Étude des flux d individus et des modalités de recrutement chez Formica rufa

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étude des flux d individus et des modalités de recrutement chez Formica rufa"

Transcription

1 Étude des flux d individus et des modalités de recrutement chez Formica rufa Bruno Labelle Théophile Olivier Karl Lesiourd Charles Thevenin 07 Avril

2 Sommaire Remerciements I) Introduction p3 Intérêt de l étude p.4 Objet d étude p.5 II) Variations de l activité journalière p.11 Matériels et méthodes Résultats Discussion III) Modalités de recrutement et inflence de la quantité de nourriture dans le choix d une source p.18 Matériels et méthodes Résultats Discussion IV) Conclusion p.24 V) Références p.25 VI) Annexes p.26 2

3 Introduction Les fourmis sont des insectes du groupe des Hyménoptères. Leur socialité a été très étudiée, puisqu elles forment des «sociétés supérieures». Ces sociétés sont caractérisées par des caractères communs, tels que la coopération des individus d une même société dans les soins aux jeunes, l assistance des parents dans l élevage des jeunes, et la division du travail en fonction des castes (Wilson 1971). La recherche et l apport de nourriture est principalement organisé grâce à un processus appelé «recrutement» (Sudd, 1957 ; Wilson 1963). Ainsi, une fois qu une source de nourriture est découverte par une ouvrière, elle retourne au nid en laissant une trace de phéromones et stimule les fourmis inactives restées à la fourmilière à s y rendre. L ouvrière est donc considérée comme une «recruteuse». La trace de phéromone transmet aussi des informations destinées à guider les fourmis recrutées jusqu à l endroit de la nourriture (Nicolis et Deneubourg 1999). Il se crée alors des flux de fourmis, allant et venant de la fourmilière. Celles sortant de la fourmilière se rendent dans de multiples directions, mais suivent généralement une «piste principale». L espèce Formica rufa a servi de modèle pour cette étude. D une taille moyenne de 4 à 9mm, elle est généralement retrouvée en lisières de forêt de feuillus et de pins. Ce sont des omnivores, capables d envoyer un venin constitué d acide formique pour leur défense (Chinery 1986). Cette espèce est polymorphe. Ainsi, au sein d une même variété, plusieurs catégories d individus peuvent exister (appelés «castes»). Elles peuvent être définies en fonction de critères morphologiques ou d un déterminisme génétique. Dans le cas des variétés monogynes, la reine se consacre uniquement à la ponte des œufs, qui donneront des ouvrières stériles chargées de toutes les tâches liées à la fourmilière. Comme bon nombre d espèces de fourmis, Formica rufa forme des fourmilières épigées, constituées d aiguilles de conifères et de divers débris. Ces fourmilières présentent une partie hypogée constituée d un ensemble de galeries et une partie aérienne formant un dôme. Un réseau de pistes part de la fourmilière vers les zones de récolte et de chasse. Leur activité journalière est principalement dédiée à la recherche et la collecte de nourriture. 3

4 Trois types de proies sont consommés : - les proies animales pour les protides (surtout des insectes), - le miellat de pucerons pour les glucides, - des graines pour les lipides. Plus la quantité de phéromone déposée sur une piste est élevée, plus la source de nourriture est riche (Larousse 2011). C est la forêt de Paimpont qui a servi de lieu d étude. Situé dans le département de l Ille-et- Vilaine, c est le plus grand massif boisé de Bretagne. La flore est principalement de type chênaie-hêtraie, aulnaie-saussaie, et de conifères. (Dreuillaux 2012). Intérêt de l étude L étude du recrutement chez Formica rufa permet d observer l importance de l effet de masse dans le développement et le maintien de la fourmilière. Celui-ci représente un aspect important de la socialité puisqu au-delà d un simple effet cumulé, il influe rétroactivement sur les comportements individuels. L intérêt de l étude était de chercher à retrouver en condition naturelle des résultats souvent obtenus en laboratoire. La première expérience a consisté à étudier la variation de flux de fourmis au cours de la journée. Les prédictions et hypothèses de cette étude sont énoncées ci-dessous : - hypothèse : il y a une variation de l activité au cours de la journée, - prédiction : l activité augmente avec la luminosité. La deuxième visait à étudier le choix ou non des fourmis pour une nourriture, en fonction de sa quantité : - hypothèse : les fourmis ont la capacité de reconnaître une source de nourriture et de la choisir en fonction de sa quantité. - prédiction : les fourmis choisissent préférentiellement la nourriture en plus grande quantité lorsqu elles en ont le choix. 4

5 Objet d étude Afin d identifier l espèce de fourmi avec certitude, une clé d identification taxonomique est utilisée (Della Santa 1977). Pour ce faire, un spécimen est placé dans de l alcool à 70º. Les caractères morphologiques discriminatoires suivants sont utilisés : Pétiole d un seul article Pétiole surmonté d une écaille bien développée Écaille du pétiole généralement mince Sous-famille des Formicinae Antennes de 12 articles Insertion de l antenne proche du clypéus Antennes de 5 à 9mm Mandibules normales Ocelles bien développés Genre Formica Bord du clypéus droit ou convexe Bord postérieur de la tête non échancrée Articles du funicule devenant toujours plus large. 4 à 8mm Sous-genre Formica 5

6 Légèrement poilu Formica rufa Deux fourmilières ainsi qu un muret ont été utilisés pour les mesures. La première fourmilière était située à la limite entre une prairie et une forêt, au nord-ouest de la station biologique. Ses coordonnées GPS sont : 48º N ; 2º W (voir photo 1). Photo 1. Photographie satellitaire de l emplacement des deux fourmilières. Les abords de la fourmilière étaient recouverts de ronces (voir figure 1). Elle était orientée en direction «Sud-Est». Figure 1 : Cartographie de la fourmilière 1 6

7 Afin de déterminer le couvert végétal et la lumière reçue par la fourmilière, une photographie de la canopée a été effectuée à l aide d un objectif Fish-Eye (photo 2). Une analyse à l aide du logiciel «Gap Light Analyzer» a été réalisée. Elle permet d obtenir les informations suivantes : - ouverture du site : 54,4 % - indice de surface foliaire (LAI) : 0,63 - rayonnement arrivant sur la fourmilière : 3,9 MJ.m -2.Jour -1 - rapport rayonnement transmis/rayonnement incident : 61,5%. Photo 2 : Photographie du dessus de la fourmilière 1 (objectif Fish-Eye) Une trouée dans le sol a été réalisée à proximité de la fourmilière afin de déterminer le type de sol. Il s agissait d un brunisol dystrique (ph < 5), avec une forme d humus eumoder (voir photo 3). 7

8 Horizon OL (5cm) Horizon OF (2cm) Horizon OH (1cm) Horizon A (2-3cm) Horizon BP (2cm) Horizon S (15cm) Photo 3 : Profil du sol de la fourmilière 1. L horizon OL est par endroits OLN et par endroits OLV, avec une présence de champignons. L horizon BP est en début de processus de «Podzolisation». Il y a une incertitude concernant l horizon S qui se situe entre un horizon S, et un horizon BPs. La deuxième fourmilière était située au nord-est de la station biologique. Ses coordonnées GPS sont 48º00 21,3 N ; 2º13 27,1 W (voir photo 1). Cette fourmilière était au pied d un arbre, entouré de houx et de prunellier (Prunus spinoza), donnant sur une prairie. Elle était orientée plein Sud (voir figure 2). 8

9 Figure 2 : Cartographie de la fourmilière 2. Une analyse à l aide du logiciel «Gap Light Analyzer» a également été réalisée (voir photo 4) sur cette fourmilière. Les résultats sont les suivants : - ouverture du site : 35,3% - indice de surface foliaire (LAI) : 1,28 - rayonnement arrivant sur la fourmilière : 3,2 MJ.m -2.Jour -1 - rapport rayonnement transmis/rayonnement incident : 51,4%. Photo 4 : Photographie du dessus de la fourmilière 2 (objectif Fish-Eye). 9

10 Comme pour la première fourmilière, une trouée dans le sol a été réalisée (voir photo 5). Le sol était un brunisol, dystrique, liptique et lithique à dismull (ph < 5). Horizon OL (5-7cm) Horizon OF (2cm) Horizon A (10cm) Horizon B (15-20cm) Photo 5 : Profil du sol de la fourmilière 2. Le muret (voir photo 1) utilisé dans l expérience 2 a été trouvé par hasard lors d une recherche de fourmilière. Le flux d individus observé était important et il a été décidé de s en servir pour mener l étude sur le choix de la quantité de nourriture. Bien que la fourmilière n ait pas été trouvée, son emplacement probable a été délimité grâce à l observation de plusieurs pistes autour de cette zone qui convergent toutes vers le même endroit. Le sens des pistes a été déterminé en suivant les individus portant des proies ou ceux ayant l abdomen rempli. 10

11 Variations de l activité journalière Matériel et méthode La première expérience est destinée à étudier l activité journalière d une fourmilière (voir figure 3 ci-dessous). Afin de la mesurer, une piste principale a été identifiée. À une distance d 1 mètre du centre de la fourmilière, un repère constitué d une ficelle tendue entre deux sardines espacées de 10cm est installé. Toutes les fourmis passant au niveau du repère pendant une minute sont comptées à l aide d un compteur manuel. Ceci est répété toutes les 20 minutes. À chaque mesure, la température, et l intensité lumineuse sont relevées au-dessus de la fourmilière. Cette expérience est répliquée sur les fourmilières 1 et 2 décrites plus haut. Afin de réduire la marge d erreur, ce sont toujours les deux mêmes personnes qui ont été affectées au comptage. Les mesures d intensité lumineuse ont été effectuées grâce à des Luxmètres de marque «Lutron» (modèle Lx-102, et Lx-105). Les températures à l aide d un thermomètre «Hanna instruments, HI 8751». L expérience s est déroulée de 09h45 à 18h05. Figure 3 : Schéma de l expérience portant sur le calcul du flux de fourmis journalier. 11

12 Température (ºC) Résultats L ensemble des données récoltées est présenté en annexes. Un total de 26 relevés a été effectué simultanément sur les 2 fourmilières. Cependant, au niveau des mesures de luminosité et de température, un problème de matériel a rendu inexacte, voire impossible, la mesure de luminosité au niveau de la fourmilière 1, et de température au niveau de la fourmilière 2. Celles-ci étant néanmoins relativement peu éloignées et présentant la même orientation sud/sud-est ainsi qu un environnement semblable. Compte tenu de la ressemblance des données, il a été décidé les généralisés aux données restantes. Les relevés de la luminosité et de la température au cours de la journée au niveau des fourmilières montrent une variation au cours du temps (figure 4 et 5). Dans les deux cas une, augmentation progressive jusqu à un plateau centré sur 12h30 pour la luminosité est visible. À 13h30 pour la température, ce décalage est dû au lien entre les deux variables R² = 0, Température Poly. (Température) :44 10:42 11:39 12:37 13:35 14:32 15:30 16:27 17:25 18:23 Heure Figure 4 : Variation de la température au cours de la journée. 12

13 Nombre de foumis / minutes Luminosité (Lux) R² = 0, Luminosité Poly. (Luminosité) :44 10:42 11:39 12:37 13:35 14:32 15:30 16:27 17:25 18:23 Heure Figure 5 : Variation de la luminosité au cours de la journée. Les relevés de flux de fourmis sur les pistes présentent également une variation au cours de la journée comme le montrent les figures 6 et R² = 0, Piste 1 Poly. (Piste 1) :44 10:42 11:39 12:37 13:35 14:32 15:30 16:27 17:25 18:23 Heure Figure 6 : Variation du flux piste 1 au cours de la journée. 13

14 Nombre d'individus / minutes Nombre de foumirs / minutes R² = 0, Piste 1 Poly. (Piste 1) :44 10:42 11:39 12:37 13:35 14:32 15:30 16:27 17:25 18:23 Heure Figure 7 : Flux piste 1 au cours de la journée. Des tests de régressions linéaires entre les différentes variables ont été réalisés afin de tester les hypothèses posées. La variation de la luminosité a pu être corrélée à la variation du flux d individus, à la fois au niveau de la piste 1 (F-statistic: on 1 and 24 DF, p-value: ) et de la piste 2 (F-statistic: on 1 and 24 DF, p-value: ). Dans les deux cas l ordonnée à l origine est significativement différente de 0. Les figures 8 et 9 présentent les variations de flux observées en fonction de la luminosité. Une régression logarithmique a été appliquée, avec des R² respectifs de 0.58 et Luminosité (Lux) R² = 0,5808 Piste 1 Log. (Piste 1) Figure 8 : Flux piste 1en fonction de la luminosité. 14

15 Nombre d'individus / minutes Nombre d'individus / minutes R² = 0, Piste 2 Log. (Piste 2) Luminosité (Lux) Figure 9 : Flux piste 2 en fonction de la luminosité. La variation de la température a également pu être corrélée à la variation du flux des 2 pistes (respectivement F-statistic: on 1 and 24 DF, p-value: et F-statistic: on 1 and 24 DF, p-value: ). Par contre l ordonnée à l origine n est pas significativement différente de 0. Les figures 10 et 11 présentent les variations de flux observées en fonction de la température. Une régression logarithmique a également été appliquée avec des R² respectifs de 0.39 et Température ( C) R² = 0,3943 Piste 1 Log. (Piste 1) Figure 10 : Flux piste 1 en fonction de la température. 15

16 Nombre d'individus / minutes R² = 0, Piste 2 Log. (Piste 2) Température (ºC) Figure 11 : Flux piste 2 en fonction de la température. Chacun des coefficients directeurs calculés est positif, montrant ainsi que le flux de fourmis augmente avec la luminosité et la température. Discussion Cette expérimentation a permis de confirmer les résultats présents dans plusieurs autres études concernant l activité des ouvrières de l espèce Formica rufa en fonction des paramètres abiotiques. Elle a mis en évidence des variations de cette activité (représentée par le flux d individus le long des pistes des fourmilières), en fonction de la température et de la luminosité. Ainsi, l activité journalière augmentait à mesure que la quantité de lumière et la température augmentaient. Les fourmis étant des insectes poïkilothermes, leurs activités sont directement influencées par la température (et donc la lumière) ambiante. Plus cette première est élevée, plus elles sont capables de travailler vite (Donzé 2011). Plusieurs critiques peuvent être émises concernant cette expérience. Pour commencer, les pistes principales ont été difficiles à identifier. De plus, la configuration du terrain a rendu le comptage difficile (nombreuses feuilles, contraste entre les fourmis et le substrat), mais aussi à cause du nombre parfois très important de fourmis allant et venant (expérience 2). Ainsi ils ont pu ne pas être estimés parfaitement. Malgré cela, les résultats ont permis d observer des tendances (forte augmentation, forte diminution) avec précision. 16

17 Concernant la température, les données relevées ont pu être biaisées. En effet, les températures auraient dû être mesurées à l ombre afin de diminuer les biais liés à la lumière arrivant au niveau du thermomètre. Malgré cela, les résultats sont suffisamment justes pour être corrélés à l activité journalière, et confirmer les précédents résultats. Ainsi la relation est sans doute sous-estimée en raison du biais. D autres facteurs, qui n ont pas été mesurés lors de cette étude, comme l hygrométrie et la force du vent, pourraient eux aussi avoir des effets sur l activité, comme d autres études l ont montré (c.f. rapport Paimpont 2010 «étude de l activité d une fourmilière de Formica rufa»). L ensemble de ces paramètres environnementaux étant lié, une étude plus approfondie devrait permettre de mieux caractériser leurs interactions afin de développer un modèle plus précis. Enfin, la même expérimentation n a été menée que sur deux fourmilières, ce qui représente peu de réplicas. En faisant abstraction de la logistique, l idéal aurait été de mener, la même étude sur d autres réplicas.. 17

18 Modalités de recrutement et influence de la quantité de nourriture dans le choix d une source Matériel et méthode Cette expérience avait pour objectif d observer un possible choix des fourmis entre 2 sources de nourriture de quantités différentes. Un muret (voir photo 1) sur lequel il y avait un flux important de fourmis a été trouvé, et il a été décidé de s en servir pour réaliser cette étude. Pour cela, des bifurcations ont été créées sur la piste principale d une fourmilière à l aide de piquets se terminant par une plateforme (voir photo en annexe 1). Les piquets étaient de même longueur (voir figure 12). Une quantité de sucre diluée dans 3ml d eau, a été disposé au bout des plateformes, dans des bouchons. L expérience a été répétée à trois endroits de la piste principale, soit 3 bifurcations avec chacune deux piquets. Les différentes quantités ont été réparties de la façon suivante : - bifurcation 1 : 1g et 1g, - bifurcation 2 : 1g et 2g, - bifurcation 3 : 1g et 4g. Par la suite trois comptages de fourmis ont été effectués : - un comptage des fourmis passant en un point donné, pendant 1 minute, toutes les 5 minutes, - un comptage des fourmis présentes sur la source de sucre dilué est effectué à la fin de chaque minute, - un comptage des fourmis présentes sur la piste principale avant et après la bifurcation. Les comptages ont été faits avec des compteurs manuels et à l aide de repère visuels. Chaque membre de l équipe était affecté à une piste secondaire. L expérience s est déroulée de 14h22 à 17h22. Il n y avait pas de distinctions dans les comptages des fourmis faisant des «aller-retour». À noter que les fourmis posées sur la plateforme, mais ne consommant pas le sucre, n étaient pas comptabilisées. 18

19 Figure 12 : Schéma de l expérience portant sur le choix de quantité de nourriture. Résultats L ensemble des données récoltées est présenté en annexes. La création de pistes par les fourmis pour toutes les sources de nourriture déposées a été observée. 1) Choix entre deux sources de nourriture : Les différentes données de flux et de fourmis présentes sur la source de nourriture au niveau de chacune des 3 bifurcations montrent dans l ensemble une augmentation au cours des 3h de prise de relevés. Les figures 13 et 14 ci-après montrent cette distribution pour la bifurcation n 3, le reste des graphiques (bifurcations 1 et 2) est disponible en annexe 3. 19

20 Nombres de fourmis / minutes Nombres de fourmis / minutes Temps (minutes) Piquet 6 R² = 0,4312 Piquet 5 R² = 0,3508 Linéaire (Piquet 6) Linéaire (Piquet 5) Figure 13 : Variation du flux de fourmis à la bifurcation 3 au cours du temps Temps (minutes) Bouchon 6 R² = 0,7373 Bouchon 5 R² = 0,6807 Linéaire (Bouchon 6) Linéaire (Bouchon 5) Figure 14 : Nombre de fourmis présentes sur le bouchon à la bifurcation 3 au cours du temps. Les tests de Wilcoxon entre les données de chaque branche au sein d une bifurcation n a pas montré de différence ni au niveau des flux, ni au niveau de l agglutination sur les bouchons contenant la nourriture : - Piquet1/Piquet2 : p-value = Piquet3/Piquet4 : p-value = Piquet5/Piquet6 : p-value = Bouchon1/Bouchon2 : p-value = Bouchon3/Bouchon4 : p-value = Bouchon5/Bouchon6 : p-value = Les résultats de ces tests sont néanmoins à prendre avec précaution, car les données présentent un certain nombre de «0» et d ex-aequo. 20

21 2) Variation du flux de la piste principale après mise en place d une bifurcation Les données utilisées ont été celles de la première bifurcation, où des repères de comptages supplémentaires avaient été installés sur la piste principale. Tout d abord des tests Shapiro ont montré que les distributions des flux principaux avant et après bifurcation n étaient pas normales (respectivement p-value = 4.103e-05 et p-value = 4.039e-05), ces données ont alors été normalisées en les passant en logarithme. Une fois normalisées, les données de flux avant et après bifurcation ont été comparées via ANOVA, qui a montré que les deux distributions sont homogènes (F-value = 0.198, Pr(>F) = 0.657). L objectif a donc été de savoir si une variation de flux causée par la bifurcation pouvait être décelée si l on se concentrait sur les données précédant la mise en place de la nouvelle piste par les fourmis. Celle-ci a été déterminée au moment où les fourmis étaient présentes à la fois sur le piquet et dans le bouchon, au cours de la même session de relevé. Elle est constatée au bout de 65 minutes. Il a été nécessaire d éliminer l effet de l ensoleillement qui entraîne une augmentation du flux. Une ANOVA à deux facteurs (facteur 1 : absence/présence de nuages, facteur 2 : position avant/après la bifurcation) a montré que l effet des nuages sur les flux de la piste principale était le même aux deux points de comptage, avant et après la bifurcation (F-value =0.344, Pr(>F) = pour l interaction présence de nuages et position). Ces résultats permettent enfin de n utiliser que les données «présence de nuages» pour l analyse de variance entre les repères. L ANOVA réalisée montre alors qu il n y a pas de différence significative de flux de part et d autre de la bifurcation au cours de la mise en place de la piste par les fourmis (F-value = 0.575, Pr(>F) = 0.458). 21

22 Discussion Deux problématiques ont été abordées dans cette seconde expérience. Tout d abord le choix entre deux sources de nourriture de tailles différentes, en parallèle d une piste principale déjà établie par les fourmis. L observation montre que les fourmis ont consommé toutes les sources de nourritures, il apparaît donc que la présence d une source plus importante en quantité n exclut pas l exploitation de l autre. Les résultats des tests Wilcoxon montrent qu il n y a pas de différence significative de flux et d agglutination au niveau des deux branches d une même bifurcation. L hypothèse de départ est donc rejetée, les fourmis n exploitent pas préférentiellement la source la plus importante. Plusieurs biais peuvent avoir affecté ce résultat. Par exemple, la nature de la source de nourriture située au bout de la piste principale. Il aurait été intéressant d étudier plus en détail les caractéristiques de la piste principale, par exemple les sources de nourriture associées en termes de quantités et de qualités. D autre part la distance entre la fourmilière et la zone d expérimentation peut influencer le processus de recrutement. L absence de cette donnée représente probablement un biais important. Il aurait été plus rigoureux de créer préalablement la piste principale, et contrôler la source de nourriture associée. D autre part, des mesures avec des écarts de quantités de nourriture plus élevés pourraient mettre en évidence un choix de la part des fourmis. Un autre type d expérience sur le choix des sources de nourriture pourrait être de faire varier la surface exploitable, ou encore l accessibilité à la ressource. En effet l utilisation de bouchons de la même taille peut avoir limité la discrimination de la quantité de ressource. Il faudrait faire varier les surfaces des sources, dans un premier temps avec la même quantité de nourriture, puis avec des quantités différentes. De plus les bouchons ont pu limiter l accessibilité à la nourriture à cause de leur hauteur. Il faudrait répéter l expérience en enfouissant les bouchons par exemple, afin de faciliter l accès à la nourriture. De plus il faudrait aussi essayer de faire varier les formes (récipient en croix, triangulaire, carré ), car cela pourrait permettre un meilleur accès aux fourmis. Une goutte d eau sucrée posée directement sur le support présente un grand intérêt de la part des fourmis qui s agglutinent autour, comme cela a pu être observé lors de l expérience. 22

23 La deuxième problématique abordée a été l influence possible de la création d une piste secondaire sur le flux de fourmis de la piste principale. Les analyses de variance réalisées entre les deux flux avant et après la bifurcation n ont pas montré de différence significative, même en se concentrant sur les 65 premières minutes correspondant à la mise en place des pistes. L hypothèse de départ est alors rejetée, l exploitation de nouvelles sources de nourriture par les fourmis n entraîne pas de modification significative du flux d individus au niveau de la piste principale. Une influence de la variation du couvert nuageux sur les flux relevés a été constatée. Les phases d ensoleillement entraînent une agitation frénétique des individus. Ce résultat vient corroborer les conclusions de l expérience précédente. Ici encore, plusieurs biais peuvent avoir affecté les résultats. Tout d abord, l un des piquets avait été utilisé la veille pour tester la faisabilité de l expérience. Celui-ci a été réutilisé au niveau de la bifurcation 1, et il a été observé une mise en place de la piste associée plus rapide comme le montre le jeu de données présenté en annexe. L explication la plus probable est que des phéromones déposées la veille soient toujours présentes le lendemain. L ensemble des biais exposés précédemment est également susceptible d avoir influencé nos résultats. Néanmoins la piste du muret présente des flux très importants et pourrait permettre d étudier facilement les modalités de recrutement si la fourmilière est localisée. 23

24 Conclusion Cette étude n a permis de valider qu une partie des hypothèses et prédictions qui ont été posées. Cependant elle a dégagé plusieurs perspectives d améliorations et d études alternatives. Dans les fourmilières étudiées, il existe une variation de l activité journalière, qui dépend entre autres de la température et de la luminosité. D autres facteurs pourraient aussi être mesurés dans le cadre d études ultérieures, tels que l humidité ou la vitesse du vent. Concernant l étude portant sur un éventuel choix lié à la quantité de nourriture disponible, aucun résultat n a pu le mettre en évidence. Cependant un choix pourrait s effectuer sur d autres critères que la quantité de nourriture, tels que la surface ou le volume de la source associée. De plus, suivant nos critères de mise en place d une piste, les observations effectuées peuvent faire penser que les fourmis exploitent plus rapidement une source de nourriture quand la quantité associée est importante. Enfin, une modification de l intensité du flux d individus d une piste principale après la création d une bifurcation n a également pas pu être mise en évidence. Cependant l expérience a de nouveau montré un fort effet de la luminosité sur le flux d individus, ce qui renforce les conclusions de l expérience 1. Pour conclure, l étude des flux d individus chez Formica rufa s avère parfois difficile en milieu naturel. Les fourmilières présentes sur le site nous ont conduits à modifier parfois de façon importante notre modèle expérimental et certains de nos résultats sont en contradiction avec les données provenant de la littérature. Néanmoins malgré l importance des biais, l étude en condition naturelle présente l avantage de mieux appréhender l espèce et son comportement. 24

25 Références Chinery, M Insectes de France et d Europe occidentale. Éditions Arthaud. Della Santa, E. (tiré de H. Kutter 1977). Petit guide pratique pour la détermination des principales espèces de fourmis de Suisse. Donzé, A Approche expérimentale et théorique de l écologie des fourmis des bois. Bulletin de la Société des Enseignants Neuchâtelois de Sciences, nº40. Dreuillaux, J-M Paimpont flore typique. Université paris-sud 11. Larousse, Article en ligne. Consulté le Nicolis, S.C ; Deneubourg, J.L Emerging patterns and foot recruitment in ants : an analytical study. Center for Nonlinear Phenomena and Complex Systems, Université libre de Bruxelles, Campus Plain. Passera, L L organisation sociale des Fourmis. Éditions Privat. Wilson, E.O The insect societies. The Belknap Press of Harvard University Press, Cambridge, 548p. 25

26 Annexes Annexe 1: piquets de l expérience 2 Annexe 2 : Scripts R Résultats statistiques expérience 1 Régression linéaire Flux piste 1 / Luminosité lm(formula = piste.1 ~ Lux) Residuals: Min 1Q Median 3Q Max Coefficients: Estimate Std. Error t value Pr(> t ) (Intercept) 9.967e e e-06 *** Lux 3.521e e *** --- Signif. codes: 0 *** ** 0.01 * Residual standard error: on 24 degrees of freedom 26

27 Multiple R-squared: , Adjusted R-squared: F-statistic: on 1 and 24 DF, p-value: Régression linéaire Flux piste 2 / Luminosité lm(formula = PISTE.2~ Lux) Residuals: Min 1Q Median 3Q Max Coefficients: Estimate Std. Error t value Pr(> t ) (Intercept) 9.111e e e-07 *** Lux 2.352e e *** --- Signif. codes: 0 *** ** 0.01 * Residual standard error: on 24 degrees of freedom Multiple R-squared: , Adjusted R-squared: F-statistic: on 1 and 24 DF, p-value: Régression linéaire Flux piste 1 / Température lm(formula = piste.1 ~ Temp) Residuals: Min 1Q Median 3Q Max Coefficients: Estimate Std. Error t value Pr(> t ) (Intercept) Temp ** --- Signif. codes: 0 *** ** 0.01 *

28 Residual standard error: on 24 degrees of freedom Multiple R-squared: , Adjusted R-squared: F-statistic: on 1 and 24 DF, p-value: Régression linéaire Flux piste 2 / Température lm(formula = PISTE.2 ~ Temp) Residuals: Min 1Q Median 3Q Max Coefficients: Estimate Std. Error t value Pr(> t ) (Intercept) Temp ** --- Signif. codes: 0 *** ** 0.01 * Residual standard error: on 24 degrees of freedom Multiple R-squared: , Adjusted R-squared: F-statistic: on 1 and 24 DF, p-value: Résultats statistiques expérience 2 > wilcox.test(bouchon1,bouchon2) Wilcoxon rank sum test with continuity correction data: bouchon1 and bouchon2 W = 580, p-value = alternative hypothesis: true location shift is not equal to 0 > wilcox.test(bouchon3,bouchon4) Wilcoxon rank sum test with continuity correction data: bouchon3 and bouchon4 W = 670.5, p-value =

Cours 7 : Exemples. I- Régression linéaire simple II- Analyse de variance à 1 facteur III- Tests statistiques

Cours 7 : Exemples. I- Régression linéaire simple II- Analyse de variance à 1 facteur III- Tests statistiques Cours 7 : Exemples I- Régression linéaire simple II- Analyse de variance à 1 facteur III- Tests statistiques Exemple 1 : On cherche à expliquer les variations de y par celles d une fonction linéaire de

Plus en détail

Travaux dirigés - Régression linéaire simple: corrigé partiel Julien Chiquet et Guillem Rigaill 1er octobre 2015

Travaux dirigés - Régression linéaire simple: corrigé partiel Julien Chiquet et Guillem Rigaill 1er octobre 2015 Travaux dirigés - Régression linéaire simple: corrigé partiel Julien Chiquet et Guillem Rigaill 1er octobre 2015 Quelques révisions de R 1. Manipulation de vecteur. On rappelle que e x = k 0 Créer dans

Plus en détail

Analyse de la variance

Analyse de la variance M2 Statistiques et Econométrie Fanny MEYER Morgane CADRAN Margaux GAILLARD Plan du cours I. Introduction II. Analyse de la variance à un facteur III. Analyse de la variance à deux facteurs IV. Analyse

Plus en détail

COURS DE STATISTIQUES (24h)

COURS DE STATISTIQUES (24h) COURS DE STATISTIQUES (24h) Introduction Statistiques descriptives (4 h) Rappels de Probabilités (4 h) Echantillonnage(4 h) Estimation ponctuelle (6 h) Introduction aux tests (6 h) Qu est-ce que la statistique?

Plus en détail

Fonctionnement d une colonie et importance du recrutement chez la fourmi Formica rufa

Fonctionnement d une colonie et importance du recrutement chez la fourmi Formica rufa Fonctionnement d une colonie et importance du recrutement chez la fourmi Formica rufa Stage de terrain à la station biologique de Paimpont avril 2008 Responsable : JC Latta BAUER Sophie BERTHAUD Marilyne

Plus en détail

Normalité des rendements?

Normalité des rendements? Normalité des rendements? Daniel Herlemont 31 mars 2011 Table des matières 1 Introduction 1 2 Test de Normalité des rendements 2 3 Graphiques quantile-quantile 2 4 Estimation par maximum de vraisemblance

Plus en détail

Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés

Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés Professeur Patrice Francour francour@unice.fr Une grande partie des illustrations viennent

Plus en détail

SEMIN- Introduction au modèle linéaire mixte. Sébastien BALLESTEROS UMR 7625 Ecologie Evolution Equipe Eco-Evolution mathématique ENS Ulm, UPMS

SEMIN- Introduction au modèle linéaire mixte. Sébastien BALLESTEROS UMR 7625 Ecologie Evolution Equipe Eco-Evolution mathématique ENS Ulm, UPMS SEMIN- Introduction au modèle linéaire mixte Sébastien BALLESTEROS UMR 7625 Ecologie Evolution Equipe Eco-Evolution mathématique ENS Ulm, UPMS SEMIN-R du MNHN 18 Décembre 2008 Introduction au modèle linéaire

Plus en détail

Exercices M1 SES 2014-2015 Ana Fermin (http:// fermin.perso.math.cnrs.fr/ ) 14 Avril 2015

Exercices M1 SES 2014-2015 Ana Fermin (http:// fermin.perso.math.cnrs.fr/ ) 14 Avril 2015 Exercices M1 SES 214-215 Ana Fermin (http:// fermin.perso.math.cnrs.fr/ ) 14 Avril 215 Les exemples numériques présentés dans ce document d exercices ont été traités sur le logiciel R, téléchargeable par

Plus en détail

Analyse de la Variance pour Plans à Mesures Répétées

Analyse de la Variance pour Plans à Mesures Répétées Analyse de la Variance pour Plans à Mesures Répétées Pr Roch Giorgi roch.giorgi@univ-amu.fr SESSTIM, Faculté de Médecine, Aix-Marseille Université, Marseille, France http://sesstim-orspaca.org http://optim-sesstim.univ-amu.fr/

Plus en détail

Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes

Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes Biostatistique Pr. Nicolas MEYER Laboratoire de Biostatistique et Informatique Médicale Fac. de Médecine de Strasbourg Mars 2011 Plan 1 Introduction

Plus en détail

Analyse de la variance à deux facteurs

Analyse de la variance à deux facteurs 1 1 IRMA, Université Louis Pasteur Strasbourg, France Master 1 Psychologie du développement 06-10-2008 Contexte Nous nous proposons d analyser l influence du temps et de trois espèces ligneuses d arbre

Plus en détail

R i = a 0 +b 0 B i +ε i, R = Xβ +ε,

R i = a 0 +b 0 B i +ε i, R = Xβ +ε, Statistiques 2010-2011 TP sur le Modèle linéaire gaussien avec R 1 Les exercices Vous traiterez les exercices suivants avec le logiciel R. Exercice 1 Des photographies aériennes de champs d orge sont analysées

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» 13 PROTOCOLE 1/2 Les vers de terre sont de bons indicateurs de la qualité du sol. Ils sont également des acteurs indispensables de sa fertilité

Plus en détail

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS Bureau de l efficacité et de l innovation énergétiques PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS RÉSULTATS SOMMAIRES 1 Ministère des Ressources naturelles et de la Faune Secteur

Plus en détail

Chromatographie gazeuse

Chromatographie gazeuse 2012 Chromatographie gazeuse Assisstant : Bastien NEEL Group 1 : Romain LAVERRIERE (romainl0@etu.unige.ch) Tatiana PACHOVA (pachova0@etu.unige.ch) Table of content: 1 Résumé... 3 2 Introduction... 3 3

Plus en détail

Cours 6 : Les statistiques avec R. XVII- Généralités XVIII- Les formules XIX- Les sorties

Cours 6 : Les statistiques avec R. XVII- Généralités XVIII- Les formules XIX- Les sorties Cours 6 : Les statistiques avec R XVII- Généralités XVIII- Les formules XIX- Les sorties XX- Les fonctions génériques XVII- Généralités Fonctions d analyse statistique disponibles Package «stats» : contient

Plus en détail

La fourmi. Biologie et protection

La fourmi. Biologie et protection Direction de l'aménagement, de l'environnement et des constructions DAEC Raumplanungs-, Umwelt- und Baudirektion RUBD Bureau de la protection de la nature et du paysage Büro für Natur- und Landschaftsschutz

Plus en détail

TESTS STATISTIQUES: COMPARAISON, INDÉPENDANCE ET RÉGRESSION LINÉAIRE

TESTS STATISTIQUES: COMPARAISON, INDÉPENDANCE ET RÉGRESSION LINÉAIRE TESTS STATISTIQUES: COMPARAISON, INDÉPENDANCE ET RÉGRESSION LINÉAIRE Les résultats donnés par R et SAS donnent les valeurs des tests, la valeur-p ainsi que les intervalles de confiance. TEST DE COMPARAISON

Plus en détail

Sciences de la vie et de la Terre

Sciences de la vie et de la Terre Nom : Prénom : Classes : Sciences de la vie et de la Terre Livret de fiches méthodes Collège Louis Pasteur - Brunoy Ce livret m est distribué en début de sixième. Il contient les principales fiches méthodes

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE

QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE Etude d incidence Natura 2000_V3 71/99 4.1 PREAMBULE Un projet peut présenter deux types d impacts : des impacts

Plus en détail

EN QUÊTE DU MONDE. Les nids de fourmis rousses. Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 description... 2 Principaux thèmes abordés...

EN QUÊTE DU MONDE. Les nids de fourmis rousses. Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 description... 2 Principaux thèmes abordés... Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 description... 2 Principaux thèmes abordés... 2 Contenus... 3 niveaux, disciplines, compétences... 3 notions... 4 Vocabulaire... 4 découpage du film... 5 Suggestions

Plus en détail

Analyses statistiques avec

Analyses statistiques avec Analyses statistiques avec Introduction et éléments de base M. Bailly-Bechet, adapté de J. R. Lobry, adapté de Deepayan Sarkar Biostatistiques & Bioinformatique (L2) Table des matières Premiers pas en

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

Etude du recrutement chez Formica rufa

Etude du recrutement chez Formica rufa Etude du recrutement chez Formica rufa Julian DONALD Stephanie VALLEE Romaine DESLAVIERE Natacha MARCHIS 2011 / 2012 ABSTRACT Formica rufa workers employ different methods to locate a resource and communicate

Plus en détail

Reliefs et climats du monde

Reliefs et climats du monde Reliefs et climats du monde Matière : Géographie Domaine : Regard sur le Monde Séance 1 Quels sont les reliefs mondiaux? CM2! Objectif(s) de la séance :! Connaître les caractéristiques des reliefs du monde

Plus en détail

How To Analyse Data from micro-array experiments: A Simple Tutorial

How To Analyse Data from micro-array experiments: A Simple Tutorial How To Analyse Data from micro-array experiments: A Simple Tutorial Serge Smidtas Supelec Source de données L analyse commence lorsque les MicroArray ont été scannées. Des images, des logiciels (Genepix,

Plus en détail

Analyse des données individuelles groupées

Analyse des données individuelles groupées Analyse des données individuelles groupées Analyse des Temps de Réponse Le modèle mixte linéaire (L2M) Y ij, j-ième observation continue de l individu i (i = 1,, N ; j =1,, n) et le vecteur des réponses

Plus en détail

GUIDE. Guide pratique pour la lutte contre les fourmis sur le marché européen. PRATIQUE

GUIDE. Guide pratique pour la lutte contre les fourmis sur le marché européen. PRATIQUE Guide pratique pour la lutte contre les fourmis sur le marché européen. GUIDE PRATIQUE Les solutions les plus efficaces pour vos problèmes de nuisibles. 3317. PH18 - Ant Control French Guide.indd 1 10/11/2014

Plus en détail

Influence d odeurs sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels

Influence d odeurs sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels Influence d s sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels La mouche du chou Delia radicum (Insecte Diptère, Anthomyidae) est le principal ravageur des cultures de Crucifères (choux, navets,

Plus en détail

Guide de description de l habitat Habitat principale ou habitat secondaire. Description :

Guide de description de l habitat Habitat principale ou habitat secondaire. Description : Guide de description de l habitat Habitat principale ou habitat secondaire L habitat principal est l habitat qui est en surface le plus représenté dans la zone décrite. L habitat secondaire est décrit

Plus en détail

Banc d optique, source lumineuse, écran, lentille convergente sur trépied 2.

Banc d optique, source lumineuse, écran, lentille convergente sur trépied 2. PHYSQ 130: Lentilles 1 LENTILLES MINCES 1 But L utilisation des lentilles minces est multiples en physique moder-ne et en génie. Les lentilles sont utilisées pour former des images dans plusieurs instruments

Plus en détail

Complexité et auto-organisation chez les insectes sociaux. Complexité et auto-organisation chez les insectes sociaux

Complexité et auto-organisation chez les insectes sociaux. Complexité et auto-organisation chez les insectes sociaux Complexité et auto-organisation chez les insectes sociaux Guy Theraulaz Centre de Recherches sur la Cognition Animale CNRS, UMR 5169, Toulouse, France Marathon des Sciences XXIII ème Festival d Astronomie,

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Ambiance en hébergements de chevaux en Normandie

Ambiance en hébergements de chevaux en Normandie Le magazine en ligne de l actualité technique et scientifique équine Ambiance en hébergements de chevaux en Normandie Auteur : S. Guérin, Chambre d Agriculture du Calvados - Caen T. Leborgne, ifce La Chambre

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles Niveaux et thèmes de programme Sixième : 1 ère partie : caractéristiques de

Plus en détail

distribution quelconque Signe 1 échantillon non Wilcoxon gaussienne distribution symétrique Student gaussienne position

distribution quelconque Signe 1 échantillon non Wilcoxon gaussienne distribution symétrique Student gaussienne position Arbre de NESI distribution quelconque Signe 1 échantillon distribution symétrique non gaussienne Wilcoxon gaussienne Student position appariés 1 échantillon sur la différence avec référence=0 2 échantillons

Plus en détail

Session B2: Assurance

Session B2: Assurance 33 èmes Journées des Économistes de la Santé Français 1 er et 2 décembre 2011 Session B2: Assurance Auteurs: Sophie Guthmuller et Jérôme Wittwer, Université Paris-Dauphine Référé: Aurore Pélissier, CERDI,

Plus en détail

Conseils sur l installation de capteurs météorologiques chez des passionnés

Conseils sur l installation de capteurs météorologiques chez des passionnés NOTE TECHNIQUE n 39 Conseils sur l installation de capteurs météorologiques chez des passionnés Gaëtan Leches Novembre 2011 DIRECTION DES SYSTEMES D OBSERVATION Sommaire Mesure des précipitations... 4

Plus en détail

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Comment optimiser les performances d un système de vision industriel avancées Utilisation de l éclairage 1. Éclairage pour le traitement

Plus en détail

Le modèle linéaire généralisé avec R : fonction glm()

Le modèle linéaire généralisé avec R : fonction glm() SEMIN- Le modèle linéaire généralisé avec R : fonction glm() Sébastien BALLESTEROS UMR 7625 Ecologie Evolution Ecole Normale Supérieure 46 rue d'ulm F-75230 Paris Cedex 05 sebastien.ballesteros@biologie.ens.fr

Plus en détail

Le provisionnement en assurance non-vie prise en compte de la dépendance

Le provisionnement en assurance non-vie prise en compte de la dépendance Le provisionnement en assurance non-vie prise en compte de la dépendance Arthur Charpentier http://freaconometrics.blog.free.fr Séminaire interne Desjardins Assurances Générales, février 2011 Les provisions

Plus en détail

Introduction. II. Aire de répartition des requins

Introduction. II. Aire de répartition des requins Premiers résultats des observations acoustiques effectuées sur les requins bouledogue et tigre entre le 2 décembre 2011 et le 2 décembre 2012 sur la côte ouest de la Réunion Introduction Ces premiers résultats

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION DURABLE DES RESSOURCES FORESTIERES DU PAYS DE LOURDES ET DES VALLEES DES GAVES

PLAN DE MOBILISATION DURABLE DES RESSOURCES FORESTIERES DU PAYS DE LOURDES ET DES VALLEES DES GAVES Syndicat Mixte Pays de Lourdes et des Vallées des Gaves PLAN DE MOBILISATION DURABLE DES RESSOURCES FORESTIERES DU PAYS DE LOURDES ET DES VALLEES DES GAVES Annexe 6: Fiche n 6 à 9 = Fiches actions de mobilisation

Plus en détail

Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé **

Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé ** Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé ** Ces quatre exercices sont issus du livre d exercices de François Husson et de Jérôme Pagès intitulé Statistiques générales pour utilisateurs,

Plus en détail

L intelligence collective des fourmis

L intelligence collective des fourmis L intelligence collective des fourmis Guy Théraulaz* Les comportements collectifs des fourmis ont toujours fasciné et émerveillé les naturalistes. Tout semble se passer comme si chaque colonie se comportait

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail

Les conditions de développement des végétaux. Etre capable de conduire une culture en mettant en évidence par des Compétences visées

Les conditions de développement des végétaux. Etre capable de conduire une culture en mettant en évidence par des Compétences visées MODULE Cycle : 3 Classe:CM2 (16 élèves) Programme LA GERMINATION Unité et diversité du monde vivant Les conditions de développement des végétaux Etre capable de conduire une culture en mettant en évidence

Plus en détail

PIERRE D EAU VIVE Sarl. Rapport de synthèse

PIERRE D EAU VIVE Sarl. Rapport de synthèse PIERRE D EAU VIVE Sarl Rapport de synthèse Electrophotonique Ingénierie 6 avril 215 PIERRE D EAU VIVE Sarl 6/4/215 PIERRE D EAU VIVE SARL Rapport de synthèse I. Introduction Le présent rapport de synthèse

Plus en détail

CLASSE DE SECONDE. Enseignement d Exploration PARTIE 1 PRINCIPE DU PANNEAU SOLAIRE PHOTOVOLTAIQUE

CLASSE DE SECONDE. Enseignement d Exploration PARTIE 1 PRINCIPE DU PANNEAU SOLAIRE PHOTOVOLTAIQUE CLASSE DE SECONDE Enseignement d Exploration Création et Innovation Technologique Dossier de Travail PARTIE 1 PRINCIPE DU PANNEAU SOLAIRE PHOTOVOLTAIQUE En vous basant sur des recherches Internet et les

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

S-Plus. Prise en main rapide

S-Plus. Prise en main rapide 1 S-Plus Prise en main rapide Rachid BOUMAZA INH Département ETIC rachid.boumaza@inh.fr AVANT-PROPOS Ce document n'est pas un manuel d'utilisation du logiciel S-Plus mais une invitation à aller découvrir

Plus en détail

TP Diffraction et Interférence DIFFRACTIONS ET INTERFERENCES

TP Diffraction et Interférence DIFFRACTIONS ET INTERFERENCES OBJECTIFS Observation de la diffraction. Observation des interférences. I ) DIFFRACTION D ONDES A LA SURFACE DE L EAU Sur la photographie ci-dessous, on observe que les vagues, initialement rectilignes,

Plus en détail

Figure 1a Wasmannia auropunctata (Ouvrière), morphologie. 1 millimètre

Figure 1a Wasmannia auropunctata (Ouvrière), morphologie. 1 millimètre Figure 1a Wasmannia auropunctata (Ouvrière), morphologie. 1 millimètre Figure 1b Wasmannia auropunctata Taille relative et diversité morphologique (Reine et ouvrière) Figure 2 Wasmannia auropunctata (mâle

Plus en détail

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc)

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) 87 FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) Dans le cadre de la réforme pédagogique et de l intérêt que porte le Ministère de l Éducation

Plus en détail

Sillage Météo. Notion de sillage

Sillage Météo. Notion de sillage Sillage Météo Les représentations météorologiques sous forme d animation satellites image par image sont intéressantes. Il est dommage que les données ainsi visualisées ne soient pas utilisées pour une

Plus en détail

Les mécanismes optiques de la vision I : les lentilles optiques

Les mécanismes optiques de la vision I : les lentilles optiques Chapitre 1 Les mécanismes optiques de la vision I : les lentilles optiques 1.1 La vision au fil du temps Lisez l activité p.27 et réalisez un résumé pertinent de l évolution du concept de la vision au

Plus en détail

MOOC Agroécologie Séquence 1 Septembre 2015. Application pour l enherbement des cultures pérennes. Elena Kazakou

MOOC Agroécologie Séquence 1 Septembre 2015. Application pour l enherbement des cultures pérennes. Elena Kazakou CONCEPT DES TRAITS FONCTIONNELS Application pour l enherbement des cultures pérennes Elena Kazakou Dans cet exemple je vais vous présenter le concept des traits fonctionnels et vous illustrer comment on

Plus en détail

ETUDE D IMPACT SUR LE PLATEAU MORNANTAIS DU TRACE AUTOROUTIER DE L A45 SUR LA POPULATION DES BUSARDS CENDRES SOMMAIRE

ETUDE D IMPACT SUR LE PLATEAU MORNANTAIS DU TRACE AUTOROUTIER DE L A45 SUR LA POPULATION DES BUSARDS CENDRES SOMMAIRE ETUDE D IMPACT SUR LE PLATEAU MORNANTAIS DU TRACE AUTOROUTIER DE L A45 SUR LA POPULATION DES BUSARDS CENDRES SOMMAIRE 1 La problématique du Busard cendré en France 1.1 Présentation du genre "Circus" 1.2

Plus en détail

L essentiel sur les tests statistiques

L essentiel sur les tests statistiques L essentiel sur les tests statistiques 21 septembre 2014 2 Chapitre 1 Tests statistiques Nous considérerons deux exemples au long de ce chapitre. Abondance en C, G : On considère une séquence d ADN et

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

Evaluation des risques. Analyse des risques pour les tiers - Risques liés aux accidents d'avions à proximité de l'aéroport de Genève

Evaluation des risques. Analyse des risques pour les tiers - Risques liés aux accidents d'avions à proximité de l'aéroport de Genève REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Evaluation des risques Aéroport International de Genève Analyse des risques pour les tiers - Risques liés aux accidents d'avions à proximité de l'aéroport de Genève Résumé

Plus en détail

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Laure Beff, Yvon Lambert, Nicolas Beaudoin, Bruno Mary et Thierry

Plus en détail

Marketing quantitatif M2-MASS

Marketing quantitatif M2-MASS Marketing quantitatif M2-MASS Francois.Kauffmann@unicaen.fr UCBN 2 décembre 2012 Francois.Kauffmann@unicaen.fr UCBN Marketing quantitatif M2-MASS 2 décembre 2012 1 / 61 Première partie I Analyse Analyse

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. 1 Généralités sur les tests statistiques 2

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. 1 Généralités sur les tests statistiques 2 UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 Master d économie Cours de M. Desgraupes MATHS/STATS Document 4 : Les tests statistiques 1 Généralités sur les tests

Plus en détail

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique»

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» M1_presentation_generale_4juil05.doc 1/11 MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» La mention s articule autour de 6 spécialités : Recherche en éthique : Pr Christian HERVE (herve@necker.fr)

Plus en détail

Introduction aux Statistiques et à l utilisation du logiciel R

Introduction aux Statistiques et à l utilisation du logiciel R Introduction aux Statistiques et à l utilisation du logiciel R Christophe Lalanne Christophe Pallier 1 Introduction 2 Comparaisons de deux moyennes 2.1 Objet de l étude On a mesuré le temps de sommeil

Plus en détail

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce Sommaire Tu viens de voir que la reproduction sexuée est un phénomène que l on retrouve dans la majeure partie du monde vivant. Cette reproduction a pour but de permettre aux espèces de se maintenir et

Plus en détail

Dossier / TD Econométrie. Analyse de la demande d essence aux Etats-Unis entre 1960-1995 fichier : essence.xls

Dossier / TD Econométrie. Analyse de la demande d essence aux Etats-Unis entre 1960-1995 fichier : essence.xls Dossier / TD Econométrie Analyse de la demande d essence aux Etats-Unis entre 1960-1995 fichier : essence.xls Source : Greene "Econometric Analysis" Prentice Hall International, 4 ème édition, 2000 Council

Plus en détail

Étude de validation du Bluestar Forensic

Étude de validation du Bluestar Forensic Étude de validation du Bluestar Forensic I. Matériels et matières utilisés II. des tests 2.1. Détermination du seuil de sensibilité du kit Bluestar 2.2. Détermination de taches en fonction de leur volume

Plus en détail

ANALYSE : OUTIL D ANALYSE DE DONNEES POUR LES SCIENCES HUAMINES MANUEL DE L UTILISATEUR : PRISE EN MAIN

ANALYSE : OUTIL D ANALYSE DE DONNEES POUR LES SCIENCES HUAMINES MANUEL DE L UTILISATEUR : PRISE EN MAIN Pôle Informatique de Recherche et d Enseignement en Histoire ANALYSE : OUTIL D ANALYSE DE DONNEES POUR LES SCIENCES HUAMINES MANUEL DE L UTILISATEUR : PRISE EN MAIN A. PREMIER PAS 1. INTEGRATION DU TABLEAU

Plus en détail

Cours 11 : Homogénéité de la variance et transformations non linéaires

Cours 11 : Homogénéité de la variance et transformations non linéaires Cours 11 : Homogénéité de la variance et transformations non linéaires Table des matières Section 1. Régularité de la nature et effets linéaires... 2 Section 2. Homogénéité des variances... 2 Section 3.

Plus en détail

IMAGE SATELLITALE ET BIOSPHÈRE

IMAGE SATELLITALE ET BIOSPHÈRE THÈME : Planète Terre et son environnement Niveau : seconde IMAGE SATELLITALE ET BIOSPHÈRE EXTRAIT DU BO: Planète Terre et environnement global La structure et l'évolution des enveloppes externes de la

Plus en détail

Le frelon asiatique- Vespa velutina

Le frelon asiatique- Vespa velutina Le frelon asiatique- Vespa velutina Biologie et description : le frelon asiatique Vespa velutina, est très facile à reconnaître car c est la seule guêpe en Europe à posséder une livrée aussi foncée : -

Plus en détail

Introduction à l'analyse statistique des données

Introduction à l'analyse statistique des données INTRODUCTION À L'ANALYSE STATISTIQUE DES DONNÉES CONCEPTS DE BASE Un certain nombre de concepts, préalables indispensables à la compréhension des analyses présentées, sont définis ici. De même pour quelques

Plus en détail

Tachymètre combiné contact/ photo au laser avec thermomètre IR intégré

Tachymètre combiné contact/ photo au laser avec thermomètre IR intégré Manuel d utilisation Modèle RPM10 Tachymètre combiné contact/ photo au laser avec thermomètre IR intégré Breveté Introduction Nous tenons à vous féliciter pour l'achat d'un tachymètre combiné contact/photo

Plus en détail

Correction de l épreuve de Statistiques et Informatique appliquées à la Psychologie

Correction de l épreuve de Statistiques et Informatique appliquées à la Psychologie Université de Bretagne Occidentale Année Universitaire 2013-2014 U.F.R. de Lettres et Sciences Humaines CS 93837-29238 BREST CEDEX 3 Section : Psychologie - Licence 3è année Enseignant responsable : F.-G.

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES

MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES EXPÉRIENCE 5 MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES I. Introduction et objectifs Les miroirs et les lentilles sont des objets utilisés quotidiennement. Le miroir le plus répandu (et le plus simple) est le miroir

Plus en détail

Lire ; Compter ; Tester... avec R

Lire ; Compter ; Tester... avec R Lire ; Compter ; Tester... avec R Préparation des données / Analyse univariée / Analyse bivariée Christophe Genolini 2 Table des matières 1 Rappels théoriques 5 1.1 Vocabulaire....................................

Plus en détail

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.1.- Définition du bruit : A1.1.1.- Production et caractéristiques d un son Tout corps qui se déplace ou qui vibre émet un son. Il transmet sa vibration

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

Cinématique et optique géométrique

Cinématique et optique géométrique Cinématique et optique géométrique PHY-5061-2 Activité notée 4 Date de remise :... Identification Nom :... Adresse :...... Tél :... Courriel :... Note :... /100 PHY-5061-2 CINÉMATIQUE ET OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE

Plus en détail

l effet du stress hydrique et azoté sur le pêcher en relation avec la croissance des rameaux et des fruits

l effet du stress hydrique et azoté sur le pêcher en relation avec la croissance des rameaux et des fruits Moroccan team APMED; Montpellier, 15-16 June 215 Domaine Kharrouba-Meknès l effet du stress hydrique et azoté sur le niveau d infestation Sur 1 arbres du pêcher puceron vert du pêcher en relation avec

Plus en détail

Biostatistiques Biologie- Vétérinaire FUNDP Eric Depiereux, Benoît DeHertogh, Grégoire Vincke

Biostatistiques Biologie- Vétérinaire FUNDP Eric Depiereux, Benoît DeHertogh, Grégoire Vincke www.fundp.ac.be/biostats Module 140 140 ANOVA A UN CRITERE DE CLASSIFICATION FIXE...2 140.1 UTILITE...2 140.2 COMPARAISON DE VARIANCES...2 140.2.1 Calcul de la variance...2 140.2.2 Distributions de référence...3

Plus en détail

Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19)

Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19) THÈME 1 : REPRÉSENTATION VISUELLE Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19) Savoir-faire : Reconnaître la nature convergente ou divergente d une lentille. Représenter symboliquement une lentille

Plus en détail

O 3 Lentilles minces sphériques dans les conditions de Gauss

O 3 Lentilles minces sphériques dans les conditions de Gauss 3 dans les conditions de Gauss PCSI 205 206 I Lentille mince sphérique. Généralités Définition : une lentille sphérique est un système optique centré résultant de l association de deux dioptres sphériques.

Plus en détail

Capsule théorique sur l optique géométrique (destinée au personnel)

Capsule théorique sur l optique géométrique (destinée au personnel) Capsule théorique sur l optique géométrique (destinée au personnel) Octobre 2014 Table des matières Spectre électromagnétique... 3 Rayons lumineux... 3 Réflexion... 3 Réfraction... 3 Lentilles convergentes...

Plus en détail

TP 02 - Production et repérage d une image (partie 1)

TP 02 - Production et repérage d une image (partie 1) 1 TP 02 - Production et repérage d une image (partie 1) Le but de ce TP est de savoir réaliser une image de bonne qualité et de taille voulue sur un écran, mais aussi de savoir utiliser un viseur pour

Plus en détail

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif?

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Kim McPhail et Anastasia Vakos* L e système canadien de transfert des paiements de grande valeur (STPGV) sert à effectuer les paiements

Plus en détail

1. 0BNature des boîtes étudiées

1. 0BNature des boîtes étudiées Comportement de boîtes de conservation aux variations de température et hygrométrie ambiantes / Camille Bossuat, élève de 2 e année, IUT de Créteil Vitry (spécialité Chimie) ; Thi- Phuong Nguyen, BnF,

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Modélisation prédictive et incertitudes. P. Pernot. Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay

Modélisation prédictive et incertitudes. P. Pernot. Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay Modélisation prédictive et incertitudes P. Pernot Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay Plan 1 Incertitudes des modèles empiriques 2 Identification et caractérisation des paramètres incertains

Plus en détail

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR Ce TP s étale sur une séance de 2 heures (spectre visible), puis une séance d 1 heure (spectre infrarouge). Objectifs : - Identifier un colorant

Plus en détail

Apprentissage par problèmes APP3. Authenticité des billets de 5 euros

Apprentissage par problèmes APP3. Authenticité des billets de 5 euros Année universitaire 2013/14 UE PHY124 Optique Géométrique Apprentissage par problèmes APP3 Authenticité des billets de 5 euros Apprentissages visés Fonctionnement d instruments optiques constitués de plusieurs

Plus en détail

Probabilités et Statistiques. Chapitre 1 : Statistique descriptive

Probabilités et Statistiques. Chapitre 1 : Statistique descriptive U.P.S. I.U.T. A, Département d Informatique Année 2008-2009 Probabilités et Statistiques Emmanuel PAUL Chapitre 1 : Statistique descriptive 1 Objectifs des statistiques. Il s agit d étudier un ou plusieurs

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

Programme LIFE+ www.life-moule-perliere.org/accueilmoule.php CONSERVATION DE LA MOULE PERLIÈRE D EAU DOUCE UNE ACTION COORDONNÉE PAR

Programme LIFE+ www.life-moule-perliere.org/accueilmoule.php CONSERVATION DE LA MOULE PERLIÈRE D EAU DOUCE UNE ACTION COORDONNÉE PAR Programme LIFE+ CONSERVATION DE LA MOULE PERLIÈRE D EAU DOUCE DU MASSIF ARMORICAIN LIFE 09 NAT/FR/000583 UNE ACTION COORDONNÉE PAR CORDINATION BAS-NORMANDE Protocole de suivi des Mulettes perlières du

Plus en détail