Histoire des Systèmes Monétaires Internationaux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Histoire des Systèmes Monétaires Internationaux"

Transcription

1 Histoire des Systèmes Monétaires Internationaux Mr Anquetil Jean-François ECE 2 ( ) Sources principales: Problèmes monétaires internationaux Alain Beitone, Marc Bassoni Ed : A.Colin Economie internationale P.R.Krugman, M.Obstfeld Ed. De Boeck Nouvelle Histoire Economique : Le XIX ième siècle, J.A.Lesourd et Cl.Gérard Ed A.Colin Les euro-dollars, Gérard Békerman, Coll. QSJ, PUF Paris De l étalon-or à l étalon sterling Roger Dehem L'union monétaire de l 'Europe, Riche P. et Wyplosz C. (1993. Points, Edition du Seuil, Paris. L 'euro, Kauffmann P. (1997), Coll. Les Topos, Dunod, Paris. Monnaie et Systèmes Monétaires dans le monde au XX ième siècle, J.Bourget Ed : Bréal A.Shartz, chapitre 7. (...) La crise de 1929, J.K.Galbraith Ed. Payot The Monetary of the United States , M.Friedman et II) De l étalon or à l étalon de change or 1) Les conséquences monétaires de la première guerre mondiale A) Le problème du financement de l effort de guerre Dès les premiers mois du conflit, les États belligérants d'europe doivent résoudre les problèmes posés par le financement de l'effort de guerre. A l'intérieur, il leur faut trouver des fonds de plus en plus importants. A l'extérieur, leurs balances des transactions courantes étant devenues déficitaires, ils doivent obtenir des crédits pour éviter d'épuiser leurs réserves. Très tôt les cours forcés font leur apparition : le 31 juillet 1914, l'allemagne suspend la convertibilité en or du mark Le 5 août 1914 la France prend une décision identique et relève le plafond d émission de la Banque de France de 6.8 milliards à 12 milliards de francs et, les uns après les autres, les États engagés dans le conflit les imitent. Un contrôle des mouvements de capitaux pour enrayer les sorties de métal précieux s instaure. Seuls les États neutres ou les belligérants lointains, moins directement affectés par les événements, avantagés par des balances des paiements courantes devenues positives et par les entrées d'or qui en résultent, peuvent maintenir la libre convertibilité en or de leur monnaie. Le financement de cet effort se fait, par deux canaux : d une part le recours à l impôt et d autre part le recours aux avances de l institut d émission. Le recours à l impôt est évidemment la solution la plus saine mais aussi la plus délicate. Il est difficile de demander à la population en guerre des sacrifices financiers importants. C est donc la seconde solution qui est préféré, c est-à-dire un endettement de l Etat. Ce dernier émet des Bons d Etat dont l achat procure un intérêt. La Banque de France achète ces bons, (elle crédite le compte du Trésor public) ce qui permet à l Etat de régler ses dépenses par virement. C est donc 1

2 principalement de la monnaie scripturale qui circule. Mais que ce soit des bons à court terme ou à long terme, il faudra les rembourser ultérieurement. B) les conséquences sur les masses monétaires Tous les pays font ce type de politique, et cela a pour conséquence de faire progresser la masse monétaire et d en modifier la composition. En 1914, le taux de couverture était de 70% (70% des billets avait leur contrepartie en or) en 1919, ce taux n est plus que de 21% En Italie le volume des billets est multiplié par 8 En Allemagne, le taux de couverture est de 9% (la monnaie fiduciaire a été multipliée par 25) L Autriche a un taux de couverture de 0,35%! En Angleterre, la situation est moins dramatique car le financement par l impôt y fut plus important, mais la masse monétaire a considérablement augmenté. En ce qui concerne les pays neutres (les pays scandinaves, Pays-Bas, Suisse, Amérique Latine) ou les belligérants lointains (États-Unis, Canada), la situation de la couverture d or est moins défavorable. C est aux États-Unis que l augmentation de la circulation fiduciaire fut la plus forte, mais cette augmentation est compensée par l importante croissance du stock d or américain (22% du stock d or mondial en 1914, contre 40% en 1919). Ces pays peuvent garder le système de l étalon or. Mais dans l ensemble cet accroissement des masses monétaires, induit une forte inflation mondiale, dont l origine avait commencé en 1896, lors de la fin de la Grande dépression. C) les problèmes du change Lorsque les monnaies ne sont plus convertibles en or, elles flottent, et il n y a plus de limite théorique aux variations de change. Pourtant, si les monnaies des pays alliés à l Allemagne ne subissent plus de cotation (sauf dans les pays neutres) et dont on ne peut savoir par définition leur évolution, les monnaies des autres pays (France, Angleterre) restent relativement stables, et varient selon les victoires ou les défaites. La raison de cette relative stabilité provient des accords passés entre alliés, notamment entre le FRF, la et le $. C est un des exemples de coopération monétaire dans les situations d urgence. Mais le 14 mars 1919, l accord qui liait les alliés est abrogé. Aussitôt, les cours connaissent d amples fluctuations : les principales monnaies : FRF,, DM se déprécient par rapport au Dollar. Or dans le même temps, le retour immédiat à la convertibilité en or des billets qui assurerait de nouveau une stabilité des changes est impossible au Royaume Uni, en France, en Allemagne. C'est d'ailleurs à cette époque que l'économiste G. Cassel présente la théorie des pouvoirs d'achat : les variations du change sont un moyen de garder le pouvoir d'achat compte-tenu des anticipations des opérateurs. Le rétablissement de l étalon or passe donc, en théorie, par deux types de politiques. La déflation ou la dévaluation. Il faut choisir l une ou l autre. soit on ramène le taux de couverture des billets en or à un niveau raisonnable. Concrètement, il faut augmenter le stock d or ou diminuer la quantité de billet en circulation. A court terme, comme on ne peut augmenter la quantité d or, on diminue la quantité de monnaie en circulation par une hausse du taux d escompte. C est donc une politique de déflation. L avantage est de faire renaître la confiance (via la parité-or), l inconvénient est de provoquer un ralentissement des économies. 2

3 soit on dévalue la parité des billets par rapport à l or et aux autres monnaies, entérinant ainsi les nouvelles parités, reflet du nouvel ordre mondial qui émerge. L avantage, est que la population du pays n a pas à subir une crise. L inconvénient est que pour un pays se rattacher à l or sur la base d une parité moins importante qu avant guerre est le signe d un déclin économique. 2) La recherche d un nouvel équilibre mondial ( ) A) Des difficultés monétaires hétérogènes... Nul ne doutait, au lendemain de la Première Guerre mondiale, et particulièrement pas les Britanniques, que la paix revenue l'étalon-or serait restauré. Après tout, la plupart des pays avaient déjà connu un état de fait semblable au XIX, et avaient toujours pu revenir au cours libre. Mais le conflit a fait naître trop de déséquilibres et cet espoir est vite déçu. Seuls les Etats les moins éprouvés sont capables de faire l'effort de déflation nécessaire, non sans accentuer les difficultés économiques causées par la disparition des marchés de guerre : la crise de (forte inflation nécessitant une politique de déflation) est particulièrement sévère au Japon, aux États-Unis et au Royaume-Uni. Les autres sont obligés pour reconstruire (France, Italie, pays d'europe Centrale et Orientale) ou pour payer les réparations imposées par les vainqueurs (Allemagne) de continuer les politiques inflationnistes du temps de guerre. En 1920 et 1921, les écarts de change se creusent considérablement. Les Etats à monnaie faible ont de plus en plus de mal à acheter aux Etats à monnaie forte. Les Britanniques, qui ont un besoin impérieux de débouchés nouveaux, proposent la réunion d'une conférence sur la reconstruction de l'économie européenne, avec à son ordre du jour, non seulement l'étude des problèmes politiques et commerciaux, mais aussi celle des problèmes monétaires. 1922) B) impliquent une réorganisation : La conférence de Gênes (avril-mai a) un échec sur le plan politique La plupart des pays européens, y compris l'urss, participent aux discussions. Mais, les Américains, revenus à l'isolationnisme traditionnel avec le retour des Républicains à la présidence en novembre 1920, sont absents. Les Anglais se proposent d'obtenir de leurs alliés européens un allégement des réparations imposées à l'allemagne et une aide économique à la Russie Soviétique, mesures qui permettraient à ces deux Etats de reprendre leur place dans le commerce européen au grand bénéfice des exportateurs britanniques. Mais les Français, soutenus par les Belges et les Italiens, repoussent toute nouvelle discussion des réparations allemandes. Quant aux soviétiques, s'ils acceptent une aide ponctuelle d'état à État, refusent de reconnaître, comme le voulaient français et belges, les dettes de la Russie des Tsars. Sur le plan politique, la conférence est donc un échec total pour les Anglais. b) L'impossible retour à l'étalon or universel Mais les discussions sur les problèmes monétaires aboutissent à d'importants résultats. La plupart des Etats participants parviennent à un large accord sur l'harmonisation nécessaire des systèmes monétaires et les méthodes à mettre en œuvre pour y parvenir. Les États réunis à Gênes constatent l'impossibilité d'un simple retour au système de l'étalon or universel aux parités d'avant 1914 : même en intensifiant la production de métal 3

4 précieux, le stock d'or mondial ne peut couvrir d'une manière satisfaisante la monnaie de papier en circulation et une déflation générale est impensable ; bien peu de pays seraient capables de la supporter (une très forte déflation entraîne un blocage de l'activité économique, le chômage etc.). Il est donc nécessaire d'autoriser des dévaluations permettant l'établissement de parités nouvelles et enregistrant les dépréciations survenues. Mais cette solution ne peut s'appliquer à tous les pays : certains, en Europe Centrale et Orientale notamment, n'ont même plus d'or pour couvrir leur monnaie. Le rétablissement du système de l'étalon or universel, même avec de nouvelles parités, exigerait une redistribution du stock d'or mondial, que refuseraient tous les pays riches. Un assouplissement du principe du Gold Standard est donc jugé nécessaire. Toutes les mesures acceptées à Gênes sont inspirées par la crainte d'une pénurie d'or et ont pour but d'éviter une nouvelle répartition du métal précieux. c) La convertibilité limitée en or (Gold Bullion Standard) La conférence accepte que la convertibilité limitée,(gold Bullion Standard) soit substituée à la convertibilité totale (Gold Specie Standard) en cas de nécessité : au lieu d'être changés contre des pièces, les billets ne sont changés que contre des lingots. Par cette restriction on réserve l'or à son rôle de couverture des monnaies (cela inspire confiance) et de moyen ultime de règlement des soldes commerciaux. Mais en rendant la conversion uniquement en lingot, on rend la conversion potentielle moins facile, notamment pour les particuliers. d) L'étalon de change or (Gold Exchange Standard) Le Gold Bullion Standard ne peut convenir aux pays presque totalement démunis d'or. La conférence autorise donc aussi les États qui le désirent à couvrir leur monnaie de papier, non par de l'or, mais par toute autre monnaie convertible en or. Désormais les créances libellées en ces monnaies peuvent être utilisées par les États pour garantir les billets qu'ils émettent. Ces monnaies sont les monnaies de réserve. Comme l'or elles peuvent servir au règlement des soldes des balances des paiements. Par cet artifice on permet aux États dépourvus d'or de s'intégrer quand même au système monétaire international grâce aux prêts libellés en monnaies convertibles qui peuvent leur être consenti, et on assure aux États riches la possibilité de conserver leur métal précieux. Ce nouveau système monétaire se nomme le Gold Exchange Standard, l'étalon de change or. Dans la pratique, ce système existait avant 1914 : nous avons vu que le système de l étalon or était en réalité un système d étalon sterling Mais à cette époque seule la livre servait de monnaie de réserve. Désormais toutes les monnaies convertibles peuvent avoir cet usage : le dollar dans l'immédiat et, après le rétablissement de leur convertibilité la livre, le franc ou toute autre monnaie. De plus la conférence recommande à tous les États l'adoption rapide des mesures nécessaires à la mise en application du nouveau système. Les gouvernements ont donc le choix entre la déflation s'ils décident de revenir aux parités d'avant 1914 et la dévaluation s'ils décident simplement de légaliser la perte de valeur de l'unité monétaire depuis La dévaluation, lorsqu'elle est choisie, est qualifiée de politique de stabilisation. III) les réponses nationales : Vers un rétablissement progressif des monnaies 1) la situation dans les pays à devise clé. La période de l'entre-deux-guerres est marquée par la compétition entre la livre et le dollar, entre la place de Londres et celle de New York. C'est à la lumière de cette ascension du 4

5 dollar et de ce déclin de la livre, en tant que monnaies internationales, qu'il faut analyser la politique monétaire conduite dans les années vingt au sein de ces deux pays. A) Les États-Unis Aux États-Unis, le Système de la Réserve Fédérale (FED) ne fut créé qu'en Mais, à la fin de la guerre, c est une situation nouvelle que rencontre cette institution. Du fait de leur stock d'or et de leur place nouvelle dans l'économie mondiale, les États-Unis, échappaient déjà, de fait, à la contrainte monétaire internationale. Or, cette puissance économique nouvelle, les Etats-Unis ne l'ont pas mise au service de la gestion des relations économiques internationales, ils ont au contraire privilégié leur gestion interne. Comme il connaissait une vive inflation dans les années , les autorités monétaires la combattirent par une augmentation des taux de refinancement, (politique de déflation). Cette hausse des taux provoqua un afflux d'or sur le territoire américain accentuant ainsi les déséquilibres monétaires pour les autres pays. B) La Grande Bretagne En Grande-Bretagne, la question n'était pas de savoir s'il fallait revenir à l'or. C était évident! La question était plutôt : quand? et à quelle parité?. Dans cette veine, le rapport Cunliffe systématise la présentation du caractère autorégulateur de l'étalon-or et contribue a alimenter l idée selon laquelle «la livre doit regarder le dollar en face». Pour atteindre un tel résultat il fallait réduire la circulation fiduciaire, et pratiquer une politique de déflation qui tombe à pic pour lutter contre une inflation à deux chiffres en Les prix de gros augmentèrent de 62% entre mars 1919 et février Cette augmentation de l inflation, par la perte de compétitivité qu elle engendrait et la crainte de voir les créances se déprécier, favorisai la dépréciation de la livre. Il s en suivi une vigoureuse augmentation des taux d intérêt, le maintien de la pression fiscale du temps de guerre, compression des dépenses, recherche de l équilibre budgétaire etc Bref, la déflation qui suivit fut particulièrement sévère provoquant une hausse spectaculaire du chômage (environ 20% de la population active en 1921). A partir de 1922 la livre se redressa. Le 13 mai 1925, le Gold Standard Act rétablit la convertibilité-or de la livre - en lingot de 400 onces, il est vrai - sur la base de la parité de (date symbolique). Pour A. Sauvy, ce retour à l'or fut «une question de prestige, une question de dogme, nous dirions presque une question de religion». Ch. Kindleberger note que de nombreuses opinions convergeaient, en Grande- Bretagne (Montagu Norman, gouverneur de la Banque d'angleterre, en particulier) et à l'étranger (Benjamin Strong, gouverneur de la Banque Fédérale de New York), sur la nécessité du retour à l'or- de son côté, J. M. Keynes s'y était opposé. Cela ne l empêcha pas d accepter le taux retenu (même s'il dénonça peu de temps après la surévaluation de la livre). Ch. Kindleberger conclut : «Le retour à l'étalon-or [...] était peut-être inévitable. Ce fut néanmoins une grave erreur.» En fait, la livre était manifestement surévaluée et la Grande-Bretagne en supporta les conséquences : à court terme, baisse des prix de gros de 14% entre 1925 et 1929 (déflation), et donc baisse du dynamisme industriel Le manque de confiance entraîna une série de crises boursières en Le ralentissement des exportations (charbon) augmenta les dépenses pour faire face à la concurrence étrangère. Toutes ces conséquences négatives pour l'économie anglaise se concrétisèrent par une grève générale en Mais la principale conséquence fut qu'il y eut une fuite de l'or vers les Etats-Unis. Pour John K. Galbraith (in, la crise de 29) cet 5

6 or allait alimenter la spéculation à partir de 1926 aux Etats-Unis. Pour Galbraith cette décision de Churchill, sans en être la cause unique, participa a ce qu il appel «l orgie spéculative»..en conclusion, les États-Unis se refusaient à assumer leurs responsabilités sur le plan international et la Grande-Bretagne poursuivait la chimère d'un retour à sa domination passée. 2) Du mark au reichsmark ( ) A) La banqueroute allemande A la fin de 1919, la situation monétaire de l'allemagne est difficile : une encaisse or plus faible qu'en 1914, une circulation fiduciaire qui a très fortement progressé, un taux de couverture de la monnaie papier qui est tombé à 9 %, une dette intérieure de plus de 200 milliards de marks. L'instabilité de la situation politique allemande provoque d'importantes variations du cours du mark sur les marchés des changes, mais les gouvernements allemands maîtrisent encore la situation. En avril 1921 les exigences alliées (suite au traité de Versailles en juin 1919) sont connues 1 : l'allemagne doit verser 132 milliards de marks-or au titre des réparations et doit subir un impôt de 26 % sur les exportations pendant 42 ans. La révélation de ces conditions provoque immédiatement une méfiance générale et une fuite devant le mark qui, en se dépréciant, conduit à une augmentation des prix des importations, précipitant ainsi la hausse des prix intérieurs. Il se produit donc un phénomène cumulatif qui s auto-entretient. (méfiance sur le DM dépréciation du DM inflation méfiance sur le DM etc..) Ce phénomène d inflation s autoalimente car les entreprises allemandes ne rapatrient plus les revenus procurés par les (rares) exportations, les possédants et les spéculateurs achètent des devises étrangères, les particuliers et les commerçants constituent des stocks, les détenteurs de bons à court terme se font rembourser, les impôts sont payés avec retard...certes, les autorités mettent en place un contrôle de sortie des capitaux, mais cela ne suffit pas, car les milieux d affaires en position de force dans l appareil productif bénéficiaient d une liberté pour se soustraire à la contrainte fiscale 2. Cette incapacité à financer les dépenses publiques par l'impôt, en raison de ces fuites de capitaux, conduisit à un financement monétaire (escompte des bons du Trésor). Ce dernier est-il la source de l'hyperinflation? Pour certains cela ne fait pas de doute. 1 En réalité, l'allemagne ne payera qu'une faible partie des réparations prévues qui furent renégociées sous l'égide des USA à travers les plans Dawes (1924) et Young (1929). C'est d'ailleurs à l'occasion de la mise en place du plan Young que fut créée la Banque des Règlements Internationaux : l'allemagne payait sa dette à la BRI qui investissait les sommes reçues en Allemagne. Le moratoire Hoover en 1931 mit fin au paiement des réparations allemandes, de même qu'en 1932 furent annulées les dettes entre Alliés. 2 Les rapports de force politiques et sociaux internes à l'allemagne semble donc avoir joué un rôle décisif. Ainsi, Roger Dehem met l'accent sur le rôle négatif de la «classe des possédants». Michel Aglietta et André Orléan (La violence de la monnaie 1982) parlent de l'opposition des milieux d'affaires : «Ceux-ci bénéficiaient, du fait de leurs positions de force dans l'appareil productif et bancaire, d'une certaine liberté pour se soustraire aux contraintes fiscales. La première échappatoire fut l'évasion des capitaux, en dépit du contrôle institué par les autorités.» 6

7 Pour d'autres, l élément fondamental est la causalité évoquée précédemment qui prévaut : la spéculation contre le mark qui s'est déchaînée à partir de l'été 1922, a dopé l'inflation et provoqué un processus d'indexation généralisée des prix. On retrouve la causalité: dépréciation du change - hausse des prix - hausse de la quantité de monnaie mise en évidence par Albert Aftalion «Dès 1921 le mark cesse de servir de réserve de valeur : sa fonction d'accumulation du pouvoir d'achat est détruite par les perspectives de hausse des prix» (Maurice Flamant - l'inflation - PUF 1975). Peut-être avec la secrète pensée de démontrer l'impossibilité du règlement des réparations, pendant longtemps les autorités allemandes ne font rien pour enrayer la détérioration de la monnaie : le taux de l'escompte reste fixé à 5 % ; les banques accordent largement du crédit aux entreprises qui investissent à bon compte; la Reichsbank émet massivement des billets pour faire face aux besoins d'une économie de plus en plus active et d'une circulation monétaire qui s accélère. «A la fin de le mark cesse d'être un instrument de mesure des valeurs : on tend à coter celles-ci en dollars et autres devises étrangères. La monnaie allemande ne conserve que sa fonction minimale, celle d'intermédiaire dans les échanges» (Maurice Flamant). L'occupation de la Ruhr en 1923 par les Français (décidé par Raymond Poincarré pour obtenir en nature des réparation allemandes et pour faire pression sur l Allemagne) précipite le mouvement de fuite devant la monnaie. le kilo de pain coûtait 428 milliards de marks à Berlin. En 1923, on ne cote plus en marks ; on se réfère à des quantités physiques de marchandises. Dans les dernières semaines la Reichsbank ne suffit plus à fournir les billets qu'émettent et fabriquent aussi les Lànder, les villes, les entreprises. Le 15 novembre 1923 c'est la fin : le mark a pratiquement perdu toute valeur. B) La naissance d'un nouveau système monétaire Le redressement, très rapide, est l œuvre du ministre des finances, le docteur Luther et du directeur de la Reichsbank le docteur Hjalnar Schacht. le 15 octobre 1923 fut crée la Rentenbank (une institution de droit privé), dotée d'un capital de millions de marks-or gagés sur les biens réels de la nation (terres agricoles et capital industriel, commercial et bancaire). Le 15 novembre 1923, un important retournement psychologique se produisit (d'où la stabilisation brutale du change) avec l'émission à la même date des premiers rentenmarks émis à raison de 1 rentenmark pour 1000 milliards de marks par la Rentenbank. Cette monnaie obtint la confiance du public en raison d une part de la confiance qu inspirait H.Schacht, et d autre part de la qualité de la nouvelle monnaie : limitation de la quantité émise, possibilité de la convertir en obligations libellées en mark-or, et dont la contrepartie réelle (terre, industrie) était supposée garantir sa valeur. En même temps le gouvernement suivit une politique d'austérité, équilibrant strictement le budget, augmentant les impôts, licenciant des fonctionnaires, n'hésitant pas à ruiner définitivement de nombreux rentiers en annulant toutes les dettes anciennes de l'état. Des emprunts furent contractés à l'étranger, au Royaume-Uni et aux États-Unis surtout. La confiance revint peu à peu. Les capitaux revinrent. L'encaisse or se reconstitua. De plus, les nouveaux accords interalliés sur les réparations (Plan Charles Dawes en août 1924) avantageux pour l'allemagne, consolident l œuvre accomplie. (Ce plan intérieur doit veiller au maintien de l équilibre financier allemand. Il s agit de prélever par l impôt les 7

8 sommes nécessaires sans compromettre le budget. L acceptation de ce plan clôt une période de cinq années de tergiversations) En août 1924, une monnaie définitive est lancée. Le reichsmark, défini par 358 mg d'or fin, est fort proche du mark or ancien. La convertibilité en or est rétablie, mais ce n'est qu'une convertibilité limitée : l'allemagne adopte le Gold Bullion Standard. La Reichsbank retrouve son privilège d'émission. La couverture de la monnaie en circulation sera assurée pour au moins 40 % par de l'or et des devises convertibles : l'allemagne applique donc le Gold Exchange Standard. 3) Le cas français : Vers Le franc-poincaré. A) Un affaiblissement progressif du franc... De 1919 à 1922, le franc présente une relative stabilité. Toutefois, la France compte sur le paiement des réparations allemandes pour financer sa reconstruction, mais dans l'immédiat, tant que les versements réguliers de l'allemagne n'ont pas lieu, elle doit continuer d'avoir recours aux expédients du temps de guerre pour faire face aux dépenses. La reconstruction est en grande partie à la charge de l'état qui couvre ses dépense, par l impôt, mais surtout emprunt. De nombreux bons à court terme (Bons du Trésor, Bons de la Défense Nationale, Bons du Crédit National) sont mis en vente et deux emprunts à long terme sont lancés en Ces emprunts sont un succès car leurs rendements sont intéressant, et permettent d éviter l émission de monnaie scripturale qui serait à l origine de tensions inflationnistes. Ainsi, la situation est stabilisée jusqu'à l'été 1922 et les prix de détail, qui avaient augmenté en 1919, baissent en 1920 et 1921 avec la crise mondiale. De plus, le franc se maintient sur les marchés des changes. Pourtant La monnaie française est très fragile à cause de la progression de l'endettement, et surtout, a tout moment les porteurs de bons à court terme peuvent demander le remboursement et contraindre l'état à recourir aux avances de la Banque de France. Le franc dépend donc principalement de «l humeur» de ses créanciers. B) Le franc en péril a) Des anticipations sur les réparations allemandes déçues... Dés l'été 1922, il apparaît que le paiement intégral des réparations n'est plus assuré, les Anglais se montrant réticents à faire payer l Allemagne. Aussitôt le franc commence à fléchir sur les marchés des changes. L'occupation de la Ruhr en janvier 1923 ne rétablit pas la situation et la banqueroute allemande provoque une brutale chute de la monnaie française. Le gouvernement de Raymond Poincaré (sous la présidence de Millerand) réagit en augmentant les impôts de 20 %, en relevant le taux de l'escompte à 7 % et en limitant les dépenses de l'état. Le contrôle des changes s intensifie : l'obligation faite aux exportateurs de rapatrier immédiatement leurs gains et surtout l'obtention de prêts à Londres et New York permettent un redressement rapide des cours du franc. b)...des provocations politiques : le Cartel des Gauches... Mais les élections de mai 1924 sanctionnent l'échec de la politique allemande de Poincaré et portent au pouvoir une nouvelle majorité, le Cartel des Gauches. Le slogan de la campagne du Cartel était «Prendre l argent où il est», ce qui n a pas contribué à entretenir un climat de confiance des milieux d affaires. L'arrivée au pouvoir du Cartel des Gauches a pour conséquence une méfiance générale des épargnants. Le franc qui venait se s apprécier rechute 8

9 De plus, le Cartel inaugure une nouvelle politique étrangère avec l Allemagne, symbolisé par Aristide Briand, et établit une politique de conciliation et de confiance avec l Allemagne s inscrivant dans la logique du plan DAWES. Or cette nouvelle politique, si elle semble régler une dissension (l occupation de la Ruhr était impopulaire) signifie que le remboursement allemand sera moindre que celui escompté. Cela contribue accentuer une fuite devant la monnaie française. Le plus étonnant est que les variables fondamentales de l économie étaient plutôt bonnes : de 1919 à 1926 la balance des paiements a été constamment excédentaire La croissance de la production industrielle supérieure à ce qu'elle était alors partout ailleurs. En effet, la France a bénéficié de certains avantages sur le plan industriel suite à la guerre : L occupation par l ennemi de la région des régions industrialisées du Nord et d une partie du bassin parisien à imposé l équipement industriel de régions de remplacement. (Péchiney et St Gobain ont construit des usines dans le Sud Est et dans le Midi. Ensuite, la France récupère l Alsace et la Lorraine, régions intactes et riches en minerai (houille, fer, potasse etc..) Dans ces conditions, la sphère réelle de l économie étant relativement performante (malgré des structures vieillotte et une population déclinante), les déboires monétaires doivent s expliquer par d autres variables. En fait la dépréciation du franc s'explique en fait par le jeu des anticipations autoréalisatrices des agents. c)...mettent le franc en péril En juillet 1925, un emprunt à long terme n'est pas entièrement couvert. Édouard Herriot, président du Conseil, démissionne en proclamant qu'il se heurte au «Mur d'argent» ; il accuse financiers et industriels de lancer des campagnes alarmistes dans la presse pour mettre le Cartel des Gauches en difficulté. Des crises ministérielles répétées alourdissent l'atmosphère. Les retraits dans les caisses d'épargne et les demandes de remboursement de bons à court terme se multiplient. Sur les marchés des changes le franc se déprécie très vite. Le 21 juillet 1926 la livre est à 243 F, les retraits dans les caisses d'épargne excèdent les dépôts, la Banque de France refuse de nouvelles avances à l'etat qui se trouve à la veille d'une cessation de paiement. Un gouvernement d'union Nationale présidé par Poincaré et allant des radicaux à la droite est formé pour sauver le franc. C) La dévaluation (réussie) du 25 juin 1928 et la stabilisation du franc L'avènement du gouvernement d'union Nationale permet, grâce à quelques mesures techniques et surtout grâce à un retour de la confiance, une stabilisation de fait du franc de 1926 à Dés le mois d'août 1926 les économies des particuliers affluent dans les caisses d'épargne et les souscriptions de bons à court terme reprennent tandis que les devises étrangères, attirées par l'espoir d'une stabilisation à un cours plus élevé, viennent se placer en France à court terme. En juin 1928, Poincaré, partisan d'un retour aux parités d'avant 1914 et au franc germinal (il voulait éviter de spolier les détenteurs d'emprunts à long terme) se range à l'avis de ses conseillers : il accepte une simple stabilisation légale du franc. La loi du 25 juin 1928, qui se substitue à celle de germinal an XI modifie la définition de l'unité monétaire : le franc correspond à 65,50 mg d'or 9/10. C'est donc à la fois un abandon du bimétallisme et une dévaluation de 79,69 %. La convertibilité en or est rétablie mais ce n'est qu'une convertibilité limitée (en lingot). Ainsi la France parvient-elle tardivement à stabiliser sa monnaie. Renonçant finalement aux parités de 1914 et à la déflation, elle ne connaît pas les 9

10 difficultés économiques qu'avait traversées le Royaume-Uni : si la période est une période d'instabilité monétaire, c'est aussi pour les Français une période d'expansion économique rapide. 4) Une stabilité monétaire internationale cependant fragile En 1928 le monde semble avoir retrouvé, sur des bases nouvelles, la stabilité monétaire (A cette date, toutes les monnaies européennes, à l'exception du rouble 3 sont convertibles soit en or, soit en devises elles-mêmes convertibles en or). Pourtant, même si l'on n'en a pas conscience à l'époque, le nouveau système monétaire international est bien fragile. Le Gold Exchange Standard présente en effet deux dangers redoutables. Il met les pays qui l'adoptent dans une étroite dépendance les uns des autres : que l'une des monnaies de réserve cesse d'être convertible en or pour une raison quelconque et les pays qui l'ont adoptée pour couvrir leur propre monnaie sont entraînés à sa suite. Inversement, qu'un pays décide brusquement de convertir en or sa monnaie de réserve et le pays qui l'a émise, tenu de fournir le métal précieux, voit immédiatement sa propre monnaie menacée (ex : en 1927 lorsque la Banque de France a commencé à échanger contre de l'or les livres qu'elle détenait, la Banque d'angleterre a été mise en difficulté). Il tend à favoriser l inflation monétaire à l'échelle mondiale. «Avec 100 millions de dollars en or, les États-Unis peuvent émettre 300 millions de billets convertibles ; c'est une proportion parfaitement normale. Si la France a ces 300 millions de billets dans son encaisse, elle est en droit de lui donner une valeur équivalente à celle du métal ; elle peut donc émettre des billets de banque français pour une valeur de 900 millions de dollars. Si la Grèce acquiert ces francs elle peut les convertir en dollars ; considérant ces 900 millions de dollars comme une encaisse, elle peut émettre 3 fois plus de drachmes papier..,» (J.Marchal, cité par S.A. Lesourd et C. Gérard - Histoire économique, 19e et 20e siècle, tome A. Colin). IV) Les conséquences de la crise de 1929 Le 24 octobre 1929 le cours des actions s'effondre à Wall Street et en une semaine des titres cotés perdent de 40 à 60 % de leur valeur marchande. C'est la conséquence d'une spéculation boursière qui s'était accélérée aux États-Unis depuis 1927 et qu'avait alimentée une inflation exagérée du crédit. La grande crise qui débute ainsi à New York et se propage rapidement dans le monde est marquée par un brutal fléchissement de l'activité économique. Le système monétaire international mis en place progressivement après la Conférence de Gênes ne résiste pas à la nouvelle conjoncture. 3. Le rouble. La monnaie russe, qui s'était complètement effondrée pendant la guerre civile, est reconstituée pendant la NEP. - En 1922 est créé le tchervonetz, défini par 7,74 g d'or fin (10 fois le rouble de 1897) et destiné essentiellement au commerce extérieur, entièrement nationalisé. En 1924 est émis le rouble or, défini comme l'ancien rouble par 0,774 g d'or fin et convertible à l'étranger en métal précieux ou en monnaie de réserve. (l'urss adopte ainsi le Gold Exchange Standard). Pendant quelques mois le rouble or est coté sur les marchés des changes et ses cours sont stables. Mais dés 1925, il faut suspendre la convertibilité en or : le déficit de la balance commerciale soviétique (l'urss n'exporte pas de blé comme l'ancienne Russie), supérieur à la production annuelle d'or, ne permet pas aux autorités soviétiques de maintenir les cours. Désormais l'urss est isolée du reste du monde sur le plan monétaire. Le rouble est uniquement une monnaie interne. A l'extérieur les règlements soviétiques se font en or et en devises. 10

11 1) La fin de la convertibilité en or des monnaies A) 1931 les premières conséquences monétaires de la crise, des dévaluations subies a) L'Allemagne isole en 1931 sa monnaie du monde extérieur Depuis les redressements monétaires de 1923 et 1924, les capitaux américains et anglais affluent en Europe Centrale, attirés par de forts taux d'intérêt. Placés à court terme, ils sont ensuite investis à long terme dans une économie en expansion rapide par les banques allemandes et autrichiennes. Les besoins de liquidités étant grands aux États-Unis et au Royaume-Uni où la crise (1929) met en difficulté de nombreuses entreprises, ces capitaux commencent à se replier en 1930, plaçant le gouvernement allemand dans une situation dangereuse : il faut puiser dans les réserves d'or et de devises de la Reichsbank pour régler le déficit de la balance des paiements, ce qui déprécie la monnaie. Autrement dit, la balance des transactions courantes étant déficitaire, la balance des capitaux devenant elle même négative, le solde se règle par une variation positive de la position monétaire extérieur, c est à dire des sorties de devises. Quant aux banques privées, elles ont le plus grand mal à faire face aux demandes de remboursement et elles doivent avoir recours au soutien des banques centrales. En mars 1930, le chancelier Bruning réagit par des mesures déflationnistes (hausse des taux d intérêt) qui ralentissent encore l'activité économique. L'aggravation rapide de la crise, la montée du nazisme aux élections législatives de septembre 1930, l'annonce en mars 1931 d'un projet de rattachement économique de l'autriche à l'allemagne auquel la France est hostile, accélèrent les retraits de capitaux extérieurs. En mai 1931, l'une des plus grandes banques autrichiennes, la Kréditanstalt de Vienne fait faillite. C'est la panique en Allemagne, de nombreuses banques étant à leur tour menacées. Les achats d'or et de devises étrangères se multiplient. Les réserves de la Reichsbank diminuent rapidement. L'Allemagne risque une nouvelle banqueroute. Une coopération internationale se met en place. Pour lui venir en aide, le président Hoover propose un moratoire des dettes entre États, ce qui autorise les Allemands à interrompre provisoirement le paiement des réparations et les Banques de France et d'angleterre accordent quelques avances à la Reichsbank. Mais c'est insuffisant. Le 13 juillet 1931, pour enrayer le mouvement, le chancelier Bruning décide d'établir un contrôle total des changes et du commerce extérieur, interdisant la sortie de l'or et des devises. Il évite ainsi une dévaluation que l'opinion publique n'aurait pas acceptée (le souvenir de 1923 est encore très vif) mais il doit accentuer la politique déflationniste pour consolider la monnaie, faire baisser les prix des produits allemands et les rendre plus compétitifs sur les marchés extérieurs. Lorsque les nazis arrivent au pouvoir en janvier 1933, ils perfectionnent le système mis en place par Brunning : l'or et les devises étrangères des particuliers sont réquisitionnés, les capitaux étrangers encore présents sont définitivement bloqués ; le reichsmark devient une monnaie à usage strictement interne, complètement isolée du monde extérieur ; les cours des changes sont fixés par la Reichsbank en fonction des intérêts immédiats de l'allemagne. b) l Abandon de l étalon-or par les Britanniques: 20 septembre 1931 ; dévaluation et déflation La crise monétaire de l'europe Centrale frappe de plein fouet le Royaume-Uni. De nombreuses banques anglaises avaient placé des fonds en Autriche et en Allemagne, utilisant 11

12 souvent à cet effet des dépôts étrangers à court terme. Les faillites de banques autrichiennes (mai 1931) et allemandes, l'établissement du contrôle des changes en Allemagne ont pour conséquence le «gel» de ces placements britanniques qui ne peuvent être rapatriés. Les banquiers américains et français qui avaient effectué des dépôts à Londres prennent peur et retirent leurs capitaux. De plus, la présence au pouvoir depuis mai 1929 d'un cabinet travailliste hostile à toute politique d'économie, entraînent une chute de confiance des possédants. En août 1931 l'encaisse or de la Banque d'angleterre baisse au rythme de par jour. Les soutiens obtenus de la Banque de France et de la Federal Reserve Bank, sous condition d'une promesse d'équilibre du budget britannique, ne peuvent suffire à arrêter le mouvement. Le 23 août 1931 la plupart des ministres travaillistes démissionnent. Le premier ministre Mac Donald, en rupture avec son parti, constitue un gouvernement d'union Nationale dominé par les conservateurs et prend l'engagement de dissoudre le Parlement. Le 20 septembre 1931, pour arrêter l'hémorragie de métal précieux, le nouveau gouvernement suspend la convertibilité en or de la livre au cours légal. Le livre flotte désormais sur les marchés des changes. En janvier 1932 elle a perdu 31 % de sa valeur. En juillet 1932 est créé un fonds d'égalisation des changes chargé d'intervenir sur les marchés en achetant ou vendant des livres pour maintenir le cours au niveau souhaité. Parallèlement le gouvernement fait adopter par le nouveau Parlement élu en octobre 1931 de sévères mesures de déflation pour éviter une hausse des prix intérieurs et maintenir l'avantage à l'exportation obtenu par la dépréciation de la livre. La balance des paiements se redresse lentement pour redevenir positive en La décision britannique du 20 septembre 1931 porte un coup beaucoup plus sévère au système monétaire international que la décision allemande de contrôle des changes. La livre sterling est la principale des monnaies de réserve. Tous les pays qui font avec le Royaume- Uni un important commerce et détiennent des livres en grande quantité sont obligés de s'aligner sur la décision britannique. Très rapidement les pays du Commonwealth (sauf le Canada qui déjà commerce plus avec les États-Unis que le Royaume-Uni), suspendent la convertibilité en or de leur monnaie et décident le contrôle des changes avec le monde extérieur, sauf avec le Royaume-Uni. Désormais toutes ces monnaies sont définies uniquement par rapport à la livre dont elles suivent le destin. Les règlements entre ces pays et les autres sont effectués par l'intermédiaire de la Banque d'angleterre au cours de la livre. La zone sterling est née. c) le flottement du yen : 13 décembre 1931 De 1924 à janvier 1930 le Japon avait dû suspendre presque continuellement la convertibilité du yen, interdire les sorties d'or de son territoire. La crise économique aggrave une situation qui commençait seulement à s'améliorer et les déficits des paiements, qui avaient cessé en 1929 réapparaissent dès La décision britannique du 20 septembre 1931 frappe doublement le Japon : les livres sterling détenues par les Japonais dans leurs réserves de change perdent brusquement une part importante de leur valeur (ils ne sont plus convertible en or, et la livre a été dévaluée) les produits japonais ne sont plus compétitifs face aux produits de la zone sterling sur les marchés mondiaux. Le Japon réagit très vite. Le 13 décembre 1931 la convertibilité en or du yen est à nouveau supprimée et le yen s'effondre sur les marchés des changes. En 6 mois il perd 57 % de sa valeur. 12

13 Mais en même temps, sous l'influence des militaires, le Japon s'oriente avec l'occupation de la Mandchourie en septembre 1931 vers une coûteuse politique de réarmement : toute politique de déflation pour consolider la monnaie devient impossible. Le 1er juillet 1932, le Japon décide le contrôle total des changes. B) Le cas américain : une dévaluation voulue (mars 1933-janvier1934) a) Une logique keynésienne qui s affirme En 1933 rien n'oblige les États-Unis à une dévaluation : malgré la crise ils détiennent encore le tiers du stock d'or mondial et la confiance en la monnaie est entière, l'encaisse métallique couvrant d'une manière satisfaisante une masse fiduciaire et scripturale comprimée par la chute des activités économiques. Dans un message adressé le 3 juillet 1933 à la Conférence de Londres, une conférence monétaire internationale destinée à préparer un retour à la stabilité des changes et dans laquelle les représentants de la France demandent un retour général à la situation de 1929, Roosevelt affirme : «La santé économique interne d'une nation est un plus grand facteur de son bien-être que la valeur de sa monnaie en termes de change vis-à-vis d'autres nations.» Le président et ses conseillers pensent nécessaire l'injection dans l'économie d'importantes quantités de monnaie nouvelle pour relancer l'activité, «réamorcer la pompe». On espère d'une importante augmentation de la masse monétaire une remontée des prix permettant aux entreprises de dégager des profits, de distribuer des revenus nouveaux aux salariés et par suite de faire progresser la demande. La dévaluation est l'un des moyens essentiels d'une telle politique : Sur le plan interne : l'encaisse métallique étant réévaluée, la Federal Reserve Bank peut émettre d'importantes quantités de monnaie fiduciaire ou scripturale et consentir à l'état de larges crédits. Elle présente en outre l'avantage de soulager les millions d'américains endettés, les agriculteurs en particulier (les dollars remboursés après la dévaluation n'ont plus la valeur des dollars empruntés). Sur le plan externe : A l'extérieur, la dévaluation du dollar peut redonner aux produits américains une compétitivité que les dépréciations de la livre et du yen leur ont fait perdre, mais cette préoccupation est loin d'être la raison principale : le commerce extérieur n'a pas, pour l'économie américaine, l'importance qu'il présente pour les économies anglaise et japonaise. b) Du dollar flottant au dollar dévalué (6 mars 1933) Le 6 mars 1933, le gouvernement fédéral suspend la convertibilité du dollar en or. Le dollar flotte. Aussitôt la monnaie américaine baisse fortement sur les marchés des changes. Mais les capitaux placés à court terme dans les banques des Etats-Unis fuient vers Paris ou Londres. Le 31 janvier 1934, la dépréciation étant suffisante, le dollar est stabilisé. Il est désormais défini par 1/35 d'once d'or fin (0,888 g). La dévaluation est de 41 %. Le dollar redevient convertible en or selon la nouvelle définition, mais à l'extérieur seulement, l'interdiction de posséder de l'or monnayé sur le territoire américain étant maintenue. La stabilisation a pour effet immédiat un retour aux États-Unis des capitaux qui avaient fui. 13

14 C) Le cas français : des dévaluations tardives et subies En France depuis 1926 la situation monétaire est excellente. Le franc Poincaré est solide et attire les capitaux extérieurs en quête de sécurité. Systématiquement les réserves en devises de la Banque de France sont converties en or. En 1930, la circulation fiduciaire est couverte à 51 % par du métal précieux et en 1932 la France détient 27 % du stock d'or mondial, venant immédiatement derrière les États-Unis. De plus la France fait partie du «bloc or» a) la participation de la France au bloc de l or ( ) Fin juin 1933, à la Conférence de Londres, la France regroupe autour d'elle les Etats qui ont pu respecter les principes fixés à Gênes en 1922 et qui préconisent un retour à la convertibilité en or des principales monnaies aux parités de Ces Etats (la France et son empire, la Belgique et le Luxembourg, les Pays-Bas, la Suisse, (l Italie, la Pologne) constituent le «bloc or». Tous ces pays semblent en position forte au début de la grande crise. Le maintien de la convertibilité en métal précieux fait apparaître les monnaies du bloc or comme des monnaies solides et les capitaux extérieurs, fuyant l'allemagne et le Royaume-Uni en 1931 et États- Unis en 1933 affluent. Mais dans le même temps, si les capitaux affluent à partir de 1931 de sérieuses difficultés apparaissent. Avec les fortes baisses de la livre sterling puis du dollar sur les marchés des changes, les monnaies du bloc or sont des monnaies chères et la compétitivité prix de ces pays menacé. Les balance s commerciales deviennent déficitaires. Les gouvernement réagissent en pratiquent des politiques déflationnistes et tentent de faire baisser les coûts de fabrication pour retrouver des prix concurrentiels sur les marchés extérieurs (cf annexe). Mais ces politiques précipitent le ralentissement des activités. Très vite les situations budgétaires, politiques, sociales se dégradent et refusées dans un premier temps par les opinions publiques, s'imposent. Successivement la Belgique et le Luxembourg (1935) puis la France, les Pays-Bas, l'italie et la Suisse (1936) abandonnent la convertibilité en or et dévaluent. b) Des dévaluations réticentes et insuffisantes dès 1936 Les réformes décidées en juin 1936 après l'arrivée au pouvoir de Léon Blum entraînent une reprise économique mais aussi une forte hausse des prix, les coûts sociaux nouveaux imposés aux entreprises étant immédiatement répercutés dans les prix de vente, et une fuite des capitaux et de l'or, le gouvernement s'étant refusé à établir le contrôle des changes. L'encaisse or de la Banque de France fléchit dangereusement. La dévaluation devient inéluctable. Le 1er octobre 1936 la convertibilité en or est suspendue et le ministre des finances, Vincent Auriol, fait voter une nouvelle loi monétaire : le franc est défini par un poids d'or 9/10 qui pourra varier entre 43 et 49 mg. La dévaluation est donc comprise entre 25 % et 34 % (c'est le «franc élastique»). Ce caractère «élastique» permet d obtenir plus d autonomie de la politique monétaire (cf triangle d incompatibilité de R. Mundell), car le contrôle des changes n'est pas établi et les devises peuvent entrer et sortir librement. Cependant, la dévaluation du 1er octobre 1936 apparaît rapidement insuffisante, à la fois pour assurer la compétitivité des produits français à l'extérieur et pour fournir au Front Populaire les moyens de sa politique. Les prix intérieurs continuent de monter rapidement, les capitaux de s'expatrier. Le fonds de stabilisation des changes a de plus en plus de mal à maintenir le franc dans les limites fixées en 1936 et l'encaisse or de la Banque de France baisse. 14

15 Le 30 juin 1937, après la démission du premier gouvernement de Léon Blum, le nouveau ministre des finances, Georges Bonnet, fait supprimer par décret la limite inférieure fixée à la définition du franc (43 mg d'or 9/10) une nouvelle limite devant être décidée ultérieurement. Le «franc Bonnet» est un franc flottant. Dès le 1er juillet 1937, la livre passe de 110 F à 129 F. Mais la situation financière continue de se dégrader, le déficit budgétaire étant de plus en plus comblé par des avances de la Banque de France. Les dangers de guerre accentuent les fuites de capitaux. Les mesures de redressement demandées par un second ministère Blum et comportant notamment un impôt sur le capital et une nouvelle dévaluation accompagnée d'un contrôle des changes étant refusées par les radicaux, c'est l'éclatement de la coalition de Front Populaire et la formation d'un gouvernement Daladier appuyé par les radicaux et la droite. Le 4 mai 1938 Daladier annonce que le franc sera stabilisé à 179 F pour une livre sterling. Le 12 novembre 1938 le nouveau ministre des finances Paul Raynaud fixe par décret une nouvelle définition du franc : le franc est rattaché à la livre et défini par le cours de 179 F pour une livre sterling (ce qui a cette date correspond à 27,5 mg d'or 9/10). Cette fois la dévaluation du franc est suffisante pour faire retrouver aux produits français la compétitivité perdue à l'étranger et le franc retrouve une certaine solidité. La chute du Front Populaire et la stabilisation du franc ont pour conséquence un certain retour des capitaux expatriés et une remontée de l'encaisse or de la Banque de France. La période de l entre deux guerre se caractérise donc par une grande difficulté de toutes les économies à maintenir les parités or. Ainsi, malgré des embryons de coopération monétaire, les dévaluations compétitives ainsi que le flottement des monnaies font du système monétaire international une somme de zones monétaires, plutôt qu un ensemble cohérent. 2) La division du monde en zones et blocs monétaires A partir de 1936 le monde est scindé en zones et blocs monétaires qui, s'ils n'ont pas encore une existence officielle, ont une existence de fait. Les limites de ces zones et blocs vont désormais évoluer en fonction des événements diplomatiques et militaires. A) Les zones monétaires Dans une zone monétaire les monnaies sont toutes rattachées à une monnaie centrale dont elles épousent le destin. La monnaie centrale fluctue sur les marchés des changes en fonction de l'offre et de la demande, entraînant toutes les autres, sauf évidemment lorsqu'un contrôle des changes est mis en place dans l'ensemble de la zone. a) La zone sterling Elle permet à tous les pays qui en font partie de jouir d'une stabilité interne complète des changes. La plupart ont des balances commerciales positives avec le Royaume-Uni et disposent ainsi sur les comptes que gèrent les banques anglaises, d'importants soldes positifs, les balances sterling, qu'ils ont intérêt à utiliser à l'intérieur de la zone en achetant notamment des produits manufacturés britanniques. Complétée par les accords douaniers d'ottawa (août 1932) la zone sterling permet au Royaume-Uni de continuer à dominer économiquement un vaste ensemble à l'échelle de la planète. En juillet 1940, le contrôle des changes étant établi par tous les pays du Commonwealth (à l'exclusion du Canada), la zone sterling prend une existence officielle avec la constitution à Londres d'un fonds commun de ressources en devises extérieures, mettant 15

16 ainsi à la disposition du Royaume-Uni les avoirs en dollars des pays de la zone qui ont des balances positives avec les États-Unis. Jusqu'à la guerre, la livre sterling, toujours détachée de l'or, flotte sur les marchés des changes mais ses fluctuations sont contrôlées par le fonds d'égalisation des changes. Lors de la dévaluation du dollar en 1933 le fonds la fait baisser légèrement pour ne pas perdre totalement sur le plan commercial l'avantage acquis en En 1939 la livre sterling a finalement perdu un peu plus de 40 % de sa valeur par rapport à 1930, comme le dollar. A partir de l'établissement du contrôle des changes dans toute la zone sterling en juillet 1940, la livre n'est plus négociée sur les marchés des changes et son cours officiel est fixé à 4 dollars. (En fait elle perd beaucoup de sa valeur puisqu'elle se négocie clandestinement à la fin de la guerre à 2,80 dollar). b) La zone dollar Elle est apparue plus tardivement, est beaucoup moins étendue à l'origine. En 1936 à la conférence de Buenos Aires, les Philippines et quelques pays d'amérique lient leur monnaie au dollar. Elle s'agrandit en 1940, comprenant dès lors en fait tous les pays extérieurs à une zone sterling plus petite et aux blocs monétaires constitués autour de l'allemagne, du Japon et de l'urss. Elle n'a jamais d'existence officielle. Dans toute la zone le dollar, convertible en or au taux de 35 dollars l'once d'or fin (définition du 31 janvier 1934) hors des frontières des États-Unis, est la monnaie des échanges. c) La zone franc Elles se limite à la France et à son empire dont les monnaies (la piastre indochinoise, la livre libanaise par exemple) sont définies en francs français. Elle n'a d'existence officielle qu'à partir de septembre 1939 lorsque le contrôle des changes est établi par la France et étendu à l'ensemble de l'empire. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, la zone franc éclate, la France métropolitaine et les territoires coloniaux qui obéissent au gouvernement de Vichy sont rattachés de force au bloc monétaire des puissances de l'axe. Les territoires de la France Libre entrent en fait dans la zone sterling. B) Les blocs monétaires : le bloc reichsmark en 1931, le bloc yen en 1932, le bloc rouble dès 1925 Dans un bloc monétaire il existe dès l'origine un contrôle total des changes. Les taux de change entre les monnaies du bloc, s'ils résultent parfois d'accords négociés Allemagne et Italie au début de la guerre, ils sont en réalités plus souvent imposés par la puissance dominante. Concrètement tous les règlements avec l extérieur passe par des organes d Etat qui déterminent le cours du change en fonction de ses intérêts. Ce système de «blocs monétaires» est l archétype de l économie administrée. On distingue le bloc reichsmark dès 1931, le bloc yen en 1932, le bloc rouble en

17 Annexe : Compléments sur les politiques économiques (L intervention de l Etat en France et le Front populaire) en liaison avec le cours sur le SMI Durant la décennie , la France connaît une progression économique remarquable, même si elle traverse des secousses politique et monétaire importantes. La France n est touchée que relativement tardivement par la crise de 1929 vers Sur le plan politique, la décennie est marquée par la création du front populaire et par une politique structurelle d une assez grande ampleur. A) Le contexte des années 30 En plus de la crise externe (tous les pays développés sont touchés) s ajoute des problèmes internes et spécifiques. Les trois bonnes récoltes de 1932, 33, 34, provoquent une baisse des prix agricoles importantes (-60%) (le blé) mais aussi le lait, et le vin. Or, la France est encore un pays mi-rural, mi-industriel et toute baisse de revenu dans le secteur primaire se répercute dans le secteur secondaire. Si la contraction mondiale touche la production industrielle des industrie de la première révolution industrielle (charbon, textile, acier) les industrie de la seconde révolution industrielle (électricité, aluminium) sont moins touchées, voire épargnée : l industrie du raffinage poursuit une expansion rapide. Mais, au total la contraction de l activité industrielle est réelle et se répercute par une diminution des matières premières transportées, ce qui met, par contagion, l industrie du transport en difficulté : la Compagnie générale aéropostale fait faillite en L Etat intervient pour imposer la fusion des 4 compagnies aériennes et le rachat de l Aéropostale par celles-ci. C est ainsi que naît Air France. Les compagnies ferroviaires deviennent déficitaire en 1932, ouvrant la voie aux subventions puis à la nationalisation des chemins de fer avec la création de la SNCF en Sur le plan monétaire, fin juin 1933, à la Conférence de Londres, la France regroupe autour d'elle les Etats qui ont pu respecter les principes fixés à Gênes en 1922 et qui préconisent un retour à la convertibilité en or des principales monnaies aux parités de Ces Etats (la France et son empire, la Belgique et le Luxembourg, les Pays-Bas, la Suisse, (l'italie, la Pologne) constituent le «bloc or». Tous ces pays semblent en position forte au début de la grande crise. Le maintien de la convertibilité en métal précieux fait apparaître les monnaies du bloc or comme des monnaies solides et les capitaux extérieurs, fuyant l'allemagne et le Royaume-Uni en 1931 et États-Unis en 1933 affluent. Mais dans le même temps, si les capitaux affluent à partir de 1931 de sérieuses difficultés apparaissent. Avec les fortes baisses de la livre sterling puis du dollar sur les marchés des changes, les monnaies du bloc or sont des monnaies chères et la compétitivité prix de ces pays menacé. Les balances commerciales deviennent déficitaires Au final, le chômage inexistant en 1930, se développe : Une politique de grand travaux est lancé sous le ministère André Tardieu (plan d Adrien Marquet, ministre du travail ) 4 La Société nationale des chemins de fer (S.N.C.F.) avait été créée alors pour quarante-cinq ans; elle avait le statut d une société d économie mixte dans laquelle l État détenait la majorité. 17

18 Le plan Marquet (1934) est un des rares programmes de grands travaux pour lutter contre le chômage lié à la crise économique. grand Canal d Alsace, fortification de la ligne (André) Maginot) C'est donc avant le Front populaire qu'un début d' «économie mixte» prend naissance même si globalement il n y a pas de politique d ensemble. B) La naissance du front populaire (1935) La querelle entre les communistes et les socialistes, (Staline faisait une distinction entre les ennemis déclarés (les bourgeois), et les ennemis camouflés (les socialistes),) s estompe en 1934 sous l influence de la pression croissante qu exerce la montée du fascisme en Europe : Allemagne (A.Hitler), Italie (B.Mussolini), Espagne (Franco). En Occident, le Front populaire est né (sous le nom officiel de Rassemblement populaire) quand plusieurs dizaines d organisations françaises de toute nature, répondent à un appel lancé par le mouvement communisant d Amsterdam-Pleyel, en Le Front populaire est donc une coalition qui, unissant les forces de gauche et d extrême gauche, se donne comme but de défendre les libertés démocratiques contre les menaces des «groupements fascistes». Le 14 juillet 1935, conçu pour une journée de rassemblement, le Front populaire décida de se donner des structures permanentes. C) L étrange déflation de Pierre Laval (1935) Face au manque de compétitivité, les gouvernement réagissent en pratiquant des politiques déflationnistes : Par exemple, sous la Présidence de Albert Lebrun, Pierre Laval est appelé à prendre la tête du gouvernement et commencera une politique de déflation en juin Cela ressemble aux politiques menées dans la zone euro depuis réduction générale de 10% de toutes les dépenses publiques (salaires et dettes') fortes taxes sur les valeurs mobilières et augmentation de l'impôt sur le revenu Baisse autoritaires de nombreux prix (environ 10% sur le gaz, l'électricité etc..') Baisse de 10% des loyers Face à cette série de mesure, on devait s attendre à une baisse des prix. Ce fut effectivement le cas en juillet, mais, Alfred Sauvy rappel que dès le mois d août 1935, les prix commencèrent à remonter (surtout les prix à la consommation). L activité économique suivit ce mouvement de août 1935 à mai 1936 : 6 % dans le bâtiment, 7% dans la sidérurgie, 9 % dans le secteur gaz-électricité, 10% dans le textile. On enregistre aussi une baisse du nombre de faillites et de liquidation judiciaire. Les ventes de voitures neuves augmentent de 9% et celles de camion neuf de 7%. Le chômage est freiné, et le temps de travail augmente (de 44 h à 45,5 h en moyenne). Alfred Sauvy estime que cela correspond, au total, à une croissance du revenu de 5%. Sauvy attribue ce résultat si contraire aux attentes à un effet de création monétaire discret (faire escompter par la Banque de France des bons du Trésor) que Pierre Etienne Flandin (le chef du gouvernement précédent celui de Laval) avait mis en oeuvre. Autrement dit, une politique monétaire accommodante avait contrebalancé une politique budgétaire restrictive, ce que justement, on ne peut pas faire dans la zone euro! Mais, cette reprise économique ne fut pas perçue. Pire, elle fut à l origine de tensions inflationnistes ce qui aggravait la différence entre les prix français et étrangers. Aussi cette méconnaissance de la reprise (y compris de la part de Laval lui-même) accéléra le processus débuté en février 1934, a savoir, l essor du front populaire (et la chute du gouvernement Laval en janvier 36). 18

19 D) Le programme du front populaire et les conséquences des accords de Matignon (juin 1936) Adopté et publié en janvier 1936, après de laborieuses discussions, le programme du Front populaire apparaissait comme un catalogue de revendications. Le front populaire fut élu en avril 1936, et aboutissait ainsi à un gouvernement à direction socialiste dirigé par Léon Blum. Il n entrait pas dans les intentions de ce dernier de s en servir pour une action révolutionnaire. À maintes reprises, il avait expliqué que l exercice du pouvoir ne devait pas, en de telles circonstances, entraîner de «vacances de légalité». Mais, au cours du mois qui s écoule avant la formation du nouveau gouvernement, surgit, inattendue, une grande vague de grèves dans le secteur privé, avec occupation des lieux de travail. Elle surprend les dirigeants de la C.G.T. (maintenant réunifiée avec la C.G.T.U.) et inquiète Léon Blum. Ne risque-t-elle pas, à la fois, de rejeter les radicaux et les classes moyennes vers la droite et d affaiblir la France en face de l Allemagne hitlérienne? Le mouvement s apaise peu à peu lorsque les accords Matignon, conclus le 7 juin 1936, accordent aux travailleurs des satisfactions qui vont plus loin que le programme du Front populaire: augmentations de salaires (15%), semaine de quarante heures (contre 48), deux semaines de congés payés, généralisation des conventions collectives, élection de délégués du personnel. Toutes ces mesures devront être mises en place pour le mois de novembre 36. Pour les militants syndicaux, c était la fin du patronat de droit divin. Des minorités ardentes auraient souhaité davantage. Pour que le travail reprenne, Maurice Thorez doit déclarer qu il faut savoir terminer une grève (11 juin). Considérées comme des avancées sociales significatives, les décisions se font dans l urgence afin d éviter peut-être le pire : une guerre civile? une crise de régime? dans la précipitation aucune étude préalable ne fut faite pour en évaluer les conséquences. D après Alfred Sauvy les conséquences furent dramatiques, ou en tout non conformes aux effets escomptés. Les 15% d augmentations de salaire viennent s ajouter à hausses réelles des salaires (10%) : la baisse nominal des salaires fut inférieure à la baisse des prix durant les années 30! D où des tensions inflationnistes déjà à l œuvre. En ce qui concerne l octroi de la semaine de 40 heures Sauvy la juge désastreuse. Voici son raisonnement : 52 semaines de 48 heures = 2496 heures de travail annuels Si deux semaines de congés payés (avec 48h/semaine) = 48 * 50 = 2400 Si pas de congés payés (avec 40h/semaine) = 40 * 52 = 2080 Donc la seconde mesure (la baisse hebdomadaire du travail) est 4 fois plus coûteuse que les congés payés. La semaine de 40h équivaut à 2 mois de congés payés! Personne n aurait osé proposer une telle mesure si elle avait été ainsi présentée! Ces mesures provoquèrent une baisse du franc car le gouvernement s'étant refusé à établir le contrôle des changes (mesure qui ressemble trop à la politique nazis..). L'encaisse or de la Banque de France fléchit dangereusement. La dévaluation (solution dont Blum ne voulait pas entendre parler) devient inéluctable. Elle est décidée le 25 septembre et le 01 octobre 1936 la convertibilité en or est suspendue. Notons que la dévaluation, c'est justement ce que l'on ne peut plus faire dans la zone euro! Dommage, car cette décision se traduit par une reprise dans tous les domaines : la production industrielle remonte de 12 % en trois mois. Le chômage baisse rapidement (-20%). La durée effective du travail augmente de mois en mois, ce qui traduit une reprise de l'offre globale devant à terme entraîner une détente sur les prix (l'inflation est encore vivace sous l'effet des importations et de la majoration des salaires). 19

20 Mais cette reprise passe inaperçus. Les décideurs, des juristes, des littéraires, n'ont pas les compétences pour interpréter les statistiques (tenues à l'époque par la Statistique Générale). Quant aux économistes, A.Sauvy les accusent de ne pas savoir observer les faits et de rester perdus dans les théories. La seule information qu'ait eut Léon Blum fut celle du chômage, mais les chiffres données n'étant pas désaisonnalisés il ne vit pas que leur nombre était en baisse réelle. Or la législation sur le temps de travail va empêcher la reprise. Alfred Sauvy écrit ainsi : «En octobre-décembre 1936, Léon Blum a brisé une grande reprise économique ( ) en réduisant de façon rigide la durée du travail» 5. Il ajoute : «Blum ne connaissait ni la durée effective du travail dans les usines, ni l étendue du chômage» Plus tard dans un autre ouvrage intitulé : de la rumeur à l histoire (Ed.Dunod) a la question «pourquoi Léon Blum ignore-t-il cette victoire? «Sauvy répond «il ne connaît que la rumeur, y compris la presse qui ne transmet que des doléances, et il n au autour de lui que des juristes et des littéraires» En Juillet 37 une nouvelle dévaluation a lieu. Les dangers de guerre accentuent les fuites de capitaux. Les mesures de redressement demandées par un second ministère Blum et comportant notamment un impôt sur le capital et une nouvelle dévaluation accompagnée d'un contrôle des changes étant refusées par les radicaux, c'est l'éclatement de la coalition de Front Populaire et la formation d'un gouvernement Daladier appuyé par les radicaux et la droite. Au final Sauve précise que en 1938 la production industrielle est plus basse qu'en Selon Sauvy la cause principale provient de la réduction du temps de travail. Pour la plupart des observateurs et des décideurs politiques la Grande Crise montre que l'on ne peut plus avoir une confiance totale et aveugle dans le laissez-faire et dans la libre concurrence. De nouveaux besoins se font sentir : réglementer l'activité des banques, agir sur la conjoncture, posséder des instruments d'observation et de connaissance. Les manifestations de cet interventionnisme au cours des années 1930 sont variées : nationalisations partielles en France, contrôle des orientations de la production en Allemagne, régulation des quantités produites et des prix sur les marchés agricoles à l'image de l'onib (Office national interprofessionnel du blé, ancêtre de l'onic) créé en 1936, contrôle du crédit et du système bancaire aux États-Unis, etc. Des politiques comme le New Deal ou le Front populaire inaugurent une série d'interventions accrues et une nouvelle régulation de l'activité économique par l'état qui mettent fin au capitalisme libéral traditionnel. 5 Histoire économique de la France entre les deux guerres, Ed Fayard p

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Le financement de l'économie

Le financement de l'économie Le financement de l'économie I - La Banque de France La Banque de France est la Banque centrale, ou Banque des banques. Elle émet de billets : c'est une banque d'émission. Elle effectue toutes les opérations

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international Les échanges Internationaux L environnement monétaire international Caractéristiques du système monétaire international (SMI) SMI : structure mondiale de relations commerciales et financières au sein desquelles

Plus en détail

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE Chapitre 4 MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE SECTION 1 : Qu'est ce que la monnaie? I Definition Deux definitions sont communement admises : - La monnaie est définie comme l ensemble

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

convention acceptée par tout le monde. Ce multiplication des biens et des acteurs de permet l échange de 2 produits.

convention acceptée par tout le monde. Ce multiplication des biens et des acteurs de permet l échange de 2 produits. Thème : Monnaie et création monétaire Le troc Pour que l échange se réalise, il faut une convention acceptée par tout le monde. Ce fut tout d abord le troc qui, devant la multiplication des biens et des

Plus en détail

Dettes. emprunts. intérêts

Dettes. emprunts. intérêts Dettes emprunts intérêts 1 A qui emprunte les Etats pour financer leur dette? 2 possibilités : La monétisation directe, une situation où la Banque Centrale achète et met sur son bilan des quantités importantes

Plus en détail

4.1.1. Le régime de l étalon-or (1879-1933)

4.1.1. Le régime de l étalon-or (1879-1933) 4.1.1. Le régime de l étalon-or (1879-1933) «L âge d or» (1879-1914) Introduction Pendant des siècles, les échanges commerciaux intérieurs et internationaux se sont réglés en métaux précieux. Jusqu'à la

Plus en détail

14. Les concepts de base d une économie ouverte

14. Les concepts de base d une économie ouverte 14. Les concepts de base d une économie ouverte Jusqu ici, hypothèse simplificatrice d une économie fermée. Economie fermée : économie sans rapport économique avec les autres pays pas d exportations, pas

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Chapitre 2 : l économie monétaire

Chapitre 2 : l économie monétaire Chapitre 2 : l économie monétaire Controverse sur la monnaie entre courants de pensée : neutre ou active Peut-on se servir de la monnaie pour absorber les déséquilibres de l économie réelle? Dématérialisation

Plus en détail

LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE

LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE Une économie nationale est confrontée en permanence au problème du financement de l activité de tous les agents qui la composent. Son fonctionnement

Plus en détail

Endettement, Reichsbank et course à la guerre 1933-1939

Endettement, Reichsbank et course à la guerre 1933-1939 Endettement, Reichsbank et course à la guerre 1933-1939 Frédéric Clavert UNIL Atelier «La dette publique. Instrument de pouvoir dans les relations internationales» Université François Rabelais Introduction

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc :

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc : Introduction : Il faut savoir que le choix du régime de change revêt une grande importance. Il doit s engager sur des règles de politique économique et être cohérent avec les politiques monétaire et budgétaire.

Plus en détail

14. Demande Agrégée Extérieure

14. Demande Agrégée Extérieure 14. Demande Agrégée Extérieure Remarque : Afin de simplifier les calculs et de se focaliser sur les concepts propres à cette séance, nous supposerons tout au long de celle-ci que PNB = Y (c est-à-dire

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

Economie monétaire et financière Résumé du cours de Mr. EL KHIYARI

Economie monétaire et financière Résumé du cours de Mr. EL KHIYARI 2012 2013 Economie monétaire et financière Résumé du cours de Mr. EL KHIYARI Dans ce document, vous trouverez les points les plus importants du cours du 3ème semestre avec quelques exemples. Chapitre N

Plus en détail

La suspension de l étalon-or au Canada

La suspension de l étalon-or au Canada La suspension de l étalon-or au Canada (1914-1926) Canada, obligation de la Victoire de 100 dollars, 1915 Cette émission d obligations témoigne du fait que le Canada était arrivé à maturité sur le plan

Plus en détail

Mécanismes monétaires et financiers

Mécanismes monétaires et financiers Mécanismes monétaires et financiers Département IG, 1ère année (IG3) Polytech Montpellier Cours et TD : Marie MUSARD-GIES Introduction au cours (1/2) Marchés financiers (cf cours économie) Plus grande

Plus en détail

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour les deux premiers

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES. Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN

SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES. Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN Université d Auvergne, Clermont I Faculté de Sciences économiques et de gestion 2 ème année de DEUG Cours de Mr Diemer Arnaud SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Le dollar canadien sous le régime de l étalon-or

Le dollar canadien sous le régime de l étalon-or Canada, pièce de 10 dollars, 1912 Terre-Neuve émit des pièces en or dès 1865, mais le Dominion du Canada ne fit de même que de 1912 à 1914, lorsque la nouvelle succursale d Ottawa de la Monnaie royale

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE PREMIÈRE SECTION : VRAI OU FAUX Question 1.1 Si le taux d intérêt canadien augmente, la demande d actifs canadiens diminue. Question 1.2 Si le dollar canadien s

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

DOMAINE : économie et gestion comptable

DOMAINE : économie et gestion comptable CONCOURS DE L'AGREGATION INTERNE «ECONOMIE ET GESTION» SESSION 2002 EPREUVE PORTANT SUR LES TECHNIQUES DE GESTION ET COMPORTANT DES ASPECTS PEDAGOGIQUES DOMAINE : économie et gestion comptable Durée de

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI Balance des paiements & Taux de change R. Katshingu 1 Objectifs d apprentissage A.- La Balance des paiements (BP) 1. Définition et importance de la BP 2. Composition

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Chapitre 4 Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Introduction modèle keynésien : on suppose que les prix sont fixes quand la production augmente, tant que l on ne dépasse pas le revenu

Plus en détail

À la recherche de la sécurité collective, "conciliation, arbitrage, paix"

À la recherche de la sécurité collective, conciliation, arbitrage, paix À la recherche de la sécurité collective, "conciliation, arbitrage, paix" Après 1925 et le règlement du problème des réparations allemandes, avec également le retour de la prospérité économique, c'est

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire?

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? La banque centrale surveille la liquidité bancaire, puisque le système bancaire dans sa globalité peut manquer de liquidité. En fin de journée, les

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Le rôle de la monnaie Toute la théorie keynésienne repose sur la prise en compte de l'existence de la monnaie. Si la monnaie n'existait pas, les ménages devraient

Plus en détail

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse 1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse Introduction La balance des paiements est un moyen d'analyse économique de premier plan. Elle permet d'appréhender la totalité des échanges de la France

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance

Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance Dominique Plihon Alternatives Economiques Hors-série n 105 - avril 2015 Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance Depuis trois décennies, les marchés financiers connaissent une montée en

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Avant-propos Introduction. Première partie

Avant-propos Introduction. Première partie 9782100533015-Delap-tdm.qxd 12/08/09 7:41 Page V Table des matières Avant-propos Introduction XI XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)»

Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)» Département fédéral des finances DFF Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)» Etat: septembre 2014 Questions et réponses Que demande l initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative

Plus en détail

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte?

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Eléments de correction Khôlle n 10 A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Une remarque en intro : j ai volontairement rédigé une seconde partie qui s

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

MAEE - Préparation au concours interne SAE Economie internationale D. Glaymann (Université Paris-Est), 2010-2011 1. 1. Les formes de monnaie

MAEE - Préparation au concours interne SAE Economie internationale D. Glaymann (Université Paris-Est), 2010-2011 1. 1. Les formes de monnaie 1. Les formes de monnaie Source : M. Rubinstein, Le Journal de Yaël Koppman, Sabine Wiespeser éditeur, 2007 D. Glaymann (Université Paris-Est), 2010-2011 1 Elle permet d effectuer un paiement immédiat

Plus en détail

Quel est le "bon" système de Bretton-Woods?

Quel est le bon système de Bretton-Woods? aoűt 9 - N 359 Quel est le "bon" système de Bretton-Woods? Le Système Monétaire International de Bretton-Woods "normal" est un système où le pays dont la monnaie s'affaiblit doit passer à une politique

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Monnaie et Inflation YVES GUILLOTIN

Monnaie et Inflation YVES GUILLOTIN Monnaie et Inflation YVES GUILLOTIN Table des matières Introduction 5 I - La monnaie 7 A. Qu'est ce que la monnaie?...7 B. La quantité de monnaie en France en 2013...7 C. La création de monnaie...8 II

Plus en détail

La valeur de l euro par rapport au dollar et les marchés d actifs financiers et monétaires

La valeur de l euro par rapport au dollar et les marchés d actifs financiers et monétaires La valeur de l euro par rapport au dollar et les marchés d actifs financiers et monétaires Gilbert Koenig. L évolution de la valeur de l euro par rapport au dollar depuis 1999 semble déconnectée des «fondamentaux»

Plus en détail

CHAPITRE 2 LE TAUX DE CHANGE

CHAPITRE 2 LE TAUX DE CHANGE CHAPITRE 2 LE TAUX DE CHANGE 2 1 L origine des opérations de change : Le change est l'acte par lequel on échange deux monnaies différentes. Ces monnaies peuvent être celle d un pays ou d un ensemble de

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

Les institutions financières : Première partie : La monnaie

Les institutions financières : Première partie : La monnaie Les institutions financières : Première partie : La monnaie 1. La monnaie : Définition. La monnaie (ou la masse monétaire) est l ensemble des moyens de payements dont disposent les agents économiques pour

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 13 août 2010 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 La Banque nationale

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Recommandation 1 Le Comité recommande la présentation en 2005 d un projet de loi qui créerait une nouvelle entité de l État appelée la Commission de l assurance-emploi. Cette

Plus en détail

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Que dit le Traité de Rome en matière monétaire? Pas de propos très détaillés. Ce qui est mentionné, c est l ambition de créer une aire régionale

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail