Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social"

Transcription

1 Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le Ernst Bachmann, Vice-président de GastroSuisse Président Commission pour le droit du travail et les affaires sociales Conférence de presse annuelle 23 avril 2014

2 Initiative sur les salaires minimums c est clairement NON! - L hôtellerie-restauration est en train de lutter pour attirer les clients, pour renforcer sa compétitivité face à l étranger, pour garantir sa rentabilité et pour des collaborateurs compétents et satisfaits. - Compte tenu de tous ces aspects, un salaire minimum de francs par mois ou, plus exactement selon l initiative, de 22 francs de l heure serait non seulement nuisible mais fatal pour un grand nombre d établissements et leurs employés. - De notre point de vue, et pour défendre l intérêt bien compris des collaborateurs dans l hôtellerie-restauration, il faut clairement rejeter l initiative. - Nous sommes en faveur d un qui fonctionne. L Etat n a rien à faire dans la détermination des salaires. Cela n a plus rien à voir avec l économie sociale de marché et équivaut à une tentative de dicter les salaires! 2

3 Un salaire minimal de francs est un «autogoal» - L hôtellerie-restauration représente un secteur de l économie à caractère social avec des employeurs pragmatiques et «proches des gens». - Nous payons les salaires que notre rentabilité nous permet de payer, et avons énormément avancé ces dernières années de notre plein gré et pas (seulement) quand l initiative sur les salaires minimums se pointait à l horizon. - Nombreux sont les propriétaires d établissement qui, de nos jours, ne gagnent pas plus que leurs employés, souvent même moins. Notre société fiduciaire attribue à un propriétaire d établissement la valeur calculée d environ francs - par an, cela s entend! - Le but n est pas ici de nous plaindre ou de provoquer un débat fondé sur la jalousie, mais de montrer que l hôtellerie-restauration ne peut vraiment pas supporter des coûts salariaux plus élevés. 3

4 Un salaire minimal de francs est un «autogoal» - Répercuter la hausse des coûts salariaux sur les prix est possible, mais uniquement en théorie, pas dans la pratique: les clients se montrent très réticents en cas de hausses des prix de leur cannette ou de leur café, par exemple. - En outre, notre compétitivité en souffrirait encore davantage: les clients étrangers, notamment européens, seraient encore moins nombreux à venir et les Suisses iraient de plus en plus à l étranger ou simplement moins souvent au «bistrot». - L autre option serait que le propriétaire d établissement supporte lui-même les coûts salariaux, au détriment de son rendement si tant est que la rentabilité soit suffisante. 4

5 Un salaire minimal de francs est un «autogoal» - Quelle est la conséquence de cette situation sans issue? Une partie des établissements fermera ses portes. Par établissement, en moyenne cinq emplois seront supprimés. sera obligée de licencier une partie de ses collaborateurs. sera forcée de devenir encore plus productive et de pratiquer une optimisation extrême. Ce qui signifie concrètement que: o o o des postes à plein temps deviendront des postes à temps partiel. Il ne sera plus possible de «garder» du personnel dans l établissement durant les «temps morts». des postes à temps partiel avec un taux d occupation fixe seront transformés en postes à temps partiel avec un taux d occupation flexible, voire en postes «sur appel» afin d avoir des coûts salariaux uniquement quand les collaborateurs peuvent être totalement productifs. Seuls les meilleurs des auxiliaires trouveront un travail: si dès le départ le plongeur coûte trop cher, il faudra qu il fournisse au moins la meilleure performance possible. 5

6 Un salaire minimal de francs est un «autogoal» - Il est donc évident que: ce sont justement les membres les plus fragiles de notre société qui feraient les frais de cette «expérience salaire minimum», car ils ne trouveraient plus d emploi du tout. Pour tous les autres employés, la charge de travail et le stress augmenteraient d une manière significative. - Il est légitime de se poser la question: est-ce social et est-ce dans l intérêt des travailleurs de l hôtellerie-restauration? Nous savons d ores et déjà que ce n est pas dans l intérêt des établissements. - A notre avis, c est un «autogoal» classique, marqué au détriment des salariés. Malheureusement, très souvent, la meilleure intention s avère nuisible, les répercussions étant différentes de celles envisagées par les initiateurs! - D ailleurs, l obligation de presser le «citron de la productivité» devient de plus en plus sévère. Si déjà la main-d œuvre non qualifiée de 16 ans gagne francs, celui qui, après un apprentissage de trois ans, gagne entre et francs ne se contentera sans doute plus de ce salaire. Il voudra donc un salaire plus élevé, mais devra pour cela devenir également plus «rentable». 6

7 Un salaire minimal de francs est un «autogoal» - Ceci soulève un autre problème: un salaire minimum aussi élevé pour la maind œuvre non qualifiée a un effet négatif sur la volonté de se former ou de se perfectionner. - Si, celui qui, à 18 ans, en habitant avec sa copine, dispose d un revenu cumulé de francs combien de temps le professionnel qualifié mettra-t-il pour le dépasser sur le plan financier? 7

8 L initiative constitue un abus de confiance dans le - Comme nous venons de le montrer, ce sont avant tout et surtout les membres les plus fragiles de notre société qui feraient les frais d une expérience de politique économique vouée à l échec. - Or, les initiateurs nuisent fortement au suisse, qui a fait ses preuves. - Que penser des partenaires qui ont, dans le cadre d un CCT et pendant de longues années, participé aux négociations et à l application de ces mêmes salaires, qu ils combattent aujourd hui sur l échiquier politique les trouvant insuffisants? Cela ressemble à un couteau dans le dos. - Jusque là, la fixation des salaires minimums était l un des points cruciaux dans les négociations et dans la conception d un CCT. L acceptation de l initiative sur les salaires minimums limiterait fortement cette marge de manœuvre. 8

9 L initiative constitue un abus de confiance dans le - De la même façon, mesurer tous les secteurs à la même échelle nuit au partenariat social. Jusqu ici, le fait que les partenaires, qui connaissent bien un secteur donné, puissent définir les salaires dans le cadre de celui-ci, était justement un des points forts. - En faisant appel au législateur, les partenaires dans les négociations actuels menacent le modèle flexible du CCT qui était, jusqu à aujourd hui, emblématique d un modèle suisse du marché du travail et de l économie performant. Ceci est également une marque de méfiance, qui n est nullement justifiée par le comportement des employeurs. - L initiative sur les salaires minimums sape les fondations du CCT le plus important de Suisse, à savoir la CCNT. 9

10 L initiative constitue un abus de confiance dans le Conclusion - L «expérience salaire minimum de francs» nuit non seulement aux employés et aux établissements, mais est aussi de nature à affaiblir grandement un facteur de réussite de l économie suisse. - L «expérience salaire minimum» a un effet particulièrement néfaste sur l hôtellerie et la restauration car celles-ci sont directement liées à leur emplacement géographique et ne peuvent pas, complètement ou en partie, délocaliser leur activités à l étranger. De ce fait, un calcul mixte permettant de compenser en partie la hausse des coûts intérieurs n est pas possible. - C est donc en particulier (aussi) du point de vue de l hôtellerie et de la restauration, qu il faut rejeter l initiative sur les salaires minimums. 10

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Marketing opérationnel de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des

Plus en détail

Avant-propos. Chère lectrice, cher lecteur,

Avant-propos. Chère lectrice, cher lecteur, Avant-propos Chère lectrice, cher lecteur, En ces temps économiquement difficiles, il est important de savoir ce que je peux exiger comme salaire en tant qu entraîneur ou entraîneuse. En particulier, en

Plus en détail

30 jours. Sommaire. N 202 janvier 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex

30 jours. Sommaire. N 202 janvier 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex N 202 janvier 2014 30 jours L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex Chers clients, Parce qu il n existe pas de résultat sans effort, nous mettons

Plus en détail

Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels

Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels Qui nous sommes Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels Aperçu général À l aide de données démographiques,

Plus en détail

LE SYSTEME DE REMUNERATION

LE SYSTEME DE REMUNERATION LE SYSTEME DE REMUNERATION Le système de rémunération est un outil clé en termes de management, même s il ne s agit du seul outil de motivation. Le système de rémunération doit être adapté aux commerciaux

Plus en détail

LES DIFFERENTS STATUTS DE VENDEURS POSSIBLES :

LES DIFFERENTS STATUTS DE VENDEURS POSSIBLES : LES DIFFERENTS STATUTS DE VENDEURS POSSIBLES : Vous devez recruter votre équipe de vente ; vous avez le choix entre différents «statuts», c est à dire différents types de contrats vous liant à votre vendeur.

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses

Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses Employee Benefits Institute 1. Quels seront les nouveaux taux d intérêt garantis par AXA Belgium

Plus en détail

Idéopolis : Le travail en mouvement

Idéopolis : Le travail en mouvement Idéopolis : Le travail en mouvement Les travailleurs canadiens sont de plus en plus mobiles en 2014. Nous sommes plus nombreux à changer d emploi, de carrière et même de province pour le travail. Il s

Plus en détail

Analyse de l impact des fonds en faveur de la formation professionnelle déclarés de force obligatoire

Analyse de l impact des fonds en faveur de la formation professionnelle déclarés de force obligatoire Analyse de l impact des fonds en faveur de la formation professionnelle déclarés de force obligatoire Mandat Depuis 2004, les fonds en faveur de la formation professionnelle propres à chaque branche peuvent,

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

Mesure n 3 Détaxation des heures supplémentaires (proposition de Nicolas Sarkozy) 1. Rappel de la législation actuelle relative à la durée du travail

Mesure n 3 Détaxation des heures supplémentaires (proposition de Nicolas Sarkozy) 1. Rappel de la législation actuelle relative à la durée du travail 15 mars 2007 Mesure n 3 Détaxation des heures supplémentaires (proposition de Nicolas Sarkozy) 1. Rappel de la législation actuelle relative à la durée du travail Les heures supplémentaires sont les heures

Plus en détail

Négociations salaires minimaux de l horlogerie au 1 er janvier 2013

Négociations salaires minimaux de l horlogerie au 1 er janvier 2013 Unia Secrétariat central Weltpoststrasse 20 CH-3000 Berne 15 T +41 31 350 21 11 F +41 31 350 22 11 http://www.unia.ch Négociations salaires minimaux de l horlogerie au 1 er janvier 2013 Dossier conférence

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Recommandation 1 Le Comité recommande la présentation en 2005 d un projet de loi qui créerait une nouvelle entité de l État appelée la Commission de l assurance-emploi. Cette

Plus en détail

La réglementation des congés payés

La réglementation des congés payés Ressources pour les enseignants et les formateurs en français du tourisme Activité pour la classe : CFTH Crédit : Marie-José BACHMANN Les congés payés des salariés Cette fiche contient : un texte informatif

Plus en détail

Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51

Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51 N 3 10 juin 2005 Formation REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51 Les Flash-infos sont disponibles sur le site

Plus en détail

Le rapport d Amours revisité

Le rapport d Amours revisité Le rapport d Amours revisité Selon le rapport D Amours, plus de 1 700 000 travailleurs québécois ne participent à aucun régime d épargne collective. Un travailleur sur deux n a donc comme protection en

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 18 - Mai 2013 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 401 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

Questions typiques d entrevue

Questions typiques d entrevue Questions typiques d entrevue 1- Parlez-moi de vous? Question la plus importante de l entrevue; pourrait être la seule. Soyez bref. Ne tombez pas dans le piège de donner tout en détail. Ne dépassez pas

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne LES JEUNES ADULTES QUÉBÉCOIS ET LE CRÉDIT Résultats préliminaires 1 Présentés en conférence de presse, à Montréal, le 22 novembre 2004 à l occasion du lancement de la campagne «Je suis dans la marge jusqu

Plus en détail

Convention pour les apprenants dans l hôtellerie et la restauration suisses

Convention pour les apprenants dans l hôtellerie et la restauration suisses Convention pour les apprenants dans l hôtellerie et la restauration suisses Convention du 15 octobre 1992 État au 1 mai 2013 I Associations contractantes et champs d application Art. 1 Associations contractantes

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Formateur dans le contexte de publics à besoins spécifiques de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

Ressources humaines Epreuves

Ressources humaines Epreuves Examen modulaire SVF-ASFC Edition Printemps 2009 Ressources humaines Epreuves Durée de l examen: 60 minutes Moyens auxiliaires autorisés: aucun Collez ici votre timbre d identification SVP! Points: Note:

Plus en détail

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Direction des études Août 2009 Préambule Fondé en 1917, le Collège Bart est un établissement d enseignement collégial privé autorisé

Plus en détail

Les avantages de travailler avec des collaborateurs freelance

Les avantages de travailler avec des collaborateurs freelance Liberté, flexibilité, rapport qualité-prix Les avantages de travailler avec des collaborateurs freelance CONTENU 2 Introduction 2 La plus-value d un collaborateur free-lance 5 Conclusion Introduction En

Plus en détail

LA RELÈVE, LA SUCCESION ET LA MAIN D OEUVRE

LA RELÈVE, LA SUCCESION ET LA MAIN D OEUVRE LA RELÈVE, LA SUCCESION ET LA MAIN D OEUVRE 5 E RENCONTRE INTERPROFESSIONNELLE DE L ALQ 13 MARS 2013 PRONONCÉ PAR MARIE-HÉLÈNE VAUGEOIS Même si le sujet de la relève, de la succession et de la main d œuvre

Plus en détail

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises Montréal Québec Toronto Ottawa Edmonton Philadelphie Denver Tampa Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises 13574-008 Novembre 2009 www.legermarketing.com

Plus en détail

EMPLOIS PERSPECTIVES CANADIENS POUR LES

EMPLOIS PERSPECTIVES CANADIENS POUR LES EMPLOIS PERSPECTIVES POUR LES ET CANADIENS LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2012 SOUTENIR LA CRÉATION D EMPLOIS Pour améliorer la croissance économique à long terme du Canada, il faut qu un plus grand nombre

Plus en détail

Les salaires minima. La revalorisation des salaires minima

Les salaires minima. La revalorisation des salaires minima La progression des salaires des emplois autres qu artistiques prévue par la Convention collective nationale des entreprises artistiques et culturelles - CCNEAC - La progression des salaires, dans la convention

Plus en détail

Nous avons l honneur de vous soumettre le projet de décret concernant la suspension de

Nous avons l honneur de vous soumettre le projet de décret concernant la suspension de MESSAGE accompagnant le projet de décret concernant la suspension du remboursement des prêts sans intérêts LIM et NPR dans les secteurs des remontées mécaniques et de l hébergement Le Conseil d Etat du

Plus en détail

QUESTIONS REPONSES LES PLUS FREQUENTES?

QUESTIONS REPONSES LES PLUS FREQUENTES? QUESTIONS REPONSES LES PLUS FREQUENTES? En tant qu apprenti je bénéficie des mêmes droits et obligations que les autres salariés de l entreprise? Vrai. Du fait que vous soyez «salarié», vous devez vous

Plus en détail

Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick

Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick Rapport et recommandations du comité de négociation à l intention des membres Unité de négociation pour les foyers de soins Négociations 2014

Plus en détail

La Politique Qualité des Agences Selectour

La Politique Qualité des Agences Selectour La Politique Qualité des Agences Selectour Les agences Selectour : Avec près de 550 agences de voyages et 2 000 experts, nous offrons la garantie pour nos clients d être proches d un de nos points de vente

Plus en détail

1. Problématique et consultations

1. Problématique et consultations Séance de Direction du lundi 4 juin 2007 Exposé des motifs concernant la Décision de Direction sur les Salaires des assistants doctorants à l 1. Problématique et consultations La problématique des conditions

Plus en détail

Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses

Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses Employee Benefits Institute 1. Quels seront les nouveaux taux d intérêt garantis par AXA Belgium

Plus en détail

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4)

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4) Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013 Epreuve de MGUC (U4) Analyse quantitative des résultats Moins de 8 8 note < 10 10 note < 12 12 note < 14 14 et plus Total Nombre 130 122

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 137 DU 26 SEPTEMBRE 2011 RELATIF AU TEMPS PARTIEL

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale PROJET DE LOI N O 108 LOI MODIFIANT LA LOI SUR L ASSURANCE PARENTALE ET D AUTRES DISPOSITIONS LÉGISLATIVES Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales

Plus en détail

Arts visuels et design

Arts visuels et design Arts visuels et design Après les études, les nouveaux diplômés HES en arts visuels et en design travaillent avant tout dans le secteur des services privés, principalement au sein d ateliers de graphisme

Plus en détail

SAVOIR BIEN GUIDER LE CLIENT

SAVOIR BIEN GUIDER LE CLIENT SERVICES FINANCIERS SAVOIR BIEN GUIDER LE CLIENT DIDIER BERT COLLABORATION SPÉCIALE Tarik Haned est planificateur financier à la Caisse Desjardins des Versants du mont Royal, à Outremont. Il répond à nos

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans DOSSIER DE PRESSE Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans 6 juin 2012 Fiche 1 : Présentation de la mesure Fiche 2 : Pourquoi cette mesure? Fiche 3 : Comment s appliquera-t-elle? A qui bénéficiera-t-elle?

Plus en détail

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires Limoges, le 17 octobre 2007 Madame, Monsieur et Cher Client, La Loi 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du Travail,

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ Des prévisions pessimistes confirmées en ce début d année, hormis pour les entreprises

Plus en détail

Projet de réforme des retraites : Premières conséquences pour les régimes d entreprise

Projet de réforme des retraites : Premières conséquences pour les régimes d entreprise Août 2010 Projet de réforme des retraites : Premières conséquences pour les régimes d entreprise Madame, Monsieur, Le projet de réforme des retraites a été adopté par le Gouvernement le 13 juillet, puis

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3225 Convention collective nationale IDCC : 1266. PERSONNEL DES ENTREPRISES DE

Plus en détail

Dossier PME. Positionnement salarial

Dossier PME. Positionnement salarial Dossier PME Positionnement salarial Imaginons la situation suivante: l'entreprise X, active dans le secteur des services, compte 40 collaborateurs et est située en région bruxelloise. La société se développe

Plus en détail

Le droit au crédit-temps

Le droit au crédit-temps Le droit au crédit-temps Le 28 décembre 2011 a été publié au Moniteur belge l Arrêté royal qui a modifié le régime du crédit-temps, et plus particulièrement les conditions d octroi des allocations d interruption

Plus en détail

RVWConsulting. Votre Spécialiste en Gestion des Ressources Humaines

RVWConsulting. Votre Spécialiste en Gestion des Ressources Humaines RVWConsulting Votre Spécialiste en Gestion des Ressources Humaines Chaque entreprise revendique son identité, adoptant une culture qui lui est propre. Inclure une compétence moderne et réfléchie au sein

Plus en détail

Article 29 Groupe de protection des données

Article 29 Groupe de protection des données Article 29 Groupe de protection des données 10972/03/FR final WP 76 Avis 2/2003 concernant l'application des principes de protection des données aux annuaires «Whois» Adopté le 13 juin 2003 Le groupe de

Plus en détail

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Mieux gérer le personnel 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Améliorer la gestion du personnel et obtenir des résultats financiers en contrôlant le trafic

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

Le Contrat d engagement éducatif. CDDP 2 février 2012

Le Contrat d engagement éducatif. CDDP 2 février 2012 Le Contrat d engagement éducatif CDDP 2 février 2012 1 SOMMAIRE 1 Le CEE Kézako? 2 La Directive Européenne 3 La Jurisprudence (CJCE et CE) 4 Conséquences et perspectives 5 Questions diverses 2 Le CEE 1

Plus en détail

Soirée remise des diplômes

Soirée remise des diplômes Soirée remise des diplômes CQP Réceptionniste Responsable développement commercial Attaché(e) commercial(e) vendeur(euse) conseiller(e) commercial(e) Tous toqués! Tous toqués! Dossier de presse vendredi

Plus en détail

Comité de conjoncture Secrétariat. Plan de maintien dans l emploi

Comité de conjoncture Secrétariat. Plan de maintien dans l emploi Plan de maintien dans l emploi Objectif Introduit dans le Code du travail par la loi du 22 décembre 2006 Double introduction des instruments de maintien dans l emploi: 1) Plan de maintien dans l emploi

Plus en détail

Analyse de proposition

Analyse de proposition Analyse de proposition Conseil Académique du 3 juin 2013 : CAC-420-03 Rédaction : Maxence Lenoir Président, 2013-2014 Version : 3 juin 2013 Adoption : 9 juin 2013 Association des Étudiants de Polytechnique

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Documentation de base sur les résultats 2010 des achats tests d alcool

Documentation de base sur les résultats 2010 des achats tests d alcool Département fédéral des finances DFF Régie fédérale des alcools RFA Documentation de base Date 23 mai 2011 Documentation de base sur les résultats 2010 des achats tests d alcool La vente d alcool est soumise

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Vins et commerce de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des

Plus en détail

Simulation Entreprise - Tecstrat

Simulation Entreprise - Tecstrat Simulation Entreprise - Tecstrat Compte-rendu Univers C Entreprise 4 Clémence AITELLI Benoît SIJOBERT Maxime ROBERT Ségolène PEIGNET Tuteur : malek.bouhaouala@ujf-grenoble.fr Introduction Durant deux jours,

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX

L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX Novembre 2005 L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX (articles 60 à 68) La Loi sur l équité salariale vise à corriger les écarts salariaux dus à la discrimination systémique fondée sur le sexe à l égard des

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

Plafond d endettement et de risques de cautionnement, législature 2011 2016

Plafond d endettement et de risques de cautionnement, législature 2011 2016 PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL No 09/11 Plafond d endettement et de risques de cautionnement, législature 2011 2016 Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, I. PREAMBULE Conformément

Plus en détail

7.4 Écarts de rémunération autorisés

7.4 Écarts de rémunération autorisés la rémunération flexible lorsqu'elle n'est pas également accessible aux catégories d'emplois comparées, notamment la rémunération liée aux compétences, au rendement ou à la performance de l'entreprise

Plus en détail

Les compléments salariaux dans les entreprises vaudoises

Les compléments salariaux dans les entreprises vaudoises Les compléments salariaux dans les entreprises vaudoises le partenaire des entreprises Compléments 25 % salariaux : la 2 pratique vaudoise Les compléments salariaux font partie intégrante de la politique

Plus en détail

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES Aidez vos clients à protéger leur entreprise contre les frais imprévus.

Plus en détail

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21 Vos ratios en poche Sommaire Introduction 3 Les bases pour comprendre les ratios 4 Les ratios de rentabilité 8 Les ratios de valeur ajoutée 11 Les ratios de liquidité 14 Les ratios de solvabilité 17 Aller

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Commercialisation de produits et services financiers de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

Le FNS comme employeur

Le FNS comme employeur Le FNS comme employeur Table des matières L essentiel en bref 5 Tâches intéressantes 6 Modèle salarial 7 Salaire 7 Evolution du salaire 7 Compensation du renchérissement 7 Primes spontanées 7 Prévoyance

Plus en détail

1. mediarte.be, Avenue des Gloires Nationales 20, 1083 Bruxelles,

1. mediarte.be, Avenue des Gloires Nationales 20, 1083 Bruxelles, Convention de stage Entre les soussignés 1. mediarte.be, Avenue des Gloires Nationales 20, 1083 Bruxelles, représenté légalement par monsieur Jan Vermoesen, agissant en qualité de directeur, faisant élection

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

"High Performance Workplace Event: People mean business"

High Performance Workplace Event: People mean business "High Performance Workplace Event: People mean business" (Cette conférence a été organisée par la Présidence britannique de l'union européenne, avec le soutien de la Commission européenne) Londres, le

Plus en détail

Congrès mondial du tourisme social, São Paulo, 10 octobre 2014 Séance de clôture / Intervention d Yves Godin, Secrétaire général de l OITS

Congrès mondial du tourisme social, São Paulo, 10 octobre 2014 Séance de clôture / Intervention d Yves Godin, Secrétaire général de l OITS Congrès mondial du tourisme social, São Paulo, 10 octobre 2014 Séance de clôture / Intervention d Yves Godin, Secrétaire général de l OITS Monsieur le Directeur du SESC de São Paulo, Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation)

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les businesstools, aller sous www.banquecoop.ch/business

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Prêts hypothécaires résidentiels BSI. Solutions flexibles et avantageuses réservées à nos clients

Prêts hypothécaires résidentiels BSI. Solutions flexibles et avantageuses réservées à nos clients Prêts hypothécaires résidentiels BSI Solutions flexibles et avantageuses réservées à nos clients 3 BSI, VOTRE PARTENAIRE DE CONFIANCE Depuis plus d un siècle, BSI met un point d honneur à proposer à ses

Plus en détail

Gestion des courtes absences «Win - Win» ou «Lose - Lose?»

Gestion des courtes absences «Win - Win» ou «Lose - Lose?» Gestion des courtes absences «Win - Win» ou «Lose - Lose?» Dr Frédéric Zysset, médecin du travail Ins de travail: un coût important! CHUV :Taux d absences en 2007 Mais Signe d un problème sérieux! Prévention?

Plus en détail

Analyse Financière Les ratios

Analyse Financière Les ratios Analyse Financière Les ratios Présenté par ACSBE Traduit de l anglais par André Chamberland andre.cham@sympatico.ca L analyse financière Les grandes lignes Qu est-ce que l analyse financière? Que peuvent

Plus en détail

Gérer le temps de travail, les congés et les absences

Gérer le temps de travail, les congés et les absences Gérer le temps de travail, les congés et les absences I. L ORGANISATION DES CONGES Le Code du travail prévoit deux catégories de congés : les congés annuels, dits congés payés, qui représentent 2,5 jours

Plus en détail

Etat du Valais. Maternité / Adoption. Service du personnel et de l'organisation

Etat du Valais. Maternité / Adoption. Service du personnel et de l'organisation Etat du Valais Maternité / Adoption Service du personnel et de l'organisation 1 INTRODUCTION Le 1 er juillet 2005 est entrée en vigueur la modification du 3 octobre 2003 de la loi fédérale sur les allocations

Plus en détail

Des experts à votre écoute pour mieux vous conseiller!

Des experts à votre écoute pour mieux vous conseiller! Des experts à votre écoute pour mieux vous conseiller! Qui sommes-nous? Le cabinet SECOVAL Expertise & Conseils, fort d une expérience de plus de 35 ans sur Manosque et ses environs, est spécialisé dans

Plus en détail

La mise en œuvre des principes ultralibéraux dans le droit du travail français.

La mise en œuvre des principes ultralibéraux dans le droit du travail français. La mise en œuvre des principes ultralibéraux dans le droit du travail français. La politique du gouvernement dit socialiste puis social libéral et enfin libéral social, a été marquée par un virage à 180

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES MODULE : GESTION ADMINISTRATIVE EXPOSE SUR LE THEME :

LICENCE PROFESSIONNELLE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES MODULE : GESTION ADMINISTRATIVE EXPOSE SUR LE THEME : Université Catholique de l Afrique de l Ouest Unité Universitaire de Ziguinchor Faculté des Sciences de Gestion Science Foi Action Saint Michel : école affiliée LICENCE PROFESSIONNELLE DE GESTION DES RESSOURCES

Plus en détail

FICHE D EVALUATION ANNUELLE

FICHE D EVALUATION ANNUELLE FICHE D EVALUATION ANNUELLE Objectifs de la fiche d évaluation annuelle L évaluation porte sur le travail accompli par le collaborateur. Elle n est pas un jugement, mais une évaluation, pas sur ce qu il

Plus en détail

Quand l ajustement entrera-t-il en vigueur? La baisse du taux de conversion commencera en janvier 2017.

Quand l ajustement entrera-t-il en vigueur? La baisse du taux de conversion commencera en janvier 2017. Les nouveaux taux de conversion s appliquent à compter de janvier 2017. Vous trouverez ici les réponses aux questions fréquemment posées et vous découvrirez les conséquences des modifications sur les prestations

Plus en détail

OUTPLACEMENT. Année 2009/2010-1 -

OUTPLACEMENT. Année 2009/2010-1 - OUTPLACEMENT Année 2009/2010-1 - PLAN INTRODUCTION : Partie théorique : L outplacement de A à Z : 1- Définition 2- Types d outplacement 3- Objectifs 5- Obligatoire ou volontaire. 6- Qui a le droit de l

Plus en détail

La Réforme de la fiscalité dans l Horeca

La Réforme de la fiscalité dans l Horeca Les Analyses du Centre Jean Gol La Réforme de la fiscalité dans l Horeca Décembre 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle

Plus en détail

DOSSIER SUR LA RÉFORME DE LA FORMATIONmpte Personnel de Formation (CPF)

DOSSIER SUR LA RÉFORME DE LA FORMATIONmpte Personnel de Formation (CPF) DOSSIER SUR LA RÉFORME DE LA FORMATIONmpte Personnel de Formation (CPF) Le CPF est ouvert pour tous les salariés de 16 ans jusqu'à la retraite. Il est entré en vigueur le 1er janvier 2015. Le «Compte Personnel

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Intégration des systèmes voix et données de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

POUR LE PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE DES SECTEURS DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX ET DE L ÉDUCATION INTERVENUE ENTRE, D UNE PART,

POUR LE PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE DES SECTEURS DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX ET DE L ÉDUCATION INTERVENUE ENTRE, D UNE PART, ENTENTE VISANT LA MISE EN ŒUVRE DES ENTENTES FAITES EN CONCILIATION AU SUJET DES PLAINTES DE MAINTIEN DÉPOSÉES À LA COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE AVANT LE 12 MARS 2009 POUR LE PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE

Plus en détail

KoopL. Le portage salarial à portée de main. Une autre approche de votre travail, Rester indépendant en toute tranquillité

KoopL. Le portage salarial à portée de main. Une autre approche de votre travail, Rester indépendant en toute tranquillité KoopL Le portage salarial à portée de main Une autre approche de votre travail, Rester indépendant en toute tranquillité Simplifiez-vous le portage Les activités de services recrutent. Nombreuses sont

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 19 - Contacts : Flore-Aline Colmet Daâge / Guillaume Chevalier Septembre Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail