Conception de Médicament

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conception de Médicament"

Transcription

1 Conception de Médicament Approche classique HTS Chimie combinatoire Rational Drug Design Ligand based (QSAR) Structure based (ligand et ou macromolec.) 3DQSAR Docking Virtual screening

2 Needle in a Haystack composés chimiquement faisables 28 million enregistrés (CAS) Les biologistes des compagnies pharmaceutiques arrivent à tester jusqu'à 1 million de composés contre une cible au moyen de technologie à ultra haut débit Les chimistes sélectionnent composés Ils travaille sur ces composés pour développer de nouvelles molécules plus efficaces Les pharmacologues testent ces composés en pharmacodynamique et leur profiles toxicologique 1 2 composés sont sélectionnés comme médicament potentiel

3 Approche classique Substances naturelles extraits/broyats recherche d activité extraction synthèse génie biologique ex : pénicilline taxol cyclosporine Base de donnée classique : environ 5000 composés Industrie cosmétique

4 Chimie des substances naturelles 1 produit (+/ naturel) actif (lead) produit dérivé plus actif moins toxique plus assimilable aines de produits dérivés tests biologiques mesure de l'activité => Relation structure chimique Activité >QSAR > 3D QSAR Bases de données = 5000 moléc X 100 dérivés x n activités

5 Chimie combinatoire Synthèse rapide de 1000 er de molécules : mélanges + Criblage à haut débit Vérification simultanée de 1000 er d'activités = Gestion des mélanges Outils de recherche d'informations Outils de tri des groupes de molécules Outils d'évaluation de la diversité moléculaire

6 Rational Drug Design Connaissance des substances actives : QSAR Connaissance de la structure de la cible : DOCKING

7 QSAR : Quantitative Structure Activity Relationship Prédire l activité biologique (A) de composés non testés coefficient de partition eau/octanol (C8H17 OH) P protéine : composé relativement hydrophobe + liaisons hydrogène corrélation entre P et activité inhibition de l'agrégation des plaquettes de sang de bovins par des composés alcooliques (R OH) log A= 1,00logP+0,18 inhibition de la contraction du muscle sartorius de grenouille par différents composés : log A= 0,88 logp+0,63 Limites rapidement atteintes

8 QSAR Prise en compte d autres paramètres (descripteurs) pour les substituants effets stériques (S) propriétés électroniques (E) (orbitales électroniques des grpts substituants)... (toutes propriétés physico chimiques) Modèle QSAR : loga=fh(p)+fs(s)+fe(e)+... A??? P S E Trouver le meilleur substituant «?» pour satisfaire les paramètres les plus importants.

9

10

11 Descripteurs de similarité Structure stérique Smarts,Smiles et Fingerprint Conformation

12 Limites du QSAR Résultats corrects en absence d interactions spécifiques déterminantes (Structure 3D) Nouveaux descripteurs : 3D QSAR Interdépendance non linéaire des descripteurs ex : répartition électronique responsable en partie de l hydrophobicité.

13 QSAR 3D Spécificité : énergies d'interaction + structure 3D distances dans les composés position des gpt chargés participation à des LH forme de la molécule = PHARMACOPHORE

14 Pharmacophore représentation en 3D des propriétés les plus essentielles d une molécule active. ex : Charge + Donneur de liaison H d1 θ1 d2 noyaux hydrophobe Série de composés d activité connue: construction du pharmacophore idéal. Recherche de composés avec un fort indice de similarité.(base de donnée : «virtual screening» de novo)

15 Descripteurs 3D issus de Mécanique quantique Energie conformationnelle précise Densité électronique (ρ(x,y,z)) Potentielle électrostatique Champs électriques Descripteurs Empiriques semi empiriques Comparaison des champs de forces produits par les ligands

16 Comparaison de champs Alignement des ligands Représentation des champs sur une grille ComFA : Comparative Molecular Field Analysis Electrostatique vdw ComSIA Comparative Molecular Similarity Analysis idem Donneur ou Accepteur de LH hydrophobie Comparaison des champs corrélation avec Kd

17 Inhibiteurs de la Thrombine Ex ComSIA ( Interaction stérique favorables : vert Défavorable : brun Interaction hydrophobe favorables : rouge Défavorable : bleu

18 Modèle QSAR Associassion des multiples descripteurs avec des pondérations ex : Apred = 50% pharmacophore + 30% ρ(r) + 20% espace conformationnel... APred? Act

19 Limites du QSAR Résultats corrects en absence d interactions spécifiques déterminantes (Structure 3D) Nouveaux descripteurs : 3D QSAR Interdépendance non linéaire des descripteurs ex : répartition électronique responsable en partie de l hydrophobicité. Réduction/combinaison des descripteurs : Analyses en composantes principales (ACP) Partial Least Square (PLS) Hierarchical clustering Utilisation de réseaux de neurones Diminution drastique du nombre de descripteurs utilisés dans le modèle finale/recherche des plus opportuns

20 Bon modèle Points expérimentaux proches de la droite théorique tests statistiques Bon caractère prédictif séparation entre bons substrats / substrats intermédiaires / mauvais substrats (classement dans l ordre) Pas de faux positifs/négatifs

21 Autres Limites Molécules flexibles : choix de la conformation? énergie minimum connaissances empiriques logiciel CONCORD, WIZARD, COBRA (rapide) champs de forces GROMOS, CHARMM, AMBER (juste) Forme active différente de la conf. de + basse énergie? Prise en compte des différents minima Corrélation entre activité et espace conformationnel

22 Autres limites Plusieurs conformations avec différentes énergies peuvent être actives : La (les) conformation(s) d autres molécules peuvent jouer un rôle (eau, récepteur, ions) => Entropie (très difficile à prendre en compte) ( S) Energie importante pour une activité : => Energie libre : G= H T S Petites Molécules

23 Extension du QSAR : ADME/Tox / Toxicité

Drug Design Approche classique HTS-Chimie combinatoire Rational Drug Design

Drug Design Approche classique HTS-Chimie combinatoire Rational Drug Design Drug Design Approche classique HTS-Chimie combinatoire Rational Drug Design ligand based (QSAR) Structure based (ligand et ou macromolec.) 3DQSAR Docking Virtual screening Needle in a Haystack Estimated

Plus en détail

Prédiction des Propriétés Biologiques

Prédiction des Propriétés Biologiques SOMMAIRE PROCHEMIST VERSION 6.4 Prédiction des Propriétés Biologiques P.Urbaniak (Cadcom) Avant-Propos PARTIE I) ANALYSE MULTIRESOLUTION 1) Algorithme. Limites et perspectives 2)Exemples 3) La constitution

Plus en détail

La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel Modélisation moléculaire: Introduction Hiver 2006

La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel Modélisation moléculaire: Introduction Hiver 2006 La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel En 1890 Emil Fisher a proposé le modèle "serrure et clé" pour expliquer la façon de fonctionner des systèmes biologiques. Un substrat rentre et

Plus en détail

Premier projet (Thèse) : Étude des mécanismes dinteraction protéineligand par une approche couplant la simulation moléculaire et la chimie quantique

Premier projet (Thèse) : Étude des mécanismes dinteraction protéineligand par une approche couplant la simulation moléculaire et la chimie quantique Parmi les projets en cours sur la thématique Bioinformatique du Laboratoire de Biochimie et Génétique Moléculaire (LBGM), deux d entre eux seront présentés ici et sont orientés uniquement vers l utilisation

Plus en détail

MASTER «IN SILICO DRUG DESIGN» (2015-2016) Semestre 2 - Spécialité MMis - MACROMOLECULES BIOLOGIQUES Université Paris Diderot

MASTER «IN SILICO DRUG DESIGN» (2015-2016) Semestre 2 - Spécialité MMis - MACROMOLECULES BIOLOGIQUES Université Paris Diderot MASTER «IN SILICO DRUG DESIGN» (2015-2016) Semestre 2 - Spécialité MMis - MACROMOLECULES BIOLOGIQUES Université Paris Diderot UE1 PROGRAMMATION EN DRUG DESIGN (7 ECTS) Responsable : O. TABOUREAU EC1 -

Plus en détail

UE6 - Cycle de vie du médicament : Conception rationnelle

UE6 - Cycle de vie du médicament : Conception rationnelle UE6 - Cycle de vie du médicament : Conception rationnelle Dr. Raphaël Terreux Faculté de Pharmacie (ISPB) Département pédagogique des Sciences Physico-Chimiques et Pharmacie Galénique 8 avenue Rockefeller,

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

LA MESTA en quelques mots

LA MESTA en quelques mots LA MESTA en quelques mots La Mesta Chimie Fine développe et fabrique des intermédiaires et des principes actifs à destination des laboratoires pharmaceutiques, ainsi que des produits destinés aux secteurs

Plus en détail

La Naissance du Médicament

La Naissance du Médicament La Naissance du Médicament Historique : Les Approches Empiriques De l'antiquité à la fin du XVIIIe siècle: «Ère de la Thérapeutique Empirique» des remèdes Première ordonnance connue date du III ème millénaire

Plus en détail

PHARMACIEN POLYTECHNICIEN SCIENCES CHIMIQUES VERSUS DE LA SANTÉ SCIENCES BIOLOGIQUES?

PHARMACIEN POLYTECHNICIEN SCIENCES CHIMIQUES VERSUS DE LA SANTÉ SCIENCES BIOLOGIQUES? PHARMACIEN POLYTECHNICIEN DE LA SANTÉ SCIENCES CHIMIQUES VERSUS SCIENCES BIOLOGIQUES? Professeur Pascale Cohen Professeur Marc Leborgne ISPB-Pharmacie Université Lyon I Quelle est la place actuelle de

Plus en détail

Réactions de Substitution Nuclé

Réactions de Substitution Nuclé Réactions de Substitution clé ucléophile I. INTRODUTION La substitution nucléophile résulte de l attaque nucléophile sur un substrat par une espèce riche en électrons (molécule neutre ou anion) et du départ

Plus en détail

Apprentissage d une Tâche de Contrôle pour un Robot Mobile en LEGO Mindstorms

Apprentissage d une Tâche de Contrôle pour un Robot Mobile en LEGO Mindstorms Apprentissage d une Tâche de Contrôle pour un Robot Mobile en LEGO Mindstorms Mémoire présenté par Benjamin Haibe-Kains Directeur de mémoire: M. Gianluca Bontempi Mémoire Plan Introduction Contributions

Plus en détail

La vie d un médicament

La vie d un médicament La vie d un médicament Essais cliniques limites à détecter les Effets Indésirables Cours Francophone Inter pays de Pharmacovigilance Centre Anti Poison et de Pharmacovigilance du Maroc Pr. R. Soulaymani

Plus en détail

Ce sont les macromolécules les plus abondantes dans les cellules vivantes.

Ce sont les macromolécules les plus abondantes dans les cellules vivantes. Les protéines Ce sont les macromolécules les plus abondantes dans les cellules vivantes. Au cours du temps l idée de la fonction biologique des protéines a évolué au fur et à mesure que leurs structure

Plus en détail

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING SÉLECTION DES RISQUES PRÉVISION DES DÉFAUTS SUIVI ET CONTRÔLE Pierre-Louis GONZALEZ Différents types de

Plus en détail

MABioVis. Bio-informatique et la

MABioVis. Bio-informatique et la MABioVis Modèles et Algorithmes pour la Bio-informatique et la Visualisation Visite ENS Cachan 5 janvier 2011 MABioVis G GUY MELANÇON (PR UFR Maths Info / EPI GRAVITE) (là, maintenant) - MABioVis DAVID

Plus en détail

Semestre 2 Spécialité «Analyse in silico des complexes macromolécules biologiques-médicaments»

Semestre 2 Spécialité «Analyse in silico des complexes macromolécules biologiques-médicaments» Master In silico Drug Design Semestre 2 Spécialité «Analyse in silico des complexes macromolécules biologiques-médicaments» 30NU01IS INITIATION A LA PROGRAMMATION (6 ECTS) Responsables : D. MESTIVIER,

Plus en détail

Appel d offres d une entreprise de communication scientifique

Appel d offres d une entreprise de communication scientifique 8 Activité réalisée au Collège Laflèche par MARTIN LEPAGE 8 Date de la dernière mise à l essai Nom de l auteur Collège d origine Hiver 2006 Martin Lepage Collège Laflèche Adresse électronique de l auteur

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Nouveauté Méthodes quantitatives et qualitatives Prix : 81,95 $ Auteurs : Marie-Fabienne Fortin, Johanne Gagnon ISBN13 : 9782765050063 Nombre

Plus en détail

RECHERCHE EXPÉRIMENTALE SUR L ACIDITÉ

RECHERCHE EXPÉRIMENTALE SUR L ACIDITÉ RECHERCHE EXPÉRIMENTALE SUR L ACIDITÉ CAHIER DE BORD Version B Brigitte Loiselle Janvier 2006 CAPSULE THEORIQUE : L ACIDITE L eau pure est une substance composée de particules formées de deux atomes d

Plus en détail

DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX

DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX L'analyse des risques dans le cadre du Codex Qu'est-ce que l'analyse des risques? Un processus comportant

Plus en détail

LEXIQUE. Extraits du document AFNOR (Association Française de Normalisation) www.afnor.fr. NF EN ISO 9000 octobre 2005

LEXIQUE. Extraits du document AFNOR (Association Française de Normalisation) www.afnor.fr. NF EN ISO 9000 octobre 2005 LEXIQUE DEFINITIONS NORMALISEES (ISO 9000) Extraits du document AFNOR (Association Française de Normalisation) www.afnor.fr NF EN ISO 9000 octobre 2005 DEFINITIONS NORMALISEES (ISO 9000) - GENERAL ISO

Plus en détail

Comment identifier et expliquer les écarts entre mesure et prédiction?

Comment identifier et expliquer les écarts entre mesure et prédiction? Comment identifier et expliquer les écarts entre mesure et prédiction? Position du problème et travaux prévus Bruno PEUPORTIER ARMINES Centre Energétique et Procédés Objectifs Expliquer les écarts permettrait

Plus en détail

Le data mining et l assurance Mai 2004. Charles Dugas Président Marianne Lalonde Directrice, développement des affaires

Le data mining et l assurance Mai 2004. Charles Dugas Président Marianne Lalonde Directrice, développement des affaires Le data mining et l assurance Mai 2004 Charles Dugas Président Marianne Lalonde Directrice, développement des affaires AGENDA Qu est-ce que le data mining? Le projet et les facteurs de réussite Les technologies

Plus en détail

Les émissions de gaz carbonique (CO2)

Les émissions de gaz carbonique (CO2) Fiche 21 Les émissions de gaz carbonique (CO2) 1. Quelles émissions pour les différentes énergies fossiles? La quantité de CO2 produit par la combustion d une tep de combustible fossile dépend de sa composition

Plus en détail

LE BUDGET DES VENTES

LE BUDGET DES VENTES LE BUDGET DES VENTES Objectif(s) : o Pré requis : o Modalités : o o o Elaboration du budget des ventes. Connaissances du processus "ventes". Principes, Synthèse, Application. TABLE DES MATIERES Chapitre

Plus en détail

BASE DE DONNEES STRUCTURALES

BASE DE DONNEES STRUCTURALES BASE DE DONNEES STRUCTURALES ANGD RECIPROCS 6-7 juillet 2009 Dr. Jean-Claude DARAN LCC, Toulouse Intérêt des Bases de Données Structurales Les bases de données structurales contiennent les informations

Plus en détail

Biologie 12 Examen de référence D Guide de notation

Biologie 12 Examen de référence D Guide de notation Biologie 12 Examen de référence D Guide de notation Utilise le schéma ci-dessous pour répondre à la question 1. Organite 1 Organite 2 1. Identifie les organites 1 et 2 et compare leurs fonctions d au moins

Plus en détail

Chapitre 3 : Liaisons chimiques. GCI 190 - Chimie Hiver 2009

Chapitre 3 : Liaisons chimiques. GCI 190 - Chimie Hiver 2009 Chapitre 3 : Liaisons chimiques GCI 190 - Chimie Hiver 2009 Contenu 1. Liaisons ioniques 2. Liaisons covalentes 3. Liaisons métalliques 4. Liaisons moléculaires 5. Structure de Lewis 6. Électronégativité

Plus en détail

Etude des Relations Quantitatives Structure Activité des Urées Cycliques, Cyanoguanidines Cycliques et Sulfamides Cycliques (Inhibiteurs VIH)

Etude des Relations Quantitatives Structure Activité des Urées Cycliques, Cyanoguanidines Cycliques et Sulfamides Cycliques (Inhibiteurs VIH) Université HASSAN II Faculté des Sciences et Techniques Mohammedia Etude des Relations Quantitatives Structure Activité des Urées Cycliques, Cyanoguanidines Cycliques et Sulfamides Cycliques (Inhibiteurs

Plus en détail

L approche bioénergétique

L approche bioénergétique L approche bioénergétique Appréhender l homme par la bioénergétique est une manière de comprendre et d analyser ses performances motrices. Ce champs d étude resté l apanage des scientifiques entre les

Plus en détail

Des molécules hydrophobes dans l eau

Des molécules hydrophobes dans l eau Des molécules hydrophobes dans l eau B. Cabane PMMH, ESPCI, Paris bcabane@pmmh.espci.fr Je remercie pour leurs contributions: D. Durand, B. Guillot, H. Lannibois-Drean, C. Pascal, C. Poncet-Legrand, A.

Plus en détail

Stéréogrammes sur Excel Par Vincent Papillon, Collège Jean-de-Brébeuf

Stéréogrammes sur Excel Par Vincent Papillon, Collège Jean-de-Brébeuf ANALYSE PÉDAGOGIQUE ET DIDACTIQUE Stéréogrammes sur Excel Par Vincent Papillon, Collège Jean-de-Brébeuf Critères 1. Développement de l autonomie dans l apprentissage des élèves Évaluation Passif 1 2 3

Plus en détail

QSAR 3D. Dr. Florent Barbault, ITODYS (CNRS UMR 7086)

QSAR 3D. Dr. Florent Barbault, ITODYS (CNRS UMR 7086) QSAR 3D Plan 1. Introduction 2. Vue d'ensemble de la méthode 3. CoMFA 3.1. Etapes clés 3.2. Recherche conformationnelle 3.3. Superposition de structures 3.4. Calcul des propriétés 3.5. Corrélations et

Plus en détail

SERVICES AUX PERSONNES ESTHETICIEN/ESTHETICIENNE EFFECTUER UN SOIN VISAGE

SERVICES AUX PERSONNES ESTHETICIEN/ESTHETICIENNE EFFECTUER UN SOIN VISAGE Projet : Ecole Compétences Entreprise SECTEUR : 8 SERVICES AUX PERSONNES ORIENTATION D'ETUDES : ESTHETICIEN/ESTHETICIENNE COMPETENCE PARTICULIERE VISEE EFFECTUER UN SOIN VISAGE FORMATION EN COURS DE CARRIERE

Plus en détail

Confiance et sécurité avec nos nouvelles assurances-vie. Nos plans de placement à la loupe

Confiance et sécurité avec nos nouvelles assurances-vie. Nos plans de placement à la loupe Confiance et sécurité avec nos nouvelles assurances-vie Nos plans de placement à la loupe Ces dernières années, le marché et ses mécanismes ont connu de profonds changements. Il est de plus en plus difficile

Plus en détail

Bâtir son équipe sur le roc!

Bâtir son équipe sur le roc! La performance de l entreprise repose sur les hommes et les femmes qui la composent. Bâtir son équipe sur le roc! Proposition d intervention pour le diagnostic et la relance des équipes Management & Progression

Plus en détail

DE L ATOME A LA MOLECULE ORGANIQUE

DE L ATOME A LA MOLECULE ORGANIQUE DE L ATOME A LA MOLECULE ORGANIQUE I L atome de carbone dans la molécule 1) L atome de carbone C(Z=6) : [He] 2s 2 2p 2 V=2 à l état fondamental V=4 à son état excité 99,99 % des atomes de carbone de la

Plus en détail

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire)

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Laurent Soulard CEA-DAM Ile-de-France laurent.soulard@cea.fr 1 Problématique La DAM est

Plus en détail

IFT3913 Qualité du logiciel et métriques. Chapitre 5 Mesure de la qualité du logiciel

IFT3913 Qualité du logiciel et métriques. Chapitre 5 Mesure de la qualité du logiciel IFT3913 Qualité du logiciel et métriques Chapitre 5 Mesure de la qualité du logiciel Plan du cours Introduction Théorie de la mesure Qualité du logiciel Mesure du produit logiciel Mesure de la qualité

Plus en détail

Espaces de travail & Innovation Conférence 08/04/2014. 6 millions de mètres carrés de bureaux disponibles La solution : partager!

Espaces de travail & Innovation Conférence 08/04/2014. 6 millions de mètres carrés de bureaux disponibles La solution : partager! Espaces de travail & Innovation Conférence 08/04/2014 6 millions de mètres carrés de bureaux disponibles La solution : partager! Depuis plusieurs années, les pratiques collaboratives connaissent un réel

Plus en détail

Baccalauréat Sciences Physiques et Chimiques en Laboratoire

Baccalauréat Sciences Physiques et Chimiques en Laboratoire Baccalauréat Sciences STL Physiques et Chimiques en Laboratoire A l heure où la pratique des sciences s oriente vers une voie plus raisonnée, la création de la section Sciences Physiques et Chimiques en

Plus en détail

Partie II : les déplacements domicile-travail

Partie II : les déplacements domicile-travail Des distances de déplacement différentes selon le profil des actifs Au delà des logiques d accessibilité, les distances parcourues pour se rendre au travail se déclinent différemment selon le sexe, l âge,

Plus en détail

Négociation de prix et taux de remboursement des produits pharmaceutiques en France : une analyse empirique

Négociation de prix et taux de remboursement des produits pharmaceutiques en France : une analyse empirique Négociation de prix et taux de remboursement des produits pharmaceutiques en France : une analyse empirique Auteur: Luiz Flavio Andrade (GATE-CNRS, IRDES) Discutant: Lydie Ancelot (IRIAF, Université de

Plus en détail

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques ANNEXE BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques L'enseignement des mathématiques dans les sections de techniciens supérieurs Agencement de l'environnement architectural

Plus en détail

Chimie / Physique. Classe de. 5 ème

Chimie / Physique. Classe de. 5 ème Chimie / Physique Classe de 5 ème 2 Table des Matières Mode d emploi... 8 1. Matière, corps purs et mélanges...11 1.1. La matière...12 1.2. Les corps purs...13 1.2.1. Les états de la matière... 13 1.2.2.

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

ANNEXE III BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ASSURANCE SESSION 2013 NOM (en lettres capitales) : Date de Naissance Cachet de l ÉTABLISSEMENT

ANNEXE III BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ASSURANCE SESSION 2013 NOM (en lettres capitales) : Date de Naissance Cachet de l ÉTABLISSEMENT ANNEXE III BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ASSURANCE SESSION 2013 NOM (en lettres capitales) : Date de Naissance Cachet de l ÉTABLISSEMENT Prénom(s) : Langue Vivante 1 1 ère année MATIÈRES OBLIGATOIRES

Plus en détail

Apprentissage statistique Stratégie du Data-Mining

Apprentissage statistique Stratégie du Data-Mining Apprentissage statistique Stratégie du Data-Mining Hélène Milhem Institut de Mathématiques de Toulouse, INSA Toulouse, France IUP SID, 2011-2012 H. Milhem (IMT, INSA Toulouse) Apprentissage statistique

Plus en détail

L apport de l analyse textuelle à la statistique d entreprise :

L apport de l analyse textuelle à la statistique d entreprise : L apport de l analyse textuelle à la statistique d entreprise : L exploitation de 10 ans de visites d entreprises par les DIRECCTE Nicolas CAVALLO JMS 2015 SESSION 3 : ANALYSE DES DONNÉES 1 er avril 2015

Plus en détail

PRESENTATION DE L INTEGRALITE DE L OFFRE D UE LIBRES (UL classées par ORIENTATION, puis par disciplines)

PRESENTATION DE L INTEGRALITE DE L OFFRE D UE LIBRES (UL classées par ORIENTATION, puis par disciplines) OFFRE UL 2015 / 2016 16 JUIN 2015 PRESENTATION DE L INTEGRALITE DE L OFFRE D UE LIBRES (UL classées par ORIENTATION, puis par disciplines) Le tableau ci-dessous rassemble l intégralité de l offre d UL

Plus en détail

Heidi WECHTLER. Octobre 2005

Heidi WECHTLER. Octobre 2005 Heidi WECHTLER Le support aux analyses de données Séminaire GREGOR Octobre 2005 Support aux analyse de données du GREGOR Le poste Chargée d étude statistiques au GREGOR, bureau B126 (wechtler.iae@univ-paris1.fr)

Plus en détail

Éléments de chimie organique Résumé

Éléments de chimie organique Résumé Éléments de chimie organique Résumé Note : e résumé indique quelques éléments qui ont été étudiés en classe. Il est largement insuffisant pour compléter votre étude. Il vous permettra de mieux structurer

Plus en détail

QED CONCEPTS ET PRINCIPES DU SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ SELON L ISO 9000. Fév. 2002 1

QED CONCEPTS ET PRINCIPES DU SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ SELON L ISO 9000. Fév. 2002 1 CONCEPTS ET PRINCIPES DU SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ SELON L ISO 9000 Fév. 2002 1 CONCEPTS ET PRINCIPES Pourquoi un SMQ? La démarche qui s appuie sur un SMQ incite les organismes à analyser les

Plus en détail

Thomas André Manuel Brisville. Data Mining. Compte-rendu de l activité d évaluation 11/02/2015 UTFPR

Thomas André Manuel Brisville. Data Mining. Compte-rendu de l activité d évaluation 11/02/2015 UTFPR Thomas André Manuel Brisville Data Mining Compte-rendu de l activité d évaluation 11/02/2015 UTFPR 1 Table des matières 2 Introduction... 2 3 La base de données utilisée... 3 3.1 Origine de la base...

Plus en détail

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre Avant-propos 1. Objectif du livre 17 2. Illustrations des exemples de ce livre 18 2.1 Office 365 comme plateforme technologique pour une digital workplace 18 2.2 SharePoint et Yammer à l honneur 18 3.

Plus en détail

Séance 12: Algorithmes de Support Vector Machines

Séance 12: Algorithmes de Support Vector Machines Séance 12: Algorithmes de Support Vector Machines Laboratoire de Statistique et Probabilités UMR 5583 CNRS-UPS www.lsp.ups-tlse.fr/gadat Douzième partie XII Algorithmes de Support Vector Machines Principe

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Les molécules présentes dans les médicaments

Les molécules présentes dans les médicaments Les molécules présentes dans les médicaments Les médicaments reposent sur environ 2 000 molécules qui sont souvent complexes. Différentes représentations ont été imaginées pour modéliser ces molécules.

Plus en détail

Conception de la chaîne logistique: Cas «Sucre de betteraves» Préparé par : Amina IDELOUALI. Encadré par : Mr TAJ

Conception de la chaîne logistique: Cas «Sucre de betteraves» Préparé par : Amina IDELOUALI. Encadré par : Mr TAJ Conception de la chaîne logistique: Cas «Sucre de betteraves» Préparé par : Amina IDELOUALI Encadré par : Mr TAJ Master Supply Chain Management Année Universitaire : 2010 2011 Plan: I- Généralités 1.Définition

Plus en détail

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DONNÉES CRÉATION INF-5061-1

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DONNÉES CRÉATION INF-5061-1 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DONNÉES CRÉATION INF-5061-1 OCTOBRE 1996 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CRÉATION INF-5061-1 OCTOBRE 1996 Direction

Plus en détail

La cartographie des brevets au service de la propriété industrielle

La cartographie des brevets au service de la propriété industrielle Forum technologique d Afrique de l Ouest et Centrale pour l exploitation industrielle des résultats de recherche en Afrique La cartographie des brevets au service de la propriété industrielle Une revue

Plus en détail

FORMATION INITIALE DES MEMBRES DU CHSCT (Établissements de moins de 300 salariés)

FORMATION INITIALE DES MEMBRES DU CHSCT (Établissements de moins de 300 salariés) FORMATION INITIALE DES MEMBRES DU CHSCT (Établissements de moins de 300 salariés) Préambule Le Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) s'impose de plus en plus comme un acteur

Plus en détail

+ Une Junior-Entreprise

+ Une Junior-Entreprise Expertise financière Au sein de l Université Paris-Dauphine, Dauphine Junior Conseil s est créé un pôle d expertise en finance qui bénéficie de la reconnaissance du monde professionnel. Une Junior-Entreprise

Plus en détail

Guide technique des pratiques de saisie dans le Système d Information

Guide technique des pratiques de saisie dans le Système d Information Guide technique des pratiques de saisie dans le Système d Information Mai 2011 CLASSIFICATION-MEN-C2-2/05/2011 La diffusion de ce document est limitée aux chefs d établissement, aux personnels que ces

Plus en détail

Le tableau périodique

Le tableau périodique Le tableau périodique Le développement du tableau périodique à l époque de Mendeleïev, on n avait même pas encore découvert l électron Mendeleïev était convaincu que les propriétés des éléments avaient

Plus en détail

Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance?

Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance? Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance? Pour de nombreuses entreprises, la rentrée scolaire marque le début d un trimestre propice aux prises de décision. Dans le domaine

Plus en détail

Principes de management de la qualité

Principes de management de la qualité Principes de management de la qualité Hassen Ammar, consultant formateur en management PLUS CONSEIL: www.plusconseil.net PLUS CONSEIL ISO 9000 Les 8 huit principes de management Principe 1 Orientation

Plus en détail

Organisation et gestion de données cycle 3

Organisation et gestion de données cycle 3 Organisation et gestion de données cycle 3 Clarifier les enjeux de cet enseignement Formation d enseignants de cycle 3 Circonscription de Grenoble 2 Positionnement de la pratique. En classe, comment travaillez-

Plus en détail

. Ce module offre la gamme de requête et d analyse la plus évoluée et la plus simple d utilisation du marché.

. Ce module offre la gamme de requête et d analyse la plus évoluée et la plus simple d utilisation du marché. La connaissance des facteurs-clés de réussite constitue un élément déterminant pour l amélioration des performances. Divalto intègre en standard, systématiquement Hyperion Intelligence. Ce module offre

Plus en détail

DS-SS CDMA W-CDMA. Multiplexage par codes : CDMA

DS-SS CDMA W-CDMA. Multiplexage par codes : CDMA DS-SS CDMA W-CDMA Jean-Marie Gorce CITI, INSA Lyon Multiplexage par codes : CDMA Le CDMA (Code Division Multiples Access) Principe utilisation simultanée de plusieurs codes Système synchronisé : les codes

Plus en détail

Clermont Ferrand - Janvier 2003

Clermont Ferrand - Janvier 2003 DISDAMIN: Algorithmes de Data Mining Distribués Valerie FIOLET (1,2) - Bernard TOURSEL (1) 1 Equipe PALOMA - LIFL - USTL - LILLE (FRANCE) 2 Service Informatique - UMH - MONS (BELGIUM) Clermont Ferrand

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI L ADMINISTRATION COMMUNALE DE HERVE ENGAGE : UN GRADUE SPECIFIQUE OU ATTACHE SPECIFIQUE JURISTE (H/F) - APE

OFFRE D EMPLOI L ADMINISTRATION COMMUNALE DE HERVE ENGAGE : UN GRADUE SPECIFIQUE OU ATTACHE SPECIFIQUE JURISTE (H/F) - APE OFFRE D EMPLOI L ADMINISTRATION COMMUNALE DE HERVE ENGAGE : UN GRADUE SPECIFIQUE OU ATTACHE SPECIFIQUE JURISTE (H/F) - APE Informations générales Nombre de postes demandés 1 Catégorie de métier Secteur

Plus en détail

Vendredi 9 septembre 2005 Classe : BTS MUC 21

Vendredi 9 septembre 2005 Classe : BTS MUC 21 Vendredi 9 septembre 2005 Classe : BTS MUC 21 Prendre contact avec les élèves et expliquer les objectifs du cours. Lire et observer une synthèse de documents Français, les épreuves du BTS, Nathan technique,

Plus en détail

INDUSTRIE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise ORIENTATION D'ETUDES :

INDUSTRIE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise ORIENTATION D'ETUDES : 1 Projet : Ecole Compétences -Entreprise SECTEUR : 2 INDUSTRIE ORIENTATION D'ETUDES : ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE Formation en cours de Carrière Avec l aide du

Plus en détail

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1 OCTOBRE 1996 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1 OCTOBRE

Plus en détail

Catalogue des formations

Catalogue des formations Catalogue des formations Année 2015-2016 Conseil et formation Data Analytics tous droits réservés Formations analyse de données Sommaire Formations analyse de données L approche PLS... 2 Les modèles d

Plus en détail

Emilien Suquet, suquet@automaths.com

Emilien Suquet, suquet@automaths.com STATISTIQUES Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Comment réagir face à un document statistique? Les deux graphiques ci-dessous représentent l évolution du taux de chômage en France sur les 1 mois de

Plus en détail

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines Les caractères d un individu dépendent de plusieurs facteurs : certains dépendent des caractères présents dans la famille

Plus en détail

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques D. Gilis Bioinformatique génomique et structurale Faculté des sciences appliquées Université Libre de Bruxelles Objectif: illustrer en quoi

Plus en détail

TD5 : Prédiction de la structure tridimensionnelle d une protéine Modélisation moléculaire

TD5 : Prédiction de la structure tridimensionnelle d une protéine Modélisation moléculaire TD5 : Prédiction de la structure tridimensionnelle d une protéine Modélisation moléculaire Vous aurez besoin des programmes suivant : d un éditeur de séquence d un visualiseur de structure 3D (PyMOL) Avant-propos

Plus en détail

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE 1 CHAPITRE I SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE I - DOMAINE UV-VISIBLE Dans une molécule, les transitions électroniques ont lieu dans la région de l ultraviolet (400-10 nm environ) et du visible

Plus en détail

T.Flow Hygro+ Logement Collectif Saisies RT2012 Méthode Climawin

T.Flow Hygro+ Logement Collectif Saisies RT2012 Méthode Climawin T.Flow Hygro+ Logement Collectif Saisies RT2012 1 Saisie du ventilateur et du réseau de ventilation Type de ventilation : Ventilation mécanique extraction La puissance moyenne pondérée du ventilateur est

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION POUR LA SANCTION ET LA RECONNAISSANCE. Cours Arithmétique appliquée aux finances personnelles MAT-P101-4

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION POUR LA SANCTION ET LA RECONNAISSANCE. Cours Arithmétique appliquée aux finances personnelles MAT-P101-4 DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION POUR LA SANCTION ET LA RECONNAISSANCE Cours Arithmétique appliquée aux finances personnelles MAT-P101-4 Programme d études de la formation de base commune Mathématique

Plus en détail

La découverte de médicaments en biotechnologie. Recherche ou innovation?

La découverte de médicaments en biotechnologie. Recherche ou innovation? La découverte de médicaments en biotechnologie La découverte de médicaments en biotechnologie Initiation du projet Quel type de médicament? Processus complet Quelques exemples 2 1 février 2007 Initiation

Plus en détail

Quelques bonnes pratiques de collaboration dans les projets d innovation. 24 mai 2011, «Chanvre et techniques textiles en Midi-Pyrénées»

Quelques bonnes pratiques de collaboration dans les projets d innovation. 24 mai 2011, «Chanvre et techniques textiles en Midi-Pyrénées» Quelques bonnes pratiques de collaboration dans les projets d innovation 24 mai 2011, «Chanvre et techniques textiles en Midi-Pyrénées» Le projet collaboratif Participer à un projet collaboratif, c est

Plus en détail

Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations

Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations 1 Objectif de ce TD: - Mobiliser vos connaissances de l an dernier afin de réutiliser et de maîtriser ces outils statistiques

Plus en détail

Générateur de Nombres Aléatoires

Générateur de Nombres Aléatoires Générateur de Nombres Aléatoires Les générateurs de nombres aléatoires sont des dispositifs capables de produire une séquence de nombres dont on ne peut pas tirer facilement des propriétés déterministes.

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Résolution De Problème : Un sèche-linge sachant sécher!

Résolution De Problème : Un sèche-linge sachant sécher! 3ème Electricité Résolution De Problème : Un sèche-linge sachant sécher! DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Déroulement Compétences évaluées Remarques Initier les élèves de collège à la

Plus en détail

Pour soutenir une réflexion sur les devoirs à l école primaire

Pour soutenir une réflexion sur les devoirs à l école primaire Pour soutenir une réflexion sur les devoirs à l école primaire Avis du Conseil supérieur de l éducation Grandes rencontres sur la persévérance scolaire Novembre 2013 http://www.cse.gouv.qc.ca/ Le Conseil

Plus en détail

Enseigner dans une salle de classe intelligente

Enseigner dans une salle de classe intelligente Enseigner dans une salle de classe intelligente Stéphane Justeau IPSE 27 juin 2013 Objectifs A la fin de cette séance, vous devriez être en mesure : -D identifier les limites d une salle de classe agencée

Plus en détail

Enseignement par les pairs

Enseignement par les pairs 6 Activité réalisée au Collège André-Grasset par ANDRÉ BLAIS 6 Année de la dernière mise à l essai Nom de l auteur Collège d origine Adresse électronique de l auteur Discipline scientifique Âge moyen des

Plus en détail

Master de Bioinformatique et Biologie des Systèmes Toulouse http://m2pbioinfo.biotoul.fr Responsable : Pr. Gwennaele Fichant

Master de Bioinformatique et Biologie des Systèmes Toulouse http://m2pbioinfo.biotoul.fr Responsable : Pr. Gwennaele Fichant Master de Bioinformatique et Biologie des Systèmes Toulouse http://m2pbioinfo.biotoul.fr Responsable : Pr. Gwennaele Fichant Parcours: Master 1 : Bioinformatique et biologie des Systèmes dans le Master

Plus en détail

D A K A R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Dakar

D A K A R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Dakar D A K REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

Thèse de doctorat de l Université Paris 6

Thèse de doctorat de l Université Paris 6 Thèse de doctorat de l Université Paris 6 Spécialité : Mathématiques Option : Statistiques Présentée par Emmanuel MONFRINI Sujet de la thèse Identifiabilité et Méthode des Moments dans les mélanges généralisés

Plus en détail

Le recyclage des emballages au Luxembourg

Le recyclage des emballages au Luxembourg Le recyclage des emballages au Luxembourg Sommaire La responsabilité des producteurs page 4 VALORLUX, organisme agréé page 6 Le Point Vert page 9 La prévention des déchets d emballages page 10 La responsabilité

Plus en détail