BIEN GERER UNE ENTREPRISE ARTISANALE DE BATIMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BIEN GERER UNE ENTREPRISE ARTISANALE DE BATIMENT"

Transcription

1 FICHE CONSEIL Page : 1/23

2 Créateur, repreneur, dirigeant d une entreprise du Bâtiment, il vous appartient de la gérer au mieux afin d assurer sa pérennité et son développement., et Le métier de chef d entreprise est difficile, il requiert non seulement des aptitudes techniques et une qualification professionnelle, mais également des compétences commerciales et financières et enfin des aptitudes à gérer, animer, motiver les équipes. Gérer une entreprise au «feeling» (de façon intuitive) se révèle souvent dangereux. Dans un environnement incertain, irrégulier et parfois imprévisible, il est absolument nécessaire de mettre en place des outils de gestion afin d être en mesure de maîtriser l évolution de son entreprise et de parer rapidement aux défaillances qui peuvent survenir. C est la raison pour laquelle TRIGONE CONSEIL a conçu ce petit guide de réflexion qui, loin d être exhaustif, vise à appréhender les points clés de la gestion d une entreprise de Bâtiment. FICHE 1 : ENVIRONNEMENT JURIDIQUE DE LA PROFESSION FICHE 2 : PRINCIPALES SPECIFICITES COMPTABLES, FISCALES ET SOCIALES FICHE 3 : FICHE 4 : PRINCIPALES ZONES DE RISQUES A ANALYSER LES OUTILS DE GESTION Page : 2/23

3 FICHE 1 : ENVIRONNEMENT JURIDIQUE DE LA PROFESSION, et 1. REGLEMENTATION PROPRE A L ACTIVITE Les professions du BTP doivent suivre les réglementations afférentes aux codes suivants : Code de la Construction de l habitation Code des Marchés Publics Code de l Artisanat Loi du dite «Loi Raffarin» relative au développement, à la promotion du commerce et de l artisanat Décret du relatif à la qualification professionnelle des entreprises artisanales Concernant chaque profession, les réglementations peuvent être complétées par des obligations particulières qui ne seront pas décrites dans cette fiche en raison du grand nombre de métiers concernés. 2. REGLES DE SECURITE Le secteur du BTP est très encadré concernant les mesures de sécurité à observer afin de limiter le nombre d accidents du travail. Ces règles sont inscrites, notamment dans les textes suivants : Décret du portant règlement d administration publique en ce qui concerne les mesures particulières de protection et salubrité applicables aux établissements dont le personnel exécute des travaux du Bâtiment, des travaux publics et tous autres travaux concernant les immeubles Le décret du vient en complément du décret Le décret du portant modification du décret Page : 3/23

4 3. NORMES FRANCAISES ET EUROPEENNES, et 3.1. Normes françaises L avis technique permet de disposer d une spécification technique des produits de construction dans le cas où l établissement de normes ne serait pas ou pas encore commodément applicable. Il est un instrument d information et de communication essentiel entre les acteurs de la construction (prescripteurs, architectes, bureaux d études, entrepreneurs, bureaux de contrôle) et les fournisseurs du Bâtiment (industriels, distributeurs et négociants). Les normes françaises établies par l AFNOR dont le catalogue en ligne est disponible sur son site : Seuls quelques organismes sont habilités à la qualification et la certification des entreprises du Bâtiment en France : Qualibat, SETRA, CSTB, 3.2. Normes européennes La Directive Produits de Construction (DPC) N 89/106/CEE transposée en France par le décret N du prévoit le marquage CE réglementaire des produits de construction visés pour leur mise sur le marché en France comme dans toute l Union Européenne. Ce marquage atteste que les produits satisfont aux dispositions de la réglementation européenne. Pour plus de précisions, voir le site officiel Un décret habilite le CSTB (pour le Bâtiment) et le SETRA (pour le domaine du Génie Civil et des Travaux Publics) comme organismes français habilités à délivrer des agréments techniques européens. Le marquage CE indique que les produits satisfont aux directives les concernant et ont donc le droit d être mis sur le marché dans l espace économique européen. Page : 4/23

5 FICHE 2 : PRINCIPALES SPECIFICITES COMPTABLES, FISCALES ET SOCIALES, et 1. PRINCIPALES PARTICULARITES COMPTABLES 1.1. Le suivi des retenues de garantie Le client d une entreprise du BTP peut retenir un montant correspondant à 5% du total de la facture finale au moment des paiements. Il doit reverser cette somme au bout d un an si aucun problème matériel ne s est manifesté. Il est judicieux de suivre cette retenue par un compte spécifique créé en intégrant dans le numéro, le mois où cette somme doit être restituée à l entreprise. Par exemple Client retenue de garantie à récupérer en 07/ Client chantier terminé 07/ Il peut être judicieux d isoler de la même manière, la TVA relative à cette retenue de garantie. Cependant, l entreprise peut éviter d avoir à «subir» cette retenue de garantie dans la mesure où elle souscrit une garantie bancaire auprès de sa banque, qui s engage à payer à sa place, le client s il subvenait un problème matériel Les travaux en cours Le principal problème dans une entreprise du BTP est de savoir à quel moment il convient de faire ressortir le résultat. Ce problème est d autant plus crucial pour l entreprise dont les chantiers se répartissent sur au moins deux exercices. Il existe deux méthodes : Méthode de l achèvement des travaux, dans laquelle la constatation du résultat est repoussée jusqu à la terminaison des travaux Méthode de l avancement des travaux, dans laquelle les résultats sont appréhendés à chaque arrêté de comptes au fur et à mesure de la réalisation des travaux. Cette méthode requiert la mise en œuvre d un suivi précis, organisé et fiable de l avancement des chantiers et le respect de certaines règles (contrat, facturations partielles, état de situation de travaux vérifiés par le maître d œuvre, ) Page : 5/23

6 Le choix de la méthode appartient à l entreprise et à sa capacité à mettre en place une comptabilité analytique suffisamment fiable si elle souhaite déterminer un résultat intermédiaire. Ce choix doit s inscrire dans le principe de permanence des méthodes. Les travaux en cours sont constitués des éléments suivants : Coût d achat des matières consommées Charges directes de production Charges indirectes de production dont sont notamment exclus les frais financiers (sauf lorsque le cycle de production est supérieur à 12 mois), les frais administratifs et commerciaux 1.3. Le suivi de la sous-traitance directe Lorsque le sous-traitant est payé directement par le client, le chiffre d affaires non encaissé doit transiter dans la comptabilité de l entreprise qui sous-traite. Cette entreprise doit être informée par le sous-traitant des facturations faites au client et des règlements de ce dernier., et 2. SPECIFICITES FISCALES 2.1. Taux de TVA applicable Travaux éligibles au taux réduit de TVA : TVA au taux de 5,5 % applicable sur les travaux d amélioration, de transformation, d aménagement et d entretien portant sur des locaux d habitation achevés depuis plus de 2 ans à la date de début d exécution des travaux (CGI art bis). L application du taux réduit de 5,5% est conditionnée par l obtention d une déclaration du client par laquelle il atteste que l immeuble ou la partie de l immeuble dans laquelle les travaux vont être effectués est à usage d habitation depuis plus de deux ans et précise la nature des travaux réalisés. L absence d attestation du client vous expose à un redressement de TVA par application d un taux de 19,6% au lieu de 5,5%. Page : 6/23

7 Travaux relevant du taux normal de TVA Attention, relèvent du taux normal (19,6 %) les travaux réalisés (sur une période de 2 ans au plus) concourant : A la production d un immeuble neuf, Ou qui aboutissent à la création de surfaces significatives, Ou qui aboutissent à rénover à plus des 2/3 tous les éléments de second œuvre définis par le décret du 10/08/2006. Attention, tous les travaux que vous réalisez dans des locaux à usage d'habitation achevés depuis plus de 2 ans ne relèvent pas systématiquement du taux réduit. C'est ainsi que relèvent du taux normal de TVA (19,6 %) les travaux suivants : a) Les travaux concourant à la production d'un immeuble neuf, et Outre les constructions nouvelles, sont visés également les travaux qui rendent à l'état neuf sur une période de 2 ans au plus : soit la majorité (50%) des fondations ou des éléments hors fondations déterminant la résistance ou la rigidité de l'ouvrage ou encore de la consistance des façades hors ravalement Ł TRAVAUX DE GROS ŒUVRE. soit l'ensemble des éléments du second œuvre dans une proportion qui doit être supérieure aux 2/3 pour chacun des éléments de second œuvre énuméré par le décret du 10/08/2006 Ł TRAVAUX DE SECOND ŒUVRE. b) Les travaux de rénovation qui aboutissent à la création de surfaces significatives Même lorsque les travaux réalisés ne répondent pas à la définition des travaux concourant à la production d'un immeuble neuf, ils peuvent relever du taux normal de TVA. C'est le cas des travaux concourant à la création de surfaces significatives. Ainsi sont exclus du bénéfice du taux de 5,5% les travaux réalisés sur une période de 2 ans au plus, à l'issue desquels la surface de plancher hors œuvre nette (SHON) des locaux existants (majorité cas échéant des surfaces des bâtiments d'exploitations agricoles) est augmentée de plus de 10% (CGI Art bis 2). Page : 7/23

8 c) Précisions sur les travaux de GROS ŒUVRE, et Qu'entend-on par? Fondations Ł il s'agit des éléments qui composent le socle et l'assise stable d'une construction en répartissant sa charge sur le sol. Eléments hors fondations déterminant la résistance et la rigidité de l'ouvrage Ł il s'agit des éléments verticaux quand ils sont porteurs (murs, piliers, colonnes, poteaux), des éléments horizontaux quand ils contribuent à la stabilité de l'ensemble (poutres, planchers, dalles), des éléments obliques assurant le contreventement (contreforts éventuels) des éléments de charpente quand ils contribuent à la stabilité de l'immeuble. Consistance des façades Ł il s'agit de tous les éléments verticaux externes assurant la mise hors d'eau de l'immeuble (murs, murs-rideaux, murs-panneaux). Ne sont pris en considération que les travaux qui portent sur la consistance des façades, à l'exclusion du simple ravalement de façade. Comment calcule-t-on le taux de 50%? Il appartient au client par attestation de vous justifier que le seuil de 50% n'est pas atteint. Le client doit notamment indiquer dans l'attestation : la proportion dans laquelle les travaux réalisés conduisent à rendre à l'état neuf les fondations, les éléments hors fondations déterminant la résistance et la rigidité de l'ouvrage ou les façades. la méthode retenue pour apprécier cette proportion. Pour chacun des éléments, il convient donc de calculer le rapport entre les éléments neufs et le total des éléments du lot à l'issue des travaux, y compris les éléments qui ont été conservés en l'état. Le client est libre de retenir toute méthode dont il peut justifier la pertinence. La méthode retenue doit être précisée dans l'attestation que devra conserver l'entrepreneur des travaux. Page : 8/23

9 d) Précisions sur les travaux de SECOND ŒUVRE, et Quels sont les éléments de second œuvre à prendre en compte? Le décret du 10/08/2006 fixe la liste suivante : les planchers ne déterminant pas la résistance ou la rigidité de l'ouvrage, les huisseries extérieures (dormants et ouvrants), les cloisons intérieures, les installations sanitaires et de plomberie, les installations électriques, le système de chauffage. Comment calculer le seuil des 2/3? Pour relever du taux normal de TVA (19,6 %), les travaux doivent concerner les 2/3 au moins de chacun des 6 éléments énumérés ci-dessus. Ces travaux bénéficient donc du taux réduit pour leur totalité dès lors que, dans au moins un des six lots techniques, le seuil des 2/3 n'est pas atteint. Pour chacun des lots techniques, la proportion des 2/3 peut s'apprécier en considérant : au numérateur : le coût mentionné sur le devis ou la facture du prestataire des éléments nouveaux relevant de ce lot, au dénominateur : le coût figurant au numérateur augmenté, s'agissant des éléments conservés, de ce qu'aurait coûté leur remplacement par du neuf. Le client peut néanmoins, au lieu d'effectuer un calcul en valeur, réaliser un calcul en surface, en volume ou en quantité. La méthode retenue doit être précisée dans l'attestation que devra conserver l'entrepreneur des travaux. Page : 9/23

10 Travaux relevant du taux réduit Ce sont tous les travaux réalisés dans des locaux à usage d'habitation achevés depuis plus de 2 ans, à l'exception de ceux visés au paragraphe Quelle attestation obtenir de son client? L'administration fiscale a publié 3 modèles d'attestations : attestation normale Ł cette attestation doit être utilisée si les travaux réalisés touchent notamment le gros œuvre, l'attestation simplifiée Ł cette attestation ne doit être utilisée que si les travaux réalisés ne concernent que des éléments de second œuvre, l'attestation super-simplifiée Ł cette attestation doit être utilisée lorsque les travaux ne concernent ni le gros œuvre, ni les éléments de second œuvre (6 lots techniques visés par le décret)., et a) Qui doit remplir l'attestation? C'est le client qui doit remplir l'attestation, autrement dit la personne qui fait effectuer les travaux et qui a passé commande à l'entrepreneur. b) Qui doit en être destinataire? L'entrepreneur des travaux doit obtenir une attestation signée de son client avant le commencement des travaux et au plus tard avant la facturation. c) Combien de temps doit-on conserver les attestations? L'entrepreneur devra conserver les attestations jusqu'au 31 décembre de la 5ème année suivant celle de la réalisation des travaux Quelles sont les sanctions encourues? Lorsque l'administration sera conduite à contester l'application du taux réduit, elle redressera l'entrepreneur des travaux en lui faisant verser le complément de taxes résultant de la différence entre la taxe due (TVA au taux de 19,6 %) et le montant effectivement payé (TVA au taux de 5,5 %) montant auquel il conviendra d'ajouter les pénalités et intérêts de retard. Si l'application du taux réduit résulte d'éléments erronés portés sur l'attestation par le client, ce dernier sera solidairement tenu au paiement des compléments de taxe. Page : 10/23

11 Comme vous le constatez, la législation relative à l'application du taux réduit de TVA sur les locaux à usage d'habitation achevés depuis plus de 2 ans se durcit. Il vous appartient donc : d'apprécier précisément la nature des travaux réalisés, d'obtenir de vos clients l'attestation correspondant à la nature des travaux réalisés; de conserver pour chaque chantier l'attestation dûment complétée, datée et signée par le client., et N'hésitez pas à nous solliciter pour obtenir les nouveaux modèles d'attestation qu'il convient désormais d'utiliser (3 modèles types). Nos conseils : Vérifier que les conditions d application du taux de 5,5% sont réunies Lorsque cela est le cas, faire signer à votre client une attestation Joindre l attestation signée du client à la facture. L attestation est une pièce justificative à conserver 2.2. Fait générateur et exigibilité Le fait générateur de la TVA sur les travaux facturés par les entreprises du BTP est constitué par la réalisation de ces travaux. L exigibilité étant constituée par l encaissement des facturations. Une option peut cependant être prise pour les «débits» sans grand intérêt sauf cas particuliers. Page : 11/23

12 2.3. Provisions Le plan comptable a prévu certaines provisions fiscalement déductibles si elles répondent aux critères fiscaux de déductibilité (conditions de fonds et de forme) et notamment : Provision pour risques correspondant à une perte probable sur chantiers : dans la méthode à l achèvement des travaux, la perte latente constatée à la clôture d un exercice, et Provision pour garanties données aux clients dans le cadre des garanties décennales, triennales et de bonne fin de chantier Provision pour remise en état des sites lorsque la convention impose la réhabilitation des sites d exploitation dans le paysage 3. SPECIFICITES SOCIALES 3.1. Conventions collectives Différentes conventions collectives nationales régissent les salariés du BTP en fonction de la taille de l entreprise ou du statut des employés : Convention Collective Nationale des ouvriers des entreprises du Bâtiment de moins de 10 salariés du étendue par arrêté du Convention Collective Nationale des ouvriers des entreprises du Bâtiment de plus de 10 salariés du étendue par arrêté du Convention collective nationale des ETAM du Bâtiment du étendue par arrêté du Convention collective nationale des Cadres du Bâtiment du étendue par arrêté du Convention Collective Nationale des ouvriers des Travaux Publics du étendue par arrêté du Convention Collective Nationale des ETAM des Travaux Publics du Convention Collective Nationale des Cadres des Travaux Publics du Ces conventions sont complétées par des accords nationaux et régionaux dans le Bâtiment et les Travaux Publics. Page : 12/23

13 3.2. Congés Payés La loi du 20 juin 1936 a rendu obligatoire en France, l attribution d un congé annuel à tous les salariés. Aux termes de l article D du Code du Travail «le service des congés payés est assuré par des caisses constituées à cet effet dans les entreprises» du Bâtiment et des Travaux Publics. Ces caisses obligatoires perçoivent les cotisations «Congés Payés» et «Chômage Intempéries»., et Les entreprises du Bâtiment indiquent à la Caisse des Congés Payés par fiche navette, les dates de congés pris. Ces dates doivent correspondre à celles mentionnées sur le bulletin de salaire. A défaut, l entreprise peut se voir contrainte de rembourser les sommes versées pour des jours en discordance. Il existe une Caisse de Congés Payés par région Frais professionnels Les frais professionnels que peut rembourser ou prendre en charge un employeur sont principalement les frais de repas, de déplacement, les vêtements de sécurité, Deux possibilités existent : L application sur option de l employeur, salarié par salarié, d un abattement «social» de 10% sur le salaire brut afin d obtenir la base des cotisations sociales. Cet abattement n existe plus fiscalement, de sorte que le montant fiscalement imposable ne doit pas tenir compte de cette déduction. Les primes de panier et de déplacement, alors diminuées de 10% entrent alors dans la base des cotisations sociales. L application de l abattement qui n est pas économiquement toujours intéressant (un calcul au cas par cas doit être effectué) est par ailleurs subordonnée : 1. soit à l existence d un accord collectif 2. soit à un accord du comité d entreprise ou à défaut des délégués du personnel 3. en l absence de comité d entreprise ou de délégués du personnel à l accord individuel de chaque salarié concerné. Page : 13/23

14 Le versement par l employeur d indemnités de repas et de déplacement, dans la mesure où elles sont économiquement justifiées. Ces indemnités sont alors exonérées de charges sociales pour une partie, selon un barème évoluant annuellement. Le montant des frais de déplacement est fonction de la longueur du trajet Le Chômage Intempéries, et Mis en œuvre par les articles L et R du Code du Travail, un dispositif particulier dit «Chômage Intempéries» financé par les cotisations des employeurs auprès de la Caisse de Congés Payés permet le versement des ¾ de leur rémunération aux salariés du Bâtiment en cas d intempéries. Sont considérées comme intempéries, les conditions atmosphériques et les inondations qui rendent l accomplissement du travail dangereux, voir impossible, eu égard, soit à la santé, soit à la sécurité des travailleurs, soit à la nature ou à la technique du travail à accomplir (article L du Code du Travail) Les 35 Heures Il existe deux accords de branche étendus selon la taille de l entreprise, qui permettent le passage aux 35 heures (entreprises de moins de 10 salariés ou de plus de 10 salariés). Ces accords de branche prévoient notamment : Le maintien de salaire en cas de passage à 35 heures Des possibilités d aménagement du temps de travail Si l entreprise ne fait que 35 heures par semaine, le bulletin de paie sera établi en multipliant 151,67 heures par le coefficient horaire du salarié. Si l entreprise réalise 39 heures par semaine, le bulletin de paye sera établi en faisant apparaître 151,67 heures multipliées par le taux horaire majoré de 17,33 heures au taux horaire majoré de 25%. Page : 14/23

15 FICHE 3 : PRINCIPALES ZONES DE RISQUES A ANALYSER, et 1. RISQUES LIES A L ACTIVITE 1.1. Malfaçons Le principal risque lié à l activité concerne les conséquences des malfaçons qui ternissent l image de l entreprise et peuvent conduire au dépôt de bilan en l absence d une assurance suffisante. Nous vous conseillons de vérifier que vous êtes bien assuré, notamment en garantie décennale, et d actualiser chaque année votre couverture d assurance en comparant le risque réel et le risque assuré Risques professionnels L entreprise reste redevable envers son client et après réception des travaux par ce dernier d une : Garantie décennale couvrant le Gros Œuvre et la toiture Garantie triennale pour la partie fermetures Garantie annuelle pour les installations de plomberie et d électricité L entreprise doit également assurer les travaux en cours pour se couvrir en cas d effondrement ou de dommages intervenant avant réception. 1.3.Solvabilité des clients Compte tenu de l ampleur des travaux fournis, il est vivement conseillé que l entreprise s assure de la solvabilité de ses clients avant toute concrétisation. En effet, la déconfiture d un seul client peut parfois entraîner l entreprise en cessation de paiements par voie de cascade. L entreprise doit systématiquement établir un devis suivi d un bon de commande à signer préalablement au démarrage des travaux, incluant les conditions générales de vente. Il est judicieux de demander au client un acompte avant le commencement du chantier et de fixer contractuellement le versement d autres acomptes au fur et à mesure de l avancement des travaux. Lorsque le client est un particulier et que la procédure ci-dessus a été suivie, il n y a généralement pas de problème d encaissement. Par contre, dans l hypothèse où les travaux ont été commandés par une autre entreprise, il est prudent de s informer sur sa situation financière avant de contracter et de respecter la même procédure. Page : 15/23

16 Les travaux supplémentaires engagés par le client en cours de chantier doivent également suivre cette procédure afin de prévenir le risque de litige., et 1.4. Travail clandestin (travail dissimulé) Certaines entreprises utilisent du personnel non déclaré auprès de l URSSAF. Outre les conséquences dommageables relatives au travail clandestin, il faut attirer l attention de l entreprise sur ses pratiques qui se révèlent désastreuses en cas d accident d un ouvrier non déclaré. En effet, il appartiendra alors à l entreprise d en assumer les conséquences financières. Par ailleurs, le travail clandestin est lourdement sanctionné tant au plan pénal qu au plan civil. 2. RISQUES LIES A LA GESTION DE L E 2.1. Implication dans la gestion Une des principales causes de dépôt de bilan est l absence de suivi administratif. Le risque d arrêt résulte dans le fait que l artisan se concentre souvent sur sa prestation et délaisse parfois la gestion de son entreprise. Il est impératif qu il puisse apprécier la rentabilité des chantiers et connaître régulièrement l état de sa trésorerie, les prochaines dépenses, notamment les caisses sociales. Réduire ce risque consiste en la mise en place d outils de gestion simples et efficaces permettant de piloter efficacement l entreprise. Des fiches de suivi de chantier et un cahier de banque qui recense les chèques émis et les sommes encaissées en dégageant un solde après chaque opération, et un tableau de bord mensuel, constituent souvent des outils suffisants Etablissement des devis L entreprise doit établir des devis en fonction de ses coûts de revient (matériaux, sous-traitants, main d œuvre, frais généraux) et non uniquement en fonction des pratiques et des concurrents. Ces devis doivent dégager une marge suffisante pour permettre à l entreprise de se développer. Elle doit organiser son travail au préalable afin d optimiser ses charges et rester concurrentielle. Page : 16/23

17 , et La mise en place d un outil de préparation de devis qui peut être une simple fiche listant les matières premières et le temps de travail à consacrer ou l utilisation d un logiciel approprié est souvent le gage d une réflexion mûrie et d une gestion suivie Appréciation de la marge par chantier et suivi de l avancement des chantiers L appréciation de la marge par chantier est une bonne approche de la formation du résultat. Elle permet de s assurer de la rentabilité de l entreprise. Le suivi de l avancement permet notamment de mesurer très rapidement tout décalage par rapport au devis. Page : 17/23

18 FICHE 4 : LES OUTILS DE GESTION, et 1. COMMENT CALCULER SON TAUX HORAIRE? 1.1. Les éléments constitutifs du prix de vente Les coûts directs Les débours directement liés à un chantier : Ce poste regroupe les : Matériaux Etudes Sous-traitance Location d un matériel spécifique Il est difficile d en prévoir le montant global pour l année à venir. Par contre, il est nécessaire d en chiffrer précisément le montant lors de l élaboration du devis. Nous vous conseillons de chiffrer dans un premier temps au prix coûtant en incluant ensuite une marge de l ordre de 8 à 15%. Cette marge est destinée à garantir l entrepreneur : Contre une hausse de prix pouvant intervenir entre la signature du marché et la réalisation des travaux Une sérénité lorsque le client annonce qu il préfère se procurer lui-même les matériaux (marge réduite sur ce poste) La main d œuvre de production Il s agit d évaluer les temps productifs. Les heures payées par l entreprise sont toujours supérieures aux heures effectivement travaillées (lesquelles sont toujours plus élevées que les heures productives). Le temps productif (donc facturable) est variable d une entreprise à une autre. Le temps non productif est rarement inférieur à ½ heure par jour (pauses physiologiques, ). A contrario, ce temps non productif peut augmenter fortement dans les cas suivants : Mauvaise organisation du travail Distance importante entre le siège de l entreprise et les chantiers Absence de suivi des rendements Page : 18/23

19 Les heures vendues sont des heures productives. Il convient donc de s assurer que le coût des heures non productives est bien pris en compte, faute de quoi l entrepreneur sera confronté à de mauvaises surprises en terme de rentabilité. Il convient d intégrer à ce niveau, la valorisation du travail de l exploitant individuel en coût de remplacement, c est-à-dire, au montant du salaire qui serait versé à un salarié de même qualification pour le même horaire., et Les charges de structure ou «frais généraux» Ce sont toutes les charges que supporte l entreprise et qui ne sont pas directement dépendantes du volume d activité. Exemple : Assurances, loyers, téléphone, personnel non productif, Ce sont également les charges liées à la stratégie de l entreprise (leur montant est conditionné par les choix du chef d entreprise), publicité par exemple Le maintien du potentiel de production Pour fonctionner, l entreprise a besoin de s équiper notamment en matériel. Pour financer les investissements, il existe trois possibilités : Le financement propre (ou auto-financement) L emprunt Le crédit bail ou la location longue durée Suivant le choix effectué, les charges supportées par l entreprise seront plus ou moins élevées. Le coût se mesure, soit au travers du montant du loyer, des redevances du crédit bail ou des amortissements auxquels il convient d ajouter les intérêts éventuels de l emprunt La marge La pérennité de l entreprise et son développement passent par sa capacité à générer du profit. La marge doit donc être suffisante pour rémunérer le risque d entreprise et assurer le financement du développement. Page : 19/23

20 1.2. Elaboration d un Prévisionnel d activité Chiffrer les charges prévisionnelles Connaître son point mort (seuil de rentabilité), c est-à-dire, le chiffre d affaires minimum à réaliser pour couvrir les charges Etre en mesure de calculer son taux horaire nécessitent d élaborer un prévisionnel. En effet, suivant les objectifs poursuivis,, et Maintien ou développement de l activité Spécialisation ou diversification des décisions seront prises (recrutement, investissement matériel, ) qui impacteront les coûts. Ces changements entraîneront l augmentation ou la diminution des charges de l exercice précédent et en feront naître de nouvelles qu il convient de chiffrer : seul les comptes prévisionnels permettront de chiffrer ces incidences Calcul du nombre d heures productives facturables Nombre d heures travaillées par an (sur la base d une durée 35 heures) Temps improductif : à chiffrer (absences, pauses, improductivité) heures % A B Temps productif A x B Ce calcul est à faire pour chaque salarié productif. Une fois le travail terminé, il convient d additionner les temps productifs facturables de chaque salarié Calcul du taux horaire (Total des charges prévisionnelles / nombre d heures productives) x coefficient de marge (hors débours chantiers) Ce taux horaire doit être compatible avec les prix du marché. Si tel n est pas le cas, il convient de réanalyser les coûts engagés. Page : 20/23

21 2. CHIFFRER UN DEVIS ET LE PRESENTER AU CLIENT, et 2.1. Chiffrer le devis OPERATION 1 : LES DEBOURS CHANTIERS Coef. marge ETUDES = x = LOCATION MATERIEL = x = MATERIAUX = x = SOUS-TRAITANCE = x = OPERATION 2 : LES TEMPS DE MAIN D ŒUVRE ET DE PRODUCTION Nombre d heures Taux horaire HEURES PRODUCTIVES = x = ETAPES : 1. = x = 1. = x = = x = TOTAL HT 2.2. Présentation au client Pour des raisons commerciales, vous avez intérêt à présenter au client potentiel, un devis clair, précis et détaillé des travaux à réaliser, des appareils à installer et des matériaux à utiliser. Les factures de travaux de Bâtiment comportant à la fois la fourniture d éléments (tels que carrelages, prises électriques, meubles, ) doivent faire apparaître clairement la nature de chaque fourniture employée avec son prix unitaire hors taxes. Le prix de la main d œuvre doit aussi être détaillé en rappelant les opérations successives affectées d un taux horaire de rémunération et de temps de réalisation global. Page : 21/23

Impôts 2015. TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans. particuliers. professionnels du bâtiment

Impôts 2015. TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans. particuliers. professionnels du bâtiment Impôts 2015 TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans particuliers professionnels du bâtiment travaux relevant des taux réduits attestation Les principaux taux de TVA depuis le 1er

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE. Guide Travaux Le guide pour réussir ses travaux

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE. Guide Travaux Le guide pour réussir ses travaux GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE Guide Travaux Le guide pour réussir ses travaux SOMMAIRE 1. Obtenir des devis pour les travaux souhaités 1.1 Le devis travaux : définition et contenu du devis 1.2 Les différents

Plus en détail

Le Contrat de construction de maison individuelle (CCMI)

Le Contrat de construction de maison individuelle (CCMI) Le Contrat de construction de maison individuelle (CCMI) Cadre réglementaire Le CCMI entre dans le cadre des dispositions des articles L. 231-1 à L. 231-13 et R. 231-1 à R. 231-14 (art. L. 232-1 ; L. 232-2

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières C.C.A.P. Marché de travaux RENOVATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE CASTELNAU-DE-MEDOC

Cahier des Clauses Administratives Particulières C.C.A.P. Marché de travaux RENOVATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE CASTELNAU-DE-MEDOC Cahier des Clauses Administratives Particulières C.C.A.P. PROCEDURE ADAPTEE (Articles 28 et 40 II du Code des Marchés Publics) Marché de travaux RENOVATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE CASTELNAU-DE-MEDOC Pouvoir

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (CCAP) COMMUN AUX 5 LOTS

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (CCAP) COMMUN AUX 5 LOTS CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (CCAP) COMMUN AUX 5 LOTS Commune de Maincy Hôtel de Ville 3, rue Alfred et Edme Sommier 77950 Maincy Tél : 01 60 68 17 12 Fax : 01 60 68 60 04 E-mail :

Plus en détail

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»!

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! 1 Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! La démarche rationnelle qui vise à élaborer un projet de création ou de reprise d entreprise doit se traduire

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature Avantages en nature Textes de référence : Arrêté du 10 décembre 2002 relatif l évaluation des avantages en nature en vue du calcul des cotisations de sécurité sociale. Observation préalable : Afin d accompagner

Plus en détail

Fourniture, installation, reprise de données et maintenance d un logiciel de gestion et de facturation de la Redevance Incitative des déchets

Fourniture, installation, reprise de données et maintenance d un logiciel de gestion et de facturation de la Redevance Incitative des déchets Marché public de prestation de service, passé selon une procédure adaptée en application de l article 28 du code des marchés publics Pouvoir adjudicateur SYNDICAT INTERCOMMUNAL DE COLLECTE ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE

DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE 1 Le dossier de candidature proposé par l Ecopôle Périgord Aquitaine ne constitue pas un cadre rigide et doit bien entendu être adapté au projet de votre entreprise.

Plus en détail

1 Taux de la Taxe sur la Valeur Ajoutée

1 Taux de la Taxe sur la Valeur Ajoutée Vous trouverez ci-après les principales dispositions nouvelles pour 2014 concernant la TVA et le CIDD. La loi de finances pour 2014 a été publiée au Journal Officiel du 30/12/2013. Elle officialise les

Plus en détail

COMMUNE DE MONTAMISE CONSTRUCTION D UN DAB POUR LE CREDIT AGRICOLE A MONTAMISE

COMMUNE DE MONTAMISE CONSTRUCTION D UN DAB POUR LE CREDIT AGRICOLE A MONTAMISE COMMUNE DE MONTAMISE CONSTRUCTION D UN DAB POUR LE CREDIT AGRICOLE A MONTAMISE SOUMISSION - MARCHE POUR TRAVAUX PUBLICS ENTRE D'UNE PART : La COMMUNE DE MONTAMISE 11, Place de la Mairie 86360 MONTAMISE,

Plus en détail

LA VENTE D IMMEUBLES A RENOVER

LA VENTE D IMMEUBLES A RENOVER LA VENTE D IMMEUBLES A RENOVER L article 80 de la loi n 2006-872 du 13 juillet 2006, portant «engagement national pour le logement», a créé un nouveau contrat de vente en construction, le contrat de vente

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments

Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments Janvier 2015 Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments (CITE, TVA à taux réduit, Eco-PTZ) INTRODUCTION La loi de finances pour 2015 introduit un certain nombre de mesures

Plus en détail

ASSURANCE DÉCENNALE: MODE D EMPLOI : GUIDE À USAGE DES CONSTRUCTEURS EUROPÉENS

ASSURANCE DÉCENNALE: MODE D EMPLOI : GUIDE À USAGE DES CONSTRUCTEURS EUROPÉENS ASSURANCE DÉCENNALE: MODE D EMPLOI : GUIDE À USAGE DES CONSTRUCTEURS EUROPÉENS Ce guide est destiné à vous aider à préparer votre entretien, en vue de souscrire un contrat d assurance de responsabilité

Plus en détail

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 Editorial Les dernières données statistiques sur le marché locatif révèlent finalement que les loyers ont globalement augmenté

Plus en détail

Les guides pratiques de l eau. Votre branchement d eau potable

Les guides pratiques de l eau. Votre branchement d eau potable Les guides pratiques de l eau Votre branchement d eau potable Vous allez faire construire votre maison et vous souhaitez la mise en service de l eau Pour que l eau arrive jusqu à votre robinet, les équipes

Plus en détail

DONNEURS D ORDRES / MAITRES D OUVRAGES :

DONNEURS D ORDRES / MAITRES D OUVRAGES : EXPERTS COMPTABLES «Associés de votre futur» DOSSIER SPECIAL Mis à jour au 02/04/2012 DONNEURS D ORDRES / MAITRES D OUVRAGES : Vos nouvelles obligations envers vos sous-traitants établis en France ou à

Plus en détail

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité Mandat n ENTRE LES SOUSSIGNES : 1 ) La Société D'UNE PART, Ci-après dénommée «le Mandant» ET : 2 ) La Société CEGEREM, société par actions simplifiée au capital de 100

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Sage Multi Devis : Pourquoi une version 12.10?

Sage Multi Devis : Pourquoi une version 12.10? Sage Multi Devis : Pourquoi une version 12.10? I. Restez en conformité avec la loi La dernière modification de la loi de Finances 2012 impose aux entreprises du BTP de nouveaux taux de TVA, applicables

Plus en détail

TVA à 5,5 % sur les travaux d'amélioration de la qualité énergétique

TVA à 5,5 % sur les travaux d'amélioration de la qualité énergétique Paris, le 4 mars 2014 TVA à 5,5 % sur les travaux d'amélioration de la qualité énergétique L administration fiscale a publié au BOFIP en date du 25 février 2014 ses commentaires sur la TVA à 5,5 % sur

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé. Ministère de l'économie et des finances. Ministère de l agriculture, l agroalimentaire et de la forêt

Ministère des affaires sociales et de la santé. Ministère de l'économie et des finances. Ministère de l agriculture, l agroalimentaire et de la forêt Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau du recouvrement (5C) Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances

Plus en détail

LE CONTRAT DE CONSTRUCTION DE MAISON INDIVIDUELLE

LE CONTRAT DE CONSTRUCTION DE MAISON INDIVIDUELLE GUIDE PRATIQUE creditfoncier.fr LE CONTRAT DE CONSTRUCTION DE MAISON INDIVIDUELLE avec fourniture de plans Le Crédit Foncier vous présente le contrat de construction de maison individuelle Un contrat de

Plus en détail

CREDIT D IMPOT TRANSITION ENERGETIQUE ET QUALIFICATION RGE DE L ENTREPRISE : COMMENTAIRES DE L ADMINISTRATION FISCALE

CREDIT D IMPOT TRANSITION ENERGETIQUE ET QUALIFICATION RGE DE L ENTREPRISE : COMMENTAIRES DE L ADMINISTRATION FISCALE CHAMBRE SYNDICALE DES INDUSTRIES DU BOIS DU BAS-RHIN BP 68055 3, rue Jean Monnet ECKBOLSHEIM 67038 STRASBOURG Cedex Tel: 03.88.10.28.00 - Fax:03.88.77.80.02 CREDIT D IMPOT TRANSITION ENERGETIQUE ET QUALIFICATION

Plus en détail

Les 7 points-clés en comptabilité, fiscalité et paie pour être vraiment efficace

Les 7 points-clés en comptabilité, fiscalité et paie pour être vraiment efficace Les 7 points-clés en comptabilité, fiscalité et paie pour être Livre blanc Mars 2011 Editions Tissot Mars 2011 1/13 Vous êtes comptable d entreprise, chef d entreprise, en charge de la gestion des ressources

Plus en détail

APPRENTIS DU BTP. Ces droits qui vous concernent

APPRENTIS DU BTP. Ces droits qui vous concernent APPRENTIS DU BTP Ces droits qui vous concernent La rémunération Votre rémunération se constitue d un pourcentage du SMIC ou du minimum conventionnel pour les apprentis âgés de plus de 21 ans. Ce pourcentage

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

DEMANDE D'ASSURANCE. Dommages Ouvrage CNR Tous Risques Chantier RC Maître d'ouvrage

DEMANDE D'ASSURANCE. Dommages Ouvrage CNR Tous Risques Chantier RC Maître d'ouvrage DEMANDE D'ASSURANCE Dommages Ouvrage CNR Tous Risques Chantier RC Maître d'ouvrage L'attention du demandeur est attirée sur l'intérêt qu'il a à remplir le présent document de façon complète et précise

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières

Cahier des Clauses Administratives Particulières MARCHES PRIVES DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES FONDATION IMAGINE 24, Boulevard de Montparnasse 75015 PARIS MARCHE DE CONDUITE, D EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE SUR LE BATIMENT DE LA FONDATION IMAGINE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés»

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» Alerte «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PROPOSITION ASSURANCES CONSTRUCTEURS DE MAISONS INDIVIDUELLES

QUESTIONNAIRE PROPOSITION ASSURANCES CONSTRUCTEURS DE MAISONS INDIVIDUELLES QUESTIONNAIRE PROPOSITION ASSURANCES CONSTRUCTEURS DE MAISONS INDIVIDUELLES Le présent questionnaire est à compléter sans omission. Les informations fournies permettront aux assureurs de proposer des solutions.

Plus en détail

En savoir plus sur le Contrat de Construction de Maison individuelle (CCMI)

En savoir plus sur le Contrat de Construction de Maison individuelle (CCMI) En savoir plus sur le Contrat de Construction de Maison individuelle (CCMI) Le cadre réglementaire du CCMI Le contrat de construction de maison individuelle (CCMI) est réglementé par la loi du 19 décembre

Plus en détail

Investissez indirectement dans l immobi

Investissez indirectement dans l immobi SCPI PRIMO 1 Investissez indirectement dans l immobi PRIMO 1 a pour objectif de constituer un patrimoine immobilier résidentiel, permettant l accès aux avantages fiscaux du nouveau dispositif Scellier.

Plus en détail

Avant le bail. Un bail lie toujours un locataire et un bailleur, qui peuvent chacun préparer leur engagement en amont de la signature du contrat.

Avant le bail. Un bail lie toujours un locataire et un bailleur, qui peuvent chacun préparer leur engagement en amont de la signature du contrat. CHAPITRE 1 Avant le bail Un bail lie toujours un locataire et un bailleur, qui peuvent chacun préparer leur engagement en amont de la signature du contrat. Concernant le locataire Ça y est, vous avez choisi

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES Le prêt de main d œuvre est pratiqué de longue date dans le secteur du Bâtiment. Il consiste, de la part d un entrepreneur,

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 8 LES POINTS DE VIGILEANCE DES TRAVAUX DE PLOMBERIE...

Plus en détail

L INVESTISSEMENT. 1-Les différents types d investissements. On distingue 4 types d investissements :

L INVESTISSEMENT. 1-Les différents types d investissements. On distingue 4 types d investissements : L INVESTISSEMENT L investissement est le placement de sommes importantes par rapport à l activité courante d exploitation, dans un but d en retirer des bénéfices ou des économies. L investissement se distingue

Plus en détail

Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008

Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008 Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008 relative aux modalités d octroi des garanties accordées par la CGLLS Le conseil d'administration, Vu les articles

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

Atelier de la Profession

Atelier de la Profession Sécuriser le recours à la prestation de services et à la sous-traitance en Europe : Obligations & droits pour les entreprises et les salariés Atelier de la Profession LES INTERVENANTS Laurence BOURGEON

Plus en détail

Vérifier, en un regard, la nature des flux de la caisse et donc éviter les pertes, les abus ou les vols éventuels.

Vérifier, en un regard, la nature des flux de la caisse et donc éviter les pertes, les abus ou les vols éventuels. DÉFINITION LA CAISSE CAISSE : espèces que l entreprise détient. FONDS DE CAISSE : liquidité permettant de rendre la monnaie à l acheteur lors d une vente de produits/services. GESTION DE LA CAISSE : comptabilité

Plus en détail

Projet de création / reprise d entreprises

Projet de création / reprise d entreprises Projet de création / reprise d entreprises Repère méthodologique pour élaborer votre plan d affaires Cet outil est destiné à vous aider dans l élaboration de votre plan d affaires. Il est scindé en 2 parties

Plus en détail

La vente d immeuble en l état futur d achèvement

La vente d immeuble en l état futur d achèvement La vente d immeuble en l état futur d achèvement La Vente en l état futur d achèvement (VEFA), communément appelée «achat sur plan», ce qui résume son objet, est le contrat par lequel une personne, l acquéreur,

Plus en détail

ENTRE LES SOUSSIGNÉS :

ENTRE LES SOUSSIGNÉS : ENTRE LES SOUSSIGNÉS : D une part 1 Le Syndicat de la copropriété de l immeuble sis Représenté par désigné par le vote de la résolution de l Assemblée du 2 et d autre part La Société André DEGUELDRE, Philippe

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2003-103

LETTRE CIRCULAIRE N 2003-103 PARIS, le 09/07/2003 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DES ORIENTATIONS DU RECOUVREMENT DIROR LETTRE CIRCULAIRE N 2003-103 OBJET : Mise en oeuvre de la nouvelle réglementation relative à l'évaluation des

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

Réunion d'information 1

Réunion d'information 1 Réunion d'information 1 Introduction Auto-entrepreneur = Immatriculation simplifiée et gratuite + Dispense de collecte de TVA + Régime micro-social simplifié + Sur option : régime micro-fiscal simplifié

Plus en détail

MARCHE À PROCÉDURE ADAPTÉE Passé en application de l article 28 du Code des Marchés Publics. TRAVAUX Réf. marché : BCS2013M06-W

MARCHE À PROCÉDURE ADAPTÉE Passé en application de l article 28 du Code des Marchés Publics. TRAVAUX Réf. marché : BCS2013M06-W A - IDENTIFIANTS MARCHE À PROCÉDURE ADAPTÉE Passé en application de l article 28 du Code des Marchés Publics TRAVAUX Réf. marché : BCS2013M06-W 1- Identification du pouvoir adjudicateur qui passe le marché

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

Bon de commande Assurance Dommages-Ouvrage particulier maison individuelle

Bon de commande Assurance Dommages-Ouvrage particulier maison individuelle Bon de commande Assurance Dommages-Ouvrage particulier maison individuelle Référencement client Nom : Prénom : E-mail : Téléphone : Adresse du projet : Garantie Dommages Ouvrage et garanties complémentaires

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

POLE TECHNOLOGIQUE DE SFAX -CONTRAT DE BAIL DE LOCAL

POLE TECHNOLOGIQUE DE SFAX -CONTRAT DE BAIL DE LOCAL POLE TECHNOLOGIQUE DE SFAX -CONTRAT DE BAIL DE LOCAL Il a été convenu ce qui suit entre : La société de gestion de la technopole de Sfax, société anonyme au capital de 01 million de dinars immatriculée

Plus en détail

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux responsables

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

Social. Précisions ministérielles. Avantages en nature et frais professionnels

Social. Précisions ministérielles. Avantages en nature et frais professionnels Avantages en nature et frais professionnels Précisions ministérielles L administration vient de diffuser une troisième série de questions/réponses. S agissant des avantages en nature, elle revient notamment

Plus en détail

Guide. de la copropriété

Guide. de la copropriété Guide de la copropriété 3F acteur majeur de l'habitat social 3F construit et gère des logements sociaux. Son parc s élève à près de 190 000 logements dont plus de 100 000 en Île-de-France. 3F est composé

Plus en détail

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015 LE MANS LAVAL ALENCON Siège social 1 rue de la Paix Parc d activités du Londreau 126-128 rue de la Mariette CS 60506 BP 230 - Cerisé 72000 LE MANS 53005 LAVAL CEDEX 61007 ALENCON CEDEX Tel : 02 43 86 36

Plus en détail

L AUTO - ENTREPRENEUR

L AUTO - ENTREPRENEUR L AUTO - ENTREPRENEUR Présenté par le CGAHDF Y. GRANIER et M. VILLERS 15 Avril 2009 Y.GRANIER - M. VILLERS 1 Qui peut le devenir? Tous les Français à titre principal ou accessoire Les salariés, les chômeurs,

Plus en détail

QUESTIONS. décembre 2014

QUESTIONS. décembre 2014 QUESTIONS RéPONSES RELATIF à l agrément, aux missions et au fonctionnemement des organismes paritaires collecteurs agréés au titre de la formation professionnelle continue décembre 2014 questions-réponses

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr

Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES REALISATION DU JOURNAL

Plus en détail

Le régime MICRO-ENTREPRENEUR

Le régime MICRO-ENTREPRENEUR Le régime MICRO-ENTREPRENEUR Françoise HARRIAGUE Pôle Guichet Unique Janvier 2015 Devient le MICRO-ENTREPRENEUR La loi relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises Du 18 juin 2014

Plus en détail

GUIDE DU MICROPORTEUR SUIVI BUDGETAIRE ET D ACTIVITE Mesure «appui aux microprojets» FSE 4-2.3

GUIDE DU MICROPORTEUR SUIVI BUDGETAIRE ET D ACTIVITE Mesure «appui aux microprojets» FSE 4-2.3 GUIDE DU MICROPORTEUR SUIVI BUDGETAIRE ET D ACTIVITE Mesure «appui aux microprojets» FSE 4-2.3 I. Contexte : Pourquoi, quand et comment réaliser le suivi budgétaire? II. Les modalités générales de prise

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

Assurance Décennale:

Assurance Décennale: Assurance Décennale: Mode D emploi : Guide À Usage Des Constructeurs Européens Ce guide est destiné à vous aider à préparer votre entretien, en vue de souscrire un contrat d assurance de responsabilité

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013

AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013 AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013 SG/SB Réf. :11-8-5 Pôle carrière / retraite Janvier 2013 05 63 60 16 59 INT/Base doc/z Indemnités-primes/Avantages en nature Sources : *Circulaire DSS/SDFSS/5B/N

Plus en détail

Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT

Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT Article 00 Assurances. Dans la mesure où les garanties préconisées ou souscrites par le Maître de l ouvrage, sont accordées selon des clauses

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE...

Plus en détail

PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES ENTREPRISES

PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES ENTREPRISES PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES ENTREPRISES Avec les entreprises, le Conseil Général fait bouger les Vosges! Création Développement Reprise d entreprise CONSEIL GENERAL DES VOSGES 1 8 rue

Plus en détail

Fiches pratiques FSE 2014-2020

Fiches pratiques FSE 2014-2020 DIRECCTE AQUITAINE Fiches pratiques FSE 2014-2020 DÉPENSES : ÉLIGIBILITÉ ET PIÈCES JUSTIFICATIVES Le Service FSE Février 2015 Le FSE finance des projets et non du fonctionnement courant. Les investissements

Plus en détail

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise Si vous avez déjà un contrat santé dans votre entreprise vérifiez bien votre conformité avec nos conseils du chapitre 6 Pour éviter un eventuel redressement urssaf votre PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT

DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT Nom Prénom : Activité : Ecrivez dans les cases grises DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT LA DEMANDE Prêt NACRE : Quel Montant? Quelle durée? Affectation? Prêt d honneur : Quel Montant? Quelle durée? Quel

Plus en détail

8, rue Brémontier 75017 PARIS Tél : 01 40 53 06 15 N ORIAS 08 042 578. 31, rue de la Plaine 75020 PARIS

8, rue Brémontier 75017 PARIS Tél : 01 40 53 06 15 N ORIAS 08 042 578. 31, rue de la Plaine 75020 PARIS 8, rue Brémontier 75017 PARIS Tél : 01 40 53 06 15 N ORIAS 08 042 578 31, rue de la Plaine 75020 PARIS QUESTIONNAIRE TOUS RISQUES CHANTIER MONTAGE ESSAIS Pour étude tarifaire CLIENT/PROSPECT : Secteur

Plus en détail

Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B.

Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B. Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B. du 26/02/2005 modifié les 15/03/2008, 21/04/2012 et 22/02/2014 I.REGLEMENT FINANCIER PREAMBULE La Fédération Française du Sport Boules, bénéficiant d une

Plus en détail

CONTRAT D'ENTREPRISE I. DEFINITION ET IDENTIFICATION II. FORMATION III. EFFETS IV. DENOUEMENT 17/11/2011

CONTRAT D'ENTREPRISE I. DEFINITION ET IDENTIFICATION II. FORMATION III. EFFETS IV. DENOUEMENT 17/11/2011 CONTRAT D'ENTREPRISE 17/11/2011 Dans le code civil, le contrat d entreprise est nommé «contrat de louage d ouvrage» dans les articles 1779 à 1799. C est un contrat qui oblige à un travail non subordonné,

Plus en détail

DOCUMENT D'INFORMATION PRECONTRACTUEL n CA 2013-07-02

DOCUMENT D'INFORMATION PRECONTRACTUEL n CA 2013-07-02 DOCUMENT D'INFORMATION PRECONTRACTUEL n CA 2013-07-02 Fax : +33 (0)4 66 21 97 84 ETABLI ENTRE MONSIEUR / MADAME Domicilié(e) : ET La Société D-HABITAT «L agence immobilière» Domiciliée : Les portes d'uzès

Plus en détail

CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE Maison Individuelle CONDITIONS PARTICULIèRES de SOUS-TRAITANCE édition 2014

CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE Maison Individuelle CONDITIONS PARTICULIèRES de SOUS-TRAITANCE édition 2014 CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE Maison Individuelle CONDITIONS PARTICULIèRES de SOUS-TRAITANCE édition 2014 Sur la base desconditions générales du contrat de sous-traitance Maison Idividuelle L entreprise (raison

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 LES EMPLOIS D AVENIR. Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir,

CIRCULAIRE CDG90 LES EMPLOIS D AVENIR. Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir, CIRCULAIRE CDG90 16/2013 LES EMPLOIS D AVENIR Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir, Décret n 2012-1207 du 31 octobre 2012 relatif à l entrée en vigueur de décrets et

Plus en détail

Déboursés secs et Prix de vente

Déboursés secs et Prix de vente 02 Débrsés secs et Prix de vente Phase 1 Phase 2 Etude de prix prévisionnelle Contrôle de rentabilité 1 5 éléments constitutifs du PVHT Phase 3 Bilan économique de l'entreprise A. Dépenses directement

Plus en détail

Anticiper et prévenir :

Anticiper et prévenir : Anticiper et prévenir : pour maîtriser les risques! 28 mars 2014 Animé par Alain ROUSSELET - RSI CENTRE Eric MICHAU - GAN Prévoyance Christian PANIEL - EXCOM Entreprises REUNION D INFORMATION ARTISANS

Plus en détail

guide immobilier Tout savoir pour se loger ou investir

guide immobilier Tout savoir pour se loger ou investir guide immobilier Tout savoir pour se loger ou investir Vous achetez pour vous loger Vous recherchez votre futur domicile? Appartement, maison, neuf ou ancien... Quel que soit le type de bien ou de surface,

Plus en détail

Pour l inscription d une société aux documents précédents s ajoutent les statuts et le journal d annonces légales.

Pour l inscription d une société aux documents précédents s ajoutent les statuts et le journal d annonces légales. L affiliation à la MSA Les contacts nécessaires avant toute création d entreprise Il est nécessaire de prendre contact avec la MSA, au moins trois mois avant toute installation pour y récupérer, la demande

Plus en détail

I -Assurance de dommage :

I -Assurance de dommage : I -Assurance de dommage : A- Définition : C est l assurance fondée sur le principe indemnitaire qui garantit l'assuré contre les conséquences d'un évènement pouvant causer un dommage à son patrimoine,

Plus en détail

Les fondements juridiques sous-tendant les

Les fondements juridiques sous-tendant les L expert Dégât des eaux et la responsabilité des entreprises L auteur Christophe Gadouleau Dans la pratique quotidienne de son activité, l expert Dégât des eaux intervenant en dommage est parfois en situation

Plus en détail

Guide de gestion des dépenses sur la mesure «appui aux microprojets»

Guide de gestion des dépenses sur la mesure «appui aux microprojets» Guide de gestion des dépenses sur la mesure «appui aux microprojets» FSE 4.2.3 en Ile-de-France Cette action est soutenue par le Fonds social européen et la Région Ile-de-France Sommaire I) Dépenses éligibles

Plus en détail

Dossier de. Qualification. Version 04-2014 QUALIBAT. 1ère demande. www.qualibat.com

Dossier de. Qualification. Version 04-2014 QUALIBAT. 1ère demande. www.qualibat.com Dossier de Qualification Version 04-2014 QUALIBAT 1ère demande www.qualibat.com Pièces à joindre au dossier Extrait Kbis et/ou inscription à la chambre des métiers de moins de 3 mois Immatriculation INSEE

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

NOTICE PERMETTANT DE COMPLETER L ANNEXE FINANCIERE PARTENAIRE PRIVE

NOTICE PERMETTANT DE COMPLETER L ANNEXE FINANCIERE PARTENAIRE PRIVE NOTICE PERMETTANT DE COMPLETER L ANNEXE FINANCIERE PARTENAIRE PRIVE Références réglementaires : RÈGLEMENT (CE) No 800/2008 DE LA COMMISSION du 6 août 2008 déclarant certaines catégories d'aide compatibles

Plus en détail

CONVENTION DE PORTAGE FONCIER AGENCE FONCIÈRE DE LOIRE-ATLANTIQUE COMMUNE / EPCI DE.

CONVENTION DE PORTAGE FONCIER AGENCE FONCIÈRE DE LOIRE-ATLANTIQUE COMMUNE / EPCI DE. CONVENTION DE PORTAGE FONCIER AGENCE FONCIÈRE DE LOIRE-ATLANTIQUE COMMUNE / EPCI DE. 1 / 10 ENTRE : L AGENCE FONCIERE DE LOIRE-ATLANTIQUE, Etablissement Public à caractère industriel et commercial dont

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS DOSSIER 2014

RENSEIGNEMENTS DOSSIER 2014 1 ASSOCIATION DE GESTION AGREEE SUD EST FRANCILIEN 3 avenue du Général de Gaulle CS 70328 Lisses 91021 EVRY Cedex Tél : 01 84 18 00 10 - Télécopie : 01 64 97 23 27 Site internet : http://www.agasef.com

Plus en détail