Les obstacles à l'industrialisation du Tiers-Monde

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les obstacles à l'industrialisation du Tiers-Monde"

Transcription

1 Les obstac l'instrialisation Tiers-Mon Ikonocoff M. Le développemt Paris CIHEAM Options Méditerranénes; n pages Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse http//om.ciheam.org/artic.php?idpdf=ci To cite this artic / Pour citer c artic Ikonocoff M. Les obstac l' instrialisation Tiers-Mon. Le développemt. Paris CIHEAM, p (Options Méditerranénes; n. 11) http//www.ciheam.org/ http//om.ciheam.org/

2 i IKONICOFF Directeur s Etus Université Paris Des obstac a l'instrialisation Tiers-Mon que s espacesque l'on appel est dans domaine officiel économique, cht vainemt. analytiques spécificité ces espaces. La explicatifs globant l'semb s phénomènes SOUSsuit tique un pin tions. Les significations que l'on a successivemt au ni l'idée sont un excelnt exemp. ceux,sousun semb ou d'insuffisances espaces économiques, il n'y faibse ou l'inexistce d'une lisation un élémt constitutif années 50 peuvt se csdans ce (1). l'exam qu'un tion poussé a eu lieu, décnies, dans pays sont l image quantitative. Nous cte fin indicaque e?évolution nomique > 1967). Ces indi- - quel que soit objections que l'on puisse - nous une vision globa s phénomènes dans Au niveau s tdances,nous constatons que taux annuel dans manufaca été, pays ,8 % ,9 % %. taux pas dépassé moyne 2,s %. y$zess 1Y3 1. and Growth, New-York, Yves Que sa~s-? pays sous-développés, Coll. Options Février 1972

3 ~~~ CIHEAM - Options Mediterranenes Indices proction l instrie manufacturi&re l sembpayssous-développésnoncommunistes (1950= 100) Instrie manufacturière légère... Instrie manufacturière lour Ensemb manufacturière dont alimtation, boissons, tabac.... texti.... papier... chimie dérivés pétro, charbon. minéraux non métalliques... métallurgie base... ouvrages métaux au niveau s indica tdances, finisst mt au niveau s indi C est ainsi que dépasse déj dans pays plus avancés #Amétine ssibmt dans PAYS Pourctage P.I.B. provant manufacturière Argtine... Brésil... Mexique... In ,4 27, O 27,4 18,4 LÆ fait qu un sation s appuyant données. si l on on beaucoup moins conditions cte ainsi que obstac qu el doit En ttatives sées dans but mécanismes blocages qu el ou auxquels el va inévitabmt se ont été systématiquemt démties qu el l semb Celso Jalée ou qu el Février 1972

4 PRÉVISIONS ET RÉALITÉS (2) signa, obstac au sation dans compxité technique coût évé s investissemts au momt ce com- (2) sozls-développeme~zt, binaison ces une empêche mation d'une csse sembb ' cel qui avait sulté pays dévcloppés.. ces mêmes faibpays d'amétine dont suite 30 (3). (4) signa que mécanismes dépdance s <( capitalismes )> qui. font ceux-ci s G s capitalismes )> une sion s s tech- dans où el est soumise domination s pays cne pas, c au sta 1é- que sance qui s'est est,au plus acctu6e dites que t, Tant compte ces exemp - que - nous sommes nous si face une si, dans ce cas, nous ne toute ttative l'exam avec En eff, situa- analyses mais aussi ttatives définition spatia cel-ci. Ainsi, schémas explicatifs s auxquels nous avons mmt élémts qui nous meils pose mais condition cas où il est possib Les globaux que nous avons lité sulte nécessité d'où il un une ty- vertica structure instriel. En pays d'amé- tine, on peut que ia l'existce d'étapes dévelop bis pemt quel passt diffé dites <c dyna- pays La basecsmiques >> est,donc cel s dites e végé- mt s espaces selon Sétatives >> ins- tape dans quel ils se Nous (5). un Celso qui examine qui nie analytique, sus - - mais plus dans génétine, commt il aboutit, condipays, tions obstac c au- chaque étape, ce qui nous (6), analyses s aution tine ne pas évoqués mais dans obstac qui s'oppost au dé- indiquant limitations. ou au passage au sta l'inmais dans conditions LES ÉTAPES DE L'ÉVOLUTION PÉRIPHÉRIQUE que même n'est pas global. son analyse, l'élévation s s bis capital d'accumution taux selon modè substitution - el l'atteint - sta mais el aboutit inévitabmt stagnation. a line son modè l'on peut stagnation milieu s années 60, sance assez que n'indique qu'il doive (3) in Tome X, no 31. (4) mondia, (5) La l'a peu mêmes (6) Celso FuRTaDo sousdéveloppemt,,1961. lisation, on peut mt étapes dans l'hsystème économiques constitué milieu sièc. La constitution système économiques mondia l'économie est développemt s pays points insbesoins ces espaces qui, ce fait, vait système. Les espaces dans quels ne s'était pas s développemt autonome se sont vus intéau système fonction s besoins dynamique s espaces e c- >>. sont, ce fait, Options Février 1972

5 périphbrie système. La fonction s comme l'exemp l'inne peut ni se au moins dans phases, que conséqut, sa même, L'impntation quelques ou ne change cte situation. La seu conclusion possib est donc que l'obstac esstiel, cte étape, est constitué Le élémt d'une politique économique ce momt-l - comme signa Amin (7) -, dans avec En ce qu'un puisque, avis, on ne dans aucun espace modè fonctionnemt d'une économie - au moins La causes qui fin cte étape sont fin cte phase grosso-modo, avec décolonisation. Les phases suivantes sont s activités stinées au activités qui vont se au im La phase insoù mo d'éco modè exclusif fonctionnemt s éconooù s activités stinées au se développt. LÆ phénomène qui vi qui se au niveau La cause ce blocage ou qui cons altédans s ' tions peuvt soit aux conditions système - c'est cas 30 ea cc qui pays l'amétine -, soit politique déli-. états -. c'est cas ces cas, situation La 1930, système économique qui fonctionnait puis milieu sièc, chute man La diminution ction comme ces.. nait ces pays comme man même niveau au mainti - dû politique mts -. tions se ction loca s bis (7) op. cit. - II - Février

6 s pays asiatiques pays cains, ou pas tout affectés s annees 30, mination est s vis--vis l'inloca, une élévation s douane ou s mécanismes subvtion quel type? faut eff, ce niveau, distinction selon mécanismes dant un mis décision publique. Le dit e substitution >P modè. s'est accompli dans s tine, avec s modalités difest dans pays alun exemp uxième modè (8). ce qui est substitutive mécanismes bis consommation fina qui exige s investissemts peu coûteux, une technologie simp, une dimsion s unités s'agit notammt s texti, l'on cte étape se mine au momt où aossibilité substitution ces bis est épuisée. économies cte étape (9) comme s obstac qui s'op- on constate qu' ce qui l'atine ces it effs que buait n'ont constitué s obstac d'in étape. tine, fait que l'indans sa phase, a été un phénomène spontané non ne peut d'obstac mais s pays modè s est constituée faib efficacité s loca, cte faib efficacité étant conséquce l'inexistce d'une el-même dûe l'absce Les peuvt ainsi oc quelque soit niveau s La uxième ce qu'on est cel Les nismes tl'économie méca- (8) Vou ci-ssous Agriculture indztstrie dans phase d'accession azr développemt (9) obstac sont conditions développemt technique, coûts coûts l'investissemt. Sous- 56.n Options Méditerranénes Février 1972 vont se juxtapoaux mécanismes dans globa l'économie. pays dont a situation est Un d'obstac empêcht eff pays qui ont choisi un modè sembb celui tine cte étape l'on peut pcte situation est Le fait que s & s investissemts a empêché - choses - d'une csse l'exemp ou pays d'atine. Que capital soit fait s coûts évés s investissemts ou!a compxité technologie - co&me veut - ou qu'il soit conséquce s mécanismes domination nouvel l'échel mondia - comme l'explique Amin - il n' constitue pas moins une blocages. On ne voit pas quels mécanismes une économie Les blocages lisation ainsi mt il est aux mécanismes décision publique l'sem fonctionnemt l'économie. si conditions génésont faci a que décision publique est bi plus diffici En opposition qui se développemt s ins-!, effs développemt Cte l'obj viétique sa est fondée s ina fait El plus ou moins au modè so- phase, s besoins ou pottiels man. Les e ins- >) (10) ne sont qu'une cte fondée pays pas une fois atteinte phase d'impntation s bis bis capital, une accumutive économie, ni mécanismes dépdance En eff, que cte phase soit atteinte comme une séquce d'un subs- instrialisantes corztu d'une politiqzte d'intégration régiona in Appliquée, Tome 19, Les Optiotzs Algérines, in Tome 12,

7 titution qui a l'étape s - comme tine - ou qu'el soit conséquce d'un décision publique ce que nous avons défini comme u- xième étape l'évolution économique l'semb s mes s difficultés vènt commun, dans ux cas, il tit beaucoup même mes qu'assumt ces difficultés ainsi que possibilités dans chacun s cas. faut cte étape - cel est tout vab tine - il juxtaposition s mécanismes s mécanismes mécanisme économique fondé au mécanisme économique On assiste & une s mécanismes domination ie ce qui est significatif dans où domination diminue nouvel mécanismes, liaison avec concs moys quels sont esstiels que suscite mise pce ce type? On mécanismes tation technologie se mt tégiques filia - au ces (11) sont vont l'impntation filia dans pays nouvel unités jusqu' s unités déj exis- tantes au moy d'achats d'actions données paiemts c >>. pays où l'etat joue!e phénomène ci-ssus ne pas se mais coûts s e >> ne pèst pas moins dans bance Une chaîne montage est évint que quise ne peut soit sous d'achats licces, soit sous d'achats bis d'équipemt. pas une donnée El est conditions s pays qui objectifs besoins s unités ction qui l'appliqut. En dans pays où vail est où son coût est évé, innovations l'élévation capital. pays où disponibilité est l'utilisation tel technologies ne peut déséau niveau s ction, acctuant l'ttemt exté ne chômage. Ces technologies sont conçues fonction consteltion ou auxquel peuvt facimt pays ce qui empêche souvt pays qui se voit obli maxil'utilisation l'éfondamtamt se- 2. ET un niveau d'efficacité satisfaisante unités ce l'instaltion d'une capacité moins dans un temps, l'économie s pays n'est pas condition qui dimsion optima s unités. s'suit soit que dimsion s unités est inféau un niveau d'efficacité satisfaisant, soit qu'une capacité ction est inutilisée. ces conditions, coût s bis capital s'élève. Cte élévation s coûts, se geant aux l'économie, d'accumution capital diminue niveau national. Ces effs se consommation d'une ou l'semb popution selon type d'économie ce que Celso (12), effs s économies d'échel sont ne Tome (12) Celso Sous-développemt. PUF, Pans, ; Tiers

8 jouknt que suivant l'impntation s unités peu, débouchés augmtt, coûts d'impntation ont une incince moins moins coûts unités atteignt un niveau d'efficacité qui s coûts national. La stagnation ne semb donc pas l'aboutissemt inévitab dans pays mais se situe dans temps qui momt où effs négatifs s économies d'échel commct momt où ils sont!e fonctionnemt l'économie. ce phénomène ainsi que capacité conséquces dépd autant techniques que sociologiques politiques chaque pays. 3. LA L'élévation s que coûts s bis insl'impntation s compétitifs conséqut, conséqut, l'inbi qu'el modifie nationa bis, ne peut pas s composées, l'esstiel, bis Et ceci doit se au moins tout temps qu'il faut que effs négatifs s économies d'échel soit situation pays comme ou qui possènt un niveau évé d'inqui ne pas dans 58 dont est composée l'évage, café, second. C'est il semb que capacité paiemt longtemps quels que soit accomplis sation. est que ont, examiné composition s établi s diagnostics s pays ques. n'ont pas saisi que composition s n'est pas l'inexistce mais un sconditions LE Les ce niveau se capacité faib d'ab Ce est l'existce d'une technologie s pays - quel nous nous sommes - dont l'évolution va dans ss Zabor saving. s pays accènt cte étape comptt un ctage évé popution active pottiel. cte popution indispsab, tout s sons économiques. En eff, mécanismes cte base d'une man additionnel qui dimsions effs négatifs s économies d'échel. cte c'est qu'aucun Etat se longtemps une développemt d'une conflits social politique. si abpeu effs milieu sont développemt l'inchangemt s habitus technologiques consommation qui élèvt niveau d'expectatives s masses. C'est au Options - l1 - Février 1972 momt où il est impossib satisque se s qui continuelmt système Les que pose, tine, l'existce d'une dite.x >> - cte dépasse 32 % popution tota - vivant dans s conditions d'habitat ex est un exemp significatif. phénomène que l'on puisse cte masse comme une.x >> qui mainti faib une absolue dysfonctionnalité système. pays où l'impntation s d'une définie appliquée l'etat, se pose pas avec moins d'acuité, mais possibilités moins d' effs plus négatifs y sont ce ss, adoptée l'at significative. Les politique économique sembnt il exis- tait une un fondé solution l'emploi. En dans cte voie, ils choisisst mt man d'emploi jusqu'au momt où bases pays établies. Ce choix étant fait évaluées conséquces coûts économiques sociaux, ils ont mis pce une politique tdant

9 dans coûts cel ux moys 1" d'une non ab- ; 2" l'utilisation d'une que dégagt financemt équipemts colctifs installés camconditions vie s poputions plus moy employé s'accompagne d'une politique tdant ces vil, politique qui La << >). tion doit momt où effs l'économie d'échel coût d'impntation s usines sont fonctionnemt système économique où s bis. capital commct ces conditions, d'accumution capital avec un -aux. (13) qui' constitut ttative plus luci faux schémas d'analyse pied quelquesclémtsqui explication s mécanismes développemt cation.s mécanismes développemt s pays tine cte étape. C. que, cte étape, l'expansion économique s'accompagne d'une poussée s mécanismes économiques nationaux dans capitalisme tional. El est ce point avec d'oswaldo Sunkel (14). L'analyse étapes que nous vons est une ttative tation systématique s expéqui se sont dé s' dégage que sation s pays ne pas d'obstac absolus. En én man est conditions faaussi une plus poussée l'in bis ~ ins- - vus compétitifs dans tains domaines - s Nous ne possédons pas d'exemp pays - quel que soit système dominant - qui ait accédé complètemt cte étape. Les tdances que nous avons signadans ie pque ce pays est étape dans est diffici obstac ou peut développemt d'un capitalisme mt comme celui Le siline explique qu'el n'ait pas, jusqu' ses. tout même tt chaque étape l'époque où système.qui tdances qui nt dans l'évolution s tives dans niveau mondial. d'é- selon pays au peut d'seignemts sab politique économique est choix dans d'une (13) una dis- Brasil, in 2" (14) Oswaldo Capitalismo transnacional y sintegración nacional América no 16, 1971, Santiago Chi Février 1972

La conception d'une architecture et d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen

La conception d'une architecture et d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen La conception d'une architecture d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen Milieu vie, mo vie Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 13 1972 pages 94-102 Artic avaib on line / Artic disponib

Plus en détail

Pour une problématique de l'environnement

Pour une problématique de l'environnement Pr une problématique l'environnement Labattut J.L. La maîtrise s ressrces naturel Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 17 1973 pages 27-32 Artic avaib on line / Artic disponib en ligne à l adresse

Plus en détail

Les firmes multinationales en Méditerranée : le centre est à la périphérie

Les firmes multinationales en Méditerranée : le centre est à la périphérie firmes multinationa Méditerranée : le ctre est périphérie Rastoin J.L., Zaphiriadis C., Ghersi G. échanges méditerranés Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 18 1973 pages 56-66 Article avaible on

Plus en détail

Le Le Financement Mutuel entre les Entreprises des Pays de la la Loire

Le Le Financement Mutuel entre les Entreprises des Pays de la la Loire Dossier presse 27 mai 2013 Mutuel tre Entreprises s Loire Mutuel tre Entreprises s Loire Société anonyme coopérative M, 29 avril 2013 à capital variab Institut Automobi M Technoc s 24H, Chemin bœufs Société

Plus en détail

Economic Research. Grandes tendances Chances et risques pour les PME Thème principal 2011: l innovation

Economic Research. Grandes tendances Chances et risques pour les PME Thème principal 2011: l innovation Economic Research Grans tdances Chances riss Thème principal 2011: l innovation Impressum Editeur Martin Neff, responsab Economic Research, Credit Suisse Ulibergstrasse 231, CH-8070 Zurich Contact branch.economicresearch@credit-suisse.com

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE PARTICULIERS CONDITIONS GENERALES

CONVENTION DE COMPTE PARTICULIERS CONDITIONS GENERALES #Ongt_Conditions Généra préste cadre l'artic 312-1-1 Co Monétaire Financier (CMF) dépôt ouvert livres aux personnes physiques nʼagissant pas pour urs besoins professionnels, dont el fixe modalités d'ouverture,

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation s Nations Unies pour le développemt industriel Distr. générale 5 juin 205 Français Original: anglais Conseil du développemt industriel Quarante-troisième session Vine, 23-25 juin 205 Point

Plus en détail

Nicolas Bricas, Cirad, UMR Moisa, Montpellier. 4 mars 2011

Nicolas Bricas, Cirad, UMR Moisa, Montpellier. 4 mars 2011 Suivi des facteurs de risques de crise alimtaire Février 2011 Nicolas Bricas, Cirad, UMR Moisa, Montpellier 4 mars 2011 En complémt de la note sur les risques de crise liés à la hausse des prix internationaux

Plus en détail

Samsung Wave Paiement par facture SFR

Samsung Wave Paiement par facture SFR Paiemt Désormais Désormais disponibs disponibs,, 723, 723, II, II, 575 575 Direction Terminaux- D.LAM & M.MACHADO Jan 2011 1 Qu ce Direct Billing? A Propos du Direct Billing ont ont mis mis pce pce nveau

Plus en détail

Description du procédé

Description du procédé GUIDE TECHNIQUE MAI 2001 MINISTÈRE DE L AGRILTURE ET DE LA PÊCHE Description procédé Ce procédé est directemt inspiré s filtres pntés roseaux (FPR) utilisés dans le traitemt s eaux usées domestiques petites

Plus en détail

SAISIR EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU

SAISIR EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU FICHE II AU TONO MIE EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU MINEUR ISOLÉ ÉTRANGER SAISIR Le/ DES ENFANTS 1. A. LE La RôLE protection DU/ DE s LA mineur e s JUGE DES ENFANTS : mission DANS confiée LA PROTECTION

Plus en détail

IT Gouvernance. Le point sur la mise en œuvre. ANDSI Association Nationale des Directeurs de Systèmes d Information.

IT Gouvernance. Le point sur la mise en œuvre. ANDSI Association Nationale des Directeurs de Systèmes d Information. IT Gouvernance. Le point sur mise œuvre. ANDSI Association Nationale s Directeurs Systèmes d Information. 12 janvier 2010 Salons Etoile Wagram, 16, avue Wagram, Paris 8 ème. Jean-Pierre Delvaux, CGEIT

Plus en détail

Lectra esquive I la crise par le service

Lectra esquive I la crise par le service aujourd pdant Le formations En l-ci cuirs tissus la Créée Diffusion : 3646 Page : 24 DU M015 lb s e e e Lectra esquive I la crise par service Depuis 2009 pour surmonter la crise et faire face à une baisse

Plus en détail

INJAD SANS FRONTIÈRE

INJAD SANS FRONTIÈRE Proit d assurance distribué Attijariwafa bank Europe - Succursa Belgique - 128, bvard Mrice Lemmonier, 1000 Bruxel - Swift WAFABEBB - TVA BE 0884.276.150 BTW. RPM BRUXELLES - RPR BRUSSEL Société crtage

Plus en détail

Représentation et interrogation de données spatio-temporelles : Cas d'étude sur PostgreSQL/PostGIS

Représentation et interrogation de données spatio-temporelles : Cas d'étude sur PostgreSQL/PostGIS UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES Faculté s Scices Détemt d'informati Représtation interrogation spatio-temporel : Cas d'étu sur PostgreSQL/PostGIS Mémoire présté vue l'obttion du gra Master Scices Informatis

Plus en détail

Audit de la filière agritouristique en Martinique

Audit de la filière agritouristique en Martinique Audit filière agritouristique Martinique Note synthèse Etu réalisée Janvier Juill 00 par B pour le compte Chambre d Agriculture Martinique, avec le concours financier l Odéadom l Union européne Ernst &

Plus en détail

AUTORITÉ PARENTALE, TUTELLE DE REPRÉSENTATION LÉGALE EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU

AUTORITÉ PARENTALE, TUTELLE DE REPRÉSENTATION LÉGALE EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU FICHE V AU TONO MIE EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU MINEUR ISOLÉ ÉTRANGER AUTORITÉ PARENTALE, TUTELLE, REPRÉSENTATION LÉGALE 1. A. PRINCIPES Incapacité GÉNÉRAUX B. La représtation juridi s s C. Actes non-

Plus en détail

Gestion de projet. Sé qu en ces

Gestion de projet. Sé qu en ces Gestion de projet Crédit photo Ifaid Analyser et traduire des élémts de contexte et les traduire langage projet. Connaître les spécificités du mode projet dans l'action de développemt Comprdre les facteurs

Plus en détail

TACOS U FC. H. Mountassir LIFC, Université de Franche-Comté hmountassir@lifc.univ-fcomte.fr. Objectifs. Assemblage de composants digne de confiance

TACOS U FC. H. Mountassir LIFC, Université de Franche-Comté hmountassir@lifc.univ-fcomte.fr. Objectifs. Assemblage de composants digne de confiance LI TACOS Trustworthy Assembling of Componts: from requiremts to Specifications H. Mountassir LI, niversité Franche-Comté hmountassir@lifc.univ-fcomte.fr L I F C LI Objectifs Assembge s digne confiance

Plus en détail

Interne Forces Faiblesses Externe Opportunités Menaces

Interne Forces Faiblesses Externe Opportunités Menaces L ANALYSE SWOT 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L'analyse SWOT (Strengths Weaknesses Opportunities Threats) ou AFOM (Atouts Faibses Opportunités Menaces) est un outil d'analyse stratégique.

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

Poids des Leviers Payants

Poids des Leviers Payants 2011 Poids s viers Payants Indicateurs Clés site (source Econda) Taux Visites Commans CA Généré rebond Taux conion 427 370 15,00% 13973 205 143 3,27% Sources Trafic (source Econda) Accès Direct Sites référts

Plus en détail

Schroders Panorama mensuel des marchés boursiers

Schroders Panorama mensuel des marchés boursiers Vue d semble des marchés octobre 2007 Points marquants : Malgré la persistance de la volatilité observée sur les marchés internationaux d actions octobre, les marchés général ont terminé le mois sur une

Plus en détail

25 projets FSE en 2012

25 projets FSE en 2012 25 projets FSE 2012 www.fse.gouv.fr Avec le Ce documt est cofinancé par l'union européne 25 projets FSE 2012 3 Sommaire France Sommaire Axe d intervtion 1 : Contribuer à l adaptation des travailleurs et

Plus en détail

+ 0,8 C C est l augmentation des températures moyennes, au nord de la France, constatée sur les cent dernières années.

+ 0,8 C C est l augmentation des températures moyennes, au nord de la France, constatée sur les cent dernières années. Le changemt climatique, 1/5 Le changemt climatique, qu est-ce que c est? Suite à la révolution industrielle, tamée au XIXe siècle, nos sociétés sont devues fortemt émettrices gaz à effet de serre (GES).

Plus en détail

SITUATIONS ENERGETIQUES A L'HORIZON 2000. Introduction. par Paul MENTRE DE LOYE, Délégué Général à l'energie

SITUATIONS ENERGETIQUES A L'HORIZON 2000. Introduction. par Paul MENTRE DE LOYE, Délégué Général à l'energie SITUATIONS ENERGETIQUES A L'HORIZON 2000 A l'exception l'article MM. Lattes Ferrari, les textes publiés dans ce numéro reprennent pour l'essentiel les communications présentées au cours la journée d'étus

Plus en détail

Comment sont nourris nos bébés en 2013?

Comment sont nourris nos bébés en 2013? Commt sont nourris nos bébés 1? Résultats de l étude Nutri-Bébé SFAE 1 Comportemts alimtaires et apports nutritionnels chez les à ans DOSSIER DE PRESSE Sommaire Commt sont nourris nos bébés 1? Résultats

Plus en détail

Nous prendrons soin ensemble de sa santé!

Nous prendrons soin ensemble de sa santé! FRAIS DE SANTÉ DE VOTRE ANIMAL DOMESTIQUE Voulez- être très bi remboursé? 0 80 85 540 Prix d un appel local L Assurance Animaux est une véritable Assurance Santé, qui jusqu à 80 % s dépses vétérinaires

Plus en détail

TAI CHI CHUAN CHI KONG. YI KING Développement Personnel. LYON PRESQU ÎLE Cours Week-ends Formations. Association Internationale de Tai Chi Chuan

TAI CHI CHUAN CHI KONG. YI KING Développement Personnel. LYON PRESQU ÎLE Cours Week-ends Formations. Association Internationale de Tai Chi Chuan TAI CHI CHUAN Association Internationale Tai Chi Chuan CHI KONG Techniques Énergétiques Chinoises YI KING Développemt Personnel PROGRAMME 2013-2014 2009-2010 LYON PRESQU ÎLE Cours Week-ds Formations ITCCA

Plus en détail

Édito. à savoir. Sommaire Financements complémentaires : de nouvelles possibilités s offrent à vous! p. 1-2 Enquête Pôle Emploi sur les Besoins

Édito. à savoir. Sommaire Financements complémentaires : de nouvelles possibilités s offrent à vous! p. 1-2 Enquête Pôle Emploi sur les Besoins Juilt 201 - N 48 Association Développemt s formations s instries la Métallurgie AIN Sommaire Financemts complémtaires nouvels possibilités s offrt à vous! p. 1-2 Enquête Pô Emploi sur s Besoins Édito Main

Plus en détail

Respecter les délais avec la planification de projets le savoir remplace l'intuition

Respecter les délais avec la planification de projets le savoir remplace l'intuition 14 Respecter les délais avec la planification de projets le savoir remplace l'intuition Avec la version 2013 d'abacus, vous disposez, dans le logiciel de gestion des prestations et projets AbaProject,

Plus en détail

Cycle : MANAGEMENT DE PROJET

Cycle : MANAGEMENT DE PROJET Cycle : MANAGEMENT DE PROJET Thème I : Gestion de projet Etre capable d'identifier les tâches de la gestion de projet et les méthodes correspondantes. Former les participants aux méthodes et outils de

Plus en détail

DE L ASSOCIATION» Objectif : Être capable de concevoir une démarche personnalisée de recherche de moyens financiers externes à l association.

DE L ASSOCIATION» Objectif : Être capable de concevoir une démarche personnalisée de recherche de moyens financiers externes à l association. Service aux clubs Fiche TERRITOIRE BOURGUIGNON «DEVELOPPER LES RESSOURCES DE FINANCEMENTS PRIVES DE L ASSOCIATION» DFE Objectif : Être capable de concevoir une démarche personnalisée de recherche de moys

Plus en détail

49 (2014-2015) N 1 49 (2014-2015) N 1

49 (2014-2015) N 1 49 (2014-2015) N 1 49 (214-215) N 1 49 (214-215) N 1 PARLEMENT WALLON SESSION 214-215 21 OCTOBRE 214 RAPPORT ANNUEL 213 ET RAPPORTS SPÉCIFIQUES 213 DE LA COMMISSION WALLONNE POUR L ÉNERGIE (CWAPE) Monsieur Ghigny, Présint

Plus en détail

2.2.1. La croissance et le commerce international

2.2.1. La croissance et le commerce international 2.2.1. La croissance et le commerce international Il existe une certaine interdépendance entre l'évolution des termes de l échange et la croissance des économies ouvertes. Cependant, les résultats de l'analyse

Plus en détail

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire?

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire? Cas NACRAY S.A. La société anonyme NACRAY a été créée, il y a plus de vingt ans, par un entrepreneur qui venait de déposer un brevet pour un nouveau type de mobilier de rangement, destiné aussi bien aux

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS TYPES 2012 ET NOTES D ORIENTATION. Présenter ses états financiers selon les IFRS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS TYPES 2012 ET NOTES D ORIENTATION. Présenter ses états financiers selon les IFRS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS TYPES 2012 ET NOTES D ORIENTATION Préster ses états financiers selon les IFRS Avis important : Cette publication a été élaborée à titre de documt d information et elle vise

Plus en détail

Je valorise mes déchets verts, ça change tout!

Je valorise mes déchets verts, ça change tout! Je valorise mes déchs verts, Statuts d association loi 1901 : (Modè Maison Jesse s Sports Bragne) Mise gar : s gage adapter présts statuts son contexte propre, vérifier ur conformité léga. TITRE I : OBJET

Plus en détail

Tableau de bord économique

Tableau de bord économique n 15 Mars 2009 Tableau de bord économique de la Nouvelle-Calédonie Indicateurs économiques I 4,5% 4,0% 3,5% 3,0% 2,5% 2,0% 1,5% 1,0% 0,5% 0,0% Indice des prix général ( glissemt annuel) Masse monétaire

Plus en détail

«La détérioration récente de l emploi au Québec relativement à l Ontario»

«La détérioration récente de l emploi au Québec relativement à l Ontario» Note «La détérioration récente de l emploi au Québec relativement à l Ontario» Raymond Depatie L'Actualité économique, vol. 49, n 3, 1973, p. 425-434. Pour citer cette note, utiliser l'information suivante

Plus en détail

Notre application permet la lecture des codes et la consultation des fiches sans introuvable, ce qui la rend inutilisable.

Notre application permet la lecture des codes et la consultation des fiches sans introuvable, ce qui la rend inutilisable. SINCERATION ACTUEL Pr U réctes vs vie s vies, compliqut l e s principa Seu Particulièremt ls Cos con primdia rivemt effica Co où,d tel man auc pré-res ni auce concteur ignt dépd étéfmation ncées pr s commt

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE CONSEILLER DE CLIENTELE DE PARTICULIERS MULTICANAL

LICENCE PROFESSIONNELLE CONSEILLER DE CLIENTELE DE PARTICULIERS MULTICANAL LICENCE PROFESSIONNELLE CONSEILLER DE CLIENTELE DE PARTICULIERS MULTICANAL Domaine ministériel : Droit, Economie, Gestion Spécialité : Banque, assurance, finance Préstation Préstation Composante UFR économie

Plus en détail

La métallurgie suisse et la fabrication de machines en pleine forme

La métallurgie suisse et la fabrication de machines en pleine forme La métallurgie suisse et la fabrication de machines en pleine forme Environ 5% de la population active vit de la métallurgie et de la fabrication de machines, ce qui classe ces branches parmi les principaux

Plus en détail

EXEMPLE DE PRIX DE FOURNITURE DIRECTE DE MATERIEL CHAUFFAGE

EXEMPLE DE PRIX DE FOURNITURE DIRECTE DE MATERIEL CHAUFFAGE Bureau d étus/devis/comman tél: 06 71 14 54 96 Service travaux tél: 06 78 39 10 47 FAX: 04 50 68 67 57 Lieu dit«le Bassin» 73200 CESARCHES EMail: ecoteck@tiscali.fr www.ecoteck.canalblog.com Sir: 483604039000

Plus en détail

PARTENARIATS INTERNATIONAUX FORMATION PROFESSIONNELLE

PARTENARIATS INTERNATIONAUX FORMATION PROFESSIONNELLE ASSOCIATION FRANÇAISE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L ENSEIGNEMENT TECHNIQUE PARTENARIATS INTERNATIONAUX de FORMATION PROFESSIONNELLE DANS LE CADRE DE RELATIONS «ÉCOLE - ENTREPRISE» Ctres et Campus de formation

Plus en détail

Première section : informations générales. Moins de 5 ans. Entre 5 et 15 ans. Plus de 15 ans. Votre département. Éducation physique :

Première section : informations générales. Moins de 5 ans. Entre 5 et 15 ans. Plus de 15 ans. Votre département. Éducation physique : COMPILATION QUESTIONNAIRE SUR LES BESOINS DE PERFECTIONNEMENT Mai 9 Durée du sondage et taux de participation Le sondage était accessible ligne sur omnivox du 11 mars au 1 avril 9. Au total, 56 professeurs

Plus en détail

Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée

Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée Livre Blanc Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée Sponsorisé par : Microsoft Sebastien Lamour mai 2014 QUELS SONT LES NOUVEAUX BENEFICES POTENTIELS ISSUS

Plus en détail

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. taillée e de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. taillée e de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements Le Pn dépcemtsd au Cœur Stratégie s Entreprises détailld taillée e d d P.D.E. 25 janvier 2006 Documt 7ème SS libre d utilisation sous réserve d citer source ou commt donner ss vos dépcemts Mise d P.D.E

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

Chambre médicalisée un placement étudier

Chambre médicalisée un placement étudier G invisseurs autant heure croître adresse ^ ^ Le visager allongemt Ensuite pap-boom dépdan e pmt offre par autonomie conjoncture achat dont rraite D' abord assortie durée rtains a ri long par popution

Plus en détail

La perception de l'inflation par les ménages depuis le passage à l'euro

La perception de l'inflation par les ménages depuis le passage à l'euro INSTITUT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE Institut pour un Développement Durable (Centre d étude des Amis de la Terre-Belgique) Rue des Fusillés, 7 B-1340 Ottignies Tél : 010.41.73.01 E-mail : idd@iddweb.be

Plus en détail

Moniteur des branches Industrie MEM

Moniteur des branches Industrie MEM Moniteur des branches Industrie MEM Octobre 2014 Editeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Traduction Anne Fritsch, Verbanet GmbH, www.verbanet.ch Le texte allemand fait foi Adresse BAK Basel Economics

Plus en détail

TABLEAUX STATISTIQUES

TABLEAUX STATISTIQUES Continentalisation Cahier de recherche 9-9 Décembre 199 ----------------------------- COMMERCE, CROISSANCE ET EMPLOI : LE CAS DU MEXIQUE TABLEAUX STATISTIQUES Afef Benessaieh et Christian Deblock Groupe

Plus en détail

Objet : délibération complémentaire aux délibérations AF n 03/2009, 05/2009, 06/2009, 16/2009, 06/2011, 32/2012, 11/2013 et 16/2014 (AF/MA/2015/001)

Objet : délibération complémentaire aux délibérations AF n 03/2009, 05/2009, 06/2009, 16/2009, 06/2011, 32/2012, 11/2013 et 16/2014 (AF/MA/2015/001) 1/5 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 20/2015 du 29 juin 2015 Objet : délibération complémentaire aux délibérations AF n 03/2009, 05/2009, 06/2009, 16/2009, 06/2011, 32/2012,

Plus en détail

VISER HAUT COMITÉ DES GRIEFS DES FORCES CANADIENNES RAPPORT ANNUEL 2011

VISER HAUT COMITÉ DES GRIEFS DES FORCES CANADIENNES RAPPORT ANNUEL 2011 VISER HAUT COMITÉ DES GRIEFS DES FORCES CANADIENNES RAPPORT ANNUEL 2011 Comité des griefs des Forces canadines 2012 Numéro de catalogue DG1-2011 ISSN 1498-9972 2 VISER HAUT COMITÉ DES GRIEFS DES FORCES

Plus en détail

Aire paillée intégrale

Aire paillée intégrale Fiche 1 Fiche 1 Mode d emploi : Ce type de bâtimt est plutôt réservé à des petits troupeaux une alimtation sèche et des périodes de stabulation plutôt courtes. Ce système dispse du et la possibilité du

Plus en détail

PACK ECONOMIE D ENERGIE 4 «Documents Eco Prét»

PACK ECONOMIE D ENERGIE 4 «Documents Eco Prét» PACK ECONOMIE D ENERGIE 4 «Documents Eco Prét» ! Quel est la marche à suivre? LES 5 ETAPES 1. Identifiez s travaux à réaliser dans votre logement 2. Faites réaliser s devis pour s travaux que vous envisagez

Plus en détail

Confort & Rénovation. Améliorez le confort de votre maison. Savoir. s isoler du. froid. Maîtriser les dépenses d énergie. Pouvoir. s isoler du.

Confort & Rénovation. Améliorez le confort de votre maison. Savoir. s isoler du. froid. Maîtriser les dépenses d énergie. Pouvoir. s isoler du. Comb pfonds Murs cloisons Sols pnchers Vitrage vtition LE GUIDE PRATIQUE ISOVER DE L ISOLATION THERMIQUE ET ACOUSTIQUE Confort & Rénovation Confort & Rénovation LE GUIDE PRATIQUE ISOVER DE L ISOLATION

Plus en détail

! " # $ %&! '&! ' ' (! &! & )! (!! * +,,-

!  # $ %&! '&! ' ' (! &! & )! (!! * +,,- !" $%&!'&!''(!&!&)!(!! *+,,- !"! "$"%&& " ( './ )'.0 12!''.3 *+$", &-'.3 **+$ " &., '.3 *+$" "&/'.1, *'+$"- 0%&1'.11 +$)2 2%/3," 1"3'.14 *+$45 2'.1- +$&& )&& ".'.15 '+$ ) &.".'.16 '.13 63'.+, +2!"2('.+1

Plus en détail

Le Bureau du Plan table sur une croissance de 1,2% en 2015 et de 1,5% en 2016

Le Bureau du Plan table sur une croissance de 1,2% en 2015 et de 1,5% en 2016 1 of 5 12/06/2015 09:46 Le Bureau du Plan table sur une croissance de 1,2% en 2015 et de 1,5% en 2016 Trends Tendances 11/06/15 à 16:55 - Mise à jour à 16:55 Source : Belga Le Bureau fédéral du Plan table

Plus en détail

Programme Congrès C.U.R.I.E. 2016 Thème : Culture et innovation

Programme Congrès C.U.R.I.E. 2016 Thème : Culture et innovation Programme Congrès C.U.R.I.E. 2016 Thème : Culture et innovation Ce programme est susceptible de modifications Lundi 6 juin 9h00 Formation* : Savoir être et savoir faire pour des séances de créativité réussies

Plus en détail

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Agreste Conjoncture Industries agroalimentaires octobre 2014 octobre 2014 Industries agroalimentaires Tableau de bord Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Sommaire Production en

Plus en détail

Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers.

Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers. Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers. Dr Raphaël BRIOT ; Dr Jean GARRIC Syndicat National des Praticiens Hospitaliers d'anesthésie-réanimation RÉSUMÉ

Plus en détail

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Raphaël Pradeau (Académie de Nice) et Julien Scolaro (Académie de Poitiers) Programme : NOTIONS : Demande globale, inflation,

Plus en détail

Collaboration avec des entreprises tierces: la coordination est-elle assurée?

Collaboration avec des entreprises tierces: la coordination est-elle assurée? Collaboration avec des entreprises tierces: la coordination est-elle assurée? Travailler simultanément, successivement, ensemble, mais en aucun cas l un contre l autre. En effet, un manque de coordination

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

CPLN 20/08/2009 MBO Service ICT et Pédagogie

CPLN 20/08/2009 MBO Service ICT et Pédagogie La clé USB Présentation De première vue, une clé USB est un simple "morceau de plastique". Hors, elle est très utile et de plus en plus utilisée. Elle permet de stocker des fichiers (et dossiers) tout

Plus en détail

FORMATION APOGÉE. Objectifs et grandes. fonctionnalités. d Apogée

FORMATION APOGÉE. Objectifs et grandes. fonctionnalités. d Apogée AGENCE DE MUTUALISATION DES UNIVERSITÉ S ET É TABLISSEMENTS FORMATION APOGÉE MODULE 1 Objectifs gran fonctionnalités d Apogée SITUATION DU MODULE DANS LE PARCOURS MODULE 1 MODULE 2 MODULE 3 MODULE 4 MODULE

Plus en détail

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : économique et commerciale Option : Economique (ECE) Discipline : Economie, sociologie et histoire du monde contemporain (ESH)

Plus en détail

Chapitre 8 : L'investissement

Chapitre 8 : L'investissement Chapitre 8 : L'investissement I. Investissement source d'accumulation du capital le capital (stock) s'accumule par l'investissement (dépense). A. La notion de capital : Pour la théorie classique, le capital

Plus en détail

ED 2059/09. 9 février 2009 Original : anglais. La crise économique mondiale et le secteur du café

ED 2059/09. 9 février 2009 Original : anglais. La crise économique mondiale et le secteur du café ED 2059/09 9 février 2009 Original : anglais F La crise économique mondiale et le secteur du café Le Directeur exécutif présente ses compliments et a l'honneur de joindre à la présente une évaluation préliminaire

Plus en détail

États financiers consolidés de. International GAAP Holdings Limited 31 décembre 2007

États financiers consolidés de. International GAAP Holdings Limited 31 décembre 2007 États financiers consolidés de 31 décembre AVERTISSEMENT Les états financiers modèles d vist à illustrer les dispositions matière de préstation et d informations à fournir vertu des Normes internationales

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LES NOUVEAUX PRODUITS CHIMIQUES

QUESTIONNAIRE SUR LES NOUVEAUX PRODUITS CHIMIQUES QUESTIONNAIRE SUR LES NOUVEAUX PRODUITS CHIMIQUES Tunisie Est-ce que votre pays utilise ou produit un ou plusieurs chimiques, est-il donc concerné par modifications de la Convention? En ce moment il n'est

Plus en détail

Historique : Mintzberg a fait la synthèse de ce courant en proposant une typologie et une représentation originales des formes structurelles.

Historique : Mintzberg a fait la synthèse de ce courant en proposant une typologie et une représentation originales des formes structurelles. Historique : Pendant longtemps, hégémonie des structures formelles (relations officielles et prescrites entre les membres de l'organisation) : prescriptions de Fayol et de Taylor préconisant la structure

Plus en détail

LE PRESTIGE DU NOM LA FORCE DE L ENSEIGNE!

LE PRESTIGE DU NOM LA FORCE DE L ENSEIGNE! LE PRESTIGE DU NOM LA FORCE DE L ENSEIGNE! Un supplémt au journal Meuse jeudi 2 octobre 2014 LE MEILLEUR SERVICE, LE MEILLEUR CHOIX LE LE MEILLEUR MEILLEUR SERVICE, SERVICE, LE LE MEILLEUR MEILLEUR CHOIX

Plus en détail

LA DISTRIBUTION DU VIN AU MEXIQUE

LA DISTRIBUTION DU VIN AU MEXIQUE LA DISTRIBUTION DU VIN AU MEXIQUE Remarque liminaire Le Mexique n a pas de culture du vin. Les évolutions de comportemt aux USA n ont pas eu core d impact sur le marché mexicain. La différce de niveau

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL. durable.

BULLETIN OFFICIEL. durable. N 6240 l8 joumada l 14135 (2ï)-3 20i4} 2496 Dahir n 1-14-09 du 4 joumada l 1435 (6 mars 2014) portant promulgation loi cadre n 99-12 portant charte nationale l environnement du développement renforcer

Plus en détail

Analyse de l'entreprise et de l'environnement Modèle d'exécution de l'analyse d'entreprise et d'environnement

Analyse de l'entreprise et de l'environnement Modèle d'exécution de l'analyse d'entreprise et d'environnement Analyse de l'entreprise et de l'environnement Modèle d'exécution de l'analyse d'entreprise et d'environnement Entreprise: Auteur: Date: Muster AG Peter Muster 01.01.2008 1-5 Introduction Objectifs L'analyse

Plus en détail

«Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise»

«Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise» 1 «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise» Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce souhaite familiariser les lecteurs du Merkur à l

Plus en détail

Traduction des entités Quadrige² Anglais - Français

Traduction des entités Quadrige² Anglais - Français - FRANCAIS Page 1/5 Traduction des entités Quadrige² Anglais - Français Agent Auteur Bateau Liste l'ensemb des agents et utilisateurs du système. Liste, au niveau de la taxinomie, des scientifiques à l'origine

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 25 SEPTEMBRE 2009 DELIBERATION N CR-09/01.449 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégie régiona de développement de l'enseignement

Plus en détail

Rapport de comparaison des portefeuilles

Rapport de comparaison des portefeuilles Rapport de comparaison des portefeuils de référence :S&P/TSX 60 RT CAD (CAD) de référence :Personnalisé Page 1 de 7 Les pages suivantes donnent un aperçu détaillé des différences entre s pondérations en

Plus en détail

2ème partie : La création des profils ICC pour imprimantes jet d encre

2ème partie : La création des profils ICC pour imprimantes jet d encre Gion couur (II) Ldi, 09 Juilt 2007 17:45 - Mis jour Ldi, 30 Juin 2014 13:48 2ème partie : La création s s ICC imprimantes j d encre Par Volker Gilbert {nomultithumb} Introction Créer ICC imprimante Printfix

Plus en détail

Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine

Evaluation de l impact à court terme de l application du  Gentelmen Agreement  sur l économie marocaine Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine Octobre 1996 Document de travail

Plus en détail

LOGICIELS D'AIDE À L'ÉCRITURE DE CONTES APPROCHE DIDACTIQUE

LOGICIELS D'AIDE À L'ÉCRITURE DE CONTES APPROCHE DIDACTIQUE 133 LES : APPROCHE DIDACTIQUE Face aux divers logiciels d'enseignement, on se trouve actuellement face à une difficulté qui s'explique par l'évolution des logiciels. Les premiers didacticiels, mimant en

Plus en détail

Atelier 2 ----- Assainissement et PLU. (Présentation Daniel Ougier)

Atelier 2 ----- Assainissement et PLU. (Présentation Daniel Ougier) Atelier 2 ----- Assainissement et PLU (Présentation Daniel Ougier) Constat En 2010, 10 dossiers PLU traités 1 dossier où la cohérence assainissement et urbanisme a été traitée de manière complète 5 dossiers

Plus en détail

Systèmes sylvopastoraux. Pour un environnement, une agriculture et une économie durables

Systèmes sylvopastoraux. Pour un environnement, une agriculture et une économie durables Caractérisation morphobiologique écologique d'une espèce pastorale de Tunisie présaharienne (Periploca angustifolia Labill.). Implications pour l'amélioration pastorale Ferchichi A. Systèmes sylvopastoraux.

Plus en détail

EXIGENCES GÉNÉRALES pour les MACHINES d'ess.ai des M.A

EXIGENCES GÉNÉRALES pour les MACHINES d'ess.ai des M.A ORGANISATION INTERNAT! NA E DE MÉTROLOGIE LÉGALE BUREAU INTERNATIONAL DE MÉTROLOGIE LÉGALE 11, RUE TURGOT- 75009 PARIS- FRANCE Téléphone: 33 (1) 878.12.82 et 285.27.11 Télex: SVPSV 660870 F ATTN OIML RECOMMANDATION

Plus en détail

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014 MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE Avril 2014 Éditeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Esteban Lanter Max Künnemann Adresse BAK Basel Economics AG Güterstrasse 82 CH-4053 Basel T +41 61 279 97 00 F +41

Plus en détail

recours contre l'arrêt de la Cour de justice du canton de Genève, Chambre civile, du 27 septembre 2013.

recours contre l'arrêt de la Cour de justice du canton de Genève, Chambre civile, du 27 septembre 2013. Tribunal fédéral 5A_831/2014 II ème Cour de droit civil Arrêt du 9 mai 2014 (f) Mesures protectrices de l union conjugale Entretien, procédure Art. 98 LTF Nature du recours en matière civile. Dans une

Plus en détail

avis Cce 2015-2000 Les commissions d interchange pour les opérations de paiement liées à une carte

avis Cce 2015-2000 Les commissions d interchange pour les opérations de paiement liées à une carte avis Cce 2015-2000 Les commissions d interchange pour les opérations de paiement liées à une carte COMMISSIE VOOR DE EDINGING COMMISSION DE LA CONCURRENCE CCE 2015-2000 DEF Avis relatif aux commissions

Plus en détail

Management de projet et l innovation : l apport de la gestion de projet. J. Renaud AFITEP/INPL

Management de projet et l innovation : l apport de la gestion de projet. J. Renaud AFITEP/INPL Managemt proj l innovation : l apport la gestion proj Enjeux instriels : Innover Proposer s proits sans cesse innovants rouvelés aux délais conception les plus courts. Les treprises sont vus «Chrono-comp

Plus en détail

Comment maîtriser la paranoïa ou Le management des risques dans les projets

Comment maîtriser la paranoïa ou Le management des risques dans les projets Comment maîtriser la paranoïa ou Le management des risques dans les projets Par Michel ZVEGUINTZOFF (ECP 73) Consultant Manager chez AXIALES Le Petit Larousse définit le mot "risque" comme "inconvénient

Plus en détail

Nations Unies. Tribunal administratif TRIBUNAL ADMINISTRATIF. Jugement No 635. Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies

Nations Unies. Tribunal administratif TRIBUNAL ADMINISTRATIF. Jugement No 635. Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies Nations Unies AT T/DEC/635 Tribunal administratif Distr. LIMITÉE 6 juillet 1994 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 635 Affaire No 701 : DAVIDSON Contre : Le Comité mixte de

Plus en détail

Partir du bon pied avec l'enzymo Partie 1

Partir du bon pied avec l'enzymo Partie 1 Partir du bon pied avec l'enzymo Partie 1 I Intro (pages 1-2 II Définitions (pages 3-4 III Dialyse (page 4 IV Dans les formules (page 5 I Intro In vivo les associations entre les molécules doivent être

Plus en détail

COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO. Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011

COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO. Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011 COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011 I- Un endettement chronique du Sud de la zone euro vis-à-vis

Plus en détail

La production des IAA ralentit encore en juillet. Prix à la consommation - Prix à la production - Prix d'achat des intrants

La production des IAA ralentit encore en juillet. Prix à la consommation - Prix à la production - Prix d'achat des intrants Agreste Conjoncture Industries agroalimentaires octobre Octobre Industries agroalimentaires La production des IAA ralentit encore en juillet Tableau de bord Sommaire Production en volume - Ipi la production

Plus en détail