PRETS A DES ETATS ETRANGERS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRETS A DES ETATS ETRANGERS"

Transcription

1 ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS A DES ETATS ETRANGERS MAI 2013

2 Compte de concours financiers Prêts à des Etats étrangers Programme Prêts à des états étrangers, de la Réserve pays émergents, en vue de faciliter la réalisation de projets d'infrastructure Programme Prêts à des états étrangers pour consolidation de dettes envers la France Programme Prêts à l'agence française de développement en vue de favoriser le développement économique et social dans des états étrangers Programme Prêts aux états membres de l'union européenne dont la monnaie est l'euro

3 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS A DES ETATS ETRANGERS 3 Sommaire Synthèse...4 Introduction...8 I - Le résultat de l exercice et la gestion des crédits...10 A - Le résultat de l exercice...10 B - La programmation des crédits et l évaluation des recettes...11 C - La régularité de l exécution budgétaire...18 D - La démarche de performance...20 E - La soutenabilité budgétaire...23 II - Les recommandations de la Cour...24 A - Le suivi des recommandations formulées par la Cour au titre de B - Récapitulatif des recommandations de la Cour...26

4 4 COUR DES COMPTES Synthèse (Md ) LFI AE : 1,8; CP : 5,6 ; Crédits ouverts AE : 1,8 ; CP : 1,7 ; Exécution AE : 1,1 ; CP 0,8 I. Un compte de concours financier dédié à l aide publique au développement ainsi qu à la stabilité de la zone Euro En application de l article 24 de la LOLF, le compte retrace les prêts consentis par la France à des Etats étrangers ; il est doté de quatre sections associées à quatre programmes : - le programme 851 Prêts à des Etats étrangers, de la Réserve pays émergents, en vue de faciliter la réalisation de projets d infrastructures ; - le programme 852 Prêts à des Etats étrangers pour consolidation de dettes envers la France ; - le programme 853 Prêts à l Agence française de développement, en vue de favoriser le développement économique et social dans des Etats étrangers ; - le programme 854 Prêts aux Etats membres de l Union européenne dont la monnaie est l Euro 1. Le compte recouvre donc deux activités distinctes : l aide au développement par le biais de prêts accordés de façon directe (programmes 851 et 852) ou indirecte (programme 853), d une part ; la contribution française au premier plan d aide à la Grèce (programme 854), d autre part. II est le premier exercice pour lequel le compte n est plus mobilisé au titre des versements de prêts à la Grèce A compter du printemps 2012, le Fonds européen de stabilité financière (FESF) se substitue aux prêts bilatéraux consentis par les Etats membres ; le compte n est donc plus débité par la libération des nouvelles tranches et le programme 854 ne sera plus mouvementé avant juin 2020, date à laquelle les premiers remboursements du premier prêt à la Grèce doivent intervenir. 1 Ce programme n a concerné in fine que la Grèce.

5 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS A DES ETATS ETRANGERS 5 III. Un calibrage des crédits perfectible Le solde du compte est légèrement positif à l issue de l exécution 2012, à 23,67 M, alors que la LFI prévoyait un déficit (hors programme 854) de M. Ce décalage s explique par une sous-consommation de CP pour l ensemble des programmes, en particulier les 851 et 852 (taux d exécution de 40 %) alors que les recettes du compte sont davantage en ligne avec les prévisions (taux de 81 %). La consommation des crédits de la mission est, certes, soumise à de multiples facteurs exogènes. Néanmoins, cette performance traduit une moindre qualité de programmation 2012 qu en 2011, en particulier pour les prêts de la RPE (programme 851). IV. Deux recommandations de la NEB 2011 ont été appliquées, les trois autres étant partiellement suivies d effets Deux recommandations faites par la Cour en 2012 ont été suivies en totalité. Ainsi, la recommandation consistant à «Retracer par une disposition figurant dans une catégorie de loi de finances autre que la loi de règlement la constatation d une perte probable consécutive à un incident de paiement» (recommandation n 1 de la NEB relative à l exercice 2011) a été mise en œuvre par le moyen d un mécanisme de plafond annuel dont les modalités d application, telles que prévues à compter de 2013, paraissent suffisantes pour garantir le respect des dispositions de l article 24 de la LOLF relative aux comptes de concours financiers. D autre part, les règles d engagement des prêts sur le programme 851 ont été respectées en 2012, ce qui permet de lever la recommandation n 3. Les autres recommandations n ont été appliquées qu en partie : si les montants des restes à payer apparaissent désormais pour l ensemble des programmes du compte, aucune explication n est fournie quant à leur teneur et/ou mode de calcul (recommandation n 2) ; le contenu des documents budgétaires de la mission s est enrichi pour les programmes 851 et 852 mais il n existe toujours pas de justification au premier euro pour le programme 853 (recommandation n 4) ; Natixis a construit en 2012 un indicateur de performance retraçant le pourcentage de part française des prestations financées par la réserve pays émergents, mais ce ratio est en attente de validation de la part de la direction du budget (recommandation n 5). Ces recommandations sont reconduites et précisées.

6 6 COUR DES COMPTES V. Appréciation d ensemble a. Sur la soutenabilité Le compte de concours financier n entre pas dans le périmètre du budget triennal. Son solde est légèrement positif en 2012 (cf. supra). Les restes à payer apparaissent importants pour les programmes 851 (1,6 Md, en légère décrue par rapport à ) et 853 (1,4 Md ) puisqu ils représentent en consolidé plus de quatre fois la consommation de CP au titre de Toutefois, une activité de prêts moins dynamique de la part de l AFD, aujourd hui envisagée, devrait permettre à l avenir une décrue sensible de leur montant sur le programme 853, alors que le 851 connaît une diminution lente mais régulière du niveau d AE résiduelles. b. Sur la régularité Le respect des dispositions de l article 24 de la LOLF (inscription des pertes probables sur prêts dans une disposition en loi de finances autre que la loi de règlement) semble assuré par la mise en œuvre du mécanisme de plafond annuel proposé par l administration, sous réserve que l exposé des motifs concernant la révision des plafonds soit suffisamment explicite. Par ailleurs, les règles prévues en matière de protocoles de prêts RPE ont bien été appliquées en c. Sur la performance Seules trois des quatre sections du compte font l objet d un dispositif de suivi de la performance directement rattaché à la mission, les objectifs et indicateurs du programme 853 étant inclus dans ceux du programme 110 Aide économique et financière au développement 3. A cette exception près, le dispositif de suivi de la performance couvre la majorité des crédits de la mission. Les résultats sont conformes aux cibles. Toutefois, certains indicateurs pourraient être complétés. En particulier, les ratios du programme 110 mesurant la performance du programme 853 devraient prendre en compte le montant global de l effort de prêts et pas seulement le nombre de projets aboutis sous deux ans. 2 Pour lesquels ils s élevaient à 1,7 Md. 3 En particulier, indicateur 3.1 : Montant d aide au développement apportée par l AFD sous forme de prêt par euro de subvention de l Etat et indicateur 3.2 : Capacité de l AFD, de la Banque mondiale et du FASEP à mener avec succès des projets compatibles avec la réalisation de leurs objectifs de développement.

7 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS A DES ETATS ETRANGERS 7 En outre, il convient de mettre en œuvre dès que possible le projet d indicateur mesurant le pourcentage de la part française sur les prestations financées par la Réserve pays émergents (programme 851). PRINCIPALES RECOMMANDATIONS La Cour formule trois recommandations principales au titre de l exercice 2012 : - Recommandation n 1 : enrichir le PAP d une information plus complète sur les engagements financiers futurs imputables à chacun des programmes. - Recommandation n 2 : enrichir le contenu des informations du PAP concernant la justification au premier euro pour le programme Recommandation n 3 : mettre en œuvre, à compter de l exercice 2014, un indicateur pour le programme 851 mesurant le pourcentage de part française des prestations financées par la Réserve pays émergents (RPE) ayant donné lieu à des décaissements.

8 Introduction Présentation du compte de concours financiers En application de l article 24 de la loi organique n du 1 er août 2001 relative aux lois de finances (LOLF), un compte de concours financier retrace les prêts consentis par l Etat à des Etats étrangers. Le compte Prêts à des Etats étrangers regroupe quatre sections associées à quatre programmes : - Prêts à des Etats étrangers, de la Réserve pays émergents, en vue de faciliter la réalisation de projets d infrastructure (programme 851) ; - Prêts à des Etats étrangers pour consolidation de dettes envers la France (programme 852) ; - Prêts à l agence française de développement, en vue de favoriser le développement économique et social dans les Etats étrangers (programme 853) ; - Prêts aux Etats membres de l Union européenne dont la monnaie est l euro (programme 854). L ordonnateur principal est le ministre de l économie, des finances et de l industrie. Le responsable des programmes est le directeur général du Trésor. En application de l article 24 de la LOLF, et contrairement aux autres comptes de concours financiers, les programmes sont dotés de crédits évaluatifs relevant exclusivement du titre 7 (dépenses d opérations financières). Chacun des programmes est constitué d un seul budget opérationnel de programme (BOP) et d une seule unité opérationnelle (UO). Finalité des prêts du Trésor Le compte de concours financiers est le véhicule utilisé par la France pour accorder des prêts aux Etats étrangers, soit directement au titre de la Réserve pays émergents (RPE), des accords de consolidation de dettes ou des programmes de prêts bilatéraux en faveur d Etats membres de la zone Euro en pratique, seul le cas de la Grèce a été traité par le biais du compte -, soit indirectement via les contributions au financement de l agence française de développement (AFD).

9 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS A DES ETATS ETRANGERS 9 - Contribution à l aide publique au développement Les programmes 851, 852, 853 concourent essentiellement à la politique française d aide publique au développement (APD) et font partie intégrante du document de politique transversale (DPT) dédié. Le programme 851 supporte en dépenses le montant des prêts bilatéraux concessionnels accordés à des pays éligibles à l APD, selon les règles fixées par l OCDE, et destinés à financer des projets faisant appel pour leur réalisation à des biens et services français. Le programme 852 contribue à la politique française d annulation et de traitement de la dette des pays les moins avancés et des pays à revenu intermédiaire, dans le cadre des programmes arrêtés en club de Paris. Le programme 853 se distingue des autres programmes de la mission du fait qu il contribue de manière indirecte à l octroi de prêts à des Etats étrangers, par le biais du versement à l AFD d une ressource à condition spéciale (RCS) sous forme de prêts à des conditions très concessionnelles 4. - Contribution temporaire au plan d aide à la Grèce Le programme 854, créé par la loi de finances rectificative n du 7 mai 2010, a constitué le vecteur de contribution de la France au premier plan d aide en faveur de la Grèce, sous forme d un prêt bilatéral coordonné 5 ; la France est engagée au titre de ce prêt à hauteur de 16,8 Md. Le compte n a pas été sollicité au titre des programmes d aide à l Irlande 6 et au Portugal 7 et ne doit pas l être pour le deuxième programme d aide à la Grèce décidé en mars 2012, qui inclut les montants non déboursés du premier programme et sera actionné par le biais du fonds européen de stabilité financière (FESF). 4 Taux d intérêt de 0,25 % pour une maturité de 30 ans, avec un différé de 10 ans pour le remboursement du principal. 5 Décidé lors du conseil européen des 25 et 26 mars Novembre Mai 2011.

10 10 COUR DES COMPTES I - Le résultat de l exercice et la gestion des crédits A - Le résultat de l exercice Tableau 1 : solde du compte de concours financier (en M ) LFI 2012 LFI+LFR 2012 Exécution (prévisionnel) (prévisionnel) Recettes 954,19 954,19 777,85 Dépenses (CP) 5 588, ,64 754,18 Solde , ,45 23,67 Source : direction général du Trésor, CBCM. Tableau 2 : solde d exécution par programme Section/Programme Recettes (1) Crédits Solde ((1)-(2)) Autorisations d engagement Crédits de paiement (2) Prêts à des Etats étrangers, , ,15 de la RPE/programme 851 Prêts à des Etats étrangers pour consolidation de dettes envers la France/programme 852 Prêts à l AFD/programme 853 Prêts aux EM de l UE dont la monnaie est l Euro/programme 854 Total des recettes/ AE/CP & solde compte Source : budget, Cour des comptes , , , , , , , ,94 0,00 0,00 0,00 0, , , , ,84 Le solde d exécution du compte Prêts à des Etats étrangers est légèrement excédentaire, à hauteur de 23,67 M. Ce montant doit être rapproché non pas du solde de l exercice 2011 mais du solde hors programme 854 (i.e. versements à la Grèce), afin de se situer à périmètre constant ; en l espèce, le solde 2011 était également positif, à 149,70 M.

11 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS A DES ETATS ETRANGERS 11 En application de l article 20 de la LOLF, le solde du compte est reporté sur l exercice 2013, sous réserve des dispositions de l article B - La programmation des crédits et l évaluation des recettes Les crédits du compte sont de nature évaluative, en application de l article 24 de la LOLF. Aux termes de l article 10, qui précise le régime applicable aux crédits évaluatifs, il s ensuit que : - les dépenses peuvent, sous certaines conditions 9, être imputées au-delà des crédits ouverts ; - les crédits ne peuvent ni être annulés en cours d exercice ni faire l objet de mouvements sur d autres programmes. Le caractère évaluatif des crédits ne dispense pas l administration de fournir l information la plus complète et la plus réaliste possible au Parlement au stade du projet de loi de finances. Une programmation soumise à des facteurs exogènes S agissant du programme 851, les prévisions d engagement se fondent sur une évaluation ex ante des besoins éligibles à la Réserve pays émergents (RPE). Les demandes de CP sont établies à partir d une estimation des tirages au titre de protocoles déjà signés et dont les projets sont soit en cours, soit susceptibles de débuter durant l exercice. De multiples aléas rendent l exercice de calibrage des crédits délicat : calendrier et priorités politiques des pays récipiendaires, processus de désignation des prestataires en fonction des règles locales, choix des autorités de recourir à d autres modalités de financement etc. Les prévisions du programme 852 sont établies au vu des accords susceptibles d être conclus au cours de l année à venir dans le cadre du club de Paris. Ceux-ci dépendent, entre autres, de l évolution de la situation économique des pays débiteurs, des évaluations réalisées par le 8 Le solde non reporté correspond aux annulations de dettes consenties en cours d exercice ; à ce stade, il ne concerne que le programme 852 au sein du compte pour un montant d environ 655 M en 2012 (chiffre non stabilisé). 9 En cas de dépassement des crédits, le ministre des finances informe les commissions de l Assemblée nationale et du Sénat chargées des finances des motifs du dépassement et des perspectives d exécution jusqu à la fin de l exercice. Des propositions d ouverture de crédits doivent également être faites dans le plus prochain projet de loi de finances de l année concernée.

12 12 COUR DES COMPTES FMI et la Banque mondiale ou, encore, du contenu des accords multilatéraux conclus en cours d exercice Les autorisations d engagement Tableau 3 : AE (en M ) Programmes LFI 2012 Crédits ouverts Dépenses nettes 851(RPE) 400, ,60 852(CDP) 986,64 986,64 387,69 853(AFD) 412,00 412,00 398,98 854(Grèce) 0,00 0,00 0,00 Total 1 798, , ,27 Source : direction générale du Trésor, CBCM L exercice 2012 se caractérise par une consommation des autorisations d engagement (AE) ouvertes en LFI à hauteur de 60 %. Cette sous-consommation importante s explique par le faible niveau d exécution des crédits pour les programmes 852 (39 %) et, dans une moindre mesure, 851. a. Programme 851 Comme en 2010 et 2011, l exercice 2012 est marqué par une sous-consommation des autorisations d engagement programmées (exécutées à 70 % 11 ). On peut également relever que l ensemble des AE ont finalement été engagées au mois de décembre Tableau 4 : Liste des protocoles signés en 2012 (RPE) Date Objet de l engagement juridique Montant ( ) 13/12/2012 Natixis protocole financier avec le Kenya ,00 13/12/2012 Natixis protocole financier avec l Equateur (financement tramway de Cuenca) ,00 10 Les accords bilatéraux entre la France et les pays débiteurs sont toujours établis sur la base d un accord multilatéral préalable % en Deux des projets, représentant à eux seuls 60 % du total des crédits d AE finalement exécutés, ont été conclus respectivement les 27 décembre (LGV Maroc Casablanca-Tanger) et 31 décembre 2012 (réhabilitation du réseau de distribution d eau de la banlieue d Aman (Jordanie)).

13 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS A DES ETATS ETRANGERS 13 Date Objet de l engagement juridique Montant ( ) 26/12/2012 Natixis protocole du 14/11/2008 avec la Maroc (financement TGV Casablanca Tanger) ,15 20/12/2012 Natixis protocole financier avec la Jordanie ,00 31/12/2012 Natixis protocole financier avec la Jordanie (réseau eau potable Amman) ,00 Source : CBCM, Trésor Total : ,15 Ce profil de consommation des AE n est pas atypique pour le programme : en 2011, 90 % des AE avaient été exécutées au mois de décembre (60 % pour 2010). Les retards d une année favorisent ceux de l année suivante puisque le bouclage in extremis des dossiers en exercice n repousse l instruction des dossiers n+1 vers l été ce qui, mécaniquement, conduit à ne pouvoir les finaliser qu au cours du dernier trimestre. Toutefois, l exécution 2013 devrait être plus équilibrée puisqu il est envisagé de conclure un protocole avec l Indonésie dès février/mars. b. Programme 852 Le programme 852 est celui qui enregistre la plus faible consommation en crédits d AE au cours de l exercice : environ 40 %. Cet écart s explique par un refinancement de la dette de certains pays moins important que prévu, du fait qu ils ont atteint en cours d exercice le point d achèvement de l initiative PPTE (Guinée et Côte d Ivoire 14 ), et par l annulation de trois opérations initialement programmées (Soudan, Tchad, Zimbabwe), représentant un montant de crédits de 535 M 15. c. Programme 853 Comme en 2011, la quasi-totalité des AE disponibles a été consommée au cours de l exercice : 399 M sur un total de 412 M, soit un taux d exécution de 97 %. Les AE correspondent à la couverture de prêts souverains concessionnels pour 355,25 M et de prêts non souverains pour 34,73 M (contre respectivement 334 M et 45 M en 2011). 13 Signé le 31 décembre à 10H00 du matin heure jordanienne (midi heure française) 14 Les échéances non refinancées s élèvent respectivement à 13 M et 51 M, soit un total de 64 M d AE libérées. 15 Dont 442 M pour le seul Soudan.

14 14 COUR DES COMPTES d. Programme 854 Du fait des nouvelles modalités de versement de prêts à la Grèce, les AE correspondantes seront annulées dans le cadre de la loi de règlement pour Les crédits de paiement et dépenses de l exercice Tableau 5 : crédits de paiement (en M ) Programmes LFI 2012 Crédits ouverts Dépenses nettes 851(RPE) 390,00 390,00 157,48 852(CDP) 986,64 986,64 387,69 853(AFD) 318,00 318,00 209,00 854(Grèce) 3 894,00 0,00 0,00 Total 5 588, ,64 754,18 Source : direction générale du Trésor, CBCM Le compte enregistre une sous-exécution des crédits de paiement (CP) par rapport aux crédits ouverts, qui s explique par un niveau de consommation inférieur aux prévisions pour l ensemble des programmes (hors 854, mis en sommeil). a. Programme 851 Le total des crédits de paiement consommés au titre de l exercice s élève à 157,5 M 17, soit seulement 40 % des crédits programmés (contre un taux de 82 % en 2011). La différence par rapport à la prévision s explique par des retards sur plusieurs projets, en particulier au Maroc (tramway Rabat/Salé et TGV Casablanca Tanger), au Vietnam (projet de ligne ferroviaire d Hanoi) et au Pakistan (usine de traitement des eaux de Lahore). En outre, les exécutions d AE plus faibles que prévues en 2010 et 2011 ont conduit à de moindres consommations de CP en La consommation de CP pour 2012 est recensée sur la période courant du 8 décembre 2011 au 3 décembre 2012 ; les tirages effectués pour la période du 4 au 31 décembre 2012 seront imputés sur les CP de Correspondant à 30 projets au total.

15 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS A DES ETATS ETRANGERS 15 b. Programme 852 La spécificité du programme 852 tient au fait que l on se situe normalement dans une configuration AE=CP, vérifiée pour l exercice 2012 ; les remarques formulées supra quant à la sous-exécution des crédits d AE s appliquent donc aux CP. Les pays dont les dettes ont été refinancées en 2012 sont la Côte d Ivoire 18, la Guinée, les Comores et Djibouti. c. Programme 853 Au stade de la programmation, les demandes de CP sont calculées en fonction d une «loi de décaissement empirique» des AE antérieures, qui est ajustée chaque année. Pour 2012, la consommation de CP s est élevé à 209 M, en deçà de la programmation qui était fixée à 318 M (soit un taux d exécution de 66 %, légèrement inférieur à celui de 2011 (70 %)). Cette sous-consommation est, pour partie, une conséquence de la réforme, intervenue en 2010, concernant l adossement des prêts de l AFD aux programmes 110 et 853, chacun contribuant désormais de manière égale aux bonifications des prêts de l AFD, hors prêts très concessionnels 19. Il s ensuit un ralentissement du profil de décaissement des CP du programme 853. L intégralité des crédits ont été consommés au cours des quatre derniers mois de l année du fait que le solde disponible dans les comptes de l AFD était supérieur à deux dixièmes du plafond annuel de CP sur la période janvier-août d. Programme 854 Aucun décaissement de prêt n a été effectué en 2012 (soit une consommation de CP nulle) % du total refinancé à elle seule. 19 Jusqu en 2009, le programme 853 servait à adosser les prêts très concessionnels octroyés par l AFD et les prêts non souverains concessionnels. Si les prêts très concessionnels de l agence restent encore adossés à 100 % à la RCS (en raison de leur longue maturité et de leur taux fixe), tous les autres prêts bonifiés de l AFD, souverains comme non souverains, consomment désormais un mixage de crédits des programmes 110 et Cf. article 3 de la convention du 26 octobre 1998 entre l Etat et l AFD.

16 16 COUR DES COMPTES 3. Les recettes de l exercice 2012 Tableau 6 : recettes (en M ) Programmes LFI 2012 LFI+LFR Recettes 851(RPE) ,36 852(CDP) 386,91 386,91 220,20 853(AFD) 156,29 156,29 156,29 854(Grèce) Total 954,19 954,19 777,85 Source : direction générale du Trésor, CBCM Les recettes du compte de concours financiers sont constituées exclusivement du remboursement en capital des prêts, les intérêts étant versés au budget général au titre des recettes non fiscales. Les prévisions de recettes sont, par nature, plus certaines que les prévisions de dépenses dans la mesure où elles correspondent aux montants déterminés par les échéanciers de remboursements prévus par les accords de prêts. Toutefois, ces prévisions sont également sujettes à aléas (remboursements anticipés, accidents de crédit etc.). Les recettes du compte se sont élevées à 777,85 M en 2012, soit 81 % du montant programmé ; cet écart provient de la sous-exécution observée pour le programme 852. a. Programme 851 Les recettes du programme 851 s élèvent à 401,4 M pour l exercice 2012, soit un taux d exécution de 98 %. En réalité, le niveau des recettes rattachées à l exercice 2012 est supérieur et ne correspond pas aux montants constatés dans la comptabilité de l Etat du fait du décalage d imputation des échéances de fin d année. Ainsi, les remboursements du principal réalisés en 2012 atteignent 490 M. b. Programme 852 Les recettes réalisées en capital se montent à 220,20 M i.e.53,71 M de recettes «directes» 21 et 166,49 M de recettes issues des refinancements, soit un taux d exécution de 57 % qui 21 Recettes constituées de remboursements en capital effectués par les pays débiteurs.

17 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS A DES ETATS ETRANGERS 17 s explique essentiellement par le fait qu il a été sursis au refinancement de plusieurs pays (Soudan, Tchad, Zimbabwe) 22. c. Programme 853 Les recettes du programme 853 sont constituées de remboursements en capital de l AFD sur des prêts à taux fixe et 10 ans de différé. Elles sont connues précisément et il ne doit pas y avoir d écart entre prévision et exécution, ce qui se vérifie en 2012, avec une réalisation de 156,29 M 23 identique à la prévision. d. Programme 854 Les recettes du programme 854, nulles en 2012, seront constituées des remboursements en capital effectués par la Grèce. Lors du sommet extraordinaire de la zone euro du 21 juillet 2011, il avait été décidé de porter la maturité de 7,5 ans en moyenne à 15 ans, assortie d une période de différé de 10 ans. A l Eurogroupe du 26 novembre 2012, la maturité moyenne des prêts à la Grèce a été portée à 20 ans, mais le différé reste de 10 ans. Il en découle que les premiers remboursements en capital devraient intervenir à partir de Programme 4. Les restes à payer et l utilisation de la RCS méritent une attention particulière a. L explicitation des restes à payer Tableau 7 : Restes à payer (PLF 2012) (en M ) Prévision solde AE non couverts par CP au 31/12/2012 Estimation des CP sur AE non couverts au 31/12/ Après (RPE) 1 623, ,10 431,54 746, (CDP) 0,00 0,00 0,00 0, (AFD) 1 399,97 328,00 318,00 753, (Grèce) 0,00 0,00 0,00 0,00 Total 3 023,14 773,10 749, ,50 Source : PAP 2012 & 2013, Cour des comptes Les engagements autorisés par loi de finances dans le cadre de la mission ont des conséquences pluriannuelles, la conclusion d un accord de prêt engageant la France sur plusieurs exercices. A cet égard, la NEB 22 Cf. commentaires sur les AE du même programme supra. 23 Versés en deux échéances : 82,27 M au 30 juin et 74,01 M au 31 décembre 2012.

18 18 COUR DES COMPTES 2011 soulignait que le Parlement devait être mieux informé du montant prévisionnel des restes à payer sur chacun des programmes de prêts. Les documents budgétaires comportent désormais dans le PAP 2013, pour l ensemble des programmes du compte, un tableau de suivi des CP associés à la consommation des AE ; ces données ne sont toutefois pas accompagnées de précisions quant aux accords sous-jacents et n autorisent pas une évaluation fine des restes à payer. b. Difficultés de programmation liées à la RCS (programme 853) Les modalités d attribution de la Ressource à conditions spéciales (RCS) comme élément de bonification des prêts AFD ne permettent pas d apprécier correctement l effort budgétaire de l Etat. La RCS est un prêt du Trésor sur 30 ans avec un différé de remboursement de 10 ans. Elle est affectée par l AFD, en tant qu élément de bonification, à des prêts souverains et non souverains, dont la maturité moyenne est de 15 ans. Dans le cas des prêts très concessionnels dont la maturité est proche de 30 ans, le mécanisme crée peu d excédents de RCS. En revanche, s agissant des autres prêts de maturité plus courte, aucune donnée ne fait apparaître clairement la manière dont le différentiel de maturité est pris en compte dans l évaluation des crédits budgétaires nécessaires. Dans son dernier rapport sur les comptes et la gestion de l AFD, la Cour avait estimé que les ressources allouées à la bonification des prêts étaient surévaluées et avait évalué l excédent de RCS sur les prêts échus à 1,2 Md en Elle avait indiqué que les modalités de calcul des ressources consacrées à la bonification des prêts devraient davantage tenir compte de l existence de cet excédent structurel. 24 C - La régularité de l exécution budgétaire 1. Programme 851 : formalisation des engagements juridiques L article 2 de la convention du 21 septembre 2011 entre l Etat et NATIXIS dispose que les protocoles de prêt «font apparaître le montant du prêt, l objet, les conditions d emploi des fonds, les conditions de remboursement des prêts et des avances remboursables». 24 Rapport particulier sur les comptes et la gestion de l AFD pour les exercices 2005 à 2009 (Cour des Comptes, décembre 2011).

19 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS A DES ETATS ETRANGERS 19 Parallèlement, les PAP et RAP du compte précisent que «l engagement juridique de l Etat intervient lors de la signature de l accord intergouvernemental de financement 25» et que «chaque engagement de financement pour un projet donne lieu à la signature d un protocole de prêt entre la France et le pays bénéficiaire 26». La NEB 2011 mentionnait deux exemples pour lesquels ces règles n avaient pas été appliquées : dans un cas, le protocole de prêt n avait pas accompagné la décision d engagement ; dans l autre, relatif au métro de Belgrade, un accord sous forme d une déclaration d intention de la Serbie était intervenu, mais sans qu un protocole de prêt ne soit dûment formalisé. En 2012, toutes les demandes d autorisation d engagement de prêts du programme 851 ont été présentées sur la base de protocoles intergouvernementaux comportant le détail des modalités de prêts Inscription des pertes probables sur les prêts dans une disposition en loi de finances La NEB au titre de l exercice 2011 formulait la recommandation, conformément à l article 24 de la LOLF 28, que les pertes probables sur les prêts aux Etats étrangers figurent dans une catégorie de loi de finances autre que la loi de règlement 29. Tout en reconnaissant le bien-fondé de l analyse de la Cour, l administration considère qu à compter de l exercice 2013 les dispositions de l article 24 seront respectées grâce au dispositif suivant : - le plafond d autorisation de remise de dettes dans un cadre multilatéral et bilatéral, tel que prévu par l article 64 de la LFR 25 Cf. PAP 2012, p Cf. PAP 2012, p Un seul engagement aurait pu poser problème : celui, visé par le CBCM le 26/12/2012, concernant le TGV Casablanca Tanger pour un montant de 123 M (cf. supra). Ce prêt correspond à une reprise par l Etat d un engagement qui, initialement, devait être assumé par un consortium de banques privées. Il a été décidé, via échange de lettres entre les Trésors français et marocains, de transférer le crédit à la charge de l Etat français, aux mêmes conditions que celles qui auraient dû être consenties par les banques et sur la base d un protocole-cadre intergouvernemental en date du 14/11/2008. Celui-ci pouvait effectivement servir de véhicule juridique à l opération et comportait bien le détail des modalités spécifiques du prêt. 28 L alinéa 4 de l article 24 de la LOLF prévoit que «toute échéance qui n est pas honorée à la date prévue doit faire l objet, selon la situation du débiteur [ ], de la constatation d une perte probable dans une disposition particulière en loi de finances». 29 Recommandation n 1.

20 20 COUR DES COMPTES pour 1991 du 30 décembre 1991, est désormais mis en œuvre sur une base annuelle et non plus bisannuelle 30 ; - l exposé des motifs concernant, chaque année, la révision des plafonds d annulation inclura «de la manière la plus détaillée possible» les pays susceptibles de bénéficier des annulations 31. D - La démarche de performance 1. Une information succincte sur les conditions de la performance Depuis 2008, et singulièrement dans le cadre de la NEB , la Cour observe que les documents budgétaires de la mission sont trop succincts ; en particulier, la justification au premier euro (JPE) doit être enrichie (cf. recommandation n 4 de la NEB 2011). Sur ce point, quelques progrès sont constatés dans le projet annuel de performances Ainsi, s agissant du programme 851, le PAP propose à la fois un aperçu des principaux projets RPE financés sur la période et une liste de ceux qui pourraient donner lieu à décaissements au cours de l exercice 2013 (sans toutefois préciser l enveloppe prévisionnelle allouée à chaque projet). De même, des pistes de travail sont fournies pour le club de Paris (programme 852), qui mentionnent au titre de 2013 le traitement des arriérés du Zimbabwe et de la dette birmane (sans estimation chiffrée, afin de préserver les marges de négociation françaises). En revanche, aucune JPE n est proposée au titre du programme 853, l administration se bornant à indiquer les: «un paragraphe explicatif sera inséré dans les futurs documents budgétaires, rappelant notamment les volumes d activité de l agence inscrits dans le contrat d objectifs et de moyens». 2. Des indicateurs à complémenter Les programmes 851, 852 et 854 sont dotés d indicateurs en propre. La performance du programme 853 est quant à elle mesurée par 30 Il s agit d un simple «engagement» de la direction générale du Trésor. 31 Ainsi, pour l année 2013, la révision annuelle a été inscrite dans l article 62 du PLF 2013, devenu l article 96 de la loi n du 29 décembre 2012 de finances pour Il y est précisé qu en 2013, [les] «annulations de dettes additionnelles s élèveraient à 450 M, en particulier dans le cadre du contrat de désendettement et de développement avec la Côte d Ivoire (350 M )». 32 Cf. recommandation n 3 de ladite note.

Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014

Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 Provisions - Dotation pour dépenses accidentelles destinée à faire face à des calamités et pour dépenses imprévisibles - Dotation pour mesures

Plus en détail

COMPTES D OPÉRATIONS MONÉTAIRES

COMPTES D OPÉRATIONS MONÉTAIRES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E COMPTES SPÉCIAUX RAPPORTS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE RÈGLEMENT DES COMPTES ET RAPPORT DE GESTION POUR 2007 COMPTES D OPÉRATIONS MONÉTAIRES

Plus en détail

Compte d opérations monétaires. Pertes et bénéfices de change

Compte d opérations monétaires. Pertes et bénéfices de change Compte d opérations monétaires Pertes et bénéfices de change Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 2 COUR DES COMPTES Pertes et bénéfices de change LFI Exécution 1 Ecart Recettes 25 M 19,3 M -5,7

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques Ministère de l Égalité des territoires et du Logement Ministère de l Économie et des Finances GUIDE PRATIQUE Du provisionnement des emprunts à risques Application aux Offices Publics de l Habitat à comptabilité

Plus en détail

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX INTERNATIONAUX 1 ANALYSES DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2011 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX MAI 2012 INTERNATIONAUX 3 Compte de

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

COMPTES D OPERATIONS MONETAIRES

COMPTES D OPERATIONS MONETAIRES ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2013 COMPTES D OPERATIONS MONETAIRES PERTES ET BENEFICES DE CHANGE Mai 2014 Comptes d opérations monétaires Compte 953 - Pertes

Plus en détail

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS 28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS Loi organique n 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. Textes pris dans le cadre de l entrée

Plus en détail

1 2 3 4 Aide à l animateur Les opérations de trésorerie sont définies comme «les mouvements de numéraire, de valeurs mobilisables, de comptes de dépôts et de comptes courants, ainsi que les opérations

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

S-3 Concepts pour l analyse de la dette

S-3 Concepts pour l analyse de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-3 Concepts pour

Plus en détail

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Recommandation R-01 du 23 juin 2004 Dispositions comptables relatives aux PERP (Plans d épargne retraite populaire) Sommaire 1 - Spécificités comptables

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées La tenue de la comptabilité d engagement ou comptabilité administrative est de la responsabilité de l exécutif de la collectivité. Le CGCT prévoit

Plus en détail

ACTION EXTERIEURE DE L ETAT

ACTION EXTERIEURE DE L ETAT MISSION ACTION EXTERIEURE DE L ETAT 1 ANALYSES DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2011 ACTION EXTERIEURE DE L ETAT MAI 2012 MISSION ACTION EXTERIEURE DE L ETAT 3 Mission

Plus en détail

CLUB DE PARIS RAPPORT ANNUEL

CLUB DE PARIS RAPPORT ANNUEL RAPPORT ANNUEL 2007 RAPPORT ANNUEL 2007 2 Avant-propos du Président du Club de Paris Xavier Musca Président du Club de Paris J ai le plaisir de vous présenter le premier rapport annuel du Club de Paris.

Plus en détail

FINANCEMENT NATIONAL DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA MODERNISATION DE L APPRENTISSAGE

FINANCEMENT NATIONAL DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA MODERNISATION DE L APPRENTISSAGE ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 COMPTE D AFFECTATION SPECIALE FINANCEMENT NATIONAL DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA MODERNISATION DE L APPRENTISSAGE MAI 2013

Plus en détail

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF INTRODUCTION Un Etablissent Public Administratif est une personne morale de Droit Public, dotée de l autonomie

Plus en détail

v Les ressources affectées :

v Les ressources affectées : v Les ressources affectées : Parmi les principes fondamentaux du droit budgétaire figure le principe d universalité du budget qui comporte comme importante conséquence l interdiction d affecter certaines

Plus en détail

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : ENGAGEMENTS FINANCIERS DE L'ÉTAT

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : ENGAGEMENTS FINANCIERS DE L'ÉTAT PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : ENGAGEMENTS FINANCIERS DE L'ÉTAT Version du 27/05/2015 à 17:07:54 PROGRAMME 338 : AUGMENTATION DE CAPITAL DE LA BANQUE EUROPÉENNE D'INVESTISSEMENT MINISTRE CONCERNÉ

Plus en détail

La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. Autorisations d engagement

La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. Autorisations d engagement ANNEXE 2 EXPLICITATION DES RUBRIQUES La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. 1. Récapitulation des crédits destinés aux opérateurs de l État

Plus en détail

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT 5 CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS Les comptes financiers enregistrent les mouvements de valeurs en espèces, chèques, ainsi que les opérations faites avec le Trésor, les banques et les établissements financiers.

Plus en détail

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 1 La Spécialité Section 4 L unité Section 2 L Annualité Section 5 L Universalité Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 6 La Sincérité Raymond FERRETTI 2 Raymond FERRETTI 3 art. 7.I

Plus en détail

Le dispositif de contrôle interne budgétaire

Le dispositif de contrôle interne budgétaire Le dispositif de contrôle interne budgétaire SOMMAIRE Les fiches d aide à l élaboration des matrices ministérielles de contrôle interne budgétaire Edition de juin 2011 1 2 Table des Matières SYNTHÈSE DES

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION DU DOCUMENT DE PROGRAMMATION DU BUDGET OPERATIONNEL DE PROGRAMME (BOP)

NOTICE D UTILISATION DU DOCUMENT DE PROGRAMMATION DU BUDGET OPERATIONNEL DE PROGRAMME (BOP) NOTICE D UTILISATION DU DOCUMENT DE PROGRAMMATION DU BUDGET OPERATIONNEL DE PROGRAMME (BOP) Rappel des textes : - Articles 64, 66, 71, 104 et 105 du décret relatif à la gestion budgétaire et comptable

Plus en détail

PERTES ET BENEFICES DE CHANGE

PERTES ET BENEFICES DE CHANGE ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 COMPTE D OPERATIONS MONETAIRES PERTES ET BENEFICES DE CHANGE MAI 2013 Compte d opérations monétaires Pertes et bénéfices

Plus en détail

M_CONTRAN Contrats nouveaux

M_CONTRAN Contrats nouveaux M_CONTRAN Contrats nouveaux Présentation Le document M_CONTRAN recense, de manière exhaustive, les nouveaux contrats de crédit libellés en euros, conclus avec les particuliers, les sociétés non financières,

Plus en détail

La Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes. Le Ministre des finances et des comptes publics

La Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes. Le Ministre des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction Générale de l Offre de Soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau de l efficience

Plus en détail

Xxxx, le. Monsieur le président du conseil général

Xxxx, le. Monsieur le président du conseil général PRÉFET DE DIRECTION DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES LOCALES ET DES ELECTIONS Xxxx, le Bureau des finances et du contrôle budgétaire Affaire suivie par Mél. xx@xxx.gouv.fr Le préfet de la région de

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES Version du 07/10/2014 à 08:46:13 PROGRAMME 791 : CONTRIBUTION AU FINANCEMENT DE L ATTRIBUTION D AIDES À

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-444 du 29 avril 2014 relatif au fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains

Plus en détail

Annexe 3 : PRÊT D AMORÇAGE. Partie n I de l Annexe 3 : Description de l Instrument Financier de Prêt d amorçage.

Annexe 3 : PRÊT D AMORÇAGE. Partie n I de l Annexe 3 : Description de l Instrument Financier de Prêt d amorçage. Annexe 3 : PRÊT D AMORÇAGE Partie n I de l Annexe 3 : Description de l Instrument Financier de Prêt d amorçage. 1. Introduction : L'objet de l instrument de financement est double : 1) fournir de la liquidité

Plus en détail

MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP)

MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP) MAPPP/12-16 FICHE : CRISTALLISATION DES TAUX MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP) Introduction Cette note examine les différentes modalités de couverture du risque

Plus en détail

Format de l avis d efficience

Format de l avis d efficience AVIS D EFFICIENCE Format de l avis d efficience Juillet 2013 Commission évaluation économique et de santé publique Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service documentation

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif Annexe 1 Stratégie de gestion de la dette 2014 2015 Objectif La Stratégie de gestion de la dette énonce les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement du Canada au chapitre de la gestion de ses

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 82 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 1 Garantir la viabilité financière des régimes de Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 1er

Plus en détail

GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRESORERIE DE L ETAT

GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRESORERIE DE L ETAT ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 COMPTE DE COMMERCE GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRESORERIE DE L ETAT MAI 2013 Compte de commerce Gestion de la dette et

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 16 SEPTEMBRE 2002 2002/1561 - PRÉSENTATION DU RAPPORT ANNUEL 2001 DE LA CAISSE DE CRÉDIT MUNICIPAL DE LYON (DIRECTION DES FINANCES) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 20 août

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Annexe 2 : MICROCREDIT. Partie n I : Description de l Instrument Financier pour le microcrédit.

Annexe 2 : MICROCREDIT. Partie n I : Description de l Instrument Financier pour le microcrédit. Annexe 2 : MICROCREDIT Partie n I : Description de l Instrument Financier pour le microcrédit. Les expressions utilisées ci-dessous doivent avoir le même sens que celles utilisées dans l Appel à Manifestation

Plus en détail

Les emprunts assortis d une ligne de trésorerie (crédits revolving)

Les emprunts assortis d une ligne de trésorerie (crédits revolving) Comité national de fiabilité des comptes locaux Les emprunts assortis d une ligne de trésorerie (crédits revolving) Écritures budgétaires et comptables Caractéristiques des crédits revolving Ils sont connus

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

Principales modalités des prêts de la BIRD

Principales modalités des prêts de la BIRD BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DÉVELOPPEMENT B I R D Principales modalités des prêts de la BIRD DÉPARTEMENT DES PRODUITS ET DES SERVICES FINANCIERS TÉLÉPHONE : +1 202 458 1122 TÉLÉCOPIE

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers :

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers : Fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains établissements publics ayant souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés à risque les plus sensibles I. Description

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Economie et des Finances Décret n relatif au fonds de soutien aux collectivités territoriales ayant souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés

Plus en détail

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

GUIDE POUR LA REDACTION D UN REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET LEURS GROUPEMENTS

GUIDE POUR LA REDACTION D UN REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET LEURS GROUPEMENTS GUIDE POUR LA REDACTION D UN REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET LEURS GROUPEMENTS Les régions et les départements ont l obligation de se doter d un règlement budgétaire

Plus en détail

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation»

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2004-11 du 23 novembre 2004 relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» Le Comité de la réglementation comptable,

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015)

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) En vue d éclairer l opinion publique tunisienne, initiée et non initiée, sur l opportunité de l émission obligataire

Plus en détail

Chapitre IV. La certification des comptes

Chapitre IV. La certification des comptes Chapitre IV La certification des comptes Aux termes de la Constitution, «les comptes des administrations publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de leur gestion, de leur patrimoine

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Mission d assistance technique de l AFRITAC Centre ATELIER TECHNIQUE SUR LA STRUCTURATION DES PROGRAMMES BUDGETAIRES

Mission d assistance technique de l AFRITAC Centre ATELIER TECHNIQUE SUR LA STRUCTURATION DES PROGRAMMES BUDGETAIRES F O N D S M O N É T A I R E I N T E R N A T I O N A L Centre Régional d Assistance Technique pour l Afrique Centrale AFRITAC Centre - Libreville, Gabon Mission d assistance technique de l AFRITAC Centre

Plus en détail

Définition. Caractéristiques

Définition. Caractéristiques REPENSER LA PRESENTATION DU BUDGET : UNE NOMENCLATURE STRATEGIQUE Le budget des collectivités de plus de 3 500 habitants peut être présenté par nature et par fonction. La nomenclature fonctionnelle permet

Plus en détail

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction Guide d information pour les copropriétaires Le décret comptable Quelques repères......pour mieux comprendre Juin 2007 Plan du guide

Plus en détail

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 États financiers du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (613) 212-KPMG (5764) Bureau 1800 Télécopieur (613) 212-2896 150, rue Elgin Internet www.kpmg.ca

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

MÉDIAS, LIVRE ET INDUSTRIES CULTURELLES

MÉDIAS, LIVRE ET INDUSTRIES CULTURELLES ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2013 MÉDIAS, LIVRE ET INDUSTRIES CULTURELLES mai 2014 Mission interministérielle Médias, livre et industries culturelles Programme

Plus en détail

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France CPOM 2013-2018 Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France FICHE D AIDE AU DIAGNOSTIC ET A LA NEGOCIATION Annexe 2 Moyens Volet 3

Plus en détail

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne Affaires autochtones et Développement du Nord Canada Rapport de vérification interne Vérification du cadre de contrôle de gestion pour les subventions et contributions de 2012-2013 (Modes de financement)

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

N o t e m é t h o d o l o g i q u e. Art. 60 du règlement n 1083/2006 et art. 13 du règlement n 1828/2006 - voir annexe n 1.

N o t e m é t h o d o l o g i q u e. Art. 60 du règlement n 1083/2006 et art. 13 du règlement n 1828/2006 - voir annexe n 1. Modalités de réalisation du contrôle de service fait des opérations cofinancées au titre des programmes du Fonds social européen, pour la période 2007-2013 N o t e m é t h o d o l o g i q u e Sources règlementaires

Plus en détail

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L'ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L'ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L'ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES Version du 06/10/2015 à 11:22:17 PROGRAMME 791 : CONTRIBUTION AU FINANCEMENT DE L'ATTRIBUTION D'AIDES À

Plus en détail

3. Un crédit à la consommation responsable

3. Un crédit à la consommation responsable 3. Un crédit à la consommation responsable Comité consultatif du secteur financier Rapport 2009-2010 49 Au cours de l exercice 2009-2010, le CCSF a suivi de près l évolution du texte de loi sur la réforme

Plus en détail

Guide du porteur de projet

Guide du porteur de projet infos : 0810 18 18 18 Union européenne Fonds Social Européen Guide du porteur de projet Mesure «appui aux microprojets associatifs» FSE 4.2.3 en Ile-de-France Cette action est soutenue par le Fonds social

Plus en détail

- En fonction de sa nature chaque opération sera enregistrée dans un compte. - Les documents de synthèse : le livre journal

- En fonction de sa nature chaque opération sera enregistrée dans un compte. - Les documents de synthèse : le livre journal RAPPELS : La comptabilité permet : - d enregistrer les entrées et sorties d argent - d informer les adhérents du club et ses partenaires (institutionnels et autres) - de contrôler et de prouver - de prévoir.

Plus en détail

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES --- N/Réf. : GO10 329 01 RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES Exercices 2003 à 2009 22 5.3 Les renégociations

Plus en détail

Catégorie : Directives adressées par les ministres aux services chargés de leur application.

Catégorie : Directives adressées par les ministres aux services chargés de leur application. Ministère des affaires sociales et de la santé Direction Générale de l Offre de Soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau de l efficience des établissements

Plus en détail

QUESTIONS ECRITES PRESENTEES PAR UN OU PLUSIEURS ACTIONNAIRES A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 17 SEPTEMBRE 2009

QUESTIONS ECRITES PRESENTEES PAR UN OU PLUSIEURS ACTIONNAIRES A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 17 SEPTEMBRE 2009 GENERIX Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance Au capital social de 7.162.690 euros 6 rue du Moulin de Lezennes 59650 Villeneuve d Ascq 377 619 150 RCS Lille QUESTIONS ECRITES PRESENTEES

Plus en détail

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22 SOMMAIRE Restructuration obligatoire pour tous les régimes Processus de restructuration Autres dispositions Tableau des principaux amendements depuis le 12 juin 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Note mise à jour de la loi de finances pour 2015 Sommaire Explications préalables... 3 Application aux

Plus en détail

Projet de loi de finances rectificative pour 2013

Projet de loi de finances rectificative pour 2013 N 1547 Assemblée nationale Constitution du 4 octobre 1958 Quatorzième législature Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 novembre 2013 pour 2013 Renvoyé à la Commission des finances,

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 26 DU 23 FEVRIER 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 4 A-2-10 INSTRUCTION DU 12 FEVRIER 2010 DISPOSITIONS DIVERSES (BIC, IS, DISPOSITIONS COMMUNES). RACHAT DE

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE PREMIER MINISTRE HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE Avis du HCVA sur le Paquet Almunia Adopté en session plénière du 15 novembre 2012 Avis du HCVA sur le Paquet Almunia La Commission européenne a adopté

Plus en détail

La gestion du compte de l État

La gestion du compte de l État FINANCES PUBLIQUES TRÉSORERIE Nouvelle convention MINÉFI/Banque de France La gestion du compte de l État Article d Olivier Cuny, administrateur civil à l Agence France Trésor, en collaboration avec Dominique

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires Statistiques arrêtées à fin 2013 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 Partie I : Evolution des paiements de masse 6 I. Echanges EN INTERbancaire 7 1.

Plus en détail

CGET/MAE/SNOTTIN/MADEVERON. Références juridiques applicables au niveau européen et national :

CGET/MAE/SNOTTIN/MADEVERON. Références juridiques applicables au niveau européen et national : Projet d instruction CGET/DMAT/DHUP visant à préciser les modalités de gestion des opérations d efficacité énergétique dans le logement social cofinancées par le FEDER en fin de période de programmation

Plus en détail

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 L instruction budgétaire et comptable M14 est appliquée aux collectivités locales depuis 1997 soit bientôt près de dix ans. Elle

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 Relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/16 - Traitement comptable des subsides, dons et legs, octroyés en espèces, dans le chef des grandes et très grandes associations et fondations bénéficiaires

Plus en détail

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011 LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents Mardi 29 novembre 2011 SOMMAIRE Introduction : pourquoi la gestion de la trésorerie est-elle indispensable?

Plus en détail

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : ENGAGEMENTS FINANCIERS DE L'ÉTAT

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : ENGAGEMENTS FINANCIERS DE L'ÉTAT PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : ENGAGEMENTS FINANCIERS DE L'ÉTAT Version du 06/10/2015 à 10:02:46 PROGRAMME 168 : MAJORATION DE RENTES MINISTRE CONCERNÉ : MICHEL SAPIN, MINISTRE DES

Plus en détail

Norme comptable internationale 17 Contrats de location

Norme comptable internationale 17 Contrats de location Norme comptable internationale 17 Contrats de location Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir, pour le preneur et le bailleur, les principes comptables appropriés et les informations

Plus en détail

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS Paiement des cotisations : précisions sur les nouvelles modalités de calcul et d appel de cotisations des indépendants Circulaire RSI n 2007-91 du 20 juillet

Plus en détail

ANNEXE A LA LOI DE FINANCES

ANNEXE A LA LOI DE FINANCES REPUBLIQUE GABONAISE ANNEXE A LA LOI DE FINANCES MISSION POUVOIRS PUBLICS ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012014 [Tapez une citation prise dans le document ou la TABLE DES MATIERES I. MISSION

Plus en détail