Unité et diversité du capitalisme.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Unité et diversité du capitalisme."

Transcription

1 ANALYSE ECONOMIQUE ET HISTORIQUE DES SOCIETES CONTEMPORAINES Option économique Stéphane BECUWE Sujet : Unité et diversité du capitalisme. 961 copies corrigées Moyenne du lot : 9,45 Le sujet proposé cette année était assez large et couvrait les deux années du programme. Il demandait donc une bonne capacité de synthèse de la part des candidats. Dans l ensemble, les candidats ont su mobiliser les éléments nécessaires à un traitement convenable du sujet. Celui-ci pouvait se décliner en plusieurs questions : Pourquoi les capitalismes ont-ils suivi des trajectoires contrastées? Leurs différences tiennent-elles à des complémentarités d ordre technologique ou au contraire à une dépendance par rapport aux compromis politiques du passé? Certaines formes de capitalisme sont-elles mieux adaptées que d autres aux transformations actuelles de l économie mondiale? A-t-on des raisons de penser que l internationalisation va pousser à l uniformisation des institutions du capitalisme? etc. Les réponses à ces différentes questions pouvaient privilégier, du point de vue de l analyse économique, soit des comparaisons internationales, des formalisations ou encore mettre en perspective la vaste littérature académique que le «capitalisme contre capitalisme» de Michel Albert avait, en son temps, déjà fait connaître à un plus vaste public. La persistance de la diversité des capitalismes est ainsi attribuée pour certains à la différenciation des sources de la compétitivité des firmes, pour d autres à l historicité des compromis institutionnalisés. D un point de vue théorique, ce sujet pouvait être abordé sous l angle de plusieurs approches : par les variétés institutionnelles du capitalisme (B. Amable) ; l avantage comparatif institutionnel (Hall & Soskice) ; par la construction d idéaux types du capitalisme (rhénan, anglo-saxon, ), par la référence à des stades historiques (perspective marxiste) ; par l étude des formes effectives de la régulation (Boyer) ; par les coûts de transaction (capitalisme managérial, patrimonial) ; par de simples oppositions nationales (le capitalisme américain face au capitalisme chinois) ; etc. Sans doute, le premier point important était de choisir un plan permettant de répondre au mieux au sujet posé. Trois types de plan ont été proposés : i) le plan analytique ii) le plan chronologique iii) le mixte des deux premiers A partir du plan analytique, les candidats pouvaient mobiliser les éléments montrant l unité du capitalisme et ceux qui, au contraire, concouraient à sa diversité. Ce plan était donc en deux parties, le choix de l ordre entre unité et diversité n ayant que peu d importance. Le deuxième plan permettait la réalisation d une grande fresque historique retraçant les différentes étapes du capitalisme de sa naissance à nos jours et ponctuées par les différentes révolutions industrielles. Ce plan présentait l avantage de faciliter la rédaction. Toutefois il avait l inconvénient majeur de ne pas présenter clairement les enjeux de la question, unité et diversité étant diluées dans la narration des faits historiques. Dans le troisième plan, les candidats reprenaient les deux parties du plan analytique et y greffaient un exposé de la situation actuelle du capitalisme. 1

2 Sur les connaissances mobilisées, les caractéristiques communes aux différentes formes de capitalisme n ont pas toujours été au rendez-vous. Cela tient pour l essentiel à la difficulté de définir clairement le capitalisme. Il était nécessaire de différencier et donc de définir les notions de système, de capitalisme, de libéralisme, de marché, etc, et recourir pour cela notamment aux analyses de F. Braudel et de I. Wallerstein. Beaucoup de candidats ont confondu capitalisme et libéralisme ce qui rendait délicat la présentation des arguments prodiversité. Le marché, lieu d échanges et d allocation des ressources fut le parent pauvre de l analyse. Rares ont été les candidats qui ont fait clairement le lien entre le mode d organisation du capitalisme et ses conséquences sur les économies. Certains, parmi les meilleurs, ont été capables de mentionner que certes le capitalisme pouvait connaître des crises et engendrer des déséquilibres sur les marchés, en particulier celui de l emploi, mais, il était capable néanmoins de s adapter et d évoluer sans cesse face à ses contradictions et aux contraintes imposées par l environnement. Parmi les auteurs utilisés, Marx est apparu systématiquement dans les copies. De même, la contribution de Smith et dans une moindre mesure celles de Walras et de Marshall ont été mentionnées asses systématiquement. Michel Albert et l Ecole de la Régulation ont été retenus pour exposer les différents types de capitalisme rencontrés dans l espace et dans le temps. Toutefois, des références plus récentes, telles celles de B. Amable qui distingue cinq types de capitalisme (libéral de marché, asiatique, européen continental, social-démocrate, méditerranéen), ou encore celle de J. Hall qui distingue les économies de marché libérales et les économies de marché coordonnées, de même que les travaux de J. Baechler et de D. North sur les liens entre les institutions et le capitalisme, n ont que très (trop) rarement été mentionnées. Sur la forme, les copies ont été courtes (huit pages en moyenne). Si un effort a été porté sur la qualité de l introduction, on regrette que la conclusion ne fasse pas l objet d une plus grande attention. Celle-ci reste en général très banale et peu intéressante. Correcteurs : Stéphane BECUWE, Claude-Danièle ECHAUDEMAISON, Christian ELLEBOODE, Claude MATHIEU. 2

