BIEN GERER UNE ENTREPRISE ARTISANALE DE BATIMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BIEN GERER UNE ENTREPRISE ARTISANALE DE BATIMENT"

Transcription

1 FICHE CONSEIL Page : 1/23

2 Créateur, repreneur, dirigeant d une entreprise du Bâtiment, il vous appartient de la gérer au mieux afin d assurer sa pérennité et son développement., et Le métier de chef d entreprise est difficile, il requiert non seulement des aptitudes techniques et une qualification professionnelle, mais également des compétences commerciales et financières et enfin des aptitudes à gérer, animer, motiver les équipes. Gérer une entreprise au «feeling» (de façon intuitive) se révèle souvent dangereux. Dans un environnement incertain, irrégulier et parfois imprévisible, il est absolument nécessaire de mettre en place des outils de gestion afin d être en mesure de maîtriser l évolution de son entreprise et de parer rapidement aux défaillances qui peuvent survenir. C est la raison pour laquelle TRIGONE CONSEIL a conçu ce petit guide de réflexion qui, loin d être exhaustif, vise à appréhender les points clés de la gestion d une entreprise de Bâtiment. FICHE 1 : ENVIRONNEMENT JURIDIQUE DE LA PROFESSION FICHE 2 : PRINCIPALES SPECIFICITES COMPTABLES, FISCALES ET SOCIALES FICHE 3 : FICHE 4 : PRINCIPALES ZONES DE RISQUES A ANALYSER LES OUTILS DE GESTION Page : 2/23

3 FICHE 1 : ENVIRONNEMENT JURIDIQUE DE LA PROFESSION, et 1. REGLEMENTATION PROPRE A L ACTIVITE Les professions du BTP doivent suivre les réglementations afférentes aux codes suivants : Code de la Construction de l habitation Code des Marchés Publics Code de l Artisanat Loi du dite «Loi Raffarin» relative au développement, à la promotion du commerce et de l artisanat Décret du relatif à la qualification professionnelle des entreprises artisanales Concernant chaque profession, les réglementations peuvent être complétées par des obligations particulières qui ne seront pas décrites dans cette fiche en raison du grand nombre de métiers concernés. 2. REGLES DE SECURITE Le secteur du BTP est très encadré concernant les mesures de sécurité à observer afin de limiter le nombre d accidents du travail. Ces règles sont inscrites, notamment dans les textes suivants : Décret du portant règlement d administration publique en ce qui concerne les mesures particulières de protection et salubrité applicables aux établissements dont le personnel exécute des travaux du Bâtiment, des travaux publics et tous autres travaux concernant les immeubles Le décret du vient en complément du décret Le décret du portant modification du décret Page : 3/23

4 3. NORMES FRANCAISES ET EUROPEENNES, et 3.1. Normes françaises L avis technique permet de disposer d une spécification technique des produits de construction dans le cas où l établissement de normes ne serait pas ou pas encore commodément applicable. Il est un instrument d information et de communication essentiel entre les acteurs de la construction (prescripteurs, architectes, bureaux d études, entrepreneurs, bureaux de contrôle) et les fournisseurs du Bâtiment (industriels, distributeurs et négociants). Les normes françaises établies par l AFNOR dont le catalogue en ligne est disponible sur son site : Seuls quelques organismes sont habilités à la qualification et la certification des entreprises du Bâtiment en France : Qualibat, SETRA, CSTB, 3.2. Normes européennes La Directive Produits de Construction (DPC) N 89/106/CEE transposée en France par le décret N du prévoit le marquage CE réglementaire des produits de construction visés pour leur mise sur le marché en France comme dans toute l Union Européenne. Ce marquage atteste que les produits satisfont aux dispositions de la réglementation européenne. Pour plus de précisions, voir le site officiel Un décret habilite le CSTB (pour le Bâtiment) et le SETRA (pour le domaine du Génie Civil et des Travaux Publics) comme organismes français habilités à délivrer des agréments techniques européens. Le marquage CE indique que les produits satisfont aux directives les concernant et ont donc le droit d être mis sur le marché dans l espace économique européen. Page : 4/23

5 FICHE 2 : PRINCIPALES SPECIFICITES COMPTABLES, FISCALES ET SOCIALES, et 1. PRINCIPALES PARTICULARITES COMPTABLES 1.1. Le suivi des retenues de garantie Le client d une entreprise du BTP peut retenir un montant correspondant à 5% du total de la facture finale au moment des paiements. Il doit reverser cette somme au bout d un an si aucun problème matériel ne s est manifesté. Il est judicieux de suivre cette retenue par un compte spécifique créé en intégrant dans le numéro, le mois où cette somme doit être restituée à l entreprise. Par exemple Client retenue de garantie à récupérer en 07/ Client chantier terminé 07/ Il peut être judicieux d isoler de la même manière, la TVA relative à cette retenue de garantie. Cependant, l entreprise peut éviter d avoir à «subir» cette retenue de garantie dans la mesure où elle souscrit une garantie bancaire auprès de sa banque, qui s engage à payer à sa place, le client s il subvenait un problème matériel Les travaux en cours Le principal problème dans une entreprise du BTP est de savoir à quel moment il convient de faire ressortir le résultat. Ce problème est d autant plus crucial pour l entreprise dont les chantiers se répartissent sur au moins deux exercices. Il existe deux méthodes : Méthode de l achèvement des travaux, dans laquelle la constatation du résultat est repoussée jusqu à la terminaison des travaux Méthode de l avancement des travaux, dans laquelle les résultats sont appréhendés à chaque arrêté de comptes au fur et à mesure de la réalisation des travaux. Cette méthode requiert la mise en œuvre d un suivi précis, organisé et fiable de l avancement des chantiers et le respect de certaines règles (contrat, facturations partielles, état de situation de travaux vérifiés par le maître d œuvre, ) Page : 5/23

6 Le choix de la méthode appartient à l entreprise et à sa capacité à mettre en place une comptabilité analytique suffisamment fiable si elle souhaite déterminer un résultat intermédiaire. Ce choix doit s inscrire dans le principe de permanence des méthodes. Les travaux en cours sont constitués des éléments suivants : Coût d achat des matières consommées Charges directes de production Charges indirectes de production dont sont notamment exclus les frais financiers (sauf lorsque le cycle de production est supérieur à 12 mois), les frais administratifs et commerciaux 1.3. Le suivi de la sous-traitance directe Lorsque le sous-traitant est payé directement par le client, le chiffre d affaires non encaissé doit transiter dans la comptabilité de l entreprise qui sous-traite. Cette entreprise doit être informée par le sous-traitant des facturations faites au client et des règlements de ce dernier., et 2. SPECIFICITES FISCALES 2.1. Taux de TVA applicable Travaux éligibles au taux réduit de TVA : TVA au taux de 5,5 % applicable sur les travaux d amélioration, de transformation, d aménagement et d entretien portant sur des locaux d habitation achevés depuis plus de 2 ans à la date de début d exécution des travaux (CGI art bis). L application du taux réduit de 5,5% est conditionnée par l obtention d une déclaration du client par laquelle il atteste que l immeuble ou la partie de l immeuble dans laquelle les travaux vont être effectués est à usage d habitation depuis plus de deux ans et précise la nature des travaux réalisés. L absence d attestation du client vous expose à un redressement de TVA par application d un taux de 19,6% au lieu de 5,5%. Page : 6/23

