ventiler? VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE La ventilation consiste à renouveler l air d une pièce ou d un bâtiment. Elle agit directement sur la température

Plus en détail

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages Concilier confort acoustique et santé des occupants Choix des vitrages 2010 1 Le verre : ses spécificités Le verre : permet la vision vers l extérieur laisse pénétrer, dans les bâtiments, la lumière naturelle.

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technologie des installations frigorifiques

Plus en détail

Fiche d application Aération. Ventilation d hygiène des pièces de service BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération

Fiche d application Aération. Ventilation d hygiène des pièces de service BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération Réglementations Thermique Acoustique Aération Fiche d application Aération Départements d Outre-Mer Version 1.0 Ventilation d hygiène des pièces de service BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS Ministère de l'écologie,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL. durable.

BULLETIN OFFICIEL. durable. N 6240 l8 joumada l 14135 (2ï)-3 20i4} 2496 Dahir n 1-14-09 du 4 joumada l 1435 (6 mars 2014) portant promulgation loi cadre n 99-12 portant charte nationale l environnement du développement renforcer

Plus en détail

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre?

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Qu est-ce que la condensation? L air contient de la vapeur d eau en suspension. Des études spécialisées démontrent

Plus en détail

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007 Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire 1. But et objet Une série d'aides à l'application a été créée afin de faciliter la mise en œuvre des législations cantonales en matière

Plus en détail

Isolation Thermique par l Extérieur

Isolation Thermique par l Extérieur Isolation Thermique par l Extérieur Protéger le présent, préserver l avenir Pourquoi isoler? Les origines des fuites s d un immeuble ou d une maison sont connues. Provenant d une isolation absente ou faible,

Plus en détail

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Préparer le bâtiment à l horizon 2010 Journées Thématiques 2004 Enveloppe du Bâtiment 1 Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Hélène DESMALES Yves JAUTARD 11 mars 2004 Du site isolé

Plus en détail

En cas de remplacement ou d installation de radiateurs électriques (du type convecteur, radiant, etc.) ou à accumulation.

En cas de remplacement ou d installation de radiateurs électriques (du type convecteur, radiant, etc.) ou à accumulation. En cas de remplacement ou d installation de radiateurs électriques (du type convecteur, radiant, etc.) ou à accumulation. Ils doivent être régulés par un dispositif électronique intégré performant, ils

Plus en détail

FENETRES A TRIPLE VITRAGE EFFICACITE ENERGETIQUE REELLE EN FRANCE?

FENETRES A TRIPLE VITRAGE EFFICACITE ENERGETIQUE REELLE EN FRANCE? FENETRES A TRIPLE VITRAGE EFFICACITE ENERGETIQUE REELLE EN FRANCE? Le fait d intégrer un triple vitrage dans une fenêtre est de plus en plus souvent présenté comme la seule amélioration possible de sa

Plus en détail

CHAUFFAGE DOMESTIQUE N 1

CHAUFFAGE DOMESTIQUE N 1 CHAUFFAGE DOMESTIQUE N 1 Objectif: S informer sur la mise en œuvre des procédés électriques de production de chaleur pour les locaux d'habitation Problème: La famille Durand possède une maison construite

Plus en détail

Le Raid c est quoi? Comment ca marche? Les différents modes RAID :

Le Raid c est quoi? Comment ca marche? Les différents modes RAID : Le Raid c est quoi? Redundant Array of Inexpensive Disks: ensemble redondant de disques peu chers. Le RAID est une technologie qui a été dévellopée en 1988 pour améliorer les performances des unités de

Plus en détail

Rénovation des fenêtres

Rénovation des fenêtres Enjeux : (Energétique / patrimoniaux) Rénovation des fenêtres Le changement des fenêtres (ou vitrages), réduit les consommations de chauffage, fait diminuer l effet paroi froide et les condensations, améliore

Plus en détail

le chauffage électrique

le chauffage électrique LE CHAUFFAGE RAYONNANT ELECTRIQUE ECONOMIQUE ECOLOGIQUE le chauffage électrique Thermalu Sol chauffage rayonnant Thermalu Bicalendal chauffage rayonnant Thermalu Déneigement Thermalu Plafond chauffage

