Le cortex cérébral et la plasticité du SNC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le cortex cérébral et la plasticité du SNC"

Transcription

1 1 CHAPITRE D Le cortex cérébral et la plasticité du SNC

2 2 Les précédents chapitres nous ont permis de constater que le SN est organisé comme un réseau très complexe de neurones, au sein duquel circulent des messages nerveux. Ce chapitre va préciser l organisation du cortex cérébral, sensoriel en particulier. Problématique : Quelles régions du cortex cérébral reçoivent les informations sensorielles émises par les récepteurs périphériques? Quelle est l organisation fine du cortex sensoriel? Est-ce que l édification du réseau complexe de neurones est entiérement déterminée par les gènes ou, comme nous avons pu le voir dans les chapitres précédents, cette part de notre phénotype est-elle influencée par l environnement? Est-ce que ce réseau est établi une fois pour toutes ou peut-il être remodelé au cours de la vie? 1. Le cortex cérébral reçoit les informations sensorielles a) Présentation du cortex cérébral Comme son nom l indique, le cortex cérébral fait partie du cerveau. Le cortex cérébral est creusé de sillons plus ou moins profonds et il présente également des replis qui permettent d en augmenter la surface (et donc d augmenter le nombre de neurones). Parmi les sillons qui le creusent, 3 sillons principaux, les scissures divisent le cortex en 4 lobes (Document 49). Des observations anciennes (les guerres) et des techniques d étude plus récentes (tomographie par émission de positons, imagerie par résonance magnétique) ont permis de mettre en évidence une structure en aires spécialisées du cortex cérébral appelées aires corticales (Documents 50 et 50 ). L organisation générale permet de reconnaître des aires primaires, sensitives ou motrices, et des aires associatives. Les aires primaires sont celles qui reçoivent les informations sensorielles issues de la périphérie d où partent les messages moteurs en direction des effecteurs périphériques. Les aires d association sont impliquées dans des mécanismes plus complexes de préparation des mouvements ou encore de reconnaissance des sons, des objets, Ainsi, on peut identifier une aire motrice primaire et une aire d association motrice dans le lobe frontal, une aire de la sensibilité corporelle (aire somatosensitive) et une aire d association somatosensitive dans le lobe pariétal. Il est à noter que l hémisphère cérébral droit reçoit les informations sensorielles issues de la moitié gauche du corps. De même, il commande les muscles de la moitié gauche de l organisme. C est l inverse pour l hémisphère gauche. Le SN est dit croisé. On constate que cette organisation en aires cérbrales spécialisée est caractéristique d une espèce (et même de groupes plus vastes). Il y a, dans cette organisation, une composante génétique.

3 3 Intéressons nous à l aire somatosensorielle. b) L exemple de l aire somatosensorielle. La somesthésie : sensibilité du corps autre que visuelle, auditive, gustative, olfactive. Elle recouvre la sensibilité tactile, thermique et douloureuse. Ces sensations conscientes sont provoquées par la stimulation de récepteurs sensoriels superficiels (au niveau de la peau) ou profonds. Les voies nerveuses somesthésiques acheminent les messages nerveux depuis les récepteurs sensoriels jusqu au cortex. La zone d arrivée des messages correspond à l aire somatosensorielle, cette zone est impliquée dans le traitement des informations somesthésiques (informations tactiles) (Document 50 ). Comme toutes les aires corticales, elle comporte : - une aire de projection (dans la circonvolution cérébrale située juste à l arrière du sillon de Rolando) qui correspond aux points d arrivée des messages provenant des différentes parties du corps ; - une aire d association qui assure la connexion de l aire de projection avec de nombreuses autres régions de l encéphale. Cette aire somatosensorielle est localisée dans le lobe pariétal. L aire somatosensorielle présente une organisation précise de ses neurones. Ceux-ci sont disposés de telle façon qu ils forment, à la surface du cortex sensitif, une véritable cartographie des territoires corporels dont ils reçoivent les informations. On a pu établir une cartographie précise de l aire de projection, elle est appelée «homunculus» ou homuncule par les neurochirurgiens (Document 51) : les différentes régions du corps ne sont pas représentées selon leurs proportions anatomiques. L étendue de la représentation corticale d une région du corps n est pas liée à sa superficie réelle mais à la densité des terminaisons sensorielles (= récepteurs sensoriels) qui existent dans cette partie du corps. Ainsi, sur l homuncule sensitif, la main a une taille supérieure au tronc ou à la cuisse, le pouce à lui seul représente plus que le pied. Cette représentation est évidemment liée à la précision de la sensibilité du territoire concerné. La main, ayant plus de neurones sensitifs associés que le pied, a également une sensibilité plus importante. Au sein d une espèce, chaque individu présente la même organisation. Par contre, cela peut considérablement varier d une espèce à une autre. Par exemple, chez le singe, la projection du pied est presque aussi grande que celle de la main ; chez le rat, c est la projection des vibrisses qui occupe la majeure partie de l aire somatosensorielle car chez cet animal nocturne, les «moustaches» sont les organes des sens les plus utilisés. Le cortex cérébral est formé d un réseau de neurones interconnectés de façon complexe. En réalité, il existe une remarquable organisation de ces neurones dans le cortex. Que sait-on de cette organisation?

