4 Le présent historique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "4 Le présent historique"

Transcription

1 4 Le présent historique 4.1 Pourquoi reprendre la question du «présent historique»? On peut, très schématiquement, distinguer deux familles de conceptions du présent «historique» (que nous ne distinguons pas, pour le moment, du présent «narratif»). La première en fait un emploi «paradoxal» du présent (R. Martin, 1987, p. 118), dont l'effet en discours (qui consiste à donner l'impression qu'une situation passée est présente) est dérivé de la signification première du présent de l'indicatif, qui est de marquer l'actualité réelle (la simultanéité par rapport au moment de l'énonciation). Le second type d'analyse récuse cette signification de base, ainsi que le caractère dérivé de la valeur du présent historique : il s'agirait d'un effet de sens de même niveau que celui du présent actuel, soit qu'ils dérivent tous deux d'une même valeur plus abstraite, soit qu'ils proviennent uniquement du contexte et non du présent lui-même, qui serait, quant à lui, dépourvu de signification temporelle 1. Les arguments de part et d'autre prennent souvent un tour polémique, voire franchement cavalier. Il faut convenir que ces analyses ne sont pas sans faiblesse. La première, héritée de la tradition rhétorique, reste souvent plus intuitive qu'opératoire. Dès lors que l'on abandonne la conception rhétorique de l'écart par rapport à une norme, il devient nécessaire de préciser, au plan théorique, ce qu'est un emploi dérivé, apparemment contradictoire avec la signification de base du marqueur, ainsi que ce que l'on entend par l'expression «faire comme si une situation passée était présente». Autrement dit, quel est le statut théorique accordé à la simulation de la présence? Il faut encore articuler explicitement la dérivation de la valeur sémantique à la simulation de la présence. Des propositions en ce sens sont avancées par Martin (1987) avec l'opposition entre temps de re/de dicto, Klein (1994) qui propose de dupliquer l'intervalle du procès TSit, de façon à ce que l'un de ces intervalles corresponde non au procès lui-même, mais au moment où il est imaginé, Gosselin (1996a) selon lequel le conflit entre instructions se résout par la duplication de l'intervalle d'énonciation, Sthioul (1998) qui reprend à Genette (1972) le concept de «focalisation externe», Abouda (2003) qui, dans le cadre de la théorie polyphonique de Ducrot, dissocie le point de repère du Locuteur de celui de l Enonciateur (distinct de lui) qu il met en scène en le plaçant «dans le passé, en pleine action». 2 1 Pour une présentation et une discussion des thèses en présence, cf. S. Mellet (2000) et J. Bres (1999). 2 Cf. R. Martin (1987), pp , W. Klein (1994), pp , Gosselin (1996a), pp et , B. Sthioul (1998), pp , G. Genette (1972), pp , L. Abouda (2003), pp

2 Du point de vue empirique, on sait désormais que l'on ne peut prédire et expliquer chacun des emplois du présent historique dans un texte 3 (il semble souvent que l'on aurait aussi bien pu utiliser un temps du passé sans que cela provoque un changement sémantique notable). En revanche, on peut essayer d'expliquer pourquoi le présent historique s'emploie de façon privilégiée, ou même obligatoire, dans certains genres discursifs (les blagues, par exemple ; cf. Bres, 1999). On range dans la seconde famille de conceptions deux types d'analyse bien différentes, qui ne partagent que le fait de tenir le présent historique pour un emploi non dérivé du présent actuel. Selon la perspective de Damourette et Pichon ( , t.v, 1706), reprise par Serbat (1980) et Touratier (1996), entre autres 4, le présent n'exprime simplement pas le temps. Cette absence de valeur temporelle est mise en relation avec l'absence de marque morphologique spécifiquement temporelle dans la conjugaison du présent (pour autant que l'on récuse l'existence d'un morphème Ø). L'argument sémantique le plus fort en faveur de cette analyse est celui de la simplicité : il n'y a plus de «problème» du présent historique à résoudre; c'est uniquement le contexte qui permet de localiser temporellement un procès exprimé au présent. Dans le cas du présent actuel, le moment de l'énonciation ne s'impose que par défaut, en l'absence d'indications contextuelles contraires. Le contre-argument, à nos yeux décisif, que rencontre cette analyse, qui isole le présent du reste du système verbal du français, a été avancé par Martin (1987, pp ) 5. Il consiste à remarquer que l'ensemble des temps verbaux ont un fonctionnement «historique». On peut toujours prendre un point d'ancrage différent du moment d'énonciation, soit passé, soit futur, pour situer les procès comme simultanés, postérieurs ou antérieurs par rapport à ce point, au moyen de temps classiquement définis comme déictiques. Les exemples abondent dans les traités de rhétorique classique, à l'entrée «énallage du temps». Soit quelques exemples, recueillis dans des romans contemporains, d'emploi «historique» des temps verbaux (relatifs à un point d'ancrage situé dans le passé 6 ) : 3 Il est clair que l'analyse classique qui fait des événements rapportés au présent historique dans une narration utilisant globalement les temps du passé, un premier plan (effet de dramatisation), se heurte à des séquences comme celle-ci, où le présent historique est employé pour exprimer l'arrière-plan : «En vertu de ce principe que les meilleures plaisanteries ne gagnent rien à s'éterniser, la détention du malheureux Blaireau prit fin vers cinq heures du soir... Toute la population ordinairement si paisible de Montpaillard est massée aux abords de la prison..» (A. Allais, L'affaire Blaireau, Librio, p. 101). Cf. J. Bres (1998), qui traite du récit conversationnel. 4 Voir aussi B. Malmberg (1979), S. Mellet (1980) (2001), G. Serbat (1988), H. Chuquet (1994), F. Récanati (1995), S. De Vogüé (2000). 5 Voir aussi A. Vassant (1995). 6 Cet emploi s'accompagne, dans nos exemples (mais ce n'est pas nécessaire), d'une focalisation interne.

3 a) simultanéité : présent «historique» b) postériorité : futur simple, futur périphrastique, futur antérieur : (1) «Sans m'en rendre compte, je marchais sur mes anciens pas. (...) Place de l'alma, première oasis. Puis les arbres et la fraîcheur du Cours-la-Reine. Après la traversée de la place de la Concorde, je toucherai presque le but.» (P. Modiano, Rues des boutiques obscures, Folio, p. 168) c) antériorité : imparfait, plus-que-parfait, passé composé : (2) «Dehors, la foule amassée attend de voir sauter le Magasin tout entier. Le froid glacial m'apprend que je mourais de chaleur.» (D. Pennac, Au bonheur des ogres, Folio, p ) (3) «A la maison, je trouve Clara au chevet de Julius. Elle a séché le lycée pour le veiller toute la journée.» (Ibid., p. 105). Autrement dit, même si l'on pouvait ainsi se débarrasser du «problème» (apparent) du présent historique, la question resterait entière pour les emplois «historiques» de l'ensemble des autres temps (ainsi d ailleurs que pour les circonstanciels déictiques). C'est pour rendre compte de ce phénomène très général que M. Wilmet (1997) introduit la notion de «repère d'actualité», un point qui peut être différent du moment d'énonciation, mais qui permet de localiser les procès au moyen de marqueurs déictiques (temps verbaux et circonstanciels de temps) 7. Dans ce cadre, le présent se laisse simplement définir comme «une forme verbale qui affirme la concomitance d'un procès au repère de l'actualité» (Wilmet, 1997, p ). Il se trouve ainsi pourvu d'une signification abstraite spécifique, qui va donner lieu à différents effets de sens en contexte. C'est, en particulier, la localisation contextuelle du point d'actualité qui permet d'opposer un présent actuel et un présent historique (entre autres), sans que ce dernier soit aucunement dérivé du premier. Cette analyse offre, à l'évidence, les plus grands avantages, de simplicité et d'élégance (liée à l'homogénéité du traitement du présent), d'adéquation aussi à l'organisation générale du système temporel (qui n'est pas uniquement verbal). Si nous nous sommes pourtant résolus à reprendre la question, c'est que nous ne la considérons pas comme définitivement résolue. Un point, mais crucial, fait difficulté : le présent historique ne possède pas les mêmes propriétés aspectuelles, ni les mêmes propriétés temporelles relatives (relations chronologiques), que le présent actuel 7 Cf. Wilmet (1997), p. 345 : «Bien que l'énonciateur pensant, parlant ou écrivant ait une propension naturelle à imposer son repère moi-ici-maintenant en guise d'actualité (i.e. de diviseur en époques), n'importe quel point de la ligne du temps fera l'affaire.» 8 Voir aussi A. Jaubert (2001).

4 (voir ci-dessous); de plus, il est compatible avec des expressions que le présent actuel exclut 9 (quand, lorsque, dès que, aussitôt que, jusqu'à ce que, après, longtemps...) : (4) «La mêlée dure ainsi très longtemps, jusqu'à ce que Pharien arrive en toute hâte.» (Lancelot du Lac, trad. F. Mosès, Le Livre de Poche, p. 235) (5) «Après cette brève rémission, les râles reprennent, la fièvre, les visions de ce théâtre d'horreur. Quand le soir tombe, le jeune homme au teint blafard entre en agonie.» (J. Rouaud, Les champs d'honneur, Ed. de Minuit, p. 161). Ce sont ces dernières observations qui nous ont conduit à revenir à une conception hétérogène et dérivationnelle du présent historique. Non que nous rejetions en bloc l'analyse de Wilmet (1997). Bien au contraire, la notion de point d'actualité nous paraît indispensable (il suffit de lire L'étranger d'a. Camus ou La virevolte de N. Huston pour s'en convaincre). Simplement, le fait de dissocier ce point d'actualité du moment d'énonciation entraîne une modification radicale des propriétés aspectuo-temporelles du présent. Il nous faudra donc, après avoir décrit ces propriétés, tenter de dégager les processus responsables de cette altération. 4.2 Aspect et chronologie Le présent historique Le présent historique peut être d'aspect aoristique (global) ou inaccompli (sécant), selon les contextes 10. Rappelons que l'on teste ces aspects au moyen des circonstanciels de durée : la compatibilité avec [en/pendant + durée] indique l'aspect aoristique, tandis que la compatibilité avec [depuis + durée] et avec [être en train de Vinf] signale l'aspect inaccompli (voir deuxième partie, 1.3.3). (6) «Alors il s'élance sur le chevalier de la chaussée, qui se protège la tête avec le peu d'écu qui lui reste et se défend vigoureusement pendant longtemps.» (Lancelot du Lac, Op. cit., p. 727) 9 Plus précisément, avec le présent «actuel», ces marqueurs impliquent l'aspect itératif, comme mode de résolution de conflit. 10 Cf. Vassant (1995). On rencontre pourtant, dans la littérature, des analyses (incomplètes) qui font du présent historique un temps purement aoristique (Simonin, 1984) ou exclusivement inaccompli (Jaubert, 1998). Par ailleurs, le présent historique peut aussi prendre un aspect itératif : «Je dîne bien et souvent. Je dis des vers à la satiété de tous.» (J. Renard, L'écornifleur, Folio, p. 57).

5 (7) «En effet, il ne me faut pas une seconde pour comprendre que Lehman est au boulot depuis un certain temps. Il est en train d'expliquer à la cliente que c'est entièrement de ma faute.» (D. Pennac, Op. cit., p. 13). Dès lors, on considère que l'aspect grammatical n'est pas spécifiquement marqué par le présent. Il est déterminé par les contraintes générales (exposées au de la deuxième partie) qui valent pour tous les temps qui ne codent aucune instruction d'ordre aspectuel (futur, conditionnel présent, subjonctif présent...). Rappelons que parmi ces contraintes, le type de procès (l'aspect lexical) joue un rôle décisif : si le procès est télique (et a fortiori s'il est ponctuel), l'aspect grammatical est aoristique (ex. 8); s'il est atélique, les deux aspects sont envisageables, car la présence d'un circonstanciel ponctuel ou ce qui constitue le cas le plus fréquent celle d'un procès ponctuel proche dans le contexte rendent possible l'aspect inaccompli. L'énoncé reste alors virtuellement ambigu du point de vue aspectuel (aoristique ou inaccompli) : (8) Pierre ouvre la porte et aperçoit Marie en une seconde *depuis une seconde (9) Ce jour-là, à huit heures, Pierre dort pendant cinq minutes depuis cinq minutes (10) Luc entre. Marie regarde par la fenêtre pendant cinq minutes ( se met à regarder par la fenêtre...) depuis cinq minutes ( est en train de regarder par la fenêtre...). Cette ambiguïté est pourtant généralement levée par le jeu des relations chronologiques, en vertu de la corrélation globale qui en dépit d'un ensemble de contre-exemples désormais bien identifiés lie l'aspect aoristique à la succession et l'aspect inaccompli à la simultanéité (voir deuxième partie, ). Cette corrélation vaut, en effet, aussi bien pour les temps dont l'aspect est directement marqué (passé simple, imparfait) que pour ceux (comme le présent historique) dont l'aspect est dérivé du contexte 12. Les conséquences suivent : si l'aspect est contextuellement contraint (il est aoristique à cause du type de procès et/ou de la présence d'un circonstanciel de durée du type [en/pendant + durée]), la relation temporelle sera une relation de succession. Si l'aspect reste virtuellement ambigu, c'est la relation temporelle la plus plausible (étant donné les contraintes de compatibilité entre procès, ainsi 11 Rappelons que cette corrélation globale repose sur une conception intrinsèquement dynamique du temps. 12 C'est pourquoi on peut généralement remplacer le présent historique aoristique par le passé simple (qui marque aussi la succession des procès), et le présent historique inaccompli par l'imparfait (qui indique conjointement la simultanéité). On présentera cependant un contre exemple à la fin de l'article.

6 que les scénarios prototypiques activés) qui va permettre de lever l'ambiguïté aspectuelle (la simultanéité implique l'inaccompli, la succession l'aoristique). Enfin, si l'ambiguïté persiste (en l'absence de scénario disponible), elle affecte conjointement le temps relatif et l'aspect (voir les paraphrases de l'exemple (10)) Le présent actuel La corrélation générale entre aspect et relations chronologiques vaut pour l'ensemble du système verbal français (modulo les contre-exemples signalés et répertoriés dans la littérature), à une exception cependant : le présent actuel. En vertu d'une contrainte très générale, le présent actuel exprime l'aspect inaccompli (voir Gosselin 1996a, p. 86 sq.), et pourtant il n'exclut nullement la succession des procès. C'est en particulier le cas des reportages sportifs en direct, du type : (11) X passe la balle à Y. Y la passe à Z, qui tire et qui marque! Pour montrer que même dans ces séquences le présent actuel conserve son aspect inaccompli, les tests de compatibilité avec les compléments de durée ne sont plus disponibles, dans la mesure où les procès quasi-ponctuels sont présentés au fur et à mesure de leur enchaînement. En revanche, le fait que l'on retrouve le «paradoxe imperfectif» dans ces tours constitue, à nos yeux, un argument décisif : de même que de «Pierre traversait la route» on ne peut légitimement conclure que «Pierre a traversé la route» (un accident a pu survenir), de «Pierre traverse la route» ou de «Pierre passe la balle à Jean» on ne peut inférer avec certitude qu'il sera vrai que «Pierre a traversé la route» ou que «Pierre a passé la balle à Jean» (elle aura pu être interceptée), comme l'indique l'exemple de Martin (1987, p. 112) : «Platini tire au but...hé non! il perd sa chaussure». Cette situation ne s'explique que si l'on admet que la borne finale du procès reste hors du champ de la monstration, dans le domaine du possible, selon la figure (voir première partie, 3.4.3) : fig.1 val. mod. aspectuelle B1 I II B2 val. mod. temporelle 01 02

7 C'est seulement lorsque l'énoncé suivant ne contredit pas ce qui vient d'être dit que l'on peut inférer, d'un point de vue pragmatique, que l'action décrite a bien été menée jusqu'à son terme 13. Ce rapide examen des propriétés aspectuelles et temporelles du présent historique et du présent actuel montre que c'est le présent actuel qui possède des propriétés singulières au sein du système verbal, dans la mesure où il échappe massivement à la corrélation globale entre aspect et chronologie. Nous devons essayer d'expliquer cette singularité. 4.3 Présentation et représentation La différence de fonctionnement aspectuo-temporel entre le présent actuel et tous les autres temps verbaux s'éclaire si on la met en rapport avec une distinction, qui nous paraît fondamentale, entre deux régimes discursifs : la présentation et la représentation (voir l'introduction, 3). Pour faire court, le discours de présentation suppose la présence des objets et des événements présentés. Il entre en corrélation avec le processus cognitif de perception; il sert essentiellement à montrer (diriger l'attention perceptive) et à catégoriser les objets, ainsi que les états et les changements qui les affectent, au fur et à mesure de leur déroulement temporel. On peut dire que la temporalité du sujet énonciateur et celle des objets et des événements sont «couplées», au sens où nulle distorsion n'est possible (on glisserait alors vers la représentation) : la présentation se situe perpétuellement dans le présent. En fait, jamais le discours de présentation n'est pur de toute représentation, ne serait-ce que parce que la perception est elle-même une forme de représentation (Bouveresse, 1995, p. 168 sq.). Néanmoins il paraît nécessaire d'identifier des discours de présentation comme les compte rendus sportifs en direct, les démonstrations de logiciel en informatique (qui sont aussi des discours), ou, dans le domaine de la fiction, le discours d'asmodée dans Le Diable boiteux de Le Sage, qui présentent les événements à mesure qu'ils se déroulent, dans le cadre d'une temporalité couplée : (12) «Suivez de l'oeil ces quatre hommes qui paraissent subitement dans la rue. Les voici qui viennent fondre sur les symphonistes. Ceux-ci se font des boucliers de leurs instruments, lesquels, ne pouvant résister à la force des coups, volent en éclats. Voyez arriver à leur secours deux cavaliers, dont l'un est le patron de la sérénade. Avec quelle furie ils chargent leurs agresseurs! Mais ces derniers qui les égalent en adresse et en valeur les reçoivent de bonne grâce.» (Le Sage, Le Diable boiteux, Folio, p. 168). 13 Ce phénomène pragmatique masque généralement le caractère inaccompli du présent de reportage. C'est pourquoi des auteurs comme G. Serbat (1980) ou C. Smith (1991, pp. 152, 264) le considèrent comme perfectif. Il suffit d'éteindre la radio ou la télévision immédiatement après l'énoncé en question pour que le paradoxe imperfectif se manifeste.

8 A l'inverse, le discours de représentation prend appui sur le processus cognitif de représentation de ce qui est absent 14, et suppose un «découplage» de la temporalité du sujet et de celle de l'objet et des événements, qui, de ce fait, doivent être linguistiquement situés dans le temps (qui comprend le passé et le futur). Le présent actuel est, par excellence, le temps de la présentation 15, le temps des temporalités couplées. On explique ainsi son aspect nécessairement inaccompli (embrasser la totalité d'un procès, ce serait nécessairement se projeter dans l'avenir et retenir une parcelle de passé) et simultanément le fait que cet aspect soit compatible avec la succession des procès. À la succession réelle des événements répond dans le reportage sportif, par exemple l'enchaînement des énoncés : l'accélération ou le ralentissement du débit du locuteur constituent les plus sûrs indices du couplage des temporalités. Rien de tel, évidemment, avec le discours de représentation : le «temps» de la narration est indépendant de celui des événements narrés. Revenons maintenant au présent historique. Il paraît combiner deux types de propriétés a priori contradictoires : les unes l'apparentent nettement au discours de présentation (supposant la présence des objets) : 1) Il contribue avec d'autres expression déictiques (maintenant, aujourd'hui...) à constituer une repère d'actualité, différent du moment de l'énonciation, mais jouant à son tour le rôle de centre déictique (cf. les analyses de M. Wilmet). 2) Il est compatible avec les présentatifs : (13) «A ces paroles, toute l'arrogance de ce favori tomba, comme un rocher qui se détache du sommet d'une montagne escarpée. Le voilà qui se jette tremblant et troublé aux pieds d'hégésippe.» 16 (Fénelon, Les aventures de Télémaque, Cl. Garnier, p. 373). 3) Il s'accompagne souvent d'une catégorisation approximative qui se précise au fur et à mesure que la scène est «découverte», et même parfois d'erreurs (provisoires) de catégorisation, comme dans ces exemples : 14 Cf. l'introduction, 3., et E. Husserl, (éd. 1964), pp : «La perception est ici l'acte qui place quelque chose sous les yeux comme lui-même en personne, l'acte qui constitue originairement l'objet. Le contraire est représentation (Vergegenwärtigung, Re-Präsentation) en tant qu'acte qui ne place pas un objet en personne sous les yeux, mais précisément le re-présente, le place pour ainsi dire en image sous les yeux, même si ce n'est pas précisément sur le mode d'une conscience d'image proprement dite.» 15 «Le présent "actuel" correspond au présent perceptuel.» (S. Vogeleer et W. De Mulder, 1998, p. 216). 16 Même s'il ne s'agit pas là d'un véritable présentatif (cf. H. Portine, 1998, p. 152), ce tour exclut cependant le passé simple, qui aurait normalement été attendu ici (procès ponctuel).

9 (14) «C'est ce que je continue à me dire maintenant que je poireaute dans l'immensité de ce (bureau? salon? salle de conférences? champ de courses?) où les lambris mordorés de l'histoire s'acoquinent avec l'audacieuse géométrie d'un mobilier avenir.» (D. Pennac, Au bonheur des ogres, Folio, p. 263) (15) «Le petit flic me gratifie d'un gentil sourire. Dans l'état où je suis, c'est mieux que rien. (...) Ce n'est pas un flic, c'est un pompier.» (Ibid., p ). H. Portine parle alors d'une validation «en direct» des événements du passé 17. De façon plus générale, les informations ne sont pas données selon leur ordre d'importance (de pertinence), mais à mesure qu'elles sont reçues par le sujet qui feint de découvrir la scène 18 (que ce sujet soit assimilé ou non à l'un des personnages de l'histoire 19 ). Mais d'autres propriétés, que nous avons déjà évoquées, signalent sans ambiguïté le discours de représentation : 1) Il peut prendre l'aspect aoristique, comme l'indique la compatibilité avec certains compléments de durée. 2) La corrélation générale entre aspect grammatical et relations chronologique est valide. 3) Il est compatible avec des expressions qui excluent la présence actuelle des situations décrites (quand, lorsque, dès que, après que...). On se trouve donc devant une situation de conflit, caractérisée par la co-présence dans le même énoncé de marques renvoyant à deux types de discours normalement incompatibles. Nous avons montré, aux et 2.4 de la deuxième partie, que les conflits étaient en fait extrêmement fréquents dans le domaine aspectuo-temporel, et qu'ils sont à la source de l'apparente polysémie des marqueurs de temps et d'aspect. Nous avons avancé, contre la compositionnalité atomiste, un modèle de «compositionnalité holiste» dans lequel les conflits, loin d'aboutir à des inacceptabilités, déclenchent des procédures régulières de résolution de conflit. Rappelons que la caractéristique la plus fondamentale de ces procédures, c'est que toutes les contraintes, mêmes contradictoires, doivent être satisfaites, mais à des niveaux différents; ce qui donne lieu à des structures complexes. Dans le cas qui nous occupe, il s'agit de montrer comment présentation et représentation s'articulent au lieu de s'exclure au sein de configurations discursives plus complexes. Comme les conflits peuvent parfois être résolus de diverses façons, nous avons été amenés à distinguer trois grands types de 17 Cf. H. Portine (1998), p Ce dernier exemple paraît infirmer l analyse de L. Abouda (2003), p. 22, pour qui le locuteur peut se contredire rétroactivement au présent actuel, mais non au présent historique. 18 Ce mécanisme est bien décrit et illustré par G. Molinié (1992), pp Voir l'opposition entre focalisation interne et externe, chez G. Genette (1972), pp

10 configurations permettant d'articuler présentation et représentation, et correspondant donc à trois rôles distincts du présent historique. Pour ce faire, nous nous somme largement inspiré de la «rhétorique des peintures» du XVIIème siècle (voir notre introduction, 2). 4.4 La «rhétorique des peintures» Dans la rhétorique classique, la thèse selon laquelle le présent historique ferait voir les événements passés comme s'ils étaient présents, loin d'être uniquement le reflet d'une impression comme on a tendance à le croire de nos jours, s'inscrit dans un système conceptuel très élaboré où elle prend tout son sens. Fontannier 20, par exemple, traite de ce phénomène à trois niveaux différents dans le système des figures. À titre de «figure de construction» (i.e. syntaxique), il relève de l'énallage du temps, c'est-à-dire du «transfert» de marques temporelles (le présent pour le passé) 21. Cette énallage donne lieu à une «figure de style» (i.e. discursive), nommée hypotypose (ou demonstratio), qui «peint les choses d'une manière si vive et si énergique qu'elle les met en quelque sorte sous les yeux». Enfin, à un plan que l'on appellerait aujourd'hui «cognitif», l'hypotypose correspond à une «figure de pensée», dénommée tableau. (description vive et animée de passions, d'actions, d'événements...). Or l'hypotypose a un statut tout particulier dans la tradition rhétorique. Si son origine paraît remonter à Quintilien (Inst. Oratoire IX, 2), c'est avec la rhétorique sacrée qu'elle a acquis, au début du XVIIème, une position centrale dans de système rhétorique, au point que, selon le P. Richeome, toute figure en procède (voir l'introduction, 2) : «La figure est une chose faicte pour en représenter ou signifier une autre, et s'appelle autrement peinture.» (L. de Richeome, Tableaux sacrez des figures mystiques du tresauguste sacrement et sacrifice de l'eucharistie, 1601, p. 4). C'est dans cette perspective que les Jésuites du début du XVII e ont repris l'ecphrasis (ou description d'oeuvres d'art 22 ) comme technique de représentation (de simulation de la présence). Or il apparaît que trois situations sont à distinguer, qui vont nous servir de modèles pour classer les emplois du présent historique : 1) soit le tableau (la représentation iconographique) est matériellement présent (il existe une édition illustrée des Tableaux de Philostrate), et le discours se contente de le décrire, ou plutôt de présenter son contenu; 20 Cf. P. Fontannier (éd. 1977), respectivement pp , , C'est la metastasis ou translatio temporum de la rhétorique antique (Quintilien, Pseudo-Longin (éd. 1995), p. 112). 22 Cf. Fumaroli (1994, p. 258 sq.), Adam (1990), Molinié (1992, pp ). Il s'agit généralement, dans la littérature, de peintures ou de tapisseries.

11 2) soit il est absent, mais le discours suppose sa présence; il fait comme s'il décrivait le contenu d'un tableau ayant une existence indépendante et préalable (c'est la véritable ecphrasis); 3) soit enfin, le tableau n'est qu'un effet du discours, qui se constitue au moment même où il s'énonce. C'est la peinture au sens de Fénelon : le poète ou l'orateur ne viennent pas après le peintre, ils sont eux-mêmes les auteurs de la peinture (voir l'introduction, 2). 4.5 Les rôles du présent historique Nous distinguons trois rôles du présent historique correspondant aux trois types de «peinture» que nous venons d'évoquer : 1) Il sert à la présentation du contenu d'une représentation (pas forcément picturale) matériellement présente dans la situation de communication. Ce contenu est donc à la fois représenté et présenté. Quelques exemples des genres textuels concernés : les livres illustrés destinés aux enfants (comme les Aventures de Babar) 23, les titres de tableaux 24, les légendes de photos, les synopsis d'opéra, qui précèdent généralement le livret qui accompagne le disque («dans les jardins de Ceix terminés par la mer, Alcyone aspire à la mort. Pélée survient...»), les titres de chapitre («Où Maigret arrive en retard pour le déjeuner...»), les sommaires de chapitre (par exemple dans l'édition dite «de Versailles» du Télémaque de Fénelon 25 )... 2) Il marque la présentation du contenu d'une représentation donnée comme préexistante (même s'il s'agit uniquement d'un effet du discours), mais absente de la situation de communication : les blagues (une blague n'est jamais présentée comme improvisée), les notices biographiques, le récit historique, et, dans le roman, la description de photographies (ex. 16), de tableaux, de films (ex. 17), le récit de souvenirs (ex. 18) (qui affecte au premier chef l'autobiographie; ex. 19) : (16) «Ce soir-là, assis dans le bureau de l'agence, je scrutais les photographies que m'avait données Mansoure. Un gros homme, assis au milieu d'un canapé. Il porte une robe de chambre de soie...» (P. Modiano, Rue des boutiques obscures, Folio, p. 153) (17) «Le piano commença à jouer. La lumière s'éteignit. (...) 23 Cf. aussi Vetters et Vuillaume (1998, pp ) sur l'usage du présent historique dans une bande dessinée. 24 Cf. Sten (1952) repris par Wilmet (1997), p Cette édition a été reprise dans la collection «Classiques Garnier», 1994.

12 C'est une femme jeune et belle. Elle est en costume de cour...» (M. Duras, Un barrage contre le Pacifique, Folio, p. 188) (18) «Gérard van Bever portait un manteau en tissu à chevrons, trop grand pour lui. Je le revois debout, dans le café de la rue Dante, devant le billard électrique. Mais c'est Jacqueline qui joue...» (P. Modiano, Du plus loin de l'oubli, Folio, p. 15) (19) «2 août Mon anniversaire. J'ai dix-sept ans. J'habite chez ma mère, 250, rue de Rivoli...» (Ph. Soupault, Mémoires de l'oubli, Lachenal & Ritter, I, p. 13). On pourrait encore citer les romans médiévaux, dont l'emploi du présent historique laisse critiques et traducteurs perplexes, mais qui se présentent généralement comme renvoyant à un conte préexistant («Li contes dit que...»). 3) Reste le cas des «peintures» au sens de Fénelon, pour lequel on réservera l'appellation de «présent narratif», bien différent dans son principe des deux précédents. En effet, qu'il s'agisse dans les cas que nous venons de décrire de représentations picturales ou non, présentes ou absentes, publiques ou privées (souvenirs), elles sont toujours données comme préexistantes (de sorte que leur contenu peut être présenté), et les séquences textuelles correspondantes se caractérisent par un usage massif sinon quasiobligatoire du présent historique. Il n'en va pas de même pour le présent narratif, qui opère, selon nous, une simulation de présentation des objets et des événements. Autrement dit, le discours de représentation emprunte, avec le présent narratif, des caractéristiques du discours de présentation, pour mieux simuler la présence (ce qui est le propre de la représentation) des objets et des événements. Cette opération suppose le «transport» du sujet (qui se retrouve «en présence» des événements narrés), propre à faire naître «l'ex-tase», «l'é-motion», le «ravissement» 26. M. Vuillaume (1990) a montré que ce procédé de mise en présence du sujet avec la situation représentée était souvent explicite dans la littérature du XIXème Sur ces notions (qui indiquent toutes le mouvement du sujet hors de lui-même) dans la rhétorique classique, cf. l'introduction au Traité du sublime par F. Goyet, Longin (éd. 1995). C'est dans ce cas seulement que le mécanisme de duplication/déplacement de l'intervalle d'énonciation, décrit dans Gosselin (1996a), peut convenir. 27 Soit un exemple, emprunté à A. Dumas (cité p. 83) : «Transportons de plein saut, sans préface, sans préambule, ceux de nos lecteurs qui ne craindront pas de faire, avec nous, une enjambée de trois siècles dans le passé, en présence des hommes que nous avons à leur faire connaître, et au milieu des événements auxquels nous allons les faire assister. Nous sommes au 5 mai de l'année Henri II règne sur la France...» Ailleurs, Dumas parle lui-même de «tableau mouvant» (cité p. 70).

13 Cette simulation de la présentation peut aller jusqu'à l'imitation du couplage des temporalités (du sujet et des événements décrits). Ainsi, dans Les Deux Amis de Bourbonne de Diderot, la rapidité de l'enchaînement tragique des événements est-elle exprimée dans deux passages au présent narratif, bien délimités au sein d'une narration au passé au moyen d'une imitation de l'accélération du débit (phrases très brèves, elliptiques) : (20) «Elle se lève; elle sort; elle voit; elle crie; elle tombe à la renverse. Ses enfants accourent, ils voient; ils crient; ils se roulent sur leur père; ils se roulent sur leur mère.» (D. Diderot, Les Deux Amis de Bourbonne, Le Livre de Poche, p. 26). Mieux encore, certains auteurs articulent un aspect inaccompli à la succession des procès (ce qui rappelons-le est caractéristique du véritable discours de présentation, comme le reportage en direct), soit en usant de marqueurs qui imposent ces valeurs : (21) «Vite! dit Lin, folle d'angoisse vite! gare la voiture! Ensuite elle est en train de courir, courir, elle ouvre violemment la barrière...» (N. Huston, La virevolte, J'ai Lu, p. 87) soit que des contraintes de compatibilité entre procès y conduisent nécessairement : (22) «Après dîner, on propose une promenade à pied vers les ruines de Portici. Nous sommes en route, nous arrivons.» (J. Cazotte, Le diable amoureux, Librio, p. 12). On aura remarqué que dans ces cas, fort rares, le présent historique peut difficilement être remplacé par un temps du passé. Mais il apparaît avec ce dernier exemple, que pour différentes qu'elles soient dans leur principe, la présentation de souvenirs et la «peinture» fénelonienne (comme simulation de présentation) peuvent néanmoins se trouver associées, en particulier dans les récits de fiction à la première personne : le narrateur ne se contente pas de présenter ses souvenirs, il «fait revivre» au lecteur des scènes qu'il prétend avoir vécues. Autrement dit, le discours présente le contenu d'une représentation donnée comme préalable (les souvenirs) tout en «transportant» le lecteur à l'intérieur de cette représentation pour le mettre face aux événements représentés et pour simuler ainsi leur présentation «en direct». Ces trois rôles du présent historique se ramènent donc à deux grands modes de fonctionnement bien distincts (même si on vient de le voir ils peuvent se trouver imbriqués) : la présentation du contenu d'une représentation préexistante (cas 1 et 2), la simulation d'une présentation (cas 3 : «présent narratif»). Observons, pour conclure, qu'on

14 les retrouve dans l'emploi du présent à valeur futurale, respectivement dans des séquences du type : (23a) Le train part à 10 heures (23b) Luc travaille Mardi (24) Vous continuez tout droit jusqu'au rond-point. Là, vous tournez à gauche, vous passez devant l'école, et juste après, au premier feu, vous tournez à droite. C'est là. Contrairement à ce qui est généralement affirmé, le présent des énoncés [23a et b] ne marque pas une nécessité (par opposition à la probabilité ou la certitude exprimées par le futur simple 28 ), un «fait» (versus une «prédiction» (Epstein, 1995, pp )), comme l'atteste la possibilité d'insérer des expression du type : normalement, peut-être, sauf si..., etc. 29 Mais il indique que l'événement est prévu dans une représentation déjà là (un horaire, un emploi du temps, etc.) 30. En revanche, avec le discours procédural de l'exemple (24), c'est à une véritable simulation de présentation que nous avons affaire, qui s'accompagne le plus souvent d'une gestuelle appropriée. 28 Rappelons que cette certitude ou forte probabilité résulte du conflit entre modalité temporelle (possibilité) et modalité aspectuelle (nécessité); voir première partie, Curieusement, P. Le Goffic et F. Lab (2001), p. 88, excluent totalement «peut-être» ainsi que toute marque d éventualité dans ces tours. À nos yeux même si toutes les combinaisons ne se pas aussi naturelles (cf. Abouda, 2003, p. 27) un énoncé comme «Il revient peut-être mardi» est parfaitement acceptable. 30 On observe le même phénomène avec le subjonctif dans des exemples du type : «Je regrette qu'il revienne la semaine prochaine», le verbe regretter n'étant normalement compatible qu'avec des procès simultanés ou antérieurs.

15

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Introduction à la philosophie

Introduction à la philosophie Introduction à la philosophie Votre professeur : Cédric Eyssette http://eyssette.net 2010-2011 Un petit exercice avant de commencer! La philosophie en Terminale est une matière nouvelle, mais vous avez

Plus en détail

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER Ce guide va vous proposer deux manières de profiter des jeux «Prêts à Parier» disponibles sur le site Promoturf. Ces pronostics sont le résultat d une amélioration majeure

Plus en détail

3ème groupe : Tous les autres verbes et les verbes irréguliers (venir, prendre, savoir, devoir, vendre, croire, naître, courir...

3ème groupe : Tous les autres verbes et les verbes irréguliers (venir, prendre, savoir, devoir, vendre, croire, naître, courir... Les trois groupes de verbes 1er groupe : tous les verbes terminés par er (chanter,manger, tomber, laver...) sauf aller qui est irrégulier 2ème groupe : tous les verbes terminés par ir (finir, agir, réfléchir

Plus en détail

LECTURE. Lecture et analyse de la page intérieure de titre et de l illustration qui l accompagne.

LECTURE. Lecture et analyse de la page intérieure de titre et de l illustration qui l accompagne. Séance 1 : Travail sur la 1 ère et la 4 ème de couverture, mise en évidence d un récit encadré et lecture/analyse du récit cadre. Objectifs : - lire et analyser la 1 ère et la 4 ème de couverture, le récit

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE?

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? N 263 - DURAND-GUERRIER Viviane VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? Il est fréquent de considérer que la logique formelle qui gouverne le raisonnement mathématique s oppose de manière radicale à la logique de sens

Plus en détail

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 LEVALUATION DU SITE WEB E-LECLERC A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 A. Evaluation «subjective» du site web 1. Choix du site web J ai choisi de réaliser l évaluation «subjective» sur le site web : www.e-leclerc.com,

Plus en détail

Ne pas confondre «nouveau» et «neuf»

Ne pas confondre «nouveau» et «neuf» Mon nouveau mari a une voiture ancienne. Ne pas confondre «nouveau» et «neuf» Les critères de distinction entre les deux adjectifs sont les suivants: Neuf Ce qui est neuf n'a jamais été utilisé. Par exemple,

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

Verbe et domaine du verbe dans les programmes de 2008

Verbe et domaine du verbe dans les programmes de 2008 Verbe et domaine du verbe dans les programmes de 2008 Maternelle Par le récit d événements du passé, par l observation du patrimoine familier (objets conservés dans la famille...), ils apprennent à distinguer

Plus en détail

Le verbe est constitué de 2 parties : le radical et la terminaison. En analysant ces deux parties, on obtient plusieurs informations.

Le verbe est constitué de 2 parties : le radical et la terminaison. En analysant ces deux parties, on obtient plusieurs informations. Voici, en résumé, quelques notions qui t aideront à mieux comprendre la conjugaison des verbes. Au cours de l année, nous étudierons de façon plus systématique chacun des temps de verbes. Le verbe est

Plus en détail

En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel

En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel de Martonne à Laval. Plusieurs clubs Lecture de la

Plus en détail

Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google?

Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google? Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google? Préparé par l équipe ALM A l attention de la communauté ALM Novembre 2010 Introduction Comme vous le savez

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points)

Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points) Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points) Il s'agit d'un problème qui fait appel aux connaissances sur la numération.

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net

La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net Article rédigé avec epsilonwriter puis copié dans Word La théorie des mouvements

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

DISCOURS DIRECT ET INDIRECT

DISCOURS DIRECT ET INDIRECT DISCOURS DIRECT ET INDIRECT Si vous voulez rapporter les paroles de quelqu un, vous pouvez utiliser le discours direct ou le discours indirect (nous n aborderons pas ici le style indirect libre, qui relève

Plus en détail

Les graphes d intervalles

Les graphes d intervalles Les graphes d intervalles Complément au chapitre 3 «Vol aux archives cantonales» Considérons un ensemble de tâches ayant chacune une heure de début et une heure de fin bien précises. Supposons qu on demande

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel

PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel B.O. 1995 n 11 du 15 juin 1995 Programme de français Baccalauréat Professionnel PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel Arrêté du 9 mai 1995 - B.O. n 11 du 15 juin 1995 PRÉAMBULE : FINALITÉS ET

Plus en détail

Objectifs (socio-) culturels : découvrir des œuvres et des auteurs de tous pays ; inciter à la lecture.

Objectifs (socio-) culturels : découvrir des œuvres et des auteurs de tous pays ; inciter à la lecture. Un livre toujours Thèmes Cinéma, littérature, musique, théâtre. Concept Dans «Un livre toujours», comme dans «Un livre un jour», Olivier Barrot présente un livre, en 3 minutes seulement, pour donner aux

Plus en détail

La concordance des temps à l indicatif

La concordance des temps à l indicatif LA DES TEMPS À L INDICATIF LA CONCORDANCE POSTÉRIORITÉ DES TEMPS 1 La concordance des temps à l indicatif La concordance des temps à l indicatif La postériorité Comme nous l avons déjà vu, lorsque l événement

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage. 3- Organisation du cours

0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage. 3- Organisation du cours 0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage 3- Organisation du cours Le présent cours constitue une introduction pour situer le langage C++, beaucoup des concepts

Plus en détail

Chaotique ou pas? Chaos ix. La recherche aujourd hui http://www.chaos-math.org

Chaotique ou pas? Chaos ix. La recherche aujourd hui http://www.chaos-math.org Chaotique ou pas? Chaos ix. La recherche aujourd hui http://www.chaos-math.org Chaos est un film mathématique constitué de neuf chapitres de treize minutes chacun. Il s agit d un film tout public autour

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Géométrie de la «boite à chaussures» : un solide simple et des problèmes pouvant s avérer très complexes.

Géométrie de la «boite à chaussures» : un solide simple et des problèmes pouvant s avérer très complexes. 754 ans nos classes PMP éométrie de la «boite à chaussures» : un solide simple et des problèmes pouvant s avérer très complexes. J.-P. Massola et article traite de trois problèmes de distances sur la surface

Plus en détail

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir?

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? 1. Pourquoi cette question Tout trader «travaillant 1» sur les indices s est, à un moment ou un autre, posé cette question : «je sais que la tendance est bien haussière

Plus en détail

Chapitre 1 I:\ Soyez courageux!

Chapitre 1 I:\ Soyez courageux! Chapitre 1 I:\ Soyez courageux! Pour ne rien vous cacher, le langage d'assembleur (souvent désigné sous le terme "Assembleur", bien que ce soit un abus de langage, puisque "Assembleur" désigne le logiciel

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

BORS EDIT TRADUCTION EN CLASSE DE LANGUE

BORS EDIT TRADUCTION EN CLASSE DE LANGUE BORS EDIT TRADUCTION EN CLASSE DE LANGUE Bien qu elle ait été bannie pendant longtemps de la pédagogie des langues, la traduction est cependant une activité que nous pratiquons tous naturellement. On traduit

Plus en détail

chapitre 1 Décrire la langue

chapitre 1 Décrire la langue chapitre 1 Décrire la langue 1 Du langage à la langue Quelques dé nitions préalables Le langage est cette faculté, que l homme est seul à posséder, de s exprimer par la parole et par l écriture. Elle lui

Plus en détail

comédie pour tout public, huit minutes environ Personnages : Sonia Sybille Quentin Serge Maryse

comédie pour tout public, huit minutes environ Personnages : Sonia Sybille Quentin Serge Maryse 1 de Genre : Personnages : Costumes : Décors : Synopsis : comédie pour tout public, huit minutes environ contemporains salle de réunion, tables et chaises Une maison de retraite va s ouvrir et une consultante

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Renan Luce : La lettre

Renan Luce : La lettre Renan Luce : La lettre Paroles et musique : Renan Luce Barclay / Universal Thème L amour. Objectifs Objectifs communicatifs : Repérer des informations orales et visuelles. Raconter une histoire. Rédiger

Plus en détail

Autour du mathématicien Hadamard et de son livre Essai sur la psychologie de l invention dans le domaine mathématique.

Autour du mathématicien Hadamard et de son livre Essai sur la psychologie de l invention dans le domaine mathématique. Autour du mathématicien Hadamard et de son livre Essai sur la psychologie de l invention dans le domaine mathématique. Découverte en mathématiques Hadamard définit la pensée inventive comme une pensée

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

ACCORD DE PARTICIPATION AU PROCESSUS DE DROIT FAMILIAL COLLABORATIF

ACCORD DE PARTICIPATION AU PROCESSUS DE DROIT FAMILIAL COLLABORATIF Approuvé en date du 24.06.2008 par le conseil de l Ordre français des avocats du Barreau de Bruxelles ACCORD DE PARTICIPATION AU PROCESSUS DE DROIT FAMILIAL COLLABORATIF Les parties ont choisi de conclure

Plus en détail

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE Introduction Le concept de condition nécessaire est largement utilisé en philosophie, quelquefois explicitement pour définir d autres concepts importants.

Plus en détail

Par alliance : Armando Perez

Par alliance : Armando Perez Par alliance : Armando Perez Thèmes France, francophonie et langue française Concept D origine cubaine, Armando Perez nous emmène dans les lieux qu il fréquente à Miami pour nous parler de lui-même, de

Plus en détail

1. INDICATIONS GÉNÉRALES

1. INDICATIONS GÉNÉRALES La soutenance orale de mémoire 1.Indications générales...1 2.L'exposé oral...2 2.1 Présenter le thème de votre mémoire et la population cible (utiliser le "je" au DE)...2 2.2 Motivation pour ce thème :...2

Plus en détail

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS Remarques préliminaires : Ce court document n a nullement la prétention de présenter la question de la recherche d extrema liés avec toute la rigueur qui lui serait

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Aide à l utilisation de

Aide à l utilisation de A C T I C E accompagnement à l usage des TICE année 2009-2010 Guide d usage Aide à l utilisation de livret 5b : les annuaires-catalogues Sommaire (version du 6 décembre 2010) Introduction... 3 1. Création

Plus en détail

Sauvegarde d une base de données

Sauvegarde d une base de données Sauvegarde d une base de données Version 1.0 Grégory CASANOVA 2 Sauvegarde d une base de données Sommaire 1 Introduction... 3 2 Différents types de sauvegarde... 4 2.1 Sauvegarde complète de base de données...

Plus en détail

FINIR LA PREMIÈRE FACE Attention à ne jamais changer une pièce déjà en place! Vous devez réussir à obtenir les quatre «T» comme indiqué ci-dessous :

FINIR LA PREMIÈRE FACE Attention à ne jamais changer une pièce déjà en place! Vous devez réussir à obtenir les quatre «T» comme indiqué ci-dessous : (Source : http://www.francocube.com/ à consulter pour des figures animées) Avec les différentes étapes détaillées ci-dessous, vous allez être capable de finir le cube assez facilement. Mais il va falloir

Plus en détail

La machine à diviser de Monsieur Pascal

La machine à diviser de Monsieur Pascal prologue La machine à diviser de Monsieur Pascal Àdiviser? vous dites-vous, ne s agit-il pas plutôt de la «Pascaline», la machine à additionner que le jeune Blaise construisit pour soulager son père dans

Plus en détail

Rechercher un fichier ou un dossier avec Windows XP

Rechercher un fichier ou un dossier avec Windows XP Lancer l'impression Fermer cette fenêtre http://www.kachouri.com Rechercher un fichier ou un dossier avec Windows XP I. Introduction à la recherche de fichiers Ce tutorial s'adresse aux débutants, vous

Plus en détail

Le langage oral dans les APC à l'école maternelle

Le langage oral dans les APC à l'école maternelle éduscol Ressources pour l'école primaire Ressources pour l'école primaire Le langage oral dans les APC à l'école maternelle Fiches d'accompagnement, enseignant-chercheur à l'université de Toulouse II Le

Plus en détail

Le père de Stephen Bon!Nous allons ouvrir les cadeaux! François Et les packs de bières

Le père de Stephen Bon!Nous allons ouvrir les cadeaux! François Et les packs de bières S1 Voix OFF Moi, c'est *, née le 26 décembre 1972, à Saint-Caly- En-Saonois**, dans une famille composé d'astro physiciens, professeur de mathématiques, de physique chimie et même des boulanger ***(je

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Je prépare mon entretien avec un prospect

Je prépare mon entretien avec un prospect Chapitre 1 Je prépare mon entretien avec un prospect La vie de Jérémie «Le jour du premier entretien client arrive. En tout cas, la date est posée. Ayant repris le secteur laissé vacant par un commercial

Plus en détail

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ Quelques conseils 1 LA FINALITE, LA «PHILOSOPHIE» D UN RAPPORT D ACTIVITE Le rapport d activité a pour fonction de convaincre le jury que vous êtes

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

Circonscription de Saint Avertin Mission maternelle Mme Gourin, I.E.N Saint Avertin mai 2008 S APPROPRIER LE LANGAGE

Circonscription de Saint Avertin Mission maternelle Mme Gourin, I.E.N Saint Avertin mai 2008 S APPROPRIER LE LANGAGE Circonscription de Saint Avertin Mission maternelle Mme Gourin, I.E.N Saint Avertin mai 2008 S APPROPRIER LE LANGAGE Le langage à l école maternelle et son développement doivent être envisagés sous trois

Plus en détail

IUFM D AIX PRÉPA CRPE AOÛT/SEPTEMBRE 2012 CONSEILS MÉTHODOLOGIQUES

IUFM D AIX PRÉPA CRPE AOÛT/SEPTEMBRE 2012 CONSEILS MÉTHODOLOGIQUES IUFM D AIX PRÉPA CRPE AOÛT/SEPTEMBRE 2012 CONSEILS MÉTHODOLOGIQUES FRANÇAIS Commentaire. La lecture du texte doit se faire de manière analytique, c est une lecture personnelle. Il s agit en premier lieu

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant. La dictée à l adulte Dessin d une expérimentation «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.» La dictée à l adulte Déjà préconisée dans les IO de 1995,

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon Yvon CAVELIER Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants A l Assaut du ZE-Couillon Réservé aux membres du Club Des Turfistes Gagnants Copyright 2010 - Page 1 Table des Matières I - CE QUI A CHANGE DANS

Plus en détail

Utiliser les unités grammaticales et lexicales

Utiliser les unités grammaticales et lexicales Utiliser les unités grammaticales et lexicales 1 Activité 16 : Utiliser le dictionnaire des synonymes pour assurer le développement harmonieux du texte ORGANISATION TACHE D ECRITURE Retravailler un texte

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L EXAMEN

PRÉSENTATION DE L EXAMEN PRÉSENTATION DE L EXAMEN UN NOUVEAU DELF POUR LES SYSTÈMES SCOLAIRES Le DELF scolaire est une version du DELF 1 er degré réservée aux publics en situation scolaire. Il est mis en place à l étranger dans

Plus en détail

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6 www.conceptpasserelles.com 2 ème Intervention : Dieu, moi, et le sens de la vie 1 Genèse 1.1-4, 26, 28, 31 ; 2.15-17 Bienvenue à chacun

Plus en détail

PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS

PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS C est avec beaucoup de plaisir, monsieur le Bâtonnier FOUQUET, que j ai reçu, comme vous, monsieur le Premier Président, la nouvelle de ce que cette année, les jeunes

Plus en détail

BASES DU RAISONNEMENT

BASES DU RAISONNEMENT BASES DU RAISONNEMENT P. Pansu 10 septembre 2006 Rappel du programme officiel Logique, différents types de raisonnement. Ensembles, éléments. Fonctions et applications. Produit, puissances. Union, intersection,

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

COMMUNICATION INTERPERSONNELLE ET PRISE DE PAROLE EN PUBLIC H.M. ALAOUI 1

COMMUNICATION INTERPERSONNELLE ET PRISE DE PAROLE EN PUBLIC H.M. ALAOUI 1 COMMUNICATION INTERPERSONNELLE ET PRISE DE PAROLE EN PUBLIC H.M. ALAOUI 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION: ANALYSE SEMANTIQUE II. CONTENU ET ELEMENTS DE LA COMMUNICATION III. PRINCIPALES QUESTIONS A SE POSER

Plus en détail

1 Concevoir et réaliser un projet de formation

1 Concevoir et réaliser un projet de formation 1 Concevoir et réaliser un projet de formation Nous présentons, dans ce chapitre, la méthodologie générale de conception et de réalisation d un projet de formation. La caisse à outils du formateur 2 1.1

Plus en détail

Exemples d application

Exemples d application Exemples d application Pour que vous puissiez tester les méthodes décrites ci-dessous, commencez par copier sur votre disque dur les exemples de bruits contenus dans le dossier Soundsamples qui se trouve

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Préparez votre débat

Préparez votre débat Préparez votre débat L enjeu éducatif d un débat sur des questions portant sur le changement climatique est principalement de permettre : - d éveiller l intérêt des élèves sur le sujet en laissant la pensée,

Plus en détail

PAZAAK : UN JEU POUR STAR WARS. (Une aide de Jeu rédigée par Ikaar )

PAZAAK : UN JEU POUR STAR WARS. (Une aide de Jeu rédigée par Ikaar ) PAZAAK : UN JEU POUR STAR WARS. (Une aide de Jeu rédigée par Ikaar ) Préparation : Lorsque vous défiez un autre joueur au jeu de Pazaak, il faut commencer par parier sur le match en définissant le montant

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE Claire-Françoise Durand INTRODUCTION C est pour moi un grand plaisir et un grand honneur d ouvrir

Plus en détail

Lire des œuvres littéraires

Lire des œuvres littéraires Lire des œuvres littéraires Une culture littéraire se constitue par la fréquentation régulière des œuvres Une culture littéraire Elle s'est constituée comme un univers où les thèmes, les personnages, les

Plus en détail

Épreuve de Compréhension écrite

Épreuve de Compréhension écrite 50 questions (4 sections) 60 minutes L épreuve de compréhension écrite rassemble 4 sections, comprenant 50 questions (questions 1 à 50) : SECTION A SECTION B 10 questions Définir le contexte d un document

Plus en détail

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.»

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.» Recherche d un problème ouvert en classe de seconde Le produit maximum Stéphane Millet Lycée d Andrézieu-Bouthéon «Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit

Plus en détail

Régime du verbe selon son sens : rédaction

Régime du verbe selon son sens : rédaction SELON SYNTAXE SON SENS : RÉDACTION 1 Régime des mots Régime du verbe selon son sens : rédaction En cliquant sur le bouton «Rubrique grammaticale» dans notre site, vous pourrez, au besoin, consulter les

Plus en détail

Quelques précisions et exemples sur la réforme de l assurance-emploi

Quelques précisions et exemples sur la réforme de l assurance-emploi Quelques précisions et exemples sur la réforme de l assurance-emploi Voici quelques précisions et exemples sur la réforme de l assurance-emploi entrée en vigueur le 6 janvier 2013. Rappelons que vous pouvez

Plus en détail

Stratégie Générale du Succès en Ligne. Livret de travail

Stratégie Générale du Succès en Ligne. Livret de travail Stratégie Générale du Succès en Ligne Livret de travail Par Dushan Jancik Remarque : Ce livret est un outil de travail utilisé dans les coachings en stratégie Internet proposés par Dushan Jancik. Vous

Plus en détail

18 Informatique graphique

18 Informatique graphique Avant-propos En 1988, les Editions Hermès publiaient un ouvrage intitulé La synthèse d'images, qui présentait un état de l'art de ce domaine de l'informatique, vingt cinq ans environ après l'introduction

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010 Chapitre 1. Tableau à double entrée Exercices : solutions Texte provisoire. Merci pour les remarques, commentaires, suggestions Exercice 1 1.a. Population de Bruxelles selon le sexe et la nationalité Hommes

Plus en détail

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage Thème : NUMERATION Intentions pédagogiques : ré apprentissage de la numération par des activités ludiques, retour sur des notions connues autrement qu en situation de révision afin de permettre un nouveau

Plus en détail

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN)

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN) COMMENTAIRE Séminaire national Réforme de la série Gestion-administration Lyon 10 et 11 mai 2012 Vendredi matin Martine DECONINCK (IEN EG), Michèle SENDRE (IEN L), Isabelle VALLOT (IEN EG) Diapo 1. Objet

Plus en détail

Rapport de Stage. Statut juridique de l entreprise : Entreprise Conforme Légal Indépendante

Rapport de Stage. Statut juridique de l entreprise : Entreprise Conforme Légal Indépendante Koell-Keith Johan- Charles Rapport de Stage I-Description de l organisation Nom de l entreprise : Noticias SIN Statut juridique de l entreprise : Entreprise Conforme Légal Indépendante Situation géographique

Plus en détail

ÉPREUVE OPTIONNELLE D'INFORMATIQUE AU BACCALAURÉAT (juin 1988) - suite - POLYNÉSIE -

ÉPREUVE OPTIONNELLE D'INFORMATIQUE AU BACCALAURÉAT (juin 1988) - suite - POLYNÉSIE - 62 ÉPREUVE OPTIONNELLE D'INFORMATIQUE AU BACCALAURÉAT (juin 1988) - suite - POLYNÉSIE - PREMIÈRE PARTIE (sur 6 points) Le candidat choisira l'un des deux sujets proposés, qu'il traitera en 200 à 300 mots.

Plus en détail

Chapitre 5 Les Probablilités

Chapitre 5 Les Probablilités A) Introduction et Définitions 1) Introduction Chapitre 5 Les Probablilités De nombreuses actions provoquent des résultats qui sont dus en partie ou en totalité au hasard. Il est pourtant nécessaire de

Plus en détail

OFFRES D OPTIONS. DP3 Découverte Professionnelle 3h Langues anciennes SEA Section Européenne Anglais SED Section Européenne Allemand

OFFRES D OPTIONS. DP3 Découverte Professionnelle 3h Langues anciennes SEA Section Européenne Anglais SED Section Européenne Allemand OFFRES D OPTIONS DP3 Découverte Professionnelle 3h Langues anciennes SEA Section Européenne Anglais SED Section Européenne Allemand Option DP3 Qu est-ce que la DP3? La DP3 est une option de Découverte

Plus en détail

www.apec.fr Méthode déclic Troisième édition Éditions d'organisation, 1999, 2001, 2004 APEC, 1999, 2001, 2004 ISBN : 2-7081-3097-8

www.apec.fr Méthode déclic Troisième édition Éditions d'organisation, 1999, 2001, 2004 APEC, 1999, 2001, 2004 ISBN : 2-7081-3097-8 www.apec.fr Méthode déclic Troisième édition Éditions d'organisation, 1999, 2001, 2004 APEC, 1999, 2001, 2004 ISBN : 2-7081-3097-8 BILAN Qu'appelle-t-on bilan professionnel? Un bilan professionnel pour

Plus en détail

Réussir un exercice de Maths sans stresser en 6 étapes!

Réussir un exercice de Maths sans stresser en 6 étapes! Réussir un exercice de Maths sans stresser en 6 étapes! Dans ce document cadeau, je te montre comment résoudre un exercice de mathématique en suivant une méthode donnée. Grâce à cette méthode, tu ne te

Plus en détail

LIN3710 Devoir 2 La structure argumentale

LIN3710 Devoir 2 La structure argumentale LIN3710 Devoir 2 La structure argumentale Dû le 8 février 2012 Ce devoir a l air long, mais vos réponses ne devraient pas l être. Prenez du temps pour bien penser sur ces questions, et répondez-y de la

Plus en détail