Plus en détail

BOITE A OUTILS ECO-PRET A TAUX ZERO

BOITE A OUTILS ECO-PRET A TAUX ZERO BOITE A OUTILS ECO-PRET A TAUX ZERO Cette boite à outils éco-prêt à taux zéro a été spéciament conçue pour vous, artisans du bâtiment. El regroupe huit outils pratiques qui faciliteront la réalisation,

Plus en détail

Protection contre les bruits intérieurs au bâtiment

Protection contre les bruits intérieurs au bâtiment Réglementations Thermique Acoustique Aération Fiche d application Acoustique Départements d Outre-Mer Version 1.1 Protection contre les bruits intérieurs au bâtiment BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS Ministère

Plus en détail

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar Revue des Energies Renouvelables Vol. 15 N 2 (2012) 357-364 Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar S. Sami-Mécheri 1*, D. Semmar 2 et

Plus en détail

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail;

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail; Arrêté royal du 30 août 2013 fixant des dispositions générales relatives au choix, à l'achat et à l'utilisation d'équipements de protection collective (M.B. 7.10.2013) Chapitre I er. - Dispositions relatives

Plus en détail

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Arnaud Govaere Directeur Biotope Nord-Ouest agovaere@biotope.fr Tuesday, December 17, 2013 Présentation M2 USTL déc 2009 1 Cadre réglementaire

Plus en détail

Synthèse - Étude de satisfaction Label Promotelec Performance niveau BBC-Effinergie

Synthèse - Étude de satisfaction Label Promotelec Performance niveau BBC-Effinergie Synthèse - Étude de satisfaction Label Promotelec Performance niveau BBC-Effinergie Étude de satisfaction Label Promotelec Performance niveau BBC-Effinergie Des clients très majoritairement propriétaires

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style du titre du masque

Cliquez pour modifier le style du titre du masque Cliquez pour modifier le style du titre du masque Cliquez pour modifier Le télétravail, les styles du texte du masque un outil du management de la mobilité? Deuxième niveau Troisième niveau Quatrième niveau

Plus en détail

Le nombre de morts sur la route. en fonction des évolutions de la réglementation. Rapport adressé à AutoPlus. par la

Le nombre de morts sur la route. en fonction des évolutions de la réglementation. Rapport adressé à AutoPlus. par la Société de Calcul Mathématique, S. A. Algorithmes et Optimisation Le nombre de morts sur la route en fonction des évolutions de la réglementation Rapport adressé à AutoPlus par la Société de Calcul Mathématique

Plus en détail

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires les fenêtres aluminium MILLET & la rt 0 la réponse aux exigences réglementaires La Réglementation Thermique 0 s applique d ores et déjà pour les bâtiments neufs du secteur tertiaire, public et les bâtiments

Plus en détail

III RESULTATS LE LONG DU TRACE PREFERENTIEL DE LA LIGNE 2

III RESULTATS LE LONG DU TRACE PREFERENTIEL DE LA LIGNE 2 FUTURE LIGNE 2 DE TRAMWAY DE L'AGGLOMERATION DE MONTPELLIER Etat initial des principaux traceurs de la pollution liée au trafic routier Résumé Rédacteur : AFM Date : 29/1/3 pages I CONTEXTE Etude réalisée

Plus en détail

LE CHAUFFAGE CENTRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULATION

LE CHAUFFAGE CENTRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULATION LE CHAUFFAGE CENRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULAION Descriptif de la technologie L association d une chaudière turbo bois et d un ballon d hydroaccumulation est aujourd hui le meilleur système de chauffage

Plus en détail

Synthèse du bilan carbone

Synthèse du bilan carbone Synthèse du bilan carbone patrimoine et services ville de CANNES Ce projet est co-financé par l Union europénne. Projet sélectionné dans le cadre du programme opérationnel FEDER PACA 27-213. Année de référence

Plus en détail

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe «Société Électrique de l Our» Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe Pour un meilleur équilibre entre production d électricité et pointes de consommation Afin d'augmenter

Plus en détail

Solutions durables et innovantes pour maisons bois

Solutions durables et innovantes pour maisons bois Concept Solutions durables et innovantes pour maisons bois Des solutions techniques et performantes pour l univers de la construction Construire plus naturellement, c est concevoir des maisons saines et

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

Kaspersky Fraud Prevention for Endpoints

Kaspersky Fraud Prevention for Endpoints Kaspersky Fraud Prevention for Endpoints www.kaspersky.fr KASPERSKY FRAUD PREVENTION 1. Techniques d attaque du système bancaire en ligne L'appât du gain constitue la principale motivation de la cyber-criminalité.

Plus en détail

Super chauffage. MFZ-KJ / MUFZ-KJ L énergie est notre avenir, économisons-la!

Super chauffage. MFZ-KJ / MUFZ-KJ L énergie est notre avenir, économisons-la! Console Hyper Heating Super chauffage 1 MFZ-KJ / MUFZ-KJ L énergie est notre avenir, économisons-la! 1 Performance énergétique La pompe à chaleur Air/Air MFZ-KJ est constituée d un groupe extérieur et

Plus en détail

L'INTERPRÉTATION DE L'ATTESTATION DE CONTRÔLE D'UNE CHAUDIÈRE

L'INTERPRÉTATION DE L'ATTESTATION DE CONTRÔLE D'UNE CHAUDIÈRE L'INTERPRÉTATION DE L'ATTESTATION DE CONTRÔLE D'UNE CHAUDIÈRE Dernière révision du document : janvier 2013 CONTEXTE En Wallonie, une nouvelle réglementation est d application depuis le 29 mai 2009 1 et

Plus en détail

L ' E N V I R O N N E M E N T À T R A V E R S L A S I M U L A T I O N N U M É R I Q U E : D E L ' I N G É N I E R I E D U B Â T I M E N T

L ' E N V I R O N N E M E N T À T R A V E R S L A S I M U L A T I O N N U M É R I Q U E : D E L ' I N G É N I E R I E D U B Â T I M E N T L ' E N V I R O N N E M E N T À T R A V E R S L A S I M U L A T I O N N U M É R I Q U E : U N E N O U V E L L E P R A T I Q U E D E L ' I N G É N I E R I E D U B Â T I M E N T Pour les bâtiments et à l'échelle

Plus en détail

T. BONNARDOT 17/12/2010

T. BONNARDOT 17/12/2010 CYTHELIA Conseil & Expertise La Maison ZEN 350, route de la traverse 73 000 MONTAGNOLE Tel +33 (0) 4 79 25 31 75 www.cythelia.fr SARL au capital de 140 000 - RCS Chambéry B 393 290 937 - APE 7219 Z RT

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

Plate-formes inclinées SUPRA & SUPRA LINEA

Plate-formes inclinées SUPRA & SUPRA LINEA Plate-formes inclinées SUPRA & SUPRA LINEA SUPRA LINEA - pour les escaliers droits Supra Linea économise l espace et est caractérisé par ses couleurs douces, ses bords arrondis et ses barrières pliables.

Plus en détail

LE REGLAGE ET LA REGULATION DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE (CH 07)

LE REGLAGE ET LA REGULATION DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE (CH 07) LE REGLAGE ET LA REGULATION DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE (CH 07) Comment régler son installation pour réduire de manière optimale sa consommation d énergie? 1. LE REGLAGE D UNE INSTALLATION DE CHAUFFAGE

Plus en détail

2010/2011 4 - GC La régulation Les principes de base Les organes de réglage

2010/2011 4 - GC La régulation Les principes de base Les organes de réglage 2010/2011 4 - GC La régulation Les principes de base Les organes de réglage La régulation Régulation = maintien d un paramètre à une valeur de consigne Chaîne de régulation Observation Détection d un écart

Plus en détail

SYSTÈME DE DALLE ACTIVE ACTIV+ TEMPÉRISATION DE DALLE POUR CHAUFFER OU RAFRAÎCHIR LE CONFORT POUR LE TERTIAIRE

SYSTÈME DE DALLE ACTIVE ACTIV+ TEMPÉRISATION DE DALLE POUR CHAUFFER OU RAFRAÎCHIR LE CONFORT POUR LE TERTIAIRE TEMPÉRISATION DE DALLE POUR CHAUFFER OU RAFRAÎCHIR LE CONFORT POUR LE TERTIAIRE *Des solutions polymères à l infini www.rehau.fr Bâtiment Automobile Industrie Les bâtiments tertiaires possèdent des équipements

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

LQCM. Enquête sur la qualité d usage des logements. Expérimentation «Didier DAURAT» Le Polygone à Valence (Drôme)

LQCM. Enquête sur la qualité d usage des logements. Expérimentation «Didier DAURAT» Le Polygone à Valence (Drôme) LQCM logement à qualité et coût maîtrisés Plan urbanisme construction architecture Enquête sur la qualité d usage des logements Expérimentation «Didier DAURAT» Le Polygone à Valence (Drôme) Centre d'études

Plus en détail

Les obstacles à l'industrialisation du Tiers-Monde

Les obstacles à l'industrialisation du Tiers-Monde Les obstac l'instrialisation Tiers-Mon Ikonocoff M. Le développemt Paris CIHEAM Options Méditerranénes; n. 11 1972 pages 52-59 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Orateurs : ICESOL: CONCEPT 1. POUR UN INNOVANT Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Le projet «La Cigale», terminé en mars 2014 est la rénovation Minergie la plus

Plus en détail

La gare ferroviaire de demain. Ecodurabilité - Ecomobilité - Multimodalité

La gare ferroviaire de demain. Ecodurabilité - Ecomobilité - Multimodalité La gare ferroviaire de demain Ecodurabilité - Ecomobilité - Multimodalité Direction XXXX, le XX/XX/2011 Plan de présentation La recherche de la performance des gares SNCF L exemple des haltes éco-durables

Plus en détail

Plate-formes inclinées SUPRA & SUPRA LINEA

Plate-formes inclinées SUPRA & SUPRA LINEA Plate-formes inclinées SUPRA & SUPRA LINEA SUPRA LINEA - pour les escaliers droits Supra Linea économise l espace et est caractérisé par ses couleurs douces, ses bords arrondis et ses barrières pliables.

Plus en détail

Limites d application de la RT2012 au titre de l article Ier

Limites d application de la RT2012 au titre de l article Ier Fiche d application : Limites d application de la RT2012 au titre de l article Ier Date Modification Version 26 février 2014 Première version de la fiche 1 Préambule Cette fiche d application précise le

Plus en détail

Les données urbaines

Les données urbaines Les données urbaines Pour les études de faisabilité, le STIF a chargé l Institut d Aménagement et d Urbanisme d Ile-de- France (IAU IdF), d analyser et d'estimer les évolutions urbaines possibles du territoire

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Lindab Poutres climatiques. Terminaux à eau. Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT

Lindab Poutres climatiques. Terminaux à eau. Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT lindab poutres Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT Eco-énergétique Applications Tertiaires (bureaux, hôpitaux, hôtels...) Modularité et design Neuf et rénovation Simplicité de montage

Plus en détail

Communiqué de presse Batibouw 2010

Communiqué de presse Batibouw 2010 «MA MAISON EN BETON» LE MEILLEUR ALLIE DE LA MAISON PASSIVE, C EST SANS CONTESTE LE BETON! Robustesse, durée de vie, respect de l environnement, faible coût mais aussi possibilités créatives et esthétiques

Plus en détail

Barrières infrarouge actif double faisceaux Multi fréquences SBT 30F-60F-80F-100F-150F Notice d installation. Logo

Barrières infrarouge actif double faisceaux Multi fréquences SBT 30F-60F-80F-100F-150F Notice d installation. Logo Barrières infrarouge actif double faisceaux Multi fréquences SBT 30F-60F-80F-100F-150F Notice d installation Notice d'installation barriere infra rouge SBT- F - V1.5 du 03042006 1 Guardall Sommaire 1.

Plus en détail

PAYS CHÂTELLERAUDAIS

PAYS CHÂTELLERAUDAIS VOTRE MAISON BIOCLIMATIQUE EN PAYS CHÂTELLERAUDAIS + de confort - d énergie  ÂORIENTEZ votre maison  ÂOPTIMISEZ son agencement ÂÂCHOISISSEZ votre isolation  ÂUTILISEZ votre environnement Madame, Monsieur,

Plus en détail

Page 2 Routes départementales - département de LA CREUSE - Elaboration des cartes de bruit stratégiques

Page 2 Routes départementales - département de LA CREUSE - Elaboration des cartes de bruit stratégiques Rapport Sommaire 1. TEXTES DE REFERENCES... 3 2. OBJET DE L ETUDE... 3 3. CONTENU DES CARTES DE BRUIT STRATEGIQUES... 4 1.1. Documents graphiques... 4 4. METHODE DE CALCUL ET PARAMETRES RETENUS... 4 1.2.

Plus en détail

Une autre approche. de la construction. Le nouveau concept Maisons d en France Nord - Pas de Calais

Une autre approche. de la construction. Le nouveau concept Maisons d en France Nord - Pas de Calais Une autre approche de la construction Le nouveau concept Maisons d en France Nord - Pas de Calais Le concept Imag in est une gamme exclusive de maisons nouvelle génération développée par Maisons d en France

Plus en détail

Agreement regarding monitoring of the stratosphere. Signed at Paris on 5 May 1976

Agreement regarding monitoring of the stratosphere. Signed at Paris on 5 May 1976 No. 15500 FRANCE, UNITED STATES OF AMERICA and UNITED KINGDOM OF GREAT BRITAIN AND NORTHERN IRELAND Agreement regarding monitoring of the stratosphere. Signed at Paris on 5 May 1976 Authentic texts: French

Plus en détail

Régulation du varimat WR I.7.3. Description du système

Régulation du varimat WR I.7.3. Description du système Description du système En cas de combinaison de systèmes de chauffage par le sol et par radiateurs, les températures nécessaires pour le chauffage par le sol sont généralement plus faibles que celles nécessaires

Plus en détail

Réduction de la consommation énergétique des datacenter : optimisation du conditionnement d air, influence de. l architecture

Réduction de la consommation énergétique des datacenter : optimisation du conditionnement d air, influence de. l architecture Réduction de la consommation énergétique des datacenter : optimisation du conditionnement d air, influence de Orange Labs l architecture David Nörtershäuser, Recherche & Développement Stéphane Le Masson,

Plus en détail

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/7

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/7 Projet Nom Abatia Nom de la variante SHON 127 Haut. sous plafond 2.5 Détails du site Latitude 45.59 Longitude 5.63 Station météo Chambéry Catalogue des parois Nom Type Positionnement Composition Surface

Plus en détail

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer RT 2012 Bien comprendre pour mieux s y préparer RT2012 Préambule La Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) vise, comme les précédentes RT, à limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs

Plus en détail

NOR: ETLL1237177A Version consolidée au 01 janvier 2013

NOR: ETLL1237177A Version consolidée au 01 janvier 2013 Arrêté du 7 novembre 0 relatif à l'attestation de prise en compte de... sur 08/0/03 0:53 ARRETE Arrêté du 7 novembre 0 relatif à l'attestation de prise en compte de la réglementation acoustique applicable

Plus en détail

MODÈLE C MANUEL D UTILISATION ET D ENTRETIEN

MODÈLE C MANUEL D UTILISATION ET D ENTRETIEN MODÈLE C MANUEL D UTILISATION ET D ENTRETIEN www.valtherm.ca Tél. 514.262.5010 Fax. 450.735.0935 info@valtherm.ca TABLE DES MATIÈRES CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES MISE EN GARDE COMMENT DÉTERMINER LA PUISSANCE

Plus en détail

Capteurs d humidité (capacitif) et capteurs de température pour application en climatisation

Capteurs d humidité (capacitif) et capteurs de température pour application en climatisation GmbH & Co. KG Régulation SAS Fiche technique 907020 Page 1/7 Capteurs d humidité (capacitif) et capteurs de température pour application en climatisation Pour la mesure de l humidité relative de l air

Plus en détail

Géoréférencement et RGF93

Géoréférencement et RGF93 Géoréférencement et RGF93 Théorie et concepts - Fiche T3 Les projections coniques conformes 9 zones T3 Décembre 2008 2008/54 Historique Ces projections ont été définies par l'ign, suite à une recommandation

Plus en détail

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ Date d entrée en vigueur: Mai 2006 Remplace/amende: VRS-52/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-52 DÉFINITION Une substance biologique dangereuse se définit comme un organisme

