INFLUENCE OP DIFFERENT AERATION SYSTEMS ON THE CLIMATE AND THE FRUITSET OF A MUSKMELON UNLER PE GREENHOUSE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INFLUENCE OP DIFFERENT AERATION SYSTEMS ON THE CLIMATE AND THE FRUITSET OF A MUSKMELON UNLER PE GREENHOUSE"

Transcription

1 INFLUENCE OP DIFFERENT AERATION SYSTEMS ON THE CLIMATE AND THE FRUITSET OF A MUSKMELON UNLER PE GREENHOUSE H. Verlodt J. Triki N. Ennabli Projet de Cooperation Belge Laboratoire de Génie Rural Institut National Agronomique de Tunisie 43, Avenue Charles Nicolle 1002 Tunis-Belvédère Tunisie Abstract Four different aeration systems were compared concerning their influence on the bioclimate under PE greenhouse. The lowest maximum air and soil tenperatures and relative humidity were obtained under PE greenhouse covered by alternating 6 m large PE sheets with movable 2 m large PE sheets. The highest temperatures and humidity were registrated under the control greenhouse where the aeration was realised by lateral and manual pushing aside of the PE sheets. Combination of lateral and ridge aeration in the greenhouse gives better results than the control, and the climate amelioration was even better than with use of an extractor or ventilator in each gable. Fruitset in the top of the muskmelon plants was significantly ameliorated under the greenhouse with movable PE sheets. 1. Introduction Le microclimat scus serre est la résultante d'un ensemble d'échanges énergétiques assez complexes, dans un système qui réagit continuellement aux conditions variables de l'environnement qui lui sont imposées. Si dans certaines périodes l'utilisateur cherche à maintenir de la chaleur dans la serre, il faut dans d'autres moments évacuer l'excès de calories. Le refroidissement ou l'aération des serres est ainsi apparu rapidanent comme un des problèmes les plus importants à résoudre dans les régions caractérisées par un climat chaud et sec. C'est ainsi qu'en Tunisie, s'il y a un problène de chauffage durant 2 à 3 mois par an (en hiver), l'aération correcte et le refroidissement des serres posent un réel problène durant presque 9 mois. C'est dans ce contexte que ce travail se propose d'apporter quelques éléments de réponse. En Tunisie l'utilisation de certains films plastiques, en outre l'eva, permettent de diminuer les tanpératures maximales (Driss-Bécheur, 1984, Driss-Becheur et Touayi, 1984; Knani H., 1984) tout en assurant une augmentation de la température maximale en plein hiver. Ces résultats encourageants sont loin de satisfaire complètement les producteurs tunisiens, puisqu'ils sont insuffisants. 2. Matériel et méthode Nous avons équipé 4 serres (64 m de long sur 8 m de large), exposées dans la direction NE-SO selon leur grand axe, avec 4 différents systèmes d'aération. La lière serre a été aérée de la Êçon classique par écartement latéral des laizes et ceci au moyen de planches d'une longueur de 50 cm. Acta Horticulturae 154, 1984 Plastics in Mediterranean countries 281

2 La deuxième serre a été équipée de 3 dispositifs comprenant un treuil et une poulie de rappel permettant l'écarterrent des laizes si bien des deux cstés latéraux (à 1.2 m de hauteur) que dans le faîtage. Les bouts des laizes ont été prises en sandwich entre 2 bouts de tuyaux emmanché l'un dans l'autre, et fixés ainsi sur le cable, de telle sorte que le déplacement du cable permet d'écarter rapidement les laizes chevauchantes. Ce système permet donc l'évacuation de l'air chaud dans la partie haute de la serre. La 3ième serre a été couverte en alternant des laizes en PE longue durée de 6.5 m de largeur avec des laizes en PE annuel de 2 m de largeur. Les laizes de PE longue durée étaient enterrées des 2 côtés alors que les laizes de PE annuel étaient enterrées seulement du côté SE et étaient mobiles du côté Cette mobilité était assurée par la présence d'une lisière dans laquelle un bâton a été introduit permettant de fixer le film dans des encoches fixées dans le sol par des pattes à scellement. Durant la période début mars-fin mai l'aération é- tait assurée par l'ouverture progressive de fenêtres latérales par enroulement avec une largeur de 1.5 m et une hauteur maximale de 2 m, jusqu'au niveau des entretoises. Le maintien de l'ouverture était assuré par un système de cordes liant le bâton à 1'entretoise inférieure (au niveau du sol). Quand le climat était au beau fixe nous avons retiré complètement les laizes en PE annuel, dans notre cas le 30 mai. La 4ième serre a été équipée de deux extracteurs d'air, un au-dessus de chaque porte d'entrée. Ces extracteurs avaient un diamètre de 50 cm, une puissance de 550 W et un régime de,l 420 tours/minute permettant d'atteindre un débit horaire de 2.4 m /s et assurant un taux de renouvellement de 6.5 par ventilateur. Les serres étaient plantées avec urje culture de melon cv et ceci à une densité de 2 plantes par m (1 m sur 0.50 m) conduite verticalement à 2 bras par l'utilisation de la taille 202. Lg. culture a reçu avant l'installation une fumure organique de 8 kg/m de fumier bien décomposé et une fumure minérale de 150 unités de P-,0,- et de 100 unités de K? 0. A partir de la plantation, qui a eu lieu'debut février, et jusqu'à aébut juin, chaque 15 jours un épandage de fuirure minérale a eu lieu, se composant de 30 unités d'azote et de 25 unités de potasse. Nos observations ont porté sur le climat et sur la culture. Les mesures climatiques, faites au milieu de la serre, sont les suivantes : - température maximale de l'air à 1.5 m de hauteur par lecture sur un thermomètre mini-maxi, - température moyenne diurne de l'air à + 20 cm de hauteur au moyen d'un thermographe, la température moyenne a été obtenue par planimétrie de la surface entre 8h le matin et l8h le soir, - température maximale du sol à - 10 cm par lecture sur un géothermomètre maxi, - l'humidité relative à 1.5 m de hauteur par une lecture ponctuelle à loh du matin avec un psychonètre selon Assman. Ces observations ont été faites début mars et mi-juin, sauf pour l'hygrométrie qui ont été effectuées entre la fin mai et la mi-juin. Les observations sur la culture du melon portaient sur la hauteur, l'épaisseur de la tige entre la 12e et la 13e feuille et entre la 19e et la 20e feuille, la position du 1er fruit et le nombre de fruits noués dans la partie supérieure de la plante (dernier 60 cm). Ces 282

3 observations ont été faites sur 30 plantes choisies au hasard darls une serre et en respectant la même position de ces plantes dans toutes les serres. 3. Résultats 3.1. Tenpérat^e_maximale Les résultats présentés dans le tableau 1 nous indiquent que la température maximale moyenne sur une période de 73 jours d'observations est la plus basse sous la serre avec les laizes amovibles en PE annuel. La différence moyenne avec la température extérieure est de 2.9 C. La température la plus élevée a été obtenue sous serre témoin dont la température maximale moyenne est supérieure de 6.8 C par rapport au témoin. La serre équipée avec l'écartement des laizes par treuil, en outre dans le faîtage, donne une température maximale moyenne légèrement supérieure à celle obtenue sous la serre avec les laizes amovibles en PE annuel. Nous constatons également que le coefficient de variation est le plus élevé à l'extérieur, ce qui montre l'effet tampon dans les serres. Ce coefficient est le plus faible sous les serres mal aérées comme la serre témoin. Le faible coefficient de variation sous la serre équipée d'extracteurs met en relief le trop faible taux de renouvellement. L'analyse de Friedman montre l'existence d'une différence très hautement significative avec une valeur de contre un X = Le test de Gibbons ne matre pas de différences significatives en ce qui concerne le rang moyen entre la serre couverte avec des laizes en PE annuel amovibles et celle avec l'écartement mécanique des laizes dans le faîtage. Le rang moyen de ces deux serres est significa tivement plus faible que celui de la serre avec les 2 extracteurs, ce qui démontre leur meilleure aération, alors que la serre témoin présente le rang moyen le plus élevé. La figure 1 présentant l'évolution de la température maximale de l'air à 1.5 m de hauteur montre que la serre témoin a donné toujours la température maximale la plus élevée, alors qu'en début de la période d'observation nous avons eu toujours la température maximale la plus faible sous la serre avec les laizes amovibles. Par contre avec l'approche de la saison chaude et le changement du régime des vents (vent chaud du Sud) nous constatons que les différences avec la serre à écartement mécanique des laizes dans le faîtage sont devenues minimes (pentades 9, 10, 11 et 12), alors que dès qu'on a enlevé complètement les laizes amovibles (pentade 13 et 14) nous obtenons de nouveau les températures maximales les plus basses sous cette serre. La figure 2 présentant la régression linéaire des températures maximales nous montre très bien l'influence de la végétation. Sous serre avec une culture faiblement développée, les écarts avec la température extérieure sont considérables, et les écarts entre les différents systèmes entre eux sont aussi assez importants. Avec le développement de la végétation les écarts avec l'extérieur diminuent et ceci par suite de l'effet combiné de l'augmentation de l'ombrage et de l'humidité relative Températi^e_moyenne_diurne à + 20 cm Les résultats de 60 jours d'observations montrent que les différences en température moyenne diurne à + 20 cm sont plus faible que 283

4 pour la température maximale de l'air à m (tableau 1). Le classement soit par température moyenne, soit par rang moyen, reste le même que pour la température maximale de l'air, mais les différences entre les rangs sont moins prononçées et mdns significatives. Ceci est surtout dû à l'effet de la température du sol sur la température dans les couches d'air proches du sol et à l'effet tampon du sol sur la fluctuation de la température. Notons aussi que le plus faible coefficient de variation a été obtenu sous la serre aérée par écartement des laizes, ce qui est probablement dû à un montage assez haut des treuils agissant 1'écartement latéral (1.2 m), de telle sorte que cette aération engendre peu de variation dans la zone basse de la serre. La figure 3, présentant l'évolution dans le temps de la température moyenne diurne de l'air à + 20 cm, montre que les 3 systèmes utilisées permettent une réduction importante de cette température moyenne par rapport au témoin. Notons aussi qu'en début des observations la serre avec les laizes amovibles permet d'obtenir les meilleurs résultats, mais plus tard les 3 serres donnent des résultats très rapprochés et ceci pou - les mêmes raisons que déjà citées pour la température maximale Températ^e maximale duj3ol_à_-_1 ^ Le tableau 1 nous pernet de constater que la température maximale moyenne du sol à - 10 cm la plus élevée a été obtenue sous la serre équipée avec l'écartement mécanique des laizes par treuil (25 C). Cette température est surtout liée au fait que par l'écartement des laizes un rayonnement direct permet de chauffer le sol davantage que dans le cas où un film PE de couverture laisse passer seulement 70% du rayonnement. Nous notons aussi que la température maximale moyenne du sol la plus basse a été obtenue sous la serre avec l'aération par laizes amovibles (23.3 C). Ceci s'explique par le fait d'une très bonne aération par]es grandes fenêtres latérales permettant une circulation importante de l'air à l'intérieur de la serre et résultant dans un échange important entre le sol et les couches d'air avoisinantes. Notons ici aussi que les coefficients de variatîms sont en général plus faibles que pour les températures de l'air, ce qui montre l'effet tampon du sol sur les élévations de la température. D'autre part la variation de la température est la plus élevée sous serre avec les laizes amovibles et la plus faible dans la serre témoin. L'analyse de Friedman et le test de Gibson démontrent très clairement les différences importantes en rang moyen entre les différentes serres. Notons surtout les différences importantes entre la serre à laizes amovibles et les autres serres, alors que la serre avec écartement des laizes, en outre dans le faîtage, est de loin la plus chaude à ce point. La figure 4- présentant l'évolution dans le temps de la température maximale du sol permet de constater l'importante élévation de la température obtenue par l'enlèvement des laizes amovibles durant les pentades 13 et 14, alors que dans les périodes précédentes la température y est de loin la plus faible Humidité relative de l'air La figure 5 présentant l'évolution de l'humidité relative durant 17 journées d'observations entre fin mai et mi juin permet de juger l'assèchement plus ou moins rapide de l'atmosphère en fonction des dif- 284

5 férents systèmes d'aération utilisés, permettant ainsi de mieux juguler certaines maladies comme le mildiou du melon. La diminution la plus importante a été obtenue sous la serre avec les laizes amovibles. Les différences minimales par rapport au témoin sont de l'ordre de 4-.5% mais très souvent elles atteignent des valeurs de l'ordre de 15%. La serre équipée avec l'écartement des laizes par treuil se classe en 2ième position et les différences moyennes avec le système des laizes amovibles se situent entre 2 et d'augmentation de l'humidité relative. Nous constatons que les améliorations sont d'autant plus prononcées que l'humidité relative à l'extérieur est faible et que la vitesse du vent est faible, ce qui explique en outre les écarts importants obtenus la 2e et 10e journée d'observation Résultats agronomiques Les résultats de nos observations sont présentés dans le tableau 2. Nous avons pu noter le développement le plus important sous les serres avec les laizes amovibles et les extracteurs et c'est sous ces mêmes serres que nous avons obtenu des entrenoeuds légèrement plus longs. Par contre l'épaisseur de la tige a été la plus faible sous la serre la plus chaude, ce qui provoque en effet un certain étiolement. La position la plus basse du premier fruit noué a été obtenue sous serre avec les laizes amovibles et sous la serre avec les extracteurs, alors que la nouaison en haut de la plante était de loin la plus importante sous la serre avec les laizes amovibles, permettant d'obtenir un fruit supplémentaire. 4. Conclusion Les résultats démontrent que l'utilisation de 2 extracteurs par serre de 64 m de long donne des résultats trop faibles sur la réduction de la température et même l'utilisation temporaire de 4 extracteurs se montrait insuffisant. L'utilisation de la ventilation forcée coûtera donc probablement trop cher en installation et en fonctionnement pour envisager leur emploi en Tunisie. Par contre l'utilisation de treuils pour l'écartement des laizes a permis des résultats intéressants surtout par la combinaison de l'écartement latéral avec l'écartement dans le faîtage. Les meilleurs résultats ont été obtenus par la couverture de la serre en alternant des laizes de PE longue durée de lageur normale avec des laizes amovibles de PE de 2 m large. Le système permet une ouverture progressive des fenêtres et même un enlèvement total de la laize en période chaude. Le système utilisé a néanmoins certains défauts, en outre l'ouverture unilatérale des fenêtres et serait donc susceptible d'amélioration. 5. Bibliographie Driss-Becheur, Z., Influence des matériaux de couverture sur le bioclimat sous serre. Acta Horticulturae, 154, sous presse. Driss-Becheur, Z. et Touayi, M., Influence de différents films plastiques en lière année d'utilisation sur le microclimat et sur une culture de tomate sous abri-serre. Acta Horticulturae, 154, sous presse. Knani, H., Influence de différents films de couverture sur le microclimat et le comportement d'une culture de piment sous abrisserres. Acta Horticulturae, 154, sous presse. 285

6 FIE I.. EVOLUTION DE LR TEMPERATURE MRXIMALE DE L'RIR R +I/S M TOBI* VEMTILHTEUR a» TREUIL ---» P.Ï.K.» * DTOHEUR ««PENTRDE FIGURE 2! REGRESSION LINERI RE DE5 TEMPERHTURE5 MHXIMHLE5 H + T/S M PENTADE 286

7 FIE 3 EVOLUTION DE LR TEMPERATURE MOYENNE DIURNE DE L'AIR H +2B CM PENTRDE FIS H..EVOLUTION DE LR TEMPERATURE MRXIMRLE DU 50L H -20 CM 287

8 288 FIE SiEVDLUT IDN DE L'HUMIDITE RELHT I VE A 1,5 M

9 Tableau 1 - Influence des différents systèmes d'aération sur le climat sous serre. T maximale de l'air à T moyenne diurne de l'air à T maximale du sol à + 1.5n 20 cm - 10 cm Serre T moyenne ( C) Coefficient de variation Rang moyen T moyenne ( C) Coefficient de variation Rang moyen T moyenne ( C) Coefficient de variation Rang moyen Témoin d c c Treuil b bc d Laizes amovibles b b b Extracteurs c b cd Extérieur a a a Analyse de Friedman Test de Gibbons Tableau 2 - Influence des différents systèmes d'aération sur la culture du melon. Hauteur de Nombre de Longueur Epaisseur Epaisseur Position du Nombre de la plante feuilles moyenne des de la tige de la tige 1er fruit fruits noués après entrenoeuds entre la entre la (entrenoeud) dans les 120 jours (en cm) 12e et 13e 19e et 20e derniers (en cm) feuille feuille 60 cm Témoin 243 c 29.3 b b 6.9 b 9.5 b 0.4 b Treuil 262 b 30.9 a a 8.1 a 9.2 b 0.7 b Laizes amovibles 297 a 31.1 a ab 7.9 a 6.5 a 1.5 a Extracteurs 283 a 29.3 b ab 7.8 a 6.1 a 0.6 b p.p.d.s. 5%

VENTILATION et REFROIDISSEMENT

VENTILATION et REFROIDISSEMENT VENTILATION et REFROIDISSEMENT DES SERRES Par Jean-Marc Boudreau Février 2004 1 REFROIDISSEMENT DES SERRES Ventilation Ombrage Refroidissement par évaporation d eau Possibilité de combinaison 2 SERRE REFROIDISSEMENT

Plus en détail

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives Vivre sainement avec un hygromètre pour air ambiant. L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives au climat et ce en fonction de la saison et de la

Plus en détail

SÉPARATEUR CLIMATIQUE POUR CHAMBRES FROIDES. IsolAir

SÉPARATEUR CLIMATIQUE POUR CHAMBRES FROIDES. IsolAir SÉPARATEUR CLIMATIQUE POUR CHAMBRES FROIDES IsolAir IsolAir séparateur climatique pour chambres froides Séparation climatique ambiante Une séparation climatique optimale Le séparateur climatique Biddle

Plus en détail

UF600 UF600. Rideau d'air avec soufflage par le sol pour passages industriels de grandes dimensions. Pour portes jusqu'à (h x l) : 6 x 12 m

UF600 UF600. Rideau d'air avec soufflage par le sol pour passages industriels de grandes dimensions. Pour portes jusqu'à (h x l) : 6 x 12 m UF00 Rideau d'air avec soufflage par le sol pour passages industriels de grandes dimensions. Pour portes jusqu'à (h x l) : x m Montage vertical Application L'UF00 crée une barrière d'air très efficace

Plus en détail

Installation de la station FS36

Installation de la station FS36 Installation de la station FS36 Plancher sans chape CaleôSol, Mur Chauffant CaleôMur Introduction Le chauffage par le sol à base d'eau est dit à basse température, ce qui signifie que la température d'écoulement

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

LIVRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX LIEUX DE TRAVAIL. TITRE Ier : OBLIGATIONS DU MAÎTRE D'OUVRAGE POUR LA CONCEPTION DES LIEUX DE TRAVAIL

LIVRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX LIEUX DE TRAVAIL. TITRE Ier : OBLIGATIONS DU MAÎTRE D'OUVRAGE POUR LA CONCEPTION DES LIEUX DE TRAVAIL LIVRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX LIEUX DE TRAVAIL TITRE Ier : OBLIGATIONS DU MAÎTRE D'OUVRAGE POUR LA CONCEPTION DES LIEUX DE TRAVAIL Chapitre II : Aération et assainissement Article R4212-1 Le

Plus en détail

Il s agit d identifier et de selectionner un type d émetteurs

Il s agit d identifier et de selectionner un type d émetteurs Objectif : Il s agit d identifier et de selectionner un type d émetteurs On donne : Un dossier ressource définissant : o Le rôle des radiateurs o Les différents types de radiateurs o Les règles de pose

Plus en détail

Déshumidification de l air

Déshumidification de l air Déshumidification de l air Gérard Chassériaux Institut National d Horticulture - Angers INH De la science du végétal à la culture du paysage Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

Plus en détail

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION 1. REGLEMENTATION Code du travail articles R. 4222-1 à 26, R. 4412-149 et 150, R. 4722-1, 2, 13, 14, 26, R. 4724-2 et 3 et R. 4212-1 à 7; Arrêté du 8 octobre 1987: contrôle périodique des installations

Plus en détail

Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010

Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010 Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010 08h. 12h. 13h. 17h. 18h. 22h. lundi mardi mercredi jeudi vendredi samedi dimanche École École École École École Clubs Manifestation École École Clubs École

Plus en détail

Centrale électronique pour le traitement des remontées capillaires des murs humides

Centrale électronique pour le traitement des remontées capillaires des murs humides Centrale électronique pour le traitement des remontées capillaires des murs humides Notice d utilisation Guide d installation Centrales CT- 5 et CT- 8 Sommaire Composition du kit Description centrales

Plus en détail

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse)

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse) LA POPAGATION DE LA HALE A TAVES NE PAOI ne paroi séparant deux ambiances de températures différentes, constitue un obstacle plus ou moins efficace, au flux de chaleur qui va s'établir de la chaude vers

Plus en détail

Cardok Sàrl CP37 CH-1295 Tannay Switzerland Tél: 0041 22 77 66 051 info@cardok.com

Cardok Sàrl CP37 CH-1295 Tannay Switzerland Tél: 0041 22 77 66 051 info@cardok.com CARDOK MULTI Doubler votre espace de parking Rapide, Silencieux, Discret, Inviolable, Design, High-Tech Installation pour maison privée, immeuble, hôtel, bureau, CARDOK MULTI - FICHE TECHNIQUE Différents

Plus en détail

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat - 186 - CHAPITRE 7 Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat 1. INTRODUCTION En végétalisation, l'utilisation d'un matériau provisoire fixé au sol est prévue pour servir de points d'ancrages

Plus en détail

DÉMONSTRATION DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE LIÉES À L INSTALLATION D ÉCRANS THERMIQUES

DÉMONSTRATION DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE LIÉES À L INSTALLATION D ÉCRANS THERMIQUES DÉMONSTRATION DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE LIÉES À L INSTALLATION D ÉCRANS THERMIQUES DÉMARCHES & RÉSULTATS L IMPACT DU VENT RENTABILITÉ DES ÉCRANS THERMIQUES GUILLAUME PROULX-GOBEIL MARCO GIROUARD GILLES CADOTTE

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack ÉTUDE DE CAS Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack Aperçu du projet La présente étude de cas a été réalisée à partir d une étude plus large portant sur la

Plus en détail

CARACTERISTIQUES du BATIMENT

CARACTERISTIQUES du BATIMENT CARACTERISTIQUES du BATIMENT Type de bâtiment : Maison individuelle Année de construction : Entre 1948 et 1974 Forme du bâtiment : Avec décrochement Longueur : 1 m Largeur : 1 m Surface Shon : 202,40 m²

Plus en détail

Calcul d'un vase d'expansion Flexcon pour des installations de chauffage central avec membrane fixe ou interchangeable

Calcul d'un vase d'expansion Flexcon pour des installations de chauffage central avec membrane fixe ou interchangeable Calcul du vase pour des installations de chauffage central Calcul d'un vase d'expansion Flexcon pour des installations de chauffage central avec membrane fixe ou interchangeable Notions de base pour le

Plus en détail

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire 1 Préparation de l eau chaude sanitaire 2 1) Différents systèmes de production A Chaudière combinée

Plus en détail

Assurance qualité. Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques. Energie am grénge Beräich

Assurance qualité. Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques. Energie am grénge Beräich Assurance qualité Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS C Analyse thermographique 3 Analyse thermographique

Plus en détail

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau Objectifs : - Mesurer la résistance thermique de certains matériaux. - Comparer ces matériaux pour l appliquer à l isolation des bâtiments. Compétences

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE 4 LA CONSOMMATION D ÉNERGIE

Plus en détail

Des systèmes de chauffage avec pompe à chaleur et accumulateur de chaleur pour les construction dans les zones de montagne.

Des systèmes de chauffage avec pompe à chaleur et accumulateur de chaleur pour les construction dans les zones de montagne. Des systèmes de chauffage avec pompe à chaleur et accumulateur de chaleur pour les construction dans les zones de montagne. Formation à la promotion des énergies renouvelables à CEFIDEC Vatra Dornei Dănuţ

Plus en détail

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Orateurs : ICESOL: CONCEPT 1. POUR UN INNOVANT Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Le projet «La Cigale», terminé en mars 2014 est la rénovation Minergie la plus

Plus en détail

Rapport action tuffeau. CAHIER n 7

Rapport action tuffeau. CAHIER n 7 Rapport action tuffeau Réhabilitation énergétique des bâtiments en tuffeau Etat de l art et retours d expérience CAHIER n 7 Maison troglodyte Montsoreau Visite : 20 mars 2011, Figure 1 1 : Prise de vue

Plus en détail

Conditions-cadres pour la ventilation : du nouveau? MINERGIE Walter Meier Blue-Expert-Apéro : Ventilation Edition 2014 www.minergie.

Conditions-cadres pour la ventilation : du nouveau? MINERGIE Walter Meier Blue-Expert-Apéro : Ventilation Edition 2014 www.minergie. Conditions-cadres pour la ventilation : du nouveau? MINERGIE Walter Meier Blue-Expert-Apéro : Ventilation Edition 2014 Conditions-cadres pour la ventilation : du nouveau? Sources : - Heinrich Huber, FHNW,

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

Les blocs de maçonnerie en béton BELBLOCK et l isolation thermique la combinaison gagnante

Les blocs de maçonnerie en béton BELBLOCK et l isolation thermique la combinaison gagnante 2 La température intérieure constitue le premier paramètre du sentiment de confort dans un bâtiment. Pour maintenir, été comme hiver, une température agréable de manière économique, il est indispensable

Plus en détail

La combinaison. naturelle DAIKIN ALTHERMA HYDRIDE POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE. Informations préliminaires

La combinaison. naturelle DAIKIN ALTHERMA HYDRIDE POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE. Informations préliminaires La combinaison naturelle DAIKIN ALTHERMA HYDRIDE POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE Informations préliminaires 2 Le futur c'est maintenant 3 et le futur est plus respectueux de l'environnement,

Plus en détail

LES DEGIVRAGES 1) Généralites: chauffage par l'intérieur des tubes, chauffage par l'extérieur des tubes,

LES DEGIVRAGES 1) Généralites: chauffage par l'intérieur des tubes, chauffage par l'extérieur des tubes, LES DEGIVRAGES 1) Généralites: Lorsque, dans les évaporateurs refroidisseurs d'air, la température de la batterie est inférieure à 0 C, du givre se dépose sur les tubes. Le givre réduit l'intensité des

Plus en détail

Calcul de Charges. Génie Climatique Préparation à l'agrégation. Michaël Thienpont 30 octobre 2005. présentation de : Michaël Thienpont

Calcul de Charges. Génie Climatique Préparation à l'agrégation. Michaël Thienpont 30 octobre 2005. présentation de : Michaël Thienpont Calcul de Charges présentation de : 1 Plan du cours Introduction Traitement de l'air Calcul de Charges climatiques Éléments de technologie Spécificités de la régulation Approche système et fonctionnelle

Plus en détail

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Comportement de LA MAISON PASSIVE Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Sommaire Le contexte..... p.2 Consommations d énergies au cours d une année... p.3

Plus en détail

Fiche technique détaillée du panneau DualSun

Fiche technique détaillée du panneau DualSun Fiche technique détaillée du panneau DualSun Table des matières I. Caractéristiques physiques du panneau DualSun... 2 a. Dilatation différentielle... 2 II. Caractéristiques photovoltaïques... 3 a. Augmentation

Plus en détail

Les serres bioclimatiques en Rhône-Alpes. V. Stauffer v.stauffer@agrithermic.com Tel: + 33 4 79 72 40 59

Les serres bioclimatiques en Rhône-Alpes. V. Stauffer v.stauffer@agrithermic.com Tel: + 33 4 79 72 40 59 Les serres bioclimatiques en Rhône-Alpes V. Stauffer v.stauffer@agrithermic.com Tel: + 33 4 79 72 40 59 1 2 I. L ENTREPRISE AGRITHERMIC Spécialiste de l efficacité énergétique des serres Audit énergétique

Plus en détail

Séchage des salles et vide sanitaire

Séchage des salles et vide sanitaire Séchage des salles et vide sanitaire L intérêt du vide sanitaire et sa durée sont aujourd hui controversés. Son rôle est de détruire les micro-organismes persistant après la désinfection en les plaçant

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

Sonde de température ambiante

Sonde de température ambiante 1 749 1749P01 Symaro Sonde de température ambiante QAA2061 QAA2071 Sondes actives pour la mesure de la température ambiante Alimentation 24 V~ ou 13,5 35 V Sortie de signal 0...10 V ou 4 20 ma Domaines

Plus en détail

A savoir - Modification des exigences concernant les nouvelles constructions

A savoir - Modification des exigences concernant les nouvelles constructions ULC Artikel März 2015 A savoir - Modification des exigences concernant les nouvelles constructions 1. Modification règlementaires À partir du 1 janvier 2015 les nouvelles constructions se rapprocheront

Plus en détail

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide J.B. Campen Wageningen UR Glastuinbouw, Wageningen xxx 2007 Rapport xxx 2007 Wageningen, Wageningen UR Glastuinbouw Tous

Plus en détail

INSTALLATION DU BARDEAU DE CÈDRE BLANC

INSTALLATION DU BARDEAU DE CÈDRE BLANC MISE EN GARDE Si un produit est défectueux, ne le posez pas. Les matériaux défectueux seront remplacés sous garantie uniquement si vous en faites la demande avant l installation et si les conditions d

Plus en détail

Mise en place d une ventilation thermique dans les bergeries et chèvreries.

Mise en place d une ventilation thermique dans les bergeries et chèvreries. Mise en place d une ventilation thermique dans les bergeries et chèvreries. Victor Moreau ITOVIC (La ventilation thermique des bergeries et chèvreries Bergerie moderne, réfléchir avant d agir) Présentation

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Contact technique Thibault Boulanger Contact facturation Julien Thiry ELIOSYS sa ELIOSYS sa Boulevard

Plus en détail

Exercice 1 Analyse de données de débits et régime hydraulique. Nguyen Ha- Phong. Section génie civil 2012, Prof. Dr A. Schleiss

Exercice 1 Analyse de données de débits et régime hydraulique. Nguyen Ha- Phong. Section génie civil 2012, Prof. Dr A. Schleiss Exercice 1 Analyse de données de débits et régime hydraulique Nguyen Ha- Phong Section génie civil 212, Prof. Dr A. Schleiss A) Analyse hydrologique 1. Estimation des débits moyens journaliers de la station

Plus en détail

CHANGEMENT CLIMATIQUE GLOBAL ET PRODUCTION DE TOMATE SOUS SERRE : COMPARAISON DES PERIODES (1960-1980) & (2070-2100) POUR LA RÉGION D AVIGNON

CHANGEMENT CLIMATIQUE GLOBAL ET PRODUCTION DE TOMATE SOUS SERRE : COMPARAISON DES PERIODES (1960-1980) & (2070-2100) POUR LA RÉGION D AVIGNON CHANGEMENT CLIMATIQUE GLOBAL ET PRODUCTION DE TOMATE SOUS SERRE : COMPARAISON DES PERIODES (196-198) & (27-21) POUR LA RÉGION D AVIGNON T. BOULARD, H. FATNASSI, M. TCHAMITCHIAN Financement par la mission

Plus en détail

Méthode de calcul des déperditions calorifiques de base

Méthode de calcul des déperditions calorifiques de base Méthode de calcul des déperditions calorifiques de base NBN EN 12831:2003 prnbn EN 12831 ANB Christophe Delmotte, Ir Laboratoire Mesure de prestations d Installations Techniques CSTC - Centre Scientifique

Plus en détail

Management intelligent de flux de chaleur. by TEKO.

Management intelligent de flux de chaleur. by TEKO. Management intelligent de flux de chaleur. by TEKO. 02 Les ressources en énergie se réduisent, les couts énergétiques augmentent. Pour ces raisons, l Energie est une valeur importante dans nos sociétés.

Plus en détail

Recommandations de maintenance et instructions de montage pour chaînes plates à charnières dans les fours industriels

Recommandations de maintenance et instructions de montage pour chaînes plates à charnières dans les fours industriels dans les fours industriels Page 1 de 5 1. A la livraison des, les chaînes d entraînement sont pourvues d une protection anticorrosion appliquée par un procédé d immersion à chaud. 2. Avant la mise en service

Plus en détail

Installez vos sols stratifiés Berry Floor en un tour de main.

Installez vos sols stratifiés Berry Floor en un tour de main. 1. Préparation de la surface 2. Instructions préalables 3. Chauffage par le sol 4. La pose du revêtement stratifié Berry Floor 1. Préparation de la surface Un sol Berry Floor peut être installé sur la

Plus en détail

CONSEILS D INSTALLATION

CONSEILS D INSTALLATION CONSEILS D INSTALLATION L installation des toilettes Ecodomeo nécessite la création d une pièce pour le compostage (local de compostage), adaptée à votre habitation. Il est important de prêter une attention

Plus en détail

Fiche technique détaillée du panneau DualSun

Fiche technique détaillée du panneau DualSun Fiche technique détaillée du panneau DualSun 1. Caractéristiques physiques du panneau DualSun Largeur Longueur Epaisseur Poids à vide/rempli Couleur cadre/feuille arrière 99 mm 166 mm 4 mm 3 kg/31,7 kg

Plus en détail

CARACTERISTIQUES du BATIMENT. ENVELOPPE et BATI

CARACTERISTIQUES du BATIMENT. ENVELOPPE et BATI CARACTERISTIQUES du BATIMENT Type de bâtiment : Maison individuelle Année de construction : Entre 1948 et 1974 Forme du bâtiment : Longueur : 12,10 m Largeur : 6,10 m Surface Shon : 109,00 m² Surface hab.

Plus en détail

Lesbasesde la therm ique

Lesbasesde la therm ique Lesbasesde la therm ique 22 Les enjeux Le confort des occupants en toute saison L hygiène et la santé (besoin en oxygène odeurs fumées) Pérennité du bâtiment (condensation, gel) Economie d énergie Préservation

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE :

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : DOSSIER THÉMATIQUE Mars 2015 TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : Quelles conséquences sur les consommations énergétiques et les caractéristiques bioclimatiques? Le renforcement

Plus en détail

VERIFICATION des MOTEURS ASYNCHRONES TRIPHASES STANDARD à BASSE TENSION

VERIFICATION des MOTEURS ASYNCHRONES TRIPHASES STANDARD à BASSE TENSION Rhodia Electronics & Catalysis Site de La Rochelle 26, rue Chef de Baie 17041 La Rochelle cedex 1 Tél. : 05.46.68.33.64 Fax : 05.46.68.34.61 E-mail : jean-marie.beaussy@eu.rhodia.com Service Electrique/BE

Plus en détail

Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013

Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013 Observations Observations de de Vénus Vénus dans dans le le proche proche infrarouge infrarouge Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013 Objectifs Objectifs Mesurer la rotation

Plus en détail

Zehnder ComfoFond-L Echangeur géothermique avec circuit fermé à eau glycolée

Zehnder ComfoFond-L Echangeur géothermique avec circuit fermé à eau glycolée Avantages Echangeur géothermique à utiliser en combinaison avec une unité de ventilation à récupération de chaleur (type ComfoD 350, 450 et 550 Luxe) Extrait l'énergie du sol au moyen d'un circuit enfoui

Plus en détail

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture 15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS Étude WUFI Plancher des combles et toiture Sommaire 1 HYPOTHÈSES...3 1.1 PAROI ÉTUDIÉE... 3 1.2 CONDITIONS INITIALES... 4 1.3 CLIMAT

Plus en détail

Gaines perforées pour la DIFFUSION de l'air (DLD).

Gaines perforées pour la DIFFUSION de l'air (DLD). ÍÇÍÌÛÓÛÍ ÒÒÑÊßÒÌÍ ÜÛ ÌÎß ÌÛÓÛÒÌ ÜÛ Ôùß Î ßÓÞ ßÒÌ Ùß ÒÛÍ ÐÛÎÚÑÎÛÛÍ ß ØßËÌÛ ÒÜËÝÌ ÑÒ ÙË ÜÛ ÜÛ ÝØÑ È ÐÎÑÜË ÌÍ SPIR JET Gaines perforées pour la DIFFUSION de l'air (DLD). Les gaines métalliques perforées SPIROJET

Plus en détail

BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur l'agglomération de POITIERS

BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur l'agglomération de POITIERS 24h/24 @ indice en ligne www.atmo-poitou-charentes.org BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur l'agglomération de POITIERS Association Régionale pour la mesure de la Qualité de l'air en Poitou-Charentes Rue

Plus en détail

www.isol-plus-st.com

www.isol-plus-st.com Produits MAXPLUS & MAXFIX Maisons passives et basse consommation d énergie Maisons passives et basse consommation Les systèmes MAXPLUS et MAXFIX sont déjà aux normes de 2020. Aujourd hui, les économies

Plus en détail

La Rénovation. N 3 Octobre-Novembre 2008 Information Presse. Les Fondamentaux. pour améliorer la performance énergétique

La Rénovation. N 3 Octobre-Novembre 2008 Information Presse. Les Fondamentaux. pour améliorer la performance énergétique La Rénovation pour améliorer la performance énergétique Les Fondamentaux N 3 Octobre-Novembre 2008 Information Presse La Rénovation pour améliorer la performance énergétique La Rénovation pour améliorer

Plus en détail

LE CONFORT D UN SOL ISOLE

LE CONFORT D UN SOL ISOLE l isolation de sol la plus mince pour chaque niveau d isolation un format pratique de 1200 x 2500 mm une haute résistance mécanique une pose rapide et efficace LE CONFORT D UN SOL ISOLE Des sols au-dessus

Plus en détail

Réduire des déperditions thermiques de la

Réduire des déperditions thermiques de la Page 1 sur 6 Réduire des déperditions thermiques de la gaine d'ascenseur Création d'un zone "chaude" Création d'un sas intermédiaire Contrôler le débit de ventilation de la gaine En bref! La ventilation

Plus en détail

ÉTUDE SUR L EFFICACITÉ DES PNEUS D HIVER EN ÉTÉ RÉALISÉE PAR CAA-QUÉBEC

ÉTUDE SUR L EFFICACITÉ DES PNEUS D HIVER EN ÉTÉ RÉALISÉE PAR CAA-QUÉBEC ÉTUDE SUR L EFFICACITÉ DES PNEUS D HIVER EN ÉTÉ RÉALISÉE PAR CAA-QUÉBEC SEPTEMBRE 2008 1. Introduction L étude avait pour but de comparer avec le plus de précision possible l efficacité des pneus d hiver

Plus en détail

Schéma du bâtiment : coupe verticale. - arrêt au départ des occupants.

Schéma du bâtiment : coupe verticale. - arrêt au départ des occupants. 1 Nouveau-Mexique type de bâtiment une école d'un étage lieu géographique le Nouveau-Mexique année de construction vers 1935 surface au sol 677 m 2 murs préfabriqués en béton armé construction en partie,

Plus en détail

Avec DUOSUN. Avant DUOSUN

Avec DUOSUN. Avant DUOSUN La dernière invention DUOSUN est un capteur solaire thermique qui fonctionne bien mieux. Il est moins cher et est plus propre que les autres produits actuellement disponibles. Ce capteur est destiné à

Plus en détail

Terre et Soleil : le Bioclimatisme

Terre et Soleil : le Bioclimatisme Maison Charmeau Cahier Bioclimatisme page 1 /7 Terre et Soleil : le Bioclimatisme La conception bioclimatique de l habitat : Concevoir des bâtiments adaptés au climat local, en utilisant, avec bon sens,

Plus en détail

Le séchage solaire. Les différents types de séchoirs :

Le séchage solaire. Les différents types de séchoirs : Le séchage est, soit un moyen de conservation, soit une étape dans la transformation de certains produits. Il est utilisé dans le monde rural et dans le monde industriel à travers l agro-alimentaire. Les

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

Fiche-conseil A2 Aérer et éviter l humidité

Fiche-conseil A2 Aérer et éviter l humidité Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil A2 Aérer et éviter l humidité 1 Origine et cheminement de l humidité Définir le confort 2 1) Origine de l humidité dans l habitat: Production

Plus en détail

ANNEXE : UNE VILLA TOURNEE VERS L ECOLOGIE

ANNEXE : UNE VILLA TOURNEE VERS L ECOLOGIE ANNEXE : UNE VILLA TOURNEE VERS L ECOLOGIE Juin 2012 SERVICE PRESSE : Elodie HERNANDEZ 06.73.04.54.05 press@villa-luxe-sarlat.com PROPRIETAIRE : Yves BLAVIGNAT 06.78.85.64.25 www.villa-luxe-sarlat.com

Plus en détail

Zone Région de Bruxelles Capitale

Zone Région de Bruxelles Capitale Objet Zone Au Fédéral Région Wallonne Région de Bruxelles Capitale Région Flamande Audit énergétique Thermographie infrarouge Pour audit énergétique (auditeur agréé PAE1 ou 2) dans habitation existante,

Plus en détail

Un récupérateur de chaleur est donc un échangeur qui permet de transférer la chaleur et éventuellement l humidité entre l air rejeté et l air neuf:

Un récupérateur de chaleur est donc un échangeur qui permet de transférer la chaleur et éventuellement l humidité entre l air rejeté et l air neuf: RECUPERATION D'ENERGIE I. PRINCIPE La réglementation sanitaire impose l introduction d un minimum d air neuf dans les locaux ce qui implique le rejet d air se trouvant proche des conditions de l ambiance

Plus en détail

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? Découvrez la gamme Aquarea de Panasonic Pompe à chaleur Source Air CONÇUE POUR LES MAISONS Une pompe à chaleur Aquarea avec Source

Plus en détail

Présenté à Atelier national sur les sites contaminés fédéraux de. 1 e mai 2012, Toronto. Jean Pineault Pêches et Océans Canada région du Québec.

Présenté à Atelier national sur les sites contaminés fédéraux de. 1 e mai 2012, Toronto. Jean Pineault Pêches et Océans Canada région du Québec. Décontamination des propriétés isolées par la gestion du risque l usage des données biologiques et de l analyse de risques pour établir la portée des travaux pour le projet de l ancien phare de Grande-Île

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation Bruxelles Environnement Systèmes d émission de chaleur : principes et enjeux Raphaël Capart ICEDD asbl

Plus en détail

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

www.energies-solidaires.org

www.energies-solidaires.org www.energies-solidaires.org Changement climatique Précarité énergétique Éco-Construction Thermographies aériennes Burkina-Faso Efficacité énergétique Solidarité internationale LE PREMIER POSTE DE DÉPENSE

Plus en détail

FICHE DE LECTURE. Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable

FICHE DE LECTURE. Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable Projet de Fin d Etudes réalisé au Ctifl Par Emilie AUGER Tuteur

Plus en détail

Comment identifier et expliquer les écarts entre mesure et prédiction?

Comment identifier et expliquer les écarts entre mesure et prédiction? Comment identifier et expliquer les écarts entre mesure et prédiction? Position du problème et travaux prévus Bruno PEUPORTIER ARMINES Centre Energétique et Procédés Objectifs Expliquer les écarts permettrait

Plus en détail

CLAPET COUPE-FEU CIRCULAIRE A FAIBLE PERTE DE CHARgE

CLAPET COUPE-FEU CIRCULAIRE A FAIBLE PERTE DE CHARgE CR120 Les clapets coupe-feu CR120 sont des dispositifs de sécurité autocommandés ou télécommandés, normalement ouvert Résistance au feu jusqu à 120 Composition : 6 1 2 8 CR120 + MFU 7 9 5 4 Utilisation

Plus en détail

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat 1 - Td 3-1 Etude des déperditions d un pavillon F3 On étudie le pavillon F3, situé à Blois (41) dont le plan de masse est donné ci-dessous. La ventilation de ce pavillon est

Plus en détail

Méthodologie de suivi et d analyse. Myriam Humbert, CETE de l Ouest

Méthodologie de suivi et d analyse. Myriam Humbert, CETE de l Ouest Méthodologie de suivi et d analyse Myriam Humbert, CETE de l Ouest BÂTIMENTS EXEMPLAIRES BASSE CONSOMMATION : QUELLES PERFORMANCES RÉELLES? - PARIS, LE 29 NOVEMBRE 2013 Sommaire 2 Objectif de l analyse

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

Chauffage et Climatisation par Géothermie en Kabylie

Chauffage et Climatisation par Géothermie en Kabylie 82 ème CONGRES de L ACFAS du 12 au 16 Mai 2014 Université Concordia Québec Chauffage et Climatisation par Géothermie en Kabylie Hakim MOHELLEBI Maitre assistant A, Université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou

Plus en détail

Une piscine chauffée est trois fois "plus utilisée qu'une non chauffée!

Une piscine chauffée est trois fois plus utilisée qu'une non chauffée! Une piscine chauffée est trois fois plus utilisée qu'une non chauffée! INTRODUCTION > Une piscine à vivre dés les premiers beaux jours Quand les premiers rayons de soleil s'installent, l'envie de profiter

Plus en détail

Elztrip EZ100 Une cassette rayonnante à une lame, pour les bureaux, les magasins et plus encore

Elztrip EZ100 Une cassette rayonnante à une lame, pour les bureaux, les magasins et plus encore Elztrip 00 600-1500 W Chauffage électrique 3 modèles Elztrip 00 Une cassette rayonnante à une lame, pour les bureaux, les magasins et plus encore Application L'00 est destiné au chauffage global ou d'appoint,

Plus en détail

ACCONA INSTRUCTIONS GENERALES PRECAUTIONS D'EMPLOI COMPOSITION

ACCONA INSTRUCTIONS GENERALES PRECAUTIONS D'EMPLOI COMPOSITION Notice de Pose et d'utilisation Gamme ACCONA INSTRUCTIONS GENERALES AVANT L'INSTALLATION ET L'UTILISATION NOUS VOUS REMERCIONS DE LIRE ATTENTIVEMENT CETTE NOTICE RESPECTER LES PRESCRIPTIONS SUIVANTES:

Plus en détail

Module Harmony SOMMAIRE

Module Harmony SOMMAIRE sd 201 1 NOTICE D'INSTALLATION ET D'EMPLOI Module Harmony SOMMAIRE page Présentation ------------------------------------------------ 3 Caractéristiques techniques ------------------------------ 3 Descriptif

Plus en détail

Les tolérances et critères de réception des menuiseries et des vitrages

Les tolérances et critères de réception des menuiseries et des vitrages Les tolérances et critères de réception des menuiseries et des vitrages Que ce soit lors de défaut de production, de dégradation lors du transport ou lors de la pose ou plus simplement suite à une méconnaissance

Plus en détail

Comment améliorer les performances thermiques d une habitation?

Comment améliorer les performances thermiques d une habitation? thermiques d une habitation? E1-1/6 Le confort 1 Définissez en trois points le confort thermique : 2-1 Sur brouillon ou sur votre cahier d expérience, émettez vos hypothèses sur la maison de demain. Comment

Plus en détail

INCORPORATION DE DECHETS VERTS COMPOSTES DANS DES MASSIF DE PRINTEMPS

INCORPORATION DE DECHETS VERTS COMPOSTES DANS DES MASSIF DE PRINTEMPS INCORPORATION DE DECHETS VERTS COMPOSTES DANS DES MASSIF DE PRINTEMPS 1 MATERIEL VEGETAL : 2 TRAITEMENTS Anthémis: argyranthemum blanc Sté S et G Verveines: verbena coloris mélangés Sté Fischer ❶ Témoin

Plus en détail

CamVane Protection contre les intempéries

CamVane Protection contre les intempéries CamVane Protection contre les intempéries Clean air solutions CamVane - Protection contre les intempéries Un air propre, même en milieu humide Chez Camfil, nous considérons que respirer un air propre est

Plus en détail

La chaleur du bien être à tarif réduit

La chaleur du bien être à tarif réduit La chaleur du bien être à tarif réduit Appareils de chauffage électrique à accumulation de chaleur Description Utilisation Installation Modèles: 3700, 4700, 5700, 6700 3800, 4800, 5800 3600, 4600, 5600,

Plus en détail

Honeywell AQ6 REGULATION W6060C1000 EN FONCTION DE LA TEMPERATURE EXTERIEURE NOTICE D'UTILISATION FR2R 8218 R4. Page 1

Honeywell AQ6 REGULATION W6060C1000 EN FONCTION DE LA TEMPERATURE EXTERIEURE NOTICE D'UTILISATION FR2R 8218 R4. Page 1 Honeywell AQ6 REGULATION W6060C1000 EN FONCTION DE LA TEMPERATURE EXTERIEURE NOTICE D'UTILISATION FR2R 8218 R4 Page 1 Table des matières Fontionnement de l'appareil 3 Sauvegarde du programme 3 Les programmes

Plus en détail

Conception de la serre, matériaux de couverture et écrans thermiques Michel LECOZ / Alain VITRE HORCONEX

Conception de la serre, matériaux de couverture et écrans thermiques Michel LECOZ / Alain VITRE HORCONEX Conception de la serre, matériaux de couverture et écrans thermiques Michel LECOZ / Alain VITRE HORCONEX Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1 Serre horticole : objectifs Transmettre

Plus en détail

Déroulement des travaux :

Déroulement des travaux : Rapport final Contrôle mécanique de la punaise terne dans la culture de fraises sur rangs nattés en régie biologique à l'aide d'une faucheuse rotative 10-INNO3-16 Demandeur : Coopérative Nord-Bio Date

Plus en détail