CADRE CONCEPTUEL INTERNATIONAL POUR LES MISSIONS D ASSURANCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CADRE CONCEPTUEL INTERNATIONAL POUR LES MISSIONS D ASSURANCE"

Transcription

1 CADRE CONCEPTUEL INTERNATIONAL POUR LES MISSIONS D ASSURANCE

2 This International Framework for Assurance Engagements, published by the International Auditing and Assurance Standards Board of the International Federation of Accountants (IFAC) in March 2008 in the English language, has been translated into French by The Canadian Institute of Chartered Accountants / L Institut Canadien des Comptables Agréés (CICA / ICCA) in December 2009, and is reproduced with the permission of IFAC. The process for translating the International Framework for Assurance Engagements was considered by IFAC and the translation was conducted in accordance with the IFAC Policy Statement Policy for Translating and Reproducing Standards. The approved text of the International Framework for Assurance Engagements is that published by IFAC in the English language. Copyright 2008 IFAC. Le présent Cadre conceptuel international pour les missions d assurance, publié en anglais par l International Federation of Accountants (IFAC) en mars 2008, a été traduit en français par l Institut Canadien des Comptables Agréés (ICCA) / The Canadian Institute of Chartered Accountants (CICA) en décembre 2009, et est reproduit avec la permission de l IFAC. Le processus suivi pour la traduction du Cadre conceptuel international pour les missions d assurance a été examiné par l IFAC et la traduction a été effectuée conformément au Policy Statement de l IFAC Policy for Translating and Reproducing Standards. La version approuvée du Cadre conceptuel international pour les missions d assurance est celle qui est publiée en langue anglaise par l IFAC IFAC Texte anglais de International Framework for Assurance Engagements 2008 par l International Federation of Accountants (IFAC). Tous droits réservés. Texte français de Cadre conceptuel international pour les missions d assurance 2009 par l International Federation of Accountants (IFAC). Tous droits réservés. Titre original : International Framework for Assurance Engagements. Numéro ISBN : Cadre conceptuel international pour les missions d assurance Page 1

3 CADRE CONCEPTUEL INTERNATIONAL POUR LES MISSIONS D ASSURANCE (En vigueur pour les rapports de missions d assurance délivrés à compter du 1 er janvier 2005) TABLE DES MATIÈRES Paragraphe Introduction Définition et objectif de la mission d assurance Champ d application du Cadre Acceptation de la mission Éléments d une mission d assurance Utilisation inappropriée du nom du professionnel en exercice Annexe : Différences entre les missions d assurance raisonnable et les missions d assurance limitée Cadre conceptuel international pour les missions d assurance Page 2

4 Introduction 1. Le présent cadre conceptuel (le «Cadre») définit et décrit les éléments et les objectifs d une mission d assurance et indique à quelles missions s appliquent les Normes internationales d audit (International Standards on Auditing ISA), les Normes internationales de missions d examen (International Standards on Review Engagements ISRE) et les Normes internationales de missions d assurance (International Standards on Assurance Engagements ISAE). Il constitue un cadre de référence : a) pour les professionnels comptables exerçant en cabinet (les «professionnels en exercice») qui réalisent des missions d assurance. Les professionnels comptables du secteur public sont visés par la section Applicabilité pour le secteur public apparaissant à la fin du Cadre. Les professionnels comptables qui n exercent ni en cabinet ni dans le secteur public sont encouragés à tenir compte du Cadre lorsqu ils réalisent des missions d assurance 1 ; b) pour les autres personnes concernées par les missions d assurance, y compris les utilisateurs visés par le rapport de mission d assurance et la partie responsable; et c) pour le Conseil des normes internationales d audit et d assurance (International Auditing and Assurance Standards Board IAASB) lors de l élaboration des normes ISA, ISRE et ISAE. 2. Le Cadre n établit pas lui-même de normes ou de procédures à suivre dans la réalisation des missions d assurance. Ce sont les normes ISA, ISRE et ISAE qui, dans le respect des concepts exposés dans le Cadre, établissent les principes de base, définissent les procédures essentielles et fournissent des indications connexes pour la réalisation des missions d assurance. Le lien entre le Cadre et les normes ISA, les normes ISRE et les normes ISAE est illustré dans la section intitulée «Structure of Pronouncements Issued by the IAASB», du Handbook of International Auditing, Assurance, and Ethics Pronouncements. 3. Le Cadre se présente comme suit : Introduction : le Cadre traite des missions d assurance réalisées par des professionnels en exercice. Il constitue un cadre de référence pour ces professionnels et les autres personnes concernées par les missions d assurance, notamment les parties ayant fait appel à leurs services; Définition et objectif de la mission d assurance : dans cette section, l on définit les missions d assurance et l on établit les objectifs des deux types de mission d assurance que le professionnel en exercice est autorisé à réaliser. Ces deux types de 1 Si un professionnel comptable n exerçant pas en cabinet, par exemple un auditeur interne, applique le présent Cadre et que a) il est fait mention du Cadre, des normes ISA, ISRE ou ISAE dans son rapport, et que b) ce professionnel comptable ou d autres membres de l équipe de mission d assurance et, le cas échéant, l employeur du professionnel comptable, ne sont pas indépendants de l entité auprès de laquelle est réalisée la mission d assurance, cette absence d indépendance et la nature du ou des liens avec l entité sont mis en évidence dans le rapport du professionnel comptable. De plus, le mot «indépendant» ne figure pas dans le titre du rapport, et l utilisation de ce rapport est restreinte à des utilisateurs ou à des fins spécifiés. Cadre conceptuel international pour les missions d assurance Page 3

5 mission sont nommés dans le Cadre «mission d assurance raisonnable» et «mission d assurance limitée» 2 ; Champ d application du Cadre : dans cette section, l on établit la distinction entre les missions d assurance et les autres missions, par exemple les missions de conseil; Acceptation de la mission : dans cette section, l on précise les caractéristiques que doit comporter une mission d assurance pour que le professionnel en exercice puisse l accepter; Éléments d une mission d assurance : dans cette section, l on énumère et analyse les cinq éléments que comportent les missions d assurance réalisées par les professionnels en exercice : relation tripartite, objet considéré, critères, éléments probants et rapport de mission d assurance. L on y décrit (ainsi que dans l Annexe) les distinctions importantes entre les missions d assurance raisonnable et les missions d assurance limitée. L on y traite également, entre autres, de la diversité des objets pouvant être considérés dans le cadre des missions d assurance, des caractéristiques que doivent présenter les critères appropriés, du rôle du risque et du caractère significatif (principe de l importance relative) dans les missions d assurance et de la façon d exprimer les conclusions dans chacun des deux types de mission d assurance; Utilisation inappropriée du nom du professionnel en exercice : cette section traite des conséquences de l association du nom du professionnel en exercice à un objet considéré. Principes déontologiques et normes de contrôle qualité 4. Outre le Cadre et les normes ISA, ISRE et ISAE, les professionnels en exercice qui réalisent des missions d assurance sont régis par : a) le Code de déontologie des professionnels comptables de l IFAC (le Code), qui établit des principes déontologiques de base pour les professionnels comptables; b) les Normes internationales de contrôle qualité (International Standards on Quality Control ISQC), qui définissent des normes et fournissent des indications applicables au système de contrôle qualité d un cabinet La partie A du Code énonce les principes déontologiques de base que tous les professionnels comptables sont tenus de respecter : a) intégrité; b) objectivité; c) compétence et diligence professionnelles; d) confidentialité; e) comportement professionnel. 6. La partie B du Code, qui ne s applique qu aux professionnels comptables exerçant en cabinet (professionnels en exercice), propose une approche conceptuelle de l indépendance qui tient 2 Dans le cas des missions d assurance portant expressément sur des informations financières historiques, les missions d assurance raisonnable sont appelées «audits» et les missions d assurance limitée sont appelées «examens». 3 Les normes ISA, ISRE et ISAE contiennent des normes et des indications supplémentaires sur les procédures de contrôle qualité applicables à des types de missions d assurance spécifiques. Cadre conceptuel international pour les missions d assurance Page 4

6 compte, pour chaque mission d assurance, des menaces à l indépendance, des sauvegardes admises et de l intérêt public. Elle impose aux cabinets et aux membres des équipes de mission d assurance d identifier et d évaluer les situations et les relations constituant des menaces à l indépendance, et de prendre des mesures appropriées pour éliminer ces menaces ou les ramener à un niveau acceptable par la mise en place de sauvegardes. Définition et objectif de la mission d assurance 7. La «mission d assurance» est une mission dans laquelle un professionnel en exercice exprime une conclusion visant à augmenter le niveau de confiance des utilisateurs visés autres que la partie responsable quant au résultat d une évaluation ou d une mesure de l objet considéré au regard de critères. 8. Le résultat de l évaluation ou de la mesure de l objet considéré est l information qui découle de l application de critères à cet objet. Par exemple : les comptabilisations, évaluations, modes de présentation et informations que renferment les états financiers (le résultat) découlent de l application d un référentiel d information financière régissant les comptabilisations, évaluations, modes de présentation et informations (les critères) par exemple les Normes internationales d information financière à la situation financière, à la performance financière et aux flux de trésorerie (l objet considéré) d une entité; une assertion sur l efficacité du contrôle interne (le résultat) découle de l application d un cadre d évaluation de l efficacité du contrôle interne (les critères) par exemple celui du COSO 4 ou du CCC 5 au processus de contrôle interne (l objet considéré). Dans la suite du Cadre, on utilisera le terme «information sur l objet considéré» pour désigner le résultat de l évaluation ou de la mesure d un objet considéré. C est au sujet de l information sur l objet considéré que le professionnel en exercice recueille des éléments probants suffisants et appropriés afin de disposer d une base raisonnable pour étayer la conclusion qu il exprime dans son rapport de mission d assurance. 9. Il se peut que l information sur l objet considéré ne soit pas exprimée correctement dans le contexte de cet objet et des critères utilisés et qu elle puisse donc comporter des anomalies parfois significatives. Cela se produit lorsque l information sur l objet considéré ne reflète pas correctement l application des critères à cet objet, par exemple lorsque les états financiers d une entité ne donnent pas, dans tous leurs aspects significatifs, une image fidèle de la situation financière a, de la performance financière et des flux de trésorerie conformément aux Normes internationales d information financière, ou lorsque l assertion d une entité selon laquelle son contrôle interne est efficace ne donne pas une image fidèle de la situation, dans tous ses aspects significatifs, selon les dispositions du COSO ou du CCC. 10. Dans certaines missions d assurance, l évaluation ou la mesure de l objet considéré est effectuée par la partie responsable et l information sur l objet considéré prend la forme d une 4 «Internal Control Integrated Framework», The Committee of Sponsoring Organizations of the Treadway Commission. 5 «Recommandations sur l évaluation du contrôle Les principes du Conseil sur les critères de contrôle», L Institut Canadien des Comptables Agréés. a Note du traducteur L expression «donnent [ ] une image fidèle» a été utilisée pour traduire à la fois les expressions «are presented fairly» et «give a true and fair view» qui, selon le paragraphe 35 de la version anglaise de la NCA 700, sont considérées comme équivalentes. Cadre conceptuel international pour les missions d assurance Page 5

7 assertion de la partie responsable qui est mise à la disposition des utilisateurs visés. Ces missions sont appelées «missions basées sur des assertions». Dans d autres missions d assurance, le professionnel en exercice effectue directement l évaluation ou la mesure de l objet considéré, ou encore obtient de la partie responsable qui en a effectué l évaluation ou la mesure une déclaration qui n est pas mise à la disposition des utilisateurs visés. L information sur l objet considéré est fournie aux utilisateurs visés dans le rapport de mission d assurance. Ces missions sont appelées «missions d appréciation directe». 11. Selon le Cadre, le professionnel en exercice est autorisé à réaliser deux types de mission d assurance : la mission d assurance raisonnable et la mission d assurance limitée. La mission d assurance raisonnable a pour objectif de ramener le risque de mission d assurance à un niveau suffisamment faible, compte tenu des circonstances de la mission 6, pour permettre l expression d une assurance sous forme positive dans la conclusion du professionnel en exercice. La mission d assurance limitée a pour objectif de ramener le risque de mission d assurance à un niveau acceptable, compte tenu des circonstances de la mission, mais plus élevé que dans le cas d une mission d assurance raisonnable, pour permettre l expression d une assurance sous forme négative dans la conclusion du professionnel en exercice. Champ d application du Cadre 12. Les missions réalisées par les professionnels en exercice ne sont pas toutes des missions d assurance. Parmi les missions fréquemment réalisées par ces derniers qui ne correspondent pas à la définition ci-dessus (et ne sont donc pas couvertes par le Cadre), il y a les suivantes : les missions régies par les Normes internationales pour les services connexes (International Standards for Related Services), telles que les missions de mise en œuvre de procédures convenues et les compilations d informations financières ou autres; la préparation de déclarations fiscales lorsqu aucune conclusion communiquant une assurance n est exprimée; les missions de conseil 7, par exemple les missions de conseil en gestion ou en fiscalité. 13. Une mission d assurance peut faire partie d une mission plus vaste; c est le cas par exemple lorsqu une mission de conseil en acquisition d entreprise comporte l obligation de fournir une 6 Les circonstances de la mission comprennent les termes et conditions de la mission, notamment s il s agit d une mission d assurance raisonnable ou d assurance limitée, les caractéristiques de l objet considéré, les critères à utiliser, les besoins des utilisateurs visés, les caractéristiques pertinentes de la partie responsable et de son environnement, et d autres éléments tels que les événements, opérations, conditions et pratiques qui peuvent avoir une incidence importante sur la mission. 7 Les missions de conseil font appel aux compétences techniques, à la formation, aux observations, à l expérience ainsi qu à la connaissance du processus de conseil du professionnel comptable. Le processus de conseil est un processus analytique qui, en règle générale, implique une combinaison d activités liées à l établissement des objectifs, à des constatations, à la définition des problèmes et des opportunités, à l évaluation des solutions possibles, à l élaboration des recommandations (par exemple des mesures à prendre), à la communication des résultats, et parfois, à la mise en œuvre et au suivi des recommandations. Si ces missions donnent lieu à des rapports, ces derniers sont généralement de forme libre. En général, les travaux sont effectués pour l usage et le bénéfice exclusifs du client. La nature et l étendue des travaux dépendent de l accord entre le professionnel comptable et le client. Tout service qui correspond à la définition de mission d assurance ne constitue pas une mission de conseil mais une mission d assurance. Cadre conceptuel international pour les missions d assurance Page 6

8 assurance sur des informations financières historiques ou prospectives. Dans de tels cas, le Cadre ne s applique qu à la partie assurance de la mission. 14. Les missions suivantes n ont pas à être réalisées selon le Cadre, même s il se peut qu elles correspondent à la définition du paragraphe 7 : a) missions de témoignage dans une procédure judiciaire sur des questions de comptabilité, d audit, de fiscalité ou autres; b) missions comportant l expression d opinions professionnelles, d avis ou d énoncés dont un utilisateur peut tirer une certaine assurance, si toutes les conditions ci-dessous sont remplies : i) ces opinions, avis ou énoncés ne sont qu accessoires par rapport à l ensemble de la mission; ii) iii) iv) Rapports de missions autres que d assurance l utilisation de tout rapport écrit est expressément limitée aux utilisateurs visés spécifiés dans le rapport; selon un accord écrit conclu avec les utilisateurs visés spécifiés, la mission n est pas censée constituer une mission d assurance; la mission n est pas présentée comme une mission d assurance dans le rapport du professionnel comptable. 15. Dans le rapport qu il délivre à la suite d une mission qui n est pas une mission d assurance au sens du Cadre, le professionnel en exercice fait clairement ressortir qu il ne s agit pas d un rapport de mission d assurance. Ainsi, afin de ne pas causer de confusion pour les utilisateurs, il évite, par exemple, dans un rapport autre qu un rapport de mission d assurance : de laisser entendre que la mission est conforme au Cadre ou aux normes ISA, ISRE ou ISAE; d utiliser de façon inappropriée les mots «assurance», «audit», ou «examen»; d inclure une déclaration que l on pourrait raisonnablement prendre pour une conclusion destinée à augmenter le degré de confiance des utilisateurs visés quant au résultat de l évaluation ou de la mesure d un objet considéré par rapport à des critères. 16. Le professionnel en exercice et la partie responsable peuvent convenir d appliquer les principes du Cadre à une mission ne comportant pas d utilisateurs visés autres que la partie responsable, mais dans laquelle toutes les autres exigences des normes ISA, ISRE ou ISAE sont respectées. Dans de tels cas, le rapport du professionnel en exercice indique que le rapport n est destiné à être utilisé que par la partie responsable. Acceptation de la mission 17. Le professionnel en exercice n accepte une mission d assurance que si sa connaissance préliminaire des circonstances de la mission indiquent : a) que les règles de déontologie pertinentes, par exemple en matière d indépendance et de compétence professionnelle, seront respectées; b) que la mission présente toutes les caractéristiques suivantes : i) l objet considéré est approprié; Cadre conceptuel international pour les missions d assurance Page 7

9 ii) iii) iv) les critères qui seront utilisés sont appropriés et les utilisateurs visés peuvent en prendre connaissance; le professionnel en exercice a accès à des éléments probants suffisants et appropriés pour étayer sa conclusion; la conclusion du professionnel en exercice, exprimée sous la forme convenant soit à une mission d assurance raisonnable, soit à une mission d assurance limitée, sera présentée dans un rapport écrit; v) le professionnel en exercice estime que la mission sert un objectif rationnel. Si l étendue des travaux du professionnel en exercice fait l objet d une limitation importante (voir le paragraphe 55), il peut être improbable que la mission serve un objectif rationnel; ou encore, il se peut que le professionnel en exercice estime que la partie faisant appel à ses services a l intention d associer son nom de façon inappropriée à l objet considéré (voir le paragraphe 61). Certaines normes ISA, ISRE ou ISAE peuvent contenir des exigences additionnelles devant être respectées avant l acceptation de la mission. 18. Lorsqu une mission potentielle ne peut être acceptée à titre de mission d assurance parce qu elle ne comporte pas toutes les caractéristiques énoncées dans le paragraphe précédent, il se peut que la partie qui fait appel au service du professionnel en exercice soit en mesure d identifier un autre type de mission qui répondra aux besoins des utilisateurs visés. Par exemple : a) si les critères prévus à l origine ne sont pas appropriés, une mission d assurance pourra quand même être réalisée dans l un ou l autre des cas suivants : i) la partie faisant appel au service du professionnel en exercice peut identifier un aspect de l objet qui devait être considéré à l origine pour lequel ces critères sont appropriés, et si le professionnel en exercice peut réaliser une mission d assurance ayant cet aspect comme objet. Dans ce cas, le rapport de mission d assurance indique clairement qu il ne porte pas sur la totalité de l objet qui devait être considéré à l origine; ou ii) s il est possible de choisir ou d élaborer des critères de remplacement appropriés pour l objet qui devait être considéré à l origine. b) La partie faisant appel au service du professionnel en exercice peut demander une mission autre qu une mission d assurance, par exemple une mission de conseil ou une mission de mise en œuvre de procédures convenues. 19. Le professionnel en exercice qui a accepté une mission d assurance ne peut, sans justification raisonnable, transformer cette mission en une mission autre que d assurance ou encore transformer une mission d assurance raisonnable en une mission d assurance limitée. Une situation nouvelle venant modifier les besoins des utilisateurs visés ou un malentendu sur la nature de la mission justifient habituellement une demande de changement. Si un tel changement est effectué, le professionnel en exercice ne fait pas abstraction des éléments probants qu il a obtenus avant le changement. Éléments d une mission d assurance 20. La présente section traite des éléments suivants d une mission d assurance : Cadre conceptuel international pour les missions d assurance Page 8

10 a) relation tripartite entre le professionnel en exercice, la partie responsable et les utilisateurs visés; b) objet approprié considéré dans le cadre de la mission; c) critères appropriés; d) éléments probants suffisants et appropriés; e) rapport de mission d assurance écrit sous la forme convenant à une mission d assurance raisonnable ou à une mission d assurance limitée. Relation tripartite 21. Les missions d assurance impliquent trois parties distinctes : le professionnel en exercice, la partie responsable et les utilisateurs visés. 22. La partie responsable et les utilisateurs visés peuvent appartenir à des entités différentes ou à une même entité. Ce dernier cas peut par exemple se présenter lorsque, dans une structure de conseil à deux niveaux, le conseil de surveillance de l entité recherche une assurance sur des informations fournies par le conseil de direction (ou directoire). La relation entre la partie responsable et les utilisateurs visés doit être vue dans le contexte propre à la mission et peut s écarter des lignes de responsabilité traditionnelles. Par exemple, la haute direction d une entité (un utilisateur visé) peut faire appel aux services du professionnel en exercice pour réaliser une mission d assurance portant sur un aspect particulier des activités de l entité qui relève de la responsabilité immédiate d un niveau de direction inférieur (la partie responsable), mais dont la haute direction a la responsabilité ultime. Professionnel en exercice 23. Le terme «professionnel en exercice» utilisé dans le Cadre est plus englobant que le terme «auditeur» utilisé dans les normes ISA et ISRE, lequel désigne uniquement le professionnel en exercice qui réalise des missions d audit ou d examen portant sur des informations financières historiques. 24. On peut demander au professionnel en exercice de réaliser des missions d assurance portant sur une grande diversité d objets. Certains objets considérés nécessitent des compétences et des connaissances spécialisées dépassant celles que possède habituellement un seul professionnel en exercice. Comme le précise l alinéa 17 a), le professionnel en exercice n accepte pas une mission si sa connaissance préliminaire du contexte de la mission lui indique que les règles de déontologie en matière de compétence professionnelle ne seront pas respectées. Dans certains cas, le professionnel en exercice peut respecter ces règles en utilisant les travaux de personnes d autres disciplines, appelées «experts». Dans de tels cas, le professionnel en exercice estime que les personnes qui réalisent la mission possèdent collectivement les aptitudes et les connaissances exigées et que son niveau de participation à la mission et de compréhension des travaux confiés à un expert donné est adéquat. Partie responsable 25. La partie responsable est la personne (ou les personnes) qui : a) dans le cas d une mission d appréciation directe, est responsable de l objet considéré; ou b) dans le cas d une mission basée sur des assertions, est responsable de l information sur l objet considéré (l assertion), et peut être responsable de l objet considéré. Un Cadre conceptuel international pour les missions d assurance Page 9

11 exemple de cas où la partie responsable est responsable à la fois de l information sur l objet considéré et de l objet considéré lui-même est celui d une entité qui retient les services d un professionnel en exercice pour réaliser une mission d assurance portant sur un rapport qu elle a elle-même préparé au sujet de ses pratiques en matière de développement durable. Un exemple de cas où la partie responsable a la responsabilité de l information sur l objet considéré mais non de l objet considéré lui-même est celui d un organisme public qui retient les services du professionnel en exercice pour réaliser une mission d assurance portant sur un rapport sur les pratiques d une entreprise privée en matière de développement durable que cet organisme a préparé et compte communiquer aux utilisateurs visés. La partie responsable n est pas nécessairement celle qui fait appel aux services du professionnel en exercice. 26. La partie responsable remet habituellement au professionnel en exercice une déclaration écrite dans laquelle l objet considéré est évalué ou mesuré au regard des critères identifiés, que cette déclaration soit destinée ou non à être mise à la disposition des utilisateurs visés en tant qu assertion. Dans une mission d appréciation directe, il se peut que le professionnel en exercice ne soit pas en mesure d obtenir une telle déclaration lorsque la partie qui fait appel à ses services n est pas également la partie responsable. Utilisateurs visés 27. Les utilisateurs visés sont la personne, les personnes ou la catégorie de personnes pour qui le professionnel en exercice prépare le rapport de mission d assurance. La partie responsable peut être l un des utilisateurs visés, mais non le seul. 28. Lorsque cela est faisable en pratique, le rapport de mission d assurance est adressé à tous les utilisateurs visés; dans certains cas, toutefois, il peut y avoir d autres utilisateurs visés. Il se peut que le professionnel en exercice ne soit pas en mesure d identifier tous ceux qui liront le rapport de mission d assurance, surtout lorsqu un grand nombre de gens y auront accès. Dans de tels cas, surtout lorsque les lecteurs potentiels sont susceptibles de s intéresser à l objet considéré pour des raisons très diverses, il serait possible de limiter les utilisateurs visés aux principales parties prenantes ayant des intérêts importants et communs. Les utilisateurs visés peuvent être définis de différentes façons, par exemple au moyen d un accord entre le professionnel en exercice et la partie responsable ou la partie faisant appel à ses services, ou par la loi. 29. Lorsque cela est faisable, les utilisateurs visés ou leurs représentants participent, avec le professionnel en exercice et la partie responsable (ainsi que la partie faisant appel aux services du professionnel en exercice si elle est différente de la partie responsable) à la définition des exigences de la mission. Toutefois, en dépit de la participation de ces autres parties, et contrairement à ce qui se passe dans une mission de mise en œuvre de procédures convenues (qui aboutit à un rapport qui présente le résultat des procédures convenues plutôt qu une conclusion) : a) le professionnel en exercice a la responsabilité de déterminer la nature, le calendrier et l étendue des procédures; et b) le professionnel en exercice est tenu d éclaircir tout point dont il prend connaissance et qui l amène à se demander si une modification significative devrait être apportée à l information sur l objet considéré. Cadre conceptuel international pour les missions d assurance Page 10

12 30. Dans certains cas, les utilisateurs visés (par exemple les banques et les autorités de réglementation) exigent ou demandent que la partie responsable (ou, si elle est différente, la partie faisant appel aux services du professionnel en exercice) fasse réaliser une mission d assurance à une fin particulière. Lorsque la mission est conçue pour des utilisateurs particuliers ou à une fin particulière, le professionnel en exercice envisage d inclure dans son rapport de mission d assurance une restriction limitant l utilisation de ce rapport à ces utilisateurs particuliers ou à cette fin particulière. Objet considéré 31. L objet considéré, et l information sur l objet considéré, d une mission d assurance peuvent prendre diverses formes, dont les suivantes : performance ou situation financière (par exemple, situation financière historique ou prospective, performance financière et flux de trésorerie), où l information sur l objet considéré peut être constituée des comptabilisations, évaluations, modes de présentation et informations qui se trouvent dans les états financiers; performance ou situation non financière (par exemple, la performance d une entité), où l information sur l objet considéré peut être un ensemble d indicateurs clés d efficience et d efficacité; caractéristiques physiques (par exemple, la capacité de production d une installation), où l information sur l objet considéré peut être un document de données techniques; systèmes et processus (par exemple, le système de contrôle interne ou le système informatique d une entité), où l information sur l objet considéré peut être une assertion concernant l efficacité; comportement (par exemple, gouvernance d entreprise, conformité avec la réglementation, pratiques en matière de ressources humaines), où l information sur l objet considéré peut être une déclaration de conformité ou une déclaration d efficacité. 32. Les objets considérés ont des caractéristiques différentes, en ce qui concerne notamment la mesure dans laquelle l information qui s y rapporte est qualitative ou quantitative, objective ou subjective, historique ou prospective, et liée à une date particulière ou à une période. Ces caractéristiques influent : a) sur la précision avec laquelle l objet peut être évalué ou mesuré en fonction des critères; b) sur le caractère plus ou moins convaincant des éléments probants disponibles. Le rapport de mission d assurance fait mention des caractéristiques qui sont particulièrement pertinentes pour les utilisateurs visés. 33. Un objet considéré est approprié : Critères a) s il est identifiable et se prête à une évaluation ou à une mesure cohérentes au regard des critères identifiés; b) si l information sur cet objet peut être soumis à des procédures permettant de recueillir des éléments probants suffisants et appropriés pour étayer une conclusion d assurance raisonnable ou limitée, selon le cas. Cadre conceptuel international pour les missions d assurance Page 11

13 34. Les critères sont les points de référence utilisés pour évaluer ou mesurer l objet considéré et comprennent, lorsque cela est pertinent, des points de référence en matière de présentation et d informations à fournir. Les critères peuvent être formels : par exemple, pour la préparation d états financiers, il peut s agir des Normes internationales d information financière ou les Normes comptables internationales du secteur public; pour un rapport portant sur le contrôle interne, il peut s agir d un cadre de contrôle interne établi ou d objectifs de contrôle interne définis spécifiquement pour la mission; pour un rapport portant sur la conformité, il peut s agir des textes légaux, réglementaires ou contractuels applicables. Un code d éthique élaboré à l interne ou un niveau de performance convenu (par exemple, le nombre de réunions qu un comité est censé tenir chaque année) constituent des exemples de critères moins formels. 35. Des critères appropriés sont nécessaires afin d aboutir à des évaluations ou à des mesures raisonnablement cohérentes dans le contexte où intervient le jugement professionnel. Sans le cadre de référence que constituent des critères appropriés, toute conclusion peut donner lieu à des interprétations individuelles ou à des malentendus. Pour être appropriés, les critères doivent convenir au contexte, c est-à-dire, être pertinents dans les circonstances de la mission. Même pour un même objet considéré, il peut y avoir des critères différents. Par exemple, si la satisfaction des clients est l objet considéré, une partie responsable donnée peut retenir comme critère le nombre de plaintes de clients résolues à la satisfaction explicite de ces derniers, alors qu une autre partie responsable peut retenir comme critère le nombre de clients qui ont fait un nouvel achat dans les trois mois suivant leur achat initial. 36. Les critères appropriés comportent les caractéristiques suivantes : a) pertinence : les critères sont pertinents s ils contribuent à des conclusions qui facilitent la prise de décisions par les utilisateurs visés; b) exhaustivité : les critères sont suffisamment exhaustifs s ils n omettent pas de facteurs pertinents qui pourraient influencer les conclusions dans les circonstances de la mission. Des critères exhaustifs comprennent, lorsque cela est pertinent, des points de référence en matière de présentation et d informations à fournir; c) fiabilité : les critères sont fiables s ils permettent d aboutir à des évaluations ou à des mesures raisonnablement cohérentes de l objet considéré, y compris, lorsque cela est pertinent, en matière de présentation et d informations à fournir, quand ils sont utilisés dans des circonstances similaires par des professionnels en exercice de compétence similaire; d) neutralité : les critères sont neutres s ils contribuent à des conclusions exemptes de parti pris; e) intelligibilité : les critères sont intelligibles s ils contribuent à des conclusions qui sont claires et complètes et qui ne se prêtent pas à des interprétations nettement différentes. Les attentes, les jugements et l expérience personnelle du professionnel en exercice ne constituent pas des critères appropriés pour l évaluation ou la mesure d un objet considéré. 37. Le professionnel en exercice détermine si les critères sont appropriés pour une mission donnée en se demandant s ils possèdent les caractéristiques susmentionnées. L importance relative de chaque caractéristique pour une mission donnée est une question de jugement. Il peut s agir de critères établis ou de critères ad hoc. Les critères établis sont ceux qui sont enchâssés dans les textes légaux ou réglementaires, ou qui sont publiés par un regroupement d experts autorisé ou reconnu suivant une procédure officielle transparente. Les critères ad Cadre conceptuel international pour les missions d assurance Page 12

14 hoc sont ceux qui sont élaborés expressément pour une mission. Le fait que les critères soient établis ou ad hoc a une incidence sur les travaux que le professionnel en exercice met en œuvre pour déterminer le caractère approprié des critères pour une mission donnée. 38. Les utilisateurs visés doivent avoir accès aux critères utilisés pour pouvoir comprendre comment l objet considéré a été évalué ou mesuré. Les critères sont mis à la disposition des utilisateurs visés par l un ou plusieurs des moyens suivants : a) en étant rendus publics; b) en étant inclus de façon claire dans la présentation de l information sur l objet considéré; c) en étant inclus de façon claire dans le rapport de mission d assurance; d) par convention générale, comme dans le cas par exemple du critère selon lequel le temps est mesuré en heures et en minutes. Il peut arriver que seul un groupe précis d utilisateurs visés aient accès aux critères, s il s agit par exemple des dispositions d un contrat ou de critères publiés par une association sectorielle et mis à la disposition des seuls membres du secteur. Lorsque les critères identifiés ne sont mis à la disposition que d un groupe précis d utilisateurs ou qu ils ne sont pertinents qu à une fin précise, l utilisation du rapport de mission d assurance est limitée à ces utilisateurs et à cette fin 8. Éléments probants 39. Le professionnel en exercice fait preuve d esprit critique tout au long de la planification et de la réalisation de la mission d assurance, de façon à obtenir des éléments probants suffisants et appropriés pour pouvoir déterminer si l information sur l objet considéré est exempte d anomalies significatives. Le professionnel en exercice tient compte du caractère significatif, du risque de mission d assurance, et de la quantité et de la qualité des éléments probants disponibles lors de la planification et de la réalisation de la mission, en particulier lors de la détermination de la nature, du calendrier et de l étendue des procédures de collecte d éléments probants. Esprit critique 40. Le professionnel en exercice fait preuve d esprit critique tout au long de la planification et de la réalisation de la mission d assurance, en étant conscient que certaines situations peuvent conduire à des anomalies significatives dans l information sur l objet considéré. Cela signifie qu il procède, en faisant preuve de scepticisme, à une appréciation critique de la validité des éléments probants, et qu il est attentif aux éléments probants qui contredisent certains documents ou certaines déclarations de la partie responsable ou font douter de leur fiabilité. Cet esprit critique est nécessaire tout au long de la mission, par exemple pour réduire le risque de ne pas déceler des situations suspectes, de tirer des conclusions trop générales de certaines observations et de s appuyer sur des hypothèses erronées pour déterminer la nature, le calendrier et l étendue des procédures de collecte d éléments probants et en évaluer les résultats. 8 Même si un rapport d assurance peut faire l objet de restrictions quant aux utilisateurs visés ou à l utilisation devant en être faite, l absence de restriction concernant un lecteur ou une fin en particulier n implique pas en soi qu il existe une responsabilité juridique du professionnel en exercice envers ce lecteur ou à l égard de cette fin. L existence d une responsabilité juridique dépend des circonstances de chaque cas et du pays en cause. Cadre conceptuel international pour les missions d assurance Page 13

15 41. Une mission d assurance implique rarement l authentification de documents et le professionnel en exercice n est pas censé être expert en matière d authentification de documents et il n est d ailleurs pas formé pour cela. Le professionnel en exercice s interroge cependant sur la fiabilité des informations à utiliser comme éléments probants, par exemple les documents photocopiés, fac-similés, filmés, numérisés ou autrement conservés sur support électronique, en tenant compte notamment des contrôles portant sur leur préparation et leur mise à jour, le cas échéant. Caractère suffisant et approprié des éléments probants 42. Le caractère suffisant correspond à la dimension quantitative des éléments probants. Le caractère approprié correspond à leur dimension qualitative, c est-à-dire à leur pertinence et à leur fiabilité. La quantité d éléments probants requis est fonction du risque que l information sur l objet considéré comporte une ou plusieurs anomalies significatives (plus le risque sera élevé, plus la quantité d éléments probants à obtenir pourra être importante), mais aussi de la qualité des éléments probants recueillis (meilleure sera la qualité, moins la quantité requise pourra être importante). Il existe donc une corrélation entre le caractère suffisant et le caractère approprié des éléments probants. Cependant, le simple fait de recueillir plus d éléments probants ne compense pas nécessairement leur faible qualité. 43. La fiabilité des éléments probants est fonction de leur source et de leur nature, et dépend des circonstances particulières dans lesquelles ils sont obtenus. On peut formuler des généralisations sur la fiabilité de divers types d éléments probants, mais ces généralisations comportent d importantes exceptions. Même lorsque les éléments probants ont été obtenus de sources externes à l entité, certaines circonstances peuvent affecter la fiabilité de l information obtenue. Par exemple, des éléments probants obtenus d une source externe indépendante peuvent ne pas être fiables si la source n est pas bien informée. Nonobstant l existence possible d exceptions, dont il faut être conscient, les généralisations suivantes concernant la fiabilité des éléments probants peuvent être utiles : les éléments probants sont plus fiables lorsqu ils sont obtenus de sources externes indépendantes de l entité; les éléments probants d origine interne sont d autant plus fiables que les contrôles connexes sont efficaces; les éléments probants recueillis directement par le professionnel en exercice (par exemple par l observation de l application d un contrôle) sont plus fiables que les éléments probants obtenus indirectement ou par déduction (par exemple, une réponse à une demande d informations sur l application d un contrôle); les éléments probants sont plus fiables lorsqu ils existent sous forme de documents, sur support papier, électronique ou autre (par exemple, un procès-verbal établi au cours d une réunion est plus fiable qu un compte rendu verbal ultérieur des questions discutées); les éléments probants sous forme de documents originaux sont plus fiables que les éléments probants sous forme de photocopies ou de fac-similés. 44. Des éléments probants cohérents entre eux et de nature différente ou de sources différentes procurent généralement au professionnel en exercice une assurance plus élevée que des éléments probants considérés isolément. De plus, l obtention d éléments probants de différentes sources ou de nature différente peut faire ressortir qu un élément probant particulier n est pas fiable. Par exemple, des informations corroborantes obtenues auprès Cadre conceptuel international pour les missions d assurance Page 14

16 d une source indépendante de l entité peuvent renforcer l assurance que procure au professionnel en exercice une déclaration de la partie responsable. Par contre, lorsque des éléments probants obtenus d une source ne sont pas cohérents avec ceux obtenus d une autre source, le professionnel en exercice détermine les procédures supplémentaires de collecte d éléments probants à mettre en œuvre pour remédier à l incohérence. 45. Pour ce qui est de l obtention d éléments probants suffisants et appropriés, il est généralement plus difficile d obtenir une assurance concernant l information sur l objet considéré si celle-ci couvre une période que si elle vise un moment précis dans le temps. Par ailleurs, les conclusions formulées au sujet de processus sont habituellement limitées à la période couverte par la mission; le professionnel en exercice ne formule pas de conclusion quant à la question de savoir si ce processus continuera de fonctionner comme prévu à l avenir. 46. Le professionnel en exercice tient compte du rapport entre les coûts liés à l obtention des éléments probants et l utilité de l information obtenue. Cependant les questions de difficulté ou de coûts ne justifient pas en soi que le professionnel en exercice omette une procédure de collecte d éléments probants pour laquelle il n existe pas de procédure de remplacement. Le professionnel en exercice exerce son jugement professionnel et fait preuve d esprit critique lorsqu il évalue la quantité et la qualité des éléments probants, c est-à-dire leur caractère suffisant et leur caractère approprié, pour étayer le rapport de mission d assurance. Caractère significatif 47. Le professionnel en exercice tient compte du caractère significatif lorsqu il détermine la nature, le calendrier et l étendue des procédures de collecte d éléments probants, et lorsqu il évalue si l information sur l objet considéré est exempte d anomalies. Cette prise en compte du caractère significatif est basée sur la compréhension et l appréciation des facteurs qui peuvent influencer les décisions des utilisateurs visés. Par exemple, lorsque les critères identifiés autorisent divers modes de présentation de l information sur l objet considéré, le professionnel en exercice se demande comment le mode de présentation adopté pourrait influencer les décisions des utilisateurs visés. Le caractère significatif est apprécié en fonction de facteurs quantitatifs et qualitatifs, tels que l ordre de grandeur relatif, la nature et l étendue de l incidence de ces facteurs sur l évaluation ou la mesure de l objet considéré, et les intérêts des utilisateurs visés. L appréciation du caractère significatif et du poids relatif des facteurs quantitatifs et qualitatifs dans une mission donnée relève du jugement du professionnel en exercice. Risque de mission d assurance 48. Le risque de mission d assurance est le risque que le professionnel en exercice exprime une conclusion inappropriée lorsque l information sur l objet considéré comporte une ou plusieurs anomalies significatives 9. Dans une mission d assurance raisonnable, le 9 a) Cela inclut le risque, dans les missions d appréciation directe où l information sur l objet considéré n est présentée que dans la conclusion du professionnel en exercice, que ce dernier conclue à tort que cet objet est conforme aux critères dans tous ses aspects significatifs, lorsqu il écrit par exemple : «À notre avis, le contrôle interne fonctionne efficacement, dans tous ses aspects significatifs, selon les critères XYZ.» b) En plus du risque de mission d assurance, le professionnel en exercice est exposé au risque d exprimer une conclusion inappropriée lorsque l information sur l objet considéré est exempte d anomalies significatives, et au risque de pertes résultant d un procès, de publicité négative ou d autres Cadre conceptuel international pour les missions d assurance Page 15

17 professionnel en exercice ramène le risque de mission à un niveau suffisamment faible, compte tenu des circonstances de la mission, pour pouvoir obtenir une assurance raisonnable comme fondement à l expression d une conclusion de forme positive. Le niveau de risque de mission d assurance est plus élevé dans une mission d assurance limitée que dans une mission d assurance raisonnable du fait des différences dans la nature, le calendrier ou l étendue des procédures de collecte d éléments probants. Toutefois, dans une mission d assurance limitée, l incidence combinée de la nature, du calendrier et de l étendue des procédures de collecte d éléments probants est au moins suffisante pour que le professionnel en exercice obtienne un niveau d assurance valable comme fondement à l expression d une conclusion de forme négative. Pour être valable, le niveau d assurance obtenu par le professionnel en exercice doit être tel qu il augmentera vraisemblablement et de façon clairement non négligeable la confiance des utilisateurs visés à l égard de l information sur l objet considéré. 49. En général, on considère que le risque de mission d assurance est constitué des composantes suivantes, qui ne sont toutefois pas nécessairement présentes ou importantes dans toutes les missions d assurance : a) le risque que l information sur l objet considéré comporte une ou plusieurs anomalies significatives, risque qui lui-même est composé de deux éléments : i) le risque inhérent : possibilité que l information sur l objet considéré comporte une anomalie significative, dans l hypothèse où il n y aurait pas de contrôles y afférents; ii) le risque lié au contrôle : risque qu une anomalie significative qui pourrait se produire ne soit ni prévenue ni détectée et corrigée en temps voulu par les contrôles internes y afférents. Lorsque le risque lié au contrôle est pertinent pour l objet considéré, il en subsiste toujours un certain niveau, en raison des limites inhérentes à la conception et au fonctionnement du contrôle interne; b) le risque de non-détection : risque que le professionnel en exercice ne détecte pas une anomalie significative existante. Le degré de prise en compte de chacune de ces composantes par le professionnel en exercice dépend des circonstances de la mission, en particulier de la nature de l objet considéré, et du fait qu il s agit d une mission d assurance raisonnable ou d une mission d assurance limitée. Nature, calendrier et étendue des procédures de collecte d éléments probants 50. La nature, le calendrier et l étendue exacts des procédures de collecte d éléments probants varie d une mission à l autre. En théorie, les variations possibles des procédures de collecte des éléments probants sont infinies. En pratique, toutefois, ces variations sont difficiles à communiquer clairement et sans ambiguïté. Le professionnel en exercice s efforce de les communiquer avec clarté et sans ambigüité en utilisant le mode d expression convenant à une mission d assurance raisonnable ou une mission d assurance limitée 10. événements découlant de l objet sur lequel porte le rapport. Ces risques ne font pas partie du risque de mission d assurance. 10 Lorsque l information sur l objet considéré comporte plusieurs aspects, des conclusions distinctes peuvent être formulées pour chacun. Même si ces conclusions ne sont pas nécessairement toutes liées au même niveau de procédures de collecte d éléments probants, chacune d entre elles est exprimée sous la forme qui convient soit à une mission d assurance raisonnable, soit à une mission d assurance limitée. Cadre conceptuel international pour les missions d assurance Page 16

18 51. La notion d «assurance raisonnable» est liée au cumul des éléments probants nécessaires pour que le professionnel en exercice puisse aboutir à une conclusion quant à l information sur l objet considéré prise dans son ensemble. Pour être en mesure d exprimer la conclusion de forme positive requise dans une mission d assurance raisonnable, le professionnel en exercice doit obtenir des éléments probants suffisants et appropriés au moyen d un processus de mission itératif et systématique qui consiste : a) à acquérir une compréhension de l objet considéré et des autres circonstances de la mission, ce qui, pour certains objets considérés, comporte l acquisition d une compréhension du contrôle interne; b) en se fondant sur cette compréhension, à évaluer les risques que l information sur l objet considéré puisse comporter une ou plusieurs anomalies significatives; c) à répondre à cette évaluation des risques, notamment en élaborant des réponses globales et en déterminant la nature, le calendrier et l étendue des procédures complémentaires à mettre en œuvre; d) à mettre en œuvre des procédures complémentaires clairement liées aux risques identifiés, faisant appel à une combinaison d inspections, d observations physiques, de demandes de confirmation, de contrôles arithmétiques, de réexécutions, de procédures analytiques et de demandes d informations. Ces procédures complémentaires comportent des procédures de corroboration, y compris, le cas échéant, l obtention d informations corroborantes auprès de sources indépendantes de la partie responsable et, selon la nature de l objet considéré, des tests sur l efficacité du fonctionnement des contrôles; e) à évaluer si les éléments probants sont suffisants et appropriés. 52. L «assurance raisonnable» se situe au-dessous de l assurance absolue. Ramener le risque de mission d assurance à zéro n est que très rarement faisable ou économiquement viable du fait de facteurs tels que les suivants : le fait que les tests portent sur une sélection d éléments; les limites inhérentes au contrôle interne; le fait que bon nombre des éléments probants que peut obtenir le professionnel en exercice sont de nature convaincante plutôt que concluante; l intervention du jugement dans la collecte et l évaluation des éléments probants et dans la formation de conclusions basées sur ces éléments probants; dans certains cas, les caractéristiques de l objet considéré lorsque celui-ci est évalué ou mesuré au regard des critères identifiés. 53. La mission d assurance raisonnable et la mission d assurance limitée requièrent l une et l autre la mise en œuvre de compétences et de techniques propres à ces missions ainsi que la collecte d éléments probants suffisants et appropriés dans le cadre d un processus de mission itératif et systématique comprenant l acquisition d une compréhension de l objet considéré et des autres circonstances de la mission. Dans une mission d assurance limitée, la nature, le calendrier et l étendue des procédures mises en œuvre pour collecter les éléments probants suffisants et appropriés sont toutefois limités de façon délibérée par rapport à ce qu ils sont dans une mission d assurance raisonnable. Il peut exister, pour certains objets considérés, des prises de position spécifiques fournissant des indications sur les procédures de collecte d éléments probants suffisants et appropriés dans une mission d assurance limitée. Par exemple, la norme ISRE 2400, «Engagements to Review Financial Statements», indique que Cadre conceptuel international pour les missions d assurance Page 17

19 les éléments probants suffisants et appropriés pour les examens d états financiers s obtiennent principalement au moyen de procédures analytiques et de demandes d informations. En l absence de prises de position pertinentes, les procédures de collecte d éléments probants suffisants et appropriés varient selon les circonstances de la mission, notamment de l objet considéré, et des besoins des utilisateurs visés et de la partie ayant fait appel aux services du professionnel en exercice, ainsi que des contraintes pertinentes de temps et de coût. Tant dans une mission d assurance limitée que dans une mission d assurance raisonnable, le professionnel en exercice qui prend connaissance d un point qui l amène à se demander si une modification significative devrait être apportée à l information sur l objet considéré devra éclaircir ce point en mettant en œuvre suffisamment d autres procédures pour être en mesure de faire rapport. Quantité et qualité des éléments probants disponibles 54. La quantité ou la qualité des éléments probants disponibles dépend : a) des caractéristiques de l objet considéré et de l information sur l objet considéré. Par exemple, il faut s attendre à trouver moins d éléments probants objectifs pour des informations prospectives que pour des informations historiques (voir le paragraphe 32); b) des circonstances de la mission autres que les caractéristiques de l objet considéré lorsque des éléments probants dont on pourrait raisonnablement s attendre à ce qu ils existent ne sont pas disponibles à cause, par exemple, de la date de nomination du professionnel en exercice, de la politique de conservation des archives d une entité ou d une restriction imposée par la partie responsable. Habituellement, les éléments probants disponibles sont de nature convaincante plutôt que concluante. 55. Il ne convient pas d exprimer une conclusion sans réserve, dans l un ou l autre type de mission d assurance, en cas de limitation significative de l étendue des travaux du professionnel en exercice, c est-à-dire quand : a) soit les circonstances empêchent le professionnel en exercice d obtenir les éléments probants nécessaires pour ramener le risque de mission au niveau approprié; b) soit la partie responsable ou la partie ayant fait appel aux services du professionnel en exercice impose à ce dernier une restriction qui l empêche d obtenir les éléments probants nécessaires pour ramener le risque de mission au niveau approprié. Rapport de mission d assurance 56. Le professionnel en exercice délivre un rapport écrit contenant une conclusion qui exprime l assurance obtenue quant à l information sur l objet considéré. Les normes ISA, ISRE et ISAE établissent les éléments de base des rapports de mission d assurance. De plus, le professionnel en exercice tient compte de ses autres responsabilités en matière de rapport, notamment celles de communiquer avec les responsables de la gouvernance lorsqu il convient de le faire. 57. Dans une mission basée sur des assertions, le libellé de la conclusion du professionnel en exercice peut : a) soit faire référence à l assertion de la partie responsable (par exemple : «À notre avis, l assertion de la partie responsable selon laquelle le contrôle interne est efficace, dans tous ses aspects significatifs, selon les critères XYZ, donne une image fidèle»); Cadre conceptuel international pour les missions d assurance Page 18

20 b) soit faire référence directement à l objet considéré et aux critères (par exemple : «À notre avis, le contrôle interne est efficace, dans tous ses aspects significatifs, selon les critères XYZ»). Dans une mission d appréciation directe, le libellé de la conclusion du professionnel en exercice fait référence directement à l objet considéré et aux critères. 58. Dans une mission d assurance raisonnable, le professionnel en exercice exprime sa conclusion sous une forme positive, par exemple : «À notre avis, le contrôle interne est efficace, dans tous ses aspects significatifs, selon les critères XYZ.» Ce mode d expression transmet une «assurance raisonnable». Ayant mis en œuvre les procédures de collecte d éléments probants dont la nature, le calendrier et l étendue étaient raisonnables compte tenu des caractéristiques de l objet considéré et des autres circonstances pertinentes de la mission décrites dans le rapport de mission d assurance, le professionnel en exercice a obtenu des éléments probants suffisants et appropriés pour ramener le risque de mission à un niveau suffisamment faible. 59. Dans une mission d assurance limitée, le professionnel en exercice exprime sa conclusion sous une forme négative, par exemple : «Au cours de nos travaux, décrits dans le présent rapport, nous n avons rien relevé qui nous porte à croire que le contrôle interne n est pas efficace, dans tous ses aspects significatifs, selon les critères XYZ.» Ce mode d expression transmet un niveau d «assurance limitée» qui est proportionnel au niveau des procédures de collecte d éléments probants appliquées par le professionnel en exercice compte tenu des caractéristiques de l objet considéré et des autres circonstances de la mission décrites dans le rapport de mission d assurance. 60. Dans l un et l autre type de mission d assurance, le professionnel en exercice n exprime pas une conclusion sans réserve lorsque les circonstances suivantes existent et que, selon son jugement, l incidence du problème est ou pourrait être significative : a) il existe une limitation de l étendue des travaux du professionnel en exercice (voir le paragraphe 55). Selon le caractère significatif et le degré plus ou moins généralisé de la limitation, le professionnel en exercice exprime alors une conclusion avec réserve ou formule une impossibilité d exprimer une conclusion. Dans certains cas, le professionnel en exercice envisage de démissionner; b) dans les cas où : i) soit la conclusion du professionnel en exercice fait référence à l assertion de la partie responsable et cette assertion ne donne pas, dans tous ses aspects significatifs, une image fidèle, ii) soit la conclusion du professionnel en exercice fait référence directement à l objet considéré et aux critères, et l information sur l objet considéré comporte une ou plusieurs anomalies significatives 11, 11 Dans les missions d appréciation directe où l information sur l objet considéré n est présentée que dans la conclusion du professionnel en exercice, si le professionnel en exercice conclut que l objet en question n est pas conforme aux critères dans tous ses aspects significatifs et écrit par exemple : «À notre avis, à l exception de [ ], le contrôle interne est efficace, dans tous ses aspects significatifs, selon les critères XYZ», cette conclusion est également considérée comme une conclusion avec réserve (ou une conclusion défavorable, selon le cas). Cadre conceptuel international pour les missions d assurance Page 19

Norme ISA 510, Audit initial Soldes d ouverture

Norme ISA 510, Audit initial Soldes d ouverture IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 510, Audit initial Soldes d ouverture Le présent document a été élaboré et approuvé par le Conseil des normes internationales

Plus en détail

Norme ISA 200, Objectifs généraux de l auditeur indépendant et réalisation d un audit conforme aux Normes internationales d audit

Norme ISA 200, Objectifs généraux de l auditeur indépendant et réalisation d un audit conforme aux Normes internationales d audit IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 200, Objectifs généraux de l auditeur indépendant et réalisation d un audit conforme aux Normes internationales

Plus en détail

Norme ISA 620, Utilisation par l auditeur des travaux d un expert de son choix

Norme ISA 620, Utilisation par l auditeur des travaux d un expert de son choix IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 620, Utilisation par l auditeur des travaux d un expert de son choix Le présent document a été élaboré et approuvé

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

CNAC. Appel à commentaires. Missions d examen. préparé par le Conseil des normes d audit et de certification

CNAC. Appel à commentaires. Missions d examen. préparé par le Conseil des normes d audit et de certification Appel à commentaires Missions d examen préparé par le Conseil des normes d audit et de certification Date limite de réception des commentaires : le 11 avril 2011 CNAC APPEL À COMMENTAIRES MISSIONS D EXAMEN

Plus en détail

Norme ISA 570, Continuité de l exploitation

Norme ISA 570, Continuité de l exploitation IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 570, Continuité de l exploitation Le présent document a été élaboré et approuvé par le Conseil des normes internationales

Plus en détail

Norme ISA 260, Communication avec les responsables de la gouvernance

Norme ISA 260, Communication avec les responsables de la gouvernance IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 260, Communication avec les responsables de la gouvernance Le présent document a été élaboré et approuvé par le

Plus en détail

Norme ISA 330, Réponses de l auditeur à l évaluation des risques

Norme ISA 330, Réponses de l auditeur à l évaluation des risques IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 330, Réponses de l auditeur à l évaluation des risques Le présent document a été élaboré et approuvé par le Conseil

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification NORMES CANADIENNES DE MISSIONS DE CERTIFICATION (NCMC) JUILLET 2015 NCMC 3000, Missions d attestation autres que les audits ou examens d informations financières historiques

Plus en détail

IFAC Board. Prise de position définitive. Norme internationale de contrôle qualité (ISQC)

IFAC Board. Prise de position définitive. Norme internationale de contrôle qualité (ISQC) IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale de contrôle qualité (ISQC) Norme ISQC 1, Contrôle qualité des cabinets réalisant des missions d audit ou d examen d états financiers, ainsi

Plus en détail

IFAC Board. Prise de position définitive. Mars 2012. Norme internationale d audit (ISA)

IFAC Board. Prise de position définitive. Mars 2012. Norme internationale d audit (ISA) IFAC Board Prise de position définitive Mars 2012 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 315 (révisée), Compréhension de l entité et de son environnement aux fins de l identification et de l évaluation

Plus en détail

Guide pour l utilisation des Normes Internationales d Audit dans l Audit des Petites et Moyennes Entreprises

Guide pour l utilisation des Normes Internationales d Audit dans l Audit des Petites et Moyennes Entreprises Guide pour l utilisation des Normes Internationales d Audit dans l Audit des Petites et Moyennes Entreprises Publié par le Comité des Cabinets d Expertise Comptable de Petite et Moyenne Taille Small and

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification NCA FÉVRIER 2015 NCA 610 : Recours à l assistance directe des auditeurs internes dans le cadre de l audit Le présent bulletin Alerte audit et certification vise à faire mieux

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n o 12 avril 2014 Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n 12 avril 2014 Le

Plus en détail

Norme ISA 550, Parties liées

Norme ISA 550, Parties liées IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 550, Parties liées Le présent document a été élaboré et approuvé par le Conseil des normes internationales d audit

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification AUDIT DES COMPTES D UN CANDIDAT À UNE ÉLECTION FÉDÉRALE AOÛT 2015 Modèle de lettre de mission d audit, modèle de lettre d acceptation et modèle de rapport de l auditeur indépendant

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-3 Réponses globales... 4-6 Procédures d'audit

Plus en détail

Norme ISA 540, Audit des estimations comptables, y compris les estimations comptables en juste valeur, et des informations y afférentes à fournir

Norme ISA 540, Audit des estimations comptables, y compris les estimations comptables en juste valeur, et des informations y afférentes à fournir IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 540, Audit des estimations comptables, y compris les estimations comptables en juste valeur, et des informations

Plus en détail

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Introduction : Dans le but d accroître la transparence et la comparabilité des rapports

Plus en détail

Guide à l intention des auditeurs d associations de circonscription enregistrées nommés en vertu de la Loi électorale du Canada.

Guide à l intention des auditeurs d associations de circonscription enregistrées nommés en vertu de la Loi électorale du Canada. <place image here> Guide à l intention des auditeurs d associations de circonscription enregistrées nommés en vertu de la Loi électorale du Canada Guide à l intention des auditeurs d associations de circonscription

Plus en détail

Exposé-sondage. Novembre 2014. Projet de prise de position conjointe

Exposé-sondage. Novembre 2014. Projet de prise de position conjointe Exposé-sondage Projet de prise de position conjointe Prise de position conjointe sur les communications avec les cabinets d avocats au sujet des réclamations en cours et des réclamations éventuelles lors

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des praticiens

Lignes directrices à l intention des praticiens Janvier 2005 Lignes directrices à l intention des praticiens Visiter notre site Web : www.cga-pdnet.org/fr-ca Le praticien exerçant seul ou au sein d un petit cabinet et l indépendance Le Code des principes

Plus en détail

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES 3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES Considérant que la révision des comptes consolidés doit s exercer conformément aux normes générales de révision; que ses caractéristiques

Plus en détail

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Le 28 mars 2006 Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Nous sommes heureux d avoir l occasion de présenter nos commentaires

Plus en détail

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant Evaluation des risques et procédures d audit en découlant 1 Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 2 Présentation NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Les NEP 315, 320, 330, 500 et 501 ont fait l objet

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

DOSSIER MODÈLE D'AUDIT NAGR OSBL DU SECTEUR PRIVÉ TABLE DES MATIÈRES GÉNÉRALE PARTIE 1 NOTIONS THÉORIQUES PARTICULARITÉS POUR LES OSBL.

DOSSIER MODÈLE D'AUDIT NAGR OSBL DU SECTEUR PRIVÉ TABLE DES MATIÈRES GÉNÉRALE PARTIE 1 NOTIONS THÉORIQUES PARTICULARITÉS POUR LES OSBL. DOSSIER MODÈLE D'AUDIT NAGR OSBL DU SECTEUR PRIVÉ GÉNÉRALE PARTIE 1 NOTIONS THÉORIQUES PARTICULARITÉS POUR LES OSBL Introduction Module 1 Contrôle de la qualité et documentation Module 2 Acceptation de

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES

NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES Introduction NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application de

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

PRESENTATION DU CADRE DE REFERENCE 2010 A LA COMMISSION DE DROIT COMPTABLE 12 Juillet 2010

PRESENTATION DU CADRE DE REFERENCE 2010 A LA COMMISSION DE DROIT COMPTABLE 12 Juillet 2010 COMMISSION DES MISSIONS COMPTABLES PRESENTATION DU CADRE DE REFERENCE 2010 A LA COMMISSION DE DROIT COMPTABLE 12 Juillet 2010 Joëlle LASRY/Guy ZERAH CREATIVE WORK Page 1 PRESENTATION GENERALE Le Conseil

Plus en détail

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme sur l indépendance Version 2.1

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme sur l indépendance Version 2.1 ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA Version 2.1 Association des comptables généraux accrédités du Canada 100 4200 North Fraser Way Burnaby (Colombie-Britannique) Canada V5J 5K7 CGA-Canada,

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

En quoi le chapitre 1591 est-il important pour moi?

En quoi le chapitre 1591 est-il important pour moi? Alerte info financière NCECF MAI 2015 Chapitre 1591, «Filiales» En septembre 2014, le Conseil des normes comptables (CNC) a publié le chapitre 1591, «Filiales», de la Partie II (Normes comptables pour

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013 États financiers de La Fondation canadienne du rein Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats... 3 État de l évolution des soldes de fonds... 4 État de la situation financière... 5 État

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

Document d information

Document d information Document d information Direction des finances municipales Janvier 2008 ISBN 978-2-550-51851-8 (PDF seulement) (3 e édition) ISBN 978-2-550-49637-3 (PDF seulement) (1 re édition) La consolidation des états

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL MISSIONS DE COMPILATION TABLE DES MATIÈRES. Page INTRODUCTION

RÉFÉRENTIEL MISSIONS DE COMPILATION TABLE DES MATIÈRES. Page INTRODUCTION INTRODUCTION 1 Le référentiel... 1 2 Structure du Manuel de l ICCA Certification... 2 3 Structure et contenu de la section Autres normes canadiennes (ANC) applicable aux missions de compilation... 5 4

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI

++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI ++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI Réglementation de la profession d expert comptable en Tunisie - Loi 88-108 du 18 août 1988, portant refonte de la législation relative à

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick. États financiers

Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick. États financiers Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick États financiers États financiers CONTENU Rapport de l auditeur indépendant 3 État de la situation financière 4 État des résultats 5 État des flux de

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente charte

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement

Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement MESURE 1 - ANNEXE Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement Responsabilité découlant de situations critiques pour l environnement Les Parties, Préambule

Plus en détail

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 18 octobre

Plus en détail

CADRE CONCEPTUEL DE LA COMPTABILITE FINANCIERE

CADRE CONCEPTUEL DE LA COMPTABILITE FINANCIERE CADRE CONCEPTUEL DE LA COMPTABILITE FINANCIERE OBJECTIFS DU CADRE CONCEPTUEL 01 - Le cadre conceptuel de la comptabilité financière constitue la structure de référence théorique qui sert de support et

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011

É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011 É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011 RAPPORT DES VÉRIFICATEURS Au conseil des Biens non publics Nous avons vérifié

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS L AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTRE MENTS INTERNET

ÉTATS FINANCIERS L AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTRE MENTS INTERNET ÉTATS FINANCIERS L AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTRE MENTS INTERNET Exercices clos les 31 mars 2014 et 2013 États financiers Page Rapport des auditeurs indépendants 1-2 État de la situation financière

Plus en détail

RÉSULTATS FINANCIERS États financiers consolidés

RÉSULTATS FINANCIERS États financiers consolidés RÉSULTATS FINANCIERS États financiers consolidés RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION À L ÉGARD DE L INFORMATION FINANCIÈRE La direction de La Banque Toronto-Dominion (la Banque) et de ses filiales est responsable

Plus en détail

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 Association des comptables généraux accrédités du Canada 100 4200 North Fraser Way Burnaby

Plus en détail

EVALUATION DU CONTRÔLE INTERNE POUR APPRECIER LE RISQUE D AUDIT

EVALUATION DU CONTRÔLE INTERNE POUR APPRECIER LE RISQUE D AUDIT EVALUATION DU CONTRÔLE INTERNE POUR APPRECIER LE RISQUE D AUDIT Pourquoi une approche par les risques? L approche par les risques en résumé Généralités sur le contrôle interne Définitions du C.I 5 composantes

Plus en détail

Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés)

Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés) Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés) INTRODUCTION Historique 1. Le 6 octobre 1989, le Conseil de l IRE a approuvé une recommandation de révision

Plus en détail

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.)

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) 31 mars 2015 Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des revenus et dépenses et de l actif net... 3 État de

Plus en détail

Formulaire d évaluation du stage d expérience pratique - cheminement CPA, CGA

Formulaire d évaluation du stage d expérience pratique - cheminement CPA, CGA 5, Place Ville Marie, bureau 800 Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Formulaire d évaluation du stage d expérience pratique - cheminement CPA,

Plus en détail

Une vision claire des IFRS

Une vision claire des IFRS Juillet 2014 Secteur des produits industriels Une vision claire des IFRS Perspectives sectorielles sur IFRS 15 La nouvelle norme sur les produits des activités ordinaires pourrait avoir des répercussions

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS Le 12 septembre 2013 Introduction ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS PRINCIPE DIRECTEUR N O 2 DE L ACFM NORMES MINIMALES DE SURVEILLANCE DES COMPTES Le présent Principe directeur fixe

Plus en détail

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Code des principes d éthique et règles de conduite Version 2.14

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Code des principes d éthique et règles de conduite Version 2.14 ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA Code des principes d éthique et règles de conduite Version 2.14 ISBN : 1-55219-024-2 On peut se procurer des exemplaires supplémentaires du présent

Plus en détail

FIBROSE KYSTIQUE CANADA

FIBROSE KYSTIQUE CANADA États financiers de FIBROSE KYSTIQUE CANADA KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (416) 228-7000 Yonge Corporate Centre Télécopieur (416) 228-7123 4100, rue Yonge, Bureau 200 Internet www.kpmg.ca Toronto

Plus en détail

R A P P O R T 2 0 1 1 A N N U E L 2 0 1 2

R A P P O R T 2 0 1 1 A N N U E L 2 0 1 2 RAPPORT ANNUEL 2011 201 2 MOT DU PRÉSIDENT La Fondation de l Ordre des ingénieurs du Québec remet son premier rapport annuel, au terme d une première année complète d activité. Dès la création de la Fondation

Plus en détail

Objet : Commentaires relatifs à l exposé-sondage IES 6, Évaluation de la compétence professionnelle (Assessment of Professional Competence)

Objet : Commentaires relatifs à l exposé-sondage IES 6, Évaluation de la compétence professionnelle (Assessment of Professional Competence) Le 27 juillet 2011 Affiché sur le site Web : http://www.ifac.org/ Monsieur David McPeak Directeur technique Conseil des normes internationales de la formation comptable International Accounting Education

Plus en détail

États financiers consolidés du GROUPE CGI INC.

États financiers consolidés du GROUPE CGI INC. États financiers consolidés du Pour les exercices clos les 30 septembre 2011 et 2010 Rapport de la direction et des auditeurs DÉCLARATION CONCERNANT LA RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION À L ÉGARD DE LA COMMUNICATION

Plus en détail

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 États financiers du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (613) 212-KPMG (5764) Bureau 1800 Télécopieur (613) 212-2896 150, rue Elgin Internet www.kpmg.ca

Plus en détail

Guide sur le contrôle qualité pour les cabinets de petite et de moyenne taille. Deuxième édition

Guide sur le contrôle qualité pour les cabinets de petite et de moyenne taille. Deuxième édition Guide sur le contrôle qualité pour les cabinets de petite et de moyenne taille Deuxième édition Small and Medium Practices Committee International Federation of Accountants 545 Fifth Avenue, 14th Floor

Plus en détail

2 3 4 AUtre 26 Colombie- Britannique 160 Provinces DE L ATLANTIQUE 68 PROVINCES DES PRAIRIES 223 ONTARIO 656 QUÉBEC 1 217 0 5 10 15 20 25 30 0 5 10 15 20 25 30 35 0 10 20 30 40 50 60 ATTEINTE D UN RÈGLEMENT

Plus en détail

Énoncé de principes. AcSB/PSAB. Amélioration des normes pour les organismes sans but lucratif

Énoncé de principes. AcSB/PSAB. Amélioration des normes pour les organismes sans but lucratif Énoncé de principes Amélioration des normes pour les organismes sans but lucratif (Applicable aux organismes sans but lucratif [OSBL] des secteurs privé et public qui utilisent les normes pour les OSBL

Plus en détail

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS Au 31 mars 2014 Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l. 2000 Manulife Place 10180 101 Street Edmonton (Alberta) T5J 4E4 Canada Tél. : 780-421-3611

Plus en détail

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10)

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) Le document ICH Q10 sur le

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

Les principes du professionnalisme

Les principes du professionnalisme 1. Au sein de la profession actuarielle, le professionnalisme signifie : l application des connaissances et du savoir-faire spécialisés de l actuaire; un comportement éthique, plus particulièrement dans

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières

Bureau du surintendant des institutions financières Bureau du surintendant des institutions financières Rapport de la Vérification interne sur le Groupe des assurances multirisques (GAM), Secteur de la surveillance Juin 2013 Table des matières 1. Contexte...

Plus en détail

Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec. États financiers 31 décembre 2007

Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec. États financiers 31 décembre 2007 Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec États financiers Le 26 mai 2008 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l. Comptables agréés Place de la Cité, Tour Cominar 2640, boulevard

Plus en détail

audit et certification BULLETIN

audit et certification BULLETIN Mars 2012 Le bulletin Audit et certification est préparé par les permanents du Service des normes d audit et de certification. Il n est pas publié sous l autorité du Conseil des normes d audit et de certification

Plus en détail

Évaluation de Reading, de la lecture et des notions de calcul des élèves de 3 e année et évaluation de la lecture des élèves de 4 e année d immersion

Évaluation de Reading, de la lecture et des notions de calcul des élèves de 3 e année et évaluation de la lecture des élèves de 4 e année d immersion Évaluation de Reading, de la lecture et des notions de calcul des élèves de 3 e année et évaluation de la lecture des élèves de 4 e année d immersion française É VALUATION DE R EADING, DE LA LECTURE ET

Plus en détail

Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité

Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité Ébauche de note éducative Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité Commission des rapports financiers

Plus en détail

ESGIS AUDIT COMPTABLE ET FINANCIER. SUPPORT DE COURS MASTER Mr WHANNOU SERGE

ESGIS AUDIT COMPTABLE ET FINANCIER. SUPPORT DE COURS MASTER Mr WHANNOU SERGE ESGIS AUDIT COMPTABLE ET FINANCIER SUPPORT DE COURS MASTER Mr WHANNOU SERGE 1 SYLLABUS DU COURS I- OBJECTIF Donner aux étudiants les concepts fondamentaux, les techniques et les outils les plus efficaces

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES ACHATS

POLITIQUE SUR LES ACHATS POLITIQUE SUR LES ACHATS Adoption : Conseil d administration du RCDR, 24 février 2006 Dernière révision : Conseil d administration du RCDR, 19 mars 2014 1. OBJET Définir les responsabilités et les obligations

Plus en détail

POLITIQUE EUROPÉENNE APPLIQUÉE AUX SITES INTERNET DES ENTREPRENEURS INDÉPENDANTS AMWAY

POLITIQUE EUROPÉENNE APPLIQUÉE AUX SITES INTERNET DES ENTREPRENEURS INDÉPENDANTS AMWAY BIEN- ÊTRE MAISON BEAUTÉ VOTRE ACTIVITÉ VOTRE ACTIVITÉ MAISON BEAUTÉ BIEN- ÊTRE VOTRE ACTIVITÉ MAISON BEAUTÉ POLITIQUE EUROPÉENNE APPLIQUÉE AUX BIEN- ÊTRE SITES INTERNET DES ENTREPRENEURS INDÉPENDANTS

Plus en détail

MANUEL DE MÉTHODOLOGIE GÉNÉRALE

MANUEL DE MÉTHODOLOGIE GÉNÉRALE MANUEL DE MÉTHODOLOGIE GÉNÉRALE Méthodologie d audit de la Cour des comptes du Canton de Vaud Volume 1 septembre 2009 «Le contrôle des finances publiques n est pas une fin en soi mais il est un élément

Plus en détail

Outil d autoévaluation LPRPDE. Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques

Outil d autoévaluation LPRPDE. Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques Outil d autoévaluation LPRPDE Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques table des matières Utilité de cet outil... 3 Utilisation de cet outil... 4 PARTIE 1 : Guide

Plus en détail

Politique de gestion des risques

Politique de gestion des risques Objectif de la politique La gestion efficace des risques vise à assurer la continuité des opérations, le maintien de la qualité des services et la protection des actifs des organisations. Plus formellement,

Plus en détail

PROFESSIONNEL AUPRES DE L ENTITE

PROFESSIONNEL AUPRES DE L ENTITE AVANT-PROPOS MISSION D EXAMEN LIMITE : UNE MISSION QUI CONSOLIDE LE ROLE DU PROFESSIONNEL AUPRES DE L ENTITE La mission d examen limité des comptes est une mission d assurance de niveau modéré, sur la

Plus en détail

Historique des normes et des règlements encadrant les contrôles internes

Historique des normes et des règlements encadrant les contrôles internes Nouvelles normes techniques pour les audits financiers : Comment les auditeurs informatiques réunissent des éléments probants afin d évaluer les contrôles internes Tommie Singleton, Ph. D., CISA, CMA,

Plus en détail

Objet : Processus de déclaration proposé pour l application des avantages en vertu d une convention concernant des sommes payées à des non-résidents

Objet : Processus de déclaration proposé pour l application des avantages en vertu d une convention concernant des sommes payées à des non-résidents Le Comité mixte sur la fiscalité de l Association du Barreau canadien et de l Institut Canadien des Comptables agréés L Institut Canadien des Comptables agréés, 277, rue Wellington Ouest, Toronto (Ontario)

Plus en détail

i) Types de questions Voici les lignes directrices pour chaque type de question ainsi que la pondération approximative pour chaque type :

i) Types de questions Voici les lignes directrices pour chaque type de question ainsi que la pondération approximative pour chaque type : Raison d être Plan des examens Audit interne et contrôles internes [MU1] 2011-2012 Les examens Audit interne et contrôles internes [MU1] ont été élaborés à l aide d un plan d examen. Le plan d examen,

Plus en détail

CRIPP Guide Pratique AUDITER L ENVIRONNEMENT DE CONTRÔLE

CRIPP Guide Pratique AUDITER L ENVIRONNEMENT DE CONTRÔLE CRIPP Guide Pratique AUDITER L ENVIRONNEMENT DE CONTRÔLE Avril 2011 AUDITER L ENVIRONNEMENT DE CONTRÔLE Sommaire Synthèse... 3 Introduction... 5 L environnement de contrôle de l organisation... 6 Périmètre

Plus en détail

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Importance d un programme de sécurité et de santé 1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Raison d être d un programme de sécurité et de santé Un bon programme de sécurité et de santé dans

Plus en détail

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers.

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers. Avis relatif à l application du Règlement sur l exercice des activités des représentants, R.R.Q., c. 9.2, r. 10 (Loi sur la distribution de produits et services financiers) Le présent avis s adresse à

Plus en détail