Commissaire-priseur et expert(s) : un tandem. Quelle solidarité juridique et financière?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Commissaire-priseur et expert(s) : un tandem. Quelle solidarité juridique et financière?"

Transcription

1 Commissaire-priseur et expert(s) : un tandem. Quelle solidarité juridique et financière? De Clarens, courtier spécialisé en assurances auprès des Commissaires-Priseurs, a le plaisir de vous adresser le troisième numéro de sa lettre d information, portant sur la responsabilité solidaire mise à la charge des experts et des commissaires-priseurs. Cet article a été rédigé à l occasion de notre intervention à la table ronde organisée par le Conseil des Ventes. Les experts assistent les commissaires-priseurs dans la description, la présentation et l estimation des biens. Leur activité influe donc directement sur celle des commissaires-priseurs. Ainsi, la responsabilité qui découle de leurs missions a des répercussions directes et importantes sur celle qui incombe à celui qui réalise la vente. La prudence s impose donc puisque le partage des responsabilités prévu à l article L du Code de Commerce fait peser sur le commissaire-priseur un risque supplémentaire. I- Des assurances distinctes A Les obligations d assurances L opérateur de vente volontaire (OVV) est tenu de souscrire une RC Professionnelle + Garantie Financière : Article L Code de Commerce - Un opérateur de ventes aux enchères est tenu de souscrire : - une assurance couvrant leur responsabilité professionnelle ; - une assurance ou un cautionnement garantissant la représentation des fonds détenus pour le compte d'autrui. L expert agréé est tenu de souscrire une RC Professionnelle : «Article L Code de Commerce - Tout expert intervenant à titre onéreux à l'occasion d'une vente de meubles aux enchères publiques est tenu de contracter une assurance garantissant sa responsabilité professionnelle.» INFORMATION OBLIGATOIRE DU PUBLIC 1

2 La loi du 20 juillet 2011 Article L Code de Commerce L'organisateur de la vente veille au respect par l'expert dont il s'assure le concours des obligations et interdictions prévues par la loi, et doit notamment vérifier que l expert est bien assuré. Il doit en informer le public. Le commissaire-priseur est donc garant de la fiabilité de l expert. Notre conseil : vérifier que l expert est assuré c est vérifier la validité de l assurance et les montants de garantie accordés grâce à une attestation d assurance. B Les contrats d assurances 1- Les garanties obligatoires 1-1- Pour l OVV et l expert RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE - Cette assurance permet d indemniser les tiers (acheteurs ou vendeurs) à la suite d erreurs de fait ou de droit, d omissions, oublis, retard commis à leur détriment par l OVV ou l expert. Ce contrat est composé de trois volets : LA RESPONSABILITE CIVILE EXPLOITATION qui couvre la responsabilité de l OVV ou de l expert en sa qualité d utilisateur des locaux et d employeur. LA RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE qui couvre la responsabilité de l OVV ou de l expert et de ses préposés dans le cadre de préjudices causés à autrui : du fait d une faute professionnelle (erreur de droit, de fait, inexactitude, oubli, omission, négligence), d un manque de diligence ou de prudence, défaut de conseil du fait des personnes dont l assuré est civilement responsable : vol / malversation / détournements / contrefaçon / abus de confiance 1-2- Pour l OVV uniquement RESPONSABILITE CIVILE DEPOSITAIRE Ce contrat garantit l OVV ou l expert (en cas de faute) pour les objets reçus dans le cadre de son activité professionnelle, et qui auraient été volés, endommagés ou détruits involontairement. NON REPRESENTATION DES FONDS Ce contrat garantit le remboursement des fonds, effets et valeurs reçus par l OVV dans le cadre de son activité professionnelle. Il ne garantit que les réclamations concernant l activité de l OVV et nullement celles résultant d activités interdites et/ou incompatibles avec les textes en vigueur Il a pour objet l indemnisation des clients uniquement. 2

3 Conditions d application: - l OVV doit être considérée comme défaillante (faute de gestion, détournement, procédure RLJ ) ; - Les montants de garantie sont fixés par décret (chiffre moyen mensuel des ventes de l exercice précédent ou moitié du montant maximal des fonds détenus sur le compte des tiers durant les 12 derniers mois). 2- Les garanties facultatives OBJETS CONFIES (biens meubles, immeubles, pièces documents, dossiers, supports d information ) Ce contrat garantit le préjudice résultant d un sinistre subi par les objets confiés à l OVV dans le cadre de son activité. Il s agit d une garantie «dommages» sans nécessité de prouver la faute de l OVV. Garantie soumise à la présence de moyens de protection des lieux. Garantit également la force majeure et les tempêtes, grêles Cette assurance n est pas obligatoire et est souvent contractée par l OVV puisque c est principalement lui qui détient les objets dans ses locaux. Notre conseil : L OVV et l expert doivent être prudents quant à l étendue de la garantie : certains contrats ne garantissent pas les biens confiés lorsqu ils se situent chez les experts. Dans ce cas c est à l expert d assurer les biens qui lui sont confiés en vue de l expertise. De Clarens prévoit toujours la garantie en tous lieux dans ses contrats, y compris en cours de transport. Il est très important d être bien assurés afin que chacun soit en mesure de supporter la charge d une réclamation, seul ou conjointement. II- L articulation des responsabilités entre Expert et Commissaire-priseur A- La responsabilité solidaire L article L Code de Commerce énonce que «les opérateurs de ventes volontaires de meubles aux enchères publiques [ ] ainsi que les experts qui les assistent dans la description, la présentation et l estimation des biens engagent leur responsabilité au cours ou à l occasion des prisées et des ventes de meubles aux enchères publiques [ ]». Article L Code de Commerce «L expert est solidairement responsable avec l'organisateur de la vente pour ce qui relève de son activité.» Le commissaire-priseur engage sa responsabilité sur le contenu du catalogue qu il produit, solidairement avec l expert. L expert et l OVV répondront donc chacun pour le tout des conséquences des fautes commises envers les tiers. 3

4 Ainsi, une maison de ventes ne peut se dégager de sa responsabilité au prétexte qu elle a eu recours à un expert. Lorsqu il y a une erreur, par exemple un descriptif inexact d objet ou une mauvaise évaluation, le tiers lésé pourra se retourner contre l OVV et l expert dans le même temps. Cette solidarité légale est automatique. Elle permet de protéger l acheteur, qui peut ainsi se retourner à son choix contre l un ou l autre des acteurs de la vente, avant même que le responsable final ne soit déterminé. Et le client met toujours en cause l OVV. Il est donc très important pour l OVV et l expert d être bien assurés car ils supporteront tous les deux les conséquences pécuniaires de la réclamation. Les lois de 2000 et 2011 accentuent la solidarité qui existe entre Expert et OVV. Pour appréhender l étendue de cette solidarité, il faut comprendre sur quels fondements experts et OVV engagent leur responsabilité. 1- La jurisprudence met à la charge de l OVV une responsabilité automatique dès lors qu une erreur apparaît dans le catalogue de vente. Dans ce cas l OVV ne peut se décharger en appelant en responsabilité l expert seul, ils devront tous les deux répondre des conséquences de cette erreur. L OVV ne doit pas seulement adopter un comportement d homme de l art prudent et diligent mais doit répondre de toute erreur ou information inexacte. Ainsi, un OVV engage sa responsabilité s il ne s assure pas que toutes les investigations nécessaires ont été menées, et s il ne fait pas preuve d esprit critique à l égard des conclusions de l expert. 2- La jurisprudence fait peser sur l expert une responsabilité accrue du fait de ses connaissances techniques pointues. L expert doit notamment investiguer de manière large au cours de l exécution de sa mission : mise en œuvre des moyens techniques d analyse, référence systématique aux spécialistes soit par interrogation directe, soit par référence aux catalogues raisonnés et ouvrages faisant autorité au moment de l expertise. Mais comme vu précédemment, toute erreur de l expert au catalogue engage la responsabilité de l OVV. Pour exemple, ils engagent solidairement leur responsabilité sur : - La nécessité d informer le public des éléments qui pourraient contredire ou amoindrir le diagnostic de l expert : les notices et catalogues doivent mentionner les opinions dissidentes émanant d autorités reconnues, les éventuelles réserves résultant d analyses scientifiques voire l impossibilité d effectuer certains contrôles - La rigueur employée dans la terminologie descriptive : sanction des affirmations insuffisamment étayées ou qui n ont pas pu prendre en compte tous les éléments permettant de les corroborer. 4

5 A l issue du jugement, s il apparaît que l OVV n a commis aucune faute ou qu il est partiellement responsable, ce n est pas lui qui supportera définitivement les conséquences de la faute de l expert. Ce dernier répondra seul de ses erreurs envers le tiers lésé. L OVV (ou son assureur), mettra alors en œuvre un recours contre l expert afin de recouvrer les sommes qu il a engagées. Mais pour pouvoir se retourner contre le fautif, encore faut-il que ce dernier soit solvable. Sans cela : - L OVV supportera seul la charge financière de la condamnation - La sinistralité de son contrat sera grevée. D où l obligation (article L Code de Commerce) pour la maison de vente de vérifier la souscription d un contrat d assurance par l expert et les montants de garantie qui lui sont accordés. Par ailleurs, la jurisprudence permet que l expert engage directement sa responsabilité à l égard de la maison de vente à laquelle il prête son concours, en dehors de toute réclamation de tiers, pour le préjudice personnel que la maison de vente subit par une faute de l expert. Article L Code de Commerce : les clauses qui visent à écarter ou à limiter la responsabilité des experts sont interdites et réputées non écrites. Délai de prescription : Action de l acheteur en annulation de la vente pour erreur sur la substance (art C. Civ.) Doit être engagée dans les cinq ans après la découverte de l erreur (art C.Civ.). Action de l acheteur en responsabilité de l OVV ou de l expert (art. L et L Code de Commerce) Doit être engagée dans les cinq ans à compter de l adjudication ou de la prisée (art. L Code de Commerce). Article L Code de Commerce : Depuis la loi du 20 juillet 2011, le délai de prescription doit être indiqué dans la publicité prévue à l article L Action du vendeur en responsabilité contractuelle de l OVV ou de l expert OU action de l OVV contre l expert. Doit être engagée dans les cinq ans à compter de la réalisation du dommage ou de sa connaissance par la victime. B- Exemples de mise en cause Lorsque l acheteur met en cause l OVV ou l expert, la responsabilité est d ordre délictuel. 5

6 Il appartient à l acheteur/vendeur de rapporter la preuve de l existence du préjudice (ex : acquisition d un tableau à une valeur qui n est pas la sienne). Notion de préjudice assez large l objet n a pas atteint le prix escompté pour le vendeur, l acheteur a été induit en erreur ou mal informé sur les qualités réelles de l objet, a payé trop cher un objet qui ne correspond pas à ses attentes. Cependant s il prouve que les informations données lors de la vente (notamment catalogue) sont inexactes, la charge de la preuve est renversée et c est au commissaire-priseur d établir l absence de faute dans l accomplissement de sa mission. Lorsque c est le vendeur qui met en cause l OVV, ou bien l OVV qui se retourne contre l expert, la responsabilité est d ordre contractuel. Ainsi, il faudra que celui qui a subi le dommage prouve l inexécution contractuelle mais également le caractère fautif. Responsabilité Solidaire : Article L Code de Commerce «L expert est solidairement responsable avec l'organisateur de la vente pour ce qui relève de son activité.» En règle générale : Problématiques d authenticité (attention la plupart des actions pour défaut d authenticité recherchent a priori l annulation des ventes pour erreur substantielle. Or ces actions visent principalement le vendeur, la responsabilité du de l OVV est tout de même recherchée à titre subsidiaire. Erreur d estimation (plus difficile de prouver une faute et le caractère aléatoire des prix sur le marché de l art complique les choses toutefois la responsabilité peut être retenue lorsque l erreur d estimation est la conséquence directe d une erreur fautive en matière d authenticité) Un OVV peut engager sa responsabilité s il ne s assure pas que toutes les investigations nécessaires ont été menées, et s il ne fait pas preuve d esprit critique à l égard des conclusions de l expert. Mise en vente d un tableau de grand maître : l OVV et l expert n ont pas effectué de recherches sur l origine, n ont pas consulté le spécialiste incontesté de ce peintre et n ont pas recueilli toutes informations utiles sur le «pedigree» de ce tableau. Ils se contentent de reprendre l attribution faite dans une exposition privée intervenue antérieurement (CA Paris 1 ère ch., sect. A, 10 juin 2003). Un collectionneur avait acquis aux enchères une épreuve en bronze d une statue d Auguste Rodin titrée et signée du nom du fondeur Alexis Rudier. Un expert avait délivré un certificat d authenticité avant la vente. Quelques années plus tard, un deuxième expert conclut que l œuvre n était pas authentique, et un troisième estima que l épreuve avait été fondue illégalement sous la marque «Alexis Rudier» dans les années Le collectionneur engagea donc une action en responsabilité à l encontre du commissaire-priseur et des héritières du premier expert. 6

7 Le Tribunal de grande instance de Paris rejeta la demande de dommages et intérêts. Les magistrats estimèrent en effet que le collectionneur ne démontrait pas qu au moment de la vente l attribution de l épreuve à Alexis Rudier était erronée ou imprudente. La Cour d appel de Paris réforme ce jugement. Reprenant une jurisprudence désormais établie, elle affirme «qu à l égard de l acquéreur d une œuvre d art, victime d une erreur, le commissaire-priseur et l expert qui affirment l authenticité d une œuvre d art, sans assortir leurs propos de réserves, engagent leur responsabilité sur cette seule affirmation». Elle en conclut que la responsabilité du commissaire-priseur doit être retenue, puisque celui-ci a présenté dans son catalogue l œuvre comme ayant été fondue par l atelier d Alexis Rudier, de façon erronée et sans émettre la moindre réserve (la responsabilité de l expert n a pas été retenue, le collectionneur ayant renoncé à ses demandes à l encontre des héritières). Le collectionneur obtient des dommages et intérêts d un montant égal à la différence entre le prix d acquisition de l œuvre et sa valeur réelle. Cour d appel de Paris, 18 janvier 2013, RG n 10/12650 Dans une affaire jugée par le TGI de Paris du 1er décembre 2009, un bronze de Rodin acquis en vente publique se révèle non authentique. L acquéreur engage une action en responsabilité contre le commissaire-priseur et l expert de la vente. Confirmant une jurisprudence constante, le tribunal de Paris condamne le commissaire-priseur et l expert in solidum à rembourser les frais et honoraires acquittés par l acheteur. Le tribunal réaffirme ainsi le caractère irréfragable des mentions portées sans réserve dans le catalogue de vente. Leur fausseté, intentionnelle ou non, permet l annulation de la vente et engage inévitablement la responsabilité de l OVV. Responsabilité exclusive de l OVV : L OVV présente au catalogue une œuvre sans la moindre réserve alors que son authenticité douteuse a été relevée par des opinions divergentes d experts dans des contentieux précédents. (Cass. 1 ère civ., 16 mai 2013). L OVV se doit d exprimer les doutes existant sur l authenticité d une œuvre et engage sa responsabilité s il ne le fait pas. En revanche, si les données acquises au moment de la vente ne permettent pas de mettre en doute l authenticité de l œuvre, seules des analyses techniques ultérieures l ayant remise en cause, la responsabilité du commissaire-priseur ne peut être engagée (Cass. 1 ère civ. 10 juillet 2013). L OVV commet une faute en mettant en vente une œuvre dont la fausseté est avérée. Un tableau dont l authenticité est mise en doute est volé chez l OVV chargé de la vente. Le tribunal affirme que cela constitue pour le propriétaire une irrémédiable perte de chance de prouver le caractère original du tableau. Responsabilité in fine de l expert : Un expert a en principe une obligation de moyens «simple» dans l exécution de sa mission. Hors le cas d une expertise particulièrement difficile, le simple manquement permet d engager la responsabilité de l expert ; le manquement «caractérisé» n est pas requis. Il faut alors prouver que 7

8 l expert n a pas mis en œuvre tous les moyens techniques utilisés habituellement et dont il pouvait disposer pour aboutir à une conclusion, et que ce manquement a causé un préjudice. Toutefois, un mouvement jurisprudentiel tend à reconnaître l existence d une obligation de résultat à la charge de l expert. La Cour de cassation et les juges du fond ont en effet énoncé, à plusieurs reprises depuis 1995, que «l expert qui affirme l authenticité d une œuvre d art sans assortir son avis de réserves engage sa responsabilité sur cette affirmation». Il a été retenu dans quelques décisions un manquement délibéré de la part de l expert : en l absence de certitude suffisante sur la paternité des œuvres, l expert doit prendre toutes les précautions utiles dans la rédaction du catalogue ou émettre expressément des réserves d usage, de manière à ce qu aucune garantie d authenticité ne puisse s attacher à la signature d une œuvre qui ne serait qu une copie. Il appartient à l expert d étayer ses dires sur l absence d authenticité des œuvres (Cass. 1 ère civ. 6 février 2013). Ainsi lorsqu il affirme l authenticité d un bien sans réserve, il engage sa responsabilité sur cette affirmation, et doit garantir le commissaire-priseur de la condamnation prononcée au profit de l acquéreur (Cass. 1 ère civ., 3 avril 2007). De même, l expert qui fait preuve d une «négligence fautive» en certifiant sans recherche particulière l authenticité d une œuvre est condamné à garantir intégralement le commissairepriseur (TGI Paris, 1er décembre 2009). En principe, la responsabilité de l expert au titre des certificats ou évaluations doit être écartée si l expertise réalisée est sans relation avec la transaction incriminée. Toutefois, la Cour de Cassation reconnaît que la surestimation d un bien par l expert est constitutive d une faute professionnelle, même si cette surestimation est établie dans des documents d expertise établis à des fins d assurance, et ultérieurement utilisés pour obtenir des avances bancaires (Cass. 2 ème civ. 17 décembre 2009). L expert a décrit au catalogue d une vente une simple gravure rehaussée de pastel comme étant un pastel du XVIIIe, faute d avoir pris la précaution de décadrer l œuvre pour en permettre l examen attentif. Pour que la responsabilité exclusive de l expert ou de l OVV soit reconnue, il faudra que l autre partie ait mis tous les moyens en œuvre pour remplir ses obligations et qu elle n ait commis aucune faute. Pour répondre à vos interrogations, nous sommes à votre disposition Hélène POLIPHEME 8

9

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

Le développement des ventes en ligne : la distinction entre ventes volontaires et courtage aux enchères

Le développement des ventes en ligne : la distinction entre ventes volontaires et courtage aux enchères Le développement des ventes en ligne : la distinction entre ventes volontaires et courtage aux enchères De Clarens, courtier spécialisé en assurances auprès des Commissaires-Priseurs, a le plaisir de vous

Plus en détail

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Actualité juridique publié le 03/04/2014, vu 558 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à deux jurisprudences

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité LE RISQUE SPORTIF LA RESPONSABILITE CIVILE

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/03/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 28 septembre 2010 N de pourvoi: 09-66255 Publié au bulletin Cassation Mme Favre, président M. Le Dauphin, conseiller apporteur

Plus en détail

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES 1 A. RESPONSABILITE PENALE Article 121-2 Les personnes morales, à l'exclusion de l'etat, sont responsables pénalement,

Plus en détail

Le co-op broker a assuré la mise en relation entre un Prospect et le Propriétaire d un

Le co-op broker a assuré la mise en relation entre un Prospect et le Propriétaire d un La particularité de ce NDA est son caractère tripartite, signé entre : le prospect, le propriétaire d un business et un broker dit, co-operating broker. Le co-op broker a assuré la mise en relation entre

Plus en détail

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation?

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? La période des pourparlers : de la responsabilité délictuelle aux aménagements contractuels Introduction

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien)

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) TITRE 1 : NATURE DE LA GARANTIE DE RACHAT Article 1 er : Nature et portée de la garantie Une garantie de rachat est offerte par l organisme

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

Leçon 1. Le cautionnement

Leçon 1. Le cautionnement Objectifs : Connaître les différents types de cautionnement, le formalisme requis, les différentes obligations d information incombant au prêteur. Savoir la signification de la disproportion dans le cas

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 2 mars 2010 N de pourvoi: 09-13095 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Waquet, Farge et Hazan, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Waquet, Farge et Hazan, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 15 avril 2010 N de pourvoi: 09-11667 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Loriferne (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX ET ASSURANCE

LES RESPONSABILITES DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX ET ASSURANCE LES RESPONSABILITES DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX ET ASSURANCE Le Pontet le 30 01 2014 1 Distinction entre la Responsabilité Civile et Pénale RESPONSABILITE PENALE C est l obligation légale pour

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

L ASSURANCE DES RISQUES PROFESSIONNELS DES EXPERTS JUDICIAIRES

L ASSURANCE DES RISQUES PROFESSIONNELS DES EXPERTS JUDICIAIRES L ASSURANCE DES RISQUES PROFESSIONNELS DES EXPERTS JUDICIAIRES Les MMA ont conçu un contrat d assurance offrant un éventail de garanties, spécialement adapté à vos risques. QUI SOUSCRIT? Chaque Compagnie

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007, Exempt- appel en matière de droit du travail Audience publique du dix juillet deux mille huit. Numéro 32992 du rôle. Composition: Romain LUDOVICY, premier conseiller; Roger LINDEN, conseiller; Jean-Paul

Plus en détail

SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 14 juin 2012 N de pourvoi: 11-13347 11-15642 Publié au bulletin Cassation partielle M. Loriferne (président), président SCP Nicolaý, de Lanouvelle

Plus en détail

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1 Responsabilité civile Art 1382 du Code Civil : «Tout fait quelconque de l homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer». La responsabilité civile entraîne

Plus en détail

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations ACQUISITION DE TITRES : LA GARANTIE D ACTIF ET DE PASSIF Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques,

Plus en détail

ASSURANCE : DÉFINITION***

ASSURANCE : DÉFINITION*** ASSURANCE : DÉFINITION*** Opération d assurance Garantie panne mécanique des véhicules d occasion - Garantie octroyée par un opérateur indépendant du revendeur - Paiement d une somme forfaitaire - Articles

Plus en détail

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS/INSTITUTIONS

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS/INSTITUTIONS LE MEDECIN ET LES Depuis la loi du 4 mars 2002 dite «loi KOUCHNER» relative au droit des malades et à la qualité du système de santé, tout professionnel de santé doit obligatoirement souscrire une responsabilité

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 29/05/2013 Cour Administrative d Appel de Nancy N 12NC00126 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. LAPOUZADE, président Mme Pascale ROUSSELLE, rapporteur M. WIERNASZ, rapporteur public

Plus en détail

Les difficultés d application de la loi Carrez du 18 décembre 1996 étaient prévisibles.

Les difficultés d application de la loi Carrez du 18 décembre 1996 étaient prévisibles. VENTE D UN APPARTEMENT EVOLUTION DE LA JURISPRUDENCE EN CE QUI CONCERNE LOI CARREZ Les difficultés d application de la loi Carrez du 18 décembre 1996 étaient prévisibles. Aux termes de ce texte : «Le bien

Plus en détail

SCP Ghestin, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Ghestin, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 30/10/2012 Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 4 octobre 2012 N de pourvoi: 11-25324 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Ghestin, SCP Nicolaý,

Plus en détail

Vente d un bien, fosse septique et vices cachés

Vente d un bien, fosse septique et vices cachés Vente d un bien, fosse septique et vices cachés Actualité juridique publié le 24/03/2014, vu 1446 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à l hypothèse, oh combien classique,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne chapitre8 La loi Breyne La loi Breyne est une législation particulière, réglementant les conventions de transfert de propriété d une habitation à construire ou en voie de construction, ou encore d une

Plus en détail

>Associations. Conventions spéciales. Convergence Sécurité mandataires sociaux

>Associations. Conventions spéciales. Convergence Sécurité mandataires sociaux >Associations 1 Conventions spéciales Convergence Sécurité mandataires sociaux SOMMAIRE conventions spéciales sécurité mandataires sociaux ART. 1 - Définitions 2 ART. 2 - Objet de la garantie 2 ART. 3

Plus en détail

LA VENTE AMIABLE DU BIEN IMMOBILIER

LA VENTE AMIABLE DU BIEN IMMOBILIER LA VENTE AMIABLE DU BIEN IMMOBILIER Article juridique publié le 26/01/2015, vu 2672 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Dans le cadre d une procédure saisie- immobilière, il est possible de tirer un meilleur

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE VIE PRIVEE QUELLES SONT LES PRESTATIONS?

PROTECTION JURIDIQUE VIE PRIVEE QUELLES SONT LES PRESTATIONS? PROTECTION JURIDIQUE VIE PRIVEE QUELLES SONT LES PRESTATIONS? Nous : 1) informerons l assuré sur l étendue de ses droits et la manière de défendre; 2) garantirons son libre choix de l expert dans une procédure

Plus en détail

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LIMOGES if N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. C/ Ministre de la culture et de la communication et autre Mme Ozenne Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail

LES SUCCESSIONS VACANTES

LES SUCCESSIONS VACANTES Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LES SUCCESSIONS VACANTES Textes Loi du 23 juin 2006 Articles 809 à 810-12 du Code civil Articles 1342 à 1353 du Code de procédure civile SOMMAIRE 1. L OUVERTURE

Plus en détail

Assurance de GARANTIE DE PASSIF ENVIRONNEMENTAL Comment sécuriser une opération foncière?

Assurance de GARANTIE DE PASSIF ENVIRONNEMENTAL Comment sécuriser une opération foncière? Ce document doit être considéré comme un support de présentation commerciale n ayant aucune valeur contractuelle 2013 02 06 Assurance de GARANTIE DE PASSIF ENVIRONNEMENTAL Comment sécuriser une opération

Plus en détail

Le régime de la responsabilité civile des enseignants

Le régime de la responsabilité civile des enseignants Le régime de la responsabilité civile des enseignants Document réalisé par le SE-UNSA 94 Octobre 2014 Complexité : tel est le maître mot du régime de la responsabilité des enseignants. Ses grands principes

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

Conditions Générales Lemaire Informatique au 01 Janvier 2016

Conditions Générales Lemaire Informatique au 01 Janvier 2016 Article 1 : Définitions Lemaire Informatique est situé à 1741 Cottens route des Vulpillières 22. Lemaire Informatique fournit toute prestation de service en relation avec les nouvelles technologies (informatique,

Plus en détail

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 5 septembre 2012 N de pourvoi: 11-14108 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky

Plus en détail

1/ L obligation générale de conformité

1/ L obligation générale de conformité LES GARANTIES DU VENDEUR A la suite de l achat de divers biens de consommation courante (canapé, véhicule, frigidaire, machine à laver, téléviseur ), il peut arriver que le consommateur ait besoin d invoquer

Plus en détail

Phrase d accroche : Faits :

Phrase d accroche : Faits : Phrase d accroche : Si certaines clauses permettent à un contractant de limiter sa responsabilité en cas d apparition d un dysfonctionnement de la chose vendue, le juge les écarte parfois lorsque des circonstances

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 23 février 2012 N de pourvoi: 11-10202 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Loriferne (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton,

Plus en détail

Me Foussard, SCP Hémery et Thomas-Raquin, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Me Foussard, SCP Hémery et Thomas-Raquin, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 13 mars 2012 N de pourvoi: 11-12232 Publié au bulletin Cassation M. Terrier (président), président Me Foussard, SCP Hémery et Thomas-Raquin, SCP

Plus en détail

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA RESPONSABILITE FINANCIERE SOMMAIRE Propos introductifs ------------------------------------------------page

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage Source: www.miroirsocial.com Le 15 mai dernier, la Cour de Cassation a rendu un

Plus en détail

L assurance construction

L assurance construction GUIDE PRATIQUE DROIT & CONSTRUCTION L assurance construction Mieux comprendre le système de l assurance construction François-Xavier AJACCIO SOMMAIRE 7 CHAPITRE 1 : L obligation d assurance : présentation

Plus en détail

MAINTENANCE ET ASSISTANCE TECHNIQUE DU SITE INTERNET WWW.CILGERE.FR

MAINTENANCE ET ASSISTANCE TECHNIQUE DU SITE INTERNET WWW.CILGERE.FR MARCHE : 15.004 MAINTENANCE ET ASSISTANCE TECHNIQUE DU SITE INTERNET WWW.CILGERE.FR CONVENTION DE PRESTATIONS Page n 1/6 CONTRACTANTS Entre d'une part, CILGERE - Association régie par la Loi du 1 er juillet

Plus en détail

CLAUSES DIVERSES SPECIMEN. CLAUSE 82 Tiers porteur de bonne foi (polices d abonnement)

CLAUSES DIVERSES SPECIMEN. CLAUSE 82 Tiers porteur de bonne foi (polices d abonnement) CLAUSES DIVERSES CLAUSE 81 Emballage (agrément) Par dérogation aux dispositions de l article 7, paragraphe 4 ) des Conditions Générales de la police, il est convenu que, dans le cas où, à la suite d une

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

Guide pour une protection de l activité professionnelle et du dirigeant

Guide pour une protection de l activité professionnelle et du dirigeant PROFESSIONNELS-ENTREPRISES Protection Entreprise & Dirigeant Guide pour une protection de l activité professionnelle et du dirigeant Responsabilité civile Protection juridique Responsabilité civile des

Plus en détail

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE 25/02/2015 Cette forme d entraide, courante dans les petites entreprises (de type familiale) ou au cours des phases de lancement d une affaire, soulève un certain nombre

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire)

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) (Mandataire 2014) MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1, Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX

Plus en détail

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale SOMMAIRE 7 CHAPITRE 1 : Réception des travaux 7 1. Nature juridique de la réception 10 2. Conditions de la réception 12 3. Effets de la réception 15 CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement 15 1.

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 18 décembre 2013 N de pourvoi: 12-18537 ECLI:FR:CCASS:2013:C101492 Publié au bulletin Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président),

Plus en détail

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société Responsabilité des dirigeants d entreprise en société François MOISES, avocat Un des objectifs de la constitution d une société est de mettre son patrimoine privé à l abri des poursuites des créanciers

Plus en détail

APPEL D OFFRES PROCEDURE ADAPTEE CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES

APPEL D OFFRES PROCEDURE ADAPTEE CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES APPEL D OFFRES PROCEDURE ADAPTEE Passé en application du nouveau Code des Marchés Publics CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES Ce document comprend 8 pages dont celle-ci MARCHE N TA2011/01

Plus en détail

LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations. Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich

LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations. Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich s.scritti resp civ grerca lione LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich Professeur de droit comparé

Plus en détail

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Fiche d information juridique La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Mars 2011 Isabelle Joly, Lionel Parois, Patrice Pienkowski, Bruno Richard-Molard, René Laugier et la Commission Juridique

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS INTRODUCTION la responsabilité médicale,c est l obligation morale ou juridique

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Gaschignard, SCP Le Bret-Desaché, SCP de Nervo et Poupet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Gaschignard, SCP Le Bret-Desaché, SCP de Nervo et Poupet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 16/02/2015 Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 28 janvier 2015 N de pourvoi: 13-19945 13-27050 ECLI:FR:CCASS:2015:C300108 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président

Plus en détail

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX LA RÉFORME DE L ARTICLE 1843-4 DU CODE CIVIL : BRIS DE JURISPRUDENCE ET REGAIN DE LA LIBERTÉ CONTRACTUELLE

Plus en détail

Assurance vie et primes manifestement exagérées : Nouveau recadrage par la Cour de cassation

Assurance vie et primes manifestement exagérées : Nouveau recadrage par la Cour de cassation Assurance vie et primes manifestement exagérées : Nouveau recadrage par la Cour de cassation NEWSLETTER 15 273 du 27 MARS 2015 Analyse par STEPHANE PILLEYRE La souscription d un contrat d assurance-vie

Plus en détail

Multirisques de Professionnels

Multirisques de Professionnels Multirisques de Professionnels GARANTIES Incendie Dégât des eaux Vol Bris de glace Matériel Informatique Perte d exploitation Frais supplémentaires d exploitation Responsabilité Civile 2 La Responsabilité

Plus en détail

PARTIE II : LE RISQUE DANS L ENTREPRISE

PARTIE II : LE RISQUE DANS L ENTREPRISE PARTIE II : LE RISQUE DANS L ENTREPRISE Analyse de la situation : les risques liés à l amiante CHAPITRE 1 : LA RECONNAISSANCE DU RISQUE PAR LE DROIT Définition du risque : le risque est un évènement dont

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

Absence de convocation de l épouse commune en biens

Absence de convocation de l épouse commune en biens CONVOCATIONS AUX ASSEMBLÉES GÉNÉRALES Absence de convocation de l épouse commune en biens 1ère chambre D, 24 mars 2015, RG 13/05969 La convocation à une assemblée générale concernant des époux propriétaires

Plus en détail

UE2 Droit des sociétés Corrigé indicatif

UE2 Droit des sociétés Corrigé indicatif DCG session 2009 UE2 Droit des sociétés Corrigé indicatif «SA ESSENTIALS» DOSSIER 1 1.1 Nombre des membres du directoire Questions Le nombre des membres du directoire est fixé par les statuts et ne peut

Plus en détail

GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX

GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX SOMMAIRE LOYERS IMPAYÉS...3 CHAPITRE I CE QUI EST GARANTI...3 CHAPITRE II MONTANT...3 CHAPITRE III CE QUI N EST PAS GARANTI...3 CHAPITRE IV EN CAS DE SINISTRE...4

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 2 mars 2010 N de pourvoi: 09-12175 Non publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Roger

Plus en détail

LE MARCHE DE LA RENOVATION URBAINE

LE MARCHE DE LA RENOVATION URBAINE 1 LE MARCHE DE LA RENOVATION URBAINE VENTE D IMMEUBLES A RENOVER ANALYSE DES RISQUES ET BESOINS DE GARANTIES ET ASSURANCES 9 février 2011 Hôtel Méridien Etoile - Paris 17 ème 2 LE MARCHE DE LA RENOVATION

Plus en détail

Conditions générales de prestation de services, de vente et de location.

Conditions générales de prestation de services, de vente et de location. Conditions générales de prestation de services, de vente et de location. Article 1. Généralité. 1.1. Sauf dérogation expresse écrite convenue entre parties, les relations entre la Sprl SON EXCENTRIQUE,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/02/2015 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 29 octobre 2014 N de pourvoi: 13-23113 ECLI:FR:CCASS:2014:C101262 Non publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président SCP

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. DEFINITION L est un organisme de formation professionnelle qui développe et dispense des formations en présentiel intra-entreprise et interentreprises. L est rattaché à

Plus en détail

Le régime des responsabilités professionnelles des acteurs de la construction en quelques lignes

Le régime des responsabilités professionnelles des acteurs de la construction en quelques lignes 2009 Le régime des responsabilités professionnelles des acteurs de la construction en quelques lignes 1. Fondement du régime des responsabilités a. Le régime général des responsabilités des acteurs de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Les Estivales Juillet 2009. Alain Maurey

Les Estivales Juillet 2009. Alain Maurey Responsabilité civile il : comment éviter la mise en cause? Les Estivales Juillet 2009 Alain Maurey Sommaire Les fondements de la responsabilité Quelques obligations de l expert-comptable Les grandes caractéristiques

Plus en détail

P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES

P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES CONDITIONS ADMINISTRATIVES (CA 01 /éd.:01/03/2013) 1. QUELLES SONT LES OBLIGATIONS DU PRENEUR ET DE L ASSURE? A) Lors de la

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

COURTIER EN ASSURANCE I. CONDITIONS REQUISES. A. Age et nationalité 23/07/2012

COURTIER EN ASSURANCE I. CONDITIONS REQUISES. A. Age et nationalité 23/07/2012 COURTIER EN ASSURANCE 23/07/2012 Le courtier d assurance est un commerçant qui fait à titre principal des actes d entremise dont le caractère est commercial. A ce titre, il doit s inscrire au Registre

Plus en détail

LOT N 2 RESPONSABILITE CIVILE ET RISQUES ANNEXES CAHIER DES CHARGES

LOT N 2 RESPONSABILITE CIVILE ET RISQUES ANNEXES CAHIER DES CHARGES LOT N 2 RESPONSABILITE CIVILE ET RISQUES ANNEXES CAHIER DES CHARGES Préambule L assurance de la Responsabilité Civile et des Risques Annexes a pour objet de garantir la Ville de Guipavas et son CCAS, ainsi

Plus en détail

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 6 septembre 2011 N de pourvoi: 10-12931 Non publié au bulletin Cassation M. Lacabarats (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard,

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels. Centre de documentation et d information de l assurance

Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels. Centre de documentation et d information de l assurance 3/03/06 17:07 Page 9 DEP 428 FEV. 2006 DEP 428-4 volets Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels Centre de documentation et d information de l assurance FEV. 26, bd Haussmann

Plus en détail

Conditions générales de vente - individuel

Conditions générales de vente - individuel Conditions générales de vente - individuel Article 1 : Information préalable au contrat. Le présent document constitue l information préalable à l engagement du client. Des modifications peuvent toutefois

Plus en détail