Compte-rendu de l étude réalisée : «Ecole Technique du Bois de Cormaranche-en-Bugey Classement mécanique des bois avec la E-Control portable»

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compte-rendu de l étude réalisée : «Ecole Technique du Bois de Cormaranche-en-Bugey Classement mécanique des bois avec la E-Control portable»"

Transcription

1 Rapport d étude n 2013/B&D001 Châteauneuf-sur-Isère, le 14 mars 2013 Compte-rendu de l étude réalisée : «Ecole Technique du Bois de Cormaranche-en-Bugey Classement mécanique des bois avec la E-Control portable» Responsable de l étude : Nicolas HATCHIGUIAN CERIBOIS, Département Bois & Développement Demandeur : FIB 01 M. Guy SAUNIER 43 RUE PRÉ LA BELLE CORMARANCHE EN BUGEY Ecoparc Rovaltain BP VALENCE CEDEX 9 Tél Fax Bureaux et laboratoires : Parc du 45 ème parallèle Rovaltain Nord 14 rue Brillat Savarin Châteauneuf-sur-Isère Association loi SIRET: APE: 742C - TVA: FR

2 Sommaire 1 Contexte 3 2 La traçabilité 4 3 Classement des pièces de structure Comparaison du classement visuel et du classement mécanique Comparaison des parcelles selon la qualité des sciages Analyse des mesures à la E-Control La densité Module d élasticité 8 4 Conclusion 9 CERIBOIS Page 2 14/03/2013

3 1 Contexte La filière bois du département de l'ain s'est mobilisée pour construire une maison commune sur Cormaranche-en-Bugey, à coté des centres de formation existants. Ce chantier se veut exemplaire et met le sapin du plateau à l'honneur dans toute la construction. La communauté de commune, maitre d'ouvrage de l'opération, fournit les bois et les fait scier à l'école technique du bois. Le bureau d'étude Arborescence a dimensionné son bâtiment avec du bois classé C18 et C24. Le projet faisant l'objet d'un appel d'offre pour sa construction et étant un bâtiment recevant du public, la maitrise d'œuvre et le charpentier exigent du bois marqué CE avec ce classement. Dans le cadre de la démarche innovante de cette construction, un suivi par classement mécanique est envisagé avec traçabilité des résultats du bois en grume à l'élément scié. Mais en dépit de ce projet, l'ecole Technique du Bois ne peut être équipée du matériel de classement mécanique pour ce chantier. C est pourquoi, afin d accompagner l Ecole Technique du Bois dans cette démarche, CERIBOIS a proposé et mis en place un protocole permettant d assurer la traçabilité en toute autonomie par les acteurs de l Ecole. A titre informatif, CERIBOIS est intervenu pour effectuer le classement mécanique car, pour le moment, le classement visuel est la seule méthode permettant à l Ecole Technique du Bois de procéder au classement destiné au marquage CE. La méthode de classement visuel est celle retenue pour la commercialisation des bois. Ce compte rendu présente les résultats qui ont été obtenus pour la traçabilité, le classement visuel et le classement mécanique. CERIBOIS Page 3 14/03/2013

4 2 La traçabilité CERIBOIS a mis au point un système de traçabilité alliant respect des exigences réglementaires et mise en œuvre simplifiée. Dans le cadre du projet de construction de la maison du bois sur la commune de Cormaranche-en-Bugey, CERIBOIS et l Ecole Technique du Bois ont participé à une journée de lancement au cours de laquelle le système de traçabilité a été présenté aux différents acteurs. Cette première journée de travail a permis d affiner l ensemble du protocole de suivi avec les responsables, de manière également à prendre en compte le mode d organisation et les habitudes de production de l Ecole. CERIBOIS a participé au sciage des premiers billons afin de contrôler la réalisation et le bon déroulement du protocole. Par la suite, l Ecole a réalisé seule ce travail sur l ensemble des billons destinés à fournir des sciages pour la Maison du Bois, et a délivré ultérieurement à CERIBOIS l ensemble des documents papier utilisés pour le suivi de la traçabilité. Pour finir, CERIBOIS s est chargé de la saisie intégrale des données sur informatique. Au cours du processus de traçabilité, pour pouvoir déterminer de quelle grume provient chaque sciage, l école technique du bois a numéroté chaque billon issu des grumes et a noté sur un tableau de suivi du billonnage les correspondances entre numéro de grume et numéro de billon. Au moment du sciage, les élèves ont réinscrit le numéro de billon sur chaque sciage afin de les identifier et d y faire référence au moment du classement. Ainsi, il a été possible de remonter du sciage jusqu à la grume. Les grumes sciées étaient issues de 2 lots : - Lot de Thézillien - Lot de Hauteville A partir de ces 2 lots, l école a réalisé 137 billons, numérotés de 1 à 56 pour le lot de Thézillien et de 60 à 137 pour le lot de Hauteville (les numéros 57, 58 et 59 étant manquants sur les tableaux de billonnages). Lors du classement, nous avons pu relever les numéros de billons sur 558 sciages, soit 57% des 971 sciages obtenus. Les 971 sciages sont numérotés de 1 à 972, le numéro 353 étant manquant. Sur les 137 billons réalisés, nous avons pour 98 d entre eux, soit 71%, obtenu au moins 1 sciage avec la référence du billon. Et pour 69 billons, soit 50% des 137, nous avons relevé de 4 à 17 sciages par référence. CERIBOIS Page 4 14/03/2013

5 Un tableau récapitulatif (ANNEXE 1) permet de savoir sur quels sciages, les références des billons ont pu être relevées. A titre comparatif, 283 sciages ont été obtenus à partir du lot de Thézillien et 275 à partir du lot de Hauteville. 3 Classement des pièces de structure L ensemble des pièces de structure a été classé visuellement par l Ecole Technique du Bois de Cormaranche-en-Bugey. Ce classement leur a permis de déterminer la classe de résistance avant la commercialisation des bois. Parallèlement à ce classement visuel, CERIBOIS a réalisé un classement mécanique avec la E- Control portable. Les mesures ont été réalisées à l Ecole Technique du Bois en compagnie des élèves. A cette fin, CERIBOIS a relevé pour chaque pièce : - La section théorique - La longueur théorique - La masse réelle Ces informations ont ensuite été saisies manuellement sur informatique par les élèves avant chaque mesure. Au cours de l analyse des mesures réalisées avec la E-Control portable, certaines erreurs de saisie (section, longueur ou poids) ont été observées. La majorité a pu être rectifiée mais certaines, directement liées aux paramètres de mesure, ont du être supprimées. Après élimination des erreurs, 855 mesures étaient exploitables, soit 88% des 971 sciages. CERIBOIS Page 5 14/03/2013

6 3.1 Comparaison du classement visuel et du classement mécanique La comparaison des résultats obtenus par classement visuel et de ceux obtenus par classement mécanique, démontre que le classement mécanique identifie d avantage de sciages de classe C24. Soit 971 pièces classées visuellement Soit 855 pièces classées mécaniquement INF, signifie qu il s agit de pièces de structure dont la qualité est inférieure à la classe C24. Il s agit donc de sciages qui peuvent être de classe C18 ou déclassés. La différence du nombre de pièces mesurées entre le classement visuel et le classement mécanique est due aux erreurs survenues lors des mesures mécaniques. Malgré cette différence, il est mis en évidence que le classement mécanique permet d obtenir d avantage de classe C24 et par conséquent, une meilleure valorisation des bois de structure. Cela s explique principalement par le fait que le classement visuellement ne permet qu une qualification des singularités du bois par la prise en compte des singularités visibles avec une marge de sécurité importante prise en cas d erreur. Avec une méthode de classement mécanique, il est possible de faire une qualification de la fibre du bois et donc d obtenir un résultat beaucoup plus précis. Ceci permet d obtenir d avantage de bois de meilleure qualité mécanique. Il est important de préciser que le classement mécanique détermine la résistance mécanique des bois mais n intègre pas la qualification par l aspect esthétique des sciages. L aspect esthétique concerne des critères différents qu il faut parfois prendre en considération en plus du classement de résistance mécanique pour la commercialisation des bois. CERIBOIS Page 6 14/03/2013

7 C est ce qui a été mis en application pour cette commande : la scierie connaissant la destination des sciages dans le futur bâtiment, les opérateurs ont pu pratiquer le classement visuel structure tout en ayant l aspect esthétique en tête. Ainsi, certaines pièces de classe C24 mais esthétiquement mauvaises, ont pu être commercialisées en C18 (correspondant à une utilisation en «non apparent» dans ce bâtiment). De cette façon, l entreprise allie qualités mécaniques et esthétiques pour la commercialisation des sciages. 3.2 Comparaison des parcelles selon la qualité des sciages Grâce au travail de traçabilité qui a été réalisé, nous sommes capables de déterminer la qualité des sciages obtenus à partir des deux parcelles d approvisionnement. Le lot de Thézillien a donné 283 sciages avec une référence de billon, et 275 sciages pour le lot de Hauteville. Lors de la répartition par classe de structure, on constate que le lot de Hauteville obtient d avantage de classe C24 que le lot de Thézillien. CERIBOIS Page 7 14/03/2013

8 3.3 Analyse des mesures à la E-Control La E-Control portable mesure la masse volumique et le module d élasticité. Lors de l analyse de ces informations, on observe une certaine homogénéité pour la majorité des pièces La densité Sur l ensemble des 855 mesures réalisées, la densité moyenne est de 612 kg/m³ et 50% des sciages ont une densité comprise entre 533 et 670 kg/m³ Module d élasticité Sur l ensenble des 855 mesures réalisées, le module d élasticité moyen est de N/mm² et 50% des sciages ont une élasticité comprise entre et N/mm². CERIBOIS Page 8 14/03/2013

9 4 Conclusion A quelques exceptions près, liées à des erreurs de saisie lors des mesures, l objectif initial de traçabilité, de classement visuel et mécanique des sciages a été atteint. Cette étude a démontré qu il s agit de deux lots de qualité relativement bonne puisque 83% des sciages sont de qualité C24 ou plus par classement visuel, et 99% par classement mécanique. Ce travail de traçabilité et de classement mécanique par les élèves de l Ecole Technique du Bois de Cormaranche-en-Bugey, a été un moment de partage de savoir faire et d expérience très enrichissant. Cela leur a permis de pratiquer le classement mécanique, et d entrevoir les multiples intérêts de cette méthode en comparaison au classement visuel. Ces nouveaux équipements de classement mécanique étant amenés à être de plus en plus présents et utilisés dans la filière, cela a été, pour ces futurs professionnels, l occasion de découvrir et d utiliser pour la première fois cette technologie. CERIBOIS Page 9 14/03/2013

Devis du protocole expérimental (mise à jour)

Devis du protocole expérimental (mise à jour) Devis du protocole expérimental (mise à jour) (Sécurité : C++ vs Java) Document présenté à : M. Dominique Goutier Dans le cadre du cours : Nouvelles technologies (420-620-SF) Étudiants : David Dastous

Plus en détail

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DE L ACIER

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DE L ACIER L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DE L ACIER MISE EN CONTEXTE L empreinte carbone d un produit correspond à la somme des gaz à effet de serre (GES) émis tout au long de son cycle de vie. L évaluation

Plus en détail

Classement des Sciages. Choix d aspect /norme européenne EN 975-1 Classe de résistance /norme française NFB 52-001-1

Classement des Sciages. Choix d aspect /norme européenne EN 975-1 Classe de résistance /norme française NFB 52-001-1 Classement des Sciages de Chêne Choix d aspect /norme européenne EN 975-1 Classe de résistance /norme française NFB 52-001-1 Elaboré par l Association de Promotion du Chêne Français AVANT-PROPOS Les dernières

Plus en détail

RCCFC. Projet de collaboration dans le secteur de l animation numérique

RCCFC. Projet de collaboration dans le secteur de l animation numérique RCCFC Projet de collaboration dans le secteur de l animation numérique Collège communautaire du Nouveau-Brunswick - Campus de la Péninsule acadienne et le Cégep de Matane Période couverte par le rapport

Plus en détail

Comment cloturer un exercice?

Comment cloturer un exercice? Comment cloturer un exercice? Comment cloturer un exercice et ses périodes financières? Precautions d usage Avant toute clôture ou manipulation irréversible dans une base de données il est nécessaire d

Plus en détail

NIMP n 7 SYSTÈME DE CERTIFICATION À L'EXPORTATION (1997)

NIMP n 7 SYSTÈME DE CERTIFICATION À L'EXPORTATION (1997) NIMP n 7 NORMES INTERNATIONALES POUR LES MESURES PHYTOSANITAIRES NIMP n 7 SYSTÈME DE CERTIFICATION À L'EXPORTATION (1997) Produit par le Secrétariat de la Convention internationale pour la protection des

Plus en détail

La Maison de la filière bois de

La Maison de la filière bois de La Maison de la filière bois de l Ain Présenta)on du 1 er décembre 2011 Le contexte et les acteurs du projet La politique forestière est au cœur des problématiques d aménagement du territoire et participe

Plus en détail

DIRECTIVE 2600-062. Comité de direction de l Université TABLE DES MATIÈRES

DIRECTIVE 2600-062. Comité de direction de l Université TABLE DES MATIÈRES DIRECTIVE 2600-062 TITRE : Directive relative à la gestion des contrats d approvisionnement, de services, de travaux de construction et d acquisition de technologies de l information ADOPTION : Comité

Plus en détail

Cryptoméria du Japon de l île de la Réunion : comportement au séchage et rétractabilité

Cryptoméria du Japon de l île de la Réunion : comportement au séchage et rétractabilité Cryptoméria du Japon de l île de la Réunion : comportement au séchage et rétractabilité Le développement de la ressource de Cryptomeria japonica (ou cryptoméria du Japon) sur l île de la Réunion a incité

Plus en détail

SOLUTIONS ENVISAGÉES. (i) La comparaison économique des solutions montre que la solution 2 entraîne des pertes électriques de 873,7 M$.

SOLUTIONS ENVISAGÉES. (i) La comparaison économique des solutions montre que la solution 2 entraîne des pertes électriques de 873,7 M$. Page 1 de 8 DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N O 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE (LA RÉGIE) AU TRANSPORTEUR RELATIVE AU PROJET À 735 KV DE LA CHAMOUCHOUANE BOUT-DE-L ÎLE, SOLUTIONS ENVISAGÉES 1. Références : (i) Pièce

Plus en détail

Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs

Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs Le présent document a été

Plus en détail

Sites Pilotes Nationaux Document de Travail 5 Résumé Mars 2008 Groupe ICF

Sites Pilotes Nationaux Document de Travail 5 Résumé Mars 2008 Groupe ICF Sites Pilotes Nationaux Document de Travail 5 Résumé Mars 2008 Groupe ICF L Intégration de la Performance Energétique dans les Logements Sociaux Numéro de Rapport: Contrat CE : EIE/05/027/SI2.41860 www.epi-soho.eu

Plus en détail

Notons enfin que le lecteur trouvera des bibliographies complémentaires à chaque fin de chapitre pour enrichir ses connaissances.

Notons enfin que le lecteur trouvera des bibliographies complémentaires à chaque fin de chapitre pour enrichir ses connaissances. Préambule De nombreux dirigeants et cadres d entreprises sont aujourd hui confrontés à la nécessité de développer de nouvelles technologies, de nouveaux produits ou de nouvelles organisations. Notre but

Plus en détail

Note méthodologique sur la statistique des prix de vente des appartements

Note méthodologique sur la statistique des prix de vente des appartements Note méthodologique sur la statistique des prix de vente des appartements Publication commune du STATEC et de l Observatoire de l habitat du ministère du Logement Décembre 2013 Ce document méthodologique

Plus en détail

Régression linéaire et corrélation

Régression linéaire et corrélation CHAPITRE 10 Régression linéaire et corrélation 1. Introduction Dans ce chapitre, nous regarderons comment vérifier si une variable à un influence sur une autre variable afin de prédire une des variables

Plus en détail

Résolution De Problème : Un sèche-linge sachant sécher!

Résolution De Problème : Un sèche-linge sachant sécher! 3ème Electricité Résolution De Problème : Un sèche-linge sachant sécher! DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Déroulement Compétences évaluées Remarques Initier les élèves de collège à la

Plus en détail

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CENTRES DE DONNÉES

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CENTRES DE DONNÉES L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CENTRES DE DONNÉES MISE EN CONTEXTE L empreinte carbone d un produit correspond à la somme des gaz à effet de serre (GES) émis tout au long de son cycle de vie.

Plus en détail

Lean Game Production de lampes de poche

Lean Game Production de lampes de poche Lean Game Production de lampes de poche Management industriel Analyse technique 1 er lancement Montage de cinq lampes selon des gammes opératoires données, les cinq postes de montage dans l ordre suivant

Plus en détail

S.C.M. Floc Hlay - Guyomard

S.C.M. Floc Hlay - Guyomard S.C.M. Floc Hlay - Guyomard Pierrick GUYOMARD 8, allée Marcel Cerdan - - 35150 JANZE Tél. : 06-81-88-76-82 / Tél-Fax : 02-99-47-56-96 Numéro SIRET : 444 681 274 00023 R.C.P. : MMA n 114 231 812 valable

Plus en détail

Révisé pour janvier 2014

Révisé pour janvier 2014 SERVICES DE L AGRÉMENT Lignes directrices pour les programmes de formation paramédicale sur l utilisation du Profil national des compétences professionnelles (PNCP) 2011 de l Association des paramédics

Plus en détail

FICHE INFO-NAGANO : COMMENT RELIER UN UTILISATEUR À UN PROJET

FICHE INFO-NAGANO : COMMENT RELIER UN UTILISATEUR À UN PROJET Généralités : FICHE INFO-NAGANO : COMMENT RELIER UN UTILISATEUR À UN PROJET L accès aux projets dans Nagano est sélectif et encadré par un système de droits d accès. Ce dernier s applique aux chercheurs,

Plus en détail

Calcul des subventions implicites pour chaque filière

Calcul des subventions implicites pour chaque filière Calcul des subventions implicites pour chaque filière Annexe technique à la Note économique sur les coûts croissants de la production d électricité au Québec Objet de la Note économique : L argument économique

Plus en détail

COMMISSION GENERALE DE NORMALISATION DU BATIMENT DTU

COMMISSION GENERALE DE NORMALISATION DU BATIMENT DTU Rôle et statut des NF DTU Pour leurs travaux de Bâtiment, les Maîtres d ouvrages peuvent choisir de se référer dans les contrats à des clauses types (administratives ou techniques). Ces clauses types bien

Plus en détail

Procédure. 1.1. Assurer la conservation des données cliniques des usagers de l UMF de façon conforme aux lois en vigueur et de façon claire.

Procédure. 1.1. Assurer la conservation des données cliniques des usagers de l UMF de façon conforme aux lois en vigueur et de façon claire. Procédure TITRE 1 sur 6 2013-11-27 1. OBJECTIFS 1.1. Assurer la conservation des données cliniques des usagers de l UMF de façon conforme aux lois en vigueur et de façon claire. 2. CHAMPS D APPLICATION

Plus en détail

RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014

RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014 1 RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014 2 Le présent rapport constitue le rapport final des résultats provenant

Plus en détail

L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation

L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation Chapitre 8 L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation Notions Processus : nature et présentation Progiciels de gestion dans les métiers de l organisation : approche

Plus en détail

Le système PEFC en bref

Le système PEFC en bref 10-1-1 NOTE À L ATTENTION DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES PUBLIANT UN APPEL D OFFRE PUBLIC INTÉGRANT UNE EXIGENCE PEFC OU UNE EXIGENCE DE CERTIFICATION DE LA GESTION DURABLE DE LA FORÊT Devant le fort

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Évaluation subjective d un site WEB

Évaluation subjective d un site WEB DIDIER Maxime Évaluation subjective d un site WEB J ai choisi le site www.materiel.net car je suis intéressé par l informatique. Ce site propose toute sorte de composants pour monter son ordinateur soi-même.

Plus en détail

Copie guidée. Copie encadrée

Copie guidée. Copie encadrée Copie guidée Objectif : entraîner le geste graphique. Mot écrit au tableau, l enseignant reproduit la première lettre en expliquant son geste graphique, les élèves la copient. Même procédé pour les autres

Plus en détail

2 Au-delà de cette dimension interne, l orientation de la gestion vers les résultats vise à mieux éclairer les décisions de politiques publiques en fournissant des informations pertinentes sur les coûts

Plus en détail

NOTICE «Solvabilité II» Évaluation interne des risques et de la solvabilité (ORSA)

NOTICE «Solvabilité II» Évaluation interne des risques et de la solvabilité (ORSA) NOTICE «Solvabilité II» Évaluation interne des risques et de la solvabilité (ORSA) (Version en date du 17/12/2015) TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction...3 2. Gouvernance de l ORSA...3 2.1. Approche générale...3

Plus en détail

APPEL À PROJETS 2013. Le parrainage de proximité des enfants en difficulté.

APPEL À PROJETS 2013. Le parrainage de proximité des enfants en difficulté. APPEL À PROJETS 2013 Le parrainage de proximité des enfants en difficulté. Dotation : 375 000 sur trois ans. Date limite de réception des dossiers : 4 janvier 2013 en collaboration avec Argumentaire sur

Plus en détail

Ce cahier appartient à. Tuteur de. Du / / Au / / AGEFOS PME PACA 146 rue Paradis CS 30002 MARSEILLE CEDEX 06 1/

Ce cahier appartient à. Tuteur de. Du / / Au / / AGEFOS PME PACA 146 rue Paradis CS 30002 MARSEILLE CEDEX 06 1/ CAHIER DE SUIVI DU TUTEUR DANS LE CADRE DU CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION Ce cahier appartient à Tuteur de Du / / Au / / AGEFOS PME PACA 6 rue Paradis CS 000 MARSEILLE CEDEX 06 / INTRODUCTION QU EST-CE

Plus en détail

BTS Blanc NRC 1e année

BTS Blanc NRC 1e année BTS Blanc NRC 1e année Durée : 4 heures Présentation du sujet La a pour activités : La vente et la maintenance de véhicules industriels La vente et l entretien de véhicules aux particuliers d une grande

Plus en détail

Suivi de la vérification 2007 2008 du Programme d aide à la recherche industrielle du CNRC (PARI-CNRC)

Suivi de la vérification 2007 2008 du Programme d aide à la recherche industrielle du CNRC (PARI-CNRC) C O N S E I L N A T I O N A L D E R E C H E R C H E S C A N A D A Suivi de la vérification 2007 2008 du Programme d aide à la recherche industrielle du CNRC (PARI-CNRC) V é r i f i c a t i o n i n t e

Plus en détail

Révision des normes ISO 9001:2015 et ISO 14001:2015

Révision des normes ISO 9001:2015 et ISO 14001:2015 Association Suisse pour Systèmes de Qualité et de Management (SQS) Service à la clientèle SQS Révision des normes ISO 9001:2015 et ISO 14001:2015 Règles de transition Table des matières 1. Publication

Plus en détail

Séquence 3. Comment les informations génétiques se transmettent-elles de cellules en cellules? Nos cellules, filles de la cellule-œuf

Séquence 3. Comment les informations génétiques se transmettent-elles de cellules en cellules? Nos cellules, filles de la cellule-œuf Sommaire Nous sommes en train d étudier le support des informations génétiques 1 au sein de nos cellules. Rapidement après sa formation, la cellule-œuf commence à se multiplier (vu en classe de 4 e ).

Plus en détail

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS PROJETS PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS 2 Exemple simplifié tiré d un cas concret : le remplacement de la cuisine centrale de l hôpital X Si les données de

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITES GENIE LOGICIEL

RAPPORT D ACTIVITES GENIE LOGICIEL TU Sy Quan Master CCI 2010-2011 Projet Exoculture http://exoculture.free.fr RAPPORT D ACTIVITES GENIE LOGICIEL Tu Sy Quan Master CCI 1 I. Présentation générale Dans le cadre de la formation du Master CCI,

Plus en détail

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE Fiche Info Prévention & Sécurité N 13 LE DOCUMENT UNIQUE REGLEMENTATION Médecine préventive - Nombreux sont les élus qui ont été contactés par des entreprises privées ou ont entendu parler du «document

Plus en détail

2.1 J approfondis ma réflexion

2.1 J approfondis ma réflexion Je sais ce que je veux faire, mais j ai besoin de mieux savoir comment m y prendre. Quelles sont les étapes? Quelles sont les questions à se poser? Qui va pouvoir m aider? 2.1 J approfondis ma réflexion

Plus en détail

Aline Vuano, Jean-François Quaranta et Pascal Staccini Master 2 «Ingénierie du Système de Santé» UFR Médecine, Université Nice Sophia Antipolis

Aline Vuano, Jean-François Quaranta et Pascal Staccini Master 2 «Ingénierie du Système de Santé» UFR Médecine, Université Nice Sophia Antipolis Aline Vuano, Jean-François Quaranta et Pascal Staccini Master 2 «Ingénierie du Système de Santé» UFR Médecine, Université Nice Sophia Antipolis Vendredi 1 juin 2007 Sommaire Matériel & Méthode : vers une

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Direction de l éducation des adultes et de l action communautaire Service de l évaluation des apprentissages DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Programme d études Informatique de la formation de base commune

Plus en détail

Chapitre 2 La reconnaissance et la validation des acquis

Chapitre 2 La reconnaissance et la validation des acquis Chapitre 2 La reconnaissance et la validation des acquis Qualifications + 14 I. Obtenir une attestation de qualifications 14 Qui est concerné? 14 Comment s y prendre? 14 Quel est le coût d une procédure?

Plus en détail

Implémentation de GMAO le cas d une usine de production d eau potable

Implémentation de GMAO le cas d une usine de production d eau potable Retour d expérience Implémentation de GMAO le cas d une usine de production d eau potable Implémenter un logiciel de GMAO n est pas une mince affaire, et ce quelque soit le type d activité qu exerce une

Plus en détail

La connaissance est le pouvoir

La connaissance est le pouvoir La connaissance est le pouvoir Le moment venu de concevoir un programme de carte commerciale, la connaissance est le pouvoir le pouvoir de rendre les dépenses d entreprise les plus efficaces et conviviales

Plus en détail

Les certifications professionnelles enregistrées au RNCP dans les métiers de l accompagnement vers l emploi et dans l emploi : une offre plurielle

Les certifications professionnelles enregistrées au RNCP dans les métiers de l accompagnement vers l emploi et dans l emploi : une offre plurielle Les certifications professionnelles enregistrées au RNCP dans les métiers de l accompagnement vers l emploi et dans l emploi : une offre plurielle Depuis le Loi du 17 janvier 2002, le Répertoire national

Plus en détail

Gouvernance des risques, Comités d audit et Commissaires aux comptes

Gouvernance des risques, Comités d audit et Commissaires aux comptes Gouvernance des risques, Comités d audit et Commissaires aux comptes Quelles évolutions, quelles attentes? CONFERENCE 30 NOVEMBRE 2010 0 Sommaire 1 Actualité réglementaire et impact sur les relations CAC

Plus en détail

Seuil d accès à l aide sociale Résultats de l évaluation partielle. Theres Egger, bureau d'études de politique du travail et de politique sociale BASS

Seuil d accès à l aide sociale Résultats de l évaluation partielle. Theres Egger, bureau d'études de politique du travail et de politique sociale BASS Mise en œuvre des nouvelles normes CSIAS dans le canton de Berne: évaluation partielle concernant le seuil d accès à l aide sociale Conférence de presse du 11 mai 2006 Seuil d accès à l aide sociale Résultats

Plus en détail

Dossier. Le MRP ou son équivalent en français CBN - Le MRP II JAT flux tiré. Comparatif des systèmes de planification de la production.

Dossier. Le MRP ou son équivalent en français CBN - Le MRP II JAT flux tiré. Comparatif des systèmes de planification de la production. Dossier Le MRP ou son équivalent en français CBN - Le MRP II JAT flux tiré Objet : Comparatif des systèmes de planification de la production. Par le biais d un Calcul de besoins net combiné à un outil

Plus en détail

Parcours de formation SIN 7. Formation des enseignants

Parcours de formation SIN 7. Formation des enseignants Parcours de formation SIN 7 Formation des enseignants La démarche de projet Formation des enseignants DEFINITION D UN PROJET X50 106 C est une démarche spécifique qui permet de structurer méthodiquement

Plus en détail

L Aide au Contrôle de légalité dématerialisé

L Aide au Contrôle de légalité dématerialisé Collectivités locales P A S S E Z À L «ACTES» L Aide au Contrôle de légalité dématerialisé Le mot du préfet Exigence prévue par l article 72 de la Constitution du 4 octobre 1958, le contrôle de légalité

Plus en détail

TGC Extrusion. TGC Extrusion : TGC. La démarche ATEX SOMMAIRE

TGC Extrusion. TGC Extrusion : TGC. La démarche ATEX SOMMAIRE : La démarche ATEX Destinataire : A l attention de : Date : 25/09/2007 Version N : 02 SOMMAIRE A. BUTS & OBJECTIFS...2 B. QUELQUES DEFINITIONS...2 C. ZONAGE ET CONFORMITE DES EQUIPEMENTS...3 D. CONSEILS

Plus en détail

Examen Final Commun 2015 La méthode d évaluation axée sur les compétences

Examen Final Commun 2015 La méthode d évaluation axée sur les compétences Examen Final Commun 2015 La méthode d évaluation axée sur les compétences Informations I. Aperçu et généralités II. Le processus d évaluation - Jour 1 III. Le processus d évaluation - Jours 2 et 3 Le programme

Plus en détail

Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques

Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques Organisme : Université Claude Bernard Lyon1 Dates : février 2013- septembre 2013 Présentation

Plus en détail

Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise

Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise La comptabilité dite générale ou privée est une technique quantitative conventionnelle de traitement de l information à caractère monétaire prenant

Plus en détail

«Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption»

«Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption» «Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption» 1- Rejoindre le jeune sur son chemin : Les jeunes que je reçois en séance de méthodologie viennent me voir

Plus en détail

Tableau de Bord Mobile

Tableau de Bord Mobile Instance Nationale des Télécommunications Tableau de Bord Mobile Suivi des principaux indicateurs du marché de la téléphonie mobile en Tunisie Sommaire 1. Parc global......... 2 2. Taux de pénétration......

Plus en détail

1. L alternance 2 2. L accompagnement en entreprise 2. 3. Alternance et mission tutorale 2. 4. Les outils de la mission tutorale 4

1. L alternance 2 2. L accompagnement en entreprise 2. 3. Alternance et mission tutorale 2. 4. Les outils de la mission tutorale 4 1. L alternance 2 2. L accompagnement en entreprise 2 2.1 Qui est concerné par la fonction tutorale? 2 2.2 Contexte réglementaire du système conventionnel de l alternance 2 3. Alternance et mission tutorale

Plus en détail

ISO 9000 version 2000 : management des processus

ISO 9000 version 2000 : management des processus 2001-2002 ISO 9000 version 2000 : management des processus David ROUSSE SOMMAIRE I - Avant propos 3 II - Introduction 3 III - Concept de processus 3 IV - Identification des processus 4 V - Pilotage des

Plus en détail

La gestion et le gestionnaire

La gestion et le gestionnaire Chapitre 3 La gestion et le gestionnaire Objectifs pédagogiques Après avoir lu ce chapitre l étudiant doit être capable de : Donner une description de la nature de la gestion. Expliquer le processus de

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Modifiée : Page 1 de 20 DIRECTIVES ADMINISTRATIVES DÉFINITIONS 1. La direction d école ou la direction nouvellement nommée s entend : a) d une direction qualifiée sans expérience dans ce poste au sein

Plus en détail

PROJET DE NOTE RELATIVE A L ENTRETIEN PROFESSIONNEL ANNUEL

PROJET DE NOTE RELATIVE A L ENTRETIEN PROFESSIONNEL ANNUEL PROJET DE NOTE RELATIVE A L ENTRETIEN PROFESSIONNEL ANNUEL La présente note a pour objet de préciser les modalités de mise en œuvre de l entretien professionnel annuel prévu à l article 21 de la convention

Plus en détail

Business Process Analysis (BPA)

Business Process Analysis (BPA) Information engineering since 1989 conception développement intégration optimisation Business Process Analysis (BPA) LIVRE BLANC Introduction à «La Démarche Processus» 1 Pourquoi adopter une démarche processus?

Plus en détail

DIVISION DE FACILITATION (FAL) DOUZIÈME SESSION. Le Caire (Égypte), 22 mars 2 avril 2004

DIVISION DE FACILITATION (FAL) DOUZIÈME SESSION. Le Caire (Égypte), 22 mars 2 avril 2004 FAL/12-WP/12 13/1/04 DIVISION DE FACILITATION (FAL) DOUZIÈME SESSION Le Caire (Égypte), 22 mars 2 avril 2004 Point 3 : 3.2 : Mise en œuvre de mesures modernes de facilitation et de sûreté dans le transport

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Contrôle de Gestion I. Le Contrôle de Gestion 1. Définition Le contrôle de gestion est une forme de contrôle organisationnel. C est une forme de contrôle adaptée aux structures d

Plus en détail

Comparatif Intentions d embauches 2013 (BMO) et offres enregistrées

Comparatif Intentions d embauches 2013 (BMO) et offres enregistrées Comparatif Intentions d embauches 2013 (BMO) et offres enregistrées Avril 2014 Objectif de l étude Pour la douzième année consécutive, l enquête Besoin en Main d œuvre (BMO) a été réalisée fin 2012 et

Plus en détail

Consignes d élaboration du travail de diplôme (TD)

Consignes d élaboration du travail de diplôme (TD) Consignes d élaboration du travail de diplôme (TD) Filière MSP 5400h Définition Le travail de diplôme (TD) est une épreuve certificative qui se déroule durant le deuxième cycle. Par celle-ci, l étudiant

Plus en détail

L APPEL D OFFRES ET SA PRÉPARATION

L APPEL D OFFRES ET SA PRÉPARATION I L APPEL D OFFRES ET SA PRÉPARATION 15 16 Pour mettre en évidence les acquis obtenus grâce au programme : «Les maîtrises d ouvrage et l élaboration de la commande. Logiques d action et mobilisation de

Plus en détail

NOM : BONNET Prénom : Dominique Date : 25 avril 2005 PREPARATION DE LECON

NOM : BONNET Prénom : Dominique Date : 25 avril 2005 PREPARATION DE LECON NOM : BONNET Prénom : Dominique Date : 25 avril 2005 PREPARATION DE LECON Branche : TECHNOLOGIE Sujet : L APPAREIL CROISE - LES DEUX TYPES Classe : 3 ème degré de l enseignement professionnel 1. REFERENCES

Plus en détail

Conduite d opérations logistiques

Conduite d opérations logistiques Certificat de Qualification Professionnelle Conduite d opérations logistiques REPERAGE DES COMPETENCES DU CANDIDAT Le titulaire du CQP Conduite d opérations logistiques est capable de : Réaliser tout ou

Plus en détail

Démarche projet détaillée

Démarche projet détaillée 3iL Expertise 43, Rue de Sainte-Anne 87000 Limoges Tél : 06.62.46.49.60 E-mail : contact@3il-expertise.fr - www.3il-expertise.fr Date Janvier 2013 Diffusion Public Auteur BOUILLER Romain Relecture CASTEX

Plus en détail

Certificat de Qualification Professionnelle PILOTAGE DE PROCEDE DE CONDITIONNEMENT REPERAGE DES COMPETENCES DU CANDIDAT

Certificat de Qualification Professionnelle PILOTAGE DE PROCEDE DE CONDITIONNEMENT REPERAGE DES COMPETENCES DU CANDIDAT Nom et prénom du candidat : Entreprise : Certificat de Qualification Professionnelle PILOTAGE DE PROCEDE DE CONDITIONNEMENT REPERAGE DES COMPETENCES DU CANDIDAT Le titulaire du C. Q. P. Pilotage de ligne

Plus en détail

Gestion des médias numériques totalement intégrée à l'environnement SharePoint

Gestion des médias numériques totalement intégrée à l'environnement SharePoint Gestion des médias numériques totalement intégrée à l'environnement SharePoint ELP 73 Rue de Turbigo 75003 PARIS Tél. 01 42 78 01 95 Fax. 01 42 78 60 48 www.elp.fr www.adhoc.eu.com info@elp.fr PRESENTATION

Plus en détail

Les Réseaux de Neurones avec

Les Réseaux de Neurones avec Les Réseaux de Neurones avec Au cours des deux dernières décennies, l intérêt pour les réseaux de neurones s est accentué. Cela a commencé par les succès rencontrés par cette puissante technique dans beaucoup

Plus en détail

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Présentation du cours

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Présentation du cours Séminaires Système D Information Formation Conduite du Changement Présentation du cours Objectifs Il s agit notamment de : Sensibiliser à la conduite du changement Comprendre les problématiques associées

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE N 5. Comparaison des résultats obtenus par ICP/MS avec les autres techniques d analyse pour Fe, Ti et Hg

NOTE TECHNIQUE N 5. Comparaison des résultats obtenus par ICP/MS avec les autres techniques d analyse pour Fe, Ti et Hg NOTE TECHNIQUE N 5 Comparaison des résultats obtenus par avec les autres techniques d analyse pour Fe, Ti et Ce document est diffusé à titre informatif et est basé sur des résultats et observations d essais

Plus en détail

Déclaration environnementale. Avril 2008

Déclaration environnementale. Avril 2008 Déclaration environnementale Avril 2008 Date de la vérification : x x 2008 Date de la prochaine déclaration simplifiée : x 2009 S O M M A I R E 1 Glossaire p. 1 2 Présentation de SOFIBUS p. 2 3 Politique

Plus en détail

Pour les quatre catégories, deux trophées seront remis selon la taille des entreprises : moins de 250 salariés et plus de 250 salariés.

Pour les quatre catégories, deux trophées seront remis selon la taille des entreprises : moins de 250 salariés et plus de 250 salariés. ARTICLE 1 : Organisateur Le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF), association reconnue d'utilité publique par décret du 6 mars 1922, dont le siège se situe au 1, Avenue Pierre de Coubertin

Plus en détail

Date : 03.12.2013 La feuille de format A4 et ses cylindres présentation

Date : 03.12.2013 La feuille de format A4 et ses cylindres présentation Date : 03.1.013 a feuille de format A4 et ses cylindres présentation Titre : a feuille de format A4 et ses cylindres Numéro de la dernière page : 8 Degré : 11 ème S+C : première partie 11 ème S + 1 ère

Plus en détail

Joint Master of Architecture. Directive pour l élaboration de la Thèse Master

Joint Master of Architecture. Directive pour l élaboration de la Thèse Master Joint Master of Architecture Directive pour l élaboration de la Thèse Master Août 2013 Entériné le 29 août 2013 par la direction du Joint Master of Architecture Berner Fachhochschule Haute école spécialisée

Plus en détail

Politique sur la santé et le mieux être au travail

Politique sur la santé et le mieux être au travail Politique sur la santé et le mieux être au travail Politique adoptée au conseil administration Le 9 avril 2014 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 1. DÉFINITIONS... 3 2. CHAMP D APPLICATION... 4 3. OBJECTIFS...

Plus en détail

Comprendre et articuler les différentes solutions d accompagnement partenaires du Chantier Présidentiel La France S engage

Comprendre et articuler les différentes solutions d accompagnement partenaires du Chantier Présidentiel La France S engage ADASI - Association de Développement de l Accompagnement à la Stratégie et à l Innovation de l intérêt général Comprendre et articuler les différentes solutions d accompagnement partenaires du Chantier

Plus en détail

Guide d utilisation. TWS Stats V2.1

Guide d utilisation. TWS Stats V2.1 Guide d utilisation TWS Stats V2.1 Avril 2007 Contact et Support AASTRA MATRA Telecom Adresse : 1 rue Arnold Schoenberg 78280 Guyancourt - France Tél : France : +33 1 30 96 42 42 Fax : +33 1 30 96 42 43

Plus en détail

Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures

Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures NOVEMBRE 2014 Examen des rapports d enquête microbiologique Sommaire Introduction... 2 Les rapports d enquête microbiologique... 2 Contenu commun

Plus en détail

Modélisation systémique de l'organisation

Modélisation systémique de l'organisation Modélisation systémique 1 2005-09-06 Modélisation systémique de l'organisation Ce chapitre vise à introduire à la modélisation d un système organisationnel. On explique d abord quelques notions liées à

Plus en détail

La substitution qu est ce que c est? Que doit-on substituer?

La substitution qu est ce que c est? Que doit-on substituer? La substitution qu est ce que c est? La substitution consiste à remplacer un produit chimique dangereux par un autre produit ou par un procédé, moins dangereux ou non dangereux dans l idéal. La substitution

Plus en détail

ANNEXE VII : NOTICE D ACCOMPAGNEMENT. Demande de Validation des Acquis de l Expérience pour le diplôme d Etat de moniteur éducateur

ANNEXE VII : NOTICE D ACCOMPAGNEMENT. Demande de Validation des Acquis de l Expérience pour le diplôme d Etat de moniteur éducateur ANNEXE VII : NOTICE D ACCOMPAGNEMENT Demande de Validation des Acquis de l Expérience pour le diplôme d Etat de moniteur éducateur MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DE L EDUCATION

Plus en détail

CONSTRUCTION, ANIMATION ET

CONSTRUCTION, ANIMATION ET 2010 KIT A CONSTRUCTION, ANIMATION ET VALORISATION D'UN ATELIER RECIT Celine Lorenz Réd. Celine Lorenz 14/06/2010 KIT A CONSTRUCTION, ANIMATION ET VALORISATION D UN ATELIER Ce kit vous permettra de réaliser

Plus en détail

L affaiblissement acoustique des cloisons Fermacell en comparaison

L affaiblissement acoustique des cloisons Fermacell en comparaison Institut pour l acoustique Kühn + Blickle 6314 Unterägeri Gewerbestrasse 9b Téléphone 041 750 22 23 Fax 041 750 52 33 L affaiblissement acoustique des cloisons Fermacell en comparaison Traduit de l allemand

Plus en détail

COMMENT REALISER UN QCM POUR L EVALUATION

COMMENT REALISER UN QCM POUR L EVALUATION COMMENT REALISER UN QCM POUR L EVALUATION INDIVIDUELLE D UN APP? EFSTATHIOU Emilie 1, KARFAL Ghizlane 2 1 4 ème année Génie Mécanique Ingénierie Système, INSA Toulouse 2 4 ème année Génie Mécanique Ingénierie

Plus en détail

Le réseau des Equipes Techniques de Plans Locaux pour l Insertion et l Emploi

Le réseau des Equipes Techniques de Plans Locaux pour l Insertion et l Emploi Le réseau des Equipes Techniques de Plans Locaux pour l Insertion et l Emploi PTI PLIE Quelles convergences? 30 avril 2014 Document de travail Les PLIE se sont toujours situés en complémentarité des autres

Plus en détail

Les particuliers : ils téléphonent autant la journée que le soir, envoient quelques SMS, leur consommation peut varier entre 1 h et 15 h environ

Les particuliers : ils téléphonent autant la journée que le soir, envoient quelques SMS, leur consommation peut varier entre 1 h et 15 h environ Les particuliers : ils téléphonent autant la journée que le soir, envoient quelques SMS, leur consommation peut varier entre 1 h et 15 h environ Les jeunes ou étudiants : ils ont un budget limité, ils

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Cahier des charges pour un appel à projet d études

Cahier des charges pour un appel à projet d études Cahier des charges pour un appel à projet d études Mise en concurrence pour une étude portant sur : «L analyse des besoins en formation des salariés en emplois partagés dans le secteur de la production

Plus en détail

février 2010 Directive Machines

février 2010 Directive Machines février 2010 Directive Machines Directive Machines 2 Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Rue du Progrès, 50 B - 1210 BRUXELLES N d entreprise : 0314.595.348 http://economie.fgov.be

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS DE BASE SUR L ESTIMATION DE LA FRÉQUENTATION DES ÉVÈNEMENTS RÉCRÉOTOURISTIQUES

CONSIDÉRATIONS DE BASE SUR L ESTIMATION DE LA FRÉQUENTATION DES ÉVÈNEMENTS RÉCRÉOTOURISTIQUES MONTRÉAL 1180, rue Drummond Bureau 620 Montréal (Québec) H3G 2S1 T 514 878-9825 QUÉBEC 3340, rue de La Pérade 3e étage Québec (Québec) G1X 2L7 T 418 687-8025 WWW.SOM.CA CONSIDÉRATIONS DE BASE SUR L ESTIMATION

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail