Proposition d une nouvelle formule de prêt concessionnel souverain pour les PRI d Afrique sub-saharienne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Proposition d une nouvelle formule de prêt concessionnel souverain pour les PRI d Afrique sub-saharienne"

Transcription

1 Bertrand SAVOYE janvier 2003 AFD - CEFEB/FOR Proposition d une nouvelle formule de prêt concessionnel souverain pour les PRI d Afrique sub-saharienne Note pour la journée du réseau des économistes de l AFD du 6 février 2003 La question des modalités de financement de l APD a été largement débattue ces dernières années au sein des instances internationales. Après avoir fait le choix au début des années 90 de ne plus financer les PMA d Afrique sub-saharienne que sur dons, la France poursuit jusqu à présent le financement sur prêt concessionnel souverain des PRI d Afrique sub-saharienne (excepté durant la période intérimaire de l initiative PPTE), en proposant en particulier de nouvelles formules de prêt de très long terme (jusqu à trente ans), à l instar d autres bailleurs tels que la Banque Mondiale ou la KFW. Cette volonté répond à l attente de ces pays, qui ont tout intérêt à pouvoir continuer de bénéficier de prêts concessionnels plutôt que de subventions, puisque les premiers apportent plus d argent frais que les seconds, compte tenu de l effet levier apparent de l élément don. Néanmoins, cette formule ne paraît pas adaptée à notre avis à la gravité du risque présenté par ces pays (République Sud-Africaine exceptée). Il paraît nécessaire de tirer les leçons de l initiative PPTE, et plus généralement des nombreuses opérations fort coûteuses d apurement des dettes extérieures, et si l on décide de poursuivre la politique de prêt, de s interroger sur la formule de prêt concessionnel qui présenterait le plus de chances d être effectivement remboursée. L importance du risque pays pour des financements de très long terme Le risque politique Sur un horizon de vingt à trente ans, la probabilité d une crise ou d un conflit est malheureusement très forte dans ces pays, comme l illustrent les exemples récents du Zimbabwe et de la Côte d Ivoire, souvent cités par le passé comme des références en matière de stabilité socio-politique. Les ingrédients de la crise ivoirienne, à savoir la succession difficile d un régime quasi-autocratique, les tensions ethniques et religieuses, le voisinage de pays complètement déstabilisés, et l attrait de la captation de rentes minières, se retrouvent également dans des pays qui sont encore considérés comme stables à ce jour, tels le Cameroun ou le Gabon Le risque économique Les économies de ces PRI sont soumises à de très fortes fluctuations conjoncturelles, sans comparaison avec celles observées dans les pays industrialisés, beaucoup plus stables du fait en particulier de la diversité de leur appareil productif et des stabilisateurs automatiques de la demande. Ces fluctuations affectent en Afrique sub-saharienne au premier chef les recettes d exportation, mais également les recettes budgétaires, compte tenu du poids prépondérant des prélèvements fiscalodouaniers sur les filières d exportation (redevances pétrolières, forestières, ). La formule des prêts de très long terme présente l intérêt de préserver plus facilement la soutenabilité de la dette extérieure, si cette dernière est calculée sur la base d un scénario moyen. Mais cette formule ne répond pas pour autant à la forte sensibilité des économies des PRI aux chocs conjoncturels exogènes : fluctuation des cours des matières premières, accidents climatiques, etc. Or cette sensibilité va probablement demeurer, faute de possibilité pour la plupart de ces économies, à la différence des économies dites émergentes, 1

2 - de développer un tissu industriel suffisamment compétitif pour exporter vers les marchés des pays du Nord ou s insérer dans des processus productifs internationaux ; - d accroître substantiellement les recettes de fiscalité intérieure, compte tenu de la part encore considérable de la population dont les revenus se situent en deçà du seuil de pauvreté. Que deviendrait par exemple, pour le cas des économies pétrolières d Afrique centrale, le service d une dette extérieure jugée soutenable dans un scénario même modéré de croissance, si le cours du baril chute durant une ou deux années aux alentours de 10$ le baril? Le bailleur de fonds ne peut pas seulement tenir compte de la croissance moyenne à long terme qui intéresse le développeuraménagiste. Son horizon s apparente paradoxalement à celui de l humanitaire, qui se focalise sur les minima des cycles conjoncturels. En termes probabilistes, le bailleur est conduit à accorder plus d attention à la variance de l évolution des recettes budgétaires, sur 15 ou 30 ans, du pays débiteur, qu à son espérance. Face à ces risques sur le long terme, l analyse risque-pays, quelle qu en soit la qualité, s avère insuffisante, car elle n éclaire que le très court terme, tout au mieux les deux ou trois années à venir. Ces analyses s avèrent pertinentes pour des placements de court terme, mais beaucoup moins pour des engagements financiers de très long terme. Prêts ou dons? Aussi la première question est bien celle de la poursuite des prêts. Les PRI d Afrique sub-saharienne ne présentent-ils pas la plupart des caractéristiques des PMA financés depuis le début des années 90 par dons? Les prêts présentent des avantages incontestables, mais également des inconvénients. Parmi les principaux avantages des prêts concessionnels, citons les arguments suivants : - les pays bénéficiaires ne sont pas considérés comme condamnés à la charité internationale. Ils conserveraient ainsi une certaine crédibilité en tant qu emprunteur sur les marchés de financements internationaux (mais cela de fait ne se vérifie pas) ; - le pays débiteur est a priori plus contraint à surveiller la qualité des emplois ; - l effet de levier procuré par les prêts. En fait, cet avantage est moins évident qu il n y paraît, puisque en terme de valeur actualisée nette, il y a équivalence entre don direct et élément don d un même montant intégré dans un prêt, tout au moins si le pays rembourse le prêt. Il permet pour le bailleur d afficher des engagements plus importants en termes d APD, mais il l expose également le cas échéant à connaître des situations de flux réels négatifs, si les remboursements l emportent sur les décaissements 1. Par ailleurs, l effet de levier sur un montant unitaire d engagement donné a été restreint par l accroissement de la part de l élément - don 2 (de 50% pour l ex-pco, à 80% pour le PTC). A contrario, les prêts présentent également des inconvénients majeurs, : - dans l opinion publique, le prêt est associé aux notions de dépendance et de fardeau de l endettement ; - ils aboutissent souvent en définitive à des opérations de traitement de la dette coûteuses, qui risquent de discréditer les pays qui en bénéficient, et qui correspondent à une mauvaise affectation de l APD. Il ne s agit pas ici d approfondir cette controverse. En définitive, on peut comprendre que l option du prêt soit choisie pour des raisons de politique bilatérale : il s agirait d affirmer la confiance de la France dans le développement de ces pays, et plus largement dans l essor du commerce et des 1 Citons à ce sujet le cas du Cameroun ces dernières années : la France est le premier bailleur de fonds en terme de décaissements (devant les bailleurs multilatéraux tels que l Union Européenne ou la Banque Mondiale), mais en même temps en situation de flux réels négatifs, dans la mesure où les remboursements du Cameroun sur les échéances des prêts octroyés à la fin des années 80 et au début des années 90 sont largement supérieurs aux décaissements actuels. 2 On se réfère par commodité dans cette note la notion d élément-don, tout en sachant que d autres notions peutêtre plus pertinentes auraient pu être retenues. 2