7 Travaux relevant du taux normal de TVA Attention, relèvent du taux normal (19,6 %) les travaux réalisés (sur une période de 2 ans au plus) concourant : A la production d un immeuble neuf, Ou qui aboutissent à la création de surfaces significatives, Ou qui aboutissent à rénover à plus des 2/3 tous les éléments de second œuvre définis par le décret du 10/08/2006. Attention, tous les travaux que vous réalisez dans des locaux à usage d'habitation achevés depuis plus de 2 ans ne relèvent pas systématiquement du taux réduit. C'est ainsi que relèvent du taux normal de TVA (19,6 %) les travaux suivants : a) Les travaux concourant à la production d'un immeuble neuf, et Outre les constructions nouvelles, sont visés également les travaux qui rendent à l'état neuf sur une période de 2 ans au plus : soit la majorité (50%) des fondations ou des éléments hors fondations déterminant la résistance ou la rigidité de l'ouvrage ou encore de la consistance des façades hors ravalement Ł TRAVAUX DE GROS ŒUVRE. soit l'ensemble des éléments du second œuvre dans une proportion qui doit être supérieure aux 2/3 pour chacun des éléments de second œuvre énuméré par le décret du 10/08/2006 Ł TRAVAUX DE SECOND ŒUVRE. b) Les travaux de rénovation qui aboutissent à la création de surfaces significatives Même lorsque les travaux réalisés ne répondent pas à la définition des travaux concourant à la production d'un immeuble neuf, ils peuvent relever du taux normal de TVA. C'est le cas des travaux concourant à la création de surfaces significatives. Ainsi sont exclus du bénéfice du taux de 5,5% les travaux réalisés sur une période de 2 ans au plus, à l'issue desquels la surface de plancher hors œuvre nette (SHON) des locaux existants (majorité cas échéant des surfaces des bâtiments d'exploitations agricoles) est augmentée de plus de 10% (CGI Art bis 2). Page : 7/23

8 c) Précisions sur les travaux de GROS ŒUVRE, et Qu'entend-on par? Fondations Ł il s'agit des éléments qui composent le socle et l'assise stable d'une construction en répartissant sa charge sur le sol. Eléments hors fondations déterminant la résistance et la rigidité de l'ouvrage Ł il s'agit des éléments verticaux quand ils sont porteurs (murs, piliers, colonnes, poteaux), des éléments horizontaux quand ils contribuent à la stabilité de l'ensemble (poutres, planchers, dalles), des éléments obliques assurant le contreventement (contreforts éventuels) des éléments de charpente quand ils contribuent à la stabilité de l'immeuble. Consistance des façades Ł il s'agit de tous les éléments verticaux externes assurant la mise hors d'eau de l'immeuble (murs, murs-rideaux, murs-panneaux). Ne sont pris en considération que les travaux qui portent sur la consistance des façades, à l'exclusion du simple ravalement de façade. Comment calcule-t-on le taux de 50%? Il appartient au client par attestation de vous justifier que le seuil de 50% n'est pas atteint. Le client doit notamment indiquer dans l'attestation : la proportion dans laquelle les travaux réalisés conduisent à rendre à l'état neuf les fondations, les éléments hors fondations déterminant la résistance et la rigidité de l'ouvrage ou les façades. la méthode retenue pour apprécier cette proportion. Pour chacun des éléments, il convient donc de calculer le rapport entre les éléments neufs et le total des éléments du lot à l'issue des travaux, y compris les éléments qui ont été conservés en l'état. Le client est libre de retenir toute méthode dont il peut justifier la pertinence. La méthode retenue doit être précisée dans l'attestation que devra conserver l'entrepreneur des travaux. Page : 8/23

9 d) Précisions sur les travaux de SECOND ŒUVRE, et Quels sont les éléments de second œuvre à prendre en compte? Le décret du 10/08/2006 fixe la liste suivante : les planchers ne déterminant pas la résistance ou la rigidité de l'ouvrage, les huisseries extérieures (dormants et ouvrants), les cloisons intérieures, les installations sanitaires et de plomberie, les installations électriques, le système de chauffage. Comment calculer le seuil des 2/3? Pour relever du taux normal de TVA (19,6 %), les travaux doivent concerner les 2/3 au moins de chacun des 6 éléments énumérés ci-dessus. Ces travaux bénéficient donc du taux réduit pour leur totalité dès lors que, dans au moins un des six lots techniques, le seuil des 2/3 n'est pas atteint. Pour chacun des lots techniques, la proportion des 2/3 peut s'apprécier en considérant : au numérateur : le coût mentionné sur le devis ou la facture du prestataire des éléments nouveaux relevant de ce lot, au dénominateur : le coût figurant au numérateur augmenté, s'agissant des éléments conservés, de ce qu'aurait coûté leur remplacement par du neuf. Le client peut néanmoins, au lieu d'effectuer un calcul en valeur, réaliser un calcul en surface, en volume ou en quantité. La méthode retenue doit être précisée dans l'attestation que devra conserver l'entrepreneur des travaux. Page : 9/23

10 Travaux relevant du taux réduit Ce sont tous les travaux réalisés dans des locaux à usage d'habitation achevés depuis plus de 2 ans, à l'exception de ceux visés au paragraphe Quelle attestation obtenir de son client? L'administration fiscale a publié 3 modèles d'attestations : attestation normale Ł cette attestation doit être utilisée si les travaux réalisés touchent notamment le gros œuvre, l'attestation simplifiée Ł cette attestation ne doit être utilisée que si les travaux réalisés ne concernent que des éléments de second œuvre, l'attestation super-simplifiée Ł cette attestation doit être utilisée lorsque les travaux ne concernent ni le gros œuvre, ni les éléments de second œuvre (6 lots techniques visés par le décret)., et a) Qui doit remplir l'attestation? C'est le client qui doit remplir l'attestation, autrement dit la personne qui fait effectuer les travaux et qui a passé commande à l'entrepreneur. b) Qui doit en être destinataire? L'entrepreneur des travaux doit obtenir une attestation signée de son client avant le commencement des travaux et au plus tard avant la facturation. c) Combien de temps doit-on conserver les attestations? L'entrepreneur devra conserver les attestations jusqu'au 31 décembre de la 5ème année suivant celle de la réalisation des travaux Quelles sont les sanctions encourues? Lorsque l'administration sera conduite à contester l'application du taux réduit, elle redressera l'entrepreneur des travaux en lui faisant verser le complément de taxes résultant de la différence entre la taxe due (TVA au taux de 19,6 %) et le montant effectivement payé (TVA au taux de 5,5 %) montant auquel il conviendra d'ajouter les pénalités et intérêts de retard. Si l'application du taux réduit résulte d'éléments erronés portés sur l'attestation par le client, ce dernier sera solidairement tenu au paiement des compléments de taxe. Page : 10/23

11 Comme vous le constatez, la législation relative à l'application du taux réduit de TVA sur les locaux à usage d'habitation achevés depuis plus de 2 ans se durcit. Il vous appartient donc : d'apprécier précisément la nature des travaux réalisés, d'obtenir de vos clients l'attestation correspondant à la nature des travaux réalisés; de conserver pour chaque chantier l'attestation dûment complétée, datée et signée par le client., et N'hésitez pas à nous solliciter pour obtenir les nouveaux modèles d'attestation qu'il convient désormais d'utiliser (3 modèles types). Nos conseils : Vérifier que les conditions d application du taux de 5,5% sont réunies Lorsque cela est le cas, faire signer à votre client une attestation Joindre l attestation signée du client à la facture. L attestation est une pièce justificative à conserver 2.2. Fait générateur et exigibilité Le fait générateur de la TVA sur les travaux facturés par les entreprises du BTP est constitué par la réalisation de ces travaux. L exigibilité étant constituée par l encaissement des facturations. Une option peut cependant être prise pour les «débits» sans grand intérêt sauf cas particuliers. Page : 11/23

12 2.3. Provisions Le plan comptable a prévu certaines provisions fiscalement déductibles si elles répondent aux critères fiscaux de déductibilité (conditions de fonds et de forme) et notamment : Provision pour risques correspondant à une perte probable sur chantiers : dans la méthode à l achèvement des travaux, la perte latente constatée à la clôture d un exercice, et Provision pour garanties données aux clients dans le cadre des garanties décennales, triennales et de bonne fin de chantier Provision pour remise en état des sites lorsque la convention impose la réhabilitation des sites d exploitation dans le paysage 3. SPECIFICITES SOCIALES 3.1. Conventions collectives Différentes conventions collectives nationales régissent les salariés du BTP en fonction de la taille de l entreprise ou du statut des employés : Convention Collective Nationale des ouvriers des entreprises du Bâtiment de moins de 10 salariés du étendue par arrêté du Convention Collective Nationale des ouvriers des entreprises du Bâtiment de plus de 10 salariés du étendue par arrêté du Convention collective nationale des ETAM du Bâtiment du étendue par arrêté du Convention collective nationale des Cadres du Bâtiment du étendue par arrêté du Convention Collective Nationale des ouvriers des Travaux Publics du étendue par arrêté du Convention Collective Nationale des ETAM des Travaux Publics du Convention Collective Nationale des Cadres des Travaux Publics du Ces conventions sont complétées par des accords nationaux et régionaux dans le Bâtiment et les Travaux Publics. Page : 12/23

13 3.2. Congés Payés La loi du 20 juin 1936 a rendu obligatoire en France, l attribution d un congé annuel à tous les salariés. Aux termes de l article D du Code du Travail «le service des congés payés est assuré par des caisses constituées à cet effet dans les entreprises» du Bâtiment et des Travaux Publics. Ces caisses obligatoires perçoivent les cotisations «Congés Payés» et «Chômage Intempéries»., et Les entreprises du Bâtiment indiquent à la Caisse des Congés Payés par fiche navette, les dates de congés pris. Ces dates doivent correspondre à celles mentionnées sur le bulletin de salaire. A défaut, l entreprise peut se voir contrainte de rembourser les sommes versées pour des jours en discordance. Il existe une Caisse de Congés Payés par région Frais professionnels Les frais professionnels que peut rembourser ou prendre en charge un employeur sont principalement les frais de repas, de déplacement, les vêtements de sécurité, Deux possibilités existent : L application sur option de l employeur, salarié par salarié, d un abattement «social» de 10% sur le salaire brut afin d obtenir la base des cotisations sociales. Cet abattement n existe plus fiscalement, de sorte que le montant fiscalement imposable ne doit pas tenir compte de cette déduction. Les primes de panier et de déplacement, alors diminuées de 10% entrent alors dans la base des cotisations sociales. L application de l abattement qui n est pas économiquement toujours intéressant (un calcul au cas par cas doit être effectué) est par ailleurs subordonnée : 1. soit à l existence d un accord collectif 2. soit à un accord du comité d entreprise ou à défaut des délégués du personnel 3. en l absence de comité d entreprise ou de délégués du personnel à l accord individuel de chaque salarié concerné. Page : 13/23

14 Le versement par l employeur d indemnités de repas et de déplacement, dans la mesure où elles sont économiquement justifiées. Ces indemnités sont alors exonérées de charges sociales pour une partie, selon un barème évoluant annuellement. Le montant des frais de déplacement est fonction de la longueur du trajet Le Chômage Intempéries, et Mis en œuvre par les articles L et R du Code du Travail, un dispositif particulier dit «Chômage Intempéries» financé par les cotisations des employeurs auprès de la Caisse de Congés Payés permet le versement des ¾ de leur rémunération aux salariés du Bâtiment en cas d intempéries. Sont considérées comme intempéries, les conditions atmosphériques et les inondations qui rendent l accomplissement du travail dangereux, voir impossible, eu égard, soit à la santé, soit à la sécurité des travailleurs, soit à la nature ou à la technique du travail à accomplir (article L du Code du Travail) Les 35 Heures Il existe deux accords de branche étendus selon la taille de l entreprise, qui permettent le passage aux 35 heures (entreprises de moins de 10 salariés ou de plus de 10 salariés). Ces accords de branche prévoient notamment : Le maintien de salaire en cas de passage à 35 heures Des possibilités d aménagement du temps de travail Si l entreprise ne fait que 35 heures par semaine, le bulletin de paie sera établi en multipliant 151,67 heures par le coefficient horaire du salarié. Si l entreprise réalise 39 heures par semaine, le bulletin de paye sera établi en faisant apparaître 151,67 heures multipliées par le taux horaire majoré de 17,33 heures au taux horaire majoré de 25%. Page : 14/23

15 FICHE 3 : PRINCIPALES ZONES DE RISQUES A ANALYSER, et 1. RISQUES LIES A L ACTIVITE 1.1. Malfaçons Le principal risque lié à l activité concerne les conséquences des malfaçons qui ternissent l image de l entreprise et peuvent conduire au dépôt de bilan en l absence d une assurance suffisante. Nous vous conseillons de vérifier que vous êtes bien assuré, notamment en garantie décennale, et d actualiser chaque année votre couverture d assurance en comparant le risque réel et le risque assuré Risques professionnels L entreprise reste redevable envers son client et après réception des travaux par ce dernier d une : Garantie décennale couvrant le Gros Œuvre et la toiture Garantie triennale pour la partie fermetures Garantie annuelle pour les installations de plomberie et d électricité L entreprise doit également assurer les travaux en cours pour se couvrir en cas d effondrement ou de dommages intervenant avant réception. 1.3.Solvabilité des clients Compte tenu de l ampleur des travaux fournis, il est vivement conseillé que l entreprise s assure de la solvabilité de ses clients avant toute concrétisation. En effet, la déconfiture d un seul client peut parfois entraîner l entreprise en cessation de paiements par voie de cascade. L entreprise doit systématiquement établir un devis suivi d un bon de commande à signer préalablement au démarrage des travaux, incluant les conditions générales de vente. Il est judicieux de demander au client un acompte avant le commencement du chantier et de fixer contractuellement le versement d autres acomptes au fur et à mesure de l avancement des travaux. Lorsque le client est un particulier et que la procédure ci-dessus a été suivie, il n y a généralement pas de problème d encaissement. Par contre, dans l hypothèse où les travaux ont été commandés par une autre entreprise, il est prudent de s informer sur sa situation financière avant de contracter et de respecter la même procédure. Page : 15/23

16 Les travaux supplémentaires engagés par le client en cours de chantier doivent également suivre cette procédure afin de prévenir le risque de litige., et 1.4. Travail clandestin (travail dissimulé) Certaines entreprises utilisent du personnel non déclaré auprès de l URSSAF. Outre les conséquences dommageables relatives au travail clandestin, il faut attirer l attention de l entreprise sur ses pratiques qui se révèlent désastreuses en cas d accident d un ouvrier non déclaré. En effet, il appartiendra alors à l entreprise d en assumer les conséquences financières. Par ailleurs, le travail clandestin est lourdement sanctionné tant au plan pénal qu au plan civil. 2. RISQUES LIES A LA GESTION DE L E 2.1. Implication dans la gestion Une des principales causes de dépôt de bilan est l absence de suivi administratif. Le risque d arrêt résulte dans le fait que l artisan se concentre souvent sur sa prestation et délaisse parfois la gestion de son entreprise. Il est impératif qu il puisse apprécier la rentabilité des chantiers et connaître régulièrement l état de sa trésorerie, les prochaines dépenses, notamment les caisses sociales. Réduire ce risque consiste en la mise en place d outils de gestion simples et efficaces permettant de piloter efficacement l entreprise. Des fiches de suivi de chantier et un cahier de banque qui recense les chèques émis et les sommes encaissées en dégageant un solde après chaque opération, et un tableau de bord mensuel, constituent souvent des outils suffisants Etablissement des devis L entreprise doit établir des devis en fonction de ses coûts de revient (matériaux, sous-traitants, main d œuvre, frais généraux) et non uniquement en fonction des pratiques et des concurrents. Ces devis doivent dégager une marge suffisante pour permettre à l entreprise de se développer. Elle doit organiser son travail au préalable afin d optimiser ses charges et rester concurrentielle. Page : 16/23

17 , et La mise en place d un outil de préparation de devis qui peut être une simple fiche listant les matières premières et le temps de travail à consacrer ou l utilisation d un logiciel approprié est souvent le gage d une réflexion mûrie et d une gestion suivie Appréciation de la marge par chantier et suivi de l avancement des chantiers L appréciation de la marge par chantier est une bonne approche de la formation du résultat. Elle permet de s assurer de la rentabilité de l entreprise. Le suivi de l avancement permet notamment de mesurer très rapidement tout décalage par rapport au devis. Page : 17/23

18 FICHE 4 : LES OUTILS DE GESTION, et 1. COMMENT CALCULER SON TAUX HORAIRE? 1.1. Les éléments constitutifs du prix de vente Les coûts directs Les débours directement liés à un chantier : Ce poste regroupe les : Matériaux Etudes Sous-traitance Location d un matériel spécifique Il est difficile d en prévoir le montant global pour l année à venir. Par contre, il est nécessaire d en chiffrer précisément le montant lors de l élaboration du devis. Nous vous conseillons de chiffrer dans un premier temps au prix coûtant en incluant ensuite une marge de l ordre de 8 à 15%. Cette marge est destinée à garantir l entrepreneur : Contre une hausse de prix pouvant intervenir entre la signature du marché et la réalisation des travaux Une sérénité lorsque le client annonce qu il préfère se procurer lui-même les matériaux (marge réduite sur ce poste) La main d œuvre de production Il s agit d évaluer les temps productifs. Les heures payées par l entreprise sont toujours supérieures aux heures effectivement travaillées (lesquelles sont toujours plus élevées que les heures productives). Le temps productif (donc facturable) est variable d une entreprise à une autre. Le temps non productif est rarement inférieur à ½ heure par jour (pauses physiologiques, ). A contrario, ce temps non productif peut augmenter fortement dans les cas suivants : Mauvaise organisation du travail Distance importante entre le siège de l entreprise et les chantiers Absence de suivi des rendements Page : 18/23

19 Les heures vendues sont des heures productives. Il convient donc de s assurer que le coût des heures non productives est bien pris en compte, faute de quoi l entrepreneur sera confronté à de mauvaises surprises en terme de rentabilité. Il convient d intégrer à ce niveau, la valorisation du travail de l exploitant individuel en coût de remplacement, c est-à-dire, au montant du salaire qui serait versé à un salarié de même qualification pour le même horaire., et Les charges de structure ou «frais généraux» Ce sont toutes les charges que supporte l entreprise et qui ne sont pas directement dépendantes du volume d activité. Exemple : Assurances, loyers, téléphone, personnel non productif, Ce sont également les charges liées à la stratégie de l entreprise (leur montant est conditionné par les choix du chef d entreprise), publicité par exemple Le maintien du potentiel de production Pour fonctionner, l entreprise a besoin de s équiper notamment en matériel. Pour financer les investissements, il existe trois possibilités : Le financement propre (ou auto-financement) L emprunt Le crédit bail ou la location longue durée Suivant le choix effectué, les charges supportées par l entreprise seront plus ou moins élevées. Le coût se mesure, soit au travers du montant du loyer, des redevances du crédit bail ou des amortissements auxquels il convient d ajouter les intérêts éventuels de l emprunt La marge La pérennité de l entreprise et son développement passent par sa capacité à générer du profit. La marge doit donc être suffisante pour rémunérer le risque d entreprise et assurer le financement du développement. Page : 19/23

20 1.2. Elaboration d un Prévisionnel d activité Chiffrer les charges prévisionnelles Connaître son point mort (seuil de rentabilité), c est-à-dire, le chiffre d affaires minimum à réaliser pour couvrir les charges Etre en mesure de calculer son taux horaire nécessitent d élaborer un prévisionnel. En effet, suivant les objectifs poursuivis,, et Maintien ou développement de l activité Spécialisation ou diversification des décisions seront prises (recrutement, investissement matériel, ) qui impacteront les coûts. Ces changements entraîneront l augmentation ou la diminution des charges de l exercice précédent et en feront naître de nouvelles qu il convient de chiffrer : seul les comptes prévisionnels permettront de chiffrer ces incidences Calcul du nombre d heures productives facturables Nombre d heures travaillées par an (sur la base d une durée 35 heures) Temps improductif : à chiffrer (absences, pauses, improductivité) heures % A B Temps productif A x B Ce calcul est à faire pour chaque salarié productif. Une fois le travail terminé, il convient d additionner les temps productifs facturables de chaque salarié Calcul du taux horaire (Total des charges prévisionnelles / nombre d heures productives) x coefficient de marge (hors débours chantiers) Ce taux horaire doit être compatible avec les prix du marché. Si tel n est pas le cas, il convient de réanalyser les coûts engagés. Page : 20/23

21 2. CHIFFRER UN DEVIS ET LE PRESENTER AU CLIENT, et 2.1. Chiffrer le devis OPERATION 1 : LES DEBOURS CHANTIERS Coef. marge ETUDES = x = LOCATION MATERIEL = x = MATERIAUX = x = SOUS-TRAITANCE = x = OPERATION 2 : LES TEMPS DE MAIN D ŒUVRE ET DE PRODUCTION Nombre d heures Taux horaire HEURES PRODUCTIVES = x = ETAPES : 1. = x = 1. = x = = x = TOTAL HT 2.2. Présentation au client Pour des raisons commerciales, vous avez intérêt à présenter au client potentiel, un devis clair, précis et détaillé des travaux à réaliser, des appareils à installer et des matériaux à utiliser. Les factures de travaux de Bâtiment comportant à la fois la fourniture d éléments (tels que carrelages, prises électriques, meubles, ) doivent faire apparaître clairement la nature de chaque fourniture employée avec son prix unitaire hors taxes. Le prix de la main d œuvre doit aussi être détaillé en rappelant les opérations successives affectées d un taux horaire de rémunération et de temps de réalisation global. Page : 21/23

ATTESTATION NORMALE 1

ATTESTATION NORMALE 1 ATTESTATION NORMALE 1 IDENTITE DU CLIENT OU DE SON REPRESENTANT Je soussigné(e) : Nom :...Prénom :..... Adresse : Commune Code postal : NATURE DES LOCAUX J atteste que les travaux à réaliser portent sur

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires .. 11 août 2006 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 29 sur 130 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE BUDGET ET RÉFORME DE L

Plus en détail

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»!

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! 1 Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! La démarche rationnelle qui vise à élaborer un projet de création ou de reprise d entreprise doit se traduire

Plus en détail

Impôts 2015. TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans. particuliers. professionnels du bâtiment

Impôts 2015. TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans. particuliers. professionnels du bâtiment Impôts 2015 TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans particuliers professionnels du bâtiment travaux relevant des taux réduits attestation Les principaux taux de TVA depuis le 1er

Plus en détail

Communauté de Communes de la Vallée de Munster. Vérification périodique des équipements et des installations

Communauté de Communes de la Vallée de Munster. Vérification périodique des équipements et des installations Communauté de Communes de la Vallée de Munster Vérification périodique des équipements et des installations Cahier des clauses administratives particulières 9 rue Sébastopol 68140 MUNSTER Tél. 03 89 77

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX. Commune de Samois-sur-Seine REALISATION DE PLACES DE PARKING ET DU PARVIS DE L EGLISE.

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX. Commune de Samois-sur-Seine REALISATION DE PLACES DE PARKING ET DU PARVIS DE L EGLISE. MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Commune de Samois-sur-Seine REALISATION DE PLACES DE PARKING ET DU PARVIS DE L EGLISE Procédure adaptée Cahier des Clauses Administratives Particulières 1 Article 1 : Objet de

Plus en détail

Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance.

Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance. RAPPEL Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance. Un décret du 21 novembre 2011 modifie le contenu de l'attestation que

Plus en détail

Opéra de Dijon. Cahier des clauses administratives particulières Marché TECH20151 Acquisition de matériaux de construction bois et sidérurgiques

Opéra de Dijon. Cahier des clauses administratives particulières Marché TECH20151 Acquisition de matériaux de construction bois et sidérurgiques Opéra de Dijon Cahier des clauses administratives particulières Marché TECH20151 Acquisition de matériaux de construction bois et sidérurgiques 1 4 Article 1 Objet et décomposition du marché 4 Article

Plus en détail

LE CONTRAT DE CONSTRUCTION DE MAISON INDIVIDUELLE

LE CONTRAT DE CONSTRUCTION DE MAISON INDIVIDUELLE GUIDE PRATIQUE creditfoncier.fr LE CONTRAT DE CONSTRUCTION DE MAISON INDIVIDUELLE avec fourniture de plans Le Crédit Foncier vous présente le contrat de construction de maison individuelle Un contrat de

Plus en détail

J envisage de reprendre une entreprise Dossier de demande d avance

J envisage de reprendre une entreprise Dossier de demande d avance AIDE AUX TRES PETITES ENTREPRISES J envisage de reprendre une entreprise Dossier de demande d avance Vous devez déposer votre dossier avant de réaliser vos projets Comment remplir votre dossier de demande

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

ACADEMIE DE CAEN REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE

ACADEMIE DE CAEN REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE LES OPERATIONS COURANTES CONNAISSANCES Les produits d exploitation les obligations relatives aux ventes La ventilation

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2

THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2 Unité 2 Thème 2 Unité 2 COURS Thème 2 THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2 SÉQUENCE 1... 3 Les opérations de vente complexes et leur comptabilisation...

Plus en détail

VILLE D ANZIN. Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce. Dispositif d aide à la rénovation des locaux commerciaux

VILLE D ANZIN. Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce. Dispositif d aide à la rénovation des locaux commerciaux VILLE D ANZIN Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce PREALABLE : Dispositif d aide à la rénovation des locaux commerciaux Règlement d attribution des aides financières directes

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

REALISER L ETUDE FINANCIERE

REALISER L ETUDE FINANCIERE REALISER L ETUDE FINANCIERE Cette étape va vous permettre de mesurer la viabilité de votre projet, ainsi que sa pérennité sur le long terme. Le plan de financement vous aidera à déterminer les ressources

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER ANNEXE DU REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 88 Validé par le Comité Directeur du 5 Novembre 2005 Adopté par l Assemblée Générale du 18 mars 2006

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE Cette charte a vocation à s appliquer lors de travaux effectués par une ou plusieurs entreprises, dites sous-traitantes, à l intérieur de l enceinte et des

Plus en détail

Sage Multi Devis : Pourquoi une version 12.10?

Sage Multi Devis : Pourquoi une version 12.10? Sage Multi Devis : Pourquoi une version 12.10? I. Restez en conformité avec la loi La dernière modification de la loi de Finances 2012 impose aux entreprises du BTP de nouveaux taux de TVA, applicables

Plus en détail

NOTE D INFORMATION ECONOMIQUE DES TAUX DE TVA 2014

NOTE D INFORMATION ECONOMIQUE DES TAUX DE TVA 2014 NOTE D INFORMATION ECONOMIQUE DES TAUX DE TVA 2014 10 Janvier 2014 Augmentation des taux de TVA et extension du taux réduit de 5,5 % aux travaux d amélioration de. La loi de finances pour 2014 n 2013-1278

Plus en détail

Le Dossier de Consultation des Entreprises

Le Dossier de Consultation des Entreprises Éléments constitutifs du DCE Lettre de consultation précisant le contenu du DCE Règlement de consultation précisant les modalités de la consultation Pièces générales de base au type de marché (F,T,S) soit

Plus en détail

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013 Nous nous proposons de vous présenter les principales évolutions apportées par la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013, parue au Journal Officiel le 16 juin 2013 sous la forme de flashs spéciaux.

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES ADHERENTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE (GESALT 24)

REGLEMENT INTERIEUR DES ADHERENTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE (GESALT 24) REGLEMENT INTERIEUR DES ADHERENTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE (GESALT 24) Article 1 Objet Le présent règlement intérieur a été adopté par le Conseil d Administration,

Plus en détail

Info Syndicale : complémentaire Santé

Info Syndicale : complémentaire Santé Info Syndicale : complémentaire Santé La complémentaire santé des Salariés non-cadres La complémentaire santé des salariés agricoles non cadre évolue afin de répondre aux obligations mises en place par

Plus en détail

... NOM du représentant légal :... Prénom du représentant :... Adresse :... Code postal :... Commune :... :... Téléphone portable professionnel :...

... NOM du représentant légal :... Prénom du représentant :... Adresse :... Code postal :... Commune :... :... Téléphone portable professionnel :... 13595*01 mise à jour : le 01/04/2013 DEMANDE DE SUBVENTION ELABORATION OU ANIMATION LIÉES AU DOCOB D UN SITE NATURA 2000 (DISPOSITIF N 323 A DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT RURAL HEXAGONAL) Cette demande

Plus en détail

***** Conformément à l arrêté du 17 mars 2008, les crédits régionaux annuels ont été plafonnés par le conseil de la formation.

***** Conformément à l arrêté du 17 mars 2008, les crédits régionaux annuels ont été plafonnés par le conseil de la formation. PROGRAMMATION REGIONALE Préambule 2015 DU CONSEIL DE LA FORMATION PICARDIE ADOPTEE LE 1 ER DECEMBRE 2014 ***** Le décret n 2007-1267 du 24 août 2007 modifie les missions des Chambres Régionales de Métiers

Plus en détail

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE)

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le crédit d impôt compétitivité emploi (CICE) est la première mesure prévue par le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Plus en détail

Annexe adoptée lors de l Assemblée générale du 27 mars 2004 RÈGLEMENT INTÉRIEUR ANNEXE 5 RÈGLEMENT FINANCIER. Page 1 sur 6

Annexe adoptée lors de l Assemblée générale du 27 mars 2004 RÈGLEMENT INTÉRIEUR ANNEXE 5 RÈGLEMENT FINANCIER. Page 1 sur 6 RÈGLEMENT INTÉRIEUR ANNEXE 5 RÈGLEMENT FINANCIER Page 1 sur 6 PRÉAMBULE... 3 ARTICLE 1 : ORGANISATION COMPTABLE... 3 L Assemblée Générale... 3 Le Comité directeur... 3 Le bureau... 3 Le Président... 3

Plus en détail

MARCHE DE TELEPHONIE Convergence Voix - Données

MARCHE DE TELEPHONIE Convergence Voix - Données COMMUNE DE VENDENHEIM MARCHE DE TELEPHONIE Convergence Voix - Données CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES () Maître d Ouvrage 12, rue Jean Holweg 67550 VENDENHEIM Tél : 03.88.69.40.20 Fax

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 Relatif aux règles comptables applicables aux établissements et services privés sociaux et médico-sociaux relevant de l article R. 314-1

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 PARIS, le 05/09/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 OBJET : Dispositif de report partiel des cotisations patronales pour les PME

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2 EXTRAITS DU N 51 mars 20145 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2 Parlons de révisions Autour du repas

Plus en détail

www.jpad.fr.st JPAD portage - portage 1/5 Pour qui? Comment? Les avantages Portage - Pour qui?

www.jpad.fr.st JPAD portage - portage 1/5 Pour qui? Comment? Les avantages Portage - Pour qui? JPAD portage - portage 1/5 Pour qui? Comment? Les avantages Portage - Pour qui? Une nouvelle façon de travailler : le portage permet à des consultants (experts ou formateurs) d'être salariés pour une mission

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (CCAP)

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (CCAP) CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (CCAP) 1. Objet du marché - Dispositions générales : Objet du marché Emplacements : Les stipulations du présent cahier des clauses administratives particulières

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES C.C.A.P.

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES C.C.A.P. CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES C.C.A.P. Pouvoir adjudicateur : Commune de Châtelaillon-Plage 20 Boulevard de la Libération 17340 CHATELAILLON-PLAGE Objet de la consultation : MARCHE DE

Plus en détail

Informations sur les demandes de paiement. Principes généraux

Informations sur les demandes de paiement. Principes généraux Informations sur les demandes de paiement Principes généraux Conditions préalables Le porteur de projet et ses partenaires co-financeurs préfinancent le projet. Le versement de la subvention communautaire

Plus en détail

Stage de Préparation à l Installation 11. Comptabilité et Gestion de l entreprise

Stage de Préparation à l Installation 11. Comptabilité et Gestion de l entreprise Stage de Préparation à l Installation 11. Comptabilité et Gestion de l entreprise 11.1. Notions de comptabilité 11.2. Analyse financière (bilan et comptes de résultat) 11.3. Plan de financement 11.4. Budget

Plus en détail

LES AVANTAGES FISCAUX ET SOCIAUX EN FAVEUR DU PARTICULIER

LES AVANTAGES FISCAUX ET SOCIAUX EN FAVEUR DU PARTICULIER LES AVANTAGES FISCAUX ET SOCIAUX EN FAVEUR DU PARTICULIER Les particuliers qui ont recours à des services visés à l article L.129-1 du Code du travail, fournis par une association ou une entreprise, ou

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Article 1

REGLEMENT INTERIEUR. Article 1 REGLEMENT INTERIEUR Article 1 Le présent règlement intérieur de fonctionnement, adopté par l'assemblée générale, s'impose à tous les adhérents. Des assouplissements peuvent cependant être décidés, lorsque

Plus en détail

LE CHAMP D APPLICATION

LE CHAMP D APPLICATION LES TEXTES Loi n 2001-420 du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (art. 54 et 55) Décret n 2002-231 du 21 février 2002 modifiant le décret du 7 mars 2001 portant code des marchés

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION

DEMANDE DE SUBVENTION DEMANDE DE SUBVENTION FONDS NATIONAL D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE REGION : Centre Département : CHER (18) INFORMATIONS CONCERNANT LE PROJET Intitulé du projet et résumé de l objet :.....

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (CCAP)

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (CCAP) Parc national des Ecrins Pouvoir adjudicateur : Monsieur le Directeur du Parc national des Ecrins MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE passé en application de l'article 28 du Code des Marchés publics CAHIER DES

Plus en détail

DOSSIER TYPE DE DEMANDE DE SUBVENTION

DOSSIER TYPE DE DEMANDE DE SUBVENTION DOSSIER TYPE DE DEMANDE DE SUBVENTION Volet territorial CPER 2015-2020 INTITULE DU PROJET (détaillé en annexe) : COÛT TOTAL DU PROJET : MONTANT DE SUBVENTION SOLLICITE : TOTAL DES AUTRES AIDES PUBLIQUES

Plus en détail

Formation Repreneurs MODULE ETUDIER LE PROJET DE RACHAT ET EVALUER L AFFAIRE

Formation Repreneurs MODULE ETUDIER LE PROJET DE RACHAT ET EVALUER L AFFAIRE Formation Repreneurs MODULE ETUDIER LE PROJET DE RACHAT ET EVALUER L AFFAIRE I. Contexte Contextes variés Acquisition, cession, recherche d associés, fusion, Succession, partage entre héritiers, transmission

Plus en détail

LE PLAN DE FORMATION

LE PLAN DE FORMATION LE I ELABORATION DU L établissement du plan de formation relève du pouvoir de direction de l employeur. C est à ce dernier de décider quels sont les salariés qui partiront en formation au cours de l année

Plus en détail

OPERATION URBAINE DE QUARTIERS REIMS. FISAC en ZUS DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DOSSIER N. Identification de l entreprise

OPERATION URBAINE DE QUARTIERS REIMS. FISAC en ZUS DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DOSSIER N. Identification de l entreprise OPERATION URBAINE DE QUARTIERS REIMS FISAC en ZUS DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DOSSIER N. Nature du projet : Identification de l entreprise Nom du dirigeant : Nom de l'entreprise : Adresse : Dossier

Plus en détail

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL Les salariés de votre entreprise ont élu leur(s) délégué(s) du personnel. Vous avez pu constater que la loi

Plus en détail

MODELE DE CONVENTION A TITRE ONEREUX

MODELE DE CONVENTION A TITRE ONEREUX Centre de gestion de la fonction publique territoriale des Landes - juillet 2013 MODELE DE CONVENTION A TITRE ONEREUX CONVENTION DE PRESTATION DE SERVICES RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE D ACTIVITES PERISCOLAIRES

Plus en détail

LE COMPTE PERSONNEL DE FORMATION (CPF)

LE COMPTE PERSONNEL DE FORMATION (CPF) Généralités : Le compte personnel de formation (CPF) est applicable depuis le 1er janvier 2015. Créé par la loi n du 5 mars 2014 sur la réforme de la formation professionnelle, il permet aux salariés et

Plus en détail

DONNEURS D ORDRES / MAITRES D OUVRAGES :

DONNEURS D ORDRES / MAITRES D OUVRAGES : EXPERTS COMPTABLES «Associés de votre futur» DOSSIER SPECIAL Mis à jour au 02/04/2012 DONNEURS D ORDRES / MAITRES D OUVRAGES : Vos nouvelles obligations envers vos sous-traitants établis en France ou à

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Ordonnance n o 2015-380 du 2 avril 2015 relative au portage salarial

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION D AIDE AU PROJET ANNEE 2012

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION D AIDE AU PROJET ANNEE 2012 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION D AIDE AU PROJET ANNEE 2012 Monsieur, Madame, Vous avez sollicité une subvention auprès de la Caisse d Allocations Familiales de Corse du Sud ; les renseignements que nous

Plus en détail

Suivi des plans de désherbage communaux Positionnement dans la charte régionale d'entretien des espaces communaux 2015

Suivi des plans de désherbage communaux Positionnement dans la charte régionale d'entretien des espaces communaux 2015 Suivi des plans de désherbage communaux Positionnement dans la charte régionale d'entretien des espaces communaux 2015 ACTE D'ENGAGEMENT Marché passé selon une Procédure Adaptée Articles 26, 28, 29 et

Plus en détail

J envisage d investir

J envisage d investir AIDE AUX TRES PETITES ENTREPRISES J envisage d investir Dossier de demande d avance Vous devez déposer votre dossier avant de réaliser vos projets Comment remplir votre dossier de demande d aide? Pour

Plus en détail

Filets paragrêle usagés Conditions d enlèvement

Filets paragrêle usagés Conditions d enlèvement Filets paragrêle usagés Conditions d enlèvement Préparation : filets roulés, sans mandrin Le CAT SUD - 68 cours Albert Thomas 69371 LYON CEDEX 08-04 72 68 93 80 1 Minimum de 2,5 tonnes Comment calculer

Plus en détail

DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX»

DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX» DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX» A retourner au Conseil régional de Bourgogne : Conseil Régional de Bourgogne, Direction de l Agriculture et du Développement rural, 17 boulevard

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA COMMANDE PUBLIQUE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA COMMANDE PUBLIQUE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA COMMANDE PUBLIQUE Article 1 Lorsque les marchés publics de fournitures, services et travaux sont d un montant inférieur au seuil de 230 000 euros HT, l autorité adjudicatrice

Plus en détail

Une organisation performante est la première clé de votre réussite.

Une organisation performante est la première clé de votre réussite. PACK COMPTABILITE 10 jours de collectif Vous êtes créateur d entreprise, ou vous voulez tout simplement gagner du temps et diminuer vos frais de comptabilité actuels? Une organisation performante est la

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

Réunion d'information 1

Réunion d'information 1 Réunion d'information 1 Introduction Auto-entrepreneur = Immatriculation simplifiée et gratuite + Dispense de collecte de TVA + Régime micro-social simplifié + Sur option : régime micro-fiscal simplifié

Plus en détail

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne L intitulé «formation», qui peut être affiché dans un document publicitaire, n est pas suffisant pour garantir son financement

Plus en détail

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel)

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Tableau 1 Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Avant de se lancer dans une activité génératrice de revenu, le porteur de projet doit, au préalable, s assurer que son projet est viable afin

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises Par Patricia PENGOV GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises I. Mise en place d une obligation en matière de prévoyance

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 LES EMPLOIS D AVENIR. Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir,

CIRCULAIRE CDG90 LES EMPLOIS D AVENIR. Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir, CIRCULAIRE CDG90 16/2013 LES EMPLOIS D AVENIR Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir, Décret n 2012-1207 du 31 octobre 2012 relatif à l entrée en vigueur de décrets et

Plus en détail

2.2. Les impôts et taxes PARTIE 2

2.2. Les impôts et taxes PARTIE 2 2.2 Les impôts et taxes PARTIE 2 L avis de l expert-comptable La plupart des taxes sont dues à partir d un certain seuil d effectif (avec une période de franchise totale de 3 ans puis partielle : formation

Plus en détail

CREATION D ENTREPRISE. Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON

CREATION D ENTREPRISE. Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON CREATION D ENTREPRISE Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON PLAN DU COURS Partie 1 : Qu est-ce qu un entrepreneur? Qu est-ce qu entreprendre? Partie 2 : L'idée Partie 3 : Le projet personnel Partie

Plus en détail

Dossier de demande de subvention de fonctionnement

Dossier de demande de subvention de fonctionnement Iflerhpntel biaflc,tr ASSOCIATIONS Dossier de demande de subvention de fonctionnement 2015 Vous trouverez dans ce dossier les pièces qui constituent votre demande de subvention: > Des informations pratiques

Plus en détail

CIRCULAIRE ADMINISTRATIVE

CIRCULAIRE ADMINISTRATIVE CIRCULAIRE ADMINISTRATIVE C94-26 20 janvier 1994 Origine Direction Administrative et Financière Document annulé: GÉNÉRALITÉS Les frais de déplacement (transport et repas) et les trais professionnels annexes

Plus en détail

NOTICE D'INFORMATION RELATIVE A LA DEMANDE D AIDE EUROPEENE PROGRAMMATION

NOTICE D'INFORMATION RELATIVE A LA DEMANDE D AIDE EUROPEENE PROGRAMMATION NOTICE D'INFORMATION RELATIVE A LA DEMANDE D AIDE EUROPEENE PROGRAMMATION 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER-FSE LORRAINE ET MASSIF DES VOSGES 2014-2020 Cette notice d information,

Plus en détail

CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ

CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ X La présente charte est établie par l OPCAIM afin de définir les conditions de son intervention conformément à sa mission, tant vis-à-vis des entreprises adhérentes que des organismes

Plus en détail

LES CONDITIONS GENERALES

LES CONDITIONS GENERALES LES CONDITIONS GENERALES Plan de Rénovation équipement d accueil de jeunes enfants Décembre 2013 1/8 2/8 L objet de la convention La présente convention définit et encadre les modalités d intervention

Plus en détail

SERVICES DE TELECOMMUNICATION MOBILE

SERVICES DE TELECOMMUNICATION MOBILE SERVICES DE TELECOMMUNICATION MOBILE CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P.) CCAP N : 07-02 du 10 mai 2007 Etabli en application du Code des Marchés Publics et relatif au service de

Plus en détail

10-11-12 Octobre 2014 LES STANDS

10-11-12 Octobre 2014 LES STANDS Dossier de demande de réservation 10-11-12 Octobre 2014 LES STANDS A remplir et à retourner signé et accompagné du chèque d acompte de 50% du montant TTC à : Parc des Expositions de Béziers CS40371-34535

Plus en détail

Département de la CORSE DU SUD. COMMUNE de GROSSETO PRUGNA

Département de la CORSE DU SUD. COMMUNE de GROSSETO PRUGNA Département de la CORSE DU SUD COMMUNE de GROSSETO PRUGNA Cahier des clauses administratives particulières Réfection du parvis du parking de la place de la fontaine Marché de Travaux Marché n 7-2014 Procédure

Plus en détail

Règlement intérieur de l association Entre preneurs d actions solidaires Adopté par l assemblée générale du 15 mars 2013

Règlement intérieur de l association Entre preneurs d actions solidaires Adopté par l assemblée générale du 15 mars 2013 Page 1 sur 5 Règlement intérieur de l association Entre preneurs d actions solidaires Adopté par l assemblée générale du 15 mars 2013 Article 1. Agrément des nouveaux membres. ( Article 6 des statuts)

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 C-2-00 N 60 du 27 MARS 2000 3 C.A. / 11 INSTRUCTION DU 16 MARS 2000 TVA. APPLICATION DU TAUX RÉDUIT AUX TRAVAUX PORTANT SUR LES PARTIES COMMUNES

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé La direction de l entreprise.. (forme juridique et dénomination sociale) dont le

Plus en détail

RAPPORT D'EVALUATION Exemple

RAPPORT D'EVALUATION Exemple RAPPORT D'EVALUATION Exemple Rapport d'évaluation 2/7 Nous souhaitons attirer l'attention sur le fait que les informations contenus dans ce rapport (chiffres, tableaux, hypothèses) ont été élaborées à

Plus en détail

APPRENTIS DU BTP. Ces droits qui vous concernent

APPRENTIS DU BTP. Ces droits qui vous concernent APPRENTIS DU BTP Ces droits qui vous concernent La rémunération Votre rémunération se constitue d un pourcentage du SMIC ou du minimum conventionnel pour les apprentis âgés de plus de 21 ans. Ce pourcentage

Plus en détail

REEL D'IMPOSITION I. LE REGIME DU REEL NORMAL II. LE REGIME DU REEL SIMPLIFIE

REEL D'IMPOSITION I. LE REGIME DU REEL NORMAL II. LE REGIME DU REEL SIMPLIFIE REEL D'IMPOSITION 02/08/2012 Il existe aujourd hui trois modes d imposition des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) qui sont fonction du volume d affaires de l entreprise : le régime du bénéfice

Plus en détail

CONTRAT D ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE. LE MAITRE d OUVRAGE Représenté par :... Domicilié à :. Téléphone Télécopie Email...

CONTRAT D ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE. LE MAITRE d OUVRAGE Représenté par :... Domicilié à :. Téléphone Télécopie Email... CONTRAT D ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE Entre les soussignés : LE MAITRE d OUVRAGE Représenté par :... Domicilié à :. Téléphone Télécopie Email... Et L ASSISTANT A MAITRISE D OUVRAGE Représenté par :...

Plus en détail

DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE

DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE Votre dossier doit être déposé par vous-même au Greffe ou par un avocat ou un mandataire muni d un pouvoir. Un dossier reçu par voie postale n est pas

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

INSTRUCTION. N 04-030-M0-M31 du 22 avril 2004 NOR : BUD R 04 00030 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique

INSTRUCTION. N 04-030-M0-M31 du 22 avril 2004 NOR : BUD R 04 00030 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique INSTRUCTION N 04-030-M0-M31 du 22 avril 2004 NOR : BUD R 04 00030 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique NOUVELLES RÈGLES DE TVA À 5,5% PORTANT SUR DES LOCAUX D'HABITATION ACHEVÉS

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières

Cahier des Clauses Administratives Particulières COMMUNE DU MONETIER LES BAINS ETUDE SUR LA POSE DES COMPTEURS INDIVIDUELS SUR LA COMMUNE DE MONETIER LES BAINS Cahier des Clauses Administratives Particulières Nº du CCAP : 2015-002 Page 1 sur 8 2015-002

Plus en détail

CONCOURS A LA CREATION D ENTREPRISES 2013 DOSSIER DE CANDIDATURE

CONCOURS A LA CREATION D ENTREPRISES 2013 DOSSIER DE CANDIDATURE CONCOURS A LA CREATION D ENTREPRISES 2013 DOSSIER DE CANDIDATURE Ce dossier peut servir de trame aux concurrents du concours ou être remplacé en totalité ou en partie par tous documents satisfaisant à

Plus en détail

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Afin de déterminer le régime fiscal d un Office de Tourisme constitué sous forme associative, il est nécessaire de distinguer les différentes

Plus en détail

Objet de la consultation. Mise à disposition de bennes pour le stockage et le transport de divers déchets, hors déchets toxiques.

Objet de la consultation. Mise à disposition de bennes pour le stockage et le transport de divers déchets, hors déchets toxiques. AVIS D APPEL PUBLIC À LA CONCURRENCE VALANT RÈGLEMENT DE CONSULTATION et CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIÈRES Objet de la consultation Mise à disposition de bennes pour le stockage et le transport

Plus en détail

GUIDE DU BENEFICIAIRE

GUIDE DU BENEFICIAIRE 2014-2020 GUIDE DU BENEFICIAIRE Votre projet bénéficie d un financement européen FEDER-FSE accordé dans le cadre du programme opérationnel national d'assistance technique interfonds EUROP'ACT 2014-2020.

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (CCAP)

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (CCAP) CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (CCAP) Marché relatif à la régie de l œuvre et de l exposition et à la régie de la programmation culturelle de la manifestation MONUMENTA 2012 DANIEL BUREN

Plus en détail

Coface et les soutiens publics à l Exportation

Coface et les soutiens publics à l Exportation Coface et les soutiens publics à l Exportation LES OPPORTUNITES D AFFAIRES AUX EMIRATS ARABES UNIS Financer sa démarche de prospection, Son projet export. 16 décembre 2014 / Saint Denis de La Réunion Les

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE VOYAGES MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE (articles 28,29 et 30)

MARCHE PUBLIC DE VOYAGES MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE (articles 28,29 et 30) Lycée LOUIS PERGAUD 91-93 bd Léon Blum 25022 BESANÇON Cedex Tél : 03 81 54 77 77 / Fax : 03 81 54 77 88 Courriel : lyc.pergaud.besancon@ac-besancon.fr MARCHE PUBLIC DE VOYAGES MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE

Plus en détail

Chapitre 3. Les achats de biens et de services

Chapitre 3. Les achats de biens et de services Chapitre 3 de biens et de services de biens de services Les réductions sur achats de biens et de services, nécessaires à l exploitation, s enregistrent sur la base des pièces justificatives (factures).

Plus en détail

Le Business Plan : le Dossier Financier

Le Business Plan : le Dossier Financier 1 Le Business Plan : le Dossier Financier Le Business Plan (BP) est un document de marketing et de communication : c'est-à-dire votre meilleur outil de vente. A ce titre, il s adresse aux partenaires.

Plus en détail