Une course contre la mort! Dr Gutzwiller Claude SMUR Saverne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une course contre la mort! Dr Gutzwiller Claude SMUR Saverne"

Transcription

1 Procédure à cœur arrêté Une course contre la mort! Dr Gutzwiller Claude SMUR Saverne

2 Cas clinique 02/11/07 première mise en œuvre de la procédure cœur arrêté Appel au centre 15 à 5h50 ( T0 ) Localité située à environ 40km de Strasbourg Homme de 27 ans inconscient avec des difficultés s respiratoires Les moyens les plus proches sont déclenchés

3 Cas clinique Évolution clinique rapide vers un arrêt t cardio-respiratoire respiratoire Famille démarre d un massage cardiaque à T + 5 min A T + 45 min un premier bilan SMUR : patient toujours en asystolie après 20 min de réanimation r spécialis cialisée

4 Cas clinique Poursuite de la réanimationr Acheminement de la planche à masser par une deuxième équipe SMUR en 27 min La réanimation r médicalism dicalisée e est stoppée e au bout de 35 min Annonce du décès d à la famille Confirmation par un tracé ECG en asystolie pendant 5 min

5 Cas clinique Absence de refus des proches au don d organes T + 74 min mise en place de la planche à masser T min donneur conditionné dans l ambulancel T +133 min arrivée e en réanimation r chirurgicale

6 Cas clinique T min pose de la sonde Gillot Les 2 reins seront prélev levés s mais pour un problème logistique un seul sera greffé après s 10h20 d ischd ischémie froide

7 Rappels: qui sont les donneurs? Pas d âd âge: du sang du cordon au prélèvement de cornée e après s 90 ans Donneurs vivants: cellules hématopoh matopoïétiques, organes Donneurs morts: à cœur battant en état de mort encéphalique à cœur arrêté cad en arrêt t cardio - respiratoire persistant Pas d enregistrement d au registre national des refus

8 Quatre catégories de donneurs : La classification internationale de Maastricht. Stade 1 de Maastricht : personnes en arrêt t cardiaque dont la période p d asystolie d est inférieure a 30 minutes avant l arrivl arrivée e des secours. Stade 2 de Maastricht : personnes faisant un arrêt t cardiaque en présence des secours maintenues par un massage et une ventilation et dont la Réanimation R s avs avère un échec. Stade 3 de Maastricht : celles pour lesquelles on décide d d un d arrêt t de la Réanimation. R Stade 4 de Maastricht : personnes décédées d en mort en céphalique c qui font un arrêt cardiaque irréversible au cours de la prise en charge en réanimation.

9 Les greffes en France en 2008 Cœur 360 Cœur-poumons 19 Poumons 196 Foie 1011 Reins 293 Pancréas 99 Intestin 84 Allogreffes de moelle 1379 Cornées 3503 Inscrits:

10 La pénurie! p

11 Les solutions Sensibilisation de la population pour diminuer le nombre de refus Amélioration du recensement des donneurs potentiels Augmentation des prélèvements sur donneurs vivants Développement des prélèvements sur donneurs à cœur arrêté

12 Les donneurs à cœur arrêté: Aspect législatif: l Décret du 2 août t 2005: «les prélèvements d organes d (...) peuvent être pratiqués s sur une personne décédée d e présentant un arrêt t cardiaque et respiratoire persistant» 2 prérogatives rogatives Le décret d permet la mise en œuvre de techniques de préservation des organes avant le recueil du témoignage t de la famille ( article R ) 3) Organes concernés: rein et foie

13 Les donneurs à cœur arrêté: L ischémie chaude: temps écoulé entre l l arrêt t et la pose de la sonde de Gillot ( max 120 min, 150 avec une planche à masser) 2 prérogatives rogatives

14 L ischémie chaude No flow, entre arrêt t et MCE: <30 min Réanimation primaire optimale d d un minimum de 30 min mais sans qu elle n ait n de limite! Le constat de décès d s qui est clinique et vérifiv rifié par un ECG de 5 min ne montrant aucune activité cardiaque

15 L ischémie chaude La reprise du MCE La prise en charge des proches: annonce du décèsd recherche de la non opposition Appel du médecin m référent r rent pour l l intégration au protocole Transfert en milieu hospitalier Pose de la sonde de Gillot

16 Stade de l ischl ischémie froide Période allant de la mise en route de la perfusion de refroidissement au prélèvement des organes au bloc opératoire max 120 min De l explantation l à la greffe avec un maximum de 15h

17 Tableau récapitulatifr Début du MCE Arrêt du MCE Reprise du MCE Prélèvement T0 Heure De L arrêt <30 min No-FLow MCE Max 120 min 150 min avec planche Min 30 min 5 Pose CEC ou Gillot Constat de décèsd Transport? Perfusion Liquide de conservation Max 180 min 240 avec CEC 18h Déclampage artériel

18 Passage au bloc opératoire Les reins devant être greffés dans les 15h suivant l explantation

19 La procédure en France Critères res d inclusiond âge 18 à 55 ans heure de l arrl arrêt t circulatoire connue délai sans massage cardiaque < 30 min délai jusqu à la réfrigr frigération ration des organes < 120 min (ou 150min si utilisation d une d planche à masser)

20 La procédure en France Critères res d exclusiond antécédents connus de maladie rénale, r de maladie hypertensive ou diabétique, même me traitée antécédents de cancer ou de sepsis grave personnes issues de milieu carcéral ral ou SDF notion de toxicomanie contexte d hypothermie d ou d intoxication d médicamenteuse ( barbituriques, Bbloq)

21 Après s 2 ans de mise en place du protocole en France 86 donneurs prélev levés 98 reins greffés Moyenne d âd âge des donneurs: 41 ans (vs 50 ans pour ME) Taux de refus: 18% (vs 28% pour ME)

22 La première année e du protocole dans le Bas-Rhin 3 cas aboutissant au prélèvement de 6 reins, dont 5 reins greffés 3 cas stoppés s après s mise en place de sonde de Gillot 16 propositions sans suites au médecin coordonnateur

23 Et sur le secteur d d intervention du SMUR de Saverne en arrêts cardio respiratoires pris en charge 16 avec un âge compris entre 18 et 55 ans Aucune intégration au protocole

24 Conclusions Et quand l l heure tourne Contribution encore trop modeste en greffons rénauxr Formation des équipes Optimisation du protocole Extension à d autres organes notamment le foie à très s court terme

Prélèvements d organes sur Donneurs Décédés après Arrêt Cardiaque (DDAC) EXPERIENCE LYONNAISE. Pierre-Yves DUBIEN SAMU 69

Prélèvements d organes sur Donneurs Décédés après Arrêt Cardiaque (DDAC) EXPERIENCE LYONNAISE. Pierre-Yves DUBIEN SAMU 69 Prélèvements d organes sur Donneurs Décédés après Arrêt Cardiaque (DDAC) EXPERIENCE LYONNAISE Pierre-Yves DUBIEN SAMU 69 Greffe rénale Problématique Problématique Greffe hépatique Solutions Augmenter le

Plus en détail

Prise en charge préhospitalière DDAC

Prise en charge préhospitalière DDAC JMPG Nice 04. 2012 Prise en charge préhospitalière DDAC Alexis Burnod SMUR Beaujon, Clichy SMUR = premier maillon Contribuer à ce que des personnes décédées en dehors de l hôpital des suites d un arrêt

Plus en détail

Procédures des prélèvements. d organes et de tissus chez les personnes à cœur non battant. Rôle infirmier dans le transport sur planche à masser

Procédures des prélèvements. d organes et de tissus chez les personnes à cœur non battant. Rôle infirmier dans le transport sur planche à masser Chapitre 82 Procédures des prélèvements d organes et de tissus chez les personnes à cœur non battant. Rôle infirmier dans le transport sur planche à masser L. LOMBARD, S. DUBAIN, G. BAGOU, P.-Y. GUEUGNIAUD

Plus en détail

Arrêt cardiaque extra hospitalier réfractaire r et ECMO

Arrêt cardiaque extra hospitalier réfractaire r et ECMO Arrêt cardiaque extra hospitalier réfractaire r et ECMO COLMU le 19 mai 2009 Pont-à-Mousson Manuel CONTINI Définitions AC réfractairer : absence de reprise d une d activité circulatoire spontanée e (RACS)

Plus en détail

Organisation des Prélèvements multi organes Dr G. Strecker. Réunion Annuelle de Transplantation 22 Septembre 2015

Organisation des Prélèvements multi organes Dr G. Strecker. Réunion Annuelle de Transplantation 22 Septembre 2015 Organisation des Prélèvements multi organes Dr G. Strecker Réunion Annuelle de Transplantation 22 Septembre 2015 I. Les orientations stratégiques Un plan greffe national qui se décline en schémas régionaux

Plus en détail

ECMO & ORGANISATION REGIONALE

ECMO & ORGANISATION REGIONALE ECMO & ORGANISATION REGIONALE SAMU du Nord herve.coadou@chru-lille.fr 3 problématiques Transports PRIMAIRES (ou «PRIMO- SECONDAIRES») Transferts SECONDAIRES L arrêt cardiaque réfractaire TRANSPORTS PRIMO-SECONDAIRES

Plus en détail

Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy

Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy 1- Analyse globale première année 2- Activité sur les 30 premiers mois D. Dorez, M Muller,

Plus en détail

Une Situation mal connue. Un Processus mal compris

Une Situation mal connue. Un Processus mal compris Une Situation mal connue Un Processus mal compris Qu elle implication dans la recherche biomédicale? Dr Michel PINSARD Service de réanimation chirurgicale Unité de prélèvement d organes et de tissus CHU

Plus en détail

ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE

ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE DE L ENFANT (ACR) vu de la puéricultrice, vu de l auxiliaire de puériculture ou l aide-soignant Équipe de réanimation Pédiatrique - CHU de Bordeaux Audrey Bonafous, Lucille Lefol,

Plus en détail

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie.

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Dire oui au don d organes, c est donner l accord de son vivant, à un éventuel prélèvement après son décès. Ce livret est destiné à fournir les informations

Plus en détail

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper Don d organes et mort cérébrale Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper La mort cérébrale Cessation irréversible de toute fonction cérébrale

Plus en détail

L ARRÊT CARDIAQUE. ACR et RCP. «Rappels et nouvelles recommandations»

L ARRÊT CARDIAQUE. ACR et RCP. «Rappels et nouvelles recommandations» L ARRÊT CARDIAQUE ACR et RCP «Rappels et nouvelles recommandations» Dr L.Nivet - Formation Continue Secouristes 2006 Synthèse des nouvelles recommandations : Dr T.Sécheresse - SAMU 73 Arrêt Cardio-Circulatoire

Plus en détail

ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES

ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES 23 JUIN 2010 AURILLAC CANTAL A L ISSU DE CETTE FORMATION VOUS SEREZ CAPABLE DE PRENDRE EN CHARGE UNE PATIENT EN ARRET CARDIO- RESPIRATOIRE L arrêt cardiaque, aujourd

Plus en détail

COURS N 4 : CHAINE DE SURVIE

COURS N 4 : CHAINE DE SURVIE UE16 Medecine d urgence Pr Burnod Le 10/12/12 à 15h30 Ronéotypeur : MEDDAH Aliénor Ronéolecteur : FRIEDRICH Corien COURS N 4 : CHAINE DE SURVIE NB : ce sujet tombe un an sur deux. En gras le contenu des

Plus en détail

JMPG 26 Mars 2008. Forces et faiblesses de la T2A appliquée au prélèvement et à la greffe

JMPG 26 Mars 2008. Forces et faiblesses de la T2A appliquée au prélèvement et à la greffe JMPG 26 Mars 2008 Forces et faiblesses de la T2A appliquée au prélèvement et à la greffe Dr Nadine RIBET-REINHART DMS Pôle évaluation Dr Christian LAMOTTE SRA Grand Ouest Les sources du financement: Supplément

Plus en détail

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat Aspects juridiques de la transplantation hépatique Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat CONTEXTE - La greffe, longtemps image expérimentale, est une thérapeutique éprouvée - Première

Plus en détail

La prise en charge d'un arrêt cardio respiratoire par une équipe multidisciplinaire: une technique maitrisée?

La prise en charge d'un arrêt cardio respiratoire par une équipe multidisciplinaire: une technique maitrisée? La prise en charge d'un arrêt cardio respiratoire par une équipe multidisciplinaire: une technique maitrisée?!"#$%&$'()*'+%,%-".'/*'0'%,%#*%."12(*3/$*% 45.6%78% 9-:595.6%.'*;%

Plus en détail

SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014

SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014 SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014 RÉ-ACCRÉDITATION INTERNATIONALE DU REGISTRE FRANCE GREFFE DE MOELLE Le 13 octobre 2014, le registre France Greffe de Moelle a été accrédité par la World Marrow Donor Association

Plus en détail

Prélèvement d organe chez le donneur DCD: aspects éthiques. René ROBERT Service de Réanimation Médicale CHU Poitiers; Inserm UE 927

Prélèvement d organe chez le donneur DCD: aspects éthiques. René ROBERT Service de Réanimation Médicale CHU Poitiers; Inserm UE 927 Prélèvement d organe chez le donneur DCD: aspects éthiques René ROBERT Service de Réanimation Médicale CHU Poitiers; Inserm UE 927 Déclaration de liens d'intérêt L auteur n a pas déclarer de conflit d

Plus en détail

L ARRET CARDIAQUE. Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45

L ARRET CARDIAQUE. Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45 L ARRET CARDIAQUE Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45 INTRODUCTION On ne peut pas faire face à une situation que l on n a pas correctement évaluée L approche du malade en situation d urgence

Plus en détail

METHODOLOGIE POUR ACCROITRE LE POOL DE DONNEURS PULMONAIRES

METHODOLOGIE POUR ACCROITRE LE POOL DE DONNEURS PULMONAIRES METHODOLOGIE POUR ACCROITRE LE POOL DE DONNEURS PULMONAIRES Marc STERN Groupe de Transplantation Pulmonaire Hôpital Foch Aucun conflit d intérêt à déclarer Le greffon pulmonaire Bien rare et insuffisant:

Plus en détail

Carte de donneur d organes

Carte de donneur d organes Le court-métrage sur le sujet transplantinfo.ch 316.728.f Carte de donneur d organes Déclaration pour ou contre le prélèvement d organes, de tissus et de cellules à des fins de transplantation Carte à

Plus en détail

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes Les besoins sont importants Insuffisance Organique Terminale en Tunisie Rein :

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dons et greffes d organes : les chiffres clés 2015. Retrouvez l Agence de la biomédecine sur... www.dondorganes.

DOSSIER DE PRESSE. Dons et greffes d organes : les chiffres clés 2015. Retrouvez l Agence de la biomédecine sur... www.dondorganes. DOSSIER DE PRESSE Dons et greffes d organes : les chiffres clés 2015 Retrouvez l Agence de la biomédecine sur... www.dondorganes.fr et @ag_biomedecine et sur Don d organes je le dis CONTACTS PRESSE Isabelle

Plus en détail

REANIMATION CARDIO-PULMONAIRE. Symposium Respiratoire d Aquitaine 2015 Mme Brethes IADE - Formateur Protection Civile

REANIMATION CARDIO-PULMONAIRE. Symposium Respiratoire d Aquitaine 2015 Mme Brethes IADE - Formateur Protection Civile REANIMATION CARDIO-PULMONAIRE Symposium Respiratoire d Aquitaine 2015 Mme Brethes IADE - Formateur Protection Civile 1 ARRÊT CARDIO-RESPIRATOIRE L arrêt cardiaque peut être d origine cardiaque ou secondaire

Plus en détail

Hôpital de la Milétrie. 1 130 lits et 68 places installés au 31 décembre 2003 Hôpital Gériatrique Louis Pasteur

Hôpital de la Milétrie. 1 130 lits et 68 places installés au 31 décembre 2003 Hôpital Gériatrique Louis Pasteur Établissements Hôpital de la Milétrie 1 130 lits et 68 places installés au 31 décembre 2003 Hôpital Gériatrique Louis Pasteur 423 lits et 10 places installés au 31 décembre 2003 Capacité d accueil 1 631

Plus en détail

Carte de donneur d organes

Carte de donneur d organes Carte de donneur d organes Déclaration pour ou contre le prélèvement d organes, de tissus et de cellules à des fins de transplantation Carte à remplir au verso. Le don d organes sauve des vies. Décidez-vous.

Plus en détail

Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler»

Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler» Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler» Dr Anna RIBERA CANO Pneumoallergologie pédiatrique SMUR pédiatrique Introduction Motif d appel fréquent 21% appels SMUR pédiatrique

Plus en détail

ACADEMIE DE PARIS. Année 2013 MEMOIRE. pour l obtention du DES. d Anesthésie-Réanimation. Coordonnateur : Monsieur le Professeur Didier Journois.

ACADEMIE DE PARIS. Année 2013 MEMOIRE. pour l obtention du DES. d Anesthésie-Réanimation. Coordonnateur : Monsieur le Professeur Didier Journois. ACADEMIE DE PARIS Année 2013 MEMOIRE pour l obtention du DES d Anesthésie-Réanimation Coordonnateur : Monsieur le Professeur Didier Journois Par Benoît Champigneulle Présenté et soutenu le 16 avril 2013

Plus en détail

Diplôme Universitaire L IDE l IADE au SMUR et en SAUV

Diplôme Universitaire L IDE l IADE au SMUR et en SAUV Diplôme Universitaire L IDE l IADE au SMUR et en SAUV Responsables: - Pr Nathalie NATHAN-DENIZOT, service Anesthésie Réanimation, CHU Dupuytren Limoges et Faculté de médecine, 2 avenue Martin Luther King

Plus en détail

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence 16/05/2008 Dr Bernard Jadoul 1 Comment est le patient? Recherche de signes cliniques de gravité: Bas débit cardiaque (pâleur, sudations, extrémités froides,

Plus en détail

La greffe rénale un choix à préparer

La greffe rénale un choix à préparer La greffe rénale un choix à préparer Dr François Bayle CHU Grenoble - Néphrologie Fédération Grenoble Transplantation 3 ème rencontres d Education Thérapeutique Lyon - 15 Novembre 2013 Une nouvelle qui

Plus en détail

Règles de répartition et d attribution des greffons prélevés sur personne décédée en état de mort encéphalique Alain ATINAULT

Règles de répartition et d attribution des greffons prélevés sur personne décédée en état de mort encéphalique Alain ATINAULT Règles de répartition et d attribution des greffons prélevés sur personne décédée en état de mort encéphalique Alain ATINAULT Directeur Direction opérationnelle du prélèvement et de la greffe organes-tissus

Plus en détail

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS Dérèglement thermique Hypothermie Hyperthermie Hyperthermie Hyperthermie Production de chaleur corporelle Exercice intense Elimination de chaleur corporelle Vague de chaleur Cadre iatrogène (syndr malin

Plus en détail

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes Cristal L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes 1 2 Cristal est un outil de travail informatique développé par l Agence de la biomédecine et mis à la disposition de tous

Plus en détail

Formation d adaptation à l emploi des. Conducteurs ambulanciers de. SMUR de la fonction publique hospitalière

Formation d adaptation à l emploi des. Conducteurs ambulanciers de. SMUR de la fonction publique hospitalière Centre Hospitalier Régional d Orléans Centre d Enseignement des Soins d Urgence 45 Formation d adaptation à l emploi des Conducteurs ambulanciers de SMUR de la fonction publique hospitalière Formation

Plus en détail

Organiser les prélèvements de tissus Une autre mission des coordinations de dons?

Organiser les prélèvements de tissus Une autre mission des coordinations de dons? Organiser les prélèvements de tissus Une autre mission des coordinations de dons? Anne Joosten Coordination de dons-chu Charleroi SIZ 30 mai 2012 Les coordinations en Belgique Les donneurs de tissus Procédures

Plus en détail

La Transplantation d Organes, de Tissus et de Cellules «Un Projet pour l Hôpital»

La Transplantation d Organes, de Tissus et de Cellules «Un Projet pour l Hôpital» La Transplantation d Organes, de Tissus et de Cellules «Un Projet pour l Hôpital» M. ABOUMAAROUF Directeur Hôpital d Enfants A. HAROUCHI CHU Ibn Rochd. Casablanca. Maroc V ème Colloque France Maghreb :

Plus en détail

Protocole type destiné au don d organes après décès cardiocirculatoire (DDC) Québec-Transplant

Protocole type destiné au don d organes après décès cardiocirculatoire (DDC) Québec-Transplant Protocole type destiné au don d organes après décès cardiocirculatoire (DDC) Québec-Transplant TABLE DES MATIÈRES 1. PRÉAMBULE... 1 2.1 Historique du DDC au Québec... 2 2.2. Le projet-pilote de DDC...

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

Notion de l urgence vitale défaillance d une fonction vitale qui entraine rapidement la mort Objectif du chariot d urgence Disponibilité immédiate

Notion de l urgence vitale défaillance d une fonction vitale qui entraine rapidement la mort Objectif du chariot d urgence Disponibilité immédiate Notion de l urgence vitale défaillance d une fonction vitale qui entraine rapidement la mort Objectif du chariot d urgence Disponibilité immédiate des médicaments et matériels nécessaires au traitement

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

Les dons d organes provenant de personnes décédées. Parlons-en

Les dons d organes provenant de personnes décédées. Parlons-en Les dons d organes provenant de personnes décédées Parlons-en Table des matières Introduction Pourquoi les dons d organes sont si importants? Face aux faits Le taux de succès des transplantations rénales

Plus en détail

Spécificités de la réanimation lors des accidents liés à la pratique sportive

Spécificités de la réanimation lors des accidents liés à la pratique sportive La mort subite non traumatique liée aux activités physiques et sportives Spécificités de la réanimation lors des accidents liés à la pratique sportive Professeur Pierre CARLI Docteur Michel NAHON SAMU

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre

Plus en détail

Infirmières oeuvrant au module naissance et/ou au module mère-enfant de l hôpital de la Cité-de-la-santé de Laval.

Infirmières oeuvrant au module naissance et/ou au module mère-enfant de l hôpital de la Cité-de-la-santé de Laval. OBJET : PROTOCOLE INFIRMIER Guider l infirmière qui assure le suivi d une parturiente en antepartum ou durant le travail et monitoring électronique fœtal continu (MÉF). INTERVENANT(S) CONCERNÉ(S) : Infirmières

Plus en détail

1. DÉFINITION Procédure qui définit les étapes à suivre, et qui s applique dans tous les cas de réanimation cardiorespiratoire chez un nouveau-né.

1. DÉFINITION Procédure qui définit les étapes à suivre, et qui s applique dans tous les cas de réanimation cardiorespiratoire chez un nouveau-né. Catégorie de document: Directives et procédures Préfixe : No : DP-10-10 OBJET Code rose Réanimation néonatale ADOPTÉ PAR DATE(S) ADOPTION(S) REMPLACE DATE D'ENTRÉE EN VIGUEUR STATUT À venir 29 juillet

Plus en détail

Incidents-Accidents. Incidents-Accidents

Incidents-Accidents. Incidents-Accidents Prélèvements Prélèvements de de CSH CSH Allogéniques Allogéniques Dr Praticien Hospitalier, Chef de de pôle coordination Registre France Greffe de de Moelle Agence de de la Biomédecine Rappel cadre Réglementaire(1)

Plus en détail

Le recours interrégional en Oncopédiatrie : retour d expérience après 1 an de fonctionnement d ISOCELE

Le recours interrégional en Oncopédiatrie : retour d expérience après 1 an de fonctionnement d ISOCELE Le recours interrégional en Oncopédiatrie : retour d expérience après 1 an de fonctionnement d ISOCELE (Interrégion Sud-Ouest contre les Cancers Et Leucémies de l Enfant et de l adolescent) Dr Anne NOTZ*

Plus en détail

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR :

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : a. Consultation avec le Chirurgien Cardiaque Elle s effectue au centre de consultation de cardiologie médico-chirurgicale (bat H ou G). Cette consultation

Plus en détail

Document d obtention du consentement des patients pour l inscription au Registre canadien de greffe (Registre CTR)

Document d obtention du consentement des patients pour l inscription au Registre canadien de greffe (Registre CTR) Document d obtention du consentement des patients pour l inscription au Registre canadien de greffe (Registre CTR) Objet Le Registre canadien de greffe (Registre CTR) comprend la liste nationale des patients

Plus en détail

5220 Route des Chappes,74570 THORENS-GLIERES POINTS ESSENTIELS

5220 Route des Chappes,74570 THORENS-GLIERES POINTS ESSENTIELS 1 Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2016 Sfar. Tous droits réservés. L ARRET CARDIAQUE REFRACTAIRE Virginie DELANNOY: vdelannoy@ch-annecygenevois.fr Anna FAUCHER : afaucher@ch-annecygenevois.fr

Plus en détail

HYPOTHERMIES ACCIDENTELLES

HYPOTHERMIES ACCIDENTELLES HYPOTHERMIES ACCIDENTELLES Hypothermies accidentelles en montagne Février 2011 Dr Benoit Frattini / Dr Stéphane Travers Dr Olivier Gacia / Dr Olivier de Stabenrath BSPP Et à Paris PRINCIPES GENERAUX DE

Plus en détail

LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble

LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble Schéma général d une délivrance et de sa réception

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre de

Plus en détail

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules au Maroc Benyounès Ramdani CCTOTH benyounsramdani@gmail.

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules au Maroc Benyounès Ramdani CCTOTH benyounsramdani@gmail. Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules au Maroc Benyounès Ramdani CCTOTH benyounsramdani@gmail.com 5ème colloque France-Maghreb, Nice 23-24 mars 2012 Introduction

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Prise en Charge de l Arrêt Cardiaque

Prise en Charge de l Arrêt Cardiaque Prise en Charge de l Arrêt Cardiaque U.F.R Médecine 51, rue Cognacq-Jay 51100 Reims Tel. 03 26 78 70 30, aleon@chu-reims.fr clepouse@chu-reims.fr, pgallet@chu-reims.fr www.lssc-med-reims.fr Chapitre 1

Plus en détail

Urgences Vitales le dispositif intra hospitalier au

Urgences Vitales le dispositif intra hospitalier au Urgences Vitales le dispositif intra hospitalier au En 2008 27 rue du Docteur Lettry, BP 2233 56 322 LORIENT cedex Par L Péron I. Ce dispositif repose sur plusieurs axes : Une procédure d appel simple

Plus en détail

S entraîner à VMA en ski de fond

S entraîner à VMA en ski de fond S entraîner à VMA en ski de fond Qu est ce que la VMA? La Vitesse Maximale Aérobie correspond à la vitesse associée à la consommation maximale d oxygène, c'est-à-dire à VO2max. On entend parler aussi de

Plus en détail

PREVAC B: stratégies de prévention de l hépatite B en soins primaires

PREVAC B: stratégies de prévention de l hépatite B en soins primaires PREVAC B: stratégies de prévention de l hépatite B en soins primaires AUBERT Jean-Pierre, DI PUMPO Alexandrine, GERVAIS Anne, SANTANA Pascale, MAJERHOLC Catherine, MARCELLIN Patrick. JNI, Marseille, 5

Plus en détail

Y a-t-il une limite d âge pour être donneur?

Y a-t-il une limite d âge pour être donneur? Bon nombre de personnes au Nouveau-Brunswick attendent le moment où on leur apprendra qu on a enfin trouvé les organes qui leur permettront de reprendre une vie normale et active. Bien d autres attendent

Plus en détail

INTRODUCTION ET OBJECTIFS DU COURS PREMIERS SECOURS/DEA OBJECTIFS D APPRENTISSAGE ÉVALUATION

INTRODUCTION ET OBJECTIFS DU COURS PREMIERS SECOURS/DEA OBJECTIFS D APPRENTISSAGE ÉVALUATION PLAN DE COURS INTRODUCTION ET OBJECTIFS DU COURS PREMIERS SECOURS/DEA Le cours Premiers secours prépare le candidat à assumer un rôle de premier intervenant lors d une situation d urgence demandant des

Plus en détail

Une question : Si demain vous étiez face à une personne victime d'un arrêt cardiaque, sauriez-vous faire face à la situation?

Une question : Si demain vous étiez face à une personne victime d'un arrêt cardiaque, sauriez-vous faire face à la situation? Une question : Si demain vous étiez face à une personne victime d'un arrêt cardiaque, sauriez-vous faire face à la situation? Le jeudi 25 mars 2010 à 14h30, à la Maison des Sports, Monsieur Jean Pierre

Plus en détail

Allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : quelles sources?

Allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : quelles sources? Allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : quelles sources? Moelle osseuse hématopoïétique «Le greffon de moelle osseuse hématopoïétique provenant d un frère ou d une sœur entièrement compatible

Plus en détail

Atrésie pulmonaire avec communication interventriculaire APSO. Livret d accueil et d information

Atrésie pulmonaire avec communication interventriculaire APSO. Livret d accueil et d information Atrésie pulmonaire avec communication interventriculaire APSO Livret d accueil et d information Unité Médicochirurgicale de Cardiologie Pédiatrique et Congénitale Centre de Référence des Malformations

Plus en détail

Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation. R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen

Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation. R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen Etat des lieux : prélèvements et greffes à l AP-HP Forte Activité de l AP-HP au plan national

Plus en détail

Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle)

Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle) Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle) Crée par - Pr Pierre HAUSFATER Relecture - Pr Jean CHASTRE - Pr Pierre HAUSFATER - Pr Olivier

Plus en détail

Dossier de presse Grande enquête : Les Français et le don d organes

Dossier de presse Grande enquête : Les Français et le don d organes Juin 2011 Dossier de presse Grande enquête : Les Français et le don d organes Seuls 13% des Français connaissent la loi sur le don d organes Contacts presse : Saran SIDIBE- saran@greffedevie.fr Marine

Plus en détail

8 heures PLAN DE COURS

8 heures PLAN DE COURS 8 heures PLAN DE COURS Introduction et objectifs du cours PS/DEA - Soins aux enfants Le cours Soins aux enfants/dea prépare les éducatrices et les éducateurs à assumer un rôle de premier intervenant lors

Plus en détail

Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie.

Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie. Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie. SIREN 508 945 359 - Photographe : Benoit Rajau, Gil Lefauconnier et Thierry

Plus en détail

Appel au secours. Gestes de secours Chapitre 5. Comment appeler l hélicoptère! Ce qu il faut faire

Appel au secours. Gestes de secours Chapitre 5. Comment appeler l hélicoptère! Ce qu il faut faire Gestes de secours Chapitre 5 Appel au secours Comment appeler l hélicoptère! Ce qu il faut faire Ce qu il ne faut pas faire Utiliser les signes conventionnels Choisir un endroit dégagé pour être repéré.

Plus en détail

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Cadre législatif au Maroc Loi 16/98 relative au don, au prélèvement

Plus en détail

Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière. Programme

Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière. Programme Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière Programme Formation formative Cette formation comprend 4 modules conformément à l arrêté du 26

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT.

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. Régulation Phase pré-hospitalière. Accueil des Urgences. UHCD. I- REGULATION OBJECTIFS : Type d intervention

Plus en détail

Noyade. Rémy HELLER MF2

Noyade. Rémy HELLER MF2 Noyade Rémy HELLER MF2 12 février 2014 Plan Définition Mécanismes Classification CAT Prévention Définition La noyade est une asphyxie aiguë consécutive à l irruption de liquide dans l arbre respiratoire

Plus en détail

RESUME. Methodologie et Biostatistiques Sylvie Chevret, MD, and Vincent Lévy MD, DBIM, Hôpital St Louis, Paris

RESUME. Methodologie et Biostatistiques Sylvie Chevret, MD, and Vincent Lévy MD, DBIM, Hôpital St Louis, Paris Essai de phase II évaluant l efficacité et de la tolérance du Lenalidomide combine à l azacitidine chez les patients présentant un syndrome myélodysplasique de risque intermédiaire 2 ou élevé ou une leucémie

Plus en détail

Un bilan à la fin du millénaire : plus de 5 500 greffes d organe

Un bilan à la fin du millénaire : plus de 5 500 greffes d organe Un bilan à la fin du millénaire : plus de 5 500 greffes d organe par Jean-Jacques Haxhe (1930 - professeur émérite 1996) Les greffes d organes sont un des fleurons des cliniques universitaires et du département

Plus en détail

10 Novembre 2010. Nathalie PERON pn.peron@laposte.net

10 Novembre 2010. Nathalie PERON pn.peron@laposte.net Froid, noyade 10 Novembre 2010 Nathalie PERON pn.peron@laposte.net Le froid Le froid L homme = homéotherme : Thermostat pour le maintien de la température centrale T centrale 37 C normalement T cutanée

Plus en détail

PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT

PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT Centre Hospitalier de Dreux PÔLE ANP PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT Version n Nombre de pages : 7 Diffusée le :16/12/2015 Appliquée le : Rédigée par : Mme

Plus en détail

Haute Autorité de Santé 2007

Haute Autorité de Santé 2007 Recommandations professionnelles pour la prise en charge en cas de mort inattendue du nourrisson ( 2ans) Haute Autorité de Santé 2007 www.has-sante.fr Montpellier, 21 novembre 2008 E. Briand-Huchet, centre

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS 2009 CHU de Nancy SOMMAIRE. Capacités d accueil... Attractivité... Hospitalisations... Consultations... Personnel... Budget...

CHIFFRES CLÉS 2009 CHU de Nancy SOMMAIRE. Capacités d accueil... Attractivité... Hospitalisations... Consultations... Personnel... Budget... CHIFFRES CLÉS 2009 CHU de Nancy SOMMAIRE Capacités d accueil... Attractivité... Hospitalisations... Consultations... Personnel... 4 4 5 6 7 Budget... Plateaux techniques... 8/9 10/11 Logistique... 11 Autres

Plus en détail

Recommandations professionnelles par Consensus Formalisé. l IDE seul face à une situation de détresse médicale

Recommandations professionnelles par Consensus Formalisé. l IDE seul face à une situation de détresse médicale Recommandations professionnelles par Consensus Formalisé l IDE seul face à une situation de détresse médicale Le contexte Un IDE peut, dans l exercice de sa profession, être confronté à une situation inopinée

Plus en détail

Cours de réanimation pédiatrique Hôpital Sainte-Justine

Cours de réanimation pédiatrique Hôpital Sainte-Justine Cours de réanimation pédiatrique Hôpital Sainte-Justine Évaluation cardio-respiratoire rapide Identification du choc et de l insuffisance respiratoire @ 2001 American Heart association Objectifs du cours

Plus en détail

JORF n 263 du 10 novembre 1996

JORF n 263 du 10 novembre 1996 JORF n 263 du 10 novembre 1996 ARRETE Arrêté du 6 novembre 1996 portant homologation des règles de répartition et d attribution des greffons prélevés sur une personne décédée en vue de transplantation

Plus en détail

Politique et procédure no : POL-PRO-DSP-613 Date d émission : 2005-11-16

Politique et procédure no : POL-PRO-DSP-613 Date d émission : 2005-11-16 Politique et procédure no : POL-PRO-DSP-613 Date d émission : 2005-11-16 Titre : Détermination de la réanimation cardio respiratoire et des niveaux d intensité thérapeutique Date de révision : 2015-11-05

Plus en détail

S entraåner Ç VMA en ski de fond

S entraåner Ç VMA en ski de fond S entraåner Ç VMA en ski de fond 1. Qu est ce que la VMA? La Vitesse Maximale AÉrobie correspond Ä la vitesse associåe Ä la consommation maximale d oxygéne, c'est-ä-dire Ä VO2max. On entend parler aussi

Plus en détail

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Les enjeux Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Fibrillation ventriculaire ACR Cause connue, non cardiaque Hémorragie cérébro - méningée

Plus en détail

LE CISS NORD-PAS-DE-CALAIS PREND A

LE CISS NORD-PAS-DE-CALAIS PREND A LE CISS NORD-PAS-DE-CALAIS PREND A NOUVEAU POSITION SUR LA PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES EN REGION (SYSTEME DES GARDES LIBERALES-PDSA) MARS 2013 HISTORIQUE Depuis quelques années les associations du

Plus en détail

SWISSTRANSPLANT. Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes. Fondée en 1985. Informations : Tel.

SWISSTRANSPLANT. Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes. Fondée en 1985. Informations : Tel. SWISSTRANSPLANT Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes Fondée en 1985 Informations : Tel. 0800 570 234 2 2 Historique de la transplantation rénale Evénements marquants Dates

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L ARRET CARDIO-CIRCULATOIRE (ACR) INTRA HOSPITALIER

PRISE EN CHARGE DE L ARRET CARDIO-CIRCULATOIRE (ACR) INTRA HOSPITALIER PRISE EN CHARGE DE L ARRET CARDIO-CIRCULATOIRE (ACR) INTRA HOSPITALIER 1 : Introduction Le pronostic de l Arrêt Cardio-Respiratoire (ACR) est conditionné par la vitesse à laquelle l alerte est donnée,

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 690 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 21 juin 2011 PROJET DE LOI relatif à la bioéthique. L Assemblée nationale

Plus en détail

Transplantation rénale à partir de Donneurs décédés d un arrêt cardiaque (DDAC) Pourquoi, comment, pour quels résultats?

Transplantation rénale à partir de Donneurs décédés d un arrêt cardiaque (DDAC) Pourquoi, comment, pour quels résultats? Transplantation rénale à partir de Donneurs décédés d un arrêt cardiaque (DDAC) Pourquoi, comment, pour quels résultats? La demande de greffon et l offre de greffe : Rein Nombre de donneurs prélevés Nombre

Plus en détail

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Santé et comportements dans la population saint-martinoise en 2013 Etude CONSANT Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Diabète Recherche de sucre dans le sang Huit individus

Plus en détail

Dr Stéphane Doutreleau. 12 et 13 mai 2007

Dr Stéphane Doutreleau. 12 et 13 mai 2007 Bilan cardiologique avant un trekking? Dr Stéphane Doutreleau Service de Physiologie et d Explorations Fonctionnelles - Strasbourg Club des Cardiologues du Sport Les cœurs du Forez 12 et 13 mai 2007 Mise

Plus en détail

Programme du cours. Terminologie Médicale. A) Préfixes. B) Morphologie. C) Physique-Physiologie. D) Moyens d investigation. E) Méthodes thérapeutiques

Programme du cours. Terminologie Médicale. A) Préfixes. B) Morphologie. C) Physique-Physiologie. D) Moyens d investigation. E) Méthodes thérapeutiques Anatomie, Physiologie, Pathologie Humaine Programme du cours Introduction Terminologie Médicale A) Préfixes B) Morphologie. C) Physique-Physiologie D) Moyens d investigation E) Méthodes thérapeutiques

Plus en détail

Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate chez les assurés du régime général en France

Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate chez les assurés du régime général en France Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate chez les assurés du régime général en France P. Tuppin, S. Samson, P. Perrin, A. Weill, P. Ricordeau, H. Allemand Caisse nationale d assurance maladie des

Plus en détail

Modalités de FINANCEMENT 2015 des activités de prélèvement et de greffe d organes, de tissus et de cellules souches hématopoïétiques

Modalités de FINANCEMENT 2015 des activités de prélèvement et de greffe d organes, de tissus et de cellules souches hématopoïétiques Modalités de FINANCEMENT 2015 des activités de prélèvement et de greffe d organes, de tissus et de cellules souches hématopoïétiques Benoit Rajau pour l Agence de la biomédecine Editorial Dans le contexte

Plus en détail

MASTER 2 "RECHERCHE EN ETHIQUE" TITRE DU MÉMOIRE

MASTER 2 RECHERCHE EN ETHIQUE TITRE DU MÉMOIRE UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES Faculté de Médecine Laboratoire d Ethique Médicale et Médecine Légale Directeur : Professeur Christian HERVÉ MASTER 2 "RECHERCHE EN ETHIQUE" ANNÉE UNIVERSITAIRE 2011-2012 TITRE

Plus en détail