LA FAUTE MEDICALE : les conditions de la responsabilité civile

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA FAUTE MEDICALE : les conditions de la responsabilité civile"

Transcription

1 LA FAUTE MEDICALE : les conditions de la responsabilité civile UIA Sofia 2014

2 Responsabilité médicale : responsabilité des médecins, auxiliaires médicaux, cliniques, laboratoires, établissements hospitaliers Spécificité : deux ordres de juridiction judiciaire (civil, pénal) et administratif + le juge ordinal. + un dispositif de règlement amiable avec 1 commission de conciliation et d indemnisation (CCI) mis en place par la loi du 4 mars Un socle commun secteur privé/public : la loi du 4 mars 2002 pour les actes réalisés à compter du 5 septembre 2001 (article L du code de la santé publique (CSP) + la loi du 30 décembre 2002 qui a notamment introduit une prise en charge des infections nosocomiales les plus graves par la solidarité nationale. une base commune : LE RECOURS À L EXPERTISE 2

3 AVANT LA LOI DU MARS 2002 : L APPLICATION DES PRINCIPES DE RESPONSABILITÉ CIVILE À LA MATIERE MEDICALE EXIGENCE D UNE FAUTE : Obligation de moyens du médecin et responsabilité contractuelle pour faute prouvée (application des principes de resp. civile à la matière médicale) Cass. civ (arrêt Mercier) consécration de la notion de contrat médical imposant l obligation de donner des soins consciencieux attentifs et conformes aux données acquises de la science «L obligation de soins découlant du contrat médical et mise à la charge du médecin est une obligation de moyens ; le médecin ne pouvant s engager à guérir, il s engage seulement à donner des soins non pas quelconques mais consciencieux, attentifs et conformes aux données acquises de la science» Cass. civ «le contrat médical emporte à la charge du médecin une obligation de moyens et la responsabilité du médecin est une responsabilité contractuelle pour faute prouvée» (article 1147 du code civil) Faute + préjudice + un lien de causalité entre la faute et le préjudice = responsabilité 3

4 Années 90 : EMERGENCE D OBLIGATIONS DE MOYENS RENFORCEES OU DE SECURITE-RESULTAT S AGISSANT DU MATERIEL UTILISE, DES INFECTIONS NOSOCOMIALES, DE L ACTE CHIRURGICAL 1/ MATERIEL UTILISE -CA Paris 12 janvier 1989 obligation contractuelle de sécurité relative au matériel de protection utilisé lors d une intervention chirurgicale (brûlures occasionnées par le formol destiné à protéger le globe oculaire). -Cass.1 ère civ n : le chirurgien-dentiste orthodontiste qui fournit un appareil, est tenu d une obligation de résultat concernant la sécurité tenant tant à la conception de l appareil qu à ses conditions d utilisation, 4

5 Obligation de sécurité résultat -Cass.1 ère 9/11/1999, la 1 ère chambre civile de la Cour de cassation (bull I n 300 p Morisot/Delsart) : une obligation de sécurité résultat s impose au médecin «en ce qui concerne les matériels qu il utilise pour l exécution d un acte médical d investigation ou de soins» ; CA Paris arrêt du 29 septembre 2000, retient l obligation de sécurité du médecin concernant le matériel chirurgical utilisé à l occasion d une intervention chirurgicale (lame de bistouri cassée) et l obligation de la clinique de mettre à la disposition du chirurgien un matériel exempt de vice. Cass. 1 ère 7 novembre 2000, (Bull I n 279 p.181) obligation de sécurité résultat en ce qui concerne les produits, tels les médicaments. 5

6 L acte Chirurgical -Cour de cassation 7/01/1997 n constate que «la blessure de l artère sousclavière a été le fait du chirurgien de sorte que sa responsabilité est engagée» faute induite -CA Paris 15/01/1999 n 1997/25948 // (CE arrêt Bianchi 9 avril 1993 n : responsabilité sans faute) Accident vasculaire dû à l onde de choc provoquée par l impact du ciseau à os sur la dent cécité pas de faute relevée, L existence d une obligation de moyens n exclut pas l existence d une obligation accessoire de sécurité qui fonde la responsabilité du médecin même en l absence de faute si l acte chirurgical est nécessaire au traitement et si le dommage est sans rapport avec l état initial du patient et avec l évolution prévisible de cet état. Dans le même sens CA Aix en Provence 17/10/2000 n 99/03425/CA Lyon 13/04/2000 n 1997/ C est le dommage en tant que «fait matériel» qui finit par fonder la responsabilité et non l appréciation de la conduite de l auteur qui devient secondaire 6

7 Retour du principe de responsabilité pour faute -Coup d arrêt de la Cour de cassation et refus de faire indemniser par le praticien les conséquences de l aléa thérapeutique Cass.civ.1ère, 8/11/2000, n «indépendamment de toute faute médicale, la survenance d un risque accidentel inhérent à l acte médical qui ne pouvait être prévu et maîtrisé, n entraîne pas la responsabilité du praticien» Cass.civ.1ère, 27/03/2001, n et 1 ère civ 9/05/2001 n «la réparation des conséquences de l aléa thérapeutique n entre pas dans le champ des obligations dont un médecin est contractuellement tenu à l égard de son patient» Juridictions du fond : Exigence d une adresse accrue / La place prise par le défaut d information / inégalités des ordres de juridictions Parallèlement : la jurisprudence Perruche ass.plén.cass. 17/11/2000 n 457P (réparation du préjudice de l enfant du fait de son handicap (séquelles liées à l atteinte in utéro par la rubéole développée par sa mère faute d analyse résultat sanguin empêchant la mère de pouvoir recourir à une IVG) 7

8 LA LOI KOUCHNER DU 4 MARS 2002 : UNE REGIME UNIFIE -Mise en place du «dispositif anti-perruche» - article L CASF : pas de réparation du préjudice subi par l enfant du fait de sa naissance et de son handicap sauf acte fautif ayant provoqué ce handicap réparation du préjudice des parents en cas de faute caractérisée L I CSP : consécration de règles autonomes pour la «responsabilité médicale» il existe désormais un fondement légal qui rappelle l exigence de la faute - Elle est indifférente à la qualification de la relation de soins (privée ou publique), à la nature de la responsabilité (délictuelle ou contractuelle). Les règles de prescription sont uniformisées (10 ans à compter de la consolidation du dommage L CSP alors que quadriennale devant le juge administratif et trentenaire devant le juge civil dans le cadre de la responsabilité contractuelle) L II CSP : l indemnisation de l accident médical non fautif (aléa) sous certaines conditions. 8

9 -PRINCIPE : responsabilité pour faute : article L I alinéa 1 du CSP : les professionnels de santé «ne sont responsables des conséquences dommageables d actes de prévention, de diagnostic ou de soins qu en cas de faute». L apport de l arrêt Mercier demeure sur la définition de la faute (pas de définition dans la loi) : référence aux soins consciencieux, attentifs et conformes aux données acquises de la science, aux règles de l art. -EXCEPTION lorsque la responsabilité est encourue en raison d un défaut de produit santé et en cas d infections nosocomiales (L I alinéa 2 : les établissements «sont responsables des dommages résultant d infections nosocomiales, sauf s ils rapportent la preuve d une cause étrangère»). Article L II CSP et mise en place de la réparation de l aléa thérapeutique au titre de la solidarité nationale sous conditions - Article L CSP loi du 30/12/2002 : relai d indemnisation par la solidarité nationale pour les infections les plus graves (+25% ou décès) et recours possible de l ONIAM pour «faute établie» (L CSP) 9

10 LA RESPONSABILITE POUR FAUTE Le contour de la faute médicale n allait-il pas changer du fait de l intervention de la solidarité nationale? -La faute de «conscience» ou «d humanisme» (information) -La faute de science médicale (diagnostic, acte de soins, surveillance ) 10

11 1.LA FAUTE DE CONSCIENCE OU ÉTHIQUE : LE DEVOIR D INFORMATION Le devoir d information : principe déontologique qui trouve son fondement dans l exigence du respect du principe constitutionnel de sauvegarde de la dignité de la personne humaine (cass. civ 1ère 9/10/2001 n ) Loi du 4 mars 2002 : Article L du code de la santé publique : obligation légale «Toute personne a le droit d'être informée sur son état de santé. Cette information porte sur les différentes investigations, traitements ou actions de prévention qui sont proposés, leur utilité, leur urgence éventuelle, leurs conséquences, les risques fréquents ou graves normalement prévisibles qu'ils comportent ainsi que sur les autres solutions possibles et sur les conséquences prévisibles en cas de refus. Lorsque, postérieurement à l'exécution des investigations, traitements ou actions de prévention, des risques nouveaux sont identifiés, la personne concernée doit en être informée, sauf en cas d'impossibilité de la retrouver» (alinéa 1er). (code de déontologie médicale R et s. CSP -article R du CSP: «Le médecin doit à la personne qu'il examine, qu'il soigne ou qu'il conseille une information loyale, claire et appropriée sur son état, les investigations et les soins qu'il lui propose. Tout au long de la maladie, il tient compte de la personnalité du patient dans ses explications et veille à leur compréhension» (alinéa 1er). 11

12 Reprise légale des principes jurisprudentiels LES PRINCIPES DEGAGES PAR LA JURISPRUDENCE AVANT LA LOI KOUCHNER SONT REPRIS PAR LA LOI 1/ CHARGE DE LA PREUVE arrêt Hédreul civ.1, n : le médecin doit prouver qu il a exécuté cette obligation précisé L al.7 2/ MOYENS DE PREUVE arrêt Guyomar civ.1, n : par tous moyens L al.7 - (profession patient, courriers échangés entre médecins, nombre d entretiens, délai de réflexion, tracés opératoires, entourage familial aux connaissances avérées, formulaires, réalisation antérieure d une même opération) Le médecin doit s assurer que l information a été comprise. D abord orale (entretien individuel : L al.3). L écrit? Cass.civ n (nécrose cutanée à jonction cicatrice sur plastie abdominale ici acceptation signée du patient de l intervention : insuffisante portée générale/ pas de brochure remise) (cf Reco. HAS mai 2012 : pas d exigence de confirmation signée du patient ). Cass. Civ. 1, n (syndrome de la queue de cheval suite arthrodèse vertébrale) retient l existence d une même intervention antérieure, les consultations nombreuses suivies de courriers au MT. 12

13 Limites de l obligation d information 3/ LIMITES de l obligation d information : jurisprudence antérieure : cas d urgence, d impossibilité refus d information thérapeutique (patient non en mesure de supporter info sur pronostic grave) ou de refus du patient d être informé L al.2 : urgence/impossibilité d informer L al.4 : la volonté d une personne d être tenue dans l ignorance d un diagnostic ou d un pronostic doit être respectée sauf lorsque des tiers sont exposés à un risque de transmission le code de déontologie modifié en ce sens par décret du 7 mai 2012 (auparavant il s agissait d un choix du médecin : possibilité de laisser le patient dans l ignorance dans son intérêt et pour des raisons légitimes). 13

14 L information 4/ DEBITEUR DE L INFORMATION : chaque médecin intervenant au cours d un même acte ou devant prendre en charge le patient à quelque titre que ce soit, est tenu d une obligation d information sa volonté, aucune intervention ou investigation ne peut être réalisée, «sauf urgence ou impossibilité, sans que la personne de confiance prévue à l article L , ou la famille, ou à défaut, un des proches ait été consulté». La personne de confiance (L ) désignation par écrit consultée si patient hors d état d exprimer sa volonté et de recevoir l information Mineurs/Majeurs sous tutelle : info des titulaires de l autorité parentale ou tuteur (L ) sauf pour le mineur si traitement s impose ou si opposition (L ) personnelle - médecin prescripteur et celui qui réalise la prescription civ.1, n L : l information incombe à tout professionnel de santé dans le cadre de ses compétences et dans le respect des règles qui lui sont applicables. Il ne peut se décharger de l obligation sur un confrère (Civ.1 ère 31 mai 2007 n ) 5/ DESTINATAIRE DE L INFORMATION : le patient lui-même + «le médecin est tenu d informer les proches du malade et de recueillir leur consentement que lorsque celui-ci est dans l impossibilité de donner son accord» (civ1 6/12/ ) L al.4 : si la personne hors d état d exprimer 14

15 Le contenu de l information -Avant la loi du 4 mars 2002 : civ n : information loyale, claire, appropriée sur les risques graves afférents aux soins proposés et le médecin n est pas dispensé de cette obligation par le seul fait que ces risques ne se réalisent qu exceptionnellement (idem CE 5/01/2000 n ). -Loi du 4 mars Renforcée en matière de chirurgie esthétique (L ) : conditions de l'intervention, des risques et des éventuelles conséquences et complications + remise devis détaillé/délai entre remise du devis et l intervention. Article L du CSP: vise «les risques fréquents ou graves normalement prévisibles». Quid des risques dits exceptionnels?? 15

16 Le contenu de l information Travaux parlementaires ne révèlent pas la volonté de revenir sur la jp Notion de risque normalement prévisible renvoie à la notion de risque connu Un risque exceptionnel s il est connu est normalement prévisible - Pas de précision dans le texte Jurisprudence : en faveur d une information dès lors que le risque est connu que le risque soit exceptionnel ou non «la seule circonstance que les risques ne se réalisent qu exceptionnellement ne dispense pas les praticiens de leur obligation» (Cass. Civ. 1e, 8 avril 2010, n : information due sur le risque d infection nosocomiale dès lors qu il est connu. Cass. civ. 1 ère 12 juin : évoque «l information nécessaire sur l objectif, les conséquences et les risques prévisibles» (arthrodèse syndrome queue de cheval). CE 24/09/2012 n rappelle «si cette information n est pas requise en cas d urgence, l impossibilité ou de refus du patient d être informé, la seule circonstance que les risques ne se réalisent qu exceptionnellement ne dispense pas les médecins de leur obligation». 16

17 Le contenu de l information Autres informations : sur les différentes investigations, traitements ou actions de prévention proposés, leur utilité, urgence, conséquences (L ) -sur le fait que le traitement prescrit (qui ne comportait pas de risque connu) n est pas conforme aux indications prévues par l AMM (Civ.1 12/06/2012 n ) (faits non soumis aux nvelles dispositions de L (loi 29/12/2011 le prescripteur informe le patient que la prescription de la spécialité pharmaceutique n est pas conforme à son autorisation de mise sur le marché, de l absence d alternative médicamenteuse appropriée, des risques encourus et des contraintes et des bénéfices susceptibles d être apportés par le médicament) -information sur les effets secondaires des médicaments et les contreindications (civ.1 28/11/2012 n ) 17

18 LA REPARATION DU DEFAUT D INFORMATION -Initialement réparation intégrale des préjudices corporels (Arrêt Teyssier req 28/01/1942). - -Puis réparation fondée sur la perte de chance Préalable : Le patient doit établir qu il aurait certainement refusé l opération ou les soins si le médecin l avait correctement informé des risques et qu il n aurait donc pas subi le dommage si la faute n avait pas été commise (pas de préjudice indemnisable s il est établi que le patient même informé des risques n aurait pas refusé de se soumettre à l acte médical (cass. civ. 1, n )(ex intervention indispensable- pas d autre choix). 18

19 L indemnisation 1/ Choix des tribunaux d indemniser la perte de chance qui correspond à une fraction des différents chefs de préjudice subis (civ1ère 29/06/1999, bull.n 220). (Méthode : examen des différents chefs de préjudice liés au dommage, le % de chance que le patient a de refuser l intervention (base critères objectifs : nature de l acte, % de risques de complications; nécessité de l intervention, existence d autres alternatives/ subjectifs : personnalité et état du patient) et chiffre l indemnisation en appliquant ce %. Le dommage réparable correspond à une fraction du préjudice subi parfois importante. 2/ Mais évolution de la jurisprudence vers la reconnaissance d un nouveau droit subjectif et d un préjudice autonome lié non plus à la violation de la relation contractuelle médecin-patient, mais à la violation d un droit de la personnalité déconnecté des lésions corporelles dont le non respect serait sanctionné même si les conséquences de l intervention ont été bénéfiques, même si le patient n avait pas d autre choix que l intervention. 19

20 LE PREJUDICE MORAL AUTONOME *Cass. civ.1 ère 3/06/2010 n «Toute personne a le droit d être informée préalablement aux investigations, traitements ou actions de prévention proposés, des risques inhérents à ceux-ci, et son consentement doit être recueilli par le praticien hors le cas où son état rend nécessaire une intervention thérapeutique à laquelle elle n est pas à même de consentir ; que le non-respect du devoir d information qui en découle, cause à celui auquel l information était légalement due un préjudice qu en vertu du dernier des textes susvisés (articles 16, 16-3, 1382 du code civil) le juge ne peut laisser sans réparation». Ici : adénomectomie prostatique/impuissance : défaut d information sanctionné - pas d autre choix thérapeutique que l intervention -préjudice autonome retenu (CA Toulouse après renvoi 18 juin 2012 : euros) *Cass. civ. 1 ère 26/01/12 n Exérèse glande thyroïde sans information sur risques de cancer révélés par les examens pratiqués ni sur éventualité thyroïdectomie totale : défaut retenu pas d autre choix thérapeutique - préjudice autonome. 20

21 ALIGNEMENT DE LA JURISPRUDENCE ADMINISTRATIVE QUI NE RETENAIT QUE LE PREJUDICE LIE A LA PERTE DE CHANCE : MAIS LE RISQUE DOIT S ETRE REALISE, (CE 24/09/2012 n CE 10/10/2012 n ) «indépendamment de la perte de chance de refuser l intervention, le manquement des médecins à leur obligation d informer le patient des risques courus ouvre pour l intéressé, lorsque ces risques se réalisent, le droit d obtenir réparation des troubles qu il a pu subir du fait qu il n a pas pu se préparer à cette éventualité, notamment en prenant certaines dispositions personnelles». (réaffirmation du principe de réparation de la perte de chance si intervention «impérieusement requise» en sorte que le patient ne dispose d aucune possibilité raisonnable de refus affirmation indirecte du cumul possible des deux indemnisations) 21

22 LA COUR DE CASSATION REJOINT LE CONSEIL D ETAT : LE RISQUE DOIT S ETRE REALISE Cass. civ. 1 ère 23/01/2014 n dde d une victime de sclérose latérale amyothrophique (SLA) attribuée à une vaccination contre l hépatite B, contre son médecin généraliste du fait du défaut d information. Cour d appel d Orléans : absence de risque avéré d apparition d une SLA après injection du vaccin : ne retient pas le défaut d information Pourvoi fondé sur l arrêt de principe du 3 juin 2010 (préjudice autonome) Cour de cassation approuve l arrêt d appel et ajoute : «Indépendamment des cas dans lesquels le défaut d information sur les risques inhérents à un acte d investigation, de traitement ou de prévention a fait perdre au patient une chance d éviter le dommage résultant de la réalisation de l un de ces risques en refusant qu il soit pratiqué, le non-respect, par un professionnel de santé de son devoir d information cause à celui auquel l information était due, lorsque ce risque se réalise, un préjudice résultant d un défaut de préparation aux conséquences d un tel risque, que le juge ne peut laisser sans réparation». -le cumul possible d indemnisation perte de chance/préjudice moral est confirmé 22

23 2. LA FAUTE DE «SCIENCE» L OBLIGATION DE FOURNIR DES SOINS ATTENTIFS Article L alinéa 1 du Code de la santé publique «Toute personne a, compte tenu de son état de santé et de l'urgence des interventions que celui-ci requiert, le droit de recevoir les soins les plus appropriés et de bénéficier des thérapeutiques dont l'efficacité est reconnue et qui garantissent la meilleure sécurité sanitaire au regard des connaissances médicales avérées. Les actes de prévention, d'investigation ou de soins ne doivent pas, en l'état des connaissances médicales, lui faire courir de risques disproportionnés par rapport au bénéfice escompté» Article R du Code de la santé publique (codification du code de déontologie médicale) «Dès lors qu'il a accepté de répondre à une demande, le médecin s'engage à assurer personnellement au patient des soins consciencieux, dévoués et fondés sur les données acquises de la science, en faisant appel, s'il y a lieu, à l'aide de tiers compétents» Article R du Code de la santé publique «Le médecin doit s'interdire, dans les investigations et interventions qu'il pratique comme dans les thérapeutiques qu'il prescrit, de faire courir au patient un risque injustifié» La faute doit être prouvée : elle ne peut se déduire de la seule absence de réussite de l acte médical ou de l apparition d un préjudice, ni de la seule anormalité ou gravité du dommage, l Référence : soins conformes aux données acquises de la science IMPORTANCE DE L EXPERTISE 23

24 2.1. L ERREUR DE DIAGNOSTIC Article R du code de la santé publique : obligation du médecin d élaborer son diagnostic avec le plus grand soin en y consacrant le temps nécessaire en s aidant dans toute la mesure du possible des méthodes scientifiques les mieux adaptées, s il y a lieu de concours appropriés TGI Bobigny 28 mars 2014 n 12/9617 Obligation de moyens et non résultat. Responsabilité «en cas d absence ou retard de diagnostic qu en cas de négligence, défaut d attention, d inadaptation des moyens techniques employés ou toute autre manquement à l obligations d agir conformément aux données de la science». Une responsabilité personnelle : Cass. civ. 1 ère 30/04/2014 n (médecin non lié par le diagnostic fait antérieurement par un autre : il doit apprécier personnellement, sous sa responsabilité les examens déjà pratiqués et au besoin en faire pratiquer de nouveaux) 24

25 Erreur: fautive ou non? L erreur de diagnostic est fautive lorsque le diagnostic pouvait être établi, sans retard, en faisant les examens nécessaires (Cass.civ.1, , n ) Elle n est pas fautive si le diagnostic est médicalement difficile (tableau atypique symptômes rendant le diagnostic particulièrement difficile à établir : (civ.1 ère 31 mai 2007 n Cass.1 ère, 4 mai 2012 n ) 25

26 Exemples Cas d une insuffisance d investigations (CA Aix en Provence, , n 07/00531, CA Rennes, , n 08/02143; Cass. civ. 1e, , n ) Pas de demande de l avis d un confrère spécialisé (Cass. Civ.1, , n : agénésie avant bras et main droite non détectée à l échographie de contrôle justifiée par incertitude des résultats précédents) Cas d un retard de diagnostic alors que signes cliniques d une particulière gravité (CA Lyon, , n 08/04138) Cas d un diagnostic de grippe au lieu de paludisme (diagnostic complexe mais ici médecin exerçant dans les caraïbes et connaissant les similitudes des symptômes et la nécessité de poser un diagnostic rapide en cas de paludisme (CA Basse-Terre 1998) Cas de retards de diagnostic de complications post-interventions (liés à une absence de surveillance) Cas de diagnostic d un malaise vagal au lieu d un infarctus du myocarde (décès dans la nuit) pas de faute pour le tribunal (diagnostic difficile car symptômes atypiques) mais infirmé par CA Rouen 25/01/2012 n 10/05461 : symptômes évocateurs pathologie coronarienne insuffisance des moyens mis en œuvre propres à récuser ou étayer un éventuel doute. Si le patient décès de l infarctus non diagnostiqué, encore faut-il qu il ait eu une chance réelle et sérieuse de survie (CA Riom 27 mai 2009) 26

27 2.2. L INDICATION Article L : le patient est en droit de recevoir les soins les plus appropriés à son état - la balance bénéfice risques. CA Lyon 24/01/ /01435 : fracture poignet gauche violloncelliste - intervention sous anesthésie loco-régionale par bloc axillaire et non AG lésion neurologique indication validée dans ce type de chirurgie. CA Rennes 14 mai /03614 indication d une intervention By-pass concomitamment à un retrait d anneau gastrique ici pas de stade d obésité morbide (IMC 31)- pas de prise d avis d un nutritionniste, d un psychiatre la seule crainte d une non observation du régime prescrit (alors que amaigrissement de 22 kg en un an) en lien avec l état psychologique ne constitue pas une indication suffisante pour une intervention grave et non dépourvue de risques 27

28 Le diagnostic prénatal Loi du 4 mars 2002 : terme à la jp favorable à l indemnisation de l enfant né handicapé réparation du préjudice des parents limitée dans sa teneur L code de l action sociale et des familles: «lorsque la responsabilité d un professionnel ou d un établissement de santé est engagée vis-à-vis d un enfant né avec un handicap non décelé pendant la grossesse à la suite d une faute caractérisée, les parents peuvent demander une indemnité au titre de ce seul préjudice» Cass. civ. 1 16/01/2013 n (alignement sur CE 19/02/2003 n et CE 9/02/2005 n ) enfant né atteint d agénésie de l avant-bras droit -seul le préjudice moral peut être indemnisé (ici à chacun des parents) -double critère : 1/intensité de la faute commise (renvoi à un critère de gravité du comportement fautif) 2/ évidence de la faute 28

29 2.3. LA FAUTE DANS LA REALISATION DE L ACTE DE SOINS La faute dans la réalisation du geste chirurgical: «obligation de précision du geste chirurgical» (Civ.1 ère 9/04/2001 Bull. I n 248 -CA Toulouse, ) Le défaut de vigilance fautive pour avoir utilisé une technique à risque (induction par anesthésique volatile au masque chez un enfant de 9 ans civ 1 ère 20/01/2011 n ) Oubli de compresse (laisser un champ abdominal lors d une colostomie = faute d inattention ayant entraîné lenteur de transit/épisode de sub occlusion/laparotomie pour ablation du corps étranger avec résection intestin grêle -TGI Paris 5/12/2011 n 10/ TGI Verdun 12/04/2012 n 08/00890) 29

30 Exemples Geste de rachianesthésie non fait selon règles de l art : injection faite trop haut (Amiens 19/4/2012) Respect des précautions d emploi des produits (bistouri électrique alors qu utilisation d un désinfectant (Hibitane) sur le corps dont il fallait s assurer du séchage embrasement du patient : responsabilité du chirurgien (TGI Lyon 14/11/2011 n 06/08758) «l embrasement ne peut être considéré comme un aléa thérapeutique dans la mesure où le simple respect des précautions élémentaires d usage de l Hibitane permet de l éviter» CA Metz 9/04/2013 RG 11/04094 : Obligation de contrôler son matériel avant le début de l intervention (ostéotome inadéquat) : doit surseoir à l intervention - a été maladroit car a fracturé le tibia en per-opératoire 30

31 LA FRONTIERE MALADRESSE / ALEA Question de l exécution technique d un geste médical dans les suites duquel il est constaté une lésion, une plaie, une blessure, une «perforation», une section (de nerfs) Principe = La responsabilité du médecin est établie dès lors que la réalisation de l acte médical effectué n impliquait pas la lésion constatée et que le patient ne présentait pas une anomalie rendant son atteinte inévitable (Cass. civ. 1, , n ; Cass. civ. 1, , n ). questions à se poser : s agit-t-il d un risque accidentel inhérent à l acte et qui ne pouvait être maîtrisé ce qui dans ce cas est un aléa thérapeutique dont le médecin ne peut être tenu pour responsable *Cass. civ.1, , n : coloscopie/perforation = Faute -n'impliquait pas une atteinte aux parois des organes examinés, -pas de prédispositions du patient 31

32 Civ mars 2013 n : douleurs abdominales - lipo-aspiration perforation intestin grêle patiente souffrait d une hernie ombilicale Cour d appel Nîmes : pas de faute du chirurgien (pas démontré que la hernie ombilicale était décelable préalablement à l intervention si plaie résulte de l acte, il n est pas démontré que l acte était non-conforme aux règles de l art) Cassation (visa 1315 c.civ. + L I) «l atteinte, par un chirurgien, à un organe ou une partie du corps du patient que son intervention n impliquait pas, est fautive, en l absence de preuve qui lui incombe d une anomalie rendant l atteinte inévitable ou la survenance d un risque inhérent à cette intervention qui ne pouvant être maîtrisé, relèverait de l aléa thérapeutique». = présomption simple de faute qui pèse sur le chirurgien qui peut être combattue par la preuve contraire 32

33 2.4. LA FAUTE DE SURVEILLANCE *Cass. civ. 1e, 5 novembre 2009, n «les praticiens se sont abstenus de prendre les mesures qui s imposaient à l égard du patient dont les antécédents étaient connus et la transmission par le personnel de la clinique à l équipe médicale des informations relatives à l épilepsie du patient et aux risques de chute, aurait permis la mise en place d un dispositif de protection» Cass. civ 1 ère 6/10/2011 n faute de surveillance (troubles visuels patiente diabétique, rétinopathie complication constante du diabète nécessitant surveillance accrue refus d avancer le RV ou d envoyer sur un autre confrère (surcharge cabinet n est pas une excuse le médecin devant réserver les cas d urgence perte de chance de recevoir un traitement au laser plus précoce et d éviter les séquelles). 33

34 EXERCICE EN EQUIPE L AUTEUR DE LA FAUTE Article R CSP «lorsque plusieurs médecins collaborent à l examen ou au traitement d un malade, ils doivent se tenir mutuellement informés : chacun des praticiens assume ses responsabilités personnelles et veille à l information du malade». -si équipe médicale hiérarchisée, sous autorité d un chef d équipe : celui-ci répond des fautes de l ensemble des personnes concourant aux soins sous son autorité, -si pas de relation de hiérarchisation (chirurgien/anesthésiste : Cass ass plén 30 mai 1986 n surveillance post-op (jusqu à reprise fonctions vitales) incombe anesthésiste pour ce qui concerne sa spécialité mais chirurgien tenu à une obligation générale de prudence et diligence) - Cass. 1 ère civ. 16 mai 2013 n Souvent des partages de responsabilité avec condamnations in solidum 34

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Fiche d information juridique La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Mars 2011 Isabelle Joly, Lionel Parois, Patrice Pienkowski, Bruno Richard-Molard, René Laugier et la Commission Juridique

Plus en détail

Le patient, le médecin, le juge et le défaut d information

Le patient, le médecin, le juge et le défaut d information > 15 e Journée de Réflexion < sur l Endoscopie Digestive en France Samedi 26 janvier 2013 Paris, Eurosites Georges V Le patient, le médecin, le juge et le défaut d information Docteur Isabelle Joly - Le

Plus en détail

Définition Responsabilité disciplinaire Responsabilité judiciaire Responsabilité administrative La loi de 2002 Jurisprudence Quelle évolution?

Définition Responsabilité disciplinaire Responsabilité judiciaire Responsabilité administrative La loi de 2002 Jurisprudence Quelle évolution? Définition Responsabilité disciplinaire Responsabilité judiciaire Responsabilité administrative La loi de 2002 Jurisprudence Quelle évolution? REIMS Octobre 2009 Définition La responsabilité, c est : Obligation

Plus en détail

LA RESPONSABILITÉ DU RADIOLOGUE Point de vue de l avocat

LA RESPONSABILITÉ DU RADIOLOGUE Point de vue de l avocat JFR 2007 LA RESPONSABILITÉ DU RADIOLOGUE Point de vue de l avocat Xavier Heymans Avocat à la Cour de Bordeaux www.heymans-avocat.com INTRODUCTION Rejet de la fatalité Socialisation du risque Responsabilisation

Plus en détail

LA FAUTE MEDICALE : Responsabilité Hôpitaux Cliniques Laboratoires. UIA Sofia 2014

LA FAUTE MEDICALE : Responsabilité Hôpitaux Cliniques Laboratoires. UIA Sofia 2014 LA FAUTE MEDICALE : Responsabilité Hôpitaux Cliniques Laboratoires UIA Sofia 2014 HOPITAUX Le système français se caractérise par la place du secteur public et des établissements de santé publics. La responsabilité

Plus en détail

RESPONSABILITÉ INDEMNITAIRE

RESPONSABILITÉ INDEMNITAIRE RESPONSABILITÉ INDEMNITAIRE (CIVILE ET ADMINISTRATIVE) Pr Scolan Clinique de médecine légale RESPONSABILITÉ CIVILE Introduction Obligation de répondre devant la justice d un dommage et de le réparer Délictuelle

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

Responsabilité juridique des soignants dans l infection nosocomiale

Responsabilité juridique des soignants dans l infection nosocomiale 33èmes journées régionales de formation en hygiène hospitalière 19 mai 2010 Responsabilité juridique des soignants dans l infection nosocomiale Maître Lynda, Cabinet CLAPOT- Avocats au barreau de LYON

Plus en détail

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Etablissement public sous la tutelle du Ministère chargé de la santé Les recours possibles pour les patients OBTENIR DES EXPLICATIONS Si un patient

Plus en détail

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Etablissement public sous la tutelle du Ministère chargé de la santé Lorsqu il estime avoir été victime, de la part d un établissement ou d un

Plus en détail

Me Le Prado, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Me Le Prado, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 4 mai 2012 N de pourvoi: 11-12775 Non publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Le Prado, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP

Plus en détail

Proposition de modification de la loi du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie. Tableau comparatif sur le texte actuel

Proposition de modification de la loi du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie. Tableau comparatif sur le texte actuel Proposition de modification de la loi du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie Tableau comparatif sur le texte actuel Vendredi 12 décembre 2014 Texte actuel Code de la santé

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS INTRODUCTION la responsabilité médicale,c est l obligation morale ou juridique

Plus en détail

OBLIGATION D INFORMATION DU MEDECIN DANS LA JURISPRUDENCE RECENTE MOYEN D INDEMNISER LES VICTIMES

OBLIGATION D INFORMATION DU MEDECIN DANS LA JURISPRUDENCE RECENTE MOYEN D INDEMNISER LES VICTIMES OBLIGATION D INFORMATION DU MEDECIN DANS LA JURISPRUDENCE RECENTE MOYEN D INDEMNISER LES VICTIMES A l occasion de l exercice de sa profession, le médecin est soumis aux obligations définies par la loi,

Plus en détail

Responsabilité professionnelle des médecins. Plenary meeting CEOM 1

Responsabilité professionnelle des médecins. Plenary meeting CEOM 1 Responsabilité professionnelle des médecins 1 Le risque juridique du médecin revêt 3 aspects - Pénal : dont le but est de punir l auteur d une infraction ne peut être couvert par un contrat d assurance

Plus en détail

Les Prescriptions Hors AMM

Les Prescriptions Hors AMM Les Prescriptions Hors AMM Dr Bruce Imbert Service Hospitalo-Universitaire d addictologie CHU Sainte Marguerite - Marseille 27.03.2012 L AMM Le respect de l AMM devrait être une règle de base La prescription

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

La responsabilité des infirmiers et des établissements de santé

La responsabilité des infirmiers et des établissements de santé La responsabilité des infirmiers et des établissements de santé I. Généralités Notion de responsabilité : Seules les personnes sont juridiquement responsables : o Personnes physiques (particuliers, professionnels)

Plus en détail

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 Assurance des praticiens Un praticien peut être amené à répondre de ses actes (ou omissions) à un triple niveau selon l objectif

Plus en détail

Le régime de la responsabilité civile des enseignants

Le régime de la responsabilité civile des enseignants Le régime de la responsabilité civile des enseignants Document réalisé par le SE-UNSA 94 Octobre 2014 Complexité : tel est le maître mot du régime de la responsabilité des enseignants. Ses grands principes

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

Emplacement de la photo d ouverture du domaine

Emplacement de la photo d ouverture du domaine FORMATION INITIATEUR Emplacement de la photo d ouverture du domaine Commission pédagogique de la Direction Technique Nationale 28/11/03 Une dimension morale «Être responsable» c est accepter et subir,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LA RESPONSABILITÉ CIVILE EXTRACONTRACTUELLE... 13 TITRE II - LA RESPONSABILITÉ DES PROFESSIONNELS...

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LA RESPONSABILITÉ CIVILE EXTRACONTRACTUELLE... 13 TITRE II - LA RESPONSABILITÉ DES PROFESSIONNELS... TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LA RESPONSABILITÉ CIVILE EXTRACONTRACTUELLE................... 13 TITRE II - LA RESPONSABILITÉ DES PROFESSIONNELS......................... 99 TITRE III - LE PRÉJUDICE...........................................

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

Expertise Médicale en Maladies Infectieuses

Expertise Médicale en Maladies Infectieuses Expertise Médicale en Maladies Infectieuses Dr Stéphane CHADAPAUD SNMInf Centre Hospitalier de Hyères 1 ers EGI - 14/01/2011 - PARIS Différentes juridictions françaises Ordre administratif Traite les problèmes

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

Prescription, Dispensation et indications hors AMM. François LOCHER UCBL- ISPB HCL-Pharmacie Centrale

Prescription, Dispensation et indications hors AMM. François LOCHER UCBL- ISPB HCL-Pharmacie Centrale Prescription, Dispensation et indications hors AMM François LOCHER UCBL- ISPB HCL-Pharmacie Centrale AMM Autorisation, nationale ou communautaire par laquelle l autoritécompétente donne son aval pour l

Plus en détail

CFDT UTI Métropole N 23 - Septembre 2012

CFDT UTI Métropole N 23 - Septembre 2012 104, rue Jeanne D'Arc 59000 LILLE Tél. : 03 20 88 36 20 - Fax : 03 20 53 21 44 Email : cfdt.metropole.lilloise@orange.fr Site : www.cfdt-metropolelilloise.fr Lettre d Information Juridique CFDT UTI Métropole

Plus en détail

N 03-30038 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 03-30038 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR DE CASSATION N 03-30038 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Président : M. CANIVET AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Mme MATHIA Avocat général : Mme BARRAIRON Assemblée Plénière Arrêt du 24 Juin 2005 LA COUR

Plus en détail

Phrase d accroche : Faits :

Phrase d accroche : Faits : Phrase d accroche : Si certaines clauses permettent à un contractant de limiter sa responsabilité en cas d apparition d un dysfonctionnement de la chose vendue, le juge les écarte parfois lorsque des circonstances

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Décret n o 2008-321 du 4 avril 2008 relatif à l examen des caractéristiques génétiques

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

LA RESPONSABILITE PROFESSIONNELLE DE L INFIRMIER(E) Laurence VENCHIARUTTI, Infirmière Libérale, Expert infirmier, Nantes

LA RESPONSABILITE PROFESSIONNELLE DE L INFIRMIER(E) Laurence VENCHIARUTTI, Infirmière Libérale, Expert infirmier, Nantes LA RESPONSABILITE PROFESSIONNELLE DE L INFIRMIER(E) Laurence VENCHIARUTTI, Infirmière Libérale, Expert infirmier, Nantes La profession infirmière Elle est protégée par le Code de la santé publique. L exercice

Plus en détail

LE PROFESSIONNEL FACE À LA JUSTICE

LE PROFESSIONNEL FACE À LA JUSTICE LE PROFESSIONNEL FACE À LA JUSTICE LES COMPLICATIONS EN ANESTHÉSIE 3 ÈME SYMPOSIUM DU GIAL 26 septembre 2015 Hôpital du Valais, Sion Sabrina Burgat, avocate Maître - assistante Université de Neuchâtel

Plus en détail

Défaut d information et préjudice d impréparation Du risque né de l activisme jurisprudentiel 04/2014. Jean VILANOVA Juriste

Défaut d information et préjudice d impréparation Du risque né de l activisme jurisprudentiel 04/2014. Jean VILANOVA Juriste Défaut d information et préjudice d impréparation Du risque né de l activisme jurisprudentiel 04/2014 Jean VILANOVA Juriste jean.vilanova@ca-predica.fr 1 Halte au feu! De la perte de chance à la faute

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

VERS UN ENCADREMENT DE L EXERCICE DE LA CHIRURGIE ESTHETIQUE

VERS UN ENCADREMENT DE L EXERCICE DE LA CHIRURGIE ESTHETIQUE COMMENTAIRE DES ARTICLES 52 à 56 DE LA LOI N 2002-303 DU 4 MARS 2002 VERS UN ENCADREMENT DE L EXERCICE DE LA CHIRURGIE ESTHETIQUE Annoncée en décembre 1996, la réforme de la réglementation relative à l

Plus en détail

L anesthésiste face à l expert!! Docteur D.MONTPELLIER

L anesthésiste face à l expert!! Docteur D.MONTPELLIER L anesthésiste face à l expert!! Docteur D.MONTPELLIER Conflits d intérêts de l Expert Corporatisme, Copinage avec les avocats. Expertise judiciaire + assurance + associations. Accepter une expertise en

Plus en détail

LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations. Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich

LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations. Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich s.scritti resp civ grerca lione LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich Professeur de droit comparé

Plus en détail

Le dispositif de la maladie imputable au service

Le dispositif de la maladie imputable au service LA QUESTION DE L IMPUTABILITÉ AU SERVICE DES MALADIES RÉSULTANT DE LA FRAGILITÉ PSYCHOLOGIQUE D UN FONCTIONNAIRE EN DEHORS DE TOUTE FAUTE DE L EMPLOYEUR PUBLIC Le dispositif de la maladie imputable au

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières. A. Nature de la responsabilité

Textes de référence : Table des matières. A. Nature de la responsabilité L INDEMNISATION DES VICTIMES D ACCIDENTS LIES AUX ACTES MEDICAUX EN ALLEMAGNE Textes de référence :! 611 et suivants du Code civil allemand (BGB)! 823 et suivants du Code civil (BGB)! 223 al. 2 du Code

Plus en détail

L'ASSISTANCE DES VICTIMES DE DOMMAGE CORPOREL. Maitre Candide POTTIER. Avocat spécialisé. Membre de l'anadavi. 24 rue de la Paix 74000 ANNECY

L'ASSISTANCE DES VICTIMES DE DOMMAGE CORPOREL. Maitre Candide POTTIER. Avocat spécialisé. Membre de l'anadavi. 24 rue de la Paix 74000 ANNECY L'ASSISTANCE DES VICTIMES DE DOMMAGE CORPOREL Maitre Candide POTTIER Avocat spécialisé Membre de l'anadavi 24 rue de la Paix 74000 ANNECY Dr Christophe TARDY Médecin conseil de blessés Spécialiste en médecine

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Académie d Orléans-Tours Février 2007 Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Partie 2 : L activité économique DROIT BTS 1 ère année Durée : 4 heures et les mécanismes

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

Les nouveaux contours de la responsabilité de l employeur dans Le domaine de la prévention

Les nouveaux contours de la responsabilité de l employeur dans Le domaine de la prévention Intervention du 2 juin 2009 Vincent CARON, Avocat associé cabinet FIDAL Les nouveaux contours de la responsabilité de l employeur dans Le domaine de la prévention Directeur du pôle Santé et sécurité au

Plus en détail

L essentiel de l Officiel

L essentiel de l Officiel LA FIN DE L «AUTOLICENCIEMENT» Décision de la Cour de cassation Cour de cassation Chambre sociale Décisions n 01-42-335, n 01-43-578, n 01-42-679, 01-40-235, n 01.41-150 Arrêts n 1780, n 1782, n 1783,

Plus en détail

LES AVANCEES DE L OBLIGATION DE SECURITE ET DE LA RESPONSABILITE SANS FAUTE EN MATIERE MEDICALE

LES AVANCEES DE L OBLIGATION DE SECURITE ET DE LA RESPONSABILITE SANS FAUTE EN MATIERE MEDICALE LES AVANCEES DE L OBLIGATION DE SECURITE ET DE LA RESPONSABILITE SANS FAUTE EN MATIERE MEDICALE M. Hubert GROUTEL Professeur à l Université de Bordeaux IV * Dire de l obligation de sécurité qu elle fait

Plus en détail

LA CONSULTATION PRE-ANESTHESIQUE. Cas cliniques

LA CONSULTATION PRE-ANESTHESIQUE. Cas cliniques LA CONSULTATION PRE-ANESTHESIQUE Cas cliniques CAS N 1 M. X, subit une première dilatation oesophagienne par endoscopie. Il est re-programmé un mois plus tard pour vérification sous anesthésie. On décide

Plus en détail

Les responsabilités de l employeur. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P

Les responsabilités de l employeur. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Les responsabilités de l employeur APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 10/2012 Différentes responsabilités 1- La Responsabilité Administrative Est relative - au respect des obligations du contrat

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/03/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 28 septembre 2010 N de pourvoi: 09-66255 Publié au bulletin Cassation Mme Favre, président M. Le Dauphin, conseiller apporteur

Plus en détail

LES DROITS DE L ENFANT

LES DROITS DE L ENFANT LES DROITS DE L ENFANT Maître Viviane SCHMITZBERGER HOFFER Avocat, Ancien Bâtonnier du Barreau de METZ Colloque du 11 octobre 2013 Syndrome du bébé secoué au Ministère de la Santé Mise en garde Article

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

LE MANUEL POUR LA GESTION DE MON SINISTRE

LE MANUEL POUR LA GESTION DE MON SINISTRE LE MANUEL POUR LA GESTION DE MON SINISTRE Table des matières 1. L EXPERTISE 1. Indépendance de l expert juridiciaire p. 3 2. Expertise médicale contradictoire présence des personnes autres que les parties

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Article premier Le titre IV du livre I er de la première

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Victime d une agression. La victime sera indemnisée selon le droit commun.

AVANT-PROPOS. Victime d une agression. La victime sera indemnisée selon le droit commun. AVANT-PROPOS Force est de constater que nous vivons dans une société indemnitaire. Toute personne ayant subi un dommage veut obtenir réparation de celui-ci. L indemnisation du dommage corporel est au cœur

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

DOCUMENT LOI RELATIVE AUX DROITS DES MALADES ET À LA QUALITÉ DU SYSTÈME DE SANTÉ (I) INC DROITS DE L USAGER LES DROITS DE LA PERSONNE

DOCUMENT LOI RELATIVE AUX DROITS DES MALADES ET À LA QUALITÉ DU SYSTÈME DE SANTÉ (I) INC DROITS DE L USAGER LES DROITS DE LA PERSONNE DOCUMENT LOI RELATIVE AUX DROITS DES MALADES ET À LA QUALITÉ DU SYSTÈME DE SANTÉ (I) La loi relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé a été promulguée le 4 mars 2002 (JO du 5

Plus en détail

SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE

SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE Adopté lors de la session d'avril 1999 ENTRE l Etat la Collectivité territoriale L Association (club ou fédération) représenté par M. le Centre

Plus en détail

Réparation du préjudice corporel en Algérie

Réparation du préjudice corporel en Algérie Réparation du préjudice corporel en Algérie Communication en deux parties: 1. Le cadre institutionnel 2. L expertise médicale Première partie Le cadre institutionnel Introduction 1. La réparation du préjudice

Plus en détail

SYNDROME D APNEE DU SOMMEIL ET CONDUITE DE VEHICULES MOTORISES

SYNDROME D APNEE DU SOMMEIL ET CONDUITE DE VEHICULES MOTORISES SYNDROME D APNEE DU SOMMEIL ET CONDUITE DE VEHICULES MOTORISES Votre syndrome d'apnée du sommeil peut provoquer une somnolence et une baisse de votre vigilance dans la journée. Sans une prise en charge

Plus en détail

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail?

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? L arrêt maladie est un arrêt de travail prescrit par un médecin en raison de la maladie ou de l accident du salarié,

Plus en détail

Renseignements généraux

Renseignements généraux ANNEXE XIV ARTICLE 6 DE LA LISTE DES MÉDICAMENTS Règlement modifiant le Règlement concernant la Liste des médicaments couverts par le régime général d assurance médicaments Loi sur l assurance médicaments

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité LE RISQUE SPORTIF LA RESPONSABILITE CIVILE

Plus en détail

Table des matières. Section 1 Les garanties aux différentes étapes de l expertise 10

Table des matières. Section 1 Les garanties aux différentes étapes de l expertise 10 Table des matières L expertise amiable et l expertise judiciaire offrent-elles les mêmes garanties? 9 Paul-Henry Delvaux Introduction 9 Section 1 Les garanties aux différentes étapes de l expertise 10

Plus en détail

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX Par Michel LEDOUX Avocat Associé CABINET MICHEL LEDOUX ET ASSOCIES 10 RUE PORTALIS 75008 PARIS Tél : 01.44.90.98.98

Plus en détail

La responsabilité juridique des infirmiers. Carine GRUDET Juriste

La responsabilité juridique des infirmiers. Carine GRUDET Juriste La responsabilité juridique des infirmiers Carine GRUDET Juriste Introduction Dans notre société civile, la responsabilité est un principe juridique selon lequel chacun doit répondre des conséquences de

Plus en détail

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Guide de bonnes pratiques. Pour les médecins conseils experts

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Guide de bonnes pratiques. Pour les médecins conseils experts ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE Guide de bonnes pratiques Pour les médecins conseils experts 2011 SOM MAIRE Avant l expertise p. 4 - la mission d expertise et acceptation de la mission p. 4 - la lettre

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Actualité juridique publié le 03/04/2014, vu 558 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à deux jurisprudences

Plus en détail

DU RISQUE MÉDICaL DES ÉTaBLISSEMENTS DE SaNTÉ

DU RISQUE MÉDICaL DES ÉTaBLISSEMENTS DE SaNTÉ DU RISQUE MÉDICaL DES ÉTaBLISSEMENTS DE SaNTÉ Introduction La 5 ème édition du Panorama du risque médical des établissements de santé confirme pour 2008 les tendances relevées au cours des exercices précédents,

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Responsabilité Médicale Comment éviter le risque de mise en cause judiciaire?

Responsabilité Médicale Comment éviter le risque de mise en cause judiciaire? Responsabilité Médicale Comment éviter le risque de mise en cause judiciaire? Bernard LIVAREK Assises du CNCH 22 novembre 2012 La responsabilité médicale est d ordre CONTRACTUEL: Arrêt MERCIER (1936) Il

Plus en détail

Comment être indemnisé en cas de. dommage médical?

Comment être indemnisé en cas de. dommage médical? E n p r at i q u e Comment être indemnisé en cas de dommage médical? Une publication des Mutualités Libres Rue Saint-Hubert, 19-1150 Bruxelles T 02 778 92 11 - F 02 778 94 04 commu@mloz.be Cover > Reporters

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/ 2011-94

Décision du Défenseur des droits n MLD/ 2011-94 Paris, le 13 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD/ 2011-94 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Le rôle des Commissions de Conciliation et d Indemnisation en cas de dommage consécutif à un acte de prévention, de diagnostic et de soins

Le rôle des Commissions de Conciliation et d Indemnisation en cas de dommage consécutif à un acte de prévention, de diagnostic et de soins Le rôle des Commissions de Conciliation et d ndemnisation en cas de dommage consécutif à un acte de prévention, de diagnostic et de soins La loi n 2002-303 du 4 mars 2002 a mis en place un dispositif amiable,

Plus en détail

UTB Chalon sur Saône Atelier éthique et société. La responsabilité médicale Jean-Paul DAILLOUX 16 décembre 2013

UTB Chalon sur Saône Atelier éthique et société. La responsabilité médicale Jean-Paul DAILLOUX 16 décembre 2013 1 UTB Chalon sur Saône Atelier éthique et société La responsabilité médicale Jean-Paul DAILLOUX 16 décembre 2013 Sources : - Mémoire Université PARIS II de Juliette Cotereau : La responsabilité à des fins

Plus en détail

A quel type d'intervenant convient-il de s'adresser selon les difficultés rencontrées?

A quel type d'intervenant convient-il de s'adresser selon les difficultés rencontrées? Direction générale de l'enseignement postobligatoire La fin du contrat d apprentissage A-t-on le droit de mettre fin à un contrat d apprentissage? Dans le présent document, le terme «apprenti» s entend

Plus en détail

RESPONSABILITE CIVILE DU DIRIGEANT EN CAS DE PROCEDURE COLLECTIVE : UN ETAT DES LIEUX. Par. Florence Ivanier et Michael Taïeb

RESPONSABILITE CIVILE DU DIRIGEANT EN CAS DE PROCEDURE COLLECTIVE : UN ETAT DES LIEUX. Par. Florence Ivanier et Michael Taïeb 1 RESPONSABILITE CIVILE DU DIRIGEANT EN CAS DE PROCEDURE COLLECTIVE : UN ETAT DES LIEUX Florence Ivanier et Michael Taïeb Par Avocat Associé Avocat Associé Sommaire: lorsqu une société fait l objet d une

Plus en détail

Responsabilité professionnelle des Infirmiers

Responsabilité professionnelle des Infirmiers Responsabilité professionnelle des Infirmiers Diplômés s d Etatd Direction des Affaires Juridiques et des Droits du Patient Bureau de la Responsabilité Médicale et du Contentieux des Personnels Emily THIBAULT

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 3 octobre 2013 N de pourvoi: 12-24957 ECLI:FR:CCASS:2013:C201507 Non publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Didier et Pinet,

Plus en détail

«Sous-section 1 : Dispositions générales

«Sous-section 1 : Dispositions générales Version octobre 2008 DHOS/O1/DOCUMENT DE TRAVAIL MINISTERE DE LA SANTE, DE la JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE REPUBLIQUE FRANÇAISE PROJET DE DECRET relatif aux conditions d implantation applicables

Plus en détail

Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail. Confédération Française de l'encadrement-cgc. I. Qu est-ce que l inaptitude?

Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail. Confédération Française de l'encadrement-cgc. I. Qu est-ce que l inaptitude? Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail Fiches pratiques www.cfecgc.org Confédération Française de l'encadrement-cgc L inaptitude Vous êtes salarié et êtes confronté à cette situation

Plus en détail

L information des aidants et le secret médical

L information des aidants et le secret médical 1 L information des aidants et le secret médical Destinée à l ensemble des professionnels de santé (médecin, infirmier, kinésithérapeute, etc.), cette fiche entend préciser ce que vous pouvez dire aux

Plus en détail

Module 1 Question 9 MODALITES D HOSPITALISATION EN PSYCHIATRIE. Rédaction commune : JP Lépine, S Arbabzadeh-Bouchez, N.

Module 1 Question 9 MODALITES D HOSPITALISATION EN PSYCHIATRIE. Rédaction commune : JP Lépine, S Arbabzadeh-Bouchez, N. Module 1 Question 9 MODALITES D HOSPITALISATION EN PSYCHIATRIE Rédaction commune : JP Lépine, S Arbabzadeh-Bouchez, N. Lafay, JL Senon Les modalités d hospitalisation en milieu psychiatrique sont régies

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

FRUSES 2013. AMIENS 1 er octobre 2013

FRUSES 2013. AMIENS 1 er octobre 2013 FRUSES 2013 AMIENS 1 er octobre 2013 C R C I : démarche de lexpert l expert Docteur Daniel VALET Centre Hospitalier de BEAUVAIS Praticien Hospitalier Chef de Service Anesthésie Réanimation Médecine Légale

Plus en détail

Tribunal des conflits. Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif. Rapporteur : Y. Maunand. Séance du 16 novembre 2015

Tribunal des conflits. Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif. Rapporteur : Y. Maunand. Séance du 16 novembre 2015 1 Tribunal des conflits Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif Rapporteur : Y. Maunand Séance du 16 novembre 2015 Le conflit positif dont vous êtes saisi va vous conduire à vous prononcer à la fois

Plus en détail

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 janvier 2011. LETTRE RECTIFICATIVE au projet de loi (n 2494) relatif

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

DROIT DES OBLIGATIONS (Saint-Pétersbourg, 9 avril-17 avril 2014) Cours de Mme Suzanne Lequette. Introduction

DROIT DES OBLIGATIONS (Saint-Pétersbourg, 9 avril-17 avril 2014) Cours de Mme Suzanne Lequette. Introduction DROIT DES OBLIGATIONS (Saint-Pétersbourg, 9 avril-17 avril 2014) Cours de Mme Suzanne Lequette Introduction 1) Notion d obligation 2) Typologie des obligations - La distinction des obligations selon leurs

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail 1 La responsabilité du médecin du travail Les conséquences juridiques d un statut particulier 2 Intervenante Jocelyne CAYRON Docteur en Droit Maitre de Conférence en Droit Privé Responsable de Master Professionnel

Plus en détail