Plus en détail

Département de l ARIEGE

Département de l ARIEGE LES RAPPORTS BUREAU VERITAS Bureau Veritas 12 rue Michel Labrousse Bât 15 BP 64797 31047 TOULOUSE CEDEX 1 Dardilly, le 12 juillet 2012 Département de l ARIEGE Elaboration des cartes de bruit stratégiques

Plus en détail

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton 1 Maison BBC en béton : 2 grands principes, 5 règles d or Une conception pensée en amont Une conception «bioclimatique»

Plus en détail

Gestion des modifications d un projet système d'information

Gestion des modifications d un projet système d'information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Procédure Qualité Gestion des modifications d un proj système d'information Référence : CNRS/DSI/conduite-proj/maintenance-evolution/proc-gestion-modification

Plus en détail

UF600 UF600. Rideau d'air avec soufflage par le sol pour passages industriels de grandes dimensions. Pour portes jusqu'à (h x l) : 6 x 12 m

UF600 UF600. Rideau d'air avec soufflage par le sol pour passages industriels de grandes dimensions. Pour portes jusqu'à (h x l) : 6 x 12 m UF00 Rideau d'air avec soufflage par le sol pour passages industriels de grandes dimensions. Pour portes jusqu'à (h x l) : x m Montage vertical Application L'UF00 crée une barrière d'air très efficace

Plus en détail

LES TENDANCES CONSTRUCTIVES DANS LES OPÉRATIONS BBC EFFINERGIE

LES TENDANCES CONSTRUCTIVES DANS LES OPÉRATIONS BBC EFFINERGIE FÉVRIER 2012 DANS LES OPÉRATIONS BBC EFFINERGIE ANALYSE DES MODES CONSTRUCTIFS PRINCIPAUX POUR LES OPÉRATIONS EN COURS DE CERTIFICATION 2 SOMMAIRE Introduction I. Périmètre de l étude II. Le bâti 2.1.

Plus en détail

La chaleur du bien être à tarif réduit

La chaleur du bien être à tarif réduit La chaleur du bien être à tarif réduit Appareils de chauffage électrique à accumulation de chaleur Description Utilisation Installation Modèles: 3700, 4700, 5700, 6700 3800, 4800, 5800 3600, 4600, 5600,

Plus en détail

Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi faut- il faire attention? Eléments de diagnostic

Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi faut- il faire attention? Eléments de diagnostic Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi fautil faire attention? Eléments de diagnostic Le contexte économique et écologique actuel rend l isolation des bâtiments en rénovation incontournable.

Plus en détail

Séance 2.3 Partie 2 Étude de cas #2. Présentation: 2.3b (#2) SUPPORTS DE FORMATION EN MATIÈRE DE TRANSPORT RURAL

Séance 2.3 Partie 2 Étude de cas #2. Présentation: 2.3b (#2) SUPPORTS DE FORMATION EN MATIÈRE DE TRANSPORT RURAL SUPPORTS DE FORMATION EN MATIÈRE DE TRANSPORT RURAL Module 2: Planification, conception, évaluation et mise en œuvre Analyse économique d'un projet routier d'accès de base en milieu rural: Andhra Pradesh,

Plus en détail

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Prothésistes dentaires Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Carsat Centre Ouest Assurance des risques professionnels 37, avenue du Président René Coty 87048 LIMOGES CEDEX LOCAUX DE TRAVAIL

Plus en détail

16 IDEA 04 07 TRANSFORMATION D UNE ANCIENNE FERME À PRAZ/VULLY FR. Ferme lumineuse

16 IDEA 04 07 TRANSFORMATION D UNE ANCIENNE FERME À PRAZ/VULLY FR. Ferme lumineuse 16 IDEA 04 07 Ferme lumineuse Avec la rénovation de cette ancienne ferme située dans la région des Trois lacs de Morat, Neuchâtel et Bienne, l architecte Christophe Pulver voulait atteindre trois buts:

Plus en détail

Comité de suivi collège Galilée du 08 octobre 2014

Comité de suivi collège Galilée du 08 octobre 2014 Comité de suivi collège Galilée du 08 octobre 2014 Comité de suivi collège Galilée du 8 octobre 2014 1. Historique 1995 2014 2. Diagnostic structure : rapport intermédiaire octobre 2014 3. Gestion de la

Plus en détail

L utilisation du chanvre dans l habitat n est pas systématiquement synonyme de béton de chanvre (fiches 1 à 4).

L utilisation du chanvre dans l habitat n est pas systématiquement synonyme de béton de chanvre (fiches 1 à 4). F5 FICHE TECHNIQUE MISE EN ŒUVRE DU CHANVRE EN VRAC PAR VOIE SECHE (sans liant) Groupement des producteurs de chanvre en Luberon L utilisation du chanvre dans l habitat n est pas systématiquement synonyme

Plus en détail

5 Applications. Isolation intérieure des murs de fondation. ISOFOIL est un panneau isolant rigide laminé d un pare-vapeur d aluminium réfléchissant.

5 Applications. Isolation intérieure des murs de fondation. ISOFOIL est un panneau isolant rigide laminé d un pare-vapeur d aluminium réfléchissant. FICHE TECHNIQUE 120-1.4 07.21.13.13 1 Nom du produit ISOFOIL 2 Manufacturier ISOFOIL est fabriqué par Groupe Isolofoam, entreprise québécoise et important manufacturier de produits isolants depuis plus

Plus en détail

Economies d énergie en élevage de porcs

Economies d énergie en élevage de porcs Economies d énergie en élevage de porcs Michel Marcon Auteurs dont principal en couleur SPACE - 2009 1 Contexte et enjeux? Contexte Augmentation du prix des énergies Le prix du fioul a été doublé en 8

Plus en détail

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009 Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter concernant la part maximale

Plus en détail

Réglementation et attestations thermique

Réglementation et attestations thermique Réglementation et attestations thermique Réunions d échanges ADS des 25 novembre et 2 décembre 2014 DDT 38 - SLC- QC 1 réglementation thermique attestations -... 1 la réglementation thermique 2 les attestations

Plus en détail

Les Villas Sérès La Chapelle d Armentières/ 59. Maison ossature bois. Et si vous découvriez ses avantages

Les Villas Sérès La Chapelle d Armentières/ 59. Maison ossature bois. Et si vous découvriez ses avantages La Chapelle d Armentières/ 59 Maison ossature bois Et si vous découvriez ses avantages? Un confort de vie contemporain à 15 minutes de Lille Avec leurs bardages en bois, les Villas Sérès proposent une

Plus en détail

Lutte contre l étalement urbain

Lutte contre l étalement urbain Lutte contre l étalement urbain L étalement urbain et la consommation d espace résultent de plusieurs causes cumulatives. Ces phénomènes s expliquent notamment par l insuffisance et l inadaptation de l

Plus en détail

Fiche commerciale. Clim eau glacée. Boîte vav induction Boîte à débit d air variable. www.france-air.com

Fiche commerciale. Clim eau glacée. Boîte vav induction Boîte à débit d air variable. www.france-air.com Fiche commerciale Clim eau glacée Boîte vav induction Boîte à débit d air variable Climatisation eau glacée Direct @ccess Boîte VAV induction rectangulaire à induction avantages Plage de fonctionnement

Plus en détail

Présentation de la solution. HP Storage Essentials : le logiciel de gestion des performances des systèmes de stockage

Présentation de la solution. HP Storage Essentials : le logiciel de gestion des performances des systèmes de stockage Présentation de la solution HP Storage Essentials : le logiciel de gestion des performances des systèmes de stockage Le suivi et la gestion des performances de l'infrastructure de stockage sont la clé

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 12 juin 2012 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une partie

Plus en détail

Marketing Efficiency Cloud : All-in-One, End-to-End

Marketing Efficiency Cloud : All-in-One, End-to-End Marketing Resource Management avec Marketing Efficiency Cloud de BrandMaker Davantage de transparence Le marketing repose sur des process. BrandMaker Marketing Efficiency Cloud contrôle ces process et

Plus en détail

Réglementation thermique et attestations

Réglementation thermique et attestations Réglementation thermique et attestations Réunions d échanges ADS des 28 et 30 mai 2013 DDT 38 - SLC- QC 1 réglementation thermique attestations -... 1 la réglementation thermique 2 les attestations thermiques

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail