Tableau de bord de l industrie française

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tableau de bord de l industrie française"

Transcription

1 Tableau de bord de l industrie française Mars 7 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 98 Paris La Défense cedex - Tél Fax Coe-Rexecode - 9 avenue Hoche 758 Paris - Tél Fax

2

3 Tableau de bord de l industrie française Pages Tendances Production et commandes industrielles Echanges extérieurs et consommation de produits industriels Facteurs de production Prix et trésorerie Performances comparées Tendances comparées de la production Facteurs de la compétitivité - Prix Parts de marché de chaque pays dans les exportations mondiales...5 Position des produits français sur les marchés extérieurs GFI - Coe-Rexecode - Tableau de bord de l industrie française - Mars 7 page

4 Tendances Production et commandes industrielles 6 Production industrielle - (= moyenne mobile sur mois) Source : INSEE (y compris énergie et agroalimentaire) (97-6).% Opinion sur les carnets de commandes - (soldes d'opinion centrés réduits) Source : INSEE (industrie hors agroalimentaire) Commandes totales Commandes étrangères page GFI - Coe-Rexecode - Tableau de bord de l industrie française - Mars 7

5 Tendances Production et commandes industrielles La production de l industrie a progressé de,8 % en moyenne annuelle en 6. Après un premier semestre durant lequel la croissance industrielle était plutôt vigoureuse, celle-ci s est repliée en fin d année. Exprimée en moyenne mobile sur trois mois, l activité industrielle se contracte ainsi de,6 % en glissement sur un an en janvier. A cette date, l indice de la production industrielle ne dépasse que de, % son niveau record qui avait été inscrit il y a six ans au printemps, signe de la langueur persistante de l activité industrielle depuis le début de la décennie. 4 Indice de la production industrielle () (=) Cette faible progression de l activité industrielle masque d importantes dispersions. L industrie automobile a connu une année très difficile durant laquelle son activité s est contractée de 7, % en moyenne annuelle. A l inverse, le secteur des biens d équipement a été favorisé par le redémarrage de l investissement productif qui s est opéré dans l ensemble de la zone euro. Son indice de production industrielle a gagné 5, %, une progression inédite depuis. L activité a cependant fléchi en cours d année dernière dans ce secteur. Les secteurs des biens intermédiaires, des biens de consommation et de l agro-alimentaire ont connu des progressions plus faibles (respectivement, %,,8 % et,5%) qui laissent leurs indices sectoriels de production à des niveaux encore inférieurs à leurs records du début. Le fléchissement de l activité observé durant la seconde partie de l année écoulée ne paraît pas devoir s amplifier. Il ne paraît pas non plus pouvoir d ores et déjà céder la place à un redressement rapide de l activité. Les industriels ont fait état d un regonflement de leurs carnets de commandes en février dernier, en particulier de leurs commandes à l exportation. Mais, leurs perspectives personnelles de production ne se sont pas redressées pour autant. Le scénario de la poursuite d une croissance molle paraît pour l heure le plus probable Opinion sur les carnets de commandes () - () y compris énergie et agroalimentaire (soldes d'opinion centrés réduits) Commandes totales Commandes étrangères () industrie hors agroalimentaire GFI - Coe-Rexecode - Tableau de bord de l industrie française - Mars 7 page

6 Tendances Echanges extérieurs et consommation de produits industriels 5 5 Commerce extérieur - (milliards d'euros) Source : DGDDI Produits industriels (hors énergie, y compris IAA) 5 Exportations Importations 6 4 Exclusion des DOM TOM du champ des échanges extérieurs à partir de 99 Achats de produits manufacturés par les ménages - (milliards d'euros ) Source : INSEE (97-6) % page 4 GFI - Coe-Rexecode - Tableau de bord de l industrie française - Mars 7

7 Tendances Echanges extérieurs et consommation de produits industriels La demande extérieure a soutenu l activité industrielle au cours de l exercice écoulé. En moyenne annuelle, les exportations industrielles ont progressé de 8,8 % en valeur en 6 mais leur progression a fléchi durant la seconde partie de l année. Exprimée en glissement sur un an en janvier 7, elle n est plus ressortie qu à hauteur de 4,5 %. Les exportations industrielles ont été favorisées par deux éléments exceptionnels qui joueront probablement moins en 7. D une part, les exportations d Airbus (4,6 % de l ensemble des exportations industrielles) ont atteint un niveau record en 6 en progressant de 4,9 % en valeur. Performance qu il sera difficile de rééditer lors des prochains exercices au regard des difficultés que connaît l avionneur européen. D autre part, la progression des ventes à destination de l Allemagne observée entre avril et novembre derniers explique à elle seule la progression de l ensemble des exportations françaises, toutes destinations confondues. Or, il est probable que les ventes vers l Allemagne aient été partiellement soutenues en 6 par des importations réalisées en anticipation de la hausse de la TVA opérée outre-rhin début janvier 7. L accroissement des exportations et des importations a été quasiment identique en 6 (8,5 % pour les importations industrielles), de sorte que le solde déficitaire des échanges industriels (CAF-FAB) est resté stable à hauteur de, milliards d euros en 6 après,9 milliards en 5. Achats de produits manufacturés par les ménages 9 Commerce extérieur industriel (*) (milliards d'euros - mm) (milliards d'euros ) Exportations Importations (*) produits industriels (hors énergie, y compris IAA) La croissance des achats de produits manufacturés en volume effectués par les ménages a été soutenue en 6. Elle a même de nouveau accéléré début 7, sous l effet principalement de la progression des achats de produits d équipement du foyer (+8,5 % en moyenne annuelle). Le dynamisme de la demande des ménages continue de soutenir en premier lieu les importations et non pas les producteurs installés en France. De la fin à la fin 6, la consommation des ménages en biens de consommation a progressé de %, les importations de ce type de biens ont avancé de 46 % et celle de la production sur le territoire de seulement 6 % GFI - Coe-Rexecode - Tableau de bord de l industrie française - Mars 7 page 5

8 Tendances Facteurs de production Emploi salarié dans l'industrie - (glissement annuel - %) Source : Ministère de l'emploi (hors intérim) 9 Taux d'utilisation des capacités de production dans l'industrie (%) Source : Banque de France (98-6 : 84, %) Importations de biens d'équipement professionnels (milliards d'euros) Source : DGDDI Exclusion des DOM TOM du champ des échanges extérieurs à partir de page 6 GFI - Coe-Rexecode - Tableau de bord de l industrie française - Mars 7

9 Tendances Facteurs de production La stagnation de l activité industrielle n a pas permis d interrompre la contraction des effectifs industriels observée depuis. Au cours de l exercice écoulé, 65 emplois directs ont été perdus dans les entreprises industrielles de plus de dix salariés, soit,7 % des effectifs. Le rythme des pertes d emplois s est modéré par rapport aux exercices précédents : 87 emplois avaient été perdus dans l industrie en 5 et 4 en 4. Signalons également que les évolutions de l emploi salarié dans les entreprises de moins de dix salariés restent mal connues en cours d année. Or l évolution de l emploi dans ce type d entreprises a pu être favorisée par la mise en place des contrats nouvelle embauche à l automne 5. Le recours aux missions d intérim s est par ailleurs légèrement renforcé, le volume moyen journalier des missions d intérim dans l industrie ayant progressé de, % en moyenne annuelle en 6. Les industriels anticipent également une nouvelle modération des pertes d emploi dans le secteur ; le solde de leurs opinions sur l évolution prévue des effectifs s inscrivant désormais audessus de sa moyenne de longue période. - - Taux d'utilisation des capacités de production dans l'industrie (glissement annuel - %) (%) Emploi salarié dans l'industrie (*) - (*) hors intérim La stagnation de l activité n a pas non plus été propice à l investissement. Les dépenses d investissement en valeur effectuées dans l industrie manufacturière auraient stagné en 6 (+ % dans l ensemble de l industrie). Ce nouveau recul porte à près de % la contraction des budgets d investissement dans l industrie observée depuis. En revanche, une progression de 5 % des dépenses d investissement est attendue par les industriels pour 6. Rappelons cependant que par le passé de telles prévisions ont souvent fait l objet d amples révisions à la baisse. En outre, une telle progression resterait encore bien trop faible pour compenser six années d un recul continu de l investissement. Cette situation peut faire douter du potentiel d offre industrielle en cas de reprise. L inscription du taux d utilisation des capacités de production à un niveau proche de sa moyenne ne permet pas en outre d anticiper de vive accélération de l investissement Difficultés de recrutement dans l'industrie manufacturière (% des entreprises) GFI - REXECODE - Tableau de bord de l industrie française - Février 6 page 7

10 Tendances Prix - Trésorerie 6 Perspectives personnelles de prix - (soldes d'opinion - %) Source : INSEE Difficultés de trésorerie - (% des entreprises industrielles) Source : INSEE page 8 GFI - Coe-Rexecode - Tableau de bord de l industrie française - Mars 7

11 Tendances Prix et trésorerie Confrontées notamment à un choc de coût lié au renchérissement de leurs approvisionnements en matières premières, les entreprises du secteur de l industrie ont vu leur excédent brut d exploitation se contracter de,4 % au cours de l année dernière. Depuis le point haut touché en, l excédent brut d exploitation des entreprises industrielles opérant sur le territoire s inscrit en recul de,8 %. Cette contraction des résultats s explique d une part par le recul continu du taux de valeur ajoutée des entreprises industrielles. Ce taux, qui rapporte la masse de la valeur ajoutée réalisée par les sociétés à la valeur de leur production, est ressorti à 5,5 % en moyenne en 6, soit son plus faible niveau depuis 978 au moins. La hausse du coût des consommations intermédiaires (+4,9 % en 6) n a ainsi pas été répercuté en aval : le prix de la valeur ajoutée des branches industrielles a même reculé de, % au cours de l année écoulée. D autre part, en ressortant à hauteur de 9,5 %, le taux de marge des sociétés non financières du secteur industriel a retrouvé un niveau bas qui n avait plus été atteint depuis 99. Pour autant, le nombre d entreprises du secteur industriel se déclarant confrontées à des difficultés de trésorerie reste bas, de l ordre de % Perspectives personnelles de prix (soldes d'opinion - %) Difficultés de trésorerie (% des entreprises industrielles) Inaperçue au niveau des prix de la valeur ajoutée, la hausse des cours des matières premières s est toutefois traduite dans une accélération des prix à la production. Exprimés en glissement sur un an, ces derniers avancent de,9 % sur un an. En particulier, les prix à la production des biens intermédiaires avancent de 5, % sur un an en janvier. Les hausses de ces mêmes prix ont été plus contenues dans les autres secteurs. Elles ne se poursuivraient pas. Le solde des opinions des industriels sur l évolution prévue de leurs prix de vente ne progresse plus, en ligne avec la modération des prix des produits énergétiques GFI - REXECODE - Tableau de bord de l industrie française - Février 6 page 9

12 Performances comparées Production et commandes à l'industrie 6 Indices comparés de production industrielle - ( base en 99) Source : instituts nationaux de statistiques France / Union Européenne France / Etats-Unis France / Japon Enquête sur les carnets de commandes globaux (soldes d'opinion centrés réduits) Source : Direction générale des affaires économiques et financières - Commission européenne France Zone Euro Royaume-Uni Italie Allemagne page GFI - Coe-Rexecode - Tableau de bord de l industrie française - Mars 7

13 Performances comparées Tendances comparées de la production Depuis le début de la décennie, l atonie de l activité n était pas l apanage de l industrie française. Elle s observait, peu ou prou, dans l ensemble de l économie européenne. L exercice 6 marque une rupture sur ce point. Parmi les douze pays membres de la zone euro à l exception de la Grèce, c est en France que la croissance de la production industrielle a été la plus faible. L indice de la production industrielle a en effet avancé de,8 % en moyenne annuelle dans l Union monétaire contre,8 % en France. Déjà distancée par l industrie allemande depuis 4, l industrie française a également vu l industrie italienne se ranimer en 6, celle-ci connaissant une progression de son indice de production de, %. L industrie allemande continue d afficher pour sa part des rythmes de progression très vifs : 5,6 % en 6. Début 7, l indice de la production industrielle allemand s inscrit ainsi à l indice 6,7 (pour une base fixée en ) quand celui de la zone euro ressort à 9,6 et celui de l industrie française à,5. Pour sa part, le décrochage de l activité industrielle en France vis-à-vis de l industrie américaine s est poursuivi en Indices comparés de production industrielle Enquête sur les carnets de commandes globaux Enquête (soldes sur d'opinion les carnets centrés réduits) de commandes globaux (%) France / UE France / USA France / Japon France Zone Euro Le retard pris par rapport à l ensemble de l industrie européenne ne semble pas devoir être comblé rapidement. En dépit d une amélioration qui reste à confirmer, les opinions des industriels français sur le niveau de leurs carnets de commandes ont plafonné pendant l exercice 6 quand elles continuaient de s améliorer dans l ensemble de la zone euro. En particulier, l optimisme des industriels allemands ne se dément pas, le solde des opinions des industriels installés outre-rhin demeurant au voisinage de son niveau record. Le fait nouveau est que la bonne tenue de l industrie allemande a entraîné dans son sillage l industrie européenne, seule l industrie française restant encore en retrait. - - Royaume-Uni Italie Allemagne GFI - REXECODE - Tableau de bord de l industrie française - Février 6 page

14 Performances comparées Facteurs de la compétitivité - Prix 8 Ecart de prix à la consommation - (France=) Source : Coe-Rexecode Etats-Unis Japon Allemagne Royaume-Uni Italie Taux de change effectif du FF - (997=) Source : Rexecode 9 8 Réel Nominal page GFI - Coe-Rexecode - Tableau de bord de l industrie française - Mars 7

15 Performances comparées Facteurs de la compétitivité Si l on ne considère que la composante du coût salarial, on peut estimer que la tendance à la dégradation de la compétitivité-coût de l industrie française vis-à-vis de ses concurrentes européennes, à l œuvre depuis plus de cinq ans, se modère. Au troisième trimestre 6, le coût salarial horaire en France est ressorti 4,9 % au-dessus du même coût dans l industrie européenne. Cet écart était de 4,4 % un an plus tôt et de, % en. Après avoir reculé de près de quinze points au cours des dix dernières années en défaveur de la compétitivité-coût de l industrie française, l écart entre le coût salarial horaire dans l industrie en France et en Allemagne ne se résorbe plus. Rappelons que l évolution des coûts salariaux horaires ne prend toutefois pas en compte les différences enregistrées en nombre d heures travaillées pas plus qu elle ne tient compte des évolutions des rythmes de productivité. La compétitivité de l industrie française vis-à-vis de ses concurrentes non européennes a en revanche pâti de la réappréciation de l euro contre le dollar et plus encore contre le yen observée le début de l année 6. L écart de coût salarial dans l industrie en France vis-à-vis du coût dans l industrie américaine et plus encore japonaise s est fortement accru en défaveur de l industrie française. Au troisième trimestre 6, le coût salarial horaire dans l industrie en France est ressorti à hauteur de, % du coût salarial horaire dans l industrie américaine Coût horaire de la main d'œuvre dans l'industrie manufacturière (France=) Taux de change effectif réel du FF (997=) Etats-Unis Zone euro Royaume-Uni Italie Source : Eurostat Allemagne Confrontées à l appréciation de leur taux de change effectif (+6,7 % depuis ), à une forte dérive du prix de leurs consommations intermédiaires (+,7 %) et de leurs coûts salariaux horaires (+, %), les exportateurs français ont ainsi été conduits à réaliser des efforts de prix substantiels pour limiter le recul de leurs parts de marché, les prix à la production sur les marchés extérieurs dans l ensemble de l industrie se situaient en décembre 6 au même niveau qu en Réel Nominal GFI - Coe-Rexecode - Tableau de bord de l industrie française - Mars 7 page

16 Performances comparées Part de marché en valeur dans les exportations mondiales* (%) 6 Etats-Unis 6 Allemagne Japon 9 8 France Royaume-Uni 4 Zone Euro Italie Autres pays de la zone euro Pays-Bas Belgique Espagne * 4 principaux pays exportateurs Source : douanes nationales (calcul Coe-Rexecode) page 4 GFI - Coe-Rexecode - Tableau de bord de l industrie française - Mars 7

17 Performances comparées Parts de marché de chaque pays dans les exportations mondiales L érosion continue des parts du marché mondial détenues par les exportations françaises depuis 999 se poursuit. Fin 6, cette part est tombée à 4,8 % contre 6, % en 998, soit un recul de %. Les fluctuations des changes expliquent en partie ce recul. Celui-ci apparaît toutefois bien moins prononcé dans le cas des exportations de la zone euro (y compris échanges internes à la zone euro) confrontées pourtant au même handicap associé à l évolution du taux de change de l euro. Ce recul se limite à 4,5 % sur la même période dans le cas des exportations européennes. 4 Part des exportations de chaque pays dans les exportations de la zone euro (en % des exportations de la zone euro) Allemagne A nouveau, c est donc surtout en comparaison des performances des autres pays européens que les exportations françaises sont des plus décevantes. Elles ne représentent plus que,5 % des exportations européennes en fin d année dernière contre 6,9 % en 998. Ce recul concerne tout autant les échanges au sein de la zone euro que les échanges avec les pays situés hors de la zone euro. Si la part des exportations françaises dans celles de la zone euro, toutes destinations confondues, avait été stabilisée à son niveau de 998, les premières auraient été d un montant de 469 milliards d euros en 6 contre 89 milliards observés, soit 4,5 points de PIB France Italie Ce recul de la performance relative des exportations françaises s observe en particulier vis-à-vis de l Allemagne. Début 7, elles ne représentent plus que 4, % des exportations allemandes contre 56, % en 998. La différence des structures de spécialisations sectorielle comme géographique reste trop faible pour expliquer une telle divergence de performances. L écart de la croissance de la demande mondiale adressée respectivement à l Allemagne et à la France entre 999 et 6 n explique qu environ 5 % de la divergence du volume des exportations des deux pays Espagne Belgique Pays-Bas GFI - Coe-Rexecode - Tableau de bord de l industrie française - Mars 7 page 5

18 Performances comparées Part des produits français dans les importations totales... de l'union Européenne Union européenne Allemagne, Italie, Pays-Bas, Belgique, Royaume-Uni, Espagne 6 des Etats-Unis du Japon 4 de quatre pays d'amérique Latine des quatre dragons (Corée, Hong-Kong, Singapour, Taïwan) Source : douanes nationales (calcul Coe-Rexecode) page 6 GFI - Coe-Rexecode - Tableau de bord de l industrie française - Mars 7

19 Performances comparées Position des produits français sur les marchés extérieurs Le taux de pénétration des exportations françaises recule sur la plupart des principaux marchés à l importation. Cette observation reste toutefois tributaire des évolutions des prix relatifs. La hausse des cours des matières premières observée depuis plusieurs années vient en effet gonfler la valeur des importations mondiales de sorte que le poids relatif des exportations des pays ne produisant pas ce type de biens à l échelle mondiale se trouve amoindri. Au delà de cette précaution initiale, le recul des parts de marchés à l importation de la France paraît particulièrement accusé sur le marché à l importation de l Union européenne à 5. Celle-ci est la destination d environ 6 % de l ensemble des exportations françaises. Fin 6, les exportations françaises vers l Union européenne à 5 ne représentaient plus que 7 % des importations de cette zone contre 9, % en 998. A titre de comparaison, le taux de pénétration des exportations allemandes sur la même zone a progressé de,9 à 4, % durant la même période. La part des exportations françaises dans les importations américaines s est de nouveau effritée en 6, ramenant le poids des exportations françaises sur le marché à l importation des Etats-Unis à son plus faible niveau depuis 97. Un même recul s observe sur le marché japonais depuis quatre ans. Ce constat s applique également sur l ensemble des zones émergentes. Les exportations françaises ne représentent plus que,5 % des importations latinoaméricaines et 5, % des importations des pays de l est (contre 5,7 % en ). En revanche, le recul régulier observé en Asie émergente au cours de la période 998 à a laissé place à une stabilisation de la part des exportations françaises, en raison principalement de la remontée des exportations d avions vers l Asie. La part des exportations françaises à destination de la Chine dans les importations chinoises a pour sa part progressé en 6 revenant à, % après être tombée à, % en Part des exportations françaises dans les importations... de l'union Européenne des Etats-Unis du Japon de sept pays d'amérique Latine * des pays de l'est (PECO + Russie) des pays d'asie en développement rapide ** GFI - Coe-Rexecode - Tableau de bord de l industrie française - Mars 7 page 7

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Production et commandes industrielles 16 1 94 88 Production industrielle - (25=1 moyenne mobile sur 3 mois) Source : INSEE (y compris énergie et agroalimentaire) Tableau de bord de l industrie française

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Taux de change... page 1 2- Taux d intérêt... 2 3- Crédits aux sociétés non financières... 3 4- Matières premières et pétrole... 4 5- Croissance... 5 6- Activité industrielle...

Plus en détail

RESULTATS DU COMMERCE EXTERIEUR EN 2011

RESULTATS DU COMMERCE EXTERIEUR EN 2011 RESULTATS DU COMMERCE EXTERIEUR EN 2011 Pierre LELLOUCHE, Secrétaire d Etat chargé du commerce extérieur, Bercy, mardi 7 février 2012 Dossier de presse http://www.economie.gouv.fr Contacts Presse : Cabinet

Plus en détail

2012 Stabilisation de l activité. 2013 Perspectives de reprise

2012 Stabilisation de l activité. 2013 Perspectives de reprise 2012 Stabilisation de l activité 2013 Perspectives de reprise Quel avenir pour l industrie chimique en France? Enjeux énergétiques Paris, le 21 mars 2013 UIC - Contacts presse Hélène MEJEAN - Directeur

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

LA COMPETITIVITE DE LA FRANCE EN 2007

LA COMPETITIVITE DE LA FRANCE EN 2007 SOMMAIRE 1- La compétitivité de la France en 2007 2- Environnement international et commerce mondial en 2007 3- La facture énergétique en 2007 4- Les grands contrats de biens d équipement civils dans les

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Croissance... 1 2- Activité industrielle... 2 3- Enquêtes de conjoncture... 3 4- Echanges extérieurs... 4 5- Demande intérieure... 5 6- Investissement... 6 7- Coûts salariaux...

Plus en détail

ANALYSES. L industrie manufacturière en 2014 ÉTUDES ÉCONOMIQUES

ANALYSES. L industrie manufacturière en 2014 ÉTUDES ÉCONOMIQUES ANALYSES L industrie manufacturière en 2014 ÉTUDES ÉCONOMIQUES Directeur de la publication : Pascal Faure, DGE, directeur général Rédacteur en chef : François Magnien, DGE, SCIDE, sous-directeur de la

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Zone euro : panorama conjoncturel

Zone euro : panorama conjoncturel Prévisions Mensuel n 1/1 27 janvier 21 Zone euro : panorama conjoncturel Le cycle des économies avancées s est renforcé en fin d année 214 et la production industrielle dans la zone euro est annoncée en

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Croissance... 1 2- Activité industrielle... 2 3- Enquêtes de conjoncture... 3 4- Echanges extérieurs... 4 5- Demande intérieure... 5 6- Investissement... 6 7- Coûts salariaux...

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques -20-40 -60-80 -100-120 -140-160 -180-200

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques -20-40 -60-80 -100-120 -140-160 -180-200 Dares Analyses JUILLET N 042 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques conjoncture de l EMPLOI ET DU CHÔMAGE AU 1 er TRIMESTRE POURSUITE DU RECUL DE L ACTIVITÉ,

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PAYS DE LOIRE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PAYS DE LOIRE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PAYS DE LOIRE AOÛT 9 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. Pays de la Loire Tendances régionales Août 9 Page 1 sur 8 Vue d

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

La fièvre tombe, le rétablissement sera lent

La fièvre tombe, le rétablissement sera lent Vue d ensemble La fièvre tombe, le rétablissement sera lent Face au regain de tensions dans la zone euro à l automne 2011, la banque centrale européenne a apporté massivement des liquidités au système

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 En collaboration avec des banques centrales et autorités monétaires du monde entier, la BRI compile et diffuse plusieurs séries de statistiques

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Quel contexte financier pour les marchés immobiliers dans les années à venir?

Quel contexte financier pour les marchés immobiliers dans les années à venir? Quel contexte financier pour les marchés immobiliers dans les années à venir? Club Notarial de Immobilier 28 mai 2015 Exposé de Denis Ferrand Les faits marquants de la conjoncture économique mondiale 2

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 23 octobre 214 1 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 1. Croissance mondiale contrastée 2. ZE : croissance et inflation revues en baisse 3.

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011 Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 211 LES ÉTUDES DE > En 211, les produits agroalimentaires 1 ont apporté une contribution majeure aux exportations françaises, puisqu un quart

Plus en détail

Mise à jour sur l Irlande T2 2015. Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires

Mise à jour sur l Irlande T2 2015. Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires Mise à jour sur l Irlande T2 2015 Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires Pourquoi l Irlande? Les entreprises sont attirées par l Irlande pour diverses raisons Irlande,

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

Année 2014. Atonie des exportations en 2014, malgré une éclaircie au dernier trimestre

Année 2014. Atonie des exportations en 2014, malgré une éclaircie au dernier trimestre http://lekiosque.finances.gouv.fr Année 2014 Sur l ensemble de 2014, les exportations sont quasiment stables (+0,1 %, après -1,2 %), malgré une fin d année favorable. La progression des ventes de l aéronautique

Plus en détail

Moins compétitive, l industrie française reste en retrait de la reprise en Europe

Moins compétitive, l industrie française reste en retrait de la reprise en Europe VUE D ENSEMBLE 10 L industrie en France - édition 2007 Moins compétitive, l industrie française reste en retrait de la reprise en Europe La croissance mondiale se poursuit en 2006 et début 2007 Dépassant

Plus en détail

Les entreprises en Ile de France

Les entreprises en Ile de France Tendances régionales Les entreprises en Ile de France Contexte conjoncturel Bilan 1 Perspectives 1 lndicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

En 2012, la récolte viticole française, estimée à 40,7 millions d hectolitres,

En 2012, la récolte viticole française, estimée à 40,7 millions d hectolitres, Agreste Synthèses Viticulture Décembre 212 n 212/197 Décembre 212 Viticulture Synthèses n 212/197 En 212, les prix des vins sont tirés à la hausse par les marchés à l exportation En 212, la récolte viticole

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE

DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE ENQUÊTES DE CONJONCTURE 115 moyenne de long terme = 100 3.00 58 110 variation sur un an en % 2.50 56 105 100 95 PIB (échelle de droite) 2.00

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Décembre 211 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 21 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Évolution de l importation et de l exportation de produits bois en Alsace

Évolution de l importation et de l exportation de produits bois en Alsace Filière forêt-bois Évolution de l importation et de l exportation de produits bois en Alsace (Source : Douane) En octobre 2014, l Agreste (service statistique du Ministère de l Agriculture, de l Agroalimentaire

Plus en détail

Numéro 25 - avril 2015. Les entreprises agroalimentaires en 2012

Numéro 25 - avril 2015. Les entreprises agroalimentaires en 2012 Agreste Les Dossiers - n 25 - avril 215 Numéro 25 - avril 215 Télécharger les données de l ensemble du dossier au format tableur Agreste Les Dossiers - n 25 - avril 215 Les entreprises agroalimentaires

Plus en détail

mai 2011 conjoncture internationale Faiblesse du dollar conjoncture française Dynamisme de l activité Face à l accélération de l inflation

mai 2011 conjoncture internationale Faiblesse du dollar conjoncture française Dynamisme de l activité Face à l accélération de l inflation mai 2011 N 315 la vie économique et sociale Une politique monétaire résolument favorable à la croissance, Chicago, 27 avril 2011 conjoncture internationale Faiblesse du dollar conjoncture française Dynamisme

Plus en détail

Forte baisse des prix des produits laitiers en 2015

Forte baisse des prix des produits laitiers en 2015 Agreste Synthèses Lait Septembre 2015 n 2015/276 Septembre 2015 Lait Synthèses n 2015/276 Forte baisse des prix des produits laitiers en 2015 Au 1 er semestre 2015, le marché national du lait a subi les

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

La production des IAA ralentit encore en juillet. Prix à la consommation - Prix à la production - Prix d'achat des intrants

La production des IAA ralentit encore en juillet. Prix à la consommation - Prix à la production - Prix d'achat des intrants Agreste Conjoncture Industries agroalimentaires octobre Octobre Industries agroalimentaires La production des IAA ralentit encore en juillet Tableau de bord Sommaire Production en volume - Ipi la production

Plus en détail

Les relations économiques franco-allemandes

Les relations économiques franco-allemandes Les relations économiques franco-allemandes Chambre Franco-Allemande de Commerce et d Industrie Margarete Riegler-Poyet 1 1970 1980 1990 2000 2001 2003 2005 2006 2007 2008 Mrds d' Commerce bilatéral (en

Plus en détail

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007 6 Le tourisme international en France 99 Le tourisme international en France 6 Touristes non-résidents en France Dans ce chapitre sont présentées : les arrivées en France des touristes non-résidents (toute

Plus en détail

Chapitre II ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL

Chapitre II ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL Chapitre II ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL Évolution du commerce mondial Principales caractéristiques Au cours de l année 2000, le commerce et la production au niveau mondial ont connu leur plus forte croissance

Plus en détail

BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014

BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014 BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014 INTERVENANTS Daniel Wertel, Président de la Fédération Française du Prêt à Porter Féminin François-Marie Grau, Secrétaire Général de la Fédération

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE Juin 5 Selon les projections macroéconomiques pour la France effectuées dans le cadre de l Eurosystème, après trois années de croissance atone, le PIB croîtrait en moyenne

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

IMPORTEURS - EXPORTATEURS

IMPORTEURS - EXPORTATEURS Août 2013 IMPORTEURS - EXPORTATEURS Service Etudes CCI Indre Importateurs - Exportateurs Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE Page LES OPERATEURS DU COMMERCE INTERNATIONAL

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

BAROMÈTRE EUROPÉEN DE L EMPLOI. 1 er trimestre 2013

BAROMÈTRE EUROPÉEN DE L EMPLOI. 1 er trimestre 2013 BAROMÈTRE EUROPÉEN DE L EMPLOI 1 er trimestre 2013 SOMMAIRE PANORAMA EUROPÉEN 1 BELGIQUE 2 FRANCE 3 ALLEMAGNE 4 IRLANDE 5 PRÉSENTATION Robert Walters présente la 1 ère édition de son Baromètre Européen

Plus en détail

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus En termes absolus, les dépenses des administrations publiques (administration centrale, communes, sécurité sociale) sont très élevées au Luxembourg, 34 4 par habitant contre 14 dans la zone euro en moyenne

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Conjoncture laitière Point novembre 2014. (Sources : Commission Européenne, CLAL.it, ATLA, CNIEL, FranceAgriMer, Agreste, Global Dairy Trade)

Conjoncture laitière Point novembre 2014. (Sources : Commission Européenne, CLAL.it, ATLA, CNIEL, FranceAgriMer, Agreste, Global Dairy Trade) Conjoncture laitière Point novembre 2014 (Sources : Commission Européenne, CLAL.it, ATLA, CNIEL, FranceAgriMer, Agreste, Global Dairy Trade) Un aperçu de la situation internationale sur les marchés. Production

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

VUE D ENSEMBLE L industrie en France - édition 2006 7

VUE D ENSEMBLE L industrie en France - édition 2006 7 VUE D ENSEMBLE L industrie en France - édition 2006 7 8 L industrie en France - édition 2006 Synthèse Dans une Europe en perte de compétitivité, l industrie française a marqué une pause en 2005 La croissance

Plus en détail

Focus: France. Grant Thornton International Business Report 2014

Focus: France. Grant Thornton International Business Report 2014 Focus: France Grant Thornton International Business Report 2014 Focus: France 300 Introduction entretiens menés auprès de chefs d entreprises Avec 66 millions d habitants et un PIB culminant à 2 600 milliards

Plus en détail

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques IP/11/565 Bruxelles, le 13 mai 2011 Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques La reprise progressive de l'économie européenne tend à se confirmer

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

>> Baisse continue de l activité

>> Baisse continue de l activité 4 ème trimestre 20 Janvier 2013 - N 15 >> continue de l activité Dans les services comme dans l industrie, le climat des affaires reste dégradé au quatrième trimestre 20 et il s établit nettement en dessous

Plus en détail

Le poids du secteur HCR en France, et l impact visible de la baisse de la TVA sur son activité récente

Le poids du secteur HCR en France, et l impact visible de la baisse de la TVA sur son activité récente Le poids du secteur HCR en France, et l impact visible de la baisse de la TVA sur son activité récente Plus de 270 000 établissements dans le secteur HCR en France en 2010 Nombre d'établissements 2003

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES CENTRE

TENDANCES RÉGIONALES CENTRE TENDANCES RÉGIONALES CENTRE JUILLET 2006 CENTRE Tendances Régionales Juillet 2006 Page 1 sur 8 Vue d ensemble de l activité économique Période sous revue : juin 2006 INDUSTRIE 28% des effectifs globaux

Plus en détail

Points forts 2012, DES ÉCHANGES COMMERCIAUX PEU DYNAMIQUES BILAN COMMERCE EXTÉRIEUR 2012. De la Polynésie française

Points forts 2012, DES ÉCHANGES COMMERCIAUX PEU DYNAMIQUES BILAN COMMERCE EXTÉRIEUR 2012. De la Polynésie française Points forts 3 BILAN 212 212, DES ÉCHANGES COMMERCIAUX PEU DYNAMIQUES INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE Dans le contexte d un commerce international peu florissant, le déficit de la

Plus en détail

OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX RÉSULTATS 2013

OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX RÉSULTATS 2013 OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX RÉSULTATS 2013 L OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX (OREI) L Observatoire régional des échanges internationaux (OREI) dresse, chaque année

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Bekaert réalise un chiffre d affaires 2007 record en croissance de 8,2%

Bekaert réalise un chiffre d affaires 2007 record en croissance de 8,2% Communiqué de presse Le 15 février 2008 Presse/Investor Relations Jacques Anckaert T +32 56 23 05 72 Rapport d activités au quatrième trimestre 2007 Bekaert réalise un chiffre d affaires 2007 record en

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE Le 20 janvier 2011 LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE ***La confiance des marchés asiatiques se rapproche de son niveau d avant la crise***

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014 Le marché du vin : évolutions et tendances Mai 2014 1 Sommaire 1. LA CONSOMMATION DE VIN 3 2. TENDANCES DU COMMERCE MONDIAL DU VIN EN 2013 6 3. LES PRINCIPAUX EXPORTATEURS DE VIN EN 2013 8 4. LES PRINCIPAUX

Plus en détail

PREMIER TRIMESTRE 2012 Mai 2012

PREMIER TRIMESTRE 2012 Mai 2012 PREMIER TRIMESTRE 2012 Mai 2012 INSEED BP 453 N Djamena Tél : 252 31 64 Fax : 252 66 13 E-mail : inseed@intnet.td site : www.inseed-tchad.org TABLE DES MATIERES RUBRIQUES Pages SIGLES ET SIGNES CONVENTIONNELS

Plus en détail

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier.

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. Sommaire Synthèse 1 Arrivées hôtelières par pays 2 Nuitées

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail