Commissaire-priseur et expert(s) : un tandem. Quelle solidarité juridique et financière?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Commissaire-priseur et expert(s) : un tandem. Quelle solidarité juridique et financière?"

Transcription

1 Commissaire-priseur et expert(s) : un tandem. Quelle solidarité juridique et financière? De Clarens, courtier spécialisé en assurances auprès des Commissaires-Priseurs, a le plaisir de vous adresser le troisième numéro de sa lettre d information, portant sur la responsabilité solidaire mise à la charge des experts et des commissaires-priseurs. Cet article a été rédigé à l occasion de notre intervention à la table ronde organisée par le Conseil des Ventes. Les experts assistent les commissaires-priseurs dans la description, la présentation et l estimation des biens. Leur activité influe donc directement sur celle des commissaires-priseurs. Ainsi, la responsabilité qui découle de leurs missions a des répercussions directes et importantes sur celle qui incombe à celui qui réalise la vente. La prudence s impose donc puisque le partage des responsabilités prévu à l article L du Code de Commerce fait peser sur le commissaire-priseur un risque supplémentaire. I- Des assurances distinctes A Les obligations d assurances L opérateur de vente volontaire (OVV) est tenu de souscrire une RC Professionnelle + Garantie Financière : Article L Code de Commerce - Un opérateur de ventes aux enchères est tenu de souscrire : - une assurance couvrant leur responsabilité professionnelle ; - une assurance ou un cautionnement garantissant la représentation des fonds détenus pour le compte d'autrui. L expert agréé est tenu de souscrire une RC Professionnelle : «Article L Code de Commerce - Tout expert intervenant à titre onéreux à l'occasion d'une vente de meubles aux enchères publiques est tenu de contracter une assurance garantissant sa responsabilité professionnelle.» INFORMATION OBLIGATOIRE DU PUBLIC 1

2 La loi du 20 juillet 2011 Article L Code de Commerce L'organisateur de la vente veille au respect par l'expert dont il s'assure le concours des obligations et interdictions prévues par la loi, et doit notamment vérifier que l expert est bien assuré. Il doit en informer le public. Le commissaire-priseur est donc garant de la fiabilité de l expert. Notre conseil : vérifier que l expert est assuré c est vérifier la validité de l assurance et les montants de garantie accordés grâce à une attestation d assurance. B Les contrats d assurances 1- Les garanties obligatoires 1-1- Pour l OVV et l expert RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE - Cette assurance permet d indemniser les tiers (acheteurs ou vendeurs) à la suite d erreurs de fait ou de droit, d omissions, oublis, retard commis à leur détriment par l OVV ou l expert. Ce contrat est composé de trois volets : LA RESPONSABILITE CIVILE EXPLOITATION qui couvre la responsabilité de l OVV ou de l expert en sa qualité d utilisateur des locaux et d employeur. LA RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE qui couvre la responsabilité de l OVV ou de l expert et de ses préposés dans le cadre de préjudices causés à autrui : du fait d une faute professionnelle (erreur de droit, de fait, inexactitude, oubli, omission, négligence), d un manque de diligence ou de prudence, défaut de conseil du fait des personnes dont l assuré est civilement responsable : vol / malversation / détournements / contrefaçon / abus de confiance 1-2- Pour l OVV uniquement RESPONSABILITE CIVILE DEPOSITAIRE Ce contrat garantit l OVV ou l expert (en cas de faute) pour les objets reçus dans le cadre de son activité professionnelle, et qui auraient été volés, endommagés ou détruits involontairement. NON REPRESENTATION DES FONDS Ce contrat garantit le remboursement des fonds, effets et valeurs reçus par l OVV dans le cadre de son activité professionnelle. Il ne garantit que les réclamations concernant l activité de l OVV et nullement celles résultant d activités interdites et/ou incompatibles avec les textes en vigueur Il a pour objet l indemnisation des clients uniquement. 2

3 Conditions d application: - l OVV doit être considérée comme défaillante (faute de gestion, détournement, procédure RLJ ) ; - Les montants de garantie sont fixés par décret (chiffre moyen mensuel des ventes de l exercice précédent ou moitié du montant maximal des fonds détenus sur le compte des tiers durant les 12 derniers mois). 2- Les garanties facultatives OBJETS CONFIES (biens meubles, immeubles, pièces documents, dossiers, supports d information ) Ce contrat garantit le préjudice résultant d un sinistre subi par les objets confiés à l OVV dans le cadre de son activité. Il s agit d une garantie «dommages» sans nécessité de prouver la faute de l OVV. Garantie soumise à la présence de moyens de protection des lieux. Garantit également la force majeure et les tempêtes, grêles Cette assurance n est pas obligatoire et est souvent contractée par l OVV puisque c est principalement lui qui détient les objets dans ses locaux. Notre conseil : L OVV et l expert doivent être prudents quant à l étendue de la garantie : certains contrats ne garantissent pas les biens confiés lorsqu ils se situent chez les experts. Dans ce cas c est à l expert d assurer les biens qui lui sont confiés en vue de l expertise. De Clarens prévoit toujours la garantie en tous lieux dans ses contrats, y compris en cours de transport. Il est très important d être bien assurés afin que chacun soit en mesure de supporter la charge d une réclamation, seul ou conjointement. II- L articulation des responsabilités entre Expert et Commissaire-priseur A- La responsabilité solidaire L article L Code de Commerce énonce que «les opérateurs de ventes volontaires de meubles aux enchères publiques [ ] ainsi que les experts qui les assistent dans la description, la présentation et l estimation des biens engagent leur responsabilité au cours ou à l occasion des prisées et des ventes de meubles aux enchères publiques [ ]». Article L Code de Commerce «L expert est solidairement responsable avec l'organisateur de la vente pour ce qui relève de son activité.» Le commissaire-priseur engage sa responsabilité sur le contenu du catalogue qu il produit, solidairement avec l expert. L expert et l OVV répondront donc chacun pour le tout des conséquences des fautes commises envers les tiers. 3

4 Ainsi, une maison de ventes ne peut se dégager de sa responsabilité au prétexte qu elle a eu recours à un expert. Lorsqu il y a une erreur, par exemple un descriptif inexact d objet ou une mauvaise évaluation, le tiers lésé pourra se retourner contre l OVV et l expert dans le même temps. Cette solidarité légale est automatique. Elle permet de protéger l acheteur, qui peut ainsi se retourner à son choix contre l un ou l autre des acteurs de la vente, avant même que le responsable final ne soit déterminé. Et le client met toujours en cause l OVV. Il est donc très important pour l OVV et l expert d être bien assurés car ils supporteront tous les deux les conséquences pécuniaires de la réclamation. Les lois de 2000 et 2011 accentuent la solidarité qui existe entre Expert et OVV. Pour appréhender l étendue de cette solidarité, il faut comprendre sur quels fondements experts et OVV engagent leur responsabilité. 1- La jurisprudence met à la charge de l OVV une responsabilité automatique dès lors qu une erreur apparaît dans le catalogue de vente. Dans ce cas l OVV ne peut se décharger en appelant en responsabilité l expert seul, ils devront tous les deux répondre des conséquences de cette erreur. L OVV ne doit pas seulement adopter un comportement d homme de l art prudent et diligent mais doit répondre de toute erreur ou information inexacte. Ainsi, un OVV engage sa responsabilité s il ne s assure pas que toutes les investigations nécessaires ont été menées, et s il ne fait pas preuve d esprit critique à l égard des conclusions de l expert. 2- La jurisprudence fait peser sur l expert une responsabilité accrue du fait de ses connaissances techniques pointues. L expert doit notamment investiguer de manière large au cours de l exécution de sa mission : mise en œuvre des moyens techniques d analyse, référence systématique aux spécialistes soit par interrogation directe, soit par référence aux catalogues raisonnés et ouvrages faisant autorité au moment de l expertise. Mais comme vu précédemment, toute erreur de l expert au catalogue engage la responsabilité de l OVV. Pour exemple, ils engagent solidairement leur responsabilité sur : - La nécessité d informer le public des éléments qui pourraient contredire ou amoindrir le diagnostic de l expert : les notices et catalogues doivent mentionner les opinions dissidentes émanant d autorités reconnues, les éventuelles réserves résultant d analyses scientifiques voire l impossibilité d effectuer certains contrôles - La rigueur employée dans la terminologie descriptive : sanction des affirmations insuffisamment étayées ou qui n ont pas pu prendre en compte tous les éléments permettant de les corroborer. 4

5 A l issue du jugement, s il apparaît que l OVV n a commis aucune faute ou qu il est partiellement responsable, ce n est pas lui qui supportera définitivement les conséquences de la faute de l expert. Ce dernier répondra seul de ses erreurs envers le tiers lésé. L OVV (ou son assureur), mettra alors en œuvre un recours contre l expert afin de recouvrer les sommes qu il a engagées. Mais pour pouvoir se retourner contre le fautif, encore faut-il que ce dernier soit solvable. Sans cela : - L OVV supportera seul la charge financière de la condamnation - La sinistralité de son contrat sera grevée. D où l obligation (article L Code de Commerce) pour la maison de vente de vérifier la souscription d un contrat d assurance par l expert et les montants de garantie qui lui sont accordés. Par ailleurs, la jurisprudence permet que l expert engage directement sa responsabilité à l égard de la maison de vente à laquelle il prête son concours, en dehors de toute réclamation de tiers, pour le préjudice personnel que la maison de vente subit par une faute de l expert. Article L Code de Commerce : les clauses qui visent à écarter ou à limiter la responsabilité des experts sont interdites et réputées non écrites. Délai de prescription : Action de l acheteur en annulation de la vente pour erreur sur la substance (art C. Civ.) Doit être engagée dans les cinq ans après la découverte de l erreur (art C.Civ.). Action de l acheteur en responsabilité de l OVV ou de l expert (art. L et L Code de Commerce) Doit être engagée dans les cinq ans à compter de l adjudication ou de la prisée (art. L Code de Commerce). Article L Code de Commerce : Depuis la loi du 20 juillet 2011, le délai de prescription doit être indiqué dans la publicité prévue à l article L Action du vendeur en responsabilité contractuelle de l OVV ou de l expert OU action de l OVV contre l expert. Doit être engagée dans les cinq ans à compter de la réalisation du dommage ou de sa connaissance par la victime. B- Exemples de mise en cause Lorsque l acheteur met en cause l OVV ou l expert, la responsabilité est d ordre délictuel. 5

6 Il appartient à l acheteur/vendeur de rapporter la preuve de l existence du préjudice (ex : acquisition d un tableau à une valeur qui n est pas la sienne). Notion de préjudice assez large l objet n a pas atteint le prix escompté pour le vendeur, l acheteur a été induit en erreur ou mal informé sur les qualités réelles de l objet, a payé trop cher un objet qui ne correspond pas à ses attentes. Cependant s il prouve que les informations données lors de la vente (notamment catalogue) sont inexactes, la charge de la preuve est renversée et c est au commissaire-priseur d établir l absence de faute dans l accomplissement de sa mission. Lorsque c est le vendeur qui met en cause l OVV, ou bien l OVV qui se retourne contre l expert, la responsabilité est d ordre contractuel. Ainsi, il faudra que celui qui a subi le dommage prouve l inexécution contractuelle mais également le caractère fautif. Responsabilité Solidaire : Article L Code de Commerce «L expert est solidairement responsable avec l'organisateur de la vente pour ce qui relève de son activité.» En règle générale : Problématiques d authenticité (attention la plupart des actions pour défaut d authenticité recherchent a priori l annulation des ventes pour erreur substantielle. Or ces actions visent principalement le vendeur, la responsabilité du de l OVV est tout de même recherchée à titre subsidiaire. Erreur d estimation (plus difficile de prouver une faute et le caractère aléatoire des prix sur le marché de l art complique les choses toutefois la responsabilité peut être retenue lorsque l erreur d estimation est la conséquence directe d une erreur fautive en matière d authenticité) Un OVV peut engager sa responsabilité s il ne s assure pas que toutes les investigations nécessaires ont été menées, et s il ne fait pas preuve d esprit critique à l égard des conclusions de l expert. Mise en vente d un tableau de grand maître : l OVV et l expert n ont pas effectué de recherches sur l origine, n ont pas consulté le spécialiste incontesté de ce peintre et n ont pas recueilli toutes informations utiles sur le «pedigree» de ce tableau. Ils se contentent de reprendre l attribution faite dans une exposition privée intervenue antérieurement (CA Paris 1 ère ch., sect. A, 10 juin 2003). Un collectionneur avait acquis aux enchères une épreuve en bronze d une statue d Auguste Rodin titrée et signée du nom du fondeur Alexis Rudier. Un expert avait délivré un certificat d authenticité avant la vente. Quelques années plus tard, un deuxième expert conclut que l œuvre n était pas authentique, et un troisième estima que l épreuve avait été fondue illégalement sous la marque «Alexis Rudier» dans les années Le collectionneur engagea donc une action en responsabilité à l encontre du commissaire-priseur et des héritières du premier expert. 6

7 Le Tribunal de grande instance de Paris rejeta la demande de dommages et intérêts. Les magistrats estimèrent en effet que le collectionneur ne démontrait pas qu au moment de la vente l attribution de l épreuve à Alexis Rudier était erronée ou imprudente. La Cour d appel de Paris réforme ce jugement. Reprenant une jurisprudence désormais établie, elle affirme «qu à l égard de l acquéreur d une œuvre d art, victime d une erreur, le commissaire-priseur et l expert qui affirment l authenticité d une œuvre d art, sans assortir leurs propos de réserves, engagent leur responsabilité sur cette seule affirmation». Elle en conclut que la responsabilité du commissaire-priseur doit être retenue, puisque celui-ci a présenté dans son catalogue l œuvre comme ayant été fondue par l atelier d Alexis Rudier, de façon erronée et sans émettre la moindre réserve (la responsabilité de l expert n a pas été retenue, le collectionneur ayant renoncé à ses demandes à l encontre des héritières). Le collectionneur obtient des dommages et intérêts d un montant égal à la différence entre le prix d acquisition de l œuvre et sa valeur réelle. Cour d appel de Paris, 18 janvier 2013, RG n 10/12650 Dans une affaire jugée par le TGI de Paris du 1er décembre 2009, un bronze de Rodin acquis en vente publique se révèle non authentique. L acquéreur engage une action en responsabilité contre le commissaire-priseur et l expert de la vente. Confirmant une jurisprudence constante, le tribunal de Paris condamne le commissaire-priseur et l expert in solidum à rembourser les frais et honoraires acquittés par l acheteur. Le tribunal réaffirme ainsi le caractère irréfragable des mentions portées sans réserve dans le catalogue de vente. Leur fausseté, intentionnelle ou non, permet l annulation de la vente et engage inévitablement la responsabilité de l OVV. Responsabilité exclusive de l OVV : L OVV présente au catalogue une œuvre sans la moindre réserve alors que son authenticité douteuse a été relevée par des opinions divergentes d experts dans des contentieux précédents. (Cass. 1 ère civ., 16 mai 2013). L OVV se doit d exprimer les doutes existant sur l authenticité d une œuvre et engage sa responsabilité s il ne le fait pas. En revanche, si les données acquises au moment de la vente ne permettent pas de mettre en doute l authenticité de l œuvre, seules des analyses techniques ultérieures l ayant remise en cause, la responsabilité du commissaire-priseur ne peut être engagée (Cass. 1 ère civ. 10 juillet 2013). L OVV commet une faute en mettant en vente une œuvre dont la fausseté est avérée. Un tableau dont l authenticité est mise en doute est volé chez l OVV chargé de la vente. Le tribunal affirme que cela constitue pour le propriétaire une irrémédiable perte de chance de prouver le caractère original du tableau. Responsabilité in fine de l expert : Un expert a en principe une obligation de moyens «simple» dans l exécution de sa mission. Hors le cas d une expertise particulièrement difficile, le simple manquement permet d engager la responsabilité de l expert ; le manquement «caractérisé» n est pas requis. Il faut alors prouver que 7

8 l expert n a pas mis en œuvre tous les moyens techniques utilisés habituellement et dont il pouvait disposer pour aboutir à une conclusion, et que ce manquement a causé un préjudice. Toutefois, un mouvement jurisprudentiel tend à reconnaître l existence d une obligation de résultat à la charge de l expert. La Cour de cassation et les juges du fond ont en effet énoncé, à plusieurs reprises depuis 1995, que «l expert qui affirme l authenticité d une œuvre d art sans assortir son avis de réserves engage sa responsabilité sur cette affirmation». Il a été retenu dans quelques décisions un manquement délibéré de la part de l expert : en l absence de certitude suffisante sur la paternité des œuvres, l expert doit prendre toutes les précautions utiles dans la rédaction du catalogue ou émettre expressément des réserves d usage, de manière à ce qu aucune garantie d authenticité ne puisse s attacher à la signature d une œuvre qui ne serait qu une copie. Il appartient à l expert d étayer ses dires sur l absence d authenticité des œuvres (Cass. 1 ère civ. 6 février 2013). Ainsi lorsqu il affirme l authenticité d un bien sans réserve, il engage sa responsabilité sur cette affirmation, et doit garantir le commissaire-priseur de la condamnation prononcée au profit de l acquéreur (Cass. 1 ère civ., 3 avril 2007). De même, l expert qui fait preuve d une «négligence fautive» en certifiant sans recherche particulière l authenticité d une œuvre est condamné à garantir intégralement le commissairepriseur (TGI Paris, 1er décembre 2009). En principe, la responsabilité de l expert au titre des certificats ou évaluations doit être écartée si l expertise réalisée est sans relation avec la transaction incriminée. Toutefois, la Cour de Cassation reconnaît que la surestimation d un bien par l expert est constitutive d une faute professionnelle, même si cette surestimation est établie dans des documents d expertise établis à des fins d assurance, et ultérieurement utilisés pour obtenir des avances bancaires (Cass. 2 ème civ. 17 décembre 2009). L expert a décrit au catalogue d une vente une simple gravure rehaussée de pastel comme étant un pastel du XVIIIe, faute d avoir pris la précaution de décadrer l œuvre pour en permettre l examen attentif. Pour que la responsabilité exclusive de l expert ou de l OVV soit reconnue, il faudra que l autre partie ait mis tous les moyens en œuvre pour remplir ses obligations et qu elle n ait commis aucune faute. Pour répondre à vos interrogations, nous sommes à votre disposition Hélène POLIPHEME 8

9

Le développement des ventes en ligne : la distinction entre ventes volontaires et courtage aux enchères

Le développement des ventes en ligne : la distinction entre ventes volontaires et courtage aux enchères Le développement des ventes en ligne : la distinction entre ventes volontaires et courtage aux enchères De Clarens, courtier spécialisé en assurances auprès des Commissaires-Priseurs, a le plaisir de vous

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

La responsabilité des présidents d A.C.C.A.

La responsabilité des présidents d A.C.C.A. La responsabilité des présidents d A.C.C.A. Bernard MERAUD : Avocat au Barreau de Bourgoin-Jallieu (Assemblée générale FDCI du 26 avril 2014) ---------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile et pénale Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile est la conséquence, soit de l'inexécution d'un contrat, soit d'un acte volontaire ou

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale des associations

Responsabilité civile et pénale des associations Responsabilité civile et pénale des associations En engageant une action associative, sachez que le fait de déposer des statuts et donc d adapter les règles de la loi 1901 vous obligent à appliquer la

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

ASSURANCE : DÉFINITION***

ASSURANCE : DÉFINITION*** ASSURANCE : DÉFINITION*** Opération d assurance Garantie panne mécanique des véhicules d occasion - Garantie octroyée par un opérateur indépendant du revendeur - Paiement d une somme forfaitaire - Articles

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. Montpellier - 13 novembre 2012

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. Montpellier - 13 novembre 2012 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE Montpellier - 13 novembre 2012 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques La nature de l activité L âge des participants à l activité Le lieu de l activité

Plus en détail

Razvan Dinca Maitre des conférences Faculté de Droit de l Université de Bucarest

Razvan Dinca Maitre des conférences Faculté de Droit de l Université de Bucarest Rapport roumain Les assurances de responsabilité : étendue des garanties Razvan Dinca Maitre des conférences Faculté de Droit de l Université de Bucarest 1. Notion L opération d assurance est définie par

Plus en détail

Art. 2 La police doit satisfaire aux conditions minimales suivantes:

Art. 2 La police doit satisfaire aux conditions minimales suivantes: AVERTISSEMENT Les textes légaux et réglementaires figurant dans ce site ne constituent pas une publication officielle (voir www.moniteur.be) de sorte que l IPI n est pas responsable de leur contenu ni

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Edito A l occasion de la rentrée, le pôle Assurances de Lefèvre Pelletier & Associés vous propose un panorama de l actualité juridique du deuxième trimestre 2008, enrichi de décisions parues au cours de

Plus en détail

Les Estivales Juillet 2009. Alain Maurey

Les Estivales Juillet 2009. Alain Maurey Responsabilité civile il : comment éviter la mise en cause? Les Estivales Juillet 2009 Alain Maurey Sommaire Les fondements de la responsabilité Quelques obligations de l expert-comptable Les grandes caractéristiques

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle La responsabilité contractuelle est la sanction de l inexécution ou de la mauvaise exécution du contrat. Elle est prévue par l article

Plus en détail

La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion

La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion INTRODUCTION Beaucoup d obligations pèsent sur les épaules du chef d entreprise. En effet, le dirigeant est amené à prendre des

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

Le point de vue de l'assureur

Le point de vue de l'assureur L'attestation acoustique... Pourquoi? Comment? Avec qui? Odile VIDAL & Vincent PAYEN, Montmirail Groupe VERSPIEREN Le point de vue de l'assureur 4 juillet 2013 Toulouse Attestation acoustique Contrôle

Plus en détail

Responsabilité professionnelle des Infirmiers

Responsabilité professionnelle des Infirmiers Responsabilité professionnelle des Infirmiers Diplômés s d Etatd Direction des Affaires Juridiques et des Droits du Patient Bureau de la Responsabilité Médicale et du Contentieux des Personnels Emily THIBAULT

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE?

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? 1. Introduction 1.1 La loi du 15 février 2006, relative à l exercice

Plus en détail

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Préambule Les dispositions juridiques édictées par le Code Civil en matière de contrats de location (ou de dépôt) sont supplétives de la volonté

Plus en détail

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Fiche d information juridique La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Mars 2011 Isabelle Joly, Lionel Parois, Patrice Pienkowski, Bruno Richard-Molard, René Laugier et la Commission Juridique

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES VENTE

CONDITIONS GENERALES VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1 Article 1. AUTOEASY.FR : AutoEasy.fr est une marque déposée, toute contrefaçon ou utilisation non autorisée peut faire l'objet de poursuites pénales. Les conditions générales

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT

CONDITIONS GENERALES D ACHAT CONDITIONS GENERALES D ACHAT Article 1 ACCEPTATION/ ACCUSE DE RECEPTION Sauf accords contraires et écrits entre AIRMETEC et le fournisseur, les présentes conditions s appliquent impérativement, à l exclusion

Plus en détail

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1 Responsabilité civile Art 1382 du Code Civil : «Tout fait quelconque de l homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer». La responsabilité civile entraîne

Plus en détail

> La responsabilité civile

> La responsabilité civile E 102 Centre de documentation et d information de l assurance Mai 2009 L assurance de la responsabilité civile de l entreprise La responsabilité civile peut se définir comme l obligation de réparer tout

Plus en détail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail 1 La responsabilité du médecin du travail Les conséquences juridiques d un statut particulier 2 Intervenante Jocelyne CAYRON Docteur en Droit Maitre de Conférence en Droit Privé Responsable de Master Professionnel

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

Le recouvrement de créances

Le recouvrement de créances Le recouvrement de créances 008 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

Devoir de conseil et responsabilité professionnelle

Devoir de conseil et responsabilité professionnelle ATELIER n 2 Devoir de conseil et responsabilité professionnelle Vincent Patrimonio, GRAS SAVOYE Professions «Les conseilleurs ne sont pas les payeurs». Est-ce vrai? A quels risques s exposent les professionnels

Plus en détail

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX Par Michel LEDOUX Avocat Associé CABINET MICHEL LEDOUX ET ASSOCIES 10 RUE PORTALIS 75008 PARIS Tél : 01.44.90.98.98

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS Sources : F. LEFEBVRE «associations» Code civil Code pénal Code du commerce Code du sport Livre des procédures fiscales AVERTISSEMENT : Les renseignements contenus dans cette fiche ne constituent qu une

Plus en détail

Le cadre juridique de l activité d agent immobilier

Le cadre juridique de l activité d agent immobilier FICHE DE SYNTHÈSE Module 1 Le cadre juridique de l activité d agent immobilier - MODULE SEMAINE 1 - SOMMAIRE : I) Champ d application de la Loi HOGUET... 2 II) Une profession encadrée : les conditions

Plus en détail

Introduction. Qu est ce qu une association? -Un contrat - Une personne morale - Une responsabilité civile et pénale CHANTONNAY 2012 1

Introduction. Qu est ce qu une association? -Un contrat - Une personne morale - Une responsabilité civile et pénale CHANTONNAY 2012 1 Introduction Qu est ce qu une association? -Un contrat - Une personne morale - Une responsabilité civile et pénale CHANTONNAY 2012 1 Plan de la formation La responsabilité de l association La responsabilité

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES

CONDITIONS SPÉCIALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS SPÉCIALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT Garantie d un crédit acheteur - DGP 507 A - SOMMAIRE Article 1 Prise d effet de la garantie 5 Article

Plus en détail

DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited. («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE

DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited. («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE En soumettant les informations relatives à vos activités de courtage sur le formulaire d enregistrement en ligne

Plus en détail

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 12 mai 2010 N de pourvoi: 09-10620 Non publié au bulletin Cassation M. Loriferne (président), président SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent,

Plus en détail

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances.

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances. Expert-Comptable 2015 Risques. Réassurance. Ressources Humaines. Notice d information Responsabilité Civile Professionnelle des Experts-Comptables Un seul et même contrat pour : Contrat cadre d assurance

Plus en détail

Loi ALUR : 15 évolutions majeures pour l agent immobilier

Loi ALUR : 15 évolutions majeures pour l agent immobilier Loi ALUR : 15 évolutions majeures pour l agent immobilier Document rédigé par les experts BusinessFil Immo Contact : 01 47 87 49 49 Loi ALUR : 15 évolutions majeures pour l agent immobilier L édito Après

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

Multirisques de Professionnels

Multirisques de Professionnels Multirisques de Professionnels GARANTIES Incendie Dégât des eaux Vol Bris de glace Matériel Informatique Perte d exploitation Frais supplémentaires d exploitation Responsabilité Civile 2 La Responsabilité

Plus en détail

RESPONSABILITE ET ASSURANCES

RESPONSABILITE ET ASSURANCES RESPONSABILITE ET ASSURANCES 1 CHAPITRES Pages 1 RESPONSABILITE CIVILE 3 2 RESPONSABILITE PENALE 4 3 DIRIGEANTS D ASSOCIATION ET RESPONSABILITE 4 4 OBLIGATION D INFORMATION DES ASSOCIATIONS SUR LES ASSURANCES

Plus en détail

SENTENCE ARBITRALE DU COLLEGE ARBITRAL DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES

SENTENCE ARBITRALE DU COLLEGE ARBITRAL DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES SENTENCE ARBITRALE DU COLLEGE ARBITRAL DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES AUDIENCE DU 17 juin 2008 En cause de : Monsieur A et Madame B, domiciliés à xxx, Demandeurs absents à l audience, mais dûment

Plus en détail

L ABUS DE CONFIANCE I - CONDITION PREALABLE A - LES BIENS CONCERNÉS B - LA REMISE DU BIEN

L ABUS DE CONFIANCE I - CONDITION PREALABLE A - LES BIENS CONCERNÉS B - LA REMISE DU BIEN L ABUS DE CONFIANCE L abus de confiance est le fait par une personne de détourner au préjudice d autrui des fonds, des valeurs ou un bien quelconque qui lui ont été remis et qu elle a acceptés à charge

Plus en détail

La clause pénale en droit tunisien 1

La clause pénale en droit tunisien 1 La clause pénale en droit tunisien 1 Frej LOKSAIER Maître-assistant à la Faculté de Droit de Sousse La clause pénale est considérée en droit tunisien comme étant une convention accessoire par laquelle

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014

Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014 Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014 Responsabilités et assurances dans le domaine du sport Présentation de la maïf La Maïf est le 1 er assurées. assureur des

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P)

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) MSA de la Corse CCTP Lot n 1 2014-03 1 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) Procédure adaptée Articles 28 et 29 du Code des Marchés Publics Objet du marché n 2014-03: Responsabilité civile

Plus en détail

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE Procédure de mise en œuvre de la garantie Conséquence du non respect par l assureur 1 ère A2, 9 janvier 2007 RG 06.563 Il se déduit des dispositions de l article L. 242-1, alinéa

Plus en détail

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce.

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce. Cas pratique sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 17/20 Enoncé du cas pratique : Lors d une passionnante conférence sur L influence de la pensée pré-socratique sur

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

L ASSURANCE DES RISQUES PROFESSIONNELS DES EXPERTS JUDICIAIRES

L ASSURANCE DES RISQUES PROFESSIONNELS DES EXPERTS JUDICIAIRES L ASSURANCE DES RISQUES PROFESSIONNELS DES EXPERTS JUDICIAIRES Les MMA ont conçu un contrat d assurance offrant un éventail de garanties, spécialement adapté à vos risques. QUI SOUSCRIT? Chaque Compagnie

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à l annulation des rachats des cotisations arriérées présentation observations Cour d Appel Domaine(s) de

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE ARTICLE PREMIER - Champ d'application Les présentes conditions générales de vente constituent le socle de la négociation commerciale et s'appliquent sans réserve et en priorité

Plus en détail

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société Responsabilité des dirigeants d entreprise en société François MOISES, avocat Un des objectifs de la constitution d une société est de mettre son patrimoine privé à l abri des poursuites des créanciers

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 Section 1 INTRODUCTION... 9 RISQUES ET ASSURANCE... 9 Section 2 HISTORIQUE... 11 Section 3 TECHNIQUE

Plus en détail

Les responsabilités des professionnels de santé

Les responsabilités des professionnels de santé Chapitre 5 : UE6 - Le Droit pharmaceutique Les responsabilités des professionnels de santé Martine DELETRAZ-DELPORTE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 2 mars 2010 N de pourvoi: 09-13095 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

Conférence de l Arson club du 16 avril 2008 sur la répétibilité des honoraires de l avocat (loi du 21/4/2007).

Conférence de l Arson club du 16 avril 2008 sur la répétibilité des honoraires de l avocat (loi du 21/4/2007). Conférence de l Arson club du 16 avril 2008 sur la répétibilité des honoraires de l avocat (loi du 21/4/2007). 1. Le contexte historique Notre Cour de Cassation a longuement considéré que les frais et

Plus en détail

Les responsabilités liées aux situations à risques

Les responsabilités liées aux situations à risques Les responsabilités liées aux situations à risques 1. Tendance des tribunaux à la sévérité (professionnel / profane, condamnation in solidum, obligation résultat, obligation conseil) Si la jurisprudence

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

Conditions d entreprise

Conditions d entreprise 1. Contenu du contrat 1.1. Tout entrepreneur qui exécute des travaux pour le compte de (nommé ci-après BASF) accepte l application de ces conditions générales à l exclusion de ses propres conditions standards.

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 septembre 2014 N de pourvoi: 12-25943 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00750 Non publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP Baraduc,

Plus en détail

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA RESPONSABILITE FINANCIERE SOMMAIRE Propos introductifs ------------------------------------------------page

Plus en détail

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs La responsabilité d une personne est toujours définie par le juge sur la base de faits précis et circonstanciés. Direction

Plus en détail

Les métiers de l immobilier

Les métiers de l immobilier Les métiers de l immobilier Le secteur de l immobilier est particulièrement vaste puisqu il concerne des domaines aussi variés que la construction, la gestion, la promotion, l expertise, la transaction,

Plus en détail

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La protection sociale complémentaire des agents de la fonction publique territoriale est

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

APPEL D OFFRES PROCEDURE ADAPTEE CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES

APPEL D OFFRES PROCEDURE ADAPTEE CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES APPEL D OFFRES PROCEDURE ADAPTEE Passé en application du nouveau Code des Marchés Publics CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES Ce document comprend 8 pages dont celle-ci MARCHE N TA2011/01

Plus en détail

GESTION DE RISQUES Août 2007

GESTION DE RISQUES Août 2007 GESTION DE RISQUES Août 2007 Qu est-ce qu un risque? Toute incertitude au sujet d un événement qui menace des éléments d actif Quels sont nos éléments d actif? Les gens : conseils d administration, employés,

Plus en détail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail les infos DAS - n 051 7 avril 2015 Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail Les entreprises se trouvant régulièrement confrontées à des cas d infraction routières

Plus en détail

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS 5ème chambre 2ème section N RG: 09/15353 N MINUTE : Assignation du : 05 Octobre 2009 JUGEMENT rendu le 07 Avril 2011 DEMANDERESSE Mademoiselle Valérie SIMONNET 20 rue

Plus en détail

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS «OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS 18/06/2015 CONTRACTANTS Entre d une part, RESSOURCES, Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 modifiée et ses textes d

Plus en détail

Emplacement de la photo d ouverture du domaine

Emplacement de la photo d ouverture du domaine FORMATION INITIATEUR Emplacement de la photo d ouverture du domaine Commission pédagogique de la Direction Technique Nationale 28/11/03 Une dimension morale «Être responsable» c est accepter et subir,

Plus en détail

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT.

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. Un des soucis du législateur de 1968 a été d assurer la protection du logement des majeurs protégés hospitalisés ou en établissement. L article 490-2 du Code civil prévoit

Plus en détail

Les Fiches Pratiques. La responsabilité en matière d activité sportive. Sommaire

Les Fiches Pratiques. La responsabilité en matière d activité sportive. Sommaire Crédit photo: Hervé Hamon MSJEPVA Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Bourgogne www.bourgogne.drjscs.gouv.fr Les Fiches Pratiques Sommaire Avant-propos Définitions

Plus en détail

La CFTC. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services. Guide du militant. Document non contractuel

La CFTC. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services. Guide du militant. Document non contractuel La CFTC vous soutient 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services Guide du militant Document non contractuel Militant CFTC, vous êtes amené à valoriser notre syndicat, à

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Paris, le 12 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des

Plus en détail

Le régime des responsabilités professionnelles des acteurs de la construction en quelques lignes

Le régime des responsabilités professionnelles des acteurs de la construction en quelques lignes 2009 Le régime des responsabilités professionnelles des acteurs de la construction en quelques lignes 1. Fondement du régime des responsabilités a. Le régime général des responsabilités des acteurs de

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 octobre 2012 N de pourvoi: 11-19981 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président Me Jacoupy, SCP Richard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE II. CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE Il convient de rappeler que le permis de construire est un acte administratif individuel. Il ne peut pas être apprécié ni interprété par un Tribunal civil.

Plus en détail

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Dans son ensemble, la CSF accueille favorablement le projet de loi, mais reste néanmoins mobilisée contre la volonté du gouvernement de

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 Montreuil, le 03/11/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 OBJET : Loi de simplification et clarification du droit et d allègement des procédures

Plus en détail