4 4 2. L organisation du cortex sensoriel a) Six couches de neurones dans le cortex. Le cortex cérébral est épais de 2 à 4 mm et renferme quelques 100 milliards de neurones. L observation microscopique de coupes de cortex montre que les neurones y sont répartis en six couches superposées, conventionnellement numérotées de I à VI en allant de la surface vers la profondeur (Document 52). Un type de neurones domine numériquement tous les autres : ce sont les neurones pyramidaux. b) Une organisation «en colonnes» du cortex sensoriel. Au début des années 60, un neurophysiologiste américain, Mountcastle, découvre une organisation remarquable du cortex somatosensoriel chez le chat et le singe. En descendant une microélectrode perpendiculairement à la surface du cortex, il constate que toutes les cellules rencontrées répondent à des stimulations mécaniques de même type, appliquées au même endroit de la surface du corps mais qu elles ne répondent par pour des stimulations appliquées dans des régions voisines. Par ailleurs, le marquage des fibres qui apportent au cortex des informations sensorielles montre que ces fibres aboutissent toutes dans la couche IV qui constitue en quelque sorte la «porte d entrée» du cortex. Quel est la part du génotype dans le fonctionnement du SN? 3. La part du génotype dans le fonctionnement du SN a) L exemple du réflexe myotatique Nous avons étudié le réflexe myotatique. On constate que la chaîne de neurones qui intervient est toujours organisée de la même façon. On dit admettre qu elle est mise en place au cours du développement embryonnaire sous le contrôle de l information génétique. b) D autres preuves Chez l Homme, l étude de maladies rares, comme certaines formes d insensibilité congénitale à la douleur, a montré que les troubles sont d origine génétique. Il s agit d une mutatiion qui empêche la croissance de fibres sensorielles assurant la transmission des messages douloureux (voir exercice) La chaîne de neurones est donc mise en place au cours du développement embryonnaire sous le contrôle de l information génétique. La part du génotype est prédominante au niveau de la ME et sauf maladie génétique, il n y a pas de variation du circuit neuronale. Au niveau de l encéphale, même si la structure générale est toujours la même, on constate des différences dans la répartition des aires corticales entre les individus et même entre de vrais jumeaux. Un facteur non génétique est capable de moduler les réseaux neuronaux. On a montré un remodelage des réseaux neuroniques.

5 5 4. Contrôle environnemental L influence de l environnement prédomine au niveau du cortex, on parle de plasticité. La plasticité cérébrale est l aptitude d un tissu à se réorganiser, se modifier et voire même se reconstituer. a) Plasticité structurale (ou plasticité synaptique) chez le jeune Expérience : On supprime dès la naissance les vibrisses des souriceaux. On constate qu il n y a plus d aire de projection associée aux vibrisses et les aires de projection associées aux vibrisses intactes vont envahir l espace laissé vacant par les autres. L envahissement est proportionnel à leurs utilisations. Une période précoce (après la naissance) de la vie appelée période critique est marquée par une très grande plasticité cérébrale où les connexions stimulées sont maintenues et où les cellules ne recevant pas d influx sont éliminées. Remarque : l embryon a beaucoup plus de connexions qu il n en utilisera à l âge adulte b) Plasticité structurale chez l adulte Chez l adulte, les réseaux neuronaux ne sont pas définitifs et peuvent être modelés. Exemples : Document 53 Si, chez l animal, on enlève un organe, on observe une réaffectation de l aire de projection adjacente. Par exemple, si chez un singe hibou, on coupe le doigt 3, les neurones de l aire somatosensorielle qui, avant l amputation, répondaient aux stimulations du doigt 3, répondent maintement aux stimulations des doigts 2 ou 4. Lorsqu un enfant présente un strabisme (il louche) ou lorsqu il présente un léger dfaut de vision, il utilise fréquemment un seul œil. L œil «délaissé» risque de devenir moins fonctionnelle, non par une altération de l œil lui-même, l origine étant à rechercher dans le cortex visuel. Citons l exemple des musiciens pratiquant un instrument à cordes. Ces personnes sollicitent plus que les autres les doigts de la main gauche. La comparaison d individus témoins ne pratiquant par d instrument à cordes et les musiciens montre que ces derniers présentent une organisation corticale gauche légérement différente. A l heure actuelle, ces remodelages sont expliqués par une modification de la quantité et de la «force» des connexions synaptiques entre les neurones. Ces mécanismes témoignant d une plasticité neuronale. Conclusion : Le développement en réseaux du SN est donc sous la double dépendance des gènes et de l environnement. Il existe un déterminisme génétique mais également une plasticité cérébrale ou neuroplasticité qui représente l aptitude du système nerveux à modifier son organisation et son fonctionnement en fonction de l influence de l environnement (l apprentissage et/ou les expériences personnelles). Cette plasticité diminue avec l âge. Les interactions permanentes entre l environnement et le phénotype sont à l origine de l identité biologique de l individu.

CHAPITRE 16 LE CORTEX SENSORIEL ET LA PLASTICITÉ DU SYSTÈME NERVEUX CENTRAL

CHAPITRE 16 LE CORTEX SENSORIEL ET LA PLASTICITÉ DU SYSTÈME NERVEUX CENTRAL CHAPITRE 16 LE CORTEX SENSORIEL ET LA PLASTICITÉ DU SYSTÈME NERVEUX CENTRAL Malgré la mise en place d un plan d organisation du système nerveux commun à tous les vertébrés (2 nd ) et le contrôle génétique

Plus en détail

2.1. Le trajet des messages nerveux visuels

2.1. Le trajet des messages nerveux visuels . (cf. 1..1.) .1. Le trajet des messages nerveux visuels Activités à 6 pages 0 et 1 Avant Hémisphère gauche Arrière Exemple de technique d imagerie médicale fonctionnelle (ex : scintigraphie) : on «voit»

Plus en détail

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois :

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : De recueillir des informations en provenance de l environnement et des structures

Plus en détail

LES NEURONES : APPROCHES

LES NEURONES : APPROCHES LES NEURONES : APPROCHES STRUCTURELLE ET FONCTIONNELLE I Généralités Un neurone est une cellule dite «excitable» qui est la brique élémentaire du systèm nerveux. Ces cellules possèdent deux propriétés

Plus en détail

TRAITEMENT DE L INFORMATION SENSORIELLE : PRINCIPES GENERAUX. Plan du cours I ORGANISATION GENERALE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL

TRAITEMENT DE L INFORMATION SENSORIELLE : PRINCIPES GENERAUX. Plan du cours I ORGANISATION GENERALE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL TRAITEMENT DE L INFORMATION SENSORIELLE : PRINCIPES GENERAUX Plan du cours I ORGANISATION GENERALE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL 1. Principe général du fonctionnement cérébral 2. Notions de base en physiologie

Plus en détail

LA SOMESTHESIE : SENSIBILITES TACTILE, THERMIQUE ET DOULOUREUSE. Plan du cours. B/ Sensibilité différentielle de la surface du corps

LA SOMESTHESIE : SENSIBILITES TACTILE, THERMIQUE ET DOULOUREUSE. Plan du cours. B/ Sensibilité différentielle de la surface du corps LA SOMESTHESIE : SENSIBILITES TACTILE, THERMIQUE ET DOULOUREUSE Plan du cours I LA SENSIBILITE TACTILE A/ Les mécanorécepteurs B/ Sensibilité différentielle de la surface du corps C/ Les voies somesthésiques

Plus en détail

Thème 3C de l œil au cerveau: quelques aspects de la vision. Chapitre 2 : cerveau et vision: aires cérébrales et plasticité

Thème 3C de l œil au cerveau: quelques aspects de la vision. Chapitre 2 : cerveau et vision: aires cérébrales et plasticité Thème 3C de l œil au cerveau: quelques aspects de la vision Chapitre 2 : cerveau et vision: aires cérébrales et plasticité Le message nerveux généré au niveau de la rétine est conduit jusqu'au cerveau.

Plus en détail

Chapitre 2 : De la rétine au cerveau

Chapitre 2 : De la rétine au cerveau Chapitre 2 : De la rétine au cerveau Document illusions d optique Les illusions d'optique nous montrent que l'image que nous percevons ne correspond pas toujours à la réalité. En fait, l'œil reçoit les

Plus en détail

Douleur = perception pénible d une stimulation sensitive. Nociception = processus sensoriel à l'origine du message nerveux qui provoque la douleur

Douleur = perception pénible d une stimulation sensitive. Nociception = processus sensoriel à l'origine du message nerveux qui provoque la douleur Page1 Dr CAILLOCE Prépa IADE 2009 Les voies de la douleur La douleur est une impression anormale et pénible reçue par une partie vivante et perçue par le cerveau. C'est une expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

THEME 1 : REPRESENTATION VISUELLE. Chapitre 1 : De l oeil au cerveau

THEME 1 : REPRESENTATION VISUELLE. Chapitre 1 : De l oeil au cerveau THEME 1 : REPRESENTATION VISUELLE Chapitre 1 : De l oeil au cerveau Introduction. I- L ORGANISATION DE L OEIL HUMAIN( TP1) 1) les milieux transparents de l oeil traversés par la lumière : Cornée Humeur

Plus en détail

Perception. Bases neurophysiologiques de la vision

Perception. Bases neurophysiologiques de la vision Perception Bases neurophysiologiques de la vision Anatomie de l œil Vaisseaux sanguins rétinaux Paupière Cornée Nerf optique Muscles extraocculaires Rétine Anatomie de l œil cornée Pupille Liquide aqueux

Plus en détail

Le logiciel EduAnatomist.

Le logiciel EduAnatomist. Le logiciel EduAnatomist. Les travaux de l équipe ACCES (Actualisation Continue des Connaissances des Enseignants en Sciences) de l INRP restent, hélas, largement méconnus des enseignants de SVT. Pourtant,

Plus en détail

Aide aux devoirs Les AVC

Aide aux devoirs Les AVC Le cerveau et les AVC Le cerveau est l organe le plus complexe de votre corps. Il commande tout ce que vous faites, pensez, ressentez et dites! Il possède plus de 100 milliards de cellules nerveuses spéciales

Plus en détail

TISSU NERVEUX. Sommaire : CELLULES - Histologie. CELLULES NERVEUSES - Anatomie - Physiologie. CELLULES GLIALES - Anatomie - Physiologie

TISSU NERVEUX. Sommaire : CELLULES - Histologie. CELLULES NERVEUSES - Anatomie - Physiologie. CELLULES GLIALES - Anatomie - Physiologie TISSU NERVEUX Sommaire : CELLULES - Histologie CELLULES NERVEUSES - Anatomie - Physiologie CELLULES GLIALES - Anatomie - Physiologie SUBSTANCE GRISE et BLANCHE - Anatomie - Physiologie NEURONES et NERFS

Plus en détail

Les Neurones Miroirs 1

Les Neurones Miroirs 1 Les Neurones Miroirs 1 Plan du Cours Action vs. Perception Théorie de la «théorie de l esprit» vs. Théorie de la simulation Données expérimentales sur l espace péripersonnel, l affordance et les neurones

Plus en détail

2 ème PARTIE : FONCTIONNEMENT DU SYSTEME NERVEUX

2 ème PARTIE : FONCTIONNEMENT DU SYSTEME NERVEUX 2 ème PARTIE : FONCTIONNEMENT DU SYSTEME NERVEUX INTRODUCTION cliquez : UNE ANIMATION POUR COMPRENDRE LE ROLE DES MUSCLES DANS LA MOUVEMENT Je ne donne pas de réponse à la 4/ car c'est votre hypothèse

Plus en détail

Chapitre 10 : la vision : de l œil au cerveau

Chapitre 10 : la vision : de l œil au cerveau Chapitre 10 : la vision : de l œil au cerveau A projeter : œil dans le règne animal L œil est un organe sensoriel spécialisé dans la perception visuelle. C est un organe des sens essentiel dans la mise

Plus en détail

Les Voies et Centres Visuels

Les Voies et Centres Visuels Les Voies et Centres Visuels La rétine projette vers des régions sous corticales du cerveau Les axones des neurones ganglionnaires rétiniens convergent vers les disques optiques où ils se myélinisent et

Plus en détail

Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels

Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels La rétine constitue l organe sensitif de l œil : c est elle qui capte les signaux lumineux et les transmet au cerveau

Plus en détail

Remerciements à Madame Françoise Jauzein, de l INRP, pour l aide précieuse qu elle a apporté.

Remerciements à Madame Françoise Jauzein, de l INRP, pour l aide précieuse qu elle a apporté. Pierre Breton, Professeur de SVT, formateur, Lycée Henri Wallon, Valenciennes Académie de Lille Utilisation du logiciel Eduanatomist EduAnatomist est un logiciel de visualisation d'images de neuroimagerie.

Plus en détail

HISTOLOGIE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL

HISTOLOGIE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL HISTOLOGIE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL 1 HISTOLOGIE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL Première partie: HISTOLOGIE DU TISSU NERVEUX CENTRAL 1) Les cellules du système nerveux (rappel!) 2) Les tissus nerveux (Histologie

Plus en détail

Module 2 L état clinique d une personne

Module 2 L état clinique d une personne Hospices Civils de Beaune Module 2 L état clinique d une personne Institut de formation d aides-soignants Promotion 2015-2016 Date : 30/10/15 Durée : 3h30 Anatomie-Physiologie Le système nerveux Les organes

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé. Dès que le

Plus en détail

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage.

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. L'apprentissage 1 Définitions a. Approche globale La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. Un apprentissage est l acquisition d un nouveau savoir. Dans la

Plus en détail

A- Exploiter des animations pour repérer une mutation et étudier son mécanisme de réparation.

A- Exploiter des animations pour repérer une mutation et étudier son mécanisme de réparation. THEME 1A : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Chapitre 2 : Variabilité Génétique et Mutation de l ADN TP-3-: Réparation de l ADN, mutations et polyallélisme Les mutations de l ADN

Plus en détail

Equipe ACCES Neurosciences

Equipe ACCES Neurosciences Equipe ACCES Neurosciences Programme de 1 ère S : Référentiel : Le cortex sensoriel et la plasticité du système nerveux central (illustration grâce { des images d activation du cortex somesthésique ou

Plus en détail

Thème 3B : Corps humain et santé Chapitre 1 : MOTRICITÉ VOLONTAIRE ET FONCTIONNEMENT CÉRÉBRAL

Thème 3B : Corps humain et santé Chapitre 1 : MOTRICITÉ VOLONTAIRE ET FONCTIONNEMENT CÉRÉBRAL Thème 3B : Corps humain et santé Chapitre 1 : MOTRICITÉ VOLONTAIRE ET FONCTIONNEMENT CÉRÉBRAL Le réflexe myotatique est un exemple de commande involontaire. La commande volontaire du mouvement fait, lui,

Plus en détail

BACCALAUREAT GENERAL «BLANC» SESSION 2014 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SERIES L ES

BACCALAUREAT GENERAL «BLANC» SESSION 2014 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SERIES L ES BACCALAUREAT GENERAL «BLANC» SESSION 2014 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SERIES L ES Durée de l épreuve : 1h 30 Coefficient 2 Ce sujet comporte 8 pages numérotées de 1 à 8. Le candidat traite chacune des parties

Plus en détail

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus I/ L alcool, ennemi du fœtus p2 II/ Les dommages causés par l alcool sur l embryon et le fœtus III/ L atteinte du système nerveux IV/ Les structures cérébrales

Plus en détail

RELATION A L ENVIRONNEMENT ET ACTIVITE NERVEUSE DUREE : 7 HEURES.

RELATION A L ENVIRONNEMENT ET ACTIVITE NERVEUSE DUREE : 7 HEURES. RELATION A L ENVIRONNEMENT ET ACTIVITE NERVEUSE DUREE : 7 HEURES. Comment l organisme réagit-il aux stimulations de son environnement? Séquence 1 Activité 1 : Réinvestir ses connaissances pour compléter

Plus en détail

Item 333 : Orientation diagnostique devant un strabisme de l'enfant

Item 333 : Orientation diagnostique devant un strabisme de l'enfant Item 333 : Orientation diagnostique devant un strabisme de l'enfant Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 I Phénomène moteur...4 II Phénomène sensoriel...4 III Dépistage du

Plus en détail

Thème 3B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse MOTRICITE ET FONCTIONNEMENT CEREBRAL Fiche sujet candidat (1/2)

Thème 3B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse MOTRICITE ET FONCTIONNEMENT CEREBRAL Fiche sujet candidat (1/2) Fiche sujet candidat (1/2) Mise en situation et recherche à mener Si le réflexe myotatique sert d'outil diagnostique pour identifier d'éventuelles anomalies du système neuromusculaire local (éventuelle

Plus en détail

Vision. Plan du cours

Vision. Plan du cours Plan du cours La rétine...2 La rétine : un véritable tissu nerveux... 2 Les deux types de récepteurs et leurs rôles : rétines centrale et périphérique... 3 Rappel sur le mécanisme de phototransduction...

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

S entraîner efficacement. Fred Grappe

S entraîner efficacement. Fred Grappe S entraîner efficacement Fred Grappe Programme d entraînement Gestion optimale des charges d entraînement Entraînement Compétitions Performance Caractéristiques de la charge d entraînement Elle est constituée

Plus en détail

Introduction aux Neurosciences Cognitives Licence 1 ère année de Psychologie S1UE1

Introduction aux Neurosciences Cognitives Licence 1 ère année de Psychologie S1UE1 Introduction aux Neurosciences Cognitives Licence 1 ère année de Psychologie S1UE1 Ce document est destiné aux étudiants en 1 ère année de Psychologie qui suivent l enseignement «Introduction aux Neurosciences

Plus en détail

- CHAPITRE 10 MOTRICITE VOLONTAIRE ET PLASTICITE CEREBRALE

- CHAPITRE 10 MOTRICITE VOLONTAIRE ET PLASTICITE CEREBRALE ATTENTION : ENCADRE ROUGE = S A SAVOIR ABSOLUMENT + VOCABULAIRE A MAITRISER EN ORANGE Pb. Scientifique général du CHAP. 10 : Comment les mouvements volontaires sont-ils contrôlés? - CHAPITRE 10 MOTRICITE

Plus en détail

ANATOMIE (30 points) Toute légende est à reporter dans l ordre numérique.

ANATOMIE (30 points) Toute légende est à reporter dans l ordre numérique. SESSION 2002 ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE HUMAINES Durée : 4 heures Coefficient : 3 (Anatomie : 1.5 et physiologie : 1.5) 1- La région abdominale (15 points) L usage de la calculatrice est interdite ANATOMIE

Plus en détail

CORRIGE partie I sur 8 points : le réflexe myotatique. Outil de détermination de note. 1 Synthèse réussie Synthèse maladroite Pas de synthèse

CORRIGE partie I sur 8 points : le réflexe myotatique. Outil de détermination de note. 1 Synthèse réussie Synthèse maladroite Pas de synthèse CORRIGE partie I sur 8 points : le réflexe myotatique Cas général Outil de détermination de note 1 Synthèse réussie Synthèse maladroite Pas de synthèse 2 Eléments scientifiques suffisants Eléments scientifiques

Plus en détail

Comment les rongeurs choisissent leurs aliments. Jean-Michel Michaux

Comment les rongeurs choisissent leurs aliments. Jean-Michel Michaux Comment les rongeurs choisissent leurs aliments Jean-Michel Michaux Comment les rongeurs choisissent leurs aliments Nécessité de mieux comprendre le comportement alimentaire du rongeur, Nombreux échecs

Plus en détail

Chapitre II Motricité, volonté et plasticité cérébrale

Chapitre II Motricité, volonté et plasticité cérébrale Chapitre II Motricité, volonté et plasticité cérébrale réflexe : contraction automatique et inconsciente de certains muscles mouvements volontaires : contractions liées à notre volonté 1 - I - La commande

Plus en détail

PARTIE 4 : L ŒIL CH9 CERVEAU ET VISION I. LA PERCEPTION VISUELLE :

PARTIE 4 : L ŒIL CH9 CERVEAU ET VISION I. LA PERCEPTION VISUELLE : PARTIE 4 : L ŒIL CH9 CERVEAU ET VISION I. LA PERCEPTION VISUELLE : Classe : 1 ère S durée :... la situation-problème Expliquer que la perception visuelle est une construction cérébrale et l apprentissage

Plus en détail

CHAPITRE N 1 : L ORGANISATION DE L ŒIL ET LE CRISTALLIN

CHAPITRE N 1 : L ORGANISATION DE L ŒIL ET LE CRISTALLIN CHAPITRE N 1 : L ORGANISATION DE L ŒIL ET LE CRISTALLIN I- ORGANISATION ANATOMIQUE DE L ŒIL TP n 1 Voici quelques légendes Bilans: - l'oeil est l'organe de la vue, il est composé de plusieurs structures

Plus en détail

J. Kozub, R. Chrzan, M. Binder**, M. Grzybek

J. Kozub, R. Chrzan, M. Binder**, M. Grzybek Suggestion hypnotique dans l étude de l activation douloureuse en IRMf A. Urbanik, J. Aleksandrowicz*, B. Sobiecka, J. Kozub, R. Chrzan, M. Binder**, M. Grzybek Département de Radiologie et Psychiatrie*

Plus en détail

Thème 3-B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Chapitre 1 : Le réflexe myotatique, un exemple de commande réflexe du muscle

Thème 3-B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Chapitre 1 : Le réflexe myotatique, un exemple de commande réflexe du muscle Thème 3-B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Chapitre 1 : Le réflexe myotatique, un exemple de commande réflexe du muscle La posture, ou position de notre corps dans l espace, est

Plus en détail

TP 2 Organisation structurale de la rétine

TP 2 Organisation structurale de la rétine TP 2 Organisation structurale de la rétine Problème : Quelles sont les caractéristiques des différentes régions de la rétine? Activité 1 : Observation microscopique d une coupe de rétine 1- A partir du

Plus en détail

C.A.P. Petite Enfance

C.A.P. Petite Enfance C.A.P. Petite Enfance Biologie Date :.. /.. /.... Cours n 6: LE SYSTEME NERVEUX ET L' ACTIVITE SENSORIELLE objectifs: définir le système nerveux- citer à partir d'un schéma le système nerveux cérébro-spinal-définir

Plus en détail

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Identification des éléments mis en jeu dans l acte réflexe Définir les potentiels de repos et d action Préciser l origine ionique de ces

Plus en détail

EP2 : prise en charge de l usager

EP2 : prise en charge de l usager Se former tout au long de la vie SECRÉTAIRE MÉDICAL(E) ET MÉDICOSOCIAL(E) EXAMEN SESSION 2012 EP2 : prise en charge de l usager Sur 60 points Durée de l épreuve : 2 heures SUJET - Les feuilles de réponses

Plus en détail

APF, IRME, ALARME, AFIGAP. Quel avenir pour les. homme-machine? interfaces. F. Clarac, F. Chavane, 17 novembre 2007

APF, IRME, ALARME, AFIGAP. Quel avenir pour les. homme-machine? interfaces. F. Clarac, F. Chavane, 17 novembre 2007 Quel avenir pour les interfaces homme-machine? F. Clarac, F. Chavane, 17 novembre 2007 APF, IRME, ALARME, AFIGAP Réparer ou substituer! La politique de L IRME a été depuis plus de vingt ans de soutenir

Plus en détail

LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE

LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE Dans les prérogatives du niveau 4 figure la possibilité d amener des plongeurs jusqu à la zone lointaine. Sur un plan de la sécurité, cela requiert de nouvelles contraintes.

Plus en détail

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien.

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien. BIOLOGIE 101-A82-SF ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE 2 EXERCICES : LE SYSTÈME NERVEUX 2 1. Quelle est la différence entre l encéphale et le cerveau? L encéphale est constitué de tout le contenu de la boîte crânienne.

Plus en détail

Licence 2 de Psychologie Sensorialité et Perception. Partie 1 : Principes généraux du traitement sensoriel. vincent.roy@univ-rouen.

Licence 2 de Psychologie Sensorialité et Perception. Partie 1 : Principes généraux du traitement sensoriel. vincent.roy@univ-rouen. Licence 2 de Psychologie Sensorialité et Perception vincent.roy@univ-rouen.fr Partie 1 : Principes généraux du traitement sensoriel http://www.retinalmicroscopy.com/bipolar.html http://psychobiologierouen.free.fr

Plus en détail

Thème sécurité partie SVT

Thème sécurité partie SVT Thème sécurité partie SVT Place dans le sujet traité. intervention du collègue d Histoire Géographie Education civique : amène le sujet avec l ASSR (par exemple); «permis à points» : retraits de points

Plus en détail

On appelle organes des sens : les yeux, les oreilles, les fosses nasales, la langue, la peau.

On appelle organes des sens : les yeux, les oreilles, les fosses nasales, la langue, la peau. Vue, ouïe, odorat, toucher et goût sont les 5 sens qui renseignent le cerveau sur ce qui se passe à l extérieur du corps. Les organes sensoriels renferment une multitude de cellules nerveuses motrices.

Plus en détail

Neurophysiologie. Dr P Sauleau. I. Somesthésie et nociception. II. Système nerveux périphérique. III. Réflexes médullaires

Neurophysiologie. Dr P Sauleau. I. Somesthésie et nociception. II. Système nerveux périphérique. III. Réflexes médullaires Neurophysiologie Dr P Sauleau I. Somesthésie et nociception II. Système nerveux périphérique III. Réflexes médullaires IV. Cortex moteur et voies motrices V. Noyaux gris centraux et cervelet VI. Audition

Plus en détail

Jean-René Duhamel. Institut des Sciences Cognitives CNRS - Université Claude-Bernard Lyon

Jean-René Duhamel. Institut des Sciences Cognitives CNRS - Université Claude-Bernard Lyon Jean-René Duhamel Institut des Sciences Cognitives CNRS - Université Claude-Bernard Lyon Neurophysiologie des fonctions visuelles supérieures 1. Introduction 2. Le système visuel cortical 3. Perception

Plus en détail

L autisme est un syndrome caractérisée par un repli sur soi-même, une perte de contact avec la réalité et une difficulté à communiquer avec autrui.

L autisme est un syndrome caractérisée par un repli sur soi-même, une perte de contact avec la réalité et une difficulté à communiquer avec autrui. L autisme 1 2.2. Handicaps mentaux L autisme est un syndrome caractérisée par un repli sur soi-même, une perte de contact avec la réalité et une difficulté à communiquer avec autrui. Selon le Manuel Diagnostique

Plus en détail

I. Transmission du message nerveux de neurone à neurones grâce aux synapses

I. Transmission du message nerveux de neurone à neurones grâce aux synapses PARTIE I : REPRESENTATION VISUELLE CHAPITRE 4 : LA CHIMIE DE LA PERCEPTION La prise de différentes substances peut modifier le fonctionnement du système nerveux et provoquer des hallucinations. Leur mode

Plus en détail

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux Partie 4 : système nerveux Chapitre 2 : La propagation du message nerveux L arc réflexe est constitué par un réseau de neurones connectés au niveau de synapses. Le message nerveux prend naissance au niveau

Plus en détail

Le Neuromarketing Plan Cours 5.

Le Neuromarketing Plan Cours 5. Le Neuromarketing Plan Cours 5. Définitions et objectifs du neuromarketing Expérimentations en neuromarketing Les systèmes neuronaux de récompense Utilisation de stimuli subliminaux Les neurosciences:

Plus en détail

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT Introduction Tous les individus de la même espèce possèdent le même patrimoine génétique, cependant chaque individu est

Plus en détail

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système nerveux et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectifs : A la fin de la séquence, vous serez capable de : décrire le système nerveux d expliquer son fonctionnement

Plus en détail

1A 01 Brassage génétique et sa contribution à la diversité génétique Ex 2.1 SUJET 1

1A 01 Brassage génétique et sa contribution à la diversité génétique Ex 2.1 SUJET 1 SUJET 1 On réalise deux croisements expérimentaux chez la drosophile afin d étudier le devenir de deux caractères : la couleur du corps et l aspect des ailes au cours de la reproduction sexuée La longueur

Plus en détail

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Deuxième partie Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Présentation Les programmes informatiques MDM et grafgen L analyse de schémas de construction de génotypes

Plus en détail

Synapses non obligatoires :

Synapses non obligatoires : Synapses non obligatoires : Un seul PA arrivant en zone présynaptique ne peut déclencher un PA en zone post- synaptique - Un PA génère un potentiel post synaptique excitateur (PPSE) dure 15 msec; Si un

Plus en détail

La mémoire des mémoires LA MÉMOIRE : CLÉ DE LA DEPENDANCE L ORGANISATION DE LA MÉMOIRE 01/10/2014

La mémoire des mémoires LA MÉMOIRE : CLÉ DE LA DEPENDANCE L ORGANISATION DE LA MÉMOIRE 01/10/2014 01/10/2014 La problématique générale : une dynamique perpétuelle Journées d études de l Institut des Actuaires et du SACEI CONSOLIDATION LA MÉMOIRE : CLÉ DE LA DEPENDANCE Labile RECONSOLIDATION Stable

Plus en détail

EXERCICE I SVT et Sciences Physiques (8 points)

EXERCICE I SVT et Sciences Physiques (8 points) EXERCICE I SVT et Sciences Physiques (8 points) L œil présente toutes les caractéristiques d un système optique complexe permettant la réception des rayons lumineux : des muscles assurant sa mobilité,

Plus en détail

ÉNONCÉ DU BAC S SVT MÉTROPOLE SESSION 2013 SEPTEMBRE

ÉNONCÉ DU BAC S SVT MÉTROPOLE SESSION 2013 SEPTEMBRE ÉNONCÉ DU BAC S SVT MÉTROPOLE SESSION 2013 SEPTEMBRE SUJET ET CORRIGÉ DU BAC SVT SÉRIE S MÉTROPOLE 2013 SEPTEMBRE http://www.intellego.fr/soutien-scolaire-terminale-s/aide-scolaire-svt/enonce-du-bac-svt-serie-s-septembre-2013-

Plus en détail

Chapitre 2 La diversification du vivant

Chapitre 2 La diversification du vivant Chapitre 2 La diversification du vivant 1 Introduction Méiose et fécondation : sources de diversité Mutations germinales : processus fondamental de diversification génétique, générateur de biodiversité

Plus en détail

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique Fiche professeur - 4 e Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : L activité interne du globe Connaissances

Plus en détail

Thème: La représentation visuelle

Thème: La représentation visuelle Thème: La représentation visuelle Chapitre 3: Les voies visuelles : des photorécepteurs au cortex visuel I- Structure de l œil Œil = organe des sens spécialisé dans la perception des stimuli visuels. On

Plus en détail

Un gros cerveau vaut-il mieux qu un petit?

Un gros cerveau vaut-il mieux qu un petit? Le cerveau Un gros cerveau vaut-il mieux qu un petit? Grenouille : 0.1 g Chat : 30 g Macaque : 100 g Humain : 1400 g ( Anatole France : 1000 g, Tourgueniev : 2000 g) Eléphant ou baleine : 7 à 8 kg! Masse

Plus en détail

INFORMATION CHAPITRE 3 GÉNÉTIQUE CE QUE JE SAIS...

INFORMATION CHAPITRE 3 GÉNÉTIQUE CE QUE JE SAIS... GÉNÉTIQUE CHAPITRE 3 INFORMATION Fœtus de trois mois (il mesure environ 10 cm). La division cellulaire est indispensable au développement embryonnaire mais aussi à la croissance de l enfant, de l'adolescent

Plus en détail

1 les caractères des êtres humains.

1 les caractères des êtres humains. Quelques rappels des classes précédentes ACTIVITÉ livre pages 8 et 9 : apprendre le bilan de la page 9 Les êtres vivants sont répartis en espèces. Chaque être vivant est formé de cellules. schéma d une

Plus en détail

MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE DESCRIPTION DE LA MAQUETTE ET MISE EN SERVICE

MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE DESCRIPTION DE LA MAQUETTE ET MISE EN SERVICE : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : @ : info@sordalab.com MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE Ref: OEILP Cette maquette munie d un cristallin, lentille à focale variable (lentille remplie d eau), permet

Plus en détail

Interfaces cerveau-machine

Interfaces cerveau-machine Interfaces cerveau-machine Introduction - plan I. Pourquoi des interfaces cerveau machine (BCI)? II. La chaîne mise en jeu Pourquoi des BCI? Moyen de communication Pourquoi des BCI? Moyen de communication

Plus en détail

Les déficiences auditives

Les déficiences auditives Les déficiences auditives Le système auditif est un système très perfectionné qui permet à l individu à la fois d être en alerte constante au niveau de son environnement, de recevoir et de traiter les

Plus en détail

Psychologie et Sciences Contemporaines

Psychologie et Sciences Contemporaines Psychologie et Sciences Contemporaines CM DEUG 1 2ème semestre http://dartar.free.fr/deug2005 Dario Taraborelli taraborelli@ens.fr CM8 - L explication L en sciences cognitives: Analyser et localiser 1

Plus en détail

Mouvement volontaire 1

Mouvement volontaire 1 Mouvement volontaire 1 COMPRENDRE LE FONCTIONNEMENT DU CERVEAU 2 La compréhension des zones cérébrales impliquées dans la motricité a avancé en se basant sur : Dissection post-mortem de sujet sain ou malade

Plus en détail

Le sens du goût. Une infinité de saveurs.

Le sens du goût. Une infinité de saveurs. Le sens du goût. Que serait le goût sans la vue, la mémoire, la senteur, le plaisir? Lorsqu on parle du goût, on ne pense pas toujours à l ensemble des sensations qui permettent d identifier ce que l on

Plus en détail

COMMENT TRAVAILLER POUR AUGMENTER SON EXPLOSIVITE

COMMENT TRAVAILLER POUR AUGMENTER SON EXPLOSIVITE COMMENT TRAVAILLER POUR AUGMENTER SON EXPLOSIVITE 1/ DEFINITION Capacité à produire la plus grande accélération pour se mouvoir, ou pour déplacer une charge. 2/ CALCUL DE LA PUISSANCE Tout d abord, la

Plus en détail

Chapitre 16 Motricité volontaire et plasticité cérébrale. Comment sont commandés les mouvements volontaires?

Chapitre 16 Motricité volontaire et plasticité cérébrale. Comment sont commandés les mouvements volontaires? Chapitre 16 Motricité volontaire et plasticité cérébrale Comment sont commandés les mouvements volontaires? Chapitre 15 Motricité volontaire et plasticité cérébrale Comment sont commandés les mouvements

Plus en détail

Des neurosciences aux traitements : Le pharmacien face aux addictions

Des neurosciences aux traitements : Le pharmacien face aux addictions Des neurosciences aux traitements : Le pharmacien face aux addictions Colloque national de pharmacie Marrakech, 2 février 2013 Jalil Bennani Psychiatre et psychanalyste (Rabat) Habilité à diriger les recherches

Plus en détail

la Quadranopsie: Le trajet du message nerveux de la rétine au cortex occipital

la Quadranopsie: Le trajet du message nerveux de la rétine au cortex occipital CORRECTION du TP3: Exemples de troubles de la vision Méthodologie pour ce travail : Faire le lien entre la modification du champ visuel et la lésion constatée. Conclure sur le traitement de l information

Plus en détail

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R)

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R) L Accompagnement des personnes âgées et des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer par différentes approches: - l haptonomie - le Sensitive Gestalt Massage)R( - la Réflexologie plantaire Préparé

Plus en détail

Les Systèmes Sensoriels La somesthésie

Les Systèmes Sensoriels La somesthésie Les Systèmes Sensoriels La somesthésie PLAN 1. Généralités sur les systèmes sensoriels 2. La sensibilité tactile 3. La nociception 4. La proprioception 5. Les voies afférentes de la sensibilité 6. La représentation

Plus en détail

L ACTION DES DROGUES SUR

L ACTION DES DROGUES SUR L ACTION DES DROGUES SUR 16 Système de recapture de la dopamine Neuromédiateur (dopamine) Récepteur spécifique à dopamine >>LA DOPAMINE ET LE «CIRCUIT DE LA RÉCOMPENSE» Les drogues qui agissent le plus

Plus en détail

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement Hygiène de base Formation 20.. Cours pour Etablissement Objectifs du cours Découvrir le vocabulaire spécifique à l hygiène Expliquer les mécanismes physiopathologiques d une infection Nommer les agents

Plus en détail

TITRE DE L ACTIVITE : LES PERTURBATIONS DE LA PERCEPTION VISUELLE

TITRE DE L ACTIVITE : LES PERTURBATIONS DE LA PERCEPTION VISUELLE TITRE DE L ACTIVITE : LES PERTURBATIONS DE LA PERCEPTION VISUELLE Thème(s) concerné(s): La Terre dans l Univers, la vie et l évolution du vivant Enjeux planétaires contemporains Corps humain et santé Niveau(x)

Plus en détail

TITRE : LE BRUIT, UNE AGRESSION DE NOTR ENVIRONNEMENT (BLANCHEMAIN J.)

TITRE : LE BRUIT, UNE AGRESSION DE NOTR ENVIRONNEMENT (BLANCHEMAIN J.) TITRE : LE BRUIT, UNE AGRESSION DE NOTR ENVIRONNEMENT (BLANCHEMAIN J.) classe : 4ème durée : 1 heure la situation-problème 9h30 23h le(s) support(s) de travail Doc.1 : Les cellules auditives et leur fonctionnement.

Plus en détail

Neuromodulation de la douleur : place de la r-tms (repetitive Transcranial Magnetic Stimulation) Dr Denis VESVARD CETD du CHU de Rennes

Neuromodulation de la douleur : place de la r-tms (repetitive Transcranial Magnetic Stimulation) Dr Denis VESVARD CETD du CHU de Rennes Neuromodulation de la douleur : place de la r-tms (repetitive Transcranial Magnetic Stimulation) Dr Denis VESVARD CETD du CHU de Rennes ST MALO Avril 2015 Deux notions importantes L intensité de la douleur

Plus en détail

Le fonctionnement neuromoteur inclue des réflexes situés au niveau de la moelle épinière mais modulé par le SNC

Le fonctionnement neuromoteur inclue des réflexes situés au niveau de la moelle épinière mais modulé par le SNC Le fonctionnement neuromoteur inclue des réflexes situés au niveau de la moelle épinière mais modulé par le SNC Il existe 3 types de motoneurones dans la corne ventrale antérieure de la moelle épinière

Plus en détail

THEORIE SUR LES TROIS MODES DE FONCTIONNEMENT DU CERVEAU

THEORIE SUR LES TROIS MODES DE FONCTIONNEMENT DU CERVEAU THEORIE SUR LES TROIS MODES DE FONCTIONNEMENT DU CERVEAU Position du problème Soient O un observateur, X la chose qu il observe et F(X) l expression de l idée qu il se fait de la chose qu il observe. Schéma1

Plus en détail

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines Les caractères d un individu dépendent de plusieurs facteurs : certains dépendent des caractères présents dans la famille

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement. Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15

PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement. Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15 Sommaire Avant-propos... 11 PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement CHAPITRE 1 Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15 I. Les différents champs disciplinaires de la

Plus en détail

Cerveau en fiches. Chapitre 3 : Dans ce chapitre. Vision. Audition. Gustation et olfaction. Toucher et douleur. Vision

Cerveau en fiches. Chapitre 3 : Dans ce chapitre. Vision. Audition. Gustation et olfaction. Toucher et douleur. Vision Cerveau en fiches Chapitre 3 : Sensation et perception Dans ce chapitre Vision Audition Gustation et olfaction Toucher et douleur Vision La vision est un sens extraordinaire qui nous permet de vivre le

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD1 Exercices Exercice 1 : Décrivez les facteurs internes qui ont un impact sur les communications réseau. Les facteurs internes ayant un impact sur les communications sont liés à la nature

Plus en détail

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire 1. INTRODUCTION Avant de nous intéresser aux technologies des réseaux actuelles, il est important de retracer en quelques points l évolution de l outil informatique afin de nous permettre d appréhender

Plus en détail

Une origine évolutive ancienne UNE ORIGINE ÉVOLUTIVE ANCIENNE 01/10/2014 LES SCHÉMAS NEUROBIOLOGIQUES DU CIRCUIT DE LA RÉCOMPENSE

Une origine évolutive ancienne UNE ORIGINE ÉVOLUTIVE ANCIENNE 01/10/2014 LES SCHÉMAS NEUROBIOLOGIQUES DU CIRCUIT DE LA RÉCOMPENSE 01/10/2014 Journées d études de l Institut des Actuaires et du SACEI LES SCHEMAS NEUROBIOLOGIQUES DE LA PRISE DE RISQUE Marion Noulhiane, PhD Neurosciences. Journées d études de l Institut des Actuaires

Plus en détail