CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE PARIS (CMAP) (75)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE PARIS (CMAP) (75)"

Transcription

1 RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES ET SA RÉPONSE CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE PARIS (CMAP) (75) Exercices 2009 et suivants Observations définitives délibérées le 16 septembre 2014

2

3 SOMMAIRE SYNTHESE... 5 RECOMMANDATIONS... 6 OBSERVATIONS RAPPEL DE LA PROCÉDURE PRÉSENTATION L environnement francilien Les conséquences de la réforme du réseau consulaire Des liens anciens entre la chambre de métiers et de l artisanat de Paris et la chambre régionale de métiers et de l artisanat Île-de-France Le rôle de la CMAP ACTIVITÉS DE LA CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE PARIS Le centre de formalités des entreprises - Répertoire des métiers - Apprentissage Le centre de formalités des entreprises Le répertoire des métiers La qualification artisanale L apprentissage La formation Le service économique GOUVERNANCE Présentation Le président L assemblée générale Le bureau Les commissions Les indemnités et vacations FIABILITÉ DES COMPTES Les dépréciations d actif Le report à nouveau La détermination du résultat Les rattachements de charges Les rattachements de produits Les provisions Les immobilisations La régie de recettes et d avances Le fonctionnement général Le fonctionnement de la régie de recettes Le fonctionnement de la régie d avances Conclusion S / VA 2/48

4 6. PROCÉDURE BUDGÉTAIRE L approbation des budgets et comptes de gestion Les prévisions et réalisations budgétaires Le développement incohérent de comptes Non respects des crédits votés Le logiciel comptable Le concours du commissaire aux comptes En ce qui concerne le commissariat aux comptes pour les exercices 2009 à En ce qui concerne la désignation du nouveau commissaire aux comptes à l issue de la procédure initiée en ANALYSE FINANCIÈRE Les charges Les charges de personnel Les études et recherches Les déplacements, missions et réceptions L investissement Le financement du fonctionnement et de l investissement Les produits et le résultat de fonctionnement La capacité d autofinancement Le fonds de roulement Conclusion RESSOURCES HUMAINES L organisation du service Les effectifs globaux Le statut des personnels des CMA Un mode de management à parfaire Une situation non satisfaisante jusqu à fin Un mode de gestion des ressources humaines antérieur qui perdure, et qui reste à moderniser Une gestion administrative des ressources humaines perfectible L examen des dossiers individuels Procédures de licenciement Des relations avec la chambre régionale de métiers et de l artisanat Des agents mis à disposition de la CRMA Une procédure de licenciement pour suppression de l emploi La mutualisation des ressources informatiques Conclusion COMMANDE PUBLIQUE La mutualisation de certains marchés de la CMAP : une mutualisation liée à la régionalisation des compétences des chambres de métier et de l artisanat Organisation de la commande publique Les procédures internes de passation des marchés publics de la CMAP : le guide des procédures internes de l achat public S / VA 3/48

5 9.4. L examen de différents marchés Des manquements au principe d égalité des candidats devant la commande publique Un recours aux marchés complémentaires non justifiés Une définition des besoins défaillante réalisée par l assistance à maîtrise d ouvrage choisie Des irrégularités procédurales dans le marché relatif à la «réalisation de prestations graphiques» Le marché de gros œuvre de climatisation : des avenants bouleversant l économie du marché en l absence de sujétions techniques imprévisibles Conclusion sur la commande publique ANNEXES Annexe n 1 : Activités du CFE Annexe n 2 : Évolution des mouvements du répertoire des métiers Annexe n 3 : Titres de qualification artisanale délivrés Annexe n 4 : Formations dispensées Annexe n 5 : Analyse financière GLOSSAIRE DES SIGLES UTILISES S / VA 4/48

6 SYNTHESE La chambre de métiers et de l artisanat de Paris (CMAP) a pour vocation de représenter, promouvoir et défendre les intérêts généraux de l artisanat parisien et de promouvoir le développement des entreprises du secteur. Avec plus de entreprises artisanales immatriculées au répertoire des métiers et plus de chefs d entreprises artisanales, la chambre de Paris est la plus importante chambre des métiers et de l artisanat départementale de France. Les métiers de l artisanat d art et de la création y sont fortement présents. La CMAP ne gère pas de centre de formation pour apprentis (CFA). Un environnement profondément modifié par la réforme du réseau consulaire La réforme du réseau consulaire des chambres de métiers et de l artisanat (CMA), issue de la loi du 23 juillet 2010 et du décret du 11 novembre 2010, a profondément bouleversé leurs modalités d organisation. Ses conséquences, notamment en ce qui concerne la fixation de la taxe pour frais de chambre par la chambre régionale de métiers et de l artisanat et une nécessaire mutualisation de certaines missions et de l organisation, sont d ores et déjà perceptibles. Il est, cependant, constaté une mutualisation bien trop lente au regard des enjeux. Des efforts de chacune des institutions sont attendus. Le fonctionnement de l assemblée générale, des commissions et du bureau, pour ce dernier depuis 2011, sont conformes à la réglementation. Une fiabilité des comptes largement à parfaire Bien que les comptes financiers aient été certifiés tout au long de la période contrôlée, un nombre significatif d erreurs et d irrégularités a été constaté. Des imputations comptables ne sont pas respectées, les balances comptables sont parfois erronées, des crédits votés sont modifiés en cours d exercice, les dispositions du référentiel comptable du réseau des CMA ne sont pas toutes respectées. Le changement de logiciel comptable devrait permettre une très sensible amélioration, mais qui doit s accompagner de la mise en place et de la formalisation de procédures comptables et financières. Des ressources financières importantes L analyse de la situation financière de la CMAP révèle que les ressources couvrent les besoins. Le report à nouveau s élevait, au 31 décembre 2012, à plus de 29 M 1, les valeurs de placement, à la même date, dépassaient 10 M. Cette situation excédentaire s est encore accentuée depuis la réforme. Les droits fixés au niveau régional, qui doivent permettre à d autres chambres de la région d Île-de-France de faire face à leurs engagements, notamment celles gérant des CFA, ont conduit à l attribution à la CMAP de ressources qui ne lui sont pas nécessaires. Une vigilance nécessaire en matière de ressources humaines La gestion des ressources humaines, et tout particulièrement jusqu en 2011, est affectée de sérieux dysfonctionnements et témoigne d un mode de management essentiellement opaque. Des améliorations significatives ont été constatées avec la mise en place de fiches de poste et de procédures d évaluation. Il est vivement recommandé à la CMAP de poursuivre en ce sens. Les règles de la commande publique à respecter Les procédures de passation de 21 marchés ont été examinées. Alors qu un guide des procédures internes, conforme à la réglementation et tenu à jour, a été établi, les règles de la commande publique, sur divers points, n ont pas été respectées pour sept d entre eux. Il est rappelé que l établissement a l obligation de se conformer au code des marchés publics afin d assurer le libre accès à la commande publique, l égalité de traitement des candidats et la transparence des procédures. 1 M : millions d euros. S / VA 5/48

7 Chambre de métiers et de l artisanat de Paris - Exercices 2009 et suivants Observations définitives RECOMMANDATIONS Au terme de ses travaux, la chambre formule les recommandations suivantes : FIABILITÉ DES COMPTES Recommandation n 1 : La chambre recommande d anticiper les impacts, méthodologiques et financiers, induits par l amortissement réel budgétaire des bâtiments administratifs prévu par le référentiel comptable applicable. 14 Recommandation n 2 : La chambre recommande de tenir une comptabilité d engagement. Elle recommande également d élaborer des procédures comptables et financières respectant le référentiel comptable et de les formaliser par écrit Recommandation n 3 : La chambre recommande de modifier l acte de création de la régie et de réviser les actes de nomination des régisseurs, notamment au regard du cautionnement et des responsabilités exercées PROCÉDURE BUDGÉTAIRE Recommandation n 4 : La chambre recommande de vérifier rigoureusement les documents budgétaires présentés au vote de l AG. À l occasion du changement de logiciel comptable, elle recommande la mise en place et la formalisation de procédures financières, budgétaires et comptables RESSOURCES HUMAINES Recommandation n 5 : La chambre recommande de prendre toutes dispositions afin de mettre en place une gestion rigoureuse des dossiers individuels des agents. Ces dossiers doivent contenir tous les documents affectant la situation administrative des agents et tous documents requis pour l exercice des fonctions S / VA 6/48

8 «La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration» Article 15 de la Déclaration des Droits de l Homme et du Citoyen 1. RAPPEL DE LA PROCÉDURE OBSERVATIONS Par délégation de la Cour des comptes et sur le fondement des articles L et R et 2 du code des juridictions financières (CJF) ainsi que de divers arrêtés du Premier Président de la Cour des comptes, la chambre régionale des comptes d Île-de-France a examiné la gestion de la chambre de métiers et de l artisanat de Paris (CMAP) au cours des exercices 2009 et suivants. L ouverture du contrôle a été notifiée au président de la CMAP, par lettre, le 24 octobre Le préfet de région, autorité de tutelle de la CMAP, en a été informé, le même jour. Le contrôle a, plus particulièrement, porté sur les sujets de la gouvernance, de la régularité et de la fiabilité des comptes, de la situation financière, de la gestion des ressources humaines et de la commande publique. L entretien préalable, prévu à l article L du code des juridictions financières, a eu lieu avec le président de la CMAP, le 24 mars Dans sa séance du 12 mai 2014, la chambre a décidé l envoi d un rapport d observations provisoires sur les comptes et la gestion de la CMAP. Ce rapport a été adressé au président de la CMAP, le 18 juin L accusé de réception est daté du 19 juin Des extraits du rapport ont été adressés, le 18 juin 2014, à deux cabinets de commissaire aux comptes (ci-après dénommés A et B) et deux agents concernés par des observations. Les accusés de réception sont datés, respectivement, des 19 juin 2014, 20 juin 2014, 23 juin 2014 et 19 juin Le président de la CMAP a fait part de ses réponses aux observations par une lettre du 1 er août 2014 enregistrée par le greffe de la chambre, le 4 août Les deux cabinets ont répondu, l un par un courrier électronique, le 19 août 2014, enregistré par le greffe de la chambre, le 19 août 2014, confirmé par une lettre enregistrée par le greffe de la chambre, le 20 août 2014, et l autre par une lettre du 1 er août 2014, enregistrée par le greffe de la chambre, le 4 août Seul l un des deux agents a répondu par une lettre du 1 er juillet 2014, enregistrée par le greffe de la chambre, le 7 juillet Dans sa séance du 16 septembre 2014, après avoir examiné les réponses reçues, la chambre a arrêté les observations définitives ci-après. Ont délibéré M. Christian Berninger, président de section, président de séance, M. Zian Roch, premier conseiller, et M me Carmen Bourvic, première conseillère, rapporteur, en présence de M me Agnès Méloute, auxiliaire de greffe. S / VA 7/48

9 2. PRÉSENTATION 2.1. Environnement francilien Au 31 décembre 2012, entreprises artisanales étaient recensées sur le territoire francilien, dont environ 42 % dans le secteur du bâtiment, 36 % dans celui des services, 13 % dans celui de la fabrication et 8 % dans celui de l alimentation. La CMAP regroupait, alors, entreprises sur son territoire, soit 21 % des entreprises artisanales franciliennes Conséquences de la réforme du réseau consulaire La loi n du 23 juillet 2010 relative aux réseaux consulaires, au commerce, à l artisanat et aux services et le décret n du 11 novembre 2010 mettant en œuvre la réforme des chambres de métiers et de l artisanat ont profondément bouleversé les modalités d organisation des chambres de métiers et de l artisanat (CMA) et entraînent des conséquences financières et organisationnelles. Ayant pour objectif d harmoniser les actions des différentes chambres départementales, la chambre régionale doit assurer leur cohérence selon des axes définis au niveau de la région. En centralisant les ressources, puisque la taxe pour frais de chambre de métiers et de l artisanat, et éventuellement le droit de dépassement, est fixée et perçue au niveau régional, la réforme doit également permettre une meilleure répartition des moyens financiers en fonction des besoins de chaque chambre départementale, ces derniers étant nécessairement différents selon, notamment, qu elles gèrent ou non des centres de formation pour apprentis. Comme pendant de la mutualisation des ressources, la réforme implique, également, la mise en commun de compétences, contribuant ainsi à une meilleure efficacité des chambres départementales et à une gestion plus économe des moyens. La chambre constate que cette mutualisation avance bien lentement Des liens anciens entre la chambre de métiers et de l artisanat de Paris et la chambre régionale de métiers et de l artisanat d Île-de-France Avant la réforme des établissements du réseau consulaire, la CMAP assurait la gouvernance administrative et la gestion de la chambre régionale des métiers (CRMA Île-de-France). Créée par un décret du 10 mars 1998, la chambre régionale de métiers et de l artisanat d Île-de-France a disposé de 200 m² de bureaux, de locaux meublés et informatisés, mis à disposition à titre onéreux par la CMAP. Une convention d occupation du domaine public conclue le 29 octobre 2009, pour la période du 1 er janvier 2010 au 31 décembre 2010, reconductible tacitement chaque année, fixait les modalités de cette mise à disposition. Cette convention régularisait une situation déjà existante. La redevance due par la chambre régionale de métiers et de l artisanat s élevait à par an, hors charges, taxes et impôts, auxquels s ajoutait une provision pour charges, à régulariser chaque année, de par an. Cette mise à disposition a pris fin au 31 mars L état des lieux de sortie des locaux a été signé, pour le compte de la CMAP, par le responsable du bureau des affaires générales et de la commande publique en fonction, qui n était pas, formellement, habilité à agir au nom de l établissement. S / VA 8/48

10 Le précédent secrétaire général de la CMAP était également, jusqu à fin 2010, secrétaire général de la CRMA Rôle de la CMAP La chambre de métiers et de l artisanat de Paris (CMAP) a été créée par le décret n du 30 juin 1976, tout comme les CMA des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. La CMAP définit sa mission comme étant de «représenter, promouvoir et défendre les intérêts généraux de l artisanat parisien et de promouvoir le développement des entreprises du secteur». Ses attributions sont expressément énumérées aux articles 23 et 23-2 du code de l artisanat. Au 30 juin 2014, entreprises artisanales étaient immatriculées au répertoire des métiers et il existait chefs d entreprises artisanales, ce qui fait de la chambre de Paris la plus importante CMA départementale de France. Celle-ci détient, parmi ses ressortissants, une représentation importante des métiers de l artisanat d art et de la création. La CMAP est organisée en plusieurs services coordonnés par un secrétaire général, nommé par son président et qui lui est directement rattaché. Les agents sont régis par le statut du personnel des chambres de métiers. Début 2012, la CMAP a réorganisé ses services afin de faire du centre de formalités des entreprises un interlocuteur unique pour celles-ci, avec pour objectif d améliorer, ainsi, les services rendus à ses ressortissants. 3. ACTIVITÉS DE LA CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE PARIS Des notes d instruction, à destination des agents, mises en place, pour certaines, depuis 2004 et dont la dernière mise à jour date de juillet 2013, détaillent les procédures à suivre selon les activités Centre de formalités des entreprises - Répertoire des métiers - Apprentissage La CMA de Paris ne dispose pas d un centre de formation pour apprentis. Cependant, ses missions en matière de formation recouvrent plusieurs champs dans l accompagnement des apprentis et le suivi des contrats d apprentissage et dans le cadre de partenariats avec différents établissements ou écoles professionnelles. Le regroupement des entités que sont le centre de formalités des entreprises (CFE), le répertoire des métiers (RM) et l apprentissage, intervenu en janvier 2012, avaient des objectifs de deux ordres : offrir un guichet unique aux chefs d entreprises pour l ensemble des formalités, améliorer la mutualisation des moyens de différents services en permettant une meilleure répartition des activités entre les personnels d accueil et les assistants en formalités qui traitent les dossiers. La CMAP souligne que l efficacité de cette organisation a conduit l assemblée permanente des chambres de métiers et de l artisanat, par une délibération des 27 et 28 mai 2014, à imposer ce type d organisation à l ensemble des CMA, au plus tard à compter du 31 décembre S / VA 9/48

11 Centre de formalités des entreprises Le centre de formalités des entreprises est le guichet unique pour les formalités administratives en matière de création, constitution, modification et cessation des entreprises. Sur la période 2009 à 2013, un accroissement important du nombre de dossiers traités a été relevé. Cette augmentation du nombre de dossiers déposés est fortement liée au régime de l auto-entrepreneur créé par la loi n du 4 août Ainsi, le nombre de dossiers déposés est passé de près de dossiers à près de (tableau en annexe n 1) Répertoire des métiers Le répertoire des métiers a enregistré, chaque année entre 2009 et 2013, de à immatriculations et environ radiations (tableau en annexe n 2). La CMAP a souligné le nombre croissant d auto-entrepreneurs inscrits au répertoire des métiers. Ainsi, le nombre de mouvements déclaratifs est passé de mouvements, en 2009, à mouvements, en Selon la CMAP, auto-entrepreneurs étant immatriculés au répertoire des métiers, depuis le 1 er avril 2010, et toujours actifs, près de 10 % de l accroissement du nombre d entreprises actives leur est imputable Qualification artisanale La chambre de métiers et de l artisanat a compétence pour attribuer les titres d artisan et de maître artisan. Une note d instruction précise la procédure permettant d attribuer les différents titres, ou qualités, d artisan ou d artisan d art, de maître artisan ou maître artisan en métier d art titres, dont 61 d artisan d art et de maître artisan en métier d art, ont ainsi été délivrés entre 2009 et 2013 (annexe n 3) Apprentissage La CMAP ne gère pas de centre de formation des apprentis. Elle assure, cependant, l enregistrement des contrats d apprentissage. Une note d instruction, mise à jour en juillet 2013, précise la procédure. Le nombre de contrats enregistrés est passé de contrats, en 2009, à 2 137, en Selon la CMAP, la baisse, à compter de 2014, de l aide apportée au maître d apprentissage, dont le montant a été réduit de à euros, devrait avoir un impact négatif sur le développement de cette filière. La CMAP entretient, par ailleurs, des partenariats avec l école de la boulangerie et pâtisserie de Paris ainsi qu avec l école des fleuristes de Paris. Des conventions spécifiques précisent ces partenariats, notamment, dans le cadre des formations et de l organisation des examens. Ces conventions n appellent pas d observations Formation La CMAP met en œuvre environ heures de formation continue à destination des chefs d entreprise, mais aussi de leurs conjoints, de leurs salariés et des demandeurs d emploi. S / VA 10/48

12 Les missions du service s articulent autour de trois activités principales : la certification sur les titres du secteur des métiers par la formation ou la validation des acquis de l expérience, la formation continue non diplômante, le stage de préparation à l installation (annexe n 4). Si le suivi des dépenses permet une répartition des coûts par type de formation, l enregistrement des recettes ne revêt pas le même degré de précision. La CMAP a indiqué que la modification de la procédure d émission des factures, qui doit être mise en place au cours du second semestre 2014, devrait apporter une forte amélioration du suivi des recettes Service économique Le service économique a trois missions essentielles : l information, le conseil et l accompagnement des artisans, le développement, la promotion et la valorisation des entreprises artisanales, la représentation et la défense de l artisanat à Paris. 4. GOUVERNANCE 4.1. Présentation La CMAP, composée de 35 élus, est présidée, depuis le 11 avril 2005, par M. Le Lann 2 et structurée en bureau et commissions. Aux élections du 13 octobre 2010 ont participé 8 % des inscrits. La CMAP considère que ce taux de participation est comparable à celui des autres départements franciliens (hormis la Seine-et-Marne). Deux listes étaient en présence. Les suffrages exprimés l ont été, à 70 %, en faveur de l Union pour la défense des artisans parisiens et, à 30 %, en faveur des artisans de Paris présentés par CID-CIDUNATI 3 et CNDI Président Le président exerce les fonctions d ordonnateur des dépenses. Par une décision du 6 décembre 2012, le président a accordé une délégation permanente de signature au secrétaire général de la chambre pour «tous actes d administration, de gestion, d engagement des dépenses, à l exclusion des mandats de paiement et des marchés publics relevant de la procédure d appel d offres». Le secrétaire général a, lui-même, habilité six personnes à signer, chacun pour le domaine qui le concerne, tous actes d administration et de gestion courante. 2 M. Le Lann a été reconduit dans ses fonctions de président par l assemblée générale réunie le 3 novembre Confédération intersyndicale de défense et d union nationale des travailleurs indépendants (CIDUNATI). 4 Coordination nationale des indépendants (CNDI). S / VA 11/48

13 4.3. Assemblée générale Selon les dispositions de l article 20 du code de l artisanat, la CMAP doit se réunir en assemblée générale au moins deux fois par an, sur convocation de son président. Le règlement intérieur de la CMAP dispose qu elle se réunit avant le 1 er décembre de l année n-1 pour le vote du budget de l exercice n et avant le 30 juin de l année n+1 pour l adoption du compte de gestion de l exercice n. Ces dispositions ont été respectées, chaque année, de 2009 à Le quorum a été atteint lors de chaque assemblée générale tenue au cours de la période sous revue : au moins la moitié des membres en exercice étaient présents. Le taux de présence aux assemblées a varié entre 60 % et 86 % des membres en exercice. Même si le quorum a été atteint lors de chaque réunion de l assemblée générale, l absence récurrente de certains élus a été constatée Bureau Le bureau de la CMAP comprend huit membres : le président, trois vice-présidents, un trésorier, un trésorier-adjoint, un secrétaire et un secrétaire-adjoint. En application de l article 19 du code de l artisanat, le bureau doit se réunir au moins tous les deux mois, sur convocation de son président. Ses missions sont précisées dans le règlement intérieur de la CMAP. En matière financière, et avant présentation en commission des finances, il examine les projets de budgets et de comptes de gestion. En matière d organisation, il examine les projets de règlement intérieur et de règlement des services et veille à l exécution des décisions de l assemblée générale, il exerce les missions prévues par le statut du personnel des CMA, donne son accord pour la nomination du secrétaire général et prend toutes mesures utiles au fonctionnement de la CMAP. Enfin, il autorise le président à introduire des actions en justice, à conclure des transactions en cas d urgence. Réuni uniquement deux fois, en 2009, et trois fois, en 2010, le bureau s est réuni six fois par an depuis l année 2011, soit tous les deux mois, conformément à l article 19 du code de l artisanat. Les fonctions de comptable sont exercées par le trésorier. Disposant d un service comptable en son sein, la CMAP a aussi recours aux prestations d un expert-comptable. Les opérations de recettes sont centralisées auprès du trésorier et celles de dépenses auprès du président et du secrétaire général, par délégation. Les mandats de paiement sont soumis aux signatures du président et du trésorier Commissions Les commissions, composées de huit membres et se réunissant sans nécessité de quorum, sont au nombre de cinq : - la commission des finances, qui examine les projets de documents comptables et financiers préparés par le président et le bureau, ainsi que l apurement des comptes dressés par le trésorier ; - la commission des affaires générales, qui examine les questions relatives au fonctionnement et à l organisation de la CMAP ; - la commission de prévention des conflits d intérêts, qui donne un avis sur toute situation susceptible de créer un conflit d intérêts entre la CMAP et l un de ses membres ; S / VA 12/48

14 - la commission du développement économique et territorial, qui examine les questions relatives à l accompagnement des entreprises dans les différentes phases de leur développement, de l aménagement et du développement économique du territoire ; - la commission de la formation professionnelle, qui étudie toutes les questions d apprentissage et de perfectionnement professionnel Indemnités et vacations Les membres de la CMAP exercent leur fonction à titre gratuit. L assemblée générale du 20 juin 2011 a voté une indemnité de fonctions mensuelle de 468 points d indice pour le président (correspondant, en 2011, à ) et de 234 points d indice pour le trésorier (correspondant, en 2011, à ). Le montant de la vacation (la vacation correspond à une demi-journée ou à une soirée) versée aux autres membres du bureau est fixé à 11 points d indice (soit 57 en 2011), dans la limite mensuelle de 936 points. Une délibération fixe, chaque année, le montant du remboursement, sur justificatifs, des frais de représentation engagés par le président ou un membre du bureau, mandaté par lui, dans la limite d un plafond annuel de Ni le plafond annuel, ni les montants de remboursement des différents frais n ont évolué durant la période. 5. FIABILITÉ DES COMPTES Un arrêté interministériel du 20 décembre fixe le référentiel comptable applicable aux établissements du réseau des chambres de métiers et de l artisanat, à compter des comptes clos le 31 décembre Ce référentiel a été révisé, le 7 octobre Certaines dispositions d application différée nécessitent une anticipation par les établissements du réseau des chambres de métiers et de l artisanat. L analyse effectuée ci-après a porté sur les comptes annuels 2009, 2010, 2011 et 2012, ainsi que sur les budgets rectificatifs pour 2013 et primitif pour La chambre a constaté que les documents financiers produits par la CMAP n étaient pas entièrement conformes au nouveau plan comptable. Elle prend, toutefois, note qu à l occasion du déploiement du nouveau logiciel comptable à la fin du premier semestre 2014, tous les ajustements nécessaires devraient être effectués Dépréciations d actif Le dispositif comptable applicable avant le 1 er janvier 2012 prévoyait un amortissement pour ordre de certaines constructions, dont les bâtiments administratifs. La constatation annuelle des amortissements pour ordre par la CMAP est de 0,284 M, soit un amortissement sur 40 ans de son bâtiment administratif, dont la valeur d acquisition s élève à 11,366 M. Au 31 décembre 2012, le montant cumulé de ces amortissements atteignait 6,536 M, soit 58 % de la valeur d acquisition. Ce type d amortissement doit être comptabilisé dans un compte spécifique. L examen des comptes annuels a permis d identifier l utilisation par la CMAP d un compte inapproprié. Sur ce sujet, elle a indiqué qu il s agissait d une erreur de retranscription. 5 Arrêté du ministère de l artisanat, du commerce et du tourisme NOR ACTI A du 20 décembre 2012 relatif au référentiel comptable applicable aux établissements du réseau des chambres de métiers et de l artisanat. S / VA 13/48

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS Les soussignés Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE Membres ayant adhéré aux présents statuts de l association

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Intervenants Janin AUDAS, vice-président de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

Chapitre IV. La certification des comptes

Chapitre IV. La certification des comptes Chapitre IV La certification des comptes Aux termes de la Constitution, «les comptes des administrations publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de leur gestion, de leur patrimoine

Plus en détail

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX DES COMPTES DIVISIONNAIRES Directive n 03/11-UEAC-195-CM-22 relative au plan

Plus en détail

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

J U G E M E N T n 2 0 1 4-0013

J U G E M E N T n 2 0 1 4-0013 Troisième section Audience du 23 septembre 2014 Lecture du 17 novembre 2014 Commune de JONZAC (017029 197) Département de Charente-Maritime Exercice 2012 J U G E M E N T n 2 0 1 4-0013 R E P U B L I Q

Plus en détail

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 Chapitre 1 - OBJET DE L ASSOCIATION ADHÉSIONS DÉMISSIONS

Plus en détail

Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B.

Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B. Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B. du 26/02/2005 modifié les 15/03/2008, 21/04/2012 et 22/02/2014 I.REGLEMENT FINANCIER PREAMBULE La Fédération Française du Sport Boules, bénéficiant d une

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

LA COMPTABILITE MATIERE

LA COMPTABILITE MATIERE INFORMATIONS CONSEIL ET ASSISTANCE AUX E.P.L.E. DE LA GUADELOUPE LA COMPTABILITE MATIERE S O M M A I R E 1 - Rappel des dispositions réglementaires page 2 2 - Modalités de mise en œuvre de la comptabilité

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER ANNEXE DU REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 88 Validé par le Comité Directeur du 5 Novembre 2005 Adopté par l Assemblée Générale du 18 mars 2006

Plus en détail

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés»

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» Alerte «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF INTRODUCTION Un Etablissent Public Administratif est une personne morale de Droit Public, dotée de l autonomie

Plus en détail

Statuts de Paris Region Entreprises

Statuts de Paris Region Entreprises Statuts de Paris Region Entreprises Article 1. Forme et dénomination TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Il est institué entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui y adhéreront, une Association

Plus en détail

Sommaire détaillé. Partie 1-Lemandat du trésorier CE... 25

Sommaire détaillé. Partie 1-Lemandat du trésorier CE... 25 Organisation de votre guide pratique du trésorier CE... 3 Guide de première connexion... 5 Accéder à votre publication sur : mode d emploi... 7 Rechercher un modèle sur www.editions-tissot.fr... 8 Sommaire

Plus en détail

Le Groupement d Employeurs

Le Groupement d Employeurs Le Groupement d Employeurs Une formule qui permet aux petites et moyennes entreprises de se regrouper pour employer une maind œuvre qu elles n auraient pas, seules les moyens de recruter Qu est-ce qu un

Plus en détail

I. DEFINITION DE NOTRE MISSION

I. DEFINITION DE NOTRE MISSION N/Réf. : LETTRE DE MISSION DE TENUE Paris, le... M.......... Cher (chère) Monsieur ou Madame, Nous vous remercions de la confiance que vous voulez bien accorder à notre Cabinet en envisageant de nous confier

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT ***********

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** ARTICLE 1 : CONSTITUTION, APPELLATION, DUREE. Il est constitué une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON RAPPORT DU PRESIDENT A L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU 1er JUIN 2004 SUR

Plus en détail

STATUTS ARTICLE 1 ER CONSTITUTION ARTICLE 2 OBJET ARTICLE 3 DURÉE - EXERCICE SOCIAL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013

STATUTS ARTICLE 1 ER CONSTITUTION ARTICLE 2 OBJET ARTICLE 3 DURÉE - EXERCICE SOCIAL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013 STATUTS CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013 Les présentes dispositions statutaires sont décidées par le Conseil d administration de l Apec dans le respect du principe général de transparence applicable

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DES OFFICES DE TOURISME EN EPIC 4 ET 5 FEVRIER 2010 1 . LE FONCTIONNEMENT D UN ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL 2 DEUX MODES DE GESTION COMPTABLE

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO Janvier 2004 CONVENTION DU CAISSIER DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ENTRE La REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, représentée par le Ministre

Plus en détail

I. DEFINITION DE NOTRE MISSION

I. DEFINITION DE NOTRE MISSION N/Réf. : LETTRE DE MISSION DE SURVEILLANCE Paris, le.. M.......... Cher (chère) Monsieur ou Madame, Nous vous remercions de la confiance que vous voulez bien accorder à notre Cabinet en envisageant de

Plus en détail

MANUEL DES NORMES Audit légal et contractuel

MANUEL DES NORMES Audit légal et contractuel 325 MANUEL DES NORMES TITRE 6 NORMES RELATIVES AUX INTERVENTIONS CONNEXES A LA MISSION GENERALE 326 6000. NORMES ET COMMENTAIRES DES NORMES RELATIFS AUX INTERVENTIONS CONNEXES A LA MISSION GENERALE SOMMAIRE

Plus en détail

Mesdames et messieurs les préfets de région (pour exécution),

Mesdames et messieurs les préfets de région (pour exécution), Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat Ministère de l intérieur, de l outre-mer, des collectivités

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION ARTICLE 1 er : L arrondissement, constituée sous le régime de la Loi du 1 er juillet 1901 et en conformité avec le Code de la Famille et de l Aide Sociale, groupe

Plus en détail

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE Chapitre 1 - BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 Il est fondé entre les adhérent-e-s aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT 5 CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS Les comptes financiers enregistrent les mouvements de valeurs en espèces, chèques, ainsi que les opérations faites avec le Trésor, les banques et les établissements financiers.

Plus en détail

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées La tenue de la comptabilité d engagement ou comptabilité administrative est de la responsabilité de l exécutif de la collectivité. Le CGCT prévoit

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Décret n o 2010-1463 du 1 er décembre 2010 mettant en œuvre la réforme du réseau des chambres de commerce

Plus en détail

aux Comptes et Attestation

aux Comptes et Attestation Rapports des Commissaires aux Comptes et Attestation page.1. Rapport des Commissaires aux Comptes sur les comptes annuels* 186.2. Rapport des Commissaires aux Comptes sur les comptes consolidés* 188.3.

Plus en détail

Compte général de l État pour 2008

Compte général de l État pour 2008 Compte général de l État pour 2008 166e Cahier de la Cour des comptes Complément 3 Compte de la Trésorerie Compte des variations du patrimoine Compte synthétique des opérations de l État COMPTE GÉNÉRAL

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

FONDS REGIONAL DE FORMATION CRMA - PROVENCE ALPES COTE D AZUR

FONDS REGIONAL DE FORMATION CRMA - PROVENCE ALPES COTE D AZUR FONDS REGIONAL DE FORMATION CRMA - PROVENCE ALPES COTE D AZUR REGLES DE PRISE EN CHARGE MISE A JOUR AU 18/03/2013 Page 1 / 14 SOMMAIRE I- BENEFICIAIRES DU FONDS RÉGIONAL DE FORMATION II- MODALITES DE PRISE

Plus en détail

Unit é* Travail*Progrès SECRETARIAT GENERAL LA VIE DES ASSEMBLEES DANS L ESPACE FRANCOPHONE RECUEIL DES PROCEDURES ET DES PRATIQUES PARLEMENTAIRES

Unit é* Travail*Progrès SECRETARIAT GENERAL LA VIE DES ASSEMBLEES DANS L ESPACE FRANCOPHONE RECUEIL DES PROCEDURES ET DES PRATIQUES PARLEMENTAIRES ASSEMBLEE NATIONALE.. SECRETARIAT GENERAL. SECRETARIAT GENERAL ADJOINT DIRECTION DES AFFAIRES LEGISLATIVES DE LA COOPERATION INERPARLEMENTAIRE ET DES RELATIONS INTERNATIONALES REPUBLIQUE DU CONGO Unit

Plus en détail

FEDERATION FORET-BOIS RHÔNE-ALPES FIBRA. Statuts

FEDERATION FORET-BOIS RHÔNE-ALPES FIBRA. Statuts AGE du 23 janvier 2014 FEDERATION FORET-BOIS RHÔNE-ALPES FIBRA Statuts Titre 1 : dénomination, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution Il est fondé entre les organisations professionnelles

Plus en détail

modifiant le règlement d exécution de la loi sur les communes

modifiant le règlement d exécution de la loi sur les communes Ordonnance du 26 septembre 2006 Entrée en vigueur : 01.10.2006 modifiant le règlement d exécution de la loi sur les communes Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 16 mars 2006 modifiant

Plus en détail

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES C.E.P.R.E.M.A.P. Décembre 2004 CENTRE POUR LA RECHERCHE ECONOMIQUE ET SES APPLICATIONS C.E.P.R.E.M.A.P. Association déclarée régie par la Loi de 1901 Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S

Plus en détail

29 Dhou El Hidja 1431 5 décembre 2010 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 74

29 Dhou El Hidja 1431 5 décembre 2010 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 74 10 29 Dhou El Hidja 1431 Vu le décret exécutif n 91-311 du 7 septembre 1991, complété, relatif à la nomination et à l agrément des comptables publics ; Vu le décret exécutif n 08-04 du 11 Moharram 1429

Plus en détail

LA GESTION FINANCIÈRE

LA GESTION FINANCIÈRE République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Développement Industriel et de la Promotion de l Investissement LA GESTION FINANCIÈRE PROGRAMME NATIONAL DE MISE A NIVEAU DES PME Édition 2013

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

STATUTS DE L AROEVEN DE PARIS TITRE I BUT ET COMPOSITION

STATUTS DE L AROEVEN DE PARIS TITRE I BUT ET COMPOSITION STATUTS DE L AROEVEN DE PARIS TITRE I BUT ET COMPOSITION ARTICLE 1 : Création et dénomination L Association laïque dite «Association Régionale des Œuvres Educatives et de Vacances de l Education Nationale

Plus en détail

Mandat de gestion du portefeuille [Nom du portefeuille Client] CONVENTION DE SERVICES. entre. [Nom du Client] et Indép'AM

Mandat de gestion du portefeuille [Nom du portefeuille Client] CONVENTION DE SERVICES. entre. [Nom du Client] et Indép'AM Mandat de gestion du portefeuille [Nom du portefeuille Client] CONVENTION DE SERVICES entre [Nom du Client] et Indép'AM [Date] Convention de service - Mandat Global entre [Nom du Client] et Indép AM Page

Plus en détail

STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ

STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ Société de Réassurance mutuelle régie par le Code des Assurances Siège Social : 65, rue de Monceau - 75008 PARIS STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ ARTICLE PREMIER - FORMATION -

Plus en détail

LES 10 POINTS CLES 1. 2. L 3. 4. L 5. 6. 7. L

LES 10 POINTS CLES 1. 2. L 3. 4. L 5. 6. 7. L INTRODUCTION Réglementation fixée par le législateur et par la jurisprudence de la Commission nationale des comptes de campagne et de financement de la vie politique (CNCCFP). 3 objectifs principaux :

Plus en détail

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation 1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012 I - But de la fondation Article 1 er L établissement dit fondé en a pour but de..

Plus en détail

Annexe adoptée lors de l Assemblée générale du 27 mars 2004 RÈGLEMENT INTÉRIEUR ANNEXE 5 RÈGLEMENT FINANCIER. Page 1 sur 6

Annexe adoptée lors de l Assemblée générale du 27 mars 2004 RÈGLEMENT INTÉRIEUR ANNEXE 5 RÈGLEMENT FINANCIER. Page 1 sur 6 RÈGLEMENT INTÉRIEUR ANNEXE 5 RÈGLEMENT FINANCIER Page 1 sur 6 PRÉAMBULE... 3 ARTICLE 1 : ORGANISATION COMPTABLE... 3 L Assemblée Générale... 3 Le Comité directeur... 3 Le bureau... 3 Le Président... 3

Plus en détail

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 L instruction budgétaire et comptable M14 est appliquée aux collectivités locales depuis 1997 soit bientôt près de dix ans. Elle

Plus en détail

Xxxx, le. Monsieur le président du conseil général

Xxxx, le. Monsieur le président du conseil général PRÉFET DE DIRECTION DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES LOCALES ET DES ELECTIONS Xxxx, le Bureau des finances et du contrôle budgétaire Affaire suivie par Mél. xx@xxx.gouv.fr Le préfet de la région de

Plus en détail

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78)

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) 1 ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) Le Président du gouvernement de la Polynésie française, Sur le rapport

Plus en détail

MUTUELLE DENTAIRE RENAULT

MUTUELLE DENTAIRE RENAULT MUTUELLE DENTAIRE RENAULT 9, rue de Clamart 92772 Boulogne Billancourt Cedex Tél. : 01.46.94.29.50 CHAPITRE 1 FORMATION, OBJET ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE DENTAIRE RENAULT Article 1 Dénomination... 3

Plus en détail

Bordeaux, le 20 Mai 2008. Monsieur le Président,

Bordeaux, le 20 Mai 2008. Monsieur le Président, Le Président Références à rappeler : DCh/ROD II/047090994 Bordeaux, le 20 Mai 2008 Monsieur le Président, Par lettre du 14 juin 2006, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d'aquitaine

Plus en détail

Association diocésaine de Blois 2, rue Porte Clos-Haut 41000 BLOIS

Association diocésaine de Blois 2, rue Porte Clos-Haut 41000 BLOIS Association diocésaine de Blois 2, rue Porte Clos-Haut 41000 BLOIS 1 INTRODUCTION Rappel sur l organisation temporelle du diocèse de Blois. L évêque est le seul administrateur du diocèse. L évêque prend

Plus en détail

Statuts : Etoile Saint Amandoise.

Statuts : Etoile Saint Amandoise. Statuts : Etoile Saint Amandoise. Sommaire : Présentation But et composition Affiliation Ressources Administration et fonctionnement o Comité de direction o Le bureau o Assemblée générale Ordinaire o Assemblée

Plus en détail

Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes)

Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes) 1 Commune municipale Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes) I. GENERALITES 1. Bases légales, prescriptions

Plus en détail

STATUTS DU FONDS DE DOTATION ROBERT-DEBRE PARIS ILE-DE-FRANCE

STATUTS DU FONDS DE DOTATION ROBERT-DEBRE PARIS ILE-DE-FRANCE STATUTS DU FONDS DE DOTATION ROBERT-DEBRE PARIS ILE-DE-FRANCE Préambule L Association Robert-Debré, association relevant de la loi de 1901 concernant les associations, déclarée à la Préfecture de Police

Plus en détail

COMPTABILITÉ APPROFONDIE. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - IMMOBILISATIONS DÉCOMPOSÉES ET SUBVENTION D INVESTISSEMENT

COMPTABILITÉ APPROFONDIE. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - IMMOBILISATIONS DÉCOMPOSÉES ET SUBVENTION D INVESTISSEMENT COMPTABILITÉ APPROFONDIE DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - IMMOBILISATIONS DÉCOMPOSÉES ET SUBVENTION D INVESTISSEMENT 1. Expliquer les raisons pour lesquelles la société YPREMIUM ne peut

Plus en détail

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur,

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur, MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction du Trésor Direction de la Comptabilité publique Direction générale des collectivités

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011

Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011 Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011 Références à rappeler : CM/JPR/RODII/064 036 931 Monsieur le Directeur, Par lettre du 21 janvier 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

bilan d étape après 6 mois de mise en œuvre

bilan d étape après 6 mois de mise en œuvre l auto entrepreneur bilan d étape après 6 mois de mise en œuvre Hervé NOVELLI Secrétaire d Etat chargé du Commerce, de l Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services et de

Plus en détail

Association loi 1901 - BP 82056-25402 AUDINCOURT CEDEX // 06.13.81.96.71 - www.crmfc.fr

Association loi 1901 - BP 82056-25402 AUDINCOURT CEDEX // 06.13.81.96.71 - www.crmfc.fr 1 TITRE I CONSTITUTION, OBJET, SIEGE SOCIAL, DUREE Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les personnes physiques ou morales qui adhérent ou adhéreront aux présents statuts, une association

Plus en détail

Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France

Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France TITRE I er : HAUT CONSEIL DES MUSEES DE FRANCE Art. 1 er. - Le Haut Conseil

Plus en détail

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Cette fiche ne se prétend pas exhaustive, elle permettra toutefois à un nouvel agent comptable de prendre un poste dans les meilleures conditions

Plus en détail

ASSOCIATION IVOIRIENNE DE LUTTE CONTRE L EPILEPSIE A I L E

ASSOCIATION IVOIRIENNE DE LUTTE CONTRE L EPILEPSIE A I L E 1 ASSOCIATION IVOIRIENNE DE LUTTE CONTRE L EPILEPSIE A I L E STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR Préambule L épilepsie est l une des affections neurologiques les plus fréquentes en Côte d Ivoire. publique.

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Sommaire PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Thème 1 Les notions de patrimoine et d activité de l entreprise 15 1 Bilan de départ simplifié 15 2 Bilans successifs et détermination

Plus en détail

STATUTS TYPE D UDCCAS. Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS)

STATUTS TYPE D UDCCAS. Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS) STATUTS TYPE D UDCCAS Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS) PREAMBULE Les statuts de l UNCCAS prévoient en leur article 5 la possibilité de constituer des

Plus en détail

Convocations. Assemblées d'actionnaires et de porteurs de parts. Ales Groupe. Société anonyme au capital de 28.242.582 Euros

Convocations. Assemblées d'actionnaires et de porteurs de parts. Ales Groupe. Société anonyme au capital de 28.242.582 Euros 21 mai 2012 BULLETIN DES ANNONCES LEGALES OBLIGATOIRES Convocations Assemblées d'actionnaires et de porteurs de parts Ales Groupe Société anonyme au capital de 28.242.582 Euros Siège social : 99, rue du

Plus en détail

CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE

CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE ARTICLE 1 : CONSTITUTION ET DÉSIGNATION L Association «Chambre Professionnelle du Conseil de la région centre» (C.P.C Région Centre.) a décidé en

Plus en détail

HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013

HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013 HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013 Janvier 2014 Ce guide a pour objet de préciser l interprétation

Plus en détail

STATUTS DE L UNION TECHNIQUE DE LA MUTUALITE MALIENNE

STATUTS DE L UNION TECHNIQUE DE LA MUTUALITE MALIENNE STATUTS DE L UNION TECHNIQUE DE LA MUTUALITE MALIENNE TITRE I. DISPOSITIONS GENERALES CHAPITRE 1 ER : FORMATION ET OBJET DE LA MUTUELLE Article 1 er : Il est créé une Union Nationale de groupements mutualistes

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 56

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 56 14 l établissement de la convention de gestion entre le Trésor et la Banque algérienne de développement ; la gestion et le contrôle des relations de la Banque algérienne de développement avec la Banque

Plus en détail

RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI CONSEIL SYNDICAL

RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI CONSEIL SYNDICAL RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI RÈGLES DE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL SYNDICAL - 1/8 RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI CONSEIL SYNDICAL 14 / 06 / 2010 RÈGLES DE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL SYNDICAL SOMMAIRE : Article 1 :

Plus en détail

Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques

Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques L arrêté du 24 décembre 2012, publié au JORF n 0301 du 27 décembre 2012 texte 13, portant application

Plus en détail

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Statuts de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Avril 2010 1 I. DÉNOMINATION, SIÈGE, BUT Article 1 er : Dénomination Il est constitué, sous la dénomination «Chambre de commerce,

Plus en détail

PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE

PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE Annexe 1 SEF - Pôle Analyses, Etudes Bancaires et Financières 1/8 I. CONTEXTE L Institut d Emission des Départements d Outre-Mer (IEDOM) a désigné

Plus en détail

- En fonction de sa nature chaque opération sera enregistrée dans un compte. - Les documents de synthèse : le livre journal

- En fonction de sa nature chaque opération sera enregistrée dans un compte. - Les documents de synthèse : le livre journal RAPPELS : La comptabilité permet : - d enregistrer les entrées et sorties d argent - d informer les adhérents du club et ses partenaires (institutionnels et autres) - de contrôler et de prouver - de prévoir.

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. Titre 1 Constitution.

ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. Titre 1 Constitution. ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. STATUTS DE L ASSOCIATION Titre 1 Constitution. ARTICLE PREMIER : DENOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux

Plus en détail

La période d inventaire

La période d inventaire La période d inventaire Réalisation Bureau Aide et conseil aux EPLE DIFIN Académie d Aix Marseille décembre 2008 L examen des comptes financiers de 2007 révèle une certaine méconnaissance de la période

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION AIRSOFT CONTACT

STATUTS DE L ASSOCIATION AIRSOFT CONTACT STATUTS DE L ASSOCIATION AIRSOFT CONTACT CONSTITUTION Article 1 er Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 10 AVRIL 2008 NOTE DE SYNTHESE

CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 10 AVRIL 2008 NOTE DE SYNTHESE CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 1 AVRIL 28 NOTE DE SYNTHESE L an deux mille huit, le dix avril, le Conseil communautaire s est réuni en séance ordinaire sous la présidence de Patrick PETITJEAN, Président. Nombre

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

ARRETE n 333 CM du 10 avril 2006 portant fixation du tarif des huissiers en matière civile et commerciale. (JOPF du 20 avril 2006, n 16, p.

ARRETE n 333 CM du 10 avril 2006 portant fixation du tarif des huissiers en matière civile et commerciale. (JOPF du 20 avril 2006, n 16, p. 1 ARRETE n 333 CM du 10 avril 2006 portant fixation du tarif des huissiers en matière civile et commerciale. (JOPF du 20 avril 2006, n 16, p. 1324) Le Président de la Polynésie française, Sur le rapport

Plus en détail

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV)

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) I. But et composition de l Association Article 1 : Nom Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

La gestion du compte de l État

La gestion du compte de l État FINANCES PUBLIQUES TRÉSORERIE Nouvelle convention MINÉFI/Banque de France La gestion du compte de l État Article d Olivier Cuny, administrateur civil à l Agence France Trésor, en collaboration avec Dominique

Plus en détail

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Le premier ministre, Sur le rapport du ministre de l écologie, du développement durable et de l énergie, Vu le code de l énergie,

Plus en détail

ISF-INVEST. - article 1 : Constitution et Dénomination. - article 2 : Objet. - article 3 : Siège social. - article 4 : Durée de l association

ISF-INVEST. - article 1 : Constitution et Dénomination. - article 2 : Objet. - article 3 : Siège social. - article 4 : Durée de l association ISF-INVEST Club STATUTS DE L'ASSOCIATION - article 1 : Constitution et Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF Chapitre I : Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Section I : Dispositions générales Article 264 : Les dispositions du présent chapitre

Plus en détail

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance Règlement intérieur de la Commission de surveillance L a loi du 28 avril 1816 dote la Caisse des Dépôts et Consignations d un statut particulier destiné à assurer à sa gestion une indépendance complète

Plus en détail

Communauté de communes du Pays de Seine (77) Budget primitif 2005. Article L. 1612-2 du Code général des collectivités territoriales

Communauté de communes du Pays de Seine (77) Budget primitif 2005. Article L. 1612-2 du Code général des collectivités territoriales S2 2050324 / VA (077 004 922) 4 ème section N /G/100/n A.40 Séance du 8 juillet 2005 RECOMMANDE AVEC A.R. Communauté de communes du Pays de Seine (77) Budget primitif 2005 Article L. 1612-2 du Code général

Plus en détail