Université Victor Segalen Bordeaux 2, 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Université Victor Segalen Bordeaux 2, 2008"

Transcription

1 Université Victor Segalen Bordeaux 2, 2008 Contenu du dossier Énoncé. Article à analyser. Corrigé. Article avec texte surligné. Énoncé Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR des Sciences Médicales 1 DCEM3 Séminaire de lecture critique d article 31 janvier 2008 Exercice préparé par : Pr. Rachid Salmi 1) A partir du contenu de l article ci-joint, construisez le résumé tel que les auteurs auraient pu l écrire : votre résumé doit être structuré et ne doit pas dépasser 250 mots. 2) Répondez aux questions suivantes : Q1. Quel est l objectif de l étude. Commentez sa formulation. Q2. Quel est le schéma d étude? Ce schéma d étude est-il adapté à la question posée? Q3. Commentez la manière dont les auteurs définissent la population des femmes incluses dans l étude? Q4. Quelle est la validité du recueil des données des variables principales? Justifiez votre réponse. Q5. Commentez les effectifs inclus par les auteurs. Q6. Quel est l intérêt du tableau 1? En quoi aurait-il pu être mieux présenté? Q7. Page 104, dans la section 3.2, les auteurs indiquent : «La durée de la première phase du travail n est pas liée à la survenue d une lésion périnéale stade 3 ou 4 (333,4 versus 281,1 minutes, p = 0,085) alors que la deuxième phase du travail est plus longue chez les femmes présentant une lésion sphinctérienne (68 versus 48 minutes, p = 0,037).» Êtes-vous d accord avec cette interprétation des résultats? Justifiez votre réponse. Q8. Commentez l utilisation des références dans cet article. UFR Médicale 1, Enseignement de lecture critique d article, page 1 de 1

2 Gynécologie Obstétrique & Fertilité 35 (2007) Article original La primiparité est-elle le seul facteur de risque des lésions du sphincter anal en cours d accouchement? Is primiparity, the only risk factor for type 3 and 4 perineal injury, during delivery? A. Barbier a, O. Poujade b, R. Fay c, O. Thiébaugeorges a, M. Levardon b, B. Deval a, * a Service de gynécologie obstétrique, maternité universitaire de Nancy, 10, rue du Docteur-Heydenreich, Nancy, France b Service de gynécologie obstétrique, hôpital Beaujon, 100, boulevard du Général-Leclerc, Clichy, France c Centre d investigation clinique, département d épidémiologie, Toul, France Reçu le 28 août 2006 ; accepté le 9 décembre 2006 Disponible sur internet le 07 février Résumé Objectif. La primiparité est un facteur de risque reconnu de lésions obstétricales. Le but de notre étude a été d identifier, suivant une étude observationnelle transversale, d autres facteurs de risque cliniques de lésions périnéales sévères en cours d accouchement. Patientes et méthodes. Deux groupes ont été comparés : le groupe A ou groupe d étude (n = 63) correspondant aux patientes ayant eu une lésion périnéale sévère (type 3 ou 4) durant leur accouchement. Le groupe B ou groupe témoin (n = 67), correspondant aux patientes ayant accouché sans lésion périnéale durant la même période. L appariement a été effectué en fonction de la date d accouchement. Ainsi, ont été comparés les paramètres cliniques suivants : âge maternel, origine ethnique, poids maternel, IMC (Index de masse corporelle), parité, type d analgésie, âge gestationnel, terme, durée de la première et de la deuxième phase du travail, poids fœtal, mode d extraction instrumentale, type d instrument utilisé. Ont été également comparés les facteurs suivants : obésité maternelle, macrosomie foetale, dépassement de terme, première ou deuxième phase prolongée, existence d une difficulté aux épaules, type d instrument utilisé, existence d une variété postérieure, réalisation d une épisiotomie médiolatérale et quantité totale d ocytocine utilisée en cours de travail. Résultats. La primiparité est retrouvée comme étant un facteur de risque de lésions périnéales sévères en cours d accouchement (71 versus 43 %, p = 0,001). Mais, d autres facteurs lui sont associés : le poids maternel de même que l IMC (67 versus 63 kg, p = 0,036 ; 25,6 versus 23,4, p = 0,003), la durée de la deuxième phase de travail (68 versus 48 min, p = 0,037) et la variété postérieure de la présentation (32 versus 4 %, p < 0,001). L association à une dystocie des épaules est à la limite de la significativité (6 versus 0 %, p = 0,052). L extraction instrumentale est significativement associée à la survenue de lésions périnéales sévères, tous instruments confondus (44 versus 1 %, p < 0,001) ou indépendamment : forceps de Tarnier (14 versus 1 %, p = 0,003), forceps de Suzor (16 versus 0 %, p = 0,0005) ou spatules de Thierry (14 versus 0%, p = 0,0005). L épisiotomie médiolatérale n apparaît pas isolément comme facteur de risque de lésions périnéales. En revanche, son association à une extraction instrumentale constitue un risque fort (43 versus 1 %, p < 0,0001). Les paramètres fœtaux, l âge maternel, l obésité, l âge gestationnel, le dépassement de terme, l anesthésie et la dose d ocytocine ne sont pas considérés comme facteurs de risques. Discussion et conclusion. La primiparité n est pas un facteur isolé de lésions périnéales sévères. Les autres facteurs de risque retrouvés sont l extraction instrumentale, la variété postérieure de la présentation, l épisiotomie médiolatérale lorsqu elle est associée à une extraction instrumentale Publié par Elsevier Masson SAS. Abstract Objective. Primiparity has been identified as the main risk factor of type 3 and 4 perineal injuries The purpose of our study, according to a population-based observational study, was to identify other clinical risk factors for lesions during vaginal delivery. * Auteur correspondant. Adresse (B. Deval) /$ - see front matter 2007 Publié par Elsevier Masson SAS. doi: /j.gyobfe

3 102 A. Barbier et al. / Gynécologie Obstétrique & Fertilité 35 (2007) Patients and methods. Two groups have been compared. Group A or study group (n=63) was defined as parturients with three or fourdegree perineal tears. Group B or control group (n=67) included women who delivered vaginally without any perineal lesion during the same period. Characteristics of the population were compared: maternal age, race, maternal weight, BMI (Body Mass Index), parity, mode of anaesthesia, gestational age, post maturity, length of labor, fetal weight, mode of delivery (assisted or not). Specific characteristics were also compared, obesity, shoulder dystocia, type of presentation, episiotomy and dose of ocytocin. Results. Primiparity was significantly associated with higher frequency of sphincter lacerations (71 vs 43%, p = 0.001). The patients of group A were with significantly higher weight than the patients of control group (67 vs 63 kg, p = 0.036). Futhermore the BMI was different in the two groups (25,6 vs 23,4, p = 0.003). There was a significant difference according to the length of the second part of labor (68 vs 48 min, p = 0.037) and the posterior variety (32 vs 4%, p < 0.001). The occurrence of shoulder dystocia was only just significant (6 vs 0%, p = 0.052). Assisted-extraction is highly associated with perineal injuries (44 vs 1%, p < 0.001). Futhermore the instrument has been concerned by the difference: Tarnier s forceps-assisted extraction (14 vs 1%, p = 0.003), Suzor s forceps-assisted extraction (16 vs 0%, p = ), Thierry s spatula-assisted extraction (14 vs 0%, p = 0,0005). The association forceps and episiotomy has been found with higher frequency of perineal injury (43 vs 1%, p < 0,0001). There were no difference between the 2 groups according fetal characteristics, type of analgesia, maternal age, gestational age, post-maturity or dose of ocytocin. Discussion and conclusion. Primiparity is not the only risk factor of perineal injuries. Other risk factors have been found: assistedextraction, occiput posterior fetal head position, and association episiotomy and assisted-extraction. Black origin seems to be protective Publié par Elsevier Masson SAS. Mots clés : Lésions périnéales sévères ; Facteurs de risque Keywords: Severe perineal tears; Risk factors 1. Introduction Les lésions du sphincter anal ou déchirures périnéales sévères (types 3 et 4) du per-partum sont rares. Elles surviennent dans 1,7 à 7,3 % [1 6] des accouchements par voie basse. La prise en charge de ces lésions, en particulier leur prévention, est depuis toujours une préoccupation majeure des obstétriciens et sages-femmes. En effet, de telles déchirures ont des conséquences néfastes à court et long terme, tant en terme de douleurs périnéales que sur le plan de la continence urinaire et anale ultérieure. Cela sous-entend une parfaite connaissance des facteurs de risque, pouvant conduire à la survenue de telles lésions et des situations, parmi l étendue des pratiques obstétricales actuelles, pouvant y amener. La primiparité est, pour la plupart des auteurs, retrouvée comme facteur de risque essentiel et indépendant de lésion du sphincter anal en cours d accouchement. D autres facteurs sont retrouvés dans la littérature. Les facteurs maternels : ils incluent primiparité et périnée fragile, œdématié, cicatriciel ou hypoplasique. Les facteurs fœtaux : macrosomie, présentations occipitosacrées ou, de la face et les expulsions rapides. Les facteurs opératoires incluent : extractions instrumentales, manœuvres obstétricales et épisiotomie médiane. Le but de notre étude est de définir les facteurs de risques de lésions périnéales sévères retrouvées à partir d une cohorte de 63 patientes, comparées à 67 patientes indemnes de lésions suivant une étude observationnelle transversale. 2. Patientes et méthodes Soixante-trois patientes ayant présenté une déchirure périnéale obstétricale sévère ont été comparées à 67 patientes indemnes de lésion suivant une étude observationnelle transversale. Cette étude porte sur la période de mai 1998 à mai 2003 à la maternité de l hôpital Beaujon (APHP, France) soit 9639 accouchements. Dans un premier temps, ont été définis : le groupe d étude, correspondant aux patientes ayant eu une lésion périnéale de type 3 ou 4 lors de leur accouchement et un groupe témoin, correspondant aux femmes ayant accouché dans la même période sans lésion périnéale, l appariement étant effectué pour un accouchement dans la même période. Ont été exclues les césariennes (n = 1740), les sièges (n = 51), les grossesses gémellaires (n = 78), seules les grossesses de plus de 37 SA ont été incluses. Nous avons défini, la déchirure périnéale complète ou du troisième degré comme une lésion périnéale associant une rupture du sphincter externe de l anus à une ou plusieurs déchirures périnéales simples. Le toucher rectal s assurant de l intégrité de la cloison rectovaginale. Dans les déchirures complètes compliquées ou du quatrième degré, la paroi rectale est rompue réalisant un cloaque entre le vagin et le rectum. La réparation des déchirures périnéales a dans tous les cas comporté un premier temps d exposition et d évaluation des lésions à traiter, ces réparations ayant été effectuées sous anesthésie locorégionale ou générale. La réparation des lésions du troisième degré a intéressé dans un premier temps la suture du sphincter strié anal mettant bord à bord les deux berges par deux points en U à l aide d un fil à résorption lente, les temps suivants étant ceux de toute périnéorraphie réalisée après épisiotomie. La réparation des déchirures du quatrième degré a débuté par la suture de la paroi digestive par des points séparés au fil tressé à résorption lente noués dans la lumière digestive. Il s agit d une suture de type digestif, prenant la paroi rectale et anale, en ayant soin de bien charger la musculeuse, les points devant être rapprochés, afin que la paroi soit étanche. Les temps ultérieurs sont ceux d une lésion du troisième degré. Cette réparation est toujours conduite sous antibioprophylaxie. Les soins postopératoires associent une toilette périnéale biquotidienne à l aide d une solution antiseptique à une toilette périnéale après chaque miction et chaque selle. Il a été prescrit

4 A. Barbier et al. / Gynécologie Obstétrique & Fertilité 35 (2007) des laxatifs lubrifiants ou osmotiques et un régime sans résidu. Une rééducation périnéale a été systématiquement prescrite à la visite postnatale [7]. Durant l étude, les données concernant la patiente, le déroulement du travail, l expulsion et les caractéristiques de la continence dans le post-partum immédiat ont été recueillies (Tableau 1). Les données collectées concernant la patiente ; ont été l âge, l origine géographique, la gestité, la parité, l indice de masse corporelle (IMC) et l existence d une obésité définie par un IMC > 30 kg/m 2. Les critères d évaluation du travail ont été l âge gestationnel à l accouchement, le déclenchement spontané ou non, la durée de la première et de la deuxième phase du travail, le type d analgésie et la dose totale d ocytocine utilisée. Nous avons défini la première phase du travail par la période allant de l entrée en travail (existence de contractions régulières, efficaces, intéressant tout l utérus associées à la dilatation cervicale) à la dilatation cervicale complète (effacement et dilatation complète). La seconde partie du travail par la descente du mobile fœtal dans l excavation pelvienne jusqu à l expulsion. Ont été recueillies les données de biométrie fœtale soit le périmètre crânien, le diamètre bipariétal, le poids fœtal et la macrosomie fœtale étant définie par un poids fœtal supérieur à 4000 g. Concernant l extraction, ont été recueillis les paramètres suivants : l extraction instrumentale, le type d instrument utilisé (forceps de Tarnier, de Suzor, spatules de Thierry), la réalisation d une épisiotomie médiolatérale, la variété postérieure ou antérieure lors du dégagement et une éventuelle difficulté Tableau 1 Caractéristiques et comparaisons des patientes avec et sans déchirure périnéale sévère Caractéristiques Groupe A Groupe B p (n = 63) (n = 67) Âge maternel moyen (années) 29,2 ± 4,6 29,7 ± 5,5 0,59 Origine ethnique noire 25 (40 %) 42 (63 %) < 0,001* Poids maternel moyen (kg) 67 ± ± 12 0,036* BMI 25,6 ± 4,3 23,4 ± 4,3 0,003* Obésité maternelle 9 (14 %) 5 (8 %) 0,21 Primiparité 45 (71 %) 29 (43 %) 0,001* Accouchement avec anesthésie 56 (89 %) 54 (81 %) 0,19 Péridurale 54 (86 %) 51 (76 %) 0,17 Âge gestationnel moyen (SA) 39,9 ± 1,3 40,6 ± 1,3 0,60 Terme dépassé (> 41,4 semaines) 7 (11 %) 10 (15 %) 0,52 Durée moyenne 1 re phase (h) 5,6 ± 3,2 4,7 ± 2,2 0,085 Durée moyenne 2 e phase (min) 68 ± ± 44 0,037* Deuxième phase >120 min 14 (22 %) 7 (10 %) 0,068 Poids fœtal moyen (kg) 3,38 ± 0,46 3,39 ± 0,48 0,93 Périmètre crânien (cm) 34,7 ± 1,6 34,6 ± 1,4 0,65 Diamètre bipariétal (mm) 94 ± 4 94 ± 3 0,60 Macrosomie 7 (11 %) 6 (9 %) 0,68 Extraction instrumentale 28 (44 %) 1 (1 %) < 0,001* Forceps de Tarnier 9(14 %) 1 (1 %) 0,003* Forceps de Suzor 10 (16 %) 0 < 0,001* Spatules de Thierry 9(14 %) 0 < 0,001* Variété postérieure 20 (32 %) 3 (4 %) < 0,001* Difficulté aux épaules 4 (6 %) 0 0,052 Épisiotomie seule 23 (37 %) 34 (51 %) 0,10 Épisiotomie +forceps 27 (43 %) 1 (1 %) < 0,001* Ocytocine (UI) 14,8 ± 11,5 14,0 ± 12,6 0,79 * p < 0,05 : seuil de significativité. aux épaules. Il a été noté, pour le groupe étudié, le grade de la lésion périnéale. Après vérification de la normalité des distributions, les moyennes dans les deux groupes ont été comparées par le test t de Student. La comparaison des fréquences a été effectuée par le test du Chi 2 ou, lorsque les conditions de validité de ce dernier n étaient pas remplies, par le test exact de Fisher. Faute d un nombre suffisant de patientes, les techniques d évaluation des facteurs de risque plus performantes comme la régression logistique n ont pu être employées dans des conditions de validité acceptables. 3. Résultats 3.1. Caractéristiques de la population (Tableau 1) Le groupe d étude est composé de 63 patientes de 29,2 ans en moyenne avec un écart-type à 5,51 et des extrêmes entre 17 et 42 ans. Ces femmes sont dans 32 % d origine blanche, dans 40 % d origine noire et dans 28 % d une autre origine. Le poids moyen est de 67 kg avec un écart-type à 12,91 et des extrêmes allant de 38 à 114 kg. La taille moyenne est de 162 cm. L IMC moyen est 25,6 et la proportion d obèses de 14 %. Il y a 71 % de primipares, l âge gestationnel moyen est de 39,9 semaines d aménorrhée (SA) avec une proportion de terme dépassé de 11 %. Concernant le travail, la dose moyenne d ocytocine est de 14,8 UI avec un écart-type à 11,47 et des extrêmes allant de 1 à 38 UI. La première phase du travail dure en moyenne 333,4 minutes et la seconde 68 minutes avec un pourcentage de deuxième phase de plus de 120 minutes de 22 %. Les paramètres fœtaux montrent 32 % de variété postérieure, un poids moyen de naissance de 3381,4 g, 11 % d enfants macrosomes et quatre cas de difficultés aux épaules soit 6 %. L accouchement a eu lieu dans 89 % des cas avec une analgésie, dont 86 % de péridurales. Il y a eu 28 cas d extractions instrumentales (44 %), toujours réalisées avec une épisiotomie. Le groupe témoin est composé de 67 patientes de 29,7 ans en moyenne avec un écart-type à 4,63 et des extrêmes entre 19 et 38 ans. Ces femmes sont dans 33 % d origine blanche, dans 63 % d origine noire et dans 4 % d une autre origine. Le poids moyen est de 63 kg avec un écart-type à 11,50 et des extrêmes allant de 42 à 102 kg. La taille moyenne est de 163,9 cm. L IMC moyen est 23,4 et la proportion d obèses de 8 %. Il y a 43 % de primipares, l âge gestationnel moyen est de 40 SA avec une proportion de terme dépassé de 15 %. Concernant le travail, la dose moyenne d ocytocine est de 14 UI avec un écart-type à 12,57 et des extrêmes allant de 1 à 57 UI. La première phase du travail dure en moyenne 283,1 minutes et la seconde 48 minutes avec un pourcentage de deuxième phase de plus de 120 minutes de 10 %. Les paramètres fœtaux montrent 4 % de variété postérieure, un poids moyen de naissance de 3388,8 g, 9 % d enfants macrosomes et l absence de difficulté aux épaules. L accouchement a eu lieu dans 81 % des cas avec une analgésie, dont 76 % de péridurales. Il y a eu un cas

5 104 A. Barbier et al. / Gynécologie Obstétrique & Fertilité 35 (2007) d extraction instrumentale (1 %). Le pourcentage d épisiotomie est de 52 %. L étude concernant les caractéristiques maternelles montre que l âge des patientes est comparable dans les deux groupes (29,2 versus 29,7 ans). En revanche, les patientes présentant une lésion sphinctérienne ont un poids et un BMI (body mass index) supérieurs à celui des patientes du groupe témoin (respectivement 67 versus 63 kg, p = 0,036 et 25,6 versus 23,4, p = 0,003), l obésité (IMC > 30) n étant pas un facteur significatif dans notre étude (14 versus 8 %, p = 0,21). Les lésions sévères surviennent significativement moins souvent chez les femmes de race noire (40 versus 63 %, p = 0,0005). Les paramètres concernant la grossesse montrent que seule la primiparité est significativement associée une augmentation de la fréquence des lésions (71 versus 43 %, p = 0,001). En revanche, la durée de gestation (39,9 versus 40 SA, p = 0,6) ou le dépassement de terme (11 vs 15 %, p = 0,52) ne sont pas associés à une augmentation de la fréquence des lésions Caractéristiques du travail, du mode d accouchement et du mobile fœtal (Tableau 1) Concernant le déroulement du travail, il n y a pas d association entre le type d anesthésie durant le travail et l expulsion, qu il s agisse d un travail sans ou avec analgésie (89 versus 81 %, p = 0,19) ou du type d anesthésie locorégionale (86 versus 71 % d anesthésie péridurale, p = 0,17) et la survenue d une lésion périnéale sévère. De même, la dose totale d ocytocine utilisée est comparable dans les deux groupes (14,8 versus 14 UI, p = 0,79). La durée de la première phase du travail n est pas liée à la survenue d une lésion périnéale stade 3 ou 4 (333,4 versus 281,1 minutes, p = 0,085) alors que la deuxième phase du travail est plus longue chez les femmes présentant une lésion sphinctérienne (68 versus 48 minutes, p = 0,037). Lorsque l on prend en compte le fait d avoir une deuxième phase longue (> 120 minutes), la différence est à la limite de la significativité (66 versus 45 %, p = 0,068). En revanche, il existe une association avec certains paramètres du mode d accouchement : la variété postérieure de la présentation est très significativement associée à une lésion périnéale de type 3 (32 versus 4 %, p < 0,001) alors que la survenue d une difficulté aux épaules est à la limite de la significativité (6 versus 0 %, p = 0,052). L extraction instrumentale est très significativement associée à la survenue de lésions périnéales sévères : tous instruments confondus (44 versus 1 %, p < 0,001) ou indépendamment : forceps de Tarnier (14 versus 1 %, p = 0,003), forceps de Suzor (16 versus 0 %, p = 0,0005) ou spatules de Thierry (14 versus 0 %, p = 0,0005). La réalisation d une épisiotomie n a pas d incidence sur la survenue d une lésion (37 versus 51 %, p = 0,10) alors qu il y en a une si on l associe à une extraction instrumentale (43 versus 1 %, p < 0,0001). Il n y a pas de différence significative entre les deux groupes concernant le poids de naissance (3381,4 versus 3388,8, p = 0,93), l existence d une macrosomie (11 versus 9 %, p = 0,68), le périmètre crânien (347 mm versus 346 mm, p = 0,65) ou le diamètre bipariétal (938 versus 941 mm, p = 0,6). Les paramètres fœtaux ne sont donc pas associés à une augmentation de la survenue de lésions périnéales sévères dans notre série. 4. Discussion Les facteurs de risque associés à la survenue d une lésion périnéale de grade 3 ou 4 retrouvés dans notre série sont en plus de la primiparité : le poids maternel, l IMC, une deuxième phase de travail supérieure à 120 minutes, la variété postérieure de la présentation, l extraction instrumentale quel que soit l instrument utilisé et la difficulté aux épaules. Les résultats des principales études sont résumés dans le Tableau 2 : primiparité, poids de naissance supérieur à 4000 g, extraction instrumentale et réalisation d une épisiotomie médiane sont significativement associés à une augmentation de la survenue de lésion du troisième ou quatrième degré. La primiparité est pour la plupart des auteurs un facteur de risque indépendant de lésion sphinctérienne [13]. Dans notre série, il y avait 60,8 % de lésions chez les primipares contre 32,1 % chez les multipares (p = 0,001). Pour Handa [2], Zetterstrom [3] et Eason [10], il s agit même du facteur le plus pourvoyeur. Hudelist et al. ne retrouvent pas ce paramètre, après analyse de 5377 accouchements par voie basse dont 46 avec rupture sphinctérienne. Seuls le poids de naissance et l utilisation de forceps ont été retrouvés facteurs de risque indépendants [14]. En effet, l extraction instrumentale est, dans de nombreuses publications, un facteur de risque de lésion périnéale. Dans notre série, 44 % des patientes ayant eu une extraction instrumentale ont eu une lésion périnéale de grade 3 ou 4, comparées à 1 % chez les patientes indemnes. La plupart des auteurs s accorde à dire que les ruptures sphinctériennes surviennent plus fréquemment lors de l utilisation de forceps que lors de l utilisation d une ventouse. L extraction instrumentale par forceps est le premier facteur de risque dans les études de Fenner [9], Goldberg [11], Benifla [12], Hudelist [14] et Christianson [5]. Seuls Handa et al. [2] montrent une supériorité du facteur ventouse en comparaison au facteur forceps (OR 2,30 versus 1,45). D autres auteurs ne mettent pas en évidence la responsabilité de la ventouse dans la survenue de lésions sévères (Zetterstrom [3], Mac Arthur [8] et Sultan [15]). Dans notre série, nous montrons que le risque est associé au forceps de Tarnier mais aussi au forceps de Suzor et aux spatules de Thierry; la ventouse n étant pas utilisée à la maternité de Beaujon, elle n a pas pu être intégrée dans les paramètres étudiés. Nous n avons pas retrouvé de bibliographie concernant les risques respectifs liés à ces instruments. Si l extraction instrumentale en tant que telle n est pas à remettre en cause et nécessite donc une précaution toute particulière lors de la pose de l indication et lors de sa réalisation, ces dernières données doivent être discutées en fonction des habitudes de chaque équipe. En effet, il n est pas toujours précisé dans les publications quel instrument est préférentiellement utilisé, chaque école d obstétrique ayant ses

6 A. Barbier et al. / Gynécologie Obstétrique & Fertilité 35 (2007) Tableau 2 Comparaison des données des principales publications concernant les facteurs de risque de lésion périnéale Forceps OR Ventouse OR Primiparité OR Macrosomie OR Épisiotomie Âge maternel OR médiane OR Handa [2] 1,45 [1,37 1,42] 2,30 [2,21 2,40] 0,15 [0,14 0,15] 2,17 [2,07 2,27] NP NP Zetterstrom [3] NP NP 9,8 [3,6 26,2] 1,3 [1,1,1,6] 5,5 [1,4 18,7] NP Mac Arthur [8] 1,94 [1,30 2,89] NS NP NS NS Oui Fenner [9] 4,75 [3,43 6,57] 3,51 [2,64 4,66] NP 2,19 [1,61 2,99] 2,24 [1,81 2,77] NP Eason [10] 12,3 [3 50,4] 7,4 [1,9 28,5] 39,2 [5,4 282,5] NS 9,6 [3,2 28,5] NP Goldberg [11] 3,71 [3,39 4,05] 1,86 [1,64 2,10] NP 1,94 [1,21 3,09] 3,09 [2,66 3,59] NP Benifla [12) 11,9 [4,8 33,3] NP 8,8 [1 78,3] NP NP NP Hudelist [13] 5,62 [2,16 14,62] NP NS NS NP NS Christianson [5] 10,8 [5,2 22,3] NP 10 [3 33,3] NP 2,5 [1 6] NP habitudes, ce qui peut induire un biais dans l interprétation des résultats. L influence de l origine ethnique est très discutée : Handa et al. [2], dans une étude portant sur deux millions de naissance, montrent une incidence accrue de lésions périnéales au-delà du deuxième degré chez les femmes d origine indienne et philippine. De même, Mac Arthur et al. [8] notent une association significative avec une origine ethnique indienne. Pour Goldberg et al. [11], l origine asiatique est associée à une augmentation de l incidence des déchirures périnéales sévères. Comme nous le retrouvons dans notre étude, Wu et al. [16], dans une publication portant sur 393 patientes, montrent une augmentation du risque relatif par quatre lors d un dégagement céphalique en variété occipitosacrée. Enfin, différentes publications rapportent un risque accru avec un âge maternel élevé (Mac Arthur [8], Angioli [17]). Nos résultats concernant l épisiotomie sont en accord avec les données de la littérature [18]. Cette dernière suggère un effet protecteur de l épisiotomie médiolatérale et un risque accru de lésion sphinctérienne associé à l épisiotomie médiane. En France, la pratique de l épisiotomie médiane reste isolée, à l inverse des pays anglo-saxons. Ces résultats diffèrent de ceux de Handa et al. [2] qui montrent que l épisiotomie médiane a un effet protecteur sur la survenue des lésions du troisème degré mais augmente celle du quatrième degré. Selon Fenner et al. [9], l épisiotomie médiane cause trois fois plus de lésion sphinctérienne qu une épisiotomie médiolatérale, tandis que Coats et al. [19] trouvent une extension vers des lésions du troisième ou quatrième degré dans 11,6 % des cas lors de la réalisation d une épisiotomie médiane contre 2 % pour une épisiotomie médiolatérale. Poen et al. [20] montrent un odds ratio protecteur à 0,6 en faveur de l épisiotomie médiolatérale. L effet protecteur de l épisiotomie médiolatérale n a toutefois pas été clairement démontré dans des études randomisées comportant de larges séries et comparant l absence d épisiotomie à la réalisation d une épisiotomie médiane ou médiolatérale. Par ailleurs, nos résultats concernant l association épisiotomie forceps sont en accord avec les données de la littérature : il existe une augmentation du risque lors d une extraction instrumentale avec épisiotomie alors que l épisiotomie aurait un effet protecteur. C est également ce que démontrent Dandolu et al. [4] à propos d une cohorte de accouchements voie basse dont avec lésions sévères. Les lésions sphinctériennes secondaires à l accouchement sont visibles dans le post-partum immédiat. Benifla et al. [12] montrent que 45 % des patientes présentant une incontinence anale de novo avaient un défect sphinctérien diagnostiqué échographiquement. Kammerer et al. [21] constatent qu à six semaines post-partum, la fréquence de rupture sphinctérienne, tant au niveau du sphincter externe qu interne, est significativement supérieure chez les femmes ayant présenté une lésion sévère. Sultan et al. [15], dans une étude prospective portant sur 202 patientes, montrent que 35 % des primipares avaient un défect sphinctérien à six semaines, qui persistait dans 28 % des cas à six mois. Différents auteurs ont étudié le rôle possible d une atteinte du nerf pudendal. Sultan et al. [22], dans une étude portant sur 50 patientes ayant présenté une lésion du troisième degré comparées aux 8553 autres patientes ayant accouché pendant la même période, rapportent que les latences motrices terminales du nerf pudendal n étaient pas significativement différentes dans les deux groupes et que, en conséquence, l incontinence anale pouvait davantage être rapportée à la rupture sphinctérienne qu à une lésion pudendale. Tetzschner et al. [23], quant à eux, montrent que l incontinence anale est associée à un allongement des latences motrices terminales du nerf honteux. Il semble qu il puisse, dans certains cas, y avoir une responsabilité au moins partielle d une atteinte pudendale. Concernant l analyse statistique réalisée dans notre étude, nous aurions souhaité pouvoir caractériser les facteurs de risque de lésion périnéale sévère par régression logistique en calculant les odds ratios associés. Cependant, la précision de la méthode est conditionnée non seulement par le nombre d événements (suffisant dans notre série), mais aussi par le nombre de patientes exposées au risque (ou non exposées si le nombre de celles-ci est le plus faible) dans chacun des deux groupes présence et absence de lésion. L examen des données montre que dans la plupart des cas, ce nombre est inférieur à 10. En dessous de dix sujets exposés ou non exposés dans l un des deux groupes, le calcul fournit des intervalles de confiance excessivement importants traduisant l imprécision de l estimation. Dans ces conditions, il n est pas légitime de recourir à la régression logistique. Par souci d homogénéité, nous avons donc décidé d exclure cette méthode de l analyse. Par ailleurs, il est difficile, compte tenu de notre série, d effectuer un classement des facteurs de risque par ordre d importance compte tenu de l imprécision de certaines estimations.

7 106 A. Barbier et al. / Gynécologie Obstétrique & Fertilité 35 (2007) Cependant, cette étude comporte des limites qu il faut souligner. En effet, il s agit d une étude rétrospective dans laquelle les groupes ont été appariés uniquement sur l existence ou non de lésions périnéales sévères. Par ailleurs, ni les causes ni les praticiens des extractions instrumentales n ont été individualisés et la mesure des corps périnéaux n a pas été effectuée. Enfin, les positions maternelles, l expression utérine, le massage périnéal, non plus que la recherche de lésions occultes n ont été relevés. 5. Conclusion Les résultats de notre étude sont en accord avec les données actuelles de la littérature : primiparité, surcharge pondérale, deuxième phase de travail prolongée, extraction instrumentale, variété postérieure de la présentation, difficulté aux épaules sont des facteurs de risque de survenue de lésions périnéales du troisième ou quatrième degré. L accouchement par voie basse reste néanmoins la voie la plus sûre et la plus économique d accouchement. S il est certain qu il est difficile d éviter toutes les lésions périnéales sévères, la connaissance de ces facteurs de risque et leur prise en compte lors des conduites à tenir obstétricales devraient conduire à une réduction de leur survenue. Il est indispensable d insister sur la prise en charge des femmes ayant présenté une lésion périnéale sévère tant sur le plan de la rééducation sphinctérienne du post-partum que sur le suivi à long terme. De cette surveillance rapprochée dépend leur continence ultérieure et, le cas échéant, leur devenir obstétrical. Références [1] Fornell EK, Berg G, Hallbook O, Matthiesen LS, Sjodahl R. Clinical consequences of anal sphincter rupture during vaginal delivery. J Am Coll Surg 1996;183(6): [2] Handa VL, Danielsen BH, Gilbert WM. Obstetric anal sphincter lacerations. Obstet Gynecol 2001;98(2): [3] Zetterstrom J, Lopez A, Anzen B, Norman M, Holmstrom B, Mellgren A. Anal sphincter tears at vaginal delivery: risk factors and clinical outcome of primary repair. Obstet Gynecol 1999;94(1):21 8. [4] Dandolu V, Chatwani A, Harmanli O, Floro C, Gaughan JP, Hernandez E. Risk factors for obstetrical anal sphincter lacerations. Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2005;16(4): [5] Christianson LM, Bovbjerg VE, McDavitt EC, Hullfish KL. Risk factors for perineal injury during delivery. Am J Obstet Gynecol 2003;189(1): [6] Harkin R, Fitzpatrick M, O Connell PR, O Herlihy C. Anal sphincter disruption at vaginal delivery: is recurrence predictable? Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol 2003;109(2): [7] Dupuis O. [How I perform 3rd and 4th degree obstetric analsphincter lacerations repair]. Gynecol Obstet Fertil 2004;32(4): [8] MacArthur C, Glazener CM, Wilson PD, Herbison GP, Gee H, Lang GD, et al. Obstetric practice and faecal incontinence three months after delivery. BJOG 2001;108(7): [9] Fenner DE, Genberg B, Brahma P, Marek L, DeLancey JO. Fecal and urinary incontinence after vaginal delivery with anal sphincter disruption in an obstetrics unit in the United States. Am J Obstet Gynecol 2003;189 (6): (discussion 9-50). [10] Eason E, Labrecque M, Marcoux S, Mondor M. Anal incontinence after childbirth. CMAJ 2002;166(3): [11] Goldberg J, Hyslop T, Tolosa JE, Sultana C. Racial differences in severe perineal lacerations after vaginal delivery. Am J Obstet Gynecol 2003; 188(4): [12] Benifla JL, Abramowitz L, Sobhani I, Ganansia R, Darai E, Mignon M, et al. [Postpartum sphincter rupture and anal incontinence: prospective study with 259 patients]. Gynecol Obstet Fertil 2000;28(1): [13] Dupuis O, Madelenat P, Rudigoz RC. [Fecal and urinary incontinence after delivery: risk factors and prevention]. Gynecol Obstet Fertil 2004; 32(6): [14] Hudelist G, Gelle n J, Singer C, Ruecklinger E, Czerwenka K, Kandolf O, et al. Factors predicting severe perineal trauma during childbirth: role of forceps delivery routinely combined with mediolateral episiotomy. Am J Obstet Gynecol 2005;192(3): [15] Sultan AH, Kamm MA, Hudson CN, Thomas JM, Bartram CI. Analsphincter disruption during vaginal delivery. N Engl J Med 1993;329 (26): [16] Wu JM, Williams KS, Hundley AF, Connolly A, Visco AG. Occiput posterior fetal head position increases the risk of anal sphincter injury in vacuum-assisted deliveries. Am J Obstet Gynecol 2005;193(2):525 8 (discussion 8-9). [17] Angioli R, Gomez-Marin O, Cantuaria G, O Sullivan MJ. Severe perineal lacerations during vaginal delivery: the University of Miami experience. Am J Obstet Gynecol 2000;182(5): [18] Bretones S, Mellier G. Episiotomy: the pros and the cons. Gynecol Obstet Fertil 2001;29: [19] Coats PM, Chan KK, Wilkins M, Beard RJ. A comparison between midline and mediolateral episiotomies. Br J Obstet Gynaecol 1980;87(5): [20] Poen AC, Felt-Bersma RJ, Dekker GA, Deville W, Cuesta MA, Meuwissen SG. Third degree obstetric perineal tears: risk factors and the preventive role of mediolateral episiotomy. Br J Obstet Gynaecol 1997;104(5): [21] Kammerer-Doak DN, Wesol AB, Rogers RG, Dominguez CE, Dorin MH. A prospective cohort study of women after primary repair of obstetric anal sphincter laceration. Am J Obstet Gynecol 1999;181 (6): (discussion 22-3). [22] Sultan AH, Kamm MA, Hudson CN, Bartram CI. Third degree obstetric anal sphincter tears: risk factors and outcome of primary repair. BMJ 1994;308(6933): [23] Tetzschner T, Sorensen M, Lose G, Christiansen J. Anal and urinary incontinence in women with obstetric anal sphincter rupture. Br J Obstet Gynaecol 1996;103(10):

8 Université Victor Segalen Bordeaux 2, 2008 Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR des Sciences Médicales 1 DCEM3 Séminaire de lecture critique d article 31 janvier 2008 Exercice préparé par : Pr. Rachid Salmi Corrigé 1) A partir du contenu de l article, construisez le résumé tel que les auteurs auraient pu l écrire : votre résumé doit être structuré et ne doit pas dépasser 250 mots. Extraits pour le résumé (417 mots) cf. parties surlignées dans le document joint. Définir les facteurs de risques de lésions périnéales sévères retrouvées à partir d une cohorte de 63 patientes, comparées à 67 patientes indemnes de lésions suivant une étude observationnelle transversale. Déchirure périnéale obstétricale sévère mai 1998 à mai 2003 à la maternité. Patientes ayant eu une lésion périnéale de type 3 ou 4 lors de leur accouchement. Groupe témoin, correspondant aux femmes ayant accouché dans la même période sans lésion périnéale. Exclues les césariennes, les sièges, les grossesses gémellaires. Les grossesses de plus de 37 SA. Lésion périnéale associant une rupture du sphincter externe de l anus à une ou plusieurs déchirures périnéales simples. Toucher rectal. Les données concernant la patiente, le déroulement du travail, l expulsion et les caractéristiques de la continence dans le post-partum immédiat ont été recueillies. Données de biométrie fœtale. Groupe A (n = 63) Groupe B (n = 67). Origine ethnique noire 25 (40 %) 42 (63 %) < 0,001. BMI 25,6 ± 4,3 23,4 ± 4,3 0,003. Primiparité 45 (71 %) 29 (43 %) 0,001. Durée moyenne 2e phase (min) 68 ± ± 44 0,037. Extraction instrumentale 28 (44 %) 1 (1 %) < 0,001. Épisiotomie +forceps 27 (43 %) 1 (1 %) < 0,001. L âge des patientes est comparable dans les deux groupes (29,2 versus 29,7 ans). Poids et un BMI supérieurs à celui des patientes du groupe témoin. La primiparité est significativement associée une augmentation de la fréquence des lésions (71 versus 43 %, p = 0,001). La durée de la première phase du travail n est pas liée à la survenue d une lésion périnéale stade 3 ou 4 (333,4 versus 281,1 minutes, p = 0,085) alors que la deuxième phase du travail est plus longue chez les femmes présentant une lésion sphinctérienne (68 versus 48 minutes, p = 0,037). La variété postérieure de la présentation est très significativement associée à une lésion périnéale de type 3 (32 versus 4 %, p < 0,001) L extraction instrumentale est très significativement associée à la survenue de lésions périnéales sévères : tous instruments confondus (44 versus 1 %, p < 0,001). Les facteurs de risque associés à la survenue d une lésion périnéale de grade 3 ou 4 retrouvés dans notre série sont en plus de la primiparité : le poids maternel, l IMC, une deuxième phase de travail supérieure à 120 minutes, la variété postérieure de la présentation, l extraction instrumentale quel que soit l instrument utilisé et la difficulté aux épaules. Les résultats de notre étude sont en accord avec les données actuelles de la littérature. UFR Médicale 1, Enseignement de lecture critique d article, page 1 de 4

9 Université Victor Segalen Bordeaux 2, 2008 Premier résumé proposé (300 mots) Objectifs : Définir les facteurs de risques de lésions périnéales sévères à partir d une cohorte de 63 patientes et de 67 patientes indemnes de lésions. Méthodes : Nous avons inclus de mai 1998 à mai 2003 à la maternité des patientes ayant eu une déchirure périnéale de type 3 ou 4, avec rupture du sphincter externe de l anus, et des femmes ayant accouché sans lésion dans la même période. Ont été exclues les césariennes, les sièges, les grossesses gémellaires. Les données concernant la patiente, le travail, l expulsion ont été recueillies. Résultats : L âge des patientes est comparable dans les deux groupes ; l origine ethnique noire est plus fréquente chez les témoins : 25 (40 %), 42 (63 %) < 0,001. Le poids et le BMI sont supérieurs chez les patientes ayant une déchirure. Primiparité 45 (71 %) 29 (43 %) 0,001. La durée moyenne de la 2e phase est différente : 68 min ± ± 44 p = 0,037, ainsi que l extraction instrumentale 28 (44 %) 1 (1 %) p < 0,001. La primiparité est significativement associée une augmentation de la fréquence des lésions (71 versus 43 %, p = 0,001). La deuxième phase du travail est plus longue chez les femmes présentant une lésion sphinctérienne (68 versus 48 minutes, p = 0,037). La variété postérieure de la présentation est très significativement associée à une lésion périnéale de type 3. L extraction instrumentale est très significativement associée à la survenue de lésions périnéales. Conclusion : Les facteurs de risque associés à la survenue d une lésion périnéale de grade 3 ou 4 sont en plus de la primiparité : le poids maternel, l IMC, une deuxième phase de travail supérieure à 120 minutes, la variété postérieure de la présentation, l extraction instrumentale quel que soit l instrument utilisé et la difficulté aux épaules. Résumé final (237 mots) Objectifs : Définir les facteurs de risques de lésions périnéales sévères retrouvées à partir d une cohorte de 63 patientes, comparées à 67 patientes indemnes de lésions. Méthodes : Nous avons inclus de mai 1998 à mai 2003 à la maternité des patientes ayant eu une déchirure périnéale de type 3 ou 4, avec rupture du sphincter externe de l anus, et des femmes ayant accouché dans la même période sans lésion périnéale. Les données concernant la patiente, le déroulement du travail, l expulsion et les caractéristiques de la continence dans le post-partum immédiat ont été recueillies. Résultats : L âge est comparable dans les deux groupes ; l origine ethnique noire est plus fréquente chez les témoins. Le poids et le BMI sont supérieurs chez les patientes ayant une déchirure. La primiparité est significativement associée à une augmentation de la fréquence des lésions (71 versus 43 %, p = 0,001). La deuxième phase du travail est plus longue chez les femmes présentant une lésion sphinctérienne (68 versus 48 minutes, p = 0,037). La variété postérieure de la présentation et l extraction instrumentale sont significativement associées à la survenue de lésions périnéales. Conclusion : Les facteurs de risque associés à la survenue d une lésion périnéale sont en plus de la primiparité : le poids maternel, l IMC, une deuxième phase de travail supérieure à 120 minutes, la variété postérieure de la présentation, l extraction instrumentale quel que soit l instrument utilisé et la difficulté aux épaules. UFR Médicale 1, Enseignement de lecture critique d article, page 2 de 4

10 Université Victor Segalen Bordeaux 2, ) Répondez aux questions suivantes : Q1. Quel est l objectif de l étude. Commentez sa formulation. L objectif de l étude était de définir les facteurs de risques de lésions périnéales sévères retrouvées à partir d une cohorte de 63 patientes, comparées à 67 patientes indemnes de lésions suivant une étude observationnelle transversale. Bien qu assez complet, cet objectif n est pas très bien formulé car, d une part, il ne reflète pas correctement le fait que les auteurs veulent savoir s il y a d autres facteurs que la prématurité et, d autre part, parce que les effectifs étudiés ne doivent pas apparaître dans un objectif. Remarque : le titre est un meilleur reflet de la vraie question posée par les auteurs. Q2. Quel est le schéma d étude? Ce schéma d étude est-il adapté à la question posée? Selon les auteurs, il s agit d une étude transversale, observée à partir d une cohorte. En fait, il s agit d une étude cas-témoins, puisque les auteurs sélectionnent d une part un groupe de femmes ayant une lésion périnéale (cas) et les comparent à des femmes n ayant pas de lésion périnéale (témoins) et qu ils étudient la fréquence de facteurs de risques dans les deux groupes. Ce schéma d étude est parfaitement adapté à l étude des facteurs de risques. Q3. Commentez la manière dont les auteurs définissent la population des femmes incluses dans l étude? Les auteurs décrivent bien les critères d inclusion et d exclusion, en discutant les caractéristiques de personnes, de lieu et de temps. Pour les cas, les auteurs définissent correctement les caractéristiques des lésions. En revanche, les modalités pratiques de sélection ne sont pas décrites. Q4. Quelle est la validité du recueil des données des variables principales? Justifiez votre réponse. Page 104, les auteurs indiquent que les données ont été recueillies, sans donner de précision sur les modalités de recueil. Les données recueillies sont listées et quelques rares définitions sont fournies. Les sources ne sont pas données (dossier? cahier d observation?). On ne sait pas non plus si les observateurs étaient en insu du groupe d appartenance des femmes et s ils utilisaient des outils standards. Néanmoins, les données principales de l étude, notamment la notion de prématurité et la durée de travail, sont des informations recueillies en routine et l on peut donc penser que le recueil de ces données est valide. Q5. Commentez les effectifs inclus par les auteurs. Les auteurs disent eux-mêmes que ces effectifs sont insuffisants (page 103, avant le 3). Ils précisent dans la discussion que c est surtout la fréquence de certains facteurs qui est insuffisante. Les auteurs n ont pas fait de calcul de la taille d échantillon. Les effectifs sont par ailleurs différents entre les deux groupes (63 et 67) et l on ne sait pas si cette différence est liée à des données manquantes. Q6. Quel est l intérêt du tableau 1? En quoi aurait-il pu être mieux présenté? Ce tableau est très informatif car il permet de comparer les deux groupes de patientes. Cette comparaison porte d une part sur les caractéristiques socio-biographiques et cliniques des patientes et, d autre par, sur les principaux facteurs de risques étudiés. Le tableau aurait pu être mieux présenté en regroupant les variables quantitatives (moyennes et écarts-types) d une part et les variables qualitatives (nombres et pourcentages) d autre part ; les groupes A et B et l abréviation BMI auraient pu être définies. UFR Médicale 1, Enseignement de lecture critique d article, page 3 de 4

11 Université Victor Segalen Bordeaux 2, 2008 Q7. Page 104, dans la section 3.2, les auteurs indiquent : «La durée de la première phase du travail n est pas liée à la survenue d une lésion périnéale stade 3 ou 4 (333,4 versus 281,1 minutes, p = 0,085) alors que la deuxième phase du travail est plus longue chez les femmes présentant une lésion sphinctérienne (68 versus 48 minutes, p = 0,037).» Êtes-vous d accord avec cette interprétation des résultats? Justifiez votre réponse. Formellement, les auteurs ont raison car leur interprétation des résultats repose essentiellement/exclusivement sur la signification statistique des différences (p = 0,085, non significative = pas liée pour les auteurs ; p = 0,037, significative = liée). Cependant, les auteurs manquent le fait que la différence de la première phase de travail (environ 50 minutes) est plus importante que la différence de la deuxième phase (20 minutes). La durée est donc liée à la survenue d une lésion périnéale dans les deux phases du travail, mais seule la deuxième association est statistiquement significative. Remarque : il s agit ici de bien faire la différence entre signification statistique et signification clinique. Q8. Commentez l utilisation des références dans cet article. De nombreuses phrases de l introduction ne font pas appel à des références. Les références couvrent une littérature accessible (uniquement des revues) et récente (les articles les plus récents datant de 2005). La présentation respecte les normes habituelles des revues. UFR Médicale 1, Enseignement de lecture critique d article, page 4 de 4

12 Gynécologie Obstétrique & Fertilité 35 (2007) Article original La primiparité est-elle le seul facteur de risque des lésions du sphincter anal en cours d accouchement? Is primiparity, the only risk factor for type 3 and 4 perineal injury, during delivery? A. Barbier a, O. Poujade b, R. Fay c, O. Thiébaugeorges a, M. Levardon b, B. Deval a, * a Service de gynécologie obstétrique, maternité universitaire de Nancy, 10, rue du Docteur-Heydenreich, Nancy, France b Service de gynécologie obstétrique, hôpital Beaujon, 100, boulevard du Général-Leclerc, Clichy, France c Centre d investigation clinique, département d épidémiologie, Toul, France Reçu le 28 août 2006 ; accepté le 9 décembre 2006 Disponible sur internet le 07 février Résumé Objectif. La primiparité est un facteur de risque reconnu de lésions obstétricales. Le but de notre étude a été d identifier, suivant une étude observationnelle transversale, d autres facteurs de risque cliniques de lésions périnéales sévères en cours d accouchement. Patientes et méthodes. Deux groupes ont été comparés : le groupe A ou groupe d étude (n = 63) correspondant aux patientes ayant eu une lésion périnéale sévère (type 3 ou 4) durant leur accouchement. Le groupe B ou groupe témoin (n = 67), correspondant aux patientes ayant accouché sans lésion périnéale durant la même période. L appariement a été effectué en fonction de la date d accouchement. Ainsi, ont été comparés les paramètres cliniques suivants : âge maternel, origine ethnique, poids maternel, IMC (Index de masse corporelle), parité, type d analgésie, âge gestationnel, terme, durée de la première et de la deuxième phase du travail, poids fœtal, mode d extraction instrumentale, type d instrument utilisé. Ont été également comparés les facteurs suivants : obésité maternelle, macrosomie foetale, dépassement de terme, première ou deuxième phase prolongée, existence d une difficulté aux épaules, type d instrument utilisé, existence d une variété postérieure, réalisation d une épisiotomie médiolatérale et quantité totale d ocytocine utilisée en cours de travail. Résultats. La primiparité est retrouvée comme étant un facteur de risque de lésions périnéales sévères en cours d accouchement (71 versus 43 %, p = 0,001). Mais, d autres facteurs lui sont associés : le poids maternel de même que l IMC (67 versus 63 kg, p = 0,036 ; 25,6 versus 23,4, p = 0,003), la durée de la deuxième phase de travail (68 versus 48 min, p = 0,037) et la variété postérieure de la présentation (32 versus 4 %, p < 0,001). L association à une dystocie des épaules est à la limite de la significativité (6 versus 0 %, p = 0,052). L extraction instrumentale est significativement associée à la survenue de lésions périnéales sévères, tous instruments confondus (44 versus 1 %, p < 0,001) ou indépendamment : forceps de Tarnier (14 versus 1 %, p = 0,003), forceps de Suzor (16 versus 0 %, p = 0,0005) ou spatules de Thierry (14 versus 0%, p = 0,0005). L épisiotomie médiolatérale n apparaît pas isolément comme facteur de risque de lésions périnéales. En revanche, son association à une extraction instrumentale constitue un risque fort (43 versus 1 %, p < 0,0001). Les paramètres fœtaux, l âge maternel, l obésité, l âge gestationnel, le dépassement de terme, l anesthésie et la dose d ocytocine ne sont pas considérés comme facteurs de risques. Discussion et conclusion. La primiparité n est pas un facteur isolé de lésions périnéales sévères. Les autres facteurs de risque retrouvés sont l extraction instrumentale, la variété postérieure de la présentation, l épisiotomie médiolatérale lorsqu elle est associée à une extraction instrumentale Publié par Elsevier Masson SAS. Abstract Objective. Primiparity has been identified as the main risk factor of type 3 and 4 perineal injuries The purpose of our study, according to a population-based observational study, was to identify other clinical risk factors for lesions during vaginal delivery. * Auteur correspondant. Adresse (B. Deval) /$ - see front matter 2007 Publié par Elsevier Masson SAS. doi: /j.gyobfe

13 102 A. Barbier et al. / Gynécologie Obstétrique & Fertilité 35 (2007) Patients and methods. Two groups have been compared. Group A or study group (n=63) was defined as parturients with three or fourdegree perineal tears. Group B or control group (n=67) included women who delivered vaginally without any perineal lesion during the same period. Characteristics of the population were compared: maternal age, race, maternal weight, BMI (Body Mass Index), parity, mode of anaesthesia, gestational age, post maturity, length of labor, fetal weight, mode of delivery (assisted or not). Specific characteristics were also compared, obesity, shoulder dystocia, type of presentation, episiotomy and dose of ocytocin. Results. Primiparity was significantly associated with higher frequency of sphincter lacerations (71 vs 43%, p = 0.001). The patients of group A were with significantly higher weight than the patients of control group (67 vs 63 kg, p = 0.036). Futhermore the BMI was different in the two groups (25,6 vs 23,4, p = 0.003). There was a significant difference according to the length of the second part of labor (68 vs 48 min, p = 0.037) and the posterior variety (32 vs 4%, p < 0.001). The occurrence of shoulder dystocia was only just significant (6 vs 0%, p = 0.052). Assisted-extraction is highly associated with perineal injuries (44 vs 1%, p < 0.001). Futhermore the instrument has been concerned by the difference: Tarnier s forceps-assisted extraction (14 vs 1%, p = 0.003), Suzor s forceps-assisted extraction (16 vs 0%, p = ), Thierry s spatula-assisted extraction (14 vs 0%, p = 0,0005). The association forceps and episiotomy has been found with higher frequency of perineal injury (43 vs 1%, p < 0,0001). There were no difference between the 2 groups according fetal characteristics, type of analgesia, maternal age, gestational age, post-maturity or dose of ocytocin. Discussion and conclusion. Primiparity is not the only risk factor of perineal injuries. Other risk factors have been found: assistedextraction, occiput posterior fetal head position, and association episiotomy and assisted-extraction. Black origin seems to be protective Publié par Elsevier Masson SAS. Mots clés : Lésions périnéales sévères ; Facteurs de risque Keywords: Severe perineal tears; Risk factors 1. Introduction Les lésions du sphincter anal ou déchirures périnéales sévères (types 3 et 4) du per-partum sont rares. Elles surviennent dans 1,7 à 7,3 % [1 6] des accouchements par voie basse. La prise en charge de ces lésions, en particulier leur prévention, est depuis toujours une préoccupation majeure des obstétriciens et sages-femmes. En effet, de telles déchirures ont des conséquences néfastes à court et long terme, tant en terme de douleurs périnéales que sur le plan de la continence urinaire et anale ultérieure. Cela sous-entend une parfaite connaissance des facteurs de risque, pouvant conduire à la survenue de telles lésions et des situations, parmi l étendue des pratiques obstétricales actuelles, pouvant y amener. La primiparité est, pour la plupart des auteurs, retrouvée comme facteur de risque essentiel et indépendant de lésion du sphincter anal en cours d accouchement. D autres facteurs sont retrouvés dans la littérature. Les facteurs maternels : ils incluent primiparité et périnée fragile, œdématié, cicatriciel ou hypoplasique. Les facteurs fœtaux : macrosomie, présentations occipitosacrées ou, de la face et les expulsions rapides. Les facteurs opératoires incluent : extractions instrumentales, manœuvres obstétricales et épisiotomie médiane. Le but de notre étude est de définir les facteurs de risques de lésions périnéales sévères retrouvées à partir d une cohorte de 63 patientes, comparées à 67 patientes indemnes de lésions suivant une étude observationnelle transversale. 2. Patientes et méthodes Soixante-trois patientes ayant présenté une déchirure périnéale obstétricale sévère ont été comparées à 67 patientes indemnes de lésion suivant une étude observationnelle transversale. Cette étude porte sur la période de mai 1998 à mai 2003 à la maternité de l hôpital Beaujon (APHP, France) soit 9639 accouchements. Dans un premier temps, ont été définis : le groupe d étude, correspondant aux patientes ayant eu une lésion périnéale de type 3 ou 4 lors de leur accouchement et un groupe témoin, correspondant aux femmes ayant accouché dans la même période sans lésion périnéale, l appariement étant effectué pour un accouchement dans la même période. Ont été exclues les césariennes (n = 1740), les sièges (n = 51), les grossesses gémellaires (n = 78), seules les grossesses de plus de 37 SA ont été incluses. Nous avons défini, la déchirure périnéale complète ou du troisième degré comme une lésion périnéale associant une rupture du sphincter externe de l anus à une ou plusieurs déchirures périnéales simples. Le toucher rectal s assurant de l intégrité de la cloison rectovaginale. Dans les déchirures complètes compliquées ou du quatrième degré, la paroi rectale est rompue réalisant un cloaque entre le vagin et le rectum. La réparation des déchirures périnéales a dans tous les cas comporté un premier temps d exposition et d évaluation des lésions à traiter, ces réparations ayant été effectuées sous anesthésie locorégionale ou générale. La réparation des lésions du troisième degré a intéressé dans un premier temps la suture du sphincter strié anal mettant bord à bord les deux berges par deux points en U à l aide d un fil à résorption lente, les temps suivants étant ceux de toute périnéorraphie réalisée après épisiotomie. La réparation des déchirures du quatrième degré a débuté par la suture de la paroi digestive par des points séparés au fil tressé à résorption lente noués dans la lumière digestive. Il s agit d une suture de type digestif, prenant la paroi rectale et anale, en ayant soin de bien charger la musculeuse, les points devant être rapprochés, afin que la paroi soit étanche. Les temps ultérieurs sont ceux d une lésion du troisième degré. Cette réparation est toujours conduite sous antibioprophylaxie. Les soins postopératoires associent une toilette périnéale biquotidienne à l aide d une solution antiseptique à une toilette périnéale après chaque miction et chaque selle. Il a été prescrit

14 A. Barbier et al. / Gynécologie Obstétrique & Fertilité 35 (2007) des laxatifs lubrifiants ou osmotiques et un régime sans résidu. Une rééducation périnéale a été systématiquement prescrite à la visite postnatale [7]. Durant l étude, les données concernant la patiente, le déroulement du travail, l expulsion et les caractéristiques de la continence dans le post-partum immédiat ont été recueillies (Tableau 1). Les données collectées concernant la patiente ; ont été l âge, l origine géographique, la gestité, la parité, l indice de masse corporelle (IMC) et l existence d une obésité définie par un IMC > 30 kg/m 2. Les critères d évaluation du travail ont été l âge gestationnel à l accouchement, le déclenchement spontané ou non, la durée de la première et de la deuxième phase du travail, le type d analgésie et la dose totale d ocytocine utilisée. Nous avons défini la première phase du travail par la période allant de l entrée en travail (existence de contractions régulières, efficaces, intéressant tout l utérus associées à la dilatation cervicale) à la dilatation cervicale complète (effacement et dilatation complète). La seconde partie du travail par la descente du mobile fœtal dans l excavation pelvienne jusqu à l expulsion. Ont été recueillies les données de biométrie fœtale soit le périmètre crânien, le diamètre bipariétal, le poids fœtal et la macrosomie fœtale étant définie par un poids fœtal supérieur à 4000 g. Concernant l extraction, ont été recueillis les paramètres suivants : l extraction instrumentale, le type d instrument utilisé (forceps de Tarnier, de Suzor, spatules de Thierry), la réalisation d une épisiotomie médiolatérale, la variété postérieure ou antérieure lors du dégagement et une éventuelle difficulté Tableau 1 Caractéristiques et comparaisons des patientes avec et sans déchirure périnéale sévère Caractéristiques Groupe A Groupe B p (n = 63) (n = 67) Âge maternel moyen (années) 29,2 ± 4,6 29,7 ± 5,5 0,59 Origine ethnique noire 25 (40 %) 42 (63 %) < 0,001* Poids maternel moyen (kg) 67 ± ± 12 0,036* BMI 25,6 ± 4,3 23,4 ± 4,3 0,003* Obésité maternelle 9 (14 %) 5 (8 %) 0,21 Primiparité 45 (71 %) 29 (43 %) 0,001* Accouchement avec anesthésie 56 (89 %) 54 (81 %) 0,19 Péridurale 54 (86 %) 51 (76 %) 0,17 Âge gestationnel moyen (SA) 39,9 ± 1,3 40,6 ± 1,3 0,60 Terme dépassé (> 41,4 semaines) 7 (11 %) 10 (15 %) 0,52 Durée moyenne 1 re phase (h) 5,6 ± 3,2 4,7 ± 2,2 0,085 Durée moyenne 2 e phase (min) 68 ± ± 44 0,037* Deuxième phase >120 min 14 (22 %) 7 (10 %) 0,068 Poids fœtal moyen (kg) 3,38 ± 0,46 3,39 ± 0,48 0,93 Périmètre crânien (cm) 34,7 ± 1,6 34,6 ± 1,4 0,65 Diamètre bipariétal (mm) 94 ± 4 94 ± 3 0,60 Macrosomie 7 (11 %) 6 (9 %) 0,68 Extraction instrumentale 28 (44 %) 1 (1 %) < 0,001* Forceps de Tarnier 9(14 %) 1 (1 %) 0,003* Forceps de Suzor 10 (16 %) 0 < 0,001* Spatules de Thierry 9(14 %) 0 < 0,001* Variété postérieure 20 (32 %) 3 (4 %) < 0,001* Difficulté aux épaules 4 (6 %) 0 0,052 Épisiotomie seule 23 (37 %) 34 (51 %) 0,10 Épisiotomie +forceps 27 (43 %) 1 (1 %) < 0,001* Ocytocine (UI) 14,8 ± 11,5 14,0 ± 12,6 0,79 * p < 0,05 : seuil de significativité. aux épaules. Il a été noté, pour le groupe étudié, le grade de la lésion périnéale. Après vérification de la normalité des distributions, les moyennes dans les deux groupes ont été comparées par le test t de Student. La comparaison des fréquences a été effectuée par le test du Chi 2 ou, lorsque les conditions de validité de ce dernier n étaient pas remplies, par le test exact de Fisher. Faute d un nombre suffisant de patientes, les techniques d évaluation des facteurs de risque plus performantes comme la régression logistique n ont pu être employées dans des conditions de validité acceptables. 3. Résultats 3.1. Caractéristiques de la population (Tableau 1) Le groupe d étude est composé de 63 patientes de 29,2 ans en moyenne avec un écart-type à 5,51 et des extrêmes entre 17 et 42 ans. Ces femmes sont dans 32 % d origine blanche, dans 40 % d origine noire et dans 28 % d une autre origine. Le poids moyen est de 67 kg avec un écart-type à 12,91 et des extrêmes allant de 38 à 114 kg. La taille moyenne est de 162 cm. L IMC moyen est 25,6 et la proportion d obèses de 14 %. Il y a 71 % de primipares, l âge gestationnel moyen est de 39,9 semaines d aménorrhée (SA) avec une proportion de terme dépassé de 11 %. Concernant le travail, la dose moyenne d ocytocine est de 14,8 UI avec un écart-type à 11,47 et des extrêmes allant de 1 à 38 UI. La première phase du travail dure en moyenne 333,4 minutes et la seconde 68 minutes avec un pourcentage de deuxième phase de plus de 120 minutes de 22 %. Les paramètres fœtaux montrent 32 % de variété postérieure, un poids moyen de naissance de 3381,4 g, 11 % d enfants macrosomes et quatre cas de difficultés aux épaules soit 6 %. L accouchement a eu lieu dans 89 % des cas avec une analgésie, dont 86 % de péridurales. Il y a eu 28 cas d extractions instrumentales (44 %), toujours réalisées avec une épisiotomie. Le groupe témoin est composé de 67 patientes de 29,7 ans en moyenne avec un écart-type à 4,63 et des extrêmes entre 19 et 38 ans. Ces femmes sont dans 33 % d origine blanche, dans 63 % d origine noire et dans 4 % d une autre origine. Le poids moyen est de 63 kg avec un écart-type à 11,50 et des extrêmes allant de 42 à 102 kg. La taille moyenne est de 163,9 cm. L IMC moyen est 23,4 et la proportion d obèses de 8 %. Il y a 43 % de primipares, l âge gestationnel moyen est de 40 SA avec une proportion de terme dépassé de 15 %. Concernant le travail, la dose moyenne d ocytocine est de 14 UI avec un écart-type à 12,57 et des extrêmes allant de 1 à 57 UI. La première phase du travail dure en moyenne 283,1 minutes et la seconde 48 minutes avec un pourcentage de deuxième phase de plus de 120 minutes de 10 %. Les paramètres fœtaux montrent 4 % de variété postérieure, un poids moyen de naissance de 3388,8 g, 9 % d enfants macrosomes et l absence de difficulté aux épaules. L accouchement a eu lieu dans 81 % des cas avec une analgésie, dont 76 % de péridurales. Il y a eu un cas

15 104 A. Barbier et al. / Gynécologie Obstétrique & Fertilité 35 (2007) d extraction instrumentale (1 %). Le pourcentage d épisiotomie est de 52 %. L étude concernant les caractéristiques maternelles montre que l âge des patientes est comparable dans les deux groupes (29,2 versus 29,7 ans). En revanche, les patientes présentant une lésion sphinctérienne ont un poids et un BMI (body mass index) supérieurs à celui des patientes du groupe témoin (respectivement 67 versus 63 kg, p = 0,036 et 25,6 versus 23,4, p = 0,003), l obésité (IMC > 30) n étant pas un facteur significatif dans notre étude (14 versus 8 %, p = 0,21). Les lésions sévères surviennent significativement moins souvent chez les femmes de race noire (40 versus 63 %, p = 0,0005). Les paramètres concernant la grossesse montrent que seule la primiparité est significativement associée une augmentation de la fréquence des lésions (71 versus 43 %, p = 0,001). En revanche, la durée de gestation (39,9 versus 40 SA, p = 0,6) ou le dépassement de terme (11 vs 15 %, p = 0,52) ne sont pas associés à une augmentation de la fréquence des lésions Caractéristiques du travail, du mode d accouchement et du mobile fœtal (Tableau 1) Concernant le déroulement du travail, il n y a pas d association entre le type d anesthésie durant le travail et l expulsion, qu il s agisse d un travail sans ou avec analgésie (89 versus 81 %, p = 0,19) ou du type d anesthésie locorégionale (86 versus 71 % d anesthésie péridurale, p = 0,17) et la survenue d une lésion périnéale sévère. De même, la dose totale d ocytocine utilisée est comparable dans les deux groupes (14,8 versus 14 UI, p = 0,79). La durée de la première phase du travail n est pas liée à la survenue d une lésion périnéale stade 3 ou 4 (333,4 versus 281,1 minutes, p = 0,085) alors que la deuxième phase du travail est plus longue chez les femmes présentant une lésion sphinctérienne (68 versus 48 minutes, p = 0,037). Lorsque l on prend en compte le fait d avoir une deuxième phase longue (> 120 minutes), la différence est à la limite de la significativité (66 versus 45 %, p = 0,068). En revanche, il existe une association avec certains paramètres du mode d accouchement : la variété postérieure de la présentation est très significativement associée à une lésion périnéale de type 3 (32 versus 4 %, p < 0,001) alors que la survenue d une difficulté aux épaules est à la limite de la significativité (6 versus 0 %, p = 0,052). L extraction instrumentale est très significativement associée à la survenue de lésions périnéales sévères : tous instruments confondus (44 versus 1 %, p < 0,001) ou indépendamment : forceps de Tarnier (14 versus 1 %, p = 0,003), forceps de Suzor (16 versus 0 %, p = 0,0005) ou spatules de Thierry (14 versus 0 %, p = 0,0005). La réalisation d une épisiotomie n a pas d incidence sur la survenue d une lésion (37 versus 51 %, p = 0,10) alors qu il y en a une si on l associe à une extraction instrumentale (43 versus 1 %, p < 0,0001). Il n y a pas de différence significative entre les deux groupes concernant le poids de naissance (3381,4 versus 3388,8, p = 0,93), l existence d une macrosomie (11 versus 9 %, p = 0,68), le périmètre crânien (347 mm versus 346 mm, p = 0,65) ou le diamètre bipariétal (938 versus 941 mm, p = 0,6). Les paramètres fœtaux ne sont donc pas associés à une augmentation de la survenue de lésions périnéales sévères dans notre série. 4. Discussion Les facteurs de risque associés à la survenue d une lésion périnéale de grade 3 ou 4 retrouvés dans notre série sont en plus de la primiparité : le poids maternel, l IMC, une deuxième phase de travail supérieure à 120 minutes, la variété postérieure de la présentation, l extraction instrumentale quel que soit l instrument utilisé et la difficulté aux épaules. Les résultats des principales études sont résumés dans le Tableau 2 : primiparité, poids de naissance supérieur à 4000 g, extraction instrumentale et réalisation d une épisiotomie médiane sont significativement associés à une augmentation de la survenue de lésion du troisième ou quatrième degré. La primiparité est pour la plupart des auteurs un facteur de risque indépendant de lésion sphinctérienne [13]. Dans notre série, il y avait 60,8 % de lésions chez les primipares contre 32,1 % chez les multipares (p = 0,001). Pour Handa [2], Zetterstrom [3] et Eason [10], il s agit même du facteur le plus pourvoyeur. Hudelist et al. ne retrouvent pas ce paramètre, après analyse de 5377 accouchements par voie basse dont 46 avec rupture sphinctérienne. Seuls le poids de naissance et l utilisation de forceps ont été retrouvés facteurs de risque indépendants [14]. En effet, l extraction instrumentale est, dans de nombreuses publications, un facteur de risque de lésion périnéale. Dans notre série, 44 % des patientes ayant eu une extraction instrumentale ont eu une lésion périnéale de grade 3 ou 4, comparées à 1 % chez les patientes indemnes. La plupart des auteurs s accorde à dire que les ruptures sphinctériennes surviennent plus fréquemment lors de l utilisation de forceps que lors de l utilisation d une ventouse. L extraction instrumentale par forceps est le premier facteur de risque dans les études de Fenner [9], Goldberg [11], Benifla [12], Hudelist [14] et Christianson [5]. Seuls Handa et al. [2] montrent une supériorité du facteur ventouse en comparaison au facteur forceps (OR 2,30 versus 1,45). D autres auteurs ne mettent pas en évidence la responsabilité de la ventouse dans la survenue de lésions sévères (Zetterstrom [3], Mac Arthur [8] et Sultan [15]). Dans notre série, nous montrons que le risque est associé au forceps de Tarnier mais aussi au forceps de Suzor et aux spatules de Thierry; la ventouse n étant pas utilisée à la maternité de Beaujon, elle n a pas pu être intégrée dans les paramètres étudiés. Nous n avons pas retrouvé de bibliographie concernant les risques respectifs liés à ces instruments. Si l extraction instrumentale en tant que telle n est pas à remettre en cause et nécessite donc une précaution toute particulière lors de la pose de l indication et lors de sa réalisation, ces dernières données doivent être discutées en fonction des habitudes de chaque équipe. En effet, il n est pas toujours précisé dans les publications quel instrument est préférentiellement utilisé, chaque école d obstétrique ayant ses

16 A. Barbier et al. / Gynécologie Obstétrique & Fertilité 35 (2007) Tableau 2 Comparaison des données des principales publications concernant les facteurs de risque de lésion périnéale Forceps OR Ventouse OR Primiparité OR Macrosomie OR Épisiotomie Âge maternel OR médiane OR Handa [2] 1,45 [1,37 1,42] 2,30 [2,21 2,40] 0,15 [0,14 0,15] 2,17 [2,07 2,27] NP NP Zetterstrom [3] NP NP 9,8 [3,6 26,2] 1,3 [1,1,1,6] 5,5 [1,4 18,7] NP Mac Arthur [8] 1,94 [1,30 2,89] NS NP NS NS Oui Fenner [9] 4,75 [3,43 6,57] 3,51 [2,64 4,66] NP 2,19 [1,61 2,99] 2,24 [1,81 2,77] NP Eason [10] 12,3 [3 50,4] 7,4 [1,9 28,5] 39,2 [5,4 282,5] NS 9,6 [3,2 28,5] NP Goldberg [11] 3,71 [3,39 4,05] 1,86 [1,64 2,10] NP 1,94 [1,21 3,09] 3,09 [2,66 3,59] NP Benifla [12) 11,9 [4,8 33,3] NP 8,8 [1 78,3] NP NP NP Hudelist [13] 5,62 [2,16 14,62] NP NS NS NP NS Christianson [5] 10,8 [5,2 22,3] NP 10 [3 33,3] NP 2,5 [1 6] NP habitudes, ce qui peut induire un biais dans l interprétation des résultats. L influence de l origine ethnique est très discutée : Handa et al. [2], dans une étude portant sur deux millions de naissance, montrent une incidence accrue de lésions périnéales au-delà du deuxième degré chez les femmes d origine indienne et philippine. De même, Mac Arthur et al. [8] notent une association significative avec une origine ethnique indienne. Pour Goldberg et al. [11], l origine asiatique est associée à une augmentation de l incidence des déchirures périnéales sévères. Comme nous le retrouvons dans notre étude, Wu et al. [16], dans une publication portant sur 393 patientes, montrent une augmentation du risque relatif par quatre lors d un dégagement céphalique en variété occipitosacrée. Enfin, différentes publications rapportent un risque accru avec un âge maternel élevé (Mac Arthur [8], Angioli [17]). Nos résultats concernant l épisiotomie sont en accord avec les données de la littérature [18]. Cette dernière suggère un effet protecteur de l épisiotomie médiolatérale et un risque accru de lésion sphinctérienne associé à l épisiotomie médiane. En France, la pratique de l épisiotomie médiane reste isolée, à l inverse des pays anglo-saxons. Ces résultats diffèrent de ceux de Handa et al. [2] qui montrent que l épisiotomie médiane a un effet protecteur sur la survenue des lésions du troisème degré mais augmente celle du quatrième degré. Selon Fenner et al. [9], l épisiotomie médiane cause trois fois plus de lésion sphinctérienne qu une épisiotomie médiolatérale, tandis que Coats et al. [19] trouvent une extension vers des lésions du troisième ou quatrième degré dans 11,6 % des cas lors de la réalisation d une épisiotomie médiane contre 2 % pour une épisiotomie médiolatérale. Poen et al. [20] montrent un odds ratio protecteur à 0,6 en faveur de l épisiotomie médiolatérale. L effet protecteur de l épisiotomie médiolatérale n a toutefois pas été clairement démontré dans des études randomisées comportant de larges séries et comparant l absence d épisiotomie à la réalisation d une épisiotomie médiane ou médiolatérale. Par ailleurs, nos résultats concernant l association épisiotomie forceps sont en accord avec les données de la littérature : il existe une augmentation du risque lors d une extraction instrumentale avec épisiotomie alors que l épisiotomie aurait un effet protecteur. C est également ce que démontrent Dandolu et al. [4] à propos d une cohorte de accouchements voie basse dont avec lésions sévères. Les lésions sphinctériennes secondaires à l accouchement sont visibles dans le post-partum immédiat. Benifla et al. [12] montrent que 45 % des patientes présentant une incontinence anale de novo avaient un défect sphinctérien diagnostiqué échographiquement. Kammerer et al. [21] constatent qu à six semaines post-partum, la fréquence de rupture sphinctérienne, tant au niveau du sphincter externe qu interne, est significativement supérieure chez les femmes ayant présenté une lésion sévère. Sultan et al. [15], dans une étude prospective portant sur 202 patientes, montrent que 35 % des primipares avaient un défect sphinctérien à six semaines, qui persistait dans 28 % des cas à six mois. Différents auteurs ont étudié le rôle possible d une atteinte du nerf pudendal. Sultan et al. [22], dans une étude portant sur 50 patientes ayant présenté une lésion du troisième degré comparées aux 8553 autres patientes ayant accouché pendant la même période, rapportent que les latences motrices terminales du nerf pudendal n étaient pas significativement différentes dans les deux groupes et que, en conséquence, l incontinence anale pouvait davantage être rapportée à la rupture sphinctérienne qu à une lésion pudendale. Tetzschner et al. [23], quant à eux, montrent que l incontinence anale est associée à un allongement des latences motrices terminales du nerf honteux. Il semble qu il puisse, dans certains cas, y avoir une responsabilité au moins partielle d une atteinte pudendale. Concernant l analyse statistique réalisée dans notre étude, nous aurions souhaité pouvoir caractériser les facteurs de risque de lésion périnéale sévère par régression logistique en calculant les odds ratios associés. Cependant, la précision de la méthode est conditionnée non seulement par le nombre d événements (suffisant dans notre série), mais aussi par le nombre de patientes exposées au risque (ou non exposées si le nombre de celles-ci est le plus faible) dans chacun des deux groupes présence et absence de lésion. L examen des données montre que dans la plupart des cas, ce nombre est inférieur à 10. En dessous de dix sujets exposés ou non exposés dans l un des deux groupes, le calcul fournit des intervalles de confiance excessivement importants traduisant l imprécision de l estimation. Dans ces conditions, il n est pas légitime de recourir à la régression logistique. Par souci d homogénéité, nous avons donc décidé d exclure cette méthode de l analyse. Par ailleurs, il est difficile, compte tenu de notre série, d effectuer un classement des facteurs de risque par ordre d importance compte tenu de l imprécision de certaines estimations.

17 106 A. Barbier et al. / Gynécologie Obstétrique & Fertilité 35 (2007) Cependant, cette étude comporte des limites qu il faut souligner. En effet, il s agit d une étude rétrospective dans laquelle les groupes ont été appariés uniquement sur l existence ou non de lésions périnéales sévères. Par ailleurs, ni les causes ni les praticiens des extractions instrumentales n ont été individualisés et la mesure des corps périnéaux n a pas été effectuée. Enfin, les positions maternelles, l expression utérine, le massage périnéal, non plus que la recherche de lésions occultes n ont été relevés. 5. Conclusion Les résultats de notre étude sont en accord avec les données actuelles de la littérature : primiparité, surcharge pondérale, deuxième phase de travail prolongée, extraction instrumentale, variété postérieure de la présentation, difficulté aux épaules sont des facteurs de risque de survenue de lésions périnéales du troisième ou quatrième degré. L accouchement par voie basse reste néanmoins la voie la plus sûre et la plus économique d accouchement. S il est certain qu il est difficile d éviter toutes les lésions périnéales sévères, la connaissance de ces facteurs de risque et leur prise en compte lors des conduites à tenir obstétricales devraient conduire à une réduction de leur survenue. Il est indispensable d insister sur la prise en charge des femmes ayant présenté une lésion périnéale sévère tant sur le plan de la rééducation sphinctérienne du post-partum que sur le suivi à long terme. De cette surveillance rapprochée dépend leur continence ultérieure et, le cas échéant, leur devenir obstétrical. Références [1] Fornell EK, Berg G, Hallbook O, Matthiesen LS, Sjodahl R. Clinical consequences of anal sphincter rupture during vaginal delivery. J Am Coll Surg 1996;183(6): [2] Handa VL, Danielsen BH, Gilbert WM. Obstetric anal sphincter lacerations. Obstet Gynecol 2001;98(2): [3] Zetterstrom J, Lopez A, Anzen B, Norman M, Holmstrom B, Mellgren A. Anal sphincter tears at vaginal delivery: risk factors and clinical outcome of primary repair. Obstet Gynecol 1999;94(1):21 8. [4] Dandolu V, Chatwani A, Harmanli O, Floro C, Gaughan JP, Hernandez E. Risk factors for obstetrical anal sphincter lacerations. Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2005;16(4): [5] Christianson LM, Bovbjerg VE, McDavitt EC, Hullfish KL. Risk factors for perineal injury during delivery. Am J Obstet Gynecol 2003;189(1): [6] Harkin R, Fitzpatrick M, O Connell PR, O Herlihy C. Anal sphincter disruption at vaginal delivery: is recurrence predictable? Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol 2003;109(2): [7] Dupuis O. [How I perform 3rd and 4th degree obstetric analsphincter lacerations repair]. Gynecol Obstet Fertil 2004;32(4): [8] MacArthur C, Glazener CM, Wilson PD, Herbison GP, Gee H, Lang GD, et al. Obstetric practice and faecal incontinence three months after delivery. BJOG 2001;108(7): [9] Fenner DE, Genberg B, Brahma P, Marek L, DeLancey JO. Fecal and urinary incontinence after vaginal delivery with anal sphincter disruption in an obstetrics unit in the United States. Am J Obstet Gynecol 2003;189 (6): (discussion 9-50). [10] Eason E, Labrecque M, Marcoux S, Mondor M. Anal incontinence after childbirth. CMAJ 2002;166(3): [11] Goldberg J, Hyslop T, Tolosa JE, Sultana C. Racial differences in severe perineal lacerations after vaginal delivery. Am J Obstet Gynecol 2003; 188(4): [12] Benifla JL, Abramowitz L, Sobhani I, Ganansia R, Darai E, Mignon M, et al. [Postpartum sphincter rupture and anal incontinence: prospective study with 259 patients]. Gynecol Obstet Fertil 2000;28(1): [13] Dupuis O, Madelenat P, Rudigoz RC. [Fecal and urinary incontinence after delivery: risk factors and prevention]. Gynecol Obstet Fertil 2004; 32(6): [14] Hudelist G, Gelle n J, Singer C, Ruecklinger E, Czerwenka K, Kandolf O, et al. Factors predicting severe perineal trauma during childbirth: role of forceps delivery routinely combined with mediolateral episiotomy. Am J Obstet Gynecol 2005;192(3): [15] Sultan AH, Kamm MA, Hudson CN, Thomas JM, Bartram CI. Analsphincter disruption during vaginal delivery. N Engl J Med 1993;329 (26): [16] Wu JM, Williams KS, Hundley AF, Connolly A, Visco AG. Occiput posterior fetal head position increases the risk of anal sphincter injury in vacuum-assisted deliveries. Am J Obstet Gynecol 2005;193(2):525 8 (discussion 8-9). [17] Angioli R, Gomez-Marin O, Cantuaria G, O Sullivan MJ. Severe perineal lacerations during vaginal delivery: the University of Miami experience. Am J Obstet Gynecol 2000;182(5): [18] Bretones S, Mellier G. Episiotomy: the pros and the cons. Gynecol Obstet Fertil 2001;29: [19] Coats PM, Chan KK, Wilkins M, Beard RJ. A comparison between midline and mediolateral episiotomies. Br J Obstet Gynaecol 1980;87(5): [20] Poen AC, Felt-Bersma RJ, Dekker GA, Deville W, Cuesta MA, Meuwissen SG. Third degree obstetric perineal tears: risk factors and the preventive role of mediolateral episiotomy. Br J Obstet Gynaecol 1997;104(5): [21] Kammerer-Doak DN, Wesol AB, Rogers RG, Dominguez CE, Dorin MH. A prospective cohort study of women after primary repair of obstetric anal sphincter laceration. Am J Obstet Gynecol 1999;181 (6): (discussion 22-3). [22] Sultan AH, Kamm MA, Hudson CN, Bartram CI. Third degree obstetric anal sphincter tears: risk factors and outcome of primary repair. BMJ 1994;308(6933): [23] Tetzschner T, Sorensen M, Lose G, Christiansen J. Anal and urinary incontinence in women with obstetric anal sphincter rupture. Br J Obstet Gynaecol 1996;103(10):

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D.

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Introduction Incidence : 0,5 à 3 % Importance de la reconnaissance et d un traitement

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF Laurent ABRAMOWITZ Unité de proctologie médico-chirurgicale Hôpital Bichat Claude Bernard 95, Rue de Passy 75016

Plus en détail

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Fréquence des complications périnéales du post-partum Les complications périnéales post-natales

Plus en détail

Césarienne pour toutes

Césarienne pour toutes Césarienne pour toutes Méthodologie Revue de la littérature : - PUBMED de 2003 à nos jours - Mots clefs: urinary incontinence AND cesarean section (210 publications) fecal incontinence AND cesarean section

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

Lésions anales neurosphinctériennes induites par l accouchement

Lésions anales neurosphinctériennes induites par l accouchement Lésions anales neurosphinctériennes induites par l accouchement L. Abramowitz et A. Batallan Parturientes par lesquelles on doit discuter un accouchement par césarienne : antécédent de chirurgie colo-proctologique

Plus en détail

Diabète gestationnel. Prise en charge selon les recommandations de décembre 2010 Dr Cécile Brunet, Pr Pierre Boulot

Diabète gestationnel. Prise en charge selon les recommandations de décembre 2010 Dr Cécile Brunet, Pr Pierre Boulot Diabète gestationnel Prise en charge selon les recommandations de décembre 2010 Dr Cécile Brunet, Pr Pierre Boulot Deux risques, un progrès - Considérer que c est un «petit diabète» - En faire trop et

Plus en détail

La déchirure. Les risques. Troubles périnéaux du post-partum. La déchirure

La déchirure. Les risques. Troubles périnéaux du post-partum. La déchirure Troubles périnéaux du post-partum La déchirure T. Linet La déchirure Les risques Entre 2 et 6 % de périnée complet mais TRES sous diagnostiqué car ± rupture du sphincter interne sur périnée semblant intact

Plus en détail

PEUT ON ENCORE DIMINUER LE TAUX D EPISIOTOMIE?

PEUT ON ENCORE DIMINUER LE TAUX D EPISIOTOMIE? PEUT ON ENCORE DIMINUER LE TAUX D EPISIOTOMIE? Emmanuelle Lesieur Pr Florence Bretelle 1 21 avril 2016 PLAN DE LA PRESENTATION Etats des lieux général Rappels historiques Rappels sur les recommandations

Plus en détail

Evidence-based labor and delivery management V Berghella, JK Baxter, SP Chauhan. Am J Obstet Gynecol 2008, 199, 5:445-454

Evidence-based labor and delivery management V Berghella, JK Baxter, SP Chauhan. Am J Obstet Gynecol 2008, 199, 5:445-454 Evidence-based labor and delivery management V Berghella, JK Baxter, SP Chauhan. Am J Obstet Gynecol 2008, 199, 5:445-454 (Résumé Dr S Favrin) Le but est de baser la prise en charge des accouchements sur

Plus en détail

Issue de grossesse en cas d'incontinence urinaire ou anale?

Issue de grossesse en cas d'incontinence urinaire ou anale? Issue de grossesse en cas d'incontinence urinaire ou anale? Arnaud Fauconnier, Anne-Cécile Pizzo-Ferrato, Xavier Fritel CHI Poissy Saint-Germain, Poissy, EA 7285 RISCQ, Montigny-le-Bretonneux,France INSERM

Plus en détail

L interruption de grossesse, une décision aux répercussions tardives?

L interruption de grossesse, une décision aux répercussions tardives? L interruption de grossesse, une décision aux répercussions tardives? 11 e Journée annuelle de présentation des travaux académiques des résidents Le vendredi 30 mai 2014 Par Julie Laverdière Résidente

Plus en détail

Section de médecine clinique Département de Gynécologie- Obstétrique Service d obstétrique

Section de médecine clinique Département de Gynécologie- Obstétrique Service d obstétrique UNIVERSITE DE GENEVE FACULTE DE MEDECINE Section de médecine clinique Département de Gynécologie- Obstétrique Service d obstétrique Thèse préparée sous la direction du Professeur Olivier Irion SANTE DES

Plus en détail

Après un an d enquête, 1176 femmes travaillant au C.H.U avaient répondu à notre questionnaire.

Après un an d enquête, 1176 femmes travaillant au C.H.U avaient répondu à notre questionnaire. Prévalence de l incontinence urinaire d effort selon le traumatisme obstétrical et la catégorie socio-. G. Philippe (1), I. Clément (2), I. Thaon (3) (1) Service d urologie C.H.U St jacques, Besançon (2)

Plus en détail

Grossesse, Poids et Nutrition

Grossesse, Poids et Nutrition Service de Gynécologie Obstétrique et service de Nutrition Hôpital de la Pitié-Salpêtrière Grossesse, Poids et Nutrition Si vous avez un problème de poids, voici des conseils pour la préparation et le

Plus en détail

Evènements indésirables graves en maternité.

Evènements indésirables graves en maternité. Evènements indésirables graves en maternité. Bilan de 4 années de recueil prospectif au CHU de Toulouse. Pr. O. Parant, M.Herman, E.Delon, C fleury CHU Toulouse Introduction (1) Améliorer la qualité en

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Hôpitaux Universitaires de Genève ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Introduction (1) L IVG chirurgicale est

Plus en détail

Impact de la gémellité sur le risque d incontinence urinaire du post-partum

Impact de la gémellité sur le risque d incontinence urinaire du post-partum Gynécologie Obstétrique & Fertilité 38 (2010) 238 243 Article original Impact de la gémellité sur le risque d incontinence urinaire du post-partum Impact of twin gestation on the risk of postpartum stress

Plus en détail

Les fistules obstétricales sont des communications anormales entre les voies urinaires ou digestives et l'appareil génital. ou d une manœuvre abortive

Les fistules obstétricales sont des communications anormales entre les voies urinaires ou digestives et l'appareil génital. ou d une manœuvre abortive ROLE DE LA SAGE FEMME DANS LA PREVENTION, LE DIAGNOSTIC ET ORIENTATION DES FISTULES Présenté par Mme Atchoumi Annie Hortense Sage-femme DU épidémiologie-bordeaux CHU de Yaoundé Introduction Définition

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

K-SAIDANI. Septième journée de la clinique médicale, Alger le 30 Avril 2009

K-SAIDANI. Septième journée de la clinique médicale, Alger le 30 Avril 2009 K-SAIDANI Septième journée de la clinique médicale, Alger le 30 Avril 2009 Constipation : Plainte fréquente au cours de la grossesse et dans la période puerpérale; Elle peut survenir «de novo», aggraver

Plus en détail

Jacques LEPERCQ Pierre RAYNAL Cochin Saint Vincent de Paul CH A Mignot, Versailles

Jacques LEPERCQ Pierre RAYNAL Cochin Saint Vincent de Paul CH A Mignot, Versailles OBESITE ET GROSSESSE PRISE EN CHARGE OBSTETRICALE Jacques LEPERCQ Pierre RAYNAL Cochin Saint Vincent de Paul CH A Mignot, Versailles CLASSIFICATION OMS IMC (Kg/m 2 ) Risque 20 25 Normal 25 30 Surpoids

Plus en détail

Introduction. La consultation préconceptionnelle. http://www.univadis.fr

Introduction. La consultation préconceptionnelle. http://www.univadis.fr Surveillance d une grossesse en médecine générale Professeur Bruno LANGER Département de Gynéco-Obstétrique - Hôpital de Hautepierre - CHU de Strasbourg Introduction Mesdames, messieurs, Nous allons voir

Plus en détail

Le diabète gestationel. Dépistage et prise en charge

Le diabète gestationel. Dépistage et prise en charge Le diabète gestationel Dépistage et prise en charge Définition! trouble de la tolérance glucidique de gravité variable, survenant ou diagnostiqué pour la première fois au cours de la grossesse, quelque

Plus en détail

I. Contenu. II. Base juridique

I. Contenu. II. Base juridique Les modalités et les critères de qualification particulière permettant à la sage-femme de pratiquer la connaissance et la maîtrise du périnée: la formation de base I. Contenu Le (date à déterminer), le

Plus en détail

Connaissance et observance de la rééducation périnéale en grossesse

Connaissance et observance de la rééducation périnéale en grossesse Faculté de médecine Université de Montréal Connaissance et observance de la rééducation périnéale en grossesse Fanny Parent Résidente 1, médecine familiale HMR Projet d érudition 30 mai 2014 Introduction

Plus en détail

Indications de la césarienne programmée à terme

Indications de la césarienne programmée à terme Indications de la césarienne programmée à terme Janvier 2012 Quelles sont les indications de la césarienne programmée? Utérus cicatriciel Transmissions mère-enfant d infections maternelles Grossesse gémellaire

Plus en détail

RECHERCHE EN GYNÉCOLOGIE ET OBSTÉTRIQUE

RECHERCHE EN GYNÉCOLOGIE ET OBSTÉTRIQUE COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS & GROUPE DE RECHERCHE EN OBSTÉTRIQUE ET GYNÉCOLOGIE RECHERCHE EN GYNÉCOLOGIE ET OBSTÉTRIQUE SESSION CONJOINTE DES JOURNÉES NATIONALES DU CNGOF

Plus en détail

Quelle est votre attitude? Quel objectif glycémique souhaitez vous? Quelle surveillance proposez vous?

Quelle est votre attitude? Quel objectif glycémique souhaitez vous? Quelle surveillance proposez vous? Mme SE...V. Agée de 42 ans. Antécédents familiaux : père - mère obèse, tante parternelle diabétique. Rh - 1 ère grossesse 33 ans (1990) Accouchement par voie basse, compliqué, ventouse, dystocie d épaule,

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

Fistule urogénitale obstétricale: a propos de deux observations en France [Obstetric vesicovaginal. reporting two cases in France].

Fistule urogénitale obstétricale: a propos de deux observations en France [Obstetric vesicovaginal. reporting two cases in France]. Fistule urogénitale obstétricale: a propos de deux observations en France [Obstetric vesicovaginal fistula: reporting two cases in France]. Amandine Labarrère, Ameth Gueye, Frédéric Ouaki, Christophe Pires,

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Le nouveau-né de la femme. Delphine Mitanchez Service de néonatologie Hôpital Armand Trousseau Paris

Le nouveau-né de la femme. Delphine Mitanchez Service de néonatologie Hôpital Armand Trousseau Paris Le nouveau-né de la femme obèse Delphine Mitanchez Service de néonatologie Hôpital Armand Trousseau Paris Épidémiologie 2000: 300 millions d obèses dans le monde NHANES 2003-2004: 32% obèses aux USA Femmes

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE. Vincent de PARADES PARIS

L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE. Vincent de PARADES PARIS L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE Vincent de PARADES PARIS INTRODUCTION L incontinence anale du post-partum partum relève de deux mécanismes : la déchirure de l

Plus en détail

LA RÉTENTION URINAIRE DU POST-PARTUM

LA RÉTENTION URINAIRE DU POST-PARTUM LA RÉTENTION URINAIRE DU POST-PARTUM Prise en charge au CH de Pau Dr Sophie Rouleaud Service de médecine physique et de réadaptation Samedi 4 octobre 1 2 DEFINITION Définition 2003 Glavind K. et Bjork

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM DIABETE GESTATIONNEL Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Dr. GUENDOUZE MERIEM Définition OMS Trouble de la tolérance glucidique de gravité variable Survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG 21.02.2002 CONTEXTE Evolution des connaissances Evaluation de nouvelles approches thérapeutiques, de nouvelles

Plus en détail

Biométrie foetale. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/071011. - Support de Cours (Version PDF) -

Biométrie foetale. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/071011. - Support de Cours (Version PDF) - Biométrie foetale Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 01/071011 Table des matières I Techniques de biométrie...3 I.1 Mesure de la longueur cranio-caudale...3 I.2 Mesure

Plus en détail

Accouchement gémellaire

Accouchement gémellaire Sommaire Introduction Accouchement gémellaire 1 - Physiopathologie des dystocies gémellaires 2 - Conditions générales pour l'accouchement 3 - Déroulement de l'accouchement, partition à quatre temps 4 -

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nouvelles recommandations de dépistage et de prise en charge Fabienne Viala Carla Chatelet Définitions OMS: «DG = trouble de la tolérance glucidique conduisant à une hyperglycémie

Plus en détail

INDICE DE MASSE CORPORELLE AVANT LA GROSSESSE, PRISE DE POIDS PENDANT LA GROSSESSE ET DIABETE GESTATIONNEL

INDICE DE MASSE CORPORELLE AVANT LA GROSSESSE, PRISE DE POIDS PENDANT LA GROSSESSE ET DIABETE GESTATIONNEL INDICE DE MASSE CORPORELLE AVANT LA GROSSESSE, PRISE DE POIDS PENDANT LA GROSSESSE ET DIABETE GESTATIONNEL Nguyen Thi Mai Phuong, Faculté de Médecine de Haiphong Pham Thi Thanh Hien, Université de Médecine

Plus en détail

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 DIABÈTE GESTATIONNEL Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 Qui dépister? Un dépistage universel doit être optimalement proposé entre 24 et

Plus en détail

A.R. 28.3.2014 En vigueur 1.6.2014 M.B. 14.4.2014

A.R. 28.3.2014 En vigueur 1.6.2014 M.B. 14.4.2014 A.R. 28.3.2014 En vigueur 1.6.2014 M.B. 14.4.2014 Modifier Insérer Enlever Article 9 ACCOUCHEMENTS Sont considérées comme prestations d'obstétrique : a) lorsqu'elles requièrent la qualification d'accoucheuse

Plus en détail

Fonctions du plancher pelvien :

Fonctions du plancher pelvien : le point sur Fonctions du plancher pelvien : de la phase expulsive à la consultation du post-partum Rev Med Suisse 2011 ; 7 : 2078-83 S. Meyer C. Achtari Pr Sylvain Meyer Département de gynécologie et

Plus en détail

Incontinence urinaire et obésité chez la femme [Obesity and female urinary incontinence].

Incontinence urinaire et obésité chez la femme [Obesity and female urinary incontinence]. Incontinence urinaire et obésité chez la femme [Obesity and female urinary incontinence]. Julie Pommereau-Lathelize, Xavier Fritel To cite this version: Julie Pommereau-Lathelize, Xavier Fritel. Incontinence

Plus en détail

B. BOQUET, F. DEMARIA, J. ROSENBLATT, R. PORCHER, JM. JOUANNIC, JL. BENIFLA Hôpital Rothschild, 33 Bd de Picpus 75012 PARIS

B. BOQUET, F. DEMARIA, J. ROSENBLATT, R. PORCHER, JM. JOUANNIC, JL. BENIFLA Hôpital Rothschild, 33 Bd de Picpus 75012 PARIS ETUDE PRELIMINAIRE DU SPHINCTER URETHRAL CHEZ LA PARTURIENTE Caractérisation anatomique et fonctionnelle du sphincter uréthral par une évaluation échographique 3D et urodynamique en pré et post-partum

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT Données issues des certificats de santé 8 ème jour, 9 ème et 24 ème mois Ce document a été réalisé à partir des données épidémiologiques concernant les enfants domiciliés

Plus en détail

Danielle Tournadre Séance CPDPN du mardi 8 septembre 2015

Danielle Tournadre Séance CPDPN du mardi 8 septembre 2015 Danielle Tournadre Séance CPDPN du mardi 8 septembre 2015 Fœtus Petit pour l Age Gestationnel (PAG): mesure d un paramètre échographique ou estimation du poids fœtal inférieur à un seuil. Hypotrophie sévère:

Plus en détail

Prise en charge médicale de l interruption médicale de grossesse

Prise en charge médicale de l interruption médicale de grossesse Prise en charge médicale de l interruption médicale de grossesse Dr Pascale GUFFROY, Dr Laure CONNAN, Dr Béatrice GUYARD-BOILEAU Introduction Avec le progrès du diagnostic anténatal, nous voyons augmenter

Plus en détail

Fréquence : Le diabète gestationnel est présent chez 3-5% des grossesses alors que le diabète préexistant ne représente 0.5-1%.

Fréquence : Le diabète gestationnel est présent chez 3-5% des grossesses alors que le diabète préexistant ne représente 0.5-1%. N.S DIABETE ET GROSSESSE Introduction : Ce chapitre se consacre à étudier: La grossesse chez une diabétique connue, insulinodépendante (DID) ou non (DNID); Le diabète gestationnel qui apparaît au cours

Plus en détail

"CHAPITRE IV - ACCOUCHEMENTS.

CHAPITRE IV - ACCOUCHEMENTS. "A.R. 20.8.1996" + "A.R. 10.6.1998" "CHAPITRE IV - ACCOUCHEMENTS.. Sont considérées comme prestations d'obstétrique : a) lorsqu'elles requièrent la qualification d'accoucheuse (V) : 1 er. INJECTIONS :

Plus en détail

Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA?

Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA? Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA? (césarienne élective = césarienne pratiquée "à froid", en dehors du travail) C Dageville réanimation néonatale,

Plus en détail

FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE

FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE AVERTISSEMENT La plupart des séjours concernés par les affections et situations de prise en charge évoquées dans ce document se déroulant dans le secteur de MCO, les

Plus en détail

LE CHEMINEMENT ET LES RÉSULTATS SCOLAIRES DES JEUNES D ORIGINE IMMIGRÉE : UNE PERSPECTIVE COMPARATIVE ENTRE MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER

LE CHEMINEMENT ET LES RÉSULTATS SCOLAIRES DES JEUNES D ORIGINE IMMIGRÉE : UNE PERSPECTIVE COMPARATIVE ENTRE MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER LE CHEMINEMENT ET LES RÉSULTATS SCOLAIRES DES JEUNES D ORIGINE IMMIGRÉE : UNE PERSPECTIVE COMPARATIVE ENTRE MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER Sommaire Soumis au Conseil canadien sur l'apprentissage et à Citoyenneté

Plus en détail

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Grossesse a priori «normale» Quelle prise en charge? Sécurité médicale RPC EBM Opinion des usagers

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Corinne Alberti CIE 5 : modèles et méthodes de l évaluation clinique et thérapeutique en pédiatrie

Plus en détail

L accouchement d un siège a-til encore sa place en 2010 au Québec?

L accouchement d un siège a-til encore sa place en 2010 au Québec? L accouchement d un siège a-til encore sa place en 2010 au Québec? D RE C O R I N N E L E C L E R C Q, M D, F R C S C G Y N A Z U R S E P T E M B R E 2010 Objectifs: 1-Connaître l historique des dernières

Plus en détail

Diabète gestationnel quel intervenant à quel moment DR Leyre MARTINEZ MEZO Avril 2014

Diabète gestationnel quel intervenant à quel moment DR Leyre MARTINEZ MEZO Avril 2014 Diabète gestationnel quel intervenant à quel moment DR Leyre MARTINEZ MEZO Avril 2014 Notions générales Hyperglycémie diagnostiquée pendant la grossesse 4 % des grossesses, tendance à l augmentation Facteurs

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT Données issues des certificats de santé 8 ème jour, 9 ème et 24 ème mois Ce document a été réalisé à partir des données épidémiologiques concernant les enfants domiciliés

Plus en détail

TRAITEMENT MEDICAL AMBULATOIRE DE LA GEU

TRAITEMENT MEDICAL AMBULATOIRE DE LA GEU Journée du Réseau Gard-Lozère Juin 2005 TRAITEMENT MEDICAL AMBULATOIRE DE LA GEU R de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique CHU Carémeau, Nîmes Données épidémiologiques 2004 Incidence : 2 GEU pour

Plus en détail

GROSSESSE Ne rien oublier. 2. Suivi de la grossesse: le calendrier

GROSSESSE Ne rien oublier. 2. Suivi de la grossesse: le calendrier GROSSESSE Ne rien oublier 2. Suivi de la grossesse: le calendrier A / LE DEPISTAGE DU RISQUE DE TRISOMIE 21 Introduction: risque de l amniocentese Taux de dépistage Nombre de T21 dépistés Les faux positifs

Plus en détail

Session facultative 3 : Prise en charge initiale des complications obstétricales

Session facultative 3 : Prise en charge initiale des complications obstétricales Cahier du Participant Session facultative 3 : Prise en charge initiale des complications obstétricales Résumé de la session Il est très rare qu il y ait des complications dues à la GATPA ; néanmoins, il

Plus en détail

ÉPISIOTOMIE ET ACCOUCHEMENT VAGINAL

ÉPISIOTOMIE ET ACCOUCHEMENT VAGINAL ÉPISIOTOMIE ET ACCOUCHEMENT VAGINAL QUESTION : Quelle est la place de l'épisiotomie dans l'accouchement vaginal? AUTEURE Dallel Yahia Chérif (février 2009) P I C O Patiente en accouchement vaginal. Épisiotomie.

Plus en détail

Correction de l épreuve de Statistiques et Informatique appliquées à la Psychologie

Correction de l épreuve de Statistiques et Informatique appliquées à la Psychologie Université de Bretagne Occidentale Année Universitaire 2013-2014 U.F.R. de Lettres et Sciences Humaines CS 93837-29238 BREST CEDEX 3 Section : Psychologie - Licence 3è année Enseignant responsable : F.-G.

Plus en détail

22.10.2013 MODE D EMPLOI DU CARNET DE RECENSEMENT

22.10.2013 MODE D EMPLOI DU CARNET DE RECENSEMENT MODE D EMPLOI DU CARNET DE RECENSEMENT PROGRAMME BACHELOR FILIÈRE SAGE-FEMME DÈS 2012 1 Titre principal CONSIGNES Le carnet doit être rempli durant toute la durée du stage, sous la responsabilité de l

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Journées Parisiennes de Pédiatrie 2014. Facteurs de risque de l infection néonatale bactérienne précoce à l ère de l antibioprophylaxie

Journées Parisiennes de Pédiatrie 2014. Facteurs de risque de l infection néonatale bactérienne précoce à l ère de l antibioprophylaxie Journées Parisiennes de Pédiatrie 2014 Facteurs de risque de l infection néonatale bactérienne précoce à l ère de l antibioprophylaxie Laurence Foix-L Hélias Pédiatre - Epidémiologiste Service de Néonatologie

Plus en détail

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011-

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011- Protocole d étude Evaluation des résultats des centres de FIV -Activité 2011- Contexte Depuis 2005, l Agence de la biomédecine a pour mission de suivre et d évaluer les activités cliniques et biologiques

Plus en détail

La parturiente de plus de 35 ans. E.Baulon, I.Nisand Pôle de Gynécologie-Obstétrique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

La parturiente de plus de 35 ans. E.Baulon, I.Nisand Pôle de Gynécologie-Obstétrique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg La parturiente de plus de 35 ans E.Baulon, I.Nisand Pôle de Gynécologie-Obstétrique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Introduction Haut conseil de la population et de la Famille - Avril 2005 «l augmentation

Plus en détail

- La santé de la mère et de l enfant dans la Drôme

- La santé de la mère et de l enfant dans la Drôme - La santé de la mère et de l enfant dans la Drôme Données 2012 1 - Données issues des certificats de santé du 8 ème jour 2 -Sommaire p.3 - édito p.4 - Contexte périnatal dans la drôme p.5 - Certificats

Plus en détail

Module Soins Infirmiers en maternité et aux personnes atteintes d affections gynécologiques MODALITES

Module Soins Infirmiers en maternité et aux personnes atteintes d affections gynécologiques MODALITES INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Promotion 2005/2008 1ère année 2005/2006 Module Soins Infirmiers en maternité et aux personnes atteintes d affections gynécologiques SITUATION MODULE Maternité

Plus en détail

Retentissement sur la mère. Retentissement sur l enfant

Retentissement sur la mère. Retentissement sur l enfant Retentissement sur la grossesse HTA et préeclampsie Accouchement prématuré Retentissement sur la mère Retentissement sur le diabète Acidocétose HypoG Accélération complications microvasculaires La grossesse

Plus en détail

SUTURE D EPISIOTOMIE ET PRISE EN CHARGE DE LA CICATRICE; RECOMMANDATIONS AUX PATIENTES

SUTURE D EPISIOTOMIE ET PRISE EN CHARGE DE LA CICATRICE; RECOMMANDATIONS AUX PATIENTES SUTURE D EPISIOTOMIE ET PRISE EN CHARGE DE LA CICATRICE; RECOMMANDATIONS AUX PATIENTES M. BERLAND Université Claude Bernard Lyon 1 Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud Charles Mérieux 1 METHODES

Plus en détail

Quelle bandelette sous urétrale pour quelle patiente?

Quelle bandelette sous urétrale pour quelle patiente? Quelle bandelette sous urétrale pour quelle patiente? Xavier Deffieux Service de gynécologie obstétrique Hôpital Antoine Béclère, Clamart Population générale des IUE Meta-analyse 26 essais randomisés 2284

Plus en détail

La régression logistique. Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL

La régression logistique. Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL La régression logistique Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL Introduction La régression logistique s applique au cas où: Y est qualitative à 2 modalités Xk qualitatives ou quantitatives Le plus souvent

Plus en détail

INFORMATION DE LA FEMME ENCEINTE

INFORMATION DE LA FEMME ENCEINTE S Y N T H È S E D E L A R E O M M A N D AT I O N D E B O N N E P R AT I Q U E Indications de la césarienne programmée à terme Janvier 2012 La définition de la césarienne programmée retenue dans les recommandations

Plus en détail

1. Comment se déroule un accouchement?

1. Comment se déroule un accouchement? chapi tre 7 L accouchement Vous êtes auxiliaire de puériculture en maternité, Mme H. se présente aujourd'hui pour accoucher, elle est inquiète, c'est son premier bébé. Vous lui expliquez les différentes

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

Lésions obstétricales du sphincter anal (LOSA) : Prévention, identification et réparation

Lésions obstétricales du sphincter anal (LOSA) : Prévention, identification et réparation N 330, décembre 2015 Lésions obstétricales du sphincter anal (LOSA) : Prévention, identification et réparation La présente directive clinique a été rédigée par le comité d urogynécologie, analysée par

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Grossesse prolongée et terme dépassé : recommandations pour la pratique clinique Texte des recommandations (texte court)

Grossesse prolongée et terme dépassé : recommandations pour la pratique clinique Texte des recommandations (texte court) Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction (2011) 40, 818 822 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com GROSSESSE PROLONGÉE ET TERME DÉPASSÉ Grossesse prolongée et terme dépassé

Plus en détail

REEDUCATION PERINEALE, IMAGE DU CORPS, LIBIDO.

REEDUCATION PERINEALE, IMAGE DU CORPS, LIBIDO. REEDUCATION PERINEALE, IMAGE DU CORPS, LIBIDO. Communication aux journées SEXOGYN-MARSEILLE 23-25 Mai 2013 Docteur M. AUBRY (docteur en médecine, psychiatre) La rééducation périnéale est peu pratiquée

Plus en détail

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N C L I N I Q U E S A I N T - J E A N LIVRET D INFORMATION DES PATIENTES ENTRANT POUR UNE INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE (IVG) Clinique Saint-Jean Avenue Georges Bizet 83000 TOULON Tél : 0 826 00 44

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Compilation «Episiotomie»

Compilation «Episiotomie» Alliance Francophone pour l Accouchement Respecté (AFAR) Moulin du Pas, F-47800 Roumagne Compilation «Episiotomie» Base de données de l AFAR http://www.afar.info Etude réalisée le 8 mai 2004 dans le cadre

Plus en détail

Philippe Faucher. L efficacité de ce protocole est bien établie avant 49 j d aménorrhée ( 7SA)

Philippe Faucher. L efficacité de ce protocole est bien établie avant 49 j d aménorrhée ( 7SA) Quelle est la dose de Mifépristone nécessaire pour une interruption de grossesse avant 49 jours d aménorrhée en association avec 2 comprimés de Misoprostol? Une revue de la littérature Philippe Faucher

Plus en détail

La déchirure. Troubles périnéaux du postpartum. Les risques. La déchirure. Primiparité vaginale (OR > 2) La macrosomie (OR > 2)

La déchirure. Troubles périnéaux du postpartum. Les risques. La déchirure. Primiparité vaginale (OR > 2) La macrosomie (OR > 2) Troubles périnéaux du postpartum La déchirure T. Linet La déchirure Les risques Primiparité vaginale (OR > 2) Forceps Ventouse Entre 2 et 6 % de périnée complet mais TRES sous diagnostiqué car ± rupture

Plus en détail