COMPARAISON COUT-BENEFICE D UNE CESARIENNE SUR DEMANDE MATERNELLE ET D UN ACCOUCHEMENT PAR VOIE BASSE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMPARAISON COUT-BENEFICE D UNE CESARIENNE SUR DEMANDE MATERNELLE ET D UN ACCOUCHEMENT PAR VOIE BASSE"

Transcription

1 Institut économie et administration de la santé Faculté de biologie et médecine HEC Université de Lausanne COMPARAISON COUT-BENEFICE D UNE CESARIENNE SUR DEMANDE MATERNELLE ET D UN ACCOUCHEMENT PAR VOIE BASSE Travail de mémoire Roxana ROUZBEH-SENUMA Pharmacienne FPH Directeur du travail : Dr Jean-Blaise Wasserfallen Directeur médical adjoint au CHUV 1

2 TABLES DES MATIERES 1. INTRODUCTION L ACCOUCHEMENT ET SES COMPLICATIONS MATERNELLES ET/OU FŒTALES (10-13) L'ACCOUCHEMENT NATUREL, PAR VOIE VAGINALE L ACCOUCHEMENT PAR VOIE HAUTE OU CESARIENNE Les indications de la césarienne La césarienne de convenance LES COMPLICATIONS DE LA NAISSANCE Les complications de l'accouchement par voie basse Les complications de la césarienne METHODOLOGIE TYPE D ETUDE Type d accouchement (voie basse versus césarienne) Type de césarienne (césarienne sur demande versus autres indications) PROVENANCE DES DONNEES LES APDRG LA METHODE STATISTIQUE RESULTATS COMPARAISON DE L ACCOUCHEMENT PAR VOIE BASSE VERSUS CESARIENNE COMPARAISON DE CESARIENNE SUR DEMANDE MATERNELLE VERSUS D AUTRES INDICATIONS DISCUSSION SOLUTIONS LA REORGANISATION DE LA CONSOMMATION DES RESSOURCES AU SEIN DE L HOPITAL LA READAPTATION DE LA VALEUR DES POINTS APDRG LIMITES DE L ETUDE PERSPECTIVES ANNEXES ANNEXE ANNEXE REFERENCES

3 1. INTRODUCTION Les déterminants du bien-être sanitaire tels que la culture de la population, le statut socioéconomique, le comportement (life styles), l environnement, l accès au système de soins aident à ce que les femmes vivent plus longtemps et ont moins d enfant. Elles cherchent à avoir une meilleure qualité de vie et deviennent plus exigeantes par rapport à leur état de santé. L emprise de la société moderne demande plus de perfection sur tous les fronts. Être à la hauteur aux études, au travail, dans son couple et en tant que mère ne satisfait plus. Les femmes doivent être sportives, dynamiques et en bonne santé. Tout cela demande des planifications et une organisation de la part des futures mères du même ordre de difficultés que celui qui est rencontré pour définir une stratégie pour maîtriser la croissance des dépenses de santé dans les pays industrialisés!!! C est pourquoi la femme actuelle cherche à s informer, planifier la venue de son enfant et à se protéger contre d éventuelles complications de son accouchement à court et à long terme en demandant une césarienne programmée. Naître et donner naissance sont les actes les plus naturels qui existent depuis toujours. Mais ce n est pas parce qu ils sont naturels et vieux comme le monde qu ils sont sans danger. Avant l introduction des techniques de l asepsie au 19 ème siècle, la mortalité maternelle et enfantine était très élevée (de l ordre de 50%). Aujourd hui, la mortalité maternelle demeure encore un problème important de santé publique, surtout dans les pays en voie de développement où surviennent 98% des décès maternels (1). Les immenses progrès réalisés en chirurgie obstétricale, en anesthésie, en asepsie et dans le matériel opératoire font que, de nos jours, la césarienne est devenue une intervention standardisée, beaucoup plus sûre et, grâce à des procédures bien précises, ses complications sont devenues exceptionnelles. En France, le taux de césariennes était de 6% en 1972 et de 11% en 1981 (2). Il atteignait près de 16% en 1995 (3) et 17.5% en 1999 (4) et ne cesse d augmenter. Donc le taux de césariennes a triplé en vingt-sept ans. Dans le même temps, la mortalité périnatale est passée de 1.23% en 1981 à 0.91% en 1995 (5). Il faut préciser que la mortalité périnatale n'est pas directement liée au taux de césarienne. O'Driscoll et coll. en 1983 ont bien montré que l'amélioration de cette mortalité est plus liée aux progrès de la réanimation néonatale qu à l augmentation des césariennes (4) La morbidité périnatale peut être augmentée du fait du syndrome détresse respiratoire observé après césarienne prophylactique faite avant la 39 e semaine (4). A la maternité de Glasgow (5), nous observons le même phénomène qu en France. Le pourcentage des césariennes est passé de 6.8% à 18.1% de 1962 à 1992, et en Ecosse à 21.5% en 2000 (5). Par contre, la distribution des indications reste presque identique durant ces années : une diminution de 42% à 37% pour les dystocies au cours du travail, et une augmentation de 18.1% à 18.9% pour les indications fœtales (5). Ce qui est nouveau, c est une augmentation des indications pour les présentations pathologiques (de 10.8% à 16.0%), pour les utérus cicatriciels (de 4.5% à 15.2%) et les grossesses multiples (2,8% à 4%). Compte tenu de la plus grande sécurité opératoire, et des facteurs aussi divers que la demande plus fréquente des patientes pour la césarienne (notamment à cause des répercussions périnéales de l'accouchement), l'âge de plus en plus avancé de la mère primipare, les conditions socioéconomiques et une crainte croissante des implications médico-légales jouent un rôle dans les modifications de pratique (3). 2

4 Dans certains pays, le taux de césarienne est particulièrement élevé. C'est le cas au Brésil et au Mexique, où dans certaines villes, le taux de césariennes atteint 30 à 75% (1,6)! En Iran, le taux de césarienne s élève à 26.8% pour les primipares et à 25.5% pour les multipares en hôpitaux publics, et respectivement 87.4% et 78.5% en hôpitaux privés (7). Face à une augmentation des coûts de la santé en raison de facteurs bien connus tels que demande illimitée, surcapacité de l offre, incitation inflationniste, innovations technologiques, vieillissement de la population (mère), démographie médicale, incertitude médicale, asymétrie d information, nous sommes toujours à la recherche de solutions pour dénouer cette difficulté. Les solutions proposées pour une maîtrise des coûts sont surtout la rationalisation pour mieux gérer le volume d activité, l usage des recommandations de pratique médicale (practice guidelines) et les études coût/bénéfice, méthode d évaluation économique consistant à relier les coûts d une stratégie médicale à ses conséquences en termes de santé. En Suisse, comme ailleurs (8, 9), le thème de «Césarienne sur demande maternelle» est souvent évoqué dans les milieux obstétricaux, même si parfois il est confondu avec la notion de «Césarienne élective». Comment s y prendre face à cette demande nouvelle et inhabituelle? Par rapport à sa mortalité et morbidité? Son coût? A première vue, le coût d un accouchement par césarienne, à cause des ressources impliquées par l utilisation d un bloc opératoire, semblerait plus élevé que celui d un accouchement par voie vaginale. Dans ce cas, si la césarienne sur demande maternelle, sans indication médicale, est plus couramment exigée, quel sera l impact économique pour l hôpital et son effet sur les coûts de la santé? Le but de ce travail de diplôme est de contribuer à répondre à cette question en analysant les caractéristiques cliniques et économiques par type d accouchement (voie basse versus césarienne) et par type de césarienne (sur demande maternelle versus autres indications), à partir des données de la Maternité du Centre Hospitalier Universitaire Vaudois (CHUV). La Maternité est spécialisée dans la prise en charge des grossesses à risque élevé, et appartient à un centre hospitalo-universitaire, avec accouchements/an, présence 24/24 h dans ses cinq salles d accouchement, en trois équipes de cinq sages-femmes, un médecin assistant, un chef de clinique, un anesthésiste, un pédiatre et un chef de néonatologie. 3

5 2. L ACCOUCHEMENT ET SES COMPLICATIONS MATERNELLES ET/OU FŒTALES (10-13) 2.1 L'ACCOUCHEMENT NATUREL, PAR VOIE VAGINALE L'accouchement veut dire tout simplement action d'accoucher ou mettre au monde. "Lors de l'accouchement par voie naturelle, le bébé progresse dans le bassin qui, schématiquement, peut être comparé à un cylindre à trois parties. La partie supérieure n'est pas déformable. Lorsque ce diamètre est franchi, on dit que le bébé est "engagé". La partie "intermédiaire" est formée par des reliefs osseux auxquels le fœtus peut le plus souvent s'adapter. Le bas de la colonne vertébrale maternelle présente, à ce niveau, une courbe qui facilite le passage du bébé. Le diamètre "inférieur" se laisse distendre plus facilement et ne constitue pas un véritable obstacle. Cette étape constitue le dégagement de la tête. C'est à ce niveau que l'on pratique l'épisiotomie, incision portée sur le périnée et destinée à agrandir l'orifice de la vulve pour éviter les déchirures. Lorsque le "travail" se déroule normalement, le bébé progresse en effectuant des mouvements de la tête et du cou (flexion, extension, inclinaison) qui lui permettent de s'adapter à la forme du bassin maternel et de progresser à travers le bassin jusqu à la sortie du plancher pelvien. Il arrive parfois que cette progression ne se déroule pas de façon harmonieuse. Le médecin décide alors, pendant le travail, de pratiquer une césarienne. Le déroulement du travail étant imprévisible, c'est pour cette raison que les obstétriciens doivent toujours envisager l'éventualité d'une césarienne avec leur patiente. 2.2 L ACCOUCHEMENT PAR VOIE HAUTE OU CÉSARIENNE La césarienne est un acte chirurgical sous anesthésie qui consiste à pratiquer une incision "transversale", au niveau du pubis, ou plus rarement verticale "sous-ombilicale" en partant du nombril pour permettre d'extraire l'enfant de l'utérus. La césarienne peut également être programmée lorsque les conditions sont d'emblée peu favorables à un accouchement par voie naturelle. Le médecin propose une date à environ une à deux semaines du terme, au cours de l'examen du 8 e ou 9 e mois, lorsque la maturité pulmonaire du bébé sera estimée acquise. Bien souvent, dans 50% à 70% des cas, les raisons de pratiquer une césarienne sont multiples et c'est un ensemble d'arguments qui oriente cette décision. 4

6 2.2.1 Les indications de la césarienne Les causes mécaniques On utilise ce terme quand le bébé ne peut plus progresser naturellement dans le bassin de la mère. Il existe de nombreuses raisons à cela : 1. un gros bébé par rapport au bassin de la mère; le périmètre crânien et la largeur des épaules du bébé seront comparés aux diamètres du bassin de la mère 2. la présentation du siège dans certains cas et les présentations de l'épaule ou du front 3. le bassin de la mère très étroit ou déformé (à la suite d'une fracture, p.ex). Dans ce cas, la césarienne sera programmée quelle que soient la taille, la présentation et le poids du bébé 4. un obstacle anatomique comme un gros fibrome de l'utérus, un placenta praevia situé sur le trajet du col de l'utérus peut parfois empêcher la progression du bébé 5. en cas de grossesse multiples (jumeaux, triplés ), selon les positions respectives des bébés Les indications liées à la mère 1. lors d utérus cicatriciels 2. certaines maladies maternelles mal contrôlées par le traitement médical, qui peuvent s'aggraver avant ou pendant l'accouchement : certaines maladies cardiaques ou de l'hypertension artérielle 3. certaines infections, comme les vulvo-vaginites herpétiques 4. la future mère contaminée par le virus HIV réduit considérablement la transmission materno-fœtale du virus par une césarienne programmée Cependant, c'est important de signaler que toutes les infections maternelles, même sévères, ne sont pas des indications systématiques de césarienne. Les indications liées au bébé 1. une insuffisance de croissance intra-utérine responsable d'un petit poids de naissance 2. une naissance très prématurée 3. certaines grossesses multiples 4. une déflexion primitive de la tête 5. une mauvaise position du cordon ombilical 6. certaines malformations fœtales 7. une présentation de siège La césarienne de convenance Dans plupart des articles publiés dans la littérature, le terme de "convenance" apparaît quand l indication de la césarienne ne correspond pas aux critères médicaux. La demande de césarienne est en effet souvent l expression implicite d une peur de l accouchement et de ses complications ou d un désir maternel personnel. La peur de l accouchement peut se compliquer de peur pour la santé de son enfant, peur de mourir avec beaucoup de souffrance, peur de complications telles que les déchirures, les incontinences urinaire et fécale qui sont en plus humiliantes, peur de briser sa relation de couple par des problèmes sexuels qui s'en suivent. La peur, l'angoisse, l'insomnie d une femme durant sa grossesse peuvent avoir des effets négatifs sur la croissance du fœtus, la progression de la grossesse et le déroulement de l accouchement. Dans ce cas, au lieu d'appeler cette intervention "césarienne de convenance" nous pourrions l appeler "césarienne préventive". 5

7 2.3 LES COMPLICATIONS DE LA NAISSANCE Les complications de l'accouchement par voie basse Les complications maternelles 1. La rétention d'urine, par atonie, surtout si l'accouchement a été long et difficile. 2. L'incontinence urinaire (21%) et fécale (35%), surtout si elle existait déjà en fin de grossesse. La guérison peut nécessiter quelques semaines ou des mois, à l'aide de médicaments et surtout une kinésithérapie adéquate. En cas de persistance, en particulier lorsque l'accouchement a été dystocique du fait du volume de l'enfant ou d'une application de forceps, il y a possibilité d'intervention chirurgicale correctrice qu'à partir de 6 mois après l'accouchement si cela s'avère nécessaire. 3. Les complications hémorragiques graves, surtout lors de l'accouchement instrumental et de la délivrance. 4. Les conséquences de l anémie habituelle durant la grossesse. 5. Les complications infectieuses, parce que la cavité utérine avec sa grande surface d'ouverture vers l'extérieur contient toujours quelques débris de membrane ou de placenta et du sang et constitue un excellent milieu de culture dans les suites de couches. 6. Les complications thromboemboliques, 7. Les infections urinaires, fréquentes après l'accouchement, soit comme récidive d'une infection déjà connue soit suite à un sondage intempestif réalisé au cours du travail. 8. Les lésions traumatiques de la mère survenant en cas d'accouchement difficile ; déchirures périnéales et/ou vaginales, et rarement désinsertion du dôme vaginal, déchirure du col, rupture du segment inférieur en cas d'extraction intempestive avant dilatation complète. 9. Les accidents consécutifs au forceps : le plus souvent déchirures vaginales, périnéales simples ou complexes du col utérin. La déchirure périnéale complète comporte une lésion du sphincter anal et peut être compliquée ou non compliquée (sans atteinte de la muqueuse rectale). La déchirure étendue de la muqueuse vaginale, plaie urétrale ou de la vessie, apanage des grandes rotations. La déchirure du col peut remonter sur le segment inférieur (rupture utérine). 10. Les complications liées à l'épisiotomie ne sont pratiquement dues qu à une erreur technique. 11. Les complications psychiatriques sont rares. Il s'agit de psychoses confuso-délirantes aiguës du post-partum marquées par l'apparition d'insomnies, de cauchemars, d'angoisses, puis de confusion mentale avec délire, hallucinations, et troubles de l'humeur. Des excès maniaques, mélancoliques, des épisodes schizophréniques, des troubles névrotiques peuvent avoir lieu également. 12. Les problèmes psychologiques suite à une mauvaise prise en charge, incompréhension de la souffrance de la mère, brutalisation par les instruments comme le forceps, césarienne en urgence suite a une longue épreuve de travail, etc. Les complications fœtales La souffrance fœtale ou l'asphyxie périnatale sont les états qui menacent la vie, la santé, l'avenir fonctionnel ou psychomoteur de l'enfant. Elles se déclarent par de nombreux symptômes : altérations du rythme cardiaque fœtal, altérations de l'équilibre acido-basique, émission de méconium, etc. 6

8 Des lésions traumatiques de l'enfant peuvent survenir en cas d'accouchement difficile : 1. Mort fœtale par élongation du bulbe au cours d'une extraction brutale ou par anoxie provoquée due à une prolongation excessive des manœuvres alors que la circulation materno-fœtale est interrompue. 2. Hémorragie cérébro-méningée, qui peut même rendre compliqué un accouchement apparemment simple, en particulier chez le prématuré. 3. Fractures du fémur, de l'humérus, de la clavicule. 4. Paralysie radiculaire du plexus brachial qui peut être suivie d'infirmité permanente. 5. Hématome du sterno-cléido-mastoïdien. 6. Accidents de forceps, en dehors des excoriations qui sont évitables, toujours la conséquence d'une erreur technique ou du non-respect des contre-indications : céphal-hématomes (hématome du périoste pariétal ou occipital); paralysie faciale due à une prise asymétrique fronto-mastoïdienne, fracture du crâne Les complications de la césarienne Les complications maternelles Elles peuvent survenir pendant l'intervention : 1. Anémie, suite à une hémorragie ou par défaut de contraction de l'utérus 2. Plaie de la vessie qui recouvre l'utérus. Cet incident pourra conduire à prolongation du temps d hospitalisation, avec mise en place d une sonde urinaire à demeure. 3. Une blessure sur un autre organe voisin de l'utérus, comme l'uretère, les anses intestinales. Ceci est le plus souvent liée à des conditions opératoires difficiles, une césarienne en urgence ou une intervention sur un ventre opéré à plusieurs reprises. 4. Complications anesthésiques (générale), elles sont les mêmes que toutes les interventions mis à part le risque de broncho-aspiration, qui est plus fréquent en cours de césarienne en urgence ou lorsque la patiente n'est pas à jeun et non prémédiquée. 5. Complications infectieuses, surtout urinaire suite à la pose d une sonde urinaire, moins fréquemment au niveau de l'utérus s'il y a eu de la fièvre pendant le travail ou si le travail a duré longtemps avant la césarienne essentiellement après rupture des membranes. Très rarement, les infections se logent au niveau des poumons (régurgitation sous anesthésie générale), de l'abdomen (poche de pus près de la zone opérée) ou de la peau (cicatrice). 6. Complications thromboemboliques, bien que rares (5%o à 10%o), elles sont graves par leur risque vital. 7. Occlusion intestinale, par retard ou non reprise du transit (très rarement). 8. Rupture secondaire à une cicatrice de l'utérus, strictement si la patiente a présenté une endométrite du post-partum. Les complications fœtales La mortalité périnatale par césarienne n'est pas plus élevée que la mortalité périnatale par l'accouchement par voie naturelle. La nature de la pathologie ayant nécessité une césarienne est très importante pour la survie fœtale et l'extraction chirurgicale ne permet pas toujours d'assurer une issue favorable. 7

9 La morbidité néonatale n'est pas nulle. Les traumatismes fœtaux comme la fracture de l'humérus ou la paralysie du plexus brachial surviennent souvent dans le cas d'une césarienne en urgence, par la précipitation du médecin et/ou la méconnaissance de la mécanique obstétricale lors de l'extraction de l'enfant ou par une plaie accidentelle (1%), lors de l incision de l utérus. 8

10 3. MÉTHODOLOGIE 3.1 TYPE D ÉTUDE Il s agit d une étude rétrospective avec des données préalablement informatisées et recueillies de manière prospective. La période d'étude s étend de 2000 à Les critères d inclusions sont les accouchements à terme à partir de la 37 ème semaine d'aménorrhée, à l exclusion des grossesses multiples, pathologiques et compliquées. La comparaison a porté sur les groupes suivants : Type d accouchement (voie basse versus césarienne) Type de césarienne (césarienne sur demande versus autres indications) 3.2 PROVENANCE DES DONNÉES. Les informations médicales s'appuient sur les dossiers médicaux informatisés du département de Gynécologie-Obstétrique (programme Diamm) et les données de la base des données administratives du CHUV (Adissa). Pour comparer les deux groupes, nous avons considéré des données générales, c est-à-dire mode d accouchement, âge, terme d accouchement (SA), gestité, parité, études, profession, origine, durée de séjour, etc. Les données de coûts sont tirées de la base de données fournie par les Hospices, elles-mêmes basée sur la comptabilité analytique. Notre analyse porte sur les coûts par activité et évidemment aussi sur les coûts de groupements d activités et pour terminer sur les coûts totaux de chaque groupe de patientes. 1. Coût d hospitalisation (mère) 2. Coût des consultations (mère) 3. Coût des examens paracliniques de chimie, d immunologie, d hématologie, de microbiologie, de pathologie et d endocrinologie diabétologie 4. Coût des médicaments et implants 5. Coût de radiologie et échographie 6. Coût du bloc opératoire, des interventions instrumentales et chirurgicales, de l anesthésie ou de la salle d accouchement 7. Coût des soins détaillés en soins ordinaires, soins continus (surveillance infirmière ou sage femme 24h/24), soins intensifs et soins urgents 8. Coût de physiothérapie 9

11 3.3 LES APDRG Les Hospices ont classé les patients par APDRG (All Patients Diagnostic Related Groups). Le calcul des prix des APDRG a été effectué sur la base des prix de l année 2002, en multipliant le cost-weight de l APDRG concerné par la valeur du point 2002 pour la part de l assureur (CHF 3'610.00), la part de l État (CHF 4'346.00) et le prix total par patiente (CHF 7'956.00). Tableau 3.1. Les APDRG et cost-weight concernant les groupes de l'étude sont les suivants APDRG Libellé CW 370 Césarienne, avec complications Césarienne, sans complications Accouchement compliqué, par voie vaginale Accouchement non compliqué, par voie vaginale Pathologie post-partum et post-avortement, sans intervention 0.51 chirurgicale 384 Autres diagnostics ante-partum, sans complications médicales LA MÉTHODE STATISTIQUE Nous avons utilisé différents tests pour traiter nos données : 1. Le test de Chi-Carré pour les proportions 2. Le test-t de Student pour les variables continues 3. Le test U de Mann-Whitney pour les variables discrètes La signification statistique a été fixée à p<

12 4. RÉSULTATS Cinq mille cent trente patientes ont accouché entre 2000 et 2002 à la maternité du CHUV. Durant ces trois ans, mères (34%) correspondaient aux critères d'inclusion, soit toutes les femmes à terme (37 semaines d'aménorrhée ou plus), sans complication préalablement attendue. Mais nous n avons pris en considération que 1458 patientes dont les données concernant les coûts étaient disponibles. Sur ces patientes, femmes ont donné naissance à un enfant par voie basse et 320 par césarienne (22%). Parmi ces dernières, 39 césariennes étaient considérées comme prophylactiques, 130 itératives suite à une césarienne antérieure ou à cause d un utérus cicatriciel, 90 électives et 39 pour d autres raisons médicales comme une césarienne en urgence. Nous avons enregistré que 22 césariennes sur demande maternelle (1.5%) durant l année Ce critère n était pas enregistré auparavant. 4.1 COMPARAISON DE L ACCOUCHEMENT PAR VOIE BASSE VERSUS CÉSARIENNE Tableau 1 : Caractéristiques des mères par type d'accouchement (voie basse versus césarienne) Variable Population Totale Accouchement par voie basse Accouchement par césarienne P n=1458 n=1138 n=320 Moyenne DS Moyenne DS Moyenne DS Âge moyen (Ans) ± DS <0.001 Âge gestationnel n % n % n % Âge gestationnel Moyenne DS Moyenne DS Moyenne DS <0.001 (Semaines) ± DS Gestité n % n % n % <

13 Parité n % n % n % < Étude mère n=506 % n=403 % n=103 % Aucune Primaire Secondaire Technique Universitaire Profession mère n=882 % n=681 % n=201 % Dirigeant Intellectuelle Intermédiaire Administratif Services Agriculture Ouvrier Conducteur Ouvrier non qualifié Étudiante, au foyer Situation mère n=1439 % n=1122 % n=317 % Seule Couple Origine mère n=1434 % n=1119 % n=315 % 0.16 Suisse Europe sud Amérique nord Amérique sud Afrique nord France Europe nord Europe est Antilles

14 Asie Afrique Autre DS : déviation standard L âge moyen de la mère est significativement plus avancé dans le groupe par césarienne que par voie basse. Par contre, la moyenne de l âge gestationnel est significativement moins élevée chez les mères bénéficiant d une césarienne. En ce qui concerne la gestité et la parité des mères, la différence statistique entre les deux modes d accouchements avec un p<0.001 est significative (tableau 4.1). La proportion des femmes nullipares est plus grande chez les femmes accouchant par voie basse que par césarienne. La comparaison des caractéristiques démographiques (études, profession et origine de la mère) des deux groupes de patientes n a pas permis de mettre en évidence des différences statistiquement significatives. L enregistrement des données sur les études et la profession de la mère sont toutefois loin d être complètes. Tableau 2 : Consommation des ressources par type d'accouchement (voie basse versus césarienne) Variable Population Totale Accouchement par voie basse Accouchement par césarienne P n=1458 n=1138 n=320 Moyenne DS Moyenne DS Moyenne DS Durée de séjour mère (Journée) ± DS <0.001 Accoucheur n=1449 % n=1138 % n=320 % <0.001 Sage femme Médecin Types d'anesthésie n=1335 % n=1053 % n=282 % Rachianesthésie Bloc nerf honteux Péridurale Locale AG avant naissance La durée de séjour pour la mère est significativement plus élevée lors d accouchement par césarienne. En ce qui concerne l accoucheur, sur l ensemble des accouchements, 44.9% se font par les médecins (médecin accoucheur, chef de clinique et médecin cadre) et le reste par les sagesfemmes. Le taux d accouchement effectué par un médecin baisse jusqu à 29.9% lors d accouchements par voie basse et monte à 100% quand l accouchement est par césarienne. La comparaison des différents types d anesthésie (rachianesthésie, bloc nerf honteux, péridurale, anesthésie locale et générale) montre que peu de patientes accouchent par voie basse 13

15 sans anesthésie. Le taux de péridurale dans les accouchements par voie basse versus césarienne est 4 fois plus élevé que celui des césariennes, où l on note évidemment un taux très élevé de rachianesthésie. En ce qui concerne les complications d accouchements par voie basse, nous pouvons citer 18.5% de cas d extraction instrumentale (forceps), 4.5% de césariennes au début du travail ou en cours de travail. Le taux de déchirure de périnée était de 10% du 1 er degré, 8.8% du 2 ème degré, 5.2% du 3 ème degré, malgré 54% d épisiotomies (considérées comme une "déchirure"de 2 ème degré). Dans les cas d accouchement par césarienne (n=320) le taux de complication s élevait à 1.6%. Parmi les mères qui ont accouché par césariennes, 51% n avaient jamais eu un accouchement par césarienne auparavant, 40% des mères avaient un antécédent de césarienne. Deux mères ont eu un enfant par césarienne pour la 4 ème fois! Il n y a eu aucun cas de mort maternelle ni de transfert en réanimation. Mais 3 enfants sont décédés durant la période d étude dans le groupe d accouchement par voie basse. Tableau 3 : Distribution des principaux APDRG par types d accouchements (voie basse versus césarienne) Population Accouchement Accouchement APDRG totale Par par mère voie basse césarienne n=1458 % n=1138 % n=320 % d autres Le tableau de distribution des APDRG principaux par types d accouchements nous permet de voir que globalement 40% des accouchements par voie basse sont considérés comme comportant des complications, alors qu il existe moins de complications (10%) dans les césariennes. APDRG est un système de financement pour l hôpital et il faut faire attention à l interprétation des résultats clinique. Les accouchements par césarienne après une tentative d accouchement par voie basse sont habituellement classés sous le code césarienne. C est une limitation connue de l analyse par APDRG!!! Tableau 4 : Analyse des coûts et des prix par type d'accouchement (voie basse versus césarienne) Variable Coûts (CHF) Population Totale n=1458 Accouchement par voie basse n=1138 Accouchement par césarienne n=320 Moyen DS Moyen DS Moyen DS Clinique <0.001 Examen Opération <0.001 P 14

16 Médicaments <0.001 Radiologie <0.001 Soins <0.001 Total coût <0.001 Cost weight mère <0.001 Prix Etat mère Prix assureur mère < <0.001 Prix total mère DS : Déviation Standard <0.001 Les deux tableaux avec les résultats détaillés des coûts par activité se trouvent en annexe. A l exception des coûts d examens para cliniques, tous les coûts sont nettement plus bas dans l accouchement par voie basse que par césarienne. En ce qui concerne, le cost-weight, le prix que l État paie à hôpital, le prix demandé à l assurance maladie de la mère et le prix total d un accouchement sont tous significativement plus élevés (1.3 fois) quand l accouchement est par césarienne versus voie basse. Cependant, le prix total de la césarienne ne couvre pas le coût total occasionné par ce mode d accouchement. L hôpital est déficitaire d environ CHF en moyenne. Mais heureusement, l hôpital se rattrape sur l ensemble des accouchements avec CHF de bénéfice par patiente. 15

17 4.2 COMPARAISON DE CÉSARIENNE SUR DEMANDE MATERNELLE VERSUS D AUTRES INDICATIONS Tableau 5 : Caractéristiques des mères par type de césarienne (sur demande maternelle versus autres indications) Variable Âge moyen (An) ± DS Âge gestationnel Accouchement par césarienne n=320 Césariennes sur demande n=22 Césariennes selon indication médicale n=298 Moyenne DS Moyenne DS Moyenne DS n % n % n % P Âge gestationnel (Semaines) ± DS Moyenne DS Moyenne DS Moyenne DS Gestité n % n % n % Parité n % n % n % Étude mère n=103 % n=9 % n=94 % Aucune Primaire Secondaire Technique

18 Universitaire Profession mère n=201 % n=15 % n=186 % 0.2 Dirigeant Intellectuelle Intermédiaire Administratif Services Agriculture Ouvrier Conducteur Ouvrier non qualifié Étudiante, au foyer Situation mère n=317 % n=22 % n=295 % Seule Couple Origine mère n=315 % n=21 % n=294 % Suisse Europe sud Amérique nord Amérique sud Afrique nord France Europe nord Europe est Antilles Asie Afrique Autre L âge moyen de la mère ne diffère pas significativement entre le groupe de césarienne sur demande versus autres indications médicales. 17

19 L âge gestationnel entre césarienne sur demande maternelle versus autres indications médicale ne présente pas une différence statistique significative. La gestité et la parité ne sont statistiquement pas différentes entre les deux groupes accouchant par césarienne. La comparaison des caractéristiques démographiques (études, profession et origine de la mère) des deux groupes de patientes n a pas permis de mettre en évidence des différences statistiquement significatives. L enregistrement des donnés pour les études et aussi la profession de la mère sont toutefois loin d être complet. Tableau 6 : Consommation des ressources par type de césarienne (sur demande maternelle versus autres indications) Variable Durée de séjour mère (Journées) ± DS Accouchement par césarienne n=320 Césariennes sur demande n=22 Césariennes selon indication médicale n=298 Moyenne DS Moyenne DS Moyenne DS P Types d'anesthésie n=282 % n=16 % n=266 % Rachianesthésie Bloc nerf honteux Péridurale Locale AG avant naissance La durée de séjour dans le cas des mères accouchant par césarienne selon indication médicale et césarienne sur demande avec un p =0.062 ne diffère pas significativement. La répartition des différents types d anesthésie est comparable dans le groupe d accouchement par césarienne sur demande maternelle versus césarienne avec d autres indications. 18

20 Tableau 7 : Distribution des principaux APDRG par types de césariennes (sur demande versus d autres indications) APDRG Accouchements par césarienne Césariennes sur demande Césariennes selon indication médicale n=320 % n=22 % n=298 % Autres Le tableau de distribution des APDRG par type de césarienne met en évidence la comparabilité des complications entre les 2 catégories de césariennes avec un faible avantage pour la césarienne sur demande. C est aussi une limitation de l interprétation clinique par l APDRG parce qu en pratique il y a moins de complication dans le groupe de césarienne sur demande maternelle qu en césariennes selon indication médicale. Tableau 8 : Analyse des coûts par type de césarienne (sur demande versus d'autres indications) Variable Accouchement par césarienne n=320 Césariennes sur demande n=22 Césariennes selon indication médicale n=298 Coûts (CHF) Moyenne DS Moyenne DS Moyenne DS P Clinique Examen Opération Médicaments Radiologie Soins Total coût Cost weight mère Prix Etat (mère) Prix assureur (mère) Prix total (mère) Le tableau 7 donne les coûts par groupement de l activité. Les coûts cliniques d opération et de médicaments des césariennes sur demande sont significativement plus élevés que ceux des césariennes selon autres indications. 19

Césarienne pour toutes

Césarienne pour toutes Césarienne pour toutes Méthodologie Revue de la littérature : - PUBMED de 2003 à nos jours - Mots clefs: urinary incontinence AND cesarean section (210 publications) fecal incontinence AND cesarean section

Plus en détail

Evènements indésirables graves en maternité.

Evènements indésirables graves en maternité. Evènements indésirables graves en maternité. Bilan de 4 années de recueil prospectif au CHU de Toulouse. Pr. O. Parant, M.Herman, E.Delon, C fleury CHU Toulouse Introduction (1) Améliorer la qualité en

Plus en détail

Indications de la césarienne programmée à terme

Indications de la césarienne programmée à terme Indications de la césarienne programmée à terme Janvier 2012 Quelles sont les indications de la césarienne programmée? Utérus cicatriciel Transmissions mère-enfant d infections maternelles Grossesse gémellaire

Plus en détail

Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique?

Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique? Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique? Bruno Carbonne CEGORIF 6 avril 2013 Maternité Hôpital Trousseau, Paris Pourquoi cette question? 1 ère (arrière) pensée Prise en charge ambulatoire = peu

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D.

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Introduction Incidence : 0,5 à 3 % Importance de la reconnaissance et d un traitement

Plus en détail

RETOUR PRECOCE A DOMICILE APRES ACCOUCHEMENT

RETOUR PRECOCE A DOMICILE APRES ACCOUCHEMENT version 1 page 1/5 Référence : RSN/REF/REA.O/002/A Date de 1 ère mise en service : 10/06/2008 N version Date de la modification Suivi des modifications Objet de la modification Faite par : Rédaction Mise

Plus en détail

FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE

FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE AVERTISSEMENT La plupart des séjours concernés par les affections et situations de prise en charge évoquées dans ce document se déroulant dans le secteur de MCO, les

Plus en détail

Grossesse, Poids et Nutrition

Grossesse, Poids et Nutrition Service de Gynécologie Obstétrique et service de Nutrition Hôpital de la Pitié-Salpêtrière Grossesse, Poids et Nutrition Si vous avez un problème de poids, voici des conseils pour la préparation et le

Plus en détail

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile.

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile. Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile Hélène Heckenroth l'auteur déclare n'avoir aucun conflit d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique

Plus en détail

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Fréquence des complications périnéales du post-partum Les complications périnéales post-natales

Plus en détail

Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique

Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique Accidents de la vie quotidienne : surveillance et prévention Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique Gaëlle PÉDRONO Chargée d études scientifiques Julie BODARD, Laure CARCAILLON,

Plus en détail

SUIVI PRENATAL ET INTRAPARTUM PROF. ROBERT J.I. LEKE MAI 2004

SUIVI PRENATAL ET INTRAPARTUM PROF. ROBERT J.I. LEKE MAI 2004 SUIVI PRENATAL ET INTRAPARTUM PROF. ROBERT J.I. LEKE MAI 2004 SOINS PRENATAUX (1) Soins prénataux constituent une avance significative dans les soins obstétricaux. Soins prénataux sont une pratique universelle.

Plus en détail

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Hôpitaux Universitaires de Genève ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Introduction (1) L IVG chirurgicale est

Plus en détail

PARTICULARITÉS DE LA SANTÉ MATERNELLE DANS LES PAYS À RESSOURCES LIMITÉES. Julie TORT 04/04/2014 DIU Médecine tropicale Santé Internationale

PARTICULARITÉS DE LA SANTÉ MATERNELLE DANS LES PAYS À RESSOURCES LIMITÉES. Julie TORT 04/04/2014 DIU Médecine tropicale Santé Internationale 1 PARTICULARITÉS DE LA SANTÉ MATERNELLE DANS LES PAYS À RESSOURCES LIMITÉES Julie TORT 04/04/2014 DIU Médecine tropicale Santé Internationale Plan 2 Santé maternelle dans les pays à ressources limitées:

Plus en détail

Les fistules obstétricales sont des communications anormales entre les voies urinaires ou digestives et l'appareil génital. ou d une manœuvre abortive

Les fistules obstétricales sont des communications anormales entre les voies urinaires ou digestives et l'appareil génital. ou d une manœuvre abortive ROLE DE LA SAGE FEMME DANS LA PREVENTION, LE DIAGNOSTIC ET ORIENTATION DES FISTULES Présenté par Mme Atchoumi Annie Hortense Sage-femme DU épidémiologie-bordeaux CHU de Yaoundé Introduction Définition

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

Evidence-based labor and delivery management V Berghella, JK Baxter, SP Chauhan. Am J Obstet Gynecol 2008, 199, 5:445-454

Evidence-based labor and delivery management V Berghella, JK Baxter, SP Chauhan. Am J Obstet Gynecol 2008, 199, 5:445-454 Evidence-based labor and delivery management V Berghella, JK Baxter, SP Chauhan. Am J Obstet Gynecol 2008, 199, 5:445-454 (Résumé Dr S Favrin) Le but est de baser la prise en charge des accouchements sur

Plus en détail

Informations pour la clientèle : LA CÉSARIENNE

Informations pour la clientèle : LA CÉSARIENNE Informations pour la clientèle : LA CÉSARIENNE Bienvenue au Centre de santé et des services sociaux du Granit. Vous serez admise à l hôpital pour une césarienne. Votre séjour sera d environ trois à quatre

Plus en détail

INFORMATION DE LA FEMME ENCEINTE

INFORMATION DE LA FEMME ENCEINTE S Y N T H È S E D E L A R E O M M A N D AT I O N D E B O N N E P R AT I Q U E Indications de la césarienne programmée à terme Janvier 2012 La définition de la césarienne programmée retenue dans les recommandations

Plus en détail

"CHAPITRE IV - ACCOUCHEMENTS.

CHAPITRE IV - ACCOUCHEMENTS. "A.R. 20.8.1996" + "A.R. 10.6.1998" "CHAPITRE IV - ACCOUCHEMENTS.. Sont considérées comme prestations d'obstétrique : a) lorsqu'elles requièrent la qualification d'accoucheuse (V) : 1 er. INJECTIONS :

Plus en détail

Sorties de maternité après accouchement conditions et organisation du retour à domicile des mères et de leur nouveau né

Sorties de maternité après accouchement conditions et organisation du retour à domicile des mères et de leur nouveau né Sorties de maternité après accouchement conditions et organisation du retour à domicile des mères et de leur nouveau né RECOMMANDATIONS HAS MAI 2013 (EN COURS DE VALIDATION) C BOITHIAS RÉANIMATION PÉDIATRIQUE

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation (AMP)

Assistance médicale à la procréation (AMP) Assistance médicale à la procréation Grossesses multiples Assistance médicale à la procréation (AMP) > Davantage de naissances issues de l AMP en Ile-de-France qu en France. > Des tentatives qui concernent

Plus en détail

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Contexte de la fistule obstétricale Situation en Mauritanie Progrès au niveau Pays/ Mise en œuvre Défis pour les années à

Plus en détail

- La santé de la mère et de l enfant dans la Drôme

- La santé de la mère et de l enfant dans la Drôme - La santé de la mère et de l enfant dans la Drôme Données 2012 1 - Données issues des certificats de santé du 8 ème jour 2 -Sommaire p.3 - édito p.4 - Contexte périnatal dans la drôme p.5 - Certificats

Plus en détail

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Mai 2014 Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Comme nous l avons annoncé dans notre bulletin du 15 avril, l ICIS prévoit lancer son nouveau site Web interactif sur les données

Plus en détail

Département de radiologie médicale. Nouveau financement hospitalier en 2012

Département de radiologie médicale. Nouveau financement hospitalier en 2012 Nouveau financement hospitalier en 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Historique 3. Bases légales 4. Le système DRG 5. Impact économique 6. Autre nouveauté en 2012 7. Discussion 1. Introduction Le nouveau

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

Diabète gestationnel. Prise en charge selon les recommandations de décembre 2010 Dr Cécile Brunet, Pr Pierre Boulot

Diabète gestationnel. Prise en charge selon les recommandations de décembre 2010 Dr Cécile Brunet, Pr Pierre Boulot Diabète gestationnel Prise en charge selon les recommandations de décembre 2010 Dr Cécile Brunet, Pr Pierre Boulot Deux risques, un progrès - Considérer que c est un «petit diabète» - En faire trop et

Plus en détail

L accouchement d un siège a-til encore sa place en 2010 au Québec?

L accouchement d un siège a-til encore sa place en 2010 au Québec? L accouchement d un siège a-til encore sa place en 2010 au Québec? D RE C O R I N N E L E C L E R C Q, M D, F R C S C G Y N A Z U R S E P T E M B R E 2010 Objectifs: 1-Connaître l historique des dernières

Plus en détail

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011 FASCICULE VI AFFECTIONS DU NOUVEAU-NÉ Emploi des codes du chapitre XVI Le chapitre XVI est celui de Certaines affections dont l origine se situe dans la période périnatale. La définition de la période

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF Laurent ABRAMOWITZ Unité de proctologie médico-chirurgicale Hôpital Bichat Claude Bernard 95, Rue de Passy 75016

Plus en détail

Prise en charge médicale de l interruption médicale de grossesse

Prise en charge médicale de l interruption médicale de grossesse Prise en charge médicale de l interruption médicale de grossesse Dr Pascale GUFFROY, Dr Laure CONNAN, Dr Béatrice GUYARD-BOILEAU Introduction Avec le progrès du diagnostic anténatal, nous voyons augmenter

Plus en détail

Dr Traoré Awa Marcelline, DNS/DSR Pr. K.Ouattara - Service d Urologie,Hôpital d. Fistulq Pqrtners Meeting Accra,15 17 avril 2008

Dr Traoré Awa Marcelline, DNS/DSR Pr. K.Ouattara - Service d Urologie,Hôpital d. Fistulq Pqrtners Meeting Accra,15 17 avril 2008 ORGANISATION ET STRATEGIES DE LA PRISE EN CHARGE CHIRURGICALE DE LA FISTULE OBSTETRICALE AU MALI Dr Traoré Awa Marcelline, DNS/DSR Pr. K.Ouattara - Service d Urologie,Hôpital d du Point G Fistulq Pqrtners

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

La parturiente de plus de 35 ans. E.Baulon, I.Nisand Pôle de Gynécologie-Obstétrique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

La parturiente de plus de 35 ans. E.Baulon, I.Nisand Pôle de Gynécologie-Obstétrique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg La parturiente de plus de 35 ans E.Baulon, I.Nisand Pôle de Gynécologie-Obstétrique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Introduction Haut conseil de la population et de la Famille - Avril 2005 «l augmentation

Plus en détail

LE CALENDRIER DES ECHOGRAPHIES FŒTALES

LE CALENDRIER DES ECHOGRAPHIES FŒTALES LE CALENDRIER DES ECHOGRAPHIES FŒTALES Drs. AZZA HAMMOU - HELA LOUATI - FAOUZIA ZOUARI I- INTRODUCTION : La pratique du diagnostic anténatal repose sur une organisation bien élaborée où les centres de

Plus en détail

A.R. 28.3.2014 En vigueur 1.6.2014 M.B. 14.4.2014

A.R. 28.3.2014 En vigueur 1.6.2014 M.B. 14.4.2014 A.R. 28.3.2014 En vigueur 1.6.2014 M.B. 14.4.2014 Modifier Insérer Enlever Article 9 ACCOUCHEMENTS Sont considérées comme prestations d'obstétrique : a) lorsqu'elles requièrent la qualification d'accoucheuse

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Grossesse a priori «normale» Quelle prise en charge? Sécurité médicale RPC EBM Opinion des usagers

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

REEDUCATION PERINEALE, IMAGE DU CORPS, LIBIDO.

REEDUCATION PERINEALE, IMAGE DU CORPS, LIBIDO. REEDUCATION PERINEALE, IMAGE DU CORPS, LIBIDO. Communication aux journées SEXOGYN-MARSEILLE 23-25 Mai 2013 Docteur M. AUBRY (docteur en médecine, psychiatre) La rééducation périnéale est peu pratiquée

Plus en détail

Après un an d enquête, 1176 femmes travaillant au C.H.U avaient répondu à notre questionnaire.

Après un an d enquête, 1176 femmes travaillant au C.H.U avaient répondu à notre questionnaire. Prévalence de l incontinence urinaire d effort selon le traumatisme obstétrical et la catégorie socio-. G. Philippe (1), I. Clément (2), I. Thaon (3) (1) Service d urologie C.H.U St jacques, Besançon (2)

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

Santé de la femme L insémination artificielle avec don de sperme Santé de la femme DÉPARTEMENT D'OBSTETRIQUE, GYNÉCOLOGIE ET RÉPRODUCTION Ref. 123 / 2009 Service de Médecine de la Reproduction Servicio

Plus en détail

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur 43ÈMES JOURNÉES DE LA SFMP L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Le point de vue de l assureur 15 novembre 2013, Monaco Marianne Henry-Blanc, Consultante Pôle services Présentation de notre société

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Biométrie foetale. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/071011. - Support de Cours (Version PDF) -

Biométrie foetale. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/071011. - Support de Cours (Version PDF) - Biométrie foetale Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 01/071011 Table des matières I Techniques de biométrie...3 I.1 Mesure de la longueur cranio-caudale...3 I.2 Mesure

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Évènement indésirable grave en obstétrique:

Évènement indésirable grave en obstétrique: Évènement indésirable grave en obstétrique: Recueil, analyse, mesures correctrices Bruno Carbonne, Unité d Obstétrique, Hôpital Trousseau Paris Merci à : Véronique Lejeune, Gynerisq Jacques Weissenburger,

Plus en détail

Fiche d information sur la politique de la santé

Fiche d information sur la politique de la santé Fiche d information sur la politique de la santé V. Questions et réponses concernant la compensation des risques dans l assurance-maladie Etat: juillet 2012 Chères lectrices, chers lecteurs, Dans l assurance

Plus en détail

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N C L I N I Q U E S A I N T - J E A N LIVRET D INFORMATION DES PATIENTES ENTRANT POUR UNE INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE (IVG) Clinique Saint-Jean Avenue Georges Bizet 83000 TOULON Tél : 0 826 00 44

Plus en détail

Accouchement gémellaire

Accouchement gémellaire Sommaire Introduction Accouchement gémellaire 1 - Physiopathologie des dystocies gémellaires 2 - Conditions générales pour l'accouchement 3 - Déroulement de l'accouchement, partition à quatre temps 4 -

Plus en détail

Le dépistage des risques en cours de la grossesse

Le dépistage des risques en cours de la grossesse Le dépistage des risques en cours de la grossesse DR : BOUCHOUCHA-H Le plan du cours Introduction Les risques à dépistés et les moyens de dépistage L échographie : Conclusion -iso-immunisation : GR-RH

Plus en détail

Analyse des incidents

Analyse des incidents Analyse des incidents Formation B-Quanum 26/06/2012 N. Jacques Coordinatrice Qualité CMSE Introduction Contexte Contrat SPF Coordinateur qualité Médecine nucléaire Hôpital = Entreprise à Haut Risque Efficacité

Plus en détail

TARMED forces et faiblesses

TARMED forces et faiblesses TARMED forces et faiblesses SEMINAIRE MAS 2010 «Financement de la santé, médicoéconomie et flux du médicament» 27 septembre 2010. Charles A. Vogel, PhD Chef de projet d introduction du TARMED au CHUV 2

Plus en détail

La première consultation de grossesse: Intérêts du Dossier Périnatal Informatisé de Bourgogne

La première consultation de grossesse: Intérêts du Dossier Périnatal Informatisé de Bourgogne La première consultation de grossesse: Intérêts du Dossier Périnatal Informatisé de Bourgogne Thomas Desplanches Sage-femme (Maïeuticien) Cellule d évaluation du réseau périnatal de Bourgogne C.H.U Dijon.

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) POLYCLINIQUE MAJORELLE

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) POLYCLINIQUE MAJORELLE ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE POLYCLINIQUE MAJORELLE 1240, AVENUE RAYMOND PINCHARD 54100 NANCY CEDEX AVRIL 2007 PARTIE 1 Nom de l établissement Situation géographique

Plus en détail

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM DIABETE GESTATIONNEL Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Dr. GUENDOUZE MERIEM Définition OMS Trouble de la tolérance glucidique de gravité variable Survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 DIABÈTE GESTATIONNEL Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 Qui dépister? Un dépistage universel doit être optimalement proposé entre 24 et

Plus en détail

1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts.

1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts. Hospitalisation L information sur l offre en hospitalisation d un pays (nombre de lits par habitant, répartition géographique ou par spécialité médicale) est utile pour déterminer la différence entre l

Plus en détail

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT Données issues des certificats de santé 8 ème jour, 9 ème et 24 ème mois Ce document a été réalisé à partir des données épidémiologiques concernant les enfants domiciliés

Plus en détail

La responsabilité professionnelle des médecins obstétriciens / gynécologues au Canada

La responsabilité professionnelle des médecins obstétriciens / gynécologues au Canada Association canadienne de protection médicale Service de gestion des risques La responsabilité professionnelle des médecins obstétriciens / gynécologues au Canada Dr Robert Sabbah, FRCSC président de l

Plus en détail

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT Données issues des certificats de santé 8 ème jour, 9 ème et 24 ème mois Ce document a été réalisé à partir des données épidémiologiques concernant les enfants domiciliés

Plus en détail

Site pilote de l IMBCI en Amérique du Nord

Site pilote de l IMBCI en Amérique du Nord CSSS La Pommeraie, Hôpital Brome Missisquoi Perkins certifié de l Initiative Ami des bébés 1999 Hôpital recertifié 2004 CLSC certifié 2005 CSSS certifié mai 2010 Site pilote de l IMBCI en Amérique du Nord

Plus en détail

PCS-Suisse. SwissDRG : quelles solutions prévues aux problèmes rencontrés?

PCS-Suisse. SwissDRG : quelles solutions prévues aux problèmes rencontrés? PCS-Suisse SwissDRG : quelles solutions prévues aux problèmes rencontrés? Alexandre Weber, économiste Département économie SwissDRG SA 16 novembre 2012 Aperçu 1. Premières expériences 2. Défis pour la

Plus en détail

Module Soins Infirmiers en maternité et aux personnes atteintes d affections gynécologiques MODALITES

Module Soins Infirmiers en maternité et aux personnes atteintes d affections gynécologiques MODALITES INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Promotion 2005/2008 1ère année 2005/2006 Module Soins Infirmiers en maternité et aux personnes atteintes d affections gynécologiques SITUATION MODULE Maternité

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

Connaissance et observance de la rééducation périnéale en grossesse

Connaissance et observance de la rééducation périnéale en grossesse Faculté de médecine Université de Montréal Connaissance et observance de la rééducation périnéale en grossesse Fanny Parent Résidente 1, médecine familiale HMR Projet d érudition 30 mai 2014 Introduction

Plus en détail

Sorties de maternité après accouchement : conditions et organisation du retour à domicile des mères et de leurs nouveau-nés

Sorties de maternité après accouchement : conditions et organisation du retour à domicile des mères et de leurs nouveau-nés Sorties de maternité après accouchement : conditions et organisation du retour à domicile des mères et de leurs nouveau-nés Pr Jean-Michel Hascoët et Karine Petitprez Auto-saisine HAS - ANAES (2004) RPC

Plus en détail

Module transversal de Sciences Humaines et Ethique Médicale Année 2011. Professeur Marie CAULI Université d Arbois

Module transversal de Sciences Humaines et Ethique Médicale Année 2011. Professeur Marie CAULI Université d Arbois Module transversal de Sciences Humaines et Ethique Médicale Année 2011 Programme mère-enfant Sciences Humaines et Ethique Médicale Professeur Marie CAULI Université d Arbois Mère-Enfant Ministère des Affaires

Plus en détail

Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie

Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie Vrai / Faux? L incontinence urinaire est fréquente L incontinence urinaire fait partie du vieillissement normal L incontinence urinaire

Plus en détail

I. Contenu. II. Base juridique

I. Contenu. II. Base juridique Les modalités et les critères de qualification particulière permettant à la sage-femme de pratiquer la connaissance et la maîtrise du périnée: la formation de base I. Contenu Le (date à déterminer), le

Plus en détail

La femme enceinte drépanocytaire

La femme enceinte drépanocytaire La femme enceinte drépanocytaire Guide Pratique La drépanocytose : qu est que c est? La drépanocytose est une maladie génétique de l hémoglobine, caractérisée par la présence d une hémoglobine anormale,

Plus en détail

Journées Parisiennes de Pédiatrie 2014. Facteurs de risque de l infection néonatale bactérienne précoce à l ère de l antibioprophylaxie

Journées Parisiennes de Pédiatrie 2014. Facteurs de risque de l infection néonatale bactérienne précoce à l ère de l antibioprophylaxie Journées Parisiennes de Pédiatrie 2014 Facteurs de risque de l infection néonatale bactérienne précoce à l ère de l antibioprophylaxie Laurence Foix-L Hélias Pédiatre - Epidémiologiste Service de Néonatologie

Plus en détail

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur D. BERTIN*, J. MIRBEY**, C.NAMBOT*, S.SERRI* * Clinique St Vincent BESANCON ** Clinique Ste Marthe DIJON APDCA Association Pour le Développement de la

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Consultation préconceptionnelle. Sérologie : toxoplasmose, rubéole Vaccin rubéole sous contraception Acide folique : 0,4mg

Consultation préconceptionnelle. Sérologie : toxoplasmose, rubéole Vaccin rubéole sous contraception Acide folique : 0,4mg LA GROSSESSE Consultation préconceptionnelle Sérologie : toxoplasmose, rubéole Vaccin rubéole sous contraception Acide folique : 0,4mg généralité La déclaration doit être effectuée avant la fin de la 14e

Plus en détail

Fréquence : Le diabète gestationnel est présent chez 3-5% des grossesses alors que le diabète préexistant ne représente 0.5-1%.

Fréquence : Le diabète gestationnel est présent chez 3-5% des grossesses alors que le diabète préexistant ne représente 0.5-1%. N.S DIABETE ET GROSSESSE Introduction : Ce chapitre se consacre à étudier: La grossesse chez une diabétique connue, insulinodépendante (DID) ou non (DNID); Le diabète gestationnel qui apparaît au cours

Plus en détail

Première partie : Accueillir une femme enceinte

Première partie : Accueillir une femme enceinte ab ledesma tières T a bl e d e s m at i è r e s Première partie : Accueillir une femme enceinte Chapitre 1 : Comment se présente un service de maternité?...3 1. Qu est-ce qu un service de maternité?...

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

Stage obligatoire de médecine familiale à l externat

Stage obligatoire de médecine familiale à l externat Stage obligatoire de médecine familiale à l externat Cours MMD3507 Le stage obligatoire de médecine familiale à l externat n exige pas de stage préalable. Il peut donc prendre à chacune des périodes dans

Plus en détail

Prévenir les complications de la grossesse

Prévenir les complications de la grossesse Prévenir les complications de la grossesse S'y préparer De quoi s agit-il? Si on est en bonne santé L idéal est de consulter avant même l arrêt d une contraception, car à ce stade, il est encore temps

Plus en détail

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Chapitre 117 Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Y. NICOL 1. Introduction Au moment où nous rédigeons ces lignes, la question de l accès aux soins des

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

Session facultative 3 : Prise en charge initiale des complications obstétricales

Session facultative 3 : Prise en charge initiale des complications obstétricales Cahier du Participant Session facultative 3 : Prise en charge initiale des complications obstétricales Résumé de la session Il est très rare qu il y ait des complications dues à la GATPA ; néanmoins, il

Plus en détail

VOUS ÊTES ENCEINTE 1 femme sur 5 accouche par césarienne

VOUS ÊTES ENCEINTE 1 femme sur 5 accouche par césarienne VOUS ÊTES ENCEINTE 1 femme sur 5 accouche par césarienne Qu est ce qu une césarienne? La césarienne est une intervention chirurgicale qui consiste à extraire le fœtus par une incision de l abdomen et de

Plus en détail

De meilleures données pour de meilleures décisions :

De meilleures données pour de meilleures décisions : De meilleures données pour de meilleures décisions : un appui pour des soins plus efficaces et appropriés Amélioration de l expérience client. Perfectionnement de la planification des programmes et capacité

Plus en détail

La consultation prénatale du premier trimestre

La consultation prénatale du premier trimestre La consultation prénatale du premier trimestre Le plan du cours Introduction DR : BOUCHOUCHA-H La consultation du premier trimestre Étape clinique Étape biologique Examen échographique du premier trimestre

Plus en détail

COMPARAISON COUT-BENEFICE D UNE CESARIENNE SUR DEMANDE MATERNELLE ET D UN ACCOUCHEMENT PAR VOIE BASSE

COMPARAISON COUT-BENEFICE D UNE CESARIENNE SUR DEMANDE MATERNELLE ET D UN ACCOUCHEMENT PAR VOIE BASSE Institut économie et administration de la santé Faculté de biologie et médecine HEC Université de Lausanne COMPARAISON COUT-BENEFICE D UNE CESARIENNE SUR DEMANDE MATERNELLE ET D UN ACCOUCHEMENT PAR VOIE

Plus en détail

Rôle de l obstétricien

Rôle de l obstétricien l IHAB : tout ce que vous avez voulu savoir sans jamais oser le demander! Rôle de l obstétricien Réunion Commune du Cercle des Gynécologues-Obstétriciens, et du Groupe d Etudes en Néonatologie Nord-Pas

Plus en détail

Régulation des transferts inter-hospitaliers et périnatalité

Régulation des transferts inter-hospitaliers et périnatalité Régulation des transferts inter-hospitaliers et périnatalité Gilles BAGOU anesthésiste réanimateur urgentiste SAMU-69, CHU-Lyon Gilles BAGOU - SAMU-69 - Lyon 1 déclaration de conflits d intérêt mon intervention

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nature du diabète gestationnel Le diabète gestationnel apparait durant la grossesse et disparaît généralement après l accouchement. Dans la plupart des cas, il est trouvé par une

Plus en détail

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant 38 Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant Sous-indicateur n 9-1 : nombre de consultations de médecins par habitant (omnipraticiens et spécialistes, y compris consultations

Plus en détail