FASCICULE 7 Droits moraux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FASCICULE 7 Droits moraux"

Transcription

1 FASCICULE 7 Droits moraux Pierre-Emmanuel MOYSE Professeur, Faculté de droit, Université McGill, et directeur du Centre des politiques en propriété intellectuelle * À jour au 26 novembre 2012 POINTS-CLÉS 1. Le droit moral est un concept civiliste qui se définit comme un ensemble de prérogatives visant la protection des intérêts extrapatrimoniaux de l auteur. Sa fonction n est pas directement liée au contrôle de l exploitation économique de l œuvre mais vise à reconnaître les droits de la personne de l auteur dans son œuvre (V. n os 1 à 13, 35, 36 et 72 à 75). 2. Le Canada a été le premier pays de tradition de copyright à consacrer les droits moraux dans la forme prévue à l article 6bis de la Convention de Berne de 1928 (V. n os 14 à 23). 3. Le droit moral a été introduit dans la Loi canadienne sur le droit d auteur en Elle reconnaît deux de ses principales manifestations : le droit de paternité ou droit d attribution et le droit à l intégrité ou droit au respect de l œuvre (V. n os 24 à 34). 4. Le système canadien est dualiste : les droits moraux bénéficient dans la Loi canadienne sur le droit d auteur d un traitement indépendant des droits pécuniaires. Ce dualisme est pourtant à l avantage des droits économiques auxquels on accorde en pratique une plus grande importance (V. n os 35 à 50). 5. Le principe même du droit moral peine à trouver application au Canada, d abord en raison des divergences conceptuelles entre traditions de droit d auteur et copyright qu il met en évidence (V. n os 48 à 50), ensuite en raison des conditions particulièrement strictes d application des droits d intégrité et de paternité (V. n os 11 et 76). 6. Les droits moraux sont dits insaisissables et inaliénables. L auteur peut en revanche y renoncer (V. n os 66 à 69). * <http://www.cipp.mcgill.ca/fr/>. (6017) 7 / 1

2 II. Propriété littéraire et artistique 7. Les droits moraux de l auteur ont la même durée que les droits économiques; ils subsisten t pendant la vie de l auteur, puis jusqu à la fin de la cinquantième année suivant celle de son décès (V. n o 70). 8. Le droit de paternité consiste pour l auteur au droit de voir son nom associé à son œuvre, de demeurer dans l anonymat ou de faire connaître son œuvre sous un nom d emprunt (V. n os 76, 77 à 88). 9. Le droit d intégrité est le droit d empêcher toute déformation, mutilation ou modification préjudiciable de l œuvre. Ce droit est assujetti à la preuve que l acte reproché constitue une atteinte à l honneur ou à la réputation de l auteur (V. n os 89 à 93). 10. La violation des droits moraux donne ouverture aux recours ordinaires et extraordinaires disponibles pour les droits économiques y compris le droit à réparation sous forme de dommages-intérêts (V. n os 72 à 75). 11. La Loi sur la modernisation du droit d auteur (L.C. 2012, c. 20, entrée en vigueur le 7 novembre 2012) étend le bénéfice des droits moraux aux artistes-interprètes (art et 17.2, 28.1 et 28.2, 34(2) de la Loi modifiée) (V. n o 1). TABLE DES MATIÈRES Introduction : 1-4 I. Prolégomènes : 5-13 II. Développement international et contexte législatif : A. Le droit moral dans la Convention de Berne : Évolution du texte de Rome de 1928 : B. Les droits moraux en droit canadien : Jurisprudence : Doctrine : Législation spéciale préalable à la loi de 1931 : III. Rétrospective sur les théories du droit moral État des questions : A. Théories personnalistes : Impact du subjectiviste sur le droit d auteur continental : Doctrines personnalistes : B. Monisme et dualisme : C. Place du droit moral dans la common law : droit ou remedies?: IV. Protection du droit moral : A. Caractères du droit moral : Caractère personnel des droits moraux : a) Auteurs et titulaires : b) Auteur et artiste : 57 (6017) 7 / 2

3 Fasc. 7 Droits moraux c) Auteur et personne morale : d) Exercice du droit moral par autrui : (i) Dévolution successorale des droits moraux : (ii) Exercice du droit moral dans le cadre d un mandat : Inaliénabilité et renonciation du droit moral : Insaisissabilité du droit moral : 69 B. Durée des droits moraux : 70 V. Exercice des droits moraux : A. Prescription des droits d action : B. Abus des droits moraux : 75 C. Attributs du droit moral : Droit de paternité : a) Nature et régime du droit d attribution : b) Caractère raisonnable des usages du nom : 85 c) Rapport du droit de paternité avec le droit d exploitation : Droit à l intégrité de l œuvre : a) Éléments matériels du droit d intégrité : 89.1 b) Atteinte à l honneur et à la réputation : INDEX ANALYTIQUE Auteur, 13 Absence de définition, Artisan, 58 Artistes-interprètes, 85 Auteur-créateur, 37 Compositeur, 85 Condition essentielle des droits moraux, 55 Contrat d écriture (et), 80 Contrefaçon (et), 79 Directives européennes, 59 Employé, voir Œuvre (Création d employés) Mesure du droit d auteur, 38, 40 Notion d artiste, 52, Personne morale, 52, 58 Code civil du Québec, 61 Propriétaire (distinction), 37, 53 Loi canadienne, 52 Biens juridiques, voir Droits patrimoniaux (Définition) Code criminel, 27, 29 Recours, 82 Common law Droit d auteur, 16 Définition, 8 Notion de patrimoine (et), 7 Reconnaissance des droits moraux, Canada, 31 États-Unis, 16, 21 Royaume-Uni, 16 Contrat d écriture, 80 Convention de Berne, voir Traités internationaux Copyright, 3, 8, Droit civil Pensée civiliste, 9 Influence en droit canadien, 26 Notion de droit, 35 Recours, 73 Responsabilité civile, 56, 83 Droit d accession Définition, 11 Droit d attribution, 2, 31 Définition, 11 (6017) 7 / 3

4 II. Propriété littéraire et artistique Mise en œuvre, 77-78, 88 Recours, 31, 56 Droit d auteur, 1, voir aussi Common law, Droit moral Abus de droit, 75 Attributs, 6 Législation canadienne, 2 Auteurs étrangers, 29 Bénéfice matériel, 27 Caractère absolu, 12, 28, 42 Propriété exclusive, 28 Caractère social et culturel, 12 Cession, 37, 40, Droit allemand, 46 Définition, 40, 65 Doctrine, 28 Droit des biens (et), 42, 44 Droits de nationalité (et), 42 Droits d exploitation, 40 Droits moraux (et), 2 Distinction en droit canadien, 8 Définition, 8, 33 Renonciation, 37, 83 Enregistrement, 68.1 Économie générale, 2-4 Insaisissabilité, Intransmissibilité, 7, 40 Lien personnel, 2, 36 Obligation de renseignement, 87 Parodie (et), 92 Possession, 52 Réforme, Recours, 71 Contrefaçon, 72 Régime contractuel, 37 Traités internationaux, 14 Volet économique, 36, 44, 52 Droit pécuniaire, 43, 53 Volet personnel, 36, 41, 44, 46, 52 Droit d aval, 33, 68, 89.1 Droit de créer, 11 Droit de destruction et de protection Définition, 11 Droit de divulgation, 2, 49, 76 Définition, 11 Droits de l homme, 12, 30, 42 Droit de paternité, 2, 6, 27, 29, 33, 56, 76, 83, 86 Abus de droit (et), 75 Acte de Rome, 17 Affaire Robinson, 79 Application, 85 Atteinte, 28 Contrat d écriture (et), 80 Contrefaçon (et), 79 Définition, 11 Dévolution successorale (et), 63 Droit d attribution, 77 Non-nécessité de publication, 78 Incessibilité, 80 Limitation matérielle, 81 Marque de commerce, 84 Nature, 79 Personne morale, 58 Recours, Délit de substitution, 84 Usage raisonnable du nom, 85, 90 Test objectif, 85 Droit de repentir, 2 Définition, 11 Droit de retrait, 2, 49 Droit d exploitation, Droit d intégrité, 6, 31, 33, 56, 76 Abus de droit (et), 75 Acte de Rome, 17 Affaire Snow, 92 Atteinte, 28 Honneur et réputation, 31, Atteinte préjudiciable, 90 Matérielle, 92 Présomption, 91 Perte de chance, 93 Définition, 11, 89.1 Domaine d application, 89.1 Droit canadien, 89.1 Éléments matériels, 92 Mise en œuvre, 63 Parodie (et), 92 Personne morale, 58 Recours, 31 Conditions d ouverture, 55, 73 Droit international, voir Traités internationaux Droit moral, voir aussi Traités internationaux (Convention de Berne) Abus de droit, 75 Abus de procédure, 75 Attributs, 71, 76 Caractère absolu, 12 Caractère perpétuel, 7, 64 Caractère personnel, 51, 65 Caractère social et culturel, 4, 12 Champ conceptuel, 38 Concept, 1, 9 Attribut de la personnalité, 7, 46 (6017) 7 / 4

5 Fasc. 7 Droits moraux Définition, 5-6, 31 Emploi du pluriel, 2, 9 Évolution, 35 Formation, 3 Notion de copyright (et), 3, 8 Coutume (et), 85 Doctrine moderne, 41 Droits de la personnalité (et), 35, 56, 69 Droit naturel (et), 36 Droit de propriété (et), 35-36, 42 Droit subjectif, 35 Droit d auteur (et), 2, 6, 45, voir aussi Droit d auteur Droits spécifiques, 11 Sources, 11 Durée, 43, 47, 58, 70, v. aussi caractère perpétuel Coïncidence avec la durée des droits économiques, 19, 63, 70 Computation du délai, 70 De la protection, 18-19, 31, 33, 39 Protection post mortem, 18-20, 23, 70, v. aussi exercice par autrui (dévolution successorale) Exercice par autrui, 52, 62 Dévolution successorale, 62-63, 70 Jurisprudence, 64 Mandat, 65 Transfert des bénéfices du droit moral, 62 Genèse, 47 Hors commerce, 7 Inaliénabilité, 31, 65, 68 Renonciation (et), 66 Incessibilité, 7, 47 Indépendance, 1 Insaisissabilité, 47, 69 Intégration dans la législation américaine, 16 Intégration en droit international, 22 Intransmissibilité, 7 Monopole d exploitation (et), 47 Nature particulière, 26, 31, 36, 55 Numerus clausus, 76 Objet, 40 Parité, 19 Prescription, 72 Protection Limites, 51 Question constitutionnelle, 10 Réception en droit canadien, 4, 17, 51 Recours, Civils, 73 Renonciation, 37, 51, 68, 80, v. aussi inaliénabilité Moyen de défense, 67 Réparations, 74, 83 Théorie personnaliste, 3, 38 Conception dualiste, 45, 47 Conception moniste, 40, France, Tradition allemande, Théorie subjectiviste, 3, 13, 35 Droits économiques, voir Droits patrimoniaux Droits patrimoniaux Définition, 1, 7 Droit moral (et), 1, 7 Interdépendance, 45, 68 Fonction, 1 Employés, voir Œuvre (Création d employés) Ghostwriting, voir Contrat d écriture Intégrité de l œuvre, voir Droit d intégrité, Œuvre (Intégrité) Intimité (droit à), 6 Loi canadienne (et droits moraux), Hybridation, 4 Bijuridisme, 30 Perspective historique, Jurisprudence, 26-27, 51 Origine anglaise, 3 Protection limitée des droits moraux, 51 Mash-up, 4 Nom de l auteur, 63 Anonymat, 79 Critique (et), 86 Droit d attribution (et), 77, 88 Prestige, 27, 90 Protection, 29 Pseudonyme, 79 Référence obligatoire, 87 Exception, 87 Internet, 88 Usurpation, 24, 27-28, 83 Sanctions pénales, 29 Utilisations équitables, Œuvre Artistique Définition, 58 Collective, 4, 55 Création corporative, 59 Condition essentielle des droits moraux, 55 Conservation, 4 Création d employés, 4, 53, 55, 80 Contrat d emploi (et), 60 Créée pour la Couronne, 53 (6017) 7 / 5

6 II. Propriété littéraire et artistique Dessin, 91 Exploitation économique, 53 Gravure, 91 Importation, 81 Intégrité, 71, voir aussi Droit d intégrité Acte d un tiers, 2 Altération, Changement de lieu, 89.1 Dénaturation, Destruction, 89.1 Mesures de conservation ou de restauration, 89.1 Mutilation, Littéraire, 4, 91 Logicielle, 4, 55 Droit de paternité (et), 85 Ordinateur (générée par), 4 Originalité, 59 Parodie, 92 Peinture, 91 Photographique, 59 Portrait, 53 Production, 55 Protection, 11, 14 Droit au respect, 17 Représentations théâtrales, 29 Sculpture, 91 Titre d un film, 27 Office de la propriété intellectuelle du Canada, 68.1 Partage des compétences, 10 Patrimoine Patrimoine culturel, 13 Protection, 13 Phonogramme, 22 Rapport Keyes-Brunet, Recours, 6, Contrefaçon, 72 Délit de substitution, 6 Diffamation, 6, 84 Remix, 4 Révision de Bruxelles, 19 Révision de Rome, 14 Technologie, 4, 59, 88 Traités internationaux, 14 Accords ADPIC, Renvoi à la Convention de Berne, 21, 48 Acte de Rome, 14, 16, Évolution, 17 Conférence de Stockholm, 13, 20, 48 Convention de Berne, 13, 22, 29, 32, 47, 51 Accords ADPIC (et), 21 Adhésion des États-Unis, 16, 21, 49 Adoption par le Canada, 24, 27, 30 Atteinte à l honneur et la réputation, 90 Droit moral (et), 14 Attributs, 76 Compromis, 15 Durée, 70 Convention de Rome, 22 Cour internationale de justice, 21 Déclaration universelle des droits de l homme, 12 Mécanismes de résolutions de conflits, 21 Recours entre États (absence de), 21 Source de droits moraux, 11 Traité de Berne, 16, 18 Traité de l OMPI, 22, 33 Traité de Beijing, 23 INTRODUCTION 1. Droit moral La propriété intellectuelle moderne forme un alliage complexe de concepts juridiques fort variés. L un d eux tient une place de premier ordre dans la matière et en particulier en droit d auteur, il s agit du droit moral. Le droit moral se distingue, tant dans sa nature que dans son régime, des droits dits pécuniaires ou patrimoniaux. Ces derniers sont des biens juridiques dont la fonction est essentiellement économique; leur fonction est de faciliter l exploitation de l œuvre par licence ou cession. Le droit moral et ses attributs, les droits moraux, sont en revanche d une autre essence. Ces prérogatives unissent le sujet à l objet, l auteur à l œuvre et poursuivent des intérêts non directement reliés à l exploitation économique de l œuvre. Cette opposition, nous le verrons, ne doit pas être exagérée et il n est pas rare que le droit moral soit exercé pour des motifs économiques. La différence de régime qu implique la différence de nature de ces droits apparaît (6017) 7 / 6

7 Fasc. 7 Droits moraux clairement à l article 14.1(3) de la Loi sur le droit d auteur 1 qui énonce que «[l]a session du droit d auteur n emporte pas renonciation automatique aux droits moraux». Cette indépendance des droits moraux se trouve également au nouvel article 17.1(3) L.d.a. traitant du droit moral des artistes-interprètes sur leurs prestations. 1. L.R.C. (1985), c. C-42 (ci-après «L.d.a.»), telle que modifié par la Loi sur la modernisation du droit d auteur, L.C. 2012, c. 20 (sanctionnée le 29 juin 2012 et entrée en vigueur le 7 novembre 2012). 2. Les droits moraux dans l économie générale du droit d auteur En droit canadien, le droit moral se conjugue plus volontiers au pluriel. Tout comme dans les autres législations, les droits moraux expriment le lien personnel qui unit le créateur à sa création. Selon la législation canadienne, ses attributs visent essentiellement le droit de voir le nom de l auteur associé à son œuvre, le droit d attribution ou de paternité, et le droit de l auteur d empêcher tout acte d un tiers qui viendrait compromettre l intégrité de l œuvre. Certaines législations sont allées plus loin dans la reconnaissance de ce lien personnel avec l œuvre et ont reconnu à l auteur d autres prérogatives tels les droits de retrait, de repentir ou le droit de divulgation 1. De prime abord, la physionomie du droit moral au Canada est minimale. 1. Pour un aperçu de droit comparé, voir : Cess van RIJ et Hubert BEST, Moral rights, Anvers, Maklu Publishers, 1995; Stig STRÖMHOLM, Le droit moral de l auteur, en droit allemand, français et scandinave, avec un aperçu de l évolution internationale, étude de droit comparé, t. I, «L évolution historique et le mouvement international», t. II, «Le droit moderne», Stockholm, P.A. Norstedt & Söners förlag, 1967; Carine DOUTRELEPONT, Le droit moral de l auteur et le droit communautaire, Bruxelles, Bruylant, Le droit moral dans la loi canadienne : une anomalie? Nous verrons que la portion congrue accordée à ce sujet par le droit canadien, par la loi, la doctrine ou la jurisprudence, ne doit pas faire oublier sa centralité dans la compréhension de l économie générale du droit d auteur. Il faut toutefois reconnaître que la présence de la notion de droit moral dans notre loi est une marque singulière, notre système ayant été construit largement à partir lois anglaises (dites de copyright). Notre droit étant donc issu principalement du droit anglais, le droit canadien n a reçu que partiellement les théories continentales européennes personnalistes et subjectivistes qui sont à l origine de la formation du concept même du droit moral. Il existe, en d autres termes, une incompatibilité ou une inadéquation entre la notion de droit moral et le copyright qui, comme son nom l indique, est dans son esprit un droit de copie et non d auteur 1. La différence de perspective que sous-entend cette variation terminologique est évidente. 1. Alain STROWEL, Droit d auteur et copyright, divergences et convergences, Bruxelles, Bruylant, L.G.D.J., 1993; Pierre-Emmanuel MOYSE, «La nature du droit d auteur : droit de propriété ou monopole», (1998) 43 R.D. McGill 507, 558; Lyman Ray PATTERSON et Stanley W. LINDBERG, The Nature of Copyright : A Law of Users Rights, Athens, University of Georgia Press, La dimension culturelle et conjoncturelle du droit moral Le sujet du droit moral nous plonge dans les nuances des cultures juridiques. Le droit canadien présente en effet un certain niveau d hybridation. La réception du droit moral dans une législation (6017) 7 / 7

8 II. Propriété littéraire et artistique essentiellemen t centrée sur l objet et son exploitation affecte nécessairement l économie générale du droit d auteur. Le droit canadien est donc un droit sous influence. La présence du droit moral met en lumière les éléments mêmes de son équation : il place l œuvre et l auteur au premier plan de l analyse. Il révèle les dimensions culturelles, technologiques et politiques de ces notions et comment elles évoluent dans le temps. Il met en relief les différences qui peuvent exister dans le processus de création entre une œuvre logicielle et une œuvre littéraire par exemple. De la même manière, la création d employés, l œuvre collective ou générée par ordinateur, les mash-up et la culture du remix, les moyens technologiques mis à la disposition de l utilisateur désormais auteur, ne renvoient pas à la conception unique de l idée d auteur. Le caractère personnel de la relation auteur-œuvre que cherche à appréhender le droit moral sera donc plus ou moins marqué selon les circonstances. Plus, le droit moral nous fait également découvrir, au-delà de l auteur, mais à travers lui, l intérêt social qui réside dans les arts. On peut voir le droit moral comme une manière de déléguer à l auteur la conservation des œuvres qu il produit : nul autre que lui ne pourra mieux veiller sur l œuvre. L auteur devient dans cette conception plus métaphysique le gardien des intérêts d une collectivité dans la préservation de son art, de ses valeurs esthétiques, de son patrimoine culturel. Étudier le droit moral, c est finalement s interroger sur la fonction du droit dans les mécanismes créatifs et son adéquation aux phénomènes culturels. I. PROLÉGOMÈNES 5. Une définition générale Le droit moral couvre des manifestations juridiques ou des intérêts juridiques qu un État, soit par sa législation, soit par ses tribunaux, estime nécessaire de protéger et qui vise à accorder à l auteur des prérogatives dont la nature et la fonction ne sont pas directement liées au contrôle de l exploitation économique de son œuvre, mais plutôt de reconnaître les droits de la personne de l auteur dans son œuvre. 6. Le sens large et le sens strict Cette définition générale peut être interprétée de deux manières distinctes. Suivant Strömholm 1, il est possible de distinguer entre le droit moral au sens strict et le droit moral au sens large. Au sens strict, le droit moral est l ensemble des attributs à la disposition de l auteur lui permettant de réclamer, notamment, la paternité intellectuelle de son œuvre, le contrôle sur la communication de cette dernière au public ainsi que le droit au maintien de son intégrité. Au sens large, le droit moral désigne l ensemble des droits juridiques positifs permettant de faire respecter les attributs personnels rattachés au statut personnel d auteur. Au sens strict, le droit moral découle essentiellement de la législation spéciale sur le droit d auteur. Il s agit, en droit canadien, des droits de paternité et d intégrité prévus à la Loi sur le droit d auteur. Au sens large, ils désignent l ensemble des recours spécifiques et de droit commun mis à la disposition de l auteur pour défendre ses intérêts personnels, y compris le droit à l intimité, les recours en diffamation ou relevant du délit de substitution, etc. 1. Stig STRÖMHOLM, Le droit moral de l auteur, en droit allemand, français et scandinave, avec un aperçu de l évolution internationale, étude de droit comparé, t. I, «L évolution historiqu e et le mouvement international», Stockholm, P.A. Norstedt & Söners förlag, 1966, p (6017) 7 / 8

9 Fasc. 7 Droits moraux 7. Les droits moraux et les droits économiques C est à partir de la théorie générale des biens et de la distinction civiliste entre droit patrimonial et extrapatrimonial que l on a pu dégager la distinction entre droit moral et droit économique. Le second est perçu essentiellement comme le droit de monnayer et percevoir les bénéfices de l exploitation de l œuvre, le premier est essentiellement un attribut de la personnalité. On peut dire alors avec les classiques que le droit pécuniaire est dans le commerce et le droit moral est hors commerce 1. Présentant les mêmes caractéristiques que les droits extrapatrimoniaux, le droit moral est dit intransmissible ou incessible. Certaines législations lui reconnaissent également un caractère perpétuel, ce qui n est pas le cas au Canada. Il faut donc reconnaître que la présentation du droit moral dans des termes civilistes ne peut pas faire l unanimité au Canada, la common law n étant pas familière avec la notion de patrimoine et son champ lexical. Ce qui n empêche pas les juristes élevés dans cette tradition de décrire les droits d auteurs dans leurs fonctions économiques essentiellement comme des droits de propriété. 1. André FRANÇON, Le droit d auteur, Cowansville, Éditions Yvon Blais, 1992, p ; WORLD INTELLECTUAL PROPERTY ORGANIZATION, Intellectual Property Handbook : Policy, Law and Use, WIPO Publications, 2004, p Le droit d auteur et les droits moraux La loi canadienne maintient la distinction entre le droit d auteur, qu elle traduit par «copyright», et les droits moraux 1. L article 2 L.d.a. est consacré aux définitions et contient deux renvois aux articles traitant respectivement des droits économiques et des droits moraux. L effet de cette classification fait dire que le législateur canadien a opté pour l approche traditionnellement retenue dans les pays de common law selon laquelle le droit d auteur («copyright») couvre essentiellement les aspects économiques de l exploitation d une oeuvre. Dans un premier renvoi, la définition de droit d auteur (copyright) de l article 2 L.d.a. identifie les dispositions qui en précisent le contenu et, parmi elles, l article 3 L.d.a. qui porte également le titre «Droit d auteur» : «droit d auteur» S entend du droit visé : a) dans le cas d une œuvre, à l article 3; b) dans le cas d une prestation, aux articles 15 et 26; c) dans le cas d un enregistrement sonore, à l article 18; d) dans le cas d un signal de communication, à l article 21. Dans un second renvoi, il est indiqué que les droits moraux sont, pour leur part, traités aux paragraphes 14.1 et 17.1(1) L.d.a. : «droits moraux» «droits moraux» Les droits visés aux paragraphes 14.1(1) et 17.1(1). 1. Art. 2 L.d.a. 9. Le droit moral et les droits moraux On emploie généralement l expression «le droit moral» pour la présentation du concept général. La formule générique permet donc d aborde r le sujet à partir de la théorie générale du droit moral. Avec le passage au pluriel, (6017) 7 / 9

10 II. Propriété littéraire et artistique «les droits moraux», on passe du plan de l abstraction à la règle matérielle et à la composition élémentaire du droit moral, c est-à-dire à ses attributs et à ses recours. Certains voient dans l usage du pluriel une volonté de se défaire de la théorie générale du droit moral et peut-être de l emprise de la pensée civiliste continentale puisqu il renvoie directement au régime des droits et non à leur fondement Christophe CARON, Droit moral ou droits moraux, Petites affiches, 6 décembre 2007, n o 244, p. 28; André FRANÇON, Le droit d auteur, Cowansville, Éditions Yvon Blais, 1992, p. 192; André LUCAS et Henri-Jacques LUCAS, Traité de propriété littéraire et artistique, Paris, Litec, Droit moral et partage des compétences En raison de la nature particulière des droits moraux et de leur affiliation avec les droits de la personnalité, on a parfois soulevé la question constitutionnelle : le pouvoir de légiférer en matière de droit moral devrait-il être attribué aux provinces en vertu de leur compétence générale en matière de «droits civils» (art. 92(13) de la Loi constitutionnelle de 1867) 1? La problématique était bien réelle dans un contexte législatif qui avait, à l origine, fait peu de place aux droits moraux. L article unique de la loi de 1931 qui reprenait la disposition 6bis de la Convention de Berne (révision de Rome) n était pas seulement laconique; sa rédaction faisait douter de l affiliation des droits moraux au droit d auteur. Le texte de la disposition unique de 1931 commençait en effet par la formule «indépendamment de ces droits d auteurs». Progressivement, le législateur a réintégré les droits moraux sous le libellé général de la Loi sur le droit d auteur et a multiplié les points d amarrage. On ajoutera enfin la jurisprudence récente de la Cour suprême sur le partage des compétences selon laquelle le Parlement fédéral a toute latitude de légiférer dans les matières qui ont un lien direct un substantiel avec ses compétences en matière de «droit d auteur» qui lui sont expressément attribuées par la Constitution (art. 91(23) de la Loi constitutionnelle de 1867). Qu il existe un rapport fonctionnel, un lien direct et substantiel, entre l objectif général du droit d auteur, compris comme système, et les droits moraux est difficilement contestable 2. À notre connaissance, la question de la validité constitutionnelle des droits moraux n a jamais été traitée par les tribunaux 3. Elle a été plaidée à quelques reprises Loi constitutionnelle de 1867, 30 & 31 Vict., c. 3 (R.-U.). 2. La question de la constitutionnalité des dispositions de la loi concernant les droits moraux avait été soulevée dans la cause Snow c. The Eaton Centre Ltd., (1982) 70 C.P.R. (2d) 105 (Ont. H.C.J.). 3. Sur les critères utilisés dans la détermination de la compétence fédérale en matière de propritété intellectuelle, voir Kirkbi AG c. Gestions Ritvik Inc., 2005 CSC 65, [2005] 3 R.C.S Plus généralement sur le sujet, voir : Emily CONWAY, «L arrimage entre les droits privés provinciaux et la Loi sur le droit d auteur : une dissonance harmonieuse?», (2011) 23 C.P.I. 1185; Jean LECLAIR, «La constitutionnalité des dispositions de la Loi sur les droits d auteur relatives aux droits des distributeurs exclusifs de livres», (1998) 11 C.P.I Typologie sommaire des droits moraux Le droit moral peut se décliner en plusieurs droits spécifiques. Les sources de ces droits sont très variées, passant des traités internationaux 1 aux législations locales sans oublier certaines jurisprudences bien spécifiques. Voici une liste non exhaustive des principaux droits moraux que l on peut rencontrer. Il est (6017) 7 / 10

11 Fasc. 7 Droits moraux important de noter que la loi canadienne ne reconnaît formellement que les deux premier s de cette liste 2 : Le droit de paternité ou d attribution est le droit pour l auteur d interdire que son œuvre soit publiée sans son nom ou sous le nom d un autre et d en recueillir ainsi le mérite. Il comporte également le droit pour l auteur de demeurer anonyme. Le droit d intégrité est le droit pour l auteur de s opposer à toute modification ou déformation de son œuvre ou encore d en présenter une version incomplète ou inexacte 3. Le droit de divulgation est le droit pour l auteur, si l œuvre est non encore publiée, de choisir si ou le moyen, le moment et la forme dans laquelle l œuvre sera communiquée au public 4. Le droit de repentir est le droit pour l auteur de demander le retrait d une œuvre du circuit commercial dans le cas où ses convictions ne seraient plus en accord avec les opinions ou idées qui y sont exprimées 5. Le droit de destruction et de protection permet à un auteur de détruire l œuvre ou d en interdire la destruction 6. Le droit d accession permet à l auteur d avoir accès à l exemplaire de son œuvre gardé ou acquis par un tiers et conservé dans un lieu autrement privé 7. Le droit de créer se conçoit pour sa part de deux manières 8. D un côté, elle peut protéger la liberté de l auteur des obstacles externes (ex : politique, action d un tiers). D un autre, elle donne à un auteur le droit de ne pas créer. C est-à-dire qu il serait impossible de contraindre un auteur de créer une œuvre. Cette position est très peu populaire de nos jours. Une des raisons de ceci est que le droit moral est normalement conceptualisé comme liant un auteur à son œuvre. Accorder des droits moraux sur une relation «auteur-œuvre» inexistante est hautement problématique. 1. Art. 27, al. 2 de la Déclaration universelle des droits de l homme. 2. Art. 14 L.d.a. 3. Pour un traitement de la problématique de la protection des œuvres, voir : Nadia WALRAVENS, «La protection de l œuvre d art et le droit moral de l artiste», (2003) 197 R.I.D.A Par exemple, lire le Code de la propriété intellectuelle français, L Par exemple, lire le Code de la propriété intellectuelle français, L À propos du droit de destruction et de protection, voir : Laura GASSAWAY, «Copyright and Moral Rights (Copyright Corner)», (2002) 6:12 Information Outlook Handa note que le droit canadien ne semble pas prévoir de recours pour la destruction totale de l œuvre : Sunny HANDA, Copyright Law in Canada, Markham, LexisNexis Canada, 2002, p Voir également : André LUCAS et Henri-Jacques LUCAS, Traité de propriété littéraire et artistique, Paris, Litec, 1995, p L article 4(1)d) de la loi grecque sur le droit d auteur affirme : «l auteur a le droit d accéder à son œuvre, même si le droit patrimonial sur l œuvre ou la propriété du support matériel de l œuvre appartient à autrui» (traduit dans Carine DOUTRELEPONT, Le droit moral de l auteur et le droit communautaire, Bruxelles, Bruylant, 1997, p. 357). 8. Stig STRÖMHOLM, Le droit moral de l auteur, en droit allemand, français et scandinav e, avec un aperçu de l évolution internationale, étude de droit comparé, t. II, «Le droit moderne», Stockholm, P.A. Norstedt & Söners förlag, 1966, p Voir aussi : Emmanuel DERIEUX, «Œuvre de commande, liberté de création et droit moral», (1989) 141 R.I.D.A (6017) 7 / 11

12 II. Propriété littéraire et artistique 12. Les droits moraux et les droits de l homme Ainsi que nous l avons mentionné, les droits moraux peuvent être perçus comme une extension des droits de l homme. Cette proposition peut trouver un fondement solide dans les principes posés par la Déclaration universelle des droits de l homme. L article 27 de ce traité se lit comme suit : 1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent. 2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l auteur. 1 Formulée autrement, la Déclaration universelle des droits de l homme affirme le principe du droit d auteur tant dans son aspect patrimonial qu extrapatrimonial. De plus, la fonction sociale et culturelle de ces droits y est rappelée Déclaration universelle des droits de l homme, 10 décembre 1948, art CONSEIL DE L EUROPE, Droits d auteur et droits de l Homme, Rapport préparé par le Groupe de spécialistes sur les droits de l Homme dans la société de l information (MC-S-IS), septembre 2008, Strasbourg, juin Le droit moral et la protection du patrimoine La conception continentale du droit moral, celle qui a prévalu jusqu à aujourd hui, plébiscite la personne de l auteur. Elle résulte essentiellement de l influence du mouvement subjectiviste sur l ensemble de la matière (voir infra n os 35 et suiv.). Le droit moral a pu également véhiculer un certain nombre d idées qui tendent à porter plus loin son utilité. Le droit moral peut notamment être vu comme un moyen de préserver à travers l œuvre et son auteur le patrimoine culturel d une collectivité. Lors de la conférence de Stockholm de 1971, certains pays avaient d ailleurs demandé à ce que l article 6bis soit complété afin d obliger les membres de l Union d adopter les mesures nécessaires afin d empêcher que les œuvres littéraires ou artistiques soient utilisées d une manière préjudiciable à la civilisation dans le cas où l auteur ne soit plus là pour intervenir 1. Cette proposition fut cependant contestée et finalement rejetée par l assemblée. On trouve malgré tout un reliquat de ce débat dans la rédaction actuelle de l article 6bis de la Convention de Berne qui prévoit expressément que le droit moral de l auteur peut être dévolu à une institution : «Les droits reconnus à l auteur [ ] sont [ ] exercés par les personnes ou institutions auxquelles la législation nationale du pays où la protection est réclamée donne qualité». Le discours du droit moral permet de rejoindre certaines préoccupations qui sont au centre des instruments internationaux concernant la sauvegarde du patrimoine culturel ou au moins, y voir certains dénominateurs communs Record of the Intellectual Property Conference of Stockholm, June 11 to 14, 1967, Genève, WIPO, 1971, p UNESCO, Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, Paris, 16 novembre 1972; Elizabeth ADENEY, The Moral Rights of Authors and Performers, Oxford, O.U.P., 2006, p (6017) 7 / 12

13 Fasc. 7 Droits moraux II. DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL ET CONTEXTE LÉGISLATIF A. Le droit moral dans la Convention de Berne 14. L article 6bis de la Convention de Berne Premier des grands traités internationau x en droit d auteur, le texte originel de la Convention de Berne adopté en 1886 ne fait pas référence au droit moral 1. Le sujet était probablement prématuré et trop diviseur pour l y avoir logé dès les premières années alors même que les principales nations derrière le projet de Convention ne l avaient pas encore inclus à leur propre législation. Le droit moral n apparaît que plus tard, en lors de la révision de Rome, sous la forme du fameux article 6bis qui dans sa version actuelle se lit ainsi : (1) Indépendamment des droits patrimoniaux d auteur, et même après la cession desdits droits, l auteur conserve le droit de revendiquer la paternité de l œuvre et de s opposer à toute déformation, mutilation ou autre modification de cette œuvre ou à toute autre atteinte à la même œuvre, préjudiciable à son honneur ou à sa réputation. (2) Les droits reconnus à l auteur en vertu de l alinéa 1) ci-dessus sont, après sa mort, maintenus au moins jusqu à l extinction des droits patrimoniaux et exercés par les personnes ou institutions auxquelles la législation nationale du pays où la protection est réclamée donne qualité. Toutefois, les pays dont la législation, en vigueur au moment de la ratification du présent Acte ou de l adhésion à celui-ci, ne contient pas de dispositions assurant la protection après la mort de l auteur de tous les droits reconnus en vertu de l alinéa 1) ci-dessus ont la faculté de prévoir que certains de ces droits ne sont pas maintenus après la mort de l auteur. (3) Les moyens de recours pour sauvegarder les droits reconnus dans le présent article sont réglés par la législation du pays où la protection est réclamée. 1. Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques, Acte de Rome, Le compromis L article 6 est le résultat d un compromis important entre les pays membres. D un côté, les pays civilistes ont accepté la reconnaissance d un droit moral limité dans son étendue, un droit essentiellement cantonné dans les droits de paternité et d intégrité de l œuvre. De l autre, les pays de common law ont dû accepter ce concept exogène provenant des traditions civilistes du droit moral 1. Il est important de noter que l intégration de droits prévus à l article 6bis ainsi que les mécanismes de protection de ces derniers sont laissés à l entière discrétion des législations nationales 2, laissant ainsi aux pays membres le soin d en transposer le principe. Rien ne force donc les pays de common law à intégrer ces droits dans le format et la terminologie de l article 6bis. 1. Mira T. SUNDARA RAJAN, Moral Rights, Oxford, O.U.P., 2011, p Sam RICKETSON et Jane GINSBURG, International Copyright and Neighbouring Rights, 2 e éd., Oxford, O.U.P., 2006, p Un enjeu de culture juridique L article 6bis demeure aujourd hui la ligne de partage entre différentes visions du droit d auteur, le lieu des controverses. La lenteur avec laquelle (6017) 7 / 13

14 II. Propriété littéraire et artistique les droits moraux ont été expressément reconnus dans les pays de tradition de common law témoigne de leur réticence. Le Canada sera le premier pays de tradition de common law à transposer l Acte de Rome en Les États-Unis adhèreront à la Convention de Berne en 1989 et dans la foulée, le Congrès adoptera le «Visual Artists Rights Act» 1 (1990) destiné à intégrer le principe du droit moral dans la législation américaine. Quant au Royaume- Uni, signataire du Traité de Berne de 1886 qu il ratifiera en 1887, ce n est qu en 1988 avec la loi «Copyright, design, patent act» 2, que les droits moraux seront formellement reconnus. Ces deux pays intègreront certains principes du droit moral conventionnel dans des textes spécifiques ayant une portée limitée, démontrant ainsi que le concept unitaire du droit moral est demeuré largement exogène à la common law Visual Artists Rights Act, 1990 (VARA), 17 U.S.C. 106A. 2. Copyright, Designs and Patents Act, 1988 (c. 48) 3. Voir : Lionel BENTLY et Brad SHERMAN, Intellectual Property Law, 3 e éd., Oxford, Oxford University Press, 2009, p ; ainsi que : Brian LEE, «Making sense of Moral rights in intellectual property», (2011) 84 Temple L. R Évolution du texte de Rome de Le paragraphe premier Le paragraphe premier de l article 6bis est resté quasiment inchangé depuis Il énonçait que : Indépendamment des droits patrimoniaux d auteur, et même après la cession desdits droits, l auteur conserve le droit de revendiquer la paternité de l œuvre et de s opposer à toute déformation, mutilation ou autre modification de cette œuvre ou à toute autre atteinte à la même œuvre, préjudiciable à sa réputation. N apparaissent donc dans cette disposition première du droit conventionnel que le droit de paternité et le droit à l intégrité ou au respect de l œuvre. C est dans ce format minimaliste et dans ces termes que le droit moral sera transporté dans le droit canadien. C est également dans ces grands principes que les prétendants à l OMC doivent le recevoir (voir sections suivantes). 1. Article 6bis de l Acte de Rome, Le paragraphe second Le second paragraphe de l article 6bis a un historique plus riche. Dans sa version originale, le paragraphe second avait introduit une durée de protection minimale des droits moraux correspondant, selon l état de la législation nationale en vigueur, à la durée des droits économiques ou à la vie de l auteur : (2) Les droits reconnus à l auteur en vertu de l alinéa 1) ci-dessus sont, après sa mort, maintenus au moins jusqu à l extinction des droits patrimoniaux et exercés par les personnes ou institutions auxquelles la législation nationale du pays où la protection est réclamée donne qualité. Toutefois, les pays dont la législation, en vigueur au moment de la ratification du présent Acte ou de l adhésion à celui-ci, ne contient pas de dispositions assurant la protection après la mort de l auteur de tous les droits reconnus en vertu de l alinéa 1) ci-dessus ont la faculté de prévoir que certains de ces droits ne sont pas maintenus après la mort de l auteur. (6017) 7 / 14

15 Fasc. 7 Droits moraux Ainsi, le texte de 1928 permettait aux pays dont la législation n accordait pas de protection post mortem aux auteurs au moment de leur adhésion ou de la ratification du Traité de prévoi r que les droits moraux s éteignent avec la mort de l auteur. Il s agissait d un accommodement dans le sens où de nombreux pays européens sous l influence desquels le Traité de Berne a été rédigé connaissaient déjà un droit moral plus étendu, comme c était le cas pour la France ou au moins un droit moral dont la durée était alignée avec la durée des droits pécuniaires. Le texte, en revanche ne précisait pas la durée du droit moral lorsque le décès de l auteur ne mettait pas un terme aux droits économiques et que ceux-ci lui survivaient. 19. La révision de Bruxelles En 1948, lors de la révision de Bruxelles 1, le texte fut bonifi é par l ajout au paragraphe premier d une précision de temps : «l auteur conserve pendant toute sa vie» précision qui fut par la suite abrogée et le paragraphe second fut modifié en conséquence pour traiter du sort du droit moral au regard des droits économique s dans le cas où ils seraient maintenus après sa mort. La durée du droit moral devait désormais coïncider avec la durée des droits économiques. La modification, loin d être anodine, souleva la controverse au sein de l Union. Pour certains pays, en imposant la parité, le droit moral devenait ainsi dans la plupart des législations un droit post mortem en puissance. Il montrait alors sa véritable nature : un droit subjectif extrapatrimonial et non pas un droit de responsabilité délictuelle de la nature d un «tort». Pour d autres, la parité au contraire venait limiter la portée des droits moraux de manière considérable en autant qu on voulait voir en eux l expression d un droit perpétuel. 1. Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques, révision de Bruxelles, La Conférence de Stockholm En 1967, lors de la Conférence de Stockholm 1, le paragraphe second fut retouché une dernière fois. Alors que les pays en développement exigeaient de se faire entendre et que la viabilité du Traité lui-même semblait menacée par les divisions entre pays émergents et pays favorisés et afin de minorer ce qui était de nouveau perçu comme un obstacle civiliste, les plénipotentiaires finirent par s entendre sur une version particulièrement alambiquée du paragraphe second. Le texte prévoit désormais que certains droits peuvent s éteindre à la mort de l auteur tout en maintenant l idée d un droit moral post mortem 2 (voir supra n o 14 et la version actuelle de l article 6bis). 1. Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques, révision de Stockholm, Sam RICKETSON et Jane GINSBURG, International Copyright and Neighbouring Rights, vol. 1, 2 e éd., Oxford, O.U.P., 2006, p Le droit moral dans les accords ADPIC (1994) L adhésion des États-Unis à la Convention de Berne en 1989 marque un tournant dans l échiquier politique international du droit d auteur 1. Il faut dire d abord que l obligation de l article 6bis de la Convention de Berne concernant le droit moral n a pas réussi à faire plier la position américaine qui s est toujours défendue d avoir dans ses tables des équivalents fonctionnels du droit moral. La loi américaine précédemment citée, la «Visual Artists Rights Act» de , est le seul geste indiquant une ouverture dans la direction de la reconnaissance d un droit extrapatrimonial 3. Une fois la conformité de sa législation établie, les États-Unis allaient prendre cette fois (6017) 7 / 15

16 II. Propriété littéraire et artistique une position nouvelle de meneur dans une politique commerciale virulente de la défense des droits économiques. Les Accords sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) sont en partie le résultat de cette nouvelle donne géopolitique 4. Annexées aux accords commerciaux de l OMC, les dispositions concernant le droit moral vont prendre une importance toute relative, les droits économiques devenant prioritaires. On ne trouve donc aucune trace du droit moral dans la section du traité des ADPIC concernant le droit d auteur, qu il s agisse des sections concernant les principes ou les sections subséquentes. La présence du droit moral dans les ADPIC est réduite à un renvoi au texte de la Convention de Berne auquel les pays signataires doivent se conforme r. Ce faisant, les ADPIC soustraient les différends dont le droit moral aurait pu être la source des mécanismes de résolution prévus à l article 64 des ADPIC. Aucune sanction et aucun recours entre États ne sont donc possibles en cette matière : Les membres se conformeront aux articles premier à 21 de la Convention de Berne (1971) et à l Annexe de ladite Convention. Toutefois, les Membres n auront pas de droits ni d obligations au titre du présent accord en ce qui concerne les droits conférés par l article 6bis de ladite Convention ou les droits qui en sont dérivés. 5 Formulés autrement, cela signifie que les ADPIC n imposent pas directement la reconnaissance de droits moraux aux pays signataires. Les droits moraux demeurent uniquement protégés par la Convention de Berne, qui ne comporte pas de mécanismes de résolutions de conflits similaires à ceux prévus aux ADPIC. Il est intéressant de noter que malgré tout, un conflit évoquant les droits moraux peut être entendu par la Cour internationale de justice. En pratique, ceci ne s est cependant jamais produit Jane GINSBURG et Robert KERNOCHAN, «One Hundred and Two Years Later: the US joins the Berne Convention», 13 Col. VLA J. Law and the Arts (1988). 2. Visual Artists Rights Act, 1990 (VARA), 17 U.S.C. 106A. 3. Susan P. LIEMER, «How We Lost Our Moral Rights and the Door Closed on Non- Economic Values in Copyright», (2005) 5 J. Marshall Rev. Intell. Prop. L. 1; Rayming CHANG, «Revisiting the Visual Artists Rights Act of 1990 : A Follow-up Survey about Awareness and Waiver», (2005) 13 Texas Intell. Prop. L.J Daniel GERVAIS, The TRIPS Agreement, 3 e éd., Londres, Sweet & Maxwell, 2008, p Art. 9 ADPIC. 6. Mira T. SUNDARA RAJAN, Moral Rights, Oxford, O.U.P., 2011, p Le droit moral dans le Traité de l OMPI sur les interprétations et exécutions et les phonogrammes (1996) Les droits moraux ont fait leur entrée également dans le domaine des interprétations et des exécutions au bénéfice des artistes et interprètes en chant, musique et danse. Le Traité de l Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) sur les interprétations et exécutions et sur les phonogrammes a été adopté en 1996 pour harmoniser la protection accordée aux artistes-interprètes en tenant compte de l évolution des technologies et pour pallier les lacunes du texte vieillissant de la Convention de Rome de 1961 sur la protection des artistes-interprètes ou exécutants, des producteurs de phonogrammes et des organismes de radiodiffusion 1. L article 5 du Traité de 1996 introduit dans l ordre international un droit moral au bénéfice de l interprète et de l exécutant : «Indépendamment de ses droits patrimoniaux, et même après la cession (6017) 7 / 16

17 Fasc. 7 Droits moraux de ces droits, l artiste interprète ou exécutant conserve le droit, en ce qui concerne ses interprétations ou exécutions sonores vivantes ou ses interprétations ou exécutions fixées sur phonogrammes, d exiger d être mentionné comme tel, sauf lorsque le mode d utilisation de l interprétation ou exécution impose l omission de cette mention, et de s opposer à toute déformation, mutilation ou autre modification de ces interprétations ou exécutions, préjudiciables à sa réputation». L article reprend, avec les ajustements nécessaires, les formules de l article 6bis de la Convention de Berne et de l article 5 du Traité de l OMPI de Les différents projets de loi canadiens, y compris le dernier en date, le projet de loi C-11, visaient d ailleurs à mettre le droit d auteur canadien en conformité avec cette disposition. Ceci est désormais chose faite avec les nouveaux articles 17.1 et 17.2 L.d.a Traité de l OMPI sur les interprétations et exécutions et les phonogrammes. Voir : Jorg REINBOTHE et Silke VON LEWINSKI, Achieving Balance in International Copyright Law : The WIPO Treaties 1996, London, Butterworths LexisNexis, Pour une analyse de la tension civiliste-common law dans le traité de l OMPI, voir : Jean- Louis GOUTAL, «Traité OMPI du 20 décembre 1996 et conception française du droit d auteur», (2001) 187 R.I.D.A ; art. 5-6 du Traité de l OMPI, Le Traité de Beijing de l OMPI (2012) En 2012, l OMPI a signé une nouvelle entente à Beijing 1 visant l élargissement de la protection des droits des interprètes en droit international. Il n est pas encore en vigueur. Le Traité est une réponse aux revendications des artistes du milieu audiovisuel. En effet, le Traité de l OMPI de 1996 sur les interprétations, les exécutions et les phonogrammes ne couvre que certaines catégories d artistes. Le texte adopté à Beijing étend désormais le bénéfice du droit moral aux artistes-interprètes et aux exécutants des arts audiovisuels. À ce chapitre, il faut noter que le bénéfice des droits moraux en vertu la loi canadienne sur le droit d auteur telle que modifiée en 2012 s étend à «tout artiste-interprète ou exécutant» comme le prévoit la définition d artiste-interprète à l article 2 L.d.a. Elle ne fait donc aucune discrimination. L article 5 se lit ainsi 1 : Article 5 Droit moral 1) Indépendamment de ses droits patrimoniaux, et même après la cession de ces droits, l artiste interprète ou exécutant conserve le droit, en ce qui concerne ses interprétations ou exécutions vivantes ou ses interprétations ou exécutions fixées sur fixations audiovisuelles i) d exiger d être mentionné comme tel par rapport à ses interprétations ou exécutions, sauf lorsque le mode d utilisation de l interprétation ou exécution impose l omission de cette mention; et ii) de s opposer à toute déformation, mutilation ou autre modification de ses interprétations ou exécutions préjudiciable à sa réputation, compte dûment tenu de la nature des fixations audiovisuelles. 2) Les droits reconnus à l artiste interprète ou exécutant en vertu de l alinéa précédent sont, après sa mort, maintenus au moins jusqu à l extinction des droits patrimoniaux et exercés par les personnes ou institutions auxquelles la législation de la Partie contractante où la protection est réclamée donne qualité. (6017) 7 / 17

18 II. Propriété littéraire et artistique Toutefois, les Parties contractantes dont la législation, en vigueur au moment de la ratification du présent traité ou de l adhésion à celui-ci, ne contient pas de dispositions assurant la protection après la mort de l artiste interprète ou exécutant de tous les droits reconnus en vertu de l alinéa précédent ont la faculté de prévoir que certains de ces droits ne sont pas maintenus après la mort de l artiste interprète ou exécutant. 3) Les moyens de recours pour sauvegarder les droits reconnus dans le présent article sont réglés par la législation de la Partie contractante où la protection est réclamée. Il est important de noter que le texte de l article 5 est accompagné en note d une déclaration commune à valeur interprétative. Celle-ci apporte d importantes clarifications, voire limitations, quant à l étendue de ces nouveaux droits. Nous la reproduisons ici : Déclaration commune concernant l article 5 : Aux fins du présent traité et sans préjudice de tout autre traité, il est entendu que, compte tenu de la nature des fixations audiovisuelles et de leur production et distribution, les modifications apportées à une interprétation ou exécution dans le cadre de l exploitation normal e de celle-ci, telles que édition, compression, doublage et formatage, avec ou sans changement de support ou de format, et qui s inscrivent dans le cadre d un usage autorisé par l artiste interprète ou exécutant ne constitueraient pas des modifications au sens de l article 5.1)ii). Les droits visés à l article 5.1)ii) ne concernent que les modifications qui, objectivement, sont gravement préjudiciables à la réputation de l artiste interprète ou exécutant. Il est également entendu que le simple recours à de nouvelles techniques ou de nouveaux supports ou à des techniques ou supports modifiés ne constitue pas en soi une modification au sens de l article 5.1)ii). 1. Traité de Beijing sur les interprétations et exécutions audiovisuelles, 24 juin 2012, art. 5. B. Les droits moraux en droit canadien 24. L historique judiciaire et législatif à la loi de 1931 Comme nous venons de le voir, le droit moral ne fit son apparition sur la scène internationale qu en 1928 et le Canada fut le premier pays de tradition common law à l avoir transposé dans sa législation. La raison de cette adoption rapide de la Convention de Berne se trouve peut-être dans les développements jurisprudentiels antérieurs qui tendaient vers la reconnaissance d un droit moral. Il faut se souvenir que jusqu à la fin du XX e siècle, le Canada était demandeur et importateur d œuvres. Il s agissait d un marché émergent pour l industrie de l édition et dans un contexte de colonisation et de défrichement, sa production interne était, on le comprendra, plutôt pauvre. Ce qui mena très tôt à des emprunts faciles, des réimpressions sans autorisations, au plagiat et bien entendu à la fausse attribution d œuvres étrangères par des imposteurs locaux ou simplement, conjuguant la contrefaçon à l affront fait à l auteur, la suppression pure et simple de la mention du nom de l auteur. Les pays en développement de cette période, les États-Unis en tête, ont sur ce point un dossier similaire. 25. Plan On peut retracer l évolution de l idée du droit moral en droit canadien, préalablement à sa consécration en 1931, à partir de la jurisprudence (1), des écrits de Pierre-Basile (6017) 7 / 18

19 Fasc. 7 Droits moraux Mignault qui, bien avant Harold G. Fox, avait produit une série d articles en droit d auteur dans la revue Thémis (2) et des textes de droit pénal visant l usurpation du nom (3). Cette préhistoire se lit donc dans les sources du droit canadien. 1. Jurisprudence 26. L affaire Morang & Co c. LeSueur (1911) L affaire Morang & Co c. LeSueur 1, souvent citée, démontre la présence d une conception embryonnaire du droit moral en droit canadien. Les faits de cette affaire sont fort simples. LeSueur avait un contrat avec Morang portant sur la publication d un texte dans un ouvrage collectif. LeSueur fut payé pour son manuscrit. Morang, non satisfait de la qualité du texte, refusa cependant de le publier. Essuyant ce refus, LeSueur rend la somme perçue et demande le retour de son manuscrit. Morang refuse. La question est de savoir à qui appartient le manuscrit. Bien qu il s agisse essentiellement d une question de propriété, le jugement de Sir Charles Fitzpatrick peut se lire comme une première exposition du droit moral dans notre droit. Dans un passage souvent rapporté, ce dernier écrit : What is called literary property has a character and attributes of its own and [ ] such a contract as we are now called upon to consider must be interpreted and the rights of the parties determined with regard to the special nature of the thing which is the subject of the contract. 2 After the author has parted with his pecuniary interest in the manuscript, he retains a species of personal or moral right in the product of his brain. 3 Ces propos n eurent que peu d écho auprès des autres membres de la Cour. Il fut toutefois décidé à l unanimité que Morang se devait de redonner le manuscrit à LeSueur. Cette affaire illustre bien la présence dès le début du XX e siècle d une influence certaine de la pensée civiliste ou du moins une sensibilité particulière à l idée de droit moral Morang & Co c. LeSueur, (1911) 45 R.C.S. 95, Morang & Co c. LeSueur, (1911) 45 R.C.S. 95, Morang & Co c. LeSueur, (1911) 45 R.C.S. 95, Elizabeth ADENEY, The Moral Rights of Authors and Performers, Oxford, O.U.P., 2006, p. 293; Sunny HANDA, Copyright Law in Canada, Markham, LexisNexis Canada, 2002, p Joubert c. Géracimo L affaire Joubert c. Géracimo est un cas d application d une disposition du Code criminel, l article 508b, qui depuis a été abrogé (voir infra n o 29). L article 508 visait à sanctionner la suppression ou l usurpation du nom d un auteur. En l espèce, le défendeur avait modifié le titre d un film et oblitéré le nom de son auteur. La Cour statua que : Un auteur a droit au crédit de son travail, au respect de ses textes, et aussi au bénéfice matériel qui peut lui résulter du prestige de son nom ou de la vogue de ses œuvres. 1 (6017) 7 / 19

20 II. Propriété littéraire et artistique L affaire est souvent présentée comme marquant les débuts du droit moral au Canada. Il est vrai que la Cour ne le nomme pas expressément mais, en pratique, c est bien le droit à la paternité et celui au respect de l œuvre qui font leurs débuts. Les affaires Morang et Joubert constituent donc une base jurisprudentielle sur laquelle le droit moral canadien a pu être développé. Ces premiers développements jurisprudentiels ont certainement facilité la transposition dans notre droit de l article 6bis de la Convention de Berne. 1. Joubert c. Géracimo, (1916) 35 D.L.R Doctrine 28. Les écrits de Mignault Mignault, qui écrit à la fin du XIX e siècle, se contente de releve r l existence d un droit naturel qui donne la propriété absolue de l œuvre à son auteur, et ce, avant la publication de l œuvre. Il reprend ainsi pour lui l enseignement du droit anglais qui faisait la distinction entre l œuvre non publiée qui était soumise tout entière au droit commun et l œuvre publiée qui était régie par la loi spéciale : la loi sur le droit d auteur. Pour Mignault, comme beaucoup d autres, et sans en spécifier les attributs, l auteur avait bel et bien la propriété absolue sur son œuvre avant la publication. C est ainsi qu il énonce : Même si le statut n avait pas réglé cette question par une section spéciale, nous n hésiterions aucunement à affirmer que de droit naturel comme de droit commun l auteur a la propriété exclusive de son manuscrit, que rien ne l oblige à le faire imprimer et à le remettre entre les mains du public, et que conséquemment il peut empêcher de publier ou même de le commenter ou résumer dans un journal public. En effet, il suit des principes que nous avons exposé en notre premier article que quand une personne a transcrit ses pensées sur une feuille de papier, ce manuscrit lui appartient d une manière absolue. Donc, elle a le droit de refuser de communiquer son écrit à qui que ce soit, car comme Pavons dit ailleurs, tout droit de propriété suppose nécessairement l exclusion de la jouissance d autrui. Donc, elle peut en empêcher la publication, et, le cas échéant, recouvrer les dommages qui s en suivent. 1 En revanche, il n est aucunement fait mention tout au long des cinq articles publiés dans La Thémis entre 1880 et 1881 d un quelconque droit moral ni même de cas d usurpation de nom, ni même encore de situation qui aujourd hui serait perçue comme une atteinte au droit de paternité ou au droit d intégrité. Tout au plus, voyons nous poindre dans les discussions sur le traitement de l œuvre non publiée un semblant de droit de divulgation. 1. Pierre-Basile MIGNAULT, «La propriété littéraire», (1880) 2 La Thémis 289. Voir aussi : (1880) 2 La Thémis 367; (1881) 3 La Thémis Législation spéciale préalable à la loi de Code criminel et la protection des noms d auteur Comme il a été mentionné plus haut, de nombreuses copies illégitimes imprimées circulaient au Canada au début du XX e siècle. Cette situation fut jugée rapidement problématique car elle créait un irri- (6017) 7 / 20

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE 77 PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE Les lois fédérales sur les brevets, le droit d auteur et les marques de commerce assurent la protection de la propriété intellectuelle au Canada. Le Canada a signé l Accord

Plus en détail

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets Protection de la propriété intellectuelle au Canada En cette période où la recherche scientifique, le domaine technique et les activités commerciales évoluent rapidement, il devient de plus en plus important

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Sommaire. Préface... 5 Ouvrages cités par le seul nom de leur auteur, par un nom collectif ou sous une forme abrégée... 15 Avant-propos...

Sommaire. Préface... 5 Ouvrages cités par le seul nom de leur auteur, par un nom collectif ou sous une forme abrégée... 15 Avant-propos... Sommaire Préface... 5 Ouvrages cités par le seul nom de leur auteur, par un nom collectif ou sous une forme abrégée... 15 Avant-propos... 21 Introduction... 23 Chapitre 1 Prolégomènes à la propriété intellectuelle...

Plus en détail

WIPO Training of trainers Program on Effective Intellectual Property Asset Management by Small and Medium-Sized Enterprises (SMEs)

WIPO Training of trainers Program on Effective Intellectual Property Asset Management by Small and Medium-Sized Enterprises (SMEs) Creative Expression Benefiting From Your Copyright and Using the Copyright Works of Others in Your Business Edouard Treppoz, Professeur à l Université Jean Moulin Lyon 3 WIPO Training of trainers Program

Plus en détail

LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS

LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS DOSSIER D INFORMATION N 4 LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS INTRODUCTION Les festivals d arts visent à célébrer la richesse et la diversité des cultures dans le monde en réunissant des

Plus en détail

Politique sur la propriété intellectuelle en matière de recherche

Politique sur la propriété intellectuelle en matière de recherche TITRE : Politique sur la propriété intellectuelle en matière de recherche Adoption par le conseil d administration : Résolution : CARL-150421-13 Date : 21 avril 2015 Révisions : Résolution : Date : TABLE

Plus en détail

Les Licences Libres Ouverture et Protection des Logiciels. Plan

Les Licences Libres Ouverture et Protection des Logiciels. Plan Les Licences Libres Ouverture et Protection des Logiciels Daniel Quintart Avocat au barreau de Bruxelles juris@belgacom.net CETIC 1 Plan Préliminaires Première partie Aperçu de la protection des logiciels

Plus en détail

LA PROTECTION INTERNATIONALE DU DROIT D AUTEUR ET DES DROITS CONNEXES. Document établi par le Bureau international de l'ompi

LA PROTECTION INTERNATIONALE DU DROIT D AUTEUR ET DES DROITS CONNEXES. Document établi par le Bureau international de l'ompi LA PROTECTION INTERNATIONALE DU DROIT D AUTEUR ET DES DROITS CONNEXES Document établi par le Bureau international de l'ompi TABLE DES MATIERES Page I. PROTECTION INTERNATIONALE DU DROIT D AUTEUR...2 A.

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

LES DROITS DE LA PERSONNALITE

LES DROITS DE LA PERSONNALITE UNIVERSITE Faculté de Droit et de Science Politique Laboratoire de droit privé et de sciences criminelles ANTLPPAS LES DROITS DE LA PERSONNALITE DE L'EXTENSION AU DROIT ADMINISTRATIF D'UNE THÉORIE FONDAMENTALE

Plus en détail

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES adopté à Madrid le 27 juin 1989, modifié le 3 octobre 2006 et le 12 novembre 2007 Liste des articles du

Plus en détail

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée)

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202 Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Strasbourg, 27.XI.2008 STCE 202 Adoption des enfants (révisée), 27.XI.2008 2 Préambule

Plus en détail

Veuillez lire les présentes modalités et conditions du service (les «CONDITIONS») avant d utiliser le présent site.

Veuillez lire les présentes modalités et conditions du service (les «CONDITIONS») avant d utiliser le présent site. Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Avis juridique Veuillez lire les présentes modalités

Plus en détail

Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat

Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat 1983 Faite à Vienne le 8 avril 1983. Non encore en vigueur. Voir Documents officiels de la Conférence des Nations

Plus en détail

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Année 2005 DOCUMENT n 1 Analyses et études LE DIVORCE INTERNATIONAL EN BELGIQUE Rue de la croix, 22 1050 Bruxelles Téléphone

Plus en détail

Sommaire analytique. Livre I - Clausier. Agent... I.120 Arbitrage... I.140 Attribution de compétence... I.160 Back-up... I.180

Sommaire analytique. Livre I - Clausier. Agent... I.120 Arbitrage... I.140 Attribution de compétence... I.160 Back-up... I.180 Sommaire analytique Livre I - Clausier Numéro des dossiers PARTIE 1 A B Agent............................................................................................ I.120 Arbitrage........................................................................................

Plus en détail

WIPO/GRTKF/IC/7/3 ANNEXE I

WIPO/GRTKF/IC/7/3 ANNEXE I ANNEXE I RESUME DU PROJET D OBJECTIFS DE POLITIQUE GENERALE ET DE PRINCIPES FONDAMENTAUX CONCERNANT LA PROTECTION DES EXPRESSIONS CULTURELLES TRADITIONNELLES OU EXPRESSIONS DU FOLKLORE La présente annexe

Plus en détail

La propriété intellectuelle à Hong Kong: ce qu un canadien doit savoir!

La propriété intellectuelle à Hong Kong: ce qu un canadien doit savoir! La propriété intellectuelle à Hong Kong: ce qu un canadien doit savoir! Me Nicolas Sapp Avocat et agent de marques de commerce Associé responsable du bureau de Québec ROBIC sencrl Québec, le 1 er juin

Plus en détail

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles L 289/28 FR Journal officiel des Communautés européennes 28. 10. 98 DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles LE PARLEMENT

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Décision n 2010-45 QPC 6 octobre 2010. M. Mathieu P.

Décision n 2010-45 QPC 6 octobre 2010. M. Mathieu P. Décision n 2010-45 QPC 6 octobre 2010 M. Mathieu P. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 9 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) posée à l occasion

Plus en détail

Cours n 3 Valeurs informatiques et propriété (2)

Cours n 3 Valeurs informatiques et propriété (2) Cours n 3 Valeurs informatiques et propriété (2) - Les Bases De Données - Le multimédia - Les puces et topographies - La création générée par ordinateur 1 LES BASES DE DONNEES Depuis 1998, les Bases De

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

TITRE IX- Des noms de domaine

TITRE IX- Des noms de domaine TITRE IX- Des noms de domaine Présentation des textes Les noms de domaine sur l'internet ont à la fois une fonction technique et une fonction d'identification des services de communication en ligne. Le

Plus en détail

La propriété intellectuelle à Hong Kong: ce qu un canadien doit savoir!

La propriété intellectuelle à Hong Kong: ce qu un canadien doit savoir! La propriété intellectuelle à Hong Kong: ce qu un canadien doit savoir! Me Nicolas Sapp Avocat et agent de marques de commerce Associé responsable du bureau de Québec ROBIC sencrl Québec, le 1 er juin

Plus en détail

3 juillet 2014. Numéro d identification au Registre de transparence : 4633926420-79

3 juillet 2014. Numéro d identification au Registre de transparence : 4633926420-79 Ré ponsé dé Béttér Financé a la consultation dé la DG COMMERCE dé la CE sur lés modalité s pour la protéction dés invéstisséménts ét lé ré glémént dés diffé rénds éntré invéstisséurs ét E tats (RDIE) dans

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Convention sur la réduction des cas d apatridie

Convention sur la réduction des cas d apatridie Convention sur la réduction des cas d apatridie 1961 Faite à New York le 30 août 1961. Entrée en vigueur le 13 décembre 1975. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 989, p. 175. Copyright Nations Unies

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

Droits d auteurs : quelles opportunités fiscales?

Droits d auteurs : quelles opportunités fiscales? Droits d auteurs : quelles opportunités fiscales? Vincent Lamberts et Jean-Luc Wuidard Avocats au Barreau de Liège 26 novembre 2010 Petit déjeuner conférence Etudes et Expansion ASBL Plan des exposés -1.

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015. Association pour la recherche sur le diabète

Commentaire. Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015. Association pour la recherche sur le diabète Commentaire Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015 Association pour la recherche sur le diabète (Acceptation des libéralités par les associations déclarées) Le Conseil constitutionnel a été saisi le

Plus en détail

Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales

Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales 1986 Faite à Vienne le 21 mars 1986. Non encore en vigueur. Voir Documents

Plus en détail

Première partie IMMUNITÉ ET JUSTICE : LES CONTRADICTIONS... 31. Titre 1 Contradiction des fondements et divergence des sources...

Première partie IMMUNITÉ ET JUSTICE : LES CONTRADICTIONS... 31. Titre 1 Contradiction des fondements et divergence des sources... TABLE DES MATIÈRES Remerciements......................................................................... 7 Préface.................................................................................... 9

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

PROPOSITION DE BASE POUR LE NOUVEL ACTE DE L ARRANGEMENT DE LISBONNE SUR LES APPELLATIONS D ORIGINE ET LES INDICATIONS GEOGRAPHIQUES

PROPOSITION DE BASE POUR LE NOUVEL ACTE DE L ARRANGEMENT DE LISBONNE SUR LES APPELLATIONS D ORIGINE ET LES INDICATIONS GEOGRAPHIQUES F LI/DC/3 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 14 NOVEMBRE 2014 Conférence diplomatique pour l adoption d un nouvel Acte de l Arrangement de Lisbonne concernant la protection des appellations d origine et leur enregistrement

Plus en détail

Cahier n 29. Les Cahiers du Conseil constitutionnel. Commentaire de la décision n 2010-607 DC 10 juin 2010

Cahier n 29. Les Cahiers du Conseil constitutionnel. Commentaire de la décision n 2010-607 DC 10 juin 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 29 Commentaire de la décision n 2010-607 DC 10 juin 2010 Loi relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée Le projet de loi relatif à l entrepreneur

Plus en détail

ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES

ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES du 14 avril 1891, révisé à Bruxelles le 14 décembre 1900, à Washington le 2 juin 1911, à La Haye le 6 novembre 1925, à Londres

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT)

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) F OMPI PCT/R/2/4 ORIGINAL : anglais DATE : 31 mai 2002 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) COMITÉ SUR LA

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010)

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010) Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel (Université de Nancy 21 octobre 2010) Le Conseil constitutionnel a fêté, il y a deux ans, son cinquantième anniversaire. Cet événement

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES Le présent contrat est régi par le Code civil du Québec Les références aux articles du Code civil du Québec accompagnant certaines dispositions ne sont données qu à titre indicatif

Plus en détail

NRJ 94,3 CONCOURS «100 % musique, 100 % cash, grâce à NRJ et Virement Interac MD!» RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION

NRJ 94,3 CONCOURS «100 % musique, 100 % cash, grâce à NRJ et Virement Interac MD!» RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION NRJ 94,3 CONCOURS «100 % musique, 100 % cash, grâce à NRJ et Virement Interac MD!» RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION 1. Le concours «100 % musique, 100 % cash, grâce à NRJ et Virement Interac MD!» (ci-après

Plus en détail

L ASSURABILITE DE LA PROPRIETE INDUSTRIELLE

L ASSURABILITE DE LA PROPRIETE INDUSTRIELLE L ASSURABILITE DE LA PROPRIETE INDUSTRIELLE CORINNE GROSBART Avocat au Barreau de Paris 76, Avenue Raymond Poincaré 75116 PARIS Tél: 01 45 53 68 34 Fax: 01 45 53 87 94 E mail corinne.grosbart@wanadoo.fr

Plus en détail

Politique et règles en matière de gestion de la propriété intellectuelle

Politique et règles en matière de gestion de la propriété intellectuelle SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique et règles en matière de gestion de la propriété intellectuelle Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

CONCOURS «EXPOPLUS» INSCRIPTION : du 5 février 2015 de 10h HAE au 22 mars 2015 à 23h59 HAE

CONCOURS «EXPOPLUS» INSCRIPTION : du 5 février 2015 de 10h HAE au 22 mars 2015 à 23h59 HAE CONCOURS «EXPOPLUS» 1. REGLEMENTS DE PARTICIPATION 1.1 Le concours «expoplus» est tenu par Québecor Média Affichage (ci-après collectivement les : «organisateurs du concours»). Il se déroule sur Internet

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE. Dix-septième session Genève, 7 11 mai 2007

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE. Dix-septième session Genève, 7 11 mai 2007 F OMPI SCT/17/5 ORIGINAL : anglais DATE : 23 mars 2007 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DU DROIT DES MARQUES, DES DESSINS ET MODELES INDUSTRIELS ET DES INDICATIONS

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

LICENCE SNCF OPEN DATA

LICENCE SNCF OPEN DATA LICENCE SNCF OPEN DATA PREAMBULE Dans l intérêt de ses utilisateurs, la SNCF a décidé de s engager dans une démarche de partage de certaines informations liées à son activité, permettant ainsi aux personnes

Plus en détail

INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT

INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT MISE À JOUR OCTOBRE 2009 Christian Gavalda Jean Stoufflet Agrégé des facultés de droit Professeur émérite de l Université de Clermont-Ferrand I Doyen honoraire de

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

N 2807 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2807 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2807 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 16 septembre 2010. PROPOSITION DE LOI visant à modifier les conditions

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil (exposé fait par Jacqueline de GUILLENCHMIDT lors de la rencontre franco-arménienne du 23 janvier 2007 sur le patrimoine juridique commun)

Plus en détail

Convention de Licence Érudit (Open Source)

Convention de Licence Érudit (Open Source) Convention de Licence Érudit (Open Source) Cette convention est une licence de logiciel libre régissant les modalités et conditions relatives à l utilisation, la reproduction, la modification et la distribution

Plus en détail

L ABC. d auteur. UNESCO Secteur de la culture. Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture

L ABC. d auteur. UNESCO Secteur de la culture. Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture L ABC du droit d auteur Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture UNESCO Secteur de la culture L ABC du droit d auteur Publié par l Organisation des Nations Unies Pour l

Plus en détail

Check-list: Collisions entre signes distinctifs

Check-list: Collisions entre signes distinctifs Dr. Wolfgang Straub Deutsch Wyss & Partner C.P. 5860 CH-3001 Berne wolfgang.straub@advobern.ch Check-list: Collisions entre signes distinctifs 1. CONFLIT ENTRE MARQUES 1.1 Le principe (art. 3 LPM): la

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

INDEX ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. -A-

INDEX ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. -A- INDEX ANALYTIQUE Les chiffres renvoient aux numéros de pages. -A- Accessibilité à la justice Problématique coût/bénéfice/ délai, 9 Tribunaux, 68 Accusation, 71, 72, 74 Voir aussi Contradiction, Justice

Plus en détail

IP and Digital Economy

IP and Digital Economy IP and Digital Economy Edouard Treppoz, Professeur à l Université Jean Moulin Lyon 3 WIPO Training of trainers Program on Effective Intellectual Property Asset Management by Small and Medium-Sized Enterprises

Plus en détail

PETER HUSTINX CONTRÔLEUR. Objet: avancée sur le paquet de mesures pour une réforme de la protection des données

PETER HUSTINX CONTRÔLEUR. Objet: avancée sur le paquet de mesures pour une réforme de la protection des données PETER HUSTINX CONTRÔLEUR Président du Conseil de l Union européenne Secrétariat général Conseil de l Union européenne Rue de la Loi 175 1048 Bruxelles, Belgique Bruxelles, le 14 février 2014 PH/ABu/mk/

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 M. Karamoko F. (Élection de domicile des étrangers en situation irrégulière sans domicile stable) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17 juillet

Plus en détail

Agence pour la Protection des Programmes Service dépôt / référencement. Agence pour la Protection des Programmes Service juridique

Agence pour la Protection des Programmes Service dépôt / référencement. Agence pour la Protection des Programmes Service juridique Agence pour la Protection des Programmes Service dépôt / référencement 54, rue de Paradis 75010 Paris Tél. +33 (0)1.40.35.03.03 Fax +33 (0)1.40.38.96.43 app@app.asso.fr Agence pour la Protection des Programmes

Plus en détail

Accord commercial anti-contrefaçon

Accord commercial anti-contrefaçon Accord commercial anti-contrefaçon Les Parties au présent accord, Notant qu un respect des droits de propriété intellectuelle efficace est essentiel pour assurer la croissance économique dans tous les

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION La Constitution est un ensemble de textes juridiques qui définit les différentes institutions composant l État et qui organise leurs relations. Elle peut comporter également

Plus en détail

Loi n o 2000/011 du 19 décembre 2000 relative au droit d auteur et aux droits voisins. Des dispositions générales

Loi n o 2000/011 du 19 décembre 2000 relative au droit d auteur et aux droits voisins. Des dispositions générales CAMEROUN Loi n o 2000/011 du 19 décembre 2000 relative au droit d auteur et aux droits voisins 1 er. La présente loi régit le droit d auteur et les droits voisins du droit d auteur au Cameroun. Titre I

Plus en détail

DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du Droit d Auteur (BUTODRA) LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE,

DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du Droit d Auteur (BUTODRA) LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE MINISTERE DE LA JEUNESSE DES SPORTS ET DE LA CULTURE REPUBLIQUE TOGOLAISE Union Paix Solidarité DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du

Plus en détail

GUIDE POUR L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES DESSINS ET MODÈLES INDUSTRIELS EN VERTU DE L ARRANGEMENT DE LA HAYE

GUIDE POUR L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES DESSINS ET MODÈLES INDUSTRIELS EN VERTU DE L ARRANGEMENT DE LA HAYE GUIDE POUR L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES DESSINS ET MODÈLES INDUSTRIELS EN VERTU DE L ARRANGEMENT DE LA HAYE (mis à jour en janvier 2015) Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle GENÈVE

Plus en détail

Mémoire à l intention du Comité législatif chargé du projet de loi C-32

Mémoire à l intention du Comité législatif chargé du projet de loi C-32 Mémoire à l intention du Comité législatif chargé du projet de loi C-32 Mémoire soumis par l Association des universités et collèges du Canada sur le projet de loi C-32, Loi modifiant la Loi sur le droit

Plus en détail

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL À : &' 1$,'6 M. Richard Drouin, O.C., c.r. Président, Commission d examen sur la rémunération des juges 2CVTKEM,/QPCJCP DATE :

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CONTRAT D EDITION?

QU EST-CE QU UN CONTRAT D EDITION? QU EST-CE QU UN CONTRAT D EDITION? Le contrat d édition est un contrat par lequel L auteur d une œuvre de l esprit (ou ses ayants droit) cède le droit de fabriquer (ou faire fabriquer) en nombre des exemplaires

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 15 septembre 2011 N de pourvoi: 10-23837 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président Me Le Prado, SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 CHAMP D APPLICATION...

Plus en détail

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988)

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, RECONNAISSANT l importance d éliminer certains obstacles juridiques au crédit-bail

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES F UPOV/INF/9 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE ACCORD entre l Union internationale pour la protection des obtentions végétales et le Conseil fédéral suisse pour déterminer

Plus en détail

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME Version du 17/04/2014 Approuvée par le comité de pilotage de la Marque QUALITE TOURISME Déposée à l'inpi le 07/07/2014 et publiée au BOPI n 2014-32

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T.

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T. Commentaire Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013 M. Jory Orlando T. (Conditions d attribution d une carte de séjour mention «vie privée et familiale» au conjoint étranger d un ressortissant français)

Plus en détail

LICENCE SNCF OPEN DATA

LICENCE SNCF OPEN DATA LICENCE SNCF OPEN DATA Préambule Dans l intérêt de ses utilisateurs, SNCF a décidé de s engager dans une démarche «OPEN DATA», de partage de certaines informations liées à son activité, par la mise à disposition

Plus en détail

INTRODUCTION AU THÈME

INTRODUCTION AU THÈME INTRODUCTION AU THÈME DE LA RECONNAISSANCE DES SITUATIONS : RAPPEL DES POINTS LES PLUS DISCUTÉS Professeur émérite de l Université de Paris I Le trait caractéristique de la méthode de la reconnaissance

Plus en détail

AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT

AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT MODIFICATION DE LA DIRECTIVE 86/613/CEE SUR L APPLICATION

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*)

ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*) ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*) «Renvoi préjudiciel Impôt sur le revenu Législation visant à éviter les doubles impositions Imposition des revenus immobiliers perçus dans un État

Plus en détail

la prospection commerciale est-elle une mission importante au sein d'une petite entreprise?

la prospection commerciale est-elle une mission importante au sein d'une petite entreprise? SANAH Yacine Date de création : 01.11.2005 Date de dépôt : 07.11.2005 Niveau : BAC + 3 la prospection commerciale est-elle une mission importante au sein d'une petite entreprise? ! # # % &!! (%)# % )#

Plus en détail

1/ Le commanditaire Pour permettre au prestataire de réaliser sa mission, le commanditaire s engage à :

1/ Le commanditaire Pour permettre au prestataire de réaliser sa mission, le commanditaire s engage à : Article 1 : Principes de cession La reproduction et la réédition des créations du prestataire sont soumises à la perception de droits d auteur selon la loi du 11 mars 1957. La cession de ces droits ne

Plus en détail

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Statuts de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Avril 2010 1 I. DÉNOMINATION, SIÈGE, BUT Article 1 er : Dénomination Il est constitué, sous la dénomination «Chambre de commerce,

Plus en détail

Règlements du concours Bureau en Gros

Règlements du concours Bureau en Gros Règlements du concours Bureau en Gros Le concours «Bureau en Gros Ü» se déroulera du 1 er octobre 2015 (00h01) (HAE) au 31 octobre 2015 (23h59) (HAE) (ci-après «la période du concours»). Il est organisé

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

But, champ d application et définitions

But, champ d application et définitions Loi fédérale sur la protection des données (LPD) 235.1 du 19 juin 1992 (Etat le 1 er janvier 2014) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 95, 122 et 173, al. 2, de la Constitution

Plus en détail

Peut-on envisager un effet direct?

Peut-on envisager un effet direct? Les implications de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées sur la législation de l UE concernant le handicap Peut-on envisager un effet direct? Peut-on envisager

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-239 QPC du 4 mai 2012. Mme Ileana A.

Commentaire. Décision n 2012-239 QPC du 4 mai 2012. Mme Ileana A. Commentaire Décision n 2012-239 QPC du 4 mai 2012 Mme Ileana A. (Transmission des amendes, majorations et intérêts dus par un contribuable défunt ou une société dissoute) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail