Planification de l éducation par la simulation informatique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Planification de l éducation par la simulation informatique"

Transcription

1 Politiques et stratégies d éducation 3 Planification de l éducation par la simulation informatique G.-C. Chang et M. Radi U N E S C O

2 Planification de l éducation par la simulation informatique Auteurs Mohamed Radi, Chef, Section d appui aux stratégies éducatives nationales, Division des politiques et stratégies éducatives, UNESCO, Paris. Gwang-Chol Chang, Spécialiste de programme, Section d appui aux stratégies éducatives nationales, Division des politiques et stratégies éducatives, UNESCO, Paris. La présente publication peut être librement reproduite ou citée, en tout ou en partie à condition qu il soit fait mention de la source. Les auteurs sont responsables du choix et de la présentation des faits figurant dans cet ouvrage ainsi que des opinions qui y sont exprimées, lesquelles ne sont pas nécessairement celles de l UNESCO et n engagent pas l Organisation. Publié en 2001 par l Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture 7, place de Fontenoy, Paris 07 SP (France) UNESCO (ED-2001/WS/36)

3 Préface La collection Politiques et stratégies d éducation lancée par la Division des politiques et stratégies éducatives de l UNESCO publie son troisième numéro. S écartant volontairement de la théorisation excessive, elle se veut avant tout le recueil de bonnes pratiques professionnelles. Par le choix des thèmes abordés et la forme de son contenu, elle ambitionne de faire partager l expérience acquise sur le terrain, non seulement aux praticiens de la planification de l éducation, mais plus largement à tous ceux qui s intéressent à l élaboration et à la mise en œuvre de politiques et stratégies éducatives. Consacré à la Planification de l éducation par la simulation informatique, ce numéro s adresse tant aux spécialistes dans ce domaine qu aux décideurs politiques et aux hauts responsables des ministères de l éducation soucieux de mieux connaître les méthodes et les outils permettant d établir des plans de développement. Le Cadre d action de Dakar recommande que tous les pays se dotent d un Plan d action national d Éducation pour Tous avant l échéance de Jusqu à présent, beaucoup de pays restent dépendant de l assistance technique extérieure dans le domaine de la conception des modèles de simulation. Cet ouvrage a pour objet de mettre directement à leur portée un modèle générique qu ils pourront adapter à leur propre système éducatif. Outre fournir un outil opérationnel permettant de faciliter l élaboration de leurs plans d action, il peut aussi être utilisé en tant que support de formation et d autoformation à l usage des planificateurs engagés dans un processus de préparation de tels plans.

4 Planification de l éducation par la simulation informatique Le recours à la simulation informatique est devenu incontournable. Pour préparer leur plan de développement, les ministères de l éducation doivent : (i) rassembler et analyser les données concernant le secteur éducatif ; (ii) formuler des hypothèses de développement sous forme de paramètres, c est-à-dire traduire les principes et les orientations politiques en objectifs chiffrés ; (iii) par le jeu de la combinaison des données de base et des paramètres retenus, déterminer les conséquences de la politique éducative adoptée en termes de ressources humaines, pédagogiques, physiques et financières ; et (iv) promouvoir un véritable dialogue entre les différentes parties prenantes autour de la politique éducative et de la question de mobilisation des ressources nécessaires pour la mise en œuvre de cette politique. L application de simulation par le biais de l ordinateur permet, dès le démarrage du processus de planification, de constater les lacunes du système d information et, éventuellement de les combler. Elle contribue par la suite à tester la faisabilité des politiques de développement du secteur, en fournissant des éléments objectifs d appréciation des options possibles. Ce faisant, elle rend plus aisée la prise de décision en matière de politiques et stratégies éducatives. Enfin, elle permet de mieux évaluer les coûts et de fournir les éléments indispensables de cadrage macro-économique et financier qui confèrent au plan d action national toute sa crédibilité. Le rôle de l éducation et son devenir restent au cœur des débats sur le développement humain durable, la lutte contre la pauvreté, la promotion des valeurs universelles et de la tolérance et les défis des nouvelles technologies de l information et de la communication. Nous espérons que cet ouvrage constituera un outil utile pour l élaboration ou l actualisation de plans d action nationaux qui tiennent compte de ces préoccupations et qui soient conformes aux recommandations du Forum mondial sur l éducation de Dakar. M. Asghar Husain Directeur, Division des politiques et stratégies éducatives Juin 2001

5 Table des matières 1. Introduction 1 2. Utilité de la simulation informatique Élaboration de la politique éducative Planification sectorielle à moyen terme Besoins en intrants éducatifs Moyens de vérification quantifiés Financement et budgétisation Conception de la simulation informatique Quelques considérations conceptuelles Différents types de simulation Définition de la structure de la simulation Principales étapes de la simulation informatique Définition des objectifs politiques Exploitation des résultats et construction des scénarios Un modèle de simulation Caractéristiques du modèle présenté L utilisation de EPSSim Qu est-ce que EPSSim? Comment utiliser EPSSim? Les principales composantes de EPSSim Les conditions requises pour construire une simulation Le système d information Des objectifs de développement clairs Conclusions 61 Références bibliographiques 63 Annexes : Exemple de projections d un modèle de simulation 65

6 1. Introduction Jusqu au début des années 1980, le travail du planificateur consistait principalement dans beaucoup de pays à prévoir et gérer l accroissement quantitatif du système éducatif. La satisfaction de la demande sociale pour l éducation ne trouvait alors de limite que dans la capacité des États à assurer financièrement l expansion de l éducation à tous ses niveaux. Depuis les années 1980, beaucoup de pays ont dû faire face à des difficultés économiques et financières. La mise en œuvre des plans de développement a été de plus en plus hypothéquée par des aléas économiques et budgétaires imprévisibles et de nombreux pays ont abandonné la planification à long terme en faveur de la programmation à court terme, sous forme fragmentée d actions et de projets de développement. Face à l impact mitigé d un grand nombre de ces projets sous-sectoriels, les pays en développement, souvent sous l impulsion de leurs partenaires techniques et financiers, ont opté pour une approche-programme dans le souci d obtenir un meilleur rendement des investissements consentis. La recherche de solutions alternatives de financement et de rationalisation des ressources a amené les pays à adopter des approches sectorielles et des politiques facilitant la ré-allocation des ressources dans le cadre d une approche systémique du développement de l éducation. C est dans ce contexte que, dans un certain nombre de pays en développement, des applications de simulation (appelées aussi modèles de simulation) ont été conçues pour étayer l élaboration de plans ou programmes sectoriels cohérents pour le développement de l éducation. Le recours à l informatique comme outil de simulation et de planification de l éducation date donc d une vingtaine d années. Jusqu au début 1

