RAPPORT ANNUEL Section Vaud-Genève Professionnels travail social Suisse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT ANNUEL 2006. Section Vaud-Genève Professionnels travail social Suisse"

Transcription

1 RAPPORT ANNUEL 2006 Section Vaud-Genève Professionnels travail social Suisse av. de l Église -Anglaise 6, 1006 Lausanne Tél. +41 (0) , Fax +41 (0)

2 RAPPORT ANNUEL 2006 SOMMAIRE Auteurs Pages Organigramme de l AVTES 2 Introduction Christine Guinard Dumas 4 Secteur fonctionnement Anouk Brossy Christine Guinard Dumas 6 Secteur Formation et Perfectionnement Secteur Politique Sociale Secteur Syndical Christine Guinard Dumas Corina Campanile Claudine Corbaz Chantal Cottier Givel Fabio Rollo Valérie Denisart Christine Guinard Dumas Christian Jordan Vlad Fernandez Anouk Brossy Claire Busch Stéphane Cialente Jean-Marie Hirt Christine Guinard Dumas Marc Brugger Marie-Ange Terrier Christian Jordan Georges Milliet Pierre Zapf et François Christen Corina Campanile Vera Huber Simao Secteur relations publiques et presse Dominique Pont Christine Guinard Dumas 33 1

3 RAPPORT ANNUEL 2006 Comptes de pertes et profits 34 Résultat pertes et profits 35 Bilan au

4 Secteur fonctionnement Bureau Comité N. Genet, C. Corbaz, V. Huber Simao, M.- A. Terrier, A. Brossy, H. Hug, V. Fernandez, M. Brugger, L. Delbrouck Commission financière R- Laffely, E. Convers, H. Hug Secteur formation Secteur syndical Référents : C. Corbaz, N. Genet Référents : A. Brossy, V. Huber Simao, M. Brugger Commission des études éésp/es C. Jenny Com. des études form. continue et Conseil de fondation éésp N. Genet, O. Grand Commission des études IPgL N. Winistörfer CCT ES CCT MSP CCT ES et MSP Comité IPgL Place vacante CCP AVOP-AVTES Ch. Jordan, S. Cialente, G. Gasparini, 1 pl. vacante CCP AVOP-ARMASP D. Lüchinger, M. Brugger, M.-A. Terrier Comm. quadripartite C. Jordan (suppléant), B. Krattinger (ES), M.-A. Terrier (suppléante), M. Brugger (MSP) Secteur politique sociale Référents : H. Hug, V. Fernandez Chambre consultative Loi sur l accueil de jour, LAJE Valérie Denisart Consultative extraparlementaire enfance T. Airoldi Vérificateurs de comptes J.-M. Huot, L. Gaillard Commission des délégués d institutions A. Brossy Com. des études éésp / enfance C. Campanile Commission des études éésp / AS C. Corbaz Commission des études éésp / MSP L. Barraud, F. Ropraz Comité CONTINUO F. Rollo / ES Secondaire II T. Airoldi - délégation à reprendre Commission d examen AVOP-AVTES J. Bersier, S. Cialente Commission congé sabbatique F. Gorgé, J.-M. Hirt Commission d examen AVOP- ARMASP D. Lüchinger Fonds prévoyance B. Krattinger, P. Zapf, G. Milliet, (ES), F. Christen (MSP) Sous -Commission Immobilière MSP F. Christen CCT Secteur parapublic de la santé Comm. Consultative Loi protection des mineurs C. Jordan, Ph. Bigler Comité de révision de contention T. El Hamidi, 1 pl. vacante RIV 07 A. Brossi Secteur presse AcoPrafor Ch. Guinard Dumas Formation complémentaire M. Ammann Commission taxation des logements Ch. Guinard Dumas CCT Enfance Conditions de travail V. Huber Simao, C. Busch Org. médico-social vaudois / OMSV C. Comina Commission rédaction actualité sociale N. Genet, Ch- Guignard Dumas, M.-A. Terrier, F. Rollo, D. Pont, O. Grand Commission tripartite O. Grand (bureau), L. Barraud (MSP), Ch. Guinard Dumas (ES), C. Corbaz (AS) Conseil de fondation Clair-Val O. Grand Commission études École Supérieure en éducation sociale Vacant 8A B. Krattinger Délégué à SUD B. Krattinger Comm. paritaire ACAE-SSP-AVTES Ch. Guinard Dumas, C. Campanile Classe A EPE L. Tenore Comm. cantonale des affaires sociales / CCAS C. Comina 6 à 8 C. Busch, C. Corbaz N. Genet Pour toute information concernant les postes vacants, merci de prendre contact avec la secrétaire générale Mme Ch. Guinard Dumas Commissions AvenirSocial CH spécialisée de politique professionnelle vacant politique de formation Vacant éthique professionnelle Vacant spécialisée de politique sociale N. Genet Assemblée des délégués Voté à l AG Marketing H. Hug 3

5 INTRODUCTION Introduction Christine Guinard Dumas Vous tenez en vos mains le premier rapport annuel de la section AvenirSocial Vaud Genève. La section a été constituée au 1 er juin 2006 et le comité déjà mis en place début 2006 a pris l option de vous proposer un rapport sur l année en son entier aura été marquée par les travaux à mener pour constituer cette nouvelle section. Apprendre à collaborer au niveau vaudois, prendre connaissance des dossiers respectifs concernant les différents champs professionnels représentés, mettre en place le meilleur fonctionnement possible avec notre association nationale, bénéficier des connaissances de chacun et chacune, faire en sorte que tous bénéficient de nos compétences, furent des travaux essentiels pour la mise en œuvre de la section. Ce rapport annuel permet aux membres (et aux partenaires) de prendre connaissance de la richesse de notre section, et de l importance des travaux effectués par les commissions actives pour la défense de nos professions respectives. Le comité a pris l option de reconduire la présentation de ces activités sous la forme d un rapport annuel, formule mise en place par l AVTES à la satisfaction des lecteurs. En respect des statuts de la section AvenirSocial Vaud Genève votés par les membres, les commissions ont été regroupées en différents secteurs qui vous sont présentés ci-après. Un organigramme permettra au lecteur de visualiser plus clairement ce qui a été mis en place. Le secteur fonctionnement a pour mandat de gérer l Association par les travaux du comité qui se compose de représentants des différents champs professionnels réunis au sein de notre section ; il se réunit environ une fois par mois, et traite des dossiers liés à la gestion de l Association et ceux nécessitant une orientation de la Section AvenirSocial Vaud Genève. Il assure par ailleurs les liens avec le siège du secrétariat général à Berne ; la commission financière en fait partie intégrante, ainsi que la commission des délégués qui se réunit régulièrement et qui sert de courroie de transmission entre le comité et les institutions. Le comité a nommé des référents pour le suivi des dossiers, qui sont informés plus particulièrement des sujets traités dans leur secteur de prédilection. Le secteur syndical regroupe les commissions qui travaillent sur les dossiers en lien avec les conventions collectives existantes (MSP, Educateurs sociaux, éducateurs-éducatrices de l enfance), ainsi que ceux suivis par les commissions issues de ces conventions (les commissions paritaires, de classification, le fonds de prévoyance, et les sous-commissions mises en place sur mandat). Une représentation des assistants sociaux en lien avec la question des conditions de travail dans le secteur parapublic de la santé qui devrait aboutir sur la signature d une convention collective fait partie intégrante du secteur. Outre ces différentes commissions en place, le secteur syndical assure le suivi des situations individuelles, ou 4

6 INTRODUCTION d équipes éducatives en situation difficile. La Secrétaire générale informe le secteur de ses différentes interventions. Elle peut être appelée dans des situations qui nécessitent sa présence. Par ailleurs un membre du secteur syndical assure une délégation à SUD dont AvenirSocial est membre. Le secteur «formation» regroupe les commissions qui suivent et traitent les dossiers en lien avec les formations de base ou continues des professionnels de nos domaines. Différents sièges au sein des écoles nous assurent du suivi de l évolution de l offre, et nous participons activement aux commissions romandes en place. Le secteur «politique sociale» est concerné actuellement par les questions en lien avec la politique sociale proposée dans ce canton. Ce sont plus particulièrement les dossiers traités par le comité de révision de contention, l évolution du dossier RIV 07, la mise en œuvre de la politique socio-éducative des mineurs, et la mise en œuvre de la LAJE (loi sur l accueil de jour), et le suivi des dossiers au sein des commissions de l OMSV et de la CCAS qui occupent notre Association. Ce secteur a intégré la commission 6-8 qui organise 4 fois par année des conférences sur des thèmes concernant les travailleurs sociaux ; cette commission issue de l ASPAS souhaiterait vivement s ouvrir à tous les professionnels représentés par AvenirSocial, avis aux amateurs. Le secteur «presse» est en charge de la publication des articles dans la revue Actualité sociale, et participe au choix des thèmes traités en point fort, ce en regard du mandat rémunéré dévolu à la section Vaud Genève. Le secteur «presse» est en charge de la publication des articles dans la revue Actualité sociale, et participe au choix des thèmes traités en point fort, ce en regard du mandat rémunéré dévolu à la section Vaud Genève. De plus, le site internet fait partie de ce secteur, il est tenu à jour par le secrétariat de la section. Notre Association est nationale et notre section est aussi invitée à participer à des commissions au niveau suisse. Leurs travaux seront présentés dans le rapport annuel La présentation étant faite, il y a lieu de rappeler que sans l engagement des membres de la section au sein des différentes commissions, nous ne pourrions vous présenter aujourd hui ce rapport. Les membres engagés participent aux commissions et par leur plume en sont les premiers rédacteurs. Nous les remercions chaleureusement pour leur engagement pour AvenirSocial. Nous vous invitons à prendre connaissance de ce rapport, et si l une ou l autre des informations vous questionne, vous intéresse, n hésitez pas à le faire savoir. Par ailleurs si vous souhaitez participer activement à la représentation d AvenirSocial section Vaud Genève dans l une ou l autre des commissions, n hésitez pas à nous contacter. Nos remerciements à Grégory Schulé dont les dessins ponctuent de manière pertinente certains évènements marquants de cette année. Nous vous souhaitons une bonne lecture. 5

7 FONCTIONNEMENT Comité Anouk Brossy L AVTES est devenue en cours d année 2006 section AvenirSocial VD-GE et a vécu une année charnière. Le rassemblement de différents champs professionnels du social sous l égide d une association suisse, ne s est pas fait sans remous, sans de longues heures de débats et de nombreux problèmes à résoudre, cela a aussi été riche en émotions. Il était prévu cette année que le comité se centre principalement sur le démarrage de la section AvenirSocial VD-GE ainsi que trouver des solutions financières pour l avenir. Le comité s est surtout attaché à répondre à ses engagements et est en bonne voie, par rapport aux solutions de financement, des pistes sont encore à explorer. Le renforcement des forces est toujours d actualité, il est important que plus de personnes s intéressent et s engagent dans les différentes commissions ainsi qu au comité, actuellement l association jouit d une grande crédibilité au vu de la qualité du travail qu elle fournit. Pour maintenir ce cap il est essentiel que les tâches puisent être partagées afin que les délégués ne s essoufflent pas. Par rapport aux autres projets le comité est resté informé mais a moins eu la possibilité de s investir. Avant le 8 juin 2006 : L année 2006 démarrait très fort pour le comité AVTES, puisque la construction de la fusion avec AvenirSocial allait réunir le secrétariat ainsi que les comités : AVTES, AvenirSocial section Vaud et ARMASP le samedi 14 janvier déjà pour une journée de travail. Cette construction complexe mobilisera les énergies de tous pour trouver des solutions aux problèmes posés, problèmes de taille, comme entre autres, le déficit budgétaire engendré par la fusion ainsi que l explosion du cahier des charges de la secrétaire générale. Il faudra aussi apprendre à se connaître, à comprendre les façons de fonctionner de chacun. Pour deux des champs professionnels il est nouveau de pouvoir bénéficier d un secrétariat professionnel, des gains que cela apporte, des contraintes que cela implique. Il a fallu pendant les premiers mois de l année : des rencontres avec une délégation du comité Suisse à Lausanne, des allers et retours à Berne, des doutes, organiser des consultations de nos membres, envoyer une motion présentée à l assemblée générale des délégués d AvenirSocial pour demander une couverture de déficit pour 2007, défendre cette motion lors de l assemblée générale des délégués d Avenir Social (qui sera acceptée jusqu à concurrence de Fr ). A la suite de plusieurs rencontres des différents comités, ce montage qu il soit financier ou juridique sera réalisé, en relativement peu de temps, compte tenu du nombre de personnes impliquées et des obligations courantes car l association ne s est pas arrêtée de tourner pour autant!! 6

8 FONCTIONNEMENT La rencontre annuelle avec le comité de l AVOP aura permis de s accorder sur certains dossiers, comme la loi cantonale sur la protection des mineurs et sa mise en oeuvre, RIV 07, entre autres. Il aura fallu aussi s assurer que nos conventions collectives ne soient pas mises en péril par la fusion et en informer nos partenaires. Dès le début de l année deux membres de l ARMASP participeront aux séances de comité en vue de la fusion des maîtres socio-professionnels avec Avenir Social, afin de se coordonner. Le 17 juin, l ARMASP votait la fusion et rejoignait AvenirSocial VD-GE. Pendant tout ce temps, le comité restait à l écoute des différents dossiers en cours, tels que la planification cantonale socio-éducative où le secrétariat entre autres s est fortement investi, RIV 07, répondre à la consultation par rapport à la LAJE, suivre l évolution de la mise en place du CFC, participer au comité de révision des mesures de contrainte en établissements socio-éducatifs. Le 8 juin, lors de l assemblée générale, la déclaration conjointe de fusion était signée!! Un grand remerciement aux membres des comités respectifs qui ont participé bénévolement à cette construction et se sont libérés, souvent le samedi, pour débattre, prendre des positions, faire preuve de patience quand le doute s installait dans les séances, les remises en question. Un grand remerciement aux membres consultés qui nous ont fait part de leurs avis de leurs questions pertinentes, de leurs doutes, de leurs craintes, de leurs désirs qui nous ont permis de prendre nous l espérons les décisions les meilleures pour l avenir de notre association. Un merci tout particulier à Bertrand Martinelli qui, malgré ses obligations professionnelles et familiales, a assuré son engagement pour la construction de la fusion jusqu au bout, a mené à bien toutes les démarches déjà entreprises, a animé le Plénum et prêté des locaux adéquats pour travailler dans de bonnes conditions. Un merci tout particulier au secrétariat : Christine Guinard Dumas, Christine Cornu, Agnès Furrer qui ont travaillé dans des conditions très inconfortables depuis, en tout cas, 2 ans : un avenir au contour plutôt flou, naviguer à vue tout en assurant un quotidien chargé par une actualité d un champ professionnel en totale mutation (formation, définition, budget diminué dans les institutions etc), être vigilantes et rendre attentifs les membres des comités moins pointus sur le dossier des incidences de la fusion sur le fonctionnement de l association et son champ d activité. Après le 8 juin 2006 : Le 6 juillet le nouveau comité Avenir Social section VD-GE se réunissait pour la première fois, composé de 8 personnes : trois éducateurs sociaux, trois assistantes sociales, deux maîtres socio-professionnels. Le premier travail de ce comité a été de faire l état des lieux après la fusion, faire la liste des problèmes à encore solutionner, notamment l étude de l adaptation des cahiers des charges des employées à la situation présente, qui démontrera l explosion des tâches dévolues à la secrétaire générale. Il a été important de prendre le temps de faire connaissance, de partager les pratiques respectives de chaque association. Le secrétariat a présenté son fonctionnement, a pu transmettre 7

9 FONCTIONNEMENT les problèmes auxquels il est confronté, il s agira en 2007 de redéfinir les rôles de chacun, en collaboration avec le secrétariat suisse. Les mois qui suivirent furent consacrés non seulement au suivi des dossiers en cours, à l information officielle aux membres et aux partenaires, mais essentiellement à la mise en place du fonctionnement du comité et de la section. Un repas pris avec le comité Suisse, le 1er septembre à Yverdon, a permis d échanger sur les besoins respectifs de chacun dans une ambiance conviviale. Fin septembre, des membres du comité se sont rendus sur le terrain, en occupant un stand, à l occasion de portes ouvertes à la Maison des Chavannes. Après ce bol d air agréable et bienvenu à tout point de vue, le comité retourne à ses préoccupations en lien avec la mise en place d un fonctionnement viable pour la section. Les démissions des membres commencent à être inquiétantes, un challenge pour 2007 : trouver des solutions, en collaboration avec le secrétariat général suisse, pour enrayer le processus. En effet cette situation a des incidences importantes au niveau financier, soit le montant des cotisations. En décembre, la démission de Mme Cornu, notre secétaire administrative, occupera le comité ; d abord le regret, plus de 15 ans de travail enthousiaste, chaleureux et efficace laissent des traces!! Une perte au niveau des compétences et des bonnes et chaleureuses relations tant au sein du secrétariat, qu avec les membres de l Association. Le comité remercie Christine Cornu pour son engagement, son sens de l accueil, pour avoir vibré lors des différents combats menés toutes ces années et pour la volonté qu elle a eu de développer le secrétariat administratif au service des membres de l Association. Le comité lui souhaite plein succès dans sa nouvelle orientation professionnelle. Le comité se réjouit d accueillir dès février Madame Carmen Choga, notre nouvelle secrétaire à un taux d emploi de 40%, le comité ayant pris la décision de transmettre la comptabilité aux soins d une fiduciaire et de prendre ainsi le temps de mener une réflexion quant à la réorganisation des charges au sein du staff en place. Une commission est créée pour trouver des solutions qui permettront de renforcer à l avenir le secrétariat général de la section. Tant de sujets à traiter, se mettre d accord sur un fonctionnement interne réaliste au comité, l année se termine comme elle a commencé : sur les chapeaux de roues!! Une séance extraordinaire de comité est organisée le samedi 16 décembre, pour pouvoir démarrer 2007 plus sereinement. 8

10 FONCTIONNEMENT Commission financière Christine Guinard Dumas Suite à l AG de constitution et l adoption du budget tel que présenté, la commission financière a assisté à la négociation de budget avec le Service de Protection de la Jeunesse. En regard de la nouvelle entité et des modifications importantes concernant les cotisations, ces dernières étant versées au Secrétariat général de Berne, et seul une quote-part étant rétrocédée à la Section, les comptes 2006 se clôturent par un déficit, ce qui était prévisible, et ce malgré un avoir versé par ASPAS Vaud (Fr ) Le déficit s élève à Fr Les comptes (en fin de rapport annuel) sont présentés comme la dernière AG l a demandé avec les charges salariales sous une seule rubrique, une annexe étant à disposition pour le détail des postes. Concernant les produits, l estimation faite des cotisations de Fr n a pu être confirmée ; cette estimation avait été faite suite à une enquête sur les taux d emploi des membres. En effet, un nouveau changement significatif est le montant des cotisations déterminé par le taux d emploi, cette donnée est extrêmement importante pour permettre la détermination du montant des cotisations, sans cette information, c est la section qui est pénalisée ne recevant dès lors pas le montant nous avons en automne été appelé en renfort par le secrétariat général de Berne suite à un important manque d information sur cette question ; un courrier a permis de «récupérer» une part des informations, mais malheureusement tous n ont pas répondu. La quote-part s est finalement élevée à Fr ; le secrétariat général ayant versé la somme de Fr en avril 2006, nous nous verrons sans nouvelles des membres dans l obligation de leur restituer en 2007 la somme de Fr Une situation en lien avec la jeunesse de la mise en œuvre des nouvelles cotisations et informations à transmettre directement par les membres au secrétariat général de Berne ; une situation difficile pour la section déjà en proie avec des inquiétudes financières. En regard de la situation des nouveaux produits ont été recherchés, certains comme la location de la salle de conférence, soit pour un montant de Fr n ont pas nécessité une charge supplémentaire de travail. La section par l acceptation du mandat de responsabilité du Point Fort de la revue professionnelle, pour un montant de Fr ainsi que par la prise du secrétariat de l AcoPraFor a permis deux entrées importantes, mais qui se traduisent aussi par des charges supplémentaires en heures de travail. Pour 2007, et suite au dépôt d une motion à l Assemblée des délégués AvenirSocial CH a accepté de nous verser un montant de Fr qui seront utilisés pour combler le déficit. Concernant les charges, les budgets sont respectés sauf pour ce qui concerne les frais postaux, un montant qui s explique par le fait que la section a proposé deux numéros d AVTES- Communique en sus et que la fusion 9

11 FONCTIONNEMENT a nécessité par souci d informations et de transparence plusieurs envois à tous les membres en lien avec la fusion. Suite à la demande de l AG 2006, le comité a pris des options quant à l utilisation des réserves et fera des propositions à l Assemblée générale. Sur les avoirs versés par ASPAS Vaud, une somme de Fr a été mise en réserve, cette somme devant être attribuée pour un projet en lien avec la formation. Pour 2007 et suite au départ de notre secrétaire comptable, Madame Cornu, le comité a pris la décision de remettre la comptabilité à une fiduciaire. Une inquiétude persiste pour l avenir, les budgets 2007 présentant un déficit de Fr Une partie pourra être couverte par la couverte de déficit suite à la motion soumise au Secrétariat général AvenirSocial suisse, une autre pourra être couverte par l utilisation des réserves. Reste que pour 2008, ce même déficit apparaît. Le comité envisage pour 2007 et 2008 une augmentation des membres, ce qui signifie une nécessaire promotion active de la section, le comité a entamé une réflexion sur le subventionnement à venir et tente de trouver des pistes; une motion commune avec la section zurichoise sera déposée à l Assemblée des délégués pour demander au comité suisse une augmentation de la quote-part attribuée aux sections. Commission des délégués des institutions Anouk Brossy La commission s est réunie 2 fois cette année. Elle a permis de tenir au courant le comité, de l avancée des travaux, sur le terrain, en rapport à la politique socio-éducative (concernant les institutions pour mineurs), du point de vue des professionnels. La rubrique «la parole est à vous» est toujours l occasion pour les délégués de donner les dernières nouvelles de ce qu ils vivent sur le terrain. Au cours des tours de table les problèmes liés aux coupes budgétaires, les conséquences par rapport à la prise en charge, aux conditions de travail et les tensions avec les directions qui en résultent sont souvent évoqués. Par le biais de cette commission, le comité a aussi informé les représentants des institutions des incidences de la fusion de l AVTES avec AvenirSocial. Il a aussi continué de transmettre les informations qu il détenait aux sujets : de l évolution des formations HES, ES, Secondaire II, ainsi qu à propos de RIV 07 ou des actions menées en collaboration avec SUD. En septembre, après la fusion, un échange sur les attentes concernant la commission des délégués a semblé nécessaire. A l issue de celui-ci il ressort que la commission est utile à maintenir par le fait qu elle réunit régulièrement des professionnels de divers secteurs. Partager les différentes réalités professionnelles permet de se sentir moins «seul» sur son terrain. Mais beaucoup de professionnels 10

12 FONCTIONNEMENT sont surchargés et il n est pas facile actuellement de se libérer, d autant que chacun peut trouver l information, souvent sur internet. La conclusion est que la commission est maintenue dans sa forme actuelle : cela permet d avoir un organe en place. si le besoin se faisait sentir de réunir les différentes institutions pour mener une action commune. D autre part, le comité, quand cela lui sera possible, réorganisera cette commission afin de pouvoir y intégrer les différents champs professionnels présents dans la section Avenir Social VD-GE. 11

13 FORMATION PERFECTIONNEMENT Introduction Christine Guinard Dumas Le secteur formation de AvenirSocial Vaud Genève a poursuivi ses travaux dans le cadre des différentes commissions en place au sein des écoles. Par sa participation régulière aux séances de la Tripartite réunissant les représentants des sites HES, des employeurs et des employés des différents champs professionnels, elle suit et participe avec attention à l évolution de l offre et permet par sa présence de maintenir le lien entre les sites de formation et les praticiens. Dans ce cadre, AvenirSocial a pris connaissance du plan d études cadre (PEC) et se tient au courant des différentes recherches en cours ainsi que des travaux en lien avec la mise en place des programmes, OASIS par exemple. Par son adhésion et l assurance du secrétariat de l ACoPraFor, nouvelle association des praticiens formateurs créée en juin 2006, association ayant pris le relais de la COPRAFOR (commission de la FERTES, dissolue) AvenirSocial Vaud Genève participe activement aux critiques des programmes en lien avec la formation pratique, ainsi qu aux différents dossiers en lien avec les praticiens formateurs. L offre de formation aux praticiens formateurs tant au niveau ES que HES est au cœur des réflexions, le souci premier étant que ces offres de formation soient accessibles aux différents diplômés et accessible financièrement. Dans le souci d une équité de traitement, elle a interpellé les organes ad hoc quant aux rémunérations des PF des niveaux ES et ASE. Concernant les Ecoles Supérieures, AvenirSocial a été consultée pour les PEC (plans d étude cadre) et a transmis ses réflexions et critiques à AvenirSocial suisse qui donnera réponse à l ORTRA nationale. Elle a par ailleurs confirmé son intérêt pour participer aux commissions en place ou à venir dans les écoles supérieures (MSP, ES et EDE). En regard de la délégation AvenirSocial à l Ortra (For s) romande par le secrétaire général adjoint du secrétariat suisse, elle est informée des réflexions et des échanges en cours concernant les offres de formation ES et ASE (secondaire 2). Concernant la formation au niveau secondaire 2, elle poursuit son engagement dans les commissions mises en place, tout en ayant dû se retirer quelque peu de certaines commissions, au vu de l engagement important demandé. La prise de connaissance des PV permet toutefois de suivre l évolution du dossier et d être vigilant quant aux problématiques soulevées. Elle a dans le cadre de différentes rencontres des membres suscité des discussions en lien avec l accueil des ASE - (stagiaires) et inviter les équipes éducatives à la 12

14 FORMATION PERFECTIONNEMENT réflexion quant à l accueil à venir des titrés ASE dans les équipes éducatives ; il y a lieu en effet de s interroger sur les tâches à assurer par les uns et les autres afin d accueillir ces futurs collègues dans une dynamique de complémentarité. Commission des études éésp EPE Corina Campanile La formation qui a débuté à la rentrée 2006 permettra d obtenir un Bachelor HES/SO en travail social avec orientation. L éésp ne compte plus qu une seule filière d éducation sociale. Elle offre la possibilité de choisir entre trois orientations : «éducation sociale», «animation socioculturelle» et «service social». Avec le nouveau plan d études cadre 2006 (PEC06), les nouveaux modules sont plus grands que par le passé. L ensemble de la formation prévoit 180 crédits ECTS et compte une part d apports génériques en travail social (environ 2/3 de la formation incluant la première période de formation pratique) et une part spécifique à l orientation choisie par l étudiant (environ 1/3 de la formation incluant la deuxième période de formation pratique). En ce qui concerne la formation pratique, les étudiants doivent travailler trois axes principaux : - Connaissance du milieu institutionnel et de la profession - Compréhension des problématiques sociales et des besoins des bénéficiaires-usagers - Pratique de l intervention en travail social D où l importance de travailler en partenariat avec la HES pour les institutions de l enfance (0-12 ans). Information très importante : Tous les étudiants porteurs des diplômes «ESTS filière éducation spécialisée titre éducatrice/éducateur de la petite enfance» peuvent faire convertir leur diplôme à condition d avoir 5 ans de pratique ou d avoir effectué un cours postgrade de 150 h. minimum. La formation «direction d institutions de la petite enfance BEJUNE » s est achevée avec la participation de 20 étudiants. Une nouvelle volée a démarré en automne 2006 avec 31 participants. Pour la formation «direction d institutions éducatives, sociales et médico-sociales (FDSIS) les éducatrices(teurs) de la petite enfance» ayant un niveau tertiaire HES ou non auront la possibilité d y accéder. Il est également possible de s inscrire sur dossier portfolio. Le 21 février 2006 a eu lieu la première réunion de la nouvelle Commission des études en Travail social. Celle-ci se compose de trois orientations, y compris des personnes pour le champ 0-12 ans. La commission des études EPE fonctionnera jusqu à la fin des formations petite enfance car il s agit d un organe statutaire de la Fondation. La prochaine et dernière séance aura lieu le 3 mai 2007 et un colloque petite enfance sera organisé afin de clore la dernière volée de formation EPE le samedi 23 juin 2007 à l éésp. 13

15 FORMATION PERFECTIONNEMENT Commission des études éésp AS Claudine Corbaz La Commission des études AS (CE) s est réunie trois fois en 2006 : les 21 février, 30 mai et 24 octobre Sa composition en a été modifiée pour tenir compte de la nouvelle filière travail social. Le choix s est porté sur une seule CE travail social regroupant les diverses orientations (éducation sociale, service social, animation socioculturelle). D éventuels sous-groupes en lien avec une orientation particulière sont néanmoins envisageables. Chaque collège y est représenté (représentants des étudiants, des employés, des employeurs et des enseignants de l école). La CE est un organe consultatif. Les sujets débattus lors de ces trois séances ont été : - la composition de la CE et son organisation, - l organisation et la délégation étudiante avec support logistique assuré par l association des étudiants A3etsiplus, - le contenu et la mise en place du nouveau plan d études cadre Bachelor 06 (qui a pu faire l objet d échanges et de propositions), - la rentrée académique fixée pour l ensemble des étudiants universitaires et HES à la semaine 38 dès l automne 2007, - la reconnaissance des titres et des diplômes au niveau fédéral (ça n avance pas vite, mais ça avance), - le processus d évaluation du programme d études PEC 06. Comité IPgL Chantal Cottier Givel L Ecole a augmenté son activité et poursuivi son agrandissement. Deux classes avec stages en janvier et en août et une classe avec emploi peuvent maintenant démarrer chaque année. De ce fait, un certain nombre de nouveaux responsables de formation ont été engagés, et l équipe est maintenant constituée de 10 responsables de formation, trois secrétaires et une apprentie, secondés par une cinquantaine de chargés de cours. L école a donc poursuivi cette année une réflexion sur son fonctionnement global. Elle a réfléchi sur la mission de l institution, discuté et redéfini les rôles et fonctions de tous ses membres : direction, secrétariat, responsables de formation, chargés de cours. En effet de petite structure dans laquelle il était possible de fonctionner de manière implicite, où la communication orale suffisait (car tous les protagonistes se côtoyaient), l on est passé à une grande institution dans laquelle il est nécessaire que les fonctions de chacun soient clairement explicitées, hiérarchisées, les degrés d implication de chacun précisés, les responsabilités itou. Cela a conduit à la création de nouveaux postes, ceux de coordinateurs de domaines d enseignement et de responsable de l alternance. Précisons que toutes ces démarches de plus de clarté dans le fonctionnement vont dans le même sens que les exigences posées pour la démarche qualité ISO 9001 en cours actuel- 14

16 FORMATION PERFECTIONNEMENT lement, qui est une reconnaissance de qualité de la formation donnée à l IPgL. Lors de la semaine interdisciplinaire, une réflexion a été menée sur les incidences de l élargissement de la prise en charge incluant les 6-12 ans, sur la pratique professionnelle et la formation. L année 2006 a également marqué la mise en application de la nouvelle alternance de première année. Le bilan fait tant par les étudiants que les praticiens formateurs et l équipe de l IPgL montre que le modèle est très pertinent et présente de larges avantages par rapport à l organisation précédente. Pour la suite, un modèle de contrats à longue durée est proposé aux institutions, qui, par un système de combinaison de deux stages, permet d assurer à une institution la présence permanente d un stagiaire de l IPgL. Une consultation a eu lieu pour déterminer si la commission des études avait toujours du sens dans la nouvelle configuration de l école. En effet d autres plates-formes de régulation ont été mises sur pied et semblent mieux convenir. Le comité a accepté le principe d évolution de cette commission. L école sera prochainement en mesure de présenter le modèle de concertation qu elle propose de mettre en place pour densifier la coopération et la concertation avec les milieux de la pratique professionnelle. L école s est investie l an passé dans la consultation de la LAJE et a fourni un gros travail de positionnement qu elle a remis au SPJ. Son directeur Monsieur Jean-Baptiste Dumas a participé activement au travail de mise sur pied et de rédaction du Plan d études cadre PEC pour les éducatrices et éducateurs de l enfance (PEC) en filière école supérieure, dont il préside la commission sur le plan Suisse. (A noter qu une fois le PEC accepté par l ORTRA Nationale, il sera mis en consultation sur le site de l OFFT : /00427/index.html?lang=fr) L école poursuit également son implication active dans l exploitation avec la ville de Lausanne du Centre de Ressources en Education de l Enfance, à l avenue des Figuiers 28. Ce centre de ressources (qui est plus qu un centre de documentation, précisons-le, et offre une large palette de prestations) rencontre un vif succès tant auprès des étudiants que des professionnels qui s y côtoient quotidiennement. Continuo Fabio Rollo Petit rappel, Continuo vise à proposer des conférences en étant le plus proche des besoins des professionnels de l action sociale, de l enseignement et de la santé. 2 matinales ont été organisées en Désirant ouvrir à une plus large frange de personnes, les deux matinales proposées ont porté sur des thématiques variées. M. Perrenoud professeur à l université de Genève est venu au mois de juin pour nous faire part de ses nombreux 15

17 FORMATION PERFECTIONNEMENT écrits autour de la capitalisation des compétences et du savoir pratique, la matinale s est déroulée en 2 temps. Dans un premier temps: un exposé des travaux de M. Perrenoud avec des éléments clés sur l expérience comme source de savoir a été abordée à activer et dans un deuxième temps, un échange et des questions ouvertes sur les pratiques que certains professionnels rencontrent sur le lieu de travail. L intérêt porté à cette matinale a été grand et M. Perrenoud a bien voulu déborder sur le temps imparti pour répondre aux nombreuses questions des participants. La deuxième matinale a pour une fois été organisée en soirée, permettant aux éducatrices de l enfance de pouvoir assister à cette conférence. Avec pour thème «la prise en charge démocratique ou l équilibre entre le laisser-faire et le style autoritaire», Madame Carole Morache enseignante en technique de l éducation à l enfance au Collège de Montemorency au Québec et Mme Ludivine Lometti éducatrice de la petite enfance sont venues témoigner et apporter des outils concrets à des personnes de terrain. Les participants ont répondu présents à cette conférence. L année 2007 proposera 4 conférences, tout en espérant pouvoir continuer à répondre aux besoins des professionnels. 16

18 POLITIQUE SOCIALE LAJE Chambre Consultative de la Fondation Valérie Denisart La nouvelle loi sur l accueil de jour des enfants (LAJE) est entrée en vigueur le 1er septembre dernier pour ce qui est de son volet institutionnel. Rappelons que l une de ses innovations consiste en la mise sur pied d une fondation de droit public, chargée d encaisser diverses contributions, puis de les redistribuer aux différents réseaux d accueil de jour qui sont ou seront crées aux quatre coins du canton. Ces réseaux devront proposer au moins deux des trois formes reconnues d accueil de jour (familial, collectif préscolaire et collectif parascolaire). Le volet financier de la LAJE entrera en vigueur le 1 er janvier A côté des contributions des pouvoirs publics (canton et communes) et des parents, la grande nouveauté de la LAJE consiste en la participation financière de toutes les entreprises vaudoises, à raison de 0.08% au moins de leur masse salariale. AvenirSocial, comme association professionnelle, a été invitée à être membre de la chambre consultative, et a accepté. Avenir social est également membre du bureau de cette chambre. Le bureau s occupe des affaires courantes avec 4 autres personnes : M. Seiler, Ville de Lausanne, M. Pollack de la FSAE, M. Bornand, Ville de Vevey et M. Fattebert, Pro Familia. De cette chambre, 3 représentants ont été élus au Conseil de Fondation : Mme Fleury, ARDIVE-Vaud, Mme Nuria Gorrité de l ARAE et M. Fattebert, Pro Familia. Les travaux ont bien débuté. Le règlement de la chambre consultative a été fait et accepté. Les travaux de consultation demandés par le conseil de fondation vont, sous peu, être entrepris. Des groupes de travail thématiques vont être constitués en fonction des demandes du conseil : la politique tarifaire, les réseaux, les plans de développement, les critères de priorité, l équilibre de l offre, les conditions de travail, La mise en place de cette fondation est en cours Beaucoup de travail est à prévoir, mais l enjeu est de taille! Cadre de référence Christine Guinard Dumas Suite au projet de cadre de référence élaboré par le Service de Protection de la Jeunesse et soumis pour consultation le secteur enfance a pris position, inquiet de différents points diminuant selon sa lecture la qualité à venir des prestations d accueil. 17

19 POLITIQUE SOCIALE En regard des multiples critiques des différents partenaires consultés, le Service de Protection de la Jeunesse a pris la décision de réétudier les cadres de référence au sein de groupes de travail ; AvenirSocial y a participé activement. Il est clair que l arrivée des milieux économiques et des communes a mis en évidence des approches et des attentes différenciées quant à certains éléments, comme la formation attendue des professionnelles, le fait que pour les milieux économiques les apprentis de 3ème année ou les stagiaires devaient pouvoir compter dans le taux d encadrement par exemple. Dans le souci d être porte parole des praticiens, des professionnelles une soirée d informations-échanges a été organisée par AvenirSocial avant le début des travaux, soirée qui a réuni une centaine de professionnelles. Les travaux de groupe se sont terminés en été, des consensus ont été trouvés ; des échanges animés ont eu lieu au sein des groupes de travail. Nous avons pu être entendu sur nos soucis de qualité de prestations, de permettre aux étudiants et stagiaires de ne pas être comptés dans le taux d encadrement pour leur assurer leur temps de formation. Le cadre de référence définitif est entré en vigueur au 1er décembre Certains éléments continuent à nous inquiéter, qu il s agisse de la réévaluation proposée en 2009 (date des premiers titrés ASE), ou de la possibilité offerte de nombreuses dérogations. Nous saluons toutefois la confirmation de présentation d un projet pédagogique pour la demande d autorisation, le 10% de temps hors présence enfants, tout en relevant que le contenu n est pas détaillé, et que reste en question le temps proposé pour le perfectionnement. Il est évident que l inclusion des titrés CFC ASE dans les professionnels reconnus pour l accueil collectif en préscolaire et parascolaire, ainsi que la confirmation d un engagement possible des auxiliaires jusqu à 20% du personnel signifie pour les équipes une réflexion importante sur le type de collaboration à venir, et la complémentarité à mettre en place. Un travail à venir, où nous invitons les équipes à travailler sur la question, et où une réflexion doit être menée au sein des rencontres du secteur enfance. Politique socio éducative Christian Jordan Le COPIL (comité de pilotage) L année 2006 a été l année de réflexion et remise à plat de la politique sociale en matière de protection des mineurs du canton de Vaud. Un premier projet très orienté sur les besoins du SPJ en la matière a provoqué une réaction forte et conjointe de l AVOP et de l AVTES visant à rééquilibrer le texte pour mieux tenir compte de la réalité et des besoins du terrain. L appel a été entendu, un groupe de travail élargi regroupant les différents acteurs sociaux a été mis sur pied avec pour mandat de rédiger un second projet 18

20 POLITIQUE SOCIALE sous la direction du chef de l UPPEC (Unité de Pilotage des Prestations Educatives Contractualisées). Au final chacun aura pu se féliciter de la qualité des débats et de la mise en commun des réflexions et de l engagement massif des différents interlocuteurs. Le groupe de travail élargi (GTE) travaillant selon un ordre du jour propre se sera également doté de 6 sous commissions : - modalités contractuelles - Prises en charge ambulatoires (AEMO) - prestations thérapeutiques - crise, urgence et dépannage - famille d accueil et/ou institution - rupture et fermeture à la relation d aide De la carte des prestations offertes, en passant par le financement, l accès aux prestations, leur pilotage, leur évaluation et leur contrôle, le GTE aura remis à plat l ensemble de la politique sociale en matière de protection des mineurs dans le canton. A raison de 6 à 10 séances par commission et sous-commissions, on mesure l implication des participants dont de nombreux et méritants membres AVTES (AvenirSocial) qui ont donné à tous l image de professionnels engagés et compétents (merci infiniment à eux). A l issue des délibérations du Groupe de Travail Elargi (GTE), le SPJ a remis un projet remodelé à la Conseillère d Etat Anne-Catherine Lyon qui l a approuvé sans modifications en août Il est disponible sur le site Le COPIL poursuivra ses travaux en 2007, à un rythme allégé (!) pour accompagner la mise en place de la nouvelle politique sociale en matière de protection des mineurs et constituer la caisse de résonance du terrain par rapport aux changements qui ne manqueront pas d intervenir et tenter une forme d évaluation permanente par les différents partenaires. Commission Cantonale de Protection des Mineurs Christian Jordan Instituée par la nouvelle loi Cantonale sur la Protection des Mineurs, ses membres ont été nommés par Mme la Conseillère d Etat Anne-Catherine Lyon. AvenirSocial a le plaisir d y être représenté parmi de nombreuses autres instances et organismes sociaux, scolaires, thérapeutiques, judiciaires, administratifs, associatifs, etc La commission a établi une liste des thèmes que les participants souhaitaient aborder et a établi un calendrier. La liste des thèmes prioritaires est la suivante: elle tient également compte des interpellations faites au Grand Conseil auxquels il conviendra de rendre réponse: - familles d accueil et institutions. Dans quelle mesure peut-il y avoir une plus grande part des situations prise en charge par des familles d accueil dans le cadre de l augmentation incessante des prises en charge SPJ? - création d une institution d éducation spécialisée et thérapeutique. 19

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale L Université de Fribourg; L Université de Genève; L Université de Lausanne; L Université de Neuchâtel; (ci-après désignées par «les

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations www.univ-bpclermont.fr 1 Charte de l évaluation des formations L évaluation des formations inscrit l Université Blaise

Plus en détail

REGLEMENT D ORGANISATION DE

REGLEMENT D ORGANISATION DE REGLEMENT D ORGANISATION DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE DE FORMATION DES ENSEIGNANTS Conformément au principe constitutionnel de l égalité des sexes, toute désignation de personne, de statut ou de fonction

Plus en détail

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE) 418.01 du 28 novembre 2014 (Etat le 1 er janvier 2015) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule :

CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule : CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule : La crèche de la Cigogne, en tant qu institution pour la petite enfance, poursuit les objectifs suivants : Participer, en partenariat avec

Plus en détail

dans un règlement édicté par le Conseil de domaine.

dans un règlement édicté par le Conseil de domaine. Règlement provisoire relatif à la mission Recherche appliquée et Développement dans le domaine Musique et Arts de la scène de la HES-SO Version du 4 novembre 2014 Le Rectorat de la Haute école spécialisée

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013 GUIDE D APPEL D OFFRES VOLET : ACTIVITÉS juillet 2013 à juin 2014 janvier 2013 Québec en Forme est heureux d accompagner et de soutenir Rosemont Jeunesse en santé! AVANT TOUTE CHOSE ET POUR VOUS AIDER

Plus en détail

STATUTS ARAET. Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012

STATUTS ARAET. Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012 -1- STATUTS ARAET Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012 TITRE I : Nom Buts Siège - Durée Article 1 : Nom 1.1 L Association Romande Arts, Expression et Thérapies - ARAET - est une

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE)

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE) Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE) du Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 7, al. 3, deuxième phrase, 8, al. 4, 10,

Plus en détail

LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE

LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE Préambule Différents acteurs, structures et partenaires concourent à l accueil et à

Plus en détail

Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR

Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR 20 mai 2015 Ce règlement intérieur complète et précise certains articles des statuts de l association modifiés et approuvés le

Plus en détail

Statuts de la «ChâBal» Maison de Quartier et Jardin Robinson de Châtelaine-Balexert

Statuts de la «ChâBal» Maison de Quartier et Jardin Robinson de Châtelaine-Balexert Titre I : Dénomination Durée Siège Art. 1 Dénomination Il est constitué sous le nom de «La ChâBal» Maison de quartier et Jardin Robinson de Châtelaine-Balexert une association sans but lucratif, politiquement

Plus en détail

Master en Sciences de l éducation Règlement du stage

Master en Sciences de l éducation Règlement du stage Master en Sciences de l éducation Règlement du stage adopté par le Conseil de Département des Sciences de l éducation, dans sa séance du 26.03.2015 1. Contexte Le module «Développement professionnel» du

Plus en détail

La CFDT préconise de négocier dans ce cas précis, dans un premier temps, des accords dits «de méthode».

La CFDT préconise de négocier dans ce cas précis, dans un premier temps, des accords dits «de méthode». Fiche outil 6 CONTENU DE L ACCORD Introduction «Agir contre les troubles psychosociaux, c est agir pour un travail de qualité. Il s agit de regarder la situation de travail telle qu elle est pour les salariés

Plus en détail

Comité de Coordination de Lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine REGLEMENT INTÉRIEUR

Comité de Coordination de Lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine REGLEMENT INTÉRIEUR 1 Comité de Coordination de Lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine REGLEMENT INTÉRIEUR Vu le décret n 2005-1421 du 15 novembre 2005 relat if à la coordination de lutte contre

Plus en détail

REglement d organisation de

REglement d organisation de REglement d organisation de Burkhalter Holding AG Par souci de simplicité, le texte suivant utilise uniquement la forme masculine pour les désignations comprenant des formes féminines et masculines. I.

Plus en détail

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE Le guide INFOS PRATIQUES w Mon conseil citoyen Secteur :... w Mon co-animateur élu est :... Ses coordonnées :... w Mon co-animateur habitant est :... Ses coordonnées

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

COLLABORATIONS POSSIBLES AVEC LES FUTURS ÉTUDIANTS ET LES ÉTUDIANTS (BACHELOR ET MASTER) DU DÉPARTEMENT INFORMATION DOCUMENTAIRE

COLLABORATIONS POSSIBLES AVEC LES FUTURS ÉTUDIANTS ET LES ÉTUDIANTS (BACHELOR ET MASTER) DU DÉPARTEMENT INFORMATION DOCUMENTAIRE COLLABORATIONS POSSIBLES AVEC LES FUTURS ÉTUDIANTS ET LES ÉTUDIANTS (BACHELOR ET MASTER) DU DÉPARTEMENT INFORMATION DOCUMENTAIRE Remarque : L utilisation du masculin pour désigner les personnes ne vise

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. RAISON D ÊTRE La présente charte décrit le rôle du conseil d administration (le «conseil») d Aimia Inc. (la «Société»). La présente charte est assujettie aux dispositions

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT Convention de partenariat entre l académie d Aix-Marseille et ICIMODE Prides de la filière textile habillement CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés l Etat représenté par Jean-Paul de Gaudemar,

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Plan d action annuel

Plan d action annuel Plan d action annuel Mise en contexte La Coordination ATL a pour objectif de développer l offre d accueil Temps libre sur le territoire de la Commune afin de répondre aux besoins des familles, de développer

Plus en détail

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT UNIVERSITE - ENTREPRISE

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT UNIVERSITE - ENTREPRISE Entre : CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT UNIVERSITE - ENTREPRISE UNIVERSITÉ Lille 1, Etablissement public à caractère scientifique culturel et professionnel, domicilié Cité scientifique 59655 Villeneuve

Plus en détail

Cahier des charges et procédure de nomination des Chefs de départements médicaux

Cahier des charges et procédure de nomination des Chefs de départements médicaux Cahier des charges et procédure de nomination des Chefs de départements médicaux Identification de la fonction Titre de la fonction : Rapporte au : Chef de département Directeur médical Critères d éligibilité

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor -

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor - Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie - Bachelor - Lausanne, Février 2011 Au cours de l année 2010, l Institut de Psychologie de la Faculté des sciences sociales et politiques

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Lyon, 15 16 mai 2014 Auditorium

Lyon, 15 16 mai 2014 Auditorium Cinquante-sixième Session 25/03/2014 Lyon, 15 16 mai 2014 Auditorium POINT SUR LE PROJET DE «NOUVEAU CENTRE» 1. Ce document décrit l état d avancement du projet de «Nouveau Centre» présenté dans les documents

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DE CONDITIONS DE TRAVAIL DE L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Document validé par le CHSCT au cours de sa séance du 18 septembre 2012 Mis à

Plus en détail

REGLEMENT GENERAL DES STAGES DE 2 e MASTER ET DES TRAVAUX DE FIN D ETUDES

REGLEMENT GENERAL DES STAGES DE 2 e MASTER ET DES TRAVAUX DE FIN D ETUDES COMMUNAUTE FRANÇAISE DE BELGIQUE Haute Ecole Paul-Henri SPAAK INSTITUT SUPERIEUR INDUSTRIEL DE BRUXELLES Enseignement supérieur de type long et de niveau universitaire CONSEIL DE CATEGORIE ISIB-CC-DR-04,

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

Directives de filière du Bachelor of Science HES-SO en thérapie psychomotrice

Directives de filière du Bachelor of Science HES-SO en thérapie psychomotrice Directives de filière du Bachelor of Science HES-SO en thérapie psychomotrice Version du 1 er septembre 011 Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, vu le règlement de la

Plus en détail

Bachelor of Arts Diplôme d enseignement pour les degrés préscolaire et primaire Guide du candidat au bénéfice d un Brevet d une École Normale

Bachelor of Arts Diplôme d enseignement pour les degrés préscolaire et primaire Guide du candidat au bénéfice d un Brevet d une École Normale EN BP Validation des Acquis d Expérience (VAE) Bachelor of Arts Diplôme d enseignement pour les degrés préscolaire et primaire Guide du candidat au bénéfice d un Brevet d une École Normale 1 Bases juridiques

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE DES AGENTS DU TRESOR DE COTE D IVOIRE

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE DES AGENTS DU TRESOR DE COTE D IVOIRE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE DES AGENTS DU TRESOR DE COTE D IVOIRE Le présent Règlement Intérieur a pour objet de déterminer les modalités d application des Statuts : organisation des structures

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

Bachelor en Travail social Education sociale Service social Animation socioculturelle

Bachelor en Travail social Education sociale Service social Animation socioculturelle Domaine Travail social Bachelor en Travail social Education sociale Service social Animation socioculturelle Le travail social vise à prévenir et à combattre les problèmes sociaux. Sa mission est d aider

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX DE QUARTIER Charte de fonctionnement 03 Sommaire PRÉAMBULE... 05 TITRE I - Les acteurs des instances participatives... 05 ARTICLE 1 // L élu référent de quartier... 05 ARTICLE

Plus en détail

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE N 61 Ville de Genève Département des finances et du : Audit de légalité et de gestion de la rapport publié le 14 décembre 2012 La Cour a émis 11 recommandations, toutes acceptées spontanément par l audité.

Plus en détail

Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association

Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association Préambule Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association Conformément aux termes de la Charte Lausannoise de l animation, la Ville de Lausanne donne mandat

Plus en détail

CAS HES-SO DE PRATICIENNE FORMATRICE OU DE PRATICIEN FORMATEUR GENEVE

CAS HES-SO DE PRATICIENNE FORMATRICE OU DE PRATICIEN FORMATEUR GENEVE CAS HES-SO DE PRATICIENNE FORMATRICE OU DE PRATICIEN FORMATEUR GENEVE 2015 2016 Buts La formation permet aux participants-es de développer leurs compétences spécifiques à la fonction de PF HES-SO au travers

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Guide de l employeur

Guide de l employeur L ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES un partenariat entre les employeurs et le Cégep Guide de l employeur Planifiez votre relève, embauchez un stagiaire! Guide de l employeur Service de recherche et de développement

Plus en détail

Le case management «formation professionnelle»

Le case management «formation professionnelle» Département fédéral de l'économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Formation professionnelle Le case management «formation professionnelle» Principes et mise

Plus en détail

SECRETAIRE DE CENTRE MEDICO-SOCIAL

SECRETAIRE DE CENTRE MEDICO-SOCIAL Direction des Ressources humaines SECRETAIRE MEDICO-SOCIALE H SECRETAIRE DE CENTRE MEDICO-SOCIAL POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction des

Plus en détail

Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur)

Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur) Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur) MODE DE FONCTIONNEMENT 1. Participation au Conseil mondial: Les délégués des associations membres Le bureau et les

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Enseignement de la langue des signes française en milieu scolaire de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis

Plus en détail

RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006. d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants

RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006. d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006 d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants LE CONSEIL D ÉTAT DU CANTON DE VAUD vu l ordonnance fédérale du 19 octobre 1977 réglant

Plus en détail

Règlement intérieur du Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Étudiantes de l Université Paris-Sorbonne

Règlement intérieur du Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Étudiantes de l Université Paris-Sorbonne Règlement intérieur du Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Étudiantes de l Université Paris-Sorbonne Préambule Le Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Étudiantes

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

Convention. entre. la Fédération Française et la Fédération Française

Convention. entre. la Fédération Française et la Fédération Française Convention entre la Fédération Française et la Fédération Française de Football du Sport Adapté (FFF) (FFSA) Saint-Denis, le 17 avril 2002 Convention entre la Fédération Française de Football et la Fédération

Plus en détail

N/réf. 1201 - PG/cv V/réf. Orbe, le 12 mai 2015 A rappeler dans la réponse s.v.p.

N/réf. 1201 - PG/cv V/réf. Orbe, le 12 mai 2015 A rappeler dans la réponse s.v.p. Commune d Orbe CP 32 Hôtel de Ville 1350 Orbe T +41 24 442 92 10 F +41 24 442 92 19 greffe@orbe.ch www.orbe.ch MUNICIPALITE Au Conseil communal 1350 Orbe N/réf. 1201 - PG/cv V/réf. Orbe, le 12 mai 2015

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO Ce règlement vient préciser les statuts de l Association tels qu ils ont été votés par l Assemblée Générale Extraordinaire en date du 9 janvier 2014 1. Modalités

Plus en détail

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» ****

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» **** Termes de référence «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» Contexte général **** La mobilisation nationale autour des réformes entamées depuis 2000 dans le secteur de l éducation,

Plus en détail

Commune de Bussigny-près-Lausanne

Commune de Bussigny-près-Lausanne Commune de Bussigny-près-Lausanne Municipalité AU CONSEIL COMMUNAL 1030 BUSSIGNY-PRES-LAUSANNE Bussigny-près-Lausanne, le 02 avril 2012 Préavis municipal N 07/2012 relatif à la demande de crédits d étude

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Fondée le 12 juin 1979 à la demande de Sœur Emmanuelle, l association ne poursuit pas de but politique, confessionnel ou commercial.

Fondée le 12 juin 1979 à la demande de Sœur Emmanuelle, l association ne poursuit pas de but politique, confessionnel ou commercial. STATUTS ASASE ASSOCIATION SUISSE DES AMIS DE SŒUR EMMANUELLE 19, rue du Rhône 1204 Genève T: +41 (0)22 311 20 22 F: + 41 (0)22 310 21 93 info@asase.org www.asase.org VERSION 2011 A. Raison sociale, but,

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

Commission Tripartite Romande TRAVAIL SOCIAL

Commission Tripartite Romande TRAVAIL SOCIAL Commission Tripartite Romande TRAVAIL SOCIAL Procès- verbal de la séance du 21 juin 2007 à Lausanne Foyer du Servan Présidence M. O. Grand AvenirSocial Participant-e-s Mme S. Di Stasi AVALTS Mme H. Stoffel

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

RESPONSABILITÉ DGA SG

RESPONSABILITÉ DGA SG RÈGLEMENT DE LÉGATION DE FONCTIONS ET DE POUVOIRS GÉNÉRAL - DROITS, POUVOIRS ET OBLIGATIONS 1. Adoption de toute mesure jugée appropriée pour pallier temporairement toute situation d urgence et rapport

Plus en détail

Question Hugo Raemy No 570.02 concernant l intégration des technologies de l information et de la communication dans l enseignement

Question Hugo Raemy No 570.02 concernant l intégration des technologies de l information et de la communication dans l enseignement Question Hugo Raemy No 570.02 concernant l intégration des technologies de l information et de la communication dans l enseignement Question Le Grand Conseil a adopté une conception générale de l intégration

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS 2 MISSION ET PRINCIPALES RESPONSABILITÉS Le comité de gouvernance, (le «Comité») assiste le Conseil d administration (le «Conseil») de Corporation

Plus en détail

MAISON DES SCIENCES DE L HOMME D AQUITAINE STATUTS. 10, Esplanade des Antilles Domaine Universitaire 33607 PESSAC CEDEX

MAISON DES SCIENCES DE L HOMME D AQUITAINE STATUTS. 10, Esplanade des Antilles Domaine Universitaire 33607 PESSAC CEDEX MAISON DES SCIENCES DE L HOMME D AQUITAINE STATUTS 10, Esplanade des Antilles Domaine Universitaire 33607 PESSAC CEDEX Tél. +33 (0)5 56 84 68 00 Fax +33 (0) 5 56 84 68 10 http://www.msha.fr STATUTS Modifiés

Plus en détail

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014 Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs Avril 2014 Lors de son installation, en mars 2010, Didier Migaud, Premier président, a souligné que la Cour devait s appliquer à elle-même

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

Rapport d activités 2014 Version synthétique

Rapport d activités 2014 Version synthétique Rapport d activités 2014 Version synthétique Plan d actions 2014 Rapport d activités 2015 L InterMire comme soutien logistique et administratif Organisation du Collège des Directeurs Organisation de 12

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI OMPI A/41/16 ORIGINAL : anglais DATE : 24 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI Quarante et unième série de réunions Genève, 26

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Caisse intercommunale de pensions (CIP) Edition 2014-2015

Caisse intercommunale de pensions (CIP) Edition 2014-2015 Caisse intercommunale de pensions () Edition 2014-2015 La, votre caisse de pensions Nous vous proposons ici un tour d horizon de votre institution de prévoyance, la Caisse intercommunale de pensions ().

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel Guide d utilisation du - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock Support entretien professionnel L entretien professionnel, une occasion pour l entreprise et le salarié de porter un regard sur

Plus en détail

C P P Commission paritaire professionnelle du secteur social parapublic vaudois

C P P Commission paritaire professionnelle du secteur social parapublic vaudois C P P Commission paritaire professionnelle du secteur social parapublic vaudois STATUTS - 1 - STATUTS DE LA COMMISSION PARITAIRE PROFESSIONNELLE du secteur social parapublic vaudois Article 1 Nom et Siège

Plus en détail