Les obstacles à l'industrialisation du Tiers-Monde

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les obstacles à l'industrialisation du Tiers-Monde"

Transcription

1 Les obstac l'instrialisation Tiers-Mon Ikonocoff M. Le développemt Paris CIHEAM Options Méditerranénes; n pages Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse http//om.ciheam.org/artic.php?idpdf=ci To cite this artic / Pour citer c artic Ikonocoff M. Les obstac l' instrialisation Tiers-Mon. Le développemt. Paris CIHEAM, p (Options Méditerranénes; n. 11) http//www.ciheam.org/ http//om.ciheam.org/

2 i IKONICOFF Directeur s Etus Université Paris Des obstac a l'instrialisation Tiers-Mon que s espacesque l'on appel est dans domaine officiel économique, cht vainemt. analytiques spécificité ces espaces. La explicatifs globant l'semb s phénomènes SOUSsuit tique un pin tions. Les significations que l'on a successivemt au ni l'idée sont un excelnt exemp. ceux,sousun semb ou d'insuffisances espaces économiques, il n'y faibse ou l'inexistce d'une lisation un élémt constitutif années 50 peuvt se csdans ce (1). l'exam qu'un tion poussé a eu lieu, décnies, dans pays sont l image quantitative. Nous cte fin indicaque e?évolution nomique > 1967). Ces indi- - quel que soit objections que l'on puisse - nous une vision globa s phénomènes dans Au niveau s tdances,nous constatons que taux annuel dans manufaca été, pays ,8 % ,9 % %. taux pas dépassé moyne 2,s %. y$zess 1Y3 1. and Growth, New-York, Yves Que sa~s-? pays sous-développés, Coll. Options Février 1972

3 ~~~ CIHEAM - Options Mediterranenes Indices proction l instrie manufacturi&re l sembpayssous-développésnoncommunistes (1950= 100) Instrie manufacturière légère... Instrie manufacturière lour Ensemb manufacturière dont alimtation, boissons, tabac.... texti.... papier... chimie dérivés pétro, charbon. minéraux non métalliques... métallurgie base... ouvrages métaux au niveau s indica tdances, finisst mt au niveau s indi C est ainsi que dépasse déj dans pays plus avancés #Amétine ssibmt dans PAYS Pourctage P.I.B. provant manufacturière Argtine... Brésil... Mexique... In ,4 27, O 27,4 18,4 LÆ fait qu un sation s appuyant données. si l on on beaucoup moins conditions cte ainsi que obstac qu el doit En ttatives sées dans but mécanismes blocages qu el ou auxquels el va inévitabmt se ont été systématiquemt démties qu el l semb Celso Jalée ou qu el Février 1972

4 PRÉVISIONS ET RÉALITÉS (2) signa, obstac au sation dans compxité technique coût évé s investissemts au momt ce com- (2) sozls-développeme~zt, binaison ces une empêche mation d'une csse sembb ' cel qui avait sulté pays dévcloppés.. ces mêmes faibpays d'amétine dont suite 30 (3). (4) signa que mécanismes dépdance s <( capitalismes )> qui. font ceux-ci s G s capitalismes )> une sion s s tech- dans où el est soumise domination s pays cne pas, c au sta 1é- que sance qui s'est est,au plus acctu6e dites que t, Tant compte ces exemp - que - nous sommes nous si face une si, dans ce cas, nous ne toute ttative l'exam avec En eff, situa- analyses mais aussi ttatives définition spatia cel-ci. Ainsi, schémas explicatifs s auxquels nous avons mmt élémts qui nous meils pose mais condition cas où il est possib Les globaux que nous avons lité sulte nécessité d'où il un une ty- vertica structure instriel. En pays d'amé- tine, on peut que ia l'existce d'étapes dévelop bis pemt quel passt diffé dites <c dyna- pays La basecsmiques >> est,donc cel s dites e végé- mt s espaces selon Sétatives >> ins- tape dans quel ils se Nous (5). un Celso qui examine qui nie analytique, sus - - mais plus dans génétine, commt il aboutit, condipays, tions obstac c au- chaque étape, ce qui nous (6), analyses s aution tine ne pas évoqués mais dans obstac qui s'oppost au dé- indiquant limitations. ou au passage au sta l'inmais dans conditions LES ÉTAPES DE L'ÉVOLUTION PÉRIPHÉRIQUE que même n'est pas global. son analyse, l'élévation s s bis capital d'accumution taux selon modè substitution - el l'atteint - sta mais el aboutit inévitabmt stagnation. a line son modè l'on peut stagnation milieu s années 60, sance assez que n'indique qu'il doive (3) in Tome X, no 31. (4) mondia, (5) La l'a peu mêmes (6) Celso FuRTaDo sousdéveloppemt,,1961. lisation, on peut mt étapes dans l'hsystème économiques constitué milieu sièc. La constitution système économiques mondia l'économie est développemt s pays points insbesoins ces espaces qui, ce fait, vait système. Les espaces dans quels ne s'était pas s développemt autonome se sont vus intéau système fonction s besoins dynamique s espaces e c- >>. sont, ce fait, Options Février 1972

5 périphbrie système. La fonction s comme l'exemp l'inne peut ni se au moins dans phases, que conséqut, sa même, L'impntation quelques ou ne change cte situation. La seu conclusion possib est donc que l'obstac esstiel, cte étape, est constitué Le élémt d'une politique économique ce momt-l - comme signa Amin (7) -, dans avec En ce qu'un puisque, avis, on ne dans aucun espace modè fonctionnemt d'une économie - au moins La causes qui fin cte étape sont fin cte phase grosso-modo, avec décolonisation. Les phases suivantes sont s activités stinées au activités qui vont se au im La phase insoù mo d'éco modè exclusif fonctionnemt s éconooù s activités stinées au se développt. LÆ phénomène qui vi qui se au niveau La cause ce blocage ou qui cons altédans s ' tions peuvt soit aux conditions système - c'est cas 30 ea cc qui pays l'amétine -, soit politique déli-. états -. c'est cas ces cas, situation La 1930, système économique qui fonctionnait puis milieu sièc, chute man La diminution ction comme ces.. nait ces pays comme man même niveau au mainti - dû politique mts -. tions se ction loca s bis (7) op. cit. - II - Février

6 s pays asiatiques pays cains, ou pas tout affectés s annees 30, mination est s vis--vis l'inloca, une élévation s douane ou s mécanismes subvtion quel type? faut eff, ce niveau, distinction selon mécanismes dant un mis décision publique. Le dit e substitution >P modè. s'est accompli dans s tine, avec s modalités difest dans pays alun exemp uxième modè (8). ce qui est substitutive mécanismes bis consommation fina qui exige s investissemts peu coûteux, une technologie simp, une dimsion s unités s'agit notammt s texti, l'on cte étape se mine au momt où aossibilité substitution ces bis est épuisée. économies cte étape (9) comme s obstac qui s'op- on constate qu' ce qui l'atine ces it effs que buait n'ont constitué s obstac d'in étape. tine, fait que l'indans sa phase, a été un phénomène spontané non ne peut d'obstac mais s pays modè s est constituée faib efficacité s loca, cte faib efficacité étant conséquce l'inexistce d'une el-même dûe l'absce Les peuvt ainsi oc quelque soit niveau s La uxième ce qu'on est cel Les nismes tl'économie méca- (8) Vou ci-ssous Agriculture indztstrie dans phase d'accession azr développemt (9) obstac sont conditions développemt technique, coûts coûts l'investissemt. Sous- 56.n Options Méditerranénes Février 1972 vont se juxtapoaux mécanismes dans globa l'économie. pays dont a situation est Un d'obstac empêcht eff pays qui ont choisi un modè sembb celui tine cte étape l'on peut pcte situation est Le fait que s & s investissemts a empêché - choses - d'une csse l'exemp ou pays d'atine. Que capital soit fait s coûts évés s investissemts ou!a compxité technologie - co&me veut - ou qu'il soit conséquce s mécanismes domination nouvel l'échel mondia - comme l'explique Amin - il n' constitue pas moins une blocages. On ne voit pas quels mécanismes une économie Les blocages lisation ainsi mt il est aux mécanismes décision publique l'sem fonctionnemt l'économie. si conditions génésont faci a que décision publique est bi plus diffici En opposition qui se développemt s ins-!, effs développemt Cte l'obj viétique sa est fondée s ina fait El plus ou moins au modè so- phase, s besoins ou pottiels man. Les e ins- >) (10) ne sont qu'une cte fondée pays pas une fois atteinte phase d'impntation s bis bis capital, une accumutive économie, ni mécanismes dépdance En eff, que cte phase soit atteinte comme une séquce d'un subs- instrialisantes corztu d'une politiqzte d'intégration régiona in Appliquée, Tome 19, Les Optiotzs Algérines, in Tome 12,

7 titution qui a l'étape s - comme tine - ou qu'el soit conséquce d'un décision publique ce que nous avons défini comme u- xième étape l'évolution économique l'semb s mes s difficultés vènt commun, dans ux cas, il tit beaucoup même mes qu'assumt ces difficultés ainsi que possibilités dans chacun s cas. faut cte étape - cel est tout vab tine - il juxtaposition s mécanismes s mécanismes mécanisme économique fondé au mécanisme économique On assiste & une s mécanismes domination ie ce qui est significatif dans où domination diminue nouvel mécanismes, liaison avec concs moys quels sont esstiels que suscite mise pce ce type? On mécanismes tation technologie se mt tégiques filia - au ces (11) sont vont l'impntation filia dans pays nouvel unités jusqu' s unités déj exis- tantes au moy d'achats d'actions données paiemts c >>. pays où l'etat joue!e phénomène ci-ssus ne pas se mais coûts s e >> ne pèst pas moins dans bance Une chaîne montage est évint que quise ne peut soit sous d'achats licces, soit sous d'achats bis d'équipemt. pas une donnée El est conditions s pays qui objectifs besoins s unités ction qui l'appliqut. En dans pays où vail est où son coût est évé, innovations l'élévation capital. pays où disponibilité est l'utilisation tel technologies ne peut déséau niveau s ction, acctuant l'ttemt exté ne chômage. Ces technologies sont conçues fonction consteltion ou auxquel peuvt facimt pays ce qui empêche souvt pays qui se voit obli maxil'utilisation l'éfondamtamt se- 2. ET un niveau d'efficacité satisfaisante unités ce l'instaltion d'une capacité moins dans un temps, l'économie s pays n'est pas condition qui dimsion optima s unités. s'suit soit que dimsion s unités est inféau un niveau d'efficacité satisfaisant, soit qu'une capacité ction est inutilisée. ces conditions, coût s bis capital s'élève. Cte élévation s coûts, se geant aux l'économie, d'accumution capital diminue niveau national. Ces effs se consommation d'une ou l'semb popution selon type d'économie ce que Celso (12), effs s économies d'échel sont ne Tome (12) Celso Sous-développemt. PUF, Pans, ; Tiers

8 jouknt que suivant l'impntation s unités peu, débouchés augmtt, coûts d'impntation ont une incince moins moins coûts unités atteignt un niveau d'efficacité qui s coûts national. La stagnation ne semb donc pas l'aboutissemt inévitab dans pays mais se situe dans temps qui momt où effs négatifs s économies d'échel commct momt où ils sont!e fonctionnemt l'économie. ce phénomène ainsi que capacité conséquces dépd autant techniques que sociologiques politiques chaque pays. 3. LA L'élévation s que coûts s bis insl'impntation s compétitifs conséqut, conséqut, l'inbi qu'el modifie nationa bis, ne peut pas s composées, l'esstiel, bis Et ceci doit se au moins tout temps qu'il faut que effs négatifs s économies d'échel soit situation pays comme ou qui possènt un niveau évé d'inqui ne pas dans 58 dont est composée l'évage, café, second. C'est il semb que capacité paiemt longtemps quels que soit accomplis sation. est que ont, examiné composition s établi s diagnostics s pays ques. n'ont pas saisi que composition s n'est pas l'inexistce mais un sconditions LE Les ce niveau se capacité faib d'ab Ce est l'existce d'une technologie s pays - quel nous nous sommes - dont l'évolution va dans ss Zabor saving. s pays accènt cte étape comptt un ctage évé popution active pottiel. cte popution indispsab, tout s sons économiques. En eff, mécanismes cte base d'une man additionnel qui dimsions effs négatifs s économies d'échel. cte c'est qu'aucun Etat se longtemps une développemt d'une conflits social politique. si abpeu effs milieu sont développemt l'inchangemt s habitus technologiques consommation qui élèvt niveau d'expectatives s masses. C'est au Options - l1 - Février 1972 momt où il est impossib satisque se s qui continuelmt système Les que pose, tine, l'existce d'une dite.x >> - cte dépasse 32 % popution tota - vivant dans s conditions d'habitat ex est un exemp significatif. phénomène que l'on puisse cte masse comme une.x >> qui mainti faib une absolue dysfonctionnalité système. pays où l'impntation s d'une définie appliquée l'etat, se pose pas avec moins d'acuité, mais possibilités moins d' effs plus négatifs y sont ce ss, adoptée l'at significative. Les politique économique sembnt il exis- tait une un fondé solution l'emploi. En dans cte voie, ils choisisst mt man d'emploi jusqu'au momt où bases pays établies. Ce choix étant fait évaluées conséquces coûts économiques sociaux, ils ont mis pce une politique tdant

9 dans coûts cel ux moys 1" d'une non ab- ; 2" l'utilisation d'une que dégagt financemt équipemts colctifs installés camconditions vie s poputions plus moy employé s'accompagne d'une politique tdant ces vil, politique qui La << >). tion doit momt où effs l'économie d'échel coût d'impntation s usines sont fonctionnemt système économique où s bis. capital commct ces conditions, d'accumution capital avec un -aux. (13) qui' constitut ttative plus luci faux schémas d'analyse pied quelquesclémtsqui explication s mécanismes développemt cation.s mécanismes développemt s pays tine cte étape. C. que, cte étape, l'expansion économique s'accompagne d'une poussée s mécanismes économiques nationaux dans capitalisme tional. El est ce point avec d'oswaldo Sunkel (14). L'analyse étapes que nous vons est une ttative tation systématique s expéqui se sont dé s' dégage que sation s pays ne pas d'obstac absolus. En én man est conditions faaussi une plus poussée l'in bis ~ ins- - vus compétitifs dans tains domaines - s Nous ne possédons pas d'exemp pays - quel que soit système dominant - qui ait accédé complètemt cte étape. Les tdances que nous avons signadans ie pque ce pays est étape dans est diffici obstac ou peut développemt d'un capitalisme mt comme celui Le siline explique qu'el n'ait pas, jusqu' ses. tout même tt chaque étape l'époque où système.qui tdances qui nt dans l'évolution s tives dans niveau mondial. d'é- selon pays au peut d'seignemts sab politique économique est choix dans d'une (13) una dis- Brasil, in 2" (14) Oswaldo Capitalismo transnacional y sintegración nacional América no 16, 1971, Santiago Chi Février 1972

Pour une problématique de l'environnement

Pour une problématique de l'environnement Pr une problématique l'environnement Labattut J.L. La maîtrise s ressrces naturel Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 17 1973 pages 27-32 Artic avaib on line / Artic disponib en ligne à l adresse

Plus en détail

La conception d'une architecture et d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen

La conception d'une architecture et d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen La conception d'une architecture d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen Milieu vie, mo vie Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 13 1972 pages 94-102 Artic avaib on line / Artic disponib

Plus en détail

Le Le Financement Mutuel entre les Entreprises des Pays de la la Loire

Le Le Financement Mutuel entre les Entreprises des Pays de la la Loire Dossier presse 27 mai 2013 Mutuel tre Entreprises s Loire Mutuel tre Entreprises s Loire Société anonyme coopérative M, 29 avril 2013 à capital variab Institut Automobi M Technoc s 24H, Chemin bœufs Société

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation s Nations Unies pour le développemt industriel Distr. générale 5 juin 205 Français Original: anglais Conseil du développemt industriel Quarante-troisième session Vine, 23-25 juin 205 Point

Plus en détail

Description du procédé

Description du procédé GUIDE TECHNIQUE MAI 2001 MINISTÈRE DE L AGRILTURE ET DE LA PÊCHE Description procédé Ce procédé est directemt inspiré s filtres pntés roseaux (FPR) utilisés dans le traitemt s eaux usées domestiques petites

Plus en détail

INJAD SANS FRONTIÈRE

INJAD SANS FRONTIÈRE Proit d assurance distribué Attijariwafa bank Europe - Succursa Belgique - 128, bvard Mrice Lemmonier, 1000 Bruxel - Swift WAFABEBB - TVA BE 0884.276.150 BTW. RPM BRUXELLES - RPR BRUSSEL Société crtage

Plus en détail

TACOS U FC. H. Mountassir LIFC, Université de Franche-Comté hmountassir@lifc.univ-fcomte.fr. Objectifs. Assemblage de composants digne de confiance

TACOS U FC. H. Mountassir LIFC, Université de Franche-Comté hmountassir@lifc.univ-fcomte.fr. Objectifs. Assemblage de composants digne de confiance LI TACOS Trustworthy Assembling of Componts: from requiremts to Specifications H. Mountassir LI, niversité Franche-Comté hmountassir@lifc.univ-fcomte.fr L I F C LI Objectifs Assembge s digne confiance

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

Édito. à savoir. Sommaire Financements complémentaires : de nouvelles possibilités s offrent à vous! p. 1-2 Enquête Pôle Emploi sur les Besoins

Édito. à savoir. Sommaire Financements complémentaires : de nouvelles possibilités s offrent à vous! p. 1-2 Enquête Pôle Emploi sur les Besoins Juilt 201 - N 48 Association Développemt s formations s instries la Métallurgie AIN Sommaire Financemts complémtaires nouvels possibilités s offrt à vous! p. 1-2 Enquête Pô Emploi sur s Besoins Édito Main

Plus en détail

25 projets FSE en 2012

25 projets FSE en 2012 25 projets FSE 2012 www.fse.gouv.fr Avec le Ce documt est cofinancé par l'union européne 25 projets FSE 2012 3 Sommaire France Sommaire Axe d intervtion 1 : Contribuer à l adaptation des travailleurs et

Plus en détail

Nous prendrons soin ensemble de sa santé!

Nous prendrons soin ensemble de sa santé! FRAIS DE SANTÉ DE VOTRE ANIMAL DOMESTIQUE Voulez- être très bi remboursé? 0 80 85 540 Prix d un appel local L Assurance Animaux est une véritable Assurance Santé, qui jusqu à 80 % s dépses vétérinaires

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS TYPES 2012 ET NOTES D ORIENTATION. Présenter ses états financiers selon les IFRS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS TYPES 2012 ET NOTES D ORIENTATION. Présenter ses états financiers selon les IFRS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS TYPES 2012 ET NOTES D ORIENTATION Préster ses états financiers selon les IFRS Avis important : Cette publication a été élaborée à titre de documt d information et elle vise

Plus en détail

Interne Forces Faiblesses Externe Opportunités Menaces

Interne Forces Faiblesses Externe Opportunités Menaces L ANALYSE SWOT 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L'analyse SWOT (Strengths Weaknesses Opportunities Threats) ou AFOM (Atouts Faibses Opportunités Menaces) est un outil d'analyse stratégique.

Plus en détail

Tableau de bord économique

Tableau de bord économique n 15 Mars 2009 Tableau de bord économique de la Nouvelle-Calédonie Indicateurs économiques I 4,5% 4,0% 3,5% 3,0% 2,5% 2,0% 1,5% 1,0% 0,5% 0,0% Indice des prix général ( glissemt annuel) Masse monétaire

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

LE PRESTIGE DU NOM LA FORCE DE L ENSEIGNE!

LE PRESTIGE DU NOM LA FORCE DE L ENSEIGNE! LE PRESTIGE DU NOM LA FORCE DE L ENSEIGNE! Un supplémt au journal Meuse jeudi 2 octobre 2014 LE MEILLEUR SERVICE, LE MEILLEUR CHOIX LE LE MEILLEUR MEILLEUR SERVICE, SERVICE, LE LE MEILLEUR MEILLEUR CHOIX

Plus en détail

Moniteur des branches Industrie MEM

Moniteur des branches Industrie MEM Moniteur des branches Industrie MEM Octobre 2014 Editeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Traduction Anne Fritsch, Verbanet GmbH, www.verbanet.ch Le texte allemand fait foi Adresse BAK Basel Economics

Plus en détail

TABLEAUX STATISTIQUES

TABLEAUX STATISTIQUES Continentalisation Cahier de recherche 9-9 Décembre 199 ----------------------------- COMMERCE, CROISSANCE ET EMPLOI : LE CAS DU MEXIQUE TABLEAUX STATISTIQUES Afef Benessaieh et Christian Deblock Groupe

Plus en détail

Notice d information option Sécurité (3, 6 ou 9 ) pour les offres avec abonnement

Notice d information option Sécurité (3, 6 ou 9 ) pour les offres avec abonnement Notice d information option (3, 6 9 ) pr les offres avec abonnemt Extraits s conditions générales du contrat d assurance à adhésions facultatives n 2.200.800 sscrit par Orange,- ORIAS n 08 038 931-, par

Plus en détail

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Raphaël Pradeau (Académie de Nice) et Julien Scolaro (Académie de Poitiers) Programme : NOTIONS : Demande globale, inflation,

Plus en détail

Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée

Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée Livre Blanc Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée Sponsorisé par : Microsoft Sebastien Lamour mai 2014 QUELS SONT LES NOUVEAUX BENEFICES POTENTIELS ISSUS

Plus en détail

Aire paillée intégrale

Aire paillée intégrale Fiche 1 Fiche 1 Mode d emploi : Ce type de bâtimt est plutôt réservé à des petits troupeaux une alimtation sèche et des périodes de stabulation plutôt courtes. Ce système dispse du et la possibilité du

Plus en détail

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Agreste Conjoncture Industries agroalimentaires octobre 2014 octobre 2014 Industries agroalimentaires Tableau de bord Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Sommaire Production en

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL. durable.

BULLETIN OFFICIEL. durable. N 6240 l8 joumada l 14135 (2ï)-3 20i4} 2496 Dahir n 1-14-09 du 4 joumada l 1435 (6 mars 2014) portant promulgation loi cadre n 99-12 portant charte nationale l environnement du développement renforcer

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014 MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE Avril 2014 Éditeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Esteban Lanter Max Künnemann Adresse BAK Basel Economics AG Güterstrasse 82 CH-4053 Basel T +41 61 279 97 00 F +41

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Systèmes sylvopastoraux. Pour un environnement, une agriculture et une économie durables

Systèmes sylvopastoraux. Pour un environnement, une agriculture et une économie durables Caractérisation morphobiologique écologique d'une espèce pastorale de Tunisie présaharienne (Periploca angustifolia Labill.). Implications pour l'amélioration pastorale Ferchichi A. Systèmes sylvopastoraux.

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Offre valable au 01 juillet 2012

Offre valable au 01 juillet 2012 Fiche descriptive de l offre de fourniture d électricité au tarif règlemté, pour les clits : - PARTICULIERS, desservis par le GRD «Gascogne Energies Services» (Communes d Aire sur l Adour et Barcelonne

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

2.2.4. La courbe en J et la condition de Marshall-Lerner

2.2.4. La courbe en J et la condition de Marshall-Lerner 224 file:///fichiers/enseignement/site%20web/impression/rmi/fiches/rmi224... 2.2.4. La courbe en J et la condition de Marshall-Lerner Introduction Paragraphe au format pdf L'exemple de l'italie comme les

Plus en détail

Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers.

Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers. Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers. Dr Raphaël BRIOT ; Dr Jean GARRIC Syndicat National des Praticiens Hospitaliers d'anesthésie-réanimation RÉSUMÉ

Plus en détail

REGLEMENTS GENERAUX NATIONAUX CYCLOSPORT ET CLM ET DES CHAMPIONNATS NATIONAUX

REGLEMENTS GENERAUX NATIONAUX CYCLOSPORT ET CLM ET DES CHAMPIONNATS NATIONAUX Saison 2014/2015 Union Française des Œuvres Laïques d Education Physique Commission Nationale des Activités Cyclistes REGLEMENTS GENERAUX NATIONAUX CYCLOSPORT ET CLM ET DES CHAMPIONNATS NATIONAUX SOMMAIRE

Plus en détail

ACCORD DE POLITIQUE SALARIALE 2011. INTEV A Products France

ACCORD DE POLITIQUE SALARIALE 2011. INTEV A Products France 1. ACCORD DE POLITIQUE SALARIALE 2011 INTEV A Products France Le présent accord est conclu pour l'année 2011 entre, d'une part, la Société INTEVA Products France, représentée par Mme Michèle Regnier Abrial,

Plus en détail

Conditions Générales. 24 h/24 et 7 jours/7 NOV AUT CGE 01 0606 (09.07) 1 rue Geneviève de Gaulle Anthonioz CS 70826 35208 Rennes Cedex 2

Conditions Générales. 24 h/24 et 7 jours/7 NOV AUT CGE 01 0606 (09.07) 1 rue Geneviève de Gaulle Anthonioz CS 70826 35208 Rennes Cedex 2 Conception graphi NOV AUT CGE 01 0606 (09.07) Conditions Généra Pr ttes trver vos stions une réponse Contactez ses coordonnées votre assureur figurt conseil sur vos Conditions Particulières 24 h/24 7 jrs/7

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Taux de change... page 1 2- Taux d intérêt... 2 3- Crédits aux sociétés non financières... 3 4- Matières premières et pétrole... 4 5- Croissance... 5 6- Activité industrielle...

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul

La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul 12_07_2011 Table des matières Table des matières 3 I - 1. Point méthodologique 7 A. 1.1. Définitions...7 B. 1.2. Plan d'analyse type...8 C. 1.3. Synthèse...13

Plus en détail

Le tableau de bord trimestriel. de l emploi salarié

Le tableau de bord trimestriel. de l emploi salarié Le tableau de bord trimestriel de l emploi salarié septembre 2012 oc Direction éditoriale : François Magnien Auteur : Patrick Salvatori Conception : Gwenaëlle Solignac Maquette : Hélène Allias-Denis, Clément

Plus en détail

Collectif de Défense des utilisateurs du Chauffage urbain de Clichy

Collectif de Défense des utilisateurs du Chauffage urbain de Clichy Clichy, le 12 avril 2012 Objet : Le nouvel avant au contrat chauffage urbain s copropriétés clichoises. Pourquoi faut-il réfléchir avant d gager vos clits? Madame, Monsieur, Vous êtes, à notre connaissance,

Plus en détail

CPLN 20/08/2009 MBO Service ICT et Pédagogie

CPLN 20/08/2009 MBO Service ICT et Pédagogie La clé USB Présentation De première vue, une clé USB est un simple "morceau de plastique". Hors, elle est très utile et de plus en plus utilisée. Elle permet de stocker des fichiers (et dossiers) tout

Plus en détail

Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises

Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

Plus en détail

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Faut-il reculer l âge de la retraite? Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Entretien avec

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS

UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS CONFÉRENCE MONDIALE DE DÉVELOPPEMENT DES TÉLÉCOMMUNICATIONS (CMDT-98) La Valette, Malte, 23 mars - 1 avril 1998

Plus en détail

COMPOSANT JOOMA_TIPI Une extension Joomla pour le paiement en ligne des factures de services publics locaux. Page n 1/24

COMPOSANT JOOMA_TIPI Une extension Joomla pour le paiement en ligne des factures de services publics locaux. Page n 1/24 COMPOSANT JOOMA_TIPI Une extension Joom factures de services publics locaux à Joom_Tipi Page n 1/24 30/03/2010 Page n 1/7 A PROPOS DE TIPI Qu'est-ce-que TIPI? TIPI est un service proposé par DGFIP (Direction

Plus en détail

Objet : délibération complémentaire aux délibérations AF n 03/2009, 05/2009, 06/2009, 16/2009, 06/2011, 32/2012, 11/2013 et 16/2014 (AF/MA/2015/001)

Objet : délibération complémentaire aux délibérations AF n 03/2009, 05/2009, 06/2009, 16/2009, 06/2011, 32/2012, 11/2013 et 16/2014 (AF/MA/2015/001) 1/5 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 20/2015 du 29 juin 2015 Objet : délibération complémentaire aux délibérations AF n 03/2009, 05/2009, 06/2009, 16/2009, 06/2011, 32/2012,

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

Atelier 2 ----- Assainissement et PLU. (Présentation Daniel Ougier)

Atelier 2 ----- Assainissement et PLU. (Présentation Daniel Ougier) Atelier 2 ----- Assainissement et PLU (Présentation Daniel Ougier) Constat En 2010, 10 dossiers PLU traités 1 dossier où la cohérence assainissement et urbanisme a été traitée de manière complète 5 dossiers

Plus en détail

FICHE CONSEIL : JE SOUHAITE OUVRIR UN MEUBLE DE TOURISME

FICHE CONSEIL : JE SOUHAITE OUVRIR UN MEUBLE DE TOURISME JE SUIS PORTEUR D'UN PROJET TOURISTIQUE FICHE CONSEIL : JE SOUHAITE OUVRIR UN MEUBLE DE TOURISME SOMMAIRE : 1/ Qu'est ce qu'un hébergemt de type "meublé de tourisme"? 2/ Classer son hébergemt «meublé de

Plus en détail

Pôle n 13 : Pôle de La Sentinelle

Pôle n 13 : Pôle de La Sentinelle Pôle n 13 : Pôle de La Sentinelle S'étendant sur la majeure partie de la commune de La Sentinelle mais également à la marge sur les communes de Valenciennes et Trith-Saint- Léger, ce pôle regroupe plus

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

FORMATION APOGÉE. Introduction au domaine. constitution des groupes MODULE 19

FORMATION APOGÉE. Introduction au domaine. constitution des groupes MODULE 19 FORMATION APOGÉE MODULE 9 Introduction domaine constitution s SITUATION DU MODULE DANS LE PARCOURS MODULE Objectifs et grans fonctionnalités d Apogée MODULE Prise contact avec l outil Apogée MODULE 3 Réaliser

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 CCE 2014-2415 Rapport technique 2014 22 décembre 2014 2 CCE 2014-2415 3 CCE 2014-2415 Le tableau 1 présente les principaux indicateurs du contexte macro-économique belge

Plus en détail

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien Publication n o 2013-19-F Le 22 avril 2013 Mathieu Frigon Division de l économie, des ressources et des affaires internationales

Plus en détail

GUIDE À L INTENTION DES ÉLÈVES

GUIDE À L INTENTION DES ÉLÈVES GUIDE À L INTENTION DES ÉLÈVES Octobre 2014 QU'EST-CE QUE L'ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES?* LES AVANTAGES DE L'ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L alternance travail-études (A.T.E.) est une formule qui permet, pdant

Plus en détail

Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS.

Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS. Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS. Baptiste Boitier 1, Lionel Lemiale 2, Arnaud Fougeyrollas 3, Pierre Le Mouël 4

Plus en détail

BOITE A OUTILS ECO-PRET A TAUX ZERO

BOITE A OUTILS ECO-PRET A TAUX ZERO BOITE A OUTILS ECO-PRET A TAUX ZERO Cette boite à outils éco-prêt à taux zéro a été spéciament conçue pour vous, artisans du bâtiment. El regroupe huit outils pratiques qui faciliteront la réalisation,

Plus en détail

L énergie en Wallonie et à Bruxelles

L énergie en Wallonie et à Bruxelles L énergie en Wallonie et à Bruxelles Yves Marenne - ICEDD Forum étopia «Kyoto 2» du 16 février 2005 étopia_ 1 Introduction : L état des lieux de la situation énergétique en Wallonie et à Bruxelles donne

Plus en détail

Guide du créateur d entreprise sociale et solidaire. Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse

Guide du créateur d entreprise sociale et solidaire. Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse Quelle que soit sa taille, son activité et sa forme juridique, l'entreprise d'économie sociale et sociale est tenue de maintenir une comptabilité conforme à

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Croissance... 1 2- Activité industrielle... 2 3- Enquêtes de conjoncture... 3 4- Echanges extérieurs... 4 5- Demande intérieure... 5 6- Investissement... 6 7- Coûts salariaux...

Plus en détail

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES Sommaire 1 Méthodes de résolution... 3 1.1. Méthode de Substitution... 3 1.2. Méthode des combinaisons linéaires... 6 La rubrique d'aide qui suit s'attardera aux

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

&matet cloud. MES h' ÉPS

&matet cloud. MES h' ÉPS information Mais une Surtout menée à étude Diffusion : 8000 Page : 19 Périodicité : Mensuel Tail : 11664 % archimag_258_19_11pdf Site Web : http://wwwarchimagcom/ &matet cloud MES h ÉPS La dématérialisation?

Plus en détail

Numéro Spécial- octobre 2014 Prochain numéro Décembre 2014 Page 1

Numéro Spécial- octobre 2014 Prochain numéro Décembre 2014 Page 1 hinfooct2014_hinfo 09.10.14 13:30 Numéro Spécial octobre 2014 t St Laurent du Pon ospitalier H e r t n du C e nal r u jo Le Enquête sur La satisfaction au travail U n questionnaire, préparé par la DRH,

Plus en détail

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation SEP 2B juin 20 12 Guide méthodologique de calcul du coût d une Sommaire Préambule 3 Objectif et démarche 3 1 Les objectifs de la connaissance des coûts 4 2 Définir et identifier une 5 Calculer le coût

Plus en détail

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Analyse et exploitation des données du rapport du PNUD sur le développement humain Novembre 1995 Document de travail n 02 Analyse et

Plus en détail

La politique économique doit privilégier le cap du moyen terme

La politique économique doit privilégier le cap du moyen terme Editorial La politique économique doit privilégier le cap du moyen terme Michel Didier L'attentisme qui se prolonge depuis plusieurs trimestres pèse sur l'activité économique. L'hésitation des clients

Plus en détail

L offre de formation en alternance

L offre de formation en alternance L offre l Université Paris 13 L INFORMATION, L ORIENTATION ET L INSERTION PROFESSIONNELLE SCUIO-IP Service Commun Universitaire d In, d Oritation et d Insertion Professionnelle Campus Villetaneuse Tél.

Plus en détail

Université de Sherbrooke, Département d informatique

Université de Sherbrooke, Département d informatique Université de Sherbrooke, Département d informatique IGL501 : Méthodes formelles en génie logiciel, Examen périodique Professeur : Marc Frappier, mardi 7 octobre 2013, 15h30 à 18h20, local D4-2022 Documentation

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

Un exemple d étude de cas

Un exemple d étude de cas Un exemple d'étude de cas 1 Un exemple d étude de cas INTRODUCTION Le cas de la Boulangerie Lépine ltée nous permet d exposer ici un type d étude de cas. Le processus utilisé est identique à celui qui

Plus en détail

Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre?

Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre? Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre? Comment peut-on donner un âge à l'univers? Dans l'univers, il y a beaucoup de choses : des étoiles, comme le Soleil...

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales

Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales Carl Gaigné Directeur de Recherche INRA RMT Economie des filières animales Compétitivité des filières animales françaises 10/12/13

Plus en détail

Etape 2 Diagnostic stratégique. Facteurs clés de succès (FCS) Profil de l'entreprise

Etape 2 Diagnostic stratégique. Facteurs clés de succès (FCS) Profil de l'entreprise 1. INTRODUCTION Chapitre 2 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE D UNE ACTIVITE Une fois la segmentation stratégique conduite et les segments identifiés, la démarche de l analyse stratégique passe à sa deuxième

Plus en détail

SECURE ADVANTAGE REVENUS GARANTIS

SECURE ADVANTAGE REVENUS GARANTIS Complément de retraite à vie SECURE ADVANTAGE REVENUS GARANTIS Une troisième voie pour votre assurance vie DOCUMENT NON CONTRACTUEL Financement des retraites, un nouveau contexte NOUS VIVONS PLUS LONGTEMPS,

Plus en détail

Agreement regarding monitoring of the stratosphere. Signed at Paris on 5 May 1976

Agreement regarding monitoring of the stratosphere. Signed at Paris on 5 May 1976 No. 15500 FRANCE, UNITED STATES OF AMERICA and UNITED KINGDOM OF GREAT BRITAIN AND NORTHERN IRELAND Agreement regarding monitoring of the stratosphere. Signed at Paris on 5 May 1976 Authentic texts: French

Plus en détail

Université du Québec en Outaouais

Université du Québec en Outaouais Nom : Numéro d étudiant : Université du Québec en Outaouais Prénom ECN1473 : Analyse macroéconomique Examen intra Date : lundi 21 octobre 2002 Durée : 2h30 (9h00 11h30) Professeur : Dimitri Sanga DIRECTIVES

Plus en détail

Interpréter correctement l évolution de la part salariale.

Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Gilles Saint-Paul Université de Toulouse I et Ministère de l Ecologie En, la part des salaires dans la valeur ajoutée (ou dans le PIB) est un

Plus en détail

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts Philippe Waechter Directeur de la recherche économique de Natixis AM L a dynamique de l'économie française est-elle franchement différente de celle

Plus en détail

PARTIE I : LES DETERMINANTS DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE :

PARTIE I : LES DETERMINANTS DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE : PARTIE I : LES DETERMINANTS DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE : INTRODUCTION : Les différents moments d augmentation des richesses dans les groupes sociaux sont liés à différents phénomènes parfois difficilement

Plus en détail

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I ENSIIE Macroéconomie - Chapitre I Le 13 avril 2013 Table des matières 1 Introduction 2 2 La théorie Keynésienne 3 2.1 Keynes......................................... 3 2.2 Quelques ordres de grandeur.............................

Plus en détail

RÉHABILITATION DE LA FONDATION VASARELY

RÉHABILITATION DE LA FONDATION VASARELY RÉHABILITATION FONDATION VASARELY J. REPIQU BMR architectes/ P.-A. GATIER ACMH IGMH/ Marc BARANI architecte/ B. FRYND scénographe/ Ph. LIAU paysagiste/ RJ VAN SANT enveloppe/ K. DAUDIN thermique S TANTS

Plus en détail

LES CRITÈRES D'ATTRIBUTION ET RÈGLES D APPLICATION DE RÉMUNÉRATIONS ADDITIONNELLES POUR LES EMPLOYÉS COUVERTS PAR L UNITÉ SCRC

LES CRITÈRES D'ATTRIBUTION ET RÈGLES D APPLICATION DE RÉMUNÉRATIONS ADDITIONNELLES POUR LES EMPLOYÉS COUVERTS PAR L UNITÉ SCRC LES CRITÈRES D'ATTRIBUTION ET RÈGLES D APPLICATION DE RÉMUNÉRATIONS ADDITIONNELLES POUR LES EMPLOYÉS COUVERTS PAR L UNITÉ SCRC PRÉPARÉ PAR LE COMITÉ PATRONAL SUR L'ÉGALITÉ SALARIALE LE 30 JANVIER 2006

Plus en détail

OPTIMISATION À UNE VARIABLE

OPTIMISATION À UNE VARIABLE OPTIMISATION À UNE VARIABLE Sommaire 1. Optimum locaux d'une fonction... 1 1.1. Maximum local... 1 1.2. Minimum local... 1 1.3. Points stationnaires et points critiques... 2 1.4. Recherche d'un optimum

Plus en détail

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer.

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Plan Canicule Fiche 3.2 : Les travailleurs En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Facteurs environnementaux Ensoleillement

Plus en détail

La polarisation des transistors

La polarisation des transistors La polarisation des transistors Droite de charge en continu, en courant continu, statique ou en régime statique (voir : le transistor) On peut tracer la droite de charge sur les caractéristiques de collecteur

Plus en détail

Calcul rapide des puissances

Calcul rapide des puissances Calcul rapide des puissances Par Mathtous Il s'agit de puissances à exposant entier naturel (avec la convention a 0 = 1, et a 1 = a). Si on applique la dénition pour calculer a n, on calcule de proche

Plus en détail

Voici 15 ans, une banque prenait son sort en main sous les couleurs gabonaises. Elle quittait progressivement le giron de la Banque de Paris

Voici 15 ans, une banque prenait son sort en main sous les couleurs gabonaises. Elle quittait progressivement le giron de la Banque de Paris 1 Voici 15 ans, une banque prait son sort main sous s couurs gabonais. El quittait progrsivemt giron la Banque Paris et s Pays-Bas qui l avait créée 25 ans plus tôt. Qui, à l époque, eût parié sur la réussite

Plus en détail

Fiche Juridique CRÉATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ASSOCIATION LOI DU 1ER JUILLET 1901!

Fiche Juridique CRÉATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ASSOCIATION LOI DU 1ER JUILLET 1901! Fiche Juridique CRÉATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ASSOCIATION LOI DU 1ER JUILLET 1901 Cette fiche à vocation pédagogique a été conçue pour vous initier au droit des associations, tout en vous présentant

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998)

LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998) LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998) Comme indiqué plus haut, l'ordonnance de 1828 avait organisé l'administration centrale

Plus en détail

RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION

RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION Dernière révision du document : juillet 2012 Voici en 4 étapes clé quelques conseils à respecter afin de réaliser une campagne de sensibilisation efficace en matière

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Croissance... 1 2- Activité industrielle... 2 3- Enquêtes de conjoncture... 3 4- Echanges extérieurs... 4 5- Demande intérieure... 5 6- Investissement... 6 7- Coûts salariaux...

Plus en détail

Thème1. La mondialisation en fonctionnement. Chapitre 1 : L iphone, un produit mondialisé. Introduction. Problématique

Thème1. La mondialisation en fonctionnement. Chapitre 1 : L iphone, un produit mondialisé. Introduction. Problématique 1 Chapitre 1 : L iphone, un produit mondialisé. Introduction Documt 1 : situation géographique de la Silicon Valley. Documt 2 : Action Apple. En 2007, la FTN Apple implantée dans la Silicon Valley lance

Plus en détail