Amputations partielles traumatiques de la main. Colette Gable - Ergothérapeute CDS - IRR Nancy

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Amputations partielles traumatiques de la main. Colette Gable - Ergothérapeute CDS - IRR Nancy"

Transcription

1 Amputations partielles traumatiques de la main Colette Gable - Ergothérapeute CDS - IRR Nancy

2 Amputations partielles de la main Introduction Amputation et répercussions psychologiques Principes de rééducation en ergothérapie Classification des amputations partielles de la main Comportements ultérieurs du patient face à une amputation partielle de la main

3 Introduction L amputation partielle de la main se définit comme l ablation accidentelle ou chirurgicale d une partie de celle-ci. Quel que soit le mécanisme d amputation : section franche, contusion avec écrasement segmentaire, avulsion ou arrachement, les lésions sont complètes et atteignent toutes les structures : os, articulations, tendons, nerfs, vaisseaux et peau

4 Introduction Causes des amputations Origine traumatique au cours d accidents du travail, de loisir ou ménager. Origine infectieuse ou tumorale plus rare. Une raideur, une insensibilité ou une gêne fonctionnelle peuvent devenir un facteur d amputation chirurgicale.

5 Introduction La main : organe de préhension et de communication La main culturelle La main identitaire La main communicative La main créatrice

6 Introduction Le fait d être amputé peut causer des désordres plus ou moins graves tant sur le plan physique que psychologique. La main n est pas seulement une «belle mécanique» de préhension. Après le visage, la main est le premier élément de notre corps que nous présentons au regard des autres.

7 Amputation et répercussions psychologiques Travail de deuil : La négation : «ce n est pas possible, pas moi!!» Incapacité pour le patient à admettre qu un accident lui est arrivé. La colère : «pourquoi moi?» Aucune prise de conscience de la réalité n est possible en raison de l importance du choc émotionnel. Le marchandage : «oui, mais» l espoir démesuré (intervention «miracle»)

8 Amputation et répercussions psychologiques Travail de deuil : La dépression, l agressivité Avec la prise de conscience de son état, c est la période où l amputé cache son moignon. L acceptation : «il faut faire avec», adaptation, projets L acceptation relative du nouvel état lui permet d espérer un avenir fonctionnel pour sa main son énergie est alors toute dirigée vers l intégration complète de cette nouvelle main.

9 Impact neurologique Carte corticale normale doigts Quelques mois plus tard doigts La frontière D3/D4 s estompe Doigts 3 et 4 cousus ensemble Expérience sur une main de singe. Principes de rééducation en ergothérapie : Utiliser la plasticité cérébrale pour acquérir un nouveau schéma psychomoteur. Afférences proprioceptives++

10 Prise en charge en ergothérapie Principes : Accélérer le processus de changement (deuil) Développer un nouveau schéma psychomoteur Réafférentations proprioceptives précoces et continues Stimuler l autonomie précoce pour éviter les phénomènes d exclusion. Rendre la main mutilée la plus fonctionnelle possible Appareillage spécifique : butée d opposition Adaptation outil dans la main : poignées grossies, conformées. Récupérer les qualités fonctionnelles de la main : dextérité, force de préhension, endurance. Réinsertion sociale et professionnelle Entraînement dans les gestes AVQ et professionnels

11 Prise en charge en ergothérapie Éducation Mise en situation Autonomie du patient dans les AVQ Exercices de manipulations(vidéo)

12 Prise en charge en ergothérapie Désensibilisation des moignons douloureux Protection du moignon

13 Prise en charge en ergothérapie Objectifs : Utilisation de sa main lésée : Intégration du moignon, du doigt reconstruit ou des éléments prothétiques. Conception et réalisation d appareillages, adaptations, aides techniques nécessaires à une meilleure fonction.

14 Classification des amputations partielles de la main Amputations uni digitales Amputations associées Amputation transverse ou main métacarpienne Transverses longues Transverses courtes Amputations externes Amputations internes Amputations médianes

15 Amputation uni digitale : le pouce Il convient de faire la distinction entre pouce de la main dominante et pouce de la main. d appoint. Perte de la fonction essentielle d opposition Les possibilités fonctionnelles sont proportionnelles à la hauteur du niveau d amputation. Différents niveaux d amputation : IP, méta

16 Amputation uni digitale : le pouce Amputation du pouce au niveau de l IP: Fonction d opposition encore possible. Chirurgie : approfondissement de la 1ère commissure. Pas d appareillage.

17 Amputation uni digitale : le pouce Amputation du pouce au niveau du métacarpien : Fonction d opposition impossible Appareillage : butée d opposition Chirurgie : greffe d orteil ou transposition digitale.

18 Amputation uni digitale : le pouce Appareillage : butée d opposition avant intervention

19 Amputation uni digitale : le pouce Transfert d orteil : images du Dr Joël Vialaneix 23 mai 2003

20 Amputation uni digitale : le pouce Transfert d orteil : images du Dr Joël Vialaneix Aspect des 2 mains le 19 janvier 2004

21 Amputation uni digitale : le pouce Transfert d orteil : images du Dr Joël Vialaneix Intervention le 2O janvier 2004

22 Amputation uni digitale : le pouce Transfert d orteil : images du Dr Joël Vialaneix Intervention le 2O janvier 2004

23 Amputation uni digitale : le pouce Transfert d orteil : images de Joël Vialaneix Aspect de la main à J + 4jours

24 Amputation uni digitale : le pouce Transfert d orteil : compression en lycra et orthèse de posture d écartement de 1 ère commissure A J + 3 mois après rééducation

25 Amputation uni digitale : le pouce Transposition digitale Index à la place du pouce (Vidéo)

26 Amputation uni digitale : l index Aspects fonctionnels L index participe à toutes les prises d adresse avec le pouce. Il est l élément directionnel qui guide l outil. C est le doigt le plus touché dans les amputations unidigitales. Son altération perturbe les fonctions de manipulations précises.

27 Amputation uni digitale : l index Au niveau de l IPD Opposition possible Le majeur remplace l index dans les prises termino terminales. Au niveau de l IPP Le majeur remplace l index dans toutes les prises pollici-digitales. Une bonne mobilité de la MP rend éventuellement le moignon fonctionnel dans les prises directionnelles

28 Amputation uni digitale : l index Amputation isolée de l index au niveau de la MP L esthétique de la main et la proéminence de la tête du 2 ème méta ne favorisent pas une bonne fonction globale de la main. Chirurgie : L amputation selon Chase L ablation du métacarpien de D2 en transplantant le 1 er Ix dorsal sur le 2 ème permet une ouverture maximale de la commissure pouce-médius, mais diminue la largeur transmétacarpienne.

29 Amputation uni digitale : l index Amputation de Chase : L amputation à la base d un méta bien qu esthétique réduit nettement la force de préhension. Le médius est alors indexialisé

30 Amputation uni digitale : le majeur Aspects fonctionnels Toute amputation du majeur altère la fonction du doigt le plus long, renfort de l index dans les prises tridigitales. Ce doigt intermédiaire renforce soit la prise de force, soit le guidage fait par l index.

31 Amputation uni digitale : la majeur Au niveau IPD Cette amputation élimine le 3 ème doigt des prises tri-digitales et rend l écriture difficile du côté dominant. Au niveau IPP Fuite des petits objets lors de la fermeture de la main. Perte de force de poigne d autant plus importante que l amputation est proximale.

32 Amputation uni digitale : le majeur Au niveau de la MP Les pinces concernant le pouce et l index se font sans force et entraînent une déviation de l index. Lors de la flexion, on a une fuite des objets de la main avec une déviation des doigts voisins. Chirurgie : La translocation de l index sur le médius associée à une amputation selon Chase Appareillage : Un appareillage esthétique peut être envisagé.

33 Amputations uni digitales : l annulaire L amputation de l annulaire altère la main de force car il participe au verrouillage avec l auriculaire. On note une fuite des objets de la main ainsi qu une diminution de la force de la prise digito-palmaire. Amputation au niveau de la MP Rencontrée dans les «ring finger» Chirurgie : La translocation de l auriculaire sur l annulaire peut être faite. Appareillage : Un appareillage esthétique peut être envisagé.

34 Amputation uni digitale : l auriculaire Aspects fonctionnels L auriculaire a un rôle d appui par le prolongement du bord ulnaire de la paume. Il a un rôle primordial dans les prises de force. Il participe avec l annulaire au verrouillage des prises directionnelles et globales. La bonne mobilité des MP et des IP est la condition pour une utilisation efficace de l ensemble annulaireauriculaire.

35 Amputation uni digitale : l auriculaire Au niveau de l IPP La force de préhension est diminuée par inefficacité de serrage de P1. Une bonne mobilité de la MP est nécessaire pour éviter l accrochage du doigt lors des prises.

36 Amputation uni digitale : l auriculaire Au niveau de la MP L esthétique de la main et la proéminence de la tête de M5 ne favorisent pas une bonne fonction globale de la main. Chirurgie : Une amputation selon Chase rend la paume plus étroite et diminue la puissance de verrouillage.(pas conseillé chez les travailleurs de force) La base du méta restant est souvent instable.

37 Amputation transverse ou main métacarpienne Elles consistent en la perte plus ou moins importante de tous les doigts en regard de la MP. Amputations transverses longues Amputations transverses courtes

38 Amputations transverses longues Elles se caractérisent par une amputation des doigts au niveau des MP avec conservation plus ou moins complète de la colonne du pouce.

39 Amputations transverses longues Aspects fonctionnels : L existence du massif métacarpien contre lequel le pouce pourra appuyer sa prise rend possible quelques préhensions. Ces possibilités sont proportionnelles à la tonicité des muscles hypothénariens et thénariens À la souplesse articulaire de la colonne du pouce. La sensibilité du pouce doit être normale En l absence de ces conditions, le pouce est seulement utilisé comme crochet.

40 Amputations transverses longues Appareillage : Il supplée l absence des butées opposables au pouce. Une butée de grande surface assure la stabilité de la prise d un objet plat. Des adaptations simples, formant une butée sur laquelle s appuie le pouce, sont efficaces mais souvent inesthétiques. Une prothèse esthétique placée dans un gant peut être envisagée.

41 Amputations transverses longues

42 Amputations transverses longues Les orthèses provisoires faites en ergothérapie sont reproduites par les orthoprothésistes de manière définitive.

43 Amputations transverses courtes Aspects fonctionnels et rééducatifs Toutes les préhensions sont perturbées. La seule possibilité de préhension restante se fait grâce à la 1 ère commissure, en fonction de la longueur du pouce.

44 Amputations transverses courtes Chirurgie : solutions diverses suivant la longueur des métas restants : Allongement du 1 er rayon par greffon osseux et lambeau cutané. Pollicisation par transposition digitale ou transfert d orteil. Approfondissement de la 1 ère commissure associé à une amputation de M2 selon Chase.

45 Amputations transverses courtes Appareillage : Des orthèses d opposition qui utilisent les mouvements de flexion-extension du poignet peuvent permettre l utilisation d une pince orthétique à 2 mors. La mobilité du poignet permet une bonne stabilisation de la prise. Vidéos

46 Amputations externes Elles concernent le pouce, l index et le médius. En cas d amputation de ces 2 doigts et d une perte distale du pouce, l annulaire peut suppléer facilement les fonctions de D2 ou D3 concernant l opposition avec le pouce.

47 Amputations externes Aspects fonctionnels : L index et le médius jouent surtout un rôle dans les prises fines. Chirurgie : Elle est similaire à celle proposée en cas d amputation isolée du pouce. Appareillage : Les propositions d appareillage sont identiques à celles envisagées lors d une amputation isolée du pouce.

48 Amputations internes Elles consistent en l amputation plus ou moins complète de D4 et de D5. L amputation d une partie de la main d adresse y est souvent associée.

49 Amputations internes Aspects fonctionnels et rééducatifs : D4 et D5 ont un rôle capital dans les préhensions globales de force ou de précision. Leur amputation entraîne des difficultés dans l utilisation de la main avec précision et fermeté. Les préhensions globales en force ainsi que les préhensions digitothénariennes sont très difficiles. Amputation à + 27 ans

50 Amputations internes Chirurgie : Aucune chirurgie n est envisagée, dans la mesure où un doigt reste opposable au pouce, mais 2 doigts sont préférables pour les pinces tridigitales. Appareillage fonctionnel

51 Amputations médianes Elles concernent D3 et D4, éventuellement D2. Aspects fonctionnels : L amputation simultanée de D3 et D4 n entraîne pas de conséquence fonctionnelle importante si les prises de précision et de force sont conservées. Les 2 conséquences majeures résident dans la fuite des petits objets de la main et la perturbation esthétique.

52 Amputations médianes A long terme, on notera des déviations latérales et rotation des doigts restants lors de la flexion. Chirurgie : Des ostéotomies de rotation et des transferts tendineux permettent de réaxer les doigts déviés.

53 Amputations médianes Appareillage : Aucun appareillage n est envisagé. Une prothèse de vie sociale peut être proposée.

54 Conduite ultérieure : 4 comportements possibles 1) Utiliser sa main mutilée au regard des autres. 2) Protéger son moignon par un gant spécial. 3) Porter une prothèse de vie sociale ou prothèse esthétique. 4) Utiliser un appareil fonctionnel.

55 1) Utiliser sa main mutilée au regard des autres Exemple d un jeune homme dont la main dominante a été écrasée au travail dans une presse d imprimerie. Images du Dr Jacques Leroux

56 1) Utiliser sa main mutilée au regard des autres Transfert d orteil, séparation de 2 doigts pour en faire une main à 3 doigts.

57 1) Utiliser sa main mutilée au regard des autres Transfert d orteil, séparation des 3 doigts longs restants pour en faire une main à 4 doigts.

58 1) Utiliser sa main mutilée au regard des autres Utilisation de cette main aujourd hui (vidéo)

59 4 possibilités pour un patient face à une amputation partielle digitale Protéger son moignon par un gant spécial. Pour jouer au basket avec les autres enfants Protection avec lycra et néoprène

60 3) Porter une prothèse de vie sociale ou prothèse esthétique. Porter une prothèse de vie sociale ou prothèse esthétique qui redonne un aspect normal à la main bien qu insensible et inactive. Constituée d une emboîture souple, d une armature remplaçant la main ou les doigts recouverte d un gant en silicone Elle a un faible rôle fonctionnel en permettant d employer les structures restantes : Elle allonge un moignon trop court Sert d opposition à un pouce mobile Protège un moignon douloureux et non utilisé

61 3) Porter une prothèse de vie sociale ou prothèse esthétique.

62 3) Porter une prothèse de vie sociale ou prothèse esthétique.

63 3) Porter une prothèse de vie sociale ou prothèse esthétique.

64 3) Porter une prothèse de vie sociale ou prothèse esthétique. Nouveauté : possibilité de régler la position de flexion des doigts

65 4) Utiliser un appareil fonctionnel La pince à 2 mors : son rôle est d assurer une préhension termino - terminale mais elle n est pas assez stable (Ainsi un index seul opposé au pouce, sans soutien des 3 autres doigts, finit par se désaxer.) La pince à 3 mors (2 mors sont dans le même plan et le 3 ème leur est opposé et médian) : Le rôle de la pince à 3 mors est de restituer une pince tridigitale pouce - index - auriculaire pour assurer une prise stable.

66 En conclusion : indications de l appareillage d une main mutilée La main mutilée est appareillée pour améliorer sa fonction mais après concertation : avec le patient qui exprime son souhait. avec le chirurgien Pour une bonne adaptation, il faut une zone d appui stable et indolore sans saillie osseuse Sans névrome Sans cicatrice douloureuse ou revêtement cutané de mauvaise qualité.

67 Je vous remercie pour votre attention Colette Gable Ergothérapeute CDS IRR Nancy DUHAM 2010

Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010

Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010 C. Gable - DUHAM 2010 Les orthèses provisoires en pathologie traumatique LES FRACTURES DIGITALES LA MAIN COMPLEXE LES ENTORSES DIGITALES Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010 Colette Gable,

Plus en détail

REEDUCATION RISQUES APRES LESIONS DES TENDONS EXTENSEURS LESIONS DES TENDONS EXTENSEURS. Adhérences péritendineuses LESIONS DES TENDONS EXTENSEURS

REEDUCATION RISQUES APRES LESIONS DES TENDONS EXTENSEURS LESIONS DES TENDONS EXTENSEURS. Adhérences péritendineuses LESIONS DES TENDONS EXTENSEURS REEDUCATION APRES LESIONS RISQUES DES TENDONS Dr A. FOISNEAU LOTTIN, C. GABLE, Dr D. PETRY, C. LECHAUDEL HJA Dommartin les toul IRR NANCY Ruptures tendineuses Distension de la suture Adhérences péritendineuses

Plus en détail

Fractures Et Entorses De La Main, Quelques points Importants!

Fractures Et Entorses De La Main, Quelques points Importants! Fractures Et Entorses De La Main, Quelques points Importants! Quelques chiffres: On estime les accidents de la main à environ 1 400 000 par an en France Dont 620 000 considérés comme grave. 1/3 des accidents

Plus en détail

REEDUCATION DES TENDONS FLECHISSEURS. Les tendons fléchisseurs. Les tendons fléchisseurs. Les tendons fléchisseurs 23/05/2012 LES TENDONS FLECHISSEURS

REEDUCATION DES TENDONS FLECHISSEURS. Les tendons fléchisseurs. Les tendons fléchisseurs. Les tendons fléchisseurs 23/05/2012 LES TENDONS FLECHISSEURS REEDUCATION DES TENDONS FLECHISSEURS Docteur Anne Foisneau-Lottin, Docteur Didier Pétry, Colette Gable, Ergothérapeute, Cécile Lechaudel, Kinésithérapeute, Hôpital Jeanne d Arc - IRR NANCY LES TENDONS

Plus en détail

Les points techniques fondamentaux

Les points techniques fondamentaux Les points techniques fondamentaux Module complémentaire arc à poulies Septembre 2011 1 1- La posture Les axes verticaux et horizontaux Les incidences techniques de l allonge Les incidences techniques

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

Vis-plaque condylienne DCS (Dynamic Condylar Screw)

Vis-plaque condylienne DCS (Dynamic Condylar Screw) Vis-plaque condylienne DCS (Dynamic Condylar Screw) P. Chélius La DCS ou vis-plaque condylienne est un implant conçu pour la fixation spécifique des fractures épiphyso-métaphyso-diaphysaires du fémur.

Plus en détail

Entorses et luxations digitales Pr. Philippe PELISSIER

Entorses et luxations digitales Pr. Philippe PELISSIER digitales Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Anatomie Conduite à tenir Pouce - Luxation du pouce - Entorse du pouce / testing -

Plus en détail

Les Olympiques des doigts pour bien les réveiller! (à faire avant des exercices graphiques)

Les Olympiques des doigts pour bien les réveiller! (à faire avant des exercices graphiques) Les Olympiques des doigts pour bien les réveiller! (à faire avant des exercices graphiques) Plus je suis habile avec mes doigts, plus il est facile de bien prendre le crayon et de faire de petits mouvements

Plus en détail

Vous ressentez des fourmillements dans la main? Le syndrome du canal carpien. Déc. 2013 / DSS / 118-13

Vous ressentez des fourmillements dans la main? Le syndrome du canal carpien. Déc. 2013 / DSS / 118-13 Déc. 2013 / DSS / 118-13 Le syndrome du canal carpien Vous ressentez des fourmillements dans la main? 2202013_SyndromeCanalCarpien_BrochurePatient.indd 3 02/12/13 12:26 Le syndrome du canal carpien Ce

Plus en détail

Trucs et astuces N o 3.1 LA SOURIS À GAUCHE...MYTHE OU RÉALITÉ?

Trucs et astuces N o 3.1 LA SOURIS À GAUCHE...MYTHE OU RÉALITÉ? Trucs et astuces N o 3.1 LA SOURIS À GAUCHE...MYTHE OU RÉALITÉ? Plusieurs personnes ressentent de l inconfort au niveau du poignet, du coude ou de l épaule droite lié à l utilisation de la souris à droite.

Plus en détail

Exercices techniques pour psaltérion ou cithare à accords. Pas à pas. Seconde entre deux doigts. Catherine Weidemann Éditions Psalmos

Exercices techniques pour psaltérion ou cithare à accords. Pas à pas. Seconde entre deux doigts. Catherine Weidemann Éditions Psalmos 1 Seconde entre deux doigts Exercices techniques pour psaltérion ou cithare à accords Pas à pas Catherine Weidemann Éditions Psalmos Pas à pas, la technique instrumentale se construit avec patience et

Plus en détail

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques Partie 2 SOMMAIRE v Les objectifs du Document Unique v Quelques Recommandations v L évaluation Professionnels Une démarche Méthodologique 25-06- 2015 Isabelle Weissberger Président de BW Consultants Précédemment

Plus en détail

L Entretien Professionnel. Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27

L Entretien Professionnel. Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27 L Entretien Professionnel Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27 Contexte de la demande L ATELIER pour L Entreprise du Groupe SIADEP Formation est bien au fait de ce sujet d importance pour les entreprises. Notre

Plus en détail

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s Passeport C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s NOM : PRENOM : F o o t & A n k l e I n s t i t u t e Clinique du Parc Léopold 3 8, R u e F r o i s s a r t 1 0 4 0 B r u x e l l e s T é l. : +

Plus en détail

Les PRP : indications chirurgicales actuelles

Les PRP : indications chirurgicales actuelles Les PRP : indications chirurgicales actuelles Yoann BOHU Chirurgien orthopédique et traumatologique, manager médical et chirurgien du Racing Métro 92 En traumatologie, biomécanique et biologie sont les

Plus en détail

implant intersomatique ouvert radio-transparent La passion de l innovation

implant intersomatique ouvert radio-transparent La passion de l innovation implant intersomatique ouvert radio-transparent La passion de l innovation Système breveté Nouveau concept exclusif LDR Médical Greffe et fusion Le cahier des charges de l implant ROI est de répondre aux

Plus en détail

FICHES PDSB - MANŒUVRES DANS LES ESCALIERS

FICHES PDSB - MANŒUVRES DANS LES ESCALIERS FICHES PDSB - MANŒUVRES DANS LES ESCALIERS Quelques points de repère pour monter et descendre un escalier* Monter un escalier Points de repère pour monter un escalier seul(e) ou sous supervision* Supervision

Plus en détail

Fiches PDSB Manœuvres dans les escaliers

Fiches PDSB Manœuvres dans les escaliers Fiches PDSB Manœuvres dans les escaliers Quelques points de repère pour monter et descendre un escalier à consulter* Monter un escalier Supervision À consulter : Points de repère pour monter un escalier

Plus en détail

La carpectomie proximale dans les luxations et fractures-luxations péri lunaires du carpe méconnues.

La carpectomie proximale dans les luxations et fractures-luxations péri lunaires du carpe méconnues. La carpectomie proximale dans les luxations et fractures-luxations péri lunaires du carpe méconnues. YAKOUBI. M MEZIANI. N YAHIA CHERIF. M ZEMMOURI. A BENBAKOUCHE. R CHU BAB EL OUED FACULTE DE MEDECINE

Plus en détail

Les pathologies de l avant-pied Luxation métatarsophalangienne des rayons latéraux

Les pathologies de l avant-pied Luxation métatarsophalangienne des rayons latéraux Les pathologies de l avant-pied Luxation métatarsophalangienne des rayons latéraux 243 Luxation métatarsophalangienne des rayons latéraux Nous étudierons d abord les principales causes de ces luxations

Plus en détail

Modes de préhension pour le brossage des dents

Modes de préhension pour le brossage des dents Projet Brosse à dents débutant Institut für Hygiene und Arbeitsphysiologie ETH-Zentrum, Clausiusstr. 25 8092 Zürich Adresse électronique: www_zahnbuerstenergonomie@web.ethz.ch Modes de préhension pour

Plus en détail

PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT 2014

PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT 2014 2014 OBJECTIF Ce programme d entraînement a comme objectif de vous préparer à réaliser un défi unique et ambitieux : courir des relais de 1 à 2 km pendant environ 30 heures, sur une distance totalisant

Plus en détail

S entraîner efficacement. Fred Grappe

S entraîner efficacement. Fred Grappe S entraîner efficacement Fred Grappe Programme d entraînement Gestion optimale des charges d entraînement Entraînement Compétitions Performance Caractéristiques de la charge d entraînement Elle est constituée

Plus en détail

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)?

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Symptômes et atteintes qui touchent principalement ces structures : nerfs muscles tendons ligaments articulations vaisseaux sanguins Cela peut se produire

Plus en détail

Syndrome du canal carpien

Syndrome du canal carpien Syndrome du canal carpien Dr Xavier Martinache Qu est ce que le syndrome du canal carpien? Le syndrome du canal carpien correspond à une compression d un gros nerf situé dans la paume de votre main :le

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

INTERVENTION CANAL CARPIEN LIBÉRATION ENDOSCOPIQUE

INTERVENTION CANAL CARPIEN LIBÉRATION ENDOSCOPIQUE INTERVENTION CANAL CARPIEN LIBÉRATION ENDOSCOPIQUE L'atteinte dite " du canal carpien" est une compression du nerf médian dans une canal étroit, non extensible, fermé par un ligament épais appelé le ligament

Plus en détail

La sensibilisation à la sécurité de l information dans les entreprises En partenariat avec Les Assises Septembre 2014

La sensibilisation à la sécurité de l information dans les entreprises En partenariat avec Les Assises Septembre 2014 La sensibilisation à la sécurité de l information dans les entreprises En partenariat avec Les Assises Septembre 2014 CDSE 6 place d Estienne d Orves 75009 Paris Tel : 01 42 93 75 52 / Email : Contact@cdse.fr

Plus en détail

SOMMAIRE DU CATALOGUE

SOMMAIRE DU CATALOGUE Adresse : 7, rue Abou BAKR Med IBN ZAHR (Ex. Rue General Spik) Quartier des Hôpitaux Casablanca Tél : 0522 20 54 35 / 0522 20 54 36 Fax : 0522 20 54 37 E-mail : geomedsarl@menara.com SOMMAIRE DU CATALOGUE

Plus en détail

L ARTHROSE, UNE PATHOLOGIE TRÈS FRÉQUENTE APRÈS 60 ANS

L ARTHROSE, UNE PATHOLOGIE TRÈS FRÉQUENTE APRÈS 60 ANS RHIZARTHROSE L ARTHROSE, UNE PATHOLOGIE TRÈS FRÉQUENTE APRÈS 60 ANS France 2010 HOMMES FEMMES TOTAL POPULATION +80 ANS 1 163 569 2 241 460 3 405 029 ARTHROSE 80% 930 855 1 793 168 2 724 023 POPULATION

Plus en détail

3-Qu entend on par analyse modulaire? C est l identification des domaines de compétence mis en jeu dans une tâche.

3-Qu entend on par analyse modulaire? C est l identification des domaines de compétence mis en jeu dans une tâche. 1-Titre 2-En tant qu ergothérapeute, nous avons été fréquemment sollicité pour de jeunes enfants présentant des difficultés graphiques. Parallèlement, sous l influence des neurosciences, nous avons fait

Plus en détail

C est, donc à la fois, un référentiel d apprentissage et de traçage

C est, donc à la fois, un référentiel d apprentissage et de traçage METHODE FEDERALE 1 PREAMBULE Cette méthode a pour objectifs : - de définir la formation du coureur d orientation, du débutant jusqu au coureur de haut niveau. - de définir des niveaux de compétences et

Plus en détail

FRACTURES DES MEMBRES SUPERIEURS. Service Orthopédie de Gonesse

FRACTURES DES MEMBRES SUPERIEURS. Service Orthopédie de Gonesse FRACTURES DES MEMBRES SUPERIEURS Service Orthopédie de Gonesse INTRODUCTION Touche les membres non porteurs Limite donc moins l autonomie sauf - Lésions bilatérales - Utilisation de cannes - Sujet âgé

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

9 èmes Rencontres de l Épargne Salariale

9 èmes Rencontres de l Épargne Salariale Assemblée Nationale 9 èmes Rencontres de l Épargne Salariale 7 Novembre 2011 9 èmes Rencontres de l Épargne Salariale Assemblée Nationale 7 Novembre 2011 Assemblée Nationale 9 èmes Rencontres de l Épargne

Plus en détail

Une ou plusieurs dents viennent à manquer? Vous avez des soucis avec votre prothèse? Votre bridge n est plus confortable?

Une ou plusieurs dents viennent à manquer? Vous avez des soucis avec votre prothèse? Votre bridge n est plus confortable? Une ou plusieurs dents viennent à manquer? Vous avez des soucis avec votre prothèse? Votre bridge n est plus confortable? Les implants dentaires sont durables, ils dépassent la longévité humaine. Les dents

Plus en détail

à driver TECHNIQUE Triangulaid PRÉPAREZ-VOUS Les fondamentaux du SPORT Stéphane Bachoz TECHNIQUE I TRIANGULAID

à driver TECHNIQUE Triangulaid PRÉPAREZ-VOUS Les fondamentaux du SPORT Stéphane Bachoz TECHNIQUE I TRIANGULAID TECHNIQUE Triangulaid Les fondamentaux du SPORT PRÉPAREZ-VOUS à driver Textes : François Denat et Stéphane Bachoz Photos : François Denat Stéphane Bachoz Pro PGA France, responsable de l enseignement Triangulaid

Plus en détail

PLAN DE TABLE. un exercice domestique. On a une table ronde autour de laquelle on doit disposer N couples. On s oblige à deux contraintes :

PLAN DE TABLE. un exercice domestique. On a une table ronde autour de laquelle on doit disposer N couples. On s oblige à deux contraintes : PLAN DE TABLE un exercice domestique POSITION DU PROBLÈME On a une table ronde autour de laquelle on doit disposer N couples. On s oblige à deux contraintes : 1) Alternance des hommes et des femmes. 2)

Plus en détail

Publier des sites multilingues Avril 2004 maj : Mars 2008

Publier des sites multilingues Avril 2004 maj : Mars 2008 Publier des sites multilingues Avril 2004 maj : Mars 2008 La version 1.7 de SPIP a introduit la possibilité de publier, avec SPIP, des sites en plusieurs langues. Cette possibilité se caractérise notamment

Plus en détail

L ordinateur et votre enfant

L ordinateur et votre enfant L ordinateur et votre enfant Nous nous trouvons présentement dans une ère où les appareils électroniques font partie intégrante de la vie des enfants. Cela a mené beaucoup d effets positifs au plan des

Plus en détail

DE LA PLAIE FRANCHE, NON CONTUSE, SANS DEVASCULARISATION... A LA PLAIE COMPLEXE, CONTUSE, AVEC DEVASCULARISATION, DILACERATION DES TISSUS...

DE LA PLAIE FRANCHE, NON CONTUSE, SANS DEVASCULARISATION... A LA PLAIE COMPLEXE, CONTUSE, AVEC DEVASCULARISATION, DILACERATION DES TISSUS... DE LA PLAIE FRANCHE, NON CONTUSE, SANS DEVASCULARISATION... CONTROLLED ACTIVE FLEXION MOBILISATION ( M. F. A. P. ) ASSOCIATED WITH MODIFIED KLEINERT S TECHNIQUE ( After primary repair of flexor tendons

Plus en détail

La chirurgie du pied et la cheville

La chirurgie du pied et la cheville La chirurgie du pied et la cheville Informations pour les patients de Dr. med Alex Pellegrino www.etzelclinic.ch/fr/informations à l attention des patients/pied & Cheville etzelclinic ag Churerstrasse

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE La toilette. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015

LES SOINS D HYGIENE La toilette. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 LES SOINS D HYGIENE La toilette Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 1 Soin d hygiène quotidienne, Facteur de bien-être physique et moral, La toilette se révèle un moment

Plus en détail

À PROPOS DES LAMBEAUX DIGITAUX POUR PERTE DE SUBSTANCE PULPAIRE ET UNGUÉALE

À PROPOS DES LAMBEAUX DIGITAUX POUR PERTE DE SUBSTANCE PULPAIRE ET UNGUÉALE À PROPOS DES LAMBEAUX DIGITAUX POUR PERTE DE SUBSTANCE PULPAIRE ET UNGUÉALE DOCTEUR PHILIPPE PELISSIER BORDEAUX FRANCE En présence d une perte de substance, digitale en particulier, tous les moyens de

Plus en détail

OBJECTIF DE L ATELIER

OBJECTIF DE L ATELIER HISTORIQUE Cet atelier a été mis en place aux Etats Unis par Adèle FABER et Elaine MAZLISH, suite à leur expérience de 10 ans de participation au groupe de guidance parentale animé par le Dr Haim Ginott,

Plus en détail

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)?

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Ensemble de symptômes et d atteintes qui touchent principalement : nerfs ligaments tendons vaisseaux sanguins articulations disques intervertébraux muscles

Plus en détail

Vers une indemnisation ADÉQUATE des victimes mineures d un accident de la route

Vers une indemnisation ADÉQUATE des victimes mineures d un accident de la route Vers une indemnisation ADÉQUATE des victimes mineures d un accident de la route Introduction Confronté quotidiennement aux multiples conséquences d une lésion subie par les victimes d accident de la route,

Plus en détail

Seniors et Seniors et risques professionnels

Seniors et Seniors et risques professionnels Seniors et Seniors et risques professionnels Pour commencer Ne jamais perdre de vue que tout salarié est un senior en devenir! La prévention. des risques professionnels à destination de tous les salariés,

Plus en détail

Stomies digestives COURDE MARTINE 01/03/2007

Stomies digestives COURDE MARTINE 01/03/2007 Stomies digestives COURDE MARTINE 01/03/2007 sommaire Introduction : Problématique de la stomie Rôle infirmier Différents types de stomies Indications et complications Vie du stomisé conclusion Problématique

Plus en détail

-Identifier les éléments qui déterminent le coût d un objet technique.

-Identifier les éléments qui déterminent le coût d un objet technique. A / LES OBJETS TECHNIQUES EN DOMOTIQUE B / LA REPRESENTATION FONCTIONNELLE C / LE RESPECT DES CONTRAINTES D / LA CHAINE D ENERGIE D UN OBJET TECHNIQUE E/ LA CHAINE D INFORMATION D UN OBJET TECHNIQUE A

Plus en détail

PRÉVENTION ET SECOURS CIVIQUES DE NIVEAU 1

PRÉVENTION ET SECOURS CIVIQUES DE NIVEAU 1 PARTIE 4 LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT 1. OBJECTIFS A la fin de cette partie, vous serez capable : En présence d une personne qui présente un saignement abondant, de réaliser une compression directe de

Plus en détail

Chirurgie articulaire secondaire Pr. Philippe PELISSIER

Chirurgie articulaire secondaire Pr. Philippe PELISSIER Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Introduction Kinésithérapie Dénervation Arthrolyse - Artholyse chirurgicale - Artholyse + ligamentotaxis

Plus en détail

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ANNEXE 6 Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ÉQUIPE DE PRODUCTION Responsabilité et coordination Nom Titre Organisation

Plus en détail

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 VASECTOMIE CONTRACEPTIVE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du

Plus en détail

technologie Nom :.. Prénom :... Classe :...

technologie Nom :.. Prénom :... Classe :... technologie S4 LES ACTIVITÉS DE SERVICE S4-4 La santé et la sécurité au travail 1/8 COURS N 3 DATE :../. /.. 0 1,5 3ans Objectifs : A laide des outils de manutention et de la connaissance de ces outils,

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE Pour les employeurs, à partager avec leurs collaborateurs! Le rôle du tuteur dans l entreprise est primordial. Le tuteur est chargé d accueillir, d aider, d informer et de

Plus en détail

Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte?

Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte? GÉNÉRALITÉS Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte? NOTA : le système ci-dessus est un système dit à «quatre coins», c est-à-dire, qu il s agit d un système où l émetteur et l acquéreur

Plus en détail

Béquilles : Comment les utiliser

Béquilles : Comment les utiliser Béquilles : Comment les utiliser La page suivante donne un aperçu des points à surveiller lorsque vous vous procurez des béquilles pour votre enfant de même que les consignes sur la façon dont votre enfant

Plus en détail

Déformations congénitales isolées du pied

Déformations congénitales isolées du pied Déformations congénitales isolées du pied J. Lechevallier, S. Abuamara, clinique chirurgicale infantile, CHU, Rouen «Masso-kinésithérapie et traitement orthopédique des déformations congénitales isolées

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

Le Capitaine de l Equipe

Le Capitaine de l Equipe Le Capitaine de l Equipe Le poste de capitaine de l équipe n est pas très compris par beaucoup d entraîneur. L étude suivante concerne surtout une équipe d adultes ou d adolescents. Notre champs d intervention

Plus en détail

J apprends à m affirmer. Programme d intervention en milieu scolaire visant à aider les enfants à faire face à l intimidation

J apprends à m affirmer. Programme d intervention en milieu scolaire visant à aider les enfants à faire face à l intimidation J apprends à m affirmer Programme d intervention en milieu scolaire visant à aider les enfants à faire face à l intimidation Conférence pour les parents Formation pour le personnel enseignant et les éducatrices

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99

5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99 5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99 Niveau CP pistes pour le CE1 Modèle proposé : modèles de séance Hypothèse de la difficulté : pour les élèves

Plus en détail

Mini Mobile Story Dossier de presse - Juillet 2013

Mini Mobile Story Dossier de presse - Juillet 2013 Dossier de presse - Juillet 2013 «Racontez de petites histoires sur vos smartphones» Introduction «Avez-vous déjà flashé un Qr Code avec votre smartphone?» «Vous êtes tombés sur un site fait pour un écran

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

Camps de jeunes à Tenneville Pour les propriétaires

Camps de jeunes à Tenneville Pour les propriétaires Camps de jeunes à Tenneville Pour les propriétaires INTRODUCTION Cher propriétaire Pendant toutes les périodes de l année, mais plus particulièrement durant la saison d été, de nombreux jeunes découvrent

Plus en détail

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching AFITEP SOIREE MANAGEMENT DE PROJET LE 19 mai 2003 LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching 1 QUELQUES CHIFFRES Aujourd hui en France, on compte environ 2 000 coachs (40 000 dans

Plus en détail

Comment organiser efficacement son concours photo

Comment organiser efficacement son concours photo Livre blanc Comment organiser efficacement son concours photo Juillet 2014 www.kontestapp.com Introduction Que vous soyez un Community Manager soucieux de l activité de votre page fan Facebook ou bien

Plus en détail

GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS. Version mai 2015 L enquête sociale

GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS. Version mai 2015 L enquête sociale GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS Version mai 2015 L enquête sociale GUIDE DE L ENQUETE SOCIALE en neuf pas... Une enquête sociale, qu est-ce que c est? Une enquête sociale, pourquoi? Qui fait l

Plus en détail

Merci de répondre à toutes les questions quelque soit la nature de vos problèmes, en mettant une croix dans la case appropriée :

Merci de répondre à toutes les questions quelque soit la nature de vos problèmes, en mettant une croix dans la case appropriée : Nom : Date : QUESTIONNAIRE DE STYLE DE VIE (3) DE MAYERS Merci de répondre à toutes les questions quelque soit la nature de vos problèmes, en mettant une croix dans la case appropriée : 1. PRENDRE SOIN

Plus en détail

Formation Continue Les cycles de compétences. Présentation générale

Formation Continue Les cycles de compétences. Présentation générale Formation Continue Les cycles de compétences Présentation générale Les cycles de compétences : Introduction Les cycles proposés Dans le but de développer et de promouvoir de façon systématique un certain

Plus en détail

Le début de ce(s) traitement(s) consiste à developper un plan de traitement avec des objectifs de traitement clairement définis.

Le début de ce(s) traitement(s) consiste à developper un plan de traitement avec des objectifs de traitement clairement définis. Article 7 : spécifications de la participation au projet pilote 1. Objectifs Une équipe mobile sera créée. Cette équipe sera créée par une collaboration entre une ou plusieurs initiatives de coordination

Plus en détail

Comment retrouver la motivation? Présenté par Bruno Bandelier

Comment retrouver la motivation? Présenté par Bruno Bandelier Comment retrouver la motivation? Présenté par Bruno Bandelier La Motivation au cœur de nos vies! Pilier de l épanouissement personnel et du bonheur. Un impact sur le mentale et le physique Omniprésente,

Plus en détail

Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail?

Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail? Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail? Nathalie Cortial Vivien, 2013 1 De la prévention du stress à la qualité de

Plus en détail

Votre appréciation sur l ensemble de la journée (accueil, pauses, déjeuner, organisation générale et appréciation générale)

Votre appréciation sur l ensemble de la journée (accueil, pauses, déjeuner, organisation générale et appréciation générale) FICHE D EVALUATION 5ème Forum Inter Consultants Grand Delta Conseils Vendredi 24 septembre 2004 A la Baume lès Aix Cette enquête est sur un effectif très réduit 24 réponses sur 35 présents.on ne peut pas

Plus en détail

Modèle objet/classe. Sommaire

Modèle objet/classe. Sommaire Modèle objet/classe Sommaire Pourquoi un tel modèle ; Sa place dans le processus de développement ; Les premiers concepts ; Comment construire un diagramme de classes. Sa place dans le processus de développement

Plus en détail

Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements

Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements JUIN 2005 1. Objectif Ce document propose des lignes directrices à mettre en

Plus en détail

Cet ouvrage vous montre et vous explique tous les calculs rencontrés dans les différents concours paramédicaux et sociaux.

Cet ouvrage vous montre et vous explique tous les calculs rencontrés dans les différents concours paramédicaux et sociaux. - Cet ouvrage vous montre et vous explique tous les calculs rencontrés dans les différents concours paramédicaux et sociaux. Vous allez pouvoir apprendre ou réviser toutes les notions de calcul abordées

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

pour travailler? Des solutions existent! Parlez-en avec votre délégué Centrale Générale de la FGTB.

pour travailler? Des solutions existent! Parlez-en avec votre délégué Centrale Générale de la FGTB. Trop FROID pour travailler? Des solutions existent! Parlez-en avec votre délégué Centrale Générale de la FGTB. Il fait trop froid pour travailler Brrr! L hiver : les mauvaises conditions météorologiques,

Plus en détail

Propriété intellectuelle en informatique

Propriété intellectuelle en informatique 47 Chapitre 4 Propriété intellectuelle en informatique 1. Introduction Propriété intellectuelle en informatique Nous avons été amenés précédemment à examiner les principes relatifs à la propriété intellectuelle.

Plus en détail

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION La Constitution est un ensemble de textes juridiques qui définit les différentes institutions composant l État et qui organise leurs relations. Elle peut comporter également

Plus en détail

Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire

Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire Présentation : Agnès ROCHE : CDS enfance depuis 2010 auparavant responsable éducatif enfance sur le

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale Cette fiche est consacrée au «Document Unique». Le Document Unique d évaluation des risques professionnels est : le premier outil de gestion des

Plus en détail

A toute personne active dans le domaine des assurances, qu elle soit du service interne ou externe.

A toute personne active dans le domaine des assurances, qu elle soit du service interne ou externe. A qui s adresse cette formation? A toute personne qui, quelle que soit sa désignation, agit en vue de la conclusion de contrats d assurance ou conclut de tels contrats. A toute personne désireuse de parfaire

Plus en détail

Prémonitions Membre d un groupe de voyants voués à préserver l humanité, vous devez empêcher le crime qui va se produire!

Prémonitions Membre d un groupe de voyants voués à préserver l humanité, vous devez empêcher le crime qui va se produire! Prémonitions Membre d un groupe de voyants voués à préserver l humanité, vous devez empêcher le crime qui va se produire! Matériel : 55 cartes réparties comme suit : - 1 carte de règles - 42 cartes vision

Plus en détail

Quand et pourquoi utiliser une base de données NoSQL?

Quand et pourquoi utiliser une base de données NoSQL? Quand et pourquoi utiliser une base de données NoSQL? Introduction Les bases de données NoSQL sont devenues un sujet très à la mode dans le milieu du développement web. Il n est pas rare de tomber sur

Plus en détail

RESULTATS ENQUETES VIADEO (JUIN 2010)

RESULTATS ENQUETES VIADEO (JUIN 2010) RESULTATS ENQUETES VIADEO (JUIN 2010) On a tous commandé au moins une fois sur un site marchand et on a tous été au moins une fois en relation avec un service clients 1 SOMMAIRE 1. Les médias utilisés

Plus en détail

Titres compréhensibles à l échelle internationale pour. la formation professionnelle supérieure

Titres compréhensibles à l échelle internationale pour. la formation professionnelle supérieure Titres compréhensibles à l échelle internationale pour la formation professionnelle supérieure Diplômes de la formation professionnelle supérieure La formation professionnelle supérieure contribue de manière

Plus en détail

Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale

Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale Z.OUMLERGUEB L.SEKHRI ZEGGAR A.SEBIA. K.DJERIDA. HOPITAL MILITAIRE REGIONAL UNIVERSITAIRE DE CONSTANTINE 19éme Congrès de la SACOT Oran 2012. Définition:

Plus en détail

Les risques psychosociaux: nouvelle réglementation

Les risques psychosociaux: nouvelle réglementation Les risques psychosociaux: nouvelle réglementation Dès le 1er septembre 2014, la nouvelle réglementation concernant les risques psychosociaux sera d application. De récentes modifications ont été apportées

Plus en détail

L enseignement intensif de l anglais, langue seconde Faits saillants du sondage de la FCPQ Enseignement intensif de l anglais, langue seconde

L enseignement intensif de l anglais, langue seconde Faits saillants du sondage de la FCPQ Enseignement intensif de l anglais, langue seconde L enseignement intensif de l anglais, langue seconde Faits saillants du sondage de la FCPQ Enseignement intensif de l anglais, langue seconde Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ) Février

Plus en détail

Des stratégies de distanciation au travail différentes selon l'âge?

Des stratégies de distanciation au travail différentes selon l'âge? Des stratégies de distanciation au travail différentes selon l'âge? Par: Nancy Côté, Romaine Malenfant & Andrée LaRue Avec la collaboration de Janic Allard, Véronique Paradis et Marie-Michèle Racine La

Plus en détail

PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT 2015

PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT 2015 2015 OBJECTIF Ce programme d entraînement a comme objectif de vous préparer à réaliser un défi unique et ambitieux : courir des relais de 1 km et 2 km pendant plus de 30 heures consécutives, en reliant

Plus en détail

La tête est tenue, regarder ses mains est le meilleur moyen d y parvenir.

La tête est tenue, regarder ses mains est le meilleur moyen d y parvenir. Le gainage doit se pratiquer de manière régulière dans un premier temps il aura pour vertu principale d équilibrer les forces musculaires, par la suite et selon le niveau, on verra dans cette pratique

Plus en détail

Organisation du travail 2 PTI. Plan thérapeutique infirmier. Un nouveau levier syndical : le PTI

Organisation du travail 2 PTI. Plan thérapeutique infirmier. Un nouveau levier syndical : le PTI Organisation du travail 2 PTI Plan thérapeutique infirmier Un nouveau levier syndical : le PTI brochure s adresse aux équipes locales de la FIQ. Elle a été réalisée par le service Communication- Information

Plus en détail

Santé et travail des seniors: une vision européenne

Santé et travail des seniors: une vision européenne Santé et travail des seniors: une vision européenne Les colloques du COR Vendredi 29 novembre 2007 Thierry Debrand (Irdes) Contact: debrand@irdes.fr Introduction et contexte Les pays industrialisés font

Plus en détail