RISQUES BIOLOGIQUES DANS LES ACTIVITES DE TRI DE DECHETS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RISQUES BIOLOGIQUES DANS LES ACTIVITES DE TRI DE DECHETS"

Transcription

1 RISQUES BIOLOGIQUES DANS LES ACTIVITES DE TRI DE DECHETS

2 Le process Réception Déchargement Stockage Alimentation chaîne de tri Pré-tri manuel Séparation mécanique Tri manuel Stockage vrac des déchets Fabricatio n des balles (presse) Stockage balles Chargeme nt Expédition

3 Le process Réception Déchargeme nt, Stockage Alimentation chaîne de tri Pré-tri manuel Séparation mécanique Tri manuel Stockage vrac des déchets Fabrication des balles (presse) Stockage balles Chargement Expédition

4 Le process Réception Déchargement, Stockage Alimentation chaîne de tri Pré-tri manuel Séparation mécanique Tri manuel Stockage vrac des déchets Fabrication des balles (presse) Stockage balles Chargement Expédition

5 Le process Réception DéchargementS tockage Alimentation chaîne de tri Pré-tri manuel Séparation mécanique Tri manuel Stockage vrac des déchets Fabrication des balles (presse) Stockage balles Chargement Expédition

6 Le process Réception DéchargementS tockage Alimentation chaîne de tri Pré-tri manuel Séparation mécanique Tri manuel Stockage vrac des déchets Fabrication des balles (presse) Stockage balles Chargement Expédition

7 L EXPOSITION DES SALARIES Comment se transmettent les agents biologiques ou les composés biologiques? Chaîne de transmission RESERVOIR SORTIE TRANSMISSION PORTE ENTREE HÔTE

8 Sources de polluants biologiques Activités tri déchets RESERVOIR SORTIE Les matières entrantes : déchets cad papiers, cartons, résidus alimentaires Les poussières émises par le process et présentes à tout niveau du local, Les outils, ustensiles, matériels & équipements, les vêtements souillés par la matière ou les poussières lors du travail. Accessibilité permanente

9 Les Polluants biologiques Activités tri déchets Agents biologiques présents dans les matières mises en œuvre; surtout des bactéries, moisissures,... Vivants, morts ou en dormance (spores), Fragments de micro-organismes, Allergènes, toxines, constituants et métabolites associés, (comme par exemple les endotoxines), Agrégés entre eux, portés par des particules ou libres (spores).

10 RESERVOIR SORTIE TRANSMISSION La transmission Activités tri déchets Par inhalation : Des particules dispersées lors des différentes opérations de traitement des déchets (chargement trémie, crible, convoyage ), ou remises en suspension lors d opérations particulières (nettoyage, maintenance), Par les outils ou objets souillés manipulés Ex. cutters pour l ouverture des sacs, poubelles Ex. vêtements portés pendant le travail, Par portage à la bouche ou aux muqueuses (yeux) Ex. Pause cigarette, pause déjeuner, Ex. Enlèvement des gants en cours de travail,

11 Les personnes exposées Activités tri déchets RESERVOIR SORTIE TRANSMISSION PORTE ENTREE HÔTE Trieurs en cabine (pré-tri, tri, sur-tri), Personnel hors cabine : Agents de quai, Conducteurs d engin, Opérateurs de presse, Techniciens de maintenance, Opérateurs de nettoyage,

12 La toxicité des polluants biologiques Activités tri déchets Activités de tri de déchets / Effets sur la santé rapportés dans les études: Pathologies infectieuses (ex. seringue > hépatite, SIDA), Atteintes respiratoires (asthme, bronchites chroniques, oppressions thoracique, alvéolites allergiques), Syndrome toxique des poussières organiques Irritation de la peau, des muqueuses, yeux (rhinites, conjonctivite ), Pathologies digestives (symptômes gastro-intestinaux).

13 Mesurages des polluants biologiques Endotoxines dans l air, Micro-organismes vivants présents dans l air : bactéries cultivables moisissures cultivables Activités tri déchets Prélèvement individuel au niveau des voies respiratoires des opérateurs en cabine et hors cabines Prélèvements d ambiance à hauteur des voies respiratoires, par ex. : Sur le quai dans la cabine de l engin chargé de l alimentation de la trémie A l étage entre 2 trieurs optiques ou dans zone des cribles, Dans le local de supervision A l extérieur comme témoin hors pollution.

14 Les valeurs de référence Activités tri déchets Pas de Valeur Limite d Exposition Professionnelle (VLEP) pour les bioaérosols Valeurs guides : Endotoxines : 200 UE/m 3 Bactéries dans l air : UFC/m 3 sur 8h recommandations IRSST (Canada) Moisissures dans l air : UFC/m 3 sur 8 h. UE = Unité d endotoxines UFC = Unité Formant Colonie

15 Les valeurs de référence Activités tri déchets NIVEAUX D EXPOSITION SITUATION D EXPOSITION BACTERIES ou MOISISSURES NG = UFC/m 3 ENDOTOXINES NG = 200 UE/m 3 FAIBLES ACCEPTABLE < UFC/m 3 <200 UE/m 3 MOYENS NON SATISFAISANTE De à UFC/m UE/m 3 IMPORTANTS PREOCCUPANTE De à UFC/m UE/m 3 ELEVES INACCEPTABLE > UFC/m 3 > 2000 UE/m 3

16 Exemple n 1 centre de tri de déchets issus de la collecte sélective Contexte : Centre de tri «classique» avec le quai de déchargement et le stockage à l intérieur d un local de grande dimension non ventilé, Des équipements non capotés, sans captage à la source. Une cabine de pré-tri (4 postes) et une cabine de tri (10 postes) comportant un système de ventilation mécanique générale avec plénums au-dessus des postes de travail, Nouvelle CTA installée depuis environ 6 mois, bouches de soufflage neuves. Pas de pathologies déclarées mais plaintes des salariés sur un empoussièrement important, notamment à certains postes (agent de quai cartons).

17 Résultats Exemple n 1 centre de tri déchets collecte sélective Endotoxines Endotoxines NG = 200 UE/m 3 Trieur pré-tri Trieur corps creux 75.8 Trieur corps plats Effets possibles sur la santé, de type toxinique, déjà observés en milieu professionnel Opérateur quai Opérateur presse Conducteur engin quai 82.1 Ambiance pré-tri 47 Ambiance cabine tri 40 Effets sur la santé connus, probables et potentiellement graves (ODTS, obstruction bronchique ) Effets aigus ou chroniques si exposition longue et/ou répétée

18 Résultats Exemple n 1 centre de tri déchets collecte sélective MICRO-ORGANISMES en UFC/m 3 Bactéries NG = UFC/m 3 Moisissures NG = UFC/m 3 Trieur pré-tri Trieur corps creux Trieur corps plats Opérateur quai Opérateur presse Effets possibles et potentiellement sérieux sur la santé de type toxinique, immuno-allergique. Effets aggravés si exposition longue et/ou répétée. Conducteur engin quai Ambiance pré-tri Ambiance cabine tri

19 Résultats Synthèse bioaérosols Exemple n 1 Centre de tri déchets collecte sélective Les expositions individuelles aux poussières inhalables sont inférieures à 1 mg/m 3, tout comme les ambiances, Les salariés sont exposés aux bioaérosols en cabines de tri ou pré-tri ou hors cabine, Les effets sur la santé sont possibles, Les niveaux les plus élevés sont constatés chez les salariés hors cabine (> 1 million UFC/m 3 opérateur quai & presse), Les expositions au bioaérosols en cabine de pré-tri sont plus élevées qu en cabine de tri (endotoxines et flores), les niveaux sont élevés en moisissures (1 million UFC/m 3 ) Les expositions en cabine sont surtout liées à la présence de microorganismes vivants, notamment moisissures, Les ambiances de travail sont contaminées en bioaérosols, surtout en moisissures.

20 Exemple n 2 recyclage de matelas Contexte : Entreprise de recyclage de matelas : démantèlement de matelas et de sommiers pour valorisation des différents matériaux : textiles, mousse, latex, métal, bois Des équipements non capotés, sans captage à la source, Utilisation d une machine pour l ouverture des matelas ressort, non ventilée, Activités réalisées au sein d un grand hangar, sans ventilation mécanique générale, Personnel : 6 à 9 personnes dont : 4 personnes au tri démantèlement, 1 personne au compactage, 1cariste. Pas de pathologies déclarées.

21 Matelas usagés : collecte encombrants ou déchèteries Matelas neufs déclassés en provenance des fabricants Matelas usagés : commerce de matelas (reprise client) Sommiers, canapés RECEPTION DES PRODUITS TRI selon QUALITE & TYPE MATELAS MOUSSE, LATEX, LAINE TRAITEMENT = séparation des constituants MATELAS RESSORTS, PAILLES SOMMIERS COMPACTAGE en balles (tissus) ou mise en bennes (bois, fer) STOCKAGE & DEPART pour valorisation

22 ZONE DE DECHARGEMENT Réception des camions et déversement au sol (fonds mouvants) Local de grande dimension sans ventilation mécanique générale

23 ZONE DE RECEPTION : Déchargement au sol des matelas

24 ZONE DE RECEPTION : Tri des matelas selon leur nature (mousse, latex, ressorts ) Stockage temporaire sur palette par nature

25 TRI DES MATELAS : - Manutention manuelle des matelas usagés

26 QUALITE DES MATELAS Origine : déchèterie

27 TRI DES MATELAS : Déclassement de certains produits du fait d une mauvaise qualité (valorisation impossible)

28 PESEE & REPARTITION DES PALETTES Avant traitement, selon le type de matelas

29 MATELAS MOUSSE & LATEX Ouverture des matelas directement sur palette Séparation des différents textiles Compactage

30 MATELAS RESSORTS Transfert des palettes en zone séparateuse, au niveau des tables de travail / Entrée de la séparateuse

31 AUTRES MATELAS (ressorts) Transfert sur tables de travail Préparation pour passage à la séparateuse

32 OUVERTURE DES MATELAS Au cutter, sur le côté Elimination des mousses de bordure

33 INSTALLATION DES MATELAS PREPARES DANS LA SEPARATEUSE

34 SEPARATEUSE Côté broyeur (sortie des ressorts)

35 SOMMIERS Démantèlement des sommiers sur palette Puis broyage (dépôt des sommiers bois en fin de séparateuse)

36 COMPACTAGE Des différents matériaux retirés

37 STOCKAGE DES BALLES Avant départ pour valorisation

38 PRELEVEMENTS Individuels Au niveau des voies respiratoires Chef équipe (poste de compactage) 4 opérateurs : Matin : tri des matelas A-midi : 3 opérateurs à la séparateuse / 1 compactage Ambiance A hauteur des voies respiratoires Zone de travail : Matin : quai de déchargement à proximité des opérateurs A-midi : à côté de la séparateuse Zone de la presse Témoin extérieur Paramètres testés Endotoxines Bactéries et moisissures Poussières inhalables

39 RESULTATS 1/3 POUSSIERES INHALABLES Poussières inhalables VLEP = 10mg/m 3 Ambiance zone de travail 3.28 mg/m 3 Risque de dépassement VLEP Ambiance compacteuse 2.05 mg/m 3 Risque de dépassement VLEP

40 RESULTATS 2/3 Endotoxines NG = 200 UE/m 3 Opérateur n 1 Déchargement & séparateuse Opérateur n 2 Déchargement & séparateuse Opérateur n 3 Déchargement & broyeur de la séparateuse Opérateur n 4 Déchargement & presse à balles Chef équipe Presse à balles matelas mousse Ambiance zone de travail Déchargement et séparateuse En UE/m Non testé 1125 Non testé Non testé 737 Ambiance presse à balles 599

41 RESULTATS 3/3 MICRO-ORGANISMES en UFC/m 3 Opérateur tri n 1 Déchargement & séparateuse Bactéries NG = UFC/m 3 Non testé Moisissures NG = UFC/m 3 Non testé Opérateur tri n 2 Déchargement & séparateuse Opérateur tri n 3 Déchargement & broyeur de la séparateuse Opérateur tri n 4 Déchargement & presse à balles Chef équipe Presse à balles matelas mousse Ambiance zone de travail Déchargement et séparateuse Non testé Non testé Ambiance presse à balles

42 Résultats Synthèse bioaérosols Exemple n 2 Recyclage de matelas Les niveaux ambiants de poussières inhalables sont inférieures à la VLEP de 10 mg/m 3, Les salariés sont exposés aux bioaérosols, Les expositions aux bioaérosols sont surtout marquées par des niveaux élevés de bactéries Les salariés sont également exposés à des endotoxines et des moisissures, Les niveaux de bioaérosols constatés peuvent induire un risque pour la santé des salariés exposés. Les risques pour la santé sont d autant plus importants que l exposition aux bioaérosols est longue et répétée

43 Résultats Synthèse bioaérosols Exemple n 2 Recyclage de matelas Les opérations de nettoyage semblent particulièrement exposantes aux bioaérosols, en particulier aux bactéries Les environnements de travail apparaissent également très pollués par les bioaérosols, en particulier en bactéries, et dans une moindre mesure, en endotoxines et en moisissures.

44 Merci de votre attention

Les risques biologiques Repérage, analyse et prévention

Les risques biologiques Repérage, analyse et prévention Les risques biologiques Repérage, analyse et prévention Laboratoire des Biocontaminants LBC - CRAMIF Généralités sur les risques biologiques & Effets sur la santé Les secteurs professionnels concernés

Plus en détail

L EXPERTISE SANTÉ DANS LE BÂTIMENT. 8 mars 2012 Maison des énergies de Chambéry

L EXPERTISE SANTÉ DANS LE BÂTIMENT. 8 mars 2012 Maison des énergies de Chambéry AMÉLIORER LA QUALITÉDE L AIR INTÉRIEUR DANS NOS LOGEMENTS L EXPERTISE SANTÉ DANS LE BÂTIMENT 8 mars 2012 Maison des énergies de Chambéry Claire-Sophie COEUDEVEZ Accompagnement MEDIECO Formation & Conseil

Plus en détail

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >>

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> Qui est concerné? les équipages de collecte, les agents de nettoyage des bennes, les techniciens de maintenance, toute personne

Plus en détail

Les Cahiers de PRED CONSEIL

Les Cahiers de PRED CONSEIL Les Cahiers de PRED CONSEIL Série Savoir Faire & Agir N 2 Comment assainir son habitation? Introduction Azote, produits volatils toxiques, formaldéhyde Ces produits dangereux ont envahi nos maisons! Pièce

Plus en détail

Analyse de la qualité de l air en centre de tri de déchets Etude de l effet de l extension des consignes de tri des emballages plastiques

Analyse de la qualité de l air en centre de tri de déchets Etude de l effet de l extension des consignes de tri des emballages plastiques Analyse de la qualité de l air en centre de tri de déchets Etude de l effet de l extension des consignes de tri des Mars 2014 Fait pour l ADEME et Eco-Emballages par l APAVE N convention 1002C0027 Coordination

Plus en détail

Séverine KIRCHNER. Qualité de l air intérieur : un enjeu de santé publique

Séverine KIRCHNER. Qualité de l air intérieur : un enjeu de santé publique >Journée scientifique bi-académique Académie nationale de Pharmacie et Académie des Technologies Qualité de l air : de l échelle locale à l échelle planétaire Compréhension implications 25 01 12 Qualité

Plus en détail

La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants

La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants Dr. Lechevin Véronique Médecin du travail Dépt Surveillance médicale S.C.P.P. ULB - Erasme - Bordet A. Introduction

Plus en détail

des risques professionnels

des risques professionnels Prévention des risques professionnels Réparateurs automobiles Garagistes Peintres carrossiers Des gestes simples pour vous protéger Développer une allergie respiratoire, se faire mal au dos en soulevant

Plus en détail

Principales causes d humidité 28/05/2015. Gestion de l humidité dans les bâtiments: Humidité de condensation. Humidité ascensionnelle

Principales causes d humidité 28/05/2015. Gestion de l humidité dans les bâtiments: Humidité de condensation. Humidité ascensionnelle 2 Gestion de l humidité dans les bâtiments: Moisissures et santé omsept@free.fr 1 3 4 Humidité de condensation Humidité ascensionnelle Dégâts des eaux Ponts thermiques, Source ISP Bruxelles Principales

Plus en détail

Qualité de l air intérieur : enjeux sanitaires et réglementation

Qualité de l air intérieur : enjeux sanitaires et réglementation Qualité de l air intérieur : enjeux sanitaires et réglementation Hubert Boulanger ARS Lorraine Marylise Fleury DREAL Lorraine 1 Plan I) Enjeux sanitaires et principaux polluants II) Résultats de la campagne

Plus en détail

MÉMO SANTÉ. RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP

MÉMO SANTÉ. RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP MÉMO SANTÉ ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement Certains travaux vous exposent à des agents infectieux qui peuvent avoir des conséquences sur votre santé : bactéries,

Plus en détail

des risques professionnels

des risques professionnels Prévention des risques professionnels Exploitants de pressing Des gestes simples pour vous protéger Développer une allergie respiratoire ou cutanée, se faire mal au dos en manipulant des charges importantes

Plus en détail

Fiche de prévention - Réglementation

Fiche de prévention - Réglementation etin Santé Sécurité au ail dans les Collectivités N 1 - Avril Fiche de prévention - Réglementation N 2 LES PRODUITS CHIMIQUES : la fiche de donnée de sécurité & l étiquetage Mise à jour : Janvier 2011

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition de l emploi Le titulaire de la spécialité gestion des pollutions et protection de l environnement de baccalauréat professionnel est un professionnel

Plus en détail

ANNEXE 1. Supports pour l évaluation des risques

ANNEXE 1. Supports pour l évaluation des risques ANNEXE 1 Supports pour l évaluation des risques GRILLE D EVALUATION DES RISQUES Unité de travail : Date : Nombre de salariés : Rédacteurs : Risques Situations dangereuses G F RB Moyens de prévention P

Plus en détail

Utiliser en sécurité les produits dangereux

Utiliser en sécurité les produits dangereux Utiliser en sécurité les produits dangereux Savoir lire l étiquette Les nouveaux pictogrammes de danger Explosif Inflammable Comburant Gaz sous pression Corrosif Toxique/mortel Nocif/altération de la santé

Plus en détail

OUTIL D ÉVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE. Juillet 2010

OUTIL D ÉVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE. Juillet 2010 OUTIL D ÉVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE Juillet 2010 1 Évaluation du risque Zone de danger Zone d évolution de l opérateur Exposition Le risque est directement fonction de l intensité et de la durée de l

Plus en détail

Lʼindustrie Française: Une chance pour lʼhôpital vert

Lʼindustrie Française: Une chance pour lʼhôpital vert Lʼindustrie Française: Une chance pour lʼhôpital vert Lʼindustrie française, une chance pour lʼhôpital vert Pourquoi? 1 million de tonnes de déchets Les différents types de déchets Les obligations Lʼindustrie

Plus en détail

Eaux de Marseille Environnement : Trier et recycler, c est facile!

Eaux de Marseille Environnement : Trier et recycler, c est facile! Eaux de Marseille Environnement : Trier et recycler, c est facile! Contacts presse : Sophie VAGUE 04 91 57 60 76 Adeline LEVEQUE 04 91 00 68 97 Sommaire Apprendre le tri de façon ludique! Un stand informatif

Plus en détail

Projet Habitat-Santé Comment nettoyer et décontaminer une maison où il y a des moisissures?

Projet Habitat-Santé Comment nettoyer et décontaminer une maison où il y a des moisissures? Projet Habitat-Santé Comment nettoyer et décontaminer une maison où il y a des moisissures? Les moisissures se reconnaissent par des taches souvent noires. Les cernes et les gondolements indiquent la présence

Plus en détail

Les conséquences sanitaires de l exposition aux moisissures

Les conséquences sanitaires de l exposition aux moisissures Les conséquences sanitaires de l exposition aux moisissures P. Germaud Les défis bâtiments & santé, 24 mai 2012 Prévention: objectif prioritaire Voies respiratoires particulièrement vulnérables Voies aériennes

Plus en détail

COLLOQUE «Hygiène hospitalière et développement durable» Jeudi 12 mai 2011. Les déchets, en prendre soin

COLLOQUE «Hygiène hospitalière et développement durable» Jeudi 12 mai 2011. Les déchets, en prendre soin COLLOQUE «Hygiène hospitalière et développement durable» Jeudi 12 mai 2011 Les déchets, en prendre soin Estelle HAGMEYER Référent Développement Durable Hôpitaux Universitaires de Strasbourg DECHETS HOSPITALIERS

Plus en détail

Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION. Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail. Localisation de l intervention :

Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION. Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail. Localisation de l intervention : Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail Entreprise utilisatrice (client) Raison sociale : Représentée par : Coordonnées : Téléphone : Entreprise

Plus en détail

QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR

QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR La qualité de l air intérieur influence la santé et le bien-être. Les sources de pollution de l air intérieur responsables d effets sur la santé sont les agents physiques (ex.

Plus en détail

Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail

Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail de 1 2 3 Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail Objectifs Guide santé sécurité de l entretien d immeubles Ce guide aidera le personnel d entretien, les membres et les représentants des comités

Plus en détail

Le Risque Chimique : Evaluation et Prévention

Le Risque Chimique : Evaluation et Prévention Le Risque Chimique : Evaluation et Prévention Le Risque Chimique et Produits Chimiques Omniprésents dans le milieu professionnel : près de 40% des salariés sont exposés à au moins 1 produit chimique (SUMER

Plus en détail

Sommaire. 1. Paprec Group et le recyclage. 2. Des projets innovants

Sommaire. 1. Paprec Group et le recyclage. 2. Des projets innovants Sommaire 1. Paprec Group et le recyclage 2. Des projets innovants 2 Les chiffres du recyclage en France 900 millions de tonnes déchets produits en France! Agriculture: 40% BTP: 40% Industrie et distribution:

Plus en détail

1- Evolution de la réglementation relative au contrôle de l exposition professionnelle aux agents chimiques

1- Evolution de la réglementation relative au contrôle de l exposition professionnelle aux agents chimiques 1- Evolution de la réglementation relative au contrôle de l exposition professionnelle aux agents chimiques Raymond VINCENT Direction Déléguée aux Applications INRS, Centre de Lorraine raymond.vincent@inrs.fr

Plus en détail

ETUDE DE LA FREQUENCE DES AFFECTIONS PROFESSIONNELLES DE MECANISME ALLERGIQUE DANS UN ETABLISSEMENT DE SOINS

ETUDE DE LA FREQUENCE DES AFFECTIONS PROFESSIONNELLES DE MECANISME ALLERGIQUE DANS UN ETABLISSEMENT DE SOINS ETUDE DE LA FREQUENCE DES AFFECTIONS PROFESSIONNELLES DE MECANISME ALLERGIQUE DANS UN ETABLISSEMENT DE SOINS A. Semid,, D. Nafai,, F. Djouadi M. Miloudi,Y. Aouchiche CHU de Bab El Oued, Alger Introduction

Plus en détail

PRINCIPALES VERIFICATIONS PERIODIQUES REGLEMENTAIRES

PRINCIPALES VERIFICATIONS PERIODIQUES REGLEMENTAIRES PRINCIPALES VERIFICATIONS PERIODIQUES REGLEMENTAIRES OBJET : Identification des risques provenant de la défectuosité ou de la non conformité des locaux, des équipements de travail et des installations.

Plus en détail

Types de poussières de blé et effets respiratoires

Types de poussières de blé et effets respiratoires 1 12.06.2015 Hélène Niculita-Hirzel Types de poussières de blé et effets respiratoires NICULITA-HIRZEL H., WILD P., DORRIBO V., PRALONG J., REBOUX G.,DANUSER B., KRIEF P. Absence de conflits d intérêts

Plus en détail

par Sophie Delisle Médecine nucléaire Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire Fiches de médecine nucléaire n 11-1-

par Sophie Delisle Médecine nucléaire Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire Fiches de médecine nucléaire n 11-1- Fiches de médecine nucléaire n 11-1- Médecine nucléaire par Sophie Delisle Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire La gestion des déchets hospitaliers respecte une réglementation très

Plus en détail

Chantier VERT. Table des matières

Chantier VERT. Table des matières Chantier VERT Présentation réalisée par : Mr Marc Vanderick Entreprises Louis De Waele Mr Pol Vandaele CIT BLATON Table des matières Qu est ce qu un chantier vert? Pourquoi une démarche environnementale?

Plus en détail

Asthme professionnel à la crevette

Asthme professionnel à la crevette Asthme professionnel à la crevette D. Pinot 1, M.H. Bados 2, S. Delattre 3, M.P Lehucher-Michel 2 1 Service de pneumologie, Hopital Ste Marguerite Marseille 2 Consultation de Pathologie Professionnelle

Plus en détail

Pharmacothérapie des antihistaminiques...

Pharmacothérapie des antihistaminiques... Pharmacothérapie des antihistaminiques... Anti-histaminiques H1 manifestations cutanées rhinites conjonctivites éviter l usage topique Allergie: conseils à l officine Identifier la cause : médicament?

Plus en détail

Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA

Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA Sabine HOST Observatoire régional de santé d Ile-de-France Journées Rsein-OQAI,

Plus en détail

Santé Sécurité des soignants!

Santé Sécurité des soignants! CHUV Unité Santé-Sécurité au Travail Sylvie Praplan, Olivier Favre hygiénistes du travail François Heusch Ergonome Santé Sécurité des soignants! 1 Plan Tâches de l Unité Santé Sécurité au Travail Exemples

Plus en détail

Expérience d une Cellule de Conseil en Santé et Environnement Intérieur à Paris Académie de Pharmacie 7 Mars 2012

Expérience d une Cellule de Conseil en Santé et Environnement Intérieur à Paris Académie de Pharmacie 7 Mars 2012 Expérience d une Cellule de Conseil en Santé et Environnement Intérieur à Paris Académie de Pharmacie 7 Mars 2012 Docteur Fabien Squinazi Directeur Laboratoire d hygiène de la ville de Paris fabien.squinazi@paris.fr

Plus en détail

Évaluation du risque chimique et étude métrologique au sein d un atelier de plasturgie

Évaluation du risque chimique et étude métrologique au sein d un atelier de plasturgie Faculté de médecine de Dijon Présentation du secteur de la plasturgie Évaluation du risque chimique et étude métrologique au sein d un atelier de plasturgie Dr Philippe REY Mémoire présenté pour l obtention

Plus en détail

Sources de contamination. M1 = Milieu. +++ Respecter - les lieux de stockage - les conditions de stockage - l entretien

Sources de contamination. M1 = Milieu. +++ Respecter - les lieux de stockage - les conditions de stockage - l entretien Risque : M1 = Milieu Origine Risques Recommandations élémentaires Lieux concernés Microbes visés Déchets (emballages, cartons, détritus de fabrication ) Transformation de produits alimentaires Fortes si

Plus en détail

Prévention des risques chimiques en entreprise

Prévention des risques chimiques en entreprise Prévention des risques chimiques en entreprise P. BARBILLON Ingénieur-Conseil Pascale Barbillon - Ingénieur conseil 1 Démarche 1 2 Préparation de l évaluation Identification des risques 3 Hiérarchisation

Plus en détail

F I C H E D E D O N N É E S D E S É C U R I T É. Scories pour décapage Scoral

F I C H E D E D O N N É E S D E S É C U R I T É. Scories pour décapage Scoral F I C H E D E D O N N É E S D E S É C U R I T É conformément au Règlement (CE) No. 453/2010 1. Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise 1.1. Identificateur de produit Code

Plus en détail

FORMALDÉHYDE à l intérieur des locaux. Informations et conseils au consommateur

FORMALDÉHYDE à l intérieur des locaux. Informations et conseils au consommateur FORMALDÉHYDE à l intérieur des locaux Informations et conseils au consommateur FORMALDÉHYDE à l intérieur des locaux 2 Hannes Henz, Zurich / LIGNUM Le formaldéhyde, substance irritante, est indésirable

Plus en détail

Guide d aide à l évaluation des risques pour la santé et la sécurité des personnes

Guide d aide à l évaluation des risques pour la santé et la sécurité des personnes vous guider Guide d aide à l évaluation des risques pour la santé et la sécurité des personnes n ELEVAGE AVICOLE Rédacteur :... Personnes associées :... Date initiale :... Date de mise à jour :... Installation

Plus en détail

Qualité de l air intérieur

Qualité de l air intérieur Qualité de l air intérieur 1 Présentation Air PACA Association Agréée de Surveillance de la Qualité de l Air (AASQA) Association loi 1901 à but non lucratif Surveillance de la région PACA 40 ans d expérience

Plus en détail

Pollution intérieure

Pollution intérieure Pollution intérieure Effets Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2 nd ) I. Introduction De nombreuses enquêtes montrent que nous passons de plus en plus de temps dans des espaces clos (habitat, lieu

Plus en détail

Docteur Fabien SQUINAZI

Docteur Fabien SQUINAZI Docteur Fabien SQUINAZI Ancien Directeur du laboratoire d hygiène de la ville de Paris, Membre expert de l ARCAA dans le domaine de la qualité de l air Conseils pour combattre les acariens et les allergies

Plus en détail

GESTION DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS : HIÉRARCHISATION DES CONNAISSANCES ET DES EFFETS SANITAIRES

GESTION DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS : HIÉRARCHISATION DES CONNAISSANCES ET DES EFFETS SANITAIRES GESTION DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS : HIÉRARCHISATION DES CONNAISSANCES ET DES EFFETS SANITAIRES Lucie Anzivino Chargée de projets en Santé Environnement 13 ème congrès des ORS 4 avril 2013 - Bordeaux

Plus en détail

CQP Conducteur de machines

CQP Conducteur de machines DOSSIER MACHINES Validation des Acquis de l Expérience CQP Conducteur de machines Dossier support de l entretien avec le jury professionnel N ISBN: 2-9521931-2 Outil réalisé conformément au référentiel

Plus en détail

Formation du 29 novembre 2005. Les dégâts biologiques. Les dégâts biologiques

Formation du 29 novembre 2005. Les dégâts biologiques. Les dégâts biologiques Formation du 29 novembre 2005 1 Les organismes biologiques Les animaux + mammifères + insectes (complets, larves) + parasites, vers, L être humain Les microorganismes + bactéries + champignons (moisissures,

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

Individuels - équipement de protection auditive adaptée et en bon état

Individuels - équipement de protection auditive adaptée et en bon état AMBIANCES : BRUIT Source de bruit du type : - matériels, machines, outils - signaux sonores - conversation - Exposition à des amplitudes sonores trop importantes - intégration à la conception des locaux

Plus en détail

Elimination. des poussières de bois GUIDE DES BONNES PRATIQUES. Les Chambres de Métiers et de l Artisanat d Auvergne accompagnent les entreprises

Elimination. des poussières de bois GUIDE DES BONNES PRATIQUES. Les Chambres de Métiers et de l Artisanat d Auvergne accompagnent les entreprises GUIDE DES BONNES PRATIQUES Les Chambres de Métiers et de l Artisanat d Auvergne accompagnent les entreprises Elimination des poussières de bois Région Auvergne Introduction La législation actuellement

Plus en détail

Les Protections Collectives

Les Protections Collectives Les Protections Collectives Le risque d intoxication 4 voies de pénétration des toxiques dans l organisme. Voie pulmonaire : inhalation. Voie oculaire : projection. Voie cutanée : contact avec la peau.

Plus en détail

SYSTÈME DE PURIFICATION D AIR AVEC AROMATHÉRAPIE

SYSTÈME DE PURIFICATION D AIR AVEC AROMATHÉRAPIE SYSTÈME DE PURIFICATION D AIR AVEC AROMATHÉRAPIE La poussière de notre maison Il est reconnu que l air de nos maisons est rempli de poussière, de pollen, de moisissures et de milliers d autres particules

Plus en détail

Risque Chimique : Repérage des Dangers pour la Santé

Risque Chimique : Repérage des Dangers pour la Santé Risque Chimique : Repérage des Dangers pour la Santé 1 Généralités 2 Risque Chimique / Produits Chimiques : Omniprésents dans le milieu professionnel : 38% des salariés sont exposés à au moins 1 produit

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE PORTANT SUR L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE DES TRAVAILLEURS

DOCUMENT UNIQUE PORTANT SUR L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE DES TRAVAILLEURS DOCUMENT UNIQUE PORTANT SUR L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE DES TRAVAILLEURS Décret no 2001-1016 du 5 novembre 2001 Article L. 230-2 du code du travail et modifiant le code du travail (deuxième

Plus en détail

OUTIL D EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE. Octobre 2004

OUTIL D EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE. Octobre 2004 OUTIL D EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE Octobre 2004 Évaluation du risque Zone de danger Zone d évolution de l opérateur Exposition Le risque est directement fonction de l intensité et de la durée de l exposition

Plus en détail

COMMISSION DE SUIVI DE SITE

COMMISSION DE SUIVI DE SITE COMMISSION DE SUIVI DE SITE Centre de traitement multi filière SYCTOM IVRY Paris XIII Centre de tri et déchèterie exploités par SITA IDF SOMMAIRE Bassins versants Présentation du Centre de tri Bilan d

Plus en détail

Evaluation des risques professionnels dans les laboratoires du *** par le guide Déparis Laboratoire de biochimie

Evaluation des risques professionnels dans les laboratoires du *** par le guide Déparis Laboratoire de biochimie Evaluation des risques professionnels dans les laboratoires du *** par le guide Déparis Laboratoire de biochimie Coordinateur: Dr Mohamed Adnène HENCHI, M.C.A., Université de Monastir, Tunisie Participants

Plus en détail

Protégez-vous des risques professionnels. Information prévention. Vous travaillez dans un salon de coiffure? agir pour votre santé au travail

Protégez-vous des risques professionnels. Information prévention. Vous travaillez dans un salon de coiffure? agir pour votre santé au travail Information prévention agir pour votre santé au travail Vous travaillez dans un salon de coiffure? Protégez-vous des risques professionnels Association des Anciens Élèves de l'école de Coiffure «Phocéa

Plus en détail

Déchets d activités de soins à risques infectieux : pour une gestion optimale

Déchets d activités de soins à risques infectieux : pour une gestion optimale Déchets d activités de soins à risques infectieux : pour une gestion optimale Docteur Fabien Squinazi Médecin biologiste Ancien Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Membre du comité

Plus en détail

Ventilation industrielle trucs et astuces Carrefour santé Miécourt

Ventilation industrielle trucs et astuces Carrefour santé Miécourt Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d'etat à l'économie SECO Ventilation industrielle trucs et astuces Carrefour santé Miécourt Paul Madelaine

Plus en détail

Etude régionale sur le métier de monteur régleur dans l injection des matières plastiques. 17 décembre 2013

Etude régionale sur le métier de monteur régleur dans l injection des matières plastiques. 17 décembre 2013 1 Etude régionale sur le métier de monteur régleur dans l injection des matières plastiques 17 décembre 2013 Sommaire 2 Contexte, objectifs et périmètre de l étude Le métier de monteur régleur et ses spécificités

Plus en détail

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech 1 Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech La politique environnementale 2 Chaque année, la Direction s engage sur une politique environnementale en choisissant quelques objectifs prioritaires.

Plus en détail

Précautions barrière vis à vis de la grippe

Précautions barrière vis à vis de la grippe Précautions barrière vis à vis de la grippe Madame Patricia Lathière en collaboration avec Madame Sophie Steunou 05/12/2006 http://www.grippeaviaire.gouv.fr/ Transmission interhumaine Par l'intermédiaire

Plus en détail

environnement, developpement durable

environnement, developpement durable dossier de presse environnement, developpement durable Optimisation de la valorisation des déchets, Sorgues 03/2012 sélective individuelle Passage aux collectes sélectives individuelles Quartier la Peyrarde-Gentilly,

Plus en détail

Fellowes UK Yorkshire Way, West Moor Park Doncaster, South Yorkshire DN3 3FB Royaume-Uni Téléphone : + 44 (0) 1302 836800 Fax : + 44 (0) 1302 836899

Fellowes UK Yorkshire Way, West Moor Park Doncaster, South Yorkshire DN3 3FB Royaume-Uni Téléphone : + 44 (0) 1302 836800 Fax : + 44 (0) 1302 836899 SECTION 1 : IDENTIFICATION DE LA SOCIÉTÉ ET DU PRODUIT Fellowes UK Yorkshire Way, West Moor Park Doncaster, South Yorkshire DN3 3FB Royaume-Uni Téléphone : + 44 (0) 1302 836800 Fax : + 44 (0) 1302 836899

Plus en détail

Silice cristalline dans une entreprise de transport : un risque sous-évalué

Silice cristalline dans une entreprise de transport : un risque sous-évalué Silice cristalline dans une entreprise de transport : un risque sous-évalué Laurent MERCATORIS * Dr Pascale GEHIN * * ACST Strasbourg XXIII èmes Journées Franco-Suisses de Santé au Travail Chambéry, les

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Maçonnerie L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de maçonnerie-plâtrerie-carreleur peuvent être classés en trois catégories : Les déchets inertes, qui ne présentent

Plus en détail

MAXATA Version 1.1 Date de révision: : 24/08/2009

MAXATA Version 1.1 Date de révision: : 24/08/2009 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE Informations sur le produit Nom du produit : Utilisation : Herbicide Société : Nufarm S.A.S. 28, Boulevard Camélinat - BP 75 F-92233

Plus en détail

La gestion des bio-déchets en restauration collective

La gestion des bio-déchets en restauration collective La gestion des bio-déchets en restauration collective Intervention FEHAP Vendredi 27 mars 2015 Charlène Garrigues Direction QHSE Sodexo France SOMMAIRE 1. La réglementation bio-déchets 1. Une réglementation

Plus en détail

AIR EXTÉRIEUR, AIR INTÉRIEUR Transfert de la pollution extérieure vers l intérieur des locaux

AIR EXTÉRIEUR, AIR INTÉRIEUR Transfert de la pollution extérieure vers l intérieur des locaux En hiver, la pollution extérieure est dominée par les particules et le dioxyde d azote, polluants primaires émis principalement par le trafic routier, les installations de chauffage des secteurs résidentiel,

Plus en détail

Sujet national pour l ensemble des centre de gestion organisateurs TECHNICIEN PRINCIPAL TERRITORIAL DE 2 ème CLASSE CONCOURS INTERNE ET DE TROISIÈME VOIE SESSION 2014 Étude de cas portant sur la spécialité

Plus en détail

Sujet national pour l ensemble des centre de gestion organisateurs INDICATIONS DE CORRECTION

Sujet national pour l ensemble des centre de gestion organisateurs INDICATIONS DE CORRECTION Sujet national pour l ensemble des centre de gestion organisateurs TECHNICIEN PRINCIPAL TERRITORIAL DE 2 ème CLASSE CONCOURS INTERNE ET DE TROISIÈME VOIE SESSION 2014 Étude de cas portant sur la spécialité

Plus en détail

Sécurité au laboratoire de chimie

Sécurité au laboratoire de chimie Sécurité au laboratoire de chimie Règles de sécurité lors des TP de chimie : Au cours des séances de TP de chimie de l'année, les élèves sont amenés à : * utiliser de la verrerie fragile (ampoule à décanter,

Plus en détail

Jean-François BARTHÉLÉMY. Ingénieur conseil Laboratoire Interrégional de Chimie de l Est

Jean-François BARTHÉLÉMY. Ingénieur conseil Laboratoire Interrégional de Chimie de l Est Jean-François BARTHÉLÉMY Ingénieur conseil Laboratoire Interrégional de Chimie de l Est Risque chimique : contrôles des expositions atmosphériques Décret n 2009-1570 du 15 décembre 2009 Relatif au contrôle

Plus en détail

Utiliser en sécurité les produits dangereux

Utiliser en sécurité les produits dangereux Utiliser en sécurité les produits dangereux Savoir lire l étiquette Les nouveaux pictogrammes de danger 7 3 2 Explosif Inflammable Comburant 4 Gaz sous pression Corrosif Toxique/mortel 5 6 Nocif/altération

Plus en détail

PRÉVENTION ET RISQUES

PRÉVENTION ET RISQUES AIST-Recto-Verso 13/12/05 10:26 Page 1 RÉDACTION ET ÉLABORATION MÉDECINS DU TRAVAIL ET INGÉNIEUR ERGONOME DU GROUPE MÉTIERS DU BOIS DE L AIST DU PUY-DU-DÔME CHRISTOPHE BONNAUD ET ALAIN CHOY INGÉNIEURS

Plus en détail

Fiche de Données de Sécurité Selon 91/155/CEE

Fiche de Données de Sécurité Selon 91/155/CEE 1. Identification du produit et de la société Nom du produit Utilisation du produit / Préparation Fabricant La colle à joint FERMACELL Greenline est utilisée pour le traitement des joints entre plaques

Plus en détail

LES POINTS DE VIGILANCE

LES POINTS DE VIGILANCE Gestion des Déchets d Activités de Soins à Risques Infectieux (DASRI) LES POINTS DE VIGILANCE Délégation territoriale de l Essonne / département de Veille et de Sécurité Sanitaire / Contrôle et Sécurité

Plus en détail

EFFETSSURLASANTÉ. 1 er décembre 2015 1

EFFETSSURLASANTÉ. 1 er décembre 2015 1 EFFETSSURLASANTÉ 1 er décembre 2015 1 Risques liés aux activités de soudage Risque oculaire Rayonnement Champ électromagnétique Incendie Chaleur Explosion Projections Choc électrique Fumées T.M.S. Bruit

Plus en détail

nous réglons votre problème de déchets avec un concept de gestion sur mesure.

nous réglons votre problème de déchets avec un concept de gestion sur mesure. Descente nous réglons votre problème de déchets avec un concept de gestion sur mesure. Simple, efficace, avantageuse. Éco-centre Sortie Entrée Zone de livraison (Plateforme 2 m au-dessus du niveau des

Plus en détail

Projet d aseptisation des canalisations d air grâce à la technologie Vionair à l hôpital de Coulommiers.

Projet d aseptisation des canalisations d air grâce à la technologie Vionair à l hôpital de Coulommiers. Projet d aseptisation des canalisations d air grâce à la technologie Vionair à l hôpital de Coulommiers. La technologie d aseptisation des canalisations d air assure une qualité de l air répondant aux

Plus en détail

mémo santé Isolants thermiques métiers du plâtre et de l isolation Chef d entreprise artisanale

mémo santé Isolants thermiques métiers du plâtre et de l isolation Chef d entreprise artisanale mémo santé Chef d entreprise artisanale métiers du plâtre et de l isolation Isolants thermiques La pose de produits d isolation nécessite des connaissances sur les risques pour la santé. Protégez vos salariés!

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de production des Industries Chimiques : niveau III* Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification * le niveau auquel il est fait référence est celui

Plus en détail

La ventilation et son évolution

La ventilation et son évolution La ventilation et son évolution Hygroréglable Double-Flux Autoréglable Naturelle Page 1 1. La ventilation 1.1. Pourquoi? 1.2. Comment? 2. Le système double flux 3. Réglementation et installation Page 2

Plus en détail

Respect de l environnement

Respect de l environnement Respect de l environnement M ANITOU, le partenaire des professionnels de l environnement M ANITOU, leader mondial de la manutention possède une gamme de plus de 60 modèles. La France s est résolument engagée

Plus en détail

Liste de contrôle pour les procédures finales de nettoyage et de décontamination des établissements Ebola

Liste de contrôle pour les procédures finales de nettoyage et de décontamination des établissements Ebola LISTE DE CONTRÔLE Liste de contrôle pour les procédures finales de nettoyage et de décontamination des établissements Ebola Mars 2015 Prefecture/ district Emplacement Nom de l établissement Dirigé par

Plus en détail

PROTOCOLE DE SECURITE

PROTOCOLE DE SECURITE ENTREPRISE D ACCUEIL Raison sociale : PROTOCOLE DE SECURITE En application de l arrêté du 26 avril 1996 relatif aux opérations de chargement et de déchargement effectuées par une entreprise extérieure

Plus en détail

Conforme au règlement (CE) n 1907/2006 (REACH), Annexe II, modifié conformément au règlement (CE) n 453/2010-Europe

Conforme au règlement (CE) n 1907/2006 (REACH), Annexe II, modifié conformément au règlement (CE) n 453/2010-Europe FICHE DE DONNEES DE SECURITE ITSOCLEAR 1. Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Identification de la substance ou de la préparation Nom du produit : Itsoclear Code du produit

Plus en détail

La gestion des déchets de. chantier Dossier n 4 EDD1

La gestion des déchets de. chantier Dossier n 4 EDD1 La gestion des déchets de Fiche Ressource n 1 chantier Dossier n 4 EDD1 La gestion des déchets de chantier : La gestion des déchets de chantier des travaux publics est un enjeu primordial pour les générations

Plus en détail

Adhésif Q-Bond IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DU FABRICANT. : Adhésif Q-Bond. : QB1, QB2, QB3, et QB7. : Adhésif tout usage. : 27 83 246 0911 (Portable)

Adhésif Q-Bond IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DU FABRICANT. : Adhésif Q-Bond. : QB1, QB2, QB3, et QB7. : Adhésif tout usage. : 27 83 246 0911 (Portable) FICHE DE DONNEES DE SECURITE Page 1 sur 12 Produit Section 1 Nom du produit Code produit Utilisation recommandée Fabricant Adresse IDENTIFICATION DU ET DU FABRICANT : : QB1, QB2, QB3, et QB7 : Adhésif

Plus en détail

CRITERES D ADMISSION, ORGANES DE CONTRÔLE DE LA QUALITE DES MATERIAUX ET TRACABILITE DES DECHETS INERTES ADMIS SUR LES INSTALLATIONS DU GROUPE ECT

CRITERES D ADMISSION, ORGANES DE CONTRÔLE DE LA QUALITE DES MATERIAUX ET TRACABILITE DES DECHETS INERTES ADMIS SUR LES INSTALLATIONS DU GROUPE ECT CRITERES D ADMISSION, ORGANES DE CONTRÔLE DE LA QUALITE DES MATERIAUX ET TRACABILITE DES DECHETS INERTES ADMIS SUR LES INSTALLATIONS DU GROUPE ECT I- MESURES PREALABLES A L ACCEPTATION SUR SITE Au préalable

Plus en détail

LIBÉREZ-VOUS DES CÂBLES! SOLUTIONS. solutions sécurisées de radiopilotage d équipement de traitement des déchets et de protection de l environnement

LIBÉREZ-VOUS DES CÂBLES! SOLUTIONS. solutions sécurisées de radiopilotage d équipement de traitement des déchets et de protection de l environnement LIBÉREZ-VOUS DES CÂBLES! SOLUTIONS solutions sécurisées de radiopilotage d équipement de traitement des déchets et de protection de l environnement ERGONOMIE Un soin tout particulier a été apporté au design

Plus en détail

Document unique de prévention des risques professionnels sur l exploitation agricole

Document unique de prévention des risques professionnels sur l exploitation agricole Document unique de prévention des risques professionnels sur l exploitation agricole Culture de plein champ FDSEA de l Hérault Service main-d œuvre Juin 2003 Exploitation : RECOMMANDATIONS L employeur

Plus en détail

Protection contre les bioaérosols Stratégies concrètes dans les milieux industriels

Protection contre les bioaérosols Stratégies concrètes dans les milieux industriels Protection contre les bioaérosols Stratégies concrètes dans les milieux industriels Objectifs de la présentation Différencier les types de bioaérosols Connaître les principaux effets sur la santé Sélection

Plus en détail

CLORTOSINT Version 1.0 Date de révision: : 03/07/2008

CLORTOSINT Version 1.0 Date de révision: : 03/07/2008 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE Informations sur le produit Nom du produit : Utilisation : Herbicide Société : Nufarm S.A.S. 28, Boulevard Camélinat - BP 75 F-92233

Plus en détail

Déchetterie de Treffieux

Déchetterie de Treffieux Déchetterie de Treffieux Activité La déchetterie assure la collecte des déchets apportés et triés par les ménages. Les déchets sont regroupés par catégories de matériaux : déchets vert, gravats, tout venant,

Plus en détail