THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THERMOGRAPHIE INFRAROUGE"

Transcription

1 THERMOGRAPHIE INFRAROUGE RESIDENCE DU LAC JANVIER 2010 Adresse du site : Descriptif : Client : Votre contact : Résidence du Lac, allée du Clos Gagneur Noisy-le-Grand Copropriété de 304 lots Le conseil syndical des copropriétaires, Représenté par M. Debard 29 rue des Pleiades Noisy-le-Grand : Yann COILLET : : 53 Boulevard Rabelais SAINT MAUR Tél : : SARL au capital de RCS Créteil / Siret Code APE 742C TVA Intracommunautaire FR

2 SOMMAIRE 1 DESCRIPTION ET CADRE DE L ETUDE CONTEXTE DE L ETUDE LOCALISATION DESCRIPTION DU BATI ET DU SYSTEME DE CHAUFFAGE DATE D INTERVENTION ANALYSE INFRAROUGE CONDITIONS DE MESURES ET MISE EN GARDE IMAGERIE INFRAROUGE Prises de vues façades et pignons Prises de vues toiture Prises de vue chaufferie Prises de vue Intérieur d appartement ANALYSE ET SYNTHESE ANALYSE DU CCTP / DOSSIER DE CONSULTATION Etat du CCTP / dossier de consultation Analyse et observations THERMOGRAPHIES INFRAROUGES COMMENTEES Thermographie Infrarouge 304 LOGEMENTS Résidence du Lac Version /01/10 2/16

3 1 Description et cadre de l étude 1.1 Contexte de l étude La Résidence du Lac souhaite réduire les déperditions des bâtiments. Une consultation a été effectuée concernant une isolation par l extérieur. L analyse par thermographie infrarouge intervient dans le cadre du ravalement des façades et de l isolation afin d apporter l expertise nécessaire à l identification des zones hautement déperditives et à l établissement de perspectives d amélioration du bâti. 1.2 Localisation Figure 1 : Image satellite, source GoogleMap Les immeubles de la Résidence du Lac sont situés à Noisy-le-Grand, en Seine-Saint-Denis, dans la banlieue Est de Paris. La densité immobilière est moyenne dans les environs et le site est peu protégé des vents. Le climat est océanique. 1.3 Description du bâti et du système de chauffage Les 15 bâtiments de la Résidence du Lac sont construits sur sous-sol et/ou sur dalle béton. La structure de l ensemble est en béton banché. Les murs de façades orientés Nord, sans balcons présentes des saillies des éléments de la structure. Les façades orientées Sud possèdent des balcons filants dans le prolongement des planchers intermédiaires et des murs de refend. Les parois vitrées d origine sont en simple vitrage, certains propriétaires les ont remplacées par du double vitrage et/ou possèdent des volets. Thermographie Infrarouge 304 LOGEMENTS Résidence du Lac Version /01/10 3/16

4 Le chauffage est distribué dans les appartements par des colonnes d eau chaude et diffusé par des radiateurs (dont certains sont fixés sur les murs extérieurs). Ce système d origine a été changé par certains propriétaires qui ont opté pour d autres radiateurs hydrauliques, ou des convecteurs électriques. 1.4 Date d intervention Nous sommes intervenus sur la copropriété pour la campagne de mesure en présence de M. DEBARD le 5 janvier Thermographie Infrarouge 304 LOGEMENTS Résidence du Lac Version /01/10 4/16

5 2 Analyse infrarouge 2.1 Conditions de mesures et mise en garde Les images infrarouges ont été effectuées lors d une campagne de mesure durant la période de chauffe des bâtiments, par une température extérieure T ext = -2 C, par temps clair et non-ensoleillé. Mise en garde à l interprétation des images. Les thermographies infrarouges représentent la quantité de rayonnement infrarouge émis par les parois visualisées. Cette quantité de rayonnement dépend de la nature du matériau, des conditions de mesure, de l humidité, et de sa température. Ainsi, les valeurs absolues des températures peuvent ne pas refléter la réalité, les thermographies servant d outil de comparaison (différentiels de températures) et ce entre matériaux de même nature. 2.2 Imagerie infrarouge Ce chapitre présente les principaux enseignements qui peuvent être extraits de l étude, l ensemble des images infrarouges commentées sont fournies au chapitre suivant Prises de vues façades et pignons Ponts thermiques horizontaux dus aux planchers intermédiaires non traités. Ponts thermiques verticaux dus aux murs de façade non traités. Thermographie Infrarouge 304 LOGEMENTS Résidence du Lac Version /01/10 5/16

6 Ponts thermiques verticaux dus aux murs de refend non traités. Ponts thermiques verticaux en allège des baies vitrées non sur balcon, non traités. Ponts thermiques verticaux à la jonction des bâtiments non traités. Accentuation des déperditions par ponts thermiques par les radiateurs sur murs extérieurs. Thermographie Infrarouge 304 LOGEMENTS Résidence du Lac Version /01/10 6/16

7 Isolation insuffisante des murs de pignon. Isolation très insuffisante des murs de rez-de-chaussée. Vitrages simple vitrage très déperditifs. Différence entre les menuiseries simple vitrage, double vitrage, et/ou protégées par volets. Thermographie Infrarouge 304 LOGEMENTS Résidence du Lac Version /01/10 7/16

8 Propagation des déperditions de chaleur par les éléments structurant des balcons (effet d ailette). Propagation des déperditions de chaleur par les saillies des façades (effet d ailette). Propagation des déperditions de chaleur au rez-de-chaussée par les murs, le sol et le plancher haut Prises de vues toiture Toitures présentant les mêmes déperditions que les murs. Thermographie Infrarouge 304 LOGEMENTS Résidence du Lac Version /01/10 8/16

9 Eléments de ventilation hautement déperditifs Prises de vue chaufferie Absence de calorifugeage aux raccords Prises de vue Intérieur d appartement Ponts thermiques aux planchers hauts, bas, et refends. Mauvaise étanchéité à l air entre planchers et murs. Thermographie Infrarouge 304 LOGEMENTS Résidence du Lac Version /01/10 9/16

10 Mauvaise étanchéité à l air entre murs et dormants des menuiseries. Mauvaise étanchéité à l air entre dormants et ouvrants des menuiseries. Thermographie Infrarouge 304 LOGEMENTS Résidence du Lac Version /01/10 10/16

11 2.3 Analyse et synthèse Les parois les plus déperditives sont les simples vitrages. Les fenêtres ayant été changées en double vitrage, avec une attention particulière à la mise en œuvre (notamment l étanchéité à l air) présentent des déperditions raisonnables (ΔT mesuré = 8,5 C entre simple vitrage et double vitrage). L ajout de volets limite grandement les déperditions la nuit (ΔT mesuré = 7 C entre simple vitrage sans protection et avec volets), et permet également un meilleur confort en été en réduisant les apports solaires. Le rez-de-chaussée possède une isolation très insuffisante, et aucun des ponts thermiques n est traité, laissant ainsi propager la chaleur dans les sol, planchers haut, et murs de refend. Une isolation par l extérieur des parois, le changement des vitrages simples, et une meilleure étanchéité à l air seraient à prévoir. L isolation des pignons est insuffisante. L isolation par l extérieur permettrait de limiter les déperditions des murs, et lutter drastiquement contre les ponts thermiques (des planchers intermédiaires, des murs de refend, des murs de façade, et des jonctions entre bâtiments). L isolation des murs de façade Nord est insuffisante, et les ponts thermiques sous les baies vitrées ne sont pas traités. Une isolation par l extérieur y est recommandée. Les éléments structurants des balcons propagent la chaleur vers l extérieur du bâtiment, et par effet d ailettes fonctionnent comme un radiateur. Il est cependant difficile de traiter ce problème. Une solution serait d isoler la surface inférieure des balcons, et les murs verticaux de refend. Les saillies en façade Nord présentent de nombreux ponts thermiques, une isolation par l extérieur recouvrant ces saillies permettrait de les effacer. L isolation de la toiture est à revoir, en apportant une attention particulière aux acrotères pour limiter les ponts thermique. Une remontée d isolant est à prévoir sur les acrotères. L amélioration de l étanchéité à l air des logements est à envisager, et une attention toute particulière est à porter lors de la mise en œuvre du remplacement des vitrages, et des volets (coffres). 2.4 Analyse du CCTP / dossier de consultation Etat du CCTP / dossier de consultation Sont prévus dans le dossier : A) LOT 1 : ravalement L isolation extérieure des pignons désignés en rouge sur le plan ci-après avec 100mm de polystyrène Thermographie Infrarouge 304 LOGEMENTS Résidence du Lac Version /01/10 11/16

12 Figure 2 : Localisation des surfaces sélectionnées pour être isolées par l'extérieur B) LOT 2 : étanchéité L isolation et l étanchéité des toitures terrasse par 80mm d isolant en polyuréthane. Thermographie Infrarouge 304 LOGEMENTS Résidence du Lac Version /01/10 12/16

13 2.4.2 Analyse et observations A) LOT 1 : ravalement Epaisseur d isolant Notre hypothèse de composition est la suivante : BA13 Béton banché 18cm Enduit 2cm La paroi possède aujourd hui un coefficient de déperdition U = 3,015 W.m -2.K -1 qui se trouve fortement au dessus de la valeur réglementaire (RT2005) U ref = 0,45 W.m -2.K -1. Avec le projet actuel, l isolation par l extérieur avec 10cm de polystyrène expansé ramènera le coefficient à U = 0,34 W.m -2.K -1. Cependant, le coût du matériau reste marginal devant le coût total fourniture et pose de l isolation (entre 10 et 15%). Nous préconisons plutôt 15cm de polystyrène expansé, qui permettraient d atteindre un coefficient de déperdition U = 0,24 W.m -2.K -1, et limiterait grandement les déperditions. Cette préconisation est à confronter aux problèmes de réalisation techniques, notamment aux raccords avec les menuiseries. Pignons à isoler Il est prévu dans le CCTP de n isoler que les pignons indiqués sur le plan présenté ci-avant. Certains pignons sont exemptés d isolation par l extérieur. D après les thermographies infrarouges, il est pourtant essentiel de traiter également les parois du bâtiment K (surfaces signalées en turquoise sur le plan suivant). Les parois de jonction avec les pignons ne présentent pas de saillies de structure est pourraient également être isolées par l extérieur sans difficulté de mise en œuvre (illustration sur le bâtiment 1 ciaprès en turquoise). Thermographie Infrarouge 304 LOGEMENTS Résidence du Lac Version /01/10 13/16

14 Parois du rez-de-chaussée L analyse par thermographie a mis en évidence les déperditions très importantes des murs du rezde-chaussée. Il est très fortement conseillé d isoler par l extérieur ces parois hautement déperditives. Isolation des allèges de façade Seule une majorité des pignons ont prévus d être isolés par l extérieur. Néanmoins, il serait judicieux d effectuer des travaux de ravalement sur les façades Nord qui pourraient également être isolées par l extérieur sans réelle difficulté de mise en œuvre. Des panneaux peuvent être fixés sur les allèges, sous les baies vitrées, avec si possible recouvrement des saillies des murs de refend et planchers intermédiaires pour supprimer les ponts thermiques. Thermographie Infrarouge 304 LOGEMENTS Résidence du Lac Version /01/10 14/16

15 B) LOT 2 : étanchéité Seul un habillage des acrotères par relevé d étanchéité est prévu. L isolation n a été étudiée que sur la toiture terrasse. Pour limiter les déperditions par pont thermique, il est fortement préconisé de réaliser par la même occasion l isolation de l acrotère en relevant l isolation de la terrasse, comme illustré sur le schéma ci-après. Thermographie Infrarouge 304 LOGEMENTS Résidence du Lac Version /01/10 15/16

16 3 Thermographies infrarouges commentées Thermographie Infrarouge 304 LOGEMENTS Résidence du Lac Version /01/10 16/16

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur.

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Réduire par 10 les consommations de chauffage Bâtiments existants : besoins en chauffage de 180 à 300 kwh/m².an Objectif :

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14 Récapitulatif du l audit énergétique de NOGENT SUR OISE 1 Sommaire I. Introduction... 3 II.

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL

AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL Montreuil, le 10 mars 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL Réunion Intermédiaire Florent LOUSSOUARN DES TEXTES RÉGLEMENTAIRES Bâtiments avant 1974 1 er choc pétrolier RT 74 Décret affichage

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Commune de BRIGNOLES

Commune de BRIGNOLES Commune de BRIGNOLES RAPPORT DE DIAGNOSTIC D EVALUATION ENERGETIQUE Maison de village XXX ACDI Agence Centre-var Diagnostic Immobilier - S.A.R.L. au capital de 8 000 euros - R.C.S. de Brignoles n 50 4

Plus en détail

Etude thermographique

Etude thermographique Etude thermographique DONNEUR D'ORDRE CONSTRUCTEUR adresse code postal - ville Téléphone ADRESSE DU BIEN Maison individuelle de Monsieur et Madame MODELE 2 rue Rabelais 86240 SMARVES Opérateur : Franck

Plus en détail

La pierre massive : nouvelles exigences, nouveaux outils - 27 juin 2013. concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants.

La pierre massive : nouvelles exigences, nouveaux outils - 27 juin 2013. concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants. RT2012 concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants.fr Sommaire RT2012, informations essentielles «On vient d où?» Visualisation bilan énergétique, rappels RT RT 2012 «C est

Plus en détail

Fiche d Information - Étude Thermique

Fiche d Information - Étude Thermique Fiche d Information - Étude Thermique 7, Grande Rue 84370 BEDARRIDES Tél. : 04.90.22.85.30 Fax : 04.90.22.85.31 e-mail : new-tec@orange.fr Site : www.new-tec.fr Références constructeur ou code avantage

Plus en détail

Rénovation énergétique de la résidence «Verrières Joli Mai» à Meudon-la-Forêt

Rénovation énergétique de la résidence «Verrières Joli Mai» à Meudon-la-Forêt Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation énergétique de la résidence «Verrières Joli Mai» à Meudon-la-Forêt B ÂTIMENTS Les instances de cette copropriété de plus de 900 logements ont réussi

Plus en détail

La rénovation thermique des copropriétés

La rénovation thermique des copropriétés La rénovation thermique des copropriétés Isolation thermique par l extérieur (façades, toitures, planchers bas) ASDER - Chambéry Mardi 19 mars 2013 François Sivardière Chargé de mission Copropriétés L

Plus en détail

Audit énergétique de la Copropriété

Audit énergétique de la Copropriété Audit énergétique de la Copropriété Sommaire SOMMAIRE Démarche de l étude A- Etat des lieux Recueil des données Présentation de la copropriété Enquête auprès des usagers Performances du bâti et éléments

Plus en détail

La thermique dans le bâtiment

La thermique dans le bâtiment La thermique dans le bâtiment I] Les modes de propagation de la chaleur : La conduction : La transmission de chaleur par conduction se fait à travers un ou plusieurs éléments en contact direct. Le flux

Plus en détail

Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz

Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz VILLE DE METZ JUIN 2011 Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz Notice réalisée par le groupement S2E UBIQUE dans le cadre de sa mission d assistance à maîtrise d ouvrage. SOMMAIRE

Plus en détail

Energéticien Consultant Formateur

Energéticien Consultant Formateur 1 Energéticien Consultant Formateur 2 Cas 1 : maison contemporaine Maison individuelle 1972 Façade avant entrée Pignon jardin Façade arrière jardin 3 Description Présentation générale état initial 2 niveaux

Plus en détail

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Une maison en briques des années 1920 à Vanves avec un petit jardin. Un cadre idéal, si

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 M. Delorme 1 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Marc Delorme Inter Forêt-Bois 42 FR-Saint Etienne 2 3 ème Forum

Plus en détail

CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE

CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Utiliser et exploiter un logiciel de modélisation.

Plus en détail

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat 1 - Td 3-1 Etude des déperditions d un pavillon F3 On étudie le pavillon F3, situé à Blois (41) dont le plan de masse est donné ci-dessous. La ventilation de ce pavillon est

Plus en détail

Lesbasesde la therm ique

Lesbasesde la therm ique Lesbasesde la therm ique 22 Les enjeux Le confort des occupants en toute saison L hygiène et la santé (besoin en oxygène odeurs fumées) Pérennité du bâtiment (condensation, gel) Economie d énergie Préservation

Plus en détail

MAISON XXX DÉMARCHE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE

MAISON XXX DÉMARCHE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE VENDÉE 85000 MAISON DÉMARCHE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE Maître de l'ouvrage : EXPERTISE THERMOGRAPHIQUE (EXEMPLE) Architecte : ARKITEKTO - Atelier d'architecture & d'ecoexpertise Sylvain HOUPERT 02 41 41

Plus en détail

OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS

OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS Michel Perrin Directeur opérationnel CNDB Un marché en pleine expansion Plus de 10 000 maisons et logements bois/an Une demande potentielle

Plus en détail

Matériaux d isolation

Matériaux d isolation Mardi 30 Octobre 2012 en LORRAINE Matériaux d isolation Espace INFO ÉNERGIE Centre&Ouest Vosges Pierre Pellégrini Conseiller énergie Quelles sont nos missions? Sensibiliser, informer, conseiller de façon

Plus en détail

RAPPORT DE THERMOGRAPHIE

RAPPORT DE THERMOGRAPHIE RAPPORT DE THERMOGRAPHIE 98 Chemin de la montagne, 1224 Chêne-Bougeries JFP Solutions sàrl, 55 avenue de la Praille, 1227 Carouge Tél : 022 301 34 31 e-mail : info@jfp-solutions.com 1 (32) Informations

Plus en détail

DANS QUELLES CONDITIONS PEUT-ON BENEFICIER DU CREDIT D IMPOT?

DANS QUELLES CONDITIONS PEUT-ON BENEFICIER DU CREDIT D IMPOT? Le crédit d impôt est une disposition fiscale permettant aux ménages de déduire de leur impôt sur le revenu une partie des dépenses réalisées pour certains travaux d amélioration énergétique réalisés dans

Plus en détail

Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres

Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres Les Certificats d économies d énergie Bâtiments et Collectivités locales Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres Charbonnier Sylvie Opérations élémentaires Isolation Sommaire : Opérations

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

Un atout pour la RT 2012!

Un atout pour la RT 2012! LE COFFRE DE VOLET-ROULANT, Un atout pour la RT 2012! LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES LES CARACTÉRISTIQUES THERMIQUES DES COFFRES POURQUOI UN COFFRE EST INDISPENSABLE EN BBC? LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES

Plus en détail

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement Cadre réglementaire Rappel : délai d application

Plus en détail

Qu est ce qu un projet performant?

Qu est ce qu un projet performant? S2: Les clés de la performance Qu est ce qu un projet performant? Un projet avec beaucoup d énergies renouvelables Un projet très isolé Un projet dont le % de vitrage est d environ 1/6 de de surface habitable

Plus en détail

Thermographie infra-rouge des bâtiments

Thermographie infra-rouge des bâtiments Espace Centre & Ouest Vosges Thermographie infra-rouge des bâtiments Pierre Pellégrini Conseiller énergie Avec les soutiens de : 1 Au programme Energies et bâtiments Principes de la thermique du bâtiment

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

Mise en place d une énergie renouvelable obligatoire en maison(s) individuelle et groupées

Mise en place d une énergie renouvelable obligatoire en maison(s) individuelle et groupées Besoin bioclimatique inférieur au Bbio max Attestation à remettre au permis de construire Consommation d énergie primaire inférieure au Cep max Etude à finaliser avant le début de la construction Température

Plus en détail

Rénovation et Transition Energétique

Rénovation et Transition Energétique 1 Rénovation et Transition Energétique Phase Exploitation: Leçons d une année d instrumentation PLAN 2 1. Présentation d AMOES 2. Présentation de l opération 3. Instrumentation et présentation des résultats

Plus en détail

Bilan d exploitation

Bilan d exploitation Rénovation Energétique du Bâtiment Municipal à UGINE 21/01/2009 Bilan d exploitation Réalisé le 19 Mars 2012 à Saint Etienne 14/10/2010 Période réalisation des travaux : du 15 Avril 2010 au 21 Octobre

Plus en détail

vvvv Isolation thermique par l extérieur ECS solaire

vvvv Isolation thermique par l extérieur ECS solaire vvvv Isolation thermique par l extérieur ECS solaire 1 L isolation thermique par l extérieur 2 3 Les enjeux d une bonne enveloppe! Economiques (réduction des consommations, valorisation architecturale

Plus en détail

Annexe. Rapport de Thermographie Infra Rouge. Maître d ouvrage : Mairie de Chonas l Amballan. Objet de l étude : Groupe scolaire.

Annexe. Rapport de Thermographie Infra Rouge. Maître d ouvrage : Mairie de Chonas l Amballan. Objet de l étude : Groupe scolaire. ERMEL Energie Ingénierie de la maîtrise de l énergie et des énergies renouvelables 3 avenue du général Leclerc 38200 Vienne Annexe Rapport de Thermographie Infra Rouge Maître d ouvrage : Mairie de Chonas

Plus en détail

OPERATION MENUCOURTOISE D AMELIORATION DE L HABITAT

OPERATION MENUCOURTOISE D AMELIORATION DE L HABITAT OPERATION MENUCOURTOISE D AMELIORATION DE L HABITAT En 2008 Mise en place de l aide communale à l isolation pour les propriétaires En 2010, La mairie montre l exemple : rénovation complète du logement

Plus en détail

Nuit de la thermographie Syndicat mixte du Pays Sud Toulousain. Le 16 novembre 2012

Nuit de la thermographie Syndicat mixte du Pays Sud Toulousain. Le 16 novembre 2012 Nuit de la thermographie Syndicat mixte du Pays Sud Toulousain Le 16 novembre 2012 1 Le territoire : 1 200 km² 2 vallées principales 4 bassins de vie 7 intercommunalités 99 communes 92 000 habitants 2

Plus en détail

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation»

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Mercredi de l info du 22 février 2012 Conseil et Réseaux Bureau d études Bâtiment et Process «Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Vincent DUBAR Chef de projets

Plus en détail

Energies POSIT IF. Projets Maîtrise d œuvre conception. Promouvoir, Organiser, Soutenir, Inventer la Transition énergétique en Ile-de-France

Energies POSIT IF. Projets Maîtrise d œuvre conception. Promouvoir, Organiser, Soutenir, Inventer la Transition énergétique en Ile-de-France Projets Maîtrise d œuvre conception Société d Economie Mixte Promouvoir, Organiser, Soutenir, Inventer la Transition énergétique en Ile-de-France Résidence du Parc Soisy-sous-Montmorency (95) Maîtrise

Plus en détail

Diagnostic De Performance ÉnergÉtique

Diagnostic De Performance ÉnergÉtique ELÉMENTS DE THERMIQUE Diagnostic De Performance ÉnergÉtique Mesurer la performance énergétique La conduction La conduction est un transfert de chaleur entre solides. L exemple plaque électrique. La plaque

Plus en détail

Réponses techniques existantes, généralités

Réponses techniques existantes, généralités Réponses techniques existantes, généralités Les bâtiments existants peuvent être construits de manières très différentes. De ce fait, il n existe pas une unique manière de réhabiliter. Il faut agir en

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

pour la mai^trise de l e nergie dans le ba^ti

pour la mai^trise de l e nergie dans le ba^ti LA THERMOGRAPHIE : pour la mai^trise de l e nergie dans le ba^ti Qu est-ce que la thermographie? La thermographie est une technique de cartographie des températures de surface des parois ou de tout autre

Plus en détail

3 Les évolutions du procédé constructif

3 Les évolutions du procédé constructif 3 Les évolutions du procédé constructif 3.1 Trame Nous avons fait évoluer la trame de 2,70 m x 5,40 m vers 3 m x 6 m pour faciliter la prise en compte des contraintes d accès des personnes à mobilité réduite.

Plus en détail

La Bretagne romantique

La Bretagne romantique La Bretagne romantique Energie Thermographie et diagnostic thermique en rénovation Tinténiac, le 25 octobre 2015 Gireg Le Bris Yvan Le Tennier Qu est ce que la thermographie? La thermographie est la technique

Plus en détail

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien Congrès Besançon 2015 Outils de mesure de la consommation du BATI ANCIEN Selon la consommation réelle mesurée (étude BATAN 2007) Logiciels thermiques

Plus en détail

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE Ecole des Métiers de l Environnement Campus de Ker Lann Rennes 35170 BRUZ Tél. : 02.99.05.88.00./ Fax. : 02.99.05.88.09. http://www.ecole-eme.com Auteurs : BOTREL Yohann Section : DEPS EREE DESGRANGES

Plus en détail

La réglementation thermique 2012

La réglementation thermique 2012 La réglementation r thermique 2012 LES SOLUTIONS SEAC 11 SOLUTIONS POUR LA MAISON INDIVIDUELLE 21 Vide sanitaire le hourdis polystyrène avec languette Pour répondre aux exigences de la RT 2012, nous avons

Plus en détail

Rénovation des fenêtres

Rénovation des fenêtres Enjeux : (Energétique / patrimoniaux) Rénovation des fenêtres Le changement des fenêtres (ou vitrages), réduit les consommations de chauffage, fait diminuer l effet paroi froide et les condensations, améliore

Plus en détail

Accueil du site. Mode d emploi Simu-rt2012 Page 1 sur 24. Paramètre de connexion : adresse mail + mot de passe. Réaliser une inscription gratuite.

Accueil du site. Mode d emploi Simu-rt2012 Page 1 sur 24. Paramètre de connexion : adresse mail + mot de passe. Réaliser une inscription gratuite. Mode d emploi Simu-rt2012 Page 1 sur 24 Accueil du site Paramètre de connexion : adresse mail + mot de passe. Réaliser une inscription gratuite. Accéder au site internet de Fluditec. Nous contacter. Mode

Plus en détail

DR Fiche isolant Comment améliorer son habitat? ACTIVITE DECOUVRIR ET ANALYSER :

DR Fiche isolant Comment améliorer son habitat? ACTIVITE DECOUVRIR ET ANALYSER : DR Fiche isolant Comment améliorer son habitat? ACTIVITE DECOUVRIR ET ANALYSER : Mise en évidence du phénomène de déperdition thermique aux travers des parois 1. Première activité : Mise en évidence du

Plus en détail

Rénovation énergétique des copropriétés : Le guide des bonnes pratiques

Rénovation énergétique des copropriétés : Le guide des bonnes pratiques Rénovation énergétique des copropriétés : Le guide des bonnes pratiques Chapitre 10 Le plan pluriannuel de travaux et son volet énergétique Nous avons vu au chapitre 6 comment un audit technique, énergétique,

Plus en détail

www.energies-solidaires.org

www.energies-solidaires.org www.energies-solidaires.org Changement climatique Précarité énergétique Éco-Construction Thermographies aériennes Burkina-Faso Efficacité énergétique Solidarité internationale LE PREMIER POSTE DE DÉPENSE

Plus en détail

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation menée avec ARCHIWIZARD Contexte de l étude Mr et Mme LE LOUSTIC viennent d acquérir une maison se situant à Hennebont (56). Peu de travaux

Plus en détail

Cours SIA 380/1, édition 2009

Cours SIA 380/1, édition 2009 Cours SIA 380/1, édition 2009 HES-SO Valais Pierre-André Seppey Novembre 2009 Aujourd hui Il y a quelques années La norme SIA 380/1, édition 2009 Les 6 chapitres de la norme: 0 Domaine d application 1

Plus en détail

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Chaudières à basse température, individuelles ou collectives Les chaudières basse température ne sont plus éligibles au dispositif du crédit

Plus en détail

Synthèse de l'étude de diagnostic énergétique: immeubles. Propositions de la commission. AG spéciales des immeubles

Synthèse de l'étude de diagnostic énergétique: immeubles. Propositions de la commission. AG spéciales des immeubles Synthèse de l'étude de diagnostic énergétique: immeubles. Propositions de la commission AG spéciales des immeubles Rappel des objectifs et méthodes Pour les immeubles Faire un point du potentiel des techniques

Plus en détail

FICHE CALCULS THERMIQUES "AVANT ET APRES TRAVAUX" INFORMATIONS GENERALES SOCIETE AGENCE CODE CITE ADRESSE CITE

FICHE CALCULS THERMIQUES AVANT ET APRES TRAVAUX INFORMATIONS GENERALES SOCIETE AGENCE CODE CITE ADRESSE CITE FICHE CALCULS THERMIQUES "AVANT ET APRES TRAVAUX" INFORMATIONS GENERALES SOCIETE AGENCE CODE CITE ADRESSE CITE TYPE DE LOGEMENT (collectif/individuel) MODE DE CHAUFFAGE (collectif/individuel) ENERGIE DE

Plus en détail

SYNTHESE ETUDE THERMIQUE RT 2012

SYNTHESE ETUDE THERMIQUE RT 2012 SYNTHESE ETUDE THERMIQUE RT 2012 MAITRE D OUVRAGE CHB - COOP HABITAT BOURGOGNE 69 Avenue Boucicaut 71100 CHALON SUR SAÔNE Tél : 03 85 46 16 63 - Fax : 03 85 46 55 32 ARCHITECTE NAOS ATELIER D ARCHITECTURE

Plus en détail

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l éco-construction ---------------------------- 50 modules de formation

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Flash information : Juin 2010

Flash information : Juin 2010 Flash information : Juin 2010 Comment rendre son logement plus performant Le coût de l énergie, son impact polluant sur notre environnement, nous mènent aujourd hui à favoriser et à développer chez chacun

Plus en détail

Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois

Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois Un nouvel ouvrage est paru en 2013, destiné aux artisans, entreprises, architectes, maîtres d œuvre et maîtres d ouvrage,

Plus en détail

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Francine Wegmueller 30 mai 2012 Table des matières Du dossier de mise à l enquête au chantier Exemples Coefficients U Ponts thermiques Pare-vapeur Etanchéité

Plus en détail

LA REHABILITATION ENERGETIQUE EN COPROPRIETE Par J. MICHET ENERA Conseil

LA REHABILITATION ENERGETIQUE EN COPROPRIETE Par J. MICHET ENERA Conseil LA REHABILITATION ENERGETIQUE EN COPROPRIETE Par J. MICHET ENERA Conseil Aspects réglementaires : RT Eléments par éléments, RT Existant, Décret 2012-111 : Réalisation audit énergétique pour les grandes

Plus en détail

Plan de présentation

Plan de présentation Réunion de sensibilisation des Copropriétés Cran Gevrier 1 Plan de présentation Bilan national La thermographie infrarouge Présentation de la thermographie IR Limites de la thermographie IR Présentation

Plus en détail

TRAVAUX DE RÉNOVATION ENERGÉTIQUE DE LA RESIDENCE VIADUC

TRAVAUX DE RÉNOVATION ENERGÉTIQUE DE LA RESIDENCE VIADUC 24 Juin 2015 TRAVAUX DE RÉNOVATION ENERGÉTIQUE DE LA RESIDENCE VIADUC Afin de répondre aux attentes des locataires et aux enjeux de l environnement, en collaboration avec les membres du Conseil de Concertation

Plus en détail

THERMOGRAPHIE AÉRIENNE DU HAUT VAL-DE-MARNE. ------Réunions publiques. Septembre octobre 2012

THERMOGRAPHIE AÉRIENNE DU HAUT VAL-DE-MARNE. ------Réunions publiques. Septembre octobre 2012 THERMOGRAPHIE AÉRIENNE DU HAUT VAL-DE-MARNE ------Réunions publiques Septembre octobre 2012 LE BÂTIMENT, UN GROS CONSOMMATEUR D ÉNERGIE? Environ 25 % des émissions des gaz à effet de serre sont liées à

Plus en détail

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre Qualifications et certifications RGE en rénovation Les qualifications et certifications RGE éligibles pour vos travaux de rénovation énergétique en métropole Le recours a un professionnel RGE est obligatoire

Plus en détail

DEMONSTRATION CONCRETE ET SANS APPEL

DEMONSTRATION CONCRETE ET SANS APPEL COMMENT ECONOMISER DE L ENERGIE, RETROUVER LE CONFORT ET REDUIRE LA FACTURE DE TRAVAU D AMELIORATION DE PERFORMANCES ENERGETIQUE Un investissement divisé par 4 Pour 100 % de satisfaction Le conseil en

Plus en détail

BLOCS LA SOLUTION SIMPLE, RAPIDE ET ÉCONOMIQUE POUR CONSTRUIRE RT2012, HPE ET THPE! Développé et distribué par MATÉRIAUX

BLOCS LA SOLUTION SIMPLE, RAPIDE ET ÉCONOMIQUE POUR CONSTRUIRE RT2012, HPE ET THPE! Développé et distribué par MATÉRIAUX BLOCS ISOLANTS COFFRANTS LA SOLUTION SIMPLE, RAPIDE ET ÉCONOMIQUE POUR CONSTRUIRE RT2012, HPE ET THPE! Développé et distribué par MATÉRIAUX LA FORMULE GAGNANTE POUR UN BÂTI DURABLE ET PERFORMANT SYSTÈME

Plus en détail

LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2...

LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2... LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2... Fervent défenseur de l accession à la propriété depuis plus de 25 ans, avec à son actif plus de 20 000 maisons réalisées

Plus en détail

Diagnostic technique et architectural en Alsace

Diagnostic technique et architectural en Alsace Diagnostic technique et architectural en Alsace Dispositif Région/FEDER pour la rénovation énergétique du logement social Réalisé en phase étude, ce diagnostic technique et architectural a pour objet de

Plus en détail

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? Pour réduire les déperditions de chaleur Améliorer l efficacité énergétique Faire des économies d énergie Réduire les flux d air non maîtrisés Améliorer

Plus en détail

L amélioration de la performance énergétique des logements dans le Tarn : quelle efficacité?

L amélioration de la performance énergétique des logements dans le Tarn : quelle efficacité? L amélioration de la performance énergétique des logements dans le Tarn : quelle efficacité? ADIL / L INFORMATION SUR L HABITAT une question d adresse... Résidence Leclerc - 3 Boulevard Lacombe - 81000

Plus en détail

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS L'isolation est plus rentable que les équipements de production. Quel objectif? Les pertes de chaleur par le toit et les murs représentent la moitié des dépenses de chauffage.

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

Comment améliorer les performances thermiques d une habitation?

Comment améliorer les performances thermiques d une habitation? thermiques d une habitation? E1-1/6 Le confort 1 Définissez en trois points le confort thermique : 2-1 Sur brouillon ou sur votre cahier d expérience, émettez vos hypothèses sur la maison de demain. Comment

Plus en détail

Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments

Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments Ce dispositif s applique aux dossiers de demande d aide déposés auprès des services du Conseil régional. Les critères d éco-conditionnalité

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

Isolation, se poser les bonnes questions dans le cadre d une rénovation 7.5.2013

Isolation, se poser les bonnes questions dans le cadre d une rénovation 7.5.2013 Isolation, se poser les bonnes questions dans le cadre d une rénovation 7.5.2013 Manuel Bauer Estia SA Thèmes abordés! Le diagnostic énergétique des anciens bâtiments! Exigences et solutions constructives

Plus en détail

Sensibilisation «Perméabilité à l air» Thierry MARTIN - Directeur Sud - NRJ-DIAGS

Sensibilisation «Perméabilité à l air» Thierry MARTIN - Directeur Sud - NRJ-DIAGS Sensibilisation «Perméabilité à l air» Thierry MARTIN - Directeur Sud - NRJ-DIAGS Qui sommes nous? Un spécialiste du diagnostic post construction Diagnostic Performance Energétique Obligatoire pour toutes

Plus en détail

LES PROBLEMES ÉNERGETIQUES DE NOTRE IMMEUBLE. (Synthèse de l audit énergétique)

LES PROBLEMES ÉNERGETIQUES DE NOTRE IMMEUBLE. (Synthèse de l audit énergétique) LES PROBLEMES ÉNERGETIQUES DE NOTRE IMMEUBLE (Synthèse de l audit énergétique) 1 Un constat alarmant Une consommation en augmentation légère mais régulière 195 190 185 180 175 170 165 160 Consommation

Plus en détail

Fiche de synthèse Étude thermique RT 2012 (Bbio)

Fiche de synthèse Étude thermique RT 2012 (Bbio) Fiche de synthèse Étude thermique RT 2012 (Bbio) Votre construction devra respecter au minimum les performances énoncées ci-dessous. En cas de non-respect de ces points Les sanctions pourront être civiles

Plus en détail

Rapport d audit énergétique

Rapport d audit énergétique Rapport d audit énergétique Version du logiciel 2.0.0#124 Date d enregistrement : 26.07.2013 Date de modification : 29.07.2013 Certificat PEB d origine n : 1 Type de bâtiment : APPARTEMENT Type d audit

Plus en détail

Présentation du béton cellulaire... 14 Historique... 14 Présentation... 14 Composition... 15 Fabrication... 15 Principales utilisations...

Présentation du béton cellulaire... 14 Historique... 14 Présentation... 14 Composition... 15 Fabrication... 15 Principales utilisations... CONSTRUIRE EN BÉTON CELLULAIRE 1. Le béton cellulaire et son environnement Présentation du béton cellulaire.............................................................. 14 Historique......................................................................................

Plus en détail

DESSINS D ARCHITECTURE

DESSINS D ARCHITECTURE Les dessins d architecture Page 1 DESSINS D ARCHITECTURE Objectifs : - Connaitre à partir d une application les différents plans réalisés dans le domaine de la construction, et plus particulièrement les

Plus en détail

L ISOLATION THERMIQUE DANS LA CONCEPTION ET LA REALISATION DES LOCAUX DE TRAVAIL

L ISOLATION THERMIQUE DANS LA CONCEPTION ET LA REALISATION DES LOCAUX DE TRAVAIL UE 5 : RISQUES PHYSIQUES FACTEUR D AMBIANCE T. ATHUYT L ISOLATION THERMIQUE DANS LA CONCEPTION ET LA REALISATION DES LOCAUX DE TRAVAIL «L isolation thermique dans la conception et la réalisation des locaux

Plus en détail

La brique Monomur Terre Cuite. La réponse à la RT 2012

La brique Monomur Terre Cuite. La réponse à la RT 2012 La brique Monomur Terre Cuite La réponse à la RT 2012 Dès le 1 er janvier 2013, dans le prolongement du Grenelle de l environnement, une nouvelle réglementation thermique (dite RT 2012 par les professionnels)

Plus en détail

Approche architecturale d un projet de rénovation

Approche architecturale d un projet de rénovation Approche architecturale d un projet de rénovation Atelier d architecture, 9 rue des Hospices, 34 090 Montpellier Guillaume Bounoure - chloe Genevaux architectes architectes.ecoarct@gmail.com 1 Déroulement

Plus en détail

DOSSIER DE VALIDATION DU LOGICIEL CONDUCTEÖ [S] 2D. version 3.0

DOSSIER DE VALIDATION DU LOGICIEL CONDUCTEÖ [S] 2D. version 3.0 DOSSIER DE VALIDATION DU LOGICIEL CONDUCTEÖ [S] 2D version 3.0 Déclaration de conformité... 4 Tests de validation de la norme EN 10211... 5 Cas n 1... 5 Cas n 2... 6 Tests de validation de la norme EN

Plus en détail

Reproduction interdite. Propriété de BBC-EXPERTISE. Rénovation BBC Immeuble 10 lots 38 E [BBC-EXPERTISE] Labellisation BBC Effinergie

Reproduction interdite. Propriété de BBC-EXPERTISE. Rénovation BBC Immeuble 10 lots 38 E [BBC-EXPERTISE] Labellisation BBC Effinergie [BBC-EXPERTISE] Labellisation BBC Effinergie Rénovation BBC Immeuble 10 lots 38 E BBC-EXPERTISE Expert en Rénovation Enérgétique Certifié 1 Présentation Prestations [BBC-EXPERTISE] CHANGEMENT DE DESTINATION

Plus en détail

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Afin d améliorer le confort thermique de leur maison d après-guerre, un couple

Plus en détail

Rapport d inspection caméra thermique Relevé réalisé le 19/02/2014. Logement : Mr et Mme Chaux Chemin Le haut des clos 42260 Crémeaux

Rapport d inspection caméra thermique Relevé réalisé le 19/02/2014. Logement : Mr et Mme Chaux Chemin Le haut des clos 42260 Crémeaux Rapport d inspection caméra thermique Relevé réalisé le 19/02/2014 Logement : Mr et Mme Chaux Chemin Le haut des clos 42260 Crémeaux Sommaire 1 contenu du rapport d inspection p.3 2 Matériel utilisé pour

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Parc naturel régional L o i r e -A n j o u -T o u r a i n e Patrimoine bâti Les fiches techniques du Parc Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Réhabilitation d une grange semi-troglodytique Localisation

Plus en détail