7 Planification de l éducation par la simulation informatique des années quatre-vingt, la plupart des planificateurs n utilisaient encore que la calculatrice, d abord simple puis programmable, c est-à-dire à peine capable d effectuer des séries de calculs répétitifs, comme par exemple ceux résultant de l application de taux d écoulement aux effectifs d élèves d un niveau scolaire donné. Lorsqu ils ont commencé à recourir aux premiers PC, les performances de ces derniers ont permis la programmation de ce type de calculs en incluant davantage de variables portant sur des périodes plus longues. Mais compte tenu de leur limite en termes de capacité de mémoire et de logiciels, les calculs ne portaient que sur certaines parties du long enchaînement de séquences qui permet l établissement de prévisions quantitatives du développement du secteur éducatif. Les ordinateurs personnels utilisés par la suite avaient une capacité de traitement de l information plus importante, mais juste suffisante pour effectuer en une seule fois des calculs de prévision concernant la population scolaire par niveau d éducation, ou déterminer les besoins en enseignants. Les planificateurs programmaient et traitaient les séquences de projection par tranche et, de ce fait, ne pouvaient mesurer les conséquences financières des options de scolarisation qu après plusieurs mois de travail et de tâtonnement. Avec l extension de la mémoire des ordinateurs personnels, l augmentation de la vitesse de traitement de données par des processeurs de plus en plus puissants et l évolution du potentiel des applications de type tableurs (comme Lotus 123 ou MS Excel), les planificateurs de l éducation ont progressivement développé ce qu ils ont appelé des «modèles de simulation». Ils ont réussi à mettre bout à bout les éléments de la chaîne que forment les nombreuses séquences de calcul, qui commence par les données démographiques et aboutit aux dépenses d éducation, en passant par les flux des effectifs des élèves, des enseignants et des autres catégories de personnel, ainsi que les besoins correspondants en infrastructures et en ressources d investissement et de fonctionnement. La simulation résulte en fait de la construction de la chaîne de séquences de calcul avec l aide d un logiciel, dont on a organisé les feuilles de calcul, de manière à reproduire schématiquement la structure du système éducatif concerné. La prise en compte des données qui lui sont spécifiques et des paramètres découlant des scénarios retenus pour son développement permet de simuler les flux de ses effectifs et leurs conséquences pour les années à venir sur les besoins en ressources humaines, physiques et financières. 2

8 Utilité de la simulation informatique Aujourd hui la puissance de calcul des PC et la performance sans cesse améliorée des tableurs de calcul permet, une fois le modèle de simulation construit pour un système éducatif donné, de mesurer instantanément l impact de la modification de tel ou tel paramètre sur les ressources éducatives à mobiliser à des échéances pluriannuelles données.

9 2. Utilité de la simulation informatique Avant le recours à la simulation informatique, il était très difficile de pratiquer un nombre suffisant de simulations pour mesurer l impact des diverses décisions possibles sur l évolution du système éducatif et, en particulier, leurs répercussions financières. De plus les simulations pratiquées se limitaient, souvent faute de moyens, à des scénarios par sous-secteur. Les questions de développement de l éducation ne pouvaient donc être étudiées que de manière imparfaite. La simulation informatisée a été d un apport considérable, à la fois pour ce qui est de l élaboration des politiques et stratégies éducatives et pour la qualité technique des plans d éducation, dont ils ont permis d améliorer notablement le degré de cohérence conceptuelle et l appréciation de la faisabilité financière. Les modèles de simulation sont devenus un outil incontournable pour assurer une bonne articulation du développement des soussecteurs éducatifs et une meilleure appréciation des objectifs qui leur sont assignés, en facilitant la détermination des moyens pédagogiques et institutionnels, ainsi que des ressources financières qui en découlent. L utilité d un modèle de simulation apparaît avec force dans la construction des scénarios de développement du secteur éducatif, en ce sens qu il permet d étudier la faisabilité des options choisies et d en mesurer, pratiquement en temps réel, les conséquences avant leur adoption définitive. On peut schématiquement distinguer trois phases ou types d utilisation du modèle de simulation, à savoir la conception de la politique éducative, la planification à moyen terme et la budgétisation. 5

10 Planification de l éducation par la simulation informatique 2.1 Élaboration de la politique éducative La simulation peut contribuer à l élaboration de politiques éducatives, qui se révèle complexe. La complexité provient non seulement du fait que l éducation est un secteur dont il est difficile de cerner les tenants et les aboutissants en vue de la planification, mais aussi de la diversité des intérêts qu elle représente pour les différents acteurs de la société. Par rapport aux autres secteurs socioéconomiques, le développement de l éducation pose des problèmes plus ardus à résoudre et davantage multidimensionnels. Face aux contraintes financières que connaissent la plupart des pays, les gouvernements ne peuvent se permettre de répondre plus largement à la demande sociale, sans prendre des mesures de restriction à l intérieur du secteur de l éducation en vue de rationaliser l utilisation des ressources allouées. Dans la dynamique de la gestion éducative des flux d élèves, comme dans celle des finances publiques, ils doivent prendre des décisions difficiles de régulation de l utilisation des ressources sans entraîner de perturbations et de dysfonctionnements graves. Il y a tellement d acteurs, de variables et d interrelations entre les uns et les autres, qu il faut disposer non seulement d un système d information crédible, mais aussi d un outil objectif de prévision facilitant la consultation politique en ce qui concerne les contraintes financières et leurs conséquences sur les options éducatives. Un modèle de simulation informatique peut contribuer à alimenter utilement le dialogue politique. La simulation, dans sa première utilisation, se situe au démarrage du processus de formulation des grandes orientations de politique éducative. Le modèle de simulation est utilisé en tant qu outil d exploration de la faisabilité des options de réforme et/ou de développement du secteur. Il permet dans les travaux préliminaires de planification de connaître les implications pédagogiques, physiques et financières des objectifs éducatifs retenus pour des échéances à long terme. Dans cette phase, la simulation apporte une aide précieuse à la conception des politiques et des stratégies éducatives en mettant en relief les éléments d appréciation qui vont faciliter la consultation et le dialogue entre partenaires nationaux et, en cas de financement extérieur, entre ces derniers et leurs partenaires internationaux. Ainsi la simulation contribue à la construction du consensus en fournissant des éclairages sur les évolutions possibles et les conséquences probables des options fondamentales de développement du secteur. 6

11 Utilité de la simulation informatique Les objectifs, volontaristes ou traduisant les ambitions de la demande sociale, sont exprimés en termes de paramètres et évalués dans leurs implications budgétaires. La simulation permet d en démontrer la faisabilité ou l impossibilité dans le contexte socio-économique du pays. Plusieurs scénarios de développement sont alors élaborés et exposés. Les parties prenantes peuvent débattre, arguments à l appui, des objectifs, des options et des choix politiques, étudier d autres scénarios alternatifs et évaluer les avantages et les inconvénients de chacun d entre eux sur la base d estimations relativement fiables. 2.2 Planification sectorielle à moyen terme La deuxième utilisation du modèle de simulation en fait le moyen par excellence d élaboration des plans d action à moyen terme. La simulation est utilisée comme un outil de prévision après adoption des options de réforme et/ou de développement du secteur. Elle permet de déterminer les implications pédagogiques, physiques et financières des objectifs éducatifs pour des échéances précises. Pour élaborer un plan d action crédible aux yeux de tous les acteurs concernés, y compris les partenaires extérieurs, il est souhaitable que chaque pays développe un modèle de simulation qui soit spécifique à son système éducatif. Le plan d action a pour but premier de traduire en termes opérationnels les orientations nationales qui ont été définies lors de l étape de formulation de la politique générale du secteur. Il doit contenir l estimation des ressources financières requises en termes de fonctionnement et d investissements pour atteindre les objectifs d éducation et de formation. Il doit également préciser les actions et les activités que les autorités d éducation entendent mettre en œuvre de manière coordonnée et cohérente au cours de la période planifiée. Un modèle de simulation adapté au contexte national peut être d un apport considérable pour l élaboration d un plan d action sectoriel. En tant qu outil de prévision systémique, il contribue à la prise en compte de la dynamique du système éducatif et à la détection, grâce au potentiel offert par l outil informatique, des interrelations de nombreux paramètres qui influent sur 7

12 Planification de l éducation par la simulation informatique le fonctionnement et l amélioration du service éducatif 1. Il fournit en particulier les informations sur les besoins en intrants éducatifs et les indicateurs de suiviévaluation des actions planifiées Besoins en intrants éducatifs Les besoins en intrants éducatifs sont estimés à partir de la traduction des objectifs quantitatifs et qualitatifs en termes opérationnels. Le modèle de simulation permet d estimer la nature et l ampleur de ces intrants par année pour la période considérée. Il donne des indications précises aussi bien sur les effectifs scolaires que sur les moyens humains, physiques et financiers à mettre en œuvre pour la réalisation des actions de développement. On trouvera cidessous présentées quelques-unes des catégories de besoins en ressources éducatives dont l évaluation s effectue grâce à la simulation informatique. Le personnel Le modèle permet d estimer les effectifs nécessaires en personnel enseignant et non enseignant (personnel de direction et d encadrement, personnel administratif et de service, agents techniques et d entretien, etc.) et de prévoir les besoins de recrutement (par an, par région et par niveau d enseignement) tout en tenant compte des déperditions. Il permet aussi d évaluer le nombre des effectifs à former, aussi bien au niveau de la formation initiale que du perfectionnement en cours d emploi. Les besoins nouveaux en enseignants pour une année donnée indiqueront aux autorités nationales d éducation qu il faut prendre des mesures adéquates plusieurs années auparavant (différentes selon les pays) pour tenir compte des délais de formation des différentes catégories d enseignants. Les espaces scolaires Sur la base du nombre d élèves et des paramètres d organisation pédagogique, la simulation permet d évaluer le nombre de bâtiments à 1 L éducation étant un système, son développement ne peut se concevoir que comme un tout, constitué de sous-secteurs et des interrelations organiques qu ils entretiennent entre eux. L approche sectorielle permet de guider le développement équilibré de sous-secteurs qui dépendent du système. En d autres termes, un soussecteur d éducation, avec toutes les dimensions qu il comporte, ne doit pas être traité de manière sous-sectorielle. Sa planification doit s intégrer dans une préoccupation systémique et transdisciplinaire. 8

13 Utilité de la simulation informatique construire à un horizon temporel donné. Elle fournit aussi des indications sur les dépenses requises pour l achat des équipements nécessaires et les frais de maintenance de divers ordres. Ces indications sur le nombre de salles de classe et d autres locaux nécessaires et les besoins en nouvelles constructions sont fournies par le modèle par année et par région pour tous les niveaux d enseignement. Les matériels d enseignement Un modèle de simulation peut fournir, compte tenu du stock de livres et d autres matériels didactiques disponibles, des indications sur l ampleur des besoins futurs et montrer aussi la nécessité de prendre des mesures pour la production et la distribution de ces matériels, conformément à la politique nationale dans ce domaine. Il peut aussi permettre de prévoir les actions à entreprendre pour acquérir et/ou renouveler le matériel de manière à répondre à la réforme des programmes scolaires et d évaluer les coûts récurrents qui en découlent Moyens de vérification quantifiés Face aux difficultés économiques et financières, les ministères de l éducation de nombreux pays subissent des pressions de la part des services financiers (qu ils soient nationaux ou internationaux) pour démontrer qu ils utilisent efficacement les crédits alloués. Ces pressions ont contribué à l apparition de nouvelles approches de programmation et de gestion axées sur l obligation redditionnelle («accountability»). Dans les pays bénéficiaires, les agences bilatérales et multilatérales extérieures demandent de plus en plus que la programmation des actions de développement soit axée sur la responsabilité et le rendement exprimé en termes de résultats. Cette nouvelle approche modifie la façon dont les agences collaborent avec les États bénéficiaires pour l élaboration des plans et programmes de développement du secteur de l éducation. Ces plans doivent désormais intégrer des repères de résultats permettant de mesurer à terme l atteinte des objectifs de la politique éducative et de s assurer de l efficience des investissements extérieurs. Les objectifs et les actions des plans de développement sont ainsi formulés en intégrant des indicateurs de suivi-évaluation. Les modèles de simulation permettent de disposer facilement de ces repères de vérification sous forme d indicateurs chiffrés relatifs à l organisation 9

14 Planification de l éducation par la simulation informatique et au fonctionnement du système éducatif. Ces indicateurs sont fournis par année pour une période plus ou moins longue selon le programme planifié, par région et pour tous les niveaux d enseignement et de formation qui sont étudiés dans la simulation Financement et budgétisation Dès la phase de l élaboration du plan, la simulation permet d établir des prévisions de dépenses courantes et d investissements pour le secteur de l éducation conformément aux orientations de la politique éducative. Ainsi le gouvernement peut disposer à l avance des informations sur les coûts requis annuellement pour mettre en œuvre son plan de réforme et de développement. Il peut aussi prévoir l écart budgétaire par rapport aux possibilités de financement de l État à une échéance donnée et identifier les domaines dans lesquels il aura besoin d investissements supplémentaires à rechercher auprès du secteur privé national et/ou de partenaires extérieurs. La simulation informatique facilite l établissement des budgets annuels ou pluriannuels découlant du plan de développement de l éducation, c est-à-dire la programmation technique et financière à court terme des actions administratives et financières. La détermination des objectifs à atteindre à court terme un à deux ans s effectue sur la base des réalisations concrètes et des prévisions du plan d action. La simulation permet de préciser le volume des réalisations nouvelles et leur coût, ce qui facilite la programmation des dépenses d investissements et de fonctionnement. Les dépenses prévisionnelles annuelles sont fournies à l échelle nationale par niveau d enseignement et par catégorie de dépenses. Selon le niveau de déconcentration et de décentralisation, elles peuvent être disponibles, sous forme désagrégée par région, par niveau et type d enseignement et par catégorie de dépenses. Les autorités nationales, compte tenu des objectifs et du potentiel de développement de chaque région, pourront prendre les mesures correctives nécessaires pour équilibrer la programmation budgétaire. 2 Il y a lieu de noter que les ajustements apportés au niveau des paramètres de décision entraînent des changements au niveau des résultats. Ces paramètres et variables ajustés sont utilisés pour mettre à jour les indicateurs de suivi-évaluation au moment de la mise en œuvre des plans et des programmes de développement. 10

15 Utilité de la simulation informatique Dans la prise en compte de ces prévisions lors de la budgétisation à court terme, il ne faut pas oublier de faire en sorte que le modèle de simulation tienne compte des paramètres importants 3 qui ont une incidence sur les coûts de l éducation, tels que l inflation, la hausse des salaires et le coût des biens et services éducatifs. 3 Une application de simulation est un outil qui permet de prévoir l évolution probable d un système éducatif dans un avenir plus ou moins lointain au moyen d un nombre plus ou moins limité de données de base et d hypothèses de développement. Les résultats simulés seront probables, mais non sûrs, car le devenir d un système dépend aussi d aléas imprévisibles qui ont un impact sur son évolution. D où la nécessité d actualiser les données de base et les paramètres au fur et à mesure de la mise en œuvre du programme de développement. Les données de base et les hypothèses retenues pour l élaboration de l application de simulation sont forcément en nombre limité et ne peuvent par conséquent tenir compte de tous les paramètres, identifiés et non identifiés, qui régulent le devenir du système éducatif. 11

16 3. Conception de la simulation informatique 3.1 Quelques considérations conceptuelles Dès les années soixante-dix, les services spécialisés de l UNESCO, de la Banque mondiale et des directions de la planification de l éducation d un certain nombre de pays, ont commencé à développer différents modèles de simulation pour l établissement de prévisions. Pendant longtemps, ces modèles sont restés l apanage de quelques spécialistes à travers le monde jusqu au moment où l UNESCO a publié un premier fascicule sur le sujet, accompagné d une série de disquettes de démonstration et intitulé «Un modèle de simulation du développement de systèmes d éducation» (Duvieusart, 1991). L UNESCO, conformément à sa vocation de promoteur d outils méthodologiques et techniques de planification de l éducation, a contribué à la vulgarisation du modèle démographique de prévision auprès des planificateurs. Bien que l UNESCO ait beaucoup contribué, à travers ses entités spécialisées, à la dissémination des modèles de simulation auprès des services nationaux, leur utilisation n est pas aussi répandue qu on pourrait le croire ou le souhaiter. En effet, même lorsqu elles sont installées par des experts dans les ordinateurs des services de planification des ministères de l éducation, notamment à l occasion de la mise en œuvre de projets d appui à l élaboration de plans de développement, elles ne sont pas toujours suffisamment maîtrisées sur le plan conceptuel et technique par les planificateurs nationaux. 13

17 Planification de l éducation par la simulation informatique Cet ouvrage a pour objet de faire le point sur la question et de servir de guide à ceux d entre eux qui souhaitent s initier, ou perfectionner leur savoirfaire dans ce domaine Différents types de simulation Dans le but de faciliter la compréhension, nous présentons ici deux catégories d approches qui ont prévalu dans la conception des modèles de simulation. Les classifications ci-dessous présentées n excluent pas l existence de nombreuses variantes ou sous-catégories selon les pays et les agences qui les conçoivent en fonction de leurs besoins spécifiques. 14 Modèle générique et application spécifique Les agences de développement qui ont prôné l utilisation de modèles de simulation ont eu recours à deux types de modèles (ou approches) pour la programmation du développement de l éducation : les modèles génériques qui sont parfois appelés modèles «prêt à porter» et les applications spécifiques aux pays (country specific model) appelées aussi modèles «sur mesure». La première approche dite générique consiste à concevoir un modèle de simulation qui contienne des éléments communs à la plupart des systèmes éducatifs. Ce modèle ne correspond donc pas à un système ou à un pays donné, mais représente un système éducatif virtuel. Moyennant une adaptation limitée, ce modèle permet de disposer d indications approximatives sur les conséquences pédagogiques, physiques et financières des grandes orientations politiques. Il a surtout son utilité dans une phase de pré-définition des options de politique éducative dans la mesure où il permet d alimenter rapidement le dialogue politique et de faciliter la construction d un consensus autour des grandes orientations de développement de l éducation. La seconde approche est l élaboration des applications de simulation spécifiques. Elle est en général adoptée pour définir des options plus ou moins détaillées pour le développement de l éducation, en particulier dans la phase d élaboration de programmes de développement ou de plans d action. Les applications conçues à cette étape de post-définition de la politique éducative tiennent compte de la structure et des spécificités du système éducatif du pays considéré. Ce type de modèle, adapté à un pays spécifique, ne peut être utilisé par un autre sans une restructuration profonde et une adaptation minutieuse.

18 Conception de la simulation informatique Les deux types de modèles ont chacun des avantages et des inconvénients. Le modèle générique présente l'avantage de pouvoir être opérationnel dès que des données de base et des objectifs globaux sont disponibles, mais a des limites en tant qu outil de programmation détaillée. Une application de simulation «sur mesure», conçue sur la base d une étroite collaboration entre les décideurs et les spécialistes, reflète les spécificités de la situation d un pays et de sa politique éducative, mais il nécessite par-là même un temps plus long d élaboration et de validation. Modèle budgétaire et modèle démographique Une autre classification concerne deux types de modèles que les planificateurs appellent modèle budgétaire et modèle démographique, avec des variantes multiples. Il s agit de deux modèles conçus selon une approche méthodologique différente : l un est un modèle qui a pour variable de décision le budget national d éducation et l autre pour lequel les dépenses d éducation ne sont que la résultante de la simulation. Dans le modèle dit budgétaire, le planificateur se préoccupe d abord du plafonnement à un niveau acceptable de la proportion des dépenses d éducation par rapport au budget général de l État. L ordinateur effectue les calculs à rebours pour l obtention des objectifs de scolarisation. Dans le cas du modèle démographique, c est une logique inverse qui est développée. Considérés comme variables indépendantes, les objectifs de scolarisation sont fixés a priori et l ordinateur calcule les enveloppes financières correspondantes qui en deviennent la conséquence. On peut dire que le modèle budgétaire répond à la nécessité du contrôle des dépenses d éducation, notamment suite aux politiques d ajustement structurel prônées par les bailleurs de fonds, alors que le modèle démographique place le droit à l éducation et la satisfaction de la demande sociale dans ce domaine au centre de la politique éducative, donc au premier plan des préoccupations gouvernementales. Au niveau des pays, dans la pratique, c est ce dernier modèle qui s est imposé, non seulement pour des considérations d ordre politique, mais aussi pour des raisons techniques ayant trait à la logique de la chaîne de calcul. Dans la réalité, les paramètres principaux de la simulation, que sont les taux de scolarisation et les enveloppes budgétaires, sont interdépendants. Quel que soit le modèle utilisé, les options prises en considération dans le scénario de 15

19 Planification de l éducation par la simulation informatique départ subissent plusieurs modifications avant d aboutir à une version équilibrée. La recherche d un scénario donnant satisfaction au politique, amène le planificateur à tester de manière itérative différentes options concernant les deux types de variables qui sont considérées tantôt comme cause, tantôt comme conséquence. La décision finale se construit sur une appréciation des implications de chacun des paramètres et le scénario qui sera finalement adopté résultera d un choix raisonné de variables possibles situées en amont et en aval du processus de la chaîne de calcul. Le modèle dit démographique s est développé, notamment sous l impulsion des grandes conférences internationales prônant la généralisation de l éducation de base. Il a pris le pas sur le modèle budgétaire dans la mesure où la politique éducative poursuivie a le souci d améliorer la qualité tout en augmentant l accès et la participation à l éducation. Dans ce modèle construit à l'image de la structure du système éducatif d'un pays, les variables de décision sont principalement les objectifs éducatifs et non pas budgétaires. Le graphique 1 présente le schéma simplifié de la structure de flux d un modèle de simulation qui se base sur une approche démographique. 16

20 Graphique 1. Schéma simplifié des flux d'un modèle de simulation "démographique" Direction des flux Population scolarisable Sortants d'un cycle ou niveau d'enseignement Population scolarisable en première année du primaire Taux d'admission, de scolarisation et de flux Effectifs scolaires aux différents niveaux d'enseignement (sous forme agrégée ou désagrégée) Différentes modalités d'utilisation des ressources + Enseignants et autres personnels; + Salles de classe et autres; + Matériels et équipement pédagogique Indicateurs macroéconomiques et budgétaires Dépenses d'éducation (courantes et investissement) Processus itératif Légende: Données de base Paramètres/hypothèses Résultats

Modèle de Simulation des Politiques et Stratégies Éducatives

Modèle de Simulation des Politiques et Stratégies Éducatives POLITIQUES ET STRATÉGIES D ÉDUCATION 3 Modèle de Simulation des Politiques et Stratégies Éducatives EPSSim Version 2.1 Guide de l utilisateur Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science

Plus en détail

PROMISAM - II. Formation en Suivi /Evaluation des Plans de Sécurité Alimentaire 2009

PROMISAM - II. Formation en Suivi /Evaluation des Plans de Sécurité Alimentaire 2009 Présidence de la République Commissariat à la Sécurité Alimentaire APCAM/MSU/USAID Projet de Mobilisation des Initiatives en matière de Sécurité Alimentaire au Mali Phase II (PROMISAM - II) PROMISAM -

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE

TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE Ce document décrit le canevas recommandé par la Division de l évaluation et de la capitalisation pour rédiger les termes de référence

Plus en détail

CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN

CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN PROCÉDURES OPÉRATIONNELLES STANDARD pour les PAYS ADOPTANT l approche «UNIS DANS L ACTION» Août 2014 GUIDE DU CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN Le Cadre budgétaire commun, par sa présentation transparente et centralisée

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Conférence «Le compte satellite du tourisme (CST) : comprendre le tourisme et concevoir des stratégies»

Conférence «Le compte satellite du tourisme (CST) : comprendre le tourisme et concevoir des stratégies» Conférence «Le compte satellite du tourisme (CST) : comprendre le tourisme et concevoir des stratégies» Iguazú (Argentine / Brésil / Paraguay), 3-6 octobre 2005 CONFÉRENCE DE L IGUAZÚ : RÉSULTATS ET ÉVALUATION

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Elaboration et Suivi des Budgets

Elaboration et Suivi des Budgets Elaboration et Suivi des Budgets 1 1- La Notion Du contrôle de Gestion 2- La Place du Contrôle de Gestion dans le système organisationnel 3- La Notion des Centres de responsabilité 4- La procédure budgétaire

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008 Le Budget Genre au Maroc, une perspective stratégique pour l égalité des sexes et l habilitation des femmes Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie

Plus en détail

Domaines de consultation bso

Domaines de consultation bso Domaines de consultation bso Supervision Compétences-clé Conseil en organisation Coaching La supervision, le conseil en organisation et le coaching sont des domaines de consultation professionnels adaptés

Plus en détail

LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS

LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ET DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR SESSION DE FORMATION Module 3 LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS 2 3 Terminologie de la GAR Plusieurs formulations sont utilisées : Gestion

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA/ICTS POUR INFORMATION. Système intégré d information sur les ressources (IRIS) Introduction

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA/ICTS POUR INFORMATION. Système intégré d information sur les ressources (IRIS) Introduction BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.297/PFA/ICTS/2 297 e session Conseil d administration Genève, novembre 2006 Sous-comité des technologies de l'information et de la communication PFA/ICTS POUR INFORMATION

Plus en détail

Lignes Directrices pour l évaluation conjointe par les services de la Banque et du FMI du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté

Lignes Directrices pour l évaluation conjointe par les services de la Banque et du FMI du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté Lignes Directrices pour l évaluation conjointe par les services de la Banque et du FMI du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté 1. Lors de sa présentation par le Gouvernement aux Conseils d

Plus en détail

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Madame, Monsieur Le Programme «Dépenses publiques et Responsabilité financière» (PEFA), lancé en 2001, a mis en place un cadre

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

Système d Information pour la Gestion de l Education (S.I.G.E.)

Système d Information pour la Gestion de l Education (S.I.G.E.) RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL Un Peuple Un But Une Foi Ministère de l Education nationale Système d Information pour la Gestion de l Education (S.I.G.E.) Plan de présentation I. Nécessité d un Système d Information

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

DIRECTIVE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE

DIRECTIVE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme

Plus en détail

AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES

AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES Adopté par le Bureau le 4 juin 2007 2 Liège, le 4 juin 2007 PRÉAMBULE Les différentes étapes de la régionalisation

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

Guide pour. la préparation d un plan sectoriel d éducation. Institut international de planification de l éducation

Guide pour. la préparation d un plan sectoriel d éducation. Institut international de planification de l éducation Guide pour la préparation d un plan sectoriel d éducation Institut international de planification de l éducation Les appellations employées dans ce volume et la présentation des données qui y figurent

Plus en détail

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes But Les professionnels de la santé publique suivent de plus en plus une approche fondée sur des données probantes lorsqu il s agit de planifier,

Plus en détail

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire Université Saint-Joseph Faculté des Sciences de l Éducation MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire 2014 2015 Faculté des Sciences de l Education, mis à jour 26 novembre 2014 TABLE

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET DE CONSTRUIRE DES QUESTIONNAIRES CONTEXTUELS 1. CONTEXTE

Plus en détail

Projet de Performance 2015 DEPARTEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

Projet de Performance 2015 DEPARTEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Projet de Performance DEPARTEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE 1 1 ère PARTIE : Présentation du Département de la Formation Professionnelle Attributions et missions du DFP : Dans le cadre de ses attributions,

Plus en détail

SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19

SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19 SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19 Point 12.12 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2007 Projet de stratégie visant à intégrer l analyse des spécificités de chaque sexe et une démarche

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Réussir. un projet de site web. 6 e édition. Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3

Réussir. un projet de site web. 6 e édition. Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3 N i c o l a s C h u Réussir un projet de site web 6 e édition Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3 annexe D Les indicateurs de pilotage

Plus en détail

TRIAX- D. Services-conseils pour accélérer l atteinte de vos objectifs d automatisation de votre chaîne d approvisionnement

TRIAX- D. Services-conseils pour accélérer l atteinte de vos objectifs d automatisation de votre chaîne d approvisionnement 010100101001010101010100110010101010101100110011010101010101011001100011010101011 0101010011010100110101001101010010100110101010010101001001010010 0101001011000101011010101100010101001110010010110011010100110101

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique»

Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique» Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique» Qu est ce qu un Schéma Directeur Informatique (SDI)? Un Schéma Directeur Informatique est un document conçu pour préparer l évolution et l adaptation de

Plus en détail

Modélisation de la réforme des pensions

Modélisation de la réforme des pensions Modèle PROST de la Banque Mondiale Modélisation de la réforme des pensions Mécanisme de simulation des options de réforme des retraites, de la Banque Mondiale L es politiques de pension d aujourd hui peuvent

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

!"#$%#"&'()'%#)(&*+',#'-.-*/01',2&34"$0)*&"3'1-*51((1'#3' 1361#'7"#$'(2"$8)3&-)*&"3'9!

!#$%#&'()'%#)(&*+',#'-.-*/01',2&34$0)*&3'1-*51((1'#3' 1361#'7#$'(2$8)3&-)*&3'9! !"#$%#"&'()'%#)(&*+',#'-.-*/01',2&34"$0)*&"3'1-*51((1'#3' 1361#'7"#$'(2"$8)3&-)*&"3'9! Présentation de la ressource Propriétés Intitulé court Formation concernée Matière Thème Question de gestion Intitulé

Plus en détail

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION 35 C 35 C/7 27 août 2009 Original anglais Point 3.3 de l ordre du jour provisoire PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) Source : Résolution 29 C/87. PRÉSENTATION Antécédents

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Document de référence UIP/UNICEF. Le rôle du Parlement dans l évaluation de l impact sur les enfants des décisions législatives et budgétaires

Document de référence UIP/UNICEF. Le rôle du Parlement dans l évaluation de l impact sur les enfants des décisions législatives et budgétaires Document de référence UIP/UNICEF Le rôle du Parlement dans l évaluation de l impact sur les enfants des décisions législatives et budgétaires Priorités à établir dans l affectation des ressources destinées

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

Guide de soutien pour l élaboration des normes et modalités d évaluation des écoles primaires.

Guide de soutien pour l élaboration des normes et modalités d évaluation des écoles primaires. Guide de soutien pour l élaboration des normes et modalités d évaluation des écoles primaires. Mise à jour actualisée en fonction des modifications au Régime pédagogique entrant en vigueur le 1 er juillet

Plus en détail

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333)

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) Cours #7 Hiver 2012 Ordre du jour Gestion des risques Introduction Concepts & définitions Processus d analyse Outils & méthodes Résultats Pause de 15 minutes Suivit des coûts

Plus en détail

E/CN.6/2012/CRP.7. Résumé de l animateur. 29 mars 2012 Français Original : anglais

E/CN.6/2012/CRP.7. Résumé de l animateur. 29 mars 2012 Français Original : anglais 29 mars 2012 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-sixième session 27 février-9 mars 2012 Point 3 a) ii) de l ordre du jour Suivi de la Quatrième Conférence mondiale

Plus en détail

GUIDE ORGANISATIONNEL LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS

GUIDE ORGANISATIONNEL LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS 24 L adhésion à la formule d alternance travail-études peut donner lieu à des situations non prévues aux procédés habituellement en application dans les établissements

Plus en détail

MINISTERES EN CHARGE DU SECTEUR EDUCATION

MINISTERES EN CHARGE DU SECTEUR EDUCATION MINISTERES EN CHARGE DU SECTEUR EDUCATION NOTE SECTORIELLE DU SECTEUR EDUCATION POUR LA CONFERENCE DES PARTENAIRES (POST GENEVE) 15 ET 16 JUILLET 2013 BUJUMBURA, JUIN 2013 1. INTRODUCTION Grâce à un processus

Plus en détail

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Période de référence : Septembre à décembre 2014 Période de référence précédente : 30 septembre 2014 Nom de l auteur : K.

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803

Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803 REPUBLIQUE DE LA GUINEE EQUATORIALE MINISTERE DE LA PÊCHE ET DE L ENVIRONNEMENT Direction Générale de l Environnement Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803 Titre du projet: Renforcement

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05 8 Article 1er. Le présent décret a pour objet de modifier le décret exécutif n 11-19 du 20 Safar 1432 correspondant au 25 janvier 2011, susvisé. Art. 2. La dénomination de la «direction de wilaya de l'industrie,

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

La Formation des Enseignants. Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole»

La Formation des Enseignants. Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole» La Formation des Enseignants Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole» 1 Avant-propos Le président de la République a fait de la refondation de l Ecole une priorité de son action.

Plus en détail

COURS DE SPECIALISATION SECTORIELLE SUR LE DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL EN AFRIQUE

COURS DE SPECIALISATION SECTORIELLE SUR LE DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL EN AFRIQUE COURS DE SPECIALISATION SECTORIELLE SUR LE DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL EN AFRIQUE OBJECTIFS Au cours des dernières années, l'idep a offert un cours de spécialisation similaire destiné aux fonctionnaires de

Plus en détail

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles D ACTION L A N Plan d action sur les infrastructures essentielles Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2009 No de cat. : PS4-66/2009F-PDF ISBN : 978-1-100-90319-4 Imprimé au Canada Table des matières

Plus en détail

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE Contexte et historique L évaluation du Centre de recherche Innocenti (IRC) a été effectuée d octobre 2004 à janvier 2005 à la demande du

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Charte des relations

Charte des relations Charte des relations entre Élus, membres des Conseils consultatifs de quartier et agents des services de la Ville de Brest et de Brest métropole océane Bellevue, Brest-Centre 1 Europe, Lambezellec Quatre

Plus en détail

Mesurer le développement durable pour l après-2015 au Sénégal Points saillants du rapport

Mesurer le développement durable pour l après-2015 au Sénégal Points saillants du rapport ---------------------------------- ---------------------------------- ------------------------------ Mesurer le développement durable pour l après-2015 au Sénégal Points saillants du rapport Dr Maam Suwadu

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

Lignes directives de la JICA pour l évaluation des projets ~ Méthode pratique d évaluation des projets ~

Lignes directives de la JICA pour l évaluation des projets ~ Méthode pratique d évaluation des projets ~ Lignes directives de la JICA pour l évaluation des projets ~ Méthode pratique d évaluation des projets ~ Septembre 2004 Bureau des évaluations, Département de la planification et de la coordination Agence

Plus en détail

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA EVALUATION FINALE AFR/017 Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la Zone UEMOA FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Union Economique et Monétaire Ouest

Plus en détail

CCM/MSP/2010/WP.3. Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010. Projet Plan d action de Vientiane. I. Introduction

CCM/MSP/2010/WP.3. Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010. Projet Plan d action de Vientiane. I. Introduction Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010 Français Original: anglais CCM/MSP/2010/WP.3 Première Assemblée des États parties Vientiane (République démocratique populaire lao) 9-12 novembre

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

Module 2 : Planification / Exécution / Contrôle / Intranets de gestion des projets Minimum requis par session

Module 2 : Planification / Exécution / Contrôle / Intranets de gestion des projets Minimum requis par session MANAGEMENT ET STRATEGIES D ENTREPRISES Module 2 : Planification / Exécution / Contrôle / Intranets de gestion des projets Minimum par Développer une démarche logique de planification de projet. Se perfectionner

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

(Stratégies de mise en œuvre, défis et solutions pratiques) Un Séminaire de renforcement des capacités pour les points focaux nationaux du CAFRAD

(Stratégies de mise en œuvre, défis et solutions pratiques) Un Séminaire de renforcement des capacités pour les points focaux nationaux du CAFRAD Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Institut Islamique de Recherches et de Formation Séminaire sur L Opérationnalisation de la gestion axée sur la performance

Plus en détail

APPEL À PROPOSITIONS DE LA CE COMMENT ECRIRE UN BON PROJET?

APPEL À PROPOSITIONS DE LA CE COMMENT ECRIRE UN BON PROJET? APPEL À PROPOSITIONS DE LA CE ACP-LG-053_13.12.11 COMMENT ECRIRE UN BON PROJET? INTRODUCTION De nombreuses collectivités locales ACP sont intéressées à répondre aux appels à propositions de la Commission

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES Projet «Systèmes de Surveillance et de MNV nationaux avec une approche Régionale» TERMES DE REFERENCES Recrutement d un consultant pour la rédaction de la composante 1A et 2C du R PP (Readiness Preparation

Plus en détail

MESURE DE LA PERFORMANCE DES EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE

MESURE DE LA PERFORMANCE DES EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L INTERIEUR INSPECTION GENERALE DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE MESURE DE LA PERFORMANCE DES POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE DE L ADMINISTRATION

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

Le Cadre de Dépenses à Moyen Terme. Définition et principes généraux

Le Cadre de Dépenses à Moyen Terme. Définition et principes généraux Le Cadre de Dépenses à Moyen Terme Définition et principes généraux Définition du CDMT Le CDMT est un instrument de programmation triennal glissant permettant de placer la gestion budgétaire dans une perspective

Plus en détail

EXTRAIT DU : CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES BTC/CTB CTB/SEN/2012/33 DU 09/03/2012

EXTRAIT DU : CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES BTC/CTB CTB/SEN/2012/33 DU 09/03/2012 EXTRAIT DU : CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES BTC/CTB CTB/SEN/2012/33 DU 09/03/2012 MARCHÉ DE SERVICES POUR LE PROGRAMME DES BOURSES HORS PROJET CRÉATION ET MISE EN ŒUVRE DE DEUX MODULES D UNE FORMATION POUR

Plus en détail

Rapport de stage professionnel d expertise comptable sous le thème

Rapport de stage professionnel d expertise comptable sous le thème Rapport de stage professionnel d expertise comptable sous le thème CONCEPTION D UN MANUEL D ORGANISATION COMPTABLE 1. Conception d un manuel d organisation comptable 1.1. Cadre légal Le manuel d organisation

Plus en détail

Voici les lignes directrices pour chaque type de question ainsi que la pondération approximative pour chaque type :

Voici les lignes directrices pour chaque type de question ainsi que la pondération approximative pour chaque type : Raison d être Plan des examens Finance d entreprise avancée [FN2] 2011-2012 Les examens Finance d entreprise avancée [FN2] ont été élaborés à l aide d un plan d examen. Le plan d examen, que l on nomme

Plus en détail

5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel. Déclaration ministérielle d Istanbul

5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel. Déclaration ministérielle d Istanbul 5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel Déclaration ministérielle d Istanbul Ministère des Affaires étrangères de Turquie Conseil mondial de l eau 22 mars 2009 Déclaration ministérielle d Istanbul

Plus en détail

Normes du CAD pour une évaluation de qualité. (pour période d application)

Normes du CAD pour une évaluation de qualité. (pour période d application) Réseau du CAD sur l évaluation Normes du CAD pour une évaluation de qualité (pour période d application) Les normes présentées dans ce document ont été approuvées par les membres du Réseau CAD sur l Évaluation

Plus en détail

GESTION DES INSTITUTS DE CATÉGORIE 1 RELATIFS À L ÉDUCATION. Résumé

GESTION DES INSTITUTS DE CATÉGORIE 1 RELATIFS À L ÉDUCATION. Résumé Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/15 PARIS, le 10 août 2015 Original anglais Point 15 de l'ordre du jour provisoire GESTION DES INSTITUTS DE CATÉGORIE 1 RELATIFS À L ÉDUCATION

Plus en détail

Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3

Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3 Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3 Termes de Référence Recrutement d un bureau d études Assistance technique pour la formulation et la prise en compte dans le Budget

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie Leçon 2: GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Cadre stratégique de la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: savoir faire la différence

Plus en détail

République Islamique de Mauritanie Ministère des Finances Projet "Initiative Pauvreté-Environnement Phase 3"

République Islamique de Mauritanie Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement Phase 3 République Islamique de Mauritanie Ministère des Finances Projet "Initiative Pauvreté-Environnement Phase 3" Termes de référence Pour le recrutement d un consultant spécialisé en Gestion Axée sur les Résultats

Plus en détail

EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION

EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION Document énonçant la position du CSEE sur la proposition de recommandation du Parlement européen et du Conseil établissant

Plus en détail

CONCEPTS DE BASE DU COMPTE SATELLITE DU TOURISME (CST) Table des matières

CONCEPTS DE BASE DU COMPTE SATELLITE DU TOURISME (CST) Table des matières CONCEPTS DE BASE DU COMPTE SATELLITE DU TOURISME (CST) Table des matières 1. Généralités 2. Nouvelle norme internationale 3. L importance des partenariats dans l élaboration des Comptes Satellites du Tourisme

Plus en détail

SECTION 1 : INTRODUCTION SECTION 1 :

SECTION 1 : INTRODUCTION SECTION 1 : 1 SECTION 1 : 2 3 Le but de cette version 2.0 du Manuel technique du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire est d apporter aux analystes de la sécurité alimentaire des normes techniques

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE D ANALYSER LES CURRICULA AU COLLEGE

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE D ANALYSER LES CURRICULA AU COLLEGE TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE D ANALYSER LES CURRICULA AU COLLEGE 1. CONTEXTE Le bilan de l Éducation Pour Tous révèle que les pays d Afrique subsaharienne ont accompli

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/4 Conseil économique et social Distr. générale 30 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration économiques

Plus en détail

LE SYSTÈME TÉLÉINFORMATION DE L INEM

LE SYSTÈME TÉLÉINFORMATION DE L INEM LE SYSTÈME TÉLÉINFORMATION DE L INEM Par un collectif de l INEM Instituto National de Emples (Institut National de l Emploi), Madrid, Espagne L intégration des technologies dans la société de l information

Plus en détail

La gestion des finances publiques est une composante essentielle

La gestion des finances publiques est une composante essentielle L IDA en action Gestion des finances publiques : effectuer un suivi des ressources pour obtenir de meilleurs résultats La gestion des finances publiques est une composante essentielle du processus de développement.

Plus en détail

52 missions d AMO pour vos projets

52 missions d AMO pour vos projets bâtiments aménagement infrastructure 52 missions d AMO pour vos projets industrie équipement Édition mai 2014 territoire Document du 26/05/2014 AVANT PROPOS L Assistant à maître d ouvrage (AMO) n a pas

Plus en détail

PROJET PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L AGRÉGATION DES DONNÉES SUR LES RISQUES ET LA DIVULGATION DES RISQUES

PROJET PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L AGRÉGATION DES DONNÉES SUR LES RISQUES ET LA DIVULGATION DES RISQUES PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L AGRÉGATION DES DONNÉES SUR LES RISQUES ET LA DIVULGATION DES RISQUES Février 2016 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Champ d application... 4 Prise d effet et processus de

Plus en détail

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo et la communauté internationale poursuivent un objectif commun pour la stabilité et le développement

Plus en détail

Norme ISA 402, Facteurs à considérer pour l audit d entités faisant appel à une société de services

Norme ISA 402, Facteurs à considérer pour l audit d entités faisant appel à une société de services IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 402, Facteurs à considérer pour l audit d entités faisant appel à une société de services Le présent document a

Plus en détail

République d Haïti Bureau du Premier Ministre Office de Management et des Ressources Humaines

République d Haïti Bureau du Premier Ministre Office de Management et des Ressources Humaines République d Haïti Bureau du Premier Ministre Office de Management et des Ressources Humaines PROJET DE PROGRAMME-CADRE DE RÉFORME DE L ETAT : RÉFORME ADMINISTRATIVE ET DÉCENTRALISATION Octobre 2012-Septembre

Plus en détail

LES FICHES TECHNIQUES DU C.D.P.N.E. Février 2004. FICHE n 1 - METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS SA COMMUNE

LES FICHES TECHNIQUES DU C.D.P.N.E. Février 2004. FICHE n 1 - METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS SA COMMUNE LES FICHES TECHNIQUES DU C.D.P.N.E. Février 2004 Rédacteur : Jean-Marc FAUCONNIER - Téléphone : 02 54 51 56 70 e-mail : cdpne@wanadoo.fr FICHE n 1 - METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DURABLE

Plus en détail