3 Analyse économique et historique des sociétés contemporaines Copie d un candidat La problématique est bien posée. Les connaissances et les références théoriques, bien adaptées au sujet, sont nombreuses. Le devoir est bien structuré. Chaque partie débouche sur de nouvelles interrogations qui contribuent à renforcer la logique de la structuration du devoir. Au 19ème siècle, David Ricardo annonçait l arrivée prochaine de «l état stationnaire» en raison du manque de progrès technique dans le domaine agricole. Par la suite, Karl Marx prévoyait la chute du taux de profit pour les entrepreneurs. Aujourd hui, on parle cependant d un capitalisme à l échelle planétaire qui ne semble nullement tendre vers l état stationnaire. Le capitalisme aurait-il évolué ou changé de logique? On peut définir le capitalisme tout d abord comme un mode de production reposant sur l accumulation du capital, qui tend à devenir, dans un sens plus large, un mode de régulation des économies fondé sur la logique de marché, la nationalisation de la production ou encore l élargissement des formes d échanges. Dans quelle mesure peut-on parler d unité du système capitaliste? Celui-ci ne repose-t-il pas sur des principes fondateurs singuliers? Ne remarque-t-on pas en outre une uniformisation des économies capitalistes en terme de régulation? Toutefois, peut-on toujours déceler les mêmes logiques à l œuvre dans le capitalisme? La diversité du capitalisme n est-elle pas aujourd hui à repenser? Nous analyserons tout d abord le capitalisme sans la logique de l unité avec des principes fondateurs et une convergence des économies capitalistes. Nous tenterons ensuite de mettre en lumière les évolutions du capitalisme. Tout d abord, le capitalisme apparaît comme un système singulier dans la mesure où il repose sur des principes définis qui fondent l unité de la logique capitaliste. En effet, nous pouvons relier le système capitaliste à un certain nombre de valeurs. Ce mode de production est pensé parallèlement à une série de principes, ceux du libéralisme. Dès le 19ème siècle, l individu devient la figure centrale de la société mais aussi de l économie. Rappelons l héritage mercantiliste des principes libéraux : l enrichissement devient une véritable valeur et le marchand est reconnu. L espagnol Ortiz s était ainsi donné pour logique de rechercher l accumulation maximale de métaux précieux. Par la suite, les libéraux ont réclamé davantage de liberté et de marché. Pierre Le Pesant de Boisguilbert demanda la reconnaissance de l économie, indépendante du politique. Les influences de la réforme et de la philosophie des Lumières un peu plus tard accompagnèrent le nouveau système de valeurs. Ceci fait en quelque sorte l unité du capitalisme se fondant sur l enrichissement personnel et celui de la nation, l accumulation ou la prédominance du marchand. La révolution industrielle qui débuta au 18ème siècle concrétisa le système de par l émergence de l industrie, de l innovation et des échanges. L unité du système repose de même sur une théorie du capitalisme, celui-ci devenant dès lors un mode particulier de régulation des économies. 3

4 La logique capitaliste est basée notamment sur la figure de l entrepreneur. R. Cantillon est le premier à définir l entrepreneur : c est alors celui qui prend des risques et qui est rémunéré à partir de «gages incertains». L entrepreneur devient celui qui trouve diverses combinaisons des moyens de production, dans le but d une rationalisation productive. Le capitaliste est alors un personnage unique qui innove et prend des risques selon J. Schumpeter dans «Théorie de l évolution économique» (1911). L esprit capitaliste est donc singulier et répond à une logique propre. Karl Marx est d ailleurs considéré comme le grand théoricien du capitalisme, il explique que le système repose sur l exploitation de la force de travail, le but pour l entrepreneur était de maximiser sa plus value. Afin d accroître l écart entre la valeur du travail et la reconnaissance de ce travail, le capitaliste peut augmenter la plus value relative, c est-à-dire, faire diminuer la valeur de la force de travail, en augmentant l intensité capitalistique par exemple. Cette plus value est en outre utilisée non pas dans une logique d investissements mais dans un désir d accumulation et de profit. Ces principes fondateurs mettent ainsi en lumière l idée d une unité du capitalisme. D autre part, il semble que le système capitaliste se soit élargi à l échelle mondiale avec la diffusion d un modèle économique unique. Si les contextes ou les méthodes d accumulation du capital divergent, la finalité est toujours la même, c est en cela que nous pouvons parler d unité du capitalisme. Le marxiste Parvus avait déjà énoncé l idée de mouvements cycliques longs rythmés par l élargissement du mode de production capitaliste à d autres zones du globe. L accélération des échanges et l internationalisation des économies correspondent à cette logique. Le capitalisme s est doté d une dimension internationale mais ceci ne signifiant pas sa diversité. La rationalisation de la production est pensée à l échelle mondiale. Quels sont aujourd hui les Etats qui n appartiennent pas à la DIT (Division internationale du travail)? Ils sont au nombre de quatre : le Laos, la Birmanie, Cuba et la Corée du Nord. Or, la DIT peut être considérée comme une manière de penser l organisation du travail scientifiquement. Dans son ouvrage Les multinationales globales, W. Andreff décrit la stratégie des firmes et son évolution. Les stratégies d approvisionnement et de marché ont cédé place dès les années 60 à une stratégie de rationalisation de la production reposant notamment sur la DIPP (Décomposition internationale du processus de production) ou sur des délocalisations ponctuelles. Depuis les années 80, les FMN tendent d utiliser une stratégie techno financière, recherchant à multiplier les filiales à la pointe de la technologie ou représentant de véritables pépites financières en raison de leur valeur sur le marché financier. Ces divers exemples soulignent le principe d unité du capitalisme, les économies développées et les firmes nationales - si l expression peut encore faire sens dans un contexte de mondialisation développent toutes la même logique. Ainsi si les méthodes ou les combinaisons productives peuvent exprimer un capitalisme pluriel, le principe reste le même. L expérience d Henry Ford et de la standardisation de la Ford T coïncide dans une certaine mesure avec celle de Taichi Ohno et de la production à flux tendus : les deux protagonistes recherchaient avant tout productivité et efficacité. Les voies du capitalisme ne sont pas multiples, comme l a mis en évidence W.W. Mostow dans Les étapes de la croissance économique (1960) : il existe dans le système capitaliste un unique schéma de développement, constitué de cinq étapes. Les sociétés doivent s ouvrir au changement, puis l épargne et l investissement poussent l économie vers le décollage du système capitaliste. En outre, nous assistons aujourd hui à une uniformisation de la régulation des économies capitalistes. Aujourd hui, l idée d unité du capitalisme est sans doute à relier à la généralisation ou à l expansion du modèle anglo-saxon. Depuis les années 80 et le visage libéral de M. Thatcher et R. Reagan, le système capitaliste tend à être pensé d une seule façon. Dans une certaine mesure, les politiques économiques convergent : les objectifs deviennent la désinflation, le partage de la valeur ajoutée semble s orienter davantage en faveur des profits à l échelle mondiale. Ainsi la croissance des années 90, autrement appelée la «Nouvelle économie» représente tout-à-fait cette nouvelle unité du capitalisme : l innovation est placée au cœur de la croissance, le financement des économies s oriente vers les marchés financiers. P. Chalmain a résumé cette récente période de croissance en trois mots : «le monde, la puce et le marché». Le capitalisme est pensé sous une seule voie : c est ce qui fait son unité. L arrivée de la Chine au sein de l OMC (Organisation mondiale du commerce) peut de même en témoigner. Cependant, si les principes fondateurs du système capitaliste diffusent l idée d un système singulier, les logiques du capitalisme semblent avoir évolué au long de l histoire mais aussi selon les différents contextes nationaux. L idée d une diversité du capitalisme n est donc pas à négliger. 4

5 On peut ainsi parler de capitalismes au pluriel, notamment si l on se réfère à l histoire. L historien Fernand Braudel a récusé l idée de l émergence du système capitaliste lors de la révolution industrielle. Selon lui, le capitalisme s inscrit sur le long terme. Si la révolution industrielle entraîne l émergence du capitalisme industriel, dès les 15ème au 16ème siècle, l esprit capitaliste était présent à travers le capitalisme marchand et le commerce maritime. Cette analyse nous mène ainsi à penser la multiplicité des visages du capitalisme. Le courant régulationniste a pensé ainsi la succession de divers modes de régulation, chacun se fondant sur un certain régime d accumulation du capital et sur des rapports sociaux spécifiques. Ainsi, la Grande Dépression dès 1873 marque l avènement du capitalisme concurrentiel, les rapports sont essentiellement marchands et monétaires, l Etat se «désencastre» de l économique et du social pour reprendre une expression de K. Polanyi. Sur cette période, la croissance est alors extensive, le but étant l augmentation des facteurs de production. La concurrence est de même à la base même de ce capitalisme ; rappelons que la fin du 19ème marque l émergence d une réglementation anti-concurrentielle, comme le souligne le Sherman Act en Cependant, les années 20 et particulièrement la crise des années 30 peuvent être analysées comme une crise entre deux modes de régulations. Comme Charles Kindleberger le souligne, le consensus néoclassique est remis en cause lorsque les salaires deviennent rigides à la baisse en période de crise, dans les années 30. C est ce qui mène ainsi au capitalisme dit «monopoliste», régulant les économies développées jusqu à la fin de la période fordiste, vers L Etat est alors non seulement au service du capitalisme privé mais devient acteur du capitalisme. La logique d accumulation est pourtant toujours présente ; cette période représente pour la France «l âge d or» de la politique industrielle de par les nationalisations et surtout la politique de «champion national» de Ch. De Gaulle en La concentration n est-elle pas au cœur de la logique d accumulation? La régulation et la logique sont simplement différentes : l Etat est présent, les rapports sociaux ne sont pas uniquement marchands puisqu ils fondent le compromis salarial fordiste. Depuis les années 80 et particulièrement à l heure actuelle, le capitalisme semble régi par de nouvelles logiques. Le système est alors dit financier, ceci étant lié à la prédominance des marchés des marchés de capitaux pour le financement des économies. La logique correspond alors à celle de la globalisation financière ou des «trois D» selon H. Bourguinat : décloisonnement, désintermédiation et dérèglementation. Certes, l un des principes reste la liberté mais celle-ci s est étendue au marché de capitaux. Nous pouvons en ce sens parler de diversité du capitalisme. En outre, cette diversité est également à penser en termes de spécificités nationales ; En 1991, dans son ouvrage Capitalismes contre capitalisme, Michel Albert distinguait deux modèles : le modèle anglo-saxon et le modèle rhénan. Selon lui, le capitalisme anglo-saxon suit une logique de marché, de désengagement de l Etat et d absence de solidarité sociale. Quant au modèle rhénan, M. Albert le pensait alors supérieur et plus propice à la réussite dans la mesure où il repose sur un compromis entre l Etat et le marché, un financement intermédié (par le système bancaire) et une forte protection sociale. Qu elles qu aient pu être les critiques au sujet de cet ouvrage, l analyse de M. Albert nous intéresse dans la mesure où elle pense la diversité du capitalisme. Cependant, si la spécificité allemande pouvait être l alliance entre les banques et l industrie par exemple, ce que Hilferding résumait pour l expression «capitalisme financier», elle semble aujourd hui remise en cause. L uniformisation du capitalisme à l échelle planétaire suivant les principes du modèle anglo-saxon n a point entraîné la victoire du modèle rhénan anticipée par M. Albert. Les entreprises allemandes commencent ainsi à se financer sur le marché financier et les fusions acquisitions à logique financière se multiplient. L exportation du capitalisme anglo-saxon semble avoir des limites comme le soulignent les difficultés rencontrées par l entreprise Krupp suite à une OPA (offre publique d achat) ou la contestation sociale. M. Albert le reconnaît d ailleurs en expliquant que la version du capitalisme anglo-saxon à l échelle mondiale est «plus dure [ ], plus sauvage, plus jungle que la version originale». C est ce qui nous amène à penser la limite de l unité du capitalisme et la nécessité de sa diversité. 5

6 La France s est depuis quelques années également alignée sur le «nouveau capitalisme mondialisé», toujours hésitante cependant entre exception et uniformisation. Cependant, comme l explique E.Izraëlewicz dans Le capitalisme zinzin (1999) ce modèle reposant sur l allocation des ressources par le marché financier ne convient pas à la France qui se trouverait alors en situation de dépendance envers les capitaux étrangers. Rappelons que 40 % des valeurs françaises sur le marché financier sont détenues par des investisseurs étrangers. Ainsi, l élargissement d un modèle unique à l échelle du globe présente des limites et l unité du capitalisme est sans doute à repenser. Le capitalisme semble aujourd hui uniquement pensé sans l influence du «consensus de Washington», expression énoncée par J. Williamson en 1989 pour définir l idéologie libérale exprimée au travers des plans d ajustement structurel du FMI (Fonds monétaire international). En effet, ceux-ci ont été mis en place suite à la crise de la dette de certains PED en Ils consistent à délivrer des aides pour les pays en développement sous un certain nombre de conditions telles que les privatisations, la libéralisation financière, l équilibre budgétaire Cette unité dans la manière de concevoir le système capitaliste présente des risques selon J. Stiglitz. Dans La grande désillusion en 2002, il critique les dérives du capitalisme actuel en citant notamment l exemple des faillites bancaires au Kenya en liées à la dérèglementation financière. L élargissement du capitalisme ne devrait pas signifier l unicité du modèle, d autant plus que l histoire montre la possible diversité du capitalisme. Dominique Plihon, enfin, semble à la fois parler d unité et de diversité du capitalisme. Dans Le nouveau capitalisme en 2001, il parle d une nouvelle forme de capitalisme ce qui pourrait signifier une certaine diversité, cependant il récuse par la suite l unité du système dans une voie dangereuse : le «Shareholders capitalism» qui prenait en compte les intérêts des entrepreneurs, des salariés ou des propriétaires du capital a cédé place au «shareholders capitalism» dans lequel seuls les actionnaires ont le droit de parole. Le capitalisme devient un «capitalisme actionnarial mondialisé» qui représente de gros risques sur l économie réelle, d où le besoin de diversité et de respect des spécificités nationales. En somme, si le capitalisme est apparu comme un système particulier avec des principes uniques fondateurs et fédérateurs tels que le libéralisme, les logiques ont évolué. Certes, les valeurs individuelles et l enrichissement sont au cœur du système et de plus le capitalisme est avant tout un mode de production reposant sur l accumulation du capital et la rationalisation de la production. L élargissement de ces principes à l échelle du globe souligne de plus l idée d unité. Cependant, le capitalisme a évolué tout au long de l histoire. Aujourd hui, nous pouvons ainsi peut-être parler d un nouveau capitalisme «zinzin» comme le dit Erik Izraëlewicz dans lequel actionnaires et investisseurs institutionnels sont rois. La diversité doit toutefois être également pensée à l échelle des pays et pas seulement à l échelle de l histoire. La méthode du «One Best Way» a toujours des limites. L unité du capitalisme est à relativiser, le système s est adapté aux contextes et aux compromis. Aujourd hui un compromis est peut-être à repenser entre le marché et l Etat. De nouvelles logiques sont à intégrer et les modes de production doivent prendre en compte les nouvelles défaillances du marché. Le capitalisme est multiple et doit évoluer. Selon Oystein Dahle, ex.viceprésident d Esso Norvège : «Le socialisme s est effondré car il ne laissait pas les prix dire la vérité économique, le capitalisme pourrait s effondrer car il ne laisse pas les prix dire la vérité écologique». A quand un capitalisme écologique? 6

7 Epreuve de maths 2 option économique (1) Epreuve ouverte sous la responsabilité de l'essec Moyenne par école Ecoles Moyennes Candidats ESSEC Moyenne de l épreuve : 7.84 Nombre de candidats : 955 (1) Statistique toutes écoles non disponible pour l épreuve de mathématiques, option Lettres et sciences humaines. 7

8 8

9 9

10 10

11 11

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Financement et rentabilité des investissements

Financement et rentabilité des investissements Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Financement et rentabilité des investissements Maximiser les revenus des investissements Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3252-0

Plus en détail

Systèmes d innovation et territoires. Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011

Systèmes d innovation et territoires. Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011 Systèmes d innovation et territoires Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011 1 Les trajectoires de croissance Théorie de la croissance traditionnelle Solow (1957) Connaissance comme bien libre Toutes pays

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS I PANTHÉON-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS I PANTHÉON-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS I PANTHÉON-SORBONNE 1 ère année de Sciences Économiques (L1) Théories économiques 1 : Valeur et répartition (Division III) Cours de Mme Ai-Thu DANG Le cours comprend trois parties : -

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance I) Les facteurs de la croissance A) Contribution des facteurs de production 1. Les facteurs de production Les sources de croissance La croissance économique ( = accroissement de la production d un pays)

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

Chapitre 1. Analyse de l environnement international...

Chapitre 1. Analyse de l environnement international... Table des matières Introduction....................................................................... 1 Remerciements....................................................................... 2 Chapitre

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES

RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES INSTITUT NEMO 36/38 avenue Pierre Brossolette 92240 MALAKOFF Tel : 01 79 41 13 40 Fax : 01 49 85 00 04 n VERT : 0800 80 40 22 Nouveau référentiel applicable

Plus en détail

APESS. Une authentique organisation d éleveurs liés à la tradition

APESS. Une authentique organisation d éleveurs liés à la tradition APESS Une authentique organisation d éleveurs liés à la tradition Plan de l exposé 1. Contexte de naissance et d évolution 2. Contexte nouveau et nouveaux enjeux 3. Choix politique et projet de société

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE

FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE 1 Christian Milelli (CNRS EconomiX) Workshop «Localisation des entreprises et performances des territoires» Nanterre 18 novembre 2009 Problématique Modalités

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2015 à 9 h 30 «La revalorisation des pensions et des droits à la retraite : problématique et résultats de projection» Document N 5 Document

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

DEVOIR N 2 économie d entreprise

DEVOIR N 2 économie d entreprise DEVOIR N 2 économie d entreprise PROGRAMME : Les systèmes et la gestion de production L'évolution de la production La logistique et l approvisionnement L activité financière Les fondements de la GRH La

Plus en détail

Mon Master à l ESTIM

Mon Master à l ESTIM Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique L Ecole Supérieure des Technologies d Informatique et de Management Mon Master à l ESTIM Livret des études «A l ESTIM Business School

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

UE 5 - ECONOMIE. Niveau L : 210 heures 18 ECTS. 2. L économie de marché : son fonctionnement et ses imperfections (70 heures) Avril 2006 1

UE 5 - ECONOMIE. Niveau L : 210 heures 18 ECTS. 2. L économie de marché : son fonctionnement et ses imperfections (70 heures) Avril 2006 1 UE 5 - ECONOMIE Niveau L : 210 heures 18 ECTS Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. Grands courants de pensée et principaux faits économiques et sociaux (35 heures) 1.1 Histoire des faits

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010)

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) 1 ère année UE 1 GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE niveau M : 180 heures 20 ECTS coefficient

Plus en détail

Comment choisir la spécialité pour la classe de Terminale? Une démarche en trois étapes

Comment choisir la spécialité pour la classe de Terminale? Une démarche en trois étapes Comment choisir la spécialité pour la classe de Terminale? Une démarche en trois étapes 1 Identifier des prérequis éventuels liés aux Identifier des prérequis éventuels liés aux choix d orientation post-bac

Plus en détail

heurts et consensus ÉDITORIAL

heurts et consensus ÉDITORIAL LA CRISE : heurts et consensus ÉDITORIAL michel rogalski Cette crise que bien peu ont vu venir, notamment parmi ceux qui avaient prophétisé un peu hasardeusement la «fin de l Histoire», alimente en boucle

Plus en détail

Demain l emploi si...

Demain l emploi si... Demain l emploi si... Sous la direction de Michel Didier Le rapport REXECODE 2006 Table des matières Remerciements..................................2 Introduction.....................................5

Plus en détail

Comment ouvrir son capital à. investisseurs.

Comment ouvrir son capital à. investisseurs. Comment ouvrir son capital à des investisseurs? Introduction La vie d une entreprise et son développement connaîtront de nombreuses étapes qui constitueront pour son actionnaire dirigeant autant d occasions

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE

MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE 1 MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE CURRICULUM D ECONOMIE GENERALE CLASSE DE TERMINALE G SOMMAIRE 1 Budget horaire 2 Calendrier annuel

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Loyauté entre acteurs économiques Thème de la journée de consultation : Loyauté

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

INTRODUCTION A L ECONOMIE PARTIE 3 : L ECONOMIE MONDIALISEE

INTRODUCTION A L ECONOMIE PARTIE 3 : L ECONOMIE MONDIALISEE INTRODUCTION A L ECONOMIE PARTIE 3 : L ECONOMIE MONDIALISEE 1 LEA L2 - PARCOURS TRADUCTION I L INTERNATIONALISATION DU COMMERCE ET DE LA PRODUCTION A La nature des échanges 1 Que s échange-t-on? 2 I L

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net?

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? Petit Déjeuner Syntec_Costalis, le 17 novembre 2009 L optimisation des coûts dans vos PME : Quelles

Plus en détail

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE Université Paris1- Panthéon Sorbonne : ommerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 ORRIGE Partie 1: Questions à choix multiple (8 points : 1 point chacune) Reporter sur votre

Plus en détail

Réforme du secteur électrique en Afrique Sub- Saharienne : retour vers plus de pragmatisme?

Réforme du secteur électrique en Afrique Sub- Saharienne : retour vers plus de pragmatisme? Réforme du secteur électrique en Afrique Sub- Saharienne : retour vers plus de pragmatisme? Dans les années 90, la recherche d une plus grande efficacité des entreprises du secteur de l énergie alliée

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France

Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France 1

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT

COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT I) L'internationalisation des échanges A) Mesurer les échanges La balance des paiements Le taux d'ouverture La part de marché Le taux de pénétration

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

Économie Introduction du cours

Économie Introduction du cours Économie Introduction du cours Université Panthéon-Assas Collège de Droit 1 ere année Etienne LEHMANN Professeur d Economie à l Université Panthéon-Assas etienne.lehmann@ensae.fr http://cred.u-paris2.fr/node/69

Plus en détail

2009 et DUBAR C., TRIPIER P., Sociologie des professions, Collection U, Armand Colin,, 2 éd., 2009

2009 et DUBAR C., TRIPIER P., Sociologie des professions, Collection U, Armand Colin,, 2 éd., 2009 L apport de la sociologie des professions 1 à une définition positive des professions libérales. Il est très difficile de trouver une définition «positive» des professions libérales, souvent les professions

Plus en détail

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4)

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4) Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013 Epreuve de MGUC (U4) Analyse quantitative des résultats Moins de 8 8 note < 10 10 note < 12 12 note < 14 14 et plus Total Nombre 130 122

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/13/INF/8 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER MAI 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Treizième session Genève, 19 23 mai 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LE RÔLE DES BREVETS

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain.

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Professeur Hugh Campbell Université d Otago, Nouvelle-Zélande La politique agricole avant la Deuxième guerre

Plus en détail

Licenciements économiques et marchés financiers. Introduction :

Licenciements économiques et marchés financiers. Introduction : Licenciements économiques et marchés financiers. Introduction : «Que notre économie soit florissante et nos entreprises prospères ou que la conjoncture flirte avec la récession, les plans sociaux et les

Plus en détail

Gouvernance et communication financière

Gouvernance et communication financière COLLECTION QUESTIONS DE GOUVERNANCE Gouvernance et communication financière Yves Brissy Didier Guigou Alain Mourot Préface Alain Viandier Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54204-2 Sommaire Les auteurs...

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui

Plus en détail

LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE

LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE - le libéralisme - le socialisme - le keynésianisme I. Le courant libéral (XVIII s) Adam SMITH (1723-1790) un des pères fondateurs du courant libéral (son ouvrage principal

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Les indices customisés

Les indices customisés Les indices customisés d IEM Finance Indices boursiers, l expertise spécialisée d IEM Finance 2 Les indices boursiers sont au cœur de l innovation financière car ils sont une synthèse d informations multiples.

Plus en détail

Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP

Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP Régulation et structure de marché La structure de marché n est pas un donné

Plus en détail

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES 1 CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES Cécile AYERBE Michel BERNASCONI L a création d entreprises innovantes a fait l objet d attention de la part des chercheurs du fait de la complexité

Plus en détail

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité Introduction «Corsetés par des règles de gouvernance surannées ( ) les ports français ont connu un déclin

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE Abdellatif Jouahri Wali de Bank Al-Maghrib Rabat, 20 octobre 2015 1 Je tiens

Plus en détail

Propreté & Services Associés - Logistique & Manutention - Assistance Aéroportuaire Ingénierie & Maintenance Nucléaire - Décontamination,

Propreté & Services Associés - Logistique & Manutention - Assistance Aéroportuaire Ingénierie & Maintenance Nucléaire - Décontamination, Propreté & Services Associés - Logistique & Manutention - Assistance Aéroportuaire Ingénierie & Maintenance Nucléaire - Décontamination, Démantèlement Nucléaire Gestion des Déchets - Sécurité Humaine &

Plus en détail

Réseau de formateurs : Denis Ducamp, Vincent Michecoppin, Marie-Line Zanon

Réseau de formateurs : Denis Ducamp, Vincent Michecoppin, Marie-Line Zanon ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS BACCALAURÉAT STG ÉCONOMIE-DROIT PROPOSITION D ÉVALUATION TYPE SUJET BAC AVRIL 2006 Période d évaluation : premier trimestre année de terminale STG. Points du programme testés :

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Conseil National du Commerce Extérieur La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Anticiper Partager Agir 2000 www.cnce.org.ma Sommaire INTRODUCTION 1. LE NOUVEAU CONTEXTE

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Chapitre 10 L organisation de la production

Chapitre 10 L organisation de la production Chapitre 10 L organisation de la production 1. L entreprise et ses problèmes économiques 2. L efficacité technique et l efficacité économique 3. L information et l organisation 4. Les marchés et l environnement

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Gestion de Développement des Ressources Humaines

Gestion de Développement des Ressources Humaines Gestion de Développement des Ressources Humaines DE LA FONCTION PERSONNEL A LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES : EVOLUTION HISTORIQUE Pour assurer sa fonction de production, l'entreprise utilise des facteurs

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

Présentation de l épreuve

Présentation de l épreuve MÉTHODO Présentation de l épreuve 1. Programme de l arrêté du 22 décembre 2006 DURÉE DE L ENSEIGNEMENT ÉPREUVE N 11 CONTRÔLE DE GESTION (à titre indicatif) : 210 heures 18 crédits européens 1. Positionnement

Plus en détail

TECHNIQUES COMMERCIALES DU COMMERCE INTERNATIONAL

TECHNIQUES COMMERCIALES DU COMMERCE INTERNATIONAL MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION TECHNIQUES

Plus en détail

Chap 6. Le marché : la demande globale

Chap 6. Le marché : la demande globale Chap 6 Le marché : la demande globale L entreprise commerciale doit adopter son offre aux attentes des consommateurs. Pour cela, elle doit parfaitement les connaître et s adapter à leurs spécificités.

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

Epargne longue : la nouvelle donne

Epargne longue : la nouvelle donne Epargne longue : la nouvelle donne Septembre 2008 Etude disponible le 1 er septembre 2008 Les objectifs Traiter les questions de fond -réglementation, fiscalité, taille et segmentation du marché, etc.-

Plus en détail

Référentiel BTS COMMERCE INTERNATIONAL

Référentiel BTS COMMERCE INTERNATIONAL Référentiel BTS COMMERCE INTERNATIONAL INSTITUT NEMO 36/38 avenue Pierre Brossolette 92240 MALAKOFF Tel : 01 79 41 13 40 Fax : 01 49 85 00 04 n VERT : 0800 80 40 22 Référentiel commun européen E4 ETUDE

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES D ENTRÉE EN 3 ème ANNÉE

PROGRAMME DES ÉPREUVES D ENTRÉE EN 3 ème ANNÉE Durée 4H, coefficient 1 L épreuve de culture générale vise un triple but : 1 ère ÉPREUVE : CULTURE GÉNÉRALE 1. Vérifier le niveau général des connaissances des candidats Si l épreuve ne comporte aucun

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques»

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Avant-propos Mode d emploi du guide TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Chapitre 1 Les PME : Spécificités et problématiques liées au développement 1.1 Le monde méconnu des

Plus en détail

La dette marocaine : Convertir en investissement, privatiser ou auditer et annuler

La dette marocaine : Convertir en investissement, privatiser ou auditer et annuler La dette marocaine : Convertir en investissement, privatiser ou auditer et annuler Aperçu bref sur la dette du Maroc Aperçu bref sur la dette du Maroc Avant l indépendance Opérations effectuées au profit

Plus en détail

L ORGANISATION COMMERCIALE

L ORGANISATION COMMERCIALE L ORGANISATION COMMERCIALE I. Les structures commerciales L équipe commerciale est définie, au sens large du terme, comme l ensemble des acteurs intervenant dans le processus de vente. Organiser l équipe

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail