Les droits humains s évaporent-ils aux frontières? Le contre-terrorisme et le droit pénal de l UE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les droits humains s évaporent-ils aux frontières? Le contre-terrorisme et le droit pénal de l UE"

Transcription

1 Résumé Les droits humains s évaporent-ils aux frontières? Le contre-terrorisme et le droit pénal de l UE Les droits humains sont souvent présentés comme une barrière potentielle à la protection effective contre des actes terroristes plutôt que comme un prérequis pour une sécurité authentique. Certains avancent que la menace terroriste justifie des limites ou des dérogations aux droits humains, et l on remet même en question l interdiction de la torture. L Union européenne a toujours clairement affirmé qu il ne peut y avoir de sécurité sans droits humains. Cependant, dans la pratique, l UE et ses États membres sont trop souvent disposés à garder le silence sur des atteintes à la protection des droits au sein de l Union ou à l extérieur de celle-ci. On considère généralement que les droits des personnes suspectées de terrorisme sont toujours protégés au sein de l Espace de liberté, de sécurité et de justice de l UE, et l on n accorde que peu d attention aux craintes exprimées que de graves atteintes aux droits humains risquent de se produire lorsque ces suspects sont envoyés dans des pays tiers. L analyse d Amnesty International vise à : 1) Souligner les graves déficiences des normes du droit pénal européen développées en réponse au terrorisme, en raison de problèmes de définition qui affectent la sécurité juridique, du secret qui entoure les listes noires de terroristes et de la manière dont on laisse les obligations de protection de droits humains s évaporer aux frontières. 2) Montrer que l efficacité de la coopération dans la lutte contre le terrorisme est mise en danger lorsque la confiance mutuelle en la qualité de la justice des Etats membres est sapée par les atteintes aux droits humains, de sorte que la sécurité est amoindrie par les infractions aux droits humains et non par leur protection. 3) Souligner que l UE peut combler le déficit en matière de droits humains dans sa stratégie antiterrorisme en créant son propre cadre juridique, avec des définitions du terrorisme suffisamment claires et précises pour garantir la sécurité juridique et pour éviter des abus dans l usage de listes noires de terroristes. Il est également nécessaire de se doter de normes claires et légalement contraignantes sur la façon dont les membres doivent se conformer à leurs obligations internationales de protection des droits humains, lorsqu ils poursuivent des terroristes à travers les frontières, que ce soit à l intérieur ou à l extérieur de l UE. La feuille de route de l Union européenne contre le terrorisme établie quelques semaines après le 11 septembre 2001 couvrait une large gamme de domaines susceptibles d avoir un impact sur le combat contre le terrorisme, depuis les initiatives concernant le droit pénal et la sécurité des transports aériens, jusqu aux relations avec des pays tiers et à la coopération. Le présent document examine les domaines de compétence et d action dans lesquels l UE porte une responsabilité directe lorsqu il faut garantir une protection adéquate des droits humains dans le contexte de la lutte contre le terrorisme. Il propose des manières dont l UE peut s assurer que sa façon d aborder le combat contre le terrorisme intègre activement la nécessité de protéger les droits humains et l état de droit, rendant ainsi ses efforts antiterrorisme plus efficaces.

2 Amnesty International arrive à la conclusion que l UE n a pas jusqu ici traité correctement la grave question de la protection des droits fondamentaux dans ses politiques collectives et sa législation antiterrorisme. En étudiant la multitude des initiatives antiterrorisme au niveau de l UE sur le plan du droit pénal depuis le 11 septembre 2001, on voit clairement que l absence de garanties concrètes non seulement conduit à enfreindre les droits humains, mais également entraîne confusion et incertitude juridiques. Une coopération transfrontalière efficace pour combattre le terrorisme se fonde sur le principe de reconnaissance mutuelle, selon lequel une décision d une autorité judiciaire d un des États membres doit être considérée comme valide dans un autre. Ceci repose également sur la confiance mutuelle des États membres dans les systèmes judiciaires des autres et sur le partage des mêmes valeurs. En réalité, des pratiques et des cadres législatifs antiterrorisme contestables dans certains États membres compromettent ces valeurs communes et entravent ainsi la confiance mutuelle sur laquelle repose la coopération. Les procédures qui affectent les personnes suspectées de terrorisme sont souvent précisément celles où le risque de violations des droits humains ou d allégations de telles violations est le plus grand. Les erreurs judiciaires qui découlent de violations des droits humains dans des affaires de terrorisme non seulement font naître le risque potentiel de laisser en liberté les véritables auteurs d actes terroristes, mais elles ont aussi un impact significatif sur la confiance des citoyens dans l état de droit. Ceci peut également entraîner un sentiment d aliénation dans certains secteurs de la société qui se sentent injustement pris pour cible dans le combat contre le terrorisme. Ce n est pas seulement aux frontières internes de l UE qu Amnesty International estime que les droits humains sont oubliés. Lorsqu il s agit de coopération avec des pays tiers pour extrader ou expulser des individus suspectés de terrorisme, on attache trop peu d attention à des préoccupations crédibles selon lesquelles de graves atteintes aux droits humains risquent de se produire lorsque ces personnes sont transférées dans des pays tiers, ce qui rend l UE complice de ces atteintes. La tendance inquiétante qui affecte les méthodes par lesquelles les individus suspectés de terrorisme sont soustraits à la juridiction de l UE par l expulsion, la remise et même l enlèvement, souligne cette préoccupation. Principaux points de l analyse Définition du terrorisme Au cours des négociations pour la Décision cadre de 2001 sur la lutte contre le terrorisme, un certain nombre d États membres de l UE ainsi que des ONG, y compris Amnesty International, se sont dits préoccupés du fait que la définition contenue dans la proposition de la Commission n était pas suffisamment précise pour garantir la sécurité juridique, et que l ampleur du champs d application de la définition proposée risquait de menacer le droit à la liberté de réunion et celui de protestation légitime. En réponse, une déclaration a été adjointe à la Décision cadre, ainsi que des assurances dans son préambule, pour tenter de régler ce problème. Amnesty International considère ces ajouts comme ambigus, et indique qu ils ne remédient pas au caractère vague de la définition du terrorisme elle-même. Ceci est un motif particulier de préoccupation, du fait que cela constitue la base de nouvelles mesures telles que l adoption de listes de terroristes. Amnesty International demande à l UE de veiller à ce que les définitions du terrorisme soient suffisamment claires et précises pour garantir la sécurité juridique.

3 2. Listes noires de terroristes Les difficultés rencontrées pour identifier la nature du terrorisme deviennent plus aiguës lorsque des personnes ou organisations sont identifiées comme terroristes. Dans un climat où l identification comme terroriste a de graves implications pour la jouissance des droits fondamentaux, il est crucial que cette identification soit fondée sur des preuves claires susceptibles de pouvoir être contestées. Cependant, il n y a eu pratiquement aucun contrôle démocratique concernant l établissement de ces listes noires de terroristes, et il n existe pas de contrôle judiciaire concernant leur constitution, alors que les individus qui s y trouvent placés sont de fait privés de recours effectif pour contester leur inscription dans ces listes. Amnesty International demande à l UE de revoir la législation concernant l établissement de listes de terroristes pour faire en sorte qu il existe des procédures claires de révision judiciaire de l inscription de personnes ou de groupes dans ces listes. 3. Mandat d arrêt européen (MAE) Deux cas dans lesquels l extradition a été refusée entre États membres de l UE, juste avant l entrée en vigueur du MAE en 2004, montrent que le non-respect des droits humains peut porter atteinte à l efficacité de la coopération contre le terrorisme, même au sein de l Union, en faisant obstacle à l extradition. Au cœur de ces affaires se trouve la question de la recevabilité des preuves qui auraient été obtenues d un tiers par torture ou mauvais traitements, ce qui pourrait avoir pour conséquence un déni flagrant du droit à un procès équitable. Sans confiance mutuelle dans les garanties procédurales, le MAE risque de connaître des difficultés semblables. Amnesty International demande à la Commission européenne de contrôler soigneusement la mise en application du Mandat d arrêt européen, en relevant les cas qui posent question concernant d éventuelles infractions aux droits humains ou aux garanties de procédure, et en réglant les problèmes mis à jour par le biais de recommandations ou de législation. 4. Protection des droits des suspects et accusés dans les procédures pénales L UE a proposé des normes minimales dans son projet de Décision cadre sur certains droits des suspects et accusés en matière de procédure. Amnesty International considère que la portée et le niveau des normes minimales proposées sont insuffisants et est préoccupée par le fait que les négociations risquent de conduire à une nouvelle dilution de ces normes. Ceci concerne en particulier la possibilité d exclure les actes de terrorisme et de crime organisé du champ d application de la Décision cadre proposée. Cette proposition avait été promise à l origine comme un complément nécessaire au Mandat d arrêt européen, qui lui-même était présenté comme un instrument du combat contre le terrorisme, et il paraîtrait non seulement incohérent et illogique dans ce contexte, mais véritablement contestable, d exclure de son champ d application le type même de crimes qu il était supposé affronter. Amnesty International exhortera la Commission à retirer la Décision cadre proposée sur les garanties procédurales si les crimes de terrorisme doivent être exclus de son champ d application.

4 5. Recevabilité des preuves obtenues sous la torture Amnesty International est gravement préoccupée par l arrêt de la Cour d Appel d Angleterre et du Pays de Galles, en 2004, selon lequel des preuves obtenues sous la torture par des agents étrangers pourraient être recevables. Amnesty International appelle la Commission européenne à se saisir de la question des preuves obtenues sous la torture et autres mauvais traitements dans ses prochains livres blancs sur les preuves. 6. Extradition vers des pays tiers En 2003, l UE a conclu un accord d extradition avec les États-Unis, premier accord de ce genre sur la coopération judiciaire en matière criminelle avec un pays tiers. Amnesty International considère que cet accord laisse une marge d appréciation inacceptable sur la question de la peine capitale et celle d un procès équitable. Alors que l accord d extradition UE-EUA est le premier accord communautaire dans cette matière, d autres accords avec des pays tiers risquent d être négociés à l avenir, en particulier dans le contexte du combat contre le terrorisme. Par exemple, à la suite du récent sommet UE-Russie, la coopération dans le domaine du contre-terrorisme doit être accélérée entre l UE et la Fédération de Russie. Amnesty International recommande que tous les futurs accords avec des pays tiers fixent des paramètres clairs pour le respect des droits humains, qui soient conformes aux normes appliquées par l UE dans son propre Espace de liberté, de sécurité et de justice. 7. Extradition et asile Les règles concernant l asile et l extradition se recoupent lorsqu un demandeur d asile ou réfugié statutaire fait l objet d une demande d extradition par un pays tiers dans le cadre d une procédure pénale. La version finale du projet de directive sur les procédures d asile laisse ouverte la possibilité pour les États membres d accéder à la demande d extradition alors qu une demande d asile est encore en cours. Compte tenu de ses conséquences potentiellement étendues sur le principe de non refoulement, c est-à-dire l interdiction de renvoyer une personne vers un pays où elle risque de subir de graves violations des droits humains, l extradition ne devrait pas être exécutée tant qu une demande d asile est en cours d examen. La directive relative à la reconnaissance de la qualité de réfugié facilite pour les Etats membres la révocation ou l annulation du statut de réfugié lorsque il existe des motifs raisonnables de considérer [l intéressé(e)] comme un danger pour la sécurité de l État membre dans lequel il ou elle se trouve. Cette disposition est d autant plus inquiétante que, dans son application, elle peut conduire à affaiblir l interdiction absolue de non refoulement. Amnesty International pense que la révocation du statut de réfugié n est pas un moyen approprié de traiter des personnes pouvant être suspectées de terrorisme. S il existe des raisons de suspecter un demandeur d asile ou réfugié d avoir commis des crimes qui tombent sous le coup des clauses d exclusion de la Convention de Genève sur les réfugiés, les États devraient le poursuivre ou le remettre à un autre Etat en accord avec le droit international des droits humains. Amnesty International demande à l UE de veiller à ce que les Etats membres respectent le principe absolu de non refoulement en toutes circonstances.

5 8. Remise et enlèvement En dehors du cadre traditionnel de l extradition, il existe une tendance de plus en plus inquiétante, dans le contexte de la guerre contre le terrorisme, consistant à utiliser des méthodes pour transférer les suspects par-delà les frontières qui contournent les exigences des garanties procédurales et conduisent à de sérieuses atteintes aux droits humains. Ces pratiques comprennent la remise exceptionnelle, l expulsion assortie d assurances diplomatiques et l enlèvement illégal. Depuis le 11 septembre 2001, il est devenu courant de signaler dans le monde entier des remises exceptionnelles par lesquelles des gens sont transférés contre leur volonté par-delà les frontières sans garanties de procédure et souvent dans la clandestinité. Dans la plupart des cas signalés, à l exception de ceux survenus en Suède et cités dans ce rapport, les remises exceptionnelles ont été exécutées par les États-Unis, mais pas directement par des Etats membres de l UE. Il existe cependant d inquiétantes allégations selon lesquelles des Etats membres de l UE ont autorisé l utilisation de leur territoire comme points d atterrissage pour des avions utilisés pour ces remises, effectuées en traversant l espace aérien de l UE. Selon les médias et d autres sources, les aéroports de Francfort, Mayorque et Shannon sont connus comme escales pour des avions de la CIA, sans identification, exécutant des remises irrégulières. Les États membres qui autorisent l utilisation de leur territoire pour ces escales sont complices de graves atteintes aux droits humains. Amnesty International demande à l UE d établir des règles interdisant d autoriser l utilisation de l espace aérien ou des aéroports sur le territoire d un Etat membre de l UE pour le transfert de personnes dans des circonstances où il existe une menace sérieuse de violations supplémentaires de leurs droits humains en route ou une fois arrivées à destination. 9. Assurances diplomatiques La pratique qui consiste, dans les cas d extradition et d expulsion, à se reposer sur des assurances diplomatiques face au risque de torture ou autres mauvais traitements, a conduit à de graves abus. La mise en garde de tribunaux des Etats membres de l UE a parfois été écartée par le pouvoir exécutif gouvernemental, avec de graves conséquences pour les personnes concernées. Amnesty International demande aux Etats membres de l UE de veiller à ce que, s ils se basent sur les assurances diplomatiques des pays de destination lorsque des personnes sont transférées vers des pays tiers, ces dernières ne soient effectivement pas en danger de torture ou autres mauvais traitements.

RAPPORT FINAL D ACTIVITÉ DU DH-S-TER SUR LES ASSURANCES DIPLOMATIQUES

RAPPORT FINAL D ACTIVITÉ DU DH-S-TER SUR LES ASSURANCES DIPLOMATIQUES Extrait du Rapport 62e CDDH, 4-7 avril 2006 CDDH (2006)007, Annexe V RAPPORT FINAL D ACTIVITÉ DU DH-S-TER SUR LES ASSURANCES DIPLOMATIQUES Introduction 1. Le Groupe de spécialistes sur les droits de l

Plus en détail

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité?

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? Automne 2011 QU EST-CE QU UN CERTIFICAT DE SÉCURITÉ? Créée en 1978, la procédure actuelle trouve son fondement dans la loi sur l immigration

Plus en détail

CAS PRATIQUES A LA LUMIÈRE DU NON-REFOULEMENT

CAS PRATIQUES A LA LUMIÈRE DU NON-REFOULEMENT CAS PRATIQUES A LA LUMIÈRE DU NON-REFOULEMENT AMNESTY INTERNATIONAL ET LE PRINCIPE DE NON-REFOULEMENT Pour prévenir la torture, les mauvais traitements et les traitements dégradants, Amnesty International

Plus en détail

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses Cour européenne des droits de l homme Questions & Réponses Questions & Réponses Qu est-ce que la Cour européenne des droits de l homme? Ces questions et réponses ont été préparées par le Greffe de la Cour.

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Fausse route. La confiance dangereuse du Royaume-Uni en les assurances diplomatiques. Résumé

Fausse route. La confiance dangereuse du Royaume-Uni en les assurances diplomatiques. Résumé Fausse route La confiance dangereuse du Royaume-Uni en les assurances diplomatiques Résumé Ces dernières années, le gouvernement britannique a tenté d expulser plusieurs personnes soupçonnées d activités

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27. I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27. I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27 I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le marché intérieur et l espace de liberté, de sécurité et de justice...32 II. L objectif

Plus en détail

RÉFUGIÉS. Le droit d asile au Canada

RÉFUGIÉS. Le droit d asile au Canada RÉFUGIÉS Le droit d asile au Canada Automne 2011 LE DROIT D ASILE AU CANADA Une personne peut obtenir le droit d asile au Canada si elle a qualité de réfugié ou de personne à protéger. Une personne a qualité

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 84 final 2015/0042 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

L ACCES A LA PROTECTION EST EN DANGER!

L ACCES A LA PROTECTION EST EN DANGER! L ACCES A LA PROTECTION EST EN DANGER! Note d information sur le traitement des personnes renvoyées en Hongrie dans le cadre de la procédure Dublin, décembre 2011 1 RESUME Selon le Comité Helsinki Hongrois,

Plus en détail

Les certificats de sécurité. Les renseignements sont déposés devant le juge, à huit clos, sans la présence de la personne visée

Les certificats de sécurité. Les renseignements sont déposés devant le juge, à huit clos, sans la présence de la personne visée Les certificats de sécurité Les renseignements sont déposés devant le juge, à huit clos, sans la présence de la personne visée un certificat de sécurité C est quoi? 2 un certificat de sécurité C est quoi?

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 86 final 2015/0043 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

PROJET d Observation générale n 3 sur Article 4 de la Charte africaine des droits de l homme et des peuples (le droit à la vie)

PROJET d Observation générale n 3 sur Article 4 de la Charte africaine des droits de l homme et des peuples (le droit à la vie) PROJET d Observation générale n 3 sur Article 4 de la Charte africaine des droits de l homme et des peuples (le droit à la vie) Article 4 de la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples protège

Plus en détail

Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières».

Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières». Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières». Dans le règlement sur la marque communautaire (ci-après «le RMC»), l expression

Plus en détail

REFERE LIBERTE. Devant le Tribunal Administratif de PARIS. 7 Rue de Jouy, 75004 Paris REFUS D ECHANGE D UN PERMIS DE CONDUIRE.

REFERE LIBERTE. Devant le Tribunal Administratif de PARIS. 7 Rue de Jouy, 75004 Paris REFUS D ECHANGE D UN PERMIS DE CONDUIRE. REFERE LIBERTE Devant le Tribunal Administratif de PARIS. 7 Rue de Jouy, 75004 Paris Absence de réponse à un recours hiérarchique. Touchant à une liberté fondamentale à un droit constitutionnel. Saisine

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

Session des jeunes 2012 15 18 novembre 2012

Session des jeunes 2012 15 18 novembre 2012 Session des jeunes 2012 15 18 novembre 2012 > Dossier Expulsion forcée de requérant-e-s d asile Table des matières 1. Introduction... 3 2. Bases... 3 3. Exécution des décisions de renvoi... 3 4. Rapatriement

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.)

Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.) Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 9 juillet 2010 une question prioritaire

Plus en détail

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : M. Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC PLAISE AU TRIBUNAL 1. Après avoir été placé en garde à vue,

Plus en détail

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine.

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine. COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) CYBERTERRORISME L UTILISATION DE L INTERNET A DES FINS TERRORISTES FRANCE Avril 2008 Kapitel 1 www.coe.int/gmt A. Politique Nationale 1. Existe-t-il une politique

Plus en détail

Le régime d asile européen commun. Affaires intérieures

Le régime d asile européen commun. Affaires intérieures Le régime d asile européen commun Affaires intérieures Europe Direct est un service destiné à vous aider à trouver des réponses aux questions que vous vous posez sur l Union européenne. Un numéro unique

Plus en détail

Garde de jour pour enfants

Garde de jour pour enfants Garde de jour pour enfants comprendre les dispositions de garde et les ordonnances de la cour criminelle ou du tribunal de la famille Contexte Les garderies ont pour principale tâche de préserver en tout

Plus en détail

Contrefaçon de produits médicaux et infractions similaires

Contrefaçon de produits médicaux et infractions similaires page 1/5 Contrefaçon de produits médicaux et infractions similaires Points essentiels Contrefaçon de produits médicaux et infractions similaires Le Conseil de l'europe a élaboré le premier traité international

Plus en détail

JORF n 0139 du 17 juin 2011. Texte n 1. LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1)

JORF n 0139 du 17 juin 2011. Texte n 1. LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1) Le 29 juin 2011 JORF n 0139 du 17 juin 2011 Texte n 1 LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1) NOR: IOCK1003689L L Assemblée nationale et le

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 216 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Enregistré à la Présidence du Sénat le 11 décembre 2013 PROPOSITION DE LOI visant à protéger l identité de genre, PRÉSENTÉE Par Mmes Esther BENBASSA, Kalliopi

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R.

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R. Commentaire aux Cahiers Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011 Mme Denise R. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 2 février 2011 par la Cour de cassation (chambre sociale, arrêt n 567 du 2 février

Plus en détail

Synthèse. Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives

Synthèse. Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives Synthèse Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives Alain PELLET Professeur à l Université de Paris X-Nanterre Olivier de FROUVILLE Maître de conférences à

Plus en détail

JORF n 0139 du 17 juin 2011 Texte n 1. LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1)

JORF n 0139 du 17 juin 2011 Texte n 1. LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1) JORF n 0139 du 17 juin 2011 Texte n 1 LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1) NOR: IOCK1003689L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté,

Plus en détail

Les Recommandations du GAFI

Les Recommandations du GAFI NORMES INTERNATIONALES SUR LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME ET DE LA PROLIFÉRATION Les Recommandations du GAFI février 2012 GROUPE D ACTION FINANCIÈRE Le Groupe

Plus en détail

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique I. INTRODUCTION Tout comme il appuie les instruments juridiques internationaux tels que

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la justice pénale Descriptif Le module Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la

Plus en détail

Vue d ensemble des travaux de la Commission des questions juridiques et des droits de l'homme en matière de droits de l homme et de terrorisme

Vue d ensemble des travaux de la Commission des questions juridiques et des droits de l'homme en matière de droits de l homme et de terrorisme AS/Jur/Inf (2011) 03 rev 8 avril 2011 fjinfdoc03 2011rev Commission des questions juridiques et des droits de l homme Vue d ensemble des travaux de la Commission des questions juridiques et des droits

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large LEXIQUE Accident D une façon générale l accident est un événement fortuit ou involontaire entraînant des conséquences dommageables. En matière de circulation automobile voir implication Pour la sécurité

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe...

On vous doit de l argent en Europe... On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Centre Européen des Consommateurs France Réseau européen ECC-Net en coopération avec le Ministère de la Justice,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Première partie INTRODUCTION... 25

TABLE DES MATIÈRES. Première partie INTRODUCTION... 25 TABLE DES MATIÈRES Notes sur les auteurs et les directeurs de la publication.............. 5 Avant-propos..................................................... 11 Préface...........................................................

Plus en détail

Commission des affaires européennes

Commission des affaires européennes X I V e L É G I S L A T U R E Communication Commission des affaires européennes Mardi 3 décembre 2013 17 h 30 Communication de Mme Marietta Karamanli sur le projet d accord PNR entre l Union européenne

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Situation de l Institut international pour la justice et l État de droit

Situation de l Institut international pour la justice et l État de droit Situation de l Institut international pour la justice et l État de droit Première réunion annuelle du Conseil des Gouverneurs 16 et 17 Octobre 2014 La Valette, Malte Document Title Here 1 Résumé analytique

Plus en détail

CAC/COSP/IRG/2011/CRP.13

CAC/COSP/IRG/2011/CRP.13 24 octobre 2011 Uniquement en français Groupe d examen de l application Poursuite de la reprise de la deuxième session Marrakech (Maroc), 25 octobre 2011 Résumé analytique: Rapport de la France Système

Plus en détail

RAPPORT DU COMITÉ D EMINENTS JURISTES AFRICAINS SUR L AFFAIRE HISSÈNE HABRÉ

RAPPORT DU COMITÉ D EMINENTS JURISTES AFRICAINS SUR L AFFAIRE HISSÈNE HABRÉ AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone : +251-115- 517 700 Fax : +251-115- 517844 website : www. africa-union.org RAPPORT DU COMITÉ D EMINENTS JURISTES

Plus en détail

Votre permis de conduire et votre état de santé

Votre permis de conduire et votre état de santé Votre permis de conduire et votre état de santé Le présent document explique comment votre état de santé peut affecter votre capacité à être titulaire d un permis de conduire du Yukon, et comment le gouvernement

Plus en détail

Dans le débat sur les réglementations légales possibles, deux questions principales sont à résoudre :

Dans le débat sur les réglementations légales possibles, deux questions principales sont à résoudre : RESUME EXECUTIF Etude juridique: «Les remèdes juridiques face aux violations des droits humains et aux atteintes à l environnement commises par les filiales des entreprises suisses» par François Membrez,

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

4./4/14 DE DROIT AÉRIEN. (Montréal, 26 CONVENTION SURVENANT. (12 pages) 14-1044 DCTC_WP_DCTC_

4./4/14 DE DROIT AÉRIEN. (Montréal, 26 CONVENTION SURVENANT. (12 pages) 14-1044 DCTC_WP_DCTC_ DCTC Doc n o 33 4./4/14 CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE DROIT AÉRIEN (Montréal, 26 mars 4 avril 2014) TEXTE REFONDU DE LA CONVENTION RELATIVE AUX INFRACTIONS ET À CERTAINS AUTRES ACTES SURVENANT À BORD DES

Plus en détail

SAUVETAGE EN MER GUIDE DES PRINCIPES ET DES MESURES QUI S APPLIQUENT AUX RÉFUGIÉS ET AUX MIGRANTS. Photo: Marius Remøy

SAUVETAGE EN MER GUIDE DES PRINCIPES ET DES MESURES QUI S APPLIQUENT AUX RÉFUGIÉS ET AUX MIGRANTS. Photo: Marius Remøy SAUVETAGE EN MER GUIDE DES PRINCIPES ET DES MESURES QUI S APPLIQUENT AUX RÉFUGIÉS ET AUX MIGRANTS Photo: Marius Remøy INTRODUCTION Le phénomène du mouvement par mer de réfugiés et de migrants n est pas

Plus en détail

VILLE DE ROMAGNAT Château de Bezance 63540 ROMAGNAT

VILLE DE ROMAGNAT Château de Bezance 63540 ROMAGNAT VILLE DE ROMAGNAT Château de Bezance 63540 ROMAGNAT PRESTATIONS DE SERVICES D ASSURANCES «RISQUES STATUTAIRES» POUR LES AGENTS DE LA COMMUNE DE ROMAGNAT CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIÈRES

Plus en détail

PETER HUSTINX CONTRÔLEUR. Objet: avancée sur le paquet de mesures pour une réforme de la protection des données

PETER HUSTINX CONTRÔLEUR. Objet: avancée sur le paquet de mesures pour une réforme de la protection des données PETER HUSTINX CONTRÔLEUR Président du Conseil de l Union européenne Secrétariat général Conseil de l Union européenne Rue de la Loi 175 1048 Bruxelles, Belgique Bruxelles, le 14 février 2014 PH/ABu/mk/

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

AFFAIRES JUDICIAIRES. Article 1

AFFAIRES JUDICIAIRES. Article 1 AFFAIRES JUDICIAIRES CONVENTION Article 1 Les deux Etats instituent un échange régulier d informations en matière d organisation judiciaire, de législation et de jurisprudence. Article 2 Les deux Etats

Plus en détail

* * * Loi n 27-06 relative aux activités de gardiennage et de transport de fonds. Chapitre premier Champ d application

* * * Loi n 27-06 relative aux activités de gardiennage et de transport de fonds. Chapitre premier Champ d application Extrait du Bulletin Officiel du Maroc n 5584 25 Kaada 1428 (6.12.2007) version française Dahir n 1-07-155 du 19 kaada 1428 (30 novembre 200 7) portant promulgation de la loi n 27-06 relative aux activités

Plus en détail

Réponse de la CES aux arrêts de la CEJ dans les affaires Viking et Laval

Réponse de la CES aux arrêts de la CEJ dans les affaires Viking et Laval Réponse de la CES aux arrêts de la CEJ dans les affaires Viking et Laval Résolution adoptée par le Comité exécutif de la CES lors de sa réunion du 4 mars à Bruxelles CE.179 Introduction Le 11 décembre

Plus en détail

Permis de séjour temporaires : limites à la protection des personnes ayant subi la traite

Permis de séjour temporaires : limites à la protection des personnes ayant subi la traite Canadian Council for Refugees Conseil canadien pour les réfugiés Permis de séjour temporaires : limites à la protection des personnes ayant subi la traite En mai 2006, le gouvernement canadien a émis des

Plus en détail

La vérité fait de nous des hommes libres

La vérité fait de nous des hommes libres Le Turbulent La vérité fait de nous des hommes libres Numéro Spécial consacré à l association du collectif pour un audit citoyen de la dette publique cac.dette09@laposte.net Date de parution et de mise

Plus en détail

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies Règles et normes de l Organisation des Nations Unies en matière de prévention du crime et de justice pénale Aide-mémoire des Casques bleus Vous avez signé un contrat avec l Organisation des Nations Unies

Plus en détail

Direction générale de la Législation

Direction générale de la Législation Direction générale de la Législation avant-propos La direction générale de la Législation et des Libertés et Droits fondamentaux conseille le ministre de la Justice dans le domaine du droit civil, du droit

Plus en détail

Assemblée des États Parties

Assemblée des États Parties Cour pénale internationale Assemblée des États Parties ICC-ASP/14/37 Distr.: générale 16 novembre 2015 FRANÇAIS Original: anglais Quatorzième session La Haye, 18-26 novembre 2015 Rapport du Bureau sur

Plus en détail

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24)

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III: Incrimination, détection et répression Infractions obligatoires Corruption d agents publics nationaux (Art. 15) Corruption

Plus en détail

3 juillet 2014. Numéro d identification au Registre de transparence : 4633926420-79

3 juillet 2014. Numéro d identification au Registre de transparence : 4633926420-79 Ré ponsé dé Béttér Financé a la consultation dé la DG COMMERCE dé la CE sur lés modalité s pour la protéction dés invéstisséménts ét lé ré glémént dés diffé rénds éntré invéstisséurs ét E tats (RDIE) dans

Plus en détail

Convention internationale pour la répression des actes de terrorisme nucléaire (New York, 13 avril 2005)

Convention internationale pour la répression des actes de terrorisme nucléaire (New York, 13 avril 2005) Convention internationale pour la répression des actes de terrorisme nucléaire (New York, 13 avril 2005) OBJECTIFS L Assemblée générale, par sa résolution 51/210 du 17 décembre 1996, a créé un Comité ad

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA DIRECTION DE LA LIBRE CIRCULATION ET DU TOURISME ÉTAT DES LIEUX DE LA GESTION DES FRONTIÈRES DANS LA CEDEAO

PRÉSENTATION DE LA DIRECTION DE LA LIBRE CIRCULATION ET DU TOURISME ÉTAT DES LIEUX DE LA GESTION DES FRONTIÈRES DANS LA CEDEAO COMMISSION CEDEAO PRÉSENTATION DE LA DIRECTION DE LA LIBRE CIRCULATION ET DU TOURISME ÉTAT DES LIEUX DE LA GESTION DES FRONTIÈRES DANS LA CEDEAO 5 et 6 novembre 2013 (traduction) TONY LUKA ELUMELU PRINCIPAL

Plus en détail

PASICRISIE LUXEMBOURGEOISE N 2/2013 TABLE DES MATIERES JURISPRUDENCE

PASICRISIE LUXEMBOURGEOISE N 2/2013 TABLE DES MATIERES JURISPRUDENCE PASICRISIE LUXEMBOURGEOISE N 2/2013 TABLE DES MATIERES JURISPRUDENCE Assurances 1 Responsabilité civile automobile Assurance obligatoire Garantie Etendue Véhicule assuré en quelque lieu qu il se trouve

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

' '(!)('( ' #$%&'# ! '! " #$%&

' '(!)('( ' #$%&'# ! '!  #$%& ATTAQUER LE LISTING DU SOUTIEN AU TERRORISME DE NOUVELLES OPTIONS JURIDIQUES? UN RESUME DES JUGEMENTS RECENTS DE LA COUR DE JUSTICE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES Dès les arrêts Yusuf 1 et Kadi 2, d une part,

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

L organisation judiciaire en France FAVREAU & CIVILISE LES JURIDICTIONS JUDICIAIRES. Litiges entre particuliers ou organismes privés

L organisation judiciaire en France FAVREAU & CIVILISE LES JURIDICTIONS JUDICIAIRES. Litiges entre particuliers ou organismes privés F & C INFOS FAVREAU & CIVILISE Avocats a la Cour 8, Place Saint-Christoly 33000 Bordeaux, France Informations røservøes aux clients du cabinet. Gratuit. Ne peut Œtre vendu. L organisation judiciaire en

Plus en détail

Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l homme. Les droits. des non-ressortissants

Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l homme. Les droits. des non-ressortissants Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l homme Les droits des non-ressortissants Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l homme Les droits des non-ressortissants Nations Unies New

Plus en détail

Projet de loi sur l immigration. Synthèse des principaux éléments

Projet de loi sur l immigration. Synthèse des principaux éléments 1 Projet de loi sur l immigration présenté en Conseil des ministres le 23 juillet 2014 NOR : INTX1412529L Synthèse des principaux éléments ❶ Titres de séjour Catégories de titres de séjour Le visa de long

Plus en détail

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information (Questionnaire) 1. Décrivez brièvement le soutien institutionnel administratif de l accès à

Plus en détail

LE RôLE ET LEs services du syndic

LE RôLE ET LEs services du syndic Le Rôle et les services du syndic La présente brochure a pour seul objectif de donner de l information sur le rôle et les services du syndic de l Ordre des comptables agréés du Québec. Elle ne vise pas

Plus en détail

SCP SPINOSI, SUREAU ; SCP ROCHETEAU, UZAN-SARANO, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP SPINOSI, SUREAU ; SCP ROCHETEAU, UZAN-SARANO, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 383653 ECLI:FR:CESSR:2015:383653.20150520 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 9ème et 10ème sous-sections réunies Mme Marie-Gabrielle Merloz, rapporteur Mme Marie-Astrid Nicolazo

Plus en détail

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 Document historique Page 1 de 6 ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 La Cour suprême du Canada a récemment examiné les questions relatives à l équité procédurale dans l arrêt Baker c. Canada,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

Strasbourg, le 7 mai 2013 PC-OC (2013)07 [PC-OC/Documents 2013/ projet OJ1F] http://www.coe.int/tcj/

Strasbourg, le 7 mai 2013 PC-OC (2013)07 [PC-OC/Documents 2013/ projet OJ1F] http://www.coe.int/tcj/ Strasbourg, le 7 mai 2013 PC-OC (2013)07 [PC-OC/Documents 2013/ projet OJ1F] http://www.coe.int/tcj/ COMITÉ EUROPÉEN POUR LES PROBLÈMES CRIMINELS (CDPC) COMMITÉ D EXPERTS SUR LE FONCTIONNEMENT DES CONVENTIONS

Plus en détail

Assurance des risques divers

Assurance des risques divers L assurance du terrorisme en Tunisie : où en sommes-nous? Nabil Ben Azzouz D.U en Droit des assurances de l IAL Etudiant en Master 2 Droit des assurances à l IAL Assurance des risques divers Depuis quelques

Plus en détail

Informations destinées aux requérants d'asile auprès d un aéroport suisse

Informations destinées aux requérants d'asile auprès d un aéroport suisse Informations destinées aux requérants d'asile auprès d un aéroport suisse Vous avez trouvé refuge en Suisse et vous voulez déposer une demande d asile. L Organisation suisse d aide aux réfugiés OSAR a

Plus en détail

JAPON. Guide pratique pour le recouvrement d avoirs. -Comment retourner les avoirs concernés-

JAPON. Guide pratique pour le recouvrement d avoirs. -Comment retourner les avoirs concernés- JAPON Guide pratique pour le recouvrement d avoirs -Comment retourner les avoirs concernés- Septembre 2012 1/ Vue d ensemble Le Japon peut assister d autres pays ayant fait une demande de retour d avoirs

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES. Proposition de RÉGLEMENT DU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES. Proposition de RÉGLEMENT DU CONSEIL COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 17.7.2006 COM(2006) 399 final 2006/0135 (CNS) Proposition de RÉGLEMENT DU CONSEIL modifiant le règlement (CE) n 2201/2003 en ce qui concerne la compétence

Plus en détail

Rapport succinct NATIONAL RM15-0023. Traduction

Rapport succinct NATIONAL RM15-0023. Traduction Rapport succinct SEPTIÈME COLLOQUE DES PROCUREURS INTERNATIONAUX LA POURSUITE DES CRIMES INTERNATIONAUX DEVANT LES JURIDICTIONS NATIONAL LES : DIFFICULTÉS ET PERSPECTIVES 4-5 NOVEMBRE 2014, HÔTEL MOUNT

Plus en détail

Recommandations du Réseau canadien pour la reddition de comptes des entreprises (RCRCE)

Recommandations du Réseau canadien pour la reddition de comptes des entreprises (RCRCE) Octobre 2014 NOTE D INFORMATION DU RCRCE CRÉER UN OMBUDSMAN DES DROITS HUMAINS POUR LE SECTEUR EXTRACTIF INTERNATIONAL DU CANADA Recommandations du Réseau canadien pour la reddition de comptes des entreprises

Plus en détail

Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009)

Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009) Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009) L un de nos lecteurs membre du Club Porsche nous interroge sur la question des permis de conduire des dirigeants de sociétés qui ont

Plus en détail

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Adopté par l'assemblée générale des Nations Unies le 17 décembre 1979 (résolution 34/169) Article premier Article 2 Les responsables de

Plus en détail

Contestation devant l ALENA de la réglementation québécoise interdisant le 2,4-D, un pesticide pour pelouses

Contestation devant l ALENA de la réglementation québécoise interdisant le 2,4-D, un pesticide pour pelouses Fiche d information Contestation devant l ALENA de la réglementation québécoise interdisant le 2,4-D, un pesticide pour pelouses Le 9 avril 2009 RÉSUMÉ DE LA SITUATION Le fabricant américain de produits

Plus en détail

ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE

ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE INTRODUCTION Le succès d Entreprises minières Globex inc. («Globex») repose sur l intégrité personnelle et professionnelle

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 4 juillet 2003 MONEYVAL (2003)9 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

RESPONSABILITÉ DE LA MAISON MÈRE NESTLÉ POUR DES ACTES COMMIS A L ÉTRANGER

RESPONSABILITÉ DE LA MAISON MÈRE NESTLÉ POUR DES ACTES COMMIS A L ÉTRANGER 1 RESPONSABILITÉ DE LA MAISON MÈRE NESTLÉ POUR DES ACTES COMMIS A L ÉTRANGER Je vais essayer brièvement d évoquer les problèmes à résoudre pour pouvoir réclamer de la société-mère ou holding des comptes

Plus en détail

Crimes internationaux

Crimes internationaux ADVOCACY CENTER TRIAL A CT CENTRE D ACTION JURIDIQUE DE TRIAL Crimes internationaux Ouverture à Genève d un Centre d action juridique pour la saisine des organes de protection des droits de l homme Introduction

Plus en détail

Loi sur les noms commerciaux*

Loi sur les noms commerciaux* Loi sur les noms commerciaux* (du 23 novembre 1999) TABLE DES MATIÈRES** Article Chapitre 1 er : Chapitre 2 : Chapitre 3 : Chapitre 4 : Chapitre 5 : Dispositions générales Rapports régis par la présente

Plus en détail

DEMANDE DE CARTE PROFESSIONNELLE DE CONDUCTEUR DE VEHICULES MOTORISES à DEUX OU TROIS ROUES (Véhicules d une puissance supérieure à 40 KW)

DEMANDE DE CARTE PROFESSIONNELLE DE CONDUCTEUR DE VEHICULES MOTORISES à DEUX OU TROIS ROUES (Véhicules d une puissance supérieure à 40 KW) PRÉFET DES ALPES-MARITIMES Préfecture Direction de la réglementation et des Libertés publiques Bureau de la Circulation pref-taxivt@alpes-maritimes.gouv.fr DEMANDE DE CARTE PROFESSIONNELLE DE (Véhicules

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 18 décembre 2014. [sur la base du rapport de la Troisième Commission (A/69/489)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 18 décembre 2014. [sur la base du rapport de la Troisième Commission (A/69/489)] Nations Unies A/RES/69/199 Assemblée générale Distr. générale 5 février 2015 Soixante-neuvième session Point 105 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale le 18 décembre 2014 [sur

Plus en détail

Nouvelle loi sur les épidémies

Nouvelle loi sur les épidémies Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Nouvelle loi sur les épidémies Questions et réponses Date : juillet 2013 Table des matières

Plus en détail

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés pour régler ses dettes et ainsi respecter ponctuellement ses échéances, elle peut tenter de rechercher avec

Plus en détail

Loi fédérale sur les résidences secondaires

Loi fédérale sur les résidences secondaires Loi fédérale sur les résidences secondaires (Loi sur les résidences secondaires, LRS) Projet du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 75 et 75b de la Constitution 1, vu le message

Plus en détail

Comment me protéger face aux risques liés à ma fonction de dirigeant d'entreprise?

Comment me protéger face aux risques liés à ma fonction de dirigeant d'entreprise? Comment me protéger face aux risques liés à ma fonction de dirigeant d'entreprise? PASS RC des Dirigeants d'entreprise Prévention juridique ASSistance pénale d urgence Responsabilité Civile des Dirigeants

Plus en détail