REPUBLIQUE DU SENEGAL

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REPUBLIQUE DU SENEGAL"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU SENEGAL **************************************** Un Peuple-Un But-Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ******************************* COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE RAPPORT SUR L ANALYSE DE LA VIABILTITE DE LA DETTE PUBLIQUE Juin 2009

2 SOMMAIRE SOMMAIRE... 1 I INTRODUCTION... 2 II EVOLUTION RECENTE DE L ECONOMIE... 3 III SITUATION DE LA DETTE PUBLIQUE... 5 III.1 La dette extérieure... 5 III.2 La dette intérieure... 6 IV ANALYSE DE VIABILITE DE LA DETTE PUBLIQUE... 7 IV.1 Hypothèses de base de l AVD... 8 IV.1.1 Hypothèses macroéconomiques... 9 IV.1.2 Hypothèses sur les nouveaux financements... 9 IV.2 Résultats de l AVD IV.2.1 Viabilité de la dette extérieure IV.2.1 Viabilité de la dette publique V. CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS ANNEXE 1 : CADRE DE VIABILITE DE LA DETTE ANNEXE 2 : Arrêté portant création, attributions et organisation du CNDP COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 1

3 INTRODUCTION Dans le cadre de la coordination des politiques d endettement à l échelle communautaire, le conseil des ministres de l UEMOA a adopté, lors de sa session du 04 juillet 2007 à Dakar, le règlement n 09/2007/CM/UEMOA portant cadre de référence de la politique d endettement public et de gestion de la dette publique dans les Etas membres de l UEMOA. Ce règlement comporte un certain nombre d obligations pour les Etats, notamment : - l élaboration d une politique d endettement précisant les orientations globales en matière d emprunts publics extérieurs et qui sera annexé à la loi de finance 2009 ; - la mise en place d un système d information en vue d assurer une plus grande transparence dans la gestion de la dette ; - la mise en place d une structure de coordination de la politique d endettement et de gestion de la dette publique. Donnant suite à ce règlement, le Sénégal a, par Arrêté Ministériel N du 07 juillet 2008, créé un Comité National de la Dette Publique (CNDP) 1 qui a pour mission, entre autres : - d élaborer, de coordonner et de suivre la mise en œuvre de la politique nationale d endettement et de gestion de la dette publique ; - de veiller à la mise en cohérence de ladite politique avec les objectifs de développement et la capacité financière de l Etat ; - de mener les analyses de viabilité de la dette publique et de la soutenabilité des finances publiques Ainsi, conformément aux engagements vis-à-vis des Institutions de Bretton Woods (IBW), l analyse semestrielle de la viabilité de la dette publique, qui était jusqu ici dévolue au Comité National de Politique Economique (CNPE) devient une des missions du CNDP. Pour ce premier exercice d AVD sous la direction du CNDP, nous avons utilisé la nouvelle approche des (IBW) à travers le Cadre opérationnel d analyse de la viabilité de la dette (CAVD) 2 dans les pays à faible revenu élaboré en En effet, cet outil qui permet d évaluer le risque d endettement d un pays, en fonction d une série d indicateurs et de seuils d endettement est plus adapté au contexte économique d un pays post PPTE comme le Sénégal. 1 CNDP : voir en annexe ses organes, ses missions, et les structures qui le composent 2 Présentation du CAVD en annexe COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 2

4 Contrairement à la méthodologie PPTE, les seuils de viabilité de la dette du CAVD, propres à chaque pays, sont liés à la qualité des politiques et institutions. Les IBW partent d un principe que les pays disposant de politiques et institutions performantes ont plus de chances de supporter des fardeaux de dette plus élevés et risquent donc moins de tomber dans des problèmes d endettement, que les pays dotés de politiques et d institutions médiocres. De manière spécifique, l exercice a consisté à élaborer un cadrage macroéconomique projeté sur vingt ans combiné à une stratégie d endettement permettant de combler les besoins de financement afin de voir le comportement futur des ratios de viabilité de la dette publique.. I. EVOLUTION RECENTE DE L ECONOMIE La situation économique du Sénégal est marquée en 2008 par les effets de la crise économique et financière mondiale et la flambée des cours des produits énergétiques. Ainsi, pour la deuxième année consécutive, les prix à la consommation ont augmenté d environ 6%, imputable notamment, aux prix des produits alimentaires et énergétiques de janvier à août Cependant, les initiatives prises au niveau du secteur primaire notamment, la mise en œuvre de la Grande Offensive Agricole pour la Nourriture et l Abondance (GOANA) conjuguée aux bonnes conditions climatiques, ont permis une bonne évolution de ce secteur. Tel n a pas été le cas pour le secteur secondaire qui a accusé les contrecoups des retards de paiement de l Etat vis-àvis du secteur privé et des difficultés des ICS, malgré leur recapitalisation. S agissant du secteur tertiaire, il a enregistré un ralentissement en raison notamment, de la baisse des activités immobilières et du ralentissement du sous secteur des «transports et télécommunications». Au total, le taux de croissance réelle du PIB est estimé à 2,5% contre 4,8% en En 2009, les effets de second tour de la crise économique et financière au niveau mondial à travers une baisse prévue des transferts des émigrés, de l aide publique au développement, des Investissements Directs Etrangers (IDE) et des recettes d exportations, notamment celles liées au tourisme marqueront l évolution de la situation économique. Le taux de croissance réelle du PIB est projeté à 3,1% en 2009, contre 2,5% en Dans le domaine des finances publiques, l exécution budgétaire en 2008 a été marquée par un ralentissement du rythme de progression des recouvrements de recettes budgétaires et un ajustement de l exécution des dépenses publiques. En effet, les recettes budgétaires ont progressé de 4,7% en 2008, en raison notamment d une conjoncture difficile contre 14,3% en S agissant des dépenses totales et prêts nets, ils ont augmenté de 10%, en vue notamment de régulariser les instances de paiement vis-à-vis du secteur privé. Au total, le déficit public est passé de 3,5% du PIB en 2007 à 4,6% du PIB en Le solde budgétaire de base (hors PPTE et IADM) est ressorti en déficit de 0,8% du PIB en 2008 contre 0,9% du PIB en COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 3

5 La gestion budgétaire en 2009 devrait être caractérisée par un niveau de recouvrement des recettes satisfaisant et une progression prudente des dépenses publiques, avec un accent particulier sur les dépenses sociales, dans un contexte marqué par la poursuite des réformes en matière de modernisation des régies financières mais aussi par le ralentissement de la croissance économique, en liaison avec la morosité de l environnement international. Au total, le déficit budgétaire en 2009 devrait ressortir à 4,2% du PIB, s améliorant de 0,4 point par rapport à Quant au solde budgétaire de base (hors PPTE, IADM et Coûts temporels des réformes structurelles), il accuserait un déficit représentant 1,9% du PIB contre 0,8% du PIB en Les échanges avec l extérieur se sont traduits, en 2008, par un solde de la balance des paiements déficitaire de 87,6 milliards contre un excédent de 70,8 milliards en Cette situation est liée aux effets conjugués de l aggravation du déficit du solde des transactions courantes et du repli de l excédent du compte de capital et d opérations financières entre les deux dernières années. Le déficit du solde de la balance courante (dons compris) est estimé à 11,6% du PIB en 2008, soit au même niveau qu en Hors dons, il s est établi à 12,0% du PIB en En 2009, les échanges avec l extérieur devraient être marqués par une réduction du déficit courant et sa couverture par le compte de capital et d opérations financières. Au total, le solde global de la balance des paiements serait excédentaire de 14 milliards contre un déficit de 87,6 milliards en 2008, soit une amélioration de 101,6 milliards. Le déficit du compte extérieur courant s établirait à 8,9% du PIB contre 11,6% en 2008, soit une amélioration de 2,7 points, liée à la baisse du déficit commercial consécutive à une contraction des importations plus importante que celle des exportations. Hors transferts officiels, le déficit courant est attendu à 9,1% du PIB en 2009 contre 12,0% en S agissant de la situation monétaire, elle a été caractérisée en 2008 par une baisse des avoirs extérieurs nets de 10,5% compensée par une hausse du crédit intérieur de 10,9%. Au total, la masse monétaire a progressé de 1,7% contre une croissance de 11,7% en En 2009, elle devrait être marquée par un renforcement des avoirs extérieurs nets de 26,9 milliards, un accroissement du crédit intérieur de 11,1% et une expansion de la masse monétaire de 9,5%. COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 4

6 II. SITUATION DE LA DETTE PUBLIQUE La dette publique du Sénégal reste dominée par la dette extérieure qui a représenté en moyenne 89,3% de son stock lors des dix dernières années, entre 1998 et Cependant, la dette intérieure commence à gagner en ampleur au cours des trois dernières années du fait du recours aux ressources du marché financier régional pour des instruments de longue maturité. Le stock de la dette publique est passé de 79,2% du PIB en 1998 à 24,0% du PIB en 2008 contre un plafond de 70% retenu dans les critères de convergence de l UEMOA. Cette tendance favorable est l œuvre des annulations issues des initiatives PPTE et IADM mais aussi d une bonne gestion macroéconomique. III.1 LA DETTE EXTERIEURE La dette publique extérieure a suivi une tendance haussière au cours des années précédant l éligibilité du Sénégal à l initiative PPTE. En effet, le stock est passé de 2114,5 milliards à 2540,6 milliards entre 1998 et A partir de cette date, la tendance s est renversée à la faveur des annulations durant la période intérimaire et après l atteinte du point d achèvement de l initiative PPTE en avril Les annulations dans le cadre de l Initiative d Allègement de la Dette Multilatérale (IADM) ont conforté cette situation avec un taux d endettement extérieur passant de 61,7% en 2002 à 19,7% en En 2008, le stock de la dette extérieure s est établi à 1171,6 milliards, dont 61,1% dus aux créanciers multilatéraux, contre 968,5 milliards en 2007 soit une hausse d environ 21,0%. La dette multilatérale a été de 716,4 milliards en 2008 contre 612,1 milliards en 2007 soit une progression de 17,0%. Le groupe de la Banque Mondiale en constitue le principal bailleur avec une part de 58,0%. La dette bilatérale s est chiffrée à 453,6 milliards en 2008 soit 38,7% de la dette publique extérieure. Elle est composée essentiellement dette vis-à-vis du groupe des pays arabes (62% de la dette bilatérale). COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 5

7 Le service de la dette publique extérieure a représenté en moyenne 8,3% des exportations biens et services et 11,6% des recettes budgétaires au cours de la période III.2 LA DETTE INTERIEURE La dette intérieure a représenté en moyenne 10,7% de la dette publique totale durant la période Cependant son évolution au cours des dix dernières années peut être découpée en deux périodes : : elle a représenté en moyenne 7,6% de la dette publique totale et était essentiellement constituée des titres d Etat issus de la titrisation des concours consolidés des COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 6

8 banques et des concours de la Banque centrale. Le recours aux bons du Trésor de court terme a connu ses débuts en : la part de la dette intérieure a été en moyenne de 19,1% de la dette publique totale. Ce phénomène s explique d une part par les allègements massifs obtenus au niveau de la dette extérieure, et d autre part par l utilisation d instruments de plus long terme à savoir les obligations de 5 à 10 ans de maturité. Le service de la dette intérieure a représenté en moyenne 7,4% des recettes budgétaires intérieures au cours de la période III. ANALYSE DE VIABILITE DE LA DETTE PUBLIQUE L analyse est faite sur la base du portefeuille de la dette publique en fin 2008, du cadrage macroéconomique arrêté avec le FMI dans le cadre du programme ISPE. Les seuils ou normes sont fixés en fonction de la note de 3,71 que le Sénégal a obtenus lors du dernier classement de la banque Mondiale, classement correspondant à une qualité des politiques et des institutions moyenne. Les seuils retenus sont consignés dans le tableau ci-après : COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 7

9 Tableau 1 : normes de viabilité retenues Ratios Normes Valeur actuelle nette de la dette extérieure /PIB 40% Valeur actuelle nette de la dette extérieure /exportations biens et services 150% Valeur actuelle nette de la dette extérieure /Revenus budgétaires 250% Service de la dette extérieure /exportations biens et services 20% Service de la dette extérieure /Revenus budgétaires 30% Dette publique totale /PIB 70% L analyse a été faite à travers plusieurs scénarios : - Un scénario de référence qui est le principal scénario macroécomique qui décrit l évolution de la dette et les variables macroéconomiques sur la base d hypothèses réalistes ; - Deux scénarios complémentaires pour évaluer la robustesse des principaux indicateurs de viabilité de la dette : «scenario historique» et «scénario de financement défavorable» constituent des modifications permanentes des principales hypothèses du scénario de référence ; - Six tests de sensibilités 3 qui analysent l impact de chocs sur les principales variables macroéconomiques : (PIB, exportations, inflation et les flux nets non créateur de dette). IV.1 HYPOTHESES DE BASE DE L AVD Les hypothèses qui sont à la base de l analyse de la viabilité de la dette découlent du cadrage macroéconomique retenu avec le FMI dans le cadre du programme ISPE. L évolution des quatre grands secteurs à savoir : le secteur réel, le secteur extérieur, les finances publiques et le secteur monétaire sur la période , a été prolongée sur le reste de la période de projection Voir détail dans le document CAVD en annexe COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 8

10 IV.1.1 HYPOTHESES MACROECONOMIQUES: Sur la période les hypothèses suivantes ont été retenues : Le secteur réel : les projections sont faites sur la base d un taux de croissance moyen du PIB réel de 4,7% contre une moyenne de 4,2% sur la période Le taux d inflation, mesuré par le déflateur du PIB serait en moyenne de 2,1% soit en deçà du seuil retenu dans les critères de convergence de l UEMOA (3%) ; Le secteur des finances publiques : le solde budgétaire primaire / PIB est projeté en moyenne à - 3,6 % avec une tendance à la baisse après les hausses en début de période. Au niveau du secteur extérieur, le déficit du compte courant devrait s améliorer au-delà de 2014 à la faveur d une progression des exportations plus rapide que celle des importations. Il devrait passer d une moyenne de 10,1% du PIB sur la période à 7,7% pour le reste de la période de projection. L évolution du secteur monétaire serait liée à celle du secteur réel et du secteur extérieur. Ainsi, la masse monétaire progresserait au même rythme que la croissance nominale du PIB soit en moyenne 7,2%. IV.1.2 HYPOTHESES SUR LES NOUVEAUX FINANCEMENTS Le financement des déficits qui se dégagent des projections macroéconomiques sera assuré d une part par les décaissements qui seront opérés à partir des conventions de prêts déjà signées et d autre part par de nouveaux emprunts. La structure du portefeuille de la dette existante a servi de base pour l élaboration des projections des nouveaux engagements comme illustrée dans le tableau ci dessous. Ainsi, le Sénégal continuera de privilégier les financements hautement concessionnels. L élément don lié à ces engagements est estimé en moyenne à 52,4% contre un minimum de 35% exigé par le programme ISPE. Le taux d intérêt moyen ressortirait à 0,9% sur une maturité de 36 ans dont 7ans de période de grâce. Cependant, des prêts non concessionnels pourraient être contractés en accord avec les IBW si la rentabilité de l investissement est avérée comme le cas de l autoroute à péage. COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 9

11 Tableau 2 : Termes et conditions indicatifs des nouveaux emprunts extérieurs Types de créanciers Part relative en pourcenta ge Termes indicatifs (moyennes) Taux d'intérêt Commission Différé Maturité Elémentdon Dette Extérieure 100,0 En % Années En % Prêts projets 71,1 - Multilatéraux concessionels (IDA- FAD) 35,9 0,75 0, ,8 - Autres Multilatéraux 18,3 1,00 0, ,5 - Bilatéraux concessionels - Club de Paris 2,1 1,00 0, ,9 - Bilatéraux concessionels - Hors Club de Paris 14,8 1,50 0, ,1 Prêts programmes 28,9 - Multilatéraux concessionels (IDA- FAD) 23,1 0,75 0, ,8 - Multilatéraux non concessionels** 5,8 0,50 0, ,1 TOTAL 100,0 (*) Elément don calculé avec un taux d'escompte unique de 5 % (**) Fonds Monétaire International Source : MEF/CNDP Concernant le financement intérieur, le Sénégal continuera de recourir au marché financier régional en émettant aussi bien des bons du Trésor de court terme que des obligations de maturité 5 ans et 10 ans. Le taux d intérêt moyen de ces emprunts ressortirait à 6,5%, soit en repli de 50 points de base par rapport au taux marginal de l émission de bons du Trésor de mai COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 10

12 IV.2 RESULTATS DE L AVD IV.2.1 VIABILITE DE LA DETTE EXTERIEURE Tableau 3 : Evolution des principaux ratios d endettement extérieurs de 2010 à 2029 Normes Ratios de viabilité VA/PIB 40% 12,5 12,3 12,1 11,8 11,9 12,2 12,4 13,6 14,1 13,0 VA/XBS 150% 62,7 68,9 66,1 66,3 68,7 71,8 74,1 69,7 65,3 55,6 VA/REV 250% 65,6 65,3 63,3 61,4 61,5 62,4 63,9 70,0 69,1 63,2 Ratios de liquidité TSD/XBS 20% 5,5 5,7 7,2 7,0 5,3 3,8 3,7 2,7 3,5 3,7 TSD/REV 30% 5,7 5,4 6,9 6,5 4,8 3,3 3,2 2,7 3,7 4,2 Dette/PIB 70% 26,5 29,7 33,0 36,0 38,7 41,0 43,0 50,6 51,6 48,7 Il ressort de ces résultats, que les ratios retenus se situent, sur toute la période d analyse, largement en dessous des seuils fixés. Ces résultats montrent que la dette publique extérieure du Sénégal est viable sur toute la période. Le niveau le plus élevé du ratio valeur actuelle de la dette extérieure sur PIB observé sur la période de projection est 14,1% en 2024 contre un plafond de 40% soit une marge de 25,9 points. Le ratio Valeur actuelle nette sur exportations biens et services est également resté largement en deçà du seuil de 150% avec un maximum de 74,1% constaté en Il en est de même du ratio valeur actualisée de la dette publique extérieure par rapport aux revenus budgétaires, qui n a pas franchi la barre des 70% tout au long de la période, passant de 65,6% en 2009 à 63,2% en Les ratios de liquidité, service de la dette sur exportations biens et services (SD/XBS) et service de la dette sur revenus budgétaires (SD/REV) ont connu aussi des niveaux faibles de 5,7% en 2009 à 3,7% en 2029 pour le premier et de 5,4% à 4,2% pour le second contre des seuils respectifs de 20% et 30%. Ces résultats traduisent une capacité d honorer les engagements sans risque de liquidité. COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 11

13 IV.2.2 VIABILITE DE LA DETTE PUBLIQUE En prenant en compte la dette publique intérieure, le résultat du scénario de référence sur l endettement public global fait ressortir une augmentation graduelle des indicateurs d endettement dans la limite des normes établies. Le ratio VAN de la dette publique /PIB (dette/recettes) plafonne à 31,9%. Le caractère non concessionnel de la dette intérieure et le recours temporaire à des emprunts extérieurs non concessionnels en 2009 et 2010 n influent pas de façon notable sur la viabilité de la dette publique. Les ratios service de la dette publique /exportation et service de la dette publique sur recettes, bien que connaissant une pression de 2010 à 2012, sont relativement faibles sur le reste de la période, se situant respectivement entre 8,7% et 6,3 % pour le premier, et entre 9,1% et 8,6% pour le second. Tableau 4 : Ratios relatifs à la dette publique Ratios de solvabilité (%) VA/PIB VA/XGS VA/REV Ratios de liquidité (%) TSD/XGS TSD/REV S agissant du taux d endettement (dette totale / PIB), il a connu son niveau le plus élevé en 2024 (51,6 %) contre un plafond de 70% retenu dans les critères de convergence de l UEMOA. COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 12

14 Graphiques : Sénégal: AVD - Indicateurs de dette extérieure contractée ou garantie par l'état selon divers scénarios, Ratios de solvabilité COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 13

15 Ratios de liquidité COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 14

16 Aussi bien dans le scénario de référence que dans le scénario historique, et même dans le scénario le plus extrême, aucune trajectoire des indicateurs n a franchi le seuil indicatif et sont même largement en dessous des seuils. V. CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS L analyse de la viabilité de la dette publique sur la période a fait ressortir un risque faible du profil d endettement du Sénégal. En effet, les allégements obtenus dans le cadre des initiatives PPTE et IADM ont permis de réduire considérablement le stock de la dette extérieure en ramenant le ratio du stock de la dette par rapport au PIB à 25,6% en 2009, soit 44,4 points de pourcentage du PIB en deçà du seuil retenu au niveau des critères de convergence de l UEMOA (70% du PIB). Par ailleurs, les analyses de sensibilités ont montré que la stratégie d endettement adoptée par le Sénégal sur la période sous revue n entamera pas la soutenabilité de sa dette extérieure telle que définie dans le cadre de l analyse de la viabilité de la dette appliquée par le FMI et la Banque Mondiale. Toutefois, à court terme, des tensions de trésorerie devraient se faire ressentir du fait de la forte pression exercée par les dépenses de fonctionnement et les dépenses en capital financées sur ressources intérieures. Aussi, pour consolider les acquis sur le profil de la dette, le Sénégal devrait : - poursuivre sa politique d assainissement des finances publiques ; - poursuivre la politique prudente de gestion de la dette, en donnant la priorité aux financements hautement concessionnels ; - faire appel aux instruments de marché en vue de renforcer l approfondissement du marché financier. A cet égard, une bonne programmation des émissions de bons et d obligations du Trésor contribuerait à renforcer l efficience des marchés et de soutenir davantage la politique monétaire ; COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 15

17 ANNEXES COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 16

18 ANNEXE 1 LE CADRE DE VIABILITE DE LA DETTE A LONG TERME I. LES PILIERS DU CVD Le cadre d analyse de la dette qui est proposé repose sur deux grands piliers : des seuils indicatifs de la charge de la dette propres à chaque pays qui dépendent de la qualité des politiques et des institutions nationales telle que mesurée par l indice CPIA. Une analyse et une interprétation méthodiques des indicateurs de la charge de la dette actuelle et future à partir d un scénario de base et des chocs plausibles qui peuvent se produire II. COMMENT EVALUER LA QUALITE DES POLITIQUES ET DES INSTITUTIONS L indice CPIA regroupe 20 indicateurs en quatre grandes catégories : Gestion économique Gestion macroéconomique Politique budgétaire Politique de gestion de la dette Les politiques structurelles Coopération économique, intégration régionale, ainsi que les politiques et institutions commerciales Secteur financier Cadre de réglementation des activités commerciales Les politiques d insertion sociale et d équité Egalité entre les femmes et les hommes COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 17

19 Utilisation équitable des ressources publiques Renforcement du capital humain Protection sociale et emploi Politique et réglementation en matière d environnement La gestion du secteur public et les institutions Droits de propriété et gouvernance basée sur la loi Qualité de la gestion budgétaire et financière Mobilisation efficace des recettes Qualité de l administration publique Transparence, obligation de rendre compte et corruption dans le secteur public III. L INDICE CPIA Les pays sont notés en fonction de la position qu ils occupent pour chacun de ces critères de performance, notes qui vont de 1 (la plus basse) à 6 (la plus élevée). L indice est actualisé tous les ans. Selon la note CPIA obtenue (moyenne sur trois dernières années), les pays sont classés: qualité des politiques et des institutions médiocre si note CPIA 3,25; qualité des politiques et des institutions moyenne si 3,25<CPIA<3,75; et qualité des politiques et des institutions bonne si CPIA>3,75 IV. LES INDICATEURS D ENDETTEMENT RETENUS Le CAVD analyse 5 indicateurs d endettement : La valeur actuelle (VA) de la dette par rapport Aux exportations Au PIB Aux recettes de l Etat COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 18

20 Le service de la dette par rapport Aux exportations Aux recettes de l Etat SEUILS INDICATIFS DE DETTE EN FONCTION DE LA QUALITE DES POLITIQUES VALEUR AJOUTEE DE LA DETTE EN POURCENTAGE SERVICE DE LA DETTE EN POURCENTAGE Qualité médiocre Qualité moyenne Qualité solide EXPORTATIONS PIB RECETTES EXPORTATIONS RECETTES V. SCENARIOS ET TESTS DE SENSIBILITE Un scénario de base Deux scénarios complémentaires : Scénario historique Scénario de financement défavorable Six tests de sensibilités aux chocs extérieures : Moyennes historiques moins un écart type de croissance de (1) PIB, (2) exportations, (3) déflateur du PIB et (4) flux nets non créateurs de dette Combinaison de (1)-(4) Dépréciation de 30 % de la monnaie nationale La qualité des résultats dépend du réalisme des hypothèses macroéconomiques. Les scénarios et les tests de sensibilité permettent de vérifier le réalisme de l analyse : COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 19

21 Le scénario historique aide à identifier les hypothèses trop optimistes. Le scénario de financement défavorable permet de vérifier la sensibilité aux termes de financement. L examen détaillé du cadre macroéconomique permet de détecter des risques de changement abrupt de politique budgétaire, des taux d investissements et des termes de financement. L impact prévu des investissements sur la croissance doit être clairement justifié, particulièrement s ils sont financés par des emprunts important. Le modèle est flexible et permet la construction de scénarios spécifiques au pays. VI. CLASSIFICATION DU RISQUE DE SURENDETTEMENT Risque faible: Tous les indicateurs de la dette sont bien au-dessous des seuils pertinents relatifs aux politiques. Dans les scénarios complémentaires, les indicateurs ne franchissent pas sensiblement les seuils. Risque modéré: Bien que le scénario de référence n indique aucun franchissement des seuils, les scénarios complémentaires montrent une augmentation substantielle sur la période de projection du ratio du service de la dette, approchant les seuils, et/ou un franchissement des ratios du stock de dette. Risque élevé. Le scénario de référence indique un franchissement des ratios du stock de dette et/ou du service de la dette sur la période de projection. Ce franchissement se trouve exacerbé dans les scénarios complémentaires. En surendettement: Les ratios courants du stock de dette et du service de la dette franchissent les seuils de manière significative et/ou soutenue. COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 20

22 COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 21

23 COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 22

24 COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 23

25 COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE (CNDP) 24

REPUBLIQUE DU SENEGAL **************************************** Un Peuple-Un But-Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

REPUBLIQUE DU SENEGAL **************************************** Un Peuple-Un But-Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES REPUBLIQUE DU SENEGAL **************************************** Un Peuple-Un But-Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ******************************* COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE RAPPORT

Plus en détail

DIRECTION DE LA DETTE PUBLIQUE

DIRECTION DE LA DETTE PUBLIQUE REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------------------------- Un Peuple-Un But-Une Foi ------------------------------------- MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN -------------------------------------

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL

REPUBLIQUE DU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL **************************************** Un Peuple-Un But-Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ******************************* COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE RAPPORT

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2015

ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2015 REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2015 ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE DE L ANNEE 2015 Page 1/26 SOMMAIRE INTRODUCTION...

Plus en détail

DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES

DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES SITUATION ECONOMIQUE ET FINANCIERE EN 2007 ET PERSPECTIVES EN 2008 juin 2008 Publication

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI AFRIQUE DE L OUEST La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI en ligne 17 mars 2011 Marché à Monrovia (Libéria) : la crise qui persiste en

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL D EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE

RAPPORT SEMESTRIEL D EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission UEMOA RAPPORT SEMESTRIEL D EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE Juillet 2002 S O M M A I R E INTITULES PAGES INTRODUCTION 05 1. ENVIRONNEMENT

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES --------- CABINET REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE ------------ Union-Discipline- Travail TRIBUNE DU GEPCI ------- THÈME : QUELLE RELANCE ECONOMIQUE APRES L ATTEINTE

Plus en détail

Dans ce contexte, la deuxième phase du Programme s est donné pour objectifs de relever les défis liés aux facteurs ci-après :

Dans ce contexte, la deuxième phase du Programme s est donné pour objectifs de relever les défis liés aux facteurs ci-après : TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET-CONSEIL CHARGE DE L APPUI-ACCOMPAGNEMENT DE LA COMMISSION DE L UEMOA DANS LE CADRE DE LA MOBILISATION DES RESSURCES POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DEUXIEME

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE

DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE Ministère auprès du Premier Ministre, Chargé de l Economie et des Finances République de Côte d Ivoire ---------------------------- Union - Discipline - Travail DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ

Plus en détail

VERSION CITOYENNE DU DOCUMENT DE PROGRAMMATION BUDGETAIRE ET ECONOMIQUE PLURIANNUELLE

VERSION CITOYENNE DU DOCUMENT DE PROGRAMMATION BUDGETAIRE ET ECONOMIQUE PLURIANNUELLE République du Bénin Fraternité Justice Travail --------------Ministère de l Economie, des Finances et des Programmes de Dénationalisation --------------Direction Générale des Affaires économiques --------------Direction

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Secrétariat Général Boîte Postale 1917 - Yaoundé République du Cameroun TELEX BANETAC 8343 KN Tél. (237) 223.40.30 (237) 223.40.60 Fax. (237) 223.82.16 12ème ASSEMBLEE

Plus en détail

LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC

LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC De par ses attributions, le Trésor joue le rôle de caissier et de banquier dans la gestion des ressources publiques. Il est l agent financier

Plus en détail

DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN

DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN 4 th Forum (4 ème Forum) of Debt Management Facility Stakeholder s 2-3 May, 2013 Berlin (Germany) DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN DEVELOPING COUNTRIES THAT ARE SEEKING NON CONCESSIONAL

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

FMI - Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB

FMI - Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB FMI - Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette (OT 13.33) Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 28/09/2015 Point mensuel de conjoncture REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES

Plus en détail

STRATÉGIE DE GESTION FINANCIÈRE 2008-2009 COMMUNICATION DES RÉSULTATS

STRATÉGIE DE GESTION FINANCIÈRE 2008-2009 COMMUNICATION DES RÉSULTATS STRATÉGIE DE GESTION FINANCIÈRE 2008-2009 COMMUNICATION DES RÉSULTATS Pour en savoir davantage, consultez le site www.manitoba.ca C o m m u n i c a t i o n d e s r é s u l t a t s / 1 COMMUNICATION DES

Plus en détail

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE Le rôle respectif des taux à court terme et des taux à long terme dans le financement de l économie française

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE REPUBLIQUE TOGOLAISE DES FINANCES ET DES Travail-Liberté-Patrie PRIVATISATIONS -------------- -------------- DIRECTION DE L

MINISTERE DE L ECONOMIE REPUBLIQUE TOGOLAISE DES FINANCES ET DES Travail-Liberté-Patrie PRIVATISATIONS -------------- -------------- DIRECTION DE L MINISTERE DE L ECONOMIE REPUBLIQUE TOGOLAISE DES FINANCES ET DES Travail-Liberté-Patrie PRIVATISATIONS -------------- -------------- DIRECTION DE L ECONOMIE -------------- DIVISION PREVISION ----------------

Plus en détail

* Les ratios de liquidité générale, réduite et immédiate ont évolué en dents de scie au cours de la période 2005-2007 ;

* Les ratios de liquidité générale, réduite et immédiate ont évolué en dents de scie au cours de la période 2005-2007 ; DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL D ESSOUKNA. 20/06/2008 16:31 Introduction. 1. ANALYSE FONDAMENTALE. 2. ANALYSE DE MARCHE. 3. ANNEXES : TABLEAUX ET GRAPHIQUES. Introduction. ESSOUKNA, promoteur immobilier agréé,

Plus en détail

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP L Union bancaire européenne : un remède anti-crise Les Rencontres de l IEFP Les principaux facteurs à l origine de la crise financière Un évènement déclencheur (les «subprimes») mais des origines multiples

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS

BALANCE DES PAIEMENTS المملكة المغربية Royaume du Maroc BALANCE DES PAIEMENTS 2010 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source Site

Plus en détail

Les finances publiques québécoises 1. Germain Belzile 2. Au printemps 1998, le ministre des finances Bernard Landry déposait un budget

Les finances publiques québécoises 1. Germain Belzile 2. Au printemps 1998, le ministre des finances Bernard Landry déposait un budget Les finances publiques québécoises 1 Germain Belzile 2 Au printemps 1998, le ministre des finances Bernard Landry déposait un budget prévoyant, pour l année financière 1998-1999, un déficit de $2,2 G 3.

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

Novembre 2013 Adamson RASOLOFO, Economiste Principal

Novembre 2013 Adamson RASOLOFO, Economiste Principal Les instruments de la politique monétaire et ses canaux de transmission Novembre 2013, Economiste Principal Plan de la présentation i. Les objectifs de la politique monétaire ii. Les instruments de la

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

LE 5 e MANUEL DU FMI : UNE NOUVELLE PRÉSENTATION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE

LE 5 e MANUEL DU FMI : UNE NOUVELLE PRÉSENTATION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE LE 5 e MANUEL DU FMI : UNE NOUVELLE PRÉSENTATION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE La cinquième édition du Manuel de la Balance des paiements, publiée par le Fonds monétaire international

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de la Suède pour 2016

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de la Suède pour 2016 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 18.5.2016 COM(2016) 347 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme de la Suède pour 2016 et portant avis du Conseil

Plus en détail

CONVERSION DE LA DETTE AU BÉNÉFICE DE L ÉDUCATION PRÉSENTATION

CONVERSION DE LA DETTE AU BÉNÉFICE DE L ÉDUCATION PRÉSENTATION 35 C 35 C/52 12 octobre 2009 Original anglais Point 5.17 de l'ordre du jour CONVERSION DE LA DETTE AU BÉNÉFICE DE L ÉDUCATION Source : Résolution 34 C/14. PRÉSENTATION Antécédents : Par sa résolution 34

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 02 08 juin 2016 Encours* Variations depuis 03/06/16 03/06/15 31/12/15 27/05/16 Reserves Internationales Nettes (RIN) 243,6 25,4% 8,5% 0,1% * En milliards de dirhams

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger

Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger Source : http://www.marocainsdumonde.gov.ma/index.php?option=com_content&task=view&id=52&ite

Plus en détail

L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette

L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette Note pour le groupe technique «Annulation / Allégements de la dette et développement» de la Commission Coopération Développement L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette Avril 2000

Plus en détail

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Fabienne Monteil Direction générale des Statistiques Banque de France Sylvain Humbertclaude et Léa mauro Division Synthèse générale

Plus en détail

Présenté par Monsieur Souleymane SENE, Inspecteur du Trésor,

Présenté par Monsieur Souleymane SENE, Inspecteur du Trésor, Présenté par Monsieur Souleymane SENE, Inspecteur du Trésor, Chef de la Division de la Politique d Endettement et de la Stratégie d Intervention sur les marchés Direction de la Dette Publique SENEGAL Plan

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008 D.G.G.D.C.F Juin 2009 Table des matières 1- Environnement International et National 1.1 Environnement International

Plus en détail

FÉDÉRATION DE RUSSIE

FÉDÉRATION DE RUSSIE FÉDÉRATION DE RUSSIE AM053f-Y 1 Déclaration du gouverneur suppléant représentant la Fédération de Russie, M. Sergueï Stortchak Assemblée annuelle de la BERD Londres, 11-12 mai 2016 Depuis maintenant un

Plus en détail

Performance des membres du CAD en matière d'aide

Performance des membres du CAD en matière d'aide Extrait de : Coopération pour le développement : Rapport 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/dcr-2010-fr Performance des membres du CAD en matière d'aide Merci de citer ce chapitre

Plus en détail

Banque Centrale de Mauritanie. Direction Générale des Études. Direction des Études et des Recherches Économiques

Banque Centrale de Mauritanie. Direction Générale des Études. Direction des Études et des Recherches Économiques Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Études Direction des Études et des Recherches Économiques Note de Conjoncture Économique Novembre 2013 Janvier 2014 1 Sommaire 1. Secteur réel... 3

Plus en détail

Perspectives pour l économie mondiale

Perspectives pour l économie mondiale Banque mondiale Perspectives pour l économie mondiale 2010 Perspectives pour l économie mondiale Crise, Finance et Croissance Appendix: Perspectives régionales Asie du Sud 2010 2010 Banque internationale

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT

Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT au deuxième trimestre de 2000 DANS CE NUMÉRO Faits saillants économiques : La forte croissance devrait se poursuivre en l an 2000

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique LE BUDGET DE 1999 Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur Maintien d une saine gestion financière et économique février 1999 «la dernière année se caractérise par un incroyable climat d incertitude économique,

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes Nations Unies UNW/2015/CRP.15 Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes Deuxième session ordinaire de 2015 15-16 septembre 2015 Point

Plus en détail

Bulletin statistique de la dette publique

Bulletin statistique de la dette publique RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL Un Peuple - Un But - Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE ET DU TRESOR DIRECTION DE LA DETTE PUBLIQUE Bulletin statistique

Plus en détail

Introduction: Coûts de la REDD+ en RDC

Introduction: Coûts de la REDD+ en RDC Introduction: Coûts de la REDD+ en RDC Kinshasa, 22.04.2013 Kinshasa, 22.04.2013 Objectifs et résultats attendus de l atelier Objectifs Identifier les principaux moteurs de déforestation d une province

Plus en détail

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée. Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets

Plus en détail

CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT

CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT Au cours des dernières décennies, les progrès en matière d intermédiation bancaire, de développement des institutions et d intensification

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

R E V U E D E S T A B I L I T E F I N A N C I E R E

R E V U E D E S T A B I L I T E F I N A N C I E R E Avant-propos Au cours de l année écoulée, de nombreux points de réforme fondamentaux ont abouti au sein de l Union européenne. Ces mesures, en plus de celles mises en place au niveau national, ont contribué

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Table des matières 1 Analyse financière de l hôpital d Albertville-Moûtiers... 2 1.1 Analyse de l évolution et résultat... 2 1.2 Analyse de la structure

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES 2008 ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES RAPPORT DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE Direction du Trésor et des Finances Extérieures Mars 2009 SOMMAIRE ACRONYMES ET ABRÉVIATIONS 3 PRINCIPALES

Plus en détail

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Pacte de stabilité et de croissance Sommet de La Haye Commission parlementaire ECON Commission parlementaire CRIS BCE SEBC Comité économique et financier L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Acte unique européen

Plus en détail

S-1 Croissance, investissement, endettement

S-1 Croissance, investissement, endettement Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-1 Croissance,

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS DE LA TUNISIE 2008

BALANCE DES PAIEMENTS DE LA TUNISIE 2008 BALANCE DES PAIEMENTS DE LA TUNISIE Septembre 2009 SOMMAIRE Pages Introduction 5 Evolution de l environnement international et de la conjoncture nationale 6 Les échanges et les paiements extérieurs de

Plus en détail

COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE

COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE Virginie TERRAZA Associate professor, CREA Université du Luxembourg Ces dernières années, les établissements bancaires européens ont eu massivement

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Chapitre 2 : Analyse du bilan, L approche fonctionnelle... 2 I. Introduction... 2 II. La conception

Plus en détail

RÉSUMÉ ANALYTIQUE RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016. 13 avril 2016

RÉSUMÉ ANALYTIQUE RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016. 13 avril 2016 13 avril 2016 RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016 RÉSUMÉ ANALYTIQUE Les risques qui pèsent sur la stabilité financière mondiale se sont intensifiés depuis l édition d octobre

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES

DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES SITUATION ECONOMIQUE ET FINANCIERE EN 2010 ET PERSPECTIVES EN 2011 Septembre 2010

Plus en détail

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique?

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? La détermination d un niveau optimal de dette publique est un sujet complexe, autant lié aux exigences temporelles (soutenabilité de

Plus en détail

L avenir de la dette publique

L avenir de la dette publique L avenir de la dette publique Radu Nechita, de l Université de Cluj (Roumanie) est chercheur associé à l IREF. Il commente une étude sur l avenir de la dette publique présentée (en anglais) sous l égide

Plus en détail

WORKING PAPER SERIES 2013-ECO-15

WORKING PAPER SERIES 2013-ECO-15 July 2013 WORKING PAPER SERIES 2013-ECO-15 Le Portugal menacé d insolvabilité Eric Dor IESEG School of Management (LEM-CNRS) IESEG School of Management Lille Catholic University 3, rue de la Digue F-59000

Plus en détail

Soutenabilité de la dette publique européenne : un autre regard à long terme

Soutenabilité de la dette publique européenne : un autre regard à long terme N 158 3 novembre 2010 Soutenabilité de la dette publique européenne : un autre regard à long terme Nous avons mis à jour nos prévisions de comptes publics en zone euro sur la base des dernières révisions

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

Union africaine. Conseil économique et social. Manifestation parallèle

Union africaine. Conseil économique et social. Manifestation parallèle Nations Unies Conseil économique et social Commission économique pour l Afrique Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique Quarante-neuvième session

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 18 mars 2009 RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création 2010 : mise en marché d activités

Plus en détail

Banque Centrale De Tunisie R A P P O R T A N N U E L

Banque Centrale De Tunisie R A P P O R T A N N U E L Banque Centrale De Tunisie R A P P O R T A N N U E L 2013 Le mot du Gouverneur Le mot du Gouverneur La Tunisie a amorcé, depuis 2012, et après la récession de 2011, une reprise économique modérée grâce

Plus en détail

Publication du Bulletin BCL 2014/1

Publication du Bulletin BCL 2014/1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Luxembourg, le 20 mars 2014 Publication du Bulletin BCL 2014/1 Le présent communiqué comporte un survol de la situation macroéconomique, une brève présentation des projections d inflation

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

Points de presse pour le chapitre 3 : Les enseignements à tirer des fluctuations des prix des actifs pour la politique monétaire

Points de presse pour le chapitre 3 : Les enseignements à tirer des fluctuations des prix des actifs pour la politique monétaire Points de presse pour le chapitre 3 : Les enseignements à tirer des fluctuations des prix des actifs pour la politique monétaire Perspectives de l'économie mondiale, octobre 2009 Par Antonio Fatas, Prakash

Plus en détail

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS 1. INTRODUCTION 1.1 Le transport aérien de passagers est étroitement associé au tourisme, lequel

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES II- Les échanges internationaux- Evolution et instruments de mesure 2-1 Les principales évolutions du commerce international

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU Freetown, juillet 2008 2 La situation économique

Plus en détail

Résultats attendus et indicateurs

Résultats attendus et indicateurs ANNEXE I Résultats attendus et indicateurs Les indicateurs que la SCHL utilise en ce moment pour valider les résultats attendus de ses activités sont présentés ci-dessous. Ils sont en grande partie basés

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.20/2012/10 Distr. générale 24 février 2012 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe

Plus en détail