Les représentations du portage des bébés chez les mères et les professionnels (le)s. Mémoire de Fin d Etudes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les représentations du portage des bébés chez les mères et les professionnels (le)s. Mémoire de Fin d Etudes"

Transcription

1 Filière Soins Infirmiers Bachelor 07 Les représentations du portage des bébés chez les mères et les professionnels (le)s Mémoire de Fin d Etudes BEN ALLA Souad - Matricule N STRUB TRAORE Rebecca Matricule N TEFFAH Sakina Matricule N Directeurs de mémoire : - Mr Philippe Longchamp Chargée d enseignement -Mr Fabien Mock- Chargée d enseignement Membre du jury externe : - Mme Marianne ROSSI Infirmière au service de gynécologie (HUG) Genève, octobre 2010

2 TABLE DES MATIERES : 1. REMERCIEMENTS INTRODUCTION 6 3. POURQUOI LE PORTAGE : Questionnement de départ Présentation du sujet Motivations CADRE THEORIQUE : Historique de la puériculture Le statut de l enfant Phases pastoriennes et psy Les deux modèles de soins Le retour au naturel Le lien d attachement Le regard / le toucher Le rôle maternel La mère dévouée L évolution récente de la puériculture La représentation du bébé dans le monde Le portage dans le monde Le bercement rituel METHODOLOGIE : Choix de l outil de travail Entretiens Règles éthiques de la recherche Guide de l entretien.30 2

3 5.5 Déroulement des entretiens Méthode d analyse des données L ANALYSE DES ENTRETIENS : Portraits des personnes interviewées Portraits des professionnels Portraits des mères Analyse des entretiens professionnels La formation du portage Les cours de portage Comment bien porter? La professionnalisation du portage Les représentations des professionnels face à cette pratique Analyse des entretiens avec les mères Les motivations pour cette pratique Les représentations des mères pour le portage L analyse des points communs entre les professionnelles et les mères : Mode Savant ou mode familial pour un bon portage Le portage thérapeutique Influence de la Société : mouvement «écolo», le naturel vénéré Le portage: ni un modèle savant, ni un modèle traditionnel? Le portage : un moyen compensatoire : La mère qui travaille Une séparation précoce à l accouchement Effet compensatoire pour renforcer le lien entre le père et l enfant L Influence du manque de temps..71 3

4 7. CONCLUSION : Positionnement personnel et professionnel Bilan de notre recherche BIBLIOGRAPHIE ANNEXES : Grilles des entretiens : professionnelles et mères Retranscription des entretiens : Infirmière Indépendante Infirmière puéricultrice, travaillant à l hôpital de la Tour Monitrice de Portage, X Mère d un enfant de 11 mois, Vétérinaire Mère d un enfant de 13 mois, mère au foyer Mère d un enfant de 13 mois,

5 1. REMERCIEMENTS Nous exprimons toutes nos gratitudes à monsieur Longchamp Philippe et monsieur Mock Fabien pour leurs efforts fournis, les conseils prodigués, leur patience et leur persévérance tout au long de notre travail de fin d étude. Nous remercions Mme Rossi Marianne d avoir bien voulu accepter de faire partie des membres du jury. Nous tenons à remercier également les enseignants qui nous ont donné la science indispensable pour exercer notre profession d infirmière. Nous adressons nos remerciements aux personnes que nous avons interviewées, de nous avoir consacré du temps pour répondre à nos questions. Et nous remercions toutes les personnes qui ont participé de près ou de loin à l accomplissement de ce modeste travail, comme Mme Ferrari Suzanne. 5

6 2. INTRODUCTION Le portage des bébés révèle des aspects non soupçonnés de notre société occidentale. Les changements importants auxquels nous sommes soumis influent sur différents aspects de notre vie. Au cœur de notre travail, se trouve le tout début d une relation entre l enfant et ses parents. Elle a beaucoup été modifiée selon les siècles. L enfant a pris une autre signification, et une autre place dans la vie des parents et de la société. Ainsi il y a un corps de spécialistes qui s est créé, afin de donner des recommandations dans le domaine de la puériculture qui a longtemps été le domaine des mères. Parallèlement, les avancements de la technologie changent la perception de la naissance, notamment de la survie. Cette dernière étant «garantie» dans la plupart des naissances, les priorités autour du nouveau-né ont changé. La femme aussi, a un nouveau rôle dans la société. Aujourd hui, les mères combinent souvent une vie professionnelle avec leur rôle de mère et d épouse. La famille se compose d un nombre plus restreint, et le style de vie est devenu plus individualiste. Est-ce que l individualisme, le féminisme, le capitalisme, les sciences, les nouvelles technologies peuvent avoir une influence sur la relation mère-enfant? L importance de la science et des études amène un autre mode de transmission. Aujourd hui le savoir ne se transmet plus de père en fils, ou de mère en fille, mais plutôt de professionnels aux profanes, c est- à dire dans le domaine de la puériculture, les nouveaux parents. Ces parents d aujourd hui, que désirent-t-ils pour leur enfant? Comme tous les bons parents, ils désirent ce qu il y a de mieux pour leur progéniture. Cependant «le mieux» est un terme qui se mesure difficilement, et qui fluctue selon les représentations qu ont les parents et aussi les professionnels. Les représentations changent au cours du temps car leur «construction» est très complexe et elles sont influencées par de nombreux facteurs, comme nous essaierons de le démontrer dans ce travail. 6

7 3. POURQUOI LE PORTAGE 3.1 Questionnement de départ Revenons un peu en arrière, le : 08 octobre 2008 : Nous nous étions intéressées à la relation mère/enfant dans deux cultures différentes (africaine et occidentale) et aux différentes pratiques de puériculture. Les trois principales questions que nous nous sommes posées au départ sont : - Quelles sont les répercussions de la représentation de la mère malienne/française de son enfant dans le quotidien? - Pourquoi les soins de puériculture en Occident réintègrent des soins d autres cultures (portage, massage, allaitement, pratique autour du sommeil, emmaillotement) - Quels problèmes rencontrent les infirmières en maternité/pédiatrie face à des pratiques d autres cultures? Et comment adaptent-elles les recommandations de l institution? Les notions essentielles, au départ, ont été : - Relation mère-enfant - Soins culturellements adaptés - Représentations de l enfant - Pratiques de puériculture Dans la relation mère-enfant, ce qui nous captivait étaient les liens qui se créent entre la mère et l enfant, l impact que cela pourrait avoir sur le développement de l enfant et l équilibre psychique de la mère. Soins culturels adaptés : il nous semblait intéressant de mettre en évidence les pratiques de puériculture de différentes cultures rencontrées dans la maternité à Genève, et les problèmes qui se posent suite à ces divergences. Mais aussi ce que vivent les professionnels de santé face à ces pratiques. Représentation de l enfant : Nous voulions étudier comment l enfant est considéré dans la famille, et dans la société, mais aussi les attentes de celui-ci auprès de ses parents. Pratique de puériculture : comment la pratique de puériculture est reliée à la représentation de l enfant et pourquoi existe-il des divergences selon les différentes cultures. 7

8 Nous pensons que les compétences interculturelles sont des éléments importants dans les soins infirmiers, car nous pouvons être confrontées à diverses personnes de cultures différentes. Lors de nos derniers stages, nous avons remarqué des problématiques liées à l inter culturalité donc nous pensons qu il serait intéressant de comprendre cet aspect. Notre question de départ a été : Quelles sont les différences de pratiques de puériculture des mères provenant de l Afrique du nord et de l ouest, et les difficultés rencontrées pendant leur hospitalisation à Genève? Au début de notre 3 ème année bachelor : Suite à nos lectures et aux difficultés rencontrées, nous avons donc plus ciblé notre problématique. Nous nous sommes concentrées sur une seule pratique de maternage : le portage. 3.2 Présentation du sujet Le portage s ouvre de plus en plus à des gens dont les styles de vie diffèrent les uns des autres. Selon l institut national de la santé du Québec, c est au cours des trente dernières années que des travaux de recherche ont démontré l importance du contact physique pour le développement de l enfant. Cette découverte a entraîné l augmentation du portage bébé en Amérique. (Beauregard D., Comeau L., Poissant J., 2009) Partout dans le monde, les bébés sont ainsi portés par leur mère (boubou en Afrique, mei tai en Chine, tonga ailleurs ), pourquoi a-t-on dédaigné ce contact privilégié en Europe, et notamment à Genève? Le portage en écharpe ou en porte-bébé commence néanmoins à séduire de nombreux parents. Nous avons donc décidé de faire des recherches sur cette tendance, et nous nous sommes particulièrement intéressées aux représentations auprès des infirmiers (ières), des monitrices de portages puis des mères. 3.3 Motivations Il nous est apparu pertinent de s intéresser au contact mère-bébé en passant par le portage à Genève. Le mode du portage diffère selon les pays, les cultures et les moyens disponibles. Actuellement, nous sommes impressionnées par le nombre de mères qui modèrent leur façon de s approcher de l enfant. Elles recherchent le contact direct, en même temps que la communication. Toutes les trois, nous étions intéressées par l univers maternant, et l une parmi nous finalise un projet sur un porte bébé qui sera peut être mis sur le marché. 8

9 4. CADRE THEORIQUE 4.1 Historique de la puériculture : Comme nous allons le détailler par la suite, à travers les derniers siècles le statut de l enfant change, et avec lui, les méthodes de puériculture. Les recommandations faites aux parents se sont modifiées considérablement. Tantôt l enfant est mis sur le ventre pour dormir, tantôt sur le dos ; tantôt les parents dorment dans le même lit que leur progéniture, tantôt les parents isolent leurs enfants dans une chambre à part, réservé à cet effet. Pourquoi tous ces changements en Occident? D autant plus que nous observons une transmission très ancienne et peu modifiée au cours des siècles, comme le portage au dos dans certaines cultures non-occidentales comme en Afrique de l Ouest par exemple. Le portage d un enfant sur le dos n est pas une nouveauté. Selon Blandine Bril, psychologue et anthropologue, la première représentation d un enfant porté provient de peintures rupestres de l époque magdalénienne, il y a environ dix mille ans. Cependant ce portage est pratiqué de diverses manières, et ne prend pas la même signification à travers les époques et les pays du monde. Pour mieux comprendre cette signification, il est nécessaire d observer le statut de l enfant comme nous allons le démontrer par la suite. 4.2 Le statut de l enfant : S. de Vallambert (1565), cité par B. Bril (2008) dans un ouvrage intitulé «De la manière de nourrir et de gouverner les enfants dès leur naissance», s appuie sur la théorie hippocratique pour prodiguer des conseils à partir d un commentaire bienveillant sur les pratiques de son époque. Pour la médecine hippocratique, nature, science et morale sont liées. La maladie résulterait d un déséquilibre. Les soins corporels contribueraient à une libre circulation des humeurs, ce qui éviterait ce déséquilibre. «la tendresse de la nourrice, valorisée par les médecins, va favoriser la bonne digestion et le développement harmonieux de l organisme. Pour aider à la bonne circulation des humeurs, elle devra le dorloter, le caresser, le traiter doucement, l embrasser, chanter, danser avec lui, le tenir dans les bras et lui donner la mamelle. (p 41-47) Pour le médecin hippocratique, l enfant n est pas achevé à la naissance. Les soins au bébé permettront de le façonner. Ce corps mou et malléable, non encore solidifié justifie toute une série de pratiques corporelles afin que le corps se fortifie et ne se déforme pas. Pendant le Moyen Age, l enfant était une chose amusante mais peu attachante, avec lequel on jouait comme avec un animal, un petit singe. S il mourait, comme cela arrivait fréquemment, on n y attachait pas trop d importance, car il allait de toute façon être remplacé par un autre. 9

10 L enfant s éloignait vite de ses parents, et la transmission des valeurs et des savoirs, ainsi que la socialisation de l enfant n était pas assurés uniquement par la famille. Dès qu il survit ses premières années et que la période du mignotage de l enfant fut dépassée, il grandissait souvent ailleurs que dans sa famille. La société traditionnelle n était pas organisée autour de cette famille, comme dans notre société industrielle. Cette dernière se distinguait mal à l intérieur d un espace social beaucoup plus dense et chaud. Le mariage, ainsi que la vie commune, n avaient pas de fonction affective. L amour n était pas forcément toujours absent, cependant le sentiment entre époux ou entre parents et enfants n était pas nécessaire à l existence de la famille. L enfant s éloignait vite de ses parents, et l éducation fut assurée par l apprentissage auprès des adultes en général. L enfant ou le jeune homme apprenait les choses qu il fallait savoir, en aidant les adultes à le faire. A partir du XVII siècle, l école s est substituée à l apprentissage comme moyen d éducation. Commence alors un long processus d enfermement des enfants (comme des fous, des pauvres et des prostituées) qui ne cessera plus de s étendre jusqu à nos jours et qu on appelle la scolarisation (P. Ariès, 1973, p. 8) Au XVIe siècle, un ensemble de transformations sociales, économiques, culturelles, provoque une rupture dans la manière de concevoir l enfance. La valeur individuelle de l enfant est prise en considération, signe, pour reprendre l expression de J. Gélis (1986), d une orientation nouvelle de la sensibilité qui va se centrer sur l individu. Dans le même temps, le souci de l éducation de l enfant devient primordial. (Bril, 2008 p.27) On s efforce (au XVIe et au XVIIe siècle) de pénétrer la mentalité des enfants pour mieux adapter, à leur niveau, les méthodes d éducation (Bril, 2008, p.140). Le XVIIe siècle est également témoin des grands voyages de naturalistes. En Europe, on découvre à cette époque des variations des pratiques selon les cultures. Le scientifique Buffon par exemple conclu que la manière dont les sauvages élèvent leur enfant est plus saine que celle des Français (publiée en 1749 dans Enfance ). Cependant l influence provenant de pratiques d autres cultures reste marginale. (Bril, 2008, p.29) Au XVIII e siècle, l'essor de nouvelles catégories sociales dans les villes et dans les gros bourgs est indéniable. Parmi les nouvelles couches, on trouve la bourgeoisie marchande ou financière, qui profite de l enrichissement global, et les laboureurs, des paysans riches qui peuvent offrir à leurs enfants une éducation. (Encyclopédie Wikipédia, mars 2010). La représentation de l enfant change considérablement surtout dans les milieux de l aristocratie et la bourgeoisie. Dès lors l enfant n est plus un petit adulte. Une nouvelle dimension de la famille apparaît, qui se construit autour de l enfant et son éducation. L enfant devient un objet d étude en lui-même comme le dit Parrat- Dayan : Le fameux tournant du XVIIIe siècle dont parle Ariès ne serait pas une découverte du sentiment de l enfance mais celui de l invention de l enfance en tant que sujet d investigation scientifique. (Bril, 2008 p.29) Cependant le terme de puériculture n apparaît que dans la seconde moitié du XIXe siècle. 10

11 Pourtant, nous notons qu en Orient, la question de l éducation a été traitée bien avant déjà, comme le montre les écrits du philosophe Avicenne (1037). Ces transformations et changements des méthodes d éducation ainsi que les méthodes de puériculture, seraient spécifiques à l Occident. Nulle part ailleurs que dans les pays industrialisés, il y a autant de changements de comportement dans le domaine de la petite enfance selon les époques. 4.3 Les phases pastoriennes, néo- pastoriennes et psy : Le docteur Caron, inventeur du terme de puériculture écrit en 1866 : «La puériculture ou la science d élever hygiéniquement et physiologiquement les enfants». Dans cet ouvrage ce médecin affirme la nécessité de rompre avec l empirisme traditionnel, d acquérir des compétences fondées sur la science et d interposer entre la mère et l enfant le pouvoir médical. Le traditionnel devenu peu rationnel, il est mis de côté et les médecins entreprennent l éducation des mères, qui sera fondée sur la nécessité d une régularité stricte. Il s agit alors de tout chronométrer : horaires, quantités, pesées, quel que soit le domaine - alimentation, propreté, sommeil, affectivité (Schmitd, 1901 cité par Bril 2008, p.49) Au XIXe siècle la mise en évidence des microbes par Pasteur, permet de mieux comprendre le système de contagion. Cette découverte a des conséquences importantes : lait bouilli, eau contrôlée, eau oxygénée, mains lavées, ongles coupés, cheveux courts, plaies nettoyées, tétines stérilisées. on demande aux mères des conduites rationnelles et méthodiques en accord avec ce que prescrit le modèle médical. Pour protéger les enfants des microbes il s agit d éduquer les mères, mais en comparaison avec le passé, d une manière plus autoritaire presque tyrannique. Il s agit de leur inculquer une nouvelle morale et, à travers elles, à la société toute entière. Cette nouvelle morale doit s accorder avec les nouvelles valeurs sociales : rationalité, efficacité, régularité C est avec ce modèle que les médecins vont penser ce que doivent être le rapport mère-enfant : la mise à distance des microbes conduit à celle des personnes. (Bril, 2008 p.50) Dans ce sens, ces trois phases de puériculture sont décrites par Séverine Gojard à travers son article sur l alimentation dans la prime enfance : en premier lieu, la puériculture pasteurienne, ensuite la puériculture néo-pastorienne, qui toutes deux attribuent un système rigide de normes et d obligations sur les conditions de vie de l enfant, mais qui se distinguent par un assouplissement des règles de l une à l autre. Face à l évolution de ces normes, apparut la puériculture psy, qui elle, réhabilite des pratiques dites traditionnelles. Voici un exemple concrétisant cette évolution citée dans son article : Les prescriptions pasteuriennes rendent obligatoire la stérilisation du lait et du biberon ; les prescriptions néo-pasteuriennes ne portent plus sur la stérilisation du biberon (l utilisation du lait maternisé en poudre stérile rendant superflue la stérilisation du lait) ; selon les prescriptions psy, un nettoyage soigneux des biberons suffit et la stérilisation est dénoncée comme une perte de temps inutile, voire nuisible (p.477). 11

12 Mais tantôt les règles pasteuriennes perdent leur importance car la priorité n est plus de lutter contre la mortalité mais d organiser le développement de l enfant. Le sens donné aux actes, prend une autre signification. Le lait maternel par exemple n est plus important afin de lutter contre les troubles digestifs, mais est important pour conforter les liens affectifs mère/enfant. Dans les années 1960, le Dr. Spock soutient que l allaitement crée une union plus profonde entre la mère et l enfant. Selon Laurence Pernaud l allaitement maternel ne constitue plus une affaire da santé mais devient un gage d amour. Dès lors un refus d allaiter sera considéré comme le symptôme d une mauvaise relation entre la mère et l enfant. (Bril, 2008, p.52). Le traditionnel a bien été réhabilité mais dorénavant les pratiques sont très théorisées. Il existe un nombre impressionnant d ouvrages de pratiques de maternage destinés à enseigner aux parents comment s occuper de leur nourrisson. Cependant tous les parents n apprennent pas les pratiques de maternage à travers des lectures. 4.4 Les deux modèles de soins : Séverine Gojard (2000), évoque deux modèles de soins à travers son étude sur l alimentation dans la prime enfance. Les résultats de son étude amènent au départ à différencier le modèle savant du modèle familier, et ensuite, à dégager de ses observations, le concept du continuum de l un à l autre. Ces modèles permettent, pour une pratique donnée, de mettre en évidence différentes approches des parents. Notamment le cas du portage, qui est un mode de porter l enfant pour lequel coexistent des justifications savantes et un savoir-faire traditionnel. Le modèle savant se caractérise par des connaissances et des expériences professionnelles, aussi une grande partie des classes supérieures ont un recours à des professionnels et à des ouvrages. Le modèle familial se caractérise par la pratique, ainsi que par la transmission inter-générationnelle. Ce modèle s observe plutôt dans les classes inférieures. Par ailleurs, la distinction entre ces deux modèles de transmission des savoirs relatifs à la puériculture est la manière dont les parents se construisent sur le type de sources de conseils, pour utiliser certaines pratiques de puériculture, Les classes sociales supérieures et moyennes, assez proche du monde médical, ont tenté d atteindre ces nouvelles normes en vigueur, tandis que les classes populaires restaient attachées à leur croyances et à leur habitudes anciennes (M.- F. Morel, 1993, L. Boltanski, 1976). De nos jours, dans la plupart des pays européens, le portage de différents types est plutôt un élément provenant du modèle savant qu un élément provenant du mode familial. 12

13 Cependant, Séverine Gojard a mis en avant ce constat : les femmes qui étudiaient et avaient un haut niveau de diplômes, s occupaient très peu de leurs frères et sœurs avant leur premier enfant. Les femmes de milieux populaires, s occupaient des bébés dès leur jeune âge avant leur premier nourrisson. Ceci-dit, ces femmes avec leurs faibles niveaux d études, étaient plus proches de leurs mères et recevaient constamment des conseils sur leur pratique. Toutefois, les mères actives avaient une attitude de distanciation vis-à-vis de leurs mères, et suivaient les normes de puériculture, en ayant recours à un pédiatre ou alors à des ouvrages. Cette étude est basée sur l alimentation, cependant une observation semblable pourrait être effectuée sur d autres thèmes comme le portage de bébé ou d autres pratiques de puériculture. Autre élément abordé dans cet article, c est la prise en compte par les médecins, des acquis de la psychologie et de la psychanalyse infantiles, qui a abouti à une évolution des différentes pratiques de maternage. Concernant notre sujet sur le portage de bébé, actuellement, les professionnels de santé donnent beaucoup d importance à la relation mère-enfant, l attachement, la notion de contact, de proximité, la place du père toutes ces réflexions conduisent à une nouvelle approche du nourrisson. Aujourd hui l enfant est le centre d intérêt des parents, et la famille s organise autour de lui. En Suisse, la Convention des droits de l enfant est en vigueur depuis Aujourd hui, tous les pays de la Terre l ont signée, sauf la Somalie et les Etats-Unis. En signant cette convention, les pays s engagent à respecter les enfants comme des personnalités à part entière et à les protéger. L UNICEF intervient dans de nombreux pays pour mettre en pratique les droits de l enfant. (kidsunited 2008) 4.5 Le retour au naturel Dans son œuvre : la civilisation des mœurs, Norbert Elias décrit le processus de civilisation très influencé par la cour royale et la bourgeoisie au XVIIIe siècle, qui s impose des règles de civilité afin de se distinguer des couches moins favorisées. La relation au corps devient plus distante et artificielle. Dorénavant il n est plus permis de roter, péter et faire ses besoins n importe où, ou n importe quand. Une personne dite civilisée, doit respecter certaines règles. Avec le progrès technique, pendant et après la révolution industrielle 1, la couche moyenne, vit de plus en plus dans le milieu urbain, et hérite les mœurs de la civilisation des couches des rangs supérieurs. Petit à petit, ces mœurs sont intériorisées en tout individu, et font partie de la norme d éducation de la société occidentale. Il est intéressant de constater à travers des pratiques comme la relaxation, la méditation, les aliments biologiques, les séjours à la montagne ou à la plage qu un certain désir de retour vers le naturel se fait ressentir aujourd hui. Cependant la relation de l homme moderne à la nature a changé. 1 La révolution industrielle, expression créée par Adolph Blanquin, désigne le processus historique du XIX e siècle qui se caractérise par le passage d'une société à dominante agraire et artisanale à une société commerciale et industrielle. (Encyclopédie Wikipédia, 2010) 13

14 La nature, autrefois perçue comme lieu de tous les dangers, est devenue en moins de deux siècles l archétype de l harmonie tranquille et reposante, opposée au stress de la vie urbaine. (Cité par Gullestad, 1992 dans J.C Kaufmann p.31). Mais en réalité, comme le dit J.C. Kaufmann, il ne s agit nullement d un retour à l état de nature, mais au contraire d un raffinement culturel. (p.32) En prenant l exemple de la plage nous pouvons constater qu elle est nettoyée et entretenue afin qu elle soit un lieu confortable, tout en ayant un aspect sauvage afin de donner l impression d être dans un lieu naturel. De même quand les femmes se dévêtent sur la plage, ce qu elles montrent (ongles de pieds vernis, aisselles rasées, aines épilées) est soigneusement travaillé (Montreynau in Kaufmann 1995). Donc le naturel car dévêtu, n est pas aussi naturel que cela pourrait paraître au premier abord. Le naturel est perçu d une autre manière aujourd hui. Selon Berger, la référence au naturel joue de plus en plus le rôle de garantie d une vérité d ordre supérieur dans des domaines très divers. C est l opposition à la rationalisation, à l intellectualisation. Il suffit de feuilleter quelques magazines de bien-être pour découvrir qu un nouveau mode de penser, centré sur l écoute de son corps, ( naturel, équilibre, harmonie, antistress ) a pris une place importante dans la société occidentale de nos jours. La pratique du portage du nouveau-né dans un tissu ou un kangourou est-il une pratique provenant de ce mouvement de pensée? Est-ce un désir à un retour au naturel qui donne plus d importance au corps de l enfant, ainsi qu à la proximité entre mère (ou porteur en général) et enfant? La psychologie qui semble jouer un rôle important dans le domaine de la puériculture, est une science qui a pris de l importance relativement tard par rapport aux sciences comme la médecine ou la philosophie, qui sont les précurseurs. La fin du XIX ième siècle marque véritablement l apparition de la psychologie comme une discipline à par entière. Ainsi l école de Salpêtre à Paris, autour du neurologue Jean- Martin Charcot ( ) développe un corpus théorique reliant le psychisme aux manifestations organiques. (Encyclopédie Wikipédia, 2010) D après Lacan (1966), l immaturité proprioceptive du nourrisson lui fait apparaître son corps comme morcelé, ce manque d unité du corps ayant un effet anxiogène. La relation fusionnelle avec sa mère semble être le seul moyen de satisfaire les données proprioceptives éparpillées et ainsi atténuer l angoisse de morcellement. Etre à l écoute de son corps est valorisé dans la société occidentale moderne, comme le montre de nombreuses lectures pour les parents, par exemple cet article paru dans le magazine Parents : Bien avant de naître le bébé est sensible aux caresses ( ). Véritable moment de plaisir et message d amour, le massage peut avoir aussi une valeur thérapeutique chez l enfant. (C. Conlinna- Cesari, 1991, cité par Bril, 2008, p. 271). Plus loin l auteur décrit les effets de ce massage intégral qui est supposé : Favoriser l intégration de la personnalité et le plein épanouissement, et donner à l enfant un meilleur sens de l équilibre et de son schéma corporel. 14

15 Il lui fait découvrir un état de plénitude, de paix et de relaxation profonde qu il n oubliera jamais et qu il retrouvera plus facilement tout au long de sa vie. C est un moyen privilégié pour l aider à grandir tout en préservant sa santé globale. Il faut voir combien cela coule de source pour un bébé ou l enfant! Quel plaisir il prend à être massé, et combien cela est non seulement structurant et gratifiant pour lui, mais reste une expérience acquise chargée de sens, et qu il prend très au sérieux (C. Conlinna- Cesari, 1991 cité dans B. Bril p. 272). Ces recommandations montrent clairement comment les théories psychanalytiques ont conduit indirectement à un discours bien différent sur les pratiques de maternage qu à l époque du XIXe siècle. L héritage chrétien de la domination de l esprit sur le corps, ce dernier étant source de péché, s est modifié au cours du temps. Aujourd hui il est devenu important de trouver un équilibre entre le corps et l esprit. Les soins à la personne hospitalisée par exemple ne se limitent plus aux soins corporels, mais à la personne dans sa globalité (en tant qu être bio- psycho- social). L état psychologique est devenu une partie importante dans le processus de bienêtre. Le bébé est de nouveau dorloté et porté sur les bras, comme le recommandait le modèle hippocratique, sauf que le sens qu on donne à ces pratiques a changé. La psychanalyse explique les bienfaits de ces pratiques par la création du lien entre mère et enfant qui permettra la construction du moi de l enfant. Winnicott par exemple a développé des notions comme : le holding et le handling. Le holding, correspond à la manière de maintenir, porter l enfant physiquement et psychiquement. Selon Winnicott, cela soutiendrait le MOI de l enfant encore immature, et mettrait en place le sentiment d exister et de se sentir comme une unité différenciée. «C est la façon dont l enfant est porté physiquement et psychiquement par la mère (ou l entourage)». La qualité du portage ou Handling selon WINNICOTT, l enveloppe corporelle que forme les bras de la mère et qui contient le bébé, le protège de la sensation de partir en morceaux. (Gassier, J. & Saint-Sauveur, C., 2007, p.382). D. Winnicott décrit le portage à travers les notions de holding soit la façon dont le bébé est porté et les ajustements posturaux qui se jouent entre la mère et son bébé. Le handling: est la manière dont le bébé est manipulé et soigné. Cela apporte un bien-être physique au nourrisson. Par cette fonction, le bébé se sentira peu à peu vivant dans son corps. Winnicott appelle personnalisation l union entre la vie psychique et le corps du nourrisson. 4.6 Lien d attachement: L étude d Anisfeld et coll. (1990) démontre l utilité des porte-bébés pour promouvoir l attachement sécurisant chez l enfant. Les enfants portés plusieurs fois par jour à partir de la naissance jusqu à environs huit mois ont, à l âge d un an, développé un attachement sécurisant dans 83% des cas, contre 38 % pour les enfants du groupe contrôle qui étaient transportés dans un siège rigide. 15

16 Selon Anisfeld, cet attachement sécurisant entraîne chez l enfant sa confiance envers ses parents et sa confiance en lui-même, pour lui permettre d explorer son environnement. Les comportements d attachement permettent de favoriser la proximité, de nature innée. Ils ont pour fonction d attacher l enfant à sa mère, et de favoriser un lien d attachement. L'attachement est universel chez les humains : c'est un phénomène instinctif et biologique. Il désigne une forme de compréhension tacite qui ne s'acquiert ni par raisonnement, ni par un apprentissage : il est donc intuitif. L'enfant développe des liens d'attachement multiples, selon un ordre d'importance, mais il privilégie généralement sa relation avec sa mère. Soit l'attachement décrit une relation intime (et généralement affectueuse) dont l'influence se fait sentir toute la vie, il a donc des effets durables. Selon le principe central de la théorie de l'attachement, la relation réciproque entre l'enfant et la personne qui en prend soin, a une fonction biologique. Cette relation vise principalement à accroître les chances de survie du nourrisson en l'incitant à rechercher la proximité avec une personne qui s'occupera de lui. La figure d attachement qui semble la plus évidente est la mère : celle qui passe le plus de temps avec l enfant, mais aussi qui lui prodigue des soins de routine, qui répond à ses demandes. Mais n oublions pas la place du père, qui occupe la figure d attachement subsidiaire. En cas d absence de la mère, l enfant se retournera vers lui, afin qu il puisse lui apporter sécurité et consolation. La relation d attachement prend du temps, ce n est pas un phénomène immédiat. La relation d'attachement prend aussi en considération les aspects émotifs de la relation mère-enfant. Selon Bowlby, il est très important que l'enfant éprouve une certaine sécurité émotionnelle (felt security), et se forge des modèles internes opérants. On reconnaît aussi que l'enfant adoptera des comportements d'attachement dans la mesure où le système d'attachement est sollicité. Par conséquent, la documentation suggère que la sécurité de l'attachement repose sur la réceptivité et l'accessibilité de la mère : Nous pouvons supposer que la mère en portant son enfant répond à ses demandes, et montre sa présence en mettant le bébé contre elle. Une fois établie, la sécurité de la relation de l'enfant avec sa mère ou un autre fournisseur de soins est très stable à long terme et permet, selon les recherches, de prédire d'autres aspects du développement infantile comme les compétences interpersonnelles et les aptitudes à la résolution de problèmes (Sroufe et coll., 1990; Sroufe et coll., 1992). En 1958, paraît un premier article d Harry Harlow, qui présente ses observations sur la déprivation maternelle chez les singes. Dans la même année, John Bowlby publie un autre article, dont le sujet aborde les liens privilégiés entre la mère et le bébé. Il y a eu également d autres publications psychanalytiques et psychologiques. 16

17 Celles-ci concluent à quatre théories principales concernant la nature et le lien de l enfant : La théorie de la tendance secondaire, terme tiré de la théorie de l apprentissage : Cela concerne les besoins physiologiques de l enfant particulièrement le besoin de nourriture et de chaleur. La mère répond ainsi aux besoins de l enfant ce qui entraine un attachement à une figure humaine. On peut aussi appeler cette théorie : la théorie des relations d amour de l objet nourricier. La théorie de la succion primaire de l objet : L enfant établit une relation avec sa mère lors de l allaitement, un besoin inné que l enfant obtient à la naissance. Le bébé prend conscience avec le temps, que le sein fait partie de sa propre mère, et c est ainsi que le lien se crée. Et nous savons que pour allaiter, la mère porte son enfant. La théorie de l agrippement primaire à l objet : L enfant subvient seul à un besoin qui est d être en contact avec un être humain et à s y accrocher. Ce besoin est d autant important que celui de nourriture et de chaleur. C est le psychanalyste hongrois HERMANN (1943) qui, le premier, a décrit l instinct de cramponnement chez l homme. Nous pouvons ainsi dire, selon cet auteur, que le portage pourrait être un besoin que l enfant doit acquérir afin de favoriser ce lien d attachement entre l enfant et sa mère. La théorie du désir primaire de retour au ventre maternel : L enfant est sorti du ventre de sa mère malgré son regret. Donc il désire y retourner. Le portage peut remettre l enfant dans le même contexte, comme s il était dans le ventre de sa maman en étant en contact avec celle-ci, et pratiquement dans le même emplacement : posé contre son ventre. Selon Nicole et Antoine Guedeney, tout comportement qui permet une proximité avec l enfant peut être considéré comme un comportement d attachement. Aujourd hui, on reconnaît que l'attachement est la base sur laquelle les enfants construisent leur sociabilité (Greenberg, Cicchetti & Cummings, 1990). Théorie de Bowlby : La notion d attachement a acquis un sens précis en psychopathologie, avec le psychanalyste anglais BOWLBY qui a exposé sa théorie de l attachement. Cette théorie s appuie sur la notion de relation d objet en psychanalyse. L attachement est défini par BOWBLY comme le produit de l activité d un certain nombre de systèmes comportementaux qui ont pour résultat prévisible la proximité de l enfant par rapport à sa mère. 17

18 Bowlby a mis en évidence cinq schèmes comportementaux liés à l attachement : la succion, l agrippement, le comportement de suivre, les pleurs et le sourire. Il est important de souligner que dès un âge très précoce, ces systèmes peuvent être activés par une vaste gamme de stimuli. L enfant cherche à maintenir la proximité avec sa mère par des sourires, des appels, en la suivant du regard ou plus tard en allant vers elle. Il manifeste des expressions émotionnelles (joie ou pleurs) quand elle revient ou s éloigne, et se sert d elle comme base d exploration. A partir de certaines lectures, nous pouvons dire que l enfant exprime des sensations de faim, de malaise, de fatigue, de peur, de chagrin afin que la mère puisse subvenir à ses besoins et c est ainsi que l attachement se crée. Nous supposons que la mère répond à ses plaintes en portant l enfant afin de l apaiser et lui apporter sécurité. La théorie de l'attachement, formulée par John Bowlby, après les travaux de Winnicott, Lorenz, Harlow, est la théorie selon laquelle l'attachement est l'un des besoins primaires du jeune enfant, vital et nécessaire à sa survie : le bébé s'attache à la personne qui s'occupe de lui, car il en a besoin pour être rassuré et protégé. Selon Bowbly, l attachement existe chez tous les primates, mais il est vital pour les humains qui sont les plus démunis à la naissance, les plus longtemps dépendants des soins d'un adulte. Cependant l'attachement, loin de n'être qu'une dépendance, est un moyen pour l'enfant de développer une sécurité qui le mènera vers la possibilité d'explorer autour de lui, puis vers l'autonomie. Peut-on dire que le portage est un moyen qui favoriserait ce lien d attachement entre la mère et son enfant? 4.7 Le regard/le toucher Quand on parle de l éducation morale du jeune enfant, de l apprentissage de la civilité, de la pudeur, des façons de se conduire en public, c est en fait très souvent du corps qu il s agit, de la nécessité de réprimer ses manifestations trop violentes, trop naturelles. Les institutions : Ecole, église s occupe de contenir l enfant et de réfréner ses pulsions au nom de la morale. Les traités de civilité se livrent petit à petit à une mise au pas systématique de toute sensation, de toute spontanéité. Alors que l enfant, dans sa découverte du monde, accompagne son regard de gestes concrets, les traités de civilité répriment le goût, le toucher, l odorat, les mouvements de désignation. (Loux, 1979, p. 79) Dans certains pays, comme au Maghreb ou en Afrique de l Ouest, il n est pas rare de voir des hommes ou des femmes entre elles se tenir par la main. Sur la place publique, le contact est un parti intégrant dans les gestes quotidiens. En Occident, le regard a commencé à jouer un rôle primordial dans la première phase du processus de civilisation. Alors que les manières étaient jusque là dictées par la tradition, les individus prirent peu à peu la nouvelle habitude consistant à s observer mutuellement pour régler leur conduite. La vue commence à sortir de son trouble, l œil s aiguise ( ) 18

19 Bref, voilà un sens privilégié dont l horizon perceptif s élargit au point de supplanter les autres, dont l expansionnisme instaure bientôt un autre rapport au monde, moins immédiat, moins palpable, moins affectif. Un rapport descriptif, analytique, abstrait, intellectuel par excellence (Perrot, in Kaufmann, 1995 p.30) Le toucher s est enfoui de la place publique dans des sphères plus intimes. Dans le processus de civilisation la libération ne concerne pas le toucher. La diminution des contacts physiques est une conséquence des nouvelles modalités du lien social, contrôlé et à distance. On constate en feuilletant les ouvrages de puéricultures sur le marché, que le toucher, le massage et le contact direct du nouveau-né avec sa mère, à travers le portage en écharpe, sont encouragés. Cependant ce contact est bien visible ou public, donc hors de la sphère privée. Ou serait-ce une partie de la sphère privée qui se met sous les regards publics? 4.8 Le rôle maternel Pendant le XIXe siècle encore, les mères étaient vouées à la reproduction. Elles devaient rester au foyer, nourries et protégées par les pères, pour élever la progéniture et gérer la vie privée. Depuis 1945 les mères sont sorties de leur foyer pour travailler. Ainsi, elles ont créé des liens sociaux autonomes. Cependant les mères n ont pas complètement quitté le foyer, mais se sont réorganisées en fonction de leurs nouvelles conditions de vie. «Autour de 1955, une conversion remarquable s opère chez les dirigeants politiques : ils veulent engager les femmes, mère ou non, dans le travail productif. Soucieux d expansion économique, ils ressentent le besoin urgent de man- d œuvre et font feu de tout bois. Le gouvernement de Pierre Mendès France a délibérément programmé le déclin de l allocation de salaire unique. Au début de la V ième République, le troisième Plan de modernisation et d équipement ( ) prévoit des mesures pour inciter les femmes à travailler : offre d emploi à temps partiel, multiplication des crèches et garderies, perspectives de promotion. Le succès ne fut pas convaincant. Déçus les responsables du quatrième Plan ( ) ont recherché de la main- d œuvre du coté de l immigration et des rapatriés d Algérie. (Knibiehler, 1997, p.124) Les mentalités ont changé depuis le début du XX siècle, car la femme commence à devenir consciente de son rôle dans la société. Il ne s agit plus de suivre son destin aveuglement, c est à dire de se marier, d avoir des enfants et un ménage à gérer Certains événements comme la politique, l économie, les guerres (absence des maris), ainsi que l avancement de la science qui a permis un contrôle efficace de la fécondité, ont bouleversé le mode de vie des femmes. Avoir des enfants et les élever n étaient pas automatique car les femmes avaient d autres possibilités et intérêts. La femme a changé de statut. Elle n est désormais plus celle qui subit mais celle qui fait des choix, et cherche à satisfaire son épanouissement personnel. Le féminisme est un humanisme : c est- à- dire une théorie qui prend pour fin la personne humaine et son épanouissement, non pas une déclaration de guerre à l autre sexe. (Knibiehler, 1997, p.354) 19

20 Dorénavant, la maternité qui a tant changé depuis le début du siècle, n est plus au centre de l identité féminine. Dans les pays occidentaux, les femmes ont moins d enfants et avec le prolongement de la vie, l enfantement n occupe plus qu une séquence de la vie. L identité féminine, autrefois en lien avec le rôle de mère, s est approchée de l identité masculine. Les mères et les structures sociales doivent se réorganiser afin de combiner travail et maternité. La femme est devenue plus libre, et en même temps, sa responsabilité augmente, car maintenant que l enfantement est devenu un choix, elle doit en assumer les conséquences. Le capitalisme, ancré dans les esprits masculins, déteint sur les femmes, les mères, qui orientent leur journée de façon à leur donner un maximum d efficience. Il n est pas étonnant que les femmes instruites aient envie de faire valoir leur diplôme. Les couples choisissent de réduire le nombre de leur progéniture, pour pouvoir travailler tous les deux et pour pousser l enfant ou les enfants à faire des études supérieures. Est-ce que les politiciens qui ont poussé les femmes à travailler afin d accroître l économie, ont prévu ce phénomène? Car comme le dit Y. Knibiehler : ( ), la liberté féminine de ne pas enfanter (La Loi Veil de 1975 en France) contient une menace que tous les responsables politiques apprennent à redouter. Certes, depuis le recul de la mortalité, un taux de natalité exubérant serait périlleux. Mais l effondrement des naissances priverait le pays de forces vives, et compromettrait une expansion économique jugée de plus en plus indispensable. Tous les dirigeants de gauche, comme de droite se réveillent un jour natalistes et même familialistes, parce que la famille leur apparaît comme le moyen le plus sûr et le moins coûteux d élever des enfants. (p ). Elever les enfants à moindre prix cependant maintenant que le statut de la femme a changé, tout change et on ne peut évidemment pas revenir en arrière. Selon Knibiehler, les crèches et les garderies sont devenues un nouveau mode pour soulager pour les tâches de la mère. L Etat remplace de plus en plus les parents en ce qui concerne l éducation, et des nouveaux spécialistes, les «psy», sont venus se pencher sur le tout-petit. Leur observation a remis en question certaines pratiques médicales, mais elle tend aussi à alourdir la responsabilité maternelle. (p. 58) On commence à se poser des questions sur les effets qu a ce nouveau mode d éducation, sur les enfants. Ainsi les magazines sur la thématique de comment être une bonne mère ou des bons parents (car le père joue un rôle de plus en plus important dans l éducation des enfants) s accumulent. Les spécialistes se penchent sur la question comment être la meilleure mère possible, et en même temps répondre à ces aspirations professionnelles, ainsi que de préserver l harmonie dans son couple? «Comment situer la féminité entre l homme et l enfant? En vérité, les lois nouvelles et la libération des mœurs ont remis en question l identité féminine : viennent désormais au premier plan la jouissance et la séduction. Etre une femme c est savoir séduire, savoir baiser, savoir jouir. La féminité se pose en face de la virilité. ( ) Le plaisir sexuel, exalté, mythifié, supplante la vocation maternelle. La grossesse, l accouchement ne réduiraient-ils pas les jeux de l amour? D un autre coté la jeune femme veut être active, acquérir des compétences, un emploi intéressant, une totale indépendance économique. 20

LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON

LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON Enquête qualitative par entretiens semi-structurés auprès de 8 femmes primipares F DUMEL, S BILLOT-HADANA

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R)

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R) L Accompagnement des personnes âgées et des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer par différentes approches: - l haptonomie - le Sensitive Gestalt Massage)R( - la Réflexologie plantaire Préparé

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Le portage «Comment me porter, me consoler et me regarder?»

Le portage «Comment me porter, me consoler et me regarder?» Le portage «Comment me porter, me consoler et me regarder?» Définition Le portage c est : - Un maintien physique et psychique - Un savoir-faire de l adulte, à la fois corporel et psychique - Une manière

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Plateforme éducative Service de garde Sainte-Claire

Plateforme éducative Service de garde Sainte-Claire Plateforme éducative Service de garde Sainte-Claire Château d Émylie Introduction Le service de garde Sainte-Claire a ouvert ses portes au milieu des années 80, et à ses débuts, une trentaine d enfants

Plus en détail

d'éveil Couleurs Projet éducatif - Crèche de Colomiers Le jardin des premiers pas...

d'éveil Couleurs Projet éducatif - Crèche de Colomiers Le jardin des premiers pas... d'éveil Couleurs Le jardin des premiers pas... Création et gestion de crèches au service des entreprises et des collectivités Projet éducatif - Crèche de Colomiers Contact : Le directeur : Frédéric Alibert

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

L'acquisition de la propreté

L'acquisition de la propreté L'acquisition de la propreté La maîtrise des sphincters ou apprentissage de la propreté chez l enfant C est une étape majeure du développement corporel et social des jeunes enfants. Cette acquisition au

Plus en détail

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE)

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) DONNEE A LYON LE 9 MAI 2004 A L OCCASION DE L AG DE LA FEDERATION L INFLUENCE DES JUMEAUX SUR LA FAMILLE ET LA FRATRIE PENDANT LA GROSSESSE Deux grands

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans)

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Introduction Depuis plus de 50 ans, le «Camp du Tom» propose aux ados, âgés de 12 à 17 ans, de partir

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE N 220 - ROUFIDOU Irini L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE Pendant notre recherche du D.E.A., nous avons étudié l acquisition du langage chez le tout petit en

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

L ALIMENTATION ET LE SOMMEIL CHEZ L ENFANT. 1 L alimentation

L ALIMENTATION ET LE SOMMEIL CHEZ L ENFANT. 1 L alimentation 1 L ALIMENTATION ET LE SOMMEIL CHEZ L ENFANT Soit deux domaines à explorer qui ne sont pas questionnés sans raison car les difficultés alimentaires ou de sommeil chez les enfants constituent les motifs

Plus en détail

En quoi les nouveaux programmes pour l'école maternelle sont-ils nouveaux?

En quoi les nouveaux programmes pour l'école maternelle sont-ils nouveaux? En quoi les nouveaux programmes pour l'école maternelle sont-ils nouveaux? Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de l éducation nationale Toulouse 28 mars 2015 JOURNEE ACADEMIQUE AGEEM «Nouveaux programmes»?

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

La pratique sage-femme autochtone : en quoi consiste le travail d une sage-femme autochtone?

La pratique sage-femme autochtone : en quoi consiste le travail d une sage-femme autochtone? La pratique sage-femme autochtone : en quoi consiste le travail d une sage-femme autochtone? UNE NAISSANCE DANS LE NORD AVEC UNE SAGE-FEMME AUTOCHTONE «J ai eu le privilège d assister à une belle naissance.

Plus en détail

Cotonou, Bénin, 7 8 Aout 2013

Cotonou, Bénin, 7 8 Aout 2013 Organisation Mondiale des Associations pour l Education Prénatale (OMAEP 1 ) Premier Colloque International: «Education à la Vie dès la Période Prénatale» Cotonou, Bénin, 7 8 Aout 2013 Monsieur Toussaint

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

PROJET EDUCATIF. Eco Maison de la Petite Enfance de Mauvezin. CCBL ZA Route d Auch 32120 MAUVEZIN

PROJET EDUCATIF. Eco Maison de la Petite Enfance de Mauvezin. CCBL ZA Route d Auch 32120 MAUVEZIN PROJET EDUCATIF Eco Maison de la Petite Enfance de Mauvezin CCBL ZA Route d Auch 32120 MAUVEZIN Révisé en décembre 2013 Le projet éducatif est un outil nécessaire au travail d équipe. Il permet d élaborer

Plus en détail

Les ateliers Coaching Vital Plus

Les ateliers Coaching Vital Plus Les ateliers Coaching Vital Plus Une première à Paris! Cycle ateliers bien-être pour les femmes Un dimanche par mois à partir de novembre 2010 Etre mieux dans son corps, dans sa tête, dans son cœur, dans

Plus en détail

Site pilote de l IMBCI en Amérique du Nord

Site pilote de l IMBCI en Amérique du Nord CSSS La Pommeraie, Hôpital Brome Missisquoi Perkins certifié de l Initiative Ami des bébés 1999 Hôpital recertifié 2004 CLSC certifié 2005 CSSS certifié mai 2010 Site pilote de l IMBCI en Amérique du Nord

Plus en détail

La formation, Levier de changement?

La formation, Levier de changement? Texte publié dans La revue SPIRALE N 27 Septembre 2003 Editions Erès La formation, Levier de changement?, Puéricultrice D.E, Consultante en Lactation IBCLC Formatrice en allaitement et physiologie des

Plus en détail

Chapitre 2 : La structure en escalier ARISE

Chapitre 2 : La structure en escalier ARISE Chapitre 2 : La structure en escalier ARISE La structure ARISE fut à l origine mise en place dans un but pédagogique de manière à enseigner l art de la Séduction avec un outil pédagogique simple et efficace.

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base.

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base. AIDE-MÉMOIRE Définitions Consommer une variété d aliments nutritifs en quantité adéquate pour répondre à ses besoins. Alimentation équilibrée en termes de quantité et de qualité. Consommation d une variété

Plus en détail

Association Lire et Ecrire Section de Fribourg - Freiburg

Association Lire et Ecrire Section de Fribourg - Freiburg Association Lire et Ecrire Section de Fribourg - Freiburg PROJET : ATELIERS «LECTURE PARENT-ENFANT» Les ateliers «Lecture parent-enfant» sont des ateliers de formation et de prévention. Les parents y acquièrent

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION L'association à pour objectifs Aider les parents d'élèves dans la recherche d'organismes de séjours de vacances à l'étranger Aider les jeunes à voyager en proposant des

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant Pour une population plus active L école, un milieu stimulant Quelle est la meilleure manière d amener les personnes sédentaires à faire régulièrement de l activité physique? Voilà la question sur laquelle

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Organisation / Gestion du temps

Organisation / Gestion du temps Organisation / Gestion du temps Séquence 3 : La gestion des tâches dans le temps La transition entre le collège et le lycée pose de nombreuses questions. Au collège 1, le premier élément expliquant l échec

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

NOUVELLE APPROCHE PEDAGOGIQUE ET LUDIQUE. POUR ENFANTS (6-11 ans) EN DIFFICULTES. Auteures du programme, Sandrine Lefebvre et Catherine Mathieu

NOUVELLE APPROCHE PEDAGOGIQUE ET LUDIQUE. POUR ENFANTS (6-11 ans) EN DIFFICULTES. Auteures du programme, Sandrine Lefebvre et Catherine Mathieu NOUVELLE APPROCHE PEDAGOGIQUE ET LUDIQUE POUR ENFANTS (6-11 ans) EN DIFFICULTES (Troubles du comportement, handicaps, échecs scolaires ) Auteures du programme, Sandrine Lefebvre et Catherine Mathieu 1

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

etre être éducateur(trice) de jeunes enfants

etre être éducateur(trice) de jeunes enfants etre être éducateur(trice) de jeunes enfants etre éducateur(trice) de jeunes enfants sommaire 8 Introduction 11 Les EJE aujourd hui 11 Un métier de femmes? 12 Les spécialistes de l accueil collectif de

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL Jane Prudhomme, étudiante à la maîtrise en carriérologie (UQÀM) OBJECTIFS Objectif général : Travailler le sentiment

Plus en détail

Se préparer à devenir un Parent entraîneur

Se préparer à devenir un Parent entraîneur Se préparer à devenir un Parent entraîneur Le désir de mettre au monde des enfants est présent chez la majorité des adultes. C est un accomplissement personnel et social majeur qui apporte généralement

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

Kit du bénévole d accompagnement à la scolarité

Kit du bénévole d accompagnement à la scolarité Kit du bénévole d accompagnement à la scolarité réalisé pour la Maison du Combattant et des Associations du XIXème Avec le soutien de la Mairie du XIXème Par l Institut de Recherche et d Information sur

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 1. INTRODUCTION L OFS, en vertu de sa propre vocation, doit veiller à partager sa propre expérience de vie évangélique avec les jeunes qui se sentent attirés

Plus en détail

Le Programme québécois de formation sur la pandémie d influenza

Le Programme québécois de formation sur la pandémie d influenza Le Programme québécois de formation sur la pandémie d influenza Le programme de formation est constitué de plusieurs modules dont les contenus couvrent les cinq volets du Plan québécois de lutte à une

Plus en détail

Livret d accueil Unité Kangourou Bâtiment B - 3 ème étage

Livret d accueil Unité Kangourou Bâtiment B - 3 ème étage Centre Hospitalier Pontoise Livret d accueil Unité Kangourou Bâtiment B - 3 ème étage Chef de service : Dr Philippe BOIZE Cadre de santé puéricultrice : Mme Ana GRIMBERT Standard Centre Hospitalier : 01.30.75.40.40

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin CONTRAT D ACCUEIL Parents Assistant(e)s Maternel(le)s Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin Parents, assistant(e) maternel(le), L enfant est au cœur de vos préoccupations, la qualité

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 LE ROLE DE L INFIRMIERE DE DIALYSE PERITONEALE DANS L EDUCATION DU PATIENT Ghislaine VENIEZ Infirmière - Unité de Dialyse Péritonéale C.H. René Dubos - 95300 Pontoise 1997

Plus en détail

Services d orientation pour adultes

Services d orientation pour adultes Services d orientation pour adultes Le c.o. pour adultes est le spécialiste de la relation entre l individu, le travail et la formation. Se réorienter Trouver un travail à sa mesure Faire le point sur

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

NOTRE PROJET ÉDUCATIF

NOTRE PROJET ÉDUCATIF NOTRE PROJET ÉDUCATIF HISTORIQUE Fondée en 1983 notre École entreprendra en septembre 2013 sa trentième (30 e ) année académique. Bien que nous ayons acquis beaucoup de connaissances et d expériences au

Plus en détail

Le Clown de Théâtre : Une formation pour améliorer sa communication relationnelle et conflictuelle

Le Clown de Théâtre : Une formation pour améliorer sa communication relationnelle et conflictuelle Le Clown de Théâtre : Une formation pour améliorer sa communication relationnelle et conflictuelle Formation de développement personnel Nos formateurs Composé de professionnels artistiques, d enseignants

Plus en détail

Le Clown de Théâtre : Une formation pour développer la confiance en soi et envers les autres

Le Clown de Théâtre : Une formation pour développer la confiance en soi et envers les autres Le Clown de Théâtre : Une formation pour développer la confiance en soi et envers les autres Formation de développement personnel Nos formateurs Composé de professionnels artistiques, d enseignants et

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP

CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP 1 CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION pour les organismes ÉDUCATION POPULAIRE Le catalogue des activités de formation

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

1. CONTEXTE ET PORTÉE :

1. CONTEXTE ET PORTÉE : Section : Direction clientèle services à la communauté N o : 1 Titre : Politique d allaitement maternel Préparé par : Monique Thérien, chef de service Santé publique Page : Page 1 de 9 Professionnels ou

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

LEADERSHIP & MANAGEMENT

LEADERSHIP & MANAGEMENT LEADERSHIP & MANAGEMENT 3 JOURS SEQUENCES Présentation DE LA VISION A L ACTION Diriger aujourd hui un service, une direction régionale, une filiale ou une entreprise nécessite la maîtrise des outils et

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Séminaire d intégration

Séminaire d intégration Séminaire d intégration Le processus de transition, d un milieu de vie à un autre, chez la personne âgée. Présenté par : Joanie Dufour Marc-André Fleurent Audrey Hébert-Semco Audrey Lanoie Marie-Pier Martel

Plus en détail

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE Département de management et technologie École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal Chronique éditoriale DE L INTÉRÊT

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

L I L II L III L IV L V L VI

L I L II L III L IV L V L VI LA SOPHROLOGIE SOMMAIRE L I L II Historique Découvrir la Sophrologie L III L IV Techniques Définition SOPHROLOGIE L V L VI Ses principes d action Principales indications AUTRES TECHNIQUES COMPLÉMENTAIRES

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

Illustrations Aurélie Blard-Quintard

Illustrations Aurélie Blard-Quintard Devenir parent Groupe de travail et auteurs Sylvie COMPANYO (directrice de l École des Parents et des Éducateurs de la Région Toulousaine*) Nathalie COULON (maître de conférences en psychologie à l université

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

Comment présenter le livret de compétences aux familles?

Comment présenter le livret de compétences aux familles? Séminaire Évaluation Comment présenter le livret de compétences aux familles? Introduction Dans la perspective d une acquisition effective des compétences attendues à la fin de l école maternelle relatives

Plus en détail

Tous pour un... un pour tous!

Tous pour un... un pour tous! Tous pour un... un pour tous! Activités de développement de la solidarité Élèves du primaire GUIDE D ANIMATION À L INTENTION DES ENSEIGNANTS proposé par 5935, St-Georges, bureau 310 Lévis (Québec) G6V

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

La théorie du Flow. Psychologie du bonheur. Psychologie de l expérience optimale

La théorie du Flow. Psychologie du bonheur. Psychologie de l expérience optimale La théorie du Flow Psychologie du bonheur Psychologie de l expérience optimale Olivier Guillaneux Double activité : Consultant en management, Groupe Ressources & Changement wwwressources-et-changementcom

Plus en détail

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol. - 1 - Conseil RH et Formation BILAN DE CARRIERE La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.fr L heure est au changement et, pour

Plus en détail

Le projet de loi sur l équité salariale : Inévitable et essentiel

Le projet de loi sur l équité salariale : Inévitable et essentiel Le projet de loi sur l équité salariale : Inévitable et essentiel Document préparé par Janelle LeBlanc, Étudiante en 5 ième année en travail social à l Université de Moncton Stagiaire à la Coalition pour

Plus en détail

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque Geneviève ve Paicheler Centre National de la Recherche Scientifique Que sait-on sur la sexualité des jeunes? Les données des enquêtes Accompagner

Plus en détail