L agrile du frêne. Hugo Fréchette Spécialiste de programme Agrile du frêne Avril 2013

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L agrile du frêne. Hugo Fréchette Spécialiste de programme Agrile du frêne Avril 2013"

Transcription

1 L agrile du frêne Hugo Fréchette Spécialiste de programme Agrile du frêne Avril Sa Majesté la Reine du chef du Canada (Agence canadienne d inspection des aliments), tous droits réservés. L'utilisation sans permission est strictement interdite.

2 Sommaire de la présentation 1. Agrile du frêne La réglementation de l agrile au Canada 3. Discussion : Diminuer l impact de l agrile 2

3 Agrile du frêne 101 Qu est-ce que l agrile? Nom scientifique : Agrilus planipennis Un insecte coléoptère de la famille des buprestides. 1 cm

4 Agrile du frêne 101 D où vient cet insecte?

5 Agrile du frêne 101 Pourquoi s inquiète-on de l agrile? Toledo, Ohio 2006 Parce que l agrile s attaque aux frênes, c est-à-dire à tous les arbres du genre Fraxinus spp

6 Agrile du frêne 101 Pourquoi s inquiète-on de l agrile? Toledo, Ohio 3 ans plus tard et les tue en quelques années seulement.

7 Agrile du frêne 101 Comment les dommages surviennent-ils? Les adultes se nourrissent des feuilles de frêne, mais le réel dommage est causé par les galeries des larves, qui coupent la circulation de la sève dans le phloème.

8 Agrile du frêne 101 Comment les dommages surviennent-ils? Cycle de vie de l agrile du frêne Adulte Oeufs Pupe Larve

9 Agrile du frêne 101 Comment l insecte est-il arrivé au Canada? La thèse la plus probable est que l agrile serait arrivé au Canada avec du matériel d emballage en bois infesté. L insecte fut découvert en 2002 à Windsor et Détroit, deux ports importants.

10 Agrile du frêne 101 L insecte peut-il survivre au froid canadien? Zone de rusticité en Chine

11 Agrile du frêne 101 L insecte peut-il survivre au froid canadien? Zone de rusticité dans l est du Canada Extrait de la carte de rusticité des plantes de Ressources Naturelles Canada

12 Agrile du frêne 101 Où l infestation se situe-t-elle en ce moment?

13 Agrile du frêne 101 Jusqu où l infestation risque-t-elle de s étendre?

14 Agrile du frêne 101 À quoi reconnaît-on un arbre infesté? Peut paraître indemne plusieurs année. Dépérissement d une seule branche. Parfois jaunissement. Les feuilles sont plus clairsemées, surtout à la cime. Dépérissement avancé de la cime. Apparition des «gourmands». Nombreux gourmands. Cime dégarnie. L arbre agonise. 14

15 Agrile du frêne 101 À quoi reconnaît-on un arbre infesté? 15

16 Agrile du frêne 101 Y a-t-il des signes visible de la présence de l insecte? 16

17 Agrile du frêne 101 Comment l infestation se propage-t-elle? L insecte se propage naturellement de lui-même en volant. Toutefois, le vecteur le plus important est l humain dans le cadre des activités commerciales autour du frêne.

18 Agrile du frêne 101 Comment l infestation se propage-t-elle? D autres activités humaines contribuent aussi à la propagation de l insecte de manière non négligeable.

19 Agrile du frêne 101 Quel est l impact de ce ravageur? Pertes des services écologiques des frênes : Ombrage urbain : augmentation des îlots de chaleur Assainissement de l air : diminution de la qualité de l air et augmentation de l émission des gaz à effet de serre Plaisance : diminution de l attrait des parcs et lieux publics Rétention des eaux : augmentation des risques de débordement d égouts lors de fortes pluies.

20 Agrile du frêne 101 Quel est l impact de ce ravageur? La sécurité des citoyens peut être menacée : Branches cassantes = risque de sécurité = responsabilité civile

21 Agrile du frêne 101 Quel est l impact de ce ravageur? Les coûts de gestion explosent. Principalement à cause de l inévitable abattage ou élagage des arbres morts ou dépérissants

22 Agrile du frêne 101 Quel est l impact de ce ravageur? Les coûts de gestion explosent. À cause des modifications à la collecte des résidus verts, aux éventuels traitements et au remplacements des arbres.

23 Agrile du frêne 101 Quel est l impact de ce ravageur? Certains n hésitent pas à dire que gérer l agrile du frêne revient à gérer une lente catastrophe naturelle. Le US Forest Service estime les coûts reliés à l agrile à plus de 10 milliards de dollars américain pour la décennie , uniquement dans les états actuellement infestés. Aux États-Unis, certaines municipalités se retrouvent dans l obligation d emprunter, de créer des taxes spéciales ou d émettre des bonds d obligation pour arriver à payer les frais de gestion de l agrile.

24 Agrile du frêne 101 Qu est-il possible de faire face à ce ravageur?

25 La réglementation de l agrile au Canada Responsabilités de l ACIA L ACIA doit prendre des mesures afin de faire face au risques phytosanitaires à l échelle internationale et domestique. L agrile ne se propage pas vers d autres pays L agrile n entre pas au pays L agrile ne se propage pas au sein du Canada

26 La réglementation de l agrile au Canada Responsabilités de l ACIA Réglementation internationale et contrôle des importations Le Canada est signataire d ententes internationales sur les normes relatives à l importation de bois : - Bois d œuvre : billes, planches, panneaux, etc. - Matériel d emballage en bois : caisses, palettes, calage, etc. - Plantes vivantes : pépinières, serres, etc. - Sous-produits de bois : sciures, copeaux, bois de chauffage, etc. Des inspections sont effectuées par l ACIA lors des arrivages, mais aussi lors des envois à l étranger. Les cargaisons non conformes sont refusées.

27 La réglementation de l agrile au Canada Responsabilités de l ACIA Réglementation et mesures domestiques - Enquêtes annuelles pour détecter l agrile sur le territoire canadien - Normes pour le déplacement domestiques de matériel à risques - Audits et inspections au niveau domestique - Efforts média (campagne de publicité, ligne agrile, etc.)

28 La réglementation de l agrile au Canada Responsabilités de l ACIA L ACIA travaille en partenariat avec plusieurs intervenants - Réseautage avec le provincial (MRN, MAMROT, etc.), les municipalités et les intervenants régionaux (AREVQ, CQEEE, etc.) - Liens avec l industrie (foresterie, campings, parcs, etc.) - Liens étroits avec la recherche scientifique (INRS, SCF, universités).

29 La réglementation de l agrile au Canada Zones actuellement réglementées (2013)

30 La réglementation de l agrile au Canada Zones actuellement réglementées (2013)

31 La réglementation de l agrile au Canada Zone qui sera réglementée au 1 er avril

32 La réglementation de l agrile au Canada Zone qui sera réglementée au 1 er avril

33 La réglementation de l agrile au Canada L approche réglementaire actuelle L Arrêté sur les lieux infestés s par l agrile l du frêne consiste en: 1. Une description des lieux infestés, constituant la zone réglementée (ex: Île de Montréal, MRC de Gatineau) 2. Le fait que les choses réglementées ne peuvent quitter la zone réglementée sans l autorisation de l ACIA 3. La description de ce qu est une chose réglementée 33

34 La réglementation de l agrile au Canada L approche réglementaire à venir très prochainement L Annexe II du Règlement sur la protection des végétauxv consiste en: 1. Une liste de choses réglementées pour lesquelles des restrictions de mouvements s appliquent 2. Le fait que les choses réglementées ne peuvent quitter un certain périmètre infesté sans l autorisation de l ACIA 3. Le nom du ravageur à l égard duquel ces mesures sont prises (dans notre cas, l agrile du frêne). 34

35 La réglementation de l agrile au Canada Choses règlementées Les choses réglementées sont les suivantes: L agrile du frêne à tous ses stades de développement (œuf, larve ou adulte) Le frêne (l arbre ou ses parties: billes, bûches, planches, branches, feuilles fraîches, rameaux, copeaux, souches, etc.) Le bois de chauffage de toutes les essences 35

36 La réglementation de l agrile au Canada Certificat de circulation Pour sortir d une zone réglementée, les choses réglementées doivent d abord être approuvées par l ACIA. Un certificat de circulation (cc) doit être émis. Pas de cc ou non respect des conditions du cc : violation passible de sanctions. 36

37 La réglementation de l agrile au Canada Certificat de circulation Les produits suivants ne sont pas visées par la réglementation : - sciure de bois - feuilles mortes - semences de frêne - panneaux de particules ou de contreplaqué - produit de bois fini (ex. : bâton de baseball) 37

38 La réglementation de l agrile au Canada Certificat de circulation EN RÉSUMÉ: Les choses réglementées ne peuvent pas sortir des zones réglementées sans l autorisation de l ACIA. La circulation à l intérieur de la zone réglementée se fait sans restriction. EN CAS DE DOUTE, vérifiez avec l ACIA! 38

39 La réglementation de l agrile au Canada Les implications pour une municipalité Certaines activités doivent être suivi de près : Récolte des résidus verts (citoyens) Récolte de matériel d élagage (citoyens) Élagage municipal Développement et abattage 39

40 La réglementation de l agrile au Canada Les implications pour une municipalité Il devient important de se poser certaines questions : Activités sous la responsabilité de la municipalité : Collecte des résidus (verts et branches) : Quand récoltons-nous? Que récoltonsnous? Où sont acheminés les résidus? Entretien des arbres municipaux : Qui effectue les travaux? Quand effectuons-nous de l élagage de frênes? Que faisons-nous du matériel? 40

41 La réglementation de l agrile au Canada Les implications pour une municipalité Les normes de l ACIA doivent être respectées Collecte des résidus (verts et branches) : Aucun matériel de frêne non conforme ne peut être déplacé vers l extérieur de la zone règlementée. Attention! matériel non identifiable = non conforme 41

42 La réglementation de l agrile au Canada Comment obtenir l autorisation de l ACIA Exemple : Récolte et sortie des résidus de jardins Toute récolte de résidus verts pose un problème, car toutes sortes de choses peuvent s y retrouver (branches, rameaux, feuilles, etc.). La sortie de ce matériel est donc interdite. Il est cependant possible de prendre des mesures pour réduire le risque au minimum. Exemple : - Effort de communication soutenu auprès des citoyens (branches refusées) - Formation des équipes de collectes (aucune collecte de matériel ligneux) - Surveillance : vérification du contenu du camion avant la sortie Conformité = autorisation 42

43 La réglementation de l agrile au Canada Comment obtenir l autorisation de l ACIA Exemple : Accréditation des déchiqueteuses Inspection des copeaux produits par une déchiqueteuse donnée Norme = 1 popar 1 podans deux dimensions. Conformité = autorisation libre pour une certaine période de temps. Conforme ACIA 43

44 Diminuer l impact de l agrile Comment l ACIA voit le rôle des municipalités Les municipalités s situées dans une zone réglementr glementéepeuvent appuyer l ACIA dans ses efforts : 1. Gestion serrée de la récolte des résidus (verts et ligneux) 2. Communication avec les citoyens (trousse de bienvenue, feuillet municipal, etc.) 3. Aviser les développeurs (abattage d arbres) 4. Site de disposition pour le matériel ligneux 5. Implanter une stratégie d action pro-active 44

45 Diminuer l impact de l agrile Les stratégies de lutte Il n existe pas de solution pour éradiquer l agrile du frêne. L agrile du frêne est un fléau coûteux. S occuper de l agrile coûte cher. Ne pas s en occuper coûte encore plus cher. Il existe des stratégies gagnantespermettant de conserver certains frênes choisis, de préserver les avantages écologiques de la canopée urbaine et de gérer les dépenses de manière plus prévisible. 45

46 46

Plan de lutte à l agrile du frêne

Plan de lutte à l agrile du frêne Plan de lutte à l agrile du frêne 21 avril 2015 #Rosepatrie #Agriledufrêne Rencontre citoyenne Agrile du frêne Objectifs Expliquer d où provient l agrile du frêne et quels sont ses enjeux et ses conséquences

Plus en détail

Plan d action pour rendre opérationnelle la politique de l arbre de Mont-Saint-Hilaire (mars 2014)

Plan d action pour rendre opérationnelle la politique de l arbre de Mont-Saint-Hilaire (mars 2014) Orientation no. 1 Développer et maintenir une efficace et des mécanismes de suivi comme cadre légal de gestion de la forêt urbaine - Développer des mécanismes pour appliquer la à l échelle d une propriété

Plus en détail

Surveillance et suivi d un émergent en Alsace Anoplophora glabripennis

Surveillance et suivi d un émergent en Alsace Anoplophora glabripennis Surveillance et suivi d un émergent en Alsace Anoplophora glabripennis Asian longhorned beetle (ALB) Longicorne asiatique Photo LNPV DRAAF - SRAL ALSACE Surveillance et suivi d un émergent en Alsace Anoplophora

Plus en détail

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPÈCES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACÉES D EXTINCTION (CITES)

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPÈCES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACÉES D EXTINCTION (CITES) FORMULAIRE DE DEMANDE DE CERTIFICAT DE CIRCULATION PROVISOIRE POUR importer, exporter ou réexporter temporairement des animaux vivants, des plantes vivantes ou des parties d animaux, des parties de plantes

Plus en détail

Adoptez le réflexe feuillus!

Adoptez le réflexe feuillus! Adoptez le réflexe feuillus! Crédit : Chloé de la Chaise Les feuillus, la solution pour l aménagement extérieur FEUILLUS D EXTÉRIEUR Châtaignier I Chêne I Frêne I Robinier Châtaignier I Chêne I Frêne

Plus en détail

Annexe A : Tableau des exigences

Annexe A : Tableau des exigences E1 E1.1 E1.2 E1.3 E1.4 E1.5 E1.6 Exigences générales production Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent être cultivés au Québec. Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent

Plus en détail

Nous recensons ci-dessous, de la manière la plus exhaustive possible, l ensemble des éléments qui ont ou vont nécessiter une intervention :

Nous recensons ci-dessous, de la manière la plus exhaustive possible, l ensemble des éléments qui ont ou vont nécessiter une intervention : Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers, L année 2013, pas encore terminée, nous a déjà réservé son lot de surprises : froid, humidité constante, pluies abondantes suivies, dans le

Plus en détail

La Forêt expérimentale de Petawawa

La Forêt expérimentale de Petawawa La Forêt expérimentale de Petawawa La Forêt expérimentale de Petawawa (FEP) a été créée en 1918 grâce aux efforts de Monsieur R.H. Campbell, directeur de la Direction des forêts du gouvernement fédéral.

Plus en détail

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

Plus en détail

LES ACARIENS LE BOMBYX

LES ACARIENS LE BOMBYX LES ACARIENS De nombreuses espèces d acariens attaquent les arbres et arbustes d ornement. Larves, nymphes et adultes vident les cellules notamment dans les jeunes organes. Les symptômes observés dépendent

Plus en détail

Pour un milieu. de vie amélioré. le développement durable TOITURES

Pour un milieu. de vie amélioré. le développement durable TOITURES TOITURES Choix Nouveau d un règlement revêtement sur de toiture le développement durable Pour un milieu Agissons ensemble contre les îlots de chaleur urbains et le ruissellement des eaux de pluie! de vie

Plus en détail

Informations générales. Délivrance de certificats phytosanitaires à l exportation

Informations générales. Délivrance de certificats phytosanitaires à l exportation 1. Objectif Informations générales Délivrance de certificats phytosanitaires à l exportation Ce document donne des informations générales sur la délivrance des certificats phytosanitaires (CP) et sur les

Plus en détail

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation»

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» Guide du débroussaillement règlementaire aux abords des constructions dans le département de Vaucluse Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» 2 ème édition Le débroussaillement vous protège,

Plus en détail

La solution contre les punaises de lit Entotherm

La solution contre les punaises de lit Entotherm The Experts in Pest Control La solution contre les punaises de lit Entotherm Entotherm 2 Les punaises de lit, un problème en recrudescence. De plus en plus d hôtels belges sont confrontés aux punaises

Plus en détail

Russie. Europe de l Ouest. et europe de l Est. Afrique du Nord. et Golfe. Asie et Océanie. Afrique Subsaharienne. Japon, Australie et

Russie. Europe de l Ouest. et europe de l Est. Afrique du Nord. et Golfe. Asie et Océanie. Afrique Subsaharienne. Japon, Australie et Amérique 500 250 100 50 10 Énergie éolienne Biomasse du Nord Europe de l Ouest Russie et europe de l Est Amérique du Nord Europe de l Ouest Russie et europe de l Est Afrique du Nord et Golfe Inde Chine

Plus en détail

La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures. Geneviève Labrie

La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures. Geneviève Labrie La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures Geneviève Labrie La lutte intégrée Portrait des dommages au Québec Financière agricole du Québec 880 avis de dommages depuis 2008 224 avis

Plus en détail

LA RECHERCHE AU CENTRE DE FORESTERIE DES LAURENTIDES DE RESSOURCES NATURELLES CANADA. biomasse forestière

LA RECHERCHE AU CENTRE DE FORESTERIE DES LAURENTIDES DE RESSOURCES NATURELLES CANADA. biomasse forestière LA RECHERCHE AU CENTRE DE FORESTERIE DES LAURENTIDES DE RESSOURCES NATURELLES CANADA La biomasse forestière Mention de source De haut en bas et de gauche à droite Page 1 J. Morissette (RNCan) Page 2 N.

Plus en détail

Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique. Utiliser davantage de bois pour sauver la planète

Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique. Utiliser davantage de bois pour sauver la planète Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique Utiliser davantage de bois pour sauver la planète Les responsables politiques cherchent à réduire les émissions de gaz à effet

Plus en détail

Ville de Blainville Ce document n'a pas de valeur officielle.

Ville de Blainville Ce document n'a pas de valeur officielle. Ville de Blainville Ce document n'a pas de valeur officielle. En cas de divergence entre ce document et les règlements originaux, ceux-ci prévaudront. RÈGLEMENT 1364 NUMÉRO DU RÈGLEMENT (amendement) 1364

Plus en détail

ISOLER LE PLANCHER DU GRENIER

ISOLER LE PLANCHER DU GRENIER Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LE PLANCHER

Plus en détail

Les frelons. De la même famille que les guêpes

Les frelons. De la même famille que les guêpes Les frelons De la même famille que les guêpes Les frelons font partie de la même famille d'insectes que les guêpes et les abeilles, les Hyménoptères. Ils sont les plus grands insectes de cette famille,

Plus en détail

Une seule aide financière LEED peut être attribuée par résidence.

Une seule aide financière LEED peut être attribuée par résidence. PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LAC-BEAUPORT Ce document est une codification administrative et n a aucune valeur officielle À jour au 11 juin 2015 RÈGLEMENT NUMÉRO 643 RÈGLEMENT DÉCRÉTANT UN PROGRAMME

Plus en détail

Comment planter un arbre *

Comment planter un arbre * Comment planter un arbre * 1. Avant la plantation Gardez la motte de racines humide. Gardez l arbre dans un endroit ombragé jusqu à la plantation. 2. Préparez le site pour la plantation Enlevez le gazon,

Plus en détail

Le s t hri p s du banani e r aux A nt i lle s

Le s t hri p s du banani e r aux A nt i lle s Les thrips sont des insectes de petite taille (1 à 2 mm), allongés et qui possèdent des ailes étroites bordées de longs cils caractéristiques. Les dégâts majeurs résultent de l alimentation des adultes

Plus en détail

Opportunités de valorisation des bois de trituration des forêts privées

Opportunités de valorisation des bois de trituration des forêts privées Créer des solutions pour le secteur forestier Opportunités de valorisation des bois de trituration des forêts privées Établissement de centres de mise en copeaux pour le bois de trituration Serge Constantineau,

Plus en détail

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 Présentation par Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 STANDARD DE GESTION FORESTIÈRE FSC FOREST STANDARD SHIP COUNCIL Historique du FSC Créé en 1993 suite au Sommet de la terre de Rio

Plus en détail

le réflexe feuillus! Adoptez Les feuillus, la solution pour l aménagement extérieur

le réflexe feuillus! Adoptez Les feuillus, la solution pour l aménagement extérieur Crédit : Estelle BILLIOTTE, Agence JOLY&LOIRET, Le Grand Parquet FONTAINEBLEAU Adoptez Les feuillus, la solution pour l aménagement extérieur Les bonnes raisons d utiliser les feuillus dans la réalisation

Plus en détail

CONVENTION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES VEGETAUX

CONVENTION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES VEGETAUX CONVENTION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES VEGETAUX 1979 Texte PREAMBULE Les parties contractantes, reconnaissant l utilité d une coopération internationale en matière de lutte contre les ennemis

Plus en détail

La drosophile à ailes tachetées : nouvelle réalité québécoise

La drosophile à ailes tachetées : nouvelle réalité québécoise La drosophile à ailes tachetées : nouvelle réalité québécoise Jean-Philippe Légaré, Biologiste-entomologiste, Laboratoire de diagnostic en phytoprotection Taxonomie Ordre: Diptères Famille: Drosophilidae

Plus en détail

Guide pratique du compostage

Guide pratique du compostage Guide pratique du compostage sommaire Le compostage un processus naturel et économique 3 Les modes de compostage 4 Réaliser son compost 6 Bien réussir son compost 8 3 Le compostage un processus naturel

Plus en détail

Broyage des végétaux à domicile

Broyage des végétaux à domicile Broyage des végétaux à domicile Dans le cadre de son plan de prévention des déchets avec le Conseil Général de l Ain, le SIVOM du Bas-Bugey décide de lancer un nouveau service : Le broyage consiste à réduire,

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique 484, route 277, Saint-Léon-de-Standon,

Plus en détail

Guide des voyageurs en ligne

Guide des voyageurs en ligne Guide des voyageurs en ligne Le 17 octobre 2007 Le contenu de ce bulletin informatif est fourni à des fins d information générale seulement et est exact à la date de parution (voir ci-dessus). Cette information

Plus en détail

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs)

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) 105 Annexe 3 Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) On trouvera ci-après une description succincte des NIMP adoptées. Le texte intégral des NIMP peut être consulté sur le Site

Plus en détail

Rencontres Bois Energie Intervention réalisée par ProfessionsBois lors du Mois du Bois. Avec le soutient de

Rencontres Bois Energie Intervention réalisée par ProfessionsBois lors du Mois du Bois. Avec le soutient de Rencontres Bois Energie Intervention réalisée par ProfessionsBois lors du Mois du Bois Avec le soutient de Les atouts du bois-énergie Une combustion neutre vis-à-vis des émissions de gaz à effet de serre

Plus en détail

1 222 rue de l Université 75343 PARIS 07 téléphone 01 56 61 71 01

1 222 rue de l Université 75343 PARIS 07 téléphone 01 56 61 71 01 Questionnaire sur les conditions générales d accueil et de conservation d œuvres dans le cadre d un prêt Institution : Adresse : Téléphone /Fax : Email : Date : Questionnaire rempli par (nom et qualité)

Plus en détail

Test basé sur les normes Mathématiques du consommateur 12 e année. Cahier de l élève du test écrit

Test basé sur les normes Mathématiques du consommateur 12 e année. Cahier de l élève du test écrit Test basé sur les normes Mathématiques du consommateur 12 e année Cahier de l élève du test écrit Juin 2012 Données de catalogage avant publication Éducation Manitoba Test basé sur les normes, mathématiques

Plus en détail

Partie V Convention d assurance des cultures légumières

Partie V Convention d assurance des cultures légumières Partie V Convention d assurance des cultures légumières Légumes de transformation Moyenne du rendement agricole A. Dispositions générales La présente partie s applique à la betterave à sucre, à la betterave

Plus en détail

Le frelon asiatique- Vespa velutina

Le frelon asiatique- Vespa velutina Le frelon asiatique- Vespa velutina Biologie et description : le frelon asiatique Vespa velutina, est très facile à reconnaître car c est la seule guêpe en Europe à posséder une livrée aussi foncée : -

Plus en détail

Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage

Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage Qu est-ce que la condensation? Techniques de prévention Résistance à la condensation Ombrage Rideaux et stores Bouches de chaleur et appareils

Plus en détail

Éthanol cellulosique: Développements au Québec. Conférence CanBio

Éthanol cellulosique: Développements au Québec. Conférence CanBio Éthanol cellulosique: Développements au Québec Conférence CanBio Mai 2011 Confidentiel Enerkem 2011. Tous droits réservés. Répond aux enjeux économiques, énergétiques et environnementaux du Québec Confidentiel

Plus en détail

Municipalité de Lac-Beauport. Règlement numéro 643

Municipalité de Lac-Beauport. Règlement numéro 643 Règlement décrétant un programme d aide financière en CERTIFICAT Avis de motion : 12 janvier 2015 Adoption : 2 février 2015 En vigueur : 5 février 2015 SOMMAIRE environnement pour l exercice financier

Plus en détail

CANADA BAGAGES NON ACCOMPAGNÉS À DESTINATION DU. En cas de doute, consultez-nous!

CANADA BAGAGES NON ACCOMPAGNÉS À DESTINATION DU. En cas de doute, consultez-nous! BAGAGES NON ACCOMPAGNÉS À DESTINATION DU CANADA En cas de doute, consultez-nous! En tout temps vous pouvez communiquer avec nous pour connaitre les dispositions précises au sujet des exigences et règlements

Plus en détail

RÈGLEMENT 2504-2014. Relatif à l établissement des terrasses extérieures sur le domaine public au centre-ville

RÈGLEMENT 2504-2014. Relatif à l établissement des terrasses extérieures sur le domaine public au centre-ville CANADA PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE MAGOG RÈGLEMENT 2504-2014 Relatif à l établissement des terrasses extérieures sur le domaine public au centre-ville À une séance ordinaire du conseil municipal de la

Plus en détail

Note d information sur les développements fongiques après traitement thermique «56/30» NIMP15

Note d information sur les développements fongiques après traitement thermique «56/30» NIMP15 Note d information sur les développements fongiques après traitement thermique «56/30» NIMP15 Depuis que le traitement thermique relatif à la NIMP 15 a été mis en application, il est apparu, dans certains

Plus en détail

La Loi sur l aménagement durable du territoire forestier et le régime de la forêt privée québécoise

La Loi sur l aménagement durable du territoire forestier et le régime de la forêt privée québécoise La Loi sur l aménagement durable du territoire forestier et le régime de la forêt privée québécoise Les forêts qui entourent nos communautés urbaines et rurales sont très majoritairement des boisés privés.

Plus en détail

Partenaire de nature. transport de bois et dérivés, matériaux, matériels, transports exceptionnels travaux publics bois-énergie broyage

Partenaire de nature. transport de bois et dérivés, matériaux, matériels, transports exceptionnels travaux publics bois-énergie broyage Partenaire de nature transport de bois et dérivés, matériaux, matériels, transports exceptionnels travaux publics bois-énergie broyage L entreprise C réée en 1985, la société TTL (Transports & Travaux

Plus en détail

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS CAROLINE PROVOST, MANON LAROCHE, MAUD LEMAY LES OBJECTIFS Objectif principal:

Plus en détail

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Exemple d activité : recenser, extraire et exploiter des informations afin de comprendre les caractéristiques et les limites de la modification

Plus en détail

L adaptation aux risques météorologiques et l assurance de dommages

L adaptation aux risques météorologiques et l assurance de dommages L adaptation aux risques météorologiques et l assurance de dommages Pierre Babinsky Directeur des communications et des affaires publiques École d été de l UQÀM 2015 La réduction des impacts et la communication

Plus en détail

ISOLER LA TOITURE PLATE

ISOLER LA TOITURE PLATE Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LA TOITURE PLATE

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-BENJAMIN DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES ET INTERPRÉTATIVES 1.02 TITRE ET BUT DU RÈGLEMENT

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-BENJAMIN DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES ET INTERPRÉTATIVES 1.02 TITRE ET BUT DU RÈGLEMENT PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-BENJAMIN RÈGLEMENT NUMÉRO 349-11 RÈGLEMENT CONCERNANT LES NUISANCES, LA SALUBRITÉ ET L ENTRETIEN DES BÂTIMENTS D HABITATION CHAPITRE 1 DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES

Plus en détail

Sources des données et méthodes de l indicateur sur la durabilité de la récolte de bois d œuvre. Mai 2014

Sources des données et méthodes de l indicateur sur la durabilité de la récolte de bois d œuvre. Mai 2014 Sources des données et méthodes de l indicateur sur la durabilité de la récolte de bois d œuvre Mai 2014 ISBN : 978-0-660-22094-9 No de cat.: En4-144/14-2014F-PDF Le contenu de cette publication ou de

Plus en détail

Centre des congrès du Fairmont Tremblant

Centre des congrès du Fairmont Tremblant Centre des congrès du Fairmont Tremblant Politique relative à l exposition Il est entendu que le Fairmont Tremblant n est pas responsable des pertes ou dommages encourus à l équipement, au matériel exposé

Plus en détail

Cadre réglementaire NOTE COMPLEMENTAIRE. Direction Départementale de l Équipement et de l Agriculture de

Cadre réglementaire NOTE COMPLEMENTAIRE. Direction Départementale de l Équipement et de l Agriculture de Direction Départementale de l Équipement et de l Agriculture de l'aude Cadre réglementaire NOTE COMPLEMENTAIRE Service Urbanisme, Environnement et Développement durable des Territoires Unité Forêt, Biodiversité

Plus en détail

Tout connaître. sur l assurance et les dommages causés par l eau

Tout connaître. sur l assurance et les dommages causés par l eau Tout connaître sur l assurance et les dommages causés par l eau Les dommages causés par l eau : première cause de réclamation en assurance habitation Les dommages causés par l eau représentent environ

Plus en détail

Association du Parc Animalier de Sainte Croix 57810 RHODES Tél: 03 87 03 92 05 - Fax: 03 87 03 95 36 www.parcsaintecroix.

Association du Parc Animalier de Sainte Croix 57810 RHODES Tél: 03 87 03 92 05 - Fax: 03 87 03 95 36 www.parcsaintecroix. Tél: 03 87 03 92 05 - Fax: 03 87 03 95 36 www.parcsaintecroix.com - courriel : parc.stecroix@wanadoo.fr coloriages Jeu de piste L Entrée et La Cuisine. 1 - Pourquoi chez les fourmis dit-on que «l amour

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 178 (refondu) RÈGLEMENT CONCERNANT LES CONDITIONS D UTILISATION ET LES RÈGLES DE FONCTIONNEMENT DE LA BIBLIOTHÈQUE

RÈGLEMENT NUMÉRO 178 (refondu) RÈGLEMENT CONCERNANT LES CONDITIONS D UTILISATION ET LES RÈGLES DE FONCTIONNEMENT DE LA BIBLIOTHÈQUE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE MATAWINIE MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DE-LA-MERCI RÈGLEMENT NUMÉRO 178 (refondu) RÈGLEMENT CONCERNANT LES CONDITIONS D UTILISATION ET LES RÈGLES DE FONCTIONNEMENT DE LA

Plus en détail

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce Sommaire Tu viens de voir que la reproduction sexuée est un phénomène que l on retrouve dans la majeure partie du monde vivant. Cette reproduction a pour but de permettre aux espèces de se maintenir et

Plus en détail

LA COALITION NATIONALE SUR LES ANIMAUX DE COMPAGNIE

LA COALITION NATIONALE SUR LES ANIMAUX DE COMPAGNIE LA COALITION NATIONALE SUR LES ANIMAUX DE COMPAGNIE EXEMPLE DE RÈGLEMENT MUNICIPAL RÉGISSANT LA GARDE ET LE CONTRÔLE DES ANIMAUX DE COMPAGNIE Note : Les municipalités devraient se référer à la loi provinciale

Plus en détail

L arbre. et ses racines : mythes et réalités

L arbre. et ses racines : mythes et réalités L arbre et ses racines : mythes et réalités MYTHE NO 1 : Les racines sont continuellement attirées vers les tuyaux d égout et peuvent les perforer. MYTHE NO 2 : En grossissant chaque année, les racines

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

CONNAISSANCE DE LA BRANCHE TRANSPORT. Cours interentreprises 4

CONNAISSANCE DE LA BRANCHE TRANSPORT. Cours interentreprises 4 CONNAISSANCE DE LA BRANCHE TRANSPORT 1 Objectif Vous connaissez les moyens de transport courants avec leurs avantages et paticularités. Vous êtes capable de choisir le moyen de transport et l emballage

Plus en détail

Accord de prêt. Accord de prêt standard pour expositions temporaires : Accord de prêt (pages 1-2) Conditions de prêt (pages 3-9)

Accord de prêt. Accord de prêt standard pour expositions temporaires : Accord de prêt (pages 1-2) Conditions de prêt (pages 3-9) Accord de prêt Accord de prêt standard pour expositions temporaires : Accord de prêt (pages 1-2) Conditions de prêt (pages 3-9) Le présent accord de prêt est conclu et en vigueur d après les conditions

Plus en détail

Exemple de règlement municipal régissant la garde et le contrôle des animaux de compagnie

Exemple de règlement municipal régissant la garde et le contrôle des animaux de compagnie Exemple de règlement municipal régissant la garde et le contrôle des animaux de compagnie Note : Les municipalités devraient se référer à la loi provinciale en vigueur régissant les municipalités pour

Plus en détail

Fiche d exploitation andragogique La maison de Marjo

Fiche d exploitation andragogique La maison de Marjo Fiche d exploitation andragogique La maison de Marjo Résumé du livre Marjo a toujours rêvé d avoir une grande maison avec des animaux. Après avoir épousé Daniel, elle réalise son rêve et devient fermière.

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres CHAPITRE 13 Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres CHAPITRE 13 DISPOSITIONS RELATIVES À L'ABATTAGE ET À LA PLANTATION D'ARBRES À l'intérieur des zones RV-1, RV-2, RV-9, RV-10,

Plus en détail

Liste de questions et d initiatives relatives à l établissement d un plan d action pour les fonctions et services essentiels

Liste de questions et d initiatives relatives à l établissement d un plan d action pour les fonctions et services essentiels Liste de questions et d initiatives relatives à l établissement d un plan d action pour les fonctions et services essentiels Initiatives en matière d établissement de plans d urgence et de plans d action

Plus en détail

1 3 Le brassage. Conseil. Astuce. La mise en route du composteur. L approvisionnement en déchets. L arrosage

1 3 Le brassage. Conseil. Astuce. La mise en route du composteur. L approvisionnement en déchets. L arrosage Qu est-ce que le compostage? Le compostage est la transformation des matières organiques avec la complicité de divers organismes vivants depuis la bactérie et le champignon jusqu aux vers de terre et aux

Plus en détail

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres. ZONAGE Page 188

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres. ZONAGE Page 188 CHAPITRE 13 Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres Page 188 CHAPITRE 13 DISPOSITIONS RELATIVES À L'ABATTAGE ET À LA PLANTATION D'ARBRES Sauf lorsque spécifiquement stipulé, tout

Plus en détail

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012 Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques Rapport d étude Janvier 2012 Dans le cadre de sa stratégie d action sur les changements climatiques, le Regroupement national

Plus en détail

Règles du jeux. Il y a également 10 éléments cachés dans le jeu que tu devras trouver. À toi de réussir ceci en un temps record! Bonne partie!

Règles du jeux. Il y a également 10 éléments cachés dans le jeu que tu devras trouver. À toi de réussir ceci en un temps record! Bonne partie! Règles du jeux Le but du jeu est de trouver RNChat dans l illustration et de répondre à ses 10 questions. Rappelle-toi que RNChat est de couleur verte. Si tu réussis à répondre correctement aux questions,

Plus en détail

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Objectifs Matériel Matériel Découvrir Connaître les la différentes signification sources du mot d énergie.. Fiche image 1

Plus en détail

UTILISATION D OUTILS CARTOGRAPHIQUES POUR CONNAÎTRE, INFORMER ET PASSER À L ACTION

UTILISATION D OUTILS CARTOGRAPHIQUES POUR CONNAÎTRE, INFORMER ET PASSER À L ACTION UTILISATION D OUTILS CARTOGRAPHIQUES POUR CONNAÎTRE, INFORMER ET PASSER À L ACTION La problématique de l agrile du frêne Présenté par le Centre de la Nature Mont Saint-Hilaire Utilisation d outils cartographiques

Plus en détail

L APPROCHE DE DOLLARAMA EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE L ENTREPRISE

L APPROCHE DE DOLLARAMA EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE L ENTREPRISE L APPROCHE DE DOLLARAMA EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE L ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES... 2 L APPROCHE DE DOLLARAMA EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE L ENTREPRISE... 3 RESPONSABILITÉ

Plus en détail

«Gagnez un voyage de rêve en motoneige au Québec maritime pour 4 personnes»

«Gagnez un voyage de rêve en motoneige au Québec maritime pour 4 personnes» La promotion suivante est destinée exclusivement aux résidents du Canada et de la zone continentale des États-Unis (à l exception du Québec, de la Floride et du Maryland) et devrait être interprétée et

Plus en détail

Test basé sur les normes Mathématiques du consommateur 12 e année. Cahier de l élève du test écrit

Test basé sur les normes Mathématiques du consommateur 12 e année. Cahier de l élève du test écrit Test basé sur les normes Mathématiques du consommateur 12 e année Cahier de l élève du test écrit Janvier 2012 Données de catalogage avant publication Éducation Manitoba Test basé sur les normes, mathématiques

Plus en détail

RAPPORT DE L ETAT RELATIF A LA PRESENCE DE TERMITES DANS LE BÂTIMENT

RAPPORT DE L ETAT RELATIF A LA PRESENCE DE TERMITES DANS LE BÂTIMENT RAPPORT DE L ETAT RELATIF A LA PRESENCE DE TERMITES DANS LE BÂTIMENT Les références réglementaires de la mission doivent être précisées - Mission : L état relatif à la présence de termites dans le bâtiment

Plus en détail

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire»

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» «Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» Forum agricole et agroalimentaire, 12 février 2015, Albanel PDAA 2013-2018 - MRC DE MARIA-CHAPDELAINE L ABATTOIR COMME

Plus en détail

REMPLACER LES CHÂSSIS ET VITRAGES

REMPLACER LES CHÂSSIS ET VITRAGES Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE REMPLACER LES CHÂSSIS

Plus en détail

CSFE. La toiture-terrasse. La réponse à la démarche HQE

CSFE. La toiture-terrasse. La réponse à la démarche HQE CSFE La toiture-terrasse La réponse à la démarche HQE Sommaire Préambule La toiture-terrasse 03 La réponse à la démarche HQE 04-05 La réponse à la démarche HQE selon la destination de la toiture-terrasse

Plus en détail

Règles d'autorisation et de remboursement des frais de voyage et de représentation

Règles d'autorisation et de remboursement des frais de voyage et de représentation Règles d'autorisation et de remboursement des frais de voyage et de représentation Mise à jour le : 29 mai 2006 Table des matières 1. Portée... 1 2. Entrée en vigueur... 1 3. Dispositions générales...

Plus en détail

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL ) Les degrés jour unifiés : Les degrés jour unifiés ou DJU permettent de réaliser des estimations de consommation d'énergie thermique pour le chauffage d un bâtiment

Plus en détail

Programme de conformité douanière en collaboration avec. 35 heures de formation personnalisée à vos besoins

Programme de conformité douanière en collaboration avec. 35 heures de formation personnalisée à vos besoins Programme de conformité douanière en collaboration avec 35 heures de formation personnalisée à vos besoins 18 février 2011 Ce que veulent les douanes?? Les douanes canadiennes et américaines misent sur

Plus en détail

CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ

CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ Patrick Tirard-Collet Conseiller en transformation alimentaire Direction de la transformation alimentaire et des marchés Plan de la présentation Principes de base

Plus en détail

BSF5048 Rév. 08. L importation d un véhicule au Canada

BSF5048 Rév. 08. L importation d un véhicule au Canada BSF5048 Rév. 08 L importation d un véhicule au Canada Cette publication offre une vue d ensemble des lois, des restrictions, des droits et des obligations à l égard des individus qui veulent importer un

Plus en détail

La dynamique de l économie verte. Les impacts en termes de métiers, de formations,

La dynamique de l économie verte. Les impacts en termes de métiers, de formations, DE : Hervé BALEN LE janvier 2014 Troisième Révolution Industrielle La dynamique de l économie verte. Ateliers prospectifs de l emploi 16 janvier 2014 Les impacts en termes de métiers, de formations, Ne

Plus en détail

Les agents de dégradation de l habitat ancien

Les agents de dégradation de l habitat ancien Les agents de dégradation de l habitat ancien Les «Gastronomes» du bois LES «Gastronomes» DU BOIS 3 «familles» Les insectes à larves xylophages Les insectes xylophages Les champignons du bois Capricornes,

Plus en détail

Séance extraordinaire du conseil municipal tenue le lundi 16 juillet 2012 à 20 h 00 au bureau municipal situé au 251, rang Michaudville.

Séance extraordinaire du conseil municipal tenue le lundi 16 juillet 2012 à 20 h 00 au bureau municipal situé au 251, rang Michaudville. PROVINCE DE QUÉBEC MRC DES MASKOUTAINS MUNICIPALITÉ DE SAINT-BARNABÉ-SUD Séance extraordinaire du conseil municipal tenue le lundi 16 juillet 2012 à 20 h 00 au bureau municipal situé au 251, rang Michaudville.

Plus en détail

Partie II Convention d assurance des grains et des graines oléagineuses

Partie II Convention d assurance des grains et des graines oléagineuses Partie II Convention d assurance des grains et des graines oléagineuses A. Dispositions générales La présente partie s applique à l arachide, au blé de printemps, au blé d hiver, au canola, à l épeautre

Plus en détail

Pour un régime d assurance médicaments entièrement public. Conseil général, CSQ 7 octobre 2010

Pour un régime d assurance médicaments entièrement public. Conseil général, CSQ 7 octobre 2010 Pour un régime d assurance médicaments entièrement public Conseil général, CSQ 7 octobre 2010 Qu est-ce que notre régime d assurance médicaments? Au Québec, 43% de la population est couverte par le régime

Plus en détail

La trousse financière pour les nouveaux arrivants. Feuilles de travail

La trousse financière pour les nouveaux arrivants. Feuilles de travail La trousse financière pour les nouveaux arrivants Investissements Feuilles de travail Ottawa Community Loan Fund Fonds d emprunt Communautaire d Ottawa 22 O Meara St., Causeway Work Centre, Ottawa, ON

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail

1)population de la ville. 44 heures et 34 heures suivant l emplacement

1)population de la ville. 44 heures et 34 heures suivant l emplacement 1)population de la ville 65,255 10,973 7,433 10,464 10,962 Source : site internet du MAMROT décret de population janvier 2009. 2)heures d ouverture/sem. bibliothèque 44 heures et 34 heures suivant l emplacement

Plus en détail

Lutte contre Tuta absoluta, un nouveau ravageur qui envahit l Europe

Lutte contre Tuta absoluta, un nouveau ravageur qui envahit l Europe Lutte contre Tuta absoluta, un nouveau ravageur qui envahit l Europe Judit Arnó and Rosa Gabarra, IRTA, Cabrils, Espagne De gauche à droite à partir du haut : tomates saines, Tuta absoluta adulte, feuille

Plus en détail

le gaz naturel... en toute sécurité

le gaz naturel... en toute sécurité le gaz naturel... en toute sécurité 1 CONTENU Une énergie présente 3 Une source d énergie sécuritaire 4 Gaz Métro : une équipe à votre service 5 Une énergie propre 6-7 Les bases de la prévention 8-9 Vous

Plus en détail

GUIDE DE GESTION L IMAGE DE MARQUE DES ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE AU BAS-SAINT-LAURENT

GUIDE DE GESTION L IMAGE DE MARQUE DES ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE AU BAS-SAINT-LAURENT GUIDE DE GESTION L IMAGE DE MARQUE DES ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE AU BAS-SAINT-LAURENT DÉCEMBRE 2009 1 Table des matières 1. Mise en contexte... 3 2. Qu est-ce qu une entreprise d économie sociale?...

Plus en détail

www.lacentraledupoele.com Auteur: Christian MARTENOT cmt@sas-lcdp.com

www.lacentraledupoele.com Auteur: Christian MARTENOT cmt@sas-lcdp.com www.lacentraledupoele.com Auteur: Christian MARTENOT cmt@sas-lcdp.com 1 ère partie : Qui sommes-nous? Nos activités Se chauffer avec du granulé : Qu est-ce que le granulé? Pourquoi utiliser du granulé

Plus en détail

Évaluation du Plan local de développement durable de la Ville de Mont-Royal 2010-2015

Évaluation du Plan local de développement durable de la Ville de Mont-Royal 2010-2015 SERVICES TECHNIQUES 20, avenue Roosevelt de Mont-Royal (Québec) H3R 1Z4 Tél. : (514) 734-3034 Téléc. : (514) 734-3084 Évaluation du Plan local de développement durable de la de Mont-Royal 2010-2015 Depuis

Plus en détail