3 investissements bilatéraux. Mais ce choix étant retenu, il reste à étudier et à discuter des formules de prêts les plus adéquates face aux risques encourus. Les prêts de très long terme sont des histoires qui finissent mal, en général Risquons une comparaison iconoclaste. Que propose un établissement bancaire à un client qui souhaite contracter un prêt immobilier et qui présente un risque à court terme de perdre son emploi, soit la source principale de ses revenus? De l endetter sur trente ans plutôt que sur quinze, pour limiter ses échéances au quart plutôt qu au tiers de son salaire actuel? Ou plutôt, tout au moins s il est bien intentionné (autrement son offre se limitera à un crédit revolving assassin!), d accompagner ce prêt de mécanismes d assurance et de report éventuel des échéances? Le bailleur de fonds peut d autant mieux réfléchir à ce genre de mécanismes qu il dispose, à la différence de la banque commerciale, de l élément don, qui apporte de la marge de manœuvre financière. Les difficultés rencontrées par les Etats dans le remboursement de leurs prêts contractés proviennent principalement des chocs macroéconomiques conjoncturels, et non des caractéristiques internes des projets financés (TRE, TRI). En théorie, bien entendu, la rentabilité des projets devrait déterminer les conditions de financement dans la mesure où le projet génèrera, par sa rentabilité propre, les ressources budgétaires et en devises supplémentaires nécessaires au service de la dette. Mais en fait, à la différence de l entreprise, pour laquelle un investissement donné aura un impact direct et mesurable sur sa capacité de production, il est très difficile d avoir une idée de l impact macroéconomique, en termes de recettes budgétaires ou de balance des paiements, généré par un projet donné. D ailleurs, cette mesure est rarement tentée : on se limite généralement à l impact microéconomique du projet, sans tenter d évaluer ses répercussions au niveau macroéconomique. Tout au plus s efforce-t-on d évaluer, durant les années de décaissement du prêt, l effet keynésien induit par les dépenses de l investissement financé. Et en outre, quand bien même le projet financé générerait pour le pays, au terme du différé, les ressources suffisantes pour son remboursement, ceci ne garantirait en rien, compte tenu de l observation ci-dessus, que le pays pourrait être en mesure le moment venu d assumer son service, s il subit entre temps un choc conjoncturel. Que les prêts financent des projets avec des TRI mirifiques ou quasi-nuls, ils seront alors traités à même enseigne, dans le cadre du service global de la dette extérieure. Au demeurant, ces prêts concessionnels sur le long cours n ont pas que des avantages, même s ils permettent de réduire les annuités à un niveau jugé soutenable. Du fait des différés très longs qui sont octroyés (7, 8 voire 10 ans pour les prêts IDA!), les gouvernements qui recourent à ces financements n ont guère de chances d avoir à assumer plus tard leur service. Ces durées excessives incitent à une certaine déresponsabilisation en matière financière, et génèrent des transferts inter-générationnels de charge de la dette. Quant à la longue durée des remboursements, elle accroît les risques de change puisque ces prêts sont contractés en devises extérieures. Il en va ainsi des «quasi-dons» des prêts IDA à 0,5%, libellés en dollars, dont le service rapporté en monnaie locale s avère en fait souvent plus lourd que prévu. La maîtrise de ces endettements conduit d ailleurs souvent les pays à s imposer des politiques déflationnistes sans fin Et cette longue durée accroît également pour le créancier le risque pays : il est déjà difficile de parier, pour ces pays, sur une stabilité politique et sociale à un horizon de cinq années, alors que penser de trente ou quarante ans d engagement? Au final, ces prêts très longs conduisent de facto le plus souvent à des solutions d apurements de créances, et en un sens à la pire des politiques d aide au développement, celle dans laquelle aucun contrôle des affectations n est possible Quelle déperdition de l aide publique au développement! A la longue, de remise de Dakar en traitement du Club de Paris puis en initiative PPTE, cette politique risque d ailleurs de décrédibiliser les institutions financières de développement au regard de la société civile comme des contribuables. 3

4 Associer à la bonification d intérêt une formule de suspension ou de modulation des échéances en capital Comment les PRI débiteurs seraient-ils le mieux en mesure de rembourser leurs prêts? Le suivi conjoncturel du risque-pays, aussi intéressant soit-il pour apprécier la pertinence des stratégies sectorielles de l AFD, n apporte pas de réponse pour notre établissement sur les risques d impayés sur les engagements de financements souverains à venir. En supposant qu un risque majeur de crise soit détecté dans le semestre à venir, l AFD n aurait aucun moyen d intervenir sur les concours en cours de remboursement, engagés plus de six ans auparavant (compte tenu de la durée des différés des prêts souverains) et ne pourrait que suspendre l octroi de nouveaux engagements, lesquels ne seront remboursés que dans six à huit ans, soit dans une conjoncture toute autre Une soutenabilité effective et non pas seulement théorique du service de la dette extérieure de ces pays supposerait d apporter en premier lieu une réponse aux risques engendrés par les chocs exogènes de court terme, et en second lieu une réponse aux contraintes liées à la soutenabilité de la dette extérieure à moyen et long terme et à la rentabilité des projets financés. Les réponses proposées dans cette note sont donc d associer simultanément : - sur le très court terme, la possibilité de dispenser d une partie ou de la totalité du service de la dette un pays qui n est plus en mesure de rembourser ses échéances, et d éviter ainsi qu il ne tombe dans un régime de sanctions. Notons que ce régime est pénalisant pour le pays bénéficiaire, dans la mesure où l interruption des financements en cours, et donc des chantiers, risque d approfondir la récession économique et de priver les populations ciblées des effets attendus du projet, mais également pour le bailleur. S il permet d éviter de nouveaux engagements et donc d accroître les risques d impayés, il interrompt également le déroulement des projets en cours et paralyse toute l activité de montage de projet, et plus largement la dynamique d activité de l agence locale. - et sur le moyen et long terme, un taux d intérêt adapté au trend de la croissance des recettes budgétaires ; L élément - don des prêts concessionnels souverains d APD serait utilisé à la fois pour la bonification des taux d intérêt, mais également pour financer un mécanisme qui permette à l Etat d être dispensé en partie ou en totalité de ses échéances de remboursement pendant la durée de ces chocs conjoncturels. La formule d un mix prêt - don Afin de ne pas verser de prime aux pays les plus sensibles macro-économiquement, ni d inciter ces pays à dramatiser leur situation, par le biais de statistiques trafiquées, la solution la plus simple serait d utiliser une partie de l élément - don de tout prêt concessionnel souverain à des PRI «sensibles» pour effectuer un don d échéances en capital. Les prêts souverains seraient d une durée de x années, dont y années de différé et associeraient un don équivalent à z échéances en capital. Si le pays ne connaît pas de choc macro-économique durant la durée du prêt, ce don serait effectué au terme de son remboursement ; autrement, il serait déclenché sur la base d indicateurs conjoncturels suivis attentivement par le bailleur. Ainsi, le pays pourrait disposer de plusieurs semestres de répit ou d échéances modérées, avant de reprendre le remboursement de ses créances, plutôt que de tomber au bout de trois mois en sanction (ou encore de quatre ou cinq années d échéances réduites). Un tel mécanisme présenterait l intérêt d être géré prêt par prêt, sans nécessiter de mécanisme toujours complexe et délicat de fonds de mutualisation des risques inter-créances. 4

5 Ce don d échéances en capital serait financé, à bonification d intérêt égale, grâce aux économies générées par le raccourcissement de la durée du prêt (de 30 à 10 ou 12 ans tout au plus), qui porterait - à la fois sur la durée du différé, laquelle serait ramenée à celle nécessaire au décaissement complet du prêt, soit environ trois ou quatre ans pour le financement de projet, et deux ans pour le financement budgétaire de programme sectoriel; - et sur la durée des remboursments. Si cette formule était étendue, le pays débiteur deviendrait en mesure d infléchir le profil de sa dette extérieure selon les fluctuations de son économie (on peut imaginer diverses formules de modulation) et d avoir ainsi une gestion plus active de sa dette extérieure. Une faisabilité délicate, qui reste à étudier Une telle formule pose de nombreuses difficultés qui nécessiteraient d être étudiées en détail : - 1/ le montant précis de l élément-don ne peut pas être connu précisément, puisque la VAN de ce mix sera conditionnée par le moment de la mise en œuvre du don. Tout au plus peut-on connaître la part minimale (si le don est effectué au terme du remboursement) et la part maximale (si le don est appliqué dès le début des remboursements en capital). Ceci étant, on peut considérer d une certaine manière que l élément-don effectif associé à prêt concessionnel souverain n est jamais réellement connu dans la mesure où ce prêt sera peut-être par la suite l objet d une opération de traitement de la dette ultérieure. - 2/ ce mix prêt-don peut poser éventuellement des problèmes juridiques, au vu de la réglementation bancaire : il suppose que les deux dispositifs soient clairement dissociés, tout en étant étroitement liés : il ne s agit pas formellement de décider d emblée de remettre des échéances (ce qui serait contraire semble-t-il aux principes de l activité de prêteur), mais de mettre en quelque sorte un dispositif parallèle de prêt et de don ; - 3/ ce mix peut poser également des problèmes liés à l utilisation de ressources d origine éventuellement différente pour l AFD (MAE ou Direction du Trésor?), lesquelles se traitent, se budgétisent et se comptabilisent diversement ; - 4/ la définition et le strict respect de critères macro-économiques ou socio-poltiques pour le déclenchement anticipé du don ; - 5/ le risque lié à la poursuite des décaissements des projets en cours de financement (on suppose par ailleurs que les nouveaux engagement à l étude seront suspendus), sans garantie d une sortie de crise rapide ; - 6/ enfin ce mix peut éventuellement poser des problèmes d harmonisation des politiques de financement avec celles des institutions de Bretton Woods, et suppose au préalable une concertation étroite avec ces dernières. 5

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 07/10/2014 à 08:46:35 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE

Plus en détail

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 06/10/2015 à 11:27:48 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE

Plus en détail

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 27/05/2015 à 17:53:19 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE MINISTRE

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE

DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE Ministère auprès du Premier Ministre, Chargé de l Economie et des Finances République de Côte d Ivoire ---------------------------- Union - Discipline - Travail DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement?

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ; - de construire une argumentation à partir d une problématique qu il devra élaborer

Plus en détail

S-3 Concepts pour l analyse de la dette

S-3 Concepts pour l analyse de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-3 Concepts pour

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

La soutenabilité de la dette publique/enjeux du financement des États par le marché financier

La soutenabilité de la dette publique/enjeux du financement des États par le marché financier COMMISSION DE SURVEILLACE DU MARCHE FINANCIER DE L AFRIQUE CENTRALE Atelier régional sur «les marchés obligataires et les émissions de titres publics» Libreville, Gabon : les 18 et 19 février 2008 La soutenabilité

Plus en détail

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Aux Etats-Unis, la crise des Subprime engendrée par la mévente ou, au mieux, par la cession, à de faibles prix, de millions d habitations

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL **************************************** Un Peuple-Un But-Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

REPUBLIQUE DU SENEGAL **************************************** Un Peuple-Un But-Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES REPUBLIQUE DU SENEGAL **************************************** Un Peuple-Un But-Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ******************************* COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE RAPPORT

Plus en détail

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR LA CRISE ECONOMIQUE MONDIALE

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR LA CRISE ECONOMIQUE MONDIALE CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR LA CRISE ECONOMIQUE MONDIALE Organisée par l Union interparlementaire Genève, 7 et 8 mai 2009 Point 2a) 22 avril 2009 LA REFORME DE L ARCHITECTURE FINANCIERE INTERNATIONALE

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur!

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Qu est-ce que la dette publique? Les causes et les conséquences de la hausse de la dette publique? Quelles solutions pour la réduire? crise Soutenabilité

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

15 Les Fonds Petroliers

15 Les Fonds Petroliers CHAPTER IV OIL POLICY IN THE GULF OF GUINEA 15 Les Fonds Petroliers By Albert Yama Nkounga I. Introduction 1. La vulnérabilité des économies des pays producteurs de pétrole aux fluctuations à la baisse

Plus en détail

La mobilisation des ressources à l AFD

La mobilisation des ressources à l AFD 13/11/2013 La mobilisation des ressources à l AFD Soumana ALOU HAROUNA Sommaire 1 ) L AFD en quelques mots p. 4-5 Rôle Missions Champs géographique 2 ) L activité de l AFD... p. 7-9 Les niveaux d engagements

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2014

ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2014 REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2014 ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2014 Page 1/22 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I. LA SITUATION

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire)

Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire) Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire) Serge Allou, Gwénaëlle Corre Juillet 2010 A la suite des trois ateliers d échange successivement tenus à Hanoï, Abidjan et Addis

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière Les crises bancaires Les risques de l activité bancaire L activité principale des banques s accompagne inévitablement de risques: si un débiteur ne rembourse pas son crédit, la banque doit pouvoir absorber

Plus en détail

FMI - Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB

FMI - Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB FMI - Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette (OT 13.33) Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE DEUXIÈME PARTIE LES RISQUES Les opérations de marché présentent des risques qui doivent être identifiés et mesurés. En matière de finance internationale, on pense d abord au risque de change. Celui-ci

Plus en détail

1.2.2. Les initiatives en faveur de l annulation de la dette des pays pauvres

1.2.2. Les initiatives en faveur de l annulation de la dette des pays pauvres 1.2.2. Les initiatives en faveur de l annulation de la dette des pays pauvres En 1996 (G7 de Lyon), la communauté internationale avait lancé l initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE).

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL

REPUBLIQUE DU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL **************************************** Un Peuple-Un But-Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ******************************* COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE RAPPORT

Plus en détail

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Fiducie du Chantier de l économie sociale. Ce document

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Note pour le Conseil d orientation des Retraites. Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites

Note pour le Conseil d orientation des Retraites. Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites DF / JLN / 05-032 LE 10 FEVRIER 2005 Note pour le Conseil d orientation des Retraites Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites 1. Où en est le FRR aujourd hui? Le Fonds de Réserve

Plus en détail

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k]

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k] Evaluation de la rentabilité d un projet d investissement La décision d investir dans un quelconque projet se base principalement sur l évaluation de son intérêt économique et par conséquent, du calcul

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

Formation Atmansoft :

Formation Atmansoft : La particularité de la mise en place d une gestion de trésorerie, c'est-à-dire afin de devancer ses engagements, de connaître ses besoins et de respecter ses lignes d autorisations de découvert est devenu

Plus en détail

ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2013

ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2013 REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2013 ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2013 Page 1/23 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I. LA SITUATION

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Fiducie du Chantier de l économie sociale. Ce document

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer un courriel expliquant le motif ou les points que vous

Plus en détail

LES DIFFICULTÉS D ACCÈS AU CRÉDIT

LES DIFFICULTÉS D ACCÈS AU CRÉDIT LES DIFFICULTÉS D ACCÈS AU CRÉDIT Journée d étude «La gestion de la dette des collectivités et établissements publics locaux» Patrick Barbaste vendredi 9 novembre 2012 IEP de Strasbourg-CRC d'alsace PREMIERE

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences Licence mention Informatique parcours MIAGE - Semestre 5 Mathématiques Financières LES BASES DE L EVALUATION DES INVESTISSEMENTS Les

Plus en détail

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Thème 4 Le financement des activités économiques 4.3 Les institutions financières et leur rôle 4.4 La globalisation financière Compétences Caractériser

Plus en détail

Les institutions financières internationale sont-elles utiles au développement?

Les institutions financières internationale sont-elles utiles au développement? Les institutions financières internationale sont-elles utiles au développement? François Bourguignon Pauvreté et développement dans un monde globalisé (8) Chaire "Savoir contre pauvreté", Collège de France,

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Royaume du Maroc L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Reconstituer les volants budgétaires : Le financement durable du développement

Reconstituer les volants budgétaires : Le financement durable du développement Reconstituer les volants budgétaires : Le financement durable du développement Forum fiscal africain Les défis de la politique budgétaire en Afrique Le Cap, 9 et 10 novembre 2011 David Bevan Université

Plus en détail

Précis. Llong de cette période, en particulier lorsque le boom des

Précis. Llong de cette période, en particulier lorsque le boom des Précis DÉPARTEMENT DE L ÉVALUATION DES OPÉRATIONS ÉTÉ 1998 N U M É R O 1 6 1 Les opportunités offertes par la dévaluation en Côte d Ivoire A CÔTE D IVOIRE A CONNU DES HAUTS ET DES BAS très marqués au cours

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie Leçon 2: GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Cadre stratégique de la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: savoir faire la différence

Plus en détail

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION 1ER NOVEMBRE 2010 LE 1 ER NOVEMBRE ENTRENT EN VIGUEUR LES MESURES DE LA LOI LAGARDE

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Le report de l âge de la retraite

Le report de l âge de la retraite 4. Protection sociale Le report de l âge de la retraite Une des premières décisions du gouvernement issu des élections de 2012 aura été, conformément aux promesses de la campagne électorale présidentielle,

Plus en détail

Lignes Directrices pour l évaluation conjointe par les services de la Banque et du FMI du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté

Lignes Directrices pour l évaluation conjointe par les services de la Banque et du FMI du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté Lignes Directrices pour l évaluation conjointe par les services de la Banque et du FMI du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté 1. Lors de sa présentation par le Gouvernement aux Conseils d

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Politiques et procédures en matière de gestion de risques

Politiques et procédures en matière de gestion de risques Introduction Politiques et procédures en matière de gestion de risques La Banque africaine de développement a établi et applique diverses politiques et procédures visant à réduire ou à limiter son exposition

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

Le recours à l endettement : outil structurant ou épée de Damoclès?

Le recours à l endettement : outil structurant ou épée de Damoclès? Colloque sur la production porcine «Comment faire autrement?» Le mardi 7 novembre 2006, Hôtel Universel Best Western, Drummondville Le recours à l endettement : outil structurant ou épée de Damoclès? Luc

Plus en détail

FINANCER LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

FINANCER LE DÉVELOPPEMENT DURABLE FINANCER LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Grandes orientations et rôle du FMI AVRIL 2015 2015 est une année cruciale une année où la communauté internationale s engagera à poursuivre une vision commune des objectifs

Plus en détail

UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT

UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT Le seuil de rentabilité de la production de crédit est défini comme le taux en deçà duquel les établissements vendraient à perte leur production

Plus en détail

QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière

QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière 16/11/1999 QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière Concours du Meilleur Mémoire Financier - 1999 Paris, Novembre 1999 Ayant assisté, depuis plus

Plus en détail

Petit guide pratique du taux d endettement

Petit guide pratique du taux d endettement Petit guide pratique du taux d endettement Sommaire 1. Le taux d endettement, c est quoi? 2. Comment calculer votre taux d endettement? 3. Pourquoi évaluer votre taux d endettement? 4. L intérêt du calcul

Plus en détail

EXAMEN DE L APPLICATION DE LA POLITIQUE GÉNÉRALE DU FIDA RELATIVE

EXAMEN DE L APPLICATION DE LA POLITIQUE GÉNÉRALE DU FIDA RELATIVE Distribution: Restreinte EB 99/67/R.7 17 août 1999 Original: Anglais Point 3 f) de l ordre du jour Français FIDA Conseil d administration - Soixante-septième session Rome, 8-9 septembre 1999 EXAMEN DE

Plus en détail

CLUB DE PARIS RAPPORT ANNUEL

CLUB DE PARIS RAPPORT ANNUEL RAPPORT ANNUEL 2007 RAPPORT ANNUEL 2007 2 Avant-propos du Président du Club de Paris Xavier Musca Président du Club de Paris J ai le plaisir de vous présenter le premier rapport annuel du Club de Paris.

Plus en détail

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte?

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Eléments de correction Khôlle n 10 A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Une remarque en intro : j ai volontairement rédigé une seconde partie qui s

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Un régime d assurance? Si oui, lequel? Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES 25 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 25 ième

Plus en détail

APPEL A COMMUNICATIONS

APPEL A COMMUNICATIONS APPEL A COMMUNICATIONS Colloque régional UEMOA-CRDI sur Intégration régionale et stratégies régionales de réduction de la pauvreté 8-10 décembre 2009, Ouagadougou, Burkina Faso Délai de soumission de résumé

Plus en détail

PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 20/05/2014 à 21:08:58 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE MINISTRE

Plus en détail

Euro fort, dollar faible : faux problème?

Euro fort, dollar faible : faux problème? Euro fort, dollar faible : faux problème? Gilbert Koenig L évolution des valeurs internationales de l et du dollar qui suscite des craintes dans certains milieux économiques et dans l opinion publique

Plus en détail

Avis n HCFP-2015-01 relatif aux prévisions macroéconomiques associées au projet de programme de stabilité pour les années 2015 à 2018.

Avis n HCFP-2015-01 relatif aux prévisions macroéconomiques associées au projet de programme de stabilité pour les années 2015 à 2018. Avis n HCFP-2015-01 relatif aux prévisions macroéconomiques associées au projet de programme de stabilité pour les années 2015 à 2018 13 avril 2015 Le Haut Conseil des finances publiques a été saisi par

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 07/10/2014 à 08:46:34 PROGRAMME 851 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS, DE LA RÉSERVE PAYS ÉMERGENTS, EN VUE DE FACILITER

Plus